Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 3

  • L'Azerbaïdjan lance des frappes militaires contre les chrétiens arméniens du Haut-Karabakh

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur Catholic News Agency :

    L'Azerbaïdjan lance des frappes militaires contre les chrétiens arméniens du Haut-Karabakh

    19 sept. 2023

    L'Azerbaïdjan a déclenché mardi des frappes militaires contre une enclave d'environ 120 000 chrétiens arméniens dans la région contestée du Haut-Karabakh, en bombardant des bâtiments et en tirant sur des positions militaires et civiles arméniennes. 

    Le gouvernement azerbaïdjanais a qualifié mardi ses frappes de "mesures antiterroristes" contre des "formations militaires arméniennes illégales". L'Azerbaïdjan a déclaré que les attaques ne cesseraient pas tant que les Arméniens de souche ne se seraient pas totalement rendus. 

    L'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent le Haut-Karabakh depuis 1988. Aujourd'hui, la région est internationalement reconnue comme faisant partie de l'Azerbaïdjan, bien qu'elle soit presque entièrement composée d'Arméniens chrétiens. Les Arméniens du Haut-Karabakh refusent le contrôle de la région par l'Azerbaïdjan et revendiquent leur souveraineté sous les auspices de la "République d'Artsakh". 

    Les "forces de défense de l'Artsakh" de l'État sécessionniste signalent depuis des mois des attaques azéries à l'arme légère contre des militaires et des civils arméniens.  

    Les attaques ont semblé s'intensifier mardi, l'armée azérie déclenchant des tirs d'artillerie et de mortier sur des positions militaires et civiles. 

    Les bombardements se sont poursuivis tout au long de la journée de mardi, faisant 23 blessés parmi les civils et deux morts, dont un enfant, selon les forces de défense de l'Artsakh. 

    "La situation est horrible", a déclaré Ruben Vardenyan, ancien ministre d'État de l'Artsakh, dans un message vidéo à EWTN. "Beaucoup de civils ont été tués par l'armée azérie. Il y a beaucoup de blessés. L'opération a commencé le matin et ne s'est pas encore arrêtée". 

    M. Vardenyan a ensuite exhorté la communauté internationale à exiger une action pour défendre les chrétiens arméniens du Haut-Karabakh. 

    "Le monde chrétien doit comprendre que cette situation est inacceptable", a déclaré M. Vardenyan. "Je crois que ce n'est qu'ensemble que nous pourrons mettre fin à cette guerre. 

    Le ministre des affaires étrangères de l'Artsakh, Sergey Ghazaryan, a décrié les avancées de l'Azerbaïdjan, déclarant dans un communiqué mardi X : "Nous sommes témoins de la façon dont l'Azerbaïdjan, afin de mettre en œuvre sa politique de génocide, se dirige vers la destruction physique de la population civile et la destruction des objets civils de l'Artsakh.

    La source d'information d'Europe de l'Est Visegrád 24 a rapporté mardi que "des combats à grande échelle viennent de commencer dans le Haut-Karabakh" et que "l'artillerie et les drones suicides sont en action dans les deux camps". 

    Selon Visegrád 24, il est "possible qu'une nouvelle guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie commence sous nos yeux". 

    Pourquoi se battent-ils ? 
    Bien que certains considèrent que le conflit porte strictement sur les frontières, des experts ont souligné que la religion joue également un rôle central dans la guerre entre l'Arménie chrétienne et l'Azerbaïdjan musulman.

    Selon Sam Brownback, ancien ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, l'Arménie souhaite conserver son influence dans l'Artsakh, tandis que l'Azerbaïdjan veut expulser la population arménienne chrétienne pour renforcer son emprise sur la région. 

    En 2020, avec le soutien de la Turquie, l'Azerbaïdjan a ravivé le conflit qui couvait depuis longtemps en envahissant le Haut-Karabakh. Au terme d'un conflit de six semaines, l'Azerbaïdjan a pris le contrôle du Haut-Karabakh. 

    La guerre a tué 6 800 combattants, déplacé 90 000 personnes et coupé environ 120 000 chrétiens arméniens du reste de l'Arménie. Une route étroite de moins de quatre miles de long, appelée le corridor de Lachin, relie l'Arménie et le Haut-Karabakh et constitue le seul moyen d'acheminer de la nourriture et des fournitures aux Arméniens qui y vivent.

    En décembre 2022, des Azerbaïdjanais pro-gouvernementaux, protestant ostensiblement contre les violations de l'environnement commises par l'Arménie, ont commencé à bloquer le corridor de Lachin, coupant ainsi tout accès à l'aide. En avril, les manifestations ont pris fin après que les troupes azerbaïdjanaises, défiant les avertissements de la communauté internationale, ont établi un point de contrôle militaire sur la route, poursuivant ainsi le blocus.

    Depuis décembre, les Arméniens chrétiens sont pris au piège, sans nourriture ni médicaments, derrière le blocus du corridor de Lachin. 

    Selon de multiples sources sur le terrain, y compris le ministère des affaires étrangères de la République d'Artsakh, la capitale du Haut-Karabakh, Stepanekert, a été lourdement bombardée. 

    Le ministère des affaires étrangères de l'Artsakh a rapporté mardi : "L'Azerbaïdjan a lancé une offensive militaire de grande envergure contre la République d'Artsakh. À l'heure actuelle, la capitale Stepanakert et d'autres villes et villages sont soumis à des tirs d'artillerie nourris." 

    Robert Nicholson, président du groupe de défense des droits de l'homme Philos Project, a déclaré mardi que "l'Azerbaïdjan a finalement lancé la guerre destinée à effacer les Arméniens du #NagornoKarabakh - et avec la permission de la Russie et de la Turquie." 

