Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Art - Page 7

  • Custodi me (graduel grégorien pour le 15ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Graduale Graduel
    Ps. 16, 8 et 2 Ps. 16,8 et 2
    ℟. Custódi me, Dómine, ut pupíllam óculi: sub umbra alárum tuárum prótege me. ℣. De vultu tuo iudícium meum pródeat: óculi tui vídeant aequitátem. ℟. Défends-moi, Seigneur, comme la prunelle de l'oeil, protège-moi à l'ombre de Tes ailes. ℣. Que mon jugement procède de Ta face ; que Tes yeux voient l'équité.
  • "Suscepimus, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui" (Introït du 14e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 47, 10-11  
    SUSCÉPIMUS, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui: secúndum nomen tuum, Deus, ita et laus tua in fines terrae: iustítia plena est déxtera tua. Ps. ibid., 2 Magnus Dóminus, et laudábilis nimis: in civitáte Dei nostri, in monte sancto eius. ℣. Glória Patri. Nous avons reçu, ô Dieu, Ta miséricorde au milieu de Ton temple : comme Ton nom, ô Dieu, Ta louange s’étend jusqu’aux extrémités de la terre, Ta droite est pleine de justice. Ps. Le Seigneur est grand et très digne de louange : dans la cité de notre Dieu, sur Sa sainte montagne.
  • "Sound of Freedom" : un film qui rivalise avec le dernier Indiana Jones et dont les médias ne parlent pas

    IMPRIMER

    Du site "pour une école libre au Québec" :

    Sound of Freedom le film qui rivalise avec le dernier Indiana Jones et dont les médias ne parlent pas

    Un film avec Jim Caviezel sur le trafic d’enfants, Sound of freedom, s’est hissé en haut du palmarès des sorties cinématographique, dépassant, le 4 juillet 2023, le dernier opus d’Indiana Jones.

    Disney a possédé les droits de ce film pendant quatre ans et n’en a rien fait. C’est finalement les studios Angel Studio, qui produit également The Chosen (L’Élu ou Les Élus) qui a décidé de le produire. Le film a engrangé 14 millions de dollars de recette en une journée, il est devenu numéro un du box-office américain, dépassant ainsi la nouvelle aventure d’Harrison Ford qui n’a remporté que 11 millions de dollars le même jour.

     
    Sound of freedom dépeint l’histoire vraie de Tim Ballard, joué par Jim Caviezel. Père de six enfants et agent fédéral, il a arrêté plus de 280 pédophiles. Persuadé que « les enfants de Dieu ne sont pas à vendre » et il va tout faire pour sauver une petite fille victime d’un trafic d’enfants.

    Le film sortira au Québec dans les cinémas Guzzo le 14 juillet, uniquement en version anglaise, pendant une semaine.

    La date de sortie du film en France n’est malheureusement pas encore connue. 

    « Grâce aux fans de tout le pays, Sound Of Freedom a remporté la première place en tant que film numéro un américain le jour de l’indépendance. Nous avons reçu de nombreux messages nous informant que les cinémas sont pleins à craquer ou affichent complet. Ce film a maintenant pris vie de lui-même pour devenir quelque chose de plus que cela, un mouvement populaire », a partagé Neal Harmon, PDG d’Angel Studios. Un succès étonnant quand on sait que le film est distribué de manière indépendante !

     
     
       
     
  • Il y a quatre siècles : la mort de William Byrd, "papiste obstiné"

    IMPRIMER

    De Massimo Scapin sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    William Byrd, musicien polyvalent et "papiste obstiné".

    4 juillet 2023

    Le 4 juillet, il y a quatre siècles, mourait le compositeur anglais William Byrd, "papiste obstiné" sous le règne d'Élisabeth I. Son corpus compositionnel, qui comprend également des œuvres de musique sacrée, est vaste. Son corpus compositionnel, qui comprend également des œuvres de musique sacrée, est vaste.

    Il y a quatre siècles, le 4 juillet 1623, mourait à Stondon Massey, en Angleterre, le plus grand des polyphonistes anglais, "papiste obstiné" sous le règne d'Élisabeth Ire (excommunié et déposé par le pape saint Pie V en 1570) : William Byrd.

