Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 15

  • "L'Église catholique n'est pas l'Église du pape et les catholiques ne sont donc pas des papistes mais des chrétiens" (cardinal Gerhard Müller)

    IMPRIMER

    De Cole DeSantis sur Crisis Magazine :

    "L'Église catholique n'est pas l'Église du pape et les catholiques ne sont donc pas des papistes mais des chrétiens" : Entretien exclusif avec le cardinal Gerhard Müller

    Le cardinal Müller aborde la nature de l'infaillibilité papale, les limites de l'autorité papale et la possibilité d'un pape hérétique.

    J'ai envoyé récemment quelques questions au cardinal Gerhard Müller concernant l'infaillibilité papale et les récents propos du cardinal décrivant le pape François comme ayant approuvé une hérésie matérielle. Le cardinal a eu l'amabilité de répondre à mes questions dans l'échange de courriels suivant.

    Comment décririez-vous la nature de l'infaillibilité papale ? Dans quelles circonstances l'infaillibilité papale s'applique-t-elle ?

    Cardinal Müller : La nature, les conditions et les limites de l'infaillibilité papale en tant qu'expression de l'infaillibilité de l'Église tout entière sont définies au chapitre 4 de la Constitution dogmatique Pastor aeternus du Concile Vatican I (1870). En ce qui concerne l'intégration de l'autorité suprême dans le collège des évêques, dont il est le chef visible, Vatican II déclare : 

    L'infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu doter son Église dans la définition d'une doctrine de foi et de morale s'étend aussi loin que l'exige le dépôt de la révélation divine (divinae Revelationis depositum), qui doit être purement conservé et fidèlement interprété. (Lumen Gentium 25) 

    Les évêques allemands, avec l'approbation du pape Pie IX, ont déclaré au chancelier allemand Bismarck, qui voulait abuser de Vatican I pour justifier la destruction de l'Église catholique dans le "Kulturkampf", que "le magistère infaillible de l'Église est lié au contenu de la Sainte Écriture et de la Tradition ainsi qu'aux décisions doctrinales déjà données par le magistère ecclésiastique" : "...le magistère infaillible de l'Église est lié au contenu de la Sainte Écriture et de la Tradition ainsi qu'aux décisions doctrinales déjà prises par le magistère ecclésiastique" (Denzinger-Hünermann n° 3116). C'est aussi ce que Vatican II affirme avec la plus grande autorité dans la Constitution dogmatique sur la Révélation divine Dei verbum (art. 10). Il convient d'ajouter que les fidèles doivent rendre "l'obéissance religieuse de la volonté et de l'intelligence" à leurs évêques et en particulier au magistère authentique de l'évêque de Rome, même s'il ne parle pas en vertu de la plus haute autorité magistérielle (ex cathedra). Il en va ainsi selon l'importance accordée à telle ou telle doctrine, qui doit cependant être explicitement ou implicitement contenue dans la révélation. 

    Quel est l'enseignement traditionnel de l'Église sur les limites de l'autorité papale ?

    Cardinal Müller : Selon l'autorité divine du Christ, la révélation de Dieu lui-même est la base et la limite de l'enseignement et du ministère pastoral de l'Église : "Allez à toutes les nations... et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit" (Matthieu 28, 20). L'approche de l'ecclésiologie catholique est importante. Dans Lumen Gentium, Vatican II n'a pas commencé par le pape car, contrairement à ce que pensaient les polémistes protestants traditionnels, l'Église catholique n'est pas l'Église du pape et les catholiques ne sont donc pas des papistes mais des chrétiens. Le Christ est la tête de l'Église et c'est de lui que partent la grâce et la vérité divines pour être transmises aux membres de son corps, qui est l'Église. Mais il l'a aussi constituée sacramentellement en tant que communauté visible de confession, de moyens de grâce et d'unité dans la direction épiscopale. C'est pourquoi les évêques et les prêtres enseignent, guident et sanctifient les fidèles au nom du Christ (et pas du tout au nom du pape). Mais les catholiques ne sont pas les sujets de supérieurs ecclésiastiques auxquels ils doivent une obéissance aveugle et caduc comme dans un système politique totalitaire. En tant que personnes dans leur conscience et leur prière, ils s'adressent directement à Dieu dans le Christ et dans l'Esprit Saint. 

    Lire la suite

  • Fiducia Supplicans, les évêques des Pays-Bas et le cardinal Eijk

    IMPRIMER

    De John L. Allen sur Crux

    Quand un cardinal néerlandais réagit à "Fiducia Supplicans"

    21 janvier 2024

    L'influence du cardinal néerlandais Wim Eijk, âgé de 70 ans, est manifeste dans la réponse soigneusement formulée par les évêques néerlandais à Fiducia Supplicans et qui est parvenue à marquer un net contraste sans pour autant tomber dans une dissidence ouverte. (Précédemment, à ce même propos, le cardinal Eijk était déjà intervenu pour "recadrer" les évêques flamands (1) (ndB)).

