Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Justice - Page 17

  • La grande bataille de l’avortement ne fait que commencer

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur le site web du « Salon beige » :

    « Grégor Puppinck, docteur en droit, directeur de l’European Center for Law and Justice (ECLJ), revient sur l’affaire qui secoue les partisans de la culture de mort : le renversement attendu par la Cour Suprême des États Unis de l’arrêt Roe vs Wade. L’ECLJ est intervenu en tant qu’“amicus curiae” dans l’affaire en cours auprès de la Cour suprême.

    Est-ce que l’on peut dire que ce projet de jugement de la Cour suprême supprime le droit à l’avortement ?

    Non. Ce projet d’arrêt ne déclare pas l’avortement contraire à la Constitution, comme le fit par exemple la Cour constitutionnelle polonaise en 2020 à propos de l’avortement eugénique : il rend au peuple et à ses représentants le pouvoir de trancher cette question, comme c’était le cas avant l’arrêt Roe v. Wade de 1973. Avec une telle décision, les États fédérés américains n’ont plus l’obligation de légaliser l’avortement, mais ils n’ont pas davantage l’obligation de l’abroger. En pratique, d’assez nombreux États devraient soumettre l’avortement à des conditions plus strictes, notamment de délai, car l’avortement est aujourd’hui un droit jusqu’au seuil de viabilité du fœtus, c’est-à-dire environ 24 semaines. 26 des 50 États fédérés sont intervenus dans l’affaire pour demander à la Cour de renverser les anciens arrêts Roe de 1973 et Planned parenthood v.Casey de 1992, qui avaient créé un droit constitutionnel à l’avortement, et de renvoyer cette question à leur niveau de compétence.

    Comment les juges sont-ils arrivés à ce projet de décision ?

    Le projet d’arrêt — d’une grande rigueur intellectuelle — analyse au scalpel les anciens arrêts Roe et Casey. C’est une analyse sans concession, de 99 pages, qui expose les erreurs factuelles et juridiques de ces jugements et qui, plus encore, dénonce « l’abus de l’autorité judiciaire » par lequel les juges ont « court-circuité le processus démocratique » en imposant à tous leurs propres idées.

    Le texte rappelle que la Cour doit faire preuve de retenue judiciaire : son rôle est d’appliquer la Constitution et non de créer de nouveaux droits et obligations qu’elle ne contient pas. C’est une exigence élémentaire de la séparation des pouvoirs : le juge ne doit pas prendre la place du législateur.

    Quant aux erreurs factuelles et juridiques des précédents Roe et Casey, le projet d’arrêt en expose toute une série, mais la plus importante vise la notion de vie privée (privacy) et d’autonomie personnelle qui, selon le texte, ne peuvent pas justifier l’avortement, car cette pratique met en cause la vie d’un être humain, d’un tiers.

    Ce faisant, le projet d’arrêt porte un coup à un symbole de la révolution individualiste occidentale : l’affirmation dans l’affaire Casey selon laquelle « au cœur de la liberté se trouve le droit de définir sa propre conception de l’existence, du sens de la vie, de l’univers et du mystère de la vie humaine ». C’est cette affirmation — vague et générale — qui servit de justification pseudo-juridique à l’affirmation d’un droit à l’avortement, et d’autres « nouveaux droits ».

    À cette affirmation, le projet d’arrêt répond par un rappel lucide de la réalité : « Si les individus sont certainement libres de penser et de dire ce qu’ils veulent sur “l’existence”, “le sens”, “l’univers” et “le mystère de la vie humaine”, ils ne sont pas toujours libres d’agir en fonction de ces pensées. La permission d’agir sur la base de telles croyances peut correspondre à l’une des nombreuses acceptions de la “liberté”, mais ce n’est certainement pas une “liberté ordonnée”. » En d’autres termes : les croyances et désirs individuels ne créent pas de droits. La référence fréquente à la notion constitutionnelle de « liberté ordonnée » exprime une position philosophique fondamentale selon laquelle ce n’est pas la liberté, ou la « licence » de faire n’importe quoi qui est protégée par la Constitution, mais seulement celle qui est ordonnée au bien.

    Lire la suite

  • Les évêques des Etats-Unis appellent à la prière et au jeûne après la fuite du projet de décision sur l'avortement

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Les évêques américains appellent à la prière et au jeûne après la fuite du projet de décision sur l'avortement
     
    March for Life 2022
    La Marche pour la Vie à Washington, D.C., le 21 janvier 2022. | CNA

    Washington D.C., 4 mai 2022

    Le président du comité pro-vie des évêques américains a exhorté mercredi à poursuivre et intensifier la prière et le jeûne pour que la Cour suprême annule Roe v. Wade, suite à la fuite d'un projet d'avis dans une affaire concernant la loi sur l'avortement.

    "La fuite liée à l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization de la Cour suprême des États-Unis nous rappelle le besoin urgent de prier et d'agir à ce moment charnière de notre pays", a déclaré l'archevêque William Lori de Baltimore le 4 mai.                                    

    "En tant que catholiques, nous nous soucions de chaque enfant à naître et de chaque mère. Notre Église a constamment témoigné en paroles et en actes que la vie commence au moment de la conception. Comme les évêques l'ont dit dans leur déclaration Standing with Moms in Need, nous nous engageons à redoubler d'efforts pour accompagner les femmes et les couples qui sont confrontés à des grossesses inattendues ou difficiles, et pendant les premières années de la parentalité, en leur offrant des soins aimants et compatissants par le biais d'initiatives telles que Walking with Moms in Need et d'innombrables autres."         

    Il a ajouté que "nous exhortons tout le monde à intensifier la prière et le jeûne pour que la décision finale de la Cour entraîne l'annulation de Roe et Casey."                      

    L'archevêque Lori a conclu : "Nous espérons et prions pour un changement de nos lois et nous sommes prêts à aider toutes les femmes enceintes dans le besoin dans chacune de nos communautés."

    L'agence de presse Politico a publié le 2 mai un projet de décision rédigé par le juge Samuel Alito dans l'affaire Dobbs contre Jackson Women's Health Organization. Le document appelle à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade.

    D'autres évêques et diocèses des États-Unis ont également salué l'orientation indiquée par le projet d'avis dans l'affaire Dobbs.

