Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • KTO : Traditionis Custodes, dialogue sans langue de buis

    IMPRIMER

    Le motu proprio Traditionis custodes du pape François et les responsa du Vatican publiées en décembre restreignent de manière importante l’usage du missel de 1962, d’avant le Concile Vatican II. Les réactions du monde tradi sont extrêmement vives : colère, incompréhension, douleur, incertitudes. Comment comprendre cette décision du pape ? Quel impact pour les catholiques attachés à ce qu’on appelait depuis 2007 la forme extraordinaire du rite romain ? Qu’implique la fidélité au successeur de Pierre ? Quel chemin possible ? Nous en parlerons sans langue de buis avec l’abbé Guillaume de Tanouärn, de l’Institut du Bon pasteur, Christophe Geffroy, directeur de La Nef, Mgr Dominique Lebrun, co-responsable de l’instance de dialogue établie par la Conférence des évêques de France et le Frère dominicain Henry Donneaud. Vous aussi, vous pouvez nourrir ce débat par vos questions. Par mail à sanslanguedebuis@ktotv.com Traditionis custodes sans langue de buis, c’est ce vendredi en direct à 20h40 sur KTO et ktotv.com :

     

  • Saint Irénée de Lyon devient le 37e docteur de l’Église catholique

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal la Croix :

    Le pape François reconnaît saint Irénée de Lyon comme docteur de l’Église

    Le Vatican a publié vendredi 21 janvier le décret, signé par le pape, reconnaissant saint Irénée de Lyon comme « docteur de l’unité ».

    21/01/2022

    Saint, théologien, deuxième évêque de l’église de Lyon. Saint Irénée de Lyon a été officiellement déclaré, vendredi 21 janvier, docteur de l’Église, avec le titre de « doctor unitatis », « docteur de l’unité ».

    « Il a été un pont spirituel et théologique entre les chrétiens d’Orient et d’Occident », peut-on lire dans le décret signé par François. « Son nom, Irénée, exprime cette paix qui vient du Seigneur et réconcilie et qui rétablit l’unité », écrit encore le pape.

    Celui qui fut le successeur de saint Pothin, fondateur de l’Église de Lyon, devient ainsi le 37e docteur de l’Église catholique, titre porté par des personnes non seulement reconnues saintes mais aussi étant à l’origine d’une « doctrine éminente ».

    L’unité comme méthode

    Saint Irénée, mort vers l’an 201, est considéré comme le premier grand théologien de l’Occident. Né en Asie mineure, il fut dans sa jeunesse un disciple de saint Polycarpe de Smyrne, réputé pour avoir été lui-même été proche de l’apôtre saint Jean.

    → COMPRENDRE. Les docteurs de l’Église

    Il fut en particulier l’un des défenseurs les plus virulents du dogme face aux doctrines gnostiques, qui connurent un grand développement à la fin du IIe siècle. Ses travaux sont regroupés dans un traité intitulé, Contre les hérésies. Dénonciation et réfutation de la gnose au nom menteur.

    « Fidèle à sa conception de l’homme marquée par la croissance et la liberté, il propose moins l’unité comme un résultat que comme une méthode et un état d’esprit », peut-on lire dans la présentation d’un colloque international qui lui était consacré en octobre 2020 à Lyon.

    « Son nom, Irénée, porte l’empreinte du mot paix »

    C’est le cardinal Philippe Barbarin, alors archevêque de Lyon, qui, en 2017, avait demandé au pape de proclamer saint Irénée, docteur de l’Église. En octobre 2021, le pape François avait annoncé à un groupe de théologiens catholiques et orthodoxes son intention de faire d’Irénée un docteur de l’Église.

    → RELIRE. Qui est saint Irénée de Lyon

    « Son nom, Irénée, porte l’empreinte du mot paix », avait alors rappelé François. « Nous savons que la paix du Seigneur n’est pas une paix “négociée”, fruit d’accords pour protéger des intérêts, mais une paix qui réconcilie, qui rétablit l’unité. »

    Saint Irénée est le cinquième venant du territoire qui est aujourd’hui la France, après saint Bernard de Clairvaux (proclamé docteur en 1830), saint Hilaire de Poitiers (1851), saint François de Sales (1877) et sainte Thérèse de Lisieux (1997). Il est le deuxième dernier docteur de l’Église proclamé par le pape François, après l’Arménien saint Grégoire de Narek, proclamé docteur en 2015, à l’occasion du 100e anniversaire du génocide arménien.

    Lire l'enseignement de Benoît XVI consacré à Irénée de Lyon

  • "Il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions ; là, au moins, on ne risque pas de se faire égorger"

    IMPRIMER

    Un entretien avec Rémi Brague sur le site du Figaro Vox :

    Rémi Brague: «Il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions»

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Après une série d'actes de vandalisme d'églises en France, Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur) a annoncé une enveloppe de quatre millions d'euros pour sécuriser les lieux de culte. Attaquer l'Église catholique, c'est aussi une façon d'affaiblir le pays tout entier, estime le philosophe Rémi Brague pour qui la solution à apporter n'est pas uniquement financière.

