Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 9

  • Education affective et sexuelle : le nouveau guide de l'EVRAS suscite des réactions

    IMPRIMER

    De Chantal Monet et Pascal Noriega sur le site de RTL INFO :

    Identité sexuelle, sexto: ce guide destiné aux écoles, dès les maternelles, présenterait "un risque d'intrusion psychique", selon une pédopsychiatre

    2022_12_08_08_55_44_Greenshot.png

    Des pédo-psychiatres interpellés par le nouveau guide EVRAS

    Vidéo publiée le 06/12/2022

    Dans les écoles, un document controversé sera bientôt publié et distribué dans les établissements. Il s'agit de la nouvelle version du guide EVRAS, le "guide d’Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle", qui est utilisé dès les classes maternelles. C'est un guide "à destination des acteurs et actrices" de l'EVRAS, et pas directement des enfants. Il n'empêche, son contenu interpelle plusieurs pédopsychiatres. Ils estiment que certains passages sont "inadéquats", voire "dangereux" pour les jeunes enfants.

    Eduquer les jeunes dès la maternelle à la vie relationnelle, affective et sexuelle est le rôle d'opérateur labellisé EVRAS. Leur nouveau guide a été rédigé par l'ASBL O'YES et la Fédération laïque des centres de planning familial. Quatre publics sont visés: les 5-8 ans, 9-11 ans, 12-14 ans et les 15-18 ans.

    Un guide qu'a parcouru une pédopsychiatre spécialiste de la petite enfance. "Il y a des parties qui sont très bien faites, je tiens à le souligner, mais il y a aussi des parties qui ne répondent pas du tout aux besoins des enfants, qui répondent à des questions que les enfants ne se posent pas", estime Sophie Dechêne. 

    Exemple: l'identité sexuelle. Dès 5 ans, prendre conscience que son identité de genre peut correspondre ou ne pas correspondre à celle assignée à la naissance. Dès 9 ans, âge où se produit la grande partie du développement pour les corps mâles et les corps femelles, la notion de transgenre apparaît. Il s'agit d'informer l'enfant sur la possibilité de prendre des hormones ou de recourir à des opérations chirurgicales.

    Il y a un risque de conséquences sur la santé mentale au long terme et même sur la vie sexuelle d'adulte

    "Il y a évidemment un risque d'intrusion psychique chez l'enfant qui est potentiellement traumatique avec un risque de conséquences sur la santé mentale au long terme et même sur la vie sexuelle d'adulte", ajoute Sophie Dechêne. "De toute façon, l'enfant qui ne se sent pas dans le bon corps va de toute façon le manifester à un moment donné, de manière assez spontanée. Il ne faut pas faire d'une rareté, une généralité."

    Le sexto dès 9 ans ? 

    Le guide prévoit aussi de sensibiliser l'enfant, dès 9 ans, à la liberté de choisir son, sa ou ses partenaires. Et toujours à 9 ans, reconnaître que les partages de sextos ou de photos de nudes peuvent être excitants et être source de plaisir. Se sentir ainsi libre d'en envoyer dans le consentement. 

    "C'est tout à fait inadmissible. Cela doit être revu et corrigé. Un enfant de 9 à 11 ans ne doit pas faire de sexto, et s'il en fait un, c'est que quelque chose ne tourne pas rond dans sa vie quotidienne et il faut consulter", souligne Sophie Dechêne.

    Plusieurs associations ont leur logo sur ce guide, notamment la Fédération des associations de parents de l'enseignement officiel. "C'est un très bon guide. C'est clair que tout le monde ne partage pas cette vision, mais il est grand temps que ces formations prennent en compte les problématiques actuelles", explique Véronique De Thier, la responsable politique de Fapeo.

    Du côté de l'enseignement catholique, c'est beaucoup plus mitigé. "Quelques éléments peuvent poser des questions sur la réelle adéquation entre les contenus et les besoins des enfants en fonction des tranches d'âge. Nous restons ouverts au débat", estime Christian Carpentier, le porte-parole du Segec.

    Les associations de parents de l'enseignement catholique évoquent un dossier problématique et disent avoir été mises devant le fait accompli. Au cabinet de la ministre de l'Enseignement, on nous répond que le document n'est pas encore finalisé.

    Qu'est-ce que l'EVRAS ?

  • “Raciste”, “transphobe”, “xénophobe”... les risques d'une nouvelle censure

    IMPRIMER

    Une chronique “J’assume !” d’Aymeric de Lamotte, avocat et Directeur général adjoint de l’Institut Thomas More, parue sur le site de la Libre :

    "Prenons garde à la censure venant de groupements d’activistes qui fondent en meute"

    6-12-2022

    Il me remonte des réminiscences de messieurs en costumes trois-pièces assis roidement autour d’interminables tables en chêne massif au milieu de salons continûment plongés dans un demi-jour extrait d’un tableau de Caravage. Tout en expirant des volutes de fumée, ils dressent solennellement l’index de la main droite et, invoquant l’Histoire, déclarent de leur voix éraillée par l’âge que l’avis de la majorité n’est pas toujours celui ni de la raison ni de la vérité. La jeune version de moi-même, écrasée par le poids de leur expérience et de leur sagesse, craintive à l’idée qu’une inaction de sa part puisse être interprétée comme un signe d’inattention ou de lenteur cognitive, opine du chef en d’appuyés et dociles mouvements verticaux.

    Ces messieurs ne faisaient que reprendre à leur compte l’avertissement d’Alexis de Tocqueville que l’on retrouve dans son maître-livre De la démocratie en Amérique à propos du risque d’un “despotisme de la majorité” dans le cadre démocratique. Dès 1960, le philosophe Raymond Aron tempère toutefois ce propos avec la clairvoyance qu’on lui connaît et affirme, dans un article Idées politiques et vision historique de Tocqueville, que Tocqueville “se trompe. Ou, du moins, il méconnaît la force des minorités fanatiques. ” Aron ne croyait pas si bien dire.

