Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 11

  • L'archidiocèse de Malines-Bruxelles expulse la paroisse Don Bosco de Buizingen de l'Église catholique

    IMPRIMER

    Des informations démenties par le Vicariat de l'archidiocèse...

    Du site de la VRT (Jeroen Guns) :

    L'archidiocèse de Malines-Bruxelles expulse la paroisse Don Bosco de Buizingen de l'Église catholique

    L'archidiocèse de Malines-Bruxelles a exclu la paroisse Don Bosco de Buizingen de l'Église catholique en raison de son progressisme. Il s'agit de l'ancienne paroisse du pasteur Rik Devillé, qui s'occupe des victimes d'abus sexuels dans l'Église catholique. La paroisse deviendra désormais une communauté de foi distincte.

    26 mars 2024

    Les célébrations de la messe dans la paroisse Don Bosco se déroulent sans prêtre depuis un certain temps et sont souvent dirigées par des femmes. L'église est également utilisée à d'autres fins, comme des cours de yoga et de danse. La paroisse deviendra désormais une communauté de foi distincte, largement séparée de l'Église catholique.

    "J'espère honnêtement qu'elle ne sera pas complètement en dehors de l'Église catholique", déclare la coordinatrice Els Paridaens. "Les discussions sur les implications juridiques et financières vont maintenant suivre. Nous savons d'ores et déjà que nous pourrons continuer à utiliser l'église.

    Une église laboratoire :

    "On nous a dit que les gens appréciaient notre fonctionnement. Mais pour avoir une place dans la structure plus large de l'Église catholique, nous devons être une paroisse. Nous aimerions être une 'église-laboratoire', un projet expérimental, dans lequel les gens peuvent également trouver leur place", explique Mme Els. "Et c'est difficile. (...)

    "Cela ne change rien au fait qu'il y a beaucoup d'émotions, de tristesse, de regret pour une occasion manquée, d'impuissance et de colère. Nous entamons à présent des pourparlers avec le diocèse et espérons en retirer beaucoup de choses utiles. Nous continuerons à faire ce que nous faisons".

    Malgré cette détermination, de nombreuses questions subsistent quant à l'avenir de la communauté religieuse, y compris pour Els. "Nous pourrions rencontrer des problèmes financiers. Nous allons gérer nous-mêmes le bâtiment de l'église, nous devons donc supporter ces coûts. Le diocèse veut toujours voir comment il peut nous aider, mais il y a certainement des conséquences financières."

    Le fonctionnement progressif de la communauté Don Bosco de Buizingen existe depuis 15 ans. Pourtant, son expulsion de l'Église catholique n'a pris de l'ampleur que récemment. Est-ce lié au rôle de Rik Devillé, l'ancien curé qui travaille pour les victimes d'abus sexuels dans l'Église catholique ?

    "J'espère que non. Je n'y crois pas", affirme Els avec conviction. "Je pense que c'est lié au choix que nous avons fait il y a 15 ans. Rik a été notre source d'inspiration et le restera pour beaucoup de gens. Mais je ne crois pas que ce soit lié à cela. C'est plus important que cela."

    Et

    Du Standaard (Klaas Maenhout) :

    Une paroisse progressiste de Buizingen expulsée de l'Église catholique

    L'église Don Bosco de Buizingen, ancienne paroisse du prêtre Rik Devillé, a été expulsée par l'archidiocèse de Malines-Bruxelles. "Nous pensons que c'est une occasion manquée", a-t-il déclaré.

    26 mars 2024

    Au début de la Semaine Sainte, après une série d'entretiens, la paroisse de Buizingen a reçu le message final de l'archevêché de Malines-Bruxelles : en raison de la "nature fondamentale des divergences de vues", l'église Don Bosco ne peut plus continuer à exister en tant que paroisse dans la zone de Halle.

    La paroisse de Buizingen est une exception en Flandre. Pas seulement à cause du baby-foot, des cours de danse ou de la table ronde en bois qui sert d'autel dans l'église. Depuis le départ en 2009 de Rik Devillé, le prêtre qui luttait depuis des décennies contre les abus sexuels au sein de l'Église, la paroisse se passe de prêtre. De la liturgie dominicale aux mariages, les célébrations sont présidées par des laïcs. Chaque semaine, un membre différent de l'église dirige le service. Les femmes sont également les bienvenues derrière l'autel.

    Au cours des derniers mois, la paroisse et le vicariat du Brabant flamand et de Malines se sont entretenus à plusieurs reprises afin de trouver une solution, mais les divergences se sont avérées trop importantes. "Nous nous sommes assis ensemble de manière constructive et respectueuse. Mais finalement, les deux parties ont senti que l'eau était trop profonde", explique Laurens Vangeel, du Vicariat du Brabant flamand et de Malines.

    C'est surtout "la vision de la célébration et de la présidence des sacrements" (c'est-à-dire le rôle du prêtre lors des naissances, des mariages et des funérailles, entre autres) qui a constitué un point de rupture pour l'Église, selon la communication officielle que De Standaard a pu consulter.

    "Nous avons tellement insisté pour pouvoir être une église-laboratoire", répond Els Paridaens (53 ans), coordinatrice de la paroisse. "Mais cela s'est avéré trop difficile. Je peux le comprendre, mais je trouve cela très regrettable. Nous pensons que c'est une occasion manquée, surtout à la lumière du processus synodal en cours (l'église réfléchit actuellement à son avenir, ndlr). Nous pensons nous-mêmes que nous méritons cette place. Et que nous sommes bons pour réfléchir de manière innovante à ce que l'Église peut signifier dans notre société."

