Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conférences, spectacles, manifestations - Page 5

  • 24 septembre : 29e pèlerinage familial de tradition à Foy-Notre-Dame

    IMPRIMER

    2023_09_18_13_32_23_Greenshot.png

    cliquer sur l'image pour l'agrandir

  • Nombreux, ils ont marché pour la vie à Berlin et à Cologne

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Grand succès en deux endroits

    17 septembre 2023

    Bien plus de 6 000 défenseurs des droits de la vie lors de la Marche pour la vie à Berlin et à Cologne.

    C'est par un temps radieux que la présidente de l'association fédérale Lebensrecht, Alexandra Linder, et l'animatrice Martine, de Cologne, ont accueilli à Berlin des milliers de militants pour la vie, venus de toute l'Allemagne, dans la bonne humeur.

    "Dans aucun pays au monde, il n'est prouvé que l'avortement présente un quelconque avantage psychique, physique ou d'émancipation pour les femmes". Dans son discours d'ouverture, Linder a surtout parlé du mépris des femmes et des enfants par le lobby de l'avortement, qui se moque tout simplement de la situation des personnes concernées. Une société digne de l'homme aurait besoin de protection, de prévention et d'émancipation, pas d'avortement. Il en va de même en fin de vie, où il faut prévoir des oasis de vie plutôt que des suicides assistés.

    A Cologne, Paul Cullen, président de Ärzte für das Leben, Susanne Wenzel, présidente du CDL, et une conseillère en matière de grossesse ont pris la parole. Berlin, qui comptait près de 4000 participants, avait invité deux étrangers qui ont parlé des lois sur l'euthanasie au Canada et de l'avortement aux Pays-Bas. En outre, un père concerné a parlé de sa situation et de sa relation de l'époque, qui auraient conduit à l'avortement de leur enfant. La clôture a été assurée par un grand groupe de Jeunes pour la vie. Parmi les participants se trouvaient plusieurs évêques et évêques auxiliaires, l'archevêque Koch a donné une bénédiction de voyage à Berlin avec le pasteur Albrecht Weißbach après la manifestation.

    Alors que la police berlinoise a toujours maîtrisé la situation de manière routinière et sûre, la police de Cologne a apparemment été surprise par la propension à la violence des perturbateurs antidémocratiques de la manifestation. A plusieurs reprises, les forces d'intervention ont été dépassées, il y a eu des actes de vandalisme, des tentatives de percée, des blocages et même quelques agressions physiques, au cours desquelles personne n'a heureusement été sérieusement blessé.

    L'ambiance parmi les participants est restée bonne, pacifique et amicale, même lorsqu'ils ont été chahutés de la manière la plus grossière pendant le rassemblement et le cortège.

    Au vu du succès et de l'engouement suscités par la Marche pour la vie, organisée pour la première fois en deux endroits, il est probable que l'année prochaine, le 21 septembre 2024, il y aura à nouveau au moins deux grands événements simultanés.

    Photo : La Marche à Berlin 2023 (C) BvL

  • Sauvons nos enfants; NON à EVRAS : Tous à Bruxelles ce jeudi 7 septembre

    IMPRIMER

    Tous à Bruxelles ce jeudi 7 septembre

    C'est ce jeudi 7 septembre que le Parlement votera l'obligation de l'EVRAS dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Rendez-vous à 13h (vote à 14h). Demandez aux députés de voter contre cette 'éducation sexuelle dès la naissance', que, selon un sondage en ligne, 95% des familles rejettent ! 

    Les organisateurs désirent vivre ce temps dans le calme et le silence: "il faut une autorisation que nous n'avons pas faute de temps - comme d'habitude.. - pour manifester notre désaccord à la signature de ce vote. Nous marcherons donc mais en nombre et en silence."

    11600 personnes ont, à ce jour, signé la lettre ouverte sur l'hypersexualisation des enfants. Ce chiffre augmente chaque jour... Continuez à en parler autour de vous... 

    Pour continuer à signer la lettre ouverte

    Ceci n’est pas une manifestation, mais une marque de présence  pour communiquer le NON que presque tous les parents expriment.

    95 % des personnes interrogées demandent le retrait de l’EVRAS.

    Plus de 6500 personnes ont répondu à UNE ENQUÊTE citoyenne. Les résultats sont sans appel : 95% des personnes interrogées sont en désaccord avec ce projet et souhaiteraient le retrait de l’EVRAS tel que proposé dans le nouveau Guide EVRAS. 

