Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 4

  • Un miracle à Fatima lors des JMJ de Lisbonne ?

    IMPRIMER

    par François Mennesson (jeudi 24 août 2023) sur le site web de France Catholique :

    « Le samedi 5 août 2023 à Fatima, lors des JMJ de Lisbonne, une jeune pèlerine espagnole âgée de 16 ans a miraculeusement retrouvé la vue.

    La conviction que le surnaturel aurait, d’une manière ou d’une autre, déserté notre temps est assez répandue même chez les catholiques fervents. Si nous croyons volontiers aux guérisons des Évangiles, nous les imaginons aussi comme appartenant à un âge révolu. Nous n’osons plus les espérer, et encore moins les demander. Cependant il arrive encore qu’un cœur plus audacieux que les autres ose croire en la Toute-Puissance et la Miséricorde de Dieu.

    Une malade mystérieuse :

    L’exemple nous en fut donné au cours des dernières JMJ à Lisbonne. Jimena, une jeune espagnole de seize ans, était atteinte depuis deux ans et demi d’une grave cécité que ses médecins jugeaient incurable. Un “spasme musculaire” plus grave que d’ordinaire avait dégradé la vue de la jeune fille au point où celle-ci devait envisager d’apprendre à marcher avec une canne et un chien guide. Dans un témoignage auprès du média espagnol ACI Prensa, le père de la jeune miraculée expliquait que : « La convergence des yeux ne fonctionnait pas, c’était quelque chose que les médecins eux-mêmes considéraient comme inexplicable ».

    Une Neuvaine à la Vierge Marie :

    Jimena prévoyait de partir à Lisbonne avec un groupe de 400 jeunes de l’Opus Dei. Le 28 juillet, jour de leur départ, elle a demandé à toute sa famille ainsi que les membres de son groupe de se joindre à sa neuvaine à la Très Sainte Vierge. Comme le recommande cette pieuse dévotion, le neuvième jour venu, Jimena s’est confessée et a reçu la Sainte Eucharistie. Elle est retournée à son banc, les yeux fermés et embués de larmes. Elle raconte qu’alors elle a supplié une dernière fois Notre Seigneur et a ouvert les yeux. Ses larmes ont redoublé d’intensité quand sont apparus devant elle, pour la première fois depuis plus de deux ans, l’autel, le tabernacle et les visages de ses amis. Incapable de parler elle disait simplement « je vois, je vois ! ».

    Qu’en dit l’Église ?

    Évidemment l’Église reste prudente et la guérison de Jimena n’a pas encore été officiellement reconnue comme un miracle. Elle exige une enquête approfondie sur 5 à 15 ans avant de tirer des conclusions définitives. Mais pour Jimena et son père la chose est claire : Notre Dame, à qui Son Fils ne refuse rien, dans son infinie bonté lui a obtenu cette grâce extraordinaire. Le père de la jeune fille a même expliqué ne pas vouloir engager les procédures pour faire officiellement reconnaître ce miracle. S’il compte recevoir les médecins qui suivaient précédemment le cas de sa fille pour qu’ils puissent se faire un avis, il estime que « les gens sont déjà suffisamment émus - ceux qui croient. Ceux qui ne croient pas, de toute façon ils ne croiront pas. »

    Bien qu’aucune certitude ne soit donnée, l’Église laisse ses fidèles libres de croire ou non en de tels évènements. Mais quoi qu’en pensent les plus prudents, il est certain que la prière peut tout. « Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. » (Mt 7, 7).

  • S'inscrire à "Bioethics for Youth", un cycle de formation annuel qui s'adresse à tous les jeunes désireux d'approfondir les questions bioéthiques, en théorie et en pratique.

    IMPRIMER

    Le Bioethics for Youth est un cycle de formation annuel qui s'adresse à tous les jeunes désireux d'approfondir les questions bioéthiques, en théorie et en pratique.

    Les inscriptions sont ouvertes pour sa 5e édition !

    Tu as entre 16 et 25 ans, et tu as envie d'en savoir plus ?

    Viens à la soirée d'information

    le 18 septembre à 19h à l'Espace Malibran

    49 rue Malibran - 1050 Bruxelles : à deux pas de la Place Flagey

    Je m'inscris à la soirée d'information

     

    Je m'inscris à la soirée d'information
     
  • Des activistes "trans" rédigent des lignes directrices de l'OMS sur les protocoles médicaux "transgenres"

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur C-Fam :

    Des activistes "trans" rédigent des lignes directrices de l'OMS sur les soins aux "trans".

    14 juillet 2023

    L'Organisation mondiale de la santé prépare sa toute première directive mondiale sur les protocoles médicaux "transgenres" afin de lutter contre la propagation rapide des interdictions et des restrictions sur les chirurgies et les médicaments "transgenres", en particulier pour les enfants.

    Les lignes directrices de l'OMS viseront à "améliorer l'accès et l'utilisation de services de santé de qualité et respectueux par les personnes transgenres et de sexe différent". Elles encourageront les "soins tenant compte du genre", "l'éducation et la formation des travailleurs de la santé" ainsi que "la reconnaissance légale de l'identité de genre autodéterminée".

    Les protocoles médicaux "transgenres" - un domaine récent et expérimental de la pratique médicale - ont fait l'objet d'un examen minutieux dans le monde entier au cours des derniers mois.