    Brownback a déclaré : "Je dénonce avec la plus grande fermeté cette attaque non provoquée de l'Azerbaïdjan contre les chrétiens arméniens pacifiques du Haut-Karabakh (Artsakh) ! C'est une erreur. Il s'agit d'une attaque contre des civils qui doit cesser immédiatement. 

    L'Azerbaïdjan justifie ses actions en les qualifiant d'"opérations antiterroristes". 
    Pour sa part, l'Azerbaïdjan a nié avoir pris des civils pour cible et a qualifié ses activités dans le Haut-Karabakh d'"opérations antiterroristes". 

    Dans un communiqué de presse publié mardi, le ministère azerbaïdjanais de la défense a déclaré : "Les activités antiterroristes locales menées par les forces armées de l'Azerbaïdjan dans la région du Karabakh se poursuivent.

    "Dans le cadre de ces activités, poursuit le communiqué, seules les installations et infrastructures militaires légitimes sont visées et neutralisées à l'aide d'armes de haute précision. 

    L'Azerbaïdjan a accusé l'Arménie de déployer des forces armées pour aider les Arméniens du Haut-Karabakh et a mis en garde les civils contre toute ingérence.

    "Compte tenu du déploiement de la puissance de feu des formations des forces armées arméniennes à proximité des zones résidentielles, nous demandons instamment à la population civile de rester à l'écart des installations militaires et de ne pas soutenir les formations des forces armées arméniennes", indique le communiqué azéri.

    Le ministère de la défense azéri a également déclaré qu'il encourageait les habitants du Haut-Karabakh à évacuer les zones dangereuses et à se rendre dans les "stations d'accueil" qu'il a établies dans le corridor de Lachin. 

    "Des corridors humanitaires et des stations d'accueil ont été créés sur la route de Lachin et dans d'autres directions afin d'assurer l'évacuation de la population de la zone dangereuse", indique le communiqué. 

    Christian Solidarity International (CSI), un groupe d'aide humanitaire, a déclaré qu'il s'agissait d'une tactique visant à nettoyer le Haut-Karabakh des chrétiens arméniens. 

    "Alors qu'il bombarde des zones civiles, l'Azerbaïdjan envoie des SMS aux habitants du Haut-Karabakh pour leur dire de partir par le corridor de Lachin. La même route qu'ils ont bloquée pendant neuf mois pour affamer la population, ils l'ont maintenant ouverte pour que les gens puissent la quitter. L'objectif est le même : vider le Karabakh des Arméniens".

    Comment l'Arménie a-t-elle réagi ? 
    Le premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, a nié toute implication militaire de l'Arménie et, malgré les attaques azéries en cours, a refusé de répondre militairement. 

    Open Caucasus Media (OC Media), a rapporté les propos tenus par M. Pashinyan mardi : "Je tiens à préciser que la République d'Arménie n'est pas impliquée dans des opérations militaires, et je tiens à préciser une fois de plus que la République d'Arménie n'a pas d'armée dans le Haut-Karabakh". 

    "En ce moment, nous ne devrions pas mener d'action imprévue, drastique ou aventureuse", a ajouté M. Pashinyan, selon OC Media. 

    Le refus du premier ministre arménien de s'impliquer a provoqué une forte agitation au sein de la population arménienne. 

    Une vidéo prise à l'extérieur du capitole arménien montre des citoyens arméniens indignés tentant de prendre d'assaut le bâtiment. 

    M. Pashinyan aurait eu une conversation téléphonique avec le président français Emmanuel Macron et le secrétaire d'État américain Antony Blinken mardi. 

    Selon OC Media, M. Macron a informé M. Pashinyan que la France avait demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU pour discuter de l'escalade militaire au Haut-Karabagh. 

    La commission des affaires étrangères du Sénat américain a publié une déclaration le X qui dit : "L'assaut effronté de l'Azerbaïdjan sur le Haut-Karabakh prouve une fois de plus l'intention malveillante du président azéri Ilham Aliyev d'anéantir la population arménienne de la région. Les États-Unis et la communauté internationale doivent agir".

    Peter Pinedo est correspondant de CNA à Washington. Diplômé de l'université Franciscan, Peter a travaillé auparavant pour Texas Right to Life. Il est premier lieutenant dans la réserve de l'armée américaine.

  • A ne pas manquer, en accès libre sur le site de La Nef

    IMPRIMER

  • Pakistan : la foule brûle les églises, la police arrête les chrétiens

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    Pakistan : La foule brûle les églises, la police arrête les chrétiens

    25/08/2023

    Les véritables instigateurs des attaques contre les lieux de culte chrétiens n'ont pas été arrêtés. Deux frères chrétiens sont en prison, accusés de blasphème.

    Jaranwala Chistian churches after the attack. From Twitter.
    Les églises chrétiennes de Jaranwala après l'attaque. Extrait de Twitter.

    Il est assez rare que des médias autres que "Bitter Winter" et d'autres organes spécialisés diffusent des informations sur la persécution des minorités religieuses au Pakistan. C'est ce qui s'est passé la semaine dernière, lorsque le 16 août, une foule a brûlé ou détruit quelque dix-neuf églises, dont le lieu de culte historique de l'Armée du salut, et plusieurs maisons privées de chrétiens à Jaranwala, dans le Pendjab.

    Les émeutiers ont également vandalisé un cimetière chrétien, brûlé des bibles et pillé les maisons de chrétiens qui avaient fui la région par crainte pour leur vie. Les chrétiens ont protesté dans tout le pays et, pour une fois, il était impossible d'ignorer l'incident pour les médias nationaux et internationaux.

    Le gouvernement a promis une action rapide et immédiate de la police. Mais que s'est-il passé, une semaine après les attentats ? Plus d'une centaine d'émeutiers ont été arrêtés, ont déclaré les autorités aux médias. Cependant, certains ont déjà été relâchés et on ne sait pas combien d'entre eux seront inculpés pour des délits graves. Plus important encore, les religieux et les militants politiques d'organisations islamiques extrémistes telles que Tehreek-e-Labbaik Pakistan, qui ont incité les émeutiers à agir, n'ont pas été arrêtés. Tehreek-e-Labbaik nie toutes les accusations, mais les chrétiens qui étaient présents racontent une autre histoire.

