Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conférences, spectacles, manifestations - Page 6

  • Le rideau tombe sur les JMJ, entre foi authentique et jeunisme mondain

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le rideau tombe sur les JMJ, entre vraie foi et jeunisme mondain

    Les trente-huitièmes Journées mondiales de la jeunesse se sont achevées hier, avec un million et demi de participants. Une confirmation : les jeunes apprécient le recueillement et la prière, pas l'Eglise qui imite le monde. Prochain rendez-vous : Séoul.

    07_08_2023

    Les 38èmes Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) sont déjà un souvenir. Hier, François les a clôturées en rencontrant les volontaires au Passeio marítimo d'Algés. Les cinq jours d'engagement et les quarante degrés de la capitale portugaise se lisaient sur le visage coloré du pape, qui a écouté les témoignages de trois jeunes, assis à côté du patriarche de Lisbonne, le cardinal Manuel Clemente, du préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, le cardinal Kevin Joseph Farrell, et du cardinal élu Américo Aguiar, responsable de l'organisation des JMJ.

    Le souverain pontife a remercié, en espagnol, les volontaires, les comparant à des surfeurs parce qu'ils ont dû affronter ces jours-ci "une véritable vague : non pas d'eau, mais de jeunes qui se sont déversés dans cette ville", réussissant à tout gérer "avec l'aide de Dieu, avec tant de générosité et en se soutenant les uns les autres". "Vous avez surfé sur cette grande vague et elle vous a portés encore plus haut", leur a dit le pape.

    Le nombre très élevé de participants aux JMJ de Lisbonne a surpris même le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, qui a pu constater de ses propres yeux la vitalité de l'Église catholique, en commentant que la mobilisation d'un million et demi de participants représente "quelque chose de jamais vu au Portugal" et de "fou".

    Le matin, après avoir quitté la nonciature où il avait dormi ces derniers jours, François a présidé la messe de clôture au Parque Tejo, en la fête de la Transfiguration du Seigneur. La liturgie eucharistique a été confiée à l'hôte, le cardinal patriarche Manuel Clemente. Dans son homélie, le Pape a répété quelques-unes des rares paroles que Jésus, sur la montagne de la Transfiguration, a adressées à ses disciples : "Ne craignez pas". Puis l'invitation aux jeunes : "N'ayez pas peur". Il n'a pas cité son prédécesseur, mais ces trois mots font immédiatement penser à l'extraordinaire homélie de la messe d'inauguration du pontificat de saint Jean-Paul II, qui avait alors crié le nom du Christ. Le saint polonais a toutefois été mentionné dans l'Angélus avec le "remerciement spécial à ceux qui ont veillé sur les JMJ d'en haut". Lors de la récitation de la prière au Parque Tejo, François n'a pas manqué de lancer un appel à prier pour la paix. Il a parlé de "rêve de paix" et a invité les jeunes à remettre "entre les mains de Marie, Reine de la Paix, l'avenir de l'humanité".

    La cérémonie du matin a également été l'occasion d'annoncer la ville hôte de la prochaine édition, qui sera Séoul, la capitale de la Corée du Sud. Les JMJ, a fait remarquer le pape, "passeront de la frontière occidentale de l'Europe à l'Extrême-Orient, un beau symbole de l'universalité de l'Église et du rêve d'unité dont vous êtes les témoins". Parti de Lisbonne en fin d'après-midi, François a atterri à l'aéroport Fiumicino de Rome dans la soirée.

    Que reste-t-il aux jeunes pèlerins de l'expérience de ces JMJ ? Les jugements, comme souvent dans ces cas-là, sont mitigés, mais en général il reste la joie de l'avoir vécue dans le recueillement, dans la confession, et surtout la sensation de toucher de sa propre main ce que Benoît XVI a appelé la fécondité du mandat du Christ à l'Église d'aller dans le monde entier et d'y annoncer l'Évangile. Et ce, contrairement à ceux qui se sont bercés d'illusions en pensant impliquer davantage les nouvelles générations dans l'événement, en promettant de ne se convertir en aucune façon au Christ ou à l'Église catholique.

    Le pèlerinage à Fatima, les tentes avec l'adoration eucharistique perpétuelle, le silence de la prière nocturne avec tant d'autres frères et sœurs dans la foi, la confrontation sur des questions spirituelles sont les souvenirs les plus joyeux pour les vétérans des JMJ, tandis que l'aspect plus banal de l'événement ne parvient pas à être attrayant aux yeux des jeunes participants consultés : par exemple, le remix techno du "n'ayez pas peur" de saint Jean-Paul II.

    Bref, l'exaltation à tout prix du jeunisme et son imitation bâclée ne fonctionnent pas parce qu'ils ont un goût de "vieux" et que les jeunes qui vont aux JMJ préfèrent la prière, la réflexion et les moments de communauté non forcés. Pour autant, les Journées Mondiales de la Jeunesse, qui en sont à leur trente-huitième édition avec plus d'un million de participants, restent l'une des nombreuses intuitions réussies de Saint Jean-Paul II.

  • "Le Soir" n'aime pas les JMJ

    IMPRIMER

    Le quotidien vespéral n'apprécie apparemment pas les JMJ, préfèrant relayer les propos de Christian Terras qui stigmatise des jeunes dont la majorité viendrait "de la droite, voire de l'ultra-droite" :

    4 août 2023, p. 9:

    « Aux JMJ, la majorité sont des jeunes catholiques d’ultra-droite »

    Plus d’un million de jeunes déferlent à Lisbonne pour les JMJ. Majoritairement des catholiques de droite, voire d’ultra-droite, selon Christian Terras, le rédacteur en chef de la revue « Golias ».  …. «  Il y a aussi des jeunes catholiques, genre Guides et Scouts de France, qui sont engagés dans le développement, sur la question du genre, qui sont « au cœur des périphéries » comme dit le pape François ; bref, des progressistes ou des « conciliaires », c’est-à-dire qui sont dans la lignée du concile de réforme qu’était Vatican II. Mais ils sont minoritaires. La majorité, ce sont des jeunes catholiques d’ultra-droite, identitaires, anti-avortement, comme ceux qu’on a vus en France pour le pèlerinage de Chartes, à la Pentecôte, ou dans la mouvance de La Manif pour tous, contre le mariage gay. » … « Dans la foulée de ce que Jean-Paul II a inventé et a créé, l’Eglise affiche un mouvement de force pour montrer au monde que le catholicisme est encore vivant, qu’il occupe l’espace social, ecclésial, politique, culturel, etc. Mais en fait, on est dans une crise importante du catholicisme en Europe, et même aux Etats-Unis. Et que ces JMJ cachent. Il y a certainement une dynamique, mais comme je l’ai dit, du côté identitaire, ultra-droite. »

  • De Westerplatte à Lisbonne... et partout ailleurs

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    De Westerplatte à Lisbonne... et partout ailleurs

    À de très nombreuses reprises au cours des deux dernières décennies, on m'a demandé d'expliquer le magnétisme unique de Jean-Paul II pour les jeunes. Ma réponse a toujours été double.