    Des pays qui étaient autrefois pionniers et leaders dans l'administration de protocoles médicaux "transgenres" interdisent ou restreignent désormais les traitements d'affirmation "transgenre", en particulier pour les mineurs. Il s'agit notamment des Pays-Bas, du Royaume-Uni, de la Finlande, de la Suède, de la Norvège et de l'Allemagne. Plus d'une douzaine d'États américains ont également adopté des interdictions sur les soins "trans" pour les enfants.

    Les lignes directrices de l'OMS sont censées prendre ces développements à bras-le-corps. Le "groupe d'élaboration des lignes directrices" choisi par le personnel de l'OMS est entièrement composé d'activistes "transgenres" et de prestataires médicaux. Les 14 membres du groupe sont déjà investis dans l'élargissement de l'accès aux protocoles médicaux "transgenres", qui représentent des milliards de dollars, y compris pour les enfants mineurs.

    Deux membres d'Afrique du Sud, Chris McLahlan, psychologue spécialisé dans les "soins d'affirmation du transgenre", et Elma de Vries, médecin de famille, sont coauteurs des lignes directrices de l'Association professionnelle mondiale pour la santé des transgenres (WPATH) en matière de santé des transgenres, qui préconisent que les enfants de 12 ans puissent consentir à des traitements hormonaux et chirurgicaux "transgenres" et que les enfants encore plus jeunes soient encouragés à effectuer une "transition sociale".

    Un autre membre est Cianán Russell, chargé de mission principal à ILGA-Europe, la principale organisation de défense des homosexuels et des transsexuels en Europe, également connue pour son refus de condamner les relations sexuelles entre adultes et enfants. Une autre personne, Ayouba El Hamri, est décrite comme "une activiste trans et féministe basée au Maroc" qui a plusieurs affiliations avec des groupes de défense des "transgenres".

    Parmi les autres, on trouve une militante libanaise qui travaille dans l'"organisation féministe trans et queer", une "femme transgenre habilitée" des Philippines, un professeur de l'université de Columbia à la pointe de la défense des transgenres, et d'autres personnalités de la défense des transgenres.

    Les lignes directrices de l'OMS devront tenir compte des preuves de plus en plus nombreuses de l'inefficacité des soins aux "transgenres" et de leurs effets néfastes.

    Il existe un risque accru de suicide bien documenté pour les personnes s'identifiant comme "transgenres" après leur transition médicale, un risque plus élevé que pour les personnes qui s'identifient comme "transgenres" et qui n'ont jamais effectué de transition. Il est de plus en plus souvent rapporté que des enfants ont adopté des identités "transgenres" sous l'effet de la pression sociale ou de l'anxiété. En outre, la plupart des enfants qui se sentent mal à l'aise avec leur sexe biologique finissent par s'en défaire. Le plus alarmant, peut-être, c'est que les conséquences à long terme des protocoles médicaux transgenres commencent à peine à être connues.

    Lorsque les enfants sont soumis à des traitements médicamenteux "trans", ils peuvent ne pas être conscients ou capables de comprendre les conséquences désastreuses de ces médicaments, notamment les caillots sanguins, le cancer, l'ostéoporose agressive et prématurée, l'infertilité et l'impuissance sexuelle. Une fois que les enfants prennent ces médicaments, ils seront probablement obligés de les prendre pour le reste de leur vie.

    Les lignes directrices de l'OMS ne seront pas contraignantes et n'auront pas de poids normatif, mais elles pourraient s'avérer influentes à long terme, car les associations professionnelles et les instances dirigeantes médicales pourraient les considérer comme des exemples de meilleures pratiques.

  • L'Organisation mondiale de la santé est devenue le promoteur d'idéologies, de lobbies et d'intérêts qui n'ont rien à voir avec la santé

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Pro-trans et avortement, l'OMS promeut de plus en plus d'idéologies

    Plusieurs millions de dollars ont été dépensés, rien que l'année dernière, pour promouvoir l'avortement. Et voilà que l'Organisation mondiale de la santé annonce ses premières lignes directrices "transgenres", ignorant les dommages causés aux enfants et aux jeunes.

    17 juillet 2023

    L'Organisation mondiale de la santé est devenue le promoteur d'idéologies, de lobbies et d'intérêts qui n'ont rien à voir avec la santé. L'année dernière, des dizaines de millions de dollars ont été dépensés pour promouvoir l'avortement. Aujourd'hui, l'OMS promeut également l'idéologie transgenre, avec des médicaments bloquant la puberté et des opérations chirurgicales qui dévastent le corps des enfants et des adolescents.

    Ces derniers jours, l'OMS a annoncé la préparation de ses premières lignes directrices mondiales sur les protocoles médicaux pour les patients dits "transgenres" : l'objectif est de lutter contre les interdictions et les restrictions de la chirurgie transgenre et des médicaments pour les personnes "transgenres", en particulier les enfants.

    L'OMS - dans la bataille entre ceux qui, d'une part, veulent protéger le développement normal des mineurs et, d'autre part, les entreprises pharmaceutiques et le lobby LGBT, qui font la propagande du "changement de sexe" - se range du côté de ces derniers. La preuve en est précisément les lignes directrices de l'OMS qui seront axées sur "l'amélioration de l'accès et de l'utilisation de services de santé de qualité et respectueux du genre pour les personnes transgenres et de sexe différent (...), la promotion de soins respectueux du genre, l'éducation et la formation des travailleurs de la santé" et "la reconnaissance légale de l'identité de genre autodéterminée".