    Par le passé, la censure venait d’en haut et tombait comme un couperet sous la forme d’un décret gouvernemental. C’était une censure de jure, de droit. Aujourd’hui, elle surgit à l’horizontale de groupements d’activistes huilés à la caisse de résonance que sont les réseaux sociaux. Il s’agit d’une censure de facto, de fait. Ces activistes fondent en meute sur tel ou tel, qui a le bon goût de ne pas partager leur vision douteuse du progressisme, avec l’indécence et l’outrance pour seuls arguments, drapés de leur habituelle complainte victimaire. En quelques heures, la charge de la preuve s’inverse. Un respectable scientifique ou intellectuel doit soudain se défendre des pires infamies. Il est éjecté du périmètre de respectabilité à coups d’anathèmes comme “raciste”, “transphobe”, “xénophobe”, c’est-à-dire la classique et usée reductio ad Hitlerum. Pour certains, cette charge, aussi violente qu’inattendue, représente une claque psychologique dont ils peinent parfois à s’en remettre.

    Soyons de bon compte. N’incluons pas toutes les minorités. Ne parlons pas non plus de tyrannie des minorités, car cette approche englobante pourrait courroucer à juste raison d’honnêtes citoyens issus de celles-ci. Il est plus exact de dire que la tyrannie est exercée par quelques représentants autoproclamés. Il s’agit de militants et d’associations transgenres, écologistes, végans, antiracistes ou encore néoféministes.

    Les cas de censure sont nombreux et de plus en plus fréquents. L’anthropologue française Florence Bergeaud-Blackler a été assimilée à une situation de harcèlement en ligne et à une plainte pour “islamophobie”. Cela a entraîné son ostracisme progressif du paysage audiovisuel francophone belge. En juin dernier, une conférence de l’Institut Thomas More avec l’essayiste québécois Mathieu Bock-Côté à propos du wokisme s'est tenue dans les locaux de la Haute École Léonard de Vinci. Elle a été annulée trois jours avant. Les 17, 20 et 24 novembre dernier, les pédopsychiatres françaises Caroline Eliacheff et Céline Masson, qui, de manière générale, alertent sur la médication des mineurs, ont vu leurs conférences annulées. Lors d’un entretien donné au quotidien Le Figaro du 28 novembre, elles ne mâchent pas leurs mots : “Sur la question trans, nous vivons un climat de terreur intellectuelle. ” Le 30 novembre dernier, la sociologue française, Nathalie Heinich, a vu sa conférence sur le thème “L’écriture inclusive, ennemie du féminisme universaliste” chahutée par une vingtaine d’activistes et les locaux vandalisés. Et cetera, et cetera. Ces nouveaux censeurs sont aussi des nouveaux régulateurs, car ils imposent leur agenda au pas de charge et le vent dans le dos au politique et au chef d’entreprise qui s’exécutent en tremblant.

    À l’inverse, aujourd’hui, la majorité, supposément être un despote en puissance, représente l’immense majorité paisible de citoyens éberlués par la comédie enfantine et lamentable qui se joue sous leurs yeux, et dont la patience a ses limites. Vous, cher lecteur, et moi.

  • L'ancienne messe en latin trouve un nouveau public aux Etats-Unis (New York Times)

    IMPRIMER

    De Ruth Graham sur le New York Times :

    L'ancienne messe en latin trouve un nouveau public américain, malgré la désapprobation du pape

    Une ancienne forme de culte catholique attire de jeunes traditionalistes et conservateurs. Mais elle est le signe d'une division au sein de l'église.

    15 nov. 2022

    DETROIT - Les huit enfants d'Eric Agustin avaient l'habitude d'appeler le premier jour de la semaine "le dimanche de la fête". La famille se réveillait, assistait à une courte messe matinale dans une paroisse catholique près de leur maison, puis rentrait à la maison pour déjeuner et passer l'après-midi à se détendre et à regarder le football.

    Mais cet été, la famille a fait un "grand changement", a déclaré l'un de ses fils adolescents lors d'un récent dimanche après-midi devant le sanctuaire Saint-Joseph, la nouvelle paroisse de la famille. À Saint-Joseph, la liturgie est ornée, chorégraphiée avec précision et conduite entièrement en latin. La famille fait une heure de route aller-retour pour assister à un service qui commence à 11 heures et peut durer près de deux heures.

    La messe traditionnelle en latin, une ancienne forme de culte catholique que le pape François a tenté de décourager, connaît au contraire un renouveau aux États-Unis. Elle séduit un mélange de traditionalistes esthétiques, de jeunes familles, de nouveaux convertis et de détracteurs de François. Et sa résurgence, stimulée par les années de pandémie, s'inscrit dans le cadre de la montée de la droite au sein du christianisme américain dans son ensemble.

    La messe a déclenché une vaste bataille par procuration dans l'Eglise américaine, non seulement sur les chants et les prières, mais aussi sur l'avenir du catholicisme et son rôle dans la culture et la politique.

    Les adeptes de la messe en latin ont tendance à être socialement conservateurs et soucieux de la tradition. Certains, comme la famille Agustin, sont attirés par la beauté de la messe, son symbolisme et ce qu'ils décrivent comme une forme de culte plus respectueuse.

    D'autres ont également été attirés vers l'ancienne forme par la nouvelle rhétorique de la droite dure et la communauté qu'ils ont trouvée dans certaines communautés catholiques en ligne. Ils considèrent la tentative du pape de limiter l'ancienne messe en latin comme un exemple des périls d'un monde qui se détache des valeurs religieuses occidentales.

    La messe traditionnelle en latin, également appelée "forme extraordinaire", a été célébrée pendant des siècles jusqu'aux transformations du concile Vatican II dans les années 1960, qui visaient en partie à rendre le rite plus accessible. Après le Concile, la Messe pouvait être célébrée dans n'importe quelle langue, la musique contemporaine a fait son entrée dans de nombreuses paroisses et les prêtres se tournaient vers les gens dans les bancs.

    Mais la messe latine traditionnelle, avec toute sa formalité et son mystère, n'a jamais totalement disparu. Bien qu'elle ne représente qu'une fraction des messes célébrées dans les 17 000 paroisses catholiques des États-Unis, elle est en plein essor.

