Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 12

  • Un pontificat épuisant qui touche à sa fin

    IMPRIMER

    D'Eric Sammons sur Crisis Magazine (dont il est le rédacteur en chef) :

    Un pontificat épuisant qui touche à sa fin

    Cela fait bientôt onze ans que Jorge Bergoglio a été élu souverain pontife de l'Église catholique. Alors que la plupart d'entre nous ne savaient presque rien de cet homme lorsqu'il est monté sur le balcon de la basilique Saint-Pierre, la plupart des catholiques souhaiteraient aujourd'hui en savoir moins qu'ils n'en savent. Du cardinal Danneels, qui a favorisé la pédophilie, qui a rejoint François sur ce balcon, à la récente approbation par le pape de la bénédiction de couples homosexuels, la controverse a entouré ce pontificat du début à la fin ; il ne semble pas se passer une semaine sans que le pape ne remue le couteau dans la plaie avec une nomination papale, un document ou un commentaire désinvolte.

    Je pense parler au nom de nombreux catholiques en disant que tout ce cirque autour de François est devenu lassant. Il est probable que rien de ce que François pourrait faire ou dire à ce stade ne nous surprendrait, bien qu'il fasse encore désespérément tous les efforts possibles pour le faire.

    Nous voyons se répéter un cycle fastidieux :

    Étape 1 : Le pape dit ou fait quelque chose de controversé.
    Étape 2 : les catholiques conservateurs et traditionnels critiquent ses actions (les traditionalistes directement, les conservateurs plus indirectement).
    Étape 3 : Les catholiques progressistes se réjouissent et considèrent que le pape pense exactement ce qu'il dit.
    Étape 4 : Les "popesplainers" non progressistes prennent d'assaut les médias sociaux pour expliquer que le pape ne pense pas exactement ce qu'il dit.
    Étape 5 : Retour à l'étape 1.

    C'est comme si nous étions coincés dans une boucle de causalité de type Star Trek, condamnés à répéter les mêmes actions encore et encore. Où tout cela nous mène-t-il exactement ? Des âmes sont-elles gagnées au Christ ? La voix morale de l'Église dans le monde devient-elle plus forte ? Les mauvais acteurs de l'Église sont-ils démasqués et démis de leurs fonctions ? Il est difficile d'affirmer que l'une ou l'autre de ces choses est en train de se produire.

    Nous sommes fatigués. Lorsque nous nous réveillons avec une nouvelle controverse papale, notre première pensée est "c'est reparti". Nous savons quel genre de pape nous avons : un progressiste qui se concentre presque exclusivement sur les questions terrestres, entouré d'hommes de confiance profondément corrompus et de connivence avec les élites mondialistes de ce monde. Ajoutez à cela une animosité irrationnelle à l'égard de la tradition catholique et vous obtenez le pape François. (...)

    Lorsque les générations futures se pencheront sur ce pontificat, l'héritage qu'il laissera sera plein de bruit et de fureur, et ne signifiera rien. François s'est concentré sur les dernières lubies progressistes de ce monde, et son impact à long terme sera donc négligeable en termes historiques. Le pape Jean-Paul II s'est opposé au communisme ; le pape François lui a déroulé le tapis rouge. Le pape Benoît XVI a combattu la dictature du relativisme ; le pape François a été qualifié à juste titre de "pape dictateur". Aucun des écrits de François ne résistera à l'épreuve du temps (surtout par rapport à ses deux prédécesseurs immédiats), et la plupart des historiens le relégueront probablement à un paragraphe dans l'histoire des papes.

    Bien sûr, il ne s'agit pas de minimiser le mal grave et éternel qu'il a fait aux âmes individuelles par la confusion, le scandale et la corruption qu'il a semés. Combien de personnes souffrant d'attirance pour le même sexe n'ont pas quitté leur mode de vie pécheur et destructeur parce que l'Église catholique semblait approuver ce mode de vie ? Combien de non-catholiques n'ont pas cherché à devenir catholiques parce que l'Église semble avoir un chef qui ne veut pas qu'ils deviennent catholiques ? Et combien de catholiques ont été tellement scandalisés par ce pontificat qu'ils ont quitté l'Église pour l'orthodoxie, le sédévacantisme ou l'athéisme ?

    Pourtant, ce pontificat a eu du bon, même si ce n'était pas intentionnel. Après tout, Dieu peut faire du bien à partir de n'importe quoi, même des pires maux. Je sais que de nombreux catholiques sont devenus plus compétents dans leur foi après avoir défendu une doctrine que François affaiblit. En outre, de nombreux catholiques ont entamé le processus de suppression des accrétions créées par l'homme au dépôt de la foi en ce qui concerne le rôle de la papauté. Grâce au pape François, les futurs catholiques se méfieront davantage de la création d'un culte de la personnalité autour de celui qui s'assoit sur la chaire de saint Pierre.

    Au cours de la dernière décennie, François a fait beaucoup de bruit dans les médias sociaux catholiques et chez les fidèles, mais je ne peux m'empêcher de penser que sa voix s'est affaiblie avec le temps. Beaucoup d'entre nous lui ont accordé le bénéfice du doute au cours des premières années de son pontificat, mais ce bénéfice a été gaspillé. Qui le considère encore comme un penseur sérieux ? Qui le considère comme un véritable leader moral ? Plus nous entendons parler de ce pape, plus notre respect pour sa personne diminue. L'insistance du pape à "mettre le bazar" au lieu de simplement faire son travail le fait ressembler à l'adolescent immature qui refuse obstinément de ranger sa chambre.

    Nous ne sommes plus en colère. Nous sommes simplement fatigués. Fatigués de l'ambiguïté utilisée comme arme, fatigués des scandales, fatigués de s'acoquiner avec les pires personnes du monde. La forme de ce pontificat est claire, et l'histoire ne sera pas tendre avec lui. Si François peut encore faire des dégâts avant son jugement particulier, la plupart d'entre nous attendons simplement l'arrivée d'un nouveau pape qui, nous l'espérons, contribuera à nettoyer le gâchis. D'ici là, nous continuerons à vivre notre foi avec endurance, car "la souffrance produit l'endurance, et l'endurance produit le caractère, et le caractère produit l'espérance" (Romains 5:3-5).

  • Mgr Gadecki : "Personne ne peut, en conscience, soutenir des lois en faveur de l'avortement ou de l'euthanasie"

    IMPRIMER

    D'Angelica La Rosa sur Informazione Cattolica :

    MONS. GADECKI : "PERSONNE NE PEUT, EN CONSCIENCE, SOUTENIR DES LOIS EN FAVEUR DE L'AVORTEMENT OU DE L'EUTHANASIE".