    Christians sleeping in the fields after having been compelled to leave their homes. From Twitter.
    Chrétiens dormant dans les champs après avoir été contraints de quitter leurs maisons. Extrait de Twitter.

    Quelqu'un, cependant, a été arrêté et accusé d'un crime passible de la peine de mort : deux chrétiens. L'incident a commencé lorsque des pages du Coran portant des commentaires désobligeants écrits en rouge, qui auraient été trouvées dans une rue voisine, ont été remises à un responsable de la prière de la mosquée. Celui-ci les a montrées aux fidèles musulmans et a prononcé un sermon incendiaire appelant à la vengeance.

    La police affirme que les pages profanées du Coran portent les noms, les adresses et même les numéros de carte d'identité de deux frères chrétiens, qui ont été arrêtés et inculpés de blasphème. La police n'a pas expliqué pourquoi les blasphémateurs signaient leur blasphème, fournissaient même le numéro de leur carte d'identité et demandaient littéralement à être arrêtés et inculpés d'un crime passible de la peine capitale.

    Christian protests in Karachi. From Twitter.
    Manifestations chrétiennes à Karachi. Extrait de Twitter.

    En théorie, le blasphème peut être puni de la peine de mort au Pakistan. Bien que les juridictions supérieures convertissent régulièrement les condamnations à mort en peines d'emprisonnement à vie ou autres peines d'emprisonnement de longue durée, et que personne n'ait été exécuté jusqu'à présent, le gouvernement a récemment annoncé, sous la pression du Tehreek-e-Labbaik, que les dispositions contre le blasphème seraient appliquées de manière plus stricte. Il est également fréquent que les personnes accusées de blasphème soient lynchées par la foule.

    Massimo Introvigne (né le 14 juin 1955 à Rome) est un sociologue italien des religions. Il est le fondateur et le directeur général du Centre d'études sur les nouvelles religions (CESNUR), un réseau international de chercheurs qui étudient les nouveaux mouvements religieux. Introvigne est l'auteur de quelque 70 livres et de plus de 100 articles dans le domaine de la sociologie des religions. Il est le principal auteur de l'Enciclopedia delle religioni in Italia (Encyclopédie des religions en Italie). Il est membre du comité éditorial de l'Interdisciplinary Journal of Research on Religion et du comité exécutif de Nova Religio de University of California Press.  Du 5 janvier au 31 décembre 2011, il a été "Représentant pour la lutte contre le racisme, la xénophobie et la discrimination, en particulier la discrimination à l'encontre des chrétiens et des membres d'autres religions" de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). De 2012 à 2015, il a été président de l'Observatoire de la liberté religieuse, institué par le ministère italien des affaires étrangères afin de suivre les problèmes de liberté religieuse à l'échelle mondiale.

    www.cesnur.org/

  • "Oubliés de tous" : le calvaire des victimes arméniennes du blocus de l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    "Oubliés de tous" : Le calvaire des victimes arméniennes du blocus de l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh

    La catastrophe humanitaire qui menace l'enclave arménienne, soumise à un blocus depuis plusieurs mois, ravive le spectre de l'épuration ethnique et religieuse dans cette région majoritairement chrétienne.

    The situation in Armenia is dire: Left, center: Bakers at one of the few remaining bakeries in Stepanakert (the capital of Nagorno Karabagh) work throughout the night to provide bread for the local community; a young man goes home after finding just a few vegetables to return to his family. Upper and lower left: Children join a protest demanding the recognition of Artsakh as an independent state. Upper right: Mothers join in a group prayer before a rally in Stepanakert. Lower right: the village of Aghavno in Artsakh whose hundred inhabitants were asked to leave the premises.

    La situation en Arménie est désastreuse : A gauche et au centre : Les boulangers de l'une des rares boulangeries de Stepanakert (capitale du Haut-Karabagh) travaillent toute la nuit pour fournir du pain à la communauté locale ; un jeune homme rentre chez lui après avoir trouvé quelques légumes à rapporter à sa famille. En haut et en bas à gauche : Des enfants participent à une manifestation réclamant la reconnaissance de l'Artsakh en tant qu'État indépendant. En haut à droite : Des mères se joignent à une prière collective avant un rassemblement à Stepanakert. En bas à droite : le village d'Aghavno, en Artsakh, dont la centaine d'habitants a été priée de quitter les lieux. (photo : Courtesy of Aram Kayayan and David Ghahramanian )

    23 août 2023
    Le peuple arménien, le plus ancien royaume chrétien du monde, lutte une nouvelle fois pour sa survie. Près de trois ans après la fin de la dernière guerre avec son voisin et ennemi historique l'Azerbaïdjan, à l'issue de laquelle elle a été contrainte de céder le territoire longtemps disputé du Haut-Karabagh, la situation des quelque 120 000 personnes restées dans cette région est aujourd'hui critique.

    Depuis décembre 2022, le corridor de "Lachin", seule route reliant géographiquement l'enclave ethnique à l'Arménie, fait l'objet d'une série de blocages provoqués par le gouvernement azéri, plongeant ce dernier dans une grave crise humanitaire qui n'a jusqu'à présent suscité que peu de réactions de la part d'une communauté internationale dont les yeux sont plutôt rivés sur la guerre qui se déroule actuellement en Ukraine.

    Les experts qui se sont entretenus avec le Register sur le terrain estiment que ces actes hostiles cachent un plan plus large de nettoyage ethnique et religieux dans la région. En effet, la position géographique de l'Arménie, coincée entre l'Azerbaïdjan et la Turquie, représente un obstacle aux ambitions pan-turques de ses voisins turcophones et à majorité musulmane. Les incursions régulières des forces azéries aux frontières de l'Arménie depuis septembre 2022 renforcent les craintes d'une résurgence du conflit dans la région.

