Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'évêché de Liège est-il favorable à l'adoption par des couples homosexuels ?

    IMPRIMER

    A chacun de s'en faire une opinion...

    Et l'évêque de Liège, qu'en pense-t-il ? Pourrait-il nous rappeler quel est l'enseignement de l'Eglise en la matière ? Que disent les actes émanant du magistère concernant les unions homosexuelles et l'adoption d'enfants par des personnes du même sexe ? Monseigneur est-il d'accord pour que des expositions soient organisées dans la cathédrale pour y jeter la confusion en présentant toutes les formes de couples et d'assemblages "familiaux" comme autant d'expressions équivalentes de l'amour ?

  • Une église de Tournai accueille des festivités très peu catholiques autour de la mort

    IMPRIMER

    Puede ser una imagen de texto que dice "15 OCT. FESTIVAL autel des morts mexicain participatif MORT ateliers tout public concerts projections installations procession spectacle bouffe mexicaine visites QUI QUITUE maquillages spectacles lectures atelier d'écriture apéroooo fiesta! Tournai 1er NOV. achtli 20 22 SRE RE GA RA GE TAAT EVITRINE MômA LA GROTTE DEL'ESCAUT mufim"

    Puede ser una imagen de texto que dice "Durant plusieurs jours et dans différents lieux de Tournai, découvrez diverses propositions artistiques autour de la mort. Célébrez la vie en pensant a vos morts! Au centre du festival l'élaboration d'un autel des morts participatif dans la tradition mexicaine à l'église St Nicolas. Comment participer Mer. 26 Jeu. 27+ Vend. 28 OCT. 2022 àl'église Saint-Nicolas de 17Ha20H 20H On vous reçoit pour récolter ph de vos défunts, des bougi des fleurs, des crănes, des papel picado, des objets qu'ils ont aimé manger, boire, fumer, etc. pour les place sur l'autel ls puissent se servir tiendrons pour vous"

    Cet évènement aura lieu dans une église du XIIIème siècle, l'Eglise Saint-Jacques de Tournai, Belgique. Cette église est toujours en fonction pour la messe dominicale etc. Dans le cadre de la période qui précède la Toussaint, nous avions Halloween depuis plusieurs années malheureusement mais maintenant, voici qu'arrive le culte mexicain de la Santa Muerte. L'Eglise catholique condamne fermement ces pratiques, les qualifiant de "culte du diable". En 2009, elle a décrété que toute prière adressée à Santa Muerte était un pêché. Le gouvernement mexicain a refusé d'accorder au culte le statut de religion officielle, et les fidèles de Santa Muerte sont souvent assimilés à des hors-la-loi et trafiquants de drogue. Malgré cela, la dévotion populaire envers la sainte macabre ne cesse de croître.

    On pourrait espérer que l'évêque du lieu fasse preuve de plus de discernement avant d'autoriser la tenue de pareilles festivités dans une église.

  • Se poser la question de Dieu

    IMPRIMER

    De Christophe Geffroy, directeur du mensuel « La Nef » :

    « Sans doute pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une civilisation n’a officiellement aucun Dieu; ses instances autorisées agissent en toutes choses comme si Dieu n’existait pas. Cette civilisation, c’est la nôtre, l’Occident, jadis chrétien et aujourd’hui profondément déchristianisé en un temps record. Certes, chacun peut croire, pratiquer une religion, mais la foi est désormais une affaire privée censée ne pas empiéter dans la sphère publique.

    L’alternative est très simple : ou Dieu existe ou il n’existe pas, il n’y a pas de tierce position. Officiellement, en tant qu’institution étatique, nous avons donc fait un choix : il n’existe pas. Bien que nos régimes se veulent « neutres » (« laïques ») et pensent être parvenus à cette neutralité en protégeant la liberté de religion et de culte – dans la limite de l’ordre public –, ils sont, de fait, athées. Dans la situation historiquement inédite qui est la nôtre, peut-être est-ce là un moindre mal et finalement le seul équilibre viable qui maintienne encore une certaine paix civile.

    Le rejet de Dieu sans conséquence ? 

    Que les non-croyants, apparemment devenus majoritaires, se satisfassent de cet état ou même le défendent semble normal et naturel. En revanche, cela est plus surprenant de la part des croyants : n’est-il pas extraordinaire qu’ils ne s’interrogent jamais sur le rejet de Dieu au sein de nos sociétés surdéveloppées et de ses possibles conséquences ? Historiquement, n’y a-t-il donc aucun lien entre l’effacement de Dieu de la Cité et des consciences, d’une part, et le lent déclin d’une Europe apostate, d’autre part ? Est-ce simple hasard si, dans ce contexte, surgissent en Occident des idéologies matérialistes criminelles, à l’origine de deux atroces conflits mondiaux, véritable suicide collectif européen ? N’y a-t-il également aucun lien entre cet effacement de Dieu et l’exacerbation d’un hubris prométhéen qui revendique l’autonomie de l’homme, de sa volonté toute-puissante déliée de toute limite, morale notamment ?

    Dans notre postmodernité, nous bénéficions de conditions de vie et de santé jamais atteintes, et pourtant le mal-être n’a jamais été aussi répandu ; nombre de nos contemporains affirment être moins heureux que les générations précédentes. Cette crise n’est-elle pas la conséquence du vide intérieur qui nous anime, de l’absence de sens donné à nos vies ? Assurément, même si le sujet est tabou, la principale dimension de la crise que nous vivons est spirituelle et tient à l’ignorance de Dieu.