    5 février 2024

    LES MOTS DU PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE POLONAISE

    L'archevêque Stanisław Gądecki, président de la Conférence épiscopale polonaise, s'est fermement prononcé contre les lois sur l'avortement et l'euthanasie, appelant à la défense de la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, dans une déclaration adressée à tous, et pas seulement aux catholiques.

    Monseigneur Stanislaw Gadecki a déclaré que les lois autorisant l'avortement et l'euthanasie sont injustes et que tout le monde, et pas seulement les catholiques, doit valoriser la vie humaine de la conception à la mort naturelle.

    "En raison des opinions de plus en plus présentes dans l'espace public sur la prétendue nécessité d'élargir l'accès à l'avortement, j'ai voulu rappeler la position de l'Église catholique sur la question du droit à la vie", a expliqué le président de la Conférence épiscopale polonaise.

    "Tous les hommes de bonne conscience - et pas seulement les membres de l'Église catholique - ont l'obligation morale de respecter la vie humaine depuis son commencement jusqu'à la mort naturelle", a-t-il déclaré. "Il s'agit d'un enseignement qui se réfère à la loi naturelle, qui lie la conscience de tous les hommes.

    Cette déclaration a été publiée après que la Coalition civique (KO) du Premier ministre polonais nouvellement élu, Donald Tusk (qui fait partie du centre-gauche, est un fervent pro-européen et a déjà obtenu des postes importants au sein de l'Union européenne), a soumis au Parlement un projet de loi qui légaliserait tous les avortements jusqu'à la 12e semaine de grossesse, et dans de nombreux cas, même au-delà.

    L'avortement est actuellement illégal en Pologne, sauf en cas de viol, d'inceste ou pour sauver la vie de la mère. Les anti-avortement soulignent que les enfants à naître ne sont pas responsables des circonstances de leur conception et que le meurtre délibéré d'un enfant à naître est moralement injustifiable et jamais médicalement nécessaire. Les interventions médicales pour traiter les fausses couches ou les grossesses extra-utérines ne sont pas des avortements.

    Dans sa déclaration, l'archevêque Gądecki a au contraire exhorté tous les Polonais, y compris les législateurs, à adopter une position pro-vie. "Dans un esprit de responsabilité pour l'Église en Pologne et pour le bien de notre patrie commune, j'invite toutes les personnes de bonne volonté à se déclarer sans équivoque en faveur de la vie", a déclaré l'archevêque. Il a également appelé les législateurs du pays et le président catholique pro-vie "à témoigner d'une véritable préoccupation pour la vie sans défense et à naître".

    Citant largement l'encyclique Evangelium Vitae (1995) du pape Jean-Paul II, l'archevêque a déclaré que toute loi autorisant le meurtre d'enfants à naître dans le ventre de leur mère ou le meurtre de malades en phase terminale est intrinsèquement injuste. "Dans le cas d'une loi intrinsèquement injuste, telle qu'une loi autorisant l'avortement ou l'euthanasie, il n'est donc pas licite de la respecter, ni de participer à une campagne de propagande en faveur d'une telle loi, ni de voter en sa faveur", peut-on lire dans l'encyclique papale. "L'avortement et l'euthanasie sont des crimes qu'aucune loi humaine ne peut tenter de légitimer. "Il n'y a pas d'obligation en conscience d'obéir à de telles lois ; en revanche, il y a une obligation sérieuse et claire de s'y opposer par l'objection de conscience."

    En conclusion, Gądecki s'est opposé à l'affirmation hyper-démocratique et relativiste selon laquelle la moralité est déterminée par le vote de la majorité. "Ce qui est juste n'est pas déterminé par le nombre de partisans d'un point de vue donné", a-t-il déclaré. "La bonne chose - et en particulier la raison éthique - se trouve souvent du côté de la minorité", voire, parfois, d'un seul "individu doté d'une conscience bien formée".

    Il reste à voir si les efforts de "libéralisation" de la législation polonaise sur l'avortement prendront forme dans les mois à venir. À ce jour, la Pologne est l'un des rares pays (avec les États-Unis et le Salvador) à avoir renforcé la protection législative des enfants à naître au cours des dernières années, alors que d'autres pays ont supprimé cette protection.

  • Vatican : une évêquesse anglicane fait la leçon au pape et aux cardinaux

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Une évêque anglicane s'adresse au Conseil des cardinaux du pape François

    La Révérende Jo Bailey Wells, ainsi que la Sœur salésienne Linda Pocher et la vierge consacrée Goiliva Di Berardino d'Italie, ont présenté des remarques sur le sujet des femmes dans l'Église catholique.

    5 février 2024

    Une femme évêque anglicane qui a fait campagne pour "l'égalité des sexes" s'est adressée au Conseil des cardinaux lundi dans le cadre d'une session consacrée à l'approfondissement d'une réflexion "sur le rôle des femmes dans l'Église". 

    Jo Bailey Wells, qui est secrétaire générale adjointe de la Communion anglicane, a fait partie de la première génération de femmes à être ordonnée vicaire dans l'Église d'Angleterre en 1995. Mariée à un pasteur anglican et mère de deux enfants, elle a également été aumônière de l'archevêque de Canterbury.

    L'évêque anglican, qui a par le passé fait l'éloge de "l'histoire du genre" pour souligner comment "les institutions sont genrées et comment les institutions genrent les individus", a également pris la parole lors d'une réunion interreligieuse à laquelle participait le pape François au Kazakhstan en octobre 2022, où elle aurait déclaré que "l'égalité entre les sexes fait partie des plans de Dieu". 

    Le Conseil des cardinaux, également appelé "C9", est un groupe de neuf cardinaux que le pape François a créé en 2013 pour le conseiller sur la réforme et la gouvernance de l'Église. L'une de ses principales tâches, qui consiste à conseiller le pape sur la réforme de la Curie romaine, a donné lieu à la constitution apostolique Praedicate Evangelium (Prêchez l'Évangile) de 2022. Il a également souvent invité des conférenciers à s'adresser au pape et aux cardinaux sur des thèmes clés. 

    Le porte-parole du Vatican, Matteo Bruno, a déclaré lundi qu'outre Bailey Wells, la sœur salésienne Linda Pocher, professeur de christologie et de mariologie à la Faculté pontificale des sciences de l'éducation de Rome (Auxilium), et Goiliva Di Berardino, vierge consacrée et liturgiste du diocèse de Vérone (Italie), ont partagé des interventions sur le thème des femmes dans l'Église.

    Le Vatican n'a pas donné d'informations sur les discussions d'aujourd'hui ni publié les textes des présentations faites lors de la réunion, mais celle-ci intervient après que la question des femmes prêtres et diacres a été au centre de la première assemblée du Synode sur la synodalité en octobre dernier. 

