Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam - Page 5

  • Un Islam de plus en plus influent en Europe ?

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    L’influence de l’Islam en Europe ?

    Le Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies ratifie les lois criminalisant le blasphème

    Le Conseil des Droits de l’homme de l’ONU adopte une résolution prévoyant des sanctions pour la diffamation de la religion, y compris l’incinération du Coran. Le Royaume-Uni défend la liberté d’expression à l’étranger à la suite d’une controverse nationale sur la prière publique, l’endommagement des livres saints, etc.

    Un coup dur pour les normes internationales de liberté d’expression, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté une résolution qui  » souligne la nécessité  » de demander des comptes aux individus responsables de blasphème, notamment en profanant le Coran. La résolution, intitulée « Lutte contre la haine religieuse constituant une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence », indique que de telles sanctions seraient « conformes aux obligations des États découlant du droit international des droits de l’homme ».

    Cette décision fait suite à l’incendie public d’un Coran en guise de protestation en Suède. La police suédoise avait accordé une autorisation pour la manifestation, conformément à ses lois sur la liberté d’expression.

    Cette action a suscité des menaces de mort et de vives réactions internationales, en particulier dans les pays à majorité musulmane où des manifestations ont eu lieu devant les ambassades suédoises. Les gouvernements turc, égyptien et autres ont condamné l’incendie et critiqué les autorités suédoises pour avoir autorisé la manifestation. La police suédoise a déclaré par la suite que l’incident faisait l’objet d’une enquête pour incitation à la haine.

    Depuis le Conseil des droits de l’homme à Genève, Giorgio Mazzoli, directeur du plaidoyer auprès des Nations unies de l’ADF International, a commenté l’adoption de la résolution : « L’incendie délibéré de livres sacrés, qu’il s’agisse du Coran, de la Bible ou de la Torah, est un acte de provocation qui peut susciter des émotions et offenser gravement de nombreuses personnes. Toutefois, dans une société démocratique, le coût de la sauvegarde de notre droit fondamental à nous exprimer librement réside parfois dans l’inconfort d’être offensé par les actions d’autres personnes avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord.

    Quelle que soit la forme qu’elle prend, personne ne devrait être passible de sanctions pénales pour avoir exprimé ses convictions profondes ou pour avoir exprimé son désaccord avec une religion ou un système de croyances. La résolution anti-blasphème adoptée par le Conseil des droits de l’homme constitue une régression inquiétante pour les protections internationales de la liberté de religion. Elle doit être un appel à tous ceux qui croient en l’importance de la liberté d’expression pour qu’ils s’engagent à nouveau à défendre ce droit humain fondamental sur la scène mondiale et à s’opposer fermement aux lois sur le blasphème ».

    Le Royaume-Uni défend la liberté d’expression à l’étranger

    La résolution, qui a été adoptée par 28 voix contre 14 (et 7 abstentions), s’est heurtée à l’opposition du gouvernement britannique : « Le droit international des droits de l’homme nous fournit des paramètres étroitement définis sur lesquels la liberté d’expression peut être limitée, et nous n’acceptons pas que, par définition, les attaques contre la religion, y compris contre les textes ou les symboles religieux, constituent un appel à la haine.

    Lire la suite

  • "Tout est perdu pour eux" - Une crise humanitaire majeure pour les Arméniens

    IMPRIMER

    Lu sur The Pillar :

    "Tout est perdu pour eux" - Une crise humanitaire pour les Arméniens

    28 juillet 2023

    Si vous êtes américain (ou européen), vous ne savez peut-être pas grand-chose d'un conflit qui dure depuis des décennies entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, deux petits pays situés dans la région du Caucase, là où l'Europe et l'Asie se rencontrent. 

    L'Azerbaïdjan est un pays majoritairement musulman d'environ 10 millions d'habitants. Il est trois fois plus grand que l'Arménie, majoritairement chrétienne, qui compte moins de trois millions d'habitants. 

    Depuis les dernières années de la guerre froide, les deux pays sont engagés dans le conflit le plus durable de l'Eurasie post-soviétique, impliquant leurs propres armées, celles de la Turquie et d'autres puissances régionales. 

    Depuis 1998, des combats éclatent périodiquement au sujet du territoire contesté du Haut-Karabakh, situé en Azerbaïdjan mais peuplé d'Arméniens. La région abrite l'État sécessionniste connu sous le nom de République d'Artsakh, qui est étroitement lié à l'Arménie.

    Une recrudescence de la violence a commencé en 2020 avec l'incursion de l'Azerbaïdjan contre les traités négociés. Le conflit qui s'en est suivi, au cours duquel les deux parties ont utilisé des munitions flottantes (également connues sous le nom de "drones kamikazes"), est considéré comme le début d'une nouvelle ère de guerre dominée par des machines autonomes mortelles - comme on le voit aujourd'hui en Ukraine.

    Des centaines de soldats ont été tués lors des derniers affrontements majeurs à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan en septembre 2022, qui se sont terminés par un cessez-le-feu précaire. 

    Mais peu après ce cessez-le-feu, de prétendus militants écologistes ont bloqué le corridor de Lachin, la seule route reliant l'Arménie au Haut-Karabakh. Les groupes de défense des droits de l'homme ont déclaré que le blocus créait une crise humanitaire dans la région contestée, laissant 120 000 Arméniens de souche vivre en état de siège, sans électricité, avec des denrées alimentaires et des médicaments de plus en plus rares. 

    Le pape François se préoccupe depuis des années de la crise dans la région et a envoyé ce mois-ci le cardinal Pietro Parolin pour une mission diplomatique de paix dans la région.

    Historiquement, l'Arménie a de profondes racines chrétiennes - en 301, le Royaume d'Arménie a été le premier pays à devenir une nation officiellement chrétienne. 

    Si l'Arménie reste un pays majoritairement chrétien, la majorité des Arméniens de souche sont orthodoxes. Mais en Arménie, et un peu partout dans le monde, il y a aussi quelques centaines de milliers de membres de l'Église catholique arménienne, une Église catholique orientale sui iuris en pleine communion avec Rome.

    Mgr Mikaël Mouradian est l'évêque diocésain des Arméniens catholiques des États-Unis et du Canada. Il s'est entretenu cette semaine avec The Pillar au sujet de la crise humanitaire au Haut-Karabakh, derrière le blocus du corridor de Lachin. 

    L'évêque Mouradian a déclaré à The Pillar qu'il pensait que la crise actuelle s'inscrivait dans la continuité du génocide des Arméniens qui a eu lieu il y a 100 ans et qui a fait 1,5 million de victimes. Il a ajouté que les Arméniens avaient besoin de l'aide des catholiques américains.

    Monseigneur, pourriez-vous expliquer à nos lecteurs l'état actuel du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, tel que vous le voyez ? Quelle est la situation des personnes vivant dans une zone de guerre ?

