Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Art - Page 5

  • Que soit bénie la sainte et indivisible Trinité

    IMPRIMER

    IN FESTO SANCTISSIMÆ TRINITATIS

    Ant. ad Introitum. Tob. 12, 6.
    Benedícta sit sancta Trínitas atque indivísa Unitas : confitébimur ei, quia fecit nobíscum misericórdiam suam.
    Bénie soit la sainte Trinité et son indivisible unité : glorifions-la, parce qu’elle a fait éclater sur nous sa miséricorde.

    Ps. 8, 2.
    Dómine, Dóminus noster, quam admirábile est nomen tuum in univérsa terra !
    Seigneur notre Maître, que votre nom est admirable dans toute la terre !

    V/. Glória Patri.

  • Pentecostes : Factus est repente, de caelo sonus advenientis spiritus vehementis…

    IMPRIMER

    Soudain, il se fit du ciel le bruit de l’arrivée d’un vent impétueux, là où ils étaient assis, alleluia : tous furent remplis du Saint-Esprit et professant les merveilles de Dieu¨ : une composition musicale de l’un des plus jeunes musiciens écossais, James MacMillan. « Jeune », c’est une façon de parler puisqu’il est né en 1959 ! Mais voilà, en musique la jeunesse n’a pas d’âge. MacMillan est un homme de convictions: politiques (très « à gauche ») et religieuses (catholique dans un pays protestant): Son épouse et lui sont tertiaires dominicains, c’est dire s’ils sont engagés. La référence au sacré est de fait omniprésente dans son œuvre. Ici la superbe « transfiguration » et non défiguration du propre de l’antienne de communion de la messe grégorienne traditionnelle de la Pentecôte.

     

  • Liège : Bach inspiration le dimanche 12 juin 2022 à 17h00 en l’église du Saint-Sacrement,Bd d’Avroy, 132 :

    IMPRIMER

    icone 300px.jpgDans le cadre de l’ouverture de la Semaine liégeoise de la Fête-Dieu (12-19 juin 2022) nous vous invitons à un après-midi musical autour de Jean-Sébastien Bach dans la jolie église du Saint-Sacrement:

    Bach inspiration 20190623_175956.jpg

    Bach Inspiration.jpg

  • Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

    IMPRIMER

    De Justin Lang  sur le National Catholic Register :

    Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

    "La tradition musicale de l'Église universelle est un trésor d'une valeur inestimable, plus grande encore que celle de tout autre art." -Sacrosanctum Concilium

    19 mai 2022

    Je suis un catholique depuis le berceau. Je suis né après que la messe de saint Paul VI était déjà bien établie. J'ai grandi en connaissant des hymnes comme 'On Eagle's Wings' et 'The King of Glory', et j'ai chanté avec enthousiasme depuis mon banc avec tous les hymnes de la messe, parce que je voulais participer activement, comme on me l'avait dit.

    Les choses ont commencé à changer lorsque j'ai lu, au milieu de la vingtaine, un excellent article qui suggérait les caractéristiques des chants que nous ne devrions pas chanter à la messe (c'était il y a environ 15 ans, et, malheureusement, je n'ai pas pu retrouver l'article).  Certaines de ces caractéristiques étaient les suivantes : ne pas chanter de chants qui contiennent une hérésie ou qui parlent plus de moi que de Dieu ; éviter les chants qui semblent appartenir à un piano-bar ou à une pièce de théâtre. J'ai commencé à être un peu plus réservé quant aux chansons que je chantais à la messe. Et les gens autour de moi ont commencé à faire attention.

    J'ai appris le piano quand j'étais enfant et j'ai adoré mes cours de chorale au lycée. Ainsi, lorsque j'ai commencé à chanter avec ma femme et mes enfants à la messe, les gens m'entendaient chanter fortement, et ils aimaient ma voix. Lorsque j'ai commencé à m'abstenir de chanter certains chants, nos voisins dans les bancs autour de moi l'ont remarqué. Ils ont commencé à poser des questions, et mes réponses sur le fait de chanter des hymnes adaptés à la messe les ont intrigués. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils commencent à me regarder lorsqu'un hymne était annoncé. Est-ce que je prenais le recueil de cantiques ? Ils ont suivi le mouvement.