    Membre de l'Institut de France, normalien, agrégé de philosophie et professeur émérite de philosophie à l'université Panthéon-Sorbonne, Rémi Brague est notamment l'auteur d'Europe, la voie romaine (Folio essais, 1999) et du Règne de l'homme. Genèse et échec du projet moderne (Gallimard, 2015).

    FIGAROVOX.- Depuis le 1er janvier, huit églises ont fait l'objet d'actes de vandalisme ou de vols. Comment les catholiques perçoivent-ils ces actes malveillants ?

    Rémi BRAGUE.- Il y a pas mal de temps que des gestes de ce genre ont lieu. Il y a des vols dans les églises, et pas seulement des pillages de tronc, mais des vols d'œuvres d'art, tableaux et statues, depuis longtemps, et encore plus depuis que beaucoup d'églises ne sont fréquentées que de loin en loin. Les vases sacrés, calices, ciboires, etc., que les imbéciles croient être en métal précieux, et qui sont plus faciles à écouler, sont évidemment plus visés. Briser des statues de saints est une tradition française depuis la Réformation protestante, puis depuis la Révolution. Les vols d'hosties consacrées sont d'un autre ordre et sont probablement explicables par une montée en puissance des cultes satanistes que l'on signale un peu partout.

    Je ne sais pas si le début de cette année marque une recrudescence nette, mesurable, de ce genre d'incidents. Il semble que oui. Ou en tout cas, il est sûr qu'on en parle plus qu'à l'accoutumée. Il est intéressant que ce soit seulement maintenant qu'on leur donne une couverture médiatique à peu près à la hauteur. Encore cela dépend-il des médias. Pour certains, c'est un non-événement. Au lieu de dire que seuls les médias de «droite» en parlent, et le leur reprocher, ceux de «gauche» devraient faire leur examen de conscience, ou expliquer clairement pourquoi ils choisissent de taire ce genre d'événements.

    Ces actes révèlent une incompréhension totale, voire une ignorance subie ou voulue du message chrétien, de la personne du Christ, de ce qu'ont réalisé les saints représentés par les statues qu'on décapite.

    Rémi Brague

    Les catholiques sont évidemment peinés. Ce n'est pas tellement par les humiliations ou les menaces dont leurs personnes sont l'objet, comme lors de cette procession que des musulmans ont attaquée. C'est surtout par les destructions matérielles. Non pas, bien évidemment, parce que le plâtre ou la pierre seraient plus précieux que la chair humaine ; c'est le contraire. Mais c'est à cause de ce que ces actes révèlent une incompréhension totale, voire une ignorance subie ou voulue du message chrétien, de la personne du Christ, de ce qu'ont réalisé les saints représentés par les statues qu'on décapite. Qu'on déboulonne une statue de Cecil Rhodes passe encore, mais de Saint-Antoine de Padoue ou de Saint-Vincent de Paul ?

    Pour l'heure, l'Église semble avoir peu réagi. Faut-il y voir une forme de timidité?

    Par «l'Église», vous entendez, me semble-t-il, la hiérarchie, donc l'épiscopat. Il est vrai que ses réactions restent discrètes. À quoi attribuer ce peu de bruit ? Prudence dans l'attente de ce que les faits soient mieux établis, les coupables identifiés, leurs motivations mises en lumière ? Lâcheté pure et simple, souci de ne pas «faire de vagues», comme dans l'Éducation nationale ? Désir de ne pas jeter de l'huile sur le feu dans une situation déjà tendue ? De ne pas «faire le jeu» de X ou Y (en l'occurrence, plutôt de Z, d'ailleurs…) ? Je l'ignore.

    Lire la suite

  • Liège : un nouvel avenir pour la Basilique de Cointe

    IMPRIMER

    Les Malmédiens Gehlen et The Wall donneront une nouvelle vie à la basilique  de Cointe - Édition digitale de LiègeDiocèse de Liège - Diözese Lüttich - Église catholique de LiègeCommuniqué de presse:

    Un nouvel avenir pour la Basilique de Cointe

    © Fondation Basilique de la Paix

    Communiqué de la Fondation «Basilique de la Paix»

    21 janvier 2022

    À l'issue de l'appel à projet initié en juillet 2021 pour donner un avenir à la Basilique de Cointe à Liège, la Fondation « Basilique de la Paix » a sélectionné trois candidats potentiels dans le courant du mois d'octobre. Elle vient de clôturer son processus de comparaison des offres et d'évaluation des projets présentés.

    Elle a décidé de vendre son domaine de Cointe et de confier le projet de réhabilitation à la société Gehlen Management, en association avec la société The Wall. Malgré la pertinence et le sérieux des autres projets, le concept novateur du projet « Basilique Expérience » a été privilégié pour différents aspects. La société Gehlen Management est un entrepreneur de premier plan et d’excellente réputation ; elle est connue pour la fiabilité de ses réalisations et le sérieux de ses initiatives. Elle permet d’entretenir un partenariat avec la Fondation Basilique de la paix et se signale par son enthousiasme pour l’ensemble du projet. La Fondation « Basilique de la paix » recevra en bail emphytéotique le chœur et la crypte de l’église ; la crypte restera paroisse catholique ; le chœur sera considéré comme une « Basilique de la paix », c’est-à-dire un Centre mémoriel en faveur de la paix, à dimension culturelle et cultuelle.

