Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 2

  • Lorsque les médecins s'imaginent être des divinités

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    QUAND LES DOCTEURS JOUENT LES DIVINITÉS

    29 novembre 23

    Le Dieu de la Bible ayant largement disparu de la conscience publique en Grande-Bretagne, ce qui se rapproche le plus d'une divinité de remplacement est le Service national de santé britannique. Créé après la Seconde Guerre mondiale, le NHS a fait l'objet d'une affection intense pendant des décennies et, pas plus tard que cette année, 72 % des Britanniques interrogés ont déclaré que le NHS était "crucial" pour leur société. Cette dévotion obsessionnelle et souvent mièvre à un faux dieu a rendu une réforme globale du NHS - ou mieux, son remplacement - pratiquement impossible. Or, le NHS a désespérément besoin d'être réformé ou remplacé. 

    À quel point ? Un article paru le 13 juillet dans le New England Journal of Medicine raconte la triste histoire : 

    Pendant une bonne partie des mois de décembre 2022 et janvier 2023, les médias ont montré des ambulances faisant la queue devant les hôpitaux, incapables de remettre leurs patients ; des patients allongés chez eux avec des hanches fracturées, non pris en charge par les ambulances ; des temps d'attente de plus de 12 heures dans les services d'urgence ; et des couloirs d'hôpitaux bondés de patients incapables d'être admis. Le Collège royal de médecine d'urgence a estimé en décembre que 300 à 500 personnes mouraient chaque semaine à cause de ces retards. Les ambulanciers et les infirmières ont organisé leurs premières grèves en 30 ans pour réclamer des salaires et des conditions de travail. À la mi-mars, à la mi-avril et à la mi-juin, les médecins débutants ont organisé des grèves de trois ou quatre jours, et les médecins confirmés ont prévu des actions similaires. Des centaines de milliers d'opérations et de rendez-vous ont été annulés. 
    Dans le contexte de cette crise aiguë, les listes d'attente pour les consultations de spécialistes se sont allongées et dépassent aujourd'hui les 7 millions de patients (dans un pays de 66 millions d'habitants)....  

    Et comme si ce dysfonctionnement flagrant ne suffisait pas, le fait d'être l'objet d'un culte déplacé de la part du public britannique semble avoir convaincu les médecins du NHS qu'ils sont, en fait, Dieu.  

    Indi Gregory est née le 24 février mais a rapidement éprouvé des difficultés à respirer ; elle a ensuite commencé à souffrir de crises d'épilepsie prolongées. Le bébé est né avec un trou dans le cœur et a dû subir des interventions chirurgicales pour drainer le liquide de ses intestins et de son crâne. Deux mois plus tard, un test génétique a révélé que l'enfant souffrait d'une maladie mitochondriale rare et dégénérative, et on lui a posé un tube respiratoire. Ses parents ont déclaré que leur fille leur répondait même dans ces conditions sévères et que "dans ses bons jours, elle babille, fait des bruits, bouge tous ses membres". 

    Néanmoins, lorsqu'Indi a eu six mois, ses médecins ont décidé qu'ils devaient s'abstenir de tout traitement "invasif" supplémentaire. Les parents d'Indi n'étant pas d'accord, l'hôpital a saisi les tribunaux, où les médecins ont ensuite modifié leur requête et demandé l'autorisation de supprimer les soins intensifs, affirmant qu'il serait plus gentil de la laisser mourir. Les parents ont poursuivi leur bataille juridique ; l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù de Rome a proposé d'accepter Indi comme patiente, tandis que le gouvernement italien lui a donné la nationalité italienne et a déclaré qu'il couvrirait tous les frais ; mais le juge a décidé qu'un déménagement à Rome n'était pas dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Les parents ont alors demandé qu'Indi soit autorisée à mourir à la maison, mais, probablement sur les conseils des médecins, le juge n'a pas voulu en entendre parler non plus. Le 13 novembre, Indi est donc décédée dans un hospice, dans les bras de sa mère, après que le maintien en vie lui a été retiré.  

    Indi avait été baptisée le 22 septembre et, à travers cette histoire tragique, la foi chrétienne est entrée dans sa famille. Nous pouvons lui en être reconnaissants. Mais pas pour les médecins autoritaires ni pour les tribunaux qui ont pris le parti des médecins plutôt que celui des parents.  

    Il y a sans doute des circonstances où des parents épuisés et désemparés ne peuvent pas faire face à la réalité d'une situation médicale en phase terminale, mais il ne semble pas que ce soit le cas ici. La Grande-Bretagne n'a pas (encore) adopté l'euthanasie ou le suicide médicalement assisté. Mais le personnel du Service national de santé semble croire que certains de ses patients ont le devoir de mourir et que, si leurs proches refusent de coopérer, les médecins et la loi prendront le contrôle de la situation et veilleront à ce que le devoir de mourir soit respecté. C'est ainsi que le statut divin du NHS s'exprime à travers son personnel médical. 

    Je suis l'intrus dans une famille de médecins : mon grand-père maternel était médecin, ma mère était technicienne médicale, mon frère est médecin, ma fille est médecin, mon défunt gendre était médecin et j'ai aujourd'hui un gendre médecin. Ne remettez donc pas en cause l'estime que je porte à la profession médicale. Mais lorsque les médecins s'imaginent être des divinités qui savent de facto "ce qui est le mieux" dans ces cas néo-natals difficiles, l'éthique de l'ancien serment d'Hippocrate semble s'effondrer, car les médecins divinisés revendiquent une autorité qui appartient normalement aux parents - et le font au nom d'une compassion pseudo-divine.   

    La chronique de George Weigel "The Catholic Difference" est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la William E. Simon Chair in Catholic Studies.