    La situation est la suivante : Actuellement, cette crise est, je pense, une continuation du génocide arménien de 1915. 

    Pourquoi est-ce que je dis cela ? 

    Parce qu'en 2020, lorsque la Turquie et l'Azerbaïdjan ont attaqué ensemble cette région, ce qui a eu pour conséquence la crise que nous vivons actuellement, le président turc s'est vanté en disant qu'il s'agissait de l'accomplissement de "la mission de nos grands-pères" dans le Caucase. 

    Lire la suite

  • PAKISTAN : trois cas d'accusations de blasphème contre des chrétiens en un mois; tensions à Sargodha

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Trois cas d'accusations de blasphème contre des chrétiens en un mois : tensions à Sargodha

    19 juillet 2023

    Sargodha (Agence Fides) - Des tensions existent à Sargodha, une ville du Punjab pakistanais, où trois cas distincts d'accusations de blasphème contre des chrétiens locaux se sont produits en moins d'un mois, déclenchant des violences et laissant les résidents chrétiens inquiets pour leur sécurité.

    Le dernier cas en date est celui qui s'est produit le 16 juillet dans le village de Chak No. 50, appelé "Mariam Town", où Mohd Abdul Gaffar, un officier de l'armée de l'air pakistanaise à la retraite, a déclaré qu'en rentrant chez lui avec Qari Muhammad Asif, imam de la mosquée locale, il avait découvert une petite brochure au contenu blasphématoire, laissée sur le mur d'enceinte de sa maison. Le contenu de la brochure était extrêmement irrespectueux à l'égard du prophète Mahomet et d'autres figures islamiques, ainsi que du Coran, et faisait même l'éloge de l'incendie récent du Coran en Suède. La nouvelle s'est rapidement répandue dans la région, attirant du monde sur le site. La foule a exprimé sa colère et sa frustration, exigeant une punition sévère pour le blasphémateur inconnu. La police est arrivée sur les lieux pour maîtriser la situation et a enregistré une plainte (rapport de première information) contre des inconnus en vertu des articles 295a, 295b, 295c et 298a du code pénal, articles qui constituent ce qu'on appelle la "loi sur le blasphème". Bien que l'identité des auteurs du pamphlet soit inconnue, en représailles, la foule indignée a commencé à vandaliser des maisons chrétiennes, obligeant la police à surveiller la zone pour prévenir des incidents plus graves et maintenir l'ordre.

    A Sargodha, il s'agit du troisième incident de ce type en quelques semaines. Le 5 juillet, Haroon Shahzad, un chrétien du village de Chak n° 49, a été accusé de blasphème et arrêté pour avoir publié un passage de la Bible sur son compte du réseau social Facebook (voir Fides 5/7/2023). Pour la même raison, dans le village de Chak n° 98 du même district, un autre chrétien, Zaki Masih, a été accusé de blasphème le 8 juillet, alors que son message sur Facebook critiquait les auteurs de fraudes alimentaires.

    Les chrétiens pakistanais craignent une flambée de violence, déjà menacée lors de l'incendie du Coran en Suède, un acte promptement condamné par les croyants en Christ (voir Fides 17/7/2023 ). Selon des sources locales, certains groupes radicaux pourraient utiliser l'incident de l'incendie du Coran en Suède comme prétexte à des actes de vengeance. "Les chrétiens du Pakistan croient au respect de toutes les religions et n'ont aucun lien avec l'incident de la découverte du pamphlet blasphématoire, et encore moins avec l'incident de l'incendie du Coran, qu'ils ont condamné sans équivoque. Malheureusement, certains éléments à l'intérieur du pays cherchent à attiser les flammes de la haine religieuse en profitant de telles situations", note Nasir Saeed, directeur de l'ONG CLAAS (Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement). Il est impératif que le gouvernement prenne les mesures nécessaires pour mettre fin à l'utilisation abusive de la loi sur le blasphème au Pakistan", conclut-il, "et pour assurer la sécurité des familles innocentes des citoyens chrétiens du Pakistan à Sargodha".
    (PA) (Agence Fides 19/7/2023)

  • Irak : le cardinal Sako dans le collimateur du Président

    IMPRIMER

    De Nicola Scopelliti sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    PERSECUTION
    Irak, le cardinal Sako dans le collimateur du Président

    L'Eglise chaldéenne d'Irak n'est pas en paix. Le président Rashid a retiré le décret reconnaissant le cardinal Sako comme patriarche de l'Eglise chaldéenne. Les pressions exercées par les extrémistes chiites, qui prétendent représenter également les chrétiens, sont à l'origine de cette décision.

    20 juillet 2023

    Un chemin vers la pacification sera-t-il possible dans un pays où les chrétiens ont toujours été persécutés, et parfois même martyrisés ? Des chrétiens contraints de vivre dans une société où les rapports avec les musulmans, qu'ils soient chiites ou sunnites, sont très compliqués, où ces derniers revendiquent et exigent des espaces qui leur sont réservés, y compris des terres et des soutiens économico-financiers ? L'Église catholique irakienne en Irak a tenté d'emprunter la voie de la "liberté religieuse" comme solution possible aux problèmes qui empoisonnent la vie du peuple chrétien dans ce pays. Mais cette voie de l'Église chaldéenne, dirigée par le patriarche et cardinal Louis Sako, n'est pas vue d'un bon œil par une petite partie de la population qui, avec le soutien du président Abdul Latif Rashid, un Kurde ethnique, a mis le cardinal et, indirectement, toute l'Église chaldéenne "en accusation".

    Mais que s'est-il réellement passé ? Depuis plusieurs jours, une milice pro-iranienne, appartenant à la Brigade de Babylone et au Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), dirigée par Rayan al Kildani, également élu au Parlement irakien avec des voix chrétiennes, mène une lourde campagne de dénigrement contre le Patriarche Sako. Le gouvernement a d'abord réagi par le silence, puis le président irakien a retiré le décret décennal, signé par l'ancien président de la république, Jalal Talabani, qui reconnaissait le rôle du cardinal Sako en tant que patriarche de l'Église chaldéenne et responsable de tous les biens ecclésiastiques de l'Irak. Cette décision incompréhensible d'Abdul Latif Rashid a provoqué des protestations dans tout le pays de la part des membres et des dirigeants de la communauté chrétienne, qui ont condamné cette décision, la qualifiant d'"attaque directe contre le cardinal Sako", figure très respectée de sa communauté et chef de l'Église chaldéenne en Irak et dans le monde.