    Les atouts du projet « Basilique expérience »

    La nature du projet s'exprime au travers d'une réhabilitation très respectueuse des lieux, respectueuse du projet de Centre mémoriel « Basilique de la paix » dans le chœur, respectueuse de la préservation des espaces verts, respectueuse des éléments du bâtiment par la sobriété du projet et la réversibilité des interventions aux bâtiments du domaine, classés ou non.

    Les valeurs développées en matière d'escalade de niveau olympique et en matière culturelle valorisent les valeurs de dépassement de soi et de développement humain par l’exercice physique, qui s'inscrivent en cohérence avec le projet de dialogue et de paix que développe plus spécifiquement la Fondation.

    Le contenu du projet offre de multiples opportunités d'activités pour un très large public local, régional ou international, jeune et moins jeune, tout en s'intégrant de façon très harmonieuse dans le tissu urbain et en développant un concept de mobilité innovant et protecteur.

    La nature limitée des interventions fonctionnelles et architecturales permettra de trouver assez aisément le soutien de l'ensemble des parties impliquées dans les autorisations et d'obtenir un consensus aussi large que possible des riverains, de la Ville et de la Région wallonne, tous soucieux de redonner l'aura que ce site emblématique de Liège mérite assurément.

    Le potentiel du projet permet de promouvoir des synergies complémentaires visant à développer l'attrait touristique mémoriel du lieu en lien avec le Monument Interallié mais également avec d'autres initiatives éventuelles.

    L’ambition spirituelle de la « Basilique de la paix »

    Le chœur de l’édifice sera conçu comme une « basilique de la paix », c’est-à-dire un centre mémoriel dédié à la paix, en souvenir de la première Guerre mondiale et de ses victimes. Il fera l’objet d’un bail emphytéotique conclu entre l’acquéreur et le vendeur. Ce centre sera piloté par la Fondation Basilique de la Paix, érigée par l’évêque de Liège Mgr Jean-Pierre Delville. Il sera un lieu de dialogue interreligieux et interconvictionnel destiné à promouvoir la paix dans le monde d’aujourd’hui. Il comportera un espace de rencontre et un espace d’exposition. L’espace de rencontre, situé au rez-de-chaussée du chœur, pourra servir à différents types de manifestations en lien avec la paix. L’espace d’exposition, situé essentiellement sur les tribunes du chœur, pourra accueillir des expositions temporaires ou permanentes en lien avec la paix. Ainsi la basilique de la paix pourra développer son ambition spirituelle, qui est d’être au service de la paix dans notre monde, notre pays, notre ville, notre famille, notre conscience et notre âme.

    La basilique de la paix conservera le mobilier art-déco existant, centré sur la notion de réconciliation, en particulier l’autel de marbre, les vitraux avec le Prince de la paix et la statue du Sacré Cœur, qui est à l’origine de la construction de l’édifice en 1925.

    La crypte et les sacristies adjacentes resteront une paroisse catholique au service de la Communauté paroissiale locale, intégrée dans l’Unité pastorale Saint-Benoit-aux-Portes d’Avroy. Elles communiquent avec le chœur par un escalier et peuvent accueillir des personnes pour la prière. Elles font aussi l’objet d’un bail emphytéotique conclu entre l’acquéreur et le vendeur.

    Au travers de ce choix final, l’évêque de Liège est confiant dans la capacité des nouveaux acquéreurs à redonner souffle à ce site endormi depuis trop longtemps et dans les capacités de la Fondation Basilique de la paix à développer ses intuitions spirituelles. Il voit dans la volonté de la Société Gehlen Management à respecter l'histoire et les valeurs du lieu un encouragement significatif dans sa volonté d'y déployer son projet mémoriel au service de la Paix.

  • Cour Européenne des Droits de l'Homme : le lobby mondial de l’avortement s’acharne sur la Pologne

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    CEDH : le lobby de l’avortement s’acharne sur la Pologne

    Publié le 20 Jan, 2022

    Durant les derniers mois, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a accepté de juger plus de 15 requêtes introduites contre la Pologne par ou avec le soutien du lobby de l’avortement, donnant lieu à une nouvelle instrumentalisation politique de la CEDH (cf. Avortement : la CEDH notifie à la Pologne 12 requêtes). Le lobby mondial de l’avortement est mobilisé sans précédent, alors même que ces requêtes devraient pour la plupart être jugées irrecevables. Plus encore, ces requêtes constituent une offense aux personnes handicapées, car 14 d’entre elles se plaignent de l’impossibilité de supprimer les enfants handicapés avant leur naissance. Ces requêtes mettent aussi en question l’impartialité de la Cour et du greffe dès lors que plusieurs d’entre eux ont travaillé pour des organisations parties prenantes, ou ont milité publiquement en faveur de la libéralisation de l’avortement en Pologne.

