Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 10

  • France : l'avortement constitutionnalisé, et maintenant ?

    IMPRIMER

    De Gregor Puppinck (ECLJ) :

    Après l’échec historique de la constitutionnalisation de l’avortement, l’heure est au bilan. Pourquoi avons-nous échoué, et quelles actions s’imposent à présent au service de la vie et de la France ?

    Tout d’abord, le bilan

    L’avortement est vendu en France comme une conquête du féminisme, comme une liberté de la femme et une condition de son égalité. C’est historiquement douteux. Le mouvement féministe des années 1960 représenté alors par La maternité heureuse a été rapidement dominé par un autre courant, issu de la tradition néomalthusienne et de la franc-maçonnerie : le groupe Littré. C’est ce courant masculin, mené par le Dr Pierre Simon, qui a intégré La maternité heureuse au sein de la Fédération Internationale du Planning Familial, et qui en a fait un instrument de revendication de la légalisation de l’avortement. Cette « capture » a d’ailleurs provoqué des démissions au sein de l’ex-Maternité Heureuse, dont celle de sa fondatrice et présidente, Marie-Andrée Weill Hallé, qui était opposée à l’avortement.

    Depuis, le Planning familial français a fait cause commune avec l’idéologie franc-maçonne. Celle-ci conçoit l’avortement comme un bien, une liberté affirmant la toute-puissance de la volonté individuelle sur la vie reçue de Dieu. Le féminisme occupe une place secondaire dans cette idéologie, et se conçoit comme une révolte de la femme contre la condition féminine et maternelle, bien loin de l’idéal de La maternité heureuse.

    Il faut avoir le courage et la lucidité de regarder en face cet arrière-plan idéologique pour comprendre la portée de l’inscription dans la Constitution de l’affirmation selon laquelle l’avortement serait une liberté.

    Il a parfois été soutenu que l’avortement n’aurait pas sa place dans la Constitution. Sur le plan juridique, certainement, mais il en va différemment au plan symbolique. Une Constitution définit un peuple, contient et exprime son identité et ses valeurs. Les lois fondamentales du Royaume de France reconnaissaient le Catholicisme comme religion officielle. En se déclarant laïque, la République a adopté une composante essentielle de la pensée franc-maçonne. Elle est à présent allée plus loin en déclarant la « liberté d’avorter ».

    Consacrer l’avortement comme une liberté et non plus comme une exception, et la « liberté d’avorter » comme une valeur de la République a des implications philosophiques et religieuses radicales. Cela manifeste l’adhésion à une conception matérialiste et volontariste de l’être humain qui affirme la domination de la volonté sur l’être, de la volonté individuelle sur la vie humaine. Du point de vue ordinaire, profane, l’avortement est un acte destructeur, et donc négatif. Mais tel n’est pas le cas du point de vue de ses promoteurs qui y voient au contraire un acte positif d’affirmation de soi. C’est une conception terrible de l’être humain qui estime que la destruction volontaire de la vie humaine est l’expression de la liberté humaine, et même son sommet, car ce serait la forme la plus élevée d’autonomie. C’est cette même conception qui porte la promotion de la mort volontaire comme une liberté et une expression de la dignité humaine.

    Pour le peuple profane, le recours massif à l’avortement a pour effet de l’obliger à croire que l’être humain n’a pas d’âme, mais n’est qu’un corps doté progressivement de facultés intellectuelles, car si l’enfant à naître est animé, alors nous serions des assassins. Dès lors, il devient insupportable de regarder le fœtus et de voir en lui notre humanité. Le silence et le déni s’imposent.

    Consacrer l’avortement comme une liberté, et la liberté d’avorter comme une valeur de la République implique l’adhésion à une anthropologie tellement spécifique que son inscription dans la Constitution revient à en faire une croyance officielle de la République, un substitut de religion d’État. C’est une nouvelle étape de l’affirmation publique de la franc-maçonnerie comme église de la République, ainsi que le déclarait en substance M. Macron devant le Grand Orient de France le 9 novembre 2023. Il avait d’ailleurs rendu hommage à cette occasion au Grand Maître et docteur Pierre Simon, principal artisan de la libéralisation de la contraception et de l’avortement en France.