    Un grand nombre de chrétiens, bravant la chaleur torride de ces jours-ci, sont descendus dans les rues d'Ainkawa, un quartier à majorité chrétienne situé à l'extrémité nord de la ville d'Erbil, occupant la rue qui passe devant la cathédrale Saint-Joseph, pour protester contre ce qu'ils ont appelé une "violation claire et totale" de la communauté. Il s'agit d'une manœuvre politique visant à s'emparer de tout ce qui reste des chrétiens en Irak et à Bagdad pour les forcer à quitter le pays. "Il s'agit d'une attaque flagrante contre les chrétiens et d'une grave menace pour leurs droits", a déclaré Diya Butrus Slewa, une éminente militante des droits de l'homme et des minorités du district d'Ainkawa. "L'Église a ses propres lois, tribunaux et comités, tout comme les musulmans ont les leurs. Cela fait trop longtemps que les chrétiens sont pénalisés, pourquoi continuer à nous persécuter ?". Il poursuit : "Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'une violation manifeste. La décision du président de la République a été prise sous la pression politique d'une milice qui prétend représenter notre communauté pacifique". Et Slewa de conclure : "Le président irakien ordonne l'expulsion des chrétiens et ouvre la voie à la confiscation des biens de l'Église chaldéenne, qui représente près de 80 % des chrétiens d'Irak et du Kurdistan".

    La réaction du cardinal Sako, qui a annoncé publiquement dans une lettre ouverte à Rashid sa décision de "se retirer du siège patriarcal de Bagdad" pour se rendre "dans une église et un des monastères du Kurdistan irakien", a été tout aussi sévère.  "Il est dommage, poursuit la note, qu'en Irak on vive au milieu d'un vaste réseau d'intérêts particuliers, qui a produit un chaos politique, national et moral sans précédent et qui s'enracine de plus en plus. S'adressant à ses fidèles, le cardinal Sako les a exhortés à "garder la foi en Dieu et en leur identité nationale, avec la certitude qu'avec l'aide divine, cette tempête passera".

    Le président Rashid, pour sa part, a déclaré que le décret avait été révoqué parce qu'il était "illégal et inconstitutionnel", mais que le statut de Sako n'était pas affecté, puisqu'il avait été nommé cardinal et chef de l'Église chaldéenne par le pape. Le patriarche condamne le chef de la milice pro-iranienne pour ne pas avoir représenté les intérêts des chrétiens, bien que son parti ait remporté quatre des cinq sièges alloués aux chrétiens lors des élections irakiennes de 2021. Kildani, à son tour, accuse Sako d'être impliqué dans la politique et de nuire à la réputation de l'Église chaldéenne. En 2019, le département du Trésor américain a sanctionné Kildani pour son implication dans de "graves violations des droits de l'homme" en sa qualité de chef d'un groupe paramilitaire. Toujours selon ce même département, le groupe pro-iranien a saisi et vendu illégalement des terres agricoles, tandis que la population locale a accusé les miliciens d'intimidation, d'extorsion et de harcèlement des femmes. Une vidéo, qui a circulé parmi les groupes de défense des droits de l'homme, selon le rapport du département du Trésor, montre Kildani coupant l'oreille d'un détenu menotté.

    Pierbattista Pizzaballa, nouvellement nommé cardinal et patriarche latin de Jérusalem, a exprimé sa solidarité avec le patriarche chaldéen dans un message : "Je suis avec inquiétude les événements en Irak et les tristes événements qui touchent l'Église chaldéenne et sa personne. A Jérusalem, nous sommes de plus en plus étonnés par ces événements qui la placent au centre d'une attaque sans précédent, que nous considérons comme injustifiée et inacceptable. En mon nom personnel et au nom de toutes les Églises de Jérusalem, je tiens à exprimer notre solidarité et nos prières. Votre Béatitude, vous n'êtes pas seul. Votre Église n'est pas seule. Nous vous embrassons et vous souhaitons un retour rapide et heureux à Bagdad, dans la paix".

    Des évêques chaldéens des États-Unis, d'Europe et d'Asie sont également intervenus pour demander à Mgr Rashid de revenir sur sa décision. "Assez de cette injustice contre nous et contre ce peuple affligé et spolié", ont déclaré les évêques Francis Qalabat, de Detroit, et Emmanuel Shalita, de Californie. "Nous vous demandons instamment de revenir sur votre décision de révoquer le décret de Sa Béatitude le Patriarche Louis Sako, connu en Irak et dans le monde entier pour son intégrité et son patriotisme, autour duquel nous nous agrippons tous comme à un mur solide. Nous demandons également au patriarche de ne pas se retirer de la défense de ses droits, de ceux des enfants de notre Église souffrante et de ses biens spoliés, quoi qu'il arrive".

  • "Open Doors" prévoit un avenir sombre pour la minorité chrétienne du Soudan

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Crise au Soudan : "Open Doors" voit un avenir sombre pour les chrétiens

    1er juillet 2023

    Selon l'expert en Afrique de l'Est de l'œuvre de bienfaisance, l'instabilité due à un conflit ravivé fait le jeu des islamistes extrémistes.

    L'œuvre d'entraide "Open Doors" prévoit un avenir sombre pour la minorité chrétienne du Soudan, pays frappé par des crises permanentes. Les combats qui ont repris au printemps entre l'armée et les forces paramilitaires auraient un impact particulièrement négatif sur le petit groupe de chrétiens, déjà affaibli par la persécution religieuse persistante, a rapporté Fikiru Mehari, spécialiste de l'Afrique de l'Est pour Open Doors, dans un communiqué publié mercredi par l'organisation.

    La plus grande inquiétude de la minorité chrétienne, qui compte 2 millions de personnes (4,3 pour cent de la population), est que l'instabilité provoquée par les conflits actuels fasse le jeu des islamistes extrémistes et leur permette d'imposer à nouveau des lois islamiques à la population, a-t-il ajouté. "Cette guerre est une occasion pour les extrémistes islamiques de revenir au pouvoir et de dire : vous voyez, la démocratie ne fonctionne pas, revenons à la charia", a déclaré Mehari.

    Après la chute d'Omar al-Bashir en 2019, les conditions avaient eu tendance à s'améliorer pour les chrétiens. Mais après le coup d'État militaire de fin 2021 et les protestations, le Soudan s'est retrouvé à nouveau en neuvième position en 2023 sur l'Index mondial de persécution, dans lequel Open Doors répertorie les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Cela s'explique par l'arrivée progressive au pouvoir d'anciens alliés d'al-Bashir, qui appliquent une interprétation stricte de la charia et s'immiscent de plus en plus dans les activités des églises, a expliqué l'expert.

    Personne ne sait quelles seront les conséquences du conflit pour les gens à l'avenir, a déclaré Mehari, mais des signes dévastateurs se profilent déjà pour la minorité chrétienne. "Les gens ont manifesté il y a quatre ans parce qu'ils n'avaient pas de pain. C'est toujours le cas aujourd'hui, mais ils sont encore plus inquiets". Selon lui, il est à craindre que le pays ne se dirige vers une nouvelle dictature, explicitement dirigée contre les chrétiens. "Leur vie serait alors encore pire qu'à l'époque d'Omar al-Bashir. L'avenir s'annonce vraiment sombre pour eux", s'inquiète Mehari.