    2 août 2023

    Le pape Jean-Paul II lors de son premier voyage en Pologne en juin 1979. (Image : Wikipedia)

    Westerplatte, une étroite péninsule encadrant la baie de Gdańsk, a été le théâtre de l'une des premières batailles de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Le 1er septembre 1939, le cuirassé allemand Schleswig-Holstein a ouvert le feu sur la petite garnison polonaise de Westerplatte, espérant que les Polonais, largement inférieurs en nombre et en armement, hisseraient le drapeau blanc. Cette impression est erronée. Les Polonais - pour la plupart des jeunes sans expérience du combat - ont non seulement résisté au bombardement en mer, mais ont également repoussé les assauts amphibies des marines allemands, subissant de ce fait de lourdes pertes. Finalement, le 7 septembre, la garnison polonaise se rendit, mais elle avait tellement impressionné les agresseurs que le commandant allemand autorisa l'officier polonais à la tête de la garnison de Westerplatte à conserver son épée de cérémonie.

    Lors de la célébration de la liturgie de la parole avec une foule de jeunes Polonais à Westerplatte, au cours de son pèlerinage pastoral de 1987 dans son pays natal, Jean-Paul II, s'exprimant lentement et avec force dans son beau polonais sonore, a invoqué la mémoire de la génération de Westerplatte tout en lançant un défi mémorable :

    C'est ici, à Westerplatte, en septembre 1939, qu'un groupe de jeunes Polonais, sous le commandement du major Henryk Sucharski, a résisté avec une noble obstination, s'engageant dans une lutte inégale contre l'envahisseur. Une lutte héroïque.

    Ils sont restés dans la mémoire de la nation comme un symbole éloquent.

    Il faut que ce symbole continue à parler, qu'il soit un défi... pour les nouvelles générations...

    Chacun de vous, jeunes amis, trouvera aussi sa propre "Westerplatte". Une dimension des tâches qu'il doit assumer et remplir. Une cause juste, pour laquelle on ne peut que se battre. Un devoir, une obligation, à laquelle on ne peut se soustraire, qu'il n'est pas possible de déserter. Enfin, un certain ordre de vérités et de valeurs qu'il faut "maintenir" et "défendre" : en soi et au-delà de soi...

    En un tel moment (et ces moments sont nombreux, il ne s'agit pas de quelques exceptions) ... souviens-toi ... [que] le Christ passe et qu'il dit : "Suis-moi". Ne l'abandonnez pas.

    À de très nombreuses reprises au cours des deux dernières décennies, on m'a demandé d'expliquer le magnétisme unique de Jean-Paul II pour les jeunes - en particulier lorsque, dans ses dernières années, il ne ressemblait en rien au "Jean-Paul Superstar" de l'article de couverture du magazine Time du 15 octobre 1979, le pape de 59 ans qui venait de faire vibrer le Madison Square Garden. Ma réponse a toujours été double.

    Premièrement, Jean-Paul était d'une honnêteté transparente. Il pouvait parler comme il l'a fait à Westerplatte en 1987 parce que ses interlocuteurs savaient qu'il ne leur demandait pas de prendre un risque qu'il n'avait pas pris, qu'il ne leur demandait pas de porter un fardeau qu'il n'avait pas porté, qu'il ne leur demandait pas de faire preuve d'un courage qu'il n'avait pas montré. Cette transparence a fait de lui un personnage incontournable, non seulement sur la côte baltique de la Pologne en 1987, mais aussi lors des Journées mondiales de la jeunesse, de Buenos Aires en 1987 à Toronto en 2002.

    Deuxièmement, Jean-Paul II n'a pas cherché à plaire aux jeunes. Pour les jeunes adultes de la culture occidentale contemporaine, il n'y a que de la flatterie, tout le temps : dans l'éducation, dans les divertissements populaires, dans la publicité, et même dans la religion. Le message implicite de ce flatterie est qu'une vie sans sacrifice, discipline ou courage est possible. Mais de quel genre de vie s'agit-il ? Jean-Paul, qui a eu plus de contacts pastoraux avec les jeunes adultes que n'importe quel pape dans l'histoire moderne, savait que les jeunes voulaient quelque chose de plus que la facilité : il a compris par expérience qu'au plus profond du cœur des jeunes se trouve une aspiration au sens, à la noblesse, à la grandeur.

    Ainsi, au lieu de se montrer complaisant, Jean-Paul a lancé un défi. Dans une infinité de variations sur un même thème, il a dit aux jeunes de toutes les situations culturelles imaginables : "Ne vous contentez jamais de moins que la grandeur spirituelle et morale que la grâce de Dieu rend possible dans votre vie. Vous échouerez. Mais n'abandonnez jamais. Relevez-vous, dépoussiérez-vous, cherchez la réconciliation et la pénitence. Mais n'abaissez jamais, au grand jamais, la barre de vos attentes. Le Christ est avec vous et il ne vous abandonnera jamais. Ne l'abandonnez pas".

    Les ministères sur les campus qui fleurissent aujourd'hui dans le monde entier sont ceux qui suivent ce modèle et qui interpellent au lieu de flatter. Les associations de jeunes adultes qui assument avec succès la tâche d'être des catholiques en mission permanente sont celles qui offrent un catholicisme complet plutôt qu'un catholicisme allégé. Alors que les Journées mondiales de la jeunesse 2023 se déroulent cette semaine à Lisbonne, j'espère qu'un défi similaire à la conversion, au courage et à la mission évangélique retentira. Car le message de Westerplatte est un message pour tous ceux qui sont rassemblés dans la capitale du Portugal et, en fait, pour les catholiques du monde entier.

    (La chronique de George Weigel "The Catholic Difference" est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver).

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, où il est titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques. Il est l'auteur de plus de vingt ouvrages, dont Witness to Hope : The Biography of Pope John Paul II (1999), The End and the Beginning : Pope John Paul II-The Victory of Freedom, the Last Years, the Legacy (2010), et The Irony of Modern Catholic History : Comment l'Église s'est redécouverte et a poussé le monde moderne à se réformer. Ses ouvrages les plus récents sont The Next Pope : The Office of Peter and a Church in Mission (2020), Not Forgotten : Elegies for, and Reminiscences of, a Diverse Cast of Characters, Most of Them Admirable (Ignatius, 2021), et To Sanctify the World : The Vital Legacy of Vatican II (Basic Books, 2022).

  • "De l’Europe, la vraie, le monde a besoin"

    IMPRIMER

    VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS AU PORTUGAL À L'OCCASION DES XXXVIIe JOURNÉES MONDIALES DE LA JEUNESSE
    [2 - 6 AOÛT 2023]

    RENCONTRE AVEC LES AUTORITÉS, LA SOCIÉTÉ CIVILE ET LE CORPS DIPLOMATIQUE

    DISCOURS DU SAINT-PÈRE

    Centre culturel de Belém (Lisbonne)
    Mercredi 2 août 2023

    source

    ________________________________________

    Monsieur le Président de la République,

    Monsieur le Président de l’Assemblée de la République,
    Monsieur le Premier Ministre,
    Membres du Gouvernement et du Corps diplomatique,
    Autorités, Représentants de la société civile et du monde de la culture,
    Mesdames et Messieurs !