    L’affaiblissement du christianisme conduit à une incompréhension croissante de l’univers chrétien. La vision de la famille et des enfants, le concept de loi morale naturelle sont devenus inaudibles pour beaucoup, souvent plus par inculture que par hostilité. Lors d’un récent débat entre Fabrice Hadjadj et Antoine Bueno sur la limitation des naissances, ce dernier osait cet aveu révélateur : « Je ne comprends à peu près rien à la réponse de mon contradicteur. On ne parle pas la même langue » (1). Ces paroles sont terribles en ce qu’elles montrent combien les fractures s’aggravent au point même que l’on ne se comprend plus, si bien que disparaît peu à peu toute base minimum commune permettant la vie en société dans la paix et le respect de l’autre.

    Le triomphe du manichéisme

    Et ce facteur inquiétant est amplifié par l’extension de la pensée obligée qui ramène la complexité du monde à une vision manichéenne. Les sujets sur lesquels le débat devient impossible, pour lesquels existe une « vérité officielle », ne cessent de s’étendre : l’avortement, le genre, le Covid, le conflit russo-ukrainien… alimentant ainsi les fantasmes complotistes. Sur ces questions, les opposants à la doxa dominante ne sont pas traités comme de légitimes contradicteurs, ce qui devrait aller de soi en démocratie, mais comme des ennemis à éliminer : on ne discute pas avec de telles gens, on les discrédite, on les criminalise, on les exclut du périmètre de la respectabilité pour que, médiatiquement, ils n’existent plus.

    Je ne vois pas comment résorber les fractures évoquées plus haut, symptômes de la « décivilisation » et « barbarisation » de nos sociétés, sans parvenir à rechristianiser une partie des Français. Je suis intimement persuadé que c’est le rayonnement de toutes les âmes saintes qui recherchent Dieu sincèrement, les prières qui montent vers lui inlassablement qui empêchent le monde de se défaire complètement – d’où l’importance cruciale des ordres religieux contemplatifs.

    Dans la Bible, l’indifférence à l’égard de Dieu est fréquente ; et même lorsque Dieu s’est incarné en son Fils, combien l’ont écouté et ont cru en lui ? Dans l’Ancien Testament, le peuple élu a souvent renié Dieu, nous sommes analogiquement dans une situation comparable. Je ne dis pas que nos malheurs sont un châtiment divin, je dis que la rupture avec l’ordre surnaturel a brisé également l’harmonie de l’ordre naturel qui part ainsi à la dérive : les lois naturelles bafouées suffisent à nous faire perdre pied selon le cours normal des choses. Et dans la Bible, à chaque fois, le seul remède a été de revenir au Dieu de l’Alliance. Peut-être, nous chrétiens, devrions-nous prendre la Bible un peu plus au sérieux…

    Christophe Geffroy »

    Ref .Se poser la question de Dieu

    A propos de Christophe Geffroy

    Fondateur et directeur de La Nef, auteur notamment de Faut-il se libérer du libéralisme ? (avec Falk van Gaver, Pierre-Guillaume de Roux, 2015), Rome-Ecône : l’accord impossible ? (Artège, 2013), L’islam, un danger pour l’Europe ? (avec Annie Laurent, La Nef, 2009), Benoît XVI et la paix liturgique (Cerf, 2008).

  • L'Opus Dei annonce un congrès général extraordinaire pour modifier ses statuts

    IMPRIMER

    De Nicolás de Cárdenas sur Catholic News Agency :

    L'Opus Dei annonce un congrès général extraordinaire pour modifier ses statuts

    5 oct. 2022

    Le prélat de l'Opus Dei, Monseigneur Fernando Ocáriz, a annoncé dans une lettre du 5 octobre qu'il convoquera un congrès général extraordinaire au premier semestre 2023 pour adapter les statuts de la prélature aux instructions du motu proprio Ad charisma tuendum.

    Le chef de l'Opus Dei a fait cette annonce pour coïncider avec le 20e anniversaire de la canonisation du fondateur de l'Opus Dei, saint Josémaria Escriva.

    Ocáriz a expliqué dans la lettre que le dicastère pour le clergé a conseillé au conseil général et au conseil central de l'Opus Dei de ne pas se limiter dans ce processus "à considérer ce qui se réfère à la dépendance de la prélature vis-à-vis de ce dicastère".

    Ainsi, il a encouragé à proposer "d'autres possibles ajustements mineurs des statuts" à la lumière du motu proprio et à passer "sans hâte tout le temps nécessaire."

    Le 22 juillet, le Vatican a publié Ad charisma tuendum (Pour sauvegarder le charisme), dans lequel le pape François ordonne une réforme de l'Opus Dei.

    Parmi les dispositions du pape, le prélat qui dirigera désormais l'Opus Dei ne sera plus un évêque, l'institution devra adapter ses statuts et présenter un rapport annuel, et elle ne dépendra plus du dicastère des évêques mais du dicastère du clergé.

    M. Ocáriz a écrit que, puisque la réforme est une initiative du Saint-Siège, la convocation des congrès généraux prévus pour la modification des statuts n'est pas obligatoire.