    Il se fait du souci pour les chrétiens d'Afrique de l'Est en général. Leurs conditions de vie se détériorent actuellement dans toute la région. Mehari a donc plaidé pour une intervention de la communauté internationale.

    Depuis le 15 avril, le conflit entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide du général Mohamed Hamdane Daglo a fait plus de 1.800 morts et deux millions de déplacés selon l'ONU, selon l'agence de presse française AFP. Jusqu'à présent, les combats s'étaient principalement concentrés sur la capitale Khartoum, qui compte cinq millions d'habitants, et sur l'immense région du Darfour à l'ouest.

  • Le "nettoyage religieux" menace l'existence des chrétiens arméniens

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur Catholic News Agency :

    Le "nettoyage religieux" menace l'existence des chrétiens arméniens, avertissent les défenseurs des droits de l'homme

    21 juin 2023

    La guerre actuelle entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie menace l'existence des communautés chrétiennes dans le Proche-Orient, a averti l'ancien ambassadeur itinérant pour la liberté religieuse internationale Sam Brownback et d'autres dirigeants chrétiens lors d'une conférence de presse tenue mardi.

    Les déclarations de M. Brownback ont été faites quelques jours seulement après son retour d'un voyage d'enquête en Arménie avec le groupe chrétien de défense des droits de l'homme Philos Project. M. Brownback, qui est catholique, a qualifié l'invasion de l'Arménie par l'Azerbaïdjan islamique et le blocus de la région du Haut-Karabakh de dernière tentative de "nettoyage religieux" de la nation chrétienne.

    "L'Azerbaïdjan, avec le soutien de la Turquie, étrangle lentement le Haut-Karabakh", a déclaré M. Brownback. "Ils s'efforcent de rendre la région invivable afin que la population arméno-chrétienne de la région soit forcée de partir, c'est ce qui se passe sur le terrain. L'ambassadeur a ajouté que si les États-Unis n'intervenaient pas, "nous verrions à nouveau une ancienne population chrétienne forcée de quitter sa patrie".

    M. Brownback a demandé au Congrès d'adopter une "loi sur les droits de l'homme au Nagorno-Karabakh" afin "d'établir des garanties de sécurité de base pour la population du Nagorno-Karabakh". Il a également demandé aux États-Unis de rétablir les sanctions précédemment appliquées à l'Azerbaïdjan si ce dernier poursuivait son blocus.

    Les chrétiens du Proche-Orient ont déjà fait l'objet d'attaques similaires par le passé, a déclaré M. Brownback. Toutefois, selon l'ancien ambassadeur, cette fois-ci, le nettoyage religieux est "perpétré avec des armes fournies par les États-Unis et soutenu par la Turquie, membre de l'OTAN".

    Coincée entre les nations musulmanes de la Turquie et de l'Azerbaïdjan dans le sud du Caucase, l'Arménie a des racines chrétiennes qui remontent à l'Antiquité. Aujourd'hui, la population est chrétienne à plus de 90 %, selon un rapport de 2019 du département d'État américain.

    Le conflit autour de la région du Haut-Karabakh dure depuis que l'Arménie et l'Azerbaïdjan, deux anciens territoires soviétiques, ont revendiqué la terre pour eux-mêmes après la dissolution de l'Union soviétique. Après la première guerre du Haut-Karabakh en 1994, l'Arménie a pris le contrôle principal du Haut-Karabakh. 

    Les tensions entre les deux nations ont de nouveau débouché sur un conflit militaire en septembre 2020, lorsque les troupes azerbaïdjanaises ont tenté de prendre le contrôle de la région contestée. Le conflit ouvert n'a duré qu'environ deux mois, la Russie ayant négocié un accord de paix en novembre.

    Le conflit a permis à l'Azerbaïdjan de prendre le contrôle de vastes étendues de la région. Le seul point d'accès de l'Arménie au Haut-Karabakh est alors une mince bande de terre appelée "corridor de Lachin". 

    Une étude publiée dans la revue Population Research and Policy Review estime que 3 822 Arméniens et au moins 2 906 Azerbaïdjanais ont été tués au cours du conflit de 2020. Aujourd'hui, le blocus azerbaïdjanais du corridor de Lachin, en place depuis décembre, paralyse les infrastructures arméniennes dans le Haut-Karabakh.

    "La situation est extrêmement urgente et existentielle", a déclaré Robert Nicholson, président du projet Philos. "Il s'agit de la plus ancienne nation chrétienne qui, pour la deuxième fois en l'espace d'un siècle, est confrontée à la possibilité d'un génocide. Il faisait référence à la mort de près de 1,5 million d'Arméniens il y a plus d'un siècle, dans les dernières années de l'Empire ottoman, que les États-Unis reconnaissent aujourd'hui comme un génocide, ce que la Turquie a vivement dénoncé.

    Selon M. Nicholson, 500 tonnes de matériel humanitaire sont "incapables d'entrer dans le Haut-Karabakh en raison du blocus que l'Azerbaïdjan a imposé à cette région". "Le gaz naturel ne circule plus depuis le mois de mars et les autres sources d'énergie, comme l'électricité, sont au mieux sporadiques", a ajouté M. Nicholson. "Des familles ont été séparées. Des opérations chirurgicales ont été annulées. Les 120 000 personnes à l'intérieur du [Nagorno-Karabakh] ont vraiment besoin d'aide".  

    Bien qu'une grande partie de la couverture médiatique de la guerre entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan l'ait caractérisée comme un simple conflit territorial, selon Brownback et Nicholson, il s'agit plutôt d'un conflit idéologique et religieux.

    "En fait, il ne s'agit pas seulement d'un conflit territorial", a déclaré M. Nicholson. "Bien qu'il y ait des questions territoriales, je considère ce conflit comme un conflit de valeurs. Selon M. Nicholson, "les Arméniens ne demandent pas grand-chose". "Les Arméniens que nous avons rencontrés, et nous en avons rencontré beaucoup, n'avaient que des exigences minimales", a-t-il déclaré. "Ils veulent vivre dans leur patrie, et ils veulent le faire en toute sécurité.

    Malgré les dangers, M. Nicholson a déclaré que le sort des communautés chrétiennes arméniennes "n'est pas une cause perdue". "Il est choquant de constater qu'en dépit de toutes les menaces auxquelles elle est confrontée, l'Arménie est en fait très dynamique", a déclaré M. Nicholson. "Les États-Unis peuvent jouer un rôle très constructif en aidant ces différentes parties, qui sont toutes deux nos alliées, à trouver une solution pacifique et juste pour mettre fin au conflit.

