Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • “Quand on veut faire disparaitre les religions de l’espace public, c’est une façon d’imposer l’athéisme”

    IMPRIMER

    De Maximilien Bernard sur "Riposte catholique" :

    “Quand on veut faire disparaitre les religions de l’espace public, c’est une façon d’imposer l’athéisme”

  • 9 avril : concert privé en ligne avec Natasha St-Pier (partage et prière en musique)

    IMPRIMER

    Concert privé en ligne avec Natasha St-Pier

    Venez vivre un temps de partage et de prière en musique avec Natasha St-Pier. 
    Au programme : la revisite inédite de ses plus belles chansons autour de sainte Thérèse et de son dernier album Croire

    Pour cette occasion spéciale, Natasha a invité 
    Vincent Bidal, son pianiste ainsi qu'un quatuor à cordes pour l'accompagner sur scène.

    Un moment magique et unique à vivre en direct de chez vous !  

    Le concert sera diffusé en ligne et en direct
    le vendredi 09 avril 2021 à 20h30

    BILLETTERIE

    Après votre inscription vous recevrez un lien d'invitation pour participer à ce spectacle privé. 

    Vous pourrez également devenir acteur du spectacle et interagir avec les invités !
    (offre limitée aux 1000 premiers inscrits bénéficiant déjà d'un billet, d'un ordinateur avec une caméra et du logiciel Zoom).

    Pour vous remercier de votre participation nous aurons le plaisir de vous offrir le magazine Thérèse ! en format digital. 

  • Euthanasie : un "modèle belge", vraiment ?

    IMPRIMER
    Les auteurs de la proposition de loi sénatoriale à l’origine de la loi définitivement adoptée considéraient que l’état de nécessité avait pour effet de mettre à l’abri de poursuites pénales les médecins pratiquant des euthanasies. Pour eux, cette situation « entraînait des pratiques semi-clandestines, ne permettant pas le contrôle social de ces pratiques et rendant plus difficile la tenue d’un dialogue approfondi entre le patient et son médecin ». Cependant, tant implicitement les rapports de la Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie (CFCEE) que des études scientifiques révèlent que cet objectif de transparence n’a pas été atteint.

    Lire la suite

  • Le cardinal Parolin "très désolé de la perte de foi dans notre Europe, dans notre culture, dans nos pays..."

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Cardinal Parolin : Je suis triste de voir la perte de la foi et de la raison en Europe

    Le cardinal Parolin a déclaré que la réponse de l'Église aux changements sociétaux devait être "d'offrir un témoignage cohérent et convaincu de la vie chrétienne."

    Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État au Saint-Siège, a ordonné 29 prêtres de la prélature de l'Opus Dei dans la basilique Sant'Eugenio à Rome, le 5 septembre 2020.

    Cardinal Pietro Parolin, Secretary of State for the Holy See, ordained 29 priests of the Prelature of Opus Dei inside the Basilica of Sant'Eugenio in Rome, Sept. 5, 2020.

    (photo : Daniel Ibanez / CNA/EWTN)

    6 avril 2021

    CITÉ DU VATICAN - Le secrétaire d'État du Vatican a déclaré dans une interview cette semaine que les lois sur l'euthanasie et l'avortement en Europe représentent non seulement une perte de foi mais aussi une perte de raison.

    "Je suis très désolé de la perte de foi dans notre Europe, dans notre culture, dans nos pays, et de ces changements anthropologiques qui se produisent, perdant l'identité de la personne humaine. Avant d'être une perte de foi, je dirais que c'est une perte de raison", a déclaré le cardinal Pietro Parolin dans une interview au réseau espagnol COPE publiée le 5 avril.

    "Pourquoi ? Le pape l'a dit à plusieurs reprises. Cela m'a beaucoup marqué. Il dit par exemple : la question de l'avortement n'est pas une question religieuse. Ca l'est certainement aussi pour nous, chrétiens, depuis le début, depuis les premiers documents de l'Église, où il y a un rejet total de l'avortement, mais c'est un argument de raison. Il est probable qu'aujourd'hui, comme le disait Benoît XVI, le problème fondamental est la raison, pas la foi".

    Le cardinal Parolin a déclaré que la réponse de l'Église à ces changements sociétaux devrait être "d'offrir un témoignage cohérent et convaincu de la vie chrétienne."

    "Il me semble que la situation que nous vivons peut être comparée aux premiers siècles de l'Église, lorsque les Apôtres et les premiers disciples sont arrivés dans une société qui n'avait pas de valeurs chrétiennes, mais qui, par leur témoignage des premières communautés, ont réussi à changer la mentalité et à introduire les valeurs de l'Évangile dans la société de l'époque. Je pense que c'est ce que nous devons faire encore aujourd'hui", a-t-il commenté.

    Au cours de l'entretien de 24 minutes en espagnol, le cardinal a décrit le pape François comme "un homme simple et sans protocole" qui prend grand soin d'être proche des gens.

    "Son désir est de rendre l'Église plus crédible dans la proclamation de l'Évangile", a déclaré le cardinal.

    Le cardinal Parolin, 66 ans, a occupé le poste de secrétaire d'État du Vatican au cours des huit dernières années. Il a déclaré qu'il considérait la diplomatie ecclésiastique comme une façon de vivre son sacerdoce.