    Il est émouvant de lire son testament, dans lequel on retrouve sa foi catholique inébranlable, ce qui n'est pas courant pour un musicien anglais qui a vécu de près les blessures infligées au corps du Christ au XVIe siècle : "Moi, William Byrd de Stondon Place dans la paroisse de Stondon dans le comté d'Essex, un gentleman, maintenant dans la 80e année de mon âge, mais par la bonté de Dieu en bonne santé et avec une mémoire parfaite, je fais et j'ordonne ceci pour mon testament : Premièrement : je donne et lègue mon âme au Dieu tout-puissant, mon créateur, mon rédempteur et mon conservateur, demandant humblement sa grâce et sa miséricorde pour le pardon de tous mes péchés et de toutes mes offenses, passés, présents et futurs. Cependant, je peux vivre et mourir comme un membre vrai et parfait de sa sainte Église catholique, sans laquelle je crois qu'il n'y a pas de salut pour moi [...]" (B. C. L. KEELAN, The Catholic Bedside Book, New York 1953, p. 421. Notre traduction).

    Né dans le Lincolnshire vers 1540, il fut l'élève et l'ami de l'organiste et compositeur anglais Thomas Tallis († 1585), organiste à la cathédrale de Lincoln (1563) et cantor de la chapelle royale (1570). À partir de 1593, il alla vivre comme gentilhomme campagnard dans un village de l'est de l'Angleterre. Les différences religieuses qui le séparaient de ses contemporains passés à l'anglicanisme ne l'excluaient pas de leur estime, de l'appréciation de ses collègues et de la vénération de ses élèves. L'un de ces derniers, le compositeur anglais polyvalent Thomas Morley († 1603), l'appelle "mon maître bien-aimé, dont aucun musicien ne peut se souvenir du nom sans un profond respect" (T. Morley, A plaine and easie introduction to practicall musicke, Londres 1597, p. 115).

    Son vaste corpus compositionnel, caractérisé par la polyvalence, la fécondité, le sentiment et l'excellence technique, comprend de la musique vocale catholique sacrée, de la musique vocale anglaise sacrée et profane et de la musique instrumentale (notamment pour virginal, un petit clavecin très populaire dans l'Angleterre élisabéthaine).

    Arrêtons-nous brièvement sur les trois messes composées par Byrd, pour 4 voix SATB (soprano, alto, ténor, basse), 3 voix STB et 5 voix SATTB, et publiées respectivement en 1592-93, 1593-94 et 1594-95 (P. CLULOW, Publication Dates for Byrd's Latin Masses, in Music and Letters 47, Oxford University Press 1966, pp. 1-9). Il s'agit d'une musique écrite pour un contexte intime et secret, pour des maisons de campagne, destinée à être interprétée par un petit chœur d'amateurs compétents et écoutée par une petite assemblée, tous prêts à prendre le risque de participer à ces liturgies illégales, punies dans de nombreux cas par l'emprisonnement à vie, voire par l'exécution.

    William Weston († 1615), missionnaire jésuite, décrit un rassemblement daté du 15 au 23 juillet 1586 : "Arrivés à la maison de ce gentleman, nous avons été reçus, comme je l'ai déjà dit, avec toute l'attention que la gentillesse et la courtoisie pouvaient suggérer [...]. Il possédait une chapelle, utilisée pour la célébration des offices de l'Eglise. Il possédait un orgue et d'autres instruments de musique, ainsi que des choristes, hommes et femmes, membres de sa famille. À l'époque, c'était comme si nous célébrions une octave ininterrompue d'une grande fête. M. Byrd, le très célèbre musicien et organiste anglais, faisait partie de la compagnie" (W. WESTON, The autobiography of an Elizabethan, Londres 1955, pp. 70-71, 76-77. Notre traduction).

    Dans les messes, Byrd a un style concis et très personnel par rapport à ses quatre illustres contemporains, le Romain Giovanni Pierluigi da Palestrina († 1594), le Flamand Orlando di Lasso († 1594) et l'Espagnol Tomás Luis de Victoria († 1611). La technique varie : le Kyrie de la messe à 4 voix est riche en imitations, celui de la messe à 3 voix s'articule à travers une litanie ostinato. Les mélodies sont toutes originales, presque audacieuses : elles ne sont jamais basées sur le chant grégorien ou sur des motets connus, comme c'est souvent le cas, notamment dans les messes parodiques de Palestrina. Un autre aspect original des messes de Byrd est la structure des longs mouvements du Gloria et du Credo : le premier comporte une subdivision aux mots Domine filii, avant l'habituel Qui tollis ; le second comporte deux subdivisions, aux mots Qui propter, au lieu de l'habituel Crucifixus, et Et in Spiritum Sanctum.