    "Si cela reflète la décision finale de la Cour, les 62 millions d'enfants qui ont perdu la vie à cause du péché de l'avortement se réjouissent au ciel", a déclaré l'archidiocèse de Milwaukee le 3 mai. "Il ne s'agit pas seulement de l'avortement. Il s'agit d'une culture qui choisit trop souvent la mort avant la vie, les ténèbres au lieu de la lumière, et le mal au lieu du bien."

    L'archevêque Paul Coakley d'Oklahoma City a commenté le 3 mai : "Si le projet d'avis est un précurseur de ce qui est à venir dans l'affaire Dobbs, le renversement de Roe v. Wade serait une réponse exaltante à nos prières et une étape significative dans la construction d'une culture de la vie qui reconnaît la dignité inhérente de chaque personne humaine, en particulier les pauvres et les personnes de couleur qui sont ciblés de manière disproportionnée par l'industrie de l'avortement. J'applaudis les dirigeants de l'Oklahoma pour avoir été proactifs avec une législation qui éliminerait essentiellement l'avortement en Oklahoma si l'affaire Roe était annulée."

    "Notre objectif doit continuer à être de fournir un soutien et des ressources aux familles dans le besoin et d'entrer en contact avec les futures mères qui ont besoin d'être rassurées qu'elles ne sont pas seules. Prions pour la conversion des cœurs et des esprits afin que chaque enfant soit considéré comme un don de Dieu", a déclaré l'archevêque Coakley.

    Une déclaration de la Cour suprême a indiqué que si le document qui a fait l'objet d'une fuite "est authentique, il ne représente pas une décision de la Cour ni la position finale d'un de ses membres sur les questions en jeu dans cette affaire".

  • Etats-Unis : le parti démocrate et les lobbies de l'avortement soulèvent la rue et menacent l'indépendance des juges

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Les risques de Roe vs Wade. Et les avorteurs déchaînent l'enfer

    4-5-2022

    Sensation aux Etats-Unis : le journal en ligne Politico a obtenu et publié une ébauche de l'opinion majoritaire qui - si elle est approuvée - annulera Roe, l'arrêt de 1973 qui a imposé l'avortement dans tous les Etats-Unis. Le projet, rédigé par le juge Alito et volé illégalement, explique que Roe est dépourvu de fondement constitutionnel et doit être annulé ainsi que son arrêt "jumeau" Casey. La Cour suprême a confirmé que le projet était authentique et a chargé le FBI de trouver les coupables. Entre-temps, le parti démocrate et les lobbies de l'avortement se sont réjouis du vol du texte, soulevant la rue et menaçant l'indépendance des juges.

    La Cour suprême des États-Unis serait sur le point d'annuler l'arrêt Roe vs Wade qui a ouvert la porte à l'avortement légal dans le pays depuis 1973 et qui, depuis les années suivantes, a encouragé la légalisation de l'avortement dans le monde entier. C'est ce qui ressort du projet informel sur l'affaire Dobbs, préparé par le juge Samuel Alito, rapporteur de la Cour, et qui a été illégalement volé par un greffier et transmis aux médias : le projet de 98 pages a été publié dans le journal en ligne Politico lundi soir.

    En décembre dernier, comme nous l'avions rapporté dans la Bussola, les juges suprêmes avaient entendu les arguments des parties dans l'affaire Dobbs : à la lumière des questions posées par les avocats, il y avait un espoir fondé d'une décision qui pourrait annuler Roe vs Wade ou, au moins, avaliser la loi du Mississippi qui interdit l'avortement après 15 semaines. Le texte rédigé par le juge Alito, qui circule parmi les juges depuis le 10 février, énumère toutes les raisons constitutionnelles et motive la décision de répudier radicalement la décision de 1973 - qui identifiait une protection constitutionnelle farfelue pour l'avortement - ainsi que l'arrêt ultérieur de 1992 (Planned Parenthood vs Casey), qui confirmait le droit à l'avortement.

    Le projet d'Alito est une proposition de décision soutenue par cinq des six juges conservateurs (Thomas, Gorsuch, Kavanaugh, Barrett et, bien sûr, Alito lui-même, tandis que Roberts ne s'est pas encore exprimé, selon Politico), donc par la majorité des membres de la Cour (cinq sur neuf), même si la formulation de la décision finale et le nombre de juges qui la soutiendront pourraient changer avant la publication finale, prévue pour fin juin ou début juillet.

    La publication de la nouvelle - savamment préparée et exploitée par les sociétés d'avortement, le parti démocrate et les médias internationaux de gauche (le Guardian a mis en avant la nouvelle, la plaçant avant la guerre en Ukraine pour la première fois depuis le début du conflit) - a provoqué des manifestations dès lundi soir. Quelques heures après la publication de l'article dans Politico, des centaines de manifestants pro-avortement étaient déjà sur le point de prendre d'assaut le bâtiment du tribunal, qui a ensuite été sécurisé par la police, et des dizaines de commentaires furieux et irrespectueux à l'égard des juges suprêmes, accusés de violer les droits des femmes au détriment de la Constitution.

    Lire la suite

  • La Cour suprême des États-Unis statuera pour annuler la décision de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    La Cour suprême vote en faveur de l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, selon la fuite d'un projet d'avis.

    Si le projet est authentique, c'est la première fois dans l'histoire moderne de la Cour qu'un projet d'avis de la Cour est divulgué alors que l'affaire est toujours en cours.

    Le 3 mai 2022

    WASHINGTON - La Cour suprême des États-Unis votera pour annuler Roe v. Wade, la décision de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays, selon un projet d'avis cité dans un reportage publié lundi soir.

    "Nous soutenons que Roe et Casey doivent être annulés", écrit le juge Samuel Alito dans le projet de document de 98 pages obtenu par Politico et intitulé "Opinion de la Cour". "Il est temps de tenir compte de la Constitution et de renvoyer la question de l'avortement aux représentants élus du peuple".

    Le rapport de Politico décrit l'opinion comme "une répudiation totale et sans faille" de Roe v. Wade, qui a créé un droit constitutionnel à l'avortement dans tout le pays jusqu'à environ 24-28 semaines de grossesse. 