    "Nous sommes au service de la communion et aussi de la défense de la liberté de l'Église et de la liberté religieuse. C'est ma façon de voir la diplomatie", a-t-il déclaré. (...)

    La suite des propos du cardinal concernant la Chine confirme l'aveuglement dont il fait preuve à l'égard du régime de Pékin et les illusions qu'il nourrit concernant la situation de l'Eglise dans ce pays.

  • Saint Jean-Baptiste de la Salle (7 avril) (KTO)

    IMPRIMER

    Pourquoi surnommait-on notre saint « Monsieur ailleurs » ? On l'aura compris, parce que, ne tenant point en place, véritable ambassadeur de l'amour de l'homme pour l'homme, saint Jean-Baptiste de la Salle conjugua le verbe aimer aux quatre coins d'une France perturbée où la Régence ne tardera pas à succéder à la mort du roi Louis XIV. Sa devise : « Souris au monde et le monde te sourira ». Convaincu qu'on ne peut chasser la solitude que par la solidarité, il n'a de cesse de prêcher que le monde est à aimer « avec les yeux de la foi ». Stupéfiante personnalité que celle de saint Jean-Baptiste de la Salle, dont la Communauté des Frères des Écoles Chrétiennes est, de nos jours, plus prospère que jamais : présence effective dans 79 pays du monde, 90.000 éducateurs, en partie laïcs, 4.500 frères et un million d'élèves et étudiants de tous âges, un millier d'oeuvres éducatives lasalliennes, enfin, qui prennent leur place du jardin d'enfants aux centres universitaires. « Une communauté qui s'ouvre à de jeunes hommes dont le coeur se laisse pénétrer par des vents de grand large ». Où l'on constate que saint Jean-Baptiste de La Salle ne manqua point de courage. Qui a dit que les saints sont devenus des saints parce qu'ils ont eu le courage de recommencer tous les jours ? Mais, ce courage, mot que d'aucuns traduiront par « volonté de fer », contraste paradoxalement, comme on le verra, avec une sensibilité exacerbée. Jean-Baptiste de La Salle est incontestablement une personnalité hors du commun devant laquelle on se sent tout petit. Mais, rassurons-nous : ce n'est pas péché mortel que de se sentir tout petit. Aucun péché n'est mortel, d'ailleurs. Ce qui est mortel, c'est d'oublier de vivre.

    UNE COPRODUCTION KTO/CAT PRODUCTION 2019 - Réalisé par Armand Isnard Documentaire du 08/04/2019.

  • La mort d'Hans Küng, prophète de l'Eglise postconciliaire

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    MORT DU THÉOLOGIEN
    Hans Küng, le théologien qui a semé les graines de Vatican III

    7-04-2021

    Mort de Hans Küng, théologien suisse. Il faisait souvent la une des journaux, lorsqu'il tirait à boulets rouges contre la doctrine catholique. Hégélien de formation, il voulait une réforme œcuménique et démocratique de l'Église. Pendant ce temps, il a semé en silence. Nous en récoltons les fruits aujourd'hui : beaucoup pensent que nous avons déjà atteint le Concile Vatican III, qu'il espérait.

    Hans Kung

    Hier, le théologien Hans Küng est décédé à l'âge de 93 ans dans sa maison de Tübingen, en Allemagne. Né à Sursee, en Suisse, en 1928, Küng avait choisi de se consacrer à l'étude de la théologie et, à l'âge de 32 ans, était devenu professeur titulaire à la faculté de théologie catholique de l'université de Tübingen.

    Tout le monde, même ceux qui ne connaissent pratiquement rien à la théologie, connaît au moins le nom de Hans Küng et le considère comme l'antagoniste par excellence de la doctrine catholique. De ce point de vue, la vie théologique de Küng est l'exact opposé des prescriptions données par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi dans son Instruction sur la vocation ecclésiale du théologien Donum veritatis de 1990. Ici, les théologiens ont été invités à la prudence, il leur a été suggéré de ne pas s'adresser aux médias, de ne pas afficher des positions théologiques contraires au Magistère, de ne même plus discuter des questions spécifiées et définies par celui-ci. Küng, au contraire, s'est toujours tenu sur la scène, depuis qu'il a accompagné le cardinal de Vienne König au Vatican pour le Concile et n'a certainement jamais fait preuve de la prudence "ecclésiale" que le Magistère demande aux théologiens.

    Lorsque cela se produit chez un théologien, comme dans le cas de Küng, cela signifie peut-être que, de manière plus ou moins consciente, ce théologien pense que l'avenir de l'Église dépend de lui, ou du moins surtout de lui. Cette attitude personnelle incline alors vers une théologie historiciste et progressiste, qui à son tour anime théoriquement cette attitude personnelle. Son compagnon Karl Rahner déclarait ouvertement qu'il voulait être l'initiateur d'une nouvelle Église et, à en juger par sa vie et sa théologie, Hans Küng pensait de même. La personnalité est ainsi soudée à la théologie professée et vice versa, dans l'idée chère aux réformateurs et aux hérétiques que le salut est dans l'avenir, que l'avenir est le salut et qu'ils ont les clés de l'avenir.

    Lire la suite