    Toutefois, il a décidé de convoquer un congrès général extraordinaire "dans ce but précis et limité" qui aura lieu au cours du premier semestre 2023.

    Dans cet objectif, M. Ocáriz a annoncé que les directives relatives au versement des contributions seront envoyées aux participants au congrès suffisamment à l'avance pour qu'ils puissent les étudier.

    Le prélat a souligné qu'"il s'agit de se conformer à ce que le Saint-Siège a indiqué, et non de proposer un changement qui pourrait nous sembler intéressant."

    "Outre le désir d'être fidèle à l'héritage de notre fondateur, il est important de considérer le bien général que comporte la stabilité juridique des institutions", a-t-il ajouté.

    En ce qui concerne les autres suggestions qui peuvent être faites à la lumière du motu proprio "pour donner un nouvel élan au travail apostolique", M. Ocáriz a noté qu'elles seront demandées ultérieurement "lors de la convocation des futures semaines de travail", dont la date reste à fixer.

    Enfin, le prélat de l'Opus Dei a confié le processus à l'intercession de saint Josémaria Escriva et a encouragé à demander " au Seigneur de faire fructifier avec une force renouvelée dans la vie de chacun de nous - comme le pape François nous y a incités - le charisme que Dieu a confié à notre Père au service de l'Église ".

    Nicolás de Cárdenas est le correspondant d'ACI Prensa en Espagne depuis juillet 2022. Dans sa carrière de journaliste, il s'est spécialisé dans les sujets socio-religieux, et il a également travaillé pour des associations civiles locales et internationales.

  • Selon George Weigel : l'Eglise doit suivre Jean-Paul II et Benoît XVI pour interpréter Vatican II

    IMPRIMER

    De Joan Frawley Desmond sur le National Catholic Register :

    George Weigel : L'Eglise doit embrasser l'interprétation de Jean-Paul II et de Benoît XVI de Vatican II, ou faire face à l'insignifiance.
    Le Concile visait bien plus à "christifier" le monde qu'à changer l'Église."

    5 octobre 2022

    George Weigel était lycéen à Baltimore lors de la clôture du concile Vatican II. La vie de foi des catholiques des États-Unis a rapidement été bouleversée, car les pasteurs et les théologiens ont contesté les enseignements réels du Concile sur la réforme liturgique, la discipline de l'Église et la participation des laïcs. Aujourd'hui, alors que l'Église célèbre ce mois-ci le 60e anniversaire de l'ouverture du Concile et que le prochain synode de 2023 sur la synodalité ravive un débat souvent âpre et polarisé sur l'héritage des Pères du Concile, le biographe papal à succès propose sa propre évaluation : Pour sanctifier le monde : The Vital Legacy of Vatican II, publié le 4 octobre par Basic Books.

    Au cours d'un échange de courriels avec Joan Frawley Desmond, rédactrice en chef du Register, le 3 octobre, Weigel répond à des questions sur les principaux thèmes et arguments de son livre : Les raisons pour lesquelles le pape Jean XXIII a convoqué le Concile, la substance de ses enseignements fondamentaux, les raisons pour lesquelles les papes Jean Paul II et Benoît XVI ont fourni leurs propres "clés" d'interprétation, et les leçons douloureuses de l'ère postconciliaire tumultueuse qui s'appliquent encore aujourd'hui.

    Vous étiez au lycée lorsque le Concile Vatican II s'est achevé et qu'une période de bouleversements s'est ensuivie, de l'exode des femmes religieuses à l'abrutissement du DCC en passant par l'omniprésente "messe populaire". Soixante ans plus tard, il semble que nous ayons une meilleure compréhension, plus précise, de ses enseignements - ou bien est-ce le cas ?

    Le détachement de l'enseignement réel de Vatican II d'un "esprit de Vatican II" amorphe (qui, rétrospectivement, ressemble de plus en plus à l'esprit des années 60, et non au Saint-Esprit !) a été l'un des principaux obstacles à une réception et une mise en œuvre correctes de Vatican II. J'espère que nous en sommes maintenant au point où le Concile peut être "lu" correctement, à travers le prisme de ses deux textes les plus importants, la Constitution dogmatique sur la Révélation divine (Dei Verbum) et la Constitution dogmatique sur l'Église (Lumen Gentium). C'est ce que font les parties vivantes de l'Église mondiale.

    Pourquoi le pape Jean XXIII a-t-il demandé la tenue d'un nouveau concile œcuménique qui permettrait à l'Église d'approfondir la compréhension qu'elle a d'elle-même, tout en renforçant son engagement dans le monde moderne ? 

    L'intention de Jean XXIII en convoquant Vatican II était de raviver la foi christocentrique de l'Église afin de convertir le monde moderne. Il croyait (à juste titre) que cela ne pouvait se faire que par une nouvelle méthode d'engagement dans le monde moderne. Et cela signifiait trouver un langage d'évangélisation et de catéchèse que le monde moderne pouvait "entendre". Il savait que cela prendrait du temps, et la vérité est que nous sommes toujours aux prises avec cette problématique - même si le monde moderne est devenu de plus en plus incohérent et agressivement séculier. 

    En même temps, dans son discours d'ouverture du Concile, le Pape a insisté pour que la foi catholique soit proclamée dans son intégralité - d'une manière, comme je l'ai dit, à laquelle le monde moderne puisse s'engager. Le Concile visait donc bien plus à "christifier" le monde qu'à changer l'Église.  