    Je vous salue cordialement et je remercie Monsieur le Président pour son accueil et pour les aimables paroles qu’il m’a adressées – il est très accueillant le Président, merci ! Je suis heureux d’être à Lisbonne, ville de la rencontre qui embrasse divers peuples et cultures et qui devient, ces jours-ci, encore plus universelle. Elle devient, en un certain sens, la capitale du monde, la capitale de l’avenir, car les jeunes sont l’avenir. Cela correspond bien à son caractère multiethnique et multiculturel – je pense au quartier de Mouraria, où vivent en harmonie des personnes de plus de soixante pays – et révèle la caractéristique cosmopolite du Portugal qui plonge ses racines dans le désir de s’ouvrir au monde et de l’explorer, en naviguant vers des horizons nouveaux et plus vastes.

    Non loin d’ici, à Cabo da Roca, la phrase d’un grand poète de cette ville est sculptée : « Ici... où la terre se termine et où commence la mer » (L. Vaz de Camões, Os Lusíadas, III, 20). Pendant des siècles, on a cru que l’extrémité du monde se trouvait là et, en un sens, c’est vrai : nous sommes aux confins du monde parce que ce pays borde l’océan qui délimite les continents. Lisbonne en porte l’étreinte et le parfum. J’aime m’associer à ce que les Portugais se plaisent à chanter : « Lisbonne sent les fleurs et la mer » (A. Rodrigues, Cheira bemcheira a Lisboa, 1972). Une mer qui, beaucoup plus qu’un élément du paysage, est un appel gravé dans l’âme de chaque Portugais. Une poétesse locale l’a désignée comme « une mer qui résonne, une mer sans fond, une mer sans fin » (S. de Mello Breyner Andresen, Mar sonoro). Face à l’océan, les Portugais réfléchissent sur les immenses espaces de l’âme et sur le sens de la vie dans le monde. Et moi aussi, en me laissant emporter par l’image de l’océan, j’aimerais vous partager quelques pensées.

    Selon la mythologie classique, Océan est fils du ciel (Ouranos) : son immensité conduit les mortels à regarder vers le haut et à s’élever vers l’infini. Mais, en même temps, Océan est fils de la terre (Gaia) qu’il étreint, invitant ainsi à envelopper de tendresse l’ensemble du monde habité. L’océan ne relie pas seulement, en effet, les peuples et les pays, mais les terres et les continents. C’est pourquoi Lisbonne, ville de l’océan, rappelle l’importance de l’ensemble, du fait de penser les frontières comme des zones de contact, non comme des frontières qui séparent. Nous savons aujourd’hui que les grandes questions sont mondiales, alors que nous faisons souvent l’expérience de l’inefficacité à y répondre, précisément parce que, face aux problèmes communs, le monde est divisé, ou du moins pas assez uni, incapable d’affronter en commun ce qui met le monde en crise. Il semble que les injustices planétaires, les guerres, les crises climatiques et migratoires aillent plus vite que la capacité, et souvent la volonté, de faire face ensemble à ces défis.

    Lisbonne peut suggérer un changement de rythme. Ici, en 2007, a été signé l’homonyme Traité de réforme de l’Union Européenne. Celui-ci affirme que « l’Union a pour but de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples » (Traité de Lisbonne qui modifie le Traité sur l’Union Européenne et le Traité qui institue la Communauté Européenne, art. 1, 4/2.1) ; mais il va plus loin en affirmant que « dans ses relations avec le reste du monde […] elle contribue à la paix, à la sécurité, au développement durable de la terre, à la solidarité et au respect mutuel entre les peuples, au commerce libre et équitable, à l’élimination de la pauvreté et à la protection des droits de l’homme » (art. 1, 4/2.5). Ce ne sont pas seulement des mots, mais des jalons pour la marche de la communauté européenne, gravés dans la mémoire de cette ville. Voilà l’esprit de l’ensemble, animé par le rêve européen d’un multilatéralisme plus large que le seul contexte occidental.

    Selon une étymologie discutée, le nom Europe proviendrait d’un mot indiquant la direction de l’occident. Il est certain que Lisbonne est la capitale la plus à l’ouest de l’Europe continentale. Elle rappelle donc la nécessité d’ouvrir des voies de rencontre plus vastes, comme le Portugal le fait déjà, surtout avec les pays d’autres continents unis par la même langue. Je souhaite que les Journées Mondiales de la Jeunesse soient, pour le “vieux continent” – nous pouvons dire le continent “âgé”, une impulsion d’ouverture universelle, c’est-à-dire une impulsion d’ouverture qui le rende plus jeune. Car de l’Europe, la vraie, le monde a besoin : il a besoin de son rôle de bâtisseur de ponts et d’artisan de paix dans sa partie orientale, en Méditerranée, en Afrique et au Moyen-Orient. L’Europe pourra ainsi apporter sur la scène internationale son originalité spécifique, qui s’est dessinée au siècle dernier lorsque, dans le creuset des conflits mondiaux, elle a fait jaillir l’étincelle de la réconciliation en rêvant de construire l’avenir avec l’ennemi d’hier, engageant des voies de dialogue, des voies d’inclusion, développant une diplomatie de paix qui éteint les conflits et apaise les tensions, capable de saisir les moindres signaux de détente et de lire entre les lignes les plus tordues.

    Nous naviguons sur l’océan de l’histoire en des temps tumultueux et nous ressentons le manque de courageux itinéraires de paix. En regardant avec affection l’Europe et l’esprit de dialogue qui la caractérise, on pourrait lui demander : vers où navigues-tu, si tu ne proposes pas d’itinéraires de paix, de voies créatives pour mettre fin à la guerre en Ukraine ainsi qu’à beaucoup d’autres conflits qui ensanglantent le monde ? Et encore une fois, en élargissant le champ : quelle route suis-tu, Occident ? Ta technologie, qui a marqué le progrès et globalisé le monde, ne suffit pas à elle seule ; moins encore les armes les plus sophistiquées qui ne sont en rien des investissements pour avenir, mais qui appauvrissent du véritable capital humain, celui de l’éducation, de la santé, de la protection sociale. Il est inquiétant de lire qu’en de nombreux endroits l’on investit continuellement des fonds dans les armes plutôt que dans l’avenir des enfants. Et c’est vrai. L’économe me disait, il y a quelques jours, que le meilleur revenu d’investissement est dans la fabrication d’armes. On investit plus dans les armes que dans l’avenir de ses enfants. Je rêve d’une Europe, cœur de l’Occident, qui mette à profit son ingéniosité pour éteindre les foyers de guerre et allumer des lueurs d’espérance ; une Europe qui sache retrouver son âme juvénile en rêvant de la grandeur de l’ensemble et en allant au-delà des besoins de l’immédiat ; une Europe qui inclue des peuples et des personnes avec leur propre culture sans poursuivre théories et colonisations idéologiques. Et cela nous aidera à penser aux rêves des pères fondateurs de l’Union européenne : ceux-ci rêvaient en grand !

