Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Biden jette le masque et mène l'assaut des abortistes

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Biden jette le masque et mène l'assaut des abortistes

    1-7-2022

    Après l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, les actes de vandalisme et les incendies criminels contre les lieux de culte chrétiens et les centres pro-vie se poursuivent. Pendant ce temps, la presse harcèle le juge en chef Clarence Thomas. Le président Biden mène directement l'assaut.

    Aux États-Unis, comme dans le monde occidental, nous sommes confrontés à une interprétation fausse et malveillante de l'arrêt de la Cour suprême qui, avec une mauvaise foi évidente, est exploitée à des fins d'intimidation, de politique et de répression par les avorteurs, les politiciens démocrates et les médias. La violence et le vandalisme continuent, les juges restent dans le collimateur, et Biden et les démocrates poussent l'accélérateur de l'avortement.

    D'abord. Après l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, les actes de vandalisme et les incendies criminels contre des lieux de culte chrétiens, des églises catholiques, des centres de grossesse pro-vie et des monuments commémoratifs pro-vie se poursuivent sans relâche. Rien qu'au cours des derniers jours, le centre de grossesse "LifeChoice" de Winter Haven, en Floride, a été défiguré par des graffitis pro-avortement le 25 juin, avec des mots sinistres ("Your time is up") ; le 27 juin, des actes de vandalisme et des graffitis pro-avortement ont également été signalés sur les portes de l'église de l'Ascension à Manhattan, dans l'État de New York ; à l'église catholique St. Anthony de Renton, dans l'État de Washington, a vu ses fenêtres brisées et barbouillées de slogans pro-avortement ; dans la ville de South Bend, dans l'Indiana, la croix commémorative des bébés avortés et à naître a été vandalisée par des graffitis pro-avortement ; le centre pro-vie "Heart to Heart" de Cortez, dans le Colorado, a été attaqué ; la librairie catholique "Sacco Company", dans le centre-ville de Houston, a été incendiée. L'église catholique St. Colman, un bâtiment historique situé dans le comté de Raleigh, en Virginie occidentale, a été réduite en cendres par un incendie criminel dans la nuit de dimanche à lundi. Il s'agissait de la "petite église catholique de Irish Mountain", construite dans les années 1800 à la demande des immigrants irlandais. Mardi 28 juin, un homme de 31 ans a été arrêté, mais pas la jeune fille qui avait tenté de défoncer la porte d'entrée de la chapelle de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement et dégradé l'ensemble du bâtiment de l'église catholique Sainte-Louise à Bellevue (Washington).

    La lâcheté du ministère de la Justice à l'égard des groupes anarcho-abortionnistes et de leurs partisans "terroristes nationaux" leur accorde (de facto) un sauf-conduit permanent. Les récentes intimidations des anarcho-avorteurs à l'encontre des pro-vie vont maintenant jusqu'à les menacer de mort dans leur domicile privé.  Certains médias de gauche et libéraux aux États-Unis continuent de dénoncer la manière dont la forte présence de catholiques à la Cour constitue une menace pour la démocratie. Cependant, Nancy Pelosi est allée au Vatican pour voir le Pape, pas les juges ! Des folies, comme CNN qui promeut l'avortement illégal et le marché noir des pilules tueuses...

    Lire la suite

  • Quand le Vatican veut sortir de la morale de la « ligne rouge »

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur le Salon beige :

    Remise en cause de la loi naturelle : après l’euthanasie, la bioéthique

    En ce 1er juillet, l’Académie pontificale pour la vie publie un imposant volume intitulé « Éthique théologique de la vie », qui contient les actes d’un séminaire organisé l’automne dernier, que certains n’hésitent pas à présenter comme la « mise à jour d’Evangelium vitae », le grand texte de Jean-Paul II sur la famille et la vie.

    Au fil des 500 pages, qui passent en revue tout le champ de la bioéthique, de la procréation à l’intelligence artificielle, la conscience apparaît comme le « lieu de la responsabilité morale », et non comme une simple instance ayant pour tâche d’appliquer les règles du mieux possible. On retrouve le jésuite Carlo Casalone, qui estime que

    « La norme est un point de référence, mais elle ne suffit pas à porter un jugement moral ».