    L'OMS ne tient pas compte des nombreuses décisions prises par plusieurs pays, y compris libéraux, qui ont récemment interdit ou restreint les traitements "transgenres", notamment pour les mineurs. Parmi eux, nous avons mentionné à plusieurs reprises dans la Nuova Bussola, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Finlande, la Suède, la Norvège et l'Allemagne, ainsi que les nombreux Etats des Etats-Unis qui ont adopté des interdictions de traitements trans pour les enfants. Sans tenir compte des décisions et des avertissements des scientifiques, des centres de recherche, des gouvernements, des scandales cliniques et des procès qui mettent en lumière les multiples abus et les essais cliniques effroyables sur la peau d'enfants inconscients, conditionnés par des pressions extérieures, l'OMS adhère donc pleinement à la propagande transgenre.

    Ce n'est pas un hasard si le groupe d'élaboration des lignes directrices choisi par l'OMS est entièrement composé d'activistes et de médecins transgenres, sans aucune étude scientifique à l'appui : au contraire, les 14 membres choisis par l'agence des Nations unies sont tous impliqués depuis des années dans l'élargissement de l'accès des personnes "transgenres", y compris des mineurs, à des protocoles médicaux valant des milliards de dollars.

    Il est vrai que les lignes directrices de l'OMS ne seront pas contraignantes et n'auront pas de poids réglementaire ; mais, comme cela a toujours été le cas, elles pourraient s'avérer influentes à long terme, car les associations professionnelles et les organes directeurs médicaux, tant au niveau mondial que national, pourraient les prendre comme modèle de "bonnes pratiques".

    Lire la suite

  • Le 14 juillet, c'est la fête de saint Camille de Lellis

    IMPRIMER

    Image

    De Vatican News :

    SAINT CAMILLE DE LELLIS, PRÊTRE, FONDATEUR DES CAMILLIENS (CLERS RÉGULIERS DES INFIRMES)

    Né à Bucchianico, dans la province de Chieti, le 25 mai 1550 et mort à Rome le 14 juillet 1614, Camille est une figure emblématiquement liée à la croix rouge qu’il obtint du pape Sixte V, le 20 juin 1586, de porter cousue sur son habit religieux. En particulier, comme le souligne en 1620 le Père Sanzio Cicatelli, premier biographe du Saint, « c’est pour trois raisons qu’il plut à notre père que nous portions la Croix sur notre vêtement, comme notre entreprise et symbole. La première, pour faire la distinction par rapport à l’habit de la Compagnie de Jésus. La deuxième pour faire connaître au monde que nous tous marqués de cette empreinte du Christ, nous sommes comme des esclaves vendus et voués au service des malades pauvres. Et la troisième, pour démontrer que celle-ci est religion de croix, c’est-à-dire de la mort, de souffrances et de fatigue, pour que ceux qui voudront suivre ce mode de vie sachent d’avance qu’ils viennent embrasser la croix, se renier eux-mêmes et suivre le Christ jusqu’à la mort».

    Les Serviteurs des Infirmes

    La grâce de Dieu rejoint Camille en 1575. Au cours d’un voyage au couvent de San Giovanni Rotondo, il rencontra un frère qui le prit à part pour lui dire: «Dieu est tout. Le reste n’est rien. Il faut sauver son âme qui ne meurt pas…». Il demanda à devenir capucin, mais à deux reprises, il a été renvoyé du couvent à cause d’une plaie ouverte à la jambe, qu’il a eue lors de ses campagnes militaires. C’est pour cette raison qu’il fut hospitalisé à l’hôpital romain saint Jacques. C’est là qu’il eut cette intuition: «unir la discipline militaire à la charité chrétienne en fondant ‘Les Serviteurs des infirmes’» . Il faut quatre vœux pour en faire partie: obéissance, pauvreté, chasteté, service des malades.

    Un grand réformateur

    Il est considéré comme le plus grand réformateur de la profession d’infirmier et de l’organisation d’assistance dans les hôpitaux. Au-delà des soins au corps, celui qui assiste le malade, selon Camille, devrait prendre aussi en charge l’esprit. Ce qui est radicalement différent par rapport à ce qui se passait dans les hôpitaux de l’époque, où les malades étaient abandonnés à eux-mêmes. Homme éminemment pratique et simple, pas sans culture ni intérêts, il ne rechercha pas, dans son apostolat éducatif, les délicatesses théoriques. Peu de lignes directives étaient suffisantes. Puis un discernement aigu des cœurs dont il fut exceptionnellement doué, et un grand bon sens associé à une douceur paternelle.

    Lire : les derniers jours de la vie terrestre de saint Camille de Lellis

  • L’impact de l’IVG sur la santé mentale des femmes révélé par une étude

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Une étude sur l’impact de l’IVG sur la santé mentale des femmes

    11 juillet 2023

    Alors que les Etats américains, qui votent des lois autorisant l’avortement au-delà du délai de viabilité du fœtus, affirment vouloir « protéger la santé mentale des femmes », une étude publiée récemment[1] indique que « ces procédures aggravent la situation, au lieu de l’améliorer ». Ainsi, les femmes qui ont interrompu leur première grossesse ont eu un recours plus important à des traitements visant à améliorer la santé mentale que celles dont la première grossesse s’est terminée par un accouchement.

    Des problèmes de santé accrus

    Les chercheurs ont examiné les données relatives aux demandes de remboursement de plus de 4 800 femmes inscrites à Medicaid entre 1999 et 2015 dans sept Etats[2] « où des fonds publics ont été utilisés pour payer des avortements et où toutes les demandes de remboursement pour l’ensemble de la période ont été soumises ».