    Lien vers l’événement Facebook sur la page ‘Sauvons nos enfants’ concernant le jeudi 7 septembre

    Les organisateurs s’attendaient à voir ce vote mis à l’ordre du jour le plus rapidement possible, histoire de prendre tout le monde de court et d’éviter les débats. Ce jeudi à 14h, les députés de la Fédération Wallonie-Bruxelles voteront sur la proposition de rendre le programme EVRAS obligatoire dans les écoles. Un budget de plus de 4 millions a déjà été dégagé avant les vacances pour développer ce programme d’Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle.

    Or plusieurs associations et plus de 6500 parents, sont en désaccord avec le programme EVRAS, tant sur le fonds que sur la méthode. Ceci n’a rien d’étonnant, puisque les spécialistes de la santé mentale de l’enfant n’ont pas été concertés. Ni les professeurs, ni les parents ne sont consultés ou avertis par rapport au contenu de ces animations, ce qui a déjà donné lieu à des incidents regrettables. Par ailleurs, ce programme est imprégné d’une idéologie dangereuse qui nie les fondements biologiques de la différence entre les hommes et les femmes, qui introduit la notion de consentement à un âge où l’enfant ne peut pas consentir et qui induit une hypersexualisation de l’enfant susceptible de le mettre en danger.

    La plupart des députés ignorent les dérives possibles de ce programme, il faut les en informer. Encouragez-les à voter NON ! pour protéger l’innocence des enfants et respecter les valeurs familiales.

    Les organisateurs vous invitent à contacter votre député: Pour ceux qui en ont les capacités, c'est le bon moment de vous manifester auprès de votre député. Appelez-les, écrivez-leur ou allez frapper à leur porte. Dites-leur ce que vous pensez de ce programme. Prenez 20 minutes et faites usage de votre droit démocratique, demandez à votre député de respecter son mandat (leurs coordonnées).

  • Bruxelles, 4 septembre : messe pour le 60e anniversaire de la mort de Robert Schuman

    IMPRIMER

    2023_08_29_08_02_40_Greenshot.png

  • S'inscrire à "Bioethics for Youth", un cycle de formation annuel qui s'adresse à tous les jeunes désireux d'approfondir les questions bioéthiques, en théorie et en pratique.

    IMPRIMER

    Le Bioethics for Youth est un cycle de formation annuel qui s'adresse à tous les jeunes désireux d'approfondir les questions bioéthiques, en théorie et en pratique.

    Les inscriptions sont ouvertes pour sa 5e édition !

    Tu as entre 16 et 25 ans, et tu as envie d'en savoir plus ?

    Viens à la soirée d'information

    le 18 septembre à 19h à l'Espace Malibran

    49 rue Malibran - 1050 Bruxelles : à deux pas de la Place Flagey

    Je m'inscris à la soirée d'information

     

    Je m'inscris à la soirée d'information
     
  • La vérité et l'amitié sont nécessaires pour lutter contre la cancel culture

    IMPRIMER

    De Rodolfo Casadei sur Tempi.it :

    La vérité et l'amitié sont nécessaires pour lutter contre la cancel culture

    cancel culture meeting

    Débat lors de la Rencontre de Rimini avec Sergio Belardinelli, François-Xavier Bellamy et Joseph Weiler. "En ces temps de relativisme, il faut du courage pour continuer à placer la vérité au centre".

    21/08/2023

    Si la réunion du Meeting de Rimini sur la "cancel culture" intitulée "Abolir les cultures ou construire la culture ?" a été moins prévisible que prévu, - les trois intervenants ayant manifestement une opinion négative sur le phénomène - le mérite en revient en grande partie au constitutionnaliste américain Joseph Weiler, qui a battu les cartes posées à l'ouverture par le modérateur Andrea Simoncini et le professeur Sergio Belardinelli.

    Les provocations de Weiler

    Le premier avait dressé une liste des "effacements" les plus étranges dans le monde anglo-saxon, depuis les statues de Christophe Colomb enlevées aux États-Unis au nom de la lutte contre le patriarcat jusqu'à l'écrivain J.K. Rowling exclue des réunions potteriennes - elle qui a créé le personnage de Harry Potter - pour avoir insisté sur le fait qu'un homme qui se sent femme ne peut pas être appelé femme du tout. Cette dernière avait désigné la "cancel culture" comme un proche parent du politiquement correct des années 1970, sauvé de la poubelle de l'histoire par le pouvoir des médias sociaux, qui nous a donné le "passé unidimensionnel" et l'"aseptisation de l'histoire".