    Peter Pinedo est correspondant de CNA à Washington. Diplômé de l'Université franciscaine, Peter a travaillé auparavant pour Texas Right to Life. Il est premier lieutenant dans la réserve de l'armée américaine.

  • Persécution et assassinats sont devenus le lot quotidien des catholiques nigérians

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur le National Catholic Register :

    Un évêque nigérian décrit la persécution et les assassinats de catholiques : c'est devenu un phénomène quotidien

    L'évêque nigérian Wilfred Anagbe s'est entretenu avec l'ANC en juin 2023 pour évoquer la persécution et des meurtres de catholiques dans son pays, qui ont pris une telle ampleur ces dernières années que, selon lui, "c'est devenu un événement quotidien".

    19 juin 2023

    Le diocèse de Makurdi de Mgr Anagbe, dans l'État de Benue au Nigeria, fait partie des communautés les plus durement touchées par cette persécution de plus en plus violente.

    Le vendredi saint dernier, des dizaines de personnes ont été tuées lorsque des hommes armés musulmans ont attaqué une école primaire dans le village de Ngban, qui sert de refuge à une centaine de fermiers chrétiens déplacés et à leurs familles. L'attaque du 7 avril a fait 43 morts et plus de 40 blessés.

    "Si vous voyez la vidéo, vous allez pleurer", a déclaré l'évêque Anagbe. "Ils sont venus et les ont tous massacrés. "Et [malgré] tout ce qui s'est passé, il n'y a eu aucune arrestation. Le gouvernement n'est pas prêt à prendre des mesures à ce sujet", a-t-il ajouté. "Le Nigeria n'est pas un pays comme les États-Unis, où il y a des polices d'État", a expliqué Mgr Anagbe. "Si quelque chose se passe dans l'État de Benue, il faut un appel du quartier général [de la capitale] pour que la police s'en occupe. Donc, s'ils n'ont reçu aucune instruction, ils n'iront pas". "Dans cette situation, nous sommes en cage, nous ne pouvons rien à faire", déplore l'évêque.

    Une église assiégée

    Mgr Anagbe est évêque de Makurdi depuis 2015. Depuis qu'il est évêque, Mgr Anagbe dit avoir assisté à une "réalisation complète de l'agenda islamique".

    Bien que le gouvernement ait affirmé que la situation s'était améliorée, des groupes tels que les bergers fulanis nomades radicaux et la province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique (ISWAP), une branche d'ISIS, n'ont fait qu'augmenter leurs attaques contre les chrétiens. Avec les tribus peules qui empiétent de plus en plus sur les territoires chrétiens, même les régions majoritairement chrétiennes ne sont pas en sécurité.

    Selon Mgr Anagbe, l'État de Benue compte une population d'environ 6 millions de personnes qui sont "chrétiennes à 99 %." "Je vous le dis, il n'y a pas de peul autochtone dans l'État de Benue; alors ils viennent comme des envahisseurs ou des agresseurs", a déclaré l'évêque Anagbe.

    Depuis le début de l'année 2022, 140 attaques ont été perpétrées contre des chrétiens dans l'État de Benue, faisant au moins 591 victimes parmi les fidèles, selon Mgr Anagbe. En raison de ces attaques, l'évêque Anagbe a déclaré que plus de 1,5 million de chrétiens ont été déplacés de leurs maisons et de leurs villages dans le seul État de Benue.

    L'Aide à l'Église en détresse, une organisation internationale d'aide pastorale catholique, a largement documenté la situation dans le cadre de ses efforts d'assistance. Dans de nombreux cas, les hommes sont brutalement tués et les femmes et les enfants sont violés et envoyés en captivité pour la seule raison qu'ils sont chrétiens.

    Les chrétiens sont la cible

    L'évêque Anagbe a qualifié de "propagande" les affirmations selon lesquelles la violence au Nigeria serait due au changement climatique. "Ils disent que c'est à cause du changement climatique ; ce n'est pas vrai", a déclaré fermement l'évêque Anagbe. "En 1989, la déclaration d'Abuja prévoyait que le Nigeria deviendrait un État islamique ; c'est ce à quoi nous assistons progressivement aujourd'hui.  

    "Nous devrions être autorisés à adorer Dieu", a déclaré l'évêque Anagbe. "Aujourd'hui, dans certains endroits, on ne peut même pas aller à la messe et on y va sous haute surveillance, dans son propre pays, et cela ne devrait pas être le cas.

    En raison de la violence et des attaques constantes, l'État de Benue se trouve dans une situation de plus en plus désespérée. Selon Mgr Anagbe, des maisons, des écoles et des villages entiers sont régulièrement détruits. Malgré cette situation apparemment impossible, Mgr Anagbe a déclaré que ses fidèles et son diocèse continueront à faire confiance à Dieu et à travailler à la reconstruction. "Nous ne pouvons pas abandonner. C'est douloureux, et c'est vraiment traumatisant, mais nous ne pouvons pas abandonner", a-t-il déclaré. "Dieu reste l'espoir que nous avons."

    Impact personnel

    L'évêque Anagbe a déclaré que le fait de diriger un diocèse confronté à une telle persécution a eu un impact personnel profond. "Pour moi, cela a été une expérience très traumatisante, et c'est quelque chose que je ne souhaite à personne de vivre", a déclaré l'évêque Anagbe. "En l'espace de trois ans, j'ai perdu 18 prêtres, dont certains ont été enlevés puis libérés, tandis que d'autres sont morts au cours de la procédure.

    L'un des aspects les plus difficiles, selon Mgr Anagbe, est qu'il a l'impression que la violence l'a séparé de son peuple. Parfois, il ne peut pas les atteindre à cause du danger ; d'autres fois, les gens ne sont tout simplement plus là. "J'ai perdu environ 13 paroisses", a déclaré l'évêque Anagbe. "C'est difficile. Le zèle de l'apostolat vous pousse à prêcher la mission, mais vous ne pouvez pas vous rendre sur place, et les gens ne sont pas là. "Les gens partent et ne savent pas où aller. Ils vivent comme des réfugiés, mais dans ce cas, ils sont réfugiés dans leur propre pays, dans leur propre État", a ajouté l'évêque. "C'est leur situation difficile, ils ne peuvent pas rentrer chez eux et personne ne vient les aider. C'est donc très douloureux". "Mais nous avons l'espoir qu'un jour tout cela sera terminé", a déclaré Mgr Anagbe avec confiance.

    Le sang des martyrs

    Malgré l'escalade de la persécution, le Nigeria est de loin le pays où la fréquentation de la messe est la plus élevée au monde. Quatre-vingt-quatorze pour cent des catholiques nigérians déclarent assister à la messe au moins une fois par semaine, selon une étude du Center for Applied Research in the Apostolate (Centre de recherche appliquée à l'apostolat). 

