Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 8

  • Déchristianisation, islam, droits de l'homme... les réponses de Pierre Manent

    IMPRIMER

    Une video sur le site du Figaro :

    Pierre Manent était l’invité du Club Le Figaro Idées

    Le philosophe et essayiste qui vient de publier « Pascal et la proposition chrétienne » débat de la déchristianisation de la France avec Michel De Jaeghere et Jean-Marie Guénois.

    2022_12_17_09_02_06_Greenshot.png

  • "Canoniser Helder Camara, c'est canoniser le communisme"

    IMPRIMER

    De Stefano Chiappalone sur le Daily Compass :

    "Canoniser Camara, c'est canoniser le communisme"

    14-12-2022

    Dom Helder Camara pourrait bientôt être déclaré vénérable. Protagoniste de la théologie de la libération, sympathisant de l'URSS et de la Chine, la lutte armée révolutionnaire était promue dans son diocèse. Un saint "médiatique et idéologique", plutôt que religieux, explique au Compass Julio Loredo, président de la TFP italienne.

    Un pas décisif a été franchi pour la cause de béatification de Mgr Helder Camara (1909-1999), l'"évêque rouge" brésilien qui pourrait bientôt être déclaré vénérable. L'annonce a été faite par Mgr Fernando Saburido, son successeur dans l'archidiocèse d'Olinda et de Recife, gouverné par Camara entre 1964 et 1985. Un prélat sui generis, qui s'est rangé du côté de l'aile la plus progressiste des Pères du Concile et qui, une fois le Concile terminé, a souhaité un Vatican III qui surpasse son prédécesseur (à gauche, naturellement). Protagoniste de la théologie de la libération, sur le plan politique, il était résolument favorable aux dictatures communistes, de l'Union soviétique à la Chine, en passant par Cuba, toujours sous la bannière de la "défense des pauvres" à laquelle il s'identifiait de manière propagandiste dans la vie comme dans la mort. Si Monseigneur Camara devait un jour accéder à la sainteté, il serait un modèle pour le moins controversé. C'est ce que revendique, en espérant que la cause soit suspendue, Tradition, Famille et Propriété (TFP), un réseau d'associations né au Brésil de l'action de Plinio Corrêa de Oliveira (1908-1995), leader catholique, engagé dans la " bataille culturelle " sur des positions opposées à celles de Dom Camara. Julio Loredo, président de la TFP italienne, en parle avec le Daily Compass.

    Loredo, pourrait-on avoir un "évêque rouge" comme saint ?

    Dom Helder Camara a été une figure clé du progressisme ecclésial des années 1930 à sa mort, un protagoniste du virage à gauche de l'Action catholique au Brésil. La théologie de la libération est également apparue dans le cadre de ce processus. En outre, dans les années 1950 et 1960, il a joué un rôle central dans le remplacement (générationnel mais aussi idéologique) de l'épiscopat brésilien, en favorisant la nomination de prélats progressistes avec le nonce de l'époque, Mgr Armando Lombardi.

    Une parabole qui partait pourtant du front opposé.....

    Et pas en tant que simple militant : il était le numéro deux du parti pro-nazi Action Intégraliste Brésilienne, fondé par Plinio Salgado. Lorsqu'il a été ordonné prêtre en 1931, il portait l'uniforme de la milice intégriste sous sa soutane. Grâce à une étude de Plinio Correa de Oliveira, qui a montré son incompatibilité avec la doctrine catholique, le soutien ecclésiastique au mouvement, qui a ensuite été mis hors la loi par le président Getulio Vargas, a été retiré. Après sa dissolution et l'exil de Salgado, Camara a entamé son virage idéologique à gauche - que nous avons décrit au début - vers la théologie de la libération et la constitution de Communautés Ecclésiales de Base (CEB), préfigurées par le pédagogue marxiste brésilien Paulo Freire, inspirateur du Movimento de Educação de Base.

    Comment Dom Camara s'est-il comporté pendant le Concile?

    Bien qu'il n'ait jamais pris la parole dans l'assemblée, il était absolument central dans les coulisses de Vatican II. C'est lui qui a coordonné les réunions entre les représentants de l'aile progressiste (curieusement, même sur le front traditionaliste, l'impulsion est venue du Brésil, grâce aux réunions coordonnées par Plinio Correa de Oliveira, d'où est sorti le Coetus Internationalis Patrum). Au cours de ces années, Dom Helder, déjà partie intégrante de la théologie de la libération, poursuit sa dissidence avec le magistère également sur le plan moral, notamment en critiquant Humanae Vitae de Paul VI et en défendant l'avortement.

    Un politicien plutôt qu'un évêque ?