    Supprimer un enfant à naître parce qu’il est handicapé est-il un droit de l’homme ?

    C’est ce que soutient une coalition d’organisations devant la Cour européenne des droits de l’homme. Elle conteste la décision du Tribunal constitutionnel polonais d’abolir l’avortement eugénique par respect pour la dignité humaine, adoptée par un jugement du 22 octobre 2020 dans l’affaire K 1/20. Ce jugement a eu pour effet de protéger la vie de plus d’un millier d’enfant handicapés – la plupart trisomiques – avortés chaque année jusqu’alors. L’ECLJ était intervenu en défense de la vie humaine (voir ici nos observations). Le lobby mondial de l’avortement s’est alors mobilisé de façon inédite pour remettre en cause ce jugement devant la CEDH, et imposer la pratique de l’avortement eugénique en Pologne.

    Pour rappel, l’avortement a été légalisé en Pologne pour la première fois par l’occupant nazi – comme arme démographique – avant d’être étendu et promu par l’occupant soviétique. En 1993, après la chute du régime communiste, une nouvelle loi limite la possibilité d’avorter aux cas de grossesses résultant d’un acte illégal (viol, inceste, etc.), d’une malformation grave du fœtus, ou de risque pour la vie ou la santé de la femme enceinte. Le nombre d’avortements annuel fut ramené de plus de 100.000 à un millier.

    Cette affaire est cruciale : au plan politique, elle montre comment la CEDH peut être instrumentalisée par des « ONG », au risque de mettre en cause son impartialité ; au plan juridique, elle pose une nouvelle fois la question du « droit à l’eugénisme ».

    Une nouvelle instrumentalisation de la Cour

    Le 2 novembre 2020, la Fondation Helsinki de Varsovie a invité les femmes désireuses de contester la décision du Tribunal constitutionnel à se manifester auprès d’elle pour obtenir de l’aide afin de déposer des requêtes auprès de la CEDH[1]. De même, le 1er avril 2021, la Federation for Women and Family Planning (FEDERA) de Pologne a invité les femmes de Pologne à saisir en nombre la CEDH pour contester le jugement du 22 octobre 2020, fournissant pour cela un formulaire de requête prérempli[2].

    Le 1er juillet 2021, donnant suite de façon exceptionnellement rapide à ces requêtes, la CEDH a informé le gouvernement polonais de sa décision de juger une série de 12 affaires (K.B. c. Pologne, K.C. c. Pologne et A.L. – B. et autres c. Pologne)[3]. Celles-ci ont été introduites par des femmes polonaises âgées de 27 et 40 ans qui prétendent que l’idée de porter un enfant handicapé sans pouvoir avorter leur causerait un « stress » assimilable à une torture mentale et violerait le droit au respect de leur vie privée, en violation des articles 3 et 8 de la Convention. Il s’agit de l’argumentaire fourni par FEDERA et la Fédération Helsinki, sous la supervision des avocats Agata Bzdyń, Kamila Ferenc et Monika Gąsiorowska.

    Lire la suite

  • Sommes-nous encore libres de protéger la vie ? Lettre ouverte au Président français Emmanuel Macron

    IMPRIMER

    FAFCE Logo
    Lettre ouverte au Président français Emmanuel Macron

    Sommes-nous encore libres de protéger la vie ? 
    Bruxelles, le 20 janvier 2022
     
    Le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, et le Président d'honneur, Antoine Renard, ont adressé aujourd'hui une lettre ouverte à l'attention du Président de la République française Emmanuel Macron, réagissant à son discours au Parlement européen marquant le début de la présidence française du Conseil de l’Union européenne. Le Président français a affirmé vouloir actualiser la Charte des droits fondamentaux, en y consacrant un pretendu droit à l'avortement.
     
    Le Président et le Président d'honneur de la FAFCE ont souligné les contradictions intrinsèques au sein des propos du Président français :
     
    « Si d’un côté vous parlez d'un « Etat de droit qui est existentiel de notre Europe », vous proposez d’un autre côté d'inscrire dans la Charte des droits fondamentaux une pratique qui est illégale dans certains États membres de l’Union Européenne.

    De même, vous soulignez, à juste titre, que cette Charte a consacré « l'abolition de la peine de mort partout dans l'Union », mais vous souhaitez néanmoins reconnaître comme droit fondamental une pratique considérée par de nombreux concitoyens comme une violence fatale faite à nos membres les plus vulnérables.

    La reconnaissance d'un prétendu droit à l'avortement serait de surcroît en contradiction flagrante avec la Charte elle-même, qui consacre dès ses deux premiers articles l'inviolabilité de la dignité humaine et le droit à la vie ».


    Ils ont également fait part de leurs inquiétudes « face au rétrécissement des espaces de liberté pour tous ceux qui, en accord avec la science, croient que la vie humaine commence dès la conception ». C'est à se demander, selon eux, si nous devrions « craindre que des limites seront posées à la liberté de prendre nos responsabilités par rapport à une vie naissante, en accompagnant les mères et des familles en difficulté ».
     