    L’étude[3] a révélé que les femmes dont la première grossesse s’est terminée par un avortement[4] étaient 3,4 fois plus susceptibles de recourir à des consultations externes, 5,7 fois plus susceptibles d’être hospitalisées et 19,6 fois plus susceptibles d’avoir des séjours plus longs à l’hôpital pour des services de santé mentale. Des différences qui ne sont pas explicables par les antécédents médicaux, affirment les chercheurs.

    Des résultats cohérents avec la littérature

    Pour James Studnicki, auteur principal de l’étude, cette dernière vient confirmer les résultats d’études antérieures menées en Finlande, en Italie, en Chine, en Allemagne, en Corée du Sud et aux Etats-Unis, ayant établi un lien entre avortement et augmentation de l’anxiété, de la dépression et du suicide.

    En utilisant les mêmes données Medicaid, les chercheurs avaient observé dans une étude précédente que les femmes ayant avorté leur première grossesse « avaient plus de grossesses, plus de fausses couches, et plus de quatre fois plus d’avortements » que celles dont la première grossesse s’est terminée par une naissance vivante.

     

    [1] Studnicki J, Longbons T, Fisher J, Reardon DC, Skop I, Cirucci CA, Harrison DJ, Craver C, Tsulukidze M, Ras Z. A Cohort Study of Mental Health Services Utilization Following a First Pregnancy Abortion or BirthInt J Womens Health. 2023;15:955-963 https://doi.org/10.2147/IJWH.S410798

    [2] Le Connecticut, le New Jersey, le Nouveau-Mexique, New York, l’Oregon, le Vermont et la Virginie-Occidentale.

    [3] Le fait d’utiliser des données anonymes de Medicaid a permis d’éviter les problèmes d’autodéclaration tels que la faible participation, l’absence de suivi et le biais de rappel, indiquent les chercheurs. Toutefois, « les résultats peuvent ne pas être généralisables à une population présentant des caractéristiques sociodémographiques différentes ».

    [4] En moyenne 14 mois plus jeunes que celles qui ont accouché

    Source : Washington Times, Valerie Richardson (10/07/2023)

  • Avortement pour tous et "de qualité": le manuel dingue de l'OMS

    IMPRIMER

    De Paolo Gulisano sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    GUERRE CONTRE LES ENFANTS À NAÎTRE
    Avortement pour tous et "de qualité", le manuel fou de l'OMS

    17-06-2023

    L'Organisation mondiale de la santé a publié un nouveau manuel à l'attention des personnels de santé. L'objectif ? Les aider à pratiquer des "avortements de qualité", c'est-à-dire essentiellement des avortements pharmacologiques. Ainsi, l'avortement devient de plus en plus une affaire privée, rapide et à faire soi-même, ce qui réduit les coûts. Avec le drame supplémentaire que cela implique.

    - Et à Londres, on demande l'avortement jusqu'à la naissance, par Patricia Gooding-Williams

    L'OMS, l'Organisation mondiale de la santé, joue de plus en plus le rôle d'avant-poste du nouveau désordre mondial, de la grande remise à zéro, c'est-à-dire du grand bouleversement économique, social, politique et même sanitaire en cours depuis quelques années. En particulier, sur la question de la réduction des naissances, elle déploie une stratégie de plus en plus claire, explicite et décisive.

    L'OMS vient d'élaborer, à cet égard, un manuel à l'intention des agents de santé pour les aider à fournir des services d'"avortement de qualité" aux femmes et aux jeunes filles. Que signifie cette expression ? En gros, l'avortement chimico-pharmaceutique au lieu de l'avortement chirurgical. C'est cela la "qualité", c'est la nouvelle frontière de la suppression de la vie à naître. Plus de cliniques, plus de procédures connues pour les femmes enceintes, mais un avortement individuel, rapide, à faire soi-même.

    Ces lignes directrices s'ajoutent à celles de mars 2022, qui comprenaient plus de 50 recommandations concernant la pratique clinique, la prestation des soins de santé et les interventions juridiques et politiques visant à soutenir des soins d'avortement de qualité (un concept répété à maintes reprises).

    Le manuel publié en juin, dans le sillage des directives de mars 2022, fournit également des conseils plus généraux sur la manière dont les professionnels de la santé peuvent soutenir les approches d'autogestion et la télémédecine lorsqu'elle est disponible. "Les professionnels de santé ont un rôle essentiel à jouer dans la fourniture de soins de qualité en matière d'avortement, qui respectent les choix des femmes et des jeunes filles et répondent à leurs besoins", a déclaré Pascale Allotey, directrice du département Sexualité et santé reproductive de l'OMS, directrice du domaine Santé sexuelle et reproductive et recherche de l'OMS et chef du Programme spécial des Nations unies sur la reproduction humaine (Hrp), qui a souligné que "ce guide vise à aider les professionnels de la santé à fournir des services d'avortement sûrs, rapides et efficaces tout en traitant les femmes et les jeunes filles avec dignité et en respectant leurs droits".

    L'OMS remet donc au goût du jour un terme en vogue après les années 60 : l'autogestion. Il s'agit d'une option pour pratiquer l'avortement pharmacologique, que l'OMS recommande comme méthode sûre et efficace pour interrompre une grossesse. En d'autres termes, une femme peut et doit se procurer elle-même les médicaments nécessaires à l'interruption de grossesse, sans même consulter un médecin. Les médicaments utilisés - la mifépristone et le misoprostol - figurent sur la liste des médicaments essentiels de l'OMS. "Avec un soutien approprié, les femmes peuvent gérer elles-mêmes certaines ou toutes les étapes d'une interruption de grossesse par médicaments, même dans le confort de leur propre maison". Terminologie aberrante : il suffit de s'allonger sur le canapé, de prendre les bonnes pilules et votre problème de grossesse non désirée disparaîtra. Facile et confortable.