    Ce théologien, également médecin, réfute toute fragilisation de l’édifice moral de l’Église catholique.

    « Cela peut paraître rassurant de penser que tout est écrit et qu’il suffit d’appliquer des normes toutes prêtes, mais c’est une fausse sécurité. La réalité n’est jamais celle-ci ».

    Ces théologiens n’ont visiblement pas assimilé la grande encyclique de Jean-Paul II, Veritatis Splendor, selon laquelle (n°32) :

    Une fois perdue l’idée d’une vérité universelle quant au Bien connaissable par la raison humaine, la conception de la conscience est, elle aussi, inévitablement modifiée : la conscience n’est plus considérée dans sa réalité originelle, c’est-à-dire comme un acte de l’intelligence de la personne, qui a pour rôle d’appliquer la connaissance universelle du bien dans une situation déterminée et d’exprimer ainsi un jugement sur la juste conduite à choisir ici et maintenant ; on a tendance à attribuer à la conscience individuelle le privilège de déterminer les critères du bien et du mal, de manière autonome, et d’agir en conséquence. Cette vision ne fait qu’un avec une éthique individualiste, pour laquelle chacun se trouve confronté à sa vérité, différente de la vérité des autres. Poussé dans ses conséquences extrêmes, l’individualisme débouche sur la négation de l’idée même de nature humaine. Ces différentes conceptions sont à l’origine des mouvements de pensée qui soutiennent l’antagonisme entre loi morale et conscience, entre nature et liberté.

    Et dans Evangelium vitae, Jean-Paul II dénonçait :

    Quand la conscience, cet œil lumineux de l’âme (cf. Mt 6, 22-23), appelle « bien le mal et mal le bien » (Is 5, 20), elle prend le chemin de la dégénérescence la plus inquiétante et de la cécité morale la plus ténébreuse.

    A ce sujet, on pourra lire également :

  • Le 'Saint Pierre' de Christophe Dickès reçoit le prix Millepierres de l'Académie Française

    IMPRIMER

    Fré­dé­ric Le Moal présente ce livre - ouvrage qui vient d'être primé par l'Académie française - sur lelitteraire.com :

    Christophe Dickès, Saint Pierre. Le mystère et l’évidence

    Pierre, le dis­ciple pardonné

    Il est le plus humain, le plus proche de nous, avec ses insuf­fi­sances, ses manques, ses erreurs, ses hési­ta­tions, ses lâche­tés ; il a défendu le Christ l’épée à la main et, quelques heures après, il l’a renié. Par­donné, il devint le chef de l’Eglise qu’il lui avait confiée. Le pre­mier des papes.
    C’est pour toutes ces rai­sons que Saint Pierre nous touche tant, qu’il est le plus connu des Apôtres.

    La très belle bio­gra­phie écrite par Chris­tophe Dickès, grand spé­cia­liste de la papauté, s’intéresse à tous les aspects du per­son­nage.
    Dans une démarche his­to­rique res­pec­tueuse de la foi, il décrit l’environnement dans lequel est né et a évo­lué le pêcheur, sa mai­son et sa famille, son métier, sa place au sein d’une sorte de classe moyenne, ce qui nous plonge dans les réa­li­tés de la société juive du temps de Jésus.

    Tout au long du récit, on prend conscience du rôle et de la place que Simon, devenu Pierre, occupe dans l’entourage du Christ, notam­ment lors d’épisodes fameux comme la tem­pête ou la marche sur les eaux.
    On voit bien la manière dont il s’impose au sein du groupe, deve­nant un « porte-parole des dis­ciples », celui qui entre­tient « un rap­port pri­vi­lé­gié et par­ti­cu­lier avec le Maître ».

    Choisi par le Christ pour conduire l’Eglise, il devient « la base et le fon­de­ment de la com­mu­nauté nou­velle et reçoit un pou­voir qu’il pourra exer­cer en l’absence du Sei­gneur ». Dans des pages non dénuées d’émotion, Chris­tophe Dickès revient sur l’épisode du renie­ment.
    Moment de peur d’un homme « qui n’a pas les épaules pour faire face », mais, rap­pelle l’auteur, qui ne renie pas la divi­nité de Jésus mais sim­ple­ment affirme ne pas le connaître.