    La Cour se range du côté de l'État du Mississippi, qui avait demandé à la Cour de confirmer l'interdiction de l'avortement à 15 semaines de grossesse adoptée par les législateurs de cet État en 2018. En réponse à la fuite du projet d'avis, la procureure générale du Mississippi, Lynn Fitch, a fait la déclaration suivante : "Nous laisserons la Cour suprême parler d'elle-même et attendrons l'avis officiel de la Cour".

    "La Cour n'a aucun commentaire à faire", a déclaré Patricia McCabe, responsable de l'information publique de la Cour suprême, dans une déclaration envoyée par courriel.

    Le document, qui porte la mention "1st Draft" en haut, indique que le raisonnement de Roe v. Wade était "exceptionnellement faible", que la décision initiale a eu des "conséquences dommageables" et que la décision était "manifestement erronée".

    "L'avortement présente une profonde question morale. La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d'interdire l'avortement. Roe et Planned Parenthood v Casey ont arrogé cette autorité. Nous annulons maintenant ces décisions et rendons cette autorité au peuple et à ses représentants élus", peut-on lire dans le projet de décision.

    La Catholic News Agency n'a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante si le projet d'avis partagé par Politico est authentique, et la décision de la cour ne sera pas définitive avant sa publication, qui devrait avoir lieu d'ici la fin du mois de juin. Si la décision est maintenue, plus d'une douzaine d'États interdiront immédiatement l'avortement.

    Le rapport de presse, tout en notant que les juges peuvent changer leur vote lorsque les projets sont révisés, a déclaré qu'il n'était pas clair si des changements avaient été apportés depuis le premier projet. Le rapport indique que quatre juges ont rejoint Alito dans l'opinion majoritaire, tandis que trois préparent des dissidences. Le président de la Cour suprême, John Roberts, n'a pas encore décidé comment il votera, selon le rapport.

    Si le projet est authentique, c'est la première fois dans l'histoire moderne de la Cour qu'un projet d'avis de la Cour est divulgué alors que l'affaire est toujours en cours, note Politico. SCOTUSblog, un site populaire qui rend compte de la Cour suprême, a tweeté que le projet est "presque certainement un projet d'avis authentique" et que sa fuite constitue un "péché impardonnable".

    "Le document divulgué à Politico est presque certainement un projet d'opinion authentique de J. Alito qui reflète ce qu'il croit qu'au moins 5 membres de la Cour ont voté en faveur de l'annulation de Roe. Mais en tant que projet d'Alito, il ne reflète pas les commentaires ou les réactions des autres juges", a tweeté SCOTUSblog.

    "Il est impossible de surestimer le séisme que cela va provoquer au sein de la Cour, en termes de destruction de la confiance entre les juges et le personnel. Cette fuite est le péché le plus grave, le plus impardonnable".

    Les leaders pro-vie ont réagi avec prudence au rapport de Politico.

    Le groupe pro-vie SBA List a déclaré qu'il "ne fera aucun commentaire jusqu'à ce qu'une décision officielle soit annoncée par la Cour".

    Sur Twitter, les journalistes ont noté que des barricades ont été érigées autour du bâtiment de la Cour suprême à Washington, D.C., immédiatement après l'annonce de la nouvelle.

    Gabe Fleisher, étudiant à Georgetown et auteur de la lettre d'information Wake Up To Politics, a tweeté : "Deux officiers de police surveillent une foule d'environ 50 personnes qui s'est rassemblée, la plupart assise tranquillement avec des bougies."

    ... mais il faut rester prudent : Pro-life leaders, hopes raised, react cautiously to leaked abortion decision draft (Les leaders pro-vie, pleins d'espoir, réagissent prudemment à la fuite du projet de décision sur l'avortement.)

  • La réforme de la curie romaine

    IMPRIMER

    Le pape a publié le 19 mars la nouvelle constitution apostolique de la curie romaine, Prædicate Evangelium, l’une des réformes importantes à laquelle il s’est attelé dès le début de son pontificat. Sur le site web du mensuel « La Nef » » (mai 2022), on peut lire une présentation de cette réforme par Mgr Dominique Le Tourneau, qui est un canoniste reconnu (*) :

    « Cette constitution apostolique procède à une réorganisation du gouvernement central de l’Église catholique pour tenir compte de l’évolution des défis pastoraux qu’elle doit relever. Cela apparaît clairement au titre significatif donné par le pape François à ce document : Prædicate Evangelium. Il rappelle que l’Église est missionnaire par essence. Ce sont, en effet, les mots employés par notre Seigneur au moment de prendre congé de ses apôtres et de remonter auprès de son Père. Il leur laisse ce commandement : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création » (Mc 16, 15).

    Par curie romaine on entend l’ensemble des personnes et des organismes du gouvernement central de l’Église qui aident le Souverain Pontife dans sa charge de direction de l’ensemble du corps ecclésial et de sa mission universelle dans le monde. L’article 12 précise à cet égard que « la curie romaine est composée de la Secrétairerie d’État [mentionnée en premier], des dicastères et des organismes juridiquement égaux entre eux ».

    Le premier dicastère remonte au IVe siècle, avec la Chancellerie apostolique. La première organisation systématique des organismes de la curie romaine est due au pape Sixte V, qui, en 1588, crée quinze congrégations (1). Fréquemment modifiée, elle subit une profonde réorganisation opérée par le pape saint Pie X qui limite les fonctions de la curie au domaine purement spirituel et détermine avec précision les compétences de chaque congrégation (2).

    Selon le préambule de la constitution apostolique, la présente réforme de la curie vise à « permettre que la communauté des croyants puisse s’approcher le plus possible de l’expérience de communion missionnaire vécue par les apôtres avec le Seigneur pendant sa vie terrestre et, après la Pentecôte, sous l’action de l’Esprit Saint, par la première communauté de Jérusalem ».

    À l’époque contemporaine, saint Paul VI avait réorganisé la curie romaine en 1975 par la constitution apostolique « Regimini Ecclesiæ Universæ » ; et saint Jean-Paul II en avait modifié à son tour la structure et le fonctionnement par la constitution apostolique « Pastor Bonus », de 1988. De telles dispositions n’ont rien de surprenant.

    Il est précisé que les nouvelles normes sur la curie romaine entrent en vigueur le 5 juin 2022, solennité de la Pentecôte.