    Peut-être la musique sacrée de Byrd ne nous enchante-t-elle pas et ne nous fait-elle pas sentir, comme celle de cet homme d'Église, de ce parfait interprète de la liturgie que fut Palestrina, la douceur inexprimable du bonheur du ciel, de la béatitude de Dieu. Mais il est certain que l'art sacré de Byrd est modelé sur la vie des mots qu'il met en musique. Dans la dédicace par laquelle Byrd offre à Lord Northampton son premier livre de Gradualia (1605), il déclare "avoir découvert par expérience un certain pouvoir caché dans les pensées qui se cachent sous les mots ; de sorte que, en méditant sur les mots sacrés et en les considérant constamment et sérieusement, les notes appropriées s'offrent spontanément d'une manière inexplicable".

  • Omnes gentes plaudite manibus (Introït du 13e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 46, 2  
    OMNES gentes, pláudite mánibus: iubiláte Deo in voce exsultatiónis. Ps. ibid., 3 Quóniam Dóminus excélsus, terríbilis: Rex magnus super omnem terram. ℣. Glória Patri. Nations, battez toutes des mains ; célébrez Dieu par des cris d’allégresse. Ps. Car le Seigneur est très haut et terrible, roi suprême sur toute la terre. ℣. Gloire au Père.
  • Notre-Dame de Paris : un nouveau mobilier liturgique qui ne fait pas l'unanimité

    IMPRIMER

    De Cécile Mérieux sur le site du journal La Croix :

    Notre-Dame de Paris : le nouveau mobilier liturgique ne fait pas l’unanimité

    Le projet d’aménagement intérieur de la cathédrale ne fait pas l’unanimité. Dévoilé vendredi 23 juin, les avis sont partagés sur le choix du diocèse de Paris et de son archevêque Mgr Laurent Ulrich, après avis du comité artistique.

    27/06/2023

    Un autel incurvé, en haut de trois marches, une cathèdre design, un pupitre très épuré, un tabernacle stylisé, le tout dans un bronze brun, sombre et massif. C’est le nouveau mobilier liturgique choisi pour la cathédrale Notre-Dame de Paris restaurée. Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Paris, en a confié, vendredi 23 juin, après consultation du comité artistique, sa réalisation au designer Guillaume Bardet.

    Toutefois, le projet de l’artiste, ancien résident de la Villa Médicis à Rome, et auteur d’autres projets liturgiques, n’a pas convaincu tout le monde par son style épuré, jugé austère par certains. Des critiques se sont exprimées sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter avec le hashtag #saccageNotreDame.

    D’autres nouveaux aménagements sont prévus dans la cathédrale : un baptistère rond et doré de Guillaume Bardet, un parterre de chaises au design signé Ionna Vautrin et un reliquaire pour abriter la couronne d’épines du Christ, réalisé par l’artiste Sylvain Dubuisson. Plusieurs personnalités du domaine de l’art sacré ont émis des critiques, à l’instar de Pierre Téqui, historien de l’art.

    Dans une tribune publiée par Famille chrétienne, il regrette notamment que le reliquaire de la couronne d’épines ne fasse pas aussi l’objet d’un concours. « L’une des reliques les plus insignes de toute l’histoire de la chrétienté (…) va donc être placée sur un treillage de bois, s’indigne-t-il, choix qui prive les créateurs du monde entier d’une formidable occasion de faire le don de leur talent. »

    « Une dimension artistique au second plan »

    S’il vante « un ensemble unifié » et une « solide réflexion spatiale », Pierre Téqui regrette l’absence de crucifix, mais plus largement un « manque de monumentalité » et une « omniprésence de l’abstraction »« À toujours reléguer la dimension artistique au second plan, on s’abîme dans le fonctionnalisme. L’Église aurait-elle peur des artistes ? », questionne-t-il.

    Sur Facebook, il émet des critiques sur l’autel lui-même, qui « doit être signe de la présence du Christ ». Selon lui, « cette austérité est mal venue : car elle n’est pas au service d’un Dieu qui s’est fait homme, qui a pris chair pour souffrir la passion et nous guider vers le Père ».