    Puis vint la résur­rec­tion. Là encore Chris­tophe Dickès rap­pelle que le Christ est apparu en pre­mier à Pierre, « parce qu’il était le chef de tous » et parce qu’il « était néces­saire de le conso­ler après son renie­ment. »
    A par­tir de là, la bio­gra­phie décrit en détails le minis­tère pétri­nien, les pre­miers déchi­re­ments de l’Eglise, l’apostolat, Rome et la mort.

    Mais l’histoire ne s’arrêta pas là. L’auteur se penche donc sur la place de Pierre dans le chris­tia­nisme pri­mi­tif, dans l’art et la lit­té­ra­ture et, bien sûr, dans ce phé­no­mène de longue haleine qui imposa la pri­mauté de siège romain sur les autres.
    Tout cela est pas­sion­nant et le lec­teur appren­dra énor­mé­ment grâce à cette bio­gra­phie claire et acces­sible, nour­rie aux meilleures sources.

    Chris­tophe Dickès, Saint Pierre. Le mys­tère et l’évidence, Per­rin, octobre 2021, 378 p. — 24,00 €.

  • Rencontre avec le Père Pedro, "l'abbé Pierre de Madagascar"

    IMPRIMER

    De sur le site de La Libre :

    "La vie vaut la peine d’être vécue, mais en combattant, pas en étant un simple consommateur"

    On l’appelle "l’abbé Pierre" de Madagascar. Le père Pedro a fondé l’association Akamasoa. En 33 ans, pour les plus pauvres, celle-ci a permis de construire 22 villages, des écoles, des hôpitaux, des stades qui ont déjà permis de soutenir plus de 500 000 Malgache. Entretien avec un homme au destin hors du commun.

    J'ai compté. En 33 ans, j'ai participé à plus de 3 100 réunions avec Akamasoa. Et chaque fois, cela va assez fort : ce ne sont pas des réunions avec des petites voix…" On veut bien le croire. Avec ses larges épaules, sa poignée franche, son regard droit, sa voix rocailleuse et sa large barbe, le père Pedro Opeka n'est pas homme à se laisser faire. Inutile également d'attendre qu'il s'étale en de complaisantes théories : "mon bureau, c'est la rue", souligne-t-il les manches retroussées. De passage en Belgique pour encourager les Occidentaux à envoyer de l'argent à son association Akamasoa, il revient sur 33 ans d'aventures. En 1989, au large de la capitale Antananarive, il découvre que des milliers de personnes vivent sur une décharge à ciel ouvert. Il se met à les aider. Aujourd'hui 3 000 maisons, des écoles, des hôpitaux ont été bâtis et ont permis à 500 000 Malgaches de trouver de l'aide.

    Lire la suite sur le site de La Libre

  • Islam : hommes et femmes ont-ils les mêmes droits et les mêmes devoirs ?

    IMPRIMER

    C'est à découvrir sur La petite feuille verte publiée par l'association Clarifier (qui avait déjà publié une première partie ICI) :

    PFV n° 90 : Islam et féminisme (2/3)

    30 juin 2022

    Nayla Tabbara, Zeina El-Tibi et Asma Lamrabet constatent la stagnation et le déclin de la condition féminine en Islam, mais elles refusent d’en imputer la responsabilité aux textes fondamentaux de cette religion.

    HOMME ET FEMME : MÊMES DROITS, MÊMES DEVOIRS ?

    N. Tabbara : « Si l’on prend la peine de revenir aux sources de l’islam, on constate que le Coran s’adresse aussi aux femmes à une époque et dans un contexte où elles avaient rarement une voix » (L’islam pensé par une femme, Bayard, 2018, p. 88). L’auteur cite un verset coranique où Dieu parle « aux croyants et aux croyantes » en énumérant les pratiques vertueuses qui vaudront à chacun « un pardon et une récompense sans limites » (33, 35). Sur ce plan, il y a effectivement égalité entre hommes et femmes, les uns et les autres étant appelés à « gagner » le paradis (cf. aussi Coran 4, 124 ; 9, 72 ; 16, 97).