    Sœur Linda, qui s'est déjà adressée au C9 à plusieurs reprises sur le même thème, a déclaré dans une interview accordée à Vida Nueva le 16 décembre que "la vérité est que les femmes ont toujours été actives et présentes dans l'Église. Cependant, dans presque tous les contextes, on continue à trouver des formes plus ou moins agressives de machisme ou de cléricalisme". 

    Sœur Linda est une avocate du "principe marial" dans l'Église, une théorie dérivant à l'origine du théologien du XXe siècle Hans Urs von Balthasar, qui espérait faire accepter la primauté de l'Église catholique par toutes les dénominations chrétiennes sur la base de l'intégration du ministère pétrinien dans le mysticisme marial. 

    "Le mérite de la réflexion sur le 'principe marial' est d'aider la hiérarchie ecclésiastique à se rappeler que l'Église n'est pas seulement une institution ('principe pétrinien'), mais aussi la mystique, la spiritualité, l'amour", a déclaré Sœur Linda.  

    Les délégués du Synode étaient divisés sur le thème des femmes diacres, mais ont convenu de poursuivre l'étude théologique de la possibilité d'un diaconat féminin, et de partager les résultats de cette étude lors de la prochaine session du Synode sur la synodalité, qui se tiendra en octobre prochain.

    Le pape François a souvent choisi de souligner la dimension féminine de l'Église, appelant récemment à plus de femmes dans les postes de direction ecclésiastique, et disant aux membres de la Commission théologique internationale en novembre dernier de "démasculiniser l'Église". 

    Lors de la précédente réunion du C9 en décembre, où le sujet des femmes dans l'Église a également été abordé, les cardinaux ont conclu qu'il était "nécessaire d'écouter, également et surtout dans les communautés chrétiennes individuelles, l'aspect féminin de l'Église, afin que les processus de réflexion et de prise de décision puissent bénéficier de l'apport irremplaçable des femmes".

    Cardinaux Ambongo et Lacroix

    Le cardinal Fridolin Ambongo Besungu de Kinshasa est l'un des neuf cardinaux présents à la réunion qui se tient jusqu'à mercredi. Le cardinal a pris la tête d'une réponse de toutes les conférences épiscopales d'Afrique à la déclaration du Vatican 'Fiducia Supplicans', qui a déclaré que la bénédiction des couples de même sexe proposée dans le document ne serait pas autorisée en Afrique et que de telles unions sont "contraires à la volonté de Dieu". 

    La déclaration, qui affirme que la déclaration a "provoqué une onde de choc" sur le continent, a été rédigée après que le cardinal Ambongo se soit envolé pour Rome afin de discuter des retombées avec le cardinal Victor Manuel Fernández, chef doctrinal du Vatican et principal auteur du document, ainsi qu'avec le pape François. 

    Le cardinal Ambongo a déclaré dans un entretien ultérieur, le 25 janvier, que Fiducia Supplicans "a jeté le discrédit sur le synode, sur la synodalité", ajoutant que la déclaration a été présentée comme un "fruit du synode, alors qu'elle n'avait rien à voir avec le synode". Cette déclaration intervient à un moment où, comme le rapporte Jonathan Liedl dans un article du Register du 1er février, les catholiques africains sont prêts à faire entendre leur voix dans l'Église au sens large, alors que la culture occidentale est de plus en plus dominée par des idéologies séculières. 

    Les autres membres du C9 sont les cardinaux Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, Fernando Vérgez Alzaga, président de la Commission pontificale pour l'État de la Cité du Vatican et le Gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican ; Oswald Gracias, archevêque de Bombay ; Seán O'Malley, archevêque de Boston ; Juan José Omella Omella, archevêque de Barcelone ; Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg ; et Sérgio da Rocha, archevêque de San Salvador de Bahia. Le secrétaire est Mgr Marco Mellino, évêque titulaire de Cresima, en Afrique du Nord.

    Était également présent à la réunion de lundi le cardinal québécois Gérald Lacroix, récemment accusé d'avoir eu des attouchements inappropriés sur une jeune fille de 17 ans à deux reprises dans les années 1980. Dans un message vidéo diffusé le 30 janvier, il a déclaré qu'il se retirerait temporairement des activités de son diocèse. Le cardinal "nie catégoriquement" les allégations et a déclaré que "mon âme et ma conscience sont en paix en ce qui concerne ces accusations".

    Edward Pentin Edward Pentin est le collaborateur principal du Register et l'analyste du Vatican d'EWTN News. Il a commencé à faire des reportages sur le Pape et le Vatican à Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également fait des reportages sur le Saint-Siège et l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications, notamment Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l'Église et le Moyen-Orient. Edward est l'auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et de The Rigging of a Vatican Synod ? An Investigation into Alleged Manipulation at the Extraordinary Synod on the Family (Ignatius Press, 2015). Suivez-le sur Twitter à @edwardpentin.

  • Des cardinaux choisis par l'argentin François pourraient-ils élire un pape conservateur ?

    IMPRIMER

    De Marie-Lucile Kubacki sur La Vie via le site "Pour une école libre au Québec" :

    Des cardinaux choisis par l'argentin François éliront-ils un pape conservateur ?

    C’est ce que pense possible l’historien des religions et théologien italien Massimo Faggioli interrogé par La Vie.

    Alors que les Églises d’Afrique ont annoncé un « non » continental à la possibilité de bénir des couples homosexuels, ouverte par le pape François, une page difficile s’ouvre pour la gouvernance de l’Église.

    Au-delà des oppositions habituelles au pontificat de François, les réactions au document publié en décembre dernier par le Dicastère pour la doctrine de la foi sur la possibilité de bénir des couples homosexuels, et notamment le « non » du continent africain, ouvre une crise riche d’enseignements sur la gouvernance de l’Église et les enjeux de la synodalité.

    — Une nouvelle forme d’opposition au pape François est-elle en train d’émerger ?

    Au cours des derniers mois, nous avons été témoins de nouveaux cas d’opposition, comme de ce prêtre en Italie qui a été excommunié latae sententiae après avoir déclaré que le pape était un « imposteur ». Cet épisode est survenu en même temps que des évêques et des cardinaux prenaient position contre le document du Vatican sur les bénédictions, Fiducia Supplicans. La séquence donne l’impression qu’il existe un mouvement contre le pape François qui est en train d’éclater.

    — Est-ce vraiment le cas ?

    La seule chose que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’un moment très délicat de son pontificat, car pour la première fois depuis dix ans, le pape François pouvait rédiger des documents et légiférer avec un cardinal proche de sa sensibilité, Victor Manuel Fernandez, qu’il a nommé en assortissant son choix d’une lettre de mission personnelle. Ses prédécesseurs étaient marqués par une sensibilité différente, plus proche de celle de Joseph Ratzinger. Avec Fernandez, il pouvait aller plus loin dans la mise en œuvre de sa vision des choses, et le premier test ne s’est pas très bien passé.

