Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 13

  • La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) stigmatise les personnes avec trisomie 21

    IMPRIMER

    Du site de la fondation Jérôme Lejeune :

    La CEDH stigmatise les personnes avec trisomie 21

    15 décembre 2023

    De plus en plus souvent, la question de la dignité des personnes avec une trisomie 21 est portée devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Celle-ci vient de condamner la Pologne dans une affaire qui opposait une femme polonaise souhaitant avorter de son enfant porteur de trisomie 21 à son pays.

    En janvier 2021 en Pologne, le diagnostic d’une trisomie 21 est annoncé à une femme enceinte. Celle-ci prend alors la décision d’avorter de son enfant porteur de trisomie 21. La Pologne le permettait par sa loi de 1993 mais l’interdit depuis une décision de la Cour Constitutionnelle de 2020 : la maladie ou le handicap ne peuvent plus devenir un critère discriminant de naissance, rappelant par-là que toute vie, quelle que soit sa fragilité ou sa déficience, possède une valeur intrinsèque inaliénable. La femme enceinte, se voyant refuser l’IMG en Pologne, se rend dans une clinique privée aux Pays-Bas pour avorter. Mais elle dépose une requête devant la Cour européenne des droits de l’homme contre son pays.

    Le 14 décembre dernier, la CEDH a rendu son jugement dans cette affaire. La CEDH considère que la décision de la Cour Constitutionnelle de 2020 (qui bannit l’avortement pour cause de handicap) n’est pas valide, à cause d’un problème de nomination des juges. Il ne reste donc que la loi de 1993 (qui permet l’IMG), toujours en vigueur. C’est ainsi que – empêcher la femme enceinte d’avorter son enfant porteur de trisomie 21 – alors que la loi le permet, constitue une violation de l’article 8 « Droit au respect de la privée et familiale ». La Pologne est condamnée.

    Si la CEDH rappelle que « l’article 8 ne peut être interprété comme conférant un droit à l’avortement » (§94), sa décision stigmatise les personnes porteuses de trisomie 21 et contrevient à l’article 14 de la Convention qui dispose que nul ne peut faire l’objet d’une discrimination en raison de son handicap.

    Marina Casini, présidente de la Fédération européenne One Of Us [1] s’interroge : « Tôt ou tard, les pays occidentaux finiront par être mis face à leurs contradictions : comment accepter l’avortement eugénique quand on est attachés aux droits de l’homme ? La vie d’un bébé porteur de handicap n’a-t-elle aucune valeur ? Toute vie handicapée mérite d’être valorisée comme valant la peine d’être vécue. Il est nécessaire de respecter les droits fondamentaux de tous les individus, et reconnaître la valeur de chaque personne, indépendamment de sa condition génétique ».

    Deux juges de la Cour ont émis une opinion dissidente : « Dans une société démocratique, une approche plus inclusive devrait être privilégiée et cette diversité génétique devrait être perçue non comme une menace mais comme une possible source d’enrichissement ». Ils ont exprimé leurs regrets concernant cette condamnation de la Pologne par la CEDH : « Le présent jugement contribuera à renforcer les préjugés contre la classe extrêmement vulnérable des personnes atteintes de trisomie 21 et à les stéréotyper négativement comme un fardeau pour leurs familles ».

    ---------------

    [1] ONE OF US / UN DE NOUS est une Fédération européenne d’associations unies pour la vie et la dignité humaine. Elle réunit 50 associations pour la défense de la vie, dont la Fondation Jérôme Lejeune pour la France. Des députés européens en font également partie.

  • Le courrier de Tucho Fernandez : le chemin de l'hérésie est pavé de dubia

    IMPRIMER

    De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le courrier de Tucho : le chemin de l'hérésie est pavé de dubia

    Sous l'ère Fernández (préfet du Dicatère pour la Doctrine de la Foi), les évêques sont de plus en plus nombreux à poser des questions sur la foi et la morale. Les réponses vont toutes dans le même sens : dans les mots, on ne touche pas à la doctrine, dans la pratique, c'est le contraire qui est clair.

    19_12_2023

    L'angle du courrier du cardinal Fernandez devient de plus en plus obtus, en ce sens qu'il s'élargit chaque semaine au fur et à mesure que le nombre d'évêques qui lui posent des questions sur la foi et la morale augmente. Cette fois, c'est au tour de Mgr Ramón Alfredo de la Cruz Baldera, évêque de San Francisco de Macorís (République dominicaine), de dénoncer le fait que certaines mères célibataires "s'abstiennent de communier par peur du rigorisme du clergé et des dirigeants communautaires". De plus, il y aurait des prêtres qui ne baptisent pas les enfants nés hors mariage. La réponse donnée par le cardinal Fernandez est essentiellement correcte : si elles reçoivent l'absolution sacramentelle pour leurs péchés, comme toute personne baptisée, ces femmes peuvent s'approcher de la Sainte Eucharistie. En ce qui concerne le baptême des enfants nés hors mariage, un passage d'un discours de l'ancien cardinal Bergoglio est cité dans lequel il stigmatise le comportement des prêtres qui refusent d'administrer le baptême à ces enfants.