    Weiler lance deux provocations : 1) il est facile de condamner la "cancel culture" lorsqu'il s'agit des statues de Christophe Colomb ou d'un livre intitulé L'Europe chrétienne (écrit par lui) que Feltrinelli a refusé de publier parce qu'il était "étranger à sa ligne éditoriale" ; mais lorsqu'un petit village autrichien veut ériger une statue à l'un des officiers responsables du massacre de Marzabotto, ne voudrions-nous pas la démolir ? 2) Dans l'intérêt de la paix sociale, il faut parfois tenir compte des sentiments des minorités qui ont réellement souffert de la part de certains personnages. La paix sociale compte plus, parfois, que d'autres considérations tout à fait valables.

    Excellentes provocations, précédées - pour ne pas donner l'impression d'être hostile à la liberté d'expression - d'une profession de foi dans la fameuse phrase attribuée à Voltaire (qui ne l'a jamais prononcée, alors que Weiler semble la prendre pour argent comptant) : "Je ne suis pas d'accord avec vous, mais je ferais tout pour que vous puissiez exprimer votre point de vue". Il est dommage que les solutions proposées aux dilemmes posés par les cas les plus délicats soient irrecevables : "Si nous sommes constitutionnalistes, nous ne pouvons pas ne pas mentionner Carl Schmitt dans nos ouvrages, mais nous devrions toujours préciser qu'il était nazi ; les statues de George Washington sont bien, mais nous devrions ajouter une plaque expliquant qu'il possédait aussi des esclaves".

    Les deux facteurs à l'origine de la cancel culture

    François-Xavier Bellamy, député européen et intellectuel français, a adopté un point de vue différent, prenant même la liberté de contester le titre de l'événement au nom du contenu de l'un de ses célèbres livres, 'Les déshérités' ("Je ne suis pas d'accord pour dire que l'alternative à la cancel culture est de construire la culture : l'alternative est de transmettre la culture, notre problème est la crise de la transmission culturelle"). Selon lui, la cancel culture découle de deux facteurs, l'un moral et l'autre philosophique : le manque d'humilité et le relativisme qui a aboli la vérité.

    "Quand j'étais jeune, j'ai lu un livre qui invitait les gens à cesser d'étudier Aristote parce que le philosophe grec avait écrit que "certains hommes naissent esclaves par nature". Pour ma part, je pense que si un grand esprit comme Aristote, un penseur qui a laissé un héritage qui reste un point de référence, a pu énoncer un concept aussi erroné, alors il pourrait aussi m'arriver de me sentir en sécurité dans une idée totalement fausse. Cela m'incite à l'humilité : je ne suis pas le dépositaire de la vérité, j'ai sans doute parfois besoin d'être corrigé, comme le souhaitait Socrate dans son dialogue avec le sophiste Gorgias. Il serait bon que de temps en temps, dans le face à face entre hommes politiques de tendances opposées, l'un d'entre eux dise : "merci, je me suis trompé et en dialoguant avec vous, je me suis rendu compte de mon erreur". Ce serait une façon de retrouver le sens de la vie publique".

    "La deuxième cause de la cancel culture est le relativisme. En tant qu'enseignant, j'ai constaté que les étudiants sont convaincus que la vérité n'existe pas, car chacun a la sienne. Mais si je ne crois pas à l'existence de la vérité, j'aurai tendance à empêcher l'autre d'exprimer ses idées différentes des miennes, car je penserai que personne ne peut convaincre l'autre du bien-fondé de ses propres positions, puisque rien n'est vrai. Si je ne suis pas vraiment sûr de mes idées, car je suis convaincu que la vérité n'existe pas, alors je me sens fragile et je fais taire l'autre pour ne pas avoir à l'affronter. Mais la vérité est là, aucun sophisme ne peut la faire disparaître ; si la moitié de cette salle croit en l'existence de Dieu et que l'autre moitié n'y croit pas, il n'est pas possible que les deux moitiés aient raison : quelqu'un a raison et quelqu'un d'autre a tort".

    La cancel culture et la vérité

    Le thème de la vérité a particulièrement stimulé M. Belardinelli, qui a failli sortir du sujet : "La gauche libérale américaine a d'abord célébré l'ère de la post-vérité, puis lorsqu'elle a découvert que des gens comme Trump et Poutine savent très bien utiliser les médias sociaux pour faire passer leurs messages, elle est revenue à la nécessité d'établir la vérité, elle s'est lancée dans la lutte contre les "fake news" (fausses nouvelles). Mais ils l'ont fait avec un empressement qui est suspect et qui dérive vers le despotisme. En tant que libéral, je dis que dans une société de libres et d'égaux, une erreur partagée vaut mieux qu'une vérité imposée par la force".