    Lire la suite

  • En juillet, le Pape François invite à prier pour les personnes âgées

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    En juillet, le Pape François invite à prier pour les personnes âgées

    Dans son intention de prière pour le mois de juillet, le Saint-Père invite à prier pour que l’expérience et la sagesse des personnes âgées aident les jeunes à regarder l’avenir avec espérance. Le Pape François rappelle que les personnes âgées «ont une grande responsabilité envers les nouvelles générations».

    Cette intention de prière, présentée par La Vidéo du Pape, coïncide avec la célébration de la 2e Journée Mondiale des grands-parents et des personnes âgées, qui aura lieu le dimanche 24 juillet à Rome et dans tous les diocèses du monde autour du thème «Ils portent encore des fruits dans la vieillesse» (Ps 92, 15).

    L’indulgence plénière offerte pour la Journée des grands-parents et des personnes âgées

    Voici la transcription des paroles du Saint-Père: 

    «Nous ne pouvons pas parler de la famille sans parler de l’importance que les personnes âgées ont parmi nous. Nous n’avons jamais été aussi nombreux dans l’histoire de l’humanité, et nous ne savons pas comment bien gérer cette nouvelle étape de la vie. Il y a de nombreuses propositions d’assistance pour vivre la vieillesse mais peu de projets d’existence. 

    En tant que personnes âgées, nous sommes particulièrement sensibles à l’attention à l’autre, à la réflexion et à l’affection. Nous sommes, ou pouvons devenir, des maîtres de tendresse. Et à quel point ! 

    Dans ce monde habitué à la guerre, nous avons besoin d’une véritable révolution de la tendresse. À cet égard, nous avons une grande responsabilité envers les nouvelles générations. 

    Souvenons-nous que les grands-parents et les personnes âgées sont le pain qui nourrit nos vies et la sagesse cachée d’un peuple. Et c’est parce qu’il convient de les fêter, que j’ai instauré une journée qui leur est consacrée. 

    Prions pour les personnes âgées, afin qu’elles se transforment en maîtres de tendresse et que leur expérience et leur sagesse aident les plus jeunes à regarder l'avenir avec espérance et responsabilité.»

    Le Pape François consacre actuellement aux personnes âgées son cycle de catéchèses, prononcées au cours de l'audience générale du mercredi. 

  • Le Président du Guatemala accuse la Commission interaméricaine de promouvoir l'avortement et l'idéologie transgenre

    IMPRIMER

    De   sur le site du Center for Family & Human Rights (C-Fam) :

    Le président guatémaltèque accuse l'OEA d'extorsion sur l'avortement et l'idéologie transgenre

    30 juin 2022

    WASHINGTON, D.C. 1er juillet (C-Fam) Le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, a accusé la Commission interaméricaine des droits de l'homme d'"extorsion" pour promouvoir l'avortement et l'idéologie transgenre.

    "La Commission interaméricaine des droits de l'homme ne devrait pas être militante sur ces questions (avortement, mariage et transsexualité). Elle devrait respecter la souveraineté et la liberté de chaque État de décider de ces questions, comme l'a démontré la récente décision de la Cour suprême des États-Unis", a déclaré M. Giammattei au siège de l'Organisation des États américains, en faisant référence à une décision de la Cour suprême des États-Unis de la semaine dernière déclarant que les politiques d'avortement ne devraient pas être imposées par des juges, mais débattues et adoptées démocratiquement.

    Le discours de M. Giammattei a été accueilli par des applaudissements énergiques et soutenus de la part des ambassadeurs du Conseil permanent de l'Organisation des États américains.

    Le président guatémaltèque a déclaré que la Commission interaméricaine avait agi avec "mépris" pour la constitution guatémaltèque et la démocratie en favorisant l'avortement et l'a accusée de devenir un "outil pervers" pour promouvoir l'activisme et les idéologies non démocratiques.

    M. Giammattei était à Washington pour défendre le bilan du Guatemala en matière de droits de l'homme après que la Commission interaméricaine des droits de l'homme a ajouté le Guatemala à une liste de contrevenants aux droits de l'homme aux côtés de Cuba et du Venezuela. Il a déclaré que la Commission avait agi de manière illégale et l'a accusée de menacer le Guatemala pour lui extorquer le respect de ses mandats idéologiques.