    En 1969, il prononce un célèbre discours à New York dans lequel il soutient le communisme international. Il défend l'URSS et la Chine de Mao. L'un des épisodes les plus choquants remonte à 1968 : le document Comblin. En juin 1968, un document révèle qu'une révolution communiste armée est prévue au Brésil. Joseph Comblin était un prêtre belge, professeur à l'Institut de théologie de Recife. C'était donc dans le diocèse et sous l'égide de Mgr Camara, qui n'a pas nié l'authenticité du document, se contentant de dire qu'il était officieux. Le projet prévoyait, par exemple, l'abolition de la propriété privée et des forces armées, la censure de la presse, de la radio et de la télévision, et des tribunaux populaires. En pratique, une révolution bolchévique au Brésil. Correa de Oliveira a recueilli deux millions de signatures demandant l'intervention de Paul VI pour bloquer cette infiltration marxiste dans l'Église brésilienne, mais n'a reçu aucune réponse.

    En fait, le prélat controversé est resté en fonction jusqu'à l'âge canonique de 75 ans.

    En 1984, Jean-Paul II a nommé son successeur José Cardoso Sobrinho, qui a tenté de mettre de l'ordre dans le diocèse, allant jusqu'à fermer l'Institut de théologie et à en créer un autre. La même année, l'instruction du Vatican Libertatis Nuntius a été publiée, condamnant les aspects extérieurs de la théologie de la libération, mais c'était comme fermer la porte de l'écurie quand le cheval était déjà parti.

    Et il n'est jamais revenu sur ses positions ?

    Pas à ce que l'on sache. Et lorsqu'il est mort en août 1999, il a bénéficié d'une sorte de canonisation médiatique. Certains journaux italiens titrent : "Prophète des pauvres", "Saint des favelas", "Voix du tiers-monde", et même "Saint Helder d'Amérique".

    Une "renommée de sainteté" idéologique, plutôt que religieuse.

    Si Dom Helder Camara était canonisé, ce serait aussi la canonisation du communisme, de la théologie de la libération, de la dissidence. On l'appelle déjà le "saint des pauvres", mais il a défendu des régimes qui provoquent la pauvreté, comme le résume Indro Montanelli : "La gauche aime tellement les pauvres que chaque fois qu'elle arrive au pouvoir, elle augmente leur nombre". En ce qui concerne la "falsification de la foi chrétienne" opérée par la théologie de la libération, Benoît XVI a déclaré qu'"il faut aussi s'y opposer par amour pour les pauvres et pour le service qui doit leur être rendu".

  • La crise allemande, l'Eglise universelle et le pape François

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LA CRISE ALLEMANDE, L'ÉGLISE MONDIALE ET LE PAPE FRANCOIS

    12 . 14 . 22

    L'Année de Notre Seigneur 2023 sera probablement le théâtre de drames catholiques que nous ne pouvons pas prédire maintenant ; c'est la manière de la Providence. Ce que nous pouvons savoir avec certitude à propos de l'année prochaine, c'est que la crise allemande dans l'Église mondiale atteindra son paroxysme, car ce qui se passe en Allemagne entrera en collision avec la première session du Synode sur la synodalité pour une Église synodale en octobre 2023. Et la résolution de la crise allemande sera, sinon totalement déterminante, du moins extrêmement importante pour définir l'héritage du pape François.

    Que se passe-t-il donc en Allemagne, sur son "chemin synodal" national ?

    Beaucoup de choses se passent : une instrumentalisation du crime et du péché d'abus sexuels afin de réinventer le catholicisme ; le rejet des conceptions catholiques établies de l'amour humain et de son expression ; une reddition inconditionnelle à l'idéologie du genre et à sa déconstruction du concept biblique de la personne humaine ; une révolution dans l'ecclésiologie qui, au nom de l'autonomisation des laïcs, vide les fonctions d'évêque et de prêtre de leur plein caractère sacramentel ; la réduction progressive de l'Église à une riche ONG, faisant de bonnes œuvres définies par le consensus politiquement correct du moment.

    Derrière tout cela - et nous arrivons ici au fond du problème - se cache un rejet de l'enseignement solennel du Concile Vatican II sur la révélation divine. Et comme la Constitution dogmatique de Vatican II sur la Révélation divine, connue sous son titre latin Dei Verbum (La Parole de Dieu), a été l'accomplissement fondamental du Concile, rejeter l'enseignement de Dei Verbum revient à rejeter Vatican II. La "voie synodale" allemande n'est pas un développement du Concile. C'est un rejet du Concile.

    Dei Verbum a affirmé avec force la réalité de la révélation divine et son autorité contraignante dans le temps. S'appuyant sur plus d'un siècle de réflexion biblique et théologique sur l'histoire du salut, Vatican II a insisté, à contre-courant de la haute culture moderne, sur le fait que le christianisme n'est pas un mythe pieux ou une collection de légendes inspirantes. Le christianisme est une rencontre avec le Fils de Dieu incarné, la Deuxième Personne de la Sainte Trinité, qui porte à son accomplissement l'autorévélation de ce que Dieu est, et ce que Dieu veut pour l'humanité, qui a commencé lorsque Dieu a parlé au peuple juif par Abraham, Moïse et les prophètes.

    Dei Verbum enseigne également que la révélation de Dieu à l'humanité s'est achevée en Jésus-Christ. Les catholiques ne cessent de sonder les profondeurs de cette révélation et sa signification au fil du temps, et c'est ainsi que notre compréhension du christianisme se développe. Mais la révélation juge chaque moment historique ; la révélation n'est pas jugée par les "signes des temps". 