    Ce n'est pas le seul paradoxe proposé par le professeur, qui a également cité Hannah Arendt : "Le contraire du vrai n'est pas le faux, mais le mensonge délibéré. L'amitié vaut mieux que la justice, parce que quand il y a de l'amitié, il n'y a pas besoin de justice ; par contre, quand il y a de la justice, il y a aussi un besoin d'amitié".

    "En ces temps de relativisme, il faut du courage pour continuer à placer la vérité au centre", déclare Bellamy. "Le relativisme est confortable : vous vivez dans le monde de vos propres certitudes sans vous confronter avec personne, car ce serait un exercice inutile. Répondre à quelqu'un et lui dire qu'il a tort demande du courage. Comme le disait Charles Peguy, il faut avoir le courage de dire ce que l'on voit, mais d'abord le courage de voir ce que l'on voit. Le relativisme refuse de voir la réalité". Et Bellamy termine en récitant de mémoire, en français, les fameuses dix lignes de la dernière partie d'Orthodoxie de G.K. Chesterton ("On tirera l'épée pour prouver que les feuilles sont vertes en été. Nous serons amenés à défendre non seulement les incroyables vertus de la vie humaine, mais quelque chose de plus incroyable encore, cet immense et impossible univers qui nous confronte. Nous combattrons pour des prodiges visibles comme s'ils étaient invisibles. Nous contemplerons l'herbe impossible et les cieux avec un étrange courage. Nous serons de ceux qui ont vu et qui pourtant ont cru.") On se souvient alors que dans ses Déshérités, l'ancien professeur chante les louanges des poèmes appris par cœur, et l'on comprend tout.

  • Réforme liturgique en Inde. Résistance de masse : les prêtres syro-malabars défient le délai du délégué papal

    IMPRIMER

    Une information publiée sur le site « The Pillar » relayé via le web « il Sismografo »

    Les prêtres de l'archéparchie indienne d'Ernakulam-Angamaly ont défié un ultimatum du délégué spécial du pape François et ont refusé d'adopter une nouvelle forme uniforme de liturgie pour l'Église catholique syro-malabare.

    L'archevêque Cyril Vasil', SJ, envoyé spécial du pape auprès de l'Église syro-malabare sui iuris, a fixé une date limite la semaine dernière, le 20 août, pour que les prêtres et les laïcs abandonnent leur opposition au mode uniforme de célébration de la Sainte Qurbana, l'Eucharistie sacrée . liturgie de l'Église syro-malabare, sous peine de sanctions ecclésiastiques.

    Vasil' a dit aux prêtres dissidents et aux laïcs qu'ils risquaient des sanctions canoniques, y compris l'excommunication, s'ils continuaient à défier l'autorité du synode syro-malabar - l'organe directeur faisant autorité pour l'Église d'Orient - et du pape François.

    Mais dimanche, des centaines de manifestants ont bloqué la célébration de la Sainte Qurbana au Syro-Malabar de la cathédrale Sainte-Marie d'Ernakulam.

    Dans tout le diocèse, les protestations ont empêché le mode uniforme d'être proposé dans la poignée d'églises avec des prêtres disposés à suivre la ligne du Vatican, y compris l'église Saint-Joseph à Chunangamvely, l'église Saint-Thomas à Malayattoor ; et l'église Holy Cross à Manjapra.

    Jusqu'à présent, seules six des plus de 320 paroisses de l'archéparchie ont accepté d'adopter le mode uniforme.

    Malgré la position intransigeante prise par Mgr Vasil' la semaine dernière, les groupes catholiques locaux opposés au régime uniforme bénéficient du soutien de la grande majorité du demi-million de laïcs de l'archiéparchie et de la quasi-totalité du clergé local.

    Vasil' a déclaré la semaine dernière que les manifestants laïcs étaient "utilisés et maltraités" par leurs prêtres qui, selon lui, les traitaient comme "des otages involontaires et souvent involontaires dans leur rébellion sacrificielle".

    Le délégué pontifical a déclaré que la résistance continue à la réforme liturgique était une question d'unité de l'Église, disant aux fidèles locaux qu'ils étaient soit "avec le pape, soit contre lui", et disant qu'une résistance supplémentaire serait un acte de schisme.

    L'archiéparchie d'Ernakulam-Angamaly est la plus grande éparchie de l'Église catholique syro-malabare et est le siège de l'archevêque majeur, ou chef, de l'Église syro-malabare. L'église syro-malabare est la deuxième plus grande des églises catholiques orientales.