    Il y a cependant quelques lacunes. La première : on ne sait pas exactement qui est l'objet de la question (la lettre complète de l'expéditeur n'est pas indiquée). Il est question de filles célibataires, c'est-à-dire de mères élevant seules leurs enfants, puis de mères ayant conçu un enfant hors mariage. Deux catégories de personnes différentes. Par ailleurs, il y a une ambiguïté sur le courage de mener une grossesse à terme, sujet abordé à la fois par Fernandez et par un discours du Pape cité par ce dernier. Il semble que toute femme qui mène à terme une grossesse non planifiée soit une héroïne. Ce n'est pas le cas. Bien souvent, aucune pression psychologique insurmontable ne pèse sur les femmes, aucune situation d'extrême pauvreté, aucune difficulté sociale particulièrement dure n'oblige à faire preuve de courage pour mettre un enfant au monde. Il est évident qu'aucune de ces conditions ne peut légitimer l'avortement.

    Nous avons mentionné que la boîte aux lettres du Card. Fernandez est de plus en plus remplie ces derniers temps. Cette dubiamania semble suspecte. Comment est-il possible qu'avant Fernandez, les questions adressées au Dicastère de la Doctrine de la Foi étaient rares et restaient généralement sans réponse et qu'aujourd'hui elles soient beaucoup plus fréquentes et toutes dignes d'une réponse ? En effet, depuis le mois de juillet de cette année, nous en avons compté pas moins de six, sans compter la déclaration Fiducia supplicans publiée pas plus tard qu'hier. On peut légitimement soupçonner que ces dubia sont dopés. En d'autres termes, on est amené à penser qu'on veut aborder certaines questions ou envoyer certains messages et on charge donc un certain Monseigneur d'écrire au Dicastère. Attention : il ne s'agit que de dubia, pas de certitudes.

    Mais au-delà de la genèse de cette dubiamania, il apparaît sans doute, pour rester dans le sujet, que le Magistère ordinaire a trouvé une nouvelle stratégie d'interprétation du munus docendi pour saper la doctrine. Il enseigne ainsi une certaine nonchalance dans l'interprétation de la Révélation et dans les bénédictions des couples homosexuels tant que ces bénédictions ne conduisent pas à une mauvaise interprétation du sens du mariage (thèse officialisée dans le dernier document du Dicastère), de l'Église comme réalité essentiellement synodale, de l'indiscutabilité du concept de "définition définitive" en ce qui concerne le sacerdoce des femmes, la validité de la confession pour certaines personnes même si elles n'ont pas exprimé leur repentir en paroles mais par un comportement concluant, il suffit de s'approcher du confessionnal pour l'exprimer, la possibilité pour les divorcés remariés d'accéder à la communion, la malice non intrinsèque de l'homosexualité et de la transsexualité, et la diminution du caractère sacré des dépouilles mortelles. En cinq mois et demi de travail, les résultats sont remarquables.

    Le protocole dubia rappelle, dans sa structure, les systèmes juridiques de common law. En simplifiant grandement, nous pourrions dire que dans les systèmes juridiques de droit civil, le magistrat applique la loi à des cas concrets. Dans les systèmes de common law, ce sont les cas concrets qui font la loi, en ce sens que les précédents jurisprudentiels sur des cas spécifiques créent une ligne directrice qui, une fois établie, servira de paradigme pour décider des futurs cas similaires. En bref, on ne cherche pas une règle concernant l'affaire à juger, mais le juge se réfère aux précédents. Mgr Fernandez imite cette approche : si un certain comportement est répandu, il n'est pas jugé par l'instrument de la doctrine, mais simplement légitimé. Les précédents dans la société sont reconnus simplement parce qu'ils existent. Ainsi, la norme de l'Église, comprise comme un dogme ou un principe défini de foi et de morale, est dépassée par la pratique qui s'en écarte. C'est l'historicisme ou l'éthique phénoménologique.

    Le stratagème est astucieux : dans les mots, du moins pour le moment, la lettre de la loi n'est pas touchée (le mariage reste indissoluble et exclusif et on ne peut pas parler de mariage homosexuel, les femmes ne peuvent pas devenir prêtres, l'Église est hiérarchique, la vérité révélée est immuable, etc.), mais dans la praxis pastorale indiquée par les responsables du Dicastère, la doctrine est plus qu'écornée.  C'est donc la casuistique qui dicte la loi. Le particulier annule la norme, qui est toujours générale.

    De plus, le protocole dubia semble plus efficace que l'instrument synodal : on n'a pas besoin d'attendre des temps bibliques pour arriver au but, de plus il contourne le problème des dissidents et celui de la recherche d'une synthèse partagée. Un doute à la fois et nous arriverons à de nouvelles certitudes hérétiques.

  • "Oui à la bénédiction des couples homosexuels". Quand le Pape accélère

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    DICASTERE POUR LA DÉMOLITION DE LA FOI

    "Oui à la bénédiction des couples homosexuels". Le Pape accélère

    Avec la déclaration Fiducia supplicans Card. Fernández (Dicastère pour la Doctrine de la Foi) bénit tout type d'union. Il suffit qu'aucun rituel ne soit organisé et qu'il ne soit pas confondu avec le mariage : l'apparence est sûre, la doctrine ne l'est pas.