    Ou pour dire les choses aussi simplement que possible : Dieu sait mieux que nous ce qui fait le bonheur, l'épanouissement et, finalement, la béatitude de l'homme. Les "signes des temps" peuvent nous aider à mieux saisir ce que Dieu a dit dans l'Écriture et la tradition. Mais si les "signes des temps" (par exemple, l'idéologie du genre) contredisent ce que Dieu a révélé sur notre nature et notre destinée, les "signes des temps" sont erronés, et non la parole de Dieu.

    Les documents du Sentier synodal allemand, souvent rédigés dans un sociologisme abrutissant recouvert d'un mince vernis de langage religieux, nient essentiellement tout cela.

    Dans ces textes, les "signes des temps" sont le moteur de l'autocompréhension de l'Église, de sorte qu'il n'y a pas de points de référence stables pour savoir si un prétendu développement de la doctrine est un développement authentique ou une fraude. La révélation divine ne nous permet pas non plus d'avoir une idée précise de qui nous sommes et de ce qui constitue une vie juste : l'"autodétermination" l'emporte sur les vérités inscrites par Dieu dans la nature et les relations humaines, "le genre est à considérer de manière multidimensionnelle", et suggérer le contraire "conduit à des violations des droits de l'homme". 

    On dit souvent que le catholicisme allemand est dans un schisme de fait. C'est une description inadéquate de la crise allemande. Le catholicisme allemand manifesté dans les documents de la Voie synodale est en apostasie. Le Sentier synodal allemand n'accepte pas "la foi qui a été livrée une fois pour toutes aux saints" (Jude 1:3). Au contraire, l'un de ses textes "fondateurs" a affirmé plus tôt cette année que "dans l'Église aussi, des points de vue et des modes de vie légitimes peuvent se faire concurrence, même en termes de croyances fondamentales".

    C'est ainsi que le "catholique allégé" mène inexorablement au catholique zero.

    Le Pape François porte un lourd fardeau en cherchant une résolution de la crise allemande qui soit fidèle à la réalité et à l'autorité contraignante de la révélation divine. Si une telle résolution n'est pas atteinte, cependant, cela soulèvera les plus grands doutes sur l'ensemble du projet de "synodalité" central à son pontificat.

    La chronique de George Weigel est diffusée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver. 

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la chaire William E. Simon en études catholiques.

  • Sauver la différence des sexes ?

    IMPRIMER

    « Faut-il sauver la différence des sexes ? »

    Avec Eugénie Bastié sur Canal Académie :
     
     
    2022_12_16_09_36_43_Greenshot.png
  • Guide EVRAS, retour sur un manuel contesté

    IMPRIMER

    De RCF :

    Guide EVRAS, un manuel contesté

    C'est un référentiel d'éducation à la vie relationnelle affective et sexuelle qui crée la discorde. Mais pourquoi ? Une lettre ouverte rassemble déjà près de 6500 signatures de parents, du corps enseignant et de pédopsychiatres pour dénoncer "l'hypersexualisation" dont pourraient être victimes les plus jeunes enfants, dès l'âge de 5 ans. Clotilde Stiernont revient sur cette mobilisation et les raisons qui poussent bon nombres de spécialistes de l'enfance à agir. 

  • ONU : grand retour en force contre l'idéologie du genre

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur le Friday Fax :

    ANALYSE : Le grand retour en force de l'ONU contre l'idéologie du genre

    15 décembre 2022

    NEW YORK, 16 décembre (C-Fam) Les délégués des puissants pays occidentaux pensaient pouvoir faire passer les questions relatives aux homosexuels et aux transgenres à l'Assemblée générale cet automne. Ce qu'ils ont découvert, c'est la résistance croissante du monde en développement.

    Au cours de l'Assemblée générale qui s'achèvera bientôt, les délégués occidentaux se sont heurtés à un mur de résistance à toute nouvelle mention de politiques sociales controversées, qu'elle soit explicite ou implicite. Les pays traditionnels ont bloqué les références à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre, à la diversité et à l'éducation sexuelle complète. En outre, ces gouvernements ont fait des dizaines de déclarations contre le programme sexuel de la gauche. Au total, plus de 60 pays se sont opposés à ce qu'ils considèrent comme un langage dangereux, voire radical.

    Le contraste est saisissant avec l'année dernière, où les pays occidentaux s'étaient réjouis de l'ajout de l'"orientation sexuelle et de l'identité de genre" à une résolution sur la démocratie, la deuxième seulement à inclure cette expression très controversée. Cette nouvelle résistance n'est pas le fruit du hasard.

    De plus en plus de pays réalisent que les États-Unis, l'Union européenne et les pays donateurs de Scandinavie utilisent la politique internationale et les droits de l'homme comme prétexte pour contourner et saper les débats législatifs démocratiques. La gauche sexuelle veut imposer au monde l'idéologie du genre et un droit international à l'avortement sans jamais avoir de débat démocratique à ce sujet.