    Tristesse, mais aussi soulagement

    La décision, communiquée lors de la célébration de dimanche, a été très difficile à prendre pour les 117 bénévoles et paroissiens, explique Mme Paridaens. "Toutes les émotions étaient présentes", dit-elle. "Il y avait de la tristesse, mais aussi du soulagement, du courage et de l'espoir. Certains ont dit 'Enfin'. En attendant, nous continuons à croire en notre projet, nous continuons à aller de l'avant".

    La paroisse s'entretiendra avec le vicariat dans les semaines à venir pour concrétiser la décision. Don Bosco Buizingen est désormais considéré comme une communauté de foi ou une organisation indépendante, informe le diocèse. "Nous espérons que cela donnera un avenir au fonctionnement de la communauté de foi Don Bosco Buizingen et de la zone pastorale de Halle, et que de nouvelles possibilités de coopération pourront éventuellement voir le jour".

  • Que s'est-il passé lors des négociations entre les représentants du Vatican et les évêques allemands ?

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Que s'est-il passé lors des négociations entre Rome et l'Allemagne ?

    25 mars 2024

    La rencontre tant attendue de vendredi entre les évêques allemands et les représentants du Vatican a-t-elle débouché sur une percée ?

    La question préoccupe les observateurs de l'Église depuis le sommet qui s'est tenu le 22 mars à Rome pour discuter de la source des tensions actuelles entre les deux groupes, à savoir la "voie synodale" allemande.

    Les avis divergent, mais quels sont les faits ? Ils sont décrits dans une brève déclaration commune publiée à la fin de la journée de discussions.

    Cette déclaration rappelle qu'il s'agit de la troisième étape d'une série de discussions sur la voie synodale qui a débuté lors de la visite ad limina des évêques allemands à Rome en novembre 2022 et s'est poursuivie par une rencontre en juillet 2023.  

    Qualifiant la dernière rencontre de "positive et constructive", le communiqué indique que les deux parties ont discuté de "certaines des questions théologiques ouvertes soulevées dans les documents de la voie synodale de l'Église catholique en Allemagne". 

    Les participants ont identifié "les différences et les points d'accord", suivant l'exemple du synode d'octobre dernier sur la synodalité,  

    La déclaration précise que les évêques allemands et les représentants du Vatican ont convenu d'un "échange régulier" sur "la suite du travail de la voie synodale et du comité synodal".  

    Avant que la voie synodale ne s'achève officiellement en mars 2023, elle a mis en place le comité synodal, un organe transitoire composé d'évêques et de laïcs préparant la voie à la création d'un "conseil synodal" permanent.

    Les évêques allemands ont promis que ce travail servira à développer des formes concrètes de synodalité dans l'Église en Allemagne, en accord avec l'ecclésiologie du Concile Vatican II, les exigences du droit canonique et les résultats du synode mondial, et sera ensuite soumis au Saint-Siège pour approbation." 

    Points de vue de l'Allemagne

    C'est ce que disent le Vatican et le communiqué des évêques allemands. Mais qu'en est-il ? L'une ou l'autre des parties est-elle sortie gagnante des négociations ?

    Katholisch.de, le site officiel de l'Église allemande, a suggéré que le Vatican et les évêques allemands étaient "parvenus à un compromis". 

    Selon l'agence de presse catholique allemande KNA, la Curie romaine et les évêques allemands "se sont mis d'accord sur une procédure pour la création de nouveaux organes consultatifs pour l'Église catholique en Allemagne".

    "Les évêques allemands se sont ainsi engagés de facto à ne pas créer de nouvelles structures de gouvernance pour l'Église catholique en Allemagne contre la volonté de Rome", précise KNA.

    Dans un commentaire publié sur katholisch.de, Joachim Heinz, de la KNA, estime que la référence de la déclaration au comité synodal - un organe dont le statut n'est pas encore clair - implique que les évêques allemands sont sortis de la réunion avec "une victoire sur les points".

    "En fin de compte, les deux parties sauvent la face, du moins à l'extérieur. Pour l'instant, le Vatican a donné son feu vert à la poursuite du travail au sein du comité synodal", a écrit M. Heinz.

    New Beginning, un groupe allemand qui critique la voie synodale, a déclaré que Rome avait proposé un "chemin de réconciliation", mais "sous des conditions claires".

    "Le communiqué commun publié hier par le Vatican et la délégation allemande ne laisse aucun doute sur le fait que Rome attend des Allemands, mais leur fait aussi confiance, qu'ils reviennent à la voie tracée par le Concile Vatican II et les enseignements de l'Église, malgré les nombreuses manœuvres de ces cinq dernières années", a déclaré l'association dans un communiqué du 23 mars. 

    Lire la suite

  • L'avortement marque l'effondrement de la médecine, la leçon de Jérôme Lejeune

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la NBQ :

    L'avortement marque l'effondrement de la médecine, la leçon de Lejeune

    Le droit à la vie n'est pas donné par les gouvernements, pour continuer à exister la civilisation doit se conformer à la morale naturelle". Le "père de la génétique moderne" et découvreur de la cause de la trisomie 21, Jérôme Lejeune, sera rappelé lors d'un congrès international de bioéthique à Rome les 17 et 18 mai. La Bussola interroge Aude Dugast, postulante à la cause de canonisation.