    Toutefois, les services de santé doivent jouer un rôle important de coordination et de propagande. Selon les lignes directrices de l'OMS, les services cliniques liés à l'avortement comprennent non seulement la procédure elle-même, mais aussi la fourniture d'informations et de conseils, la prise en charge de la douleur et les soins post-avortement, y compris la contraception.

    L'avortement pharmacologique "sûr et efficace" est associé à des coûts réduits par rapport à la chirurgie. Lorsqu'une femme choisit de gérer elle-même son avortement, les professionnels de la santé doivent être en mesure de lui fournir des informations et des conseils appropriés et précis afin qu'elle sache ce qu'elle doit faire, quand elle doit le faire et, si nécessaire, comment accéder à un soutien ultérieur", a déclaré Bela Ganatra, chef de l'unité mondiale de soins en matière d'avortement (oui, vous avez bien lu : "soins" en matière d'avortement) à l'OMS. Bela Ganatra a ajouté que "l'avortement médicamenteux a joué un rôle clé dans l'élargissement de l'accès à l'avortement sans risque dans le monde, en particulier pour les femmes et les jeunes filles dans les situations les plus vulnérables qui n'ont pas accès aux établissements de santé ou qui ont besoin de garder leur avortement privé en évitant les admissions à l'hôpital, il est donc important que les professionnels puissent faciliter cette option pour les soins d'avortement".

    Cela signifie que même les mineures pourront interrompre leur grossesse sans avoir à subir d'entretiens pénibles avec des psychologues, des travailleurs sociaux ou leurs parents. Dans le cadre de la pratique clinique, le manuel décrit de manière pratique comment les professionnels de la santé peuvent appliquer les "principes des droits de l'homme" (sic !) dans leur travail de prise en charge de l'avortement : par exemple, fournir à toutes les femmes et les jeunes filles des informations complètes et précises pour les aider à faire des choix éclairés, respecter leur consentement et la confidentialité, tout en leur permettant de prendre des décisions autonomes sur tous les aspects de la santé reproductive.

    Enfin, il convient de rappeler un passage très significatif des lignes directrices de l'année dernière, où il est recommandé de "lever les obstacles politiques", tels que la condamnation de la pratique de l'avortement (l'OMS regrette qu'il y ait encore une vingtaine de pays dans le monde qui n'ont pas légalisé l'avortement), les délais d'attente obligatoires, l'obligation d'obtenir l'approbation d'autres personnes (comme les partenaires ou les membres de la famille) ou d'institutions, et les délais dans lesquels l'avortement peut avoir lieu.

    En résumé, l'objectif de l'OMS est clair : à partir d'une affirmation qui est en réalité tout à fait vérifiable concernant la "sécurité" et l'absence d'effets secondaires de médicaments capables de provoquer la mort d'un être humain à l'état embryonnaire, il faut augmenter autant que possible le nombre d'avortements, non seulement en les libéralisant au maximum, mais aussi en les promouvant activement, en enracinant définitivement la culture de la négation du droit à la vie d'une créature humaine.

  • Des données stupéfiantes sur la réalité choquante de l'avortement : le cas italien

    IMPRIMER

    De Tommaso Scandroglio sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Cancer, coûts élevés, solitude : les données choquantes sur l'avortement

    14-06-2023

    L'Observatoire (italien) permanent de l'avortement présente son deuxième rapport sur les coûts et les effets sanitaires de l'IVG. Et les données sont choquantes : aujourd'hui, 30% des femmes avortent avec le RU486, mais le nombre total d'IVG ne diminue pas ; avec l'avortement chimique, les avortements sont de plus en plus pratiqués seuls, mais le taux de mortalité est 12 fois plus élevé et parmi les complications, il y a une corrélation étroite entre le cancer du sein et les avortements. Et les coûts ? Depuis 1978, il y a eu 5,8 millions d'avortements pour un coût de 5 milliards pour l'État. Si cette somme avait été investie aujourd'hui, nous aurions une capitalisation nette de 12 milliards. 

    Lors d'une conférence de presse tenue au Sénat de la République, l'Observatoire permanent de l'avortement (Opa) a présenté le 2e rapport sur les coûts et les effets sur la santé de la loi 194.

    Quelques données ressortent des rapports des invités. Le Dr Stefano Martinolli, directeur médical de l'hôpital de Trieste et vice-président de l'Opa, a expliqué que l'avortement par RU486 représente aujourd'hui 30% de l'ensemble des avortements et que "l'on estime que dans les cinq prochaines années, environ 50% des avortements seront pharmacologiques". En effet, de nombreuses "justifications" émergent pour l'utilisation préférentielle de cette procédure : moindre coût en termes de séjour à l'hôpital, moindre invasivité, approche plus attrayante et moins traumatisante. Nos recherches montrent que ces justifications sont totalement infondées". Il ajoute que les différentes pilules abortives deviennent de plus en plus populaires - un demi-million rien qu'en 2020 - provoquant un effet migratoire de l'avortement : de l'avortement chirurgical à l'avortement chimique. Une myriade de crypto-avortements précoces qui échappent aux calculs officiels du ministère de la Santé.