    — Étonnamment, il y a eu assez peu de réactions d’opposition au document dans l’épiscopat américain…

    C’est effectivement un constat intéressant. Aux États-Unis, l’opposition au pape François a commencé dès le début de son pontificat. Un mouvement assez large a commencé à se structurer, porté par des intellectuels, quelques évêques et quelques cardinaux, une grande partie du clergé américain et surtout des laïcs dotés d’importants leviers financiers. Des équivalents américains de Vincent Bolloré, mais bien plus nombreux et organisés. Ainsi, après la publication de ce document sur les bénédictions homosexuelles, il n’y a pas eu de grand tollé, parce que ceux qui auraient pu s’y opposer sont occupés à mener une stratégie différente.

    Ils travaillent sous la surface de l’eau, ils créent de nouvelles écoles, des centres de formation et des universités. Ils financent des médias catholiques et travaillent à l’après-François. De la même manière, en Europe de l’Est, en Pologne, en Ukraine, en Hongrie, cette affaire de bénédictions vient renforcer des mouvements de fond silencieux très stratégiques, où les regards sont déjà tournés vers la prochaine étape : le conclave et l’élection du prochain pape. Dans ce contexte, il n’est pas à exclure que le prochain conclave, et donc des cardinaux choisis par François, élisent un conservateur ou un ultraconservateur.

    — Une nouvelle forme d’opposition silencieuse, donc ?

    Oui, un certain nombre d’évêques, de prêtres et de théologiens ont cessé de dire les choses en public et de s’opposer frontalement à François. [L’Argentin punissant mesquinement les opposants trop bruyants… Voir Le cardinal Burke (en opposition aux dérives du Vatican) aurait été officiellement sommé de quitter son appartement en févrierAux États-Unis, certains évêques et cardinaux craignent que ce pontificat ne devienne une sorte de papauté fantôme dans le pays, au sens d’un pape que l’on aurait cessé d’écouter. La manière dont certaines des dernières mesures ont été prises n’a pas aidé. Si Fiducia Supplicans avait été publié à la fin du synode, elle aurait eu davantage de légitimité. La situation est donc très compliquée. Je n’ai jamais vu un document du Saint-Office être bombardé de la sorte. Et ces réactions pourraient changer la dynamique au Synode en donnant aux gens l’impression que quoi que disent les participants, tout sera décidé à la fin par le Vatican et le pape. Pour la synodalité, c’est un passage délicat. Mais pas seulement.

    Lire la suite

  • La nouvelle Déclaration sur la matière et la forme sacramentelles : contexte et questions

    IMPRIMER

    De John M. Grondelski sur le Catholic World Report :

    La nouvelle Déclaration sur la matière et la forme sacramentelles : Contexte et questions

    Gestis verbisque aborde un problème important et potentiellement grave dans l'Église d'aujourd'hui, mais n'aborde pas complètement les problèmes persistants dans la théologie sacramentaire catholique contemporaine.

    4 février 2024

    La dernière "Note" du Dicastère pour la doctrine de la foi, intitulée Gestis verbisque, aborde la question de l'utilisation d'une forme appropriée pour célébrer les sacrements. Elle le fait dans le contexte plus large d'un traité sur les principes généraux de la sacramentologie. Le terme "forme" a ici le sens technique de la théologie sacramentaire, c'est-à-dire les mots essentiels requis pour un sacrement valide (par exemple, "Ceci est mon corps" dans la consécration de l'Eucharistie). Cet essai examinera le document, en le situant dans un contexte plus large et en formulant quelques commentaires à son sujet.

    La première question est : pourquoi maintenant ? Quelle est l'origine de ce document ? Le premier paragraphe suggère une raison : de nombreux évêques sont invités à déterminer si une personne a été correctement baptisée. Le baptême étant l'accès à tous les sacrements, une réception invalide du baptême annule la validité des sacrements suivants (par exemple, la confirmation). Le cas le plus préoccupant est peut-être celui de Détroit en 2020, où un homme qui se croyait prêtre a découvert que son baptême n'était pas valide.

    Qu'entend-on par baptême "invalide" ? Tout simplement quelque chose qui ressemble à un sacrement mais qui n'est pas un sacrement valide parce qu'il manque quelque chose d'essentiel au sacrement en termes de matière (l'élément matériel requis pour le sacrement, par exemple l'eau pour le baptême, certains types de pain et de vin pour l'Eucharistie) et/ou de forme (la formule requise pour le sacrement). La formule du baptême est "Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit", en immergeant trois fois l'enfant dans l'eau ou en versant de l'eau sur son front.

    Historique et contexte

    Ce n'est pas sorcier, cela ne devrait pas être un problème majeur. Pourquoi ?

    Franchement, parce que nous avons eu des prêtres et des diacres qui ont décidé d'improviser en matière de baptême. Dans le cas de Matthew Hood, l'homme qui a découvert qu'il n'était pas prêtre parce qu'il n'avait pas été baptisé, c'est à cause de la manière dont un certain diacre a altéré le rite du baptême.

    Ayant fait mes études de premier cycle dans l'archidiocèse de Détroit à l'époque du cardinal John Dearden, je peux témoigner que le langage "féministe" et "inclusif" faisait l'objet d'une obsession majeure dans divers milieux de cet archidiocèse. Pour le diacre impliqué dans cette affaire, "Père, Fils et Saint-Esprit" était "trop patriarcal". Pour surmonter sa "misogynie", ce diacre a décidé de lui substituer une formule qui circulait dans les milieux du "langage inclusif", disant "Je te baptise au nom du Créateur, du Rédempteur et du Sanctificateur".

    Or, Jésus nous a révélé son "Père". Lorsque ses apôtres lui ont demandé de leur apprendre à prier, il a dit "Notre Père" (et non "Notre Père et Notre Mère"). Et juste avant de monter au ciel, Jésus a chargé ces apôtres de "baptiser toutes les nations au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" (Mt 28:19), c'est-à-dire aux noms qu'il a révélés pour les personnes de la Trinité.

    Lire la suite

  • Des clercs et des laïcs catholiques se mobilisent pour demander le retrait de "Fiducia Supplicans"

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur son site :

    Un groupe de clercs et de laïcs catholiques lance un appel filial demandant le retrait de "Fiducia Supplicans".

    2 février 2024

    Un groupe de 90 prêtres, universitaires et auteurs catholiques ont lancé un appel filial aux cardinaux et aux évêques leur demandant d'interdire immédiatement l'application de la Fiducia Supplicans dans leurs diocèses et de demander au pape François de " retirer d'urgence " le document.

    Dans une déclaration (texte intégral ci-dessous) publiée aujourd'hui, en la fête de la Présentation du Seigneur, les signataires affirment que la déclaration, qui a approuvé la bénédiction, dans certaines limites, des couples de même sexe et d'autres personnes vivant des relations non conformes à l'enseignement de l'Église, est en "opposition directe" avec la doctrine traditionnelle de l'Église sur le mariage, en dépit de ses affirmations contraires.