    La créatrice de mobilier liturgique Fleur Nabert alerte, elle, sur des « questions d’ordre purement liturgique et technique » : « La taille de l’autel semble très réduite pour la concélébration. » Elle alerte également sur l’étroitesse des marches autour de l’autel, qui présente selon elle un risque de chute. Elle regrette par ailleurs la présence de seulement deux confessionnaux.

    Débat après débat

    Au lendemain de l’incendie, en avril 2019, le lancement d’un concours d’architecture pour restaurer l’édifice avait déjà suscité beaucoup de réactions. Les défenseurs du patrimoine s’étaient émus que l’on puisse remodeler la cathédrale, avant d’obtenir gain de cause. La cathédrale est en cours de restauration dans la version identique à celle de Viollet-le-Duc, précédant l’incendie.

    L’espace liturgique de la cathédrale a également été le sujet de débats. Le choix de l’architecte a été confié au diocèse de Paris et plus particulièrement à son archevêque. Dans le communiqué du diocèse, Mgr Laurent Ulrich a expliqué vouloir « donner à notre cathédrale un mobilier liturgique d’une “noble simplicité”, qui soit le support le plus respectueux et le plus digne pour notre prière, dans le respect de la liturgie de l’Église catholique, capable de toucher le cœur de chaque visiteur y compris en dehors des célébrations ».

    Une cathédrale qui s’ouvre à tous, aux fidèles et aux touristes : c’est la ligne directrice de l’artiste Guillaume Bardet. « Les pièces doivent avoir une forme d’évidence pour les catholiques et être remarquables pour les non-chrétiens », argue-t-il. « Elles doivent exister pendant et hors la liturgie : sans crier, mais sans se cacher non plus. Être une présence évidente. »

    Écouter et rassurer

    Du côté du diocèse de Paris, on dit être à l’écoute des remarques pour tenter de rassurer ceux qui s’inquiètent sur différents points du réaménagement. Bien conscient qu’un tel projet ne peut pas plaire à tout le monde, il assure prendre en considération les craintes exprimées quant au respect de la vocation du mobilier. Le diocèse souligne le sérieux du travail de sélection de l’artiste avec un cahier des charges très rigoureux, soixante-neuf candidatures étudiées, et neuf mois nécessaires au comité artistique pour se positionner sur le projet.

    Le comité artistique est composé de membres du ministère de la culture, des bâtiments publics, des spécialistes de l’art sacré, de la liturgie et de la création artistique. Parmi eux, des chanoines de Notre-Dame qui connaissent les besoins de la cathédrale. Les images diffusées depuis le choix de l’artiste sont issues de son dossier de candidature. Désormais, un dialogue va s’engager avec l’artiste et le projet est ainsi encore susceptible d’évoluer.

  • DÓMINUS fortitúdo plebis suæ (Introït du 12ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 27, 8-9  
    DÓMINUS fortitúdo plebis suæ, et protéctor salutárium Christi sui est: salvum fac pópulum tuum, Dómine, et bénedic hereditáti tuæ, et rege eos usque in sǽculum. Ps. ibid. 1 Ad te, Dómine, clamábo, Deus meus, ne síleas a me: ne quando táceas a me, et assimilábor descendéntibus in lacum ℣. Glória Patri. Le Seigneur est la force de Son peuple, et le protecteur qui ménage les délivrances à Son oint. Bénis Ton héritage; conduis-le à jamais. Ps. Je crierai vers Toi, Seigneur mon Dieu, ne garde pas le silence à mon égard, de peur que, si Tu ne me réponds pas, je ne sois semblable à ceux qui descendent dans la fosse. ℣. Gloire au Père.
  • Le pape François s'est adresseé aux artistes, dont le créateur de la photo blasphématoire du "Piss Christ"

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

    Le pape François s'adresse aux artistes, dont le créateur de la photo blasphématoire du crucifix

    23 juin 2023

    Le pape François s'est adressé à environ 200 artistes et autres créateurs de premier plan de plus de 30 pays dans la chapelle Sixtine vendredi.

    Parmi les participants figurait le photographe américain Andres Serrano, créateur de l'image controversée du "Piss Christ" en 1987, une photographie d'un crucifix en plastique immergé dans de l'urine.

    La rencontre avec le pape François dans la chapelle Sixtine a été organisée par le dicastère de la culture et de l'éducation du Vatican pour marquer le 50e anniversaire de l'inauguration de la collection d'art moderne et contemporain des musées du Vatican.