    Le mode uniforme, adopté par le synode de l'Église en 2021, est un compromis entre l'ancienne tradition de l'Église syro-malabare, dans laquelle le prêtre regardait vers l'est ( ad orientem ), et l'émergence d'une pratique d'influence latine post-Vatican II dans certains églises, où le prêtre fait face au peuple tout au long de la liturgie ( versus populum ).

    « Voulez-vous rester prêtres de l'Église catholique — l'Église dirigée par le divin maître Jésus-Christ qui a confié à saint Pierre et à ses successeurs le droit de délier et de lier, d'encourager les frères dans la foi, d'enseigner et de gouverne?" a demandé Vasil' aux prêtres de l'archiéparchie la semaine dernière.

    « Il ne peut jamais y avoir de bénédiction de Dieu sur la désobéissance à sa volonté, peu importe combien vous essayez de la couvrir avec des phrases pieuses et même des prières. Il n'y aura jamais la bénédiction de Dieu sur les manifestations illégales et la rébellion », a déclaré le délégué papal.

    Malgré les avertissements de Vasil et la date limite du 20 août, le clergé local a continué à dénoncer le mode uniforme et le délégué papal, y compris au sein de la propre Compagnie de Jésus de Vasil.

    Pr. George Pattery, ancien président de la Conférence jésuite d'Asie du Sud, a déclaré samedi aux médias locaux que Vasil "semble militariser l'Eucharistie avec son dernier avertissement sur la liturgie syro-malabare sous couvert d'obéissance", et a appelé à une plus authentique processus d'engagement avec les catholiques locaux.

    Lire la suite

  • JMJ : les hosties consacrées stockées dans des box en plastique

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    JMJ : "En prière devant Jésus stocké... dans une boîte

    12 août 2023

    L'indignation face au traitement de l'Eucharistie et le témoignage d'amour et de réparation de trois jeunes des Etats-Unis, dont Savannah, 22 ans, qui raconte à La Bussola ce que les jeunes attendent vraiment de l'Eglise.

    Que les jeunes soient l'espérance de l'Eglise, comme l'enseigne le Concile Vatican II (Gravissimum educationis , n. 2 : EV 1/825) a été magnifiquement démontré pendant les journées des JMJ. Pas tant - ou du moins pas seulement - pour l'extraordinaire participation de plus d'un million et demi de pèlerins. En effet, l'une des images emblématiques de cette édition de l'événement s'avère être celle de trois jeunes hommes agenouillés en prière devant trois boîtes grises superposées. Des récipients en plastique dans lesquels quelqu'un avait décidé de déposer, sans grande dignité, la Sainte Eucharistie. L'indignation suscitée par le traitement infligé au corps de Jésus a été rachetée par le témoignage de foi de ces trois jeunes catholiques américains. Au moment où le cliché est devenu viral sur les réseaux sociaux, Savannah Dudzik, 22 ans, venue de Floride à Lisbonne, s'est reconnue comme la jeune fille en robe blanche en adoration et a revendiqué le geste sur son profil Facebook, ne cachant pas son indignation d'avoir été témoin de ce qu'elle considère comme un manque de respect à l'égard de Notre-Seigneur. La Nuova Bussola Quotidiana l'a interviewée.

    Savannah, t'attendais-tu à ce que ta photo de prière aux JMJ devienne virale ?

    Je ne m'attendais pas du tout à ce que cette photo devienne virale. Je ne savais même pas que cette photo avait été prise ! Je m'attendais encore moins à ce qu'elle devienne virale. Dans les jours qui ont suivi, je n'ai pas eu connaissance de cette photo et je n'imaginais pas que tant de personnes étaient aussi en colère que nous à propos de ce traitement réservé à la Sainte Eucharistie. Je l'ai découverte il y a quelques jours en la voyant circuler sur Internet.

    Racontez-nous ce qui s'est passé.

    Samedi soir, mes amis et moi revenions d'une adoration eucharistique lorsque nous avons vu des personnes s'agenouiller à l'intérieur d'une tente en direction de ce qui ressemblait à une plante posée sur des boîtes grises. Nous étions confus, nous ne savions pas pour quoi ils priaient. J'ai donc demandé à l'une des femmes agenouillées et elle m'a dit que Jésus était dans les boîtes. À ce moment-là, j'ai compris que Jésus avait été placé à l'intérieur des boîtes grises.

    Qu'en avez-vous pensé ?