    19_12_2023

    L'union de personnes de même sexe peut être bénie, à condition de ne pas être confondue avec une bénédiction nuptiale. Telle est la substance des 44 paragraphes de la Déclaration Fiducia supplicans sur le sens pastoral des bénédictions du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, publiée hier, 18 décembre 2023, et signée par le Préfet, le Cardinal Victor M. Fernández, par le Secrétaire de la Section Doctrinale, Mgr Armando Matteo, et par le Pape François.

    Voici le paragraphe central de la Déclaration : "Dans l'horizon tracé ici se trouve la possibilité de bénédictions de couples en situation irrégulière et de couples de même sexe, dont la forme ne doit pas trouver de fixation rituelle de la part des autorités ecclésiales, afin de ne pas produire de confusion avec la bénédiction propre au sacrement du mariage".

    Le document propose d'offrir "de nouvelles clarifications (...) sur le Responsum ad dubium formulé par l'ancienne Congrégation pour la Doctrine de la Foi et publié le 22 février 2021" (n. 2), dans le but de répondre aux besoins de ceux qui "n'ont pas été d'accord avec la réponse négative à la question ou ne l'ont pas jugée suffisamment claire dans sa formulation et ses motivations" (n. 3). L'intention de Mgr Fernández est de maintenir "les aspects doctrinaux" du Responsum, en les combinant de manière cohérente avec "les aspects pastoraux", qui en 2021 n'auraient pas été pris en compte de manière adéquate, alors qu'ils auraient été promus par les réponses du Pape François aux dubia des cinq cardinaux.

    Le chemin parcouru peut être résumé de la manière suivante : en accord avec le Responsum, la Déclaration continue à rejeter les bénédictions ou les rites qui pourraient apparaître comme des approbations d'unions non maritales ou qui, de quelque manière que ce soit, ressembleraient à des rites nuptiaux. Afin de laisser suffisamment de place à la clarté, la Déclaration entend placer les bénédictions "en dehors du cadre liturgique" (n. 23), comme "des actes de dévotion qui 'trouvent leur place en dehors de la célébration de l'Eucharistie et des autres sacrements'" (n. 24).

    L'Église, en outre, doit s'abstenir de faire reposer sa pratique pastorale sur la fixité de certains schémas doctrinaux ou disciplinaires (...). Par conséquent, lorsque des personnes invoquent une bénédiction, une analyse morale exhaustive ne doit pas être posée comme condition préalable pour la conférer" (n. 25). C'est donc dans ce contexte haliturgique et rituel que, selon l'Instruction, des bénédictions peuvent également être données aux couples irréguliers et de même sexe, en demandant à Dieu les grâces dont ils ont besoin à travers eux.

    Il s'agirait donc de l'approfondissement (cf. n° 26) du Responsum de 2021. Mais une fois de plus, des documents " gênants " qui le précèdent, Fernández ne sélectionne que ce qui le sert, en en déformant le sens, pour sa thèse préconstituée. Car pour le Responsum, il ne s'agit pas seulement de ne pas confondre extérieurement la bénédiction de ces couples avec le mariage - problème auquel la proposition de l'Instruction pourrait remédier. Il s'agit plutôt d'un autre problème, que Fernández ne mentionne même pas : que bénit-on lorsqu'on bénit un couple ? S'il s'agit précisément d'un couple, cela signifie que l'on bénit une relation ; sinon, on bénirait des individus. Mais, explique le Responsum, "pour être cohérent avec la nature des sacramentaux, lorsqu'une bénédiction est invoquée sur certaines relations humaines, il est nécessaire (...) que ce qui est béni soit objectivement et positivement ordonné à recevoir et à exprimer la grâce" ; et donc "seules les réalités qui sont en elles-mêmes ordonnées à servir ces desseins [de Dieu dans la Création]" peuvent être bénies.

    Lire la suite

  • Le Vatican autorise la bénédiction hors-liturgie des couples de même sexe

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits sur Réinformation TV :

    “Fiducia supplicans” autorise la bénédiction de couples homosexuels, sous conditions

    Pour les médias mainstream, l’affaire est dans le sac. « Le Vatican autorise la bénédiction hors-liturgie des couples de même sexe », proclame article après article ; BFMTV ajoute : « Une première. » L’idée que l’Eglise catholique accepte désormais de bénir les paires homosexuelles en tant que telles est dès lors acquise dans les esprits ; d’ailleurs Vatican News dit à peu près la même chose en titrant : « Une déclaration doctrinale ouvre la bénédiction à des couples irréguliers », en précisant dès le premier paragraphe de la dépêche que cela doit se faire hors liturgie :

    « Fiducia supplicans du dicastère pour la Doctrine de la foi, approuvée par le Pape, offre la possibilité de bénir les couples formés par des personnes de même sexe, en dehors cependant de toute ritualisation et imitation du mariage. La doctrine sur le mariage ne change pas et la bénédiction ne signifie pas l’approbation de l’union. »

    La déclaration Fiducia supplicans (« La confiance suppliante du peuple fidèle de Dieu ») souligne, il est vrai, qu’il s’agit d’apporter une réponse pastorale à une « situation de péché ». « Même lorsque la relation avec Dieu est obscurcie par le péché, il est toujours possible de demander une bénédiction, en lui tendant la main, comme l’a fait Pierre dans la tempête », proclame l’un des tout derniers paragraphes de cette longue déclaration signée par le préfet du dicastère, le cardinal Victor Manuel dit « Tucho » Fernandez, récemment amené de Buenos Aires à Rome par le pape François qui ne cache pas sa proximité spirituelle et intellectuelle avec le prélat argentin. Le pape a d’ailleurs signé la déclaration qui lui a été présentée par le cardinal. Avec ses 45 articles et sa publication simultanée en italien, français, anglais, allemand et espagnol, on peut penser que Fiducia supplicans a été mûrement réfléchi ; il s’agit d’ailleurs d’une sorte d’exégèse des Responsa très bavards et passablement alambiqués adressés à deux des cinq cardinaux qui avaient présenté leurs premières questions, notamment au sujet de la possibilité de bénir les couples de même sexe, au mois de juillet.