    Jusqu'à présent, la plupart des observateurs du Vatican s'accordaient à dire que le grand favori des conservateurs pour le prochain pape était le cardinal Péter Erdő de Budapest, 71 ans, un avocat canoniste de talent qui occupe le poste de primat de Hongrie depuis 2002 et qui a été reconnu comme un leader fort tant au niveau national qu'au niveau de l'Église mondiale. (Mgr Erdő a notamment été le rapporteur, ou président, des deux synodes ultracontentieux des évêques sur la famille en 2014 et 2015).

    Toutefois, à la suite de la déclaration sur Fiducia Supplicans, le prélat néerlandais semble susceptible de bénéficier d'un second regard de la part des conservateurs à la recherche d'un candidat qui mènerait l'Église dans une direction différente, mais sans trop de coups de fouet ecclésiastiques.

    Avant de poursuivre, deux mises en garde.

    Tout d'abord, la déclaration du 16 janvier n'a pas été publiée personnellement par Mgr Eijk mais par les 11 évêques catholiques des Pays-Bas, et il n'est peut-être pas tout à fait juste d'attribuer à Mgr Eijk la responsabilité personnelle d'un effort collectif. Bien sûr, cela n'empêchera pas la plupart des gens de le faire de toute façon. C'est le problème quand on est le gros poisson d'un petit étang : tout le monde suppose que tout ce qui se passe dans cet étang, en bien ou en mal, est de votre fait.

    Deuxièmement, il n'y a aucune raison de supposer que les motivations d'Eijk pour rejoindre la déclaration étaient politiques, et certainement aucune raison de croire qu'il s'agissait d'augmenter sa cote en tant que papabile, c'est-à-dire candidat à la fonction de prochain pape. Pourtant, tout ce que fait un cardinal comporte inévitablement un sous-texte politique, qu'il le veuille ou non. C'est d'autant plus vrai que le pape vieillit et que sa santé se dégrade, ce qui l'amène inévitablement à penser à la suite de son pontificat.

    Si la déclaration du 16 janvier peut inciter les catholiques conservateurs à porter un nouveau regard sur Eijk, c'est en grande partie en raison de l'équilibre entre la retenue et la clarté du document.

    Tout d'abord, la déclaration ne compte que 292 mots dans sa traduction anglaise, ce qui illustre ce que les correcteurs ont essayé de faire comprendre aux jeunes auteurs prolixes depuis des générations : En effet, il n'est pas toujours nécessaire d'avoir beaucoup de mots pour dire beaucoup de choses.

    Notamment, il n'y a aucune critique du pape François ou du cardinal argentin Víctor Manuel Fernández, le préfet du Dicastère du Vatican pour la doctrine de la foi qui a publié Fiducia Supplicans, et aucune utilisation de termes incendiaires tels que "hérésie", "erreur" ou "apostasie".

    En fait, il n'y a aucune répudiation explicite de Fiducia Supplicans, et les évêques prennent même la peine de déclarer qu'"avec le pape François", ils veulent "souligner l'importance pastorale de la proximité et de l'accompagnement".

    Pourtant, dans le même temps, il ne fait aucun doute que les évêques adoptent une position différente sur la question cruciale de savoir qui, exactement, serait l'objet des bénédictions non liturgiques envisagées par Fiducia Supplicans. Le document du Vatican fait référence à plusieurs reprises à un "couple" et à des "couples" recevant de telles bénédictions, alors que la déclaration néerlandaise ne fait référence qu'à des individus, employant soigneusement la troisième personne du singulier ("il/elle" et "son") afin de souligner le point.

    Lire la suite

  • Christianisme : Michel Onfray dialogue avec un moine de l’abbaye de Lagrasse

    IMPRIMER

  • L'Eglise a-t-elle toujours été en crise ? (Club des hommes en noir)

    IMPRIMER

    De l'Homme Nouveau :

    L’Église a-t-elle toujours été en crise ? C’est la question à laquelle tente de répondre le Club des Hommes en noir dans cette nouvelle émission. Pourquoi un tel sujet ? Si les crises ne manquent pas dans l’Église d’aujourd’hui et frappent nos imaginations et notre foi, n’est-ce pas, au fond, le cours habituel de la vie des catholiques. En effet, humainement les choses ont plutôt mal commencé, avec la mort violente du Christ sur la Croix, la trahison d’un des apôtres choisis en personne par Jésus, le conflit entre saint Pierre et saint Paul, la mort également violente des apôtres, les persécutions, les divisions et les guerres ensuite entre chrétiens. La liste pourrait être longue des conflits, des crises et des oppositions.

    Pour en parler Philippe Maxence reçoit au micro du Club des Hommes en noir l’abbé Claude Barthe, l’abbé Grégoire Célier, le Père Danziec et Jeanne Smits. Tous apportent un regard et une analyse que l’on ne trouve pas ailleurs, sans langue de buis et sans langue de bois.

    2024_01_20_10_04_53_Greenshot.png

  • La réaction des évêques des Pays-Bas suite à Fiducia supplicans

    IMPRIMER

    Un langage clair dont nos évêques pourraient s'inspirer...