    Nous étions déjà dans une paroisse qui suivait les rubriques de la liturgie plus étroitement que n'importe quelle autre du diocèse, et j'apprenais que ce n'était pas tout ce que cela pouvait être. J'ai commencé à lire les documents de l'Église sur la musique dans la liturgie, et j'ai été choqué. L'encyclique la plus récente sur la musique sacrée, Musicae Sacrae, a été écrite en 1955 par le pape Pie XII. Elle indique certains instruments qui conviennent aux rites sacrés, déclarant que "l'orgue occupe à juste titre la position principale" et que "le violon et les autres instruments de musique qui utilisent l'archet sont remarquables."

    Lire la suite

  • Courrier des lecteurs : l'Eurovision ou la mort d'une culture

    IMPRIMER

    Jean-Pierre Snyers nous écrit :

    Eurovision: mort d'une culture?
     
    Comme c'était prévisible, vu le contexte actuel, l'Ukraine a gagné à l'Eurovision et, comme on s'y attendait, la politique l'a emporté sur le choix artistique. Enfin, "artistique"... Il est bien loin le temps où un Jacques Hustin avait conduit la Belgique à la troisième place. Aujourd'hui, médiocrité oblige, si, seul avec sa guitare, un Brassens s'était présenté, ses chances de l'emporter seraient réduites à néant. L'art étant, à mon sens, le reflet de l'âme d'une société, je ne peux que me dire que celle-ci est dans un état comateux. Tant dans le domaine musical que pictural, tant dans celui de l'architecture que dans le monde de la sculpture ou de la philosophie,  comment ne pas constater que nous n'arrivons pas à la cheville de nos ancêtres? En comparant le château de Chambord avec le centre Pompidou, la cathédrale de Reims avec les tours de bêton du quartier parisien de la défense, les cités médiévales avec celles des HLM, et les mélodies de Bach avec le Métal ou le Rap, au nom de quel aveuglement ne pas prononcer les mots "décadence" ou "mort d'une culture"?  Dans son ultime billet publié dans "Le Figaro", l'académicien André Frossard écrivait: "Autrefois l'Europe avait une âme.  Aujourd'hui, elle n'a plus ni âme ni pensée".  Comment ne pas lui donner raison?
  • A Liège, le dimanche 15 mai 2022 à 16h00 en l’église du Saint-Sacrement (Boulevard d’Avroy 132): "Foliamusica" entre musiciens ukrainiens et musiciens du monde

    IMPRIMER

    logo 300px.jpg

    Le dimanche 15 mai 2022 à 16h00, en l’église du Saint-Sacrement à Liège (Bd d’Avroy, 132) : la musique d’Ukraine et du monde fait la force

    Programme

    Chant, clarinette, accordéon, piano, flûte, violon et alto

    affiche mai UKRAINE ST SACREMENT-page-001 (1).jpg

    Liège

    Katia Novikova : Volodymyr Vermenych words by Mykola Singaivsky- Chornobryvtsi

    Conservatoire Royal de Mons, les chanteurs de la classe de Thierry Migliorini :

    Gong Li Peng : A.Scarlatti - Le Violette/ Forlanne

    Clarisse Magalhães : WA Mozart-Un moto di gioia ./ J.Turina - Nunca Olvida

    Coune Raphaël : Gluck - O del moi dolce ardor/John Dowland - Come again

    Yanting Zhou : A.Scarlatti - Gia il sole sel Gange. / Jin Se Shang Yin Li

    Conservatoire Royaux de Gand et de Liège 

    Duo de clarinettes Daryna Bachynska & Ostap Bachynska :

    1 Duo Macolm Arnold – Fantasy & 2 Muczynski Robert – Duo n°2

    Actuellement à l’IMEP

    Matvii Merimerin violon : Bach – Adagio et fugue sol mineur

    Mykhailo Bozhenko alto : Bach - Prélude suite n°2

    Matvii Merimerin violon : Wieniawski - Caprice « la vélocité »