    Fiducia supplicans : la bénédiction des pécheurs ?

    Pourquoi s’en plaindre ? Lorsqu’on s’approche du sacrement de confession, c’est la première chose que l’on dit : « Bénissez-moi, mon père, parce que j’ai péché. » Ce n’est pas le péché qui attire la bénédiction : cette bénédiction est demandée pour obtenir la grâce de se bien confesser, d’accuser ses fautes comme il se doit, et dans une disposition de de repentir et d’amendement de sa vie.

    Mais comment prétendre qu’en recommandant aux prêtres de bénir « les couples » en « situation irrégulière » qui le demandent, de manière informelle si l’on veut, cet aspect pénitentiel soit au cœur de leur démarche ? Certes, c’est Dieu qui sonde les reins et les cœurs, mais le propos des couples concernés est clairement de poursuivre leur cohabitation, de s’endurcir dans le péché, de demeurer dans une situation où ils seront tentés de commettre des péchés graves, ces péchés mortels qui privent de la grâce sanctifiante, du salut éternel tant qu’ils ne sont pas confessés et n’ont pas été absous.

    Lire la suite

  • Pape François, un anniversaire qui sent les échéances

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le Monday Vatican :

    Pape François, un anniversaire qui sent les échéances

    18 décembre 2023

    Le pape François se hâte d'établir son héritage. Du moins, il semble de plus en plus pressé de laisser un héritage. Un grand livre en plusieurs langues sur sa vie et les événements historiques qui l'ont caractérisée a déjà été annoncé, avec une campagne de marketing vraiment sans précédent pour un pape. François a également fait savoir - dans une nouvelle interview accordée à la chaîne mexicaine Televisa - qu'il modifierait les rites funéraires des pontifes et qu'il avait déjà pris des dispositions pour son enterrement dans la basilique romaine et papale Sainte-Marie-Majeure.

    Et ce n'est pas tout.

    Cette même semaine, une lettre du pape aux employés du Secrétariat à l'économie a été rendue publique, dans laquelle il réaffirmait la validité des réformes économiques et soulignait les lignes directrices en matière d'investissement. Cette lettre du pape a été publiée presque simultanément avec une autre lettre, cette fois du cardinal Pietro Parolin, qui, dans un autre acte d'ingérence sans précédent, a réitéré au promoteur de la justice du Vatican son désir de voir le procès du Vatican se conclure par la condamnation des coupables.

    La lettre susmentionnée du secrétaire d'État est si irrégulière qu'elle ne peut être expliquée que comme une réponse à la volonté du pape, ou du moins à ce que le cardinal secrétaire d'État croyait être la volonté du pape.

    Les nouvelles de la semaine dernière signalent une nouvelle accélération du désir du Pape d'"emballer" le travail accompli et de le garder en sécurité. Il y a une intention d'indiquer un chemin et de le rendre permanent.

    Enfin, les réponses fréquentes du Dicastère pour la Doctrine de la Foi sur les questions les plus disparates répondent également à cette logique. Le cardinal Victor Manuel Fernandez lie constamment ses décisions en se référant non seulement au magistère ordinaire du pape François, mais aussi aux déclarations antérieures du cardinal Jorge Mario Bergoglio. Le dernier de ces documents, sur l'accès à la communion pour les mères célibataires, enfonce le clou.

    Le pape François, qui a fêté ses 87 ans le 17 décembre, est l'un des papes les plus âgés de l'histoire.

    Le pape François est aussi un pape qui a étroitement lié son enseignement à sa personne et à ses décisions personnelles. Il n'est pas tout à fait juste de dire que son pontificat a été anti-doctrinal. Aucun de ses enseignements n'a été contraire à l'enseignement établi - certainement pas en paroles - et tous sont susceptibles d'une construction orthodoxe.

    Au contraire, François a mené un pontificat très personnel.

    Toutes ses décisions se réfèrent à son expérience de lui-même, à sa manière d'être et à son point de vue. L'Église et ses enseignements semblent être relégués à l'arrière-plan avec le pape François. Tout se réfère, inévitablement, à lui.

    Il s'agit en effet d'une approche différente.

    Aussi, le pape François lie les réformes à ses décisions personnelles, qu'il justifie ensuite en disant qu'il avait un mandat et qu'il respecte la volonté de ceux qui lui ont confié ce mandat. La réforme de la curie, par exemple, serait une volonté qui a émergé lors des réunions pré-conclaves. Mais s'agit-il d'une réforme de la Curie ? Une réforme encore plus audacieuse de la curie ? S'agissait-il de mettre la curie de côté, comme l'a fait le pape François, en supprimant tous les corps intermédiaires ?

    La réforme de la curie visait à donner moins de poids au pouvoir central.