    Lire la suite

  • INDE, Karnataka : la loi empêchant la libre conversion religieuse est "contraire à la Constitution et à la dignité humaine"

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - La loi empêchant la libre conversion religieuse au Karnataka est "contraire à la Constitution et à la dignité humaine"

    5 octobre 2022

    Bangalore (Agence Fides) - Le récent projet de loi qui vise à réglementer les conversions religieuses dans l'État indien du Karnataka - un État du sud-ouest de l'Inde comptant plus de 64 millions d'habitants - est contraire à la Constitution, viole la dignité humaine, la liberté de conscience et la liberté religieuse : c'est ce que déclare à l'Agence Fides le Père Irudhaya Jothi, un jésuite engagé dans les œuvres et les services sociaux de l'État.

    La législation que la Chambre haute de l'État du Karnataka (le "Conseil législatif du Karnataka", dans le système bicaméral) a finalement adoptée - après approbation par la Chambre basse en décembre 2021 - "est une loi draconienne est injustifiée", observe le religieux. "Son objectif est d'effrayer les chrétiens et les membres d'autres communautés, afin de renforcer le soutien aux partis nationalistes hindous", affirme-t-il. Les clauses actuelles du projet de loi", rapporte le jésuite, "peuvent être utilisées à mauvais escient pour décourager les communautés pauvres et opprimées, en particulier les Dalit (groupes intouchables et marginalisés) et les communautés tribales, d'accéder à l'éducation, à l'emploi et aux programmes de protection sociale".

    M. Zacharias, ancien secrétaire du Bureau pour les Dalits de la Conférence épiscopale indienne (CBCI) est d'accord : " La Constitution de l'Inde, rappelle-t-il à Fides, consacre le droit fondamental d'une personne à professer, pratiquer et propager toute religion choisie en conscience ". La promulgation de la loi anti-conversion est contraire à la Constitution indienne et doit être contestée devant une cour de justice".

    "La procédure de conversion d'une foi à une autre, note-t-il, est si lourde et bureaucratique qu'il est presque impossible de finaliser une conversion religieuse. En particulier, tous les Dalits qui souhaitent se convertir au christianisme seront gênés, note-t-il, "uniquement pour des raisons politiques"

    Le "projet de loi sur le droit à la liberté de religion au Karnataka" a été adopté par la Chambre basse du Karnataka le 23 décembre 2021, mais n'a ensuite pas été présenté à la Chambre haute car le "Bharatiya Janata Party" (BJP), la formation nationaliste hindoue qui en était le promoteur, n'avait pas la majorité dans cette chambre à l'époque. En 2022, grâce à des séances de vote administratif, le BJP a également obtenu la majorité à la Chambre haute, avec 41 membres sur 75. Le 15 septembre, le projet de loi a été introduit par le BJP et adopté.

    "La Cour suprême a dit que la liberté de religion n'autorise pas les conversions forcées. La liberté de se convertir existe, mais pas sous la contrainte et l'incitation", a déclaré Araga Jnanendra, ministre de l'Intérieur de Karantaka, en présentant le projet de loi le 15 septembre et en justifiant la législation

    "La conversion religieuse doit être réglementée : telle est l'intention du projet de loi. Nous ne voulons pas priver qui que ce soit d'un droit, ni violer l'article 25 de la Constitution [qui garantit le droit de pratiquer et de propager une religion, ndlr]", a déclaré le Premier ministre du Karnataka, Basavaraj Bommai, expliquant l'objectif de la lo: "Nous voulons maintenir l'ordre public et prévenir les conflits religieux".

    L'écrivain et journaliste catholique John Dayal a commenté à Fides : "Ce n'est pas la façon de prévenir les conflits. En fait, la loi viole l'État de droit et la liberté de religion. Rappelons que l'Inde est une république démocratique qui a toujours sanctionné et protégé les droits fondamentaux de la personne, y compris la liberté de professer, de pratiquer et de propager sa religion".

    Selon le projet de loi, "nul ne peut convertir ou tenter de convertir, directement ou indirectement, une autre personne d'une religion à une autre par de fausses déclarations, la force, une influence indue, la coercition, l'incitation ou tout autre moyen frauduleux, ni par le mariage ; nul ne peut encourager ou organiser la conversion religieuse d'autres personnes".

    En cas de violation, une peine de prison de trois à cinq ans et une amende de 25 000 roupies indiennes (307 USD) sont prévues, tandis que la peine de prison s'élève à 10 ans et l'amende à 50 000 roupies (614 USD) pour ceux qui convertissent des mineurs, des femmes et des personnes issues des communautés "Scheduled Castes et Scheduled Tribes", considérées comme des groupes marginalisés et vulnérables

    Selon la procédure envisagée, si une personne a l'intention de changer de foi, le ministre du culte doit en informer le magistrat, qui l'annoncera publiquement sur un panneau d'affichage, en attendant les éventuelles objections qui, le cas échéant, seront examinées et étudiées. Par la suite, si aucune question n'a été soulevée, la personne concernée sera convoquée par le magistrat pour vérifier son identité et confirmer le contenu de la déclaration. En outre, une "plainte pour conversion forcée" peut être déposée au tribunal par les membres de la famille, les proches ou les amis d'une personne qui prétend avoir changé de croyance.