    Poursuivre la guerre par d'autres moyens

    La guerre entre les deux pays pour le contrôle du Haut-Karabakh - connu sous le nom d'"Artsakh" en arménien - de septembre à novembre 2020 a entraîné la mort de plus de 6 500 personnes. Il fait suite à un conflit antérieur dans la région au début des années 1990. Ce conflit, dont l'Arménie est sortie victorieuse, a fait quelque 30 000 victimes.

    Mais les origines du conflit remontent aux années 1920, lorsque le dirigeant soviétique Joseph Staline a arbitrairement séparé l'enclave, composée à plus de 90 % d'Arméniens, de sa mère patrie, en la plaçant sous l'administration soviétique azerbaïdjanaise.

    Lire la suite

  • République islamique d'Iran : 69 chrétiens arrêtés, pour la plupart des musulmans convertis

    IMPRIMER

    De jihadwatch.org :

    République islamique d'Iran : 69 chrétiens arrêtés, pour la plupart des musulmans convertis

    19 août 2023

    L'Iran étant une république islamique, elle considère la conversion hors de l'islam comme un acte de rébellion contre l'État, et poursuit en conséquence les personnes qui osent se convertir.

    Téhéran (AsiaNews) - L'Iran a arrêté des dizaines de chrétiens, pour la plupart des convertis de l'islam, mais aussi quelques Assyro-Chaldéens baptisés dans leur enfance, sur une période de sept semaines en juin et juillet dans 11 villes différentes du pays, selon Article18, une organisation de défense des droits de l'homme qui plaide en faveur des chrétiens iraniens et de la liberté religieuse.

    Dans un premier rapport, l'ONG avait fait état de 50 arrestations à la mi-juillet dans cinq villes, mais sa dernière mise à jour indique qu'au moins 69 personnes ont été placées en garde à vue, dont 10 - quatre hommes et six femmes - sont toujours détenues par les autorités.

    Les arrestations ont eu lieu entre le 1er juin et le 17 juillet dans les villes suivantes : Téhéran, Karaj, Rasht, Orumiyeh, Aligoudarz, Isfahan, Shiraz, Semnan, Garmsar, Varamin et Eslamshahr.

    Dans la capitale Téhéran et dans les autres villes, après leur arrestation, les personnes ont été contraintes de signer des déclarations dans lesquelles elles s'engageaient à s'abstenir de toute activité chrétienne ou à suivre une rééducation islamique afin d'être libérées.

    Certains affirment qu'après leur libération, ils ont été convoqués pour un nouvel interrogatoire ou ont reçu l'ordre de quitter l'Iran. L'un d'entre eux a déclaré avoir perdu son emploi à la demande des agents des services de renseignement. Pour les personnes libérées sous caution, les familles ont dû payer entre 8 000 et 40 000 dollars.

    La majorité des personnes arrêtées sont des convertis à l'islam, mais au moins deux d'entre elles sont des Iraniens-Arméniens nés dans des familles chrétiennes....

    La vague d'arrestations de chrétiens coïncide également avec une nouvelle vague de répression à l'encontre de la communauté bahaïe d'Iran qui, comme les chrétiens convertis, est un groupe religieux minoritaire non reconnu par la République islamique.....

  • Pakistan : la violence antichrétienne se répète parce qu'elle reste impunie

    IMPRIMER

    De Vatican News (Deborah Castellano Lubov):

    Le président des évêques du Pakistan : la violence antichrétienne se répète parce qu’elle reste impunie

    Dans une interview accordée à Vatican News, le Président de la Conférence épiscopale du Pakistan, Mgr Joseph Arshad, Archevêque d’Islamabad-Rawalpindi, qui a vu en direct les chrétiens souffrants et déplacés, appelle à la prière pour la Journée de prière pour le Pakistan à la suite de la violence de la foule contre les lieux de culte et les maisons chrétiens à Jaranwala, et insiste sur le fait qu’il faut travailler pour prévenir l’abus des lois et rendre justice à ceux qui les maltraitent.

    Plusieurs églises chrétiennes ont été vandalisées et des dizaines de maisons incendiées mercredi par une foule de musulmans qui ont attaqué une communauté chrétienne dans l’est du Pakistan, après avoir accusé deux de ses membres de profaner le Coran. L’attaque a eu lieu à Jaranwala dans le quartier industriel de Faisalabad.

    Plus de 80 maisons chrétiennes et au moins 20 églises au Pakistan ont été vandalisées lorsqu’une foule musulmane a saccagé les rues à cause d’un présumé blasphème le 16 août.

    Les groupes de défense des droits soutiennent que les chrétiens continuent d’être victimes de discrimination dans le pays, comme en témoignent plusieurs accusations portées contre eux sans aucune preuve, utilisant la loi sur le blasphème pour accuser arbitrairement les minorités.

    Un rapport récent de la Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale (USCIRF), qui a attiré l’attention sur la détérioration de la liberté religieuse dans de nombreux pays du monde, s’est dit préoccupé par la poursuite de l’application des dispositions sur le blasphème qui punissent des individus pour avoir prétendument offensé, insulté ou dénigré des doctrines religieuses, et par les efforts déployés pour promulguer une législation plus stricte sur le blasphème dans plusieurs pays.

    Dans une déclaration, le président de la Commission, Nury Turkel, a fait observer que « les poursuites pour blasphème démontrent un mépris flagrant des droits de la personne et sont souvent utilisées pour cibler des membres de communautés religieuses et d’autres personnes qui ont des opinions différentes ou dissidentes. »

    Au lendemain des attentats, aujourd’hui, dimanche 20 août, une Journée spéciale de prière au Pakistan est observée dans toutes les communautés catholiques du pays.