    "Quand on reçoit une note de la CIDH disant que son pays sera placé sur une liste d'abuseurs des droits de l'homme si la commission n'est pas invitée dans le pays ; c'est une menace, et c'est de l'extorsion ! Ce n'est pas légal !" s'est exclamé avec force Giammattei dans des propos tenus à bâtons rompus.

    Parmi les raisons pour lesquelles le Guatemala a été ostensiblement ajouté à la liste, Giammattei a cité sa signature de la "Déclaration du consensus de Genève", un accord international lancé par l'administration Trump en octobre 2020 qui déclare que l'avortement n'est pas un droit international et reconnaît la prérogative souveraine des pays de protéger la vie et la famille dans leurs lois et politiques de protection de la santé des femmes. Plus tôt cette année, le Guatemala a été salué comme la "capitale pro-vie du continent américain."

    M. Giammattei souligne qu'il n'existe aucune obligation internationale d'autoriser l'avortement pour quelque raison que ce soit en vertu des traités internationaux. Il a accusé la Commission interaméricaine de promouvoir ses propres interprétations des traités comme si elles étaient définitives et de s'ingérer dans les débats politiques démocratiques internes et les affaires judiciaires des pays. Cela, a-t-il dit, viole le mandat de la Commission qui est d'agir de manière "subsidiaire et complémentaire" au système constitutionnel de chaque pays.

    "Le Guatemala est un pays souverain et une démocratie, et il reste déterminé à remplir les obligations qui lui incombent en vertu de la Convention interaméricaine des droits de l'homme, pour autant qu'il s'agisse d'obligations auxquelles les États ont consenti lorsqu'ils ont établi le système interaméricain", a déclaré M. Giammattei.

    Il a également exhorté tous les membres de l'Organisation des États américains à réformer le système interaméricain des droits de l'homme afin de prévenir les abus comme celui commis contre le Guatemala.

    "Il est important que nous travaillions ensemble pour renforcer le système interaméricain des droits de l'homme, car l'anarchie et le manque de respect de l'État de droit qui sont aujourd'hui infligés au Guatemala pourraient demain être perpétrés contre n'importe quel État membre de l'organisation. Aujourd'hui c'est nous, demain cela pourrait être n'importe lequel d'entre vous", a-t-il averti.

    Avant ses remarques, M. Giammattei a également montré une vidéo au nom du Congrès guatémaltèque reprochant à la Commission de critiquer une loi récente visant à protéger la famille, à protéger les enfants adolescents qui s'identifient comme transgenres contre les mutilations et contre le placement sous des médicaments hormonaux qui retardent de manière permanente leur développement sexuel.

  • 1er juillet : Antonio Rosmini, un bienheureux controversé

    IMPRIMER

    ANTONIO ROSMINI : un prêtre philosophe sur les autels (mis à l'index en 1847, béatifié en 2007)

    par Bertrand de Belval http://www.libertepolitique.com/

    Le 18 novembre 2007, le philosophe italien Antonio Rosmini (1797-1855) a été béatifié à Novare (Italie). Autant dire un inconnu pour le public français. Qui connaît en effet cet intellectuel brillant, dont l’oeuvre est celle d’un précurseur, et la vie, marquée du sceau de la recherche de la vérité et de la liberté politique, fut tout entière l’expression de la charité. 

    Rosmini n’est pas un personnage anodin. Marie-Catherine Bergey-Trigeaud, sa biographe française, le présente comme « le plus important philosophe italien, et l’un des principaux maîtres de l’histoire de la philosophie catholique ». Chaix-Ruy avait vu en lui « l’un des plus grands esprits de tous les temps ». Dans son encyclique Fides et Ratio (n. 74), Jean Paul II en parle comme un maître. Benoît XVI le cite souvent. Et Jean XXIII avait fait d’un de ses livres, Maximes de perfection chrétienne, son livre de chevet pendant le Concile Vatican II. Pour les Italiens éclairés [1], Rosmini est incontournable… 

    Lire la suite

  • Saint Olivier Plunkett, primat d'Irlande martyrisé à Londres en 1681 (1er juillet)

    IMPRIMER

    Saint Olivier Plunket, Archevêque et Martyr. Fête le 01 Juillet.