    La pratique consistant à proposer des règlements dans les différents États indiens afin de réglementer ou de limiter la conversion religieuse a été mise en place depuis quelques années dans la Fédération indienne, par le parti nationaliste Bharatiya Janata Party. Plusieurs États du nord, de l'ouest et de l'est de l'Inde, comme l'Uttar Pradesh, l'Himachal Pradesh, le Gujarat, le Chhattisgarh, l'Odisha, le Madhya Pradesh, l'Arunachal Pradesh, l'Uttarakhand et le Jharkhand, ont adopté des lois restreignant les conversions religieuses. Le Karnataka, dans le sud de l'Inde, est le dernier à avoir promulgué une telle loi. Les chrétiens indiens se sont toujours opposés à de telles mesures et, dans certains cas, ont déposé des recours judiciaires.

    (PA-SD) (Agence Fides 5/10/2022)

     
  • Afrique : un conflit majeur passé sous silence

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/ETHIOPIE - La guerre mondiale de l'Afrique dans un black-out médiatique total

    4 octobre 2022

    Addis Abeba (Agence Fides) - L'Éthiopie est en train de devenir la guerre mondiale de l'Afrique, avec des dizaines de milliers de morts au cours des derniers mois, potentiellement non signalés, alors que les rebelles du Tigré combattent une coalition d'armées et de milices dans un black-out médiatique total. Aucun rapport sur le conflit après que le gouvernement éthiopien a coupé les lignes téléphoniques et Internet dans la région du Tigré et a presque complètement bloqué l'accès aux médias pour cacher l'étendue des combats. La plupart des communications avec le monde extérieur doivent désormais se faire par téléphone satellite.

    La violence est d'une ampleur sans précédent, même après deux ans de combats. Alors que le conflit s'intensifie dans la région nord du pays, les experts le décrivent comme la "guerre la plus meurtrière du monde".

    "C'est la nouvelle Grande Guerre de l'Afrique", a déclaré Cameron Hudson, analyste et ancien responsable des affaires africaines pour le Conseil national de sécurité des États-Unis. "Après les événements survenus au Congo il y a 25 ans, où pas moins de six pays africains ont engagé des troupes dans un combat qui a fini par tuer plus de cinq millions de personnes, l'Éthiopie est en passe de devenir la prochaine guerre mondiale de l'Afrique", ajoute l'analyste.

    La dernière offensive de masse s'inscrit dans le cadre d'une guerre civile sanglante qui a éclaté dans la partie nord de la deuxième nation la plus peuplée d'Afrique à la fin de 2020, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a attaqué un gouvernement local dissident dans la région du Tigré (voir Fides 6/11/2020). Les forces fédérales, les milices ethniques et les soldats érythréens ont uni leurs forces pour combattre les rebelles qui semblaient initialement avoir été anéantis. Au milieu de l'année 2021, les guérilleros ont repris de grandes parties de la région lors d'une contre-offensive extraordinaire. Les forces érythréennes se sont retirées l'année dernière et les forces tigrinya ont poussé vers la capitale éthiopienne. Pendant un moment, on a cru qu'Addis-Abeba allait tomber. Cependant, un afflux de drones en provenance de Turquie et des Émirats arabes unis a fait reculer les rebelles. Selon des sources militaires, un cessez-le-feu de plusieurs mois a offert un répit aux millions de personnes en grande détresse et le conflit a disparu de l'agenda mondial. Mais aujourd'hui, la guerre à grande échelle déchire à nouveau la région. Selon les experts, ce conflit massif implique de nombreux acteurs de toute la région dans une situation explosive qui pourrait enflammer la Corne de l'Afrique. "Il est confirmé que des forces, volontaires ou non, combattent dans ce conflit à partir des États voisins que sont l'Érythrée, la Somalie et le Soudan, et il y a maintenant des indications croissantes que des forces du Tchad, du Niger et de la Libye pourraient également jouer un rôle", a déclaré M. Hudson.

    (4/10/2022 Agence Fides)

  • Un Islam européen ?

    IMPRIMER

    D'Annie LAURENT, déléguée générale de CLARIFIER, sur la Petite Feuille Verte (n°93) :

    L’islam peut-il être européen ?

    4 octobre 2022

    La présence croissante de populations musulmanes en Europe est une réalité objective. Faut-il pour autant en tirer la conclusion que, nonobstant son origine orientale, l’islam s’est européanisé moins d’un siècle après son avènement, comme l’idée tend à se répandre dans certains milieux intellectuels et politiques, où l’on va parfois jusqu’à voir en lui un élément constitutif de la civilisation du Vieux Continent ? En voici deux exemples significatifs, même si la notoriété et l’importance des personnes citées sont bien évidemment très différentes.

    Dans un article publié sur Facebook, Samuel Touron, étudiant à Sciences Po Toulouse et président de l’association Jeunes Européens, écrivait après avoir rappelé que l’islam s’est implanté en Europe dès 711 : « L’islam n’est-il pas une religion bien plus européenne qu’on ne le pense ? […] Contrairement à une idée reçue, l’Europe n’est pas un continent aux racines uniquement chrétiennes, n’en déplaise à ceux qui, lors des débats autour d’une Constitution pour l’Europe, souhaitaient voir inscrite l’adhésion aux valeurs chrétiennes comme facteur nécessaire pour intégrer l’Union » (19 mai 2021).

    Lors de l’accession de Charles III au trône britannique, le site musulman oumma.com a cité un extrait du discours qu’il avait prononcé le 27 octobre 1993 (en sa qualité de prince héritier) dans l’enceinte du Centre d’Oxford pour les Études islamiques dont il était le mécène. « L’islam fait partie de notre passé et de notre présent, et ce dans tous les domaines de l’activité humaine. Il a contribué à la création de l’Europe moderne : il fait partie de notre propre héritage et n’est pas un élément étranger […]. Au-delà, l’islam peut nous enseigner aujourd’hui une façon de comprendre le monde, et d’y vivre, que le christianisme a malheureusement perdu. L’islam […] refuse de séparer l’Homme et la nature, la religion et la science, l’esprit et la matière : il a su préserver une vision métaphysique, unifiée, de nous-mêmes et du monde qui nous entoure » (9 septembre 2022).

    Tous deux omettent de mentionner que l’irruption musulmane en Europe dans le passé ne relevait pas d’un projet religieux assimilable par la doctrine chrétienne qu’il serait venu améliorer. De fait, le christianisme n’a rien emprunté à l’islam.

    Après l’évangélisation initiale qui suivit la Pentecôte, l’élaboration des dogmes chrétiens « fut l’œuvre de la série des grands conciles œcuméniques, et c’est à la philosophie grecque que les Pères de l’Église ont emprunté de l’outillage conceptuel », rappelle Rémi Brague (Cf. Au moyen du Moyen Âge. Philosophies médiévales en chrétienté, judaïsme et islam, éd. Flammarion, 2008, p. 21).

    Cela n’empêche pas de reconnaître tout ce que l’Europe doit aux transferts de textes savants ayant transité par l’Orient arabisé et islamisé, assure cet auteur, tout en soulignant le rôle primordial – trop oublié – des chrétiens de Bagdad au IXème siècle dans la traduction de la science et de la philosophie grecques.

    Et Brague regrette la surdétermination idéologique qui s’est emparée du sujet (Id.). « Il y a toujours plusieurs mythes orientalistes sur le marché, selon les époques. On a eu parfois tendance à minorer le rôle des Arabes, ce qui était très injuste. Aujourd’hui, le balancier est reparti dans l’autre sens et certains – non pas des savants, bien sûr, mais des hommes des médias et des politiciens – voudraient nous faire croire que l’Europe doit tout à l’Islam » (Où va l’histoire ? Entretiens avec Giulio Brotti, Salvator, 2015, p. 92-93).

    Lire la suite

  • Nier la différence des sexes et des genres?

    IMPRIMER

    Du Père Charles Delhez S.J. sur le site de la Libre :

    Doit-on nier la différence des sexes et des genres?

    Dans notre civilisation moderne, les humains intensifient leur désir de toute-puissance jusqu’à dépasser des limites. Comme nier la différence des sexes et des genres.

    Les frontières de notre vie sont sans cesse à franchir pour élargir notre horizon. Mais n’y a-t-il pas des limites à respecter ? Or le rêve des humains a toujours été de les transgresser. Dans toutes les cultures, des mythes traduisent ce désir de toute-puissance, source de malheur. Adam et Ève, dans la Bible, veulent devenir comme des dieux et de même, chez les Grecs, Prométhée.

    La difficulté est de bien distinguer les frontières et les limites. Notre civilisation moderne mondialisée peine à cet exercice, et ce pourrait être sa perte. L’illustration la plus facile est celle de notre consommation. Durant l’été, nous avons franchi la date où notre Terre commence, cette année, à vivre à crédit. Le 28 juillet était le jour du dépassement global et, en Belgique, c’était déjà le 26 mars. Il nous faut actuellement, au niveau mondial, 1,45 planète pour assurer notre mode de vie. Nous avons dépassé les limites.

    Au niveau technoscientifique, nous connaissons la même tentation. Tout ce qu'il est techniquement possible doit-il être fait ? Les Grecs parlaient de l'hybris, cette démesure qui s'enracine dans l'orgueil. C'est contre elle que les sagesses antiques et les prophètes d'aujourd'hui nous mettent en garde. On n'arrête sans doute pas le progrès, mais encore faut-il l'orienter.

    La beauté de la différence

    Une autre limite est celle de la différence des sexes et des genres. Désormais, dans certains documents officiels et même scientifiques, on ne peut plus se limiter à cocher la rubrique Monsieur ou Madame, à cause de l'évolution des idées sur l'identité de genre. Il faut en effet prendre en considération le changement possible de genre ou le refus de toute référence à l'un d'eux. Nos corps sont génétiquement déterminés, avec, pour l'immense majorité d'entre nous, une sexuation claire et nette d'un des chromosomes. La sexualité fut un pas en avant dans l'évolution. La vie ne progressait plus par scissiparité, mais par rencontre, par conjugaison des différences biologiques. Ni le genre féminin ni le genre masculin n'épuisent à eux seuls la condition humaine. Ils sont différents : ce sont des données parfaitement objectivables qu'il nous faut apprendre à habiter. Cette limite borne notre désir de toute-puissance. Avons-nous le droit de nous autodéterminer comme si n'existait pas notre réalité de base, notre corps, avec ses prolongements dans notre caractère et en partie dans notre vécu de genre ? Va-t-on aller jusqu'à rayer le genre du Code civil, comme le suggère une petite minorité ? Aymeric de Lamotte (LLB, Débats, 24 mai 22) note qu'il s'agirait d'un changement inédit dans l'histoire de l'humanité civilisée.