    L’océan, immense étendue d’eau, rappelle les origines de la vie. Dans le monde développé d’aujourd’hui, il est devenu paradoxalement prioritaire de défendre la vie humaine, mise en danger par des dérives utilitaristes qui l’utilisent et l’éliminent : la culture du rejet de la vie. Je pense à tous ces enfants qui ne sont pas nés et ces personnes âgées abandonnés à elles-mêmes, à la difficulté d’accueillir, de protéger, de promouvoir et d’intégrer ceux qui viennent de loin et frappent aux portes, à la solitude de nombreuses familles qui luttent pour mettre au monde et élever des enfants. On serait aussi tenté de dire ici : vers où naviguez-vous, Europe et Occident, avec le rejet des personnes âgées, les murs aux fils barbelés, les tragédies en mer et les berceaux vides ? Vers où naviguez-vous ? Où allez-vous si, face au mal de vivre, vous offrez des remèdes hâtifs et erronés, comme l’accès facile à la mort, solution de facilité qui paraît douce, mais qui est en réalité plus amère que les eaux de la mer ?Et je pense à tant de lois sophistiquées sur l’euthanasie.

    Lisbonne, embrassée par l’océan, nous donne cependant des raisons d’espérer, c’est une ville d’espérance. Un océan de jeunes se déverse dans cette ville accueillante ; et je voudrais exprimer ma gratitude pour le grand travail et l’engagement généreux du Portugal pour accueillir un événement si complexe à gérer, mais porteur d’espérance. Comme on dit ici : « À côté des jeunes, on ne vieillit pas ». Des jeunes, venus du monde entier, cultivant les désirs de l’unité, de la paix et de la fraternité, des jeunes qui rêvent nous incitent à réaliser leurs rêves de bien. Ils ne sont pas dans les rues pour crier de colère, mais pour partager l’espérance de l’Évangile, l’espérance de la vie. Et si l’on respire aujourd’hui dans de nombreuses régions un climat de protestation et d’insatisfaction, terreau fertile aux populismes et aux complotismes, les Journées Mondiales de la Jeunesse sont l’occasion de construire ensemble. Elles ravivent le désir de créer de la nouveauté, de prendre le large et de naviguer ensemble vers l’avenir. Des paroles audacieuses de Pessoa me viennent à l’esprit : « Naviguer est nécessaire, mais il n’est pas nécessaire de vivre [...] ; ce qu’il faut c’est créer » (Navegar é preciso). Travaillons donc avec créativité pour construire ensemble ! J’imagine trois chantiers d’espérance où nous pouvons tous travailler unis : l’environnement, l’avenir, la fraternité.

    L’environnement. Le Portugal fait avec l’Europe beaucoup d’efforts exemplaires pour la protection de la création. Mais le problème mondial reste extrêmement sérieux : les océans sont surchauffés et, de leurs fonds, remonte à la surface la laideur avec laquelle nous avons pollué la maison commune. Nous transformons ces grandes réserves de vie en décharges de plastique. L’océan nous rappelle que la vie de l’homme est appelée à s’harmoniser avec un environnement plus vaste que nous, qui doit être protégé, doit être protégé avec soin, en pensant aux jeunes générations. Comment pouvons-nous dire que nous croyons en la jeunesse, si nous ne leur donnons pas un espace sain pour construire l’avenir ?

    L’avenir est le deuxième chantier. Et l’avenir, ce sont les jeunes. Mais de nombreux facteurs les découragent, comme le manque de travail, les rythmes effrénés dans lesquels ils sont plongés, l’augmentation du coût de la vie, la difficulté à trouver un logement et, plus préoccupant encore, la peur de former une famille et de mettre des enfants au monde. En Europe, et plus généralement en Occident, on assiste à une phase descendante de la courbe démographique : le progrès semble être une question de développement technique et de confort des individus, alors que l’avenir exige de contrer la dénatalité et le déclin de l’envie de vivre. Une bonne politique peut faire beaucoup en cela, elle peut être génératrice d’espérance. Elle n’est pas en effet appelée à détenir le pouvoir, mais à donner aux gens la possibilité d’espérer. Elle est appelée, aujourd’hui plus que jamais, à corriger les déséquilibres économiques d’un marché qui produit des richesses mais ne les distribue pas, appauvrissant les esprits en ressources et en certitudes. Elle est appelée à se redécouvrir génératrice de vie et de soins, à investir avec clairvoyance dans l’avenir, dans les familles et dans les enfants, à promouvoir des alliances intergénérationnelles, où l’on ne supprime pas d’un coup d’éponge le passé, mais où l’on favorise les liens entre jeunes et personnes âgées. Nous devons reprendre cela : le dialogue entre jeunes et personnes âgées. C’est ce que rappelle le sentiment de la saudade portugaise, qui exprime une nostalgie, un désir de bien absent qui renaît seulement au contact de ses propres racines. Les jeunes doivent trouver leurs racines chez les personnes âgées. En ce sens, l’éducation est importante. Elle ne peut pas se contenter de transmettre des notions techniques pour progresser économiquement, mais elle est destinée à s’insérer dans une histoire, à transmettre une tradition, à valoriser le besoin religieux de l’homme et à favoriser l’amitié sociale.

    Le dernier chantier d’espérance est celui de la fraternité que nous, chrétiens, apprenons du Seigneur Jésus Christ. Dans de nombreuses régions du Portugal, le sens du voisinage et la solidarité sont très vivants. Cependant, dans le contexte général d’une mondialisation qui nous rapproche, ne procurant pas cependant de proximité fraternelle, nous sommes tous appelés à cultiver le sens de la communauté, en commençant par la recherche de celui qui habite à côté. Comme l’a remarqué Saramago, « ce qui donne le vrai sens à la rencontre, c’est la recherche, et il faut faire beaucoup de chemin pour rejoindre ce qui est proche » (Todos os nomes, 1997). Comme il est beau de se redécouvrir frères et sœurs, de travailler pour le bien commun en laissant de côté les oppositions et les différences de vues ! Ici aussi, il y a par exemple les jeunes qui, avec leur cri de paix et leur envie de vivre, nous poussent à abattre les rigides barrières de l’appartenance, érigées au nom d’opinions et de croyances différentes. J’ai entendu parler de nombreux jeunes qui cultivent ici le désir de se faire proches. Je pense à l’initiative Missão País qui a conduit des milliers de jeunes à vivre, dans l’esprit de l’Évangile, des expériences de solidarité missionnaire dans les zones périphériques, en particulier dans les villages à l’intérieur du pays, en allant rendre visite à de nombreuses personnes âgées seules, et cela est une “onction” pour la jeunesse. Je voudrais remercier et encourager, avec toute les personnes dans la société portugaise qui s’occupent des autres, l’Église locale qui fait beaucoup de bien, loin de la lumière des projecteurs. 

    Frères et sœurs, sentons-nous tous ensemble appelés, fraternellement, à donner de l’espérance au monde dans lequel nous vivons et à ce magnifique pays. Que Dieu bénisse le Portugal !