    Soulignant les nombreuses conférences épiscopales, confréries de prêtres et autres qui se sont publiquement opposées à la déclaration du Vatican depuis sa publication le 18 décembre, les signataires affirment que "jamais dans l'histoire de l'Église catholique un document du Magistère romain n'a fait l'objet d'un rejet aussi fort".

    En revanche, ils soulignent que le document a été "très favorablement accueilli par les quelques épiscopats et prélats qui, depuis des décennies, préconisent ouvertement un changement de la doctrine sur la moralité sexuelle".

    Les signataires reprochent à la déclaration de proposer une pastorale qui "ne correspond pas à la doctrine", ce qui conduit à enseigner une "doctrine différente". La doctrine traditionnelle de l'Église, soulignent-ils, doit être considérée comme infaillible et immuable puisqu'elle est "confirmée par l'Écriture et la Tradition" et qu'elle est une "doctrine de la loi naturelle, qui ne permet aucun changement".

    Une bénédiction, poursuivent-ils, est un "signe naturel" d'"approbation de ce qui est béni", et ils rejettent les tentatives de la déclaration de différencier un "couple" d'une "union" puisqu'un "couple est un couple en raison de l'union qui lui donne existence". Ils affirment également que l'insistance de la déclaration pour que la bénédiction ne soit pas une cérémonie liturgique "ne change pas la nature de l'acte, puisque le geste central et essentiel demeure".

    De telles bénédictions, avertissent les signataires, transmettent au monde que ces relations sont désormais "acceptables pour Dieu" et que l'Église catholique "a finalement évolué et accepte désormais les unions homosexuelles et, plus généralement, les unions extraconjugales".

    Le rejet généralisé du document dans l'Église est donc justifié, affirment-ils. Ce qui n'est "absolument pas justifiable", ajoutent-ils, c'est que les cardinaux et les évêques "restent silencieux", permettant ainsi l'amplification d'un scandale qui est déjà "grave et public" et dont l'erreur vient du Saint-Siège.

    Surtout, ils avertissent que "les petits, les simples fidèles" sont scandalisés "qui n'ont aucun moyen de s'orienter et de se défendre contre cette confusion".

    C'est pourquoi ils "implorent avec ferveur" les cardinaux et les évêques d'accomplir deux tâches : "Interdire immédiatement l'application de ce document" dans leurs diocèses, et demander "directement" au Pape de "retirer d'urgence ce malheureux document" qui "produit manifestement un grave scandale".

    Le Pape, concluent-ils, a "besoin d'urgence" d'une "correction fraternelle" dans l'espoir de "sauver son pontificat et sa propre personne d'une tache qui pourrait autrement peser sur lui de manière indélébile, non seulement dans l'histoire, mais dans l'éternité".

    Lire la suite

  • Le cardinal Zen maintient le cap

    IMPRIMER

    De Joe Bukuras sur le National Catholic Register :

    Le cardinal Zen parle de son nouveau livre pour le Carême et de ses préoccupations pour l'Église

    Le cardinal Zen lui-même a suggéré le mois dernier que le cardinal Víctor Manuel Fernández démissionne en raison de la confusion qui règne autour du dernier document du DDF.

    2 février 2024

    Dans une interview diffusée le 1er février dans l'émission The World Over with Raymond Arroyo, le cardinal Joseph Zen a présenté son nouveau livre, Cardinal Zen's Lenten Reflections (Réflexions de carême du cardinal Zen) et a abordé des questions controversées récentes au sein de l'Église catholique.

    Le cardinal Zen a remercié son ami Aurelio Porfiri, qui a fait traduire certaines des lettres pastorales et homélies précédentes du cardinal en vue de leur publication, pour avoir rendu ce projet possible.

    Interrogé sur les sections des Réflexions de Carême du cardinal Zen qui traitent de la persécution, l'évêque émérite de Hong Kong, âgé de 92 ans, a rappelé que "l'Église est toujours persécutée".

    Jésus a dit : "Ils ne vous aiment pas parce qu'ils ne m'aiment pas", et nous serons donc persécutés", a-t-il souligné.

    "Nous ne devrions pas désirer la persécution. Mais quand la persécution arrive, il faut être heureux, parce que la force qui vient aux martyrs n'est pas leur propre force. C'est le Dieu qui permet la persécution qui donne la force", a-t-il déclaré.

    Au cours de l'entretien, M. Arroyo a interrogé le cardinal Zen sur les commentaires du pape François au journal italien La Stampa, le 29 janvier, dans lesquels il faisait référence au rejet de la Fiducia Supplicans par les évêques africains comme un "cas spécial" parce que "pour eux, l'homosexualité est quelque chose de "laid" d'un point de vue culturel ; ils ne la tolèrent pas".

    "En fait, il n'y a pas que l'Afrique", a déclaré le cardinal Zen. "Il y a beaucoup d'autres endroits, même certains évêques en France, à ma grande surprise.

    Le cardinal Zen lui-même a suggéré le mois dernier que l'auteur de Fiducia Supplicans, le cardinal Víctor Manuel Fernández, démissionne en raison de la confusion qu'il a causée.

    "Ils répètent très souvent qu'il s'agit d'une orientation pastorale. Et ils disent que nous voulons éviter la confusion, bien qu'ils aient dit beaucoup de choses, qui n'ont fait qu'accroître la confusion", a noté le cardinal Zen.

    M. Arroyo a demandé au cardinal Zen comment il pensait que son ancien mentor, le défunt pape Benoît XVI, aurait réagi au document.

    "Je pense que dans tout le magistère du pape Benoît, il n'y a qu'un seul point - la vérité", a déclaré le cardinal Zen.

    "Il est donc très important de partir de la vérité. Il n'y a pas d'éducation pastorale correcte si elle n'est pas basée sur la vérité de la foi", a-t-il ajouté.

    "La foi, depuis tant de siècles, est très claire sur le fait que la sodomie est une chose grave. C'est pourquoi, chaque fois que nous constatons un malentendu, nous devons faire en sorte que les gens comprennent", a-t-il ajouté.

    Interrogé sur la première session du Synode sur la synodalité à Rome, le cardinal Zen a déclaré qu'à son avis, les organisateurs du synode voulaient une "démocratie absolue".

    Avant le début du synode l'année dernière, le cardinal Zen a fait part de ses inquiétudes à ses frères évêques et cardinaux dans une lettre qui a été divulguée aux médias.

    "Le secrétariat du synode est très efficace dans l'art de la manipulation", a écrit le cardinal Zen dans cette lettre, ajoutant que "souvent, il prétend ne pas avoir d'ordre du jour. C'est une véritable offense à notre intelligence. Tout le monde peut voir les conclusions qu'ils visent".