    Du site officiel de l'Eglise catholique aux Pays-Bas :

    Réaction des évêques néerlandais suite à Fiducia supplicans

    17 janvier 2024
     
    La déclaration du Dicastère pour la doctrine de la foi Fiducia supplicans du 18 décembre dernier, a souligné l'importance de l'accompagnement dans l'Église des personnes vivant une relation homosexuelle et des personnes divorcées retournant à la vie conjugale. Notre Église étant une Église accueillante, les évêques néerlandais, avec le Pape François, soulignent l'importance pastorale de la proximité et de l'accompagnement.

    La Conférence épiscopale note que le Dicastère pour la doctrine de la foi, dans sa déclaration Fiducia supplicans, soutient, conformément à la Sainte Écriture et à la Tradition de l'Église, que le mariage n'est possible qu'entre un homme et une femme et qu'il est indissoluble, et que les relations irrégulières, quelles qu'elles soient, rencontrent des objections morales intrinsèques.

    Les évêques néerlandais ne veulent refuser à personne le soutien et la force de Dieu. Il est possible de faire une prière pour des croyants individuels qui vivent une relation irrégulière. Ce que l'on demande dans la prière et la manière dont on prie sont importants. Dans le cas d'une personne vivant une relation irrégulière ou homosexuelle, le ministre ordonné peut dire une prière simple en dehors du contexte d'une célébration de mariage ou d'un service de prière. Dans cette prière, on peut demander à Dieu force et assistance sous l'invocation de son Esprit, afin que la personne puisse comprendre la volonté de Dieu dans sa vie et continuer à grandir.

    La formulation choisie indique clairement qu'il ne s'agit pas d'une bénédiction ou d'une confirmation d'une relation irrégulière et évite également toute confusion avec le mariage, qui, selon l'Église catholique, ne peut être célébré qu'entre un homme et une femme.

    La prière peut ainsi donner la force de s'approcher de Dieu et de vivre conformément à ses intentions concernant la création de l'homme et de la femme et le mariage.

    Lire également : Les évêques néerlandais réagissent avec prudence aux directives du Vatican en matière de bénédiction, à contre-courant de la tendance régionale

  • France : la Marche pour la Vie 2024 répond aux urgences de l'actualité

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Marche pour la vie 2024 : une mobilisation d’actualité

    19 JAN, 2024

    La Marche pour la vie aura lieu dimanche 21 janvier à Paris. « En 2024, notre combat sera encore et toujours d’actualité. Inscription de l’avortement dans la Constitution et légalisation de l’euthanasie ou du suicide assisté sont les deux menaces qui pèsent sur la vie humaine en France » explique Aliette Espieux, porte-parole de la Marche pour la vie. « La pression des deux lois en préparation » pousse à la mobilisation.

    « L’inscription dans la Constitution est dangereuse »

    Le projet de loi visant à constitutionnaliser l’avortement a été examiné le 16 janvier en commission à l’Assemblée nationale (cf. IVG dans la Constitution : le projet de loi adopté en Commission à l’Assemblée nationale). Il sera discuté en séance publique le 24 janvier (cf. IVG dans la Constitution : le projet de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale le 24 janvier). Le texte est ensuite attendu le 26 février au Sénat. Le Gouvernement espère réunir les parlementaires en Congrès le 5 mars pour adopter le texte quelques jours avant la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars (cf. Inscrire l’avortement dans la Constitution : une priorité en 2024 ?).

    ll y a eu 234 200 avortements en 2022  rappelle Aliette Espieux, porte-parole de la Marche pour la vie (cf. France : 234 300 avortements en 2022). « Cette liberté fondamentale viendra nécessairement s’opposer à la liberté fondamentale de certains médecins à ne pas pratiquer l’IVG. C’est en cela que l’inscription dans la Constitution est dangereuse » alerte-elle (cf. « L’inscription de l’IVG dans la Constitution menace la liberté de conscience du personnel médical »).

    Opposée au texte, la Marche pour la vie propose de réaliser « une étude sur l’IVG (..) pour mieux comprendre les causes et les conséquences de l’avortement ». Elle demande également la mise en place d’une politique familiale pour « combattre la précarité et accompagner tous les parents pour que l’IVG ne soit jamais un choix réalisé pour des raisons économiques » (cf. « L’avortement est largement le résultat d’un ensemble de circonstances dont la société est en partie responsable »).

    Mobilisation pour le développement des soins palliatifs

    Autre réforme, celle de la fin de vie (cf. Fin de vie : « la volonté exprimée par le président de la République sera tenue »). Plusieurs fois reportée, la présentation du projet de loi devrait avoir lieu au mois de février, un an après la Convention citoyenne (cf. Fin de vie : La Convention citoyenne rend sa copie). Les contours principaux du texte laissent plus que « songeurs » (cf. Projet de loi sur la fin de vie : « le mépris affiché à l’égard de soignants désormais qualifiés de secouristes à l’envers »). Aliette Espieux s’indigne : « aujourd’hui, la première réponse du Gouvernement face aux souffrances d’un patient consisterait en une piqûre létale ».