  • Une femme sur trois souffre de dépression après avoir avorté selon une étude

    IMPRIMER

    De Gènéthique Magazine :

    Une femme sur trois souffre de dépression après avoir avorté selon une étude

    28 Nov, 2023

    Dans une étude [1] publiée le 26 octobre 2023 dans la revue BMC Psychiatry, les chercheurs ont démontré que « la prévalence mondiale de la dépression post-avortement est estimée à 34,5% ». Ainsi, une femme sur trois souffrirait de dépression après avoir avorté (cf. Une étude sur l’impact de l’IVG sur la santé mentale des femmes).

    Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont examiné 15 études regroupant 18.027 participantes. La recherche a été effectuée entre le 1er février et le 10 mars 2023 grâce à plusieurs bases de données, notamment Science DirectScopusEMBSEGoogle Scholar et PubMed.

    D’après l’étude, la proportion la plus élevée de dépression après un avortement a été enregistrée en Asie avec 37,5%. Le taux le plus bas étant celui de l’Europe avec 33%. Le revenu semble avoir un impact important (cf. Royaume-Uni : vague d’avortements depuis l’arrêt d’une aide sociale à partir du troisième enfant). En effet, les pays à revenu moyen ou faible ont enregistré la fréquence la plus élevée de dépression post-avortement avec 42,91%, tandis que les pays plus riches ont enregistré un taux de dépression de 25%.

    La prévalence de la dépression peut varier en fonction de plusieurs facteurs comme la méthodologie employée dans l’étude, l’outil de diagnostic utilisé, la situation géographique et le statut socio-économique de la population. Mais en tout état de cause, « la dépression post-avortement est largement répandue dans le monde » concluent les chercheurs, en conseillant aux prestataires de soins de santé de « donner la priorité à la fourniture de conseils, de soins et d’un soutien émotionnel aux femmes après l’avortement » (cf. IVG : l’OMS publie un manuel pour des « soins de qualité »).

    --------------

    [1] Gebeyehu, N.A., Tegegne, K.D., Abebe, K. et al. Global prevalence of post-abortion depression: systematic review and Meta-analysis. BMC Psychiatry 23, 786 (2023). https://doi.org/10.1186/s12888-023-05278-7

  • Le pape n'ira pas à Dubaï pour la COP 28

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site de La Croix :

    COP28 : le pape annule son voyage, à la demande de ses médecins

    Le pape François renonce à se rendre à Dubaï, du 1er au 3 décembre, en raison des suites d’une inflammation pulmonaire, a annoncé le Vatican mardi 28 novembre.

    28/11/2023

    Le pape François ne se rendra finalement pas à Dubaï, où il devait participer à la Cop28, a annoncé le Vatican mardi 28 novembre, dans la soirée. Il devait s’exprimer le 2 décembre, parmi les autres chefs d’État, lors de l’ouverture de ce nouveau sommet international sur le climat.

    « Bien que l’état clinique général du Saint-Père lié à la grippe et l’inflammation des voies respiratoires se soit amélioré, les médecins ont demandé au pape de ne pas effectuer le voyage prévu dans les prochains jours à Dubaï pour la 28e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques », peut-on lire dans un communiqué publié à 19 h 30 par la Salle de presse du Saint-Siège.

    François accepte « avec regret »

    François a accepté « avec grand regret » la recommandation de ses médecins, indique le Vatican, qui précise également que « les modalités » de la participation du Saint-Siège aux négociations climatiques seront définies « dès que possible ». Le pape, qui aura 87 ans le 17 décembre, vit avec un lobe de poumon en moins, en raison d’une ablation subie à l’âge de 21 ans pour soigner une pleurésie.

    Auteur de Laudato Si, encyclique écologique et sociale publiée en 2015, puis d’une exhortation apostolique insistant sur l’urgence d’affronter la crise climatique et de combattre le climatoscepticisme, Laudate Deum, il a fait de la défense de l’environnement l’une des priorités de son pontificat.

    Traitement et allègement de l’agenda

    Outre son discours, prévu le 2 décembre, François avait à son programme une trentaine de rencontres bilatérales, dont vingt avec des chefs d’État et de gouvernement. Mais samedi 25 novembre, le Vatican avait annoncé l’annulation de ses audiences, en raison d’une inflammation pulmonaire provoquant des difficultés respiratoires. Dans les jours qui suivent, il avait reçu un traitement antibiotique en intraveineuse, avait expliqué le Vatican. Son agenda avait également été allégé.

    Mardi 28 novembre, François a participé à une longue rencontre avec les évêques espagnols, présents à Rome. Il a échangé avec eux pendant une heure et demie. Dans l’après-midi, il a notamment rencontré, à huis clos, un groupe de victimes françaises de pédocriminalité, apparaissant fatigué devant eux. En entrant dans la salle, il leur avait notamment affirmé avoir « de la fièvre ». En les quittant, alors que les victimes lui souhaitaient un bon voyage à Dubaï, le pape avait réagi : « Ce sont les médecins qui décideront. » Une décision annoncée, donc, quelques heures plus tard.

    Le Vatican, qui insiste sur l’amélioration de l’état du pape, a confirmé que l’audience générale présidée, comme chaque mercredi, par François, aurait bien lieu, mercredi 29 novembre.

  • "une médecine qui renonce au soin et se retranche derrière des procédures déshumanisées et déshumanisantes n'est plus l'art de guérir" (pape François)

    IMPRIMER

    DISCOURS DU SAINT-PÈRE FRANCOIS

    AUX MEMBRES DE L'ASSOCIATION ITALIENNE DES OTORHINOLARYNGOLOGISTES HOSPITALIERS
    ET DE LA FÉDÉRATION ITALIENNE DES MÉDECINS PÉDIATRES (FIMP)

    Samedi 18 novembre 2023

    Chers frères et sœurs, soyez les bienvenus !