    Lire la suite

  • Quelle sera l'influence du cardinal Fernández sur la réponse du Vatican à l'idéologie du genre ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Comment le cardinal Fernández influencera-t-il la réponse du Vatican à l'idéologie du genre ?

    ANALYSE : Le Vatican a déjà abordé le sujet, mais le nouveau chef du bureau de doctrine devrait laisser sa marque distinctive sur le document à venir.

    4 avril 2024

    Lorsque le Vatican publiera, le 8 avril, un document sur la dignité humaine qui abordera l'idéologie du genre, ce ne sera pas la première fois que Rome s'attaquera à ce sujet dérangeant. Le pape François s'est souvent exprimé sur ce phénomène, qui soutient que l'identité d'une personne est indépendante de son sexe corporel, et l'a qualifié le mois dernier de "danger le plus affreux de notre temps".

    Mais étant donné que le nouveau document sera la première évaluation complète de l'idéologie du genre publiée par le plus haut bureau doctrinal du Vatican, il s'agira probablement de l'intervention la plus ambitieuse à ce jour, fournissant des conseils aux diocèses catholiques, aux ministères et aux individus dans le monde entier.

    Cependant, Dignitas Infinitas, comme le texte est appelé, se distinguera également des autres interventions notables du Vatican sur le sujet d'une autre manière essentielle : Il portera probablement l'empreinte théologique du cardinal Victor Manuel Fernández, son architecte en chef présumé.

    Depuis qu'il est devenu préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi en septembre 2023, le prélat argentin et confident de longue date du pape François a marqué de son empreinte la doctrine de l'Église à travers un torrent de documents d'enseignement et de clarifications qui, selon certains, ont subverti la vérité doctrinale en faveur d'exceptions pastorales.

    Aucun n'a été plus sismique que Fiducia Supplicans, la déclaration controversée de décembre 2023 qui autorisait les ecclésiastiques à donner des bénédictions non liturgiques aux couples sexuels du même sexe, suscitant la confusion et des réactions négatives dans le monde entier.

    Étant donné que Dignitas Infinitas devrait se concentrer sur un sujet aussi controversé que l'idéologie du genre, ainsi que sur d'autres préoccupations telles que les mères porteuses et la chirurgie de changement de sexe, il pourrait s'agir du document le plus important de la DDF produit pendant le mandat du cardinal Fernández jusqu'à ce jour.

    Compte tenu de la théologie particulière du cardinal Fernández, il convient d'examiner à l'avance comment le préfet de la DDF pourrait influencer non seulement le texte à venir, mais aussi l'engagement de l'Église à l'égard de l'idéologie du genre de manière plus générale.

    Interventions précédentes

    Pour être clair, le cardinal Fernández n'a pas travaillé à partir de rien pour rédiger la réponse du Vatican à la confusion sur le genre et l'identité sexuelle.

    Tout d'abord, le pape François a depuis longtemps critiqué l'idéologie du genre, ce qu'il a fait dans des interviews et des discours, mais aussi dans des documents magistraux tels que Laudato Si et Amoris Laetitia. Dans le premier, par exemple, le pape a écrit que "valoriser son propre corps dans sa féminité ou sa masculinité est nécessaire" et a déclaré que "ce n'est pas une attitude saine qui chercherait à 'annuler la différence sexuelle parce qu'elle ne sait plus comment l'affronter'".

    Le Vatican a également abordé le sujet de manière plus spécifique, la Congrégation pour l'éducation catholique (qui fait désormais partie du Dicastère pour la culture et l'éducation) ayant publié en 2019 un document intitulé "Homme et femme, il les a créés" sur "la question de la théorie du genre dans l'éducation". Le document décrit l'idéologie du genre comme une "désorientation anthropologique" qui est devenue "une caractéristique répandue de notre paysage culturel", déstabilisant la famille et annulant les différences entre les hommes et les femmes.