    La Marche pour la vie appelle à la mobilisation pour le développement des soins palliatifs. « Aujourd’hui, 26 départements manquent encore de structures de soins palliatifs » dénonce la porte-parole du mouvement (cf. Fin de vie : Les soins palliatifs, « parent pauvre de la médecine »). « Des milliers de demandes de prises en charge sont refusées, faute de places. Il n’est pas normal également que nos personnes âgées soient seules. Le Gouvernement fait des lois à côté de la plaque » (cf. Fin de vie : « à vouloir légiférer de façon (pseudo) compassionnelle », on permet une « épouvantable aberration »).

  • Un mois de Fiducia Supplicans : l'opposition ne faiblit pas

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Un mois de Fiducia Supplicans : l'opposition ne faiblit pas

    La critique du document qui a autorisé la bénédiction des couples de même sexe est considérée comme sans précédent par certains historiens de l'Église.

    18 janvier 2024

    Un mois après la publication par le Vatican de la Fiducia Supplicans autorisant la bénédiction des couples de même sexe, les réactions négatives que le document a déclenchées ne montrent aucun signe de diminution.

    Les critiques ont été si vives et si nombreuses que certains historiens affirment que jamais auparavant un document papal n'avait suscité autant d'opposition et de confusion, ce qui amène de nombreux observateurs à s'interroger sur la manière dont les retombées peuvent être résolues.

    "L'existence d'un contraste marqué entre les évêques et les cardinaux au sein de l'Église est désormais une réalité que l'on ne peut nier", a déclaré l'historien de l'Église Roberto de Mattei au Register. Le pape François, estime-t-il, "provoque une crise plus profonde que toutes les précédentes, non seulement en raison de l'ampleur de l'opposition, mais aussi parce qu'elle provient de ces 'périphéries' que le pape François a désignées comme l'expression authentique de l'Église."

    Approuvée par le pape François et publiée peu avant Noël, le 18 décembre, la déclaration autorise spécifiquement, pour la première fois, les bénédictions non liturgiques de couples de même sexe et d'autres personnes vivant des "relations irrégulières". Le Vatican a qualifié sa publication d'étape "innovante", élargissant la signification des bénédictions tout en restant "ferme" sur la "doctrine traditionnelle de l'Église sur le mariage". 

    Cette publication intervient deux ans seulement après que le Vatican, dans un document moins officiel appelé responsum ad dubium (réponse à une question), a clairement statué que l'Église n'avait pas le pouvoir de donner des bénédictions aux unions de personnes de même sexe. Bien que largement perçu comme un revirement par rapport à ce texte, le Vatican a tenté d'assurer aux fidèles que Fiducia Supplicans ne permettait pas la bénédiction d'unions, mais seulement celle d'individus engagés dans des relations homosexuelles ou irrégulières. 

    Le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi depuis septembre, a déclaré dans une préface à la déclaration que son document était une réaction de "charité fraternelle" envers ceux qui ne partageaient pas la "réponse négative" du responsum, publié par son prédécesseur, le cardinal Luis Ladaria Ferrer. 

    Mais presque immédiatement après sa publication, certains de ses partisans ont exagéré ses préceptes, tandis que ses opposants les ont fermement rejetés. Une poignée d'évêques, comme ceux de Madrid, de Dublin et le président de la conférence épiscopale autrichienne, ont obligé les prêtres à donner de telles bénédictions à tous ceux qui le demandaient ; d'autres, en particulier en Afrique, ont catégoriquement refusé de le faire. 

    La plupart des conférences épiscopales sont restées silencieuses, ont donné des réponses ambivalentes ou ont souligné ce qui était fidèle au magistère dans le document.

    La confusion qui règne au-delà de l'Église a été aggravée par les titres des grands médias qui ont applaudi la Fiducia Supplicans pour avoir autorisé les bénédictions de personnes de même sexe tout en omettant ses limites. Le document a également suscité l'opposition de non-catholiques, tels que le protestant évangélique Franklin Graham et le métropolite Hilarion de l'Église orthodoxe russe.

    Lire la suite

  • "J'aime penser que l'enfer est vide" (pape François)

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un enfer vide ? Jésus le nie

    Dans les paroles prononcées à la télévision par le Pape, il y a le drame d'une Eglise qui, au nom d'une miséricorde mal comprise, fait plus pour "excuser" que pour évangéliser. Mais la "porte est étroite", prévient le Seigneur.

    18_01_2024

    "J'aime penser que l'enfer est vide, j'espère que c'est la réalité", a déclaré le pape François dimanche soir dans l'émission Che Tempo Che Fa. "Ce que je vais dire n'est pas un dogme de foi mais quelque chose de personnel", a déclaré le pape.

    Il n'a pas déclaré que l'enfer n'existe pas, il n'a pas dit qu'il est vide, il n'a pas prôné l'apocatastase ; pourtant, dans ces mots apparemment légitimes se trouve tout le drame que vit l'Église depuis plus d'un demi-siècle. Dans un autre entretien d'il y a deux mille ans, plus authentique et moins médiatique, alors que Notre Seigneur se rendait à Jérusalem, "un homme lui demanda : "Seigneur, y a-t-il peu de sauvés ?" (Lc 13,23). La réponse à cette question met en évidence toute la distance, non pas de temps ni d'espace, mais de sens, entre Jésus-Christ et son vicaire : "Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car beaucoup, je vous le dis, essaieront d'y entrer, mais n'y parviendront pas".