    Je suis heureux de vous rencontrer, en tant que membres de la Fédération italienne des pédiatres et de l'Association italienne des oto-rhino-laryngologistes hospitaliers, et de vous exprimer ma reconnaissance pour votre travail quotidien. En effet, dans vos différentes spécialisations, vous avez choisi de travailler au service des personnes qui ont besoin de soins. C'est beau !

    Vous, pédiatres, en particulier, êtes des points de référence pour les jeunes couples. Vous les aidez dans leur tâche d'accompagner les enfants dans leur croissance. Les enfants sont toujours un don et une bénédiction du Seigneur : dans les Psaumes, il y a cette belle image de la famille réunie autour de la table avec ses enfants "comme des pousses d'olivier" (Ps 128, 3). L'Italie est malheureusement un pays vieillissant : espérons que la tendance puisse être inversée, en créant des conditions favorables pour que les jeunes aient davantage confiance et redécouvrent le courage et la joie de devenir parents. Je ne devrais peut-être pas le dire, mais je le fais : aujourd'hui, les gens préfèrent avoir un chiot plutôt qu'un enfant. Votre tâche est très limitée, mais celle des vétérinaires ne cesse de croître ! Et ce n'est pas bon signe.

    Vous, médecins ORL, traitez certains organes qui sont nécessaires à nos relations et nous permettent de rester en contact avec les autres et la communauté. Dans l'Évangile, nous voyons Jésus s'approcher de personnes sourdes et muettes qui vivaient dans la solitude et l'isolement. Et nous observons qu'en les guérissant, il fait un geste particulier et prononce des paroles particulières. Je pense que ces gestes et ces paroles peuvent vous inspirer, car ils témoignent de la compassion et de la tendresse de Dieu pour nous, en particulier pour ceux qui souffrent de la fatigue des relations.

    Avec les nombreux professionnels de la santé, vous constituez l'un des piliers du pays. Le souvenir de la pandémie est encore brûlant : sans le dévouement, le sacrifice et l'engagement des professionnels de la santé, de nombreuses autres vies auraient été perdues. Trois ans plus tard, la situation sanitaire en Italie traverse une nouvelle phase critique qui semble devenir structurelle. Il y a une pénurie constante de personnel, ce qui entraîne des charges de travail ingérables et, par conséquent, une fuite des professions de santé. La crise économique persistante affecte la qualité de vie des patients et des médecins : combien de diagnostics précoces ne sont pas posés ? Combien de personnes renoncent à un traitement ? Combien de médecins et d'infirmières, découragés et fatigués, abandonnent ou préfèrent aller travailler à l'étranger ?

    Ce sont là quelques-uns des facteurs qui compromettent l'exercice du droit à la santé qui fait partie de l'héritage de la doctrine sociale de l'Église et qui est inscrit dans la Constitution italienne en tant que droit de l'individu, c'est-à-dire de tout le monde - personne exclue -, en particulier des plus faibles, et en tant qu'intérêt de la communauté, car la santé est un bien commun. Le système italien de santé publique est fondé sur les principes d'universalité, d'équité et de solidarité, mais ceux-ci risquent aujourd'hui de ne pas être appliqués. Préservez ce système, qui est un système populaire dans le sens du service au peuple, et ne tombez pas dans l'idée peut-être trop efficace - certains disent "moderne" - : seulement la médecine prépayée ou la médecine payée et puis rien d'autre. Non. Ce système doit être soigné, il doit être développé, parce qu'il s'agit d'un système de service à la population.

    Ensuite, deux autres phénomènes opposés et tout aussi dangereux se répandent : d'une part, la recherche de la santé à tout prix, l'utopie d'éliminer la maladie, de supprimer l'expérience quotidienne de la vulnérabilité et de la limitation ; d'autre part, l'abandon de ceux qui sont plus faibles et plus fragiles, dans certains cas avec la proposition de la mort comme seule issue. Mais une médecine qui renonce au soin et se retranche derrière des procédures déshumanisées et déshumanisantes n'est plus l'art de guérir. Au contraire, le malade doit être approché avec l'attitude du Bon Samaritain (cf. Lc 25-37), qui ne regarde pas ailleurs, mais se penche sur le blessé et apaise sa souffrance, sans poser de questions, sans laisser son cœur et son esprit se fermer par des préjugés, sans penser à son propre intérêt. Cette parabole de l'Évangile vous aidera à toujours regarder le visage des patients, petits et grands : à les accueillir et à leur donner de l'espoir, à écouter leurs histoires, à les soutenir dans les moments difficiles. Le mot clé est la compassion, qui n'est pas de la pitié, non, la compassion, c'est une con-patire. C'est un outil de diagnostic irremplaçable ! Après tout, Jésus est le médecin par excellence, n'est-ce pas ? Il y a trois traits de Dieu qui nous aident toujours à avancer : la proximité, la compassion et la tendresse. J'aime à penser que nous tous, guérisseurs de la santé - nous, guérisseurs de la santé spirituelle, vous, de la santé physique et aussi psychique et spirituelle en partie - devons avoir ces trois attitudes : proximité, compassion et tendresse. Et cela aide beaucoup, cela construit la société. Je vous souhaite d'être proches, compatissants et tendres.

    La dernière chose. Ceux qui sont appelés à prendre soin des autres ne doivent pas négliger de prendre soin d'eux-mêmes. Ces dernières années, la résistance des médecins, des infirmières et des professionnels de la santé a été mise à l'épreuve. Des interventions sont nécessaires pour rendre votre travail digne et promouvoir les meilleures conditions pour qu'il soit effectué de la manière la plus efficace. Vous êtes si souvent des victimes !

    Je vous remercie également pour votre engagement associatif : c'est important. J'encourage les jeunes à s'engager dans cette voie professionnelle, qui est une façon exigeante de travailler tout en s'occupant des autres.