  • La seule raison d'être des Journées Mondiales de la Jeunesse

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Le pourquoi des Journées Mondiales de la Jeunesse

    ÉDITORIAL : Alors que certains tentent d'édulcorer les prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse en mettant l'accent sur le dialogue interreligieux, la fraternité humaine et la célébration des différences religieuses, nous devons réaffirmer le caractère central de la conversion par la rencontre avec le Christ.

    31 juillet 2023

    Pensez à un jeune catholique que vous connaissez et qui, contre les courants déchaînés de la culture agressivement séculière d'aujourd'hui, a la bonté et le courage d'être publiquement et fièrement catholique.

    Qu'est-ce qui motiverait quelqu'un comme cela, au milieu d'un été brûlant qui leur offre d'innombrables activités récréatives "plus fraîches", à mettre quelques affaires dans un sac à dos et à se rendre dans un autre pays, peut-être à l'autre bout du monde, pour assister à un événement religieux tel que les Journées mondiales de la jeunesse ?

    L'occasion de rencontrer des jeunes qui partagent le même amour de l'Église, d'entendre des orateurs inspirants, de rendre visite au pape François, d'approfondir leur connaissance de la foi et, peut-être, de faire une rencontre personnelle avec Jésus qui changera leur vie - tous ces éléments figureraient certainement en tête de liste. 

    Qu'en est-il du "dialogue interreligieux" ?

    Pensez-y. Si vous n'êtes plus jeune, vous l'avez été un jour. Est-ce que cela vous inciterait à prendre l'avion, le train ou à vous rendre en pèlerinage à pied dans un endroit comme Lisbonne, au Portugal ?

    Il n'en est rien.

    Alors pourquoi les organisateurs des Journées mondiales de la jeunesse de cette année mettent-ils l'accent sur ce point précis ?

    Discrètement, et de manière déconcertante, le dialogue interreligieux s'est imposé comme l'un des principaux thèmes du rassemblement du 1er au 6 août dans un pays encore très majoritairement catholique. Les participants auront l'occasion de visiter des lieux de culte non chrétiens, tels qu'une mosquée, une synagogue et un temple hindou. Le programme prévoit également une "célébration œcuménique" à laquelle le pape François lui-même pourrait assister. Les organisateurs ont tenu à inviter les protestants, les mormons, les bouddhistes, les musulmans, les hindous et d'autres encore à y participer. (Viendront-ils vraiment ? Pourquoi ?)

    Une réunion des comités d'organisation locaux à Lisbonne en mai a donné un premier indice que l'œcuménisme serait une priorité majeure. Les festivités de ce jour-là comprenaient la représentation d'une chorale ismaélienne, la récitation d'un poème hindou et la lecture de passages du Coran. C'est peut-être un peu inquiétant, mais ce n'est qu'au début du mois, lorsque le cardinal élu Américo Aguiar, évêque auxiliaire de Lisbonne et principal organisateur de l'événement, a révélé l'éthique qui sous-tend ces Journées mondiales de la jeunesse, que l'on a commencé à tirer la sonnette d'alarme.

    "Nous ne voulons pas convertir les jeunes au Christ, à l'Église catholique ou à quoi que ce soit d'autre", a-t-il déclaré, expliquant qu'il souhaitait que les jeunes, qu'ils soient de n'importe quelle confession ou non, se sentent les bienvenus. "Les différences sont une richesse dans le monde et le monde sera objectivement meilleur si nous sommes capables de mettre dans le cœur de tous les jeunes cette certitude", a-t-il ajouté.

    Si le cardinal élu a cherché à contextualiser ses propos en affirmant que les JMJ sont une invitation à faire l'expérience de Dieu, il a également déclaré à ACI Digital : "Les JMJ n'ont jamais été, ne sont pas et ne devraient jamais être un événement de prosélytisme ; au contraire, elles sont et devraient toujours être une occasion pour nous d'apprendre à nous connaître et à nous respecter en tant que frères".

    Attendez un peu.

    L'objectif des Journées Mondiales de la Jeunesse a toujours été très clair. Il n'a pas besoin d'être nuancé. 

     "Les Journées Mondiales de la Jeunesse signifient précisément ceci : rechercher la rencontre avec Dieu, qui est entré dans l'histoire de l'humanité à travers le mystère pascal de Jésus-Christ", a déclaré le Pape Jean-Paul II en 1986.

    Le pape François l'a également exprimé clairement en 2021, lorsqu'il a appelé la jeunesse mondiale à Lisbonne en 2023 pour un "pèlerinage spirituel", exprimant le désir que les jeunes vivent cette expérience "comme de véritables pèlerins, et pas seulement comme des "touristes religieux" !

    Les vrais pèlerins dirigent leurs pas vers Dieu. Les touristes religieux sont là pour la nouveauté - pour faire l'expérience de choses religieuses, et non pour être transformés par une rencontre avec le Christ vivant.

    Sans surprise, le cardinal élu Aguiar a été immédiatement critiqué pour sa renonciation explicite à la conversion. L'évêque Robert Barron a rétorqué que si vous aviez dit au pape Jean-Paul II que "le véritable objectif de l'événement était de célébrer la différence et de faire en sorte que chacun se sente à l'aise avec ce qu'il est, et que vous n'aviez aucun intérêt à convertir qui que ce soit au Christ, vous auriez reçu un regard capable d'arrêter un train".

    La controverse et le retour de bâton ont rappelé les Journées mondiales de la jeunesse de Denver en 1993, lorsque Mère Angelica avait dénoncé la décision scandaleuse de faire représenter Jésus par une femme lors d'une représentation en direct du chemin de croix, qualifiant cette décision de "blasphématoire". 

    Les organisateurs des Journées Mondiales de la Jeunesse d'aujourd'hui ne font pas pression pour quelque chose qui soit contraire à l'enseignement de l'Église, comme en 1993, lorsque les organisateurs du Chemin de Croix faisaient une déclaration politique sur la place des femmes dans l'Église, utilisant la plate-forme comme une pression à peine voilée pour les femmes prêtres. Le dialogue interreligieux est incontestablement un élément important de la mission ad gentes de l'Église et peut être un moyen fructueux de promouvoir la paix et la collaboration entre l'Église et les non-chrétiens.

    Mais il y a un temps et un lieu pour cela, et Lisbonne au début du mois d'août n'est pas ce temps et ce lieu.

    Les Journées mondiales de la jeunesse ont été une lance à incendie pour la grâce et la miséricorde de Dieu au cours des trois dernières décennies. Il suffit de penser à tous les bons fruits qu'elles ont produits au fil des ans : les nombreuses vocations et apostolats, les amitiés catholiques vibrantes, les mariages catholiques durables. 

    L'objectif est, et doit rester, de sauver les âmes, de conduire les gens au ciel. Le rôle des organisateurs est de créer le meilleur environnement possible pour permettre à la Vérité de Dieu et à son Esprit Saint d'enflammer le cœur des jeunes pour la foi catholique. Les amener dans des mosquées, des synagogues et des temples n'y parviendra pas. Pas plus que les célébrations œcuméniques, même si le pape y est présent.

    Il s'agit des Journées mondiales de la jeunesse de l'Église catholique, et de rien d'autre.