    Le Seigneur, qui est la miséricorde faite chair, ne cherche pas à éteindre l'inquiétude du salut dans le cœur de l'homme, mais semble même la confirmer : beaucoup n'entreront pas. C'est pourquoi, vous qui m'écoutez, vous qui m'interrogez, efforcez-vous d'entrer.

    Le passage suivant de l'Évangile de Luc, considéré comme l'Évangile de la miséricorde en raison de la présence des trois paraboles de la brebis perdue, de la drachme perdue et du fils prodigue, est encore plus fort : "Quand le maître de maison se sera levé et aura fermé la porte, vous vous tiendrez dehors et vous commencerez à frapper à la porte, en disant : Seigneur, ouvre-nous. Mais il vous répondra : "Je ne vous connais pas, je ne vous connais pas : Je ne vous connais pas, je ne sais pas d'où vous êtes. Alors vous commencerez à dire : Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places. Mais il vous dira : "Je vous dis que je ne vous connais pas : Je vous dis que je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l'iniquité ! Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu et que vous en serez chassés" (Lc 13,25-28). Il ne s'agit pas d'un passage isolé. Dans l'Évangile de saint Matthieu, nous trouvons un avertissement similaire : "Entrez par la porte étroite, car large est la porte et spacieux est le chemin qui mènent à la destruction, et nombreux sont ceux qui entrent par là ; mais combien étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie, et combien peu nombreux sont ceux qui les trouvent ! (Mt 7, 13-14). Une fois de plus, le contraste est saisissant : beaucoup se perdent, peu trouvent le chemin de la vie.

    C'est pourquoi saint Paul, l'Apôtre qui s'est épuisé à proclamer que le salut de Dieu est accessible non seulement aux juifs, mais aussi aux païens, dans une lettre qui se distingue par son affection et sa consolation, exhorte ainsi les chrétiens de Philippes : "Attendez votre salut avec crainte et tremblement" (Ph 2,12). Avec crainte et tremblement : pourquoi ? Parce que, fidèle à l'enseignement du Seigneur, il savait bien qu'une large catégorie de péchés ferme la porte de l'entrée dans le Royaume : "Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les sodomites, ni les voleurs, ni les égarés, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les rapaces n'hériteront du Royaume de Dieu" (1 Co 6,9-12). Pas d'illusions à ce sujet, justifiées par une miséricorde de Dieu mal comprise, pas de fausse tranquillité fondée sur le fait que les conditionnements de toutes sortes rendraient le péché presque impossible.

    Saint Augustin, dans le livre XXI de son chef-d'œuvre De Civitate Dei, était déjà contraint de dénoncer les faux enseignements des "Origénistes miséricordieux", qui comprenaient les paroles de l'Évangile à leur manière, en posant l'hypothèse d'un salut universel. Ceux-ci, "défendant leur propre cause, tentent presque d'aller à l'encontre des paroles de Dieu avec une miséricorde, pour ainsi dire, supérieure à la sienne" (XXI, 24. 1). Misericordia maiore conantur. Le XXe siècle a été le siècle où ces "conants" sont devenus la pensée théologique dominante. Déjà en 1948, un Louis Bouyer d'une trentaine d'années constatait l'effondrement de la dimension eschatologique dans la vie chrétienne, et en particulier le vidage de la réalité de l'enfer et du danger concret de la damnation éternelle : "on maintient un enfer pour se mettre en règle avec des textes trop clairs ; mais, en privé, on rassure les gens sur le fait que personne ne risque d'y aller".

    Aujourd'hui, pas même en privé. Il y a une différence entre l'espoir que beaucoup de gens seront sauvés et l'espoir que l'enfer est vide, cette différence abyssale entre travailler généreusement et inlassablement à notre propre conversion et à celle des autres et prêcher constamment des "excuses" pour le péché. La mission, la prédication sur la vie éternelle, la vie ascétique, la lutte sans concession contre le mal, sous toutes ses formes, l'appel continuel au repentir et à la pénitence, l'indication des exigences des commandements de Dieu sont les conséquences de la première ; l'affirmation continuelle des conditionnements psychologiques, sociaux, culturels, de la moralité des cas et des circonstances individuelles, la recherche de solutions pour que tous puissent recevoir les sacrements et les bénédictions, sans appel à la conversion, sont les manifestations de la seconde.