    Parmi les autres invités figuraient des peintres, des sculpteurs, des architectes, des photographes, des écrivains, des poètes, des dramaturges, des musiciens, des acteurs et des metteurs en scène contemporains.

    Le pape a déclaré que l'Église avait une grande amitié pour les arts, qui peuvent apporter au monde l'espoir dont il a tant besoin grâce à la beauté, à l'harmonie et à la vérité.

    "Souvent, en tant qu'artistes, vous essayez de sonder les profondeurs de la condition humaine, ses sombres abîmes. Nous ne sommes pas tous légers, et vous nous le rappelez", a déclaré le pape le 23 juin.

    "En même temps, il est nécessaire de laisser briller la lumière de l'espérance dans ces ténèbres, au milieu de notre égoïsme et de notre indifférence", a-t-il ajouté. "Aidez-nous à entrevoir la lumière, la beauté qui sauve".

    Neuf créateurs des États-Unis étaient présents, dont Abel Ferrara, qui a réalisé le récent film Padre Pio avec Shia LaBeouf.

    Dans son discours, le pape François a déclaré que l'art et la foi se ressemblent en ce qu'ils peuvent tous deux être troublants. "Ni l'art ni la foi ne peuvent laisser les choses telles qu'elles sont : Ils les changent, les transforment, les déplacent et les convertissent. L'art ne peut jamais servir d'anesthésiant ; il apporte la paix, mais loin d'endormir les consciences, il les maintient en éveil", a-t-il déclaré.

    Le pape a également réfléchi au lien entre l'art et la beauté.

    Comme l'a écrit Simone Weil : "La beauté séduit la chair pour pénétrer dans l'âme. L'art touche les sens pour vivifier l'esprit, et il le fait à travers la beauté, qui reflète les choses bonnes, justes et vraies", a-t-il déclaré.

    "La beauté, a-t-il poursuivi, nous fait comprendre que la vie est orientée vers la plénitude, l'accomplissement. Dans la vraie beauté, nous commençons à ressentir le désir de Dieu. Beaucoup espèrent aujourd'hui que l'art puisse revenir de plus en plus à la culture de la beauté".

    Le pape François a dénoncé une sorte de beauté superficielle ou "cosmétique" et a déclaré que la vraie beauté se reconnaît à la présence de l'harmonie.

    "La vraie beauté est toujours le reflet de l'harmonie", a-t-il déclaré. "Si je puis dire, l'harmonie est la vertu opérationnelle de la beauté, son esprit le plus profond, là où l'Esprit de Dieu, le grand harmonisateur du monde, est à l'œuvre.

    Il a ajouté : "En tant qu'artistes, vous pouvez nous aider à faire de la place à l'Esprit".

    L'œuvre de Serrano

    Serrano a souvent été vivement critiqué pour ses œuvres, qui intègrent souvent des fluides corporels, des excréments humains ou des photos de cadavres.

    Sa photo "Piss Christ" a été critiquée comme blasphématoire et fait l'objet d'une controverse depuis la fin des années 1980. Les sénateurs américains Al D'Amato et Jesse Al D'Amato et Jesse Helms se sont indignés que l'artiste ait reçu 5 000 dollars de la National Endowment for the Arts (Fondation nationale pour les arts), financée par le contribuable, en 1986.

    Le cardinal George Pell, alors archevêque de Melbourne, a tenté en vain d'obtenir une injonction légale pour empêcher la National Gallery of Victoria d'exposer la photo en 1997. L'exposition a ensuite été annulée lorsque quelqu'un a tenté d'enlever l'œuvre d'un mur et que deux adolescents l'ont attaquée à coups de marteau.

    Un tirage de l'image a également été endommagé en 2011 par des manifestants chrétiens lors d'une exposition dans un musée d'art contemporain à Avignon, en France.

    Serrano a défendu la photographie contre les accusations de blasphème, la qualifiant d'"acte de dévotion" de la part d'une personne née et élevée dans la religion catholique et devenue aujourd'hui chrétienne pratiquante.

    Autres artistes invités

    La poétesse Patricia Lockwood, les écrivains Enuma Okoro et Jhumpa Lahiri, la dramaturge américaine d'origine coréenne Young Jean Lee, le photographe Bill Armstrong, l'artiste Daniel Arsham et le sculpteur Barry X Ball représentaient également les États-Unis.