    Lire la suite

  • Ce que l'Eglise a apporté aux Indiens des Amériques (KTO)

    IMPRIMER

    De KTO télévision :

    Ce que l’Eglise a apporté aux amérindiens

    04/04/2024

    On imagine volontiers la colonisation des Amériques comme une période sombre de l’histoire de l’Eglise, marquée par la persécution des indigènes, la destruction des temples et des idoles, les massacres et les baptêmes forcés. Bien que les violences inhérentes à la colonisation ne peuvent être niées, il s’agit d’une image trompeuse de la réalité historique. Loin de toujours s’opposer, les coutumes amérindiennes et les croyances chrétiennes ont souvent coexisté en bonne intelligence. L’émission Au Risque de l’Histoire propose de revenir sur les relations complexes entre l’Eglise et les populations amérindiennes pendant la colonisation. « Il n’y a pas eu de véritable rupture entre les anciennes croyances et le christianisme. Très vite, ces croyances ont été considérées comme relevant de la coutume et l’Eglise les a laissé être pratiquées. Elles ne sont donc pas en opposition avec des croyances chrétienne mais simplement à côté », explique Carmen Bernand, historienne et ethnologue. « L’Eglise accepte rapidement les appropriations et même les innovations populaires. Ce va-et-vient entre créativité populaire et hiérarchie, dès l’époque du Concile de Trente, est vraiment ce qui fait la force de l’Église en Amérique latine », ajoute Serge Gruzinski, Directeur de recherche émérite au CNRS.

  • Que dira le nouveau document du DDF ?

    IMPRIMER

    Du Pillar :

    Que dira le nouveau document du DDF ?

    2 avril 2024

    Le dicastère pour la doctrine de la foi publiera la semaine prochaine un document sur la dignité humaine promis depuis longtemps, avec une conférence de presse prévue le 8 avril.

    La déclaration, intitulée Dignitas infinita, sera présentée lors de la conférence de presse par le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du dicastère doctrinal, le père Armando Matteo, secrétaire doctrinal du département, et un théologien italien.

    Le cardinal Fernández parle de la nouvelle déclaration depuis décembre, indiquant qu'elle sera moins controversée que Fiducia supplicans, la dernière déclaration de la DDF, publiée à la fin de l'année dernière. 

    Alors que le cardinal cherchait à calmer la controverse sur la réception de Fiducia, qui permettait aux prêtres d'offrir des bénédictions aux personnes ayant des relations homosexuelles, Mgr Fernández a déclaré que le prochain document du dicastère traiterait "non seulement des questions sociales, mais aussi d'une forte critique des questions morales telles que la chirurgie de changement de sexe, la maternité de substitution et l'idéologie du genre", et a prédit qu'il s'avérerait moins controversé que Fiducia.

    Mais la déclaration devant traiter d'un sujet toujours controversé, que pourrait dire exactement le texte - et sur quels documents récents du Vatican s'appuiera-t-il ?

    Textes non publiés

    Mgr Fernández a déclaré que Dignitas Infinita avait fait l'objet d'un processus de consultation rigoureux, la publication faisant suite à une récente série de consultations finales avec l'ensemble des cardinaux membres du Dicastère pour la doctrine de la foi, après plusieurs ébauches antérieures.

    Toutefois, les textes publiés et non publiés du département doctrinal peuvent déjà donner une indication probable de ce que le DDF prévoit de dire dans sa déclaration la semaine prochaine.

    Alors que certains activistes au sein et autour de l'Église ont fait pression pour que les diocèses adoptent des attitudes laïques en matière de sexe et de genre, beaucoup ont demandé des conseils à leurs conférences épiscopales locales et à Rome sur la façon de traiter les cas individuels de personnes se présentant comme transgenres et demandant soit l'accès à certains sacrements, soit de remplir certains rôles dans la vie ecclésiastique.