    Aujourd’hui, la Conférence des évêques catholiques du Pakistan confie au Seigneur les épisodes de violence ouverte contre les bâtiments sacrés et les familles des baptisés, perpétrés le 16 août dans la ville de Jaranwala, près de Faisalabad, dans le Pendjab pakistanais.

    Lire la suite

  • Persécution anti-chrétienne au Pakistan. Les voix qui se taisent

    IMPRIMER

    Nous lisons sur "Il sismografo" :

    Persécution anti-chrétienne au Pakistan. Les voix qui se taisent

    ** À quoi servent les nombreux documents signés chaque année par les chefs religieux lors de dizaines de réunions et qui, lorsque le pire se produit comme au Pakistan ces jours-ci, ne demandent pas le respect des engagements en faveur du dialogue et de la paix entre les confessions religieuses ?

    ** Lorsque le pape Jean-Paul II s'est adressé à 70 000 jeunes musulmans, en dehors du circuit des réunions des médias religieux, et a déclaré : "La véritable signification de la liberté religieuse respecte à la fois Dieu et l'homme".

    Depuis quelques jours, une véritable campagne d'agression violente contre les chrétiens est en cours dans certaines régions du Pakistan de la part de groupes de musulmans, à forte majorité sunnite dans ce pays d'Asie. Les croyants de l'Islam au Pakistan (environ 230 millions d'habitants) représentent au moins 95 % de la population. Il est bien connu que le Pakistan connaît des vagues périodiques de violence à l'encontre des hindous et des chrétiens depuis plusieurs décennies. Souvent, certaines lois du pays, comme la tristement célèbre loi "anti-blasphème", ont favorisé ou encouragé de tels comportements, que les autorités n'ont pas toujours maîtrisés, comme le montrent les événements de ces derniers jours.

    La Constitution du Pakistan fait de l'Islam la religion d'Etat, même si le texte reconnaît à tous les citoyens le droit de professer, de pratiquer et de répandre leur foi. Cette charte constitutionnelle restreint cependant les droits politiques des Pakistanais non musulmans qui ne peuvent être ni président de la République, ni Premier ministre, ni juges de la Cour fédérale, laquelle a le pouvoir d'annuler toute loi jugée contraire à l'islam.

    Des documents solennels oubliés ou mis à la poubelle

    Dans ces moments-là, les chrétiens ne peuvent s'empêcher de rappeler le cas notoire d'Asia Bibi (2010 - 2018) ainsi que l'horreur de l'assassinat, le 2 mars 2011, en plein centre d'Islamabad, de Shahbaz Bhatti, ministre pakistanais des minorités.

    Les chrétiens, en particulier les catholiques, doivent se rappeler à eux-mêmes et à beaucoup d'autres - en particulier les orthodoxes et les musulmans sunnites et chiites - les documents conjoints signés à des occasions solennelles pour encourager et favoriser la paix et le dialogue entre les confessions religieuses. Ces documents sont nombreux mais semblent tomber dans l'oubli. Le cas le plus dramatique est la déclaration commune du pape François et du patriarche Kirill de Moscou et de toutes les Russies, signée le 12 février 2016, et qui, en ces 18 mois de guerre russe contre l'Ukraine, n'a jamais été mentionnée ou rappelée par quiconque. Il s'agit d'un document officiel catholique-orthodoxe qui a disparu de la réalité ecclésiale quotidienne et même de la mémoire.

    Un autre document commun populaire est celui du 4 février 2019, signé à Abu Dhabi entre le pape François et le grand imam d'Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb, un haut dignitaire musulman sunnite, sur la "Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune".

    À ce jour, il n'existe aucune trace du Grand Imam sunnite d'Al-Azhar condamnant d'un seul mot les violences antichrétiennes en cours au Pakistan. Il en va de même pour le Congrès des dirigeants des religions mondiales et traditionnelles au Kazakhstan, où la Déclaration finale a été signée en présence du Pape (22 septembre 2022).

    De toute évidence, aucune voix catholique autorisée n'a voulu rappeler au Grand Imam et au Congrès du Kazakhstan ce qui avait été convenu et signé ensemble lors de réunions largement amplifiées par la presse.

    Des événements tragiques tels que ceux survenus au Pakistan soulèvent de nombreuses questions sur les nombreux autres documents officiels signés par des chefs religieux sur la question, dont personne ne se souvient le lendemain, même lorsque cela s'avérerait approprié et nécessaire.

    Lire la suite

  • Attaque extrémiste au Pakistan : des centaines de maisons chrétiennes détruites et 15 églises attaquées

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (USA) :

    Pakistan. Exode massif de chrétiens devant des foules déchaînées

    16 août 2023
    Pakistan: Mass exodus of Christians as mobs burn churches and homes

    une des églises incendiées

    Lors d'une attaque extrémiste au Pakistan, des centaines de maisons chrétiennes ont été détruites et 15 églises ont été attaquées.

    Les chrétiens de la ville de Jaranwala, près de Faisalabad, ont fui en masse alors que des fanatiques lançaient des pierres et incendiaient des propriétés. L'incident faisait suite à une accusation de blasphème contre un nettoyeur chrétien, qui aurait profané le Coran et insulté le prophète de l'Islam. Le père Abid Tanveer, vicaire général du diocèse de Faisalabad, a rendu compte à l'Aide à l'Église en Détresse (ACN) après une visite à Jaranwala, qui, selon lui, n'était toujours pas sûre. « Cette situation est terrifiante. Les chrétiens ont très peur. Veuillez prier pour notre peuple; priez pour que leur vie soit protégée. Tant de gens ont perdu leurs biens; ils ont tout perdu. Ils ne savent pas quoi faire ni où aller. »

    Un religieux chrétien au Pakistan a déclaré que pas moins de 2 000 personnes avaient déjà fui leur foyer. Et selon le père Tanveer, 13 églises de différentes confessions ont été attaquées, dont beaucoup par des incendies, ainsi qu'une maison de catéchiste et un presbytère. Il a dit que le père Khalid, curé de la paroisse Saint-Paul, Jaranwala, a dû s'enfermer à l'intérieur du presbytère alors que des extrémistes l'entouraient, exigeant qu'il sorte. Finalement, ils sont partis, ainsi que le prêtre. Mais peu de temps après, les assaillants sont revenus, détruisant les certificats de baptême, de mariage et de décès conservés au bureau paroissial.