    S'adressant à M. Arroyo, le cardinal Zen a déclaré : "Le mot synodalité est un mot nouveau dans l'Eglise, il faut donc une explication claire de ce que nous comprenons de la synodalité, pas seulement à partir de la source étymologique du mot, parce que l'Eglise utilise le mot synode depuis de nombreux siècles et que synodalité vient de synode.

    Le cardinal Zen a déclaré que "les gens considéraient simplement que cela signifiait plus de participation, plus de communion. Mais aujourd'hui, nous nous rendons compte qu'ils comprennent quelque chose de différent. Ils ont donc une autre compréhension, et je pense qu'en termes simples, cette nouvelle synodalité signifie la démocratie, tout comme ils en parlent en Allemagne, ou même au tout début, après Vatican [II], aux Pays-Bas", a-t-il déclaré.

    "Ils veulent donc une démocratie absolue. Si cela est approuvé, tout peut être changé, y compris la doctrine de la foi et la morale", a indiqué le cardinal Zen.

    Restrictions de la messe en latin

    Le cardinal Zen a également évoqué les restrictions imposées à la célébration de la messe latine traditionnelle, telles qu'elles ont été décrites dans le motu proprio Traditionis Custodes du pape François en 2021.

    Il s'est dit "surpris par cette forte campagne" visant à limiter la messe en latin. "En tout cas, pour autant que je sache, les personnes qui chérissent cette messe sont de bonnes personnes.

    Le cardinal Zen a déclaré que les gens devraient être conscients des nombreux rites liturgiques différents proposés par l'Église.

    "Nous avons de nombreux diocèses catholiques de rites orientaux", a déclaré le cardinal Zen. "Ils sont très différents de la messe post-Vatican II. Alors pourquoi s'inquiéteraient-ils d'un nouveau rite, qui n'est pas nouveau, qui a été la messe pendant des années dans l'Église ? a déclaré le cardinal Zen.

  • Une nouvelle enquête sur "la promotion de l'euthanasie au XXe siècle"

    IMPRIMER

    Du Centre Européen pour le Droit et la Justice :

    Voici une nouvelle enquête sur "la promotion de l'euthanasie au XXe siècle."

    Cette enquête historique offre un éclairage sur l’origine et la pensée des mouvements occidentaux militant pour la légalisation de l’euthanasie. Elle retrace l’évolution de ce courant de pensée à travers le XXe siècle, permettant ainsi de mieux comprendre les enjeux des débats actuels sur l’euthanasie et le suicide assisté.

    Voici notre présentation de cette nouvelle enquête, rédigée par Grégor Puppinck, Directeur du Centre européen pour le droit et la justice, regardez la vidéo en cliquant sur ce lien ou sur l'image :

    L’euthanasie, ou les diverses formes « d’aide médicale à mourir », est devenue une pratique courante dans plusieurs pays occidentaux depuis le début du XXIe siècle, à tel point qu’elle y est en voie de normalisation. Cette situation est l’aboutissement d’une histoire qui trouve sa source principale au tournant du XIXe et du XXe siècle.

    Matérialisme, malthusianisme, eugénisme, progressisme, etc., les mouvements de pensée qui ont promu l'euthanasie ont changé de discours ces dernières années, mais l'idéologie mortifère est toujours bien là, cachée sous le voile de la bienveillance et de la compassion.

    Nous vous invitons à lire et partager ce nouveau rapport pour comprendre les enjeux du débat actuel français et faire connaître le travail du Centre européen pour le droit et la justice :

    Nouveau Rapport

    Signer notre pétition : 
    l'ONU doit rappeler que l'euthanasie viole les droits fondamentaux

  • L'enfer? c'est être seul, absolument et pour toujours

    IMPRIMER

    Un article de Regis Martin sur le site web du « National Catholic Register » :

    « Mourir dans un péché mortel… signifie rester séparé de Dieu pour toujours par notre libre choix. Cet état d'auto-exclusion définitive… s'appelle l'enfer. (CCC 1033).

    De toutes les religions inventées par les hommes – leur permettant d'aller au-delà des étoiles et ainsi de regarder le visage de Dieu – seul le christianisme a la capacité d'y parvenir, réalisant cette même transcendance de soi que les hommes ont toujours recherchée mais n'ont jamais pu atteindre par eux-mêmes.

    Et c'est parce que le christianisme n'est pas une invention de l'homme. Ce n'est même pas non plus, à proprement parler, une religion, du fait qu'elle est un don gratuit de Dieu. L’initiative vient toujours d’en haut, voyez-vous, même si l’horizon vers lequel nous nous dirigeons restera également une finalité hors de notre portée. 

    Il ne s’agit donc pas ici d’une entreprise d’auto-assistance, que chacun peut choisir de lancer. Mais un événement salvateur offert par Dieu seul, dont l'origine est un autre monde, infiniment et nécessairement au-delà de celui-ci. En d’autres termes, l’abîme qui nous sépare de Dieu n’est pas accessible aux machines humaines, aussi adroites soient-elles. Et c’est de cet autre monde, où Dieu vit et se déplace au milieu de la plus pure félicité, que tout dépend dans ce monde.

    Parce que le christianisme est avant tout l'œuvre de Dieu, qu'il accomplit en notre faveur, deux choses restent toujours en jeu : la grâce divine et la liberté humaine. Et dans le mouvement entre les deux – la pure tension générée entre la volonté finie de l’un et la volonté infinie de l’autre – la vie devient vraiment très intéressante. Complètement et merveilleusement dramatique même. Bref, une belle histoire.

    Et pourquoi est-ce dramatique ? Car c’est dans le drame seul que l’élément humain résonne le mieux, l’exaltant par-dessus tout. Surtout dans la relation que nous entretenons avec le Christ, qui amène Dieu, l’Autre Infini, jusque dans les détails les plus compliqués de notre vie finie. Quoi de plus dramatique que cela ? Il n’y a donc pas de place pour l’ennui ou la futilité. Comment la vie peut-elle être considérée comme dénuée de sens alors que la Parole elle-même, qui n’est qu’un autre nom pour le Sens, entre si profondément dans la condition humaine qu’elle devient entièrement l’un des nôtres ? 

    Mais en même temps, parce que l'homme reste toujours et partout libre, ce qui est sa caractéristique la plus fondamentale et la plus déterminante, il est toujours libre de refuser l'offre de grâce de Dieu. Pour le dire de la manière la plus directe possible, il peut choisir de cracher dans les yeux de Dieu, décidant de manière perverse de brûler tous les ponts possibles vers la béatitude. Appelez cela l' option infernale, si vous voulez, dont l'exercice entraînera un homme directement en enfer, où il dira sans cesse à Dieu : « Je ne veux pas aimer. Je ne veux pas être aimé. Je veux juste qu’on me laisse tranquille.