    La FAFCE invite le Président français à ne pas instrumentaliser ce semestre européen « à des fins politiques et idéologiques ». « Nous vous invitons à travailler pour le bien commun de nos peuples, de nos familles et de nos enfants, qui sont l’avenir de l'Europe. Notre Fédération, avec toutes les personnes de bonne volonté, se met au service des institutions pour travailler ensemble de manière constructive, dans le respect des principes de subsidiarité et de proportionnalité. Si ces bases communes manquent, les mots valeurs et démocratie qui vous sont chers seront vidés de leur sens ».
     
    La FAFCE avait déjà regretté début janvier l'absence de la famille au sein des priorités de la présidence française de l'UE. Cette prise de position du Président français ne fait que le confirmer. 
     
    Vous pouvez lire l'integralité de la lettre ouverte sur le site web de la FAFCE. 

  • Abus : Ratzinger contre-attaque

    IMPRIMER

    Le 11 janvier dernier, nous avons relayé sur belgicatho un article de Nico Spuntoni qui annonçait une énième attaque contre le pape émérite. Les distraits n'ont pas prêté attention à cette information; la déferlante d'hier leur a donné tort, tous les médias s'étant donné le mot pour relayer les accusations contre celui qui était alors l'archevêque de Munich. Nico Spuntoni consacre  aujourd'hui une note à la contre-attaque de Benoît XVI (traduction de "Benoît et moi") :

    Abus, Ratzinger à la contre-attaque : « Sur moi, de la propagande ».

    Les résultats de l’enquête menée par le cabinet d’avocats Westpfahl Spilker Wastl sur le traitement des cas d’abus dans l’archidiocèse de Munich et Freising ont été présentés. Comme prévu, sont attribués au pape Benoît XVI, cinq cas, dans lesquels le comportement de l’archevêque de l’époque serait à blâmer. Mais dans deux cas, il n’y a aucune confirmation de son implication. Tandis que dans les autres cas, le pape émérite s’en prend au « degré considérable de partialité » des travaux et accuse les experts de « propagande et de pure spéculation ». Le cabinet d’avocats est le même que celui qui était dans l’œil du cyclone dans l’affaire Woelki.

    Hier ont été présentés les résultats de l’enquête menée par le cabinet d’avocats Westpfahl Spilker Wastl sur le traitement des cas d’abus dans l’archidiocèse de Munich et Freising entre 1945 et 2019. Dans le box des accusés, comme on s’y attendait, se trouve le nom le plus connu de l’affaire : Joseph Ratzinger, qui a été archevêque de 1977 à 1982. Selon l’équipe juridique, le comportement de l’archevêque de l’époque est criticable en cinq occasions.

    Cinq cas dont, précisent les avocats, « deux cas concernent des crimes commis pendant son mandat (…) et trois cas concernent des crimes commis avant son mandat et en partie en dehors du territoire de l’archevêché ». L’un de ces cas, cependant, concernait une suspicion des avocats qui n’a pas été confirmée, tandis qu’un autre n’a trouvé qu’une confirmation partielle.

    « PARTIALITÉ CONSIDÉRABLE »

    Il est intéressant d’analyser le dossier dans la partie relative au cas non confirmé : un rapport d’expertise préliminaire a avancé le soupçon que Ratzinger avait eu connaissance de la condamnation pour abus prononcée par un tribunal régional à l’encontre d’un prêtre à une époque antérieure à son mandat d’archevêque. Selon les experts, ce soupçon était fondé sur le fait que Ratzinger passait « au moins une partie de ses vacances (…) sur l’ancien lieu de travail du prêtre ».

    Le pape émérite s’est vigoureusement défendu dans une déclaration de 82 pages jointe au rapport, dans laquelle il s’en prend à la méthode de travail, affirmant que l’évaluation préliminaire témoigne d’un « degré notable de partialité » et accusant les experts d’avoir abandonné « leur rôle de neutralité et d’objectivité » en tombant dans « l’évaluation subjective, voire la propagande pure et simple et la spéculation ».

    Dans les résultats finaux, l’équipe a dû admettre qu’il n’existe pas de « base fiable pour continuer (…) à évaluer de manière critique le travail de l’archevêque de l’époque, le cardinal Ratzinger, dans cette affaire ». Le pape émérite avait donc plus d’une raison de répondre avec force aux soupçons avancés dans le rapport d’expertise de cette affaire.

    LE CAS X

    Lors de la conférence de presse d’hier, les représentants de Westpfahl Spilker Wastl ont surtout fait référence à ce qu’on appelle le cas X. Il s’agit du cas déjà connu du Père Peter Hullermann, sur lequel La Nuova Bussola Quotidiana a déjà tenté de faire la lumière après que l’hebdomadaire allemand Die Zeit ait fait état ces dernières semaines d’une indiscrétion selon laquelle le rapport faisait apparaître l’omission de Ratzinger du temps de son mandat à Munich. Le contenu du rapport publié hier confirme l’information de Die Zeit: l’affaire Hullermann est l’une des responsabilités attribuées au pape émérite. Cette circonstance pourrait faire penser à la plainte pour « lacunes méthodologiques » mise en évidence par le cardinal Rainer Maria Woelki, archevêque de Cologne, concernant un travail similaire initialement commandé au même cabinet d’avocats et ensuite bloqué. Dans le cas de Cologne, en outre, des indiscrétions avaient filtré dans les journaux sur certains contenus du rapport qui restaient inconnus.