    "Les Pères de l'Église ont dit que le sang des martyrs était la semence du christianisme", a déclaré l'évêque Anagbe. "Dans les moments de crise, on s'adresse à Dieu lorsque les êtres humains ont échoué. Nous devons garder notre foi vivante. "La persécution fait partie intégrante de la vie d'un catholique", a-t-il ajouté. "Mais cela n'arrête pas la foi des gens."

    "Nous continuons constamment à prier", a déclaré Mgr Anagbe. "Dieu entendra certainement nos prières. C'est pourquoi la messe est si importante et pourquoi nous prions. Nous devons faire confiance à Dieu au milieu de cette crise".

    Appel aux catholiques américains

    L'appel de l'évêque aux catholiques américains était très simple. Tout d'abord, il a demandé aux catholiques américains "d'intensifier leur soutien à la cause afin que leurs représentants sachent qu'ils se préoccupent davantage des êtres humains, pas seulement des chrétiens, mais des êtres humains qui sont en train d'être éliminés".

    Pour Mgr Anagbe, les enjeux sont très clairs. "Si nous nous taisons, une génération sera anéantie ; la population sera anéantie", a-t-il déclaré. "Des gens sont tués. Nous ne pouvons pas continuer à nous taire. Il s'agit de personnes sans défense. Je veux donc que tout le monde sache que des atrocités sont commises au Nigeria".

    Deuxièmement, et c'est "très important", il a demandé à ce que l'on prie pour lui. "Dieu répond aux prières", a déclaré Mgr Anagbe. "La prière nous soutiendra et soutiendra la foi de l'Église.

  • In memoriam : le père Henri Boulad

    IMPRIMER

    Source

    In memoriam

    Le Père Henri Boulad, jésuite égyptien, est retourné vers le Seigneur ce 14 juin 2023.

    Il y a neuf mois, il postait sa dernière vidéo, à l'occasion de son 91e anniversaire.  Après quelques rappels relatifs à sa famille qui dut fuir les massacres de Damas en 1860 et se réfugier en Egypte, il y parle de ce qui lui tient le plus à cœur : le sort des enfants abandonnés dans la rue, qui seraient près d’un million dans le pays. On reconnaît là celui a été longtemps le président de la Caritas d’Egypte-Afrique-Moyen-Orient (de 1984 à 1995).

    « Mon projet, c’est d’encourager cette prise de distance vis-à-vis de cette mondialisation qui ne profite qu’aux milliardaires et aux banquiers. Ma position est de parler un langage vrai, d’encourager tous ceux qui ont le courage de s’exprimer et de résister à l’islamisation de l’Europe. L’Europe est une culture, une civilisation enracinée dans le judéo-christianisme, dans des valeurs humaines et humanitaires qu’il faut absolument défendre, sinon, où va le monde ! L’Europe a été à la pointe de la civilisation, non seulement sur le plan technique et scientifique, mais aussi sur le plan humain, humaniste et spirituel. Et en tout cela le christianisme est le moteur, même s’il est en perte de vitesse et en crise. L’évangile et la foi chrétienne ont quelque chose d’essentiel à dire, il faut revivifier le christianisme, d’une autre manière qu’autrefois. En cela je dirais que mon rôle est de soutenir toutes ces valeurs spirituelles et humaines dont l’Europe est porteuse » (source).

    Notamment dans cette vidéo qui date d’un an et demi, il n’a cessé de dénoncer la « naïveté occidentale » face à l’islam, inséparable de « l’islamisme », et qui porte une dimension inévitablement totalitaire ; comme à peu près tous les chrétiens d’Orient, il déplorait les « dialogues » islamo-chrétiens inventés par des Occidentaux (à la suite du « prophète » Massignon).

    Influencé par des penseurs occidentaux ‒ et à une certaine époque de sa vie par son confrère Teilhard de Chardin ‒, le P. Boulad opposait parfois islam et modernité, comme si le problème était que l’islam aurait pris 1 400 ans de retard sur le cours évolutif de l’histoire, une idée que l’on entend aussi dans la bouche de certains musulmans critiques. On pourrait en dire autant du bouddhisme ou de l’hindouisme, le « cours de l’histoire » étant évidemment une fiction. Sa vraie pensée se lit dans le paragraphe ci-dessus.

    Puisse-t-il nous soutenir désormais de Là-Haut dans nos tâches et notre combat quotidiens !

    La notice ci-dessous, parue sur kath.net/news, complète et corrige ce qui précède :

    Le Caire (kath.net/KAP) Le père jésuite Henri Boulad (photo d'archive), connu comme mystique mais aussi pour son attitude critique envers l'islam, est décédé mercredi à l'âge de 91 ans dans son pays d'origine, l'Egypte. Cela a été confirmé par le Collège jésuite de la Sainte Famille au Caire et l'Association continentale Caritas pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient (MONA). L'inhumation au cimetière jésuite du quartier Matareya du Caire a eu lieu jeudi.

    Né en 1931 d'une famille syro-italienne dans la ville portuaire d'Alexandrie, le religieux a été pendant de nombreuses années provincial des jésuites en Égypte et directeur du "Centre culturel jésuite" de sa ville natale. (...)

    Boulad a étudié la théologie au Liban, la philosophie en France et la psychologie aux États-Unis. Sur le plan international, il est apparu à maintes reprises en tant que conférencier et auteur. Avec ses œuvres, qui tournent autour de divers aspects de l'expérience mystique et ont été traduites dans de nombreuses langues, il était souvent invité en Autriche et un auteur spirituel largement lu.

    Depuis plusieurs années, Boulad est également connu comme l'une de ces voix avertissant de la propagation de l'islam. En 2017, le jésuite a pris la citoyenneté hongroise de sa propre initiative afin, dit-il, de soutenir les politiques migratoires restrictives de Viktor Orban. Dans une interview pour l'hebdomadaire hongrois Heti Valasz, Boulad a critiqué "l'immigration inconditionnelle" et mis en garde contre une future majorité musulmane sur le continent européen.

    Boulad était donc prudent lorsqu'il évaluait l'aide de l'Église catholique aux réfugiés. Les initiatives des organisations ecclésiastiques à cet égard, mais aussi les "projets du pape" sont "grands et motivés par l'évangile", a-t-il déclaré dans une interview de 2017 avec "Heti Valasz". Mais "malgré l'honnêteté, on peut se tromper", disait le religieux de l'époque : "Je pense que l'Occident et le pape ne connaissent pas la vraie nature de l'islam". Selon l'image de soi de l'islam, "la coexistence pacifique est impossible à long terme, ou seulement à condition que les chrétiens se contentent d'être des citoyens de second ordre", a déclaré Boulad.