    L'une des œuvres les plus récentes de Ball est un portrait-sculpture de saint Jean-Paul II, un personnage qui, selon lui, le fascine depuis qu'il a une vingtaine d'années.

    Dans la description de l'œuvre, M. Ball explique que, bien qu'il ait été élevé comme un chrétien protestant fondamentaliste strict, après avoir été initié à l'histoire de l'art à l'université, il a "développé une affinité particulière pour l'art de l'Église, un art presque exclusivement catholique romain".

    Le sculpteur a déclaré qu'il avait été inspiré de commencer à prendre des cours pour se convertir au catholicisme, bien qu'il n'ait jamais poursuivi dans cette voie.

    "Bien que je ne me sois finalement pas converti, j'ai continué à passer du temps dans les églises catholiques, saisissant les occasions qui se présentent au cours de mes voyages, pour regarder l'art qu'elles contiennent et pour m'imprégner de leur spiritualité palpable - si différente des "boîtes" protestantes blanches et sévères, dépourvues d'art, dans lesquelles j'ai pratiqué mon culte pendant mon enfance dans le sud de la Californie", a-t-il déclaré.

    Le pianiste sud-coréen Yiruma, l'auteur-compositeur-interprète pop rock italien Ligabue et la chanteuse et actrice ukrainienne Tina Karol étaient également présents.

    Au cours de l'événement, le violoncelliste italien Issei Watanabe a interprété une chanson sur un violoncelle construit avec des morceaux de bois provenant de bateaux de migrants.

    Le pape a également exhorté les créateurs à ne pas oublier les pauvres, "ceux qui sont particulièrement proches du cœur du Christ, ceux qui sont touchés par les nombreuses formes de pauvreté d'aujourd'hui".

    "Les pauvres aussi ont besoin de l'art et de la beauté", a-t-il déclaré.

    Hannah Brockhaus est la correspondante principale de Catholic News Agency à Rome. Elle a grandi à Omaha, dans le Nebraska, et est titulaire d'un diplôme d'anglais de l'université d'État de Truman, dans le Missouri.

  • Sur les écrans : "Magnificat", une imposture

    IMPRIMER

    De Bruno de Seguins Pazzis sur le site du Salon Beige :

    Magnificat, une imposture

    Paris. À la mort d’un prêtre, la chancelière du diocèse découvre abasourdie qu’il s’agissait d’une femme ! Contre l’avis de son évêque qui souhaite étouffer l’affaire, elle mène l’enquête pour comprendre comment et avec quelles complicités une telle imposture a été possible… Avec : Karin Viard (Charlotte), François Berléand (Monseigneur Mevel), Maxime Bergeron (Thomas), Nicolas Cazalé (Jérémy), Patrick Catalifo (l’auxilière), Anaïde Rozam (Anne), Benoît Allemane (père Lataste), Clotilde Mollet (Béatrice), Francis Leplay (Maître Blanc), Patrick d’Assumçao (Dr Grammel), Annie Mercier (Mme Marsac). Scénario : Virginie Sauveur et Nicolas Silhol, d’après le roman « Des femmes en noir » d’Anne-Isabelle Lacassagne. Directeur de la photographie : Noémie Gillot. Musique : Nathaniel Mechaly.

    Avec Grâce à Dieu (2018) de François Ozon, on pouvait espérer avoir atteint dans le cinéma français le sommet dans la christianophobie. Eh bien non ! Voici que Virginie Sauveur décide d’en rajouter une bonne couche en signant son premier long métrage de cinéma après quatre téléfilms. Avec le roman « Des femmes en noir » d’Anne-Isabelle Lacassagne, elle dispose d’un matériau idéal pour évoquer le sujet de la place de la femme dans l’Eglise, l’ordination des femmes et le mariage des prêtres. Un menu pour le moins conséquent. Le danger, c’est que Virginie Sauveur a déjà du métier accumulé derrière ses trois années d’études à l’ESRA (Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle) avec l’écriture et la réalisation de quatre téléfilms. A partir d’un « pitch » absolument grotesque et absurde (une femme aurait réussi à mystifier tout le monde, à se faire ordonner prêtre et à exercer cet apostolat sans que personne ne s’en aperçoive jusqu’à sa mort) la réalisatrice s’empare de cette histoire qui prend la forme d’une enquête policière, mais menée par un évêque auxiliaire et une chancelière du diocèse de Paris, avec, sinon de la virtuosité, au moins un peu d’élégance dans la mise en scène, un bon rythme et ce qu’il faut de surprises scénaristiques pour ne pas laisser le spectateur tomber dans l’ennui. Ce stratagème lui permet de faire avancer, de manière plus ou moins insidieuse, ses thématiques ultra progressistes, en présentant la position dogmatique de l’Eglise catholique romaine comme absurde. Mais il n’y a que les naïfs, les cerveaux lessivés ou encore les spectateurs en proie à l’acédie (le démon caché de notre temps qui a disparu de nos dictionnaires) pour ne pas voir que cette prétendue réflexion sur la place de la femme dans l’Eglise ne repose sur rien de sérieux, reste totalement superficielle sans aucune pertinence, en ne faisant que servir, sans vergogne, tous les poncifs auxquels nous sommes habitués. Rien, absolument rien sur le positionnement doctrinal et théologique de l’Eglise. C’est tout simplement hénaurme !