    En 2018, la CDF de l'époque avait déjà préparé un texte pour un document traitant de la théorie du genre, des questions dites de transgenre et d'une série de sujets connexes. 

    Comme The Pillar l'a précédemment rapporté, l'USCCB (épiscopat des USA) avait également préparé son propre document sur les mêmes questions et était prêt à le publier. Cependant, après l'avoir envoyé au DDF pour examen, le texte a été mis de côté à la demande des Romains, dans l'attente d'une éventuelle publication du Vatican sur le même sujet. 

    Dans l'intervalle, plusieurs diocèses ont publié leurs propres orientations et politiques pour répondre aux cas locaux en suspens ou urgents.

    Bien que la déclaration finale qui doit être publiée la semaine prochaine ait fait l'objet de plusieurs cycles de consultation et de révision, il est probable que le texte soit fortement influencé par le texte non publié du DDF de 2018, précédemment obtenu par The Pillar, qui affirmait que "le sexe d'une personne est une réalité complexe, dont l'identité est composée d'éléments physiques, psychologiques et sociaux".

    "Certaines [personnes], partant d'une vision erronée de la personne, veulent séparer, voire opposer les différents éléments qui composent le sexe d'une personne. Ils créent une dichotomie entre les aspects corporels et psycho-sexuels de la personne", a écrit la CDF en 2018.

    Lire la suite

  • De François ou de Mgr Gänswein, qui faut-il croire ?

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    La revanche de François sur Gänswein est pleine d'inexactitudes

    Dans son livre, le pape revient sur ses relations avec son prédécesseur, contre le secrétaire de Ratzinger qui avait nié la "légende" de l'harmonie entre les deux papes. Il s'exprime aussi sur le conclave de 2005, mais les témoignages ne concordent pas.

    3 avril 2024

    Tout en appelant à la paix pour le monde, François ouvre de nouveaux fronts de guerre dans l'Église. Il l'a fait avec des déclarations accordées au journaliste espagnol Javier Martinez-Brocal dans le livre-interview 'El sucesor'. Dans les avant-premières diffusées ces heures-ci, le pape s'est exprimé sur la relation avec Benoît XVI sans épargner les critiques sévères à l'égard de Monseigneur Georg Gänswein.

    On peut reprocher au fidèle secrétaire privé de Ratzinger d'avoir réfuté une fois pour toutes dans son livre 'Rien que la vérité' le récit d'une cohabitation harmonieuse entre le pontife régnant et son prédécesseur retiré au monastère Mater Ecclesiae. Commentant le contenu du livre écrit à quatre mains par Gänswein avec le journaliste Saverio Gaeta, Bergoglio a d'une part affiché sa supériorité en affirmant que "bien sûr, cela ne m'affecte pas, dans le sens où cela ne me conditionne pas", tandis que d'autre part il a exprimé toute sa colère parce que ce livre "le mettrait sens dessus dessous, en racontant des choses qui ne sont pas vraies".

    'Rien que la vérité' a dévoilé le contexte dans lequel Mgr Gänswein a été limogé en 2020 de son poste de préfet de la Maison pontificale, prétendument pour ne pas avoir empêché Benoît XVI de publier un texte de défense du sacerdoce dans le désormais célèbre 'From the Depths of Our Heart' (Cantagalli publisher) écrit par le cardinal Robert Sarah peu après le Synode sur l'Amazonie. Mgr Gänswein a raconté que le pape n'avait pas écouté la demande de son prédécesseur de le réintégrer en tant que préfet de la Maison pontificale. Les faits confirment que Gänswein, après l'éclatement de l'affaire Sarah, n'est plus revenu aux côtés du pape régnant lors des audiences publiques, tout en conservant formellement son poste.