    Chers frères et sœurs, que l'intercession maternelle de la Vierge Marie vous accompagne. Je vous bénis de tout cœur, ainsi que vos familles. Et n'oubliez pas de prier pour moi. Je vous remercie.

  • Le verrouillage des églises en raison du Covid était "scandaleux"

    IMPRIMER

    De Simon Caldwell sur le Catholic Herald :

    Le verrouillage des églises en raison du Covid était "scandaleux", admet un ancien ministre du gouvernement

    13 novembre 2023

    Le confinement des églises pendant la pandémie de coronavirus de 2020 était "scandaleux", a admis un ancien ministre du gouvernement.

    Lord Greenhalgh of Fulham, un pair conservateur du gouvernement de Boris Johnson, a déclaré que les églises et autres lieux de culte avaient été fermés parce que "les gens au cœur du pouvoir ne comprenaient pas la foi".

    Il a tenu ces propos alors que la commission d'enquête Covid entendait les témoignages de hauts conseillers et de fonctionnaires sur les décisions prises pendant la pandémie. 

    Parmi eux, Helen MacNamara, secrétaire adjointe du cabinet, a déclaré à la commission d'enquête que les décideurs avaient souffert d'une "perspective étroite".

    Lord Greenhalgh a déclaré que les lieux de culte avaient fait un "travail phénoménal" pour contrôler la propagation du virus, comparé aux taux de transmission dans d'autres lieux qui n'étaient pas soumis aux mêmes restrictions.

    Les commentaires qu'il a adressés à l'Union catholique renforceront la pression exercée sur la baronne Hallett, présidente de l'enquête, pour qu'elle examine correctement les décisions relatives à la fermeture et à la réouverture des lieux de culte.

    Lord Greenhalgh a été ministre d'État au ministère de l'Égalité des chances, du Logement et des Communautés, puis au ministère de l'Intérieur, jusqu'à sa démission du gouvernement en juillet 2022.

    Il était responsable de la politique gouvernementale en matière de foi et de communautés entre 2020 et 2021, années des deux fermetures, et était donc au courant des raisons invoquées pour justifier le traitement sévère des lieux de culte.

    Les églises ont été fermées pour la première fois après que M. Johnson, le Premier ministre, a annoncé le premier lockdown le 23 mars 2020.

    Elles ont toutefois été parmi les derniers lieux à être libérés du confinement, car elles ont été placées dans la même catégorie de risque que les pubs, les cinémas, les salons de coiffure et les salons de beauté.

    Le gouvernement a fait valoir qu'il serait difficile d'instaurer une distance sociale au sein de ces établissements à un moment où le risque d'infection est élevé.

    Les jardineries, les chantiers de construction et d'autres entreprises ont toutefois pu ouvrir leurs portes sept semaines plus tôt.

    Nigel Parker, directeur de l'Union catholique, a déclaré : "Avant Covid, peu d'entre nous auraient pu imaginer que nos églises soient contraintes de fermer par la loi. 

    "C'est pourtant la situation à laquelle nous avons parfois été confrontés pendant les jours sombres de la pandémie. 

    "L'enquête sur la réponse du Royaume-Uni à la pandémie doit examiner les décisions relatives à la fermeture et à la réouverture des lieux de culte, qui ont eu un impact considérable sur tant de personnes. 

    "L'Union catholique a pris l'initiative de faire rouvrir nos églises et nous nous engageons maintenant à faire en sorte qu'elles ne soient plus jamais obligées de fermer.

    Il a ajouté : "J'encourage tout le monde à participer à notre enquête pour s'assurer que les voix des catholiques soient entendues dans le cadre de cette enquête".

    Au début de la pandémie, les évêques d'Angleterre et du Pays de Galles espéraient que les églises resteraient ouvertes pour la prière privée.

    Les confessions, même en plein air, ont également été interdites et, à partir d'avril 2020, les prêtres ont été invités à conseiller les patients atteints du coronavirus par téléphone plutôt que de leur donner le sacrement des malades en personne.

    Le nombre de personnes en deuil lors des funérailles a également été drastiquement limité.

    La plupart des diocèses ont diffusé en direct des liturgies depuis des cathédrales vides et certaines églises paroissiales, et ont invité les fidèles à regarder ces messes chaque dimanche et à faire une "communion spirituelle" chez eux.

    Les évêques ont obtenu que les églises ne soient pas complètement fermées lors de la deuxième vague de restrictions en 2021.

    La fréquentation des messes a toutefois diminué à la suite de la fermeture, et certains apostolats, comme la presse catholique, en ont gravement souffert.

    Outre l'interdiction de la messe publique pendant la Réforme protestante des XVIe et XVIIe siècles, les catholiques anglais n'ont eu accès aux sacrements qu'entre 1208 et 1214, lorsque le pape Innocent III a gelé le culte public pour punir le roi Jean d'avoir refusé d'accepter Stephen Langton en tant qu'archevêque de Canterbury.

  • Indi Gregory est décédée

    IMPRIMER

    De Patricia Gooding-Williams sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Indi est morte : "Ils ont le corps, ils ne peuvent pas avoir l'âme".

    Indi Gregory est décédée dans la nuit à 1h45 (2h45 en Italie). Hier, son état semblait s'être stabilisé après les premières heures difficiles qui ont suivi l'extubation. Voici le récit des dernières heures d'Indi à l'hospice, dans les mots de son père donnés à La Bussola

    13_11_2023

    Indi Gregory est décédée, c'est le message avec lequel son père, Dean, a annoncé : 
    "La vie d'Indi s'est arrêtée à 1h45 (2h45 en Italie, ndlr). Claire et moi sommes en colère, le cœur brisé et honteux. Le NHS et les tribunaux ne l'ont pas seulement privée de toute chance de vivre, ils lui ont aussi refusé la dignité de mourir dans la maison de la famille à laquelle elle appartenait. Ils ont réussi à prendre le corps et la dignité d'Indi, mais ils n'ont jamais pu prendre son âme. Ils ont essayé de se débarrasser d'Indi pour que personne ne le sache, mais nous avons fait en sorte que l'on se souvienne d'elle pour toujours. Je savais qu'elle était particulière depuis le jour de sa naissance".

    ***

    Il n'y a pas de réelle différence entre un hospice et un hôpital lorsque l'objectif est de faire mourir Indi le plus rapidement possible. Dean Gregory et Claire Staniforth, les parents d'Indi, s'en sont rendu compte très rapidement après le transfert de la petite fille de 8 mois du Queen's Medical Centre de Nottingham, le samedi 11 novembre, vers un hospice dont le juge a interdit la publication du nom.

    Ce qui suit est un compte-rendu de première main du transfert d'Indi et de l'épreuve qu'elle et ses parents ont traversée derrière les portes closes de l'hospice.

    "Indi se débat", a déclaré Dean Gregory à la Bussola le samedi 11 novembre à 18 heures (heure britannique), peu après son extubation à l'hospice. La petite fille était cajolée par sa mère Claire, tandis que le masque à oxygène qui recouvrait tout son visage remplaçait la ventilation. Dès le début de la matinée de ce samedi, Dean n'a cessé de nous envoyer des messages via WhatsApp pour nous tenir au courant de ce qui se passait.

    Il explique que Claire Staniforth, la mère d'Indi, se trouvait au Queen's Medical Centre de Nottingham le samedi matin. Vendredi soir, la famille avait en effet été informée qu'Indi serait transférée à l'hospice entre 10 et 11 heures. Seule Claire accompagnerait Indi dans l'ambulance, tandis que Dean et l'autre fille iraient séparément dans la voiture, "mais sans suivre l'ambulance", avait-on ordonné. Le départ de Claire de l'hôpital ne s'est pas déroulé sans encombre : "Nous avons été escortés par la sécurité et quelques policiers jusqu'à l'étage A. Ils ont dû vérifier toute la zone à l'extérieur du bâtiment avant que nous puissions monter dans l'ambulance". Celle-ci est donc partie pour l'hospice avec deux heures de retard, à 13 heures.

    Le trajet de 40 minutes en ambulance jusqu'à l'hospice s'est déroulé étonnamment sans incident pour l'enfant gravement malade, dont les médecins avaient déclaré au tribunal qu'elle était "clairement angoissée, agitée et souffrante" en raison de son traitement. Dean a écrit : "Elle n'a même pas remarqué le voyage, elle était juste allongée là, détendue". "Le voyage ne lui a posé aucun problème, elle n'a même pas cligné des yeux." Dean commente : "Vous voyez, elle aurait facilement pu aller en Italie".

    Claire et Dean ont encore du mal à accepter la décision des tribunaux britanniques et européens de les empêcher d'accepter l'offre de l'Italie de soigner Indi à l'hôpital du Bambino Gesù du Vatican à Rome. Cela aurait répondu à leur souhait de donner à Indi toutes les chances de vivre en lui permettant de vivre jusqu'à sa fin naturelle. Regrettant ce qu'ils considéraient comme une occasion manquée d'aider Indi, Dean et Claire avaient décidé qu'Indi retournerait chez elle, soit un trajet de 20 minutes, exactement la moitié de celui pour aller à l'hospice.

    Lire la suite

  • Indi Gregory condamnée à mort; le respirateur artificiel débranché aujourd'hui

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Indi Gregory condamnée à mort; le respirateur artificiel débranché aujourd'hui

    L'appel des parents de la petite fille de 8 mois atteinte d'une maladie mitochondriale a été rejeté. Les juges d'appel ont ordonné son extubation, prévue aujourd'hui dans un centre de soins palliatifs. Les avocats de la famille travaillent sur un nouveau recours. Pression pro-Indy du gouvernement italien sur le gouvernement britannique.

    11_11_2023

    Têtue jusqu'à la mort. Jusqu'à la mort d'un innocent enfant de 8 mois. Hier, en appel, le recours de la famille d'Indi Gregory, la petite Anglo-Italienne atteinte d'une maladie mitochondriale rare et soignée jusqu'à présent au Queen's Medical Centre de Nottingham, a été rejeté en bloc.

    Les juges Peter Jackson, Eleanor King et Andrew Moylan, conformément à la décision de première instance de leur collègue Robert Peel, ont ordonné l'extubation d'Indi, qui est prévue pour aujourd'hui, samedi 11 novembre, à une heure non précisée, comme nous l'indique Christian Concern, l'association qui assiste légalement les Gregory, dans un hospice dont le nom est confidentiel. Dans un premier temps, la presse avait fait circuler comme date limite pour l'extubation celle de lundi prochain, sur base des propos tenus à la fin de l'audience, dans une formule douteuse, par le juge King. Mais c'est précisément cette ambiguïté qui a été levée entre-temps, dans le sens d'une accélération du calendrier de la suppression du maintien en vie, un événement qui peut survenir à tout moment. L'extubation ne doit cependant pas signifier la mort immédiate d'Indi, comme l'indique clairement la décision de Peel du 8 novembre 2023 : "Le Trust cherchera à la stabiliser après l'extubation et envisagera l'étape suivante, un processus qui, selon eux, pourrait prendre environ une semaine.

    Depuis la fin de l'audience hier après-midi, les avocats de la famille travaillent sur un éventuel nouveau recours. Entre-temps, le gouvernement italien continue de faire pression sur le gouvernement britannique pour tenter de sauver la vie d'Indi. Avant-hier déjà, le Premier ministre Giorgia Meloni avait écrit une lettre urgente au Lord Chancellor et secrétaire d'État à la justice du Royaume-Uni, Alex Chalk, pour demander une coopération officielle entre les deux pays, sur la base de la Convention de La Haye de 1996 sur la protection des mineurs et en particulier de l'article 32, afin de faciliter le transfert d'Indi à Rome. Rappelons que l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù est prêt à fournir des soins spécialisés à la fillette et que le gouvernement italien s'est déjà déclaré prêt à financer ces soins. Dans sa lettre, dont le contenu précis a été révélé hier, Mme Meloni espère un déblocage de la situation "en temps utile pour qu'Indi puisse accéder à cette possibilité dans l'esprit de coopération qui a toujours distingué les deux pays".

    On ne sait pas si Chalk a répondu à la lettre du Premier ministre italien, mais il est certain que les diverses démarches méritoires entreprises cette semaine par l'exécutif de notre pays pour tenter de sauver Indi ont été ignorées par les juges britanniques chargés de l'affaire. Selon Jackson, King et Moylan, la demande italienne basée sur la Convention de La Haye, demande sur laquelle ils ne sont pas entrés dans le vif du sujet lors de l'audience, est "totalement mal conçue" et "ne correspond pas à l'esprit de la Convention".

    Même en ce qui concerne le lieu de l'extubation, la première des trois questions abordées lors de l'audience d'hier, les juges ont rejeté la demande des parents, Claire et Dean Gregory, qui, tout en restant opposés à l'idée de supprimer le maintien en vie d'Indi, demandaient au moins de pouvoir l'extuber à la maison, plutôt qu'à l'hospice, comme cela a finalement été décidé. L'équipe juridique des Gregory, avec l'avocat Bruno Quintavalle, a également contesté le manque d'exhaustivité des informations qui a caractérisé les étapes du procès, toujours en ce qui concerne l'extubation, ainsi que le refus des médecins d'envisager la meilleure option clinique pour Indi, comme l'exigerait la jurisprudence britannique. Mais même ces derniers points ont été rejetés par les juges d'appel, qui se sont aveuglément fiés à l'analyse sombrement pessimiste de l'équipe médicale traitant Indi et ont donc conclu qu'aucun délai supplémentaire ne devrait être accordé parce qu'il est contraire à "l'intérêt supérieur" d'Indi de la maintenir en vie.

    Au cours de l'audience, à laquelle nous avons pu assister à distance, l'irritation suscitée par l'appel était évidente, Jackson ne pouvant surtout pas cacher son agacement face à l'intervention de l'Italie et aux tentatives des Gregorys de neutraliser les décisions prises par les tribunaux britanniques. Le juge lui-même a lu le jugement final d'un ton glacial, déplorant les "retards" continus dans l'extubation qui causaient la "détresse" d'Indi ; et il a sévèrement critiqué l'approche utilisée par les Gregory et leurs avocats au cours du litige, les qualifiant de "tactiques de manipulation". À la fin de la lecture de l'arrêt, les juges King et Moylan ont tous deux approuvé leur collègue par un "je suis d'accord" explicite.

    Après l'audience, Dean Gregory a déclaré : "Claire et moi sommes une fois de plus dégoûtés par cette autre décision unilatérale des tribunaux et du Trust [le trust de la santé qui comprend le Queen's Medical Centre, ndlr]. Le père d'Indi a donc, d'une part, salué l'aide offerte par le gouvernement italien et, d'autre part, déploré le comportement absurde des autorités britanniques, qui empêchent le transfert de l'enfant dans notre pays. C'est comme le dernier coup de pied dans la fourmilière, et nous ne renoncerons pas à nous battre pour que notre fille ait une chance de vivre jusqu'à la fin". Deux parents simples, conscients que la vie humaine est un don à chérir, luttant contre un système qui révèle de plus en plus ses traits lucifériens.

  • Déclaration des évêques anglais sur Indi Gregory

    IMPRIMER

    Déclaration des évêques anglais sur Indi Gregory :

    7 Novembre 2023

    Mgr Patrick McKinney, évêque de Nottingham, et Mgr John Sherrington, évêque principal pour les questions de vie, ont commenté le cas d'Indi Gregory, un bébé de huit mois gravement malade soigné au Queen's Medical Centre de Nottingham :

    "La situation tragique du bébé Indi Gregory est vraiment déchirante, en particulier pour ses parents dévoués Claire et Dean, ses frères et sœurs, sa famille élargie et ses amis. Les responsables de son suivi médical au Queen's Medical Centre de Nottingham pensent avoir fait tout ce qui était en leur pouvoir pour l'aider.

    Cependant, en tant que personnes d'espoir, nous reconnaissons que ses parents veulent poursuivre toutes les chances possibles de prolonger sa vie, même s'ils savent que cela ne comporte aucune garantie de succès et nécessiterait un transfert à l'hôpital du Bambino Gesu à Rome, en Italie.

    À cet égard, les deux parties cherchent à agir dans l'intérêt supérieur d'Indi. L'amour parental conduira à un désir de prendre toutes les mesures possibles et nous le soutenons. Lorsque le traitement médical devient disproportionné par rapport à tout bénéfice possible, les soins palliatifs appropriés pour une personne malade doivent être maintenus. La suspension de thérapies disproportionnées ne peut justifier la suspension des soins de base qui comprennent les traitements nécessaires au maintien des fonctions physiologiques essentielles tant que le corps peut en bénéficier (comme l'hydratation, la nutrition, l'assistance respiratoire proportionnée, la thermorégulation et le contrôle de la douleur).

    Parallèlement à l'accompagnement spirituel de celui qui va bientôt rencontrer Dieu, l'Église considère ces traitements comme nécessaires pour accompagner ces petits patients vers une mort naturelle et digne. La maladie terminale prolongée fait malheureusement partie de la condition humaine. Nous ne devrions jamais agir avec l'intention délibérée de mettre fin à une vie humaine, y compris en supprimant les soins de base pour que la mort puisse être atteinte. Cependant, nous devons parfois reconnaître les limites de ce qui peut être fait, tout en agissant toujours avec humanité au service de la personne malade jusqu'à ce que survienne la mort naturelle.

    Nous espérons et prions pour que, suite à cette décision, la famille puisse progressivement trouver un peu de paix dans les jours et les semaines à venir. Nos prières vont au bébé Indi, à ses parents et à sa famille, ainsi qu'aux personnes qui s'occupent d'elle."

  • Pourquoi la vie d'Indi Gregory vaut la peine d'être défendue

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Oui, la vie d'Indi Gregory vaut la peine d'être défendue

    Malgré l'espoir suscité par l'octroi de la nationalité italienne, le chemin reste ardu pour sauver la petite Anglaise de 8 mois que les médecins et les juges veulent laisser mourir. Mais la dignité de la personne exige que le combat pour la vie soit mené jusqu'au bout.

    7 novembre 2023

    Le 24 avril 2018, le Conseil des ministres, dirigé par le président Paolo Gentiloni, a accordé la nationalité italienne à Alfie Evans, dans une ultime tentative de sauver la vie de l'enfant gravement malade à qui les médecins et les juges anglais avaient décidé de retirer son respirateur artificiel. La semaine précédente, le 18 avril, le père d'Alfie, Thomas, avait été reçu en audience privée par le pape François, qui avait alors lancé un appel en faveur du petit garçon, à la suite duquel l'hôpital pour enfants Bambin Gesù du Vatican avait proposé d'accueillir Alfie. Cependant, les autorités britanniques n'ont pas tenu compte de la volonté de l'hôpital et de l'initiative du gouvernement italien, et Alfie est mort sans même avoir été autorisé à quitter l'hôpital le 28 avril suivant.

    Ces jours-ci - et après d'autres cas britanniques sensationnels de vies interrompues parce qu'elles étaient jugées indignes - quelque chose de similaire se produit à nouveau. Pas de visite du pape cette fois-ci, mais le gouvernement italien - désormais dirigé par Giorgia Meloni - a accordé hier, 6 novembre, la nationalité italienne à Indi Gregory, une petite fille de huit mois atteinte d'une maladie génétique rare et qui a besoin d'une assistance respiratoire pour vivre. La décision a été prise après que l'hôpital du Bambino Gesù a de nouveau accepté d'admettre la petite patiente.

    Son père, Dean, a raconté hier en exclusivité à la Bussola le calvaire d'Indi et de ses parents à l'hôpital et au tribunal pour défendre le droit de la petite fille à vivre jusqu'à sa mort naturelle.

    Tout en espérant et en luttant jusqu'au bout pour une issue différente, il y a vraiment peu de chances que l'histoire d'Indi ne se termine pas comme celle d'Alfie. La mise à disposition du Bambino Gesù et la citoyenneté italienne - obtenue grâce à la médiation de l'avocat et ancien sénateur Simone Pillon, à qui les avocats britanniques d'Indi avaient demandé de s'occuper de ses intérêts en Italie - ne sont que la première étape d'un processus difficile et semé d'embûches. Et si cette générosité italienne a redonné courage et force au père d'Indi - comme il l'a lui-même témoigné dans un message transmis à la Bussola - il se rend compte que la course contre la montre en cours fait le jeu des médecins de l'hôpital de Nottingham, qui étaient déjà prêts hier à débrancher le respirateur artificiel d'Indi.

    Alors qu'en Italie, la prochaine étape consistera pour un juge à décider qu'il est dans "l'intérêt supérieur" d'Indi d'être admis au Bambino Gesù, en Angleterre, une bataille judiciaire oppose les parents et les médecins pour savoir où Indi doit mourir. Les parents Dean et Claire souhaiteraient ramener Indi à la maison, sur la base d'une décision antérieure du juge qui laissait ouverte la possibilité de l'emmener mourir chez elle ou dans un hospice. Cependant, la solution du domicile est fortement contestée par les médecins, qui la jugent inappropriée et souhaitent qu'Indi quitte l'hôpital seule dans un cercueil. Hier après-midi, les deux parties se sont à nouveau affrontées devant le juge et le verdict est attendu ce matin, 7 novembre.

    Si elle est favorable aux médecins, il sera encore plus compliqué pour l'Italie d'arriver à temps pour convaincre les autorités sanitaires et politiques britanniques de laisser Indi partir pour Rome. À cet égard, il convient de rappeler que le Royaume-Uni ne s'est pas seulement opposé au transfert d'Alfie, mais que dans le cas de RS, un citoyen polonais également retenu en otage dans un hôpital britannique, c'est le gouvernement de Londres qui a dit non à celui de Varsovie. Une question de souveraineté et de fierté nationale.

    Compte tenu des précédents et du peu de temps disponible, on peut donc se demander s'il vaut la peine de s'engager dans cette succession d'appels et de recours pour arracher quelques jours à cette machine infernale qui finit de toute façon par atteindre son but : la mort.

    La réponse est certainement oui, et ce pour plusieurs raisons. La première, fondamentale, est que le combat pour la vérité, et donc pour la vie, doit toujours être mené quelle qu'en soit l'issue. La vraie victoire est l'affirmation de la dignité de l'homme, qui a une valeur sacrée, irréductible, qui ne dépend que de Dieu, et dont la vie et la mort ne peuvent donc pas être déléguées à l'État. Et il est frappant de constater que la plupart de ceux qui s'engagent dans ce corps à corps contre le Système sont des gens simples, souvent éloignés de la religion, mais capables de reconnaître et de vivre la loi naturelle, courageux dans le combat pour la justice. Alors que même de nombreux catholiques "éduqués" se cachent derrière des sophismes et des distinctions pour se plier au pouvoir.