    Ainsi le rapport : "En 2020, le nombre total de boîtes vendues de Norlevo (pilule du lendemain) et d'ellaOne (pilule du surlendemain) a dépassé le demi-million, soit près du double du chiffre de 2014. En supposant un taux de 25 % de cas où la pilule provoque l'interruption d'une grossesse dès son début, ce qui est extrêmement conservateur par rapport aux preuves scientifiques, on obtient un nombre d'avortements potentiels allant d'environ 15 000 à 30 000 entre 2014 et 2019". Ces avortements doivent donc être ajoutés aux chiffres officiels. Une fois cet ajout effectué, le pourcentage d'avortements ne diminue pas, comme l'indiquent le ministère et les médias, mais reste stable : "Le pourcentage d'interruptions volontaires de grossesse corrigées en tenant compte de l'utilisation de la contraception d'urgence est stable tout au long de la période 2014-2020, s'établissant à partir de 2017 à plus de 17 %, un pourcentage qui, selon les données officielles, n'aurait été enregistré qu'avant 2006, année de l'introduction du Norlevo en Italie".

    Lire la suite

  • Enquête sur un des plus grands scandales sanitaire et éthique dont on ne mesure pas encore l'ampleur

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Time to think – Hannah Barnes

    6 juin 2023

    Du temps pour réfléchir, c’est la promesse des bloqueurs de puberté, promus comme une « pause » auprès d’adolescents qui se cherchent. Du temps pour réfléchir, c’est ce que n’ont pas pris la majorité des praticiens du Gender Identity Development Service de la clinique Tavistock au Royaume-Uni (cf. Royaume-Uni : fermeture du service d’identité de genre du Tavistock), que ce soit face à la croissance exponentielle du nombre de leurs jeunes patients, à la proportion de troubles autistiques chez eux, à l’augmentation du nombre de filles par rapport aux garçons, ou avant de leur prescrire des bloqueurs de puberté.

    Hannah Barnes a mené une enquête approfondie. Médecins, patients, familles ont été interrogés, les différents rapports et études disponibles consultés. Le résultat est un essai précis et fouillé, qui se veut dépourvu d’idéologie : l’auteur n’est pas opposée aux « transitions de genre » en soi, y compris médicales. Hannah Barnes fait son travail de journaliste, ce qui la conduit à exposer un véritable scandale sanitaire dont on ne mesure pas encore l’ampleur (cf. Changement de sexe chez les enfants : « un des plus grands scandales sanitaire et éthique »).

    Comme Dommages irréversibles, l’ouvrage fera date. Espérons qu’il soit bientôt disponible dans de nombreuses langues.

    Edition : Swift Press

    Date de parution : 23/02/2023

    Nombre de pages : 563

  • Après son opération, le pape va bien

    IMPRIMER

    De Vatican News (Salvatore Cernuzio):

    Le Pape va bien, alerte, il a fait sa première blague, dit son chirurgien

    Sergio Alfieri, qui a opéré le Souverain pontife dans l'après-midi du 7 juin, a rapporté à la presse que «le Saint-Père est conscient et remercie pour les messages de proximité. Plaisantant, il m'a même demandé quand aurait lieu la troisième opération». Le chirurgien a exclu toute autre pathologie ainsi que tout problème lié à l'anesthésie générale. Le Pape se reposera le temps nécessaire.

    «Tout d'abord, le Saint-Père va bien». Le professeur Sergio Alfieri, le chirurgien qui a opéré le Pape François cet après-midi, comme il l’avait fait en 2021, a communiqué la nouvelle espérée par les fidèles du monde entier depuis l’annonce du bureau de presse du vatican à 10h18 ce matin: le Pape se fera opérer à l'hôpital Gemelli pour la deuxième fois en trois ans. Une opération de laparotomie et de chirurgie plastique de la paroi abdominale avec prothèse, conséquence de l'opération précédente pour une sténose diverticulaire.

    Réveillé et alerte

    Ce mercredi en début de soirée, le directeur du département de médecine et de chirurgie abdominale et métabolique endocrinienne du gemelli, a partagé lors d’une conférence de presse, sa satisfaction d’avoir réalisé «sans complications» une opération d'environ trois heures sur un patient de 86 ans, mais aussi sa joie d'avoir vu le Pape «réveillé, alerte», et qui «s'est même moqué de lui», «il y a dix minutes, il a fait sa première blague: à quand la troisième opération?» Sergio Alfieri lui a répondu en lui conseillant de ne pas faire «d'efforts» et de ne pas «prendre de poids» prochainement. 

    Des précautions nécessaires

    «Le Pape François est vigilant et conscient et remercie pour les nombreux messages de proximité et de prière qui lui sont immédiatement parvenus», a déclaré Sergio Alfieri, expliquant que l'hospitalisation pour une opération de ce type dure généralement «de cinq à sept jours», mais que dans ce cas «puisqu'il s'agit du Pape, un monsieur de 86 ans», «toutes les précautions possibles» seront prises. «Donnez-nous quelques jours».

    La décision du Pape

    Le chirurgien a précisé que l'opération avait été planifiée par l'équipe médicale qui assiste le Pape, coordonnée par Massimiliano Strappetti, l'assistant sanitaire personnel du Souverain pontife, car «au cours de ces mois et de ces derniers jours», François «a souffert de ces douleurs». «Il ne s'agit pas d'une décision prise dans l'urgence», mais il a été décidé hier de procéder à une opération après un scanner. «Vous savez que c'est le Pape qui décide» et le Pape lui-même «a décidé en première personne d'organiser l'opération aujourd'hui sur la base de son agenda».