    Un lecteur très attentif et perspicace a réveillé chez l'écrivain le souvenir d'un passage de la Légende du Grand Inquisiteur, tirée du roman Les Frères Karamazov. Le dialogue entre le Grand Inquisiteur et Jésus-Christ, revenu au monde et immédiatement arrêté après avoir accompli le miracle de la résurrection d'une petite fille, porte sur la prétention de construire un ordre meilleur que celui du Fils de Dieu. Et dans ce monde meilleur, il ne pouvait manquer cette misericordia maior dont parlait saint Augustin, une miséricorde capable d'un salut présumé plus universel que celui voulu par le Christ : "Nous leur permettrons de pécher, ils sont faibles, sans force et donc ils nous aimeront comme des enfants, nous leur dirons que tout péché sera racheté s'il est commis avec notre permission, que nous leur permettons de pécher parce que nous les aimons et que nous prendrons le châtiment sur nous et qu'ils nous aimeront comme des bienfaiteurs (...). Il est prophétisé que tu reviendras avec tes élus, avec ton peuple fort et hautain, mais nous dirons qu'ils n'ont sauvé qu'eux-mêmes, alors que nous les avons tous sauvés... et nous dirons : "Juge-nous si tu le peux et si tu l'oses". Moi aussi, j'ai voulu être parmi Tes élus, les forts, mais je suis revenu à moi et j'ai rejoint ceux qui ont corrigé Ton œuvre. J'ai quitté les orgueilleux et je suis revenu aux humbles, pour que les humbles soient heureux". Ainsi s'exprimait le Grand Inquisiteur.

    Si le Rédempteur des hommes annonce que beaucoup finiront là où il y a des pleurs et des grincements de dents, pourquoi déclarer votre plaisir personnel à penser que l'enfer est vide ?  Si l'Apocalypse annonce que ceux qui ne sont pas inscrits dans le livre de vie seront jetés dans l'étang de feu (cf. Ap 20,15), pourquoi "espérer" que cet étang sera vide ?  L'espérance théologale se fonde sur la foi, et la foi se fonde sur les paroles du Seigneur, sur la Révélation de Dieu. L'espérance qui ne déçoit pas (cf. Rm 5,5) repose donc sur l'annonce évangélique du salut qui, dans le Christ, est offert à tous, sur le fait que Dieu "veut que tous les hommes soient sauvés" (1Tm 2,4) et qu'il nous a donc donné à tous la grâce dans le Christ ; mais aussi sur le fait que "beaucoup, comme je vous l'ai dit bien des fois, et je le répète maintenant les larmes aux yeux, se conduisent en ennemis de la croix du Christ : mais leur fin sera la perdition" (Ph 3,18-19).

  • L'Eglise doit-elle adapter sa doctrine ? (Etienne Montero)

    IMPRIMER

    De RCF :

    L'Eglise doit-elle adapter sa doctrine ? - Etienne Montero

    8 novembre 2023

    L’Eglise doit adapter sa doctrine à la société moderne, entend-on souvent aujourd’hui. Mais comment distinguer un vrai développement d’une corruption ? C'est à cette question redoutable que l'Union, le Cercle Royal des Etudiants Catholiques de Liège, l'asbl Sursum Corda et le Centre culturel Ile-de-Meuse, ont voulu apporter des éléments de réponse en invitant le mardi 07 novembre 2023, en la salle Saint Lambert de l'Espace Prémontrés à Liège, l'Abbé Etienne Montero. Licencié en théologie et Docteur en droit, Etienne Montero a été un Doyen remarqué de la Faculté de Droit de l’Université de Namur avant d’être ordonné, en 2017, prêtre de l’Opus Dei puis ensuite Vicaire Régional pour la Belgique.

  • "Pourquoi nous demandons instamment aux évêques et aux prêtres de ne pas autoriser ou fournir les bénédictions"

    IMPRIMER

    De John Finnis, Peter Ryan et Robert P. George sur First Things :

    L'ÉGLISE SÈME ENCORE PLUS DE CONFUSION SUR LES BÉNÉDICTIONS POUR LES PERSONNES DE MÊME SEXE

    15 janvier 24

    Le 18 décembre, le Dicastère du Saint-Siège pour la doctrine de la foi (DDF) a publié Fiducia Supplicans. Cette déclaration stipule que les prêtres peuvent bénir spontanément les couples en situation "irrégulière" - par exemple les couples "remariés" ou les couples de même sexe - dans certaines limites. Ces limites étaient censées protéger le témoignage de l'Église sur ses enseignements en matière d'éthique sexuelle et de mariage, des vérités connues par la raison et la révélation divine. Pourtant, de nombreux évêques et conférences épiscopales ont exprimé leur inquiétude quant au fait que de telles bénédictions pourraient entraver ce témoignage, en sapant les enseignements de l'Église selon lesquels (1) le mariage est l'union indissoluble d'un mari et d'une femme et (2) tous les actes sexuels non-maritaux sont gravement pécheurs.

    En réponse, le DDF a publié un communiqué de presse qui tente de clarifier Fiducia Supplicans. Mais ce communiqué de presse est tout à fait insuffisant. Le fait d'en tenir compte ne permettra pas d'éviter les graves dommages que le DDF dit avoir espéré éviter. Les douze paragraphes ci-dessous expliquent pourquoi nous demandons instamment aux évêques et aux prêtres de ne pas autoriser ou fournir les bénédictions en question : les circonstances dans lesquelles elles éviteront de causer de graves dommages sont rares, voire pratiquement inexistantes - du moins dans l'ensemble des conditions que nous allons mentionner. 