    Le premier sacrifice sur cet autel est la Secrétairerie d'État du Vatican - de plus en plus marginalisée par le pape - va de pair avec le thème de la synodalité, lui aussi développé immédiatement par le pape François. Nous sommes maintenant sur un grand chemin synodal voulu par le pape, alors que le pape François lui-même a dit que la demande de réflexion sur le chemin synodal n'arrivait qu'en deuxième position dans les sondages demandant quel thème choisir pour le synode.

    Lire la suite

  • L'existence de Jésus est prouvée historiquement (Père Yves-Marie Couët)

    IMPRIMER

    2023_12_18_09_25_59_Greenshot.png

  • L'Eglise aurait-elle vendu 30.000 bébés arrachés à leurs mères ? Mgr Terlinden nuance

    IMPRIMER

    Face à la campagne dénigrante montée par Het Laatste Nieuws dans le sillage de Godvergeten, ce n'est peut-être pas la réaction ferme que l'on attendait, mais c'est toujours ça...

    Du site de RTL info :

    Des milliers de bébés tirés à leurs mères et vendus par l'Eglise après-guerre: l'archevêque Luc Terlinden réagit au scandale

    Monseigneur Luc Terlinden était l'invité de l'émission Face à Buxant ce dimanche sur RTL TVI. L'archevêque de Malines-Bruxelles a notamment été interrogé sur le scandale qui secoue l'église catholique depuis plusieurs jours.

    Le média flamand Het Laatste Nieuws a révélé que des dizaines de milliers de femmes ont accouché clandestinement dans la Flandre catholique d'après-guerre. L'Église les a contraintes à abandonner leurs enfants, qui ont ensuite été vendus pour adoption. Certaines mères ont été placées sous anesthésie générale sans leur consentement, d'autres ont même été stérilisées sans le demander. Parfois, elles devaient signer un document renonçant à leur enfant, ou on leur disait que l'enfant était mort-né. Dans la plupart des cas, il n'y avait aucun document pour commencer leur recherche plus tard.

    Martin Buxant: Il y a plusieurs scandales qui secouent l'église catholique de Belgique, notamment en Flandre, mais pas seulement. D'abord les affaires liées à la pédophilie dans des écoles et internats catholiques. Une commission d'enquête parlementaire a été lancée. Est-ce que vous allez accompagner ces travaux?

    Luc Terlinden: Tout à fait. Nous avons confiance dans ces travaux de la commission actuelle. Comme on a déjà collaboré pleinement à la commission de 2010, qui avait fait toute une série de recommandations. Nous avons essayé au mieux d'appliquer ces recommandations. Pour nous, c'est important cette nouvelle commission. Évaluer ce qui a déjà été fait, et puis voir ce qu'on peut faire mieux ou faire davantage, aussi je pense pas seulement pour nous ou l'église catholique, mais pour toute la société.

    Martin Buxant: Aller jusqu'au bout pour faire toute la lumière sur ce qui s'est produit. Vous vous engagez à aller au bout j'imagine?

    Luc Terlinden: Oui oui, mais c'est déjà bien entamé.

    Martin Buxant: Est-ce que toutes les mesures sont prises pour l'avenir pour que ce genre de chose ne se reproduise plus jamais?

    Luc Terlinden: Depuis l'affaire Dutroux, mais surtout depuis la dernière commission de 2010, on a vraiment mis en place des procédures, notamment au niveau de la formation des futurs prêtres, avec des examens psychologiques, des formations. Même après, une fois que quelqu'un est en paroisse ou ailleurs, régulièrement il y a des sessions de formation. On essaie toujours davantage de travailler la prévention.

    Martin Buxant: Donc vous vous sentez rassuré sur ce qui est mis en place comme mesures?

    Luc Terlinden: Je pense qu'on pourra toujours améliorer ça. Le risque zéro n'existe pas, comme partout. Mais à nous de travailler pour prévenir le maximum ces choses-là. Il y a un code de conduite qui a aussi édicté par les évêques de Belgique et les supérieurs des religieux, qui est très clair et qui donne des règles qui doivent prévenir au maximum ce genre d'écart.

    Martin Buxant: Ça a été révélé cette semaine par le Laatste Nieuws, des enfants ont été volés à des mères et vendus par des nonnes. C'était après la Seconde Guerre mondiale. 30.000 disent certains rapports. Comment ça a été possible?

    Luc Terlinden: Il faut bien nuancer les choses. D'abord, ce qui est dramatique, c'est que contre la volonté d'une maman, on lui arrache son enfant. Ça, il faut le reconnaître, c'est dramatique, mais il faut le remettre dans le climat de son époque où on n'acceptait pas, on ne concevait pas qu'une maman, une femme, puisse avoir un enfant hors du mariage. C'était pas seulement dans l'église, c’était dans la société. Du coup, on a mis en place tout ce système pour différentes raisons. Parce que la famille n'acceptait, ou parce qu'une personne était trop pauvre, pour une sorte de système d'adoption. Alors les enfants n'étaient pas vendus dans bien des cas. Ce qu'il y a, c'est que quand vous adoptez aujourd'hui, on vous demande quand même une petite contribution qui sert à couvrir les frais. Dans bien des cas, c'était ça en fait, on a demandé à la famille qui adoptait…

    Martin Buxant: Mais vous ne nuancez pas quand même l'horreur de ce que disent les témoignages de certaines mères.