    Des témoins locaux qui ont parlé à ACN ont déclaré que les assaillants avaient également jeté des meubles dans la rue, tout en appelant au meurtre de l'accusé. Un contact ACN à Faisalabad a déclaré que les messages des mosquées, diffusés par haut-parleur, appelaient les gens à "sortir et tuer" les chrétiens. Un chrétien de Faisalabad a déclaré à ACN : « C'est absolument terrifiant. Nous ne savons pas ce qui va se passer ensuite. »

    Un autre membre important du clergé au Pakistan a déclaré : « Nous condamnons totalement cet acte de terrorisme brutal. Les gens qui attaquent des chrétiens innocents et brûlent leurs maisons ont un état d'esprit terroriste.

    Pour l'instant, aucun décès n'a été signalé.

    Les chrétiens de Jaranwala ont quitté leurs maisons dès 5 heures du matin. le 16 août, après que des musulmans locaux les eurent avertis qu'une attaque se préparait. Un prêtre senior a déclaré à ACN que la menace n'était pas passée et que les gens restaient "très effrayés". "Nous sommes très reconnaissants de votre sollicitude et de vos prières", a-t-il ajouté. "S'il vous plaît, continuez à prier pour nous."

    Le père Tanveer a déclaré que des policiers supplémentaires avaient été déployés, mais rien ne garantissait que la situation serait maîtrisée. Les extrémistes étaient bien armés et avaient toujours l'intention de recourir à la violence en réponse au blasphème présumé.

    https://twitter.com/i/status/1691800356483707064

  • L'influence du nestorianisme sur l'Islam naissant

    IMPRIMER

    D'Annie Laurent sur le site "Clarifier" :

    PFV n°97 : les hérésies chrétiennes dans le Coran – le nestorianisme et ses dérivés

    10 août 2023

     

    Chers amis lecteurs,

    Le concile œcuménique de Nicée, tenu en 325 pour juguler l’arianisme (cf. PFV n° 96), ne permit pas d’en finir avec le phénomène des hérésies au sein des communautés chrétiennes d’Orient. D’autres doctrines, incompatibles avec la foi de l’Église, et condamnées comme telles, ont fait leur apparition : nestorianisme, monophysisme, monothélisme, docétisme, pélagianisme.

    Il convient donc de s’interroger sur l’influence qu’elles ont pu exercer sur la doctrine coranique et sur les conditions dans lesquelles ces emprunts ont pu inspirer la nouvelle religion monothéiste, l’islam, lors de son élaboration à partir du VIIème siècle.

    Compte tenu de la complexité du sujet, Annie Laurent a jugé utile, selon sa compréhension, d’y consacrer trois nouvelles Petites Feuilles Vertes : n° 97, 98 et 99. C’est donc la première de cette série que vous trouverez ci-dessous.
    Bonne lecture à tous ! 

    L’équipe de CLARIFIER


                 Au-delà des nombreuses doctrines gnostiques et messianistes qui pullulaient en Orient (cf. PFV n° 95), l’arianisme a sans doute été l’une des hérésies chrétiennes les plus influentes auprès de l’islam naissant puisque le Coran a adopté le cœur de sa doctrine, à savoir la négation absolue de la divinité du Christ et de la Trinité (cf. PFV n° 96). On ne peut toutefois pas négliger d’autres emprunts, inspirés eux aussi d’idées hétérodoxes, telles que le nestorianisme, le monophysisme et le monothélisme, qui résultaient de facteurs aussi variés que les malentendus culturels et linguistiques, les écrits apocryphes ou les rivalités politiques et ecclésiales (cf. PFV n° 96). Outre qu’elles ont contribué à briser l’unité chrétienne par les schismes qui en résultèrent, leurs formulations ont inspiré certaines croyances islamiques inscrites dans le Coran, préparant ainsi les consciences orientales à l’acceptation de l’islam.

    LE NESTORIANISME

    Son initiateur, Nestorius (v. 382-451), était un moine syrien devenu patriarche de Constantinople en 428. Il avait été formé à la Didascalée (École de théologie) d’Antioche, dominée par la personnalité de Théodore (350-428), évêque de Mopsueste en Cilicie (Turquie actuelle). De tendance « rationalisante », cette École tendait à privilégier l’humanité de Jésus au détriment de sa divinité. Il s’agissait au fond d’éviter l’absorption d’une nature par l’autre et ainsi d’épargner à la divinité tout mélange avec l’humain.

     

    Nestorius rejetait donc l’union hypostatique des deux natures dans l’unique personne du Verbe ; il en arrivait finalement à l’existence de deux Christ : l’homme et Dieu. Dans son rapport sur ce sujet, intitulé Traité de l’incarnation, le moine saint Jean Cassien (360-432), abbé du monastère Saint-Victor de Marseille, a exposé ainsi la doctrine nestorienne : « Jésus-Christ, né de la Vierge, est un homme sans plus (homo solitarius) ; ayant pris le chemin de la vertu, il a obtenu par sa vie pieuse  et religieuse, par la sainteté de son existence, que la Majesté divine s’unît à lui ; sa dignité lui vient, non pas de la splendeur de son origine, mais des mérites qu’il s’est acquis » (cité par l’islamologue Roger Arnaldez, À la croisée des trois monothéismes, Albin Michel, 1993, p. 50).