    Toujours à l'encontre de l'archevêque allemand, François a déclaré à Martinez-Brocal qu'il avait "vécu comme un manque de noblesse et d'humanité" la diffusion en avant-première de Rien que la vérité le jour des funérailles.

    Au-delà de la critique elle-même, il ne faut pas cacher la stupéfaction de ceux qui n'oublient pas l'attitude de François pendant les jours d'exposition et d'enterrement de son prédécesseur. Il ne s'est pas rendu à la basilique Saint-Pierre pour prier devant le corps, il s'est entêté à confirmer l'audience générale du mercredi dans la salle Paul VI malgré les conseils des cardinaux et des collaborateurs qui ont à peine réussi à le convaincre de reporter les funérailles de quelques jours pour permettre aux cardinaux du monde entier d'arriver à Rome à temps. Tout le monde se souvient alors de l'homélie courte et dépersonnalisée ainsi que de la précipitation du Pape lors des funérailles.

    Au-delà du jugement sur les questions doctrinales et pastorales du pontificat en cours, c'est à ce moment-là qu'est apparue cette composante du caractère qui a souvent conduit François à prendre des décisions amèrement incompréhensibles au cours de ces onze années. L'expulsion de Mgr Gänswein du Vatican un mois plus tard, sans autre affectation, a clos le tableau.

    Depuis quelque temps, au mépris de l'évidence et parfois du ridicule, certains ont dû conseiller au pape de présenter un récit très différent de sa relation avec Ratzinger, en distinguant ce dernier des "ratzingeriens" qui l'auraient utilisé contre lui. Même Mgr Gänswein, l'homme qui a été à ses côtés jusqu'à la fin et qui a été son exécuteur testamentaire, s'est retrouvé dans ce cercle. Dans le livre d'entretiens 'El sucesor', cette volonté de présenter une relation probablement différente de la réalité est peut-être à l'origine des quelques contradictions de l'interviewé. François n'a pas hésité à rendre public son récit du conclave de 2005.

    Lire la suite

  • J.K. Rowling (Harry Potter) sera-t-elle inquiétée en raison de ses propos sur les transgenres ?

    IMPRIMER

    De Tyler Arnold sur CNA :

    Les commentaires de J.K. Rowling sur les transgenres pourraient violer la nouvelle loi sur les discours de haine, selon un fonctionnaire

    Les détracteurs du projet de loi sur les discours de haine craignent qu'il ne criminalise les propos de personnes telles que l'auteur J.K. Rowling, qui a déclaré que les "femmes transgenres" n'étaient pas des femmes à proprement parler.

    2 avril 2024

    Une nouvelle loi sur les discours de haine, entrée en vigueur lundi en Écosse, pourrait donner lieu à des enquêtes sur les personnes, comme l'auteure J.K. Rowling, qui désignent les transgenres par leur sexe biologique plutôt que par leur identité de genre autoproclamée, a déclaré un ministre écossais.

    En vertu de la nouvelle loi, qui est entrée en vigueur le 1er avril, une personne risque jusqu'à sept ans de prison pour avoir attisé la haine contre une personne en raison de son "identité transgenre". La loi élargit les lois existantes sur les discours de haine qui interdisaient déjà d'attiser la haine sur la base de la race d'une personne.

    La loi n'interdit pas explicitement ce que l'on appelle le "misgendering", c'est-à-dire le fait de désigner une personne transgenre par son sexe biologique plutôt que par son identité de genre autoproclamée.

    Toutefois, selon le Telegraph, la ministre écossaise des victimes et de la sécurité communautaire, Siobhian Brown, a déclaré dans une interview accordée à BBC Radio 4 Today que la police aurait toute latitude pour enquêter sur ce type de commentaires et sur Rowling, qui a critiqué ouvertement l'idéologie du genre. 

    "Il y a un seuil très élevé, qui est dans la loi, qui serait du ressort de Police Scotland, et ce qui devrait être dit en ligne ou en personne serait menaçant et abusif", a déclaré M. Brown à BBC Radio 4 Today, selon The Telegraph. 