    "Mais où allons-nous ?" se demandaient les signataires de la page Débats de La Libre du 7 juillet. Je partage leur inquiétude. Le rôle de toute culture est de donner des repères, d'indiquer les limites constitutives de la condition humaine. Que le sexe ne soit plus un marqueur important de notre identité ne risque-t-il pas de déstructurer, à terme, nos relations sociétales ? Mon propos est ici au niveau anthropologique et non individuel. Je m'abstiendrai donc de tout jugement. Ces minorités - transgenres, binaires, méta-binaires - auront toujours droit à un accueil respectueux. Nous ne savons pas en effet les combats intimes que chacun mène pour se sentir lui-même et heureux.

    L’ultime limite

    Nous avons aussi aujourd’hui de la peine avec cette limite ultime qui symbolise toutes les autres : notre mort. Ce que l’on appelle le transhumanisme véhicule cet espoir fou de la reporter et même d’en être quitte. Or, la mort est, elle aussi, constitutive de notre humanité - à la différence de celle des dieux dans toutes les mythologies. Ne permet-elle pas de faire de notre existence un chef-d’œuvre, qui comme toute œuvre d’art, doit être clôturé ? Un sonnet ne comporte que 14 vers ! La beauté de la mort est notamment de permettre le don de notre vie pour une cause qui nous dépasse, pour une personne que l’on aime. Notre existence biologique n’est pas un absolu. Ajoutons de la vie à nos années plutôt que des années à notre vie !

  • Affaire Mortier : que dit la Cour européenne des droits de l'homme de la loi belge sur l’euthanasie ?

    IMPRIMER

    De L. Vanbellingen sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Analyse - Affaire Mortier : que dit la Cour européenne des droits de l'homme de la loi belge sur l’euthanasie ?

    04/10/2022

    Dans un arrêt rendu ce mardi, la Cour européenne des droits de l’homme considère que la Belgique a violé le droit à la vie d’une patiente euthanasiée pour cause de dépression en 2012.

    Cette affaire Mortier c. Belgique – du nom du requérant, fils de la personne euthanasiée – constituait la première affaire dans laquelle la Cour européenne des droits de l’homme était amenée à apprécier la compatibilité d’une euthanasie déjà pratiquée avec la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Tom Mortier invoquait la violation du droit à la vie de sa mère, protégé par l’article 2 de la Convention, et du droit au respect de sa vie privée et familiale, protégé par l’article 8 de la Convention.

    Tout en considérant que les conditions prévues par la loi belge sur l’euthanasie ne sont pas contraires à la Convention, la Cour estime néanmoins que, s’agissant de l’euthanasie de la mère du requérant, le contrôle a posteriori était inopérant. De ce fait, les juges concluent à l’unanimité à la violation du droit à la vie par la Belgique, dans la mesure où les autorités n’ont pas pris les mesures positives qui s’imposaient pour protéger ce droit.

    La CEDH ne confère pas de droit à l’euthanasie, mais permet celle-ci sous conditions

    La Cour rappelle sa jurisprudence antérieure, en vertu de laquelle il n’existe pas de droit à mourir avec l’assistance d’un tiers ou de l’État (§ 119, voy. les arrêts Pretty c. Royaume-Uni et Lings. c. Danemark) au sens de la Convention. Réciproquement, aux yeux des juges majoritaires, le droit à la vie tel que consacré par la Convention n’interdit pas en soi la pratique de l’euthanasie (§ 138).

    Le juge Serghides, dans son opinion partiellement dissidente, se démarque de cette interprétation évolutive et considère que « si les rédacteurs de la Convention avaient voulu faire figurer l’euthanasie dans la liste des exceptions au droit à la vie, ils l’auraient incluse » dans la Convention, ce qui n’est pas le cas.

    En l’espèce, la Cour considère que la pratique de l’euthanasie telle que dépénalisée par la Belgique peut être considérée comme compatible avec la Convention, sous réserve du respect de trois conditions, à vérifier dans chaque cas (§ 141) :

     « l’existence dans le droit et la pratique internes d’un cadre législatif relatif aux actes préalables à l’euthanasie conforme aux exigences de l’article 2 de la Convention »

     « le respect du cadre législatif établi dans le cas d’espèce »

     « l’existence d’un contrôle a posteriori offrant toutes les garanties requises par l’article 2 de la Convention »

    Le cadre législatif belge est jugé conforme à la CEDH, y compris pour l’euthanasie en cas de dépression

    En premier lieu, selon les juges majoritaires, les conditions mentionnées dans la loi belge s’avèrent compatibles avec le droit à la vie. La Cour tient également compte des exigences supplémentaires prévues lorsqu’un patient demande l’euthanasie pour cause de souffrance psychique et non physique, alors que sa mort n’est pas attendue à brève échéance (§ 148-153). La Cour cite notamment le délai d’un mois requis entre la demande formelle d’euthanasie et l’acte d’euthanasie, ainsi que l’exigence relative à la consultation d’un médecin supplémentaire, indépendant tant à l’égard du patient qu’à l’égard du médecin traitant, et qui doit être compétent quant à la pathologie concernée (§ 151).