    Luc Terlinden: Comme je l'ai dit, ça reste un drame. Mais le contexte global, il faut le voir. De même que le chiffre de 30.000, on ne sait pas très bien d'où il sort. Il y a une commission au parlement flamand, où on avait demandé qu'une enquête soit faite. Elle n'a toujours pas été réalisée. Une enquête indépendante de l'église. Nous attendons toujours cette enquête. J'espère que ce sera l'occasion de redémarrer cette enquête pour qu'on puisse travailler sur une base objective et faire la vérité.

    Martin Buxant: Est-ce que vous pensez que le pape François doit avoir des mots pour les fautes de l'église catholique belge?

    Luc Terlinden: Oui, mais il l'a fait dans le passé, dans ses voyages passés. Donc je ne doute pas qu'il portera dans son cœur ce souci-là.

  • La guerre peut-elle être juste ? (Club des Hommes en Noir)

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    La guerre peut-elle être juste ?

    Alors que la paix de Noël approche désormais à grands pas, la guerre fait rage aujourd’hui dans plusieurs points du monde. C’est notamment le cas en Ukraine, en Terre sainte et en Asie, la Chine communiste menaçant Taïwan qui mobilise en urgence.

    Face à ce phénomène qui dément les théories de paix universelle et de fin de l’Histoire, la guerre s’impose comme un fait. Mais peut-elle être un bien et peut-elle être juste ? Quelle est la position de l’Église catholique ? Pur pacifisme ou guerre raisonnée ? La guerre moderne, industrielle, économique, cybernétique, a-t-elle rendu obsolète la doctrine de l’Église en la matière ?

    Pour cette avant-dernière émission de l’année 2023, Philippe Maxence reçoit l’abbé Grégoire Célier, l’abbé Marc Guelfucci, l’abbé Hervé Benoît et Jean-Pierre Maugendre.

  • L’adoration silencieuse au cœur de la liturgie (Liturgie, 40) par le Dr Denis Crouan

    IMPRIMER

    Liturgie 40 ‒ L’adoration silencieuse au cœur de la liturgie, par le Dr Denis Crouan (39 mn) 

    https://youtu.be/w6cdwCy1LQc  

    Après la première partie du cours qui abordait l'histoire de la liturgie, nous abordons certains points de la théologie de la liturgie.  

    Dans cette leçon le docteur Denis Crouan aborde le cœur du cœur de la liturgie, ce qui fait qu’elle pourra revivre partout dans nos paroisses, à savoir sa dimension surnaturelle : Dans ses enseignements, Joseph Ratzinger/Benoît XVI défend l’unité indissociable entre la célébration de la liturgie, l’adoration eucharistique silencieuse, et la mission sociale qui découle d’une authentique dévotion eucharistique.  

    Le lien étroit entre la célébration de la liturgie et la pratique de l’adoration eucharistique ne figure pas de façon explicite dans la catéchèse ou la théologie ; mais l’enseignement des papes ainsi que l’expérience des membres de l’Église, en particulier des saints, établissent clairement ce lien. Le don de la présence du Christ dans la Sainte Eucharistie découle directement de la liturgie ; par conséquent, l’adoration du Très Saint-Sacrement renforce la préparation à la messe et la participation active et fructueuse à la liturgie.  

    Une Eucharistie qui ne se traduit pas en une pratique concrète de l’amour est en elle-même tronquée.  

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2023 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Institut Docteur Angélique 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan, denis.crouan@wanadoo.fr; 2022-2023 

  • Synode : au niveau local, on se remet au travail grâce à une feuille de travail pratique sur la consultation synodale

    IMPRIMER

    De Lieve Wouters sur kerknet :

    Au niveau local, on se remet au travail grâce à une feuille de travail pratique sur la consultation synodale

    15 décembre 2023

    Le conseil synodal a publié une fiche de travail concrète pour préparer localement la prochaine session du synode (octobre 2024). A découvrir ici.

    Le texte final de la première session du synode à Rome en octobre dernier contenait 273 paragraphes avec des propositions concrètes sur des sujets impactants comme le diaconat féminin, l'abolition du célibat obligatoire mais aussi l'adaptation du droit canonique (par exemple sur l'homosexualité). 

    > Relire : Décharge lors de la présentation du rapport final du synode (vidéo)

    L'objectif de la fiche de travail est d'approfondir et d'élargir l'expérience synodale au niveau local. Il s'agit en premier lieu des conseils pastoraux des diocèses, qu'il est préférable d'élargir pour l'occasion avec des experts (théologiens, juristes ecclésiastiques, psychologues, travailleurs sociaux). Mais les paroissiens sont également invités à faire entendre leur voix et à faire l'expérience d'une pratique synodale dynamique.

    Les échos de ce nouveau cycle de consultations peuvent être transmis au secrétariat du synode par l'intermédiaire de la conférence épiscopale jusqu'au 15 mai 2024.

    Le temps est donc à nouveau très court pour envoyer des idées et des expériences de la base, mais la réflexion ne doit pas s'arrêter après le 15 mai. L'intention est de créer à la base une habitude de réflexion et d'échange ensemble de manière synodale.