    M. Brown a fait remarquer que la loi n'érigeait pas explicitement en crime le fait d'attribuer un "mauvais genre" à quelqu'un. Mais lorsqu'elle a été interrogée sur un conseiller du Scottish National Party qui a déclaré que Mme Rowling n'avait "pas le droit de mettre les gens mal à l'aise et de changer le genre de quelqu'un", Mme Brown a répondu que "c'est à la police d'évaluer ce qui se passe".

    Toutefois, Mme Brown a également déclaré qu'elle ne pensait pas que la loi rendait illégal le fait de transmettre "une opinion personnelle qui est difficile ou offensante" et a ajouté : "Nous respectons la liberté de chacun d'exprimer ses opinions et ses opinions : "Nous respectons la liberté d'expression de chacun, et personne dans notre société ne devrait vivre dans la peur ou avoir l'impression de ne pas être à sa place.

    Que dit J.K. Rowling du transgendérisme ?

    J. K. Rowling, auteur de la série à succès Harry Potter, a ouvertement critiqué l'idée d'autoriser les hommes biologiques s'identifiant à des femmes à pratiquer des sports féminins et à fréquenter les vestiaires féminins. Elle utilise fréquemment les pronoms masculins pour désigner les hommes biologiques qui s'identifient comme des femmes et a continué à le faire le 1er avril en dépit de la nouvelle loi écossaise. Elle a récemment mis au défi la police écossaise de l'arrêter. 

    Depuis plusieurs années, les femmes écossaises subissent des pressions de la part de leur gouvernement et des membres des forces de police pour qu'elles nient l'évidence de leurs yeux et de leurs oreilles, répudient les faits biologiques et adoptent un concept néo-religieux du genre qui n'est ni prouvable ni testable", a déclaré Mme Rowling dans une série de messages sur X. "La redéfinition de la 'femme' est une question d'équité et d'équité.

    La redéfinition du terme "femme" pour y inclure tout homme qui se déclare comme tel a déjà eu de graves conséquences sur les droits et la sécurité des femmes et des filles en Écosse, l'impact le plus fort étant ressenti, comme toujours, par les plus vulnérables, y compris les femmes détenues et les victimes de viol", a poursuivi Mme Rowling. 

    "Il est impossible de décrire ou d'aborder avec précision la réalité de la violence et des violences sexuelles commises à l'encontre des femmes et des jeunes filles, ou de s'attaquer à l'attaque actuelle contre les droits des femmes et des jeunes filles, tant que nous ne sommes pas autorisés à appeler un homme un homme. La liberté d'expression et de croyance prend fin en Écosse si la description exacte du sexe biologique est considérée comme criminelle.

    Mme Rowling a ajouté qu'elle était "actuellement hors du pays, mais si ce que j'ai écrit ici est considéré comme une [infraction] aux termes de la nouvelle loi, j'ai hâte d'être arrêtée à mon retour dans le berceau des Lumières écossaises". (...)

    Mardi après-midi, la police écossaise a déclaré que les commentaires de Mme Rowling sur les médias sociaux, dans lesquels elle défie la police de l'arrêter, ne feraient pas l'objet d'une enquête, a rapporté The Guardian.

    La police écossaise "a confirmé avoir reçu des plaintes au sujet de la publication sur les médias sociaux", a déclaré le média, mais a ajouté : "Les commentaires ne sont pas considérés comme criminels et aucune autre mesure ne sera prise".

    Rowling a ensuite partagé la nouvelle sur X : "J'espère que chaque femme en Ecosse qui souhaite défendre la réalité et l'importance du sexe biologique sera rassurée par cette annonce, et je suis convaincue que toutes les femmes - quel que soit leur profil ou leurs moyens financiers - seront traitées de la même manière par la loi", a-t-elle écrit.