    Lire la suite

  • Un nouveau film décrit les ravages de l’euthanasie en Belgique

    IMPRIMER

    Du site de Famille Chrétienne

    Fin de vie : un nouveau film sur les ravages de l’euthanasie en Belgique

    Quel est le bilan de vingt années de dépénalisation de l’euthanasie en Belgique ? C’est la question à laquelle un documentaire sur « les souffrances cachées de l’euthanasie », diffusé à compter du 1er février, tente de répondre, alors que certains hommes politiques français parlent de la législation de ce pays comme d’un « modèle ». Réalisé par la Confédération des associations familiales catholiques (CNAFC), ce documentaire pointe au contraire les conséquences délétères de cette pratique qui consiste, pour un médecin, comme le dit la loi belge, à « mettre intentionnellement fin à la vie d’une personne à la demande de celle-ci ».

    Un geste violent

    « L’euthanasie est souvent présentée comme un acte qui supprime la souffrance, explique l’un des interlocuteurs interrogés dans ce documentaire. Mais cette présentation est quelque peu erronée. Car l’euthanasie ne supprime pas d’abord la souffrance de la personne, mais sa vie. » A la suite d’autres études, ce documentaire pointe donc la première souffrance causée par l’euthanasie : celle des patients qui la subissent, et voient leur vie supprimée par une injection létale. « Le geste en lui-même est violent », complète un infirmier en soins palliatifs. Avec l’euthanasie, la manière de répondre à la personne qui souffre, c’est de la faire disparaître. Elle part donc avec son “sac à dos” de souffrances. C’est l’inverse des soins palliatifs où, lorsqu’une personne nous dit que son “sac à dos” est trop lourd à porter, nous l’aidons au maximum à le vider pour qu’elle puisse se diriger naturellement vers sa mort, sans qu’on arrête brutalement sa vie ».

    Lire la suite

  • Mgr Ambongo sera-t-il le prochain pape ?

    IMPRIMER

    De John L Allen Jr sur Crux (Catholic Herald) :

    Cardinal Ambongo : un candidat papabile qui émerge grâce à Fiducia Supplicans 
    / Crux

    31 janvier 2024

    ROME - On raconte qu'à l'époque de la domination britannique de l'Inde, les fonctionnaires coloniaux se sont inquiétés de la présence de cobras venimeux dans la ville de Delhi et ont décidé d'offrir une prime pour chaque serpent mort. Des habitants entreprenants se mirent alors à élever des cobras afin de toucher la prime. Lorsque les Britanniques ont découvert la ruse et retiré leur offre, les éleveurs ont libéré leurs cobras devenus inutiles, ce qui a considérablement aggravé le problème.

    Ce que l'on appelle "l'effet Cobra" est une illustration classique de ce que l'on appelle la "loi des conséquences involontaires". Très souvent, les actions conçues pour obtenir un résultat génèrent en fait une cascade d'autres effets, dont la plupart n'ont jamais été envisagés ou souhaités.

    À l'heure actuelle, le pape François se sent peut-être pris au piège de sa propre version de "l'effet Cobra" en ce qui concerne le document du Vatican Fiducia Supplicans sur la bénédiction des personnes vivant dans des unions de même sexe.

    L'une des principales conséquences de la controverse autour de ce document, assez ironiquement, semble avoir donné aux détracteurs conservateurs du pape l'occasion de s'intéresser à d'éventuels candidats lors d'un futur conclave, c'est-à-dire à des candidats susceptibles d'orienter l'Église dans une direction différente.

    À l'heure actuelle, la cote du papabile, ou candidat à la papauté, n'a peut-être pas augmenté autant que celle du cardinal Fridolin Ambongo Besungu de Kinshasa, en République démocratique du Congo, qui est également le chef élu des évêques africains en tant que président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM).

    Un titre récent du journal italien Il Messaggero, en tête d'un article du correspondant vétéran du Vatican Franca Giansoldati, dit tout : "Le profil du cardinal Ambongo progresse parmi les futurs papabili : il a dirigé le blocus africain à la bénédiction des couples homosexuels."

    La référence est due au fait que le cardinal Ambongo, âgé de 64 ans, a été le principal instigateur d'une déclaration du SCEAM du 11 janvier qui a déclaré que Fiducia Supplicans était restée lettre morte sur le continent. Les prélats africains, selon cette déclaration, "ne considèrent pas qu'il soit approprié pour l'Afrique de bénir des unions homosexuelles ou des couples de même sexe parce que, dans notre contexte, cela causerait de la confusion et serait en contradiction directe avec l'éthique culturelle des communautés africaines".

    Bien entendu, la déclaration du SCEAM n'est pas la seule réaction négative suscitée par Fiducia, mais elle est particulièrement remarquable pour deux raisons.

    Tout d'abord, c'est la première fois que les évêques d'un continent entier déclarent qu'un édit du Vatican ne sera pas appliqué sur leur territoire. Étant donné qu'il est généralement difficile de mettre d'accord un corps d'évêques peu maniable, la manière compacte et rapide dont le SCEAM a réagi est un témoignage du leadership d'Ambongo.

    En outre, la déclaration du SCEAM est également frappante par la manière dont elle a été élaborée de concert avec le Pape et ses principaux conseillers.

    Après avoir sollicité les réponses des conférences épiscopales africaines à la Fiducia, Ambongo s'est envolé pour Rome afin de les partager avec le Pape. François lui a demandé de travailler avec le cardinal argentin Victor Manuel Fernández du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, ce qu'Ambongo a fait, en consultant le pontife en cours de route, de sorte que lorsque la déclaration du SCEAM a été publiée, elle portait de facto le sceau de l'approbation papale.

    En d'autres termes, Ambongo a trouvé un moyen pour les évêques africains de s'opposer au Pape, au moins indirectement, mais sans paraître déloyal. C'est l'une des aiguilles les plus difficiles à enfiler dans la vie catholique, et l'art avec lequel Ambongo y est parvenu a fait tourner les têtes.

    Voici comment Soldati résume les choses dans son article pour Messaggero :

    "Dans cette conjoncture très délicate, Ambongo s'est taillé un rôle de premier plan, en démontrant au Collège des cardinaux une capacité de médiation indubitable et un grand courage, au point que certains le considèrent désormais comme un candidat possible au prochain conclave, dans un futur hypothétique, quel qu'il soit : Un cardinal électeur d'un continent en croissance, ancré dans la tradition, fidèle au principe de la synodalité, connaissant bien les mécanismes curiaux et doté d'une perspective capable d'affronter un avenir compliqué".

    "En somme, écrit Soldati, toutes les qualités pour un futur pape noir.