    1. A une exception mineure près, discutée ci-dessous, le communiqué de presse ne fait qu'accentuer les aspects de la Fiducia Supplicans qui en font un obstacle à la transmission, à la défense et à la mise en pratique de l'enseignement de l'Evangile sur la morale sexuelle.

    2. Le communiqué de presse insiste sur le fait que Fiducia Supplicans, en tant que Déclaration, "est bien plus qu'un responsum ou une lettre". Mais les deux documents négligent un enseignement évangélique d'une importance capitale qui a été réaffirmé dans une déclaration précédente du même dicastère, Persona Humana (29 décembre 1975) : 

    3. "L'observation de la loi morale dans le domaine de la sexualité et la pratique de la chasteté ont été considérablement mises en danger, surtout parmi les chrétiens les moins fervents, par la tendance actuelle à minimiser autant que possible, quand ce n'est pas à nier carrément, la réalité du péché grave, au moins dans la vie réelle des gens. . . .

    Une personne (...) commet un péché mortel non seulement lorsque son action provient d'un mépris direct de l'amour de Dieu et du prochain, mais aussi lorsqu'elle choisit consciemment et librement, pour quelque raison que ce soit, une chose qui est gravement désordonnée. En effet, dans ce choix [...] est déjà inclus le mépris du commandement divin : la personne se détourne de Dieu et perd la charité.  Or, selon la tradition chrétienne et l'enseignement de l'Église, et comme le reconnaît aussi la droite raison, l'ordre moral de la sexualité implique des valeurs si élevées pour la vie humaine que toute violation directe de cet ordre est objectivement grave. . .

    Les pasteurs d'âmes doivent donc faire preuve de patience et de bonté ; mais il ne leur est pas permis de rendre caducs les commandements de Dieu, ni de réduire déraisonnablement la responsabilité des personnes. "Ne diminuer en rien l'enseignement salvateur du Christ constitue une forme éminente de charité envers les âmes. Mais celle-ci doit toujours s'accompagner de patience et de bonté, comme le Seigneur lui-même en a donné l'exemple dans ses rapports avec les hommes. Venu non pour condamner mais pour sauver, il s'est montré intransigeant avec le mal, mais miséricordieux envers les personnes.

    Comme Fiducia Supplicans, le communiqué de presse évite scrupuleusement d'utiliser le mot "péché", et encore moins "péché grave" ou "péché mortel", lorsqu'il est question d'"unions irrégulières". Le communiqué de presse ne mentionne le péché que lorsqu'il fait référence à la demande de bénédiction que toute personne peut faire. Ces références suggèrent, sinon affirment, qu'il n'y a pas de différence morale ou pastorale cruciale entre (a) bénir des personnes qui se trouvent être des pécheurs, et (b) bénir des personnes en tant que parties à une relation exprimée par des actes pécheurs. L'Église n'a jamais autorisé une bénédiction sous une description qui identifie les bénéficiaires par référence à leur péché (par exemple, une bénédiction pour les pornographes en tant que tels). 

    Lire la suite

  • Aucun romancier ne voit la crise religieuse de l'Europe plus lucidement que Michel Houellebecq

    IMPRIMER

    De Rod Dreher sur The European Conservative :

    Houellebecq, prophète de l'Europe post-chrétienne

    Houellebecq est peut-être décadent dans sa vie personnelle, mais aucun romancier ne voit la crise religieuse de l'Europe avec des yeux plus clairs.

    14 janvier 2024

    Un clip vidéo accompagné de l'affirmation alarmante "Conquis : Les chrétiens français se rendent" a fait le tour de la toile ces derniers temps. On y voit un Arabe musulman chanter l'adhaan, l'appel islamique à la prière, à l'intérieur d'une église parisienne,

    Enfin, pas vraiment. Dans ce cas, l'appel à la prière faisait partie d'une représentation de "L'homme armé : A Mass For Peace", une œuvre de musique classique de 1999 du compositeur gallois Karl Jenkins, qui l'a composée à la suite de la guerre du Kosovo. Elle combine des éléments de la messe catholique avec l'appel à la prière de l'islam, un poème profane et un texte hindou.

    On peut débattre de la question de savoir s'il est juste ou non d'autoriser les prières de religions non chrétiennes dans une église chrétienne, quel que soit le contexte ; personnellement, je suis un puriste en la matière et je serais tout à fait favorable à ce qu'une mosquée ou une synagogue interdise l'exécution de prières chrétiennes à l'intérieur de ses murs, quelles que soient les circonstances. Mais pour être juste, il faut reconnaître que dans le cas célèbre de Paris, l'adhaan n'apparaît pas comme un culte, mais comme une partie d'une performance artistique.

    Voici la traduction anglaise de l'adhaan :

    Dieu est grand (4x)

    Je témoigne qu'il n'y a pas d'autre digne d'adoration que Dieu (Allah). (2x)

    Je témoigne que Muhammad est le messager d'Allah (2x)

    Venez à la prière (2x)

    Il est facile de comprendre pourquoi certains chrétiens, en particulier en France, trouvent cela si alarmant. Il faudrait être idiot pour ignorer ou minimiser les vives tensions entre la population islamique de France et les non-musulmans, sans parler des "chrétiens", car la France est le pays le plus athée d'Europe. Il semble que ces Français non croyants préfèrent qu'il n'y ait pas de religion du tout, et se sont laissés aller à croire au mythe du progrès conduisant inévitablement à une place publique désacralisée.

    On ne combat pas quelque chose avec rien. Si les Français n'aiment pas l'islamisation de la vie publique française, ce n'est pas en redoublant de laïcisme qu'ils vont l'arrêter. Dans le roman controversé de Michel Houellebecq, Soumission, paru en 2015, le public français démoralisé et déchristianisé se tourne volontairement vers un gouvernement islamiste, dans ce qui équivaut à une vaste confession publique de l'inadéquation du matérialisme impie pour fournir une base solide à un mode de vie.

    Houellebecq est peut-être décadent dans sa vie personnelle - ses frasques sont parfois sordides et il a l'air de vivre sous un pont - mais aucun romancier ne voit la crise religieuse de l'Europe avec des yeux plus clairs.

    Louis Betty, universitaire américain spécialiste de la littérature française dont on a parlé récemment dans ces pages pour son travail de traduction et d'édition des essais de Rénaud Camus, a publié en 2016 une analyse pénétrante de la vision religieuse de Houellebecq, intitulée Without God : Michel Houellebecq et l'horreur matérialiste. Bien que Houellebecq ne soit pas personnellement religieux, Betty affirme qu'il est "un écrivain profondément et inévitablement religieux".

    Lire la suite

  • « Les réactions à Fiducia Supplicans ouvrent un moment très délicat pour le pontificat » (Massimo Faggioli)

    IMPRIMER

    De Marie-Lucile Kubacki sur le site de l'hebdomadaire La Vie :

    Massimo Faggioli : « Les réactions à Fiducia Supplicans ouvrent un moment très délicat pour le pontificat »

    Alors que les Églises d’Afrique ont annoncé un « non » continental à la possibilité de bénir des couples homosexuels, ouverte par le pape François, une page difficile s’ouvre pour la gouvernance de l’Église. Interview de Massimo Faggioli, historien des religions.

    12/01/2024

    Au-delà des oppositions habituelles au pontificat de François, les réactions au document publié en décembre dernier par le Dicastère pour la doctrine de la foi sur la possibilité de bénir des couples homosexuels, et notamment le « non » du continent africain, ouvre une crise riche d’enseignements sur la gouvernance de l’Église et les enjeux de la synodalité. Éclairage de l’historien des religions et théologien italien Massimo Faggioli, installé aux États-Unis.

    Une nouvelle forme d’opposition au pape François est-elle en train d’émerger ?

    Au cours des derniers mois, nous avons été témoins de nouveaux cas d’opposition, comme de ce prêtre en Italie qui a été excommunié latae sententiae après avoir déclaré que le pape était un « imposteur ». Cet épisode est survenu en même temps que des évêques et des cardinaux prenaient position contre le document du Vatican sur les bénédictions, Fiducia Supplicans. La séquence donne l’impression qu’il existe un mouvement contre le pape François qui est en train d’éclater.

    Est-ce vraiment le cas ?

    La seule chose que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’un moment très délicat de son pontificat, car pour la première fois depuis 10 ans, le pape François pouvait rédiger des documents et légiférer avec un cardinal proche de sa sensibilité, Victor Manuel Fernandez, qu’il a nommé en assortissant son choix d’une lettre de mission personnelle. Ses prédécesseurs étaient marqués par une sensibilité différente, plus proche de celle de Joseph Ratzinger. Avec Fernandez, il pouvait aller plus loin dans la mise en œuvre de sa vision des choses, et le premier test ne s’est pas très bien passé.

    Étonnamment, il y a eu assez peu de réactions d’opposition au document dans l’épiscopat américain…

    C’est effectivement un constat intéressant. Aux États-Unis, l’opposition au pape François a commencé dès le début de son pontificat. Un mouvement assez large a commencé à se structurer, porté par des intellectuels, quelques évêques et quelques cardinaux, une grande partie du clergé américain et surtout des laïcs dotés d’importants leviers financiers. Des équivalents américains de Vincent Bolloré, mais bien plus nombreux et organisés. Ainsi, après la publication de ce document sur les bénédictions homosexuelles, il n’y a pas eu de grand tollé, parce que ceux qui auraient pu s’y opposer sont occupés à mener une stratégie différente.

    Ils travaillent sous la surface de l’eau, ils créent de nouvelles écoles, des centres de formations et des universités. Ils financent des médias catholiques et travaillent à l’après-François. De la même manière, en Europe de l’Est, en Pologne, en Ukraine, en Hongrie, cette affaire de bénédictions vient renforcer des mouvements de fond silencieux très stratégiques, où les regards sont déjà tournés vers la prochaine étape : le conclave et l’élection du prochain pape. Dans ce contexte, il n’est pas à exclure que le prochain conclave, et donc des cardinaux choisis par François, élisent un conservateur ou un ultraconservateur.

    Lire la suite