    La deuxième raison est que, grâce à ces batailles, de plus en plus de gens prennent conscience de ce qui se passe et de la manière dont l'État tend à prendre le contrôle de la vie de tous les citoyens. Il ne s'agit pas seulement d'un problème britannique, mais d'une tendance totalitaire qui touche l'ensemble de l'Occident. Et sur le front de la fin de vie, on peut presque se réjouir qu'au Royaume-Uni il y ait au moins la possibilité d'une confrontation publique avec les autorités sanitaires : on peut se demander si en Italie, par exemple, elles ne procèdent pas "ex officio", discrètement, ou par une utilisation nonchalante des soins palliatifs.

    Troisième raison : nous avons vu comment des batailles de ce genre obligent de nombreuses personnes à se poser des questions sur le sens de la vie et à découvrir, également à travers le témoignage d'avocats dont le travail est consacré à ces cas, la foi chrétienne. Les propos du doyen Gregory à la Bussola sont à cet égard exemplaires : Indi a été baptisée parce que son père, au tribunal, avait la perception de l'existence de l'enfer et voulait donc garantir le paradis à sa fille. C'est ce qu'il veut maintenant faire avec son autre fille. Le corps d'Indi n'est peut-être pas sauvé, mais le salut de son âme est un objectif encore plus important.

  • En souvenir de Wanda Półtawska, un modèle de génie féminin dans le monde postmoderne

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    En souvenir de Wanda Półtawska, un modèle de génie féminin dans le monde postmoderne

    La vie de l'amie proche de Jean-Paul II, qui a influencé nombre de ses écrits et qui est décédée ce mois-ci à près de 102 ans, s'inscrit dans la longue tradition de l'héroïsme féminin dans l'Église.

    Wanda Półtawska.Wanda Półtawska. (photo : photographe Eustachy Kossakowski ; numérisé à partir de Poland monthly, juin 1963, Interpress Publishers, Varsovie, Pologne / Domaine public)

    31 octobre 2023

    Résumer la vie et l'œuvre d'une figure telle que Wanda Półtawska n'est pas chose aisée. Une chose est sûre : La dernière survivante des "cobayes" du camp de concentration de Ravensbrück restera l'un des principaux visages de la résistance à la déshumanisation du monde occidental, défiguré par les totalitarismes du XXe siècle.

    Née Wanda Wiktoria Wojtasik le 2 novembre 1921 à Lublin, en Pologne, elle était l'épouse du philosophe Andrzej Półtawski et la mère de quatre enfants. Elle est décédée dans la soirée du 24 octobre 2023, peu avant son 102e anniversaire. "Pour beaucoup de gens, je suis un peu une pièce de musée !", avait-elle plaisanté en accueillant le Register dans son appartement de la célèbre place du marché de Cracovie à l'occasion de son 100e anniversaire en 2021.

    Connue pour son franc-parler, son tempérament vif et son caractère intransigeant - il n'en fallait pas moins pour survivre aux atrocités indicibles qu'elle a subies à l'âge de 20 ans seulement pour ses activités de résistance contre l'occupant nazi en Pologne - elle a eu un impact considérable sur la vie intellectuelle de l'Église au tournant du nouveau millénaire, notamment sur les écrits de saint Jean-Paul II, dont elle était l'une des amies les plus proches et qu'il appelait sa sœur.

    Dans le monde intellectuel progressiste, généralement enclin à célébrer les survivants de la fureur génocidaire de l'Allemagne nazie, elle est toujours apparue comme une figure quelque peu gênante, car elle allait à l'encontre de tous les courants de pensée relativistes qui prévalaient dans la seconde moitié du 20e siècle.

    Défendre la vie contre la "civilisation de la mort

    L'épreuve de sa jeunesse, qu'elle a racontée dans son mémorable ouvrage And I'm Afraid of My Dreams, a en effet fait d'elle une ardente défenseuse de la vie, de sa conception à sa fin naturelle. Il s'agissait d'une position difficile à adopter en matière de libération sexuelle en Occident, qui avait fait de l'avortement et des contraceptifs les outils de l'émancipation individuelle.

    Lire la suite

  • Euthanasie : comment le "modèle belge" est devenu en vingt ans un système de mort programmée

    IMPRIMER

    De Pierre Jova  sur Aleteia.org :

    Euthanasie : la loi belge ignore que l’homme est « un tissu de relations »

     

    28/10/23

    Dans "Peut-on programmer la mort ?" (Seuil), le journaliste Pierre Jova publie les résultats de son enquête sur la pratique de l'euthanasie en Belgique. Alors qu'un projet de loi sera présenté en décembre 2023 en France, l'auteur révèle l’envers du "modèle belge", devenu en vingt ans un système de mort programmée.

    « La mort n’est pas qu’une affaire individuelle, mais bien collective », telle est bien la conviction de Pierre Jova qui a vérifié combien le recours à l’euthanasie laisse des traces indélébiles dans les familles. Il montre aussi que l’expérience de la légalisation est une course sans fin : après les malades incurables, les mineurs, les déments, les cas sociaux… « Une société a besoin de multiplier et étendre l’euthanasie pour se persuader qu’elle est normale » observe-t-il, comme dans d’autres pays comme la Suisse ou le Canada. Au nom d’une liberté absolue et de la toute puissance de la technique, mais aussi de la logique marchande, c’est un monde insatiable et sans limite qui se prépare. Et pourtant, soutient Pierre Jova, on ne peut « étouffer éternellement la casse humaine créée par l’euthanasie ».

    Lire l'interview sur Aleteia.org

  • Expériences de mort imminente (EMI) : quand la mort transforme la vie (Patrick Theillier)

    IMPRIMER

    D'Ecologie Humaine sur youtube :