    Notice de l'Encyclopaedia britannica :

    Saint Oliver Plunket, Plunket également orthographié Plunkett, (né en 1629, Loughcrew, County Meath, Irlande. mort le 1er juillet 1681, Londres ; canonisé en 1975 ; fête le 11 juillet), primat catholique romain de toute l'Irlande et dernier homme à avoir souffert le martyre pour la foi catholique en Angleterre.

    Plunket a fait ses études et a été ordonné à Rome, où il a été professeur de théologie au College de Propaganda Fide et représentant des évêques irlandais auprès du Saint-Siège. Nommé archevêque d'Armagh et primat de toute l'Irlande en 1669, il arrive l'année suivante à un moment où, après une répression prolongée, l'Église catholique est fortement désorganisée, avec un seul évêque âgé en liberté. S'efforçant de rétablir l'ordre et la discipline conformément aux préceptes du Concile de Trente, Plunket reste en bons termes avec les Anglais et les protestants jusqu'en 1673, date à laquelle il est obligé de se cacher en raison de nouvelles persécutions. Pendant les cinq années qui suivirent, il travailla dans des conditions de plus en plus difficiles, portées à leur paroxysme par la terreur inspirée par le complot de Titus Oates en 1678. L'année suivante, il fut trahi, arrêté et emprisonné au château de Dublin. Son procès à Dundalk fut rendu absurde par les témoignages ignominieux de l'accusation ; il fut emmené à Londres où, après de longues procédures judiciaires, il fut condamné à être pendu, éventré et écartelé ; la sentence fut exécutée à Tyburn devant une grande foule. Plunket a été béatifié par Benoît XV en 1920 et canonisé par le pape Paul VI le 12 octobre 1975. Sa tête est conservée à Drogheda et son corps à l'abbaye de Downside, près de Bath.

  • Hiver démographique" et (in)action de l'Union européenne

    IMPRIMER

    "Hiver démographique" et (in)action de l'Union européenne", avec Nicola Speranza - FAFCE

    L’Union européenne peut-elle relever le défi démographique qui se pose à elle ? Entre dénatalité et immigration, quelle politique familiale l’Union européenne a-t-elle compétence et intérêt à promouvoir ? Nous allons en parler avec une fédération qui participe de près à l’élaboration de la norme européenne en tant que représentant de la société civile : la Fédération des associations familiales catholiques européennes, représentée ce soir par Nicola Speranza, son secrétaire général.

  • La justification de l’avortement est incompatible avec une écologie cohérente

    IMPRIMER

    De Tugdual Derville sur aleteia.org :

    Repenser l’avortement dans une perspective écologique globale

    30/06/22

    Devant l’indignation soulevée en France par le renversement de l’arrêt Roe V. Wade, notamment par les écologistes, notre chroniqueur Tugdual Derville, co-initiateur du Courant pour une écologie humaine, appelle à reconsidérer l’appel du pape François en faveur d’une écologie cohérente, "incompatible avec la justification de l’avortement" (LS, 120).

    Dès sa parution en juin 2015, Laudato si’fut très largement… louée ! L’onde de sympathie d’un texte papal très attendu se propagea dans les milieux écologiques, au-delà des cercles chrétiens. Une des nombreuses éditions françaises était même préfacée par Nicolas Hulot. L’encyclique était saluée, certes, mais fut-elle vraiment comprise et accueillie en totalité ? On peut en douter en mesurant l’onde de choc que le renversement de l’arrêt Roe v. Wade, par la Cour suprême des États-Unis a provoqué en France, notamment chez les écologistes.

    Reconnaissons que le lecteur d’un nouveau texte doctrinal a le choix entre deux stratégies : la première, confortable, consiste à ne retenir que ce qui conforte ses points de vue ou ses modes de vie. Cette lecture n’est pas inutile, mais comporte un risque : l’instrumentalisation auto-justificatrice de la doctrine. Nous mettons volontiers en exergue ce qui nous justifie. La seconde façon de lire, complémentaire, est plus décapante, mais s’avère plus féconde : chacun tentera de se nourrir de ce qui le dérange, l’ébranle, l’incite à changer d’attitude ou de comportement. La conversion écologique n’est-elle pas, pour chacun, dans la reconnaissance que « tout est lié » ?

     

    Lire la suite sur aleteia.org