    Oleksandr Kushnarev violon : Skorik - Caprice

     Conservatoire Royal de Mons

    Aurélien Mangwa : W.A.Mozart - Haï Gia vin to la causa ./ Mariu - Parla mi d’amore

    Violette Schloessing : J.S.Bach - Buse und Reu/ R.Schumann - Abschied von Frankreich

    Haendel - Extrait du Messiah O thou that tell est good tidings to Zion

    Li Yong Peng : J’ai perdu mon Eurydice.Gluck/ Ch.Gounod - Le Soir

    Mozart – La flûte enchantée Duo Papageno/Papagena

    Actuellement à l’IMEP

    Oleksandr Kushnarev- Violon solo - Bach - Siciliana et Presto

    Duo : Oleksandr Kushnarev- Violon & Mykhailo Bozhenko – Alto

    Haendel - Halvorsen - Passacaglia pour violon et alto

    Conservatoire Royal de Mons

    Duo accordéons : Vladimir Avdeychev et Stefan Fangurel

    Rondo Capriccioso – Zolotarev

    PAUSE 

    Conservatoire Royal de Mons

    Tang Yongqi : Haendel (Berenice) Si tra I Ceppi /

    W.A.Mozart - Der vogelfanger bon ich Ja/ Donne mie la fate à tanti.

    Florence Susan : J.S.Bach - zerfliesse mein herz & J.Jongen - Bal de Fleur

    Strozzi Amante lucuoce.

    Liège

    Anna Vahylevych clarinette :1 Poulenc Francis - Sonata & 2 Olenchik – Caprice

    Conservatoire Royal de Mons

    Duo accordéons : Vladimir Avdeychev et Stefan Fangurel

    Rondo Capriccioso -- Zolotarev

    1 J'entends pas le bruit de la ville - Shalaev

    2 Airs espiègles - Viktor Gridin

    Conservatoire Royal de Liège et Gand

    Daryna Bachynska flûte solo : Poulenc Francis – Joueur de flûte & Berce les ruines -

    Duo flûte clarinette Daryna Bachynska & Ostap Bachynska

    Villa Lobos Heitor – Choros n°2

    Liège

    Katia Novikova : Deux chansons ukrainiennes (Himn  Ukrayiny)

    Conservatoire Royal de Mons

    Rosenbaha Baiba : Bellini - Norma - Sgombra e la sacra selva/

    W.A.Mozart - Clemens do Titus - Parto Parto

    C Saint Saëns – Amour, viens aider ma faiblesse.

    Pianiste accompagnatrice et répétitrice de l’ORW : Hilary Caine.

    P.A.F. libre

    La recette sera offerte intégralement après le concert aux musiciens ukrainiens réfugiés. 

    Merci à tous les participants, les professeurs et la pianiste pour leur dévouement. En partenariat avec les conservatoires royaux de Mons, Gand, IMEP et Liège, l’asbl Sursum Corda de l’église du Saint Sacrement et Michel Coes - consul de France (rendez-vous suivant à la Villa Gallery, parc de la Boverie, le dimanche 29 mai à 17h)

    Cécile Leleux, directrice artistique de Foliamusica France Belgique

    www.foliamusica.be

    Rens. 0499259930 ou 04 2531262 

  • Anne Junker expose ses illustrations à l'abbaye de Brialmont (Tilff)

    IMPRIMER

    L'exposition d'une illustratrice passionnée, tantôt pour l'édition, tantôt pour des commandes (faire-part et autres aquarelles), dont le plus grand bonheur reste d'illustrer des images au gré de ses envies et de son inspiration.

    Vernissage à l'Abbaye de Brialmont (Tilff) le samedi 7 mai, de 14h30 à 17h. L'exposition est visible du mardi 3 mai au samedi 28 mai 2022 (drink offert avec des produits du terroir)

    10% du prix des illustrations seront reversés aux bonnes œuvres de l'abbaye, notamment l'accueil de familles ukrainiennes.

    flyer-expo-anne-junker-600px.jpg

    Les infos pratiques:  

    Lieu : j'aurai le plaisir d'exposer mes illustrations dans le magasin de l'abbaye Notre-Dame de Brialmont. Si vous souhaitez mélanger art et nature, il y a des départs de balades depuis l'abbaye. Pour mélanger culture et culte, il y a des offices (horaires sur le site web).

    Vernissage: le samedi 7 mai de 14h30 à 17h.
    La boutique reste accessible aux clients du magasin durant le vernissage. Il est possible d'y faire des emplettes durant le vernissage ( livres, champignons, pains, cosmétiques, tisanes,...)

    Horaires du magasin :
    - Le mardi de 14h à 17h
    - Du mercredi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h

    L'adresse :
    Abbaye Notre-Dame de Brialmont,
    Château de Brialmont
    4130 Tilff.
    (à 12 minutes de Liège)

    www.annejunker.com

  • Découvrir le Roman de Cuxa

    IMPRIMER

    Souvenir: dans les Pyrénées-Orientales, l'abbaye romane Saint-Michel de Cuxa est un monastère bénédictin doté d'une forte identité catalane. Dans un lieu classé monument historique, quelques moines accueillent les nombreux visiteurs venus découvrir la beauté unique du cloître roman. Chaque été, le lieu reçoit le célèbre festival de musique de chambre Pablo Casals. Cette abbaye accueillit aussi, plusieurs années de suite, les stages d’été de l’académie belge de chant grégorien fondée par Bruno Zeegers.

    Reportage réalisé par Lizette Lemoine et Aubin Hellot, une coproduction La Huit Production et KTO.

  • Le côté transpercé de Jésus, fontaine de miséricorde divine

    IMPRIMER

    De John Grondelski (*) sur le National Catholic Register :

    11 avril 2021

    Le côté transpercé de Jésus est une fontaine de miséricorde divine

    " Ô sang et eau, qui avez jailli du cœur de Jésus comme une fontaine de miséricorde pour nous, nous nous confions en vous. "

    François-Joseph Navez, “The Incredulity of Saint Thomas,” 1823François-Joseph Navez, "L'Incrédulité de saint Thomas", 1823 (photo : Public Domain)

    Aujourd'hui, c'est le deuxième dimanche de Pâques et le dimanche de la Miséricorde divine. Ce n'est pas un dimanche après Pâques, mais un dimanche de Pâques, parce que tout le temps pascal - les 50 jours qui vont de Pâques à la Pentecôte - est une célébration unifiée du mystère pascal dans laquelle "la joie de la Résurrection" ne peut être contenue dans un seul jour ou même dans une seule octave. La Pâque dure 50 jours.

    Les Évangiles de dimanche dernier nous ont laissés au tombeau vide - l'Évangile de la Veillée pascale relate la rencontre de Marie-Madeleine et de ses compagnons avec le jeune homme, qui leur montre le tombeau vide. L'Évangile de la messe du jour de Pâques raconte comment les saints Pierre et Jean se sont rendus au tombeau et l'ont trouvé vide, voyant les linges funéraires mis de côté et "voyant et croyant". 

    L'Évangile d'aujourd'hui (Jean 20, 19-31) relate la première rencontre des Apôtres avec le Christ ressuscité. Bien qu'une semaine se soit écoulée pour nous, l'Évangile raconte les événements de la nuit du dimanche de Pâques, lorsque les Apôtres - derrière des portes verrouillées, terrés et effrayés - reçoivent la visite de Jésus ressuscité. 

    Ils ont reçu toutes sortes de rapports. Marie-Madeleine voit d'abord un tombeau vide, puis rencontre le Jardinier qu'elle reconnaît comme étant Jésus. Pierre et Jean se sont également rendus au tombeau vide. Peut-être que les disciples qui sont partis frustrés vers Emmaüs sont revenus. Quoi qu'il en soit, les apôtres eux-mêmes rencontrent enfin le Seigneur ressuscité.

    Lire la suite

  • Cours de liturgie par Denis Crouan, docteur en théologie; 9ème leçon : La mise en place de la musique du VIII° au X° s.

    IMPRIMER

    Liturgie 9 – La mise en place de la musique du VIII° au X° s. : la liturgie est par essence une prière chantée) (46 mn) 

    https://youtu.be/mLCrWYdquus   

    Denis Crouan est aussi organiste. Il raconte ici comment peu à peu est apparu au premier millénaire en pays Franc, avec retour fécond d’influence romaine, le chant grégorien. Le nom de « grégorien » fait référence au pape saint Grégoire le Grand qui n’en est pas l’auteur mais l’inspirateur involontaire.  

    Comment fonctionne le chant Grégorien avec 1° sa corde de base 2° ses différents modes qui en créent l’atmosphère et 3° son latin et ses accents linguistiques chantant.  

    Denis Crouan traite aussi des trois catégories de chants grégorien : 1° syllabique (une note par syllabe) ; 2° semi-orné (quelques notes ajoutées) et 3° mélismatique (guirlandes de notes).  

    Mais, au-delà de ces techniques, ce chant a une âme qui vient de la prière (ce qui explique qu’un chœur technique de professionnels sans prière ne produit pas du bon grégorien).  

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022 

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2022. 

  • Concert à Liège : le Stabat Mater de Pergolèse à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132) :

    IMPRIMER

    Le samedi 7 mai 2022 à 20 heures

    Stabat Mater Darius Affiche jpg.jpg

    Réservation obligatoire

    par email : annesylvie.primo@gmail.com

    ou téléphone :  0475 474 155

  • Vexilla Regis prodeunt

    IMPRIMER

    Le Vexilla Regis est l’hymne du temps de la Passion et des fêtes de la Sainte Croix. Son texte (comme celui du Pange lingua du Vendredi Saint) fut composé par l’hymnographe saint Venance Fortunant au VIème siècle, à l’occasion de la réception solennelle des reliques de la vraie Croix à Poitiers par la reine de France sainte Radegonde.

    Vexilla regis prodeunt

    fulget crucis mysterium
    quo carne carnis conditor
    suspensus est patibulo.

    Quo, vulneratus insuper
    mucrone diro lanceae
    ut nos lavaret crimine
    manavit unda et sanguine.

    Arbor docora et fulgida,
    ornata regis purpura,
    electa digno stipite
    tam sancta membra tangere !

    Beata, cuius brachiis
    saecli pependit pretium ;
    statera facta est corporis
    praedam tulitque tartari.

    Salve, ara, salve victima,
    de passionis gloria,
    qua vita mortem pertulit
    et morte vitam reddidit !

    O crux, ave, spes unica !
    hoc passionis tempore
    piis adauge gratiam
    reisque dele crimina.

    Te, fons salutis, Trinitas,
    collaudet omnis spiritus ;
    quos per crucis mysterium
    salvas, fove per saecula.

    Les étendards du roi s'avancent
    mystère éclatant de la croix
    au gibet fut pendue la chair
    du créateur de toute chair.

    C'est là qu'il reçut la blessure
    d'un coup de lance très cruel
    et fit jaillir le sang et l'eau
    pour nous laver de nos péchès.

    Arbre dont la beauté rayonne,
    paré de la pourpre du roi,
    d'un bois si beau qu'il fut choisi
    pour toucher ses membres très saints !

    Arbre bienheureux ! À tes branches
    la rançon du monde a pendu !

    Tu devins balance d'un corps
    et ravis leur proie aux enfers !

    Salut, autel ! Salut, victime
    de la glorieuse passion !
    La vie qui supporta la mort,
    par la mort a rendu la vie.

    O croix, salut, espoir unique !
    En ces heures de la passion
    augmente les grâces des saints,
    remets les fautes des pécheurs.

    Trinité, source salutaire,
    que te célèbre tout esprit ;
    ceux que tu sauves par la croix,
    protège-les à tout jamais.