    Lire la suite

  • L'effondrement de la civilisation chrétienne serait-il inéluctable et souhaitable comme le prétend Chantal Delsol ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Delsol : "la religion survit à la fin de la chrétienté". Mais ce n'est pas suffisant

    7-12-2022

    Chantal Delsol, conférencière et universitaire française, condense deux millénaires depuis Théodose jusqu'aux lois sur l'avortement qui marquent l'effondrement de la civilisation chrétienne - inéluctable et souhaitable, selon l'auteur - qui laissera place non pas à l'athéisme mais à un retour du paganisme et à un christianisme de pur témoignage. Une réflexion qui pose des questions, mais dont les réponses et les propositions sont peu convaincantes.

    Dans ce petit livre de 120 pages seulement, Chantal Delsol, conférencière et universitaire française classée parmi les penseurs catholiques les plus accrédités, affiche une prétention très exigeante : faire le bilan de deux millénaires de "chrétienté", qui vont selon elle de Théodose aux lois sur l'avortement. Une affirmation peut-être excessive, mais les philosophes sont connus pour aimer la synthèse. Une prétention toutefois réalisée, on peut le dire, mais d'une manière qui est, à mon avis, inacceptable.

    La thèse de l'auteur peut être condensée - avec un esprit de synthèse proche du sien - dans les propositions suivantes : la chrétienté a existé, la chrétienté a pris fin après une longue agonie, la chrétienté y a renoncé progressivement dans une longue série de compromis, tout a été contesté mais rien n'a été sauvé, il n'y avait pas d'autre choix possible, la bataille était perdue d'avance, quand la chrétienté est morte, la religion n'est pas morte, la chrétienté ne sera pas remplacée par l'athéisme mais par le retour du paganisme, il y aura un christianisme sans chrétienté, la mission ne sera plus synonyme de conquête, avec la fin de la chrétienté "Dieu nous a gagnés".

    Au centre de ces thèses se trouve l'interprétation de la chrétienté par Delsol. Une interprétation qui n'est pas convaincante, à commencer par l'inéluctabilité de sa fin. Pour elle, la sécularisation a été un processus régi par la nécessité : les anciens principes sont tombés "naturellement et infailliblement", ceux qui se battent pour eux sont "convaincus d'avance qu'ils n'auront pas de cause gagnante", ceux qui les défendent sont "des soldats dans une guerre perdue", "éduquer les enfants dans la foi aujourd'hui, c'est produire des soldats pour Waterloo", la chrétienté court "irrémédiablement vers l'abîme". Cette supposée inévitabilité de la sécularisation n'est pas argumentée. Delsol la décrit telle qu'elle est aujourd'hui sur le plan sociologique, mais elle ne se demande pas si elle doit exister ou non sur le plan du droit, si elle contient des vérités intimes intemporelles qui, tôt ou tard, sous telle ou telle forme, peuvent et doivent resurgir. Elle dit même que c'est "une énigme". Mais on sait que ce n'est pas un mystère, on peut citer les noms et prénoms de ceux qui ont voulu le détruire à l'extérieur et à l'intérieur de l'Eglise catholique. Cette inévitabilité procède d'une démarche historiciste et ramène Delsol à Hegel.

    Même l'idée que la fin de la chrétienté a été motivée par le christianisme lui-même révèle une approche qui n'est pas libre intellectuellement. La chrétienté est présentée comme "fondée sur la conquête", comme une "perversion du message", comme une société "saturée de dogmes", régie par la "profanation de l'idée de vérité", dans laquelle "des clercs ivres de pouvoir se laissent séduire par toutes sortes d'excès" et où s'exerce une "forme d'influence et de domination sur les âmes". On a beau dire que ce ne sont que 120 pages, il ne s'agit pas ici de résumés mais de slogans, d'ailleurs très approximatifs et procédant du paradigme de pensée qui a remplacé celui de la chrétienté. De telles phrases sont une caricature de la chrétienté et manifestent un préjugé liquidateur à son égard (...).

    Non moins problématique est la dénonciation par l'auteur du concept de "vérité" propre, selon elle, à la chrétienté, dénonciation souvent même sarcastique et irrespectueuse pour les nombreux esprits élevés et saints qui ont animé cette forme de civilisation. Selon elle, dans la chrétienté, on a voulu décrire la vérité "avec la précision d'un entomologiste" (mais Delsol pense-t-elle vraiment écarter ainsi saint Augustin et saint Thomas ?) Pour elle, en revanche, comme pour Heidegger, "l'être est événement et devenir, et non définition objective" et "la vérité est un rêve que nous poursuivons", "elle doit cesser d'être proposition et dogme pour devenir un halo de lumière, un espoir tremblant, une chose insaisissable que l'on attend avec des rêves de mendiant". La chrétienté aurait "profané l'idée de vérité, en voulant à tout prix identifier la foi à la connaissance". Ne pensez-vous pas, Delsol, que de cette manière la foi est séparée du savoir en général et qu'elle devient ainsi autre chose que la culture ? Voulons-nous éliminer l'évangélisation de la culture ? Et ne pense-t-elle pas, Delsol, que parler de la vérité comme d'un rêve manifeste indirectement la hauteur de la définition qu'en donne Thomas comme adaequatio intellectus ad rem ? Quelle disproportion abyssale entre ce que l'on veut remplacer et ce par quoi on le remplace!

    La conclusion est que "renoncer à la chrétienté n'est pas un sacrifice douloureux" car "la mission n'est pas nécessairement synonyme de conquête". A ce stade, "ce n'est pas la chrétienté qui nous quitte, c'est nous qui la quittons". Pour aller où ? Selon Delsol, "croire ou faire croire que si la chrétienté s'effondre, tout s'effondre avec lui est un non-sens", "cessons de croire que nous sommes les seuls au monde à pouvoir donner un sens au monde". Après avoir ainsi écarté l'unicité salvifique du Christ - non pas de nous, chrétiens, mais du Christ - elle affirme qu'après la chrétienté, il n'y aura pas d'athéisme mais un nouveau paganisme, car le besoin religieux de l'homme ne mourra pas et, dans cette situation, les chrétiens vivront comme des "héros de la patience, de l'attention et de l'amour humble". Une conclusion valable uniquement pour ceux qui s'en satisferont.