  • Journées Mondiales de la Jeunesse : 96% des participants pensent que ces rassemblements contribuent à la diffusion de la foi en Jésus-Christ

    IMPRIMER

    De Nicolás de Cárdenas sur ACI Prensa via Catholic News Agency :

    Journées Mondiales de la Jeunesse : 96% des pèlerins pensent que les rassemblements contribuent à l'évangélisation

    Journées mondiales de la jeunesse Lisbonne 2023

    31 juillet 2023

    Selon une enquête internationale, 96% des jeunes de plus de 18 ans qui participent aux Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) à Lisbonne, au Portugal, pensent que ces rassemblements contribuent beaucoup ou assez "à la diffusion de la foi en Jésus-Christ".

    Dans la même mesure, les participants pensent que les différentes JMJ contribuent à "renforcer l'engagement des jeunes" (96%) et à "faire résonner le message de l'Eglise dans le monde" (95%).

    Parmi les motivations pour participer à la rencontre internationale avec le pape figure la "rencontre avec Jésus-Christ" (94%), suivie par le fait de "vivre de nouvelles expériences" (92%). Pour 89%, il est décisif de contribuer à "diffuser le message de Jésus-Christ" et de "participer à un événement avec le pape François".

    Dans une moindre mesure, les jeunes viennent à Lisbonne pour connaître d'autres cultures, de nouvelles personnes, pour être avec des personnes partageant les mêmes idées, ou pour établir un dialogue avec des jeunes de différentes religions.

    Pour la plupart, les pèlerins des JMJ considèrent que leur foi chrétienne est un facteur positif pour mûrir et devenir une meilleure personne, construire un monde meilleur, faire preuve de solidarité, comprendre les autres et vivre une vie heureuse.

    Selon l'étude, près des deux tiers des participants sont des femmes (62 %) et 4 personnes sur 10 ont entre 18 et 25 ans, tandis que près d'un tiers ont plus de 35 ans. Quatre-vingt-deux pour cent ont fait des études supérieures, six sur dix ont un emploi et un peu plus d'un tiers sont étudiants.

    En ce qui concerne leur pratique religieuse, 83% vont à la messe le dimanche, 65% prient quotidiennement et 62% appartiennent à un groupe paroissial.

    Dans 36% des cas, les participants sont accompagnés par un groupe ou une association religieuse, 29% par leur paroisse, et 27% sont seuls ou avec un groupe d'amis.

    Pour les deux tiers des participants, c'est la première fois qu'ils participent à une JMJ. Ceux qui ont déjà participé à des JMJ considèrent leurs expériences comme très positives ou positives (99%) et reconnaissent que ces expériences ont eu une grande influence sur leur vie (92%).

    L'enquête a été préparée par la société espagnole GAD3 à partir d'entretiens en ligne menés du 12 au 20 juillet auprès de près de 12 600 jeunes de 100 pays.

  • Lisbonne : One of Us invite les pèlerins des JMJ à rencontrer 7 héros de la vie

    IMPRIMER

    Heroes for Life

    Exposition "Héros pour la vie
    One of Us invite les pèlerins des JMJ à rencontrer 7 héros de la vie

    Venez voir comment Mère Teresa, Sophie Scholl, Jean-Paul II, Jérôme Lejeune, le Roi Baudouin, Carlo Casini et d'autres se sont battus pour la protection et la dignité de la vie et découvrez comment vous pouvez vous aussi devenir un héros de la Vie !

    Pour visiter l'exposition "Héros pour la vie" organisée du 1er au 4 août à l'église paroissiale de Graça (adresse exacte : Largo da Graça 94, 1170-165 Lisboa)

  • Lisbonne : à la recherche du Seigneur Jésus

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    À la recherche du Seigneur Jésus à Lisbonne

    En pensant à l'exemple le plus récent d'un catholicisme abruti par la 'religion du soyez gentils', je me suis souvenu d'une approche radicalement différente pour expliquer la relation du Seigneur Jésus aux aspirations des jeunes cœurs.

    26 juillet 2023

    À la mi-mai, j'ai passé deux jours intenses à Lisbonne, où une nouvelle édition portugaise de mes Lettres à un jeune catholique était en cours de préparation en tant que ressource catéchétique pour les Journées Mondiales de la Jeunesse 2023. Dans cette ville merveilleuse et aux alentours, j'ai eu le plaisir de rencontrer des éducateurs catholiques de tout le Portugal ; j'ai été accueilli pour des discussions dans deux paroisses dynamiques ; et j'ai eu droit à une visite éclair au QG des Journées Mondiales de la Jeunesse : un ancien commissariat militaire, où une armée d'un autre genre - un régiment de jeunes activistes catholiques énergiques - s'occupait de la logistique d'un rassemblement international qui mettrait à l'épreuve la capacité d'un "planificateur d'événements" de la société la plus coûteuse. Dans chacune de ces rencontres, j'ai trouvé un grand espoir que les JMJ-2023, sous la protection maternelle de Notre-Dame de Fatima, dynamiseraient la nouvelle évangélisation au Portugal et peut-être dans toute l'Europe occidentale.

    Je ne peux donc pas imaginer que mes amis portugais étaient remplis d'une joie pentecôtiste lorsque le coordinateur des JMJ, l'évêque auxiliaire de Lisbonne Américo Aguiar, a déclaré dans une interview du 6 juillet que, lors des JMJ-2023, "nous ne voulons pas convertir les jeunes au Christ ou à l'Église catholique ou à quoi que ce soit de ce genre". L'objectif des JMJ-2023 était plutôt de créer une situation dans laquelle chaque jeune pourrait dire : "Je pense différemment, je ressens différemment, j'organise ma vie différemment, mais nous sommes frères et nous allons ensemble pour construire l'avenir".

    Ce renoncement frappant au grand envoi en mission - "Allez et faites de toutes les nations des disciples... enseignez-leur tout ce que je vous ai prescrit" (Matthieu 28:19-20) - n'aurait peut-être pas résonné au-delà du Portugal si le pape François n'avait pas annoncé, trois jours plus tard, son intention de créer Mgr Aguiar cardinal le 30 septembre. La bagarre habituelle sur Internet s'en est suivie, et l'auxiliaire de Lisbonne, ressentant manifestement une certaine pression, a expliqué que ses propos avaient été sortis de leur contexte ; tout ce qu'il disait, c'est qu'il n'y aurait pas de "prosélytisme" lors des JMJ-2023.

    Ce que l'évêque et cardinal désigné n'a pas expliqué, c'est pourquoi l'accomplissement du grand envoi en mission par l'évangélisation et la catéchèse - jusqu'à présent considérées comme des composantes essentielles de toute Journée mondiale de la jeunesse - constituait du "prosélytisme".