    La Conférence des évêques catholiques d'Écosse a également critiqué la nouvelle loi, avertissant que les évêques étaient "profondément préoccupés" par le fait qu'elle n'incluait pas de protection pour les chrétiens qui exprimaient des points de vue chrétiens traditionnels sur le genre. 

    "Il ne devrait pas y avoir de menace de poursuites pour avoir exprimé la croyance, par exemple, qu'il n'y a que deux sexes ou genres, qu'un homme ne peut pas devenir une femme et vice versa, ou que le mariage ne peut être qu'entre un homme et une femme", a déclaré à l'époque l'Office parlementaire catholique, une agence de politique publique des évêques écossais. 

    Tyler Arnold est un journaliste de l'Agence de presse catholique, basé au bureau de Washington d'EWTN News. Il a travaillé auparavant à The Center Square et a été publié dans divers médias, dont The Associated Press, National Review, The American Conservative et The Federalist.

  • La théologie du corps : une pastorale à risques

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae :

    La théologie du corps : une pastorale à risques

    2 avril 2024

    Alors que le concile Vatican II avait ouvert une brèche libérale dans l’ecclésiologie, l’encyclique Humanæ vitæ de Paul VI du 25 juillet 1968 se porta en défense de la morale traditionnelle concernant l’usage du mariage. Elle souleva de ce fait une opposition en tempête parmi les théologiens et les épiscopats du monde. Contre ce dissensus, une défense de la doctrine du mariage se développa à nouveaux frais, c’est-à-dire en cherchant à la rendre acceptable par le monde actuel en tournant à son profit l’exaltation contemporaine du corps et de la sexualité. Non sans risques.

    Rappel sur les trois biens du mariage

    Il convient, pour bien fixer les idées en ce domaine, de se reporter à la synthèse thomiste, laquelle, comme toute la grande tradition médiévale, dépend de l’établissement par saint Augustin, contre les manichéens, de la doctrine des trois biens du mariage : proles, fides, sacramentum, les enfants, la fidélité (la foi donnée pour l’union des corps), le sacrement[1].

    Or, contrairement aux affirmations aujourd’hui répétées, cette synthèse – certes exigeante par le simple fait qu’elle a une visée vertueuse – est tout le contraire de « négative ». Le bien primaire, au sens de fondamental, du mariage humain, institution naturelle élevée par Jésus-Christ à la dignité de sacrement, est dans les enfants, leur engendrement continué dans leur éducation, qui spécifie l’humanité de l’institution, comme l’explique saint Thomas dans la Somme contre les Gentils[2]. Il y a une « ordination objective du mariage à sa fin première, qui est contenue dans sa nature », dira la Rote romaine dans un jugement particulièrement important, du 22 janvier 1944[3].

    Dans son commentaire de la 1ère épître de saint Paul aux Corinthiens, 7, 2 (« Mais à cause de la fornication, que chaque homme ait son épouse, et chaque femme son mari »)[4], saint Thomas montre que les deux premiers biens, tout naturels qu’ils puissent être dans les mariages non sacramentels des non-chrétiens, sont ordonnés, le premier – la génération – à la vertu de religion, puisqu’il s’agit de se prêter à l’œuvre créatrice de Dieu et de lui donner des enfants pour sa louange, et le second à la vertu de justice (Suppl. q. 41 a. 4). Dans le mariage chrétien, l’échange des consentements est le sacramentum, représentation de l’union du Christ avec son Église (Éphésiens 5, 32). La grâce sanctifie la procréation et donne à la l’union des époux une valeur d’indissolubilité sacrée : on ne peut davantage séparer un époux de sa femme que le Christ de son unique Épouse.

    C’est peut-être dans la Somme contre les Gentils, au l 4, c 78, que se trouve le plus beau texte thomiste sur la question. Il y est rappelé que la res, la réalité sacrée ou grâce signifiée par le signe sacramentel du mariage (à savoir, le consentement des époux) est la participation à l’union du Christ et de l’Église, grâce médicinale d’autant plus importante que les réalités charnelles et terrestres du mariage ne les détachent pas du Christ et de l’Église.