  • Un jeune chrétien pakistanais condamné à mort pour avoir prétendument blasphémé via WhatsApp

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un jeune chrétien condamné à mort pour avoir prétendument blasphémé via WhatsApp

    30 mai 2023

    Bahawalpur (Agenzia Fides) - Nouman Asghar, un chrétien de 24 ans de la ville de Bahawalpur, au Pendjab, a été condamné à mort pour blasphème aujourd'hui, 30 mai, par un tribunal de première instance de Bahawalpur. Le jeune homme avait été arrêté en 2019 pour avoir enfreint l'article 295-c du code pénal, qui punit la diffamation du prophète Mahomet, en raison d'un prétendu blasphème consommé via WhatsApp. Sur le téléphone portable du jeune homme et de son ami Sunny Mushtaq - qui a également été arrêté - des messages contenant des dessins blasphématoires du prophète Mahomet ont été trouvés sur le chat WhatsApp. Le procès contre le jeune homme s'est achevé en janvier dernier, mais le juge de district du tribunal de première instance de Bahawalpur a mis cinq mois avant de rendre son verdict, publié aujourd'hui, 30 mai.

    Selon l'avocate Aneeqa Maria Anthony, de l'ONG "The Voice", qui assure la défense juridique d'Asghar et de Mushtaq, "le magistrat a ignoré toutes les procédures et toutes les preuves en faveur de l'accusé. Il voulait seulement accomplir son "devoir sacré" de punir un blasphémateur présumé. Nous nous attendons à ce que Sunny Mushtaq subisse le même sort. Ils ont été arrêtés pour un jeu d'adolescents. Leurs familles souffrent énormément. Notre équipe juridique à The Voice met tout en œuvre pour que justice leur soit rendue, en aidant leurs familles et en se tenant à leurs côtés dans ces moments sombres et difficiles".

    La famille du jeune homme nie l'accusation. Selon les avocats, Mushtaq et Asghar ont reçu une caricature blasphématoire sur leurs smartphones. Or, ce dessin leur a été envoyé par Bilal Ahmad, un jeune musulman, mais la police n'a pris aucune mesure à l'encontre d'Ahmad, qui était l'expéditeur de l'image blasphématoire. "Il s'agit là d'un nouvel exemple d'utilisation abusive des lois sur le blasphème", déclare l'avocat Anthony, qui demande aux autorités de mener une enquête équitable sur cette affaire et annonce un recours en appel.

    (PA) (Agenzia Fides 30/5/2023)

  • Erdogan reste au pouvoir : "l'inadéquation des instruments des médias occidentaux pour représenter la situation turque"

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/TURQUIE - Erdogan reste au pouvoir. Mgr Bizzeti : l'insuffisance de certaines analyses occidentales se fait jour

    29 mai 2023

    Ankara (Agence Fides) - Les résultats définitifs des élections en Turquie, avec la victoire du président sortant Recep Tayyip Erdogan, mettent également en évidence "l'inadéquation des instruments des médias occidentaux pour représenter la situation turque". C'est ce qu'a souligné Mgr Paolo Bizzeti sj, Vicaire apostolique d'Anatolie, en rappelant également que "l'Église catholique n'a jamais été en difficulté avec le gouvernement d'Erdogan".

    Lors du second tour des élections présidentielles qui s'est tenu hier, dimanche 28 mai, le président Erdogan a obtenu 52,16% des voix. Son rival Kemal Kılıçdaroğlu s'est arrêté à 47,84%. Ce résultat intervient après des mois au cours desquels les sondages et les analyses des médias occidentaux avaient crédité la possible fin de la longue saison d'Erdogan à la tête de la Turquie. "La méconnaissance du pays réel, a remarqué Mgr Bizzeti dans un entretien avec l'Agence Fides, conduit à une certaine superficialité dans la façon de comprendre la Turquie, et ensuite on est surpris... La victoire d'Erdogan était prévisible, et il n'y a pas eu le renversement de situation que certains avaient prédit. C'est parce que nous sommes obnubilés par certains aspects qui nous semblent si importants, alors qu'il y en a d'autres qui sont manifestement plus importants pour le peuple turc et que nous sous-estimons". Parmi les facteurs à prendre en compte, le vicaire apostolique d'Anatolie souligne "l'importance que la Turquie a prise sur la scène internationale avec le gouvernement d'Erdogan, un fait important pour les Turcs. Le gouvernement d'Erdogan est reconnu comme un acteur géopolitique par l'Europe et les Etats-Unis, par Poutine et les monarchies du Golfe, pour des raisons différentes, voire parfois opposées. Il s'agit donc d'un dirigeant aux commandes qui peut compter sur la reconnaissance internationale. Ceux qui le présentent comme un dictateur isolé qui fait cavalier seul, proposent une lecture erronée de la réalité. Erdogan est un homme élu et soutenu par la communauté internationale. Et il faut en tenir compte, car l'opinion publique turque en tient compte".

    Erdogan l'a emporté sur son rival par une différence d'environ 2 millions de voix. Cette victoire lui garantit de rester à la tête du pays pour cinq années supplémentaires. Ces dernières semaines, pour tenter de rallier des soutiens, Kemal Kılıçdaroğlu avait pris un tournant nationaliste et anti-immigrés dans sa campagne, promettant l'expulsion et le rapatriement forcé des millions de réfugiés syriens qui ont trouvé refuge en Turquie. "Le candidat de l'opposition, note Mgr Bizzeti, voulait rivaliser avec Erdogan sur le terrain d'Erdogan, et ce n'était pas un choix très crédible. L'opposition n'a pas eu le courage de défendre quelque chose de vraiment différent. Cela explique aussi en partie le résultat : si les arguments sont plus ou moins les mêmes des deux côtés, les gens choisissent de maintenir au pouvoir l'homme qu'ils connaissent déjà".

    En ce qui concerne les sentiments que le résultat des élections peut susciter parmi les communautés chrétiennes en Turquie, Mgr Bizzeti souligne que "Honnêtement, l'Église catholique n'a jamais été en difficulté avec le gouvernement d'Erdogan. Il y a des questions qui ont toujours été en suspens, comme la personnalité juridique de l'Église catholique. Mais ce sont des problèmes qui découlent du traité de Lausanne, et certainement pas du gouvernement de l'Akp, le parti d'Erdogan. De plus, ajoute l'évêque jésuite, une certaine laïcité kémaliste qui relègue la religion à la sphère privée n'est pas très souhaitable pour nous. Sur ce point aussi, il faut sortir de certaines banalisations. En Europe, la laïcité totale de l'État est considérée comme une valeur, mais il y a des situations controversées et des aspects discutables. Un gouvernement qui prend en compte les sentiments religieux des citoyens est cependant souhaitable pour nous. Nous ne pouvons accepter une religion simplement reléguée à la conscience”. (GV) (Agence Fides 29/5/2023)

  • Pakistan : deux adolescents chrétiens ont été arrêtés et inculpés de " blasphème "

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Deux adolescents chrétiens emprisonnés pour blasphème présumé, un religieux musulman tué

    20 mai 2023

    Lahore (Agence Fides) - Deux adolescents chrétiens de Lahore, Adil Baber, 18 ans, et Simon Nadeem, 12 ans, ont été arrêtés et inculpés de " blasphème " en vertu de l'article 295-C du Code pénal hier, 19 mai, sur ordre du tribunal. Un officier de police, Zahid Sohail, a déposé une plainte contre eux, affirmant qu'il les avait vus et entendus jouer et appeler un chiot chien "Muhammad Ali".