    Désormais la curie romaine comprend seize dicastères. Cette réforme diminue le nombre de dicastères dans un souci de rationalité, en procédant à des regroupements. Au fil des années, les petites retouches apportées à l’organisation centrale de l’Église peuvent rattacher une institution ecclésiale d’un dicastère à un autre, sans que cela affecte le moins du monde la qualification canonique de l’institution concernée.

    Lire la suite

  • Couverture d'abus sexuels : le cardinal Dziwisz lavé de tout soupçon

    IMPRIMER

    De Xavier Le Normand sur le site du journal La Croix :

    Couverture d’abus sexuels, le secrétaire de Jean-Paul II lavé de tout soupçon par le Saint-Siège

    25 avril 2022

    Un communiqué de la nonciature apostolique en Pologne indique que le Saint-Siège a décidé « ne pas aller plus avant » dans les investigations autour du cardinal Stanislaw Dziwisz. L’ancien secrétaire particulier de Jean-Paul II est accusé d’avoir dissimulé des cas de pédocriminalité lors de son épiscopat à Cracovie.

    Le communiqué est sibyllin et le sujet de l’affaire n’est même pas mentionné. Vendredi 22 avril, la nonciature apostolique en Pologne a diffusé une communication au sujet d’une « documentation » concernant le cardinal Stanislaw Dziwisz, archevêque émérite de Cracovie et surtout secrétaire particulier de Jean-Paul II, montrant que ses actions étaient « correctes »« Le Saint-Siège a ainsi décidé de ne pas aller plus avant », est-il encore écrit.

    Obscur pour qui ne connaît pas le contexte, le communiqué précise que les informations en question ont été fournies au Vatican par le cardinal Angelo Bagnasco, archevêque émérite de Gênes (Italie) au cours de sa visite en Pologne du 17 au 26 juin 2021, « concernant certains cas en lien avec les actions du cardinal Dziwisz alors qu’il était archevêque de Cracovie », entre 2005 et 2016. La déclaration renvoie donc à l’enquête menée par l’ancien président de la conférence épiscopale italienne, après les accusations de dissimulations d’abus visant celui qui a été le secrétaire de Jean-Paul II, avant même son élection au pontificat puis jusqu’à sa mort.

    Aucun élément fourni

    En novembre 2020, un documentaire diffusé à la télévision polonaise l’accusait en effet d’avoir couvert des cas de pédophilie commis par des prêtres alors qu’il était à la tête de l’évêché de Cracovie, entre 2005 et 2016. « Je ne sais pas »« je ne me rappelle pas », « je n’ai pas le temps pour vous rencontrer », se défendait confusément le cardinal Dziwisz en refusant de répondre aux réalisateurs, voulant l’interroger sur ces cas déjà connus. Dans le documentaire, un prêtre assurait à l’inverse lui avoir personnellement remis une missive décrivant une des deux affaires, en détail.

    Pas plus qu’il n’explique clairement ce dont il s’agit, le communiqué ne fournit d’éléments visant à expliquer la conclusion qui a été tirée des investigations menées par le cardinal Bagnasco. Par ailleurs, seule la période où le cardinal Dziwisz a été archevêque de Cracovie a été étudiée. Pourtant, celui-ci a également été mis en cause pour son action alors qu’il était auprès de Jean-Paul II, notamment envers le père Marcial Maciel – le fondateur des Légionnaires du Christ, de sinistre mémoire pour ses abus en tous genres – mais aussi envers l’ex-cardinal Theodore McCarrick.

    Proche parmi les proches de Jean-Paul II

    Le nom de Stanislaw Dziwisz est en effet cité à plusieurs reprises dans le rapport rendu public par le Vatican en novembre 2020, suite aux accusations visant cet ancien archevêque de Washington entre 2000 et 2006. Suite aux révélations, Theodore McCarrick a été démis de la dignité cardinalice à l’été 2018 puis renvoyé de l’état clérical en février 2019, une mesure inédite pour un homme qui avait atteint d’aussi hautes fonctions.

    Le communiqué de la nonciature en Pologne veut donc laver de tout soupçon le cardinal Dziwisz et par-là éviter les répercussions sur la figure de Jean-Paul II, même si celui-ci était déjà mort lors de la période étudiée. En tant que secrétaire particulier du saint pape, Stanislaw Dziwisz était en effet une personnalité, si ce n’est la personnalité, incontournable du long pontificat de plus d’un quart de siècle de Jean-Paul II. Il a joué un rôle particulièrement important dans les dernières années, alors que le pape était très diminué par la maladie. Nombre de décisions alors signées de Jean-Paul II auraient alors en réalité été prises par son secrétaire particulier.

  • Monseigneur Laurent Ulrich, nouvel archevêque de Paris : pour la paix ou la guerre liturgique ? le dossier brûlant attend le nouvel archevêque…

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « Paix liturgique » :

    Mgr.Laurent_Ulrich.jpg« La nouvelle est donc tombée : Mgr Laurent Ulrich, 71 ans en septembre, archevêque de Lille, après avoir été archevêque de Chambéry, devient archevêque de Paris, Mgr Aveline, archevêque de Marseille, ayant semble-t-il refusé la charge. Il sera « installé » à Saint-Sulpice le 24 mai.

    Cet homme de Bourgogne est plutôt distant et réservé comme un homme du Nord qu’il est devenu. Sensible cependant et sachant manifester de l’empathie, ce prélat intelligent, se sait depuis toujours destiné à de hautes fonctions. S’il a été un temps vice-président de la Conférence des Evêques de France, il est clair qu’il s’en voit le président. Il est bien possible aussi que, si le présent pontificat se prolonge suffisamment, il puisse recevoir la barrette rouge d’un pape qui l’apprécie.

    Car cet homme d’allure classique, mais qui n’a rien d’un traditionnel, est parfaitement dans la ligne du pontificat bergoglien. A Lille, où il était sur le siège qui fut occupé par Mgr Vilnet et Mgr Defois, il est entouré d’un clergé du Nord plus progressiste que lui, au sein duquel il a d’ailleurs eu à gérer trois grosses affaires de mœurs. Mais il entend qu’on sache quelle est sa ligne : accueil des migrants, proximité des pauvres, sur laquelle il est concurrencé par Marine Le Pen. On cite le fait qu’il a exigé d’un jeune diacre qui portait la soutane qu’il veuille bien l’abandonner.