    Selon l’historien syrien Edmond Rabbath (1902-1991), Nestorius considérait que « seule la nature humaine du Christ a subi les souffrances de la crucifixion ». “Ce n’est pas Dieu, disait-il, qui a souffert sur la Croix, mais il était uni à la chair qui a été crucifiée”. Cette doctrine donnait lieu à l’abandon du dogme de la Rédemption, un des piliers du christianisme, sans lequel la religion du péché originel et du salut par le Divin Sauveur eût été complètement défigurée » (L’Orient chrétien à la veille de l’islam, Publication de l’Université Libanaise, Beyrouth, 1989, p. 17-18).

    Or, dans la même ligne, le Coran occulte la réalité du péché originel et donc la nécessité d’un salut pour les hommes. Ce sujet sera traité dans une PFV à venir (n° 99).

    Lire la suite

  • Un Islam de plus en plus influent en Europe ?

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    L’influence de l’Islam en Europe ?

    Le Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies ratifie les lois criminalisant le blasphème

    Le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU adopte une résolution prévoyant des sanctions pour la diffamation de la religion, y compris l’incinération du Coran. Le Royaume-Uni défend la liberté d’expression à l’étranger à la suite d’une controverse nationale sur la prière publique, l’endommagement des livres saints, etc.

    Un coup dur pour les normes internationales de liberté d’expression, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté une résolution qui  » souligne la nécessité  » de demander des comptes aux individus responsables de blasphème, notamment en profanant le Coran. La résolution, intitulée « Lutte contre la haine religieuse constituant une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence », indique que de telles sanctions seraient « conformes aux obligations des États découlant du droit international des droits de l’homme ».

    Cette décision fait suite à l’incendie public d’un Coran en guise de protestation en Suède. La police suédoise avait accordé une autorisation pour la manifestation, conformément à ses lois sur la liberté d’expression.

    Cette action a suscité des menaces de mort et de vives réactions internationales, en particulier dans les pays à majorité musulmane où des manifestations ont eu lieu devant les ambassades suédoises. Les gouvernements turc, égyptien et autres ont condamné l’incendie et critiqué les autorités suédoises pour avoir autorisé la manifestation. La police suédoise a déclaré par la suite que l’incident faisait l’objet d’une enquête pour incitation à la haine.

    Depuis le Conseil des droits de l’homme à Genève, Giorgio Mazzoli, directeur du plaidoyer auprès des Nations unies de l’ADF International, a commenté l’adoption de la résolution : « L’incendie délibéré de livres sacrés, qu’il s’agisse du Coran, de la Bible ou de la Torah, est un acte de provocation qui peut susciter des émotions et offenser gravement de nombreuses personnes. Toutefois, dans une société démocratique, le coût de la sauvegarde de notre droit fondamental à nous exprimer librement réside parfois dans l’inconfort d’être offensé par les actions d’autres personnes avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord.

    Quelle que soit la forme qu’elle prend, personne ne devrait être passible de sanctions pénales pour avoir exprimé ses convictions profondes ou pour avoir exprimé son désaccord avec une religion ou un système de croyances. La résolution anti-blasphème adoptée par le Conseil des droits de l’homme constitue une régression inquiétante pour les protections internationales de la liberté de religion. Elle doit être un appel à tous ceux qui croient en l’importance de la liberté d’expression pour qu’ils s’engagent à nouveau à défendre ce droit humain fondamental sur la scène mondiale et à s’opposer fermement aux lois sur le blasphème ».

    Le Royaume-Uni défend la liberté d’expression à l’étranger

    La résolution, qui a été adoptée par 28 voix contre 14 (et 7 abstentions), s’est heurtée à l’opposition du gouvernement britannique : « Le droit international des droits de l’homme nous fournit des paramètres étroitement définis sur lesquels la liberté d’expression peut être limitée, et nous n’acceptons pas que, par définition, les attaques contre la religion, y compris contre les textes ou les symboles religieux, constituent un appel à la haine.

    Lire la suite

  • "Tout est perdu pour eux" - Une crise humanitaire majeure pour les Arméniens

    IMPRIMER

    Lu sur The Pillar :

    "Tout est perdu pour eux" - Une crise humanitaire pour les Arméniens

    28 juillet 2023

    Si vous êtes américain (ou européen), vous ne savez peut-être pas grand-chose d'un conflit qui dure depuis des décennies entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, deux petits pays situés dans la région du Caucase, là où l'Europe et l'Asie se rencontrent. 

    L'Azerbaïdjan est un pays majoritairement musulman d'environ 10 millions d'habitants. Il est trois fois plus grand que l'Arménie, majoritairement chrétienne, qui compte moins de trois millions d'habitants. 

    Depuis les dernières années de la guerre froide, les deux pays sont engagés dans le conflit le plus durable de l'Eurasie post-soviétique, impliquant leurs propres armées, celles de la Turquie et d'autres puissances régionales. 

    Depuis 1998, des combats éclatent périodiquement au sujet du territoire contesté du Haut-Karabakh, situé en Azerbaïdjan mais peuplé d'Arméniens. La région abrite l'État sécessionniste connu sous le nom de République d'Artsakh, qui est étroitement lié à l'Arménie.

    Une recrudescence de la violence a commencé en 2020 avec l'incursion de l'Azerbaïdjan contre les traités négociés. Le conflit qui s'en est suivi, au cours duquel les deux parties ont utilisé des munitions flottantes (également connues sous le nom de "drones kamikazes"), est considéré comme le début d'une nouvelle ère de guerre dominée par des machines autonomes mortelles - comme on le voit aujourd'hui en Ukraine.

    Des centaines de soldats ont été tués lors des derniers affrontements majeurs à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan en septembre 2022, qui se sont terminés par un cessez-le-feu précaire. 