    En réfléchissant à ce dernier exemple de catholicisme abruti par 'la religion du soyez gentils' (religion of nice), je me suis souvenu d'une approche radicalement différente pour expliquer la relation du Seigneur Jésus aux aspirations des jeunes cœurs. C'est l'approche adoptée par le pape Jean-Paul II à Tor Vergata, à Rome, au cours de la veillée nocturne précédant la messe de clôture des Journées mondiales de la jeunesse 2000. Le pape avait placé le Christ au centre d'un immense rassemblement de jeunes adultes catholiques en prononçant ces mots mémorables :

    C'est Jésus que vous cherchez quand vous rêvez de bonheur ; il vous attend quand rien d'autre ne vous satisfait ; il est la beauté qui vous attire tant ; c'est lui qui provoque en vous cette soif de plénitude qui ne vous laissera pas vous contenter d'un compromis ; c'est lui qui vous pousse à vous défaire des masques d'une vie factice ; c'est lui qui lit dans vos cœurs vos choix les plus authentiques, ceux que les autres essaient d'étouffer. C'est Jésus qui suscite en vous le désir de faire quelque chose de grand de votre vie, la volonté de suivre un idéal, le refus de vous laisser abattre par la médiocrité, le courage de vous engager humblement et patiemment à vous améliorer et à améliorer la société, à rendre le monde plus humain et plus fraternel.

    Un christocentrisme aussi solide n'est pas, selon moi, du "prosélytisme". C'est un témoignage chrétien de la vérité chrétienne. C'est une affirmation qui allie conviction et compassion. C'est une explication de la confession fondamentale de la foi chrétienne : Kýrios Iēsoûs, "Jésus est Seigneur". Et c'est ce christocentrisme qui a inspiré des millions de jeunes catholiques qui ont participé aux Journées mondiales de la jeunesse depuis 1984 à devenir les disciples missionnaires pour lesquels ils ont été baptisés.

    En ce qui concerne le fastidieux psychobabillage sur le fait de marcher ensemble vers l'avenir, l'évêque Aguiar et d'autres qui s'y adonnent pourraient reconsidérer l'histoire magnifiquement élaborée de Saint Luc des deux disciples marchant vers Emmaüs l'après-midi du dimanche de Pâques (Luc 24:13-35). Ils marchaient ensemble. Mais ils marchaient dans la mauvaise direction jusqu'à ce qu'ils rencontrent le Ressuscité. Ils ont alors recommencé à marcher ensemble, mais désormais dans la bonne direction : vers une Jérusalem transformée par la résurrection, à partir de laquelle eux et les autres qui avaient rencontré le Seigneur Jésus seraient envoyés dans le monde entier pour inviter les autres à "la cité du Dieu vivant" (Hébreux 12:22).

    C'est cette "marche ensemble" que les Journées mondiales de la jeunesse devraient inspirer : une marche ensemble qui mène au Christ et à la mission.

    (La chronique de George Weigel "The Catholic Difference" est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver).

  • Suivre les 2.000 Belges aux JMJ de Lisbonne avec 10 journalistes et correspondants sur 1RCF BELGIQUE

    IMPRIMER

    2023_07_26_08_30_24_Greenshot.png

    2023_07_26_08_31_23_Greenshot.png

  • JMJ : le futur cardinal portugais ne désire pas convertir les jeunes au Christ

    IMPRIMER

    De Walter Sanchez Silva sur ACI Prensa via Catholic News Agency :

    Le futur cardinal portugais parle des JMJ : "Nous ne voulons pas convertir les jeunes au Christ".

    ACI Prensa Staff, Jul 10, 2023 / 16:00 pm

    "Nous ne voulons pas convertir les jeunes au Christ ou à l'Église catholique ou à quoi que ce soit de ce genre", a déclaré l'évêque Américo Aguiar, responsable des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) Lisbonne 2023, qui sera créé cardinal par le pape François en septembre.

    Les Journées mondiales de la jeunesse se tiendront à Lisbonne, au Portugal, du 1er au 6 août.

    Mgr Aguiar, évêque auxiliaire de Lisbonne, a fait cette déclaration le 6 juillet lors d'une interview accordée à RTP Notícias, trois jours avant que le pape François n'annonce la création de 21 nouveaux cardinaux, dont le prélat.

    Dans cette interview, l'évêque a déclaré qu'à son avis, l'intention de la Journée mondiale de la jeunesse est de faire voyager les jeunes ensemble, dans le respect de leur diversité.

    Pour le cardinal désigné, l'objectif est de permettre à chaque jeune de dire : "Je pense différemment, je ressens différemment, j'organise ma vie différemment, mais nous sommes frères et nous allons ensemble pour construire l'avenir. C'est le message principal de cette rencontre avec le Christ vivant que le pape veut apporter aux jeunes".

    "Nous ne voulons pas convertir les jeunes au Christ, à l'Église catholique ou à quoi que ce soit d'autre", a poursuivi Mgr Aguiar. "Nous voulons qu'il soit normal pour un jeune chrétien catholique de dire qui il est et d'en témoigner, ou pour un jeune musulman, juif ou d'une autre religion de n'avoir aucun problème à dire qui il est et d'en témoigner, et pour un jeune qui n'a pas de religion de se sentir le bienvenu et de ne pas se sentir étrange parce qu'il pense d'une manière différente".

    Le prélat a souligné qu'il est important "que nous comprenions tous que les différences sont une richesse et que le monde sera objectivement meilleur si nous sommes capables de mettre dans le cœur de tous les jeunes cette certitude de Fratelli Tutti, frères tous, que le pape a fait un énorme effort pour que cela entre dans le cœur de tous."

    L'encyclique Fratelli Tutti du pape François a été publiée le 4 octobre 2020. C'est la troisième de son pontificat et elle est consacrée à la "fraternité et à l'amitié sociale".

    Les Journées mondiales de la jeunesse ont été instituées par le pape Jean-Paul II en 1985. Elle a toujours été l'occasion pour les jeunes du monde entier de rencontrer personnellement le Christ et de choisir de se donner entièrement à son service dans le sacerdoce ou la vie consacrée.

    Le 19 août 2000, lors des JMJ de Rome, l'année du grand jubilé, le pape Jean-Paul II a appelé les jeunes les "veilleurs du matin" et leur a rappelé qu'en "disant 'oui' au Christ, vous dites 'oui' à tous vos idéaux les plus nobles. Je prie pour qu'il règne dans vos cœurs et dans toute l'humanité au cours du nouveau siècle et du nouveau millénaire. N'ayez pas peur de vous confier à lui ! Il vous guidera, il vous donnera la force de le suivre chaque jour et dans toutes les situations.

    Walter Sánchez Silva est rédacteur principal pour ACI Prensa (https://www.aciprensa.com). Avec plus de 15 ans d'expérience, il a rendu compte d'importants événements ecclésiaux en Europe, en Asie et en Amérique latine pendant les pontificats de Benoît XVI et du pape François. Courriel : walter@aciprensa.com

  • Plus de 10.000 militants irlandais pro-vie marchent contre la culture de la mort

    IMPRIMER

    D'iFamNews :

    Les militants irlandais pro-vie marchent contre la culture de la mort

    À la suite de l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade aux États-Unis, plus de 10 000 militants pro-vie se sont rassemblés à Dublin, en Irlande, pour réclamer le rétablissement de la protection de la vie des enfants à naître dans leur pays.

    6 juillet 2023

    Ces défenseurs ont trouvé une motivation supplémentaire pour protester, car les rapports suggèrent une forte augmentation des cas d’avortement, associée à une législation potentielle qui pourrait libéraliser davantage les lois sur l’avortement. Les organisateurs du rassemblement ont souligné l’urgence d’offrir de véritables choix aux femmes, des choix qui respectent et nourrissent la vie au lieu d’y mettre fin. Le message résonne avec la récente victoire de la cause pro-vie aux États-Unis, illustrant l’importance de la persévérance dans la poursuite des mesures en faveur de la vie.

    Niamh Uí Bhriain, représentante de l’Institut de la vie, a fait part de la frustration palpable et des regrets ressentis par de nombreux citoyens irlandais en raison de l’augmentation du nombre d’avortements. Au début de l’année, il a été signalé que plus de 8 500 avortements ont eu lieu en 2022, ce qui représente une augmentation inquiétante de 27 % par rapport à 2019. Lors de son passage sur The Niall Boylan Podcast, Uí Bhriain a partagé le sentiment commun de regret parmi ceux qui ont voté contre le huitième amendement pro-vie en 2018, en admettant qu’ils n’avaient pas anticipé un changement aussi radical vers des avortements sans restriction.

    Le Rassemblement pour la vie a rassemblé un large éventail de partisans de l’avortement, avec des pancartes et des banderoles faisant écho à leur plaidoyer en faveur d’une intervention du gouvernement pour freiner les avortements massifs, qu’ils considèrent comme une profonde tragédie pour leur avenir. L’Irlande a été invitée à suivre l’exemple des États-Unis, qui ont récemment annulé l’arrêt Roe v. Wade après près de cinq décennies de campagnes permanentes menées par des militants pro-vie. La récente décision de la Cour suprême des États-Unis a ouvert la voie à plus d’une douzaine d’États pour réintroduire des protections pour les enfants à naître.

    Actuellement, la loi irlandaise autorise les avortements au cours du premier trimestre, avec des autorisations limitées pour les stades plus avancés de la grossesse. Malgré l’instauration d’une période d’attente de trois jours et de certaines protections de la conscience pour les travailleurs de la santé pro-vie, les dirigeants pro-vie sont très inquiets. Ils prévoient la disparition potentielle de ces garanties minimales, car les discussions législatives envisagent d’étendre les avortements à toute raison jusqu’à six mois et d’éliminer la période d’attente. Dans le même temps, les professionnels de la santé peuvent être contraints de participer à des procédures qui vont à l’encontre de leur position pro-vie.

    Peadar Tóibín, leader de Aontú [political party], a décrit la lutte politique intense qui se déroule en Irlande, la majorité des factions politiques plaidant en faveur d’une plus grande accessibilité à l’avortement. Trevor Hayes, consultant en gynécologie-obstétrique en Irlande, s’est fait l’écho de ses sentiments et a souligné l’impact négatif de la dilution des protections de la conscience sur le personnel de santé. Mme Hayes a prévenu que le fait d’obliger les professionnels de la santé à pratiquer des avortements pourrait conduire à un exode des talents du domaine médical, ce qui aggraverait la pénurie déjà existante et aurait des répercussions négatives sur les services de santé destinés aux femmes. Dans un puissant réquisitoire, Mme Hayes a déclaré : “L’avortement ne sert pas les femmes. C’est le signe que nous les avons absolument laissées tomber”.

  • Cardinal Sarah : Aucun synode ne peut inventer un "sacerdoce féminin"

    IMPRIMER

    D'Ana Paula Morales sur ACI Prensa via Catholic News Agency :

    Cardinal Sarah : Aucun synode ne peut inventer un "sacerdoce féminin".

    5 juillet 2023

    Le cardinal Robert Sarah, préfet émérite du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements, a souligné que "le sacerdoce est unique" et a averti qu'"aucun concile, aucun synode" ne peut "inventer un sacerdoce féminin".

    Dans sa conférence sur le sacerdoce, intitulée "Joyeux serviteurs de l'Évangile" et donnée le 3 juillet au séminaire conciliaire de Mexico, le cardinal a assuré que personne "n'a le pouvoir de transformer ce don divin, de l'adapter et de réduire sa valeur transcendante au domaine culturel et environnemental".

    "Aucun concile, aucun synode, aucune autorité ecclésiastique n'a le pouvoir d'inventer un sacerdoce féminin (...) sans porter gravement atteinte à la physionomie pérenne du prêtre, à son identité sacramentelle, dans le cadre de la vision ecclésiologique renouvelée de l'Église, du mystère, de la communion et de la mission", a-t-il souligné.

    Sarah a souligné que "la foi catholique professe que le sacrement de l'ordre, institué par le Christ Seigneur, est un, il est identique pour l'Église universelle. Pour Jésus, il n'y a pas de sacerdoce africain, allemand, amazonien ou européen. Le sacerdoce est unique, il est identique pour l'Église universelle".

    Le sacerdoce, un don

    Dans sa conférence, le préfet émérite a également réfléchi sur le fait d'"être prêtre" et a souligné que "le sacerdoce est un grand, grand mystère, un don si grand que ce serait un péché de le gaspiller." 

    "C'est un don divin qui doit être reçu, compris et vécu, et l'Église a toujours cherché à comprendre et à approfondir l'être réel et propre du prêtre, en tant qu'homme baptisé, appelé à être un alter Christus, un autre Christ, et plus encore un ipse Christus, le Christ lui-même, à le représenter, à se conformer à lui, à être configuré et médiatisé dans le Christ avec l'ordination sacerdotale", a-t-il expliqué.

    Pour le prélat guinéen, "le prêtre est un homme de Dieu qui est jour et nuit en présence de Dieu pour le glorifier, pour l'adorer. Le prêtre est un homme immolé en sacrifice pour prolonger le sacrifice du Christ pour le salut du monde".

    Le cardinal a déclaré que la "première tâche" des prêtres "est de prier, car le prêtre est un homme de prière : Il commence sa journée par l'office des lectures et la termine par l'office".

    "Un prêtre qui ne prie pas est sur le point de mourir. Une Église qui ne prie pas est une Église morte", a-t-il averti.

    Concernant le manque de vocations sacerdotales, il a encouragé les fidèles à prier car "ce n'est pas parce que nous sommes peu nombreux".

    "Le Christ en a ordonné 12 pour le monde entier. Combien d'entre nous sont prêtres aujourd'hui ? Nous sommes près de 400 000 prêtres dans le monde. Nous sommes trop nombreux", a-t-il déclaré, citant la même observation faite par le pape Grégoire le Grand au VIIe siècle.

    "Beaucoup ont accepté le sacerdoce, mais ils ne font pas le travail du prêtre", explique Sarah.

    "En réponse, nous devons donc prier.
    Lui demander d'envoyer des ouvriers à sa moisson, prier. Et montrer que nous, les prêtres, sommes heureux, car si les jeunes hommes voient que nous sommes tristes, nous n'attirerons personne", a-t-il insisté. "Nous devons être heureux, même si nous souffrons.

    Cet article a d'abord été publié par ACI Prensa, le partenaire de CNA pour les nouvelles en langue espagnole. Il a été traduit et adapté par CNA.