    Dans son mémoire de défense de 82 pages, le pape émérite consacre une large place au cas du père H. afin de contester et de réfuter les accusations portées contre lui dans l’enquête. Ratzinger, qui a eu accès aux dossiers consultés par le cabinet d’avocats, a relevé plusieurs erreurs : il conteste en effet la partie rapportant que le psychothérapeute du diocèse d’Essen – dans lequel Hullermann avait contraint à un acte sexuel un mineur, qui ensuite rapporta l’incident à l’évêque, mais sans le dénoncer – « transféra » le prêtre à l’archidiocèse de Munich et Freising. Ratzinger explique que « le psychothérapeute (…) avait demandé de l’aide et (…) des conseils pour la suite du traitement à un collègue pratiquant à Munich » mais « ni moi ni les membres de l’assemblée de l’ordinariat n’étions au courant du compte-rendu de la conversation ou des activités du [psychothérapeute qui avait évalué le père X. dans son diocèse d’origine] (les deux n’ont été portés à la connaissance de l’ordinariat archidiocésain de Munich qu’en mars ou juin 2010) ».

    Bref, selon le pape émérite, les autorités de l’archevêché savaient que Hullermann – qui avait écrit pour demander un logement à Munich – devait suivre une thérapie psychothérapeutique, mais ils en ignoraient les raisons. L’équipe juridique n’a apporté aucune preuve pour démentir Benoît XVI, mais a fait valoir – également lors de la conférence d’hier – que sa défense « n’est pas crédible ». Le rapport présenté et publié hier, en tout cas, ne concerne pas seulement le mandat de Ratzinger mais aussi ses prédécesseurs et successeurs à la tête de l’archidiocèse de Munich et Freising.

    Dans la soirée, une réaction est parvenue du monastère Mater Ecclesiæ par la bouche du secrétaire personnel du pape émérite, Mgr Georg Gänswein, qui a expliqué que jusqu’à cet après-midi Benoît XVI n’avait pas encore lu le rapport et que « dans les prochains jours, il examinera le texte avec toute l’attention nécessaire », exprimant en tout cas « son trouble et sa honte face aux abus sur mineurs commis par des clercs » et manifestant « sa proximité personnelle et ses prières pour toutes les victimes, dont certaines qu’il a rencontrées à l’occasion de ses voyages apostoliques ».

  • La mutation politique du catholicisme français

    IMPRIMER

    De la revue de presse "Au quotidien" de l'Homme Nouveau :

    Au quotidien n°323 : mutation politique au sein du catholicisme

    Au quotidien n°323 : mutation politique au sein du catholicisme

    Politiste, observateur attentif des milieux conservateurs au sein du catholicisme, auteur d’un remarqué Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous, Yann Raison du Cleuziou livre dans Le Monde (20 janvier 2022) son analyse de la mutation politique au sein du catholicisme français.

    Sans doute ne faut-il pas perdre de vue que le catholicisme est un univers clivé et que les conservateurs n’en représentent qu’une sensibilité minoritaire. Mais, dans un contexte de déclin de la pratique religieuse, leur influence au sein de l’Eglise est croissante en raison de leurs familles nombreuses, au sein desquelles, tendanciellement, la foi se transmet avec plus de succès que dans l’aile gauche. (…)

    Au XXI siècle, la hantise des flux migratoires et le soupçon sur l’usage exorbitant de la compassion chrétienne débordent hors de la droite réactionnaire. Ils se retrouvent parmi les libéraux qui, lecteurs de Tocqueville, pensent les destins du catholicisme et de la démocratie comme étroitement liés, les dérives de l’un ne pouvant qu’entraîner le déclin de l’autre. En 2006, dans La Raison des nations [le philosophe], Pierre Manent met en garde contre les effets pervers que peut entraîner la dynamique de l’égalité qui porte les démocraties : « Il ne s’agit plus seulement de respecter l’humanité en tout homme, nous sommes requis de voir l’autre comme le même. Et si nous ne pouvons nous empêcher d’apercevoir ce qui en lui est différent, nous nous le reprochons comme un péché. »

    Dans [la revue] Commentaire, [l’historien] Alain Besançon dénonce la dérive du catholicisme : « C’est comme un article de foi : nul n’est un ennemi. Les seuls ennemis qui subsistent sont ceux qui ont encore des ennemis et qui considèrent que la métamorphose imaginaire des ennemis en amis est une entorse à la réalité des choses. » Comme Maurras avant eux, Manent et Besançon y voient une pathologie du commandement d’amour du prochain. Pierre Manent critiquera d’ailleurs l’interprétation de la parabole du bon Samaritain faite par le pape François dans l’encyclique Fratelli tutti.