    Bon administrateur, il gère avec prudence, évitant « les histoires », détestant le bruit et la fureur, sachant faire avancer des collaborateurs en guise de « fusibles ».

    La fin de l’ère Lustiger

    Sa nomination à Paris marque la fin d’une époque. Dans nos Lettres 848 et 850 de février 2022, nous exposions les plaies et bosses qui affectent aujourd’hui le diocèse de Paris après la carbonisation du pontificat Aupetit. Il était clair, disions-nous, que ce diocèse traumatisé allait changer de mains : après avoir été gouverné et profondément formaté depuis le début des années 80 du siècle dernier par la personnalité du cardinal Lustiger et de ses successeurs le cardinal Vingt-Trois et Mgr Aupetit, il devenait très probable que le Pape allait profiter de l’occasion pour clore cette ère Lustiger, « cléricale » et arrogante selon ses critères de jugement. C’est bien ce qui arrive : le siège parisien échappe à Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, président de la Conférence des Évêques, désigné de longue date par les fées lustigériennes pour continuer une lignée épiscopale parisienne presque aussi durable que celle des Gondi aux XVIe et XVIIe siècles.

    Mgr Ulrich aura donc à gérer l’héritage difficile que laisse Mgr Michel Aupetit. Il lui faudra restaurer la confiance avec ses subordonnés et son clergé : l’ancien archevêque, homme d’un caractère difficile et cassant avec ses subordonnés, avait vu deux de ses vicaires généraux¸ Alexis Leproux et Benoist de Sinety, claquer la porte et démissionner à quatre mois d’intervalle. Du jamais vu. Benoist de Sinety était d’ailleurs parti dans le diocèse de Lille, où Mgr Ulrich lui avait confié la grosse paroisse lilloise de Saint-Eubert.

    Michel Aupetit avait frappé de tous côtés ; A gauche, Michel Aupetit avait liquidé violemment la communauté progressiste de Saint-Merry. A droite, il avait géré sans aucun dialogue le renvoi du directeur du lycée Saint-Jean-de-Passy. Et puis aussi, il avait tranché dans la liturgie traditionnelle.

    Les injustices et violences vis-à-vis de la messe traditionnelle à réparer

    Bizarrement, l’archevêque Aupetit, alors qu’il avait bénéficié au début de son mandat de l’opinion favorable du monde traditionnel qui appréciait ses prises de position morales courageuses, se l’était mis à dos en interprétant lourdement le motu proprio Traditionis custodes.

    De manière violente, il avait supprimé deux messes dominicales traditionnelles officielles dans deux paroisses populaires, à Saint-Georges de La Villette et à Notre-Dame du Travail, deux paroisses ou la liturgie traditionnelle était célébrée par le curé lui-même ou par un vicaire de la paroisse . De même avait-il supprimé toute une série de messes de semaine officielles, notamment celle très suivie de Saint-François-Xavier, où un public de jeunes nombreux se retrouvait tous les mercredis, et encore celle du lundi à Sainte-Clotilde.

    Il avait en outre réservé le droit de célébrer les messes qu’il conservait (Saint-Roch, Saint-Eugène, Sainte-Odile, ND du Lys, Sainte-Jeanne de Chantal) uniquement à des prêtres bi-ritualistes diocésains expressément désignés par lui.

    Dans cette affaire, Mgr Philippe Marsset, le « bras gauche » de Mgr Aupetit, a joué un rôle très néfaste. Philippe Marsset est en effet connu pour son hostilité à cette liturgie depuis l’époque de Summorum Pontificum, où curé de la grosse paroisse Saint-Pierre-de-Montrouge, dans le XIVème arrondissement, il avait tenté de réduire à un ghetto le groupe important qui demandait la célébration d’une messe. Et depuis le départ de Mgr Aupetit, il maintient la ligne du refus de tout accommodement à Sainte-Clotilde, à ND du Travail, à Saint-François-Xavier.

    Ces injustices incompréhensibles ont d’ailleurs déclenché des manifestations de protestation qui durent toujours :

    - Le mercredi à 17h, un chapelet récité dans l’église Saint Georges de La Villette

    - Le mercredi à 19h15, un chapelet itinérant partant de Saint François Xavier et se rendant à N.D. du Lys

    - Le dimanche à 18h, un chapelet devant N.D. du Travail

    - Et les lundis, mardis et jeudis de 13h à 14h, une présence des veilleurs devant les bureaux de l’archevêché, rue du Cloître-Notre-Dame

    Ces manifestations s’ajoutant à celle « célébrée » tous les samedis de midi à 12h 45, devant la nonciature apostolique, avenue du Président-Wilson.

    En attente de la pacification liturgique

    A Lille, Mgr Ulrich, après une période de distance froide, a dégelé ses rapports avec l’ICRSP desservant l’église Saint-Etienne à Lille et la chapelle ND de Fatima à La Chapelle d’Armentières.

    Lors de la survenance de Traditionis custodes, Mgr Ulrich (et surtout son conseil) a (ont) voulu réduire le nombre des messes  traditionnelles célébrées dans ces lieux. Des négociations s’en suivirent, dans lesquelles le P. de Sinety, sur la paroisse duquel se trouve Saint-Etienne, a joué un rôle important de facilitateur. Et pour finir, Mgr Ulrich fit une déclaration pour dire que rien n’était changé…

    Il n’est d’ailleurs pas impossible que Benoist de Sinety revienne à Paris pour seconder le nouvel archevêque dans sa difficile mission de réconciliation. Notamment de réconciliation et de paix avec les fidèles de la liturgie traditionnelle, fort nombreux à Paris et qui, en quelque sorte l’attendent de pied ferme, non seulement dans les lieux où les messes ont été supprimées, mais aussi sur la question des sacrements autres que la messe, à savoir essentiellement la question brûlante de la célébration de la confirmation dans le rite traditionnel.