    L'opération

    Le médecin a ensuite expliqué en détail les procédures et les étapes de l'opération, en commençant par la raison de la laparotomie: «une laparocèle incarcérée au niveau de la cicatrice d'opérations chirurgicales laparotomiques antérieures réalisées au cours des années précédentes». Cette laparocèle provoquait chez François, «depuis plusieurs mois», une «aggravation du syndrome douloureux de subocclusion intestinale». Au cours de l'intervention chirurgicale, le spécialiste a constaté «des adhérences tenaces entre certaines anses intestinales moyennes partiellement conglobées et le péritoine pariétal, ce qui a provoqué les symptômes susmentionnés». «Les adhérences (cicatrisation interne) ont donc été libérées par un débridement complet de l'ensemble de l'écheveau ténu. La réparation de la hernie a ensuite été effectuée par chirurgie plastique de la paroi abdominale à l'aide d'un filet prothétique».

    Pas de problème d'anesthésie

    «L'opération et l'anesthésie générale se sont déroulées sans complications. Le Saint-Père a bien réagi à l'intervention». Mais c'est surtout l'anesthésie générale du Souverain pontife, qui a suscité le plus d'inquiétude. François n'a jamais caché l'inconfort causé par la dernière opération de juillet 2021. Sur ce point, Sergio Alfieri a été clair: «Le saint-père n'a jamais eu de problème avec l'anesthésie générale. Il est clair que personne n'aime être endormi parce qu'on perd conscience, mais il n'y a eu aucun problème anesthésique, ni il y a deux ans, ni aujourd'hui».

    Exclusion de toute autre pathologie

    Une autre précision du spécialiste concerne les autres pathologies. L’opération de la sténose diverticulaire en 2021 «concernait une pathologie bénigne, dont le Pape est complètement guéri» a-t-il déclaré. Aucune autre pathologie n'a été détectée.

    Remerciements aux médecins

    Sergio Alfieri a profité de l'occasion pour remercier tous les médecins qui l'ont assisté lors de l'opération: Valerio Papa, Roberta Menghi, Antonio Tortorelli et Giuseppe Quero. L'anesthésie a été pratiquée par le professeur Massimo Antonelli, directeur du département des urgences, de l'anesthésiologie et des sciences de la réanimation, assisté des docteurs Teresa Sacco, Paola Aceto, Maurizio Soave et Giuseppina Annetta pour la mise en place de l'accès vasculaire central.

  • Le pape va subir une opération chirurgicale à risque

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Le pape François est à l'hôpital pour une opération

    7 juin 2023

    Bureau de presse du Vatican : Le pape subira cet après-midi, sous anesthésie générale, une laparotomie et une opération de chirurgie plastique de la paroi abdominale avec prothèse.

    Vatican (kath.net/pl) "A la fin de l'audience générale, le Saint-Père s'est rendu à l'hôpital universitaire A. Gemelli où il subira en début d'après-midi, sous anesthésie générale, une laparotomie et une opération de chirurgie plastique de la paroi abdominale avec prothèse". C'est ce qu'informe ce matin le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni. Il poursuit : "L'opération, qui a été coordonnée ces derniers jours par l'équipe médicale qui assiste le Saint-Père, a été rendue nécessaire en raison d'une laparocèle incarcérée, qui provoque des syndromes sous-occlusifs récurrents, douloureux et qui s'aggravent. Le séjour dans l'établissement de santé durera plusieurs jours afin de permettre une évolution postopératoire normale et une récupération fonctionnelle complète".

    De plus amples détails sur l'opération intestinale du pape prévue pour mercredi après-midi ont été communiqués mercredi par le bureau de presse du Vatican. Comme l'a indiqué le porte-parole du Vatican Matteo Bruni dans la matinée, l'homme de 86 ans doit d'abord se soumettre à une anesthésie générale à la clinique Gemelli de Rome. Une ouverture de la paroi abdominale est ensuite prévue, avec une intervention sur l'intestin et la mise en place d'une prothèse, a-t-il ajouté. L'opération aurait été décidée "au cours des derniers jours" par l'équipe médicale du pape. Elle aurait été rendue nécessaire par les symptômes récurrents, douloureux et aggravants d'une occlusion intestinale dont souffrait le patient. La cause en serait une hernie cicatricielle coincée. Après l'intervention, une hospitalisation post-opératoire de plusieurs jours est prévue. L'intervention est considérée comme risquée, surtout en raison de l'anesthésie générale prévue. Le pape lui-même avait fait état de complications après une anesthésie générale en 2021, en lien avec sa première opération de l'intestin.

    Le cardinal Parolin commente (ici) : "nous espérons qu'il reprendra bientôt l'exercice de son ministère".

    " Nous espérons qu'il reviendra bientôt à l'exercice de son ministère ". C'est le souhait pour le Pape admis à l'hôpital Gemelli, exprimé par le Card. Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, en marge de l'inauguration du nouveau Centre des pèlerins. "Nous le suivons avec notre affection", a déclaré le cardinal aux journalistes : "Nous prions et espérons que tout puisse être résolu le plus rapidement possible et qu'il puisse reprendre l'exercice de son ministère". Interrogé plus précisément sur l'état de santé du Pape et sur l'ampleur de l'intervention chirurgicale, le cardinal a répondu : "Je ne sais pas quoi dire. Vous avez lu le communiqué, qui utilise des expressions très techniques. Je n'ai pas d'éléments ni dans un sens ni dans l'autre". Quant à la possibilité que le séjour à Gemelli entraîne une sorte de "transfert de pouvoirs" pour le pape, Mgr Parolin l'a catégoriquement exclue : "Il n'y aura absolument aucun transfert de pouvoirs. Le Saint-Père restera à l'hôpital le temps nécessaire à l'opération et reprendra ensuite son activité, même depuis son lit, au service de l'Eglise. S'il y a des choses urgentes, nous les prendrons là-bas".