    L’union charnelle est bonne (et donc méritoire), si elle n’est pas désordonnée (Suppl. q. 41 a. 4), sans pour autant être indispensable pour qu’existe l’union essentielle du mariage[5]. C’est le sacrement qui sanctifie l’union charnelle et non l’union charnelle qui conditionne le sacrement.

    La théologie du corps de Jean-Paul II

    Toute la revendication libérale dans l’Église concernant le mariage, à partir des années soixante du siècle dernier, avait précisément consisté, à l’inverse, à valoriser l’union charnelle des époux en elle-même, déconnectée de la fin de procréation, pour légitimer la contraception, stérilisation de la femme en vue de rendre impossible la procréation, ce qui avait été condamné par Pie XII en 1958[6] et le fut dans Humanæ vitæ en 1968[7].

    Jean-Paul II prit le relais et fut sans conteste le grand défenseur d’Humanæ vitæ et plus largement du mariage et de la famille. Mais au lieu d’insister sur l’argumentation essentielle de l’encyclique – la contraception est une violation de la loi naturelle –, estimée peu compréhensible par les mentalités contemporaines, il préféra une démonstration anthropologique dans la perspective personnaliste qui était la sienne, développée autour de l’affirmation de la personne comme sujet et non comme objet dont on se sert pour des fins personnelles.

    Lire la suite

  • Le cardinal Müller se joint aux appels d'évêques américains pour excommunier Biden (Interview du cardinal Müller, III)

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSiteNews :

    EXCLUSIF : Le cardinal Müller se joint aux appels d'évêques américains pour excommunier Biden

    Le cardinal Müller a condamné le meurtre des enfants à naître en le qualifiant d'"infanticide" et l'a comparé à l'"époque nazie", soulignant que les papes et les évêques précédents "n'avaient pas peur d'excommunier" pour des crimes graves.

    28 mars 2024

    VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) -- L'ancien préfet du plus haut bureau de doctrine du Vatican, le cardinal Gerhard Müller, a condamné le soutien du président américain Joe Biden à l'avortement, affirmant qu'il s'agit d'un "infanticide" et que ceux qui promeuvent "l'infanticide" devraient être "excommuniés".

    Le mot "avortement" est trop doux. La réalité, c'est le meurtre, le meurtre d'une personne vivante", a déclaré le cardinal Gerhard Müller. "Il n'y a aucun droit à tuer une autre personne. C'est absolument contraire au cinquième commandement".

    Le cardinal a fait ces commentaires en condamnant le président Joe Biden lors d'une longue interview avec LifeSiteNews à Rome. {Les parties I et II se trouvent ici et ici.} Sa critique directe de la position très publique et constante de Joe Biden en faveur de l'avortement est intervenue peu après que le président a utilisé son discours sur l'état de l'Union de 2024 pour promettre de "rétablir Roe v. Wade en tant que loi du pays".

    Le cardinal Müller a comparé le meurtre des enfants à naître et des personnes âgées à l'époque "nazie", déclarant qu'"il est absolument inacceptable que l'on puisse se dire catholique et promouvoir et justifier le meurtre de personnes humaines, d'êtres humains [du] début dans le ventre de la mère, jusqu'à la dernière respiration [avec] l'euthanasie... Tuer des personnes malades, comme à l'époque nazie, c'est de l'euthanasie".

    Le cardinal Müller a toutefois laissé entendre que si M. Biden est "nominalement catholique, il est en réalité un nihiliste. C'est du cynisme et du cynisme absolu". 

    Le prélat a opposé M. Biden aux catholiques et aux autres chrétiens d'Amérique qui "savent et acceptent, comme tout le monde d'ailleurs, que les non-croyants, avec leur simple raison, peuvent comprendre qu'il n'est pas possible qu'un être humain ait le droit d'en tuer un autre".

    S'appuyant sur l'exemple de saint Ambroise de Milan et de son excommunication de l