    Mais peu après ce cessez-le-feu, de prétendus militants écologistes ont bloqué le corridor de Lachin, la seule route reliant l'Arménie au Haut-Karabakh. Les groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que le blocus créait une crise humanitaire dans la région contestée, laissant 120 000 Arméniens de souche vivre en état de siège, sans électricité, avec des denrées alimentaires et des médicaments de plus en plus rares. 

    Le pape François se préoccupe depuis des années de la crise dans la région et a envoyé ce mois-ci le cardinal Pietro Parolin pour une mission diplomatique de paix dans la région.

    Historiquement, l'Arménie a de profondes racines chrétiennes - en 301, le Royaume d'Arménie a été le premier pays à devenir une nation officiellement chrétienne. 

    Si l'Arménie reste un pays majoritairement chrétien, la majorité des Arméniens de souche sont orthodoxes. Mais en Arménie, et un peu partout dans le monde, il y a aussi quelques centaines de milliers de membres de l'Église catholique arménienne, une Église catholique orientale sui iuris en pleine communion avec Rome.

    Mgr Mikaël Mouradian est l'évêque diocésain des Arméniens catholiques des États-Unis et du Canada. Il s'est entretenu cette semaine avec The Pillar au sujet de la crise humanitaire au Haut-Karabakh, derrière le blocus du corridor de Lachin. 

    L'évêque Mouradian a déclaré à The Pillar qu'il pensait que la crise actuelle s'inscrivait dans la continuité du génocide des Arméniens qui a eu lieu il y a 100 ans et qui a fait 1,5 million de victimes. Il a ajouté que les Arméniens avaient besoin de l'aide des catholiques américains.

    Monseigneur, pourriez-vous expliquer à nos lecteurs l'état actuel du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, tel que vous le voyez ? Quelle est la situation des personnes vivant dans une zone de guerre ?

    La situation est la suivante : Actuellement, cette crise est, je pense, une continuation du génocide arménien de 1915. 

    Pourquoi est-ce que je dis cela ? 

    Parce qu'en 2020, lorsque la Turquie et l'Azerbaïdjan ont attaqué ensemble cette région, ce qui a eu pour conséquence la crise que nous vivons actuellement, le président turc s'est vanté en disant qu'il s'agissait de l'accomplissement de "la mission de nos grands-pères" dans le Caucase. 

    Lire la suite

  • PAKISTAN : trois cas d'accusations de blasphème contre des chrétiens en un mois; tensions à Sargodha

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Trois cas d'accusations de blasphème contre des chrétiens en un mois : tensions à Sargodha

    19 juillet 2023

    Sargodha (Agence Fides) - Des tensions existent à Sargodha, une ville du Punjab pakistanais, où trois cas distincts d'accusations de blasphème contre des chrétiens locaux se sont produits en moins d'un mois, déclenchant des violences et laissant les résidents chrétiens inquiets pour leur sécurité.

    Le dernier cas en date est celui qui s'est produit le 16 juillet dans le village de Chak No. 50, appelé "Mariam Town", où Mohd Abdul Gaffar, un officier de l'armée de l'air pakistanaise à la retraite, a déclaré qu'en rentrant chez lui avec Qari Muhammad Asif, imam de la mosquée locale, il avait découvert une petite brochure au contenu blasphématoire, laissée sur le mur d'enceinte de sa maison. Le contenu de la brochure était extrêmement irrespectueux à l'égard du prophète Mahomet et d'autres figures islamiques, ainsi que du Coran, et faisait même l'éloge de l'incendie récent du Coran en Suède. La nouvelle s'est rapidement répandue dans la région, attirant du monde sur le site. La foule a exprimé sa colère et sa frustration, exigeant une punition sévère pour le blasphémateur inconnu. La police est arrivée sur les lieux pour maîtriser la situation et a enregistré une plainte (rapport de première information) contre des inconnus en vertu des articles 295a, 295b, 295c et 298a du code pénal, articles qui constituent ce qu'on appelle la "loi sur le blasphème". Bien que l'identité des auteurs du pamphlet soit inconnue, en représailles, la foule indignée a commencé à vandaliser des maisons chrétiennes, obligeant la police à surveiller la zone pour prévenir des incidents plus graves et maintenir l'ordre.

    A Sargodha, il s'agit du troisième incident de ce type en quelques semaines. Le 5 juillet, Haroon Shahzad, un chrétien du village de Chak n° 49, a été accusé de blasphème et arrêté pour avoir publié un passage de la Bible sur son compte du réseau social Facebook (voir Fides 5/7/2023). Pour la même raison, dans le village de Chak n° 98 du même district, un autre chrétien, Zaki Masih, a été accusé de blasphème le 8 juillet, alors que son message sur Facebook critiquait les auteurs de fraudes alimentaires.

    Les chrétiens pakistanais craignent une flambée de violence, déjà menacée lors de l'incendie du Coran en Suède, un acte promptement condamné par les croyants en Christ (voir Fides 17/7/2023 ). Selon des sources locales, certains groupes radicaux pourraient utiliser l'incident de l'incendie du Coran en Suède comme prétexte à des actes de vengeance. "Les chrétiens du Pakistan croient au respect de toutes les religions et n'ont aucun lien avec l'incident de la découverte du pamphlet blasphématoire, et encore moins avec l'incident de l'incendie du Coran, qu'ils ont condamné sans équivoque. Malheureusement, certains éléments à l'intérieur du pays cherchent à attiser les flammes de la haine religieuse en profitant de telles situations", note Nasir Saeed, directeur de l'ONG CLAAS (Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement). Il est impératif que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour mettre fin à l'utilisation abusive de la loi sur le blasphème au Pakistan", conclut-il, "et pour assurer la sécurité des familles innocentes des citoyens chrétiens du Pakistan à Sargodha".
    (PA) (Agence Fides 19/7/2023)