  • Un influenceur britannique, ancien transgenre, dénonce "un prosélytisme général"

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Théorie du genre : un ancien transgenre dénonce « un prosélytisme général »

    2 juin 2023

    Oli London, un influenceur britannique[1], dénonce les dérives de l’idéologie du genre à la suite de sa « détransition »[2].

    Depuis un an, Oli London est devenu lanceur d’alerte concernant l’idéologie du genre (cf. Genre : 691 médecins soutiennent ceux qui ont lancé l’alerte ). Il prend la parole pour partager son expérience et défendre les enfants. Il souhaite « avertir les autres de ne pas s’infliger des changements de vie aussi drastiques à moins d’en être absolument certain ».

    « C’est moralement répréhensible »

    « En un an, j’ai vu exploser le nombre d’enfants subir des transitions de genre médicales et sociales. Le nombre d’enfants qui changent de genre est aujourd’hui alarmant » relève-t-il.

    « Il y a un prosélytisme général aussi bien dans le système éducatif, les dessins animés, la pop culture, les réseaux sociaux et la société toute entière, pour tenter d’imposer la théorie du genre auprès des enfants » dénonce l’ancien transgenre (cf. Transition de genre : une étude documente la « contagion sociale »).

    « Je refuse que cette idéologie soit imposée aux enfants et aux personnes vulnérables » affirme-t-il. « C’est moralement répréhensible de cibler les enfants avec ces idées et de les encourager à changer de sexe alors qu’ils ne sont pas même pas en âge d’y consentir librement » (cf. « Transition de genre » : le mineur apte à consentir ? ).

    Une évolution du cadre législatif pour les mineurs ?

    « Alors que l’influence des réseaux sociaux donne une visibilité nouvelle à la “dysphorie de genre”, ou au sentiment d’être né dans le “mauvais corps”, il paraît légitime que le sujet soit considéré attentivement par le législateur » ont indiqué, de leur côté, les sénateurs Les Républicains (LR).

    Ils ont créé un « groupe de travail sur la transidentification des mineurs » afin de réfléchir à « la hausse croissante des demandes de changements de sexe chez les enfants et surtout les adolescents » et « d’envisager une éventuelle évolution du cadre législatif concernant les mineurs » (cf. La théorie du genre de plus en plus présente dans la société française ?).

    Le groupe sera piloté par la sénatrice du Val-d’Oise Jacqueline Eustache-Brinio. Il a entamé son travail le 31 mai.

    Préserver la « justice » dans le sport

    Oli London s’engage également pour la défense des femmes dans le sport.

    « Certaines athlètes souffrent de la concurrence déloyale de femmes trans ou de la promiscuité non voulue avec celles-ci dans les vestiaires ». « On voit de plus en plus d’hommes dans les compétitions féminines prendre injustement la place de femmes méritantes » constate-t-il.

    « Un homme biologique aura toujours un avantage significatif contre une femme » ajoute l’ancien transgenre. « Il est fondamental de maintenir les hommes et les femmes biologiques dans des catégories distinctes » afin de « s’assurer que les compétitions sportives demeurent justes » affirme-t-il.

    Protéger les enfants et les femmes

    Aux Etats-Unis, Oli London est aussi porte-parole de Fairness First, une association fondée par Caitlyn Jenner[3] pour aider à protéger les enfants, les parents et les femmes.

    Passant beaucoup de temps aux Etats-Unis, Oli London constate les changements qui s’y produisent. « Entre 2022 et 2023, on a vu des femmes être concurrencées par des trans dans les compétitions sportives, des parents perdre le droit de décider ce qui est le mieux pour leurs enfants et des adolescents être incités à faire de la chirurgie pour changer de sexe, causant ainsi des dommages incommensurables et irréversibles » dénonce-t-il (cf. Il s’interroge sur la « transition » de son fils : un juge lui en retire la garde).

    « La mission de Fairness First est de militer pour que les hommes biologiques ne puissent pas intégrer les compétitions sportives féminines, mettre un terme aux procédures médicales de changement de sexe sur les enfants et exiger que les parents conservent leurs droits parentaux » explique-t-il.

    Dire la vérité

    Son combat commun avec Caitlyn Jenner a été qualifié de « transphobie » (cf. Les partisans de la théorie du genre adoptent une position militante).

    Nous avons « simplement dit la vérité » rétorque Oli London. « Ce ne devrait même pas être un sujet de débat » ajoute-t-il.

    « N’importe quelle personne qui conteste le récit de ces idéologues est traité de “transphobe” ou de “personne haineuse”, alors que nous essayons simplement de protéger les enfants et les femmes » déplore Oli London.

     

    [1] Oli London a été nominé pour le WIBA award, un prix qui récompense les personnalités les plus influentes sur les réseaux sociaux à travers le monde.

    [2] Oli London est un homme devenu femme à l’état civil par le passé avant de faire « marche arrière » il y a un an.

    [3] Caitlyn Jenner est une femme transgenre et un ancien champion olympique.

    Sources : Valeurs actuelles, Pauline Darrieus (26/05/2023) ; 20 minutes (25/05/2023)