    L’attente de cette part vivante et agissante du troupeau parisien sera-t-elle remplie ? Elle est prête en tout cas à faire entendre sa voix. »

    Ref. Monseigneur Laurent Ulrich, nouvel archevêque de Paris : pour la paix ou la guerre liturgique ? le dossier brûlant attend le nouvel archevêque

  • RDC : Tristes fêtes de Pâques au Nord Kivu

    IMPRIMER

    Virunga 0f8614bf0379c2469f21c4f4791ed88266219c09-690x450.jpg

    Tristes Pâques au pied de la chaîne des Virunga et ailleurs. Lu sur le site de la Libre Afrique :

    « Quand le pape viendra, nous lui dirons nos douleurs et nos misères… » En ce week-end de Pâques, dans un site de déplacés de Rutshuru, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), Stéphanie Aziza, 25 ans, n’a pas le coeur à la fête. Depuis les récents combats entre l’armée et les rebelles du Mouvement du 23 mai (M23) dans la province du Nord-Kivu, elle est sans nouvelles d’un de ses trois enfants, perdu dans le chaos de la fuite.

    Comment célébrer Pâques, « quand en plus on n’a pas à manger? », ajoute tristement la mère de famille, un petit enfant à la main, dans la cour de l’école Rugabo, où sont réfugiés plusieurs centaines de villageois.

    Non loin de là, une autre famille trie des haricots, pour le repas du dimanche de Pâques.

    L’est de la RDC est en proie depuis plus d’un quart de siècle aux violences de multiples groupes armés. La venue du pape François début juillet à Goma, le chef-lieu du Nord-Kivu, est présentée par l’Eglise catholique comme « un signe de réconfort et de paix ».

    « C’est la première fois qu’il foule notre terre, c’est une bénédiction divine », veut croire Heri Byiringiro, un autre déplacé.

    Fin mars, dans la région de Rutshuru, le « Mouvement du 23 mars », une ancienne rébellion tutsi réapparue en fin d’année dernière, s’est emparé de plusieurs collines, dont les habitants se sont enfuis vers l’Ouganda tout proche et vers le centre du chef-lieu du territoire.

    Les combats violents ont duré deux jours, se sont arrêtés une semaine et ont repris. Depuis quelques jours, c’est de nouveau l’accalmie, mais la tension est palpable, les militaires sont sur les dents.

    Samedi, à environ 6 km de Rutshuru-centre, quelques fidèles catholiques ont fêté Pâques dans la chapelle du village de Rangira, assistant à la seule messe pascale organisée dans toute la paroisse de Jomba, très affectée par les combats.

    Près du bâtiment de briques, un camp militaire a été installé, pour contrer l’avancée rebelle. Des camions remplis de soldats passent sur la route, des jeeps sont en patrouille.

    « Nous remercions le Seigneur qui vient de permettre l’arrivée de notre curé. Nous pensions qu’il était mort », déclare Dusera Nyirangorengore, tout juste revenue de Rutshuru où elle s’était enfuie.

    « Nous avons vécu le pire. Je priais, avec mon chapelet, pour que les bombes ne nous tombent pas dessus en brousse », raconte-t-elle.

    Leur curé, l’abbé Juvénal Ndimubanzi, pris dans les affrontements entre l’armée et le M23, a eu la vie sauve lorsque la force de l’ONU en RDC, la Monusco, l’a évacué, le 28 mars. Sa paroisse de Jomba est encore sous le contrôle du M23, inaccessible.

    « Prions pour les régions du monde qui souffrent de la guerre; et que la paix revienne ici chez nous, afin que les déplacés regagnent leurs villages! », déclare à l’assistance un servant, debout près de l’abbé.

    A l’heure à laquelle se déroule généralement le Chemin de Croix, une grand-messe a eu lieu vendredi à Rutshuru-centre dans l’église Saint-Aloys, à laquelle ont assisté des centaines de fidèles, recueillis et silencieux.

    Ailleurs dans le territoire, les célébrations ont été réduites. Les fidèles ont dû renoncer aux traditionnelles veillées du samedi soir, à cause de l’insécurité et de l’état de siège en vigueur depuis près d’un an dans le Nord-Kivu et la province voisine d’Ituri, qui a instauré un couvre-feu.

    Dans la modeste chapelle de Rangira, Jean-Pierre Sebaganzi, un fidèle de 45 ans, se réjouit tout de même d’avoir pu fêter Pâques, « malgré la peur »

    Ref. RDC: tristes fêtes de Pâques pour les déplacés du conflit avec le M23

    Que pensez-vous de cet article et que fait entretemps l’ancienne métropole tutélaire ?

  • En Chine : des prisonniers exécutés par prélèvement d'organes ?

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Chine : des prisonniers exécutés par prélèvement d’organes ?

    8 avril 2022

    Une étude menée par des chercheurs de l’Australian National University (ANU) a mis en évidence « des preuves suggérant fortement que les chirurgiens chinois des hôpitaux civils et militaires d’État ont exécuté des condamnés à mort et des prisonniers d’opinion en leur retirant le cœur ». Une pratique développée pour sa rentabilité, qui a lieu depuis « plus de trois décennies », selon les auteurs. Leurs travaux ont été publiés dans l’American Journal of Transplantation  [1].

    Des prisonniers en état de mort cérébrale ?

    Ces conclusions ont été obtenues en analysant 124 770 archives médico-légales entre 1980 et 2020. Parmi elles, les auteurs de l’étude ont identifié 71 documents médicaux dans lesquels « l’ablation du cœur semblait être la cause du décès des prisonniers ». Mais ils soupçonnent un nombre réel « bien plus élevé » de prisonniers tués à la suite de ces interventions chirurgicales.

    Selon les archives officielles, ces prisonniers étaient en état de mort cérébrale. Une version démentie par les chercheurs. Pour cela ils s’appuient principalement sur l’évaluation de la faculté du patient à respirer sans avoir recours à un ventilateur. Mais également sur la pose d’intraveineuse juste avant l’opération, ou encore sur l’emploi de la terminologie de « mort cérébrale aiguë ».

    Trop de donneurs ?

    Les chercheurs rappellent que de telles opérations sont contraires à l’éthique car « le prélèvement d’organes ne doit pas commencer avant que le donneur ne soit officiellement déclaré mort » (cf. Le protocole Maastricht III en France: retour vers une “technicisation de la mort”) et « le prélèvement d’organes ne doit pas causer la mort du donneur ».