    Les pays occidentaux ont inondé les résolutions de termes ambigus comme "santé sexuelle et reproductive" et "formes croisées de discrimination" pour promouvoir des sujets controversés. Au départ, cela n'affecte que les politiques et les programmes de l'ONU par le biais des agences de l'ONU, mais il est prévu que cela se transforme en obligations à part entière en vertu de la théorie du droit international coutumier.

    La théorie juridique avancée par les défenseurs de l'avortement et des homosexuels/transsexuels est que l'adoption continue de ces termes ambigus dans les résolutions des Nations unies, combinée aux pratiques des organisations internationales, peut, avec le temps, être interprétée comme un consentement au développement de normes internationales contraignantes. Une nouvelle norme internationale coutumière peut émerger lorsque des pays agissent universellement selon la même pratique, en se basant sur la croyance qu'elle est requise par la loi, mais elle ne peut pas être appliquée contre un pays qui s'oppose de manière persistante à son développement. De nombreux pays s'y opposent désormais.

    Si les délégués des pays traditionnels bloquent régulièrement les références expresses à l'orientation sexuelle, à l'avortement et à d'autres questions controversées, ils ne bloquent pas toujours carrément les termes ambigus en raison de la pression exercée par les pays occidentaux sur leurs capitales. Ils se limitent donc à exprimer des réserves qui précisent leur compréhension des termes ambigus lors des réunions officielles. Ces déclarations ne peuvent pas empêcher le développement de politiques controversées, mais elles contribuent à empêcher le développement d'un nouveau droit international coutumier.

    Le fait que les résolutions de l'ONU et leur mise en œuvre par les agences de l'ONU puissent être considérées comme la preuve de nouvelles normes internationales coutumières est bien attesté, même s'il n'est pas universellement accepté par les spécialistes. C'est ce qu'a déclaré la Commission du droit international.

    Le gouvernement des États-Unis répète souvent des réserves générales affirmant que l'adoption de résolutions spécifiques avec lesquelles il est en désaccord n'a aucun effet sur le droit international coutumier. Étant donné que le gouvernement américain est le seul à émettre cette réserve et qu'il ne la formule souvent que lorsqu'il s'oppose au contenu de résolutions spécifiques, cela ne fait que renforcer la crédibilité des résolutions des Nations unies en tant qu'éléments constitutifs du droit international coutumier. Il est vrai que les résolutions des Nations Unies ne sont pas contraignantes pour les États et ne peuvent pas changer le droit international coutumier en elles-mêmes, mais elles peuvent néanmoins contribuer à la formation du droit international coutumier par la manière dont elles sont mises en œuvre par les agences internationales, combinée à leur adoption répétée au fil du temps.

  • Pourquoi il convient de résister fermement à la censure que le mouvement woke fait peser sur le débat public

    IMPRIMER

    De l'Institut Thomas More sur youtube :

    Dans cette courte vidéo, Aymeric de Lamotte, directeur général adjoint de l’Institut Thomas More, revient sur sa dernière chronique dans « La Libre Belgique » et explique pourquoi il convient de résister fermement à la censure que le mouvement woke fait peser de plus en plus fréquemment sur le débat public...

  • Le manque de respect de Joe Biden pour le mariage

    IMPRIMER

    De Tyler Arnold sur le National Catholic Register :

    Le manque de respect de Joe Biden pour le mariage

    Un pas de plus dans le rejet complet de ce que l'Église enseigne sur la vérité et la signification du mariage par le deuxième président catholique de la nation.

    13 décembre 2022

    Le président Joe Biden, deuxième président catholique de la nation, a signé mardi la loi sur le respect du mariage, marquant ainsi une nouvelle étape dans sa descente politique vers un rejet total de ce que l'Église enseigne sur la vérité et la signification du mariage.

    La nouvelle loi fédérale, qui reconnaît le mariage homosexuel aux fins de toute loi, règle ou réglementation fédérale dans laquelle l'état matrimonial est un facteur, stipule que si deux personnes sont légalement mariées dans un État et vivent dans un autre État, le mariage continuera d'être reconnu au niveau fédéral et bénéficiera des protections juridiques fédérales, même si leur nouvel emplacement n'autorise pas les couples homosexuels à se marier. Il s'agit d'un revirement par rapport à la loi sur la défense du mariage de 1996, signée par l'ancien président Bill Clinton, qui ne reconnaissait que les mariages hétérosexuels au niveau fédéral.

    Même si les États sont déjà tenus d'offrir des certificats de mariage aux couples de même sexe en vertu du précédent établi par la Cour suprême dans l'affaire Obergefell v. Hodges, le président a signé la loi pour s'assurer que ces règles fédérales soient en place si le précédent devait changer.

    Bien que M. Biden se déclare catholique pratiquant, sa décision de redéfinir le mariage le met clairement en porte-à-faux avec les enseignements catholiques sur l'homosexualité et le mariage, ce qui lui a valu des reproches répétés de la part des chefs de l'Église américaine.