  • Le pragmatisme du pape François l’amène-t-il à trop se plier à l’opinion publique ?

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur MondayVatican (traduction de Benoît et moi) :

    Le pape François, le pragmatisme et les décisions à prendre

    L’interview que le Pape François a accordée cette semaine à la revue jésuite America est une synthèse de la vision pragmatique du monde qui est celle du Pape François. En effet, le Pape est fidèle au principe selon lequel les réalités sont plus grandes que les idées, et il regarde le monde en termes concrets, d’une manière qui est pragmatique au point de paraître cynique.

    Ce pragmatisme est aussi une façon de se révéler au monde ou d’affronter le monde. Le pape François ne donne jamais d’avis tranchés et, lorsqu’il doit en donner, il utilise l’histoire, même si elle est un peu manipulée et imprécise, pour expliquer que ce n’est pas lui qui pense d’une certaine façon, mais que son approche a déjà pris racine et que, par conséquent, de ce point de vue, elle ne peut être critiquée.

    Mais ce pragmatisme a aussi des contre-indications pratiques, qui pourraient être particulièrement dangereuses.

    Il y a deux passages de l’interview d’America qui montrent cette approche pragmatique.

    Le premier concerne la guerre en Ukraine. Depuis quelque temps, le Pape tente d’avoir une approche modérée de la question de la guerre, qui vise avant tout à ne pas offenser la partie russe. Le raisonnement du Pape semble être le suivant : si les Russes ont le sentiment de faire partie de l’histoire et ne sont pas exclus ou attaqués, ils seront plus enclins à discuter de la fin de la guerre.

    Ainsi, les déclarations du pape sur les atrocités de la guerre ont été attribuées d’abord aux mercenaires, puis aux groupes ethniques dits « non russes », tels que les Tchétchènes et les Bouriates. Le Pape a clairement souligné, peut-être pour la première fois, que l’agresseur est la Russie.

    Il est dommage que ce pragmatisme n’ait pas eu les effets escomptés. En effet, les remarques sur les Tchétchènes et les Bouriates ont suscité l’ire de ces deux populations. Même le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, a souligné que le pape avait fait des « déclarations non chrétiennes ». Si l’objectif était d’ouvrir un dialogue avec la Russie, il n’a pas été atteint.

    Et il n’a pas été atteint parce que ces déclarations manquaient de substance réelle, n’étaient pas planifiées et ont été formulées en termes « simples » par le pape. Le pape François n’aime pas l’institutionnalité. Mais malheureusement, certaines déclarations deviennent nécessairement institutionnelles.

    Lire la suite

  • Trop nombreux sur la Terre ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Sommes-nous trop nombreux sur Terre ?

    Sommes-nous irrémédiablement trop nombreux sur la planète bleue ? La Terre a atteint le cap symbolique des 8 milliards d’habitants en novembre dernier, selon les estimations des Nations-Unies. La population mondiale est ainsi passée de 1 milliard en 1800 à 2 milliards en 1900, avant de littéralement exploser au XXe siècle. Avec elle, l’activité humaine et ses conséquences sur la planète ont aussi augmenté de façon exponentielle : besoin de répondre aux besoins alimentaires, pollution, émissions de gaz à effet de serre… Depuis les années 1960, on alerte quant à la future « bombe démographique ». Le cap des 7 milliards d'habitants avait été atteint en 2011. Pour l’instant, les démographes de l’ONU estiment que la population humaine va se stabiliser autour de 10,5 milliards d’habitants entre 2050 et 2100.

    Mais les projections des Nations-Unies sont régulièrement révisées à la baisse. En effet, déjà, la population mondiale croît à un rythme plus lent, et ce depuis les années 1950. Les pays développés connaissent une chute importante du taux de fécondité, qui s'établit à 2,3 enfants par femme à l'échelle mondiale. Pour l'instant, en tout cas. En effet, dans vingt ans, l’humanité devrait commencer à voir sa population décroître : la concentration moyenne de spermatozoïdes a été réduite de moitié entre 1973 et 2018, passant de 100 M/ml à 49 M/ml. Une baisse rapide qui pourrait tout simplement menacer à terme l’avenir de l’humanité. Le seuil des 15 M/ml, celui de la stérilité, pourrait être atteint à l'horizon 2040. Les différentes causes : la pollution, l'évolution des modes de vie, mais aussi les perturbateurs endocriniens. « La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », soulignait ainsi James Pomeroy, économiste chez HSBC, dans une étude parue le 22 août dernier. « Au rythme où vont les choses, la population mondiale aura diminué de moitié avant 2070, le continent européen risquant de perdre 400 millions d'habitants d'ici à 2100 ». Le pic pourrait être atteint en 2043, avant que la population mondiale ne retombe à environ 4 milliards d’habitants en 2100. Et ce, bien sûr, sans prendre en compte les éventuelles guerres et pandémies meurtrières...

    Si l’Europe sera bientôt submergée, ce ne sera pas par la montée des eaux, mais par celle des peuples. Le continent européen est donc appelé à voir fondre sa population pendant que celles des autres continents ne cessera d’augmenter. On peut même dire que la catastrophe démographique est certaine pour le « Vieux Continent ». Au total, 61% de la population mondiale vit déjà en Asie. L'Inde, proche des 1,4 milliard d'habitants, dépassera officiellement la Chine dès 2023. L'Afrique est appelée à être le continent connaissant l'évolution la plus forte, sa population devant doubler d'ici à 2050. Huit pays devraient surtout, selon l'ONU, concentrer la croissance démographique future : République démocratique du Congo, Égypte, Éthiopie, Inde, Nigeria, Pakistan, Philippines et Tanzanie. Ainsi, à la fin de ce siècle, les trois villes les plus peuplées au monde seront africaines : Lagos au Nigeria, Kinshasa, en République démocratique du Congo, et Dar Es Salaam, en Tanzanie. Aujourd’hui, en Europe et en Amérique du Nord, on compte 1,4 enfant par femme en moyenne, 1,9 en Asie et 1,8 en Amérique latine. L’Afrique, elle, compte un peu plus de quatre enfants par femme. Moralité : la pression démographique africaine sur l'Europe, que l'on ressent déjà avec les flots d'immigrés clandestins actuels, ne pourra aller que s'accentuant. La deuxième partie du 21e siècle sera sans doute celle de l'effondrement de l'Occident et de l'Asie, puis de l'omniprésence de l'Afrique.

    La démographie est la clé de l’avenir. Celui de l’Europe comme du monde, et plus largement de l’espèce humaine. Si l'inéluctable question migratoire posée par l'évolution de la démographie mondiale n'est pas posée, hors de tout pathos et de toute idéologie, la peur risque de l'emporter sur la raison. Comme le soulignait récemment Gilles Pisonauteur de L’Atlas de la population mondiale, pour Vatican News, « les politiques sont impuissants face aux courbes démographiques. La fécondité ne se décrète pas en conseil des ministres. » Son conseil aux jeunes ? Faites autant d’enfants que vous le souhaitez, mais enseignez-leur à être plus respectueux de l’environnement et plus économes en ressources. En effet, « la vraie question, celle dont dépend la survie de l’espèce humaine à terme, est finalement moins celle du nombre que celle des modes de vie ».

    Pour aller plus loin :

    8 milliards d'habitants sur Terre, sommes-nous trop nombreux ?

    >>> Lire l'article sur Vatican News

  • Ukraine : volte-face du Pape François

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Ukraine. La volte-face du Pape François. En soutien à la lutte armée d’un peuple martyr

    Infatigable, le Pape François continue à se positionner comme médiateur pour la paix. Mais sa dernière proposition de négociation, lancée il y a une semaine dans une interview accordée à l’hebdomadaire des jésuites de New York « America Magazine », a suscité une réaction de Moscou pour le moins brutale.

    « Ce n’est même plus de la russophobie, c’est une perversion de la vérité » : c’est par ces mots que la porte-parole des affaires étrangères russes, Maria Zakharova, a accueilli les arguments du Pape. L’ambassadeur russe près le Saint-Siège, Alexander Avdeev, a également fait part de son « indignation » face aux « insinuations » papales. Et enfin, le ministre des affaires étrangères en personne, Sergueï Lavrov, n’a pas hésiter à qualifier les déclarations du Pape de « non chrétiennes ». En ajoutant : « Le Vatican a dit que cela ne se répétera plus et qu’il s’agit probablement d’un malentendu, mais ça n’aide pas à augmenter l’autorité de l’État pontifical ».

    Ce qui a déclenché l’ire de Moscou, c’est un passage de l’interview où le Pape déclare avoir « beaucoup d’informations sur la cruauté des troupes » envoyées pour agresser l’Ukraine, avec la précision malheureuse que « généralement, les plus cruels sont peut-être ceux qui viennent de Russie, mais pas de la tradition russe, comme les Tchétchènes, les Bouriates, et ainsi de suite ». Donc non plus seulement les « mercenaires », comme le Pape l’avait déjà dénoncé à plusieurs reprises, mais également les troupes régulières d’ethnies particulières, dont les chefs, avec en tête le Tchétchène Ramzan Kadyrov, ont également vigoureusement protesté.

    Il n’en demeure pas moins – erreurs de communication mises à part, même si elles sont bien trop fréquentes – que dernièrement, ce que le Pape François dit et pense sur la guerre en Ukraine a beaucoup changé.

    Il faut faire remonter cette volte-face à la rencontre que le Pape a eue au Vatican le 7 novembre avec l’archevêque majeur de l’Église grecque-catholique ukrainienne, Sviatoslav Shevchuk (photo). Et elle s’est principalement matérialisée dans cette « Lettre du Saint-Père au peuple ukrainien » diffusée le 24 novembre, que Mgr Shevchuk lui-même avait demandé au Pape François d’écrire, et qui est très proche quant au style et au contenu aux messages que le chef des grecs-catholiques ukrainiens adresse à ses fidèles.

    Lire la suite

  • Succès de la mobilisation pro-vie à La Valette

    IMPRIMER

    Du Times of Malta (Giulia Magri) :

    Des milliers de personnes se rassemblent à La Valette pour protester contre la réforme de la loi sur l'avortement

    Les manifestants ont défilé de Castille jusqu'au palais de justice, pour protester contre les projets du gouvernement.

    4 décembre 2022

    Des milliers de manifestants, hostiles aux amendements proposés à la loi sur l'avortement à Malte, se sont rassemblés à La Valette dimanche après-midi, répondant à l'appel des organisateurs pro-vie.

    Les militants se sont rassemblés autour d'une grande affiche d'un nouveau-né qui a été étalée dans les escaliers menant à Castille, le bureau du Premier ministre. Les manifestants ont également déployé des drapeaux maltais et des posters de nouveau-nés sur la place.

    Les officiers de police supervisant l'événement ont refusé de fournir une estimation de la taille de la foule, qui semblait se compter par milliers, remplissant la place Castille et se répandant dans les rues voisines. Les organisateurs ont déclaré qu'ils pensaient qu'environ 20 000 personnes avaient assisté à l'événement.   

    Des hommes et des femmes, jeunes et vieux, ont été vus portant des pancartes roses et blanches disant "Zomm l-abort l'barra minn Malta" (Maintenez l'avortement hors de Malte), "Ipproteġu lil uliedna" (protégez nos enfants) et "Jien m'għandix vuċi" (Je n'ai pas de voix). La foule a scandé " le għall-abort, iva għall-ħajja " (non à l'avortement, oui à la vie) en défilant de Castille à la rue de la République et vers le palais de justice. 

    La manifestation était organisée par la Life Network Foundation, en collaboration avec Doctors for Life et I See Life.  

    Participants et orateurs

    L'ancienne présidente Marie-Louise Coleiro Preca a pris la tête de la manifestation, marchant aux côtés des organisateurs derrière une bannière sur laquelle on pouvait lire "L-emenda tal-gvern iddaħħal l-abort" (L'amendement du gouvernement introduira l'avortement).

    Parmi les participants se trouvaient l'archevêque Charles Scicluna et le leader du parti nationaliste Bernard Grech, qui plus tôt dimanche a exhorté les députés travaillistes à s'élever contre les plans du gouvernement. 

    Pendant que les manifestants défilaient, des bénévoles se promenaient avec des panniers, sollicitant des dons. Un organisateur a déclaré à la foule que l'argent collecté serait utilisé pour financer leur campagne anti-avortement. 

    Diverses chansons pop ont été diffusées par un système de haut-parleurs installé pour l'événement. Parmi les morceaux choisis, on trouve " Life is Life " d'Opus et " Don't You Want Me Baby " de The Human League. 

    Les discours ont été précédés d'une minute de silence à la mémoire de Bernice Cassar, une mère de deux enfants assassinée il y a deux semaines, et de Jean-Paul Sofia, un ouvrier de 20 ans mort dans l'effondrement d'un chantier de construction samedi. 

    Coleiro Preca a déclaré à la foule qu'elle souhaitait que l'amendement proposé soit modifié pour apaiser les esprits. "Le manque de clarté de cet amendement me préoccupe, ainsi que beaucoup d'autres personnes", a-t-elle déclaré. "Il ne nous rassure pas sur le fait que l'avortement n'entrera pas dans notre pays". La question, a-t-elle dit, dépasse les clivages politiques ou religieux, et mérite une discussion sérieuse et mature. "Nous appelons le gouvernement à rencontrer des experts, des organisations civiles, à discuter avec les parties prenantes et à prendre note du document de position", a déclaré Mme Coleiro Preca, faisant référence à un document de position publié par un groupe d'universitaires et approuvé par elle-même et un ensemble d'ONG. L'ancienne présidente a également exhorté les médias à faire preuve d'"éthique" dans leurs reportages et à refléter "les droits de la mère et de l'enfant qui n'ont pas voix au chapitre".

    Dans un appel vidéo, le juge à la retraite Giovanni Bonello a déclaré que la nouvelle loi ouvrirait la porte à "l'avortement sur demande". Les femmes, les médecins et les infirmières sont déjà protégés par la loi dans sa forme actuelle, a-t-il fait valoir. "Aucune infirmière, aucun médecin, aucune femme n'a été poursuivi en justice parce que la grossesse a été interrompue pour sauvegarder la vie de la mère", a déclaré M. Bonello.

    S'exprimant au nom du groupe I See Life, Maria Formosa a déclaré qu'ils étaient là pour défendre les enfants à naître. "Avec un avortement, vous perdez toujours une vie", a-t-elle déclaré. "Nous savons qu'il y a des femmes qui souffrent de nombreux problèmes, des problèmes de santé et des problèmes sociaux, mais l'avortement n'est pas la réponse. La réponse est de fournir le bon soutien."

    Miriam Sciberras, leader de la Fondation Life Network et organisatrice de la manifestation, a conclu les discours. "A quelques jours de Noël, cet amendement a été présenté, pour tuer un bébé, sans aucune forme de discussion", a-t-elle déclaré. Les amendements présentés par le gouvernement sont remplis de mots "vagues" et "peu clairs", a-t-elle dit, et ne font aucune mention de la vie des enfants à naître. "Ce n'est pas une porte ou une fenêtre vers l'avortement, mais une route vers l'avortement", a-t-elle déclaré. "Nous sauvegardons tant de minorités, tant de lois pour protéger les animaux, l'environnement, les lois protègent les œufs de tortue- mais nous ne soutenons pas la vie dans un utérus ?". Miriam Sciberras a demandé si la loi était adoptée à la hâte par le Parlement parce qu'Andrea Prudente, une femme dont la situation difficile a incité les législateurs à rédiger les amendements, poursuit maintenant le gouvernement. 

    Elle a demandé aux députés de représenter les préoccupations de la population et a déclaré que la Fondation Life Network envisagerait d'intenter une action en justice si les amendements étaient imposés par le Parlement. Mme Sciberras a également annoncé que la Fondation organiserait une veillée le mercredi 7 décembre à 18 heures devant le Parlement. Les personnes qui y assisteront devront apporter des bougies rouges, a-t-elle précisé. 

    Pourquoi les manifestants protestent-ils ?

    Un projet de loi qui rendra l'avortement légal lorsque la vie d'une femme enceinte est en danger ou que sa santé est "gravement menacée" est actuellement en discussion au Parlement. Les amendements, annoncés pour la première fois le mois dernier, visent à libérer les médecins et les femmes enceintes de la menace de poursuites pénales en cas d'interruption de grossesse pour des raisons de santé. 

    Malte est le seul pays de l'UE à interdire totalement l'avortement et, en vertu du code pénal maltais, toute personne qui cherche à avorter ou aide à le faire est passible d'une peine de 18 mois à trois ans de prison.

    Le Premier ministre Robert Abela a déclaré qu'il reviendrait à chaque médecin de décider si la santé ou la vie d'une femme est "gravement menacée". 

    Alors que le gouvernement a fait valoir que les amendements sont destinés à protéger les médecins et les mères dans des cas extrêmes - et rares - les critiques affirment que la formulation des amendements est si vague qu'elle conduira à l'introduction de l'avortement dans la loi.  

    Ils affirment que le gouvernement se hâte d'adopter les changements juridiques sans débat public et craignent que la formulation des amendements ne permette d'obtenir un avortement pour des raisons futiles ou sur la base d'un diagnostic de santé mentale. 

    Outre le mouvement pro-vie, l'Église et l'opposition s'opposent à la réforme. 44 autres organisations, plus de 80 universitaires et 450 médecins s'opposent également aux changements juridiques proposés par le gouvernement.

  • Les dérives liturgiques viennent-elles de la réforme liturgique de Vatican II ?

    IMPRIMER

    POUR RECREER LA PAIX LITURGIQUE

    Les dérives liturgiques viennent-elles de la réforme liturgique de Vatican II ?

    L’avis du Docteur Denis Crouan 

    Contrairement à beaucoup d’idées reçues et largement diffusées, les abus liturgiques ne sont pas liés à un rite particulier. Ainsi, dès le début de la prédication apostolique, saint Paul réprouve les dérives qui se glissent dans les assemblées chrétiennes de Corinthe. Dans le chapitre 11 de son Épître aux Corinthiens, l’Apôtre attire l’attention sur le fait que les hommes prient et prophétisent la tête couverte alors que les femmes ont la tête nue. Il poursuit en dénonçant les inégalités entre les riches et les pauvres. Enfin, il regrette l’indignité avec laquelle certains communient. Pour y remédier, saint Paul rappelle que le Christ doit être au centre de la célébration et cite intégralement les paroles de l’institution de l’Eucharistie. 

    Pour réagir face à la diversité des rites qui nuisent de plus en plus à l’unité liturgique de l’Église surtout au du Moyen Âge finissant, le concile de Trente (1545-1563) établit des règles précises pour la célébration de la Messe. Dans ce sens, le missel promulgué par saint Pie V et prévu non pour des messes chantées mais pour des messes « basses » est un chef d’œuvre de codification. Est-ce pour autant la fin des abus liturgiques ? Hélas non, et les innombrables mandements et rappels à l’usage du clergé relèvent régulièrement les erreurs à ne pas commettre. La lecture de certains avis éclaire sur la situation générale. En effet, un cas isolé ne nécessite pas des remontrances collectives. Il est donc permis d’établir qu’un missel, même codifié à l’extrême, ne constitue pas un rempart contre les défauts d’intention et les erreurs des célébrants. 

    En 1909, le Père Caron, prêtre de Saint-Sulpice, publie « Les cérémonies de la messe basse » qui traite des fautes à ne pas commettre lors de la célébration de la Messe. Cet ouvrage, parmi tant d’autres du même genre, illustre le climat liturgique de l’époque et apporte un éclairage sur la formation sacerdotale au début du XXe siècle. A titre d’exemple, le religieux écrit : « On marche précipitamment. Au lieu de quitter la calotte à la sacristie, on la quitte en arrivant à l’autel et on la pose [sur l’autel] : on n’y doit poser que ce qui sert à la messe. Après l’Évangile, en baisant le texte, on baise le premier endroit qui se présente : il faut baiser le commencement. On prononce avec effort les paroles de la consécration, en remuant la tête à chaque mot. A la consécration du vin, certains prêtres tiennent la bouche au-dessus de la coupe, de manière à prononcer les paroles au-dedans du calice : cela n’est pas décent. En faisant l’élévation, tant de l’hostie que du calice, il faut élever l’une et l’autre en ligne droite. Au « Domine non sum dignus », plusieurs étendent entièrement le bras pour se frapper la poitrine avec force : il faut seulement remuer l’avant-bras, se frapper légèrement et poser ensuite sans bruit la main sur l’autel. En prenant le précieux Sang, on suce le calice avec bruit et affection, ce qui choque les assistants. S’il faut éviter la trop grande longueur qui fatigue les assistants, on doit encore plus être en garde contre la précipitation qui les scandalise. Le prêtre sera donc très attentif à prononcer avec gravité, sans manger une partie des mots comme il arrive ordinairement à ceux qui vont trop vite, et à joindre les cérémonies aux paroles qui doivent les accompagner. C’est surtout en faisant le signe de croix sur les dons sacrés, qu’il évitera cette agitation ridicule des mains qu’un saint appelle les cercles du diable. » 

    En lisant ces quelques lignes, on imagine aisément certaines célébrations d’autrefois pourtant régies par une multitude de rubriques très précises ! On peut en conclure que de tout temps, ce qui fait l’abus liturgique, ce n’est pas le rite en lui-même mais la façon de l’appréhender. Ni la liturgie, ni le missel n’appartiennent au prêtre... L’Église lui confie le rite pour qu’il le célèbre intégralement et pas pour qu’il le modifie à sa guise ou selon les goûts du moment. Selon l’intention du célébrant, n’importe quel rite, qu’il soit « ordinaire » ou « extraordinaire », peut être célébré dignement ou donner lieu à un spectacle affligeant. Toute l’histoire de la liturgie nous en donne des preuves éclatantes. 

    Le missel actuel peut être utilisé dans une langue vernaculaire et de ce fait faciliter davantage l’ « improvisation cléricale » que lorsqu’il est utilisé en latin. L’usage des langues courantes devrait donc être pour le prêtre l’occasion d’être d’autant plus rigoureux à lire mot à mot ce qui est écrit, et se rappeler qu’il n’est qu’un instrument au service de Dieu et certainement pas un préfet paroissial du culte divin local. Commençons par exiger des prêtres - et surtout des évêques qui sont les gardiens de la liturgie - qu’ils respectent la liturgie restaurée à la suite de Vatican II et la célèbrent dans le silence et avec toute la dignité requise ; on verra alors qu’il n’est pas nécessaire de faire des kilomètres pour trouver un endroit où la messe est célébrée selon la forme « extraordinaire ». Par la même occasion, on comprendra que ce qu’on appelle la « forme ordinaire » dans nos paroisses n’a strictement aucun rapport avec le missel issu de Vatican II lequel rappelle clairement aux prêtres qu’ils doivent être « attentifs aux normes [rappelées dans la présentation générale de ce missel] et à la pratique reçue du rite romain ainsi qu’au bien commun spirituel du peuple de Dieu, plutôt qu’à [leurs] goûts personnels et à [leur] propres jugements. » 

  • Le "non" du pape à l'ordination de femmes

    IMPRIMER

    Du site des jésuites d'Europe Centrale :

    Ordination des femmes: le pape propose une autre voie

    Le pape François a livré un long entretien aux journalistes du magazine jésuite America, basé à New-York, qui a été publié le 28 novembre 2022. Il revient sur les grands dossiers diplomatiques du moment –Chine, Ukraine, Russie– ainsi que sur les tensions qui animent l’Église catholique aux États-Unis et dans le monde.

    L’agence I.MEDIA propose de revenir sur les points importants de cet entretien. 

    Ordination des femmes: suivre le «principe pétrinien»

    «Pourquoi une femme ne peut-elle pas entrer dans le ministère ordonné? C’est parce que le principe pétrinien ne le prévoit pas», explique le pape François. Il était interrogé par le magazine américain sur la souffrance de certaines femmes de ne pas pouvoir être ordonnées prêtres dans l’Église catholique. Faisant référence à la succession épiscopale héritée des apôtres de Jésus, tous des hommes, le pape propose d’approfondir d’autres voies que celle de l’ordination ministérielle – sacerdotale et diaconale. 