    Les positions du pape argentin déplaisent d’autant plus que les catholiques français sont pris en tenaille entre deux figures obsédantes de leur déclin : l’effondrement de la pratique religieuse hebdomadaire, qui est désormais en deçà des 2 % parmi les 18 ans et plus, et le sentiment que l’islam gagne en visibilité et en influence dans la société française. Cette double angoisse gagne en intensité chez les plus jeunes pour des raisons qui s’objectivent aisément. Dans l’« Enquête sur les valeurs des Européens » (EVS) de 2018, parmi les 18-29 ans, les catholiques déclarés ne représentent plus que 15 % et les musulmans les talonnent à 13 %. Au regard des tendances, on peut imaginer que les courbes de ferveur se croisent dans quelque temps parmi les jeunes générations. Que l’islam puisse supplanter le catholicisme, certes à une échelle minoritaire et non comme religion majoritaire, est un cataclysme symbolique dont l’anticipation fonde l’adhésion à l’idée d’un « grand remplacement » menaçant.

    Les catholiques conservateurs partagent déjà le sentiment que le ramadan est devenu un fait de société plus important que le carême. (…) D’après les entretiens que je fais dans cet univers conservateur, la question démographique est très secondaire derrière la décadence morale comme matrice du « grand remplacement ». C’est « l’humanitarisme » de l’Eglise tout autant que les « valeurs » de la République qui sont associés dans une même dénonciation du désarmement moral de la nation. (…)

    Pour ces catholiques, un destin comparable aux chrétiens d’Orient est désormais imaginable et leur survie est en jeu. Cette angoisse est d’autant plus facilement mise en sens par la droite réactionnaire que les enjeux du déclin du catholicisme, pourtant un fait social majeur, restent peu réfléchis à l’échelle collective. L’indifférence et l’ennui causent le détachement religieux tout en le rendant invisible.

  • Quatorze prêtres guillotinés le 21 janvier 1794

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    BBX Jean-Baptiste Curpin du Cormier
    et treize compagnons
    Prêtres et martyrs à Laval († 21 janvier 1794)

    Jean-Baptiste Curpin du Cormier et treize compagnons, le 21 janvier 1794, juste un an après Louis XVI, furent guillotinés à Laval puis jetés dans une fosse commune à "La Croix Bataille".

    En Octobre 1792, quatorze prêtres lavallois réfractaires (qui refusaient de prêter serment à la Constitution civile du clergé) sont emprisonnés au couvent de Patience où ils ne bénéficient que de deux heures de visite par mois. Ne sont admis à les voir que les frères et sœurs obligatoirement assistés par le concierge du lieu.

    Le 13 décembre 1793, la guillotine est installée à Laval, place du Blé (actuelle place de la Trémoille) près du Tribunal révolutionnaire.

    À partir du 9 janvier 1794, tous les cultes sont interdits en France. L’église de la Trinité de Laval est transformée en "étable et magasin de fourrage" pour l’armée, puis, plus tard, en Temple de la Raison.
    Le 21 janvier 1794, à 8h30, les quatorze prêtres franchissent le seuil du tribunal où ils vont être jugés par la Commission révolutionnaire. Dix marchent péniblement et quatre sont dans une charrette ; cinq d’entre eux ont plus de 70 ans.

    Entre le 5 janvier et le 2 novembre 1794, en 150 audiences, cette Commission prononcera 328 peines de mort.
    L’accusateur public, Volcler, un ancien prêtre apostat, leur demande une dernière fois de prêter serment. « Aidé de la grâce de Dieu, je ne salirai pas ma vieillesse », lui répond le Père Philippot, 78 ans.
    « Quoi, c'est toi Volcler qui demande ma mort ? Toi que j'ai accueilli dans ma maison, admis à ma table, que j'ai tendrement aimé...», ajoute le père Migoret.
    Ils sont exécutés après avoir été empêchés par leurs gardiens de chanter ensemble un dernier "Salve Regina". Ils seront suivis de 5 vendéens qui comparaissaient eux aussi en tant qu’ennemis de la République.
    Les 4 juges, dont 2 prêtres renégats, qui assistent à l’exécution de la fenêtre d’un immeuble voisin, boivent un verre de vin rouge à chaque tête qui tombe et encouragent la foule à crier avec eux: «Vive la République, à bas la tête des calotins ! ».

    Les corps des 14 prêtres, tout comme les défunts du moment, sont jetés dans une fosse commune, à Avesnières, dans une lande nommée "La Croix Bataille" sur la route d’Entrammes.
    Dès le jour de leur exécution, les prêtres sont vénérés comme des martyrs ; on envoie des enfants tremper des mouchoirs dans leur sang.

    En 1803, un rapport de gendarmerie signale des pèlerinages, allant de 50 à 600 personnes, à "La Croix Bataille", près de la fosse commune où ils ont été ensevelis.

    Le 6 août 1816, suite aux démarches du curé d’Avesnières, les corps des 14 martyrs sont exhumés et déposés dans la chapelle Saint Roch du cimetière paroissial d’Avesnières.