    J'ai pensé que c'était un manque de respect, je ne comprenais pas comment il était possible qu'ils aient choisi de l'exposer ainsi à la vénération. Mes amis et moi étions très en colère. Nous sommes d'abord partis, puis nous avons décidé d'y retourner et nous avons prié un chapelet de réparation.

    Quelqu'un d'autre s'est-il joint à nous ?

    Plus tard dans la nuit, beaucoup d'autres personnes sont venues pour le culte, mais il n'y avait que nous trois et deux autres personnes qui étaient déjà là. 

    Est-il vrai que vous avez signalé l'incident aux autorités ecclésiastiques ?

    Oui, il y a quatre jours, j'ai envoyé un courriel au Saint-Siège, à la conférence épiscopale des États-Unis, à plusieurs évêques et secrétaires, ainsi qu'aux organisateurs des JMJ. Mais jusqu'à présent, je n'ai pas reçu de réponse.

    Pendant votre séjour à Lisbonne, avez-vous vu d'autres incidents de non-respect du Christ dans l'Eucharistie que celui-là ?

    J'ai entendu certaines personnes parler d'autres abus, mais je n'en ai pas vu moi-même et je ne veux donc pas donner d'informations erronées. 

    D'une manière générale, quelle impression votre expérience des JMJ vous a-t-elle laissée ?

    Je pense que c'était un bel événement. Il a montré à quel point l'Église catholique est universelle, car presque tous les pays étaient représentés aux JMJ. Il était agréable de voir que la messe d'ouverture était très solennelle. La Cité de la joie était magnifique, il y avait des centaines de confessionnaux, des prêtres qui écoutaient les confessions dans un champ ouvert. Et il y avait beaucoup d'organisations différentes du monde entier.

    Des aspects négatifs ?

    Je pense que la dernière nuit, à Campo da Graça, où s'est produit l'incident des boîtes, a montré les aspects négatifs. Il y a eu beaucoup d'abus, pas nécessairement lors de l'eucharistie, mais il y a eu beaucoup d'abus liturgiques.

    Y retourneriez-vous ?

    Oui, je retournerais aux JMJ parce que je pense que, dans l'ensemble, c'est une merveilleuse occasion pour les jeunes du monde entier de se réunir. Je pense que certains aspects auraient pu être améliorés, mais je comprends les difficultés liées à l'organisation d'un événement réunissant plus d'un million de personnes. Dans l'ensemble, je pense donc que les JMJ ont été magnifiques. Il est vrai qu'il y a eu des abus liturgiques, mais cela ne devrait pas empêcher quiconque de s'y rendre à l'avenir.

    Les images du Père Guilherme Peixoto, le prêtre DJ à la console qui a joué de la musique techno avant la messe du Pape le dimanche matin, ont ramené le thème de la façon dont l'Eglise peut rapprocher les jeunes. Pensez-vous que ce soit la bonne voie ?

    Le dimanche matin, quand les jeunes vont à l'église, ils ne cherchent pas une ambiance de discothèque. Et c'est ce qui nous a été donné le dernier jour des JMJ. Les jeunes recherchent quelque chose de sacré, quelque chose qui les rapproche de Dieu. Et c'est ce que nous avons depuis des milliers d'années dans l'Église catholique, grâce à la belle musique, la musique traditionnelle qui a toujours été jouée pendant la messe. Ne pensez donc pas que nous avons besoin d'un prêtre qui essaie de plaire aux jeunes. Ce n'est pas ce que nous voulons. Ce n'est pas ce que nous trouvons beau. Tout ce que nous recherchons, c'est la tradition de l'Église catholique.

    Lire également : A look behind the WYD Eucharist controversy

  • "Antwerp Pride" : l'Eglise catholique flamande se mobilise...

    IMPRIMER

    De cathobel.be (Vincent Delcorps) :

    En Flandre, l’Eglise catholique se mobilise à l’occasion de l’Antwerp Pride

    Ce samedi, à l’occasion de la grande parade de l’Antwerp Pride, un temps de recueillement œcuménique sera proposé par l’Eglise catholique. Les membres de la communauté LGBTQIA+ y sont particulièrement invités. Loin de toute polémique, l’initiative vise à répondre à l’appel du pape François pour qui tout le monde a sa place dans l’Eglise.

    En Flandre, l’Antwerp Pride est une véritable institution. En 2022, pas moins de 120.000 participants y étaient recensés. Cette grande parade dans les rues de la métropole célèbre l’égalité des chances et met à l’honneur les membres de la communauté LGBTQIA+. Cette année, à l’initiative de l’Eglise catholique en Flandre, elle sera précédée d’un temps de recueillement œcuménique.

    Grande sérénité

    Depuis septembre 2022, des points de contact « Foi et homosexualité » existent dans tous les diocèses flamands du pays. Willy Bombeek, qui en assure la coordination, a beaucoup voyagé. Dans plusieurs pays, il a pu assister à des messes ou autres célébration spécialement proposées à la communauté LGBTQIA+. « Et à chaque fois, je me disais que des temps de ce type manquaient ici… », nous partage Bombeek. Depuis plusieurs années, lors de la Brussels Pride, la paroisse Notre-Dame du Bon Secours a pris l’habitude de proposer un temps de prière œcuménique. « Je trouvais dommage qu’il n’y ait rien à Anvers »

    Objectif de ce samedi: proposer un temps de recueillement ouvert à tous dans un climat de grande sérénité. « L’important, c’est d’être présent« , insiste Willy Bombeek. « Nous voulons donner un signal à cette communauté. N’oublions pas qu’il y a là pas mal de personnes qui ont quitté l’Eglise, déçus par l’institution, mais qui n’ont perdu la foi! Nous voulons aussi toucher un autre public: les personnes qui sont toujours dans l’Eglise, mais qui ne parlent pas de leur orientation. »

    « Todos »

    Willy Bombeek croit inscrire son initiative dans une certaine actualité. « En lisant les textes du Synode, j’ai vu que la question de la place des femmes revenait souvent, mais aussi celle des membres de la communauté LGBTQIA+. De ce point de vue, nous n’agissons pas pour revendiquer mais pour rendre visible. Nous voulons montrer qui nous sommes, mais sans la moindre arrogance… »

    L’homme a aussi été très touché par les récentes paroles du pape François. « Aux JMJ, il a insisté sur le mot « todos [ndlr: « tous » en espagnol]. C’est son message: tout le monde doit pouvoir se sentir accepté tel qu’il est dans l’Eglise. Quel autre homme d’Etat se prononce aussi souvent que lui de la sorte? Je souhaite profiter de l’ouverture et de l’élan qu’il nous offre. »

    « On ne peut pas être dans la peur »

    Pendant le temps de célébration, un drapeau arc-en-ciel sera posé au pied de l’autel. Les personnes qui ont préparé ce moment ont aussi prévu des chants (de Taizé notamment), des témoignages de vie, de la prière. La Parole sera aussi présente: le texte de l’Evangile – la rencontre de Jésus avec la Samaritaine – sera lu par une femme transgenre, catholique pratiquante engagée dans une communauté anversoise. Le thème de l’eau sera central. Les personnes qui le souhaitent pourront notamment allumer une bougie et la déposer sur un plan d’eau. Ce n’est qu’en fin de célébration que les prêtres s’avanceront vers l’avant de l’église. Ils béniront alors la communauté des personnes présentes et les enverront.   

    La démarche est collégialement portée. Si elle émane des différents points de contact « Foi et homosexualité », elle bénéficie aussi de l’appui d’IJD (la pastorale des jeunes flamande). Des membres de communautés protestantes sont aussi associés au projet.

    Willy Bombeek est conscient des réactions négatives que la démarche pourrait susciter.

    C’est avec prudence qu’il a voulu porter le projet. A la veille de la rencontre, il se dit dans la confiance. « Quand on est croyant, on ne peut pas être dans la peur… Je sais que certaines personnes ne sont pas d’accord avec cette démarche. Je les invite simplement à la respecter. Je suis tout prêt à discuter avec elles si elles sont dans le respect. Au-delà, mon but n’est pas de convertir. En revanche, j’aimerais tellement que certaines personnes qui se sont éloignées de l’Eglise puissent à nouveau s’en rapprocher… »

    Quand le pape demande que l'Eglise soit ouverte à tous, cela implique-t-il qu'elle doive bénir et cautionner toutes les initiatives, quelles qu'elles soient ?

  • Eglise du Saint-Sacrement à Liège : fêtez l’Assomption de Notre-Dame les 14-15 août 2023 (Bd d’Avroy, 132)

    IMPRIMER

  • 12 août 2023 : pèlerinage marial à la basilique Saint-Martin de Hal

    IMPRIMER

    2023_07_17_08_57_36_Greenshot.png

    D’ores et déjà renseignements  et INSCRIPTIONS : fsspbru@gmail.com

  • JMJ : un indéniable regain de santé de l’institution catholique?

    IMPRIMER

    Il Sismografo publie les deux derniers articles de Jean-Marie Guénois consacrés aux JMJ sur le site du Figaro :

    L’indéniable regain de santé d’une Église catholique blessée par les scandales / JMJ: une semaine d’effervescence et de ferveur

    Les JMJ de Lisbonne marquent un indéniable regain de santé de l’institution catholique. -- Ce n’est pas une illusion ni de l’autopersuasion: les jeunes catholiques, tout comme les responsables de l’Église présents à Lisbonne - 800 évêques venus du monde entier, soit un quart des évêques actifs - ont pu réaliser que l’Église catholique traversait certes une crise profonde, celle des scandales sexuels, mais qu’elle était loin d’être abattue.

    Il est périlleux de tirer une conclusion générale d’un rassemblement mondial de plus de 1 million de jeunes, issus de tous les pays de la planète, mais ces 37es Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) 2023 marquent un indéniable regain de santé de l’institution catholique. Son quotidien n’est d’ailleurs pas celui des obscures déviances d’une minorité de ses prêtres - actuellement moins de 1 % à l’échelle mondiale sur 410 000 prêtres.

    La réalité ordinaire de l’Église est celle que l’on a pu constater dans les rues de la capitale portugaise: des prêtres qui ont donné leur vie à Dieu pour les autres, au service, bien dans leurs baskets. Des jeunes de leur temps, connectés technologiquement mais en impérieuse demande spirituelle face au vide existentiel. Le tout, sans naïveté sur les misères de l’Église - depuis vingt ans, ces jeunes n’ont entendu parler que de cela - mais dans la conscience réaliste des problèmes de ceux qui ne veulent pas en rester aux noirceurs et veulent aller de l’avant. Un autre facteur a été décisif de l’ambiance à Lisbonne. Il est venu des JMJistes espagnols et latino-américains, en masse au Portugal, qui ont le talent de mettre une ambiance de feu, partout où ils passent et qui étaient en communication linguistique et culturelle spontanée avec le pape argentin qui s’est le plus souvent exprimé dans sa langue maternelle. Ce furent majoritairement les JMJ de la grande péninsule ibérique - Portugal et Espagne - et de l’Amérique latine. Les prochaines, à Séoul (Corée du Sud) en 2027, auront peut-être du mal à rivaliser avec cette furia.

    Les JMJ de Lisbonne, avec les inévitables failles logistiques inhérentes à toutes les éditions, auront été une réussite éclatante. Un succès qui arrive à un moment où l’Église, encore plongée dans sa crise interne, doutait sérieusement d’elle-même.

    Un début de déclin pour un pape combatif mais usé

    À bientôt 87 ans, le pape François a accompli une sorte d’exploit physique et mental en affrontant le défi d’une rencontre de plusieurs jours avec des centaines de milliers de jeunes. Il a l’âge d’en être non pas le grand-père, mais l’arrière-grand-père. Après Lisbonne, il devient d’ailleurs le pape le plus âgé ayant présidé des JMJ. Ce risque, il l’a assumé, à peine sorti de la lourde convalescence liée à une opération chirurgicale aux intestins du… 7 juin dernier. Deux mois jour pour jour après sa sortie du bloc opératoire de l’hôpital Gemelli, il se retrouvait devant plus de 1 million de jeunes à Lisbonne!

    Malgré une volonté de fer et une vie spirituelle soutenue, sa fatigue, visible, l’a publiquement rattrapé au fil de ces cinq jours intenses de déplacements et de rencontres. Le programme n’avait pas été allégé, selon la volonté de François, comme lors des dernières JMJ de Jean-Paul II à Toronto, au Canada, en 2002. Mais au Portugal, il y a eu une surcharge évidente. Comme lors de la journée de samedi, où François s’est rendu en hélicoptère à Fatima - aller et retour dans la matinée -, enchaînant dans l’après-midi sa rencontre coutumière des voyages pontificaux avec ses frères jésuites, puis la veillée avec les jeunes jusqu’à 22 h 30.

    À quatre reprises, vendredi soir et samedi, le pape a laissé tomber son discours écrit, lisant au mieux le premier paragraphe puis improvisant, toujours de manière alerte et très éveillé, mais coupant au court. Tant et si bien que samedi soir, la belle exhortation, profonde et mystique, que François avait préparé pour les jeunes, s’est transformée en quelques conseils de vie, terre à terre, sur le fait de se «lever», «d’aider les autres», de «marcher ensemble», avec cet impératif: «l’unique moment où il est licite de regarder une personne de haut, c’est pour l’aider à se relever». François était fatigué d’une trop lourde journée.

    Lire la suite