    «Au Vatican, les lieux où nous avons mis des femmes fonctionnent mieux»

    Il ajoute que l’Église ne peut se limiter à sa dimension ministérielle. «L’Église est femme. L’Église est une épouse. Nous n’avons pas développé une théologie de la femme qui reflète cela», déplore le pape. Le fait «que la femme n’entre pas dans la vie ministérielle n’est pas une privation». Sa place est «beaucoup plus importante» et il reste aujourd’hui à la développer à l’aune du «principe marial». Ce dernier, qui vient avec le «principe pétrinien», concerne la place de la féminité dans l’Église, «de la femme dans l’Église», avance-t-il. Le pape reprend ainsi ce qu’il avait déjà exprimé lors d’une conférence de presse à l’occasion de son voyage retour de Suède, à l’automne 2016.

    Pour le pontife, en plus des dimensions «pétrinienne» et «mariale» se trouve «une troisième voie», qu’il appelle: «la voie administrative». Sur ce point, le pape reconnaît qu’il faut encore donner «plus d’espace aux femmes» dans l’Église. «Au Vatican, les lieux où nous avons mis des femmes fonctionnent mieux». (...)

  • Par la raison seule, par l’intelligence, pouvons-nous trouver Dieu ?

    IMPRIMER

    De la chaîne youtube Foi et Raison :

    Interview du philosophe et théologien dominicain T.-D. Humbrecht o.p. sur le sujet de la connaissance de Dieu par la raison seule, par notre intelligence. Question qui nourrit parfois quelques débats et mécompréhensions; et il semblerait bien que les théologiens catholiques francophones ont, de nos jours, plutôt délaissé la possibilité d'une connaissance naturelle de Dieu. Mais le Concile Vatican I dans Dei Filius, puis Vatican II (qui a repris cette affirmation dans Dei Verbum), déclare que « Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine à partir des choses créées ». Est-ce que ça veut dire que par la raison seule, l’intelligence, nous pouvons trouver Dieu ? Ça implique donc que nous puissions trouver des preuves ?

    00:00 Intro

    01:05 Connaître Dieu par la raison seule ?

    7:38 « à partir des choses créées » : c’est-à-dire ?

    9:50 La foi n’est-elle pas avant tout une grâce, un don de Dieu ?

    16:59 Fidéisme et rationalisme

    21:05 Les preuves de Dieu délaissées en théologie

    25:55 Humani Generis et la « nouvelle théologie »

  • Pas de restauration de la liturgie sans volonté réelle

    IMPRIMER

    Par Philippe Maxence dans « Res Novae » Perspectives romaines :

    « Il n’y aura pas de restauration de l’Église possible, sans envisager une période de transition liturgique. Outre que celle-ci agira sur une amélioration de la liturgie en elle-même, elle aura aussi des conséquences sur une réappropriation par le peuple chrétien de la doctrine et des mœurs catholiques. Non par un coup de baguette magique, mais par une imprégnation permanente. Lex orandi, lex credendi. Reste que cet effort liturgique, qui s’insère dans une visée plus large, de véritable réforme de l’Église, nécessite des hommes pour l’accomplir. Des prêtres, des évêques, un pape ! Encore faudra-t-il que les artisans de ce « retour » aient la volonté décidée de l’accomplir malgré tous les obstacles qu’ils rencontreront.

    Or, que constatons-nous ? Depuis un peu plus de quarante ans, cette volonté a manqué aux hommes d’Église, alors même qu’ils auraient pu amorcer ce « retour » et qu’ils en parlaient. Plus exactement, ils se sont contentés de vouloir – et encore faiblement – un encadrement de la réforme. Benoît XVI a théorisé cette tentative, qui s’applique notamment à la liturgie, en la qualifiant d’« herméneutique de la réforme dans la continuité », qu’on pourrait aussi qualifier d’herméneutique de conservation des acquis du concile, dans une perspective modérée.

    La liturgie nouvelle rectifiée selon Jean-Paul II

    Il est clair que Jean-Paul II, puissamment aidé par le cardinal Joseph Ratzinger, a voulu imposer une troisième voie entre la réaction traditionaliste et la marche en avant progressiste. En ce qui concerne la liturgie, il s’agissait alors de mettre en application une interprétation de la réforme liturgique en tentant de la placer, dans une certaine mesure, dans le fil de la tradition liturgique. La parole officielle consistait alors à affirmer que la réforme liturgique constituait la dernière étape d’une réforme organique de la liturgie romaine, à l’instar des réformes antérieures de saint Pie X, Pie XII ou Jean XXIII. Une parole officielle qui avait pourtant quelques difficultés à entrer dans les esprits tant le fossé séparant la liturgie traditionnelle de la nouvelle liturgie semblait abyssal à tout spectateur honnête qu’il préfère d’ailleurs l’une ou l’autre de ces liturgies.

    À vrai dire, la difficulté ne venait pas seulement de la compréhension intellectuelle de ces liturgies que de la pratique elle-même de la nouvelle liturgie. D’où la multiplication des textes pontificaux pour à la fois célébrer la réforme liturgique issue du Concile et pour en corriger les mauvaises interprétations.

    Cependant, cette volonté de corriger les abus et de donner une interprétation correcte de ce qu’est « la vraie liturgie » issue du Concile trouvait une première limite dans la pratique liturgique du pape lui-même, notamment de Jean-Paul II. Malgré tout, peut-être sous l’influence de son très bugninien maître de cérémonies, Mgr Piero Marini, le pape de la « restauration », qui était aussi le pape d’Assise, a présidé des Eucharisties dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles s’éloignaient de l’interprétation que le même pape et les organes curiaux compétents en la matière tentaient de faire passer par ailleurs. De la même manière, la célébration d’un rite dit zaïrois en la basilique Saint-Pierre ne s’est pas déroulée la première fois sous le pontificat de François mais sous celui de Jean-Paul II. Il faut dire que Jean-Paul II, qui avait des dons incontestables d’acteur, était parfaitement à l’aise dans la liturgie nouvelle où la part de « jeu » du célébrant est très importante.

    Lire la suite