    Membre des Franciscains capucins, Mgr Ambongo a obtenu un diplôme de théologie morale à la prestigieuse Académie Alphonsienne dirigée par les Rédemptoristes à la fin des années 1980. Dans les années qui ont suivi, il a travaillé dans une paroisse, enseigné dans des séminaires et occupé divers postes de direction au sein des Capucins jusqu'à ce qu'il soit nommé évêque en 2004, à l'âge de 44 ans.

    En 2016, Mgr Ambongo est devenu archevêque de Mbandaka-Bikoro et, comme son mentor, le défunt cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, il s'est rapidement retrouvé plongé dans le maelström de la politique congolaise. Lorsque le président de l'époque, Joseph Kabila, a retardé les élections en 2016 pour rester au pouvoir, Ambongo est devenu un tribun de l'opposition pro-démocratique et a aidé à négocier l'accord-cadre de Saint-Sylvestre qui a ouvert la voie à de nouvelles élections en 2018.

    Ambongo ne manque certainement pas d'audace. Son franc-parler en faveur de l'environnement, notamment ses critiques à l'égard des géants mondiaux du pétrole et de l'exploitation minière ainsi que des politiciens locaux qui leur obéissent, a suscité des menaces de mort au fil des ans ; à un moment donné, il s'est qualifié lui-même de "personne en danger au Congo".

    Il jouit manifestement des faveurs du pape François, puisqu'il a été nommé membre du Conseil des cardinaux du souverain pontife en 2020, à la place de Monsengwo, puis confirmé à ce poste en 2023. Il a également organisé un voyage papal réussi au Congo en février dernier. Cependant, comme l'a montré l'affaire Fiducia, il est également capable de rompre les rangs lorsqu'il estime qu'une question de principe est en jeu.

    Mgr Ambongo pourrait séduire les cardinaux conservateurs à la recherche d'un changement, mais il a également gagné le respect des fidèles de François pour la manière dialoguée dont il s'est comporté. Son curriculum vitae témoigne d'une certaine gravité : il a su résoudre des problèmes et s'imposer comme homme d'État dans la politique nationale, il est le chef continental d'un corps épiscopal et un conseiller papal qui connaît de l'intérieur les efforts de réforme du Vatican.

    Qu'il s'agisse ou non de la recette d'un futur pape - ce qui, bien sûr, est une supposition à ce stade - ce qui semble plus sûr, c'est qu'il s'agit du profil d'un prélat qui compte, aujourd'hui et pour un certain temps à venir.

  • La liberté religieuse, une épine dans la chair

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae (février 2024) :

    La liberté religieuse, épine dans la chair

    Comment est-on passé dans l’Église du rejet de la liberté religieuse à son acceptation ? C’est le sujet de l’ouvrage de François Huguenin, La grande conversion. L’Église et la liberté de la Révolution à nos jours[1]Brillante explicitation sur cinq cents pages d’un changement de cap. Peut-être que sa focalisation sur la liberté, sauf les pages consacrées à l’évolution de la question du salut, donne-t-elle l’impression que le retournement de Vatican II se réduit à ce point. En fait, l’adoption de la liberté religieuse s’intègre à un infléchissement de l’ecclésiologie consistant à voir hors de l’Église catholique des communautés surnaturelles secondes en quelque sorte. D’où l’œcuménisme, qui accorde une « communion imparfaite » aux séparés, le dialogue interreligieux fondé sur un « respect sincère » des autres religions, et la liberté religieuse qui rend obsolète l’idée d’un État défenseur de l’unique Église. Cet anti-exclusivisme est clairement d’inspiration libérale, via le protestantisme où chaque Église se considère comme la plus parfaite sans cependant prétendre s’identifier totalement à l’unique Église du Christ.

    Vatican II et l’État catholique

    Disons tout de suite que la virulence des débats sur la liberté religieuse lors de Vatican II s’explique par le fait que la doctrine subvertie était alors connue de tous et qu’elle animait encore, tant bien que mal, un certain nombre d’entités politiques, étatiques ou militantes. Réactiver ces débats aujourd’hui paraît en revanche lunaire, car il paraît désormais évident, dans le catholicisme postconciliaire, que les rapports du politique et du religieux ne peuvent avoir lieu qu’au sein de la laïcité des instances nationales et internationales.

    Pour traiter donc de cette question de la liberté religieuse, qui relève du droit public de l’Église, il convient d’avoir à l’esprit ce qu’elle disait de la « constitution chrétienne des États » (Immortale Dei de Léon XIII du 1er novembre 1885). Son discours traditionnel sur les Cités politiques selon le droit naturel était à deux niveaux : il portait sur ces États qui, avant même la connaissance de la Révélation, avaient ou ont une pleine légitimité dans la mesure où ils tendent au « vivre bien » des citoyens, mais auxquels l’adhésion à l’Évangile confère un « baptême » qui souligne le caractère sacré du pouvoir de leurs magistrats (doctrine du Christ-Roi), et les oblige en retour à des obligations envers la vérité de la Révélation.

    Certes, les Cités antiques ont rarement ressemblé à celle de Salente, dans Les aventures de Télémaque, et les princes ou chefs d’États chrétiens ont trop peu pratiqué une imitation de saint Louis, les chefs de guerre, de sainte Jeanne d’Arc, et les ministres des finances, de saint Éloi. Pour autant, en ce monde marqué par le péché, les principes élaborés par la tradition d’Aristote, et plus largement de la philosophie grecque, reprise par saint Thomas et toute la théologie subséquente, notamment des XVIIe et XVIIIe siècles, ne relèvent pas plus de l’utopie que l’énoncé des béatitudes. Gouverner sagement est l’idéal auquel devraient se conformer tous chefs de peuples, ce qui, dans le monde qui a reçu la Révélation, veut dire gouverner selon l’inspiration chrétienne, en tentant plus largement d’organiser une paix de Dieu entre les nations « baptisées ».

    Cet idéal, aujourd’hui évacué, de chrétienté et dont le vide est comblé par un mondialisme humaniste, peut se comparer à la surélévation de cette institution naturelle qu’est le mariage à la dignité de sacrement. L’analogie étant imparfaite, car les Cités chrétiennes ne naissent pas, comme la société des époux, d’un acte sacramentel. Mais comme une famille devient chrétienne, ont été « baptisées » ces sociétés qui sont ontologiquement premières pour l’homme, animal politique, par la profession de foi de leurs peuples et de leurs magistrats. Chacune, sans être marquée par un caractère, est comme refondée par cette profession de foi, sans laquelle désormais elle n’est plus elle-même. Chrétienne reste la France, notre mère charnelle et spirituelle, terre de saints, couverte d’un manteau d’églises et de cathédrales, toujours fille aînée de l’Église, aussi défigurée qu’elle soit par le masque laïque dont on l’a affublée.

    Lire la suite