    26_03_2024

    Dans quelques jours, le 3 avril, sera célébré le 30e anniversaire de la mort de Jérôme Lejeune (1926-1994), grand généticien et pédiatre français, dont l'Eglise a reconnu les vertus héroïques. Pour célébrer cet anniversaire, une conférence internationale intitulée "Jérôme Lejeune et les défis de la bioéthique au XXIe siècle" se tiendra à Rome les 17 et 18 mai. Partant de la pensée de Lejeune, la conférence abordera certaines des réalisations (pour le meilleur et pour le pire) de la médecine moderne, les principaux aspects éthiques de la génétique, de la biotechnologie et des neurosciences, du diagnostic prénatal aux embryons à "trois parents", des traitements hormonaux de la dysphorie de genre au transhumanisme.

    L'éventail des intervenants est large et de haut niveau : bioéthiciens, professeurs d'université, philosophes, juristes, médecins et chercheurs. Un débat pluridisciplinaire donc, mais "uni" par l'héritage scientifique et moral de Lejeune. La Bussola a interviewé la philosophe Aude Dugast, postulante à la canonisation de Lejeune et l'une des organisatrices du congrès.

    Aude Dugast, commençons par le thème général du congrès : pourquoi est-il important de redécouvrir la pensée de Jérôme Lejeune pour faire face aux défis de la bioéthique au XXIe siècle ?

    Parce que Lejeune était un grand scientifique, catholique, avec un regard véritablement prophétique sur la science et la médecine. Ce regard prophétique lui venait du plus haut niveau scientifique, d'une excellence académique reconnue dans le monde entier, et d'un grand amour pour les patients et leurs familles. Lorsque nous lisons ses conférences, ses articles, nous constatons qu'il semble parler d'aujourd'hui. Par exemple, lorsqu'il parlait de l'euthanasie il y a 40 ans, il semble décrire ce qui se passe aujourd'hui en France et dans le monde, dans les médias, dans la politique, dans la médecine. Il a compris avant tout le monde l'effondrement de la médecine et de la société. Il disait : "L'avortement, c'est l'interruption d'une vie qui dérange. L'âge n'a rien à voir là-dedans. Les personnes âgées sont autant exposées que les jeunes". Il est parti d'un discours de raison, compréhensible par tous : il est parti du serment d'Hippocrate, donc 400 ans avant la naissance de Jésus-Christ, arguant que tous les médecins, croyants ou non, sont liés par ce serment qui empêche de donner la mort.

    Le Parlement français a inscrit le droit à l'avortement dans la Constitution et il existe un risque que d'autres pays suivent cet exemple. Lejeune était un fervent opposant à l'avortement. Combien une telle figure manque-t-elle à la France et au monde ?

    Après le vote de la loi Veil, un journaliste a demandé à M. Lejeune s'il s'agissait de sa défaite. Il a répondu : "Ce n'est pas ma défaite, c'est la défaite des enfants de France. C'était très triste parce que c'était quelque chose de très concret, qui signifiait la mort de millions d'enfants. C'était une douleur très incarnée et très concrète. Mais il n'a pas baissé les bras, il a appelé à l'action. Il a dit : "Le droit à la vie n'est pas donné par les gouvernements. Les gouvernements n'ont donc pas le pouvoir de retirer ce droit à qui que ce soit. Pour que la civilisation continue d'exister, la politique devra nécessairement se conformer à la morale : à la morale qui transcende toutes les idéologies parce qu'elle est inscrite en nous par le décret impénétrable qui régit à la fois les lois de l'univers et la nature de l'être humain".

    Lire la suite

  • Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    IMPRIMER

    D'Hélène de Lauzun sur European Conservative :

    Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    "La morale chrétienne est attaquée", explique l'abbé Raffray, qui n'a fait que citer le catéchisme de l'Église catholique.

    22 mars 2024

    Le gouvernement français intente une action en justice contre un prêtre catholique qui a qualifié l'homosexualité de péché. Si cette nouvelle attaque contre l'enseignement moral catholique traditionnel a peu de chances d'aboutir, elle témoigne de l'animosité croissante et de l'incompréhension du catéchisme de l'Église catholique par une société qui a fait de la promotion de l'homosexualité l'un de ses principaux chevaux de bataille.

    L'abbé Matthieu Raffray, un prêtre qui célèbre la messe traditionnelle en latin et qui est bien connu des catholiques français sur les médias sociaux, a publié une courte vidéo sur les tentations sur son compte Instagram dans le cadre de ses enseignements de Carême, dans laquelle il explique que l'homosexualité est une "faiblesse" : "Nous avons tous des faiblesses : le cupide, le colérique, l'homosexuel", explique-t-il à son auditoire. Il considère l'homosexualité comme l'un de "tous les péchés, tous les vices qui peuvent exister dans l'humanité". Aurore Bergé, ministre française chargée de la lutte contre les discriminations, a qualifié ses propos d'"inacceptables". 

    Dans un message posté sur X, elle indique avoir "demandé à la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) de procéder à un signalement au procureur de la République sur le fondement de l'article 40" du code de procédure pénale. La DILCRAH a pris acte du message du ministre et a confirmé avoir "signalé au procureur de la République les propos homophobes tenus par M. Raffray sur ses réseaux sociaux". Dans son message, la délégation ajoute : "Parler de l'homosexualité comme d'une faiblesse est honteux".

    L'abbé Raffray est également attaqué parce que le ministre considère que ses propos font indirectement la promotion des "thérapies de conversion", interdites en France depuis 2022. En janvier, jouant sur les mots, le prêtre avait déclaré sur son compte Twitter que "toute retraite spirituelle est une thérapie de conversion", mais ses propos avaient déclenché une vague de commentaires hostiles de la part des associations LGBT.

    L'abbé Raffray s'est félicité sur X de la publicité que les "polémiques grotesques" ont donné à son compte, qui a dépassé en peu de temps les 20 000 followers. 

    Mais dans une interview accordée à l'hebdomadaire catholique Famille Chrétienne, l'ecclésiastique s'est inquiété de cette nouvelle tentative d'intimidation de l'enseignement moral traditionnel de l'Église catholique : "C'est la morale chrétienne qui est attaquée", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il ne faisait que citer le Catéchisme de l'Église catholique, et en particulier le §2357 :

    L'homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle exclusive ou prédominante pour des personnes du même sexe. Elle a pris des formes très diverses au fil des siècles et des cultures. Ses origines psychologiques restent largement inexpliquées. S'appuyant sur l'Ecriture Sainte, qui la présente comme une grave dépravation, la Tradition a toujours déclaré que "les actes d'homosexualité sont intrinsèquement désordonnés".

    Ce n'est pas la première fois que la position de l'Église catholique sur l'homosexualité est portée devant la justice française. En 2022, un procès a été intenté à l'association Renaissance Catholique, pour des propos tenus dans un article publié en 2019, qui qualifiait l'union homosexuelle de "péché grave". La plainte a été déposée par trois associations de défense des droits LGBT. Le jugement, confirmé en appel, a estimé que les propos, qui reprenaient l'enseignement de l'Église catholique, n'étaient en rien discriminatoires. Il est donc peu probable que le rapport du gouvernement aboutisse à une condamnation. Néanmoins, la réaction violente et disproportionnée de la ministre Aurore Bergé prouve le degré d'hostilité des gouvernants français à la morale chrétienne.  

    Hélène de Lauzun a étudié à l'École Normale Supérieure de Paris. Elle a enseigné la littérature et la civilisation françaises à Harvard et a obtenu un doctorat en histoire à la Sorbonne. Elle est l'auteur de Histoire de l'Autriche (Perrin, 2021).

  • Belgique : la Chambre des représentants a adopté un nouveau système de sanctions en cas de violation de la loi sur l’euthanasie

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Euthanasie en Belgique : la Chambre adopte le système de sanctions « graduel »

    22 mars 2024

    Le 21 mars, la Chambre des représentants belge a adopté en séance plénière un nouveau système de sanctions en cas de violation de la loi sur l’euthanasie, pour répondre aux demandes de la Cour constitutionnelle après l’affaire de Tine Nys (cf. Belgique : aucun dommage et intérêt contre le médecin qui a euthanasié Tine Nys, Euthanasie en Belgique : vérifier la volonté du patient serait seulement « formel » ?).

    La nouvelle loi prévoit une peine de 10 à 15 ans de prison en cas de violation des conditions « de base » exigées dans le cadre du recours à l’euthanasie, et une peine de 8 jours à 3 ans en cas de violation des conditions « procédurales » comme la consultation d’un deuxième médecin ou, si nécessaire, d’un pédopsychiatre (cf. Belgique : un système de sanctions « graduel » en cas de non-respect de la loi sur l’euthanasie). Les autres violations ne seront plus considérées comme des infractions pénales.

    Le texte adopté répond aussi à des arrêts précédemment rendus par la Cour constitutionnelle ou de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH)

    Le « formulaire d’inscription » rempli par le médecin après l’euthanasie, pour examen par la Commission de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie, sera  simplifié et numérisé pour suite à un arrêt de la CEDH.

    La Chambre a par ailleurs adopté une disposition sur la gestation par autrui (GPA) afin de répondre à un arrêt de la Cour constitutionnelle rendu le 30 mars 2023. Elle prévoit qu’en cas de GPA, la présomption de paternité du mari de la gestatrice puisse être contestée, quand les époux n’ont pas de projet parental commun. Enfin, le projet de loi adopté limite la possibilité de demander la révision d’une adoption à la personne adoptée elle-même, ce dès sa majorité.

    -------------

    Source : RTBF (22/03/2024) 

  • Le cardinal Müller dénonce l'"idéologie" synodale qui veut transformer l'Église en "ONG" (I)

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSiteNews :

    EXCLUSIF : Le cardinal Müller dénonce l'"idéologie" synodale qui veut transformer l'Église en "ONG".

    Le cardinal Müller a suggéré que la Voie synodale et le Synode sur la synodalité ont un "programme pour changer l'essence de l'Église en une organisation aidée par le monde intérieur".

    Le cardinal Müller interviewé par LifeSite, mars 2024.

    22 mars 2024

    L'ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller, a déclaré que les dirigeants de la Voie synodale allemande et du Synode sur la synodalité du pape François ne sont "pas intéressés par la mission de l'Église", mais qu'ils promeuvent un "agenda" visant à changer l'Église.

    Dans une interview exclusive et de grande envergure avec LifeSiteNews à Rome, le cardinal Müller a critiqué la voie synodale dans son pays natal, l'Allemagne, ainsi que le synode sur la synodalité actuellement en cours pour l'ensemble de l'Église. (Note de l'éditeur : l'intégralité de l'interview sera publiée en trois articles distincts, avec la transcription complète de chaque partie de la discussion présentée à la fin de chaque article. Les parties II et III seront publiées dans les prochains jours).

    La voie synodale allemande, entamée en 2019, a été une source de controverse depuis son lancement, les prélats et les laïcs allemands faisant pression pour des questions hétérodoxes dans le processus - telles que les bénédictions homosexuelles, les diacres féminins, les transsexuels admis à la prêtrise, et la gouvernance laïque de l'Église. Mgr Müller a régulièrement critiqué le processus, ses déclarations prenant une importance considérable en raison de sa nationalité allemande mais aussi de son statut au Vatican. 

    La voie synodale allemande et la mission de l'Église

    Lors de leur récente assemblée de printemps, les évêques allemands se sont finalement pliés aux ordres du Vatican et n'ont pas voté sur l'établissement d'un "Conseil synodal" permanent, qui aurait vu un mélange de laïcs et de clercs gouverner l'Église en Allemagne. Le Vatican a toujours exprimé ses inquiétudes au sujet du Conseil synodal, et la récente proposition des évêques allemands revêt une importance particulière. 

    S'adressant à ce journaliste, Mgr Müller a souligné l'inquiétude du Vatican à l'égard du Conseil synodal : "Le Comité synodal contredit absolument la constitution sacramentelle de l'Église catholique, [avec une] forme d'idées protestantes ou plus anglicanes où l'Église est gouvernée par le roi ou directement par un comité d'évêques, de prêtres et de laïcs".

    Le cardinal a déclaré que le gouvernement de l'Église "n'a rien à voir avec la gouvernance politique, mais est une représentation de l'œuvre pastorale de Jésus-Christ".

    Jésus, le pasteur, est le bon berger, qui conduit les gens non pas vers un but défini par nous ou un paradis terrestre, mais vers Dieu, vers la connaissance de Dieu dans cette vie, dans ce court laps de temps. Nous avons notre existence sur terre, mais nous avons la vocation pour la vie éternelle et c'est pourquoi les bons pasteurs doivent donner leur vie pour conduire tous les gens à Dieu et à la vie éternelle.

    Mgr Müller a affirmé que "derrière le Comité synodal se cache une idée erronée de ce qu'est une Église et de ce qu'est la mission de l'Église". Cela est dû au fait que les responsables de la Voie synodale considèrent "l'Église comme une réalité plus politique, idéologique, pour le progrès de l'humanité dans un paradis terrestre plus socialiste ou libéral, qui n'arrivera jamais".

    L'ancien préfet de la CDF a félicité le Vatican d'avoir empêché le Conseil synodal de voir le jour, mais il a ajouté qu'"il aurait été préférable de comprendre ce qui se passe, de ne pas vaincre le mal au dernier moment, mais dès le début".

    Lire la suite

  • Voie synodale allemande : rencontre cruciale à Rome

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer sur CNA :

    Les évêques allemands discutent de la voie synodale avec le Vatican en pleine controverse

    21 mars 2024

    Une délégation d'évêques allemands est attendue à Rome ce vendredi pour des discussions avec le Vatican sur la voie synodale allemande. 

    Bien que l'ordre du jour précis ne soit pas rendu public, la rencontre se concentrera probablement sur les projets d'installation d'un Conseil synodal permanent pour superviser l'Église en Allemagne.

    Dans une lettre datée du 16 février, le Vatican a rappelé aux Allemands, avant la réunion, que le Saint-Siège ne les avait pas mandatés pour mettre en place un tel conseil. 

    S'adressant à Mgr Georg Bätzing, président de la Conférence épiscopale allemande (DBK), les représentants du Vatican ont indiqué aux Allemands "que ni la Voie synodale, ni aucun organisme établi par elle, ni aucune conférence épiscopale n'a la compétence d'établir le 'conseil synodal' au niveau national, diocésain ou paroissial".

    Les précédents avertissements de Rome n'ont pas toujours été bien accueillis, et la lettre de février, signée par les cardinaux Pietro Parolin, Victor Fernández et Robert Prevost - les chefs de la Secrétairerie d'État, du Dicastère pour la doctrine de la foi et du Dicastère pour les évêques - pourrait connaître le même sort.

    "J'ai l'impression que nous ne sommes pas bien compris à Rome", a déclaré Mgr Helmut Dieser, évêque d'Aix-la-Chapelle, à l'agence de presse KNA au sujet de la réunion de vendredi à Rome, a rapporté CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA.

    Tout en espérant des progrès, Mgr Dieser, qui soutient l'évolution de l'enseignement de l'Église sur la sexualité et le genre, a également critiqué le Vatican : notant que Rome avait invité des évêques et non des laïcs, l'évêque a déclaré que ce n'était "pas le style de leadership que nous essayons d'établir en Allemagne".

    Une lettre privée du pape François

    La question de la conception de la direction de l'Église est brûlante. Alors que le pape François a déclaré au synode des évêques le 4 octobre 2023 que "le synode n'est pas un parlement", l'un des principaux organisateurs du processus allemand, la présidente du ZdK Irme Stetter-Karp, a demandé que le conseil prévoie des décisions à la majorité, a rapporté CNA Deutsch. 

    Les évêques allemands devaient voter les statuts d'un comité préparatoire lors de leur assemblée plénière en février. 

    Cependant, ce vote a été suspendu suite à l'intervention du Vatican. Dans le même temps, le projet d'établir un conseil d'ici 2026 n'a manifestement pas été abandonné. Selon le portail officiel de l'Église en Allemagne, katholisch.de, le comité se réunira encore en juin pour discuter des projets.  

    En outre, l'organisation laïque ZdK a déjà approuvé les statuts du comité le 25 novembre 2023, malgré les avertissements antérieurs de Rome concernant le risque d'un nouveau schisme allemand. 

    Le pape François a critiqué le travail du comité préparatoire dans une lettre privée en novembre. Qualifiant le comité de "nombreuses mesures prises par des segments significatifs" de l'Église en Allemagne, il a averti que celles-ci "menacent de l'éloigner de plus en plus de la voie commune de l'Église universelle".

    Adoptant un ton prudemment optimiste, le nouvel archevêque de Paderborn, Udo Bentz, a appelé à la patience en vue de favoriser de "bons processus synodaux", même si cela signifie parfois marcher un peu plus loin, mais le faire ensemble, a rapporté CNA Deutsch mercredi.

    Le chemin synodal - "Synodaler Weg", parfois appelé "Synodal Path" - se décrit comme un processus réunissant les évêques allemands et des laïcs sélectionnés pour débattre et adopter des résolutions basées sur une étude de 2018 sur les abus sexuels.

    Les participants ont voté en faveur de projets de documents appelant à l'ordination sacerdotale des femmes, à la bénédiction des personnes de même sexe et à la modification de l'enseignement de l'Église sur les actes homosexuels.

  • Savoir « offrir la vérité » avec calme et sérénité d’âme

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    LA VÉRITÉ, À TEMPS ET À CONTRETEMPS

    20 mars 2024

    Il est important de savoir « offrir la vérité » avec calme et sérénité d’âme.

    Dans sa fameuse lettre Que dire à un jeune de vingt ans, Hélie de Saint Marc suggère à son jeune lecteur de « ne pas s’installer dans sa vérité et de vouloir l’asséner comme une certitude »mais lui conseille plutôt de « savoir l’offrir en tremblant comme un mystère ».

    Remarquez que l’ancien officier devenu écrivain n’affirme pas qu’on aurait tort d’avoir des certitudes ou que la vérité n’existerait pas. Ce qui préoccupe l’auteur des Champs de braise tient dans la présentation que l’on en fait. Un bijou se trouve toujours sublimé par l’écrin qui le contient, un présent par le paquet cadeau qui l’emmaillote. En matière de témoignage à la vérité, tout est affaire d’élégance apostolique, d’intelligence de cœur et de délicatesse pédagogique. Il restera toujours ensuite à la liberté humaine d’accepter ou non le trésor offert.

    Trois attitudes d’âme sont en effet possibles quant à l’accueil d’une vérité mystérieuse, allant du « Fiat » de Marie au « Non serviam » de Satan en passant par le « Qu’est-ce que la vérité ? » de Pilate. La confiance et l’abandon de la Vierge, qui surmonte son appréhension devant la réalisation inouïe de l’Incarnation par sa médiation. L’orgueil obstiné du plus beau des anges, qui refuse l’apparent paradoxe du Verbe appelé à se faire chair. Le doute et l’indécision du gouverneur de Judée, qui préfère se laver les mains plutôt que de choisir (oubliant que renoncer à prendre parti est déjà un choix en soi aux conséquences immédiates, cela nous sera remémoré lors de la Semaine sainte à venir).

    Entendons-nous bien, « savoir offrir la vérité » à son prochain – spécialement dans sa dimension transcendante ou surnaturelle – dépasse nécessairement tout un chacun. Les vérités attachées au mystère de la mort ou de la vie participent de ce vertige. Permettez-moi, à l’occasion de cet éditorial, de me plier à une rapide étude de la citation d’Hélie de Saint Marc en tentant de l’appliquer au drame de la constitutionnalisation de l’avortement qui fait la couverture de ce numéro.

    « Ne pas s’installer dans sa vérité ». Oui, la réalité des choses se reçoit. Elle s’impose même souvent à nous et demande d’être acceptée, digérée. À cet égard, notre opposition à l’avortement ne saurait relever d’un sentiment ou d’une opinion, d’une « manière de voir les choses », de « notre vérité».

    Dans le cadre de la vie naissante, un truisme se déploie sous les yeux de l’observateur attentif : dans le sein de sa mère, à l’âge d’un mois, l’être humain mesure quatre millimètres et demi. Mieux encore, son cœur minuscule bat déjà depuis une semaine, tandis que ses bras, ses jambes, sa tête, son cerveau sont déjà ébauchés. Comme l’écrivait le professeur Lejeune : « L’incroyable Tom Pouce, l’homme moins grand que mon pouce, existe réellement. » Nous l’avons tous été. Ceci n’est pas un point de vue de « catholique conservateur » – quelle pernicieuse expression ! – mais la photographie objective du commencement de la vie.

    « Vouloir asséner la vérité comme une certitude ». Là réside certainement la grande difficulté. Démontrer l’évidence, voilà l’actuel et herculéen défi que Chesterton avait prophétisé : « On tirera l’épée pour prouver que les feuilles sont vertes en été. » 

    « Savoir offrir la vérité ». Chez nombre d’entre nous, depuis trop longtemps, le degré de tolérance aux ténèbres a été dépassé. Trop, c’est trop. Aussi, l’on voudrait crier la vérité sur les toits de toutes nos tripes. Si ces dernières ont leurs vertus propres (à ne jamais négliger), l’intelligence, l’humilité, la patience et la persévérance ont également les leurs. Calme invincible et sérénité d’âme constituent des alliés indispensables pour affirmer avec force les vérités qui entourent la conception humaine et le sujet de l’enfant à naître.

    « Offrir la vérité en tremblant comme un mystère ». En tremblant, non que la vérité nous trouble ou nous fasse douter, mais parce que le Christ nous fait l’honneur d’en devenir les serviteurs. « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité : quiconque est de la vérité écoute ma voix » (Jn 18, 37). Laïcs, prêtres ou évêques : nous ne sommes pas là d’abord pour interroger notre monde, l’inviter à se questionner ou lui faire part de notre tristesse ! Quelle platitude argumentaire dans une séquence si grave ! Nous sommes là au premier chef pour rendre témoignage du Christ qui est « la voie, la vérité et la vie » (Jn 14, 6).

    Au-delà de nos pauvres mains, de notre faiblesse et de nos péchés, nous avons un trésor à offrir. Envers et contre tout. Une vérité éblouissante à transmettre. À temps et à contretemps. Et son premier éclat tient en quelques mots : « Au commencement, il y a un message, ce message est dans la vie, ce message est la vie. »*

    ------

    *Professeur Jérôme Lejeune

  • KTO : Série de carême "7 conseils Evangéliques": cherchez la justice de Dieu

    IMPRIMER

    « L’Evangile de Marc enjoint chacun à « Cherche(r) d’abord le Royaume de Dieu et sa justice. »

    La quête de la justice est donc directement liée à notre salut. Or, celle-ci ne va pas sans règles, ni sans contraintes et va même jusqu’à l’application de sanctions censées punir et réparer les injustices. En d’autres termes, la justice nécessite un droit, qui définisse ces sanctions et ces réparations. « Il existe une abondante littérature sur le sens proprement ecclésial, théologique du droit. Mais d’une manière générale, on peut comprendre le droit comme un ensemble de dispositifs de prudence quand il s’agit de passer à la sanction », précise Louis-Léon Christians, professeur de droit canon à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Mais comment concilier l’idée de punition et celle de miséricorde, pourtant au centre de l’Evangile ? « La justice permet de répondre à la question : comment va-t-on faire pour vivre ensemble après tous ces drames ? Elle est en fait la condition pour faire miséricorde, mais aussi pour qu’il y ait une forme de réconciliation, dans une société qui a été abîmé », répond Marie Monnet o.p., rectrice de Domuni Universitas et invitée fil rouge de cette série de Carême. »

  • Que font les évêques catholiques de la Comece à Bruxelles ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    EUROCONFORMISME

    Les évêques catholiques réduits à l'état de fonctionnaires de l'UE

    Que font les épiscopats européens à Bruxelles ? Une question spontanée à en juger par les deux documents à l'approche du vote, où la doctrine sociale est rare et les clichés triomphants.

    20 mars 2024

    Que font ces évêques catholiques de la Comece à Bruxelles ? On ne peut éviter cette question en examinant deux de leurs récents documents produits à l'approche des prochaines élections parlementaires de l'UE en juin. La Comece est la Commission des épiscopats européens auprès de l'Union européenne, basée à Bruxelles, présidée par l'Italien Mgr Mariano Crociata, ancien secrétaire de la Conférence épiscopale italienne (CEI) et évêque de Latina, et composée de 24 évêques représentant les conférences épiscopales nationales, dont quatre en tant que vice-présidents. Le premier document est un Communiqué publié le 13 mars sous le titre Pour un vote responsable qui promeut les valeurs chrétiennes et le projet européen.  Le second est un Kit catholique pour les jeunes Européens, une boussole pour les jeunes appelés à voter aux élections européennes. En voyant ce que 24 évêques ont produit pour l'occasion, on est très embarrassé pour eux, si l'on connaît ne serait-ce que de manière rudimentaire quelques éléments minimaux de la Doctrine sociale de l'Eglise.

    On sait que l'Union européenne est en crise et dans un état de confusion. La liste de ses méfaits serait très longue. Le président Macron a exprimé sa volonté d'inscrire le droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, après l'avoir déjà inscrit dans la Constitution française. Dans toute l'Union, les agriculteurs manifestent leur impatience face aux politiques du Green New Deal voulu par Bruxelles qui, poursuivant l'idéologie climaticide d'un réchauffement climatique attribué à des causes humaines, impose des mesures absurdes et antiéconomiques. Les pays de l'Union sont plus ou moins envahis par une migration clandestine incontrôlée tandis que l'Islam atteint des pourcentages très élevés dans plusieurs villes, imposant sa civilisation. Les institutions européennes défendent et diffusent une culture homogène inspirée par la démocratie relativiste et le subjectivisme narcissique qui tue la famille et d'autres dimensions naturelles de la vie sociale avec les "nouveaux droits". Les différentes "transitions" préfigurent un système social qui, avec la numérisation et l'intelligence artificielle, contrôlera nos vies. La modification des traités risque d'accentuer le centralisme au détriment des nations. Sur la question de la guerre en Ukraine, l'Union se trouve déplacée et subordonnée à des décisions prises ailleurs. Et la liste est encore longue...

    Face à ce véritable désarroi qui provoque des dérives inquiétantes, les 24 évêques de la Comece ne peuvent que réaffirmer le bien-fondé du projet européen, rappelant que des hommes politiques catholiques en ont été à l'origine, inviter les citoyens à participer aux élections et à "voter pour des personnes et des partis qui soutiennent clairement le projet européen et dont nous pouvons raisonnablement penser qu'ils vont promouvoir nos valeurs et notre idée de l'Europe, telles que le respect et la promotion de la dignité de toute personne humaine, la solidarité, l'égalité, la famille et le caractère sacré de la vie, la démocratie, la liberté, la subsidiarité, la sauvegarde de notre "maison commune"". L'invitation à voter pour ceux qui soutiennent clairement le projet européen vise à éviter de voter pour des partis critiques, ce que feront de nombreux catholiques exaspérés par cette Union. Le respect de la personne humaine est désormais un concept polyvalent et vide de sens puisque même Macron y fait appel. Solidarité, égalité, liberté, subsidiarité ne sont que des mots conventionnels et génériques si on ne les justifie pas à la lumière de la Doctrine sociale de l'Église.

    Lire la suite

  • Pourquoi le Vatican présente-t-il encore des œuvres d'art de Rupnik malgré sa disgrâce ?

    IMPRIMER

    De Christopher R. Altieri sur le Catholic World Report :

    Pourquoi le Vatican présente-t-il encore des œuvres d'art de Rupnik en disgrâce ?

    Il devient de plus en plus difficile d'imaginer comment les gens du Vatican, du pape François jusqu'au bas de l'échelle, pourraient être sincères lorsqu'ils affirment se soucier des victimes ou de la justice pour elles dans l'Église.

    19 mars 2024 

    Page d'information du Vatican pour la solennité de Saint Joseph. (Image : Capture d'écran/https://www.vaticannews.va/en/liturgical-holidays/solemnity-of-saint-joseph--the-spouse-of-the-blessed-virgin-mary.html)

    Vatican Media a illustré son billet sur le calendrier liturgique de la fête de Saint-Joseph avec une image du studio Rupnik.

    Qu'est-ce que cela signifie ?

    Eh bien, le Père Marko Ivan Rupnik (jadis Père Marko Ivan Rupnik SJ) est un prêtre-artiste célèbre en disgrâce et parfois animateur de retraites, accusé de manière crédible d'avoir abusé spirituellement, psychologiquement et sexuellement de plus de deux douzaines de victimes - la plupart d'entre elles étant des religieuses - au cours de trois décennies, dont la majeure partie s'est déroulée à Rome même.

    Voilà ce qu'il en est.

    Officiellement, le 19 mars est le jour où l'Église célèbre le patronage universel du père nourricier terrestre de Notre Seigneur. Dans de nombreux pays catholiques, la solennité du 19 mars est donc également célébrée comme la fête des pères.

    Lire la suite

  • Les propos du pape sur la "communauté LGBTQ+" sèment la confusion

    IMPRIMER

    Du Père Jerry J. Pokorsky sur le Catholic World Report :

    Les propos du pape sur la "communauté LGBTQ+" sèment la confusion

    Les relations homosexuelles et les relations sexuelles hors mariage, quelles qu'elles soient, n'ont rien à voir avec l'amour humain élevé par la grâce de Dieu.

    19 mars 2024

    Les bons pasteurs doivent imiter le Bon Pasteur et mettre en garde leurs brebis contre les loups voraces. Lorsque Caïn a assassiné son frère Abel, Dieu a dit : "Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi" (Gn 4,10).

    Certains péchés mortels sont si mauvais qu'ils sont considérés comme des péchés qui crient vengeance au ciel : l'homicide (Gen. 4:10), la sodomie (Gen. 18:20-21), l'oppression de la veuve et de l'orphelin (Exod. 2:23) et le fait de spolier les travailleurs de leur juste salaire (Jas. 5:4).

    Les péchés contre le Saint-Esprit sont des péchés mortels qui endurcissent l'âme en rejetant le Saint-Esprit : le désespoir, la présomption, l'envie, l'obstination dans le péché, l'impénitence finale et la résistance délibérée à la vérité connue.

    Dans un passage de son autobiographie à paraître, intitulée Life : Mon histoire à travers l'histoire, le pape François affirme que les couples homosexuels, même s'ils n'ont pas accès au mariage légal, doivent pouvoir "vivre le don de l'amour" en bénéficiant d'un soutien légal.

    Des extraits de l'autobiographie, écrite avec le journaliste italien Fabio Marchese Ragona, ont été publiés par le quotidien italien Corriere della Sera :

    Le mariage homosexuel n'est pas possible, mais les unions civiles le sont : "Il est juste que ces personnes qui vivent le don de l'amour puissent bénéficier d'une couverture juridique comme tout le monde. Jésus allait souvent à la rencontre des personnes qui vivaient en marge, et c'est ce que l'Église devrait faire aujourd'hui avec les personnes de la communauté LGBTQ+, qui sont souvent marginalisées au sein de l'Église : les faire se sentir chez elles, en particulier celles qui ont reçu le baptême et qui font, à toutes fins utiles, partie du peuple de Dieu. Et ceux qui n'ont pas reçu le baptême et qui souhaitent le recevoir, ou qui souhaitent être parrain ou marraine, soyez les bienvenus."

    Le pape François s'exprime également sur les bénédictions accordées aux couples en situation irrégulière :

    "Je veux seulement dire que Dieu aime tout le monde, surtout les pécheurs. Et si des frères évêques décident de ne pas suivre cette voie, cela ne signifie pas que c'est l'antichambre d'un schisme, parce que la doctrine de l'Église n'est pas remise en cause."

    Exacte ou non, l'autobiographie en tant que mémoire personnel n'a aucune valeur magistérielle, quel qu'en soit l'auteur. (...)

    Comme beaucoup l'ont noté, ces remarques du pape François sont en contradiction avec le document de 2003 de la Congrégation pour la doctrine de la foi, "Considérations sur les propositions visant à donner une reconnaissance juridique aux unions entre personnes homosexuelles", qui fait des déclarations très fortes :

    Il n'y a absolument aucune raison de considérer les unions homosexuelles comme étant de quelque manière que ce soit similaires ou même vaguement analogues au plan de Dieu pour le mariage et la famille. Le mariage est saint, tandis que les actes homosexuels vont à l'encontre de la loi morale naturelle. ... Dans les situations où les unions homosexuelles ont été légalement reconnues ou ont reçu le statut légal et les droits appartenant au mariage, une opposition claire et catégorique est un devoir. Il faut s'abstenir de toute coopération formelle à la promulgation ou à l'application de ces lois gravement injustes et, dans la mesure du possible, de toute coopération matérielle au niveau de leur application. ... L'Église enseigne que le respect des personnes homosexuelles ne peut en aucun cas conduire à l'approbation du comportement homosexuel ou à la reconnaissance légale des unions homosexuelles.

    Lire la suite