    Le 9 août, ils sont transférés dans le transept sud de l'église d'Avesnières, au pied d'un monument. Une chapelle expiatoire est dressée à "La Croix Bataille" à la mémoire du prince de Talmont et des autres victimes de la Révolution. Le bâtiment est détruit en 1869.

    En 1945, Max Ingrand dessine un vitrail pour la basilique. Les 14 prêtres y sont symbolisés par 14 palmes.

    Le 19 juin 1955, le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958) béatifie les 14 prêtres ainsi qu’un curé et quatre religieuses également guillotinés en 1794. Les corps sont transférés dans le chœur de la basilique.

    Les quatorze prêtres guillotinés le 21 janvier 1794 :

    - Jean-Baptiste Turpin du Cormier, 64 ans, curé de la Trinité, reconnu comme le responsable, sera exécuté le dernier à la demande de Volcler, l’accusateur public.
    - Six curés : Jacques André, 50 ans, André Dulion, 66 ans, Louis Gastineau, 66 ans, François Migoret-Lamberdière, 65 ans, Julien Moulé, 77 ans et Augustin-Emmanuel Philippot, 77 ans.
    - Quatre aumôniers : Pierre Thomas, 75 ans, chez les Augustines de Château-Gontier, Jean-Marie Gallot, 46 ans, chez les Bénédictines, Joseph Pelé, 74 ans, chez les Clarisses, et Jean-Baptiste Triquerie, 57 ans, diverses maisons franciscaines.
    - Trois hors ministères : René-Louis Ambroise, 74 ans, Julien-François Morin de la Girardière, 64 ans, et François Duchesne, 58 ans.

  • Sainte Agnès (21 janvier)

    IMPRIMER

    Marinari, Onorio-Sant'Agnese full.JPGFête de Sainte Agnès (source)

    Aujourd’hui nous célébrons la mémoire de Sainte Agnès. Adolescente et vierge romaine, Agnès a été martyrisée au temps de la persécution de l'empereur Dèce, au IIIe siècle : une persécution si violente que de nombreux baptisés reniaient leur foi devant la menace de mort.

    Le martyre de sainte Agnès a été rapporté par saint Damase, par saint Ambroise et par Prudence. Elle périt à l'aube du IVe s., en 303 vers l'âge de treize ans.

    La jeune martyre est souvent représentée par un agneau, à cause de son prénom agnès qui rappelle le mot agneau, ou accompagnée d'un agneau blanc, en main la palme du martyre. Elle est une des saintes protectrices des jeunes et on l'invoque pour obtenir la vertu de chasteté.

    A Rome, Agnès est spécialement honorée, en la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs, qui abrite sa tombe, et a été construite au-dessus des catacombes du même nom.

    A côté de l'église médiévale - une des « sept églises » du pèlerinage de saint Philippe Néri -, on peut encore voir les ruines de l'imposante basilique construite par l’Empereur Constantin.

    L'église romaine de Sainte-Agnès-in-Agone, place Navone, et spécialement dédiée par le diocèse de Rome aux rencontres de jeunes, a été reconstruite sous la direction de Borromini. Elle se dresse à l'emplacement de l'ancien stade de Domitien, au lieu même de son martyr.

    Comme c'est la tradition chaque année en la fête de sainte Agnès, vierge et martyre, le 21 janvier, le pape bénit deux agneaux dont la laine servira à tisser les pallium que le pape remet le 29 juin aux archevêques métropolites nommés dans l'année, en signe de leur communion avec le Successeur de Pierre. Mais aussi en signe de la sollicitude pastorale du bon pasteur qui porte la brebis sur ses épaules.

    La cérémonie a lieu traditionnellement en la chapelle Urbain VIII du palais apostolique. Ces deux petits agneaux sont élevés par les religieuses de San Lorenzo in Panisperna et ils sont présentés au pape par les Chanoines réguliers du Latran qui desservent la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs.

    Symbole de la brebis perdue, recherchée, sauvée et placée par le Bon Pasteur sur ses épaules, l'agneau est aussi celui du Christ crucifié, selon le titre donné au Christ par saint Jean Baptiste.

    Leur laine sera utilisée par les bénédictines du monastère romain de Sainte-Cécile pour tisser les palliums de 5 centimètres de large, qui seront ornés de 6 petites croix de soie noire, symbole des plaies du Christ, et de broches d'or gemmé, autrefois utilisées pour fermer le pallium sur le cœur, le dos et l'épaule droite.

    Anciennement, le mot « pallium » désignait un manteau de laine exclusivement attribué au souverain pontife, puis il devint un signe liturgique d'honneur, symbole d'un lien de communion particulier avec le successeur de Pierre pour les évêques à la tête de juridictions métropolitaines.

    Une fois terminés, les palliums sont placés dans une urne de bronze, don de Benoît XVI, placée dans une niche, juste au dessus de la tombe de l'apôtre, jusqu'au 29 juin, en la solennité des saints Pierre et Paul, saints patrons de l'Église de Rome et colonnes de l’Église.

    Le récit le plus ancien de la remise du pallium par le pape à un évêque est le récit de la remise du pallium à Saint Césaire d'Arles par le pape Symmaque, il y a plus de 1500 ans.