    Le secrétariat du synode lui-même encouragera également la réflexion en soulevant les questions clés du rapport de synthèse avec les divisions de la curie et en les soumettant au pape. Des groupes d'experts de tous les continents seront ensuite chargés d'affiner la réflexion afin que la deuxième session du synode, en octobre 2024, puisse s'ouvrir sur un rapport sur lequel les participants pourront ensuite échanger afin de parvenir enfin à des décisions concrètes. Ensuite, il reviendra à nouveau au pape de les transformer en un document contraignant depuis sa position d'autorité.

    Explorer la feuille de travail

    La fiche de travail est présentée comme une "aide possible". La consultation synodale ne doit pas se limiter à cette fiche. Elle se compose de 10 points.

    1. Transmettre les expériences de la réunion d'octobre, faire connaître le rapport de synthèse et diffuser largement la Lettre au peuple de Dieu. Cela peut se faire, par exemple, en fournissant des documents dans la langue nationale et en utilisant les médias (ecclésiastiques).

    2. Continuer à pratiquer la synodalité aux niveaux paroissial, diocésain, national et continental. Suggestion : choisir 3 priorités parmi les 20 thèmes du rapport de synthèse ou 3 initiatives concrètes parmi les différentes propositions de la synthèse qui peuvent être immédiatement appliquées au niveau local.

    3. Expérimenter concrètement la méthode synodale de la " conversation dans l'Esprit " lors de rencontres et de réunions dans les paroisses, les mouvements, les communautés, les diocèses).

    4. Former les animateurs à l'écoute et au discernement.

    5. Impliquer davantage tous les baptisés dans le processus synodal et écouter les personnes en marge comme les pauvres, les migrants, les jeunes et les femmes, ainsi que les prêtres qui ont été jusqu'à présent peu impliqués dans le processus synodal ?

    6. Parmi les " Questions à explorer " (dans le rapport de synthèse), choisissez un ou deux sujets à explorer en relation avec des questions locales et demandez l'aide d'experts.

    7. Choisir et discuter 2 ou 3 initiatives locales ou bonnes pratiques de synodalité qui seraient intéressantes pour d'autres et les envoyer au secrétariat du synode pour publication sur le site web.

    8. Approfondir la définition et la compréhension de la synodalité dans notre contexte culturel. Pour ce faire, utiliser le chapitre 1 du Rapport de synthèse sur la synodalité : Expérience et compréhension.

    9. Mettre en œuvre et approfondir la dimension spirituelle de la synodalité au niveau local. Envisager des exercices spirituels liés au thème de la synodalité.

    10. Impliquer les instances participatives dans la préparation de la prochaine session du synode.
    Proposer des initiatives concrètes de formation à la synodalité aux centres de formation et aux facultés de théologie. Commencer par consulter les responsables de formation. Travaillez ensuite sur les questions à examiner et faites part de vos conclusions aux Conférences épiscopales.

    Découvrez la fiche complète

  • Analyse du synode : de quelle Église accouche-t-il ?

    IMPRIMER

    De la Revue mensuelle « La Nef » (décembre 2023) :

    La première partie du synode sur la synodalité voulu par le pape François s’est déroulée du 4 au 29 octobre à Rome. Quel bilan tirer de ce synode ? Quelles pistes de réformes annonce-t-il ? Est-il un synode de rupture ou de continuité ? Comment a-t-il été reçu par les différentes sensibilités de l’Eglise ? Cet article vous offre une analyse et une vue de surplomb sur cet événement ecclésial.

    «Il faut que tout change pour que rien ne change ». C’est peut-être la célèbre phrase de Tancredi Falconeri dans Le Guépard de Lampedusa qui vient à l’esprit lorsqu’on se hasarde à tirer un bilan d’étape de la XVIe Assemblée générale du synode des évêques sur la synodalité, à l’issue de sa première session plénière qui s’est tenue à Rome du 4 au 29 octobre 2023.

    « Il faut que tout change… »

    En apparence, le processus décidé et mis en œuvre par le pape François depuis 2021 semble vouloir imprimer des changements majeurs à l’Église, comme en témoignent la structure adoptée pour le Synode, la forme des débats retenue et les thématiques discutées.

    Tout d’abord, s’agissant de la structure, le pape François a posé, en avril 2023, un geste spectaculaire et sans précédent. En contradiction avec le Code de Droit canonique (can. 346, § 1) ainsi qu’avec sa propre constitution apostolique Episcopalis Communio du 15 septembre 2018, qui prévoient que seuls peuvent composer une assemblée synodale les évêques ainsi qu’un petit nombre de supérieurs d’instituts religieux masculins, le Souverain Pontife n’a pas hésité à désigner, parmi les 364 membres votants, des religieuses et surtout 70 laïcs (hommes et femmes). La conséquence est qu’une proposition peut désormais être adoptée par le synode, alors même qu’elle ne réunirait pas deux tiers des voix des évêques. Cette décision papale n’a pas été sans provoquer quelques remous, puisqu’un certain nombre de canonistes sont allés jusqu’à contester la « nature épiscopale » de cette assemblée synodale ainsi composée. Et si, pour répondre à ces critiques, le pape a souligné que ce « processus synodal » récupérait une ancienne pratique chrétienne qui n’avait jamais été perdue dans l’Orient chrétien, il est à noter qu’aucun des délégués orthodoxes et catholiques de rite oriental conviés à Rome n’ont reconnu dans ledit processus ce qu’ils entendaient dans leurs Églises respectives par le terme de « synode ».