    Lire la suite

  • Saint Bruno (6 octobre)

    IMPRIMER

    girolamo_marchesi_saint_bru.png

    De Benoît XVI (6 octobre 2006) :

    La mission de saint Bruno, le saint du jour, apparaît avec clarté, elle est - pouvons-nous dire - interprétée dans la prière de ce jour qui, même si elle est assez différente dans le texte italien, nous rappelle que sa mission fut faite de silence et de contemplation. Mais silence et contemplation ont un but:  ils servent à conserver, dans la dispersion de la vie quotidienne, une union permanente avec Dieu. Tel est le but:  que dans notre âme soit toujours présente l'union avec Dieu et qu'elle transforme tout notre être.

    Silence et contemplation - une caractéristique de saint Bruno - servent à pouvoir trouver dans la dispersion de chaque jour cette union profonde, continuelle, avec Dieu. Silence et contemplation:  la belle vocation du théologien est de parler. Telle est sa mission:  dans la logorée de notre époque, et d'autres époques, dans l'inflation des paroles, rendre présentes les paroles essentielles. Dans les paroles, rendre présente la Parole, la Parole qui vient de Dieu, la Parole qui est Dieu.

    Sur le site de la Famille monastique de Bethléem :

    Qui est Bruno ?

    Bruno est né à Cologne vers 1035.

    REIMS

    Dès ses jeunes années, il quitte la Germanie pour entreprendre des études à l’école cathédrale de Reims, la plus réputée à son époque en Europe.
    Vers l’âge de vingt ans, il devient membre du chapitre des chanoines séculiers qui suivent la règle de saint Augustin en étant rattachés à la cathédrale de Reims. De l’initiateur de la vie canoniale qu’est Augustin, le chanoine Bruno reçoit non seulement la pensée mais aussi sa sagesse de vie tout évangélique, ecclésiale, théologique, liturgique, fraternelle, qu’il a instaurée et léguée comme charisme à l’Église.
    A cette même période, Bruno est maître en théologie et lui, l’humble chanoine, dirige l’école cathédrale de Reims où il exerce une grande influence et dont il devient l’écolâtre renommé. Homme de Lumière il sait puiser dans les sources variées de la Tradition vivante de l’Église. Chercheur de la Vérité, qu’il transmet dans son enseignement pendant de longues années, Bruno ne s’arrête pas dans sa course vers la Lumière. Il est l’homme selon Dieu, parce qu’il est par-dessus les choses du monde, attaché à Celui qui a fait le monde. Ce n’était pas seulement son érudition, la profondeur de sa science, la sûreté de sa pensée, qui attiraient la jeunesse de l’école de Reims vers Bruno. C’était son rayonnement spirituel. Unifié en son intelligence et en son cœur, Bruno a cette science qui se tourne à aimer. Toute cette science, ce succès, cette gloire, s’allient en Bruno avec une grande bonté dont il rayonne, si bien que « Bonus » deviendra, après sa mort, son surnom. Sa riche personnalité pourrait se résumer dans ce témoignage du légat Hugues de Die :Maître Bruno est maître en tout ce qui honore l’homme dans l’homme.

    Voici qu’un jour il se trouve dans un jardin avec deux amis, Raoul le Verd et Foulcoie le Borgne. Bruno reçoit la grâce de brûler d’Amour divin d’une manière nouvelle. A la fin de sa vie, il rappelle à son ami Raoul cette rencontre : « Tu te souviens du jour où nous étions tous les deux dans le jardin d’Adam, avec un troisième ami, Foulcoie. Notre conversation avait évoqué les plaisirs de la vie qui trompent l’homme, les richesses de ce monde qui sont périssables, et enfin, la joie de la gloire de Dieu qui n’a pas de fin. Soudain, tu te souviens ? Brûlants d’Amour divin, nous avons promis, nous avons fait vœu, nous avons décidé de quitter prochainement les ombres fugitives du monde, afin de nous mettre en quête des biens éternels en recevant l’habit monastique. »

    Lire la suite

  • Saint Bruno, fondateur des chartreux

    IMPRIMER

    SAINT BRUNO - Fondateur de l'Ordre des Chartreux - (1035-1101)

            « À la louange de la gloire de Dieu, Le Christ, Verbe du Père, depuis toujours a choisi par l'Esprit Saint des hommes pour les mener en solitude et se les unir dans un amour intime. Répondant à cet appel, maître Bruno, l'an du Seigneur 1084, entra avec six compagnons au désert de Chartreuse et s'y établit. » Statuts I.1 de l'ordre des Chartreux.

             Né à Cologne vers 1030 Bruno vient de bonne heure étudier à l'école cathédrale de Reims. Promu docteur, Chanoine du Chapitre cathédral, il est nommé en 1056 écolâtre, c'est-à-dire Recteur de l'Université. Il fut un des maîtres les plus remarquables de son temps : « ...un homme prudent, à la parole profonde. »

             Il se trouve de moins en moins à l'aise dans une cité où les motifs de scandale ne font pas défaut du côté du haut clergé et de l'Évêque lui-même. Après avoir lutté, non sans succès, contre ces désordres, Bruno ressent le désir d'une vie plus totalement donnée à Dieu seul.

    Lire la suite