    De son côté, le professeur Arthur Caplan, chef de la division d’éthique médicale de la Grossman School of Medicine de l’université de New York (NYU), juge que « le volume des transplantations effectuées [en Chine] ne correspond pas à la quantité de dons volontaires ».

    « J’espère que nos conclusions trouveront un écho dans le monde entier et contribueront à faire cesser ces pratiques », a déclaré le Dr Lavee, coauteur de l’étude.

    ---------------

    [1] Matthew P. Robertson et al, Execution by organ procurement: Breaching the dead donor rule in China, American Journal of Transplantation (2022). DOI: 10.1111/ajt.16969

    Source : Medical Xpress, Australian National University (05/04/2022)

  • La première femme noire à siéger à la Cour suprême des Etats-Unis

    IMPRIMER

    De Shannon Mullen sur catholicnewsagency.com/news :

    Le Sénat confirme la nomination de Ketanji Brown Jackson, qui deviendra la première femme noire à la Cour suprême.

    7 avr. 2022

    Ketanji Brown Jackson, un juge fédéral qui a également été défenseur public fédéral et avocat en cabinet privé, deviendra la première femme noire à siéger à la Cour suprême.

    Le Sénat a confirmé jeudi, par un vote de 53 voix contre 47, la nomination de Mme Jackson, choisie par le président Joe Biden pour succéder au juge Stephen G. Breyer, pour lequel Mme Jackson a été stagiaire.

    Trois sénateurs républicains - Susan Collins (Maine), Lisa Murkowski (Alaska) et Mitt Romney (Utah) - se sont joints aux 50 démocrates du Sénat pour obtenir la confirmation de Mme Jackson.

    Le sénateur Chuck Schumer, D-New York, chef de la majorité au Sénat, a déclaré que la confirmation historique de Mme Jackson reflétait l'engagement des démocrates à apporter une plus grande diversité au sein de la magistrature américaine. M. Biden s'était engagé pendant sa campagne présidentielle à choisir une femme noire comme premier candidat à la Cour suprême.

    "Nous avons certainement un long chemin à parcourir sur la voie de la vraie justice, mais en confirmant le juge Jackson aujourd'hui, nous faisons un pas en avant audacieux vers la pleine réalisation de la promesse de notre pays", a déclaré M. Schumer.

    "Nous ferons en sorte qu'il soit beaucoup plus probable que les filles de toute l'Amérique ressentent précisément ce que la juge Jackson a ressenti elle-même lorsqu'elle était enfant : Personne ne peut m'arrêter. Moi aussi, je peux le faire. Je suis brillante, moi aussi. J'ai ma place, moi aussi".

    Considérée comme une juge progressiste et "activiste" par ses détracteurs conservateurs, Mme Jackson ne modifiera pas l'équilibre idéologique de la Cour, où les conservateurs détiennent une majorité de 6-3.

    Elle ne participera pas non plus à la prochaine affaire d'avortement au Mississippi, Dobbs contre Jackson, que de nombreux opposants à l'avortement considèrent comme la meilleure, et peut-être la dernière, chance d'annuler la décision historique de 1973, Roe contre Wade, qui a légalisé l'avortement dans tout le pays. Une décision dans l'affaire Dobbs est attendue à la fin du mois de juin, juste avant qu'elle ne rejoigne la Cour.

    Mais à 51 ans, Mme Jackson pourrait siéger à la plus haute juridiction du pays pendant des décennies.

    Une opposition pro-vie

    Nommée pour la première fois à un poste de juge fédéral par le président Barack Obama, Mme Jackson a eu peu de rapports directs avec la question de l'avortement en tant que juge de la Cour de district du District de Columbia et juge d'une cour d'appel.

    Mais sa nomination a suscité une forte opposition de la part des groupes pro-vie. Ils ont souligné le soutien enthousiaste que sa nomination a reçu de Planned Parenthood, le plus grand fournisseur d'avortements aux États-Unis, et un mémoire juridique qu'elle a co-écrit en tant qu'avocate dans un cabinet privé et qui, selon eux, dénigrait les conseillers ambulants pro-vie.

    "La confirmation de Ketanji Brown Jackson remplit la promesse du président Biden au lobby de l'avortement et augmente les enjeux des élections de mi-mandat de cette année", a déclaré Marjorie Dannenfelser, présidente du groupe national pro-vie Susan B. Anthony List, dans un communiqué jeudi.

    "Alors que nous attendons une décision dans l'affaire Dobbs, la protection des enfants à naître et de leurs mères prend de l'ampleur dans tout le pays. Les Américains de tous bords veulent moderniser nos lois extrêmes qui autorisent l'avortement sur demande jusqu'à la naissance, bien après que la science ait démontré que les bébés dans l'utérus ressentent la douleur. Plus que jamais, nous avons besoin de champions pro-vie dans les États et à Washington qui agissent selon la volonté du peuple et représentent ses valeurs."

    Après avoir interrogé Mme Jackson pendant plusieurs jours, la commission judiciaire du Sénat est tombée lundi dans une impasse, à 11 voix contre 11, selon la ligne des partis, sur la question de savoir s'il fallait soutenir sa nomination. L'égalité des voix a rendu nécessaire l'approbation par le Sénat d'étapes procédurales afin d'ouvrir la voie à un vote par l'ensemble du Sénat jeudi après-midi.

    Les démocrates de la commission judiciaire ont fait l'éloge de Mme Jackson en tant que juriste distinguée et impartiale dont la confirmation en tant que première femme noire juge à la Cour suprême marquerait un jalon historique et inspirant dans l'histoire des États-Unis. 

    Les républicains, en revanche, l'ont critiquée pour ce qu'ils considéraient comme son activisme judiciaire, et certains d'entre eux ont soutenu qu'elle avait fait preuve d'une indulgence excessive dans ses condamnations de délinquants pédophiles, une accusation que ses partisans ont réfutée.

    Malgré l'opposition pro-vie à laquelle Mme Jackson a dû faire face, le sénateur Joe Manchin, de Virginie occidentale, qui se décrit comme un démocrate pro-vie et un catholique, a voté en faveur de sa confirmation.

    "Aujourd'hui, j'ai été fier de voter pour confirmer la juge Ketanji Brown Jackson à la Cour suprême des États-Unis", a déclaré M. Manchin, un catholique, dans un communiqué jeudi.