    Selon le Catéchisme de l'Église catholique, les personnes qui ont une attirance pour le même sexe sont appelées à la chasteté. Dans les numéros 2357 et 2358 du Catéchisme, il est dit aux catholiques de respecter et d'avoir de la compassion pour les personnes ayant une attirance pour le même sexe, mais que les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés, contraires à la loi naturelle, et ne devraient jamais être approuvés.

    Le mariage, selon le n° 1601 du Catéchisme, est l'union d'un homme et d'une femme ordonnée au bien des époux et à la procréation et l'éducation de la progéniture.

    La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a critiqué la "loi sur le respect du mariage" comme étant contraire au bien commun.

    "Des décennies de développements sociaux et juridiques ont séparé la sexualité, la procréation et le mariage dans la conscience publique", a écrit l'USCCB (Conférence des évêques catholiques des États-Unis) dans une déclaration du 1er décembre après l'adoption de la loi par le Sénat américain. "Une grande partie de la société a perdu de vue le but du mariage et l'assimile maintenant à la compagnie d'adultes".

    Bien qu'un amendement du Sénat à la résolution prétende protéger les institutions religieuses d'être forcées de compromettre leurs croyances, l'USCCB a averti que les protections sont terriblement insuffisantes et pourraient mettre en danger la liberté religieuse dans le contexte des décisions d'emploi, de l'éligibilité aux subventions ou aux contrats, de l'accréditation et des exemptions fiscales.

    "Ce projet de loi n'inclut pas les protections de conscience claires, complètes et affirmatives nécessaires pour les organisations religieuses et les individus qui défendent le caractère sacré du mariage traditionnel", a déclaré l'USCCB dans sa déclaration du 1er décembre. "Nous affirmons notre respect pour la dignité de tous ceux qui sont engagés dans ce débat, et reconnaissons les différentes perspectives dans notre société civile, mais l'impact de ce projet de loi ne fera que contribuer à la diminution du caractère sacré et de l'intégrité du mariage dans notre société."

    Lorsque le correspondant d'EWTN à la Maison Blanche, Owen Jensen, a demandé la semaine dernière au président de répondre à la préoccupation de l'USCCB selon laquelle la liberté religieuse pourrait être en danger, il a simplement répondu : "Je ne suis pas d'accord" et s'est éloigné.

    C'est loin d'être la première fois que Biden fait passer ses ambitions politiques avant sa foi catholique lorsqu'il s'agit de la question du mariage. Alors qu'il était vice-président de l'ancien président Barack Obama, en mai 2012, M. Biden a exprimé de manière inattendue son soutien au mariage homosexuel avant que M. Obama ne se prononce lui-même sur la question. La démarche unilatérale de Biden a poussé Obama à revenir sur sa propre déclaration de campagne en 2008, selon laquelle le mariage est une institution qui n'existe qu'entre un homme et une femme.

    Par la suite, en août 2016, Biden a célébré un mariage homosexuel dans sa résidence vice-présidentielle à Washington. "Lorsqu'un homme politique catholique de premier plan officie publiquement et volontairement une cérémonie pour solenniser la relation de deux personnes du même sexe, une confusion s'installe concernant l'enseignement catholique sur le mariage et les obligations morales correspondantes des catholiques", a commenté l'USCCB dans une déclaration publiée après l'action de Biden. "Ce que nous voyons, c'est un contre témoignage, au lieu d'un témoignage fidèle fondé sur la vérité".

    La déclaration fait également référence aux commentaires du pape François, dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia de 2016, selon lesquels les relations homosexuelles ne peuvent être considérées comme étant "en aucune façon similaires ou même vaguement analogues au plan de Dieu pour le mariage et la famille."

    Tyler Arnold est journaliste pour le National Catholic Register. Il travaillait auparavant à The Center Square et a été publié dans divers médias, dont The Associated Press, National Review, The American Conservative et The Federalist.

  • RDC : Le cardinal Ambongo: «La nation congolaise est en danger»

    IMPRIMER

    Ambongo cq5dam.thumbnail.cropped.1500.844.jpeg

    Présent à Rome à l'occasion de la réunion du Conseil des cardinaux, l’archevêque de Kinshasa est passé dans les studios de Radio Vatican. Il revient avec préoccupation sur les violences dans l'Est de la République Démocratique du Congo ainsi que la responsabilité de la communauté internationale et critique la soif de pouvoir des élites congolaises.

    Entretien réalisé par Olivier Bonnel - Cité du Vatican :

    «Depuis près de 30 ans, l'Est congolais est en proie aux violences en raison de la présence de nombreux groupes armés dans l'indifférence quasi totale de la communauté internationale»… les mots sont du président congolais Félix Tshisekedi le 10 décembre dernier, dénonçant une nouvelle fois le Rwanda voisin, accusé d’armer le groupe rebelle M23.

    L’Est de la RDC est en effet le théatre d’exactions quotidiennes. Fin novembre, un massacre a eu lieu dans les villages de Kishihe et Bambo. Selon l’Onu au moins 131 civils auraient été abattus. Mais le bilan pourrait être de plus de 300 morts. Le Pape François, qui se rendra fin janvier dans le pays ne fera pas l’étape de Goma en raison de la situation sécuritaire sur place. Le Saint-Père ne craint pas pour sa propre sécurité , mais pour celle des foules qui avaient prévu de le voir.

    « La situation est devenue intenable, selon le cardinal Fridolin Ambongo Besungu, archevêque de Kinhasa, la capitale congolaise. Présent au Vatican début décembre pour participer à la réunion du Conseil des cardinaux, il est passé dans les studios de Radio Vatican pour dénoncer l’indifférence et l’impuissance de la communauté internationale dans ce conflit qui ravage son pays.

    Nous sommes très attristés par la situation récurrente à l'Est du Congo, qui dure pratiquement depuis au moins trois décennies, de groupes armés qu'on n'arrivait pas à maîtriser. Il y a des groupes qui sont plus sanguinaires que les autres, comme les ADF dans les diocèses de Beni-Butembo et actuellement avec ce qui se passe autour de Goma, avec le M23. Et malheureusement, d'après les informations de sources sûres que nous recevons, ce mouvement est soutenu par le Rwanda, voire par l'Ouganda pour semer la mort. Nous ne comprenons pas vraiment ce qui se passe parce que si c'est un conflit lié à des questions de nationalités ou de droits d'un peuple, il y a un autre cadre pour aborder ce genre de problème. On se retrouve autour d'une table, on discute, on se met d'accord, on trouve une solution, au lieu de passer du temps à massacrer de paisibles citoyens.

    Lire la suite

  • Un nouveau préfet moderniste au Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

    IMPRIMER

    Du site "Messa in latino" :

    13 décembre 2022

    News : Cadeau de Noël : un nouveau préfet moderniste au Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

    Nos sources "en haut lieu" confirmeraient maintenant (mais nous savons que le Saint Père est imprévisible jusqu'au dernier moment) que le prochain Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi sera Mgr Heiner Wilmer (ici), actuel évêque de Heildsheim, en remplacement de l'actuel Préfet Card. Luis Francisco Ladaria Ferrer, en prorogation à partir du 1er juillet 2022.

    Théologien, dehonien, connu pour ses idées ultra-progressistes, il va jusqu'à affirmer, dans une interview délirante au Kölner Stadt-Anzeiger du 14 décembre 2018 (à lire en intégralité ici, notamment les réponses sur le théologien Eugen Drewermann - défroqué -, condamné par l'Église : " Eugen Drewermann est un prophète de notre temps méconnu par l'Église "), que " l'abus de pouvoir est dans l'ADN de l'Église ", une thèse absurde et hérétique.

    Malheureusement, si cela se confirmait, ce serait un très mauvais cadeau de Noël de la part de Sainte Marthe, étant donné également son approbation des positions ultra-progressistes défendues par le tristement célèbre "synode" qui se déroule en Allemagne.

    Plutôt que le temps de Noël pour l'Église, il semble que nous entrions dans un hiver rigoureux.

  • "Vivre en réalité", thème de l’Université de la Vie 2023, avec Anne Lenotte sur RCF

    IMPRIMER

    De RCF :

    Vivre en réalité, thème de l’Université de la Vie 2023, Anne Lenotte

    Réalité virtuelle ? Métavers ? Quels liens avec le réel au niveau des grands enjeux bioéthiques: début et fin de vie, relations humaines, santé, temps, corps,... Parlons-en avec Anne Lenotte, co-responsable de l’Université de la Vie en Belgique, aumônière d’hôpital à Verviers et experte en communication visuelle.

    Anne Lenotte
    Anne Lenotte

    Une formation en bioéthique

    L’Université de la vie est un cycle de formation en bioéthique organisé par l’association Alliance VITA, grâce à son réseau de volontaires déployé dans plus de 12 pays. Plus de 50.000 personnes ont déjà participé depuis plus de 15 ans. Début 2023, ce cycle de formation de 4 soirées en 4 semaines est proposé à Bruxelles, Louvain-la-Neuve, Mons, Tournai, Hannut et Liège. Des témoins et experts aborderont, cette année, l’importante question de la dignité humaine. Début et fin de vie, relations humaines, temps, santé, corps, réalité virtuelle, quels liens avec le réel ?

    Chaque soirée aura un thème : soirée 1 : un monde à consoler, soirée 2 : une réalité à écouter, soirée 3 : une société à construire, soirée 4 : un futur à tisser. Parmi les intervenants, retrouvez Bertrand Vergely, Christian de Cacqueray, Emmanuel Leclercq, René Ecochard, Philippe Dewost, Pauline Quillon, Axelle Huber, Tugdual Derville, Blanche Streb ou encore Caroline Roux. Retrouvez le programme détaillé sur le site www.universitedelavie.fr et les formulaires d’inscriptions ci-dessous.

    Université de la Vie

    Le thème de cette année est une promesse

    Anne Lenotte co-organise les soirées de Liège avec André, Sylvain et Marie. Son expérience de membre d’aumônerie d’hôpital à Verviers la motive à aborder ces grandes questions de sens. “Le thème de cette année est une promesse, dit-elle, car il y aura toujours une place pour l’humain et pour l’âme.” Sa vocation à accompagner les autres remonte à sa jeunesse. Elle visitait sa grande tante Emma qui naviguait entre sa maison de repos et les hôpitaux. C’est la première fois qu’elle a rencontré une visiteuse de malade. “Elle m’a appris à prendre le temps, à ralentir, à vivre tout simplement à un autre rythme.”

    Elle est inspirée par la plume de Christian Bobin, qui a notamment écrit: “Noël est comme une brèche ouverte dans le temps. Quelque chose se passe qui semble avoir effacé pendant quelques heures toutes les déceptions de la vie. C’est comme si on attendait quelque chose, quoi je ne sais pas exactement, mais ce que l'on attend là, c'est ce que l'on attend toute la vie, car le meilleur du temps de Noël est presque invisible, faible, et suppose une passion infinie de l'attente.”

    De la même façon, elle trouve beaucoup d’inspiration dans le livre “L'autre Dieu” de la pasteure Marion Muller-Colard. Dans ce texte bouleversant, elle mêle à une méditation sur le livre de Job le récit personnel d'une traversée. Elle donne des pistes pour résister à la souffrance qui absorbe l'existence tout entière dans la plainte. Elle-même a été membre d’une aumônerie d’hôpital. Elle rend le courage de vivre aux côtés de la menace qui plane sur toute vie humaine, marquée par la précarité. 

    Visiteuse de malade

    Notre fierté meurt un quart d’heure après notre corps

    Lorsqu’on lui demande une parole inspirante, Anne Lenotte cite volontiers saint François de Sales : “notre fierté meurt un quart d’heure après notre corps.” La visiteuse de malades entend beaucoup de questions et de colères aussi. La rencontre demande de la souplesse. “On n’est pas là pour faire du chiffre. On prend le temps. les patients ont le droit d’être informés de la possibilité de nous rencontrer. Récemment, elle a souri lorsqu’un visiteur l’a taquinée et qualifiée “d’Anne du Bon Dieu” car, dans le fond, cela souligne la patience et la qualité d’écoute de la visiteuse de malades.

    L’Université de la vie  a été lancée en 2004 en France. Depuis, et fort de son succès, l'Alliance VITA a décidé d’étendre ce cycle de formation à toute la France, la Belgique et d’autres pays à travers un système de visioconférence mêlant animation nationale et locale. L'Université de la Vie est ainsi devenue un événement international à partir de 2015, auquel participent l'Allemagne, la Belgique, le Canada, les États-Unis d'Amérique, la Grande-Bretagne et la Suisse. Aujourd'hui, cette université de la vie est organisée annuellement par plus de 140 villes en France et à l'étranger.

    Retrouvez le programme détaillé sur le site www.universitedelavie.fr et les formulaires d’inscriptions ci-dessous:

    Bruxelles
    Lundis 16, 23, 30 janvier et 6 février 2023, 20H
    Hotel Chambord, Rue de Namur 82, 1000 Bruxelles, Belgique
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-bruxelles-belgique

    Louvain-la-Neuve
    Lundis 9, 16, 23, 30 janvier 2023 à 19H30
    UCLouvain Place Montesquieu, 2 College Thomas More, Auditoire More 53
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-a-letranger-louvain-la-neuve-belgique

    Mons (Obourg)
    Lundis 9, 16, 23 et 30 janvier à 20H
    Centre pastoral St-François Rue de France, 41 7034 Obourg Belgique
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-mons-belgique

    Tournai
    Lundis 9, 16, 23 et 30 janvier à 20H
    Cense de Rigaux, Chaussée de la Libération, 7910 Frasnes-lez-Anvaing, Belgique
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-tournai-belgique

    Hannut 
    Dimanches 15, 22, 29 janvier et 5 février à 18H
    Drève du Monastère 7, 4280 Hannut, Belgique
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-hannut-belgique

    Liège
    Jeudis 12-19-26 janvier et 2 février 2023 à 19H
    Espace Loyola, Rue Saint-Gilles 102, 4000 Liège, Belgique
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-a-letranger-liege-belgique

    Namur
    Lundis 9, 16, 23 et 30 janvier à 20H
    Home St Joseph Rue Ernotte 10, Namur, Belgique
    https://www.billetweb.fr/universite-de-la-vie-2023-a-letranger-namur-belgique

    Un futur à tisser

  • L'infinie richesse qu'offre l'altérité des sexes

    IMPRIMER

    “La différence des sexes n’est pas une malédiction, une faiblesse, mais un tremplin et une richesse”

    "Le grand reporter au Figaro, Eugénie Bastié, était invitée à prononcer une communication à l'Académie des sciences morales et politiques, ce lundi 12 décembre. Contre les théoriciens de la déconstruction, elle défend l'infinie richesse qu'offre l'altérité des sexes." (Figaro Vox)

    Extraits figurant sur le site du Salon Beige :

    C’est par une citation de Chesterton que je voudrais ouvrir cette communication. Dans son recueil Hérétiques, il écrit que, demain,

    « on allumera des feux pour attester que deux et deux font quatre. On tirera l’épée pour prouver que les feuilles sont vertes en été. (…) Nous combattrons pour des prodiges visibles comme s’ils étaient invisibles. »

    À vous parler aujourd’hui de « sauver la différence des sexes », je me fais l’effet de tirer l’épée pour prouver que les feuilles sont vertes en été. Nous en sommes pourtant là. À l’heure de l’émoji « homme enceint », du dégenrage des barbecues, et du trans comme nouvelle figure iconique de la révolution planétaire, il semble qu’il faille en effet tirer sinon l’épée, du moins la plume, pour défendre ce prodige visible comme s’il était invisible qu’est la différence des sexes.

    Aux États-Unis, en Angleterre, et même dans notre pays, des hommes et des femmes sont chassés des universités, voient leurs conférences annulées, et parfois même, c’est arrivé, leurs livres brûlés, parce qu’ils ont osé affirmer qu’il n’existait que deux sexes et qu’on ne pouvait pas passer de l’un à l’autre comme on changerait de chemise. Je n’exagère pas.

    À Moscou, Pékin, Bamako ou Delhi, dans la partie non occidentale du monde on pense certainement bien différemment. Depuis toujours, l’humanité cherche à construire à partir de ce donné biologique brut qu’est la différence des sexes. Nous sommes la première civilisation qui veut la déconstruire.

    Pourquoi est-ce grave ? Pourquoi ai-je choisi d’aborder ce sujet avec vous aujourd’hui ? La première raison est épidermique. Il m’est insupportable de voir un mensonge aussi énorme – il n’y a pas deux sexes – prospérer dans le débat public. Il faut noter ce paradoxe de notre temps : alors même qu’on proclame le culte de la science, la chasse aux obscurantismes, la lutte contre les fausses nouvelles, on accepte comme un fait non susceptible de débat l’idée que le sexe serait une pure construction sociale.

    La seconde raison est plus profonde, presque métaphysique. La différence des sexes est, avec la maladie, le vieillissement et la mort, l’une des marques de notre finitude. En s’attaquant à cette frontière, les déconstructeurs révoquent l’inexpugnable part d’animalité de notre condition humaine. De plus, contrairement à la maladie, au vieillissement et la mort, limites aussi combattues par les modernes, la différence des sexes n’est pas une malédiction, une faiblesse, mais un tremplin et une richesse.

    Les défenseurs de la déconstruction accusent de « panique morale » ceux qui osent dénoncer l’indifférenciation des sexes. Leur raisonnement emprunte à la logique du chaudron de Freud. A a emprunté à B un chaudron et lui rend avec un grand trou. Voici sa défense : « Premièrement je ne t’ai absolument pas emprunté de chaudron; deuxièmement le chaudron avait déjà un trou lorsque je l’ai reçu ; troisièmement je t’ai rendu le chaudron intact ». Premièrement, la différence des sexes n’existe pas, deuxièmement elle n’est pas du tout menacée, troisièmement ce n’est pas grave si elle est menacée, car sa destruction serait un bienfait pour l’humanité. Eh bien, laissez-moi répondre en trois parties à cet argumentaire : 1. La différence des sexes existe ; 2. Oui, elle est menacée ; 3. Il nous faut la défendre. […]

    Mais venons-en à la différence essentielle, la maternité. Celle que les féministes ne veulent plus voir, car elles se font les syndicalistes d’un sujet, la femme, qu’elles vident de sa substance. La femme engendre dans son propre corps, l’homme engendre dans le corps d’autrui . De cette différence naissent toutes les autres. Mater certa est, la mère est toujours sûre, dit le droit romain. Pater est semper incertus, mais le père lui, ne l’est pas. Pater is est quem nuptiæ demonstrant Le père est celui que les noces démontrent. Le mariage fabrique des pères. La femme est reléguée au privé, où elle peut être surveillée pour que l’on soit sûr qu’elle ne soit pas fécondée par un autre. […]

    Parlons de cette révolution. Elle a été progressive. Mais le moment décisif, est, il me semble, le contrôle de la procréation par les femmes, rendu possible dans les années 1960 par la contraception et l’avortement. Cela change tout. La pierre angulaire du patriarcat tombe. Il n’existe plus. D’où sans doute, l’attachement presque religieux qui entoure le droit à l’avortement dans nos démocraties. Il est au patriarcat ce que la souveraineté populaire fut à la monarchie : le point de bascule dans un nouveau régime. L’hégémonie masculine était universelle, elle ne l’est plus aujourd’hui en Occident. L’Ancien régime de la domination a été renversé. Mais ce qui est curieux, c’est que près de cinquante ans après la révolution, le discours progressiste dominant consiste à affirmer quelle n’a jamais eu lieu, et que tout reste à faire. C’est d’ailleurs à cela qu’on reconnaît une idéologie : à son vœu de perpétuelle table rase. […]