    Les familles des deux garçons ont déclaré qu'ils n'avaient pas de chien. Samina Nadeem, la mère de Simon, explique qu'il s'agissait d'un malentendu, car les garçons parlaient de "Naswar" (une pâte à mâcher, populaire au Pakistan, ndlr) dont la marque s'appelle "Muhammad Ali". Le policier, qui passait par là, a commencé à les frapper et à interpeller les gens, les accusant de blasphème. En peu de temps, une foule s'est rassemblée sur les lieux. "J'ai commencé à prier pour que la violence n'éclate pas", a déclaré le père de Simon. Les deux garçons ont été placés en garde à vue pour éviter le lynchage. Un rapport de première information a été enregistré contre les deux garçons. "Je ne pense pas que ces deux garçons aient jamais pensé qu'un passant surprendrait leur conversation et les accuserait de blasphème. L'utilisation abusive du blasphème est monnaie courante. La vie des chrétiens est constamment menacée", déclare Nasir Saeed, de l'organisation CLAAS.

    Dans un autre cas, Ishtiaq Saleem, un chrétien accusé de blasphème en novembre 2022, est toujours en prison . Son avocat et les membres de sa famille ont été empêchés de lui rendre visite en prison. L'homme, un travailleur écologique analphabète, est accusé d'avoir diffusé des contenus blasphématoires sur les médias sociaux. Selon sa femme, les images et les mots qu'il a publiés sur les médias sociaux sont en arabe et l'homme n'en connaît pas la signification. Pour les faits qui lui sont reprochés, il risque la réclusion à perpétuité.

    Les chrétiens ne sont pas les seuls à être victimes de cette loi : ces dernières semaines, un chef religieux musulman de la ville de Mardan, dans la province de Khyber Pakthunkhwa, au Pakistan, a été lynché par une foule après avoir été accusé d'avoir fait une allusion blasphématoire lors d'un rassemblement politique du parti de l'ancien premier ministre Imran Khan. Maulana Nigar Alam, 40 ans, aurait déclaré : "Imran Khan est une personne sincère et je le respecte comme le Prophète". Après ces propos, considérés comme blasphématoires, la foule a fait irruption dans la boutique où l'homme s'était réfugié et l'a lynché à mort.

    La loi pakistanaise sur le blasphème (trois articles du code pénal) punit toute personne qui insulte l'islam, le sentiment religieux, le prophète ou le Coran, de peines telles que l'emprisonnement à vie ou la peine de mort. L'organisation "Christian Solidairity Wordwide" déclare : "Cette loi est exploitée à des fins malveillantes, elle est incompatible avec le droit fondamental à la liberté de religion et doit être révisée et amendée de toute urgence".
    (PA) (Agence Fides 20/5/2023)

  • L'Europe, terre d'élection des Frères musulmans

    IMPRIMER

    Du site de la Nef :

    Entrisme de l’islam en Europe : entretien avec Florence Bergeaud-Blackler

    Florence Bergeaud-Blackler, anthropologue, chargée de recherche CNRS (HDR) au groupe Sociétés, Religions, Laïcités à l’École pratique des hautes études (EPHE) vient de publier un livre passionnant appelé à devenir une référence, Le frérisme et ses réseaux, L’enquête (1).

    La Nef – Pourriez-vous nous définir le « frérisme » et nous expliquer son rapport avec l’islamisme ?

    Florence Bergeaud-Blackler – J’appelle frérisme une forme d’islam politico-religieux qui s’est développée dans les sociétés démocratiques sécularisées à partir des années 1960. Je le distingue de l’« islamisme » par ses moyens et son objectif. En résumé, le frérisme veut instaurer la société islamique mondiale et mondialisée en contournant le politique et en utilisant l’économie mondialisée, la culture, la soft law et le soft power, alors que les partis islamistes des pays musulmans veulent conquérir le pouvoir politique des États par les urnes ou la révolution.

    Pourquoi les Frères musulmans ont-ils choisi l’Europe comme terre d’élection ? Comment la considèrent-ils ?

    L’Union européenne est forte économiquement et culturellement, elle est faible politiquement, le frérisme est donc adapté à son milieu. Remontons un peu le temps.

    Les Frères sont des théocrates plus que des théologiens, ils sont pragmatiques et opportunistes. Quand ils se sont implantés en Europe – mais également aux États-Unis ou en Australie et Nouvelle-Zélande –, à partir des années 1960, ils possédaient le statut provisoire d’« étudiant » ou de « réfugié », et n’étaient pas destinés à vivre sur les terres de mécréance (dar el kufr), considérées comme territoires de guerre (dar el harb). Ils préparaient leur retour dans les pays d’origine du Moyen-Orient, du Maghreb ou du continent indien. Le temps passant, nombre d’entre eux ont réalisé qu’ils jouissaient d’une grande liberté d’expression et de croyance alors qu’ils risquaient la prison ou la mort là d’où ils venaient. Plutôt que de faire la hijra comme l’islam le recommande et revenir vivre en pays musulmans, ils se sont trouvé une nouvelle mission qui les mettait en conformité avec les textes : faire de leur lieu de vie une terre d’islam.
    On a là tout l’esprit du frérisme : adapter l’environnement à l’islam plutôt qu’adapter l’islam à l’environnement. Ils ont déclaré l’Europe terre de contrat (dar el ahd) et ont déployé leurs activités à partir de plusieurs centres islamiques notamment en Suisse, Allemagne, France et au Royaume-Uni. Ils ont ouvert des associations « culturelles islamiques » plutôt que « cultuelles » et se sont ainsi fondus dans le paysage associatif. Il suffisait de faire passer une pratique rituelle comme culturelle pour que peu à peu se déploie une norme islamique intégraliste. C’est par cette culture islamique mondialisée qui aujourd’hui se déploie sous le nom d’économie halal qu’ils ont progressivement conquis les sociétés consuméristes européennes. Se pensant comme les nouveaux ambassadeurs de l’islam en Europe, ils ont peu à peu pénétré les universités, les entreprises, les administrations et les institutions européennes.

    (1) Florence Bergeaud-Blackler, Le frérisme et ses réseaux, l’enquête, préface de Gilles Kepel, Odile Jacob, 2023, 400 pages, 24,90 €.

    lire la suite sur le site de La Nef