    Nous avons droit à tout : la femme qui devient prêtre, point qui est la base du scénario, qui a changé d’identité avec un homme qui voulait devenir femme et qui l’est devenu (ou presque) et qui exerce la médecine chez les gens du voyage (ceci permet un petit détour musical et exotique par les Saintes Marie de la mer), un prêtre soixante-huitard, ancien professeur de séminaire de « la séminariste » qui a tout couvert, le fils de Charlotte, la chancelière du diocèse, qui est né, quinze ans plus tôt, d’une union avec un certain Mathias, prêtre du diocèse de Paris, et comme pour couronner l’ensemble, nous découvrons vers la fin du film que l’évêque avait promu autrefois Charlotte au poste de chancelière pour permettre que cette dernière garde le silence après l’affaire de Mathias. Et ceux qui auront le courage d’aller jusqu’au bout ne seront pas déçus mais subjugués par la fulgurance de la dernière séquence, un sommet dans le style onirique et militant ! Pour le reste, beaucoup de dialogues sonnent faux. Karin Viard (Tatie Danielled’Étienne Chatiliez en 1990, Potiche de François Ozon Polisse de Maïwenn en 2011, Belles en 2010, Familles de Jean-Paul Rappeneau en 2015, Bécassine ! de Bruno Podalydès en 2018), une signatrice dans Le Monde du 3 septembre 2018 de « L’appel de 200 personnalités pour sauver la planète », se tire plutôt bien de ce rôle piegeux de chancelière qui évolue du conservatisme au progressisme. Patrick Catalifo (Diên Biên Phu de Pierre Schoendoerffer en 1992, Les Lyonnais d’Olivier Marchal en 2011) est complètement à côté de son rôle d’auxiliaire du diocèse Mais le pompom revient à François Berléand qui compose à merveille un monseigneur Mevel bien poltron, qui préfère s’adonner à des pratiques zen plutôt qu’à la prière. Mais qui sait, avec Magnificat, dont le titre à lui seul est une imposture, Virginie Sauveur sera peut-être reconnue comme celle qui a crée un nouveau genre cinématographique, le thriller christianophobe.

  • Liège : clôture solennelle de la Fête-Dieu par l’évêque de Liège le samedi 10 juin à 18h00 en l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132) :

    IMPRIMER

    Le samedi 10 juin 2023 à 18h00, Mgr Jean-Pierre Delville, célébrera en l'église du Saint-Sacrement une messe grégorienne solennelle pour clôturer la semaine de festivités liée à la Fête-Dieu.

    Cette année, la messe sera interprété par la Schola Gregoriana de l'Université de Varsovie et par l'Ensemble polyphonique liégeois "Praeludium".

    Dès 16h30 aussi, une audition concertante de chants médiévaux interprétés par les choristes de la Schola de l’Université Cardinal Wyszynski (dir. Michal Slawecki) sera offerte au public (entrée libre).

    Toutes les informations via ce lien : https://miniurl.be/r-4kwu

  • Bruxelles (13 juin) - Liège (20 juin) : Coming Out avec Mehdi-Emmanuel Djaadi

    IMPRIMER

    Peut être une image de ‎1 personne et ‎texte qui dit ’‎Staouëline MEHDL-EMMANUEL DJAADI www.mehdincomingout.be "Un coming out spirituel, multiculturel et réjouissant" PREMIERE "Un humour qui vageure "Brise les stéréotypes" Hork ÛHoimes Times La Libre 13 JUIN 2023 BRUXELLES 20H 20 JUIN 2023 LIEGE 20H "Un vrai hymne DANS et tolérance Gad Elmaleh dans LE SOIR COMING OUT "Sincérité et humour, talent et intelligence" LeParisien MISE SCÈNE HIBAUT EVRARD CREAT ON LUMIERE: FRÉDÉRICDOIN FREDERIC JEUNES "Un pur bonheur" Télérama' SILOE Liقوe Dimanche CathoBel RCF RADIO‎’‎‎

    Nous avons la chance de l’accueillir chez nous Mehdi-Emmanuel Djaadi, comédien, catholique, ancien musulman !

    Il vient présenter son spectacle dans notre salle paroissiale : l’Espace Lumen.  Un coming-out spirituel, multiculturel et réjouissant !

    Nommé aux Molières 2023 pour ce spectacle !

    Autrefois musulman pratiquant, Mehdi est aujourd’hui catholique et comédien. Dans ce seul-en-scène à la fois drôle et profond, il incarne et donne la parole à une quinzaine de personnages qui ont jalonné son parcours singulier et complexe.

    Mehdi revient sur son itinéraire spirituel peu commun mais aussi sur son enfance, sa relation avec son père qui l’a éveillé à l’islam, son expérience dans la délinquance, la vraie, et progressivement la transition, l’attirance pour le christianisme et l’ouverture au monde de l’art et de la culture. 

  • Pauline : la prochaine série de Disney+ mettra en scène une fille qui tombe enceinte du diable

    IMPRIMER

    De Milton Quintanilla sur Christian Headlines :

    La prochaine série de Disney+ mettra en scène une fille qui tombe enceinte du diable

    31 mai 2023

    Selon Faithwire, la série allemande originale, Pauline, est en cours de production après avoir reçu le feu vert de la plateforme de streaming.

    Les créateurs de la série, qui ont également réalisé How to Sell Drugs Online (Fast) de Netflix, ont déclaré que la série à venir leur tenait "très à cœur".

    "Depuis longtemps, la série a été et reste un projet qui nous tient à cœur", ont déclaré Philipp Käßbohrer et Matthias Murmann. "Nous sommes ravis que Disney+ aime autant que nous cette histoire de passage à l'âge adulte et que nous ayons pu commencer le tournage avec des acteurs et une équipe aussi extraordinaires."

    De son côté, l'organisation MovieGuide, spécialisée dans les divertissements familiaux, invite les parents à signer une pétition contre la diffusion de Pauline sur Disney+.

    "Nous ne pouvons pas laisser ce contenu tordu et dérangeant corrompre les valeurs et les croyances de nos enfants", a déclaré Ted Baehr, président et fondateur de Movieguide.

    "Soyons clairs. Pauline n'est pas un divertissement comme les autres", a-t-il poursuivi. "Horriblement, cette série présente même Satan comme un partenaire romantique ! En normalisant et en encourageant une telle relation, Pauline envoie un message dangereux aux jeunes téléspectateurs : s'associer à des démons, à Satan et au mal est acceptable et même souhaitable !"

    Baehr a également déclaré que MovieGuide s'est associé à Citizen-go pour empêcher la diffusion de la série.

    "Si elle est diffusée, des millions de jeunes téléspectateurs pourront percevoir cette histoire tordue et dérangeante comme désirable et excitante", a averti M. Baehr. "La tentative de la série de normaliser et même de promouvoir l'association démoniaque est une tentative flagrante de brouiller les lignes de la moralité et de rendre le mal désirable.

    "Nous devons agir maintenant pour demander à Disney de reconsidérer sa décision de diffuser cette série démoniaque. Nous devons informer les studios qu'il existe encore des téléspectateurs et des parents avisés qui ne permettront pas à nos enfants de voir ce contenu", a-t-il ajouté.

    "Pauline n'a pas encore été libérée et nous pouvons encore ARRÊTER la progression de cette série... nous devons agir rapidement", conclut-il.

    Milton Quintanilla est rédacteur indépendant et créateur de contenu. Il contribue à la rédaction de Christian Headlines et anime For Your Soul Podcast, un podcast consacré à la bonne doctrine et à la vérité biblique. Il est titulaire d'une maîtrise en théologie de l'Alliance Theological Seminary.