    Ensuite, concernant la forme retenue pour les débats, une innovation remarquée a également eu lieu : à la place de discours tenus par des orateurs juchés sur une estrade et s’adressant à l’assemblée, le choix a été fait – synodalité oblige – de répartir les 364 membres en 35 groupes (les « circuli minores »). Le tout conjugué avec une méthodologie très stricte gouvernant les débats, largement inspirée de la spiritualité ignacienne : chaque groupe s’est vu attribuer des questions précises à débattre et ces questions ont fait l’objet d’un triple tour de table, strictement chronométré, afin de permettre aux participants d’exprimer, en toute égalité, les « résonances ressenties ». Après ces discussions, un rapporteur désigné pour chaque groupe a été chargé d’en présenter la teneur à l’assemblée plénière, avec ses convergences, ses divergences et ses interrogations. Pour finir, le 29 octobre, un rapport de synthèse de 42 pages a été adopté, détaillant les questions à approfondir et formulant 81 propositions qui, « après des recherches canoniques, théologiques et pastorales », devront être tranchées lors de la seconde session du synode en octobre 2024.

    Lire la suite

  • La nouvelle Pologne, heureuse et européenne, ne doit rien à voir avec l'ancienne, catholique et traditionnelle

    IMPRIMER

    De Pawel Lisicki sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    La "nouvelle" Pologne anti-catholique est née

    Le nouveau gouvernement du Premier ministre Donald Tusk est formé sous la bannière de l'agenda bruxellois : perte de souveraineté, écologisme, droit à l'avortement et droits LGBTQ+.

    15_12_2023

    Le 11 décembre, Donald Tusk a été élu premier ministre polonais par le parlement et, le 13 décembre, il a prêté serment devant le président de la République, Andrzej Duda. Nous avons demandé au journaliste Pawel Lisicki, rédacteur en chef de l'hebdomadaire "Do Rzeczy", d'analyser la situation polonaise.

    Le nouveau Premier ministre polonais Donald Tusk a promis de redonner à son pays "la place qui lui revient en Europe". Selon lui, le temps est venu de mettre fin à une impasse froide de huit ans entre Varsovie et Bruxelles. Cela semble être une bonne chose, mais qu'est-ce que cela signifie dans la pratique ?

    Donald Tusk a présenté sa vision d'une Pologne nouvelle et progressiste au cœur de l'UE, dans le discours qui lui a permis de remporter un vote de confiance au Parlement. Mais il n'a pas expliqué ce qu'est exactement une "Pologne progressiste". En fait, son discours comportait de nombreuses contradictions et incohérences. D'une part, il a déclaré au Parlement polonais que "la Pologne retrouvera sa position de leader dans l'Union européenne", d'autre part, il a ajouté que "toute tentative de modifier les traités qui vont à l'encontre de nos intérêts est hors de question... personne ne me surpassera au sein de l'UE".

    Comment cela est-il possible si la tentative de limiter la position polonaise était l'objectif principal de Bruxelles ? Comment la Pologne peut-elle "regagner" quelque chose qu'elle n'a pas du tout perdu ? C'est Bruxelles qui tente de modifier les traités, alors comment Tusk peut-il prétendre qu'il sera à la fois contre et en faveur d'une meilleure coopération avec la Commission européenne ? M. Tusk est un ancien président du Conseil européen et un ancien dirigeant du Parti populaire européen, il devrait donc parfaitement savoir quel est l'objectif réel des modifications des traités européens. Il a promis de "restituer à la Pologne des milliards d'euros" de fonds européens, qui ont été gelés en raison d'un différend entre Bruxelles et le gouvernement sortant de Droit et Justice (PiS) sur des questions d'État de droit. Mais comment la Pologne parviendra-t-elle à le faire sans perdre sa souveraineté ?

    Fin novembre de cette année, le Parlement européen a voté sur le rapport de la commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen (AFCO) recommandant des changements aux traités de l'UE. Le document envisage, entre autres, le transfert de plus de compétences des Etats membres vers l'UE, ce qui réduirait encore leur souveraineté. Les nouveaux domaines dans lesquels les États membres devraient céder leur autorité et se soumettre à la compétence exclusive de l'Union sont le climat et l'environnement.

    On peut donc s'attendre à ce que Bruxelles décide du type de voitures que les Polonais peuvent conduire et où ils peuvent les conduire, s'ils doivent payer des quotas de CO2 pour chauffer leurs maisons, et bien d'autres questions en conséquence. Les décisions relatives au climat et à l'environnement seront imposées par la Commission européenne, comme c'est le cas dans d'autres domaines où l'UE dispose déjà d'une compétence exclusive, tels que la politique commerciale commune. Il s'agira de la version la plus radicale de la politique verte, le "Green Deal". Le projet de modification du traité prévoit d'abaisser le seuil de vote au Conseil : de 55 % des pays, représentant 65 % de la population de l'UE, à 50 % des pays, représentant 50 % de la population de l'UE. Ainsi, il sera plus facile de faire passer les propositions de la Commission, tandis qu'il sera plus difficile de bloquer quelque chose. La Pologne perdrait effectivement son droit de veto. Le précédent gouvernement PiS ne l'a pas accepté, mais le nouveau ne s'y opposera pas.

    Lire la suite