    "Le dossier et la carrière de la juge Jackson sont exemplaires. Elle a fait preuve d'une grande grâce au cours de ce qui a été un processus de confirmation difficile et a prouvé sans aucun doute qu'elle a le tempérament et les qualifications nécessaires pour servir à la plus haute cour de notre nation", a-t-il ajouté. "Ce faisant, elle a courageusement ouvert la voie pour que les générations futures puissent suivre ses traces."

    Expérience fédérale

    Née à Washington, D.C., Mme Jackson a grandi dans la région de Miami et a obtenu son diplôme de premier cycle et son diplôme de droit à l'université Harvard, où elle a été rédactrice en chef de la Harvard Law Review.

    Après son stage auprès de Breyer, Mme Jackson est entrée dans le secteur privé et a ensuite occupé le poste de défenseur public fédéral à Washington, D.C., ainsi que celui de vice-présidente et de commissaire de la United States Sentencing Commission, une agence fédérale indépendante bipartisane, avant de devenir juge fédéral.

    Mme Jackson a assisté au vote de confirmation jeudi avec M. Biden à la Maison Blanche. Il est prévu qu'ils s'expriment ensemble vendredi après-midi lors d'une cérémonie à la Maison Blanche.

  • Russie-Ukraine : aux sources du conflit

    IMPRIMER

    Le 24 février dernier, la Russie a lancé une grande offensive sur l’Ukraine. Une surprise pour beaucoup d’observateurs. Alexandre Del Valle, géopolitologue, avait alerté sur ce risque dans son dernier livre, La Mondialisation dangereuse (L’Artilleur, 2021). Il répond ici, dans une synthèse claire et précise, aux questions d’Odon de Cacqueray  le 22 mars 2022 dans l’ International , sur le site web du périodique « L’Homme Nouveau »

    Les rapprochements de l’Ukraine avec l’Otan et l’Union européenne constituaient-ils réellement un danger pour la Russie ?

    Il n’est pas certain que ce rapprochement soit une menace existentielle pour la Russie. mais pour le « système Pou­tine » au pouvoir, certainement. Beaucoup disent que c’est un prétexte, car Poutine voit dans ­l’occidentalisation-otanisation de l’Ukraine une plate-forme de projection de puissance américaine et démocratique-libérale qui menace existentiellement son pouvoir, avec le « syndrome des révolutions de couleur », qu’il ne veut pas voir se reproduire en Russie et qui causerait sa perte. Cependant, comme le rappelle l’école française de géopolitique d’Yves Lacoste, ce qui compte ce n’est pas uniquement le réel : c’est la représentation. Or, pour le pouvoir russe, en dehors même de Poutine, bien avant son accession au pouvoir, il y a une ligne très claire selon laquelle ces rapprochements sont des casus belli. Une constante rappelée depuis les années 1997-2000. Hélas, cette vision, également chère aux généraux et stratèges russes, n’a jamais été assez prise au sérieux en Occident.

    Quelle différence entre le conflit actuel et la crise de Crimée ?

    Le problème du Donbass est beaucoup plus difficile à régler. Le territoire est très différent, ce n’est pas une presqu’île comme la Crimée. Il y a une concentration de bataillons d’extrême droite néo-nazis (le bataillon Azov par exemple) qui depuis des années tuent là-bas des russophones malgré le fait qu’ils n’ont pas voulu ou obtenu, comme en Crimée, un rattachement immédiat à la Russie. En Russie, le meurtre de ces habitants du Donbass par l’armée ukrainienne et le groupe Azov a été monté en épingle par le clan Poutine et les plus radicaux comme un casus belli, d’où la grossière désinformation de la « dénazification » promise par Poutine, qui repose sur le fait que les néo-nazis d’Azov sont issus de partis néo-nazis qui ont fait l’Euromaïdan en 2014. Ces soldats sont beaucoup plus durs sous le président Zelensky, qui a souhaité reprendre le Donbass par la force, que sous l’ancien président Porochenko. Élu, Zelensky a porté une volonté de rupture totale avec la Russie, en complexifiant les négociations et en laissant les milices les plus violentes harceler le Donbass afin de reprendre le territoire. Du point de vue du droit international, l’armée ukrainienne a le droit de chercher à reprendre une région sécessionniste. Malheureusement il n’y a pas que le droit, il y a aussi les rapports de forces. Les Russes avaient averti qu’en cas de non-respect des accords de Minsk, ils iraient au « secours de leurs frères ». Les Ukrainiens reprochent aux sécessionnistes d’avoir violé les accords et les Russes font les mêmes reproches aux Ukrainiens. En parallèle, Zelensky ne s’est pas caché de vouloir adhérer à l’Otan et a même parlé de devenir un jour une puissance nucléaire. Les Russes ont demandé aux Occidentaux une redéfinition des rapports sécuritaires en Europe avec notamment le retrait de missiles de plusieurs pays. Des demandes trop ambitieuses et inaccessibles pour les Occidentaux. Nous sommes donc arrivés à un point de non-retour et au déclenchement de cette guerre.

    Au regard des différends séparatistes, existe-t-il une identité ukrainienne distincte de l’identité russe ?

    Oui, il existe une identité ukrainienne, spécialement dans l’ouest du pays. La langue jouit d’une grande importance avec encore une majorité de russophones. Mais il est possible d’être russophone et plutôt pro-ukrainien. Poutine a sous-estimé le fait que même s’il y a une part importante d’Ukrainiens russifiés (russophones), la majorité des Ukrainiens n’est pas nécessairement prorusse. Il est resté dans un monde où, longtemps, l’Ukraine a fait partie de l’Empire russe, avant d’en être séparée en 1922 par Lénine. Poutine ne veut pas admettre qu’une identité puisse changer. Depuis 2004, les révolutions successives et les conflits ont renforcé l’identité ukrainienne contre l’identité russe. Para­doxalement, Poutine a accéléré la naissance d’une identité ukrainienne plus large, jadis cantonnée à l’est, et maintenant générale, à part le Donbass et la Crimée.

    Lire la suite

  • RDC : Interview de Mgr Donatien Nshole, secrétaire général de l’influente Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)

    IMPRIMER

    Une mentalité et un franc parler qui détonnent avec ceux des milieux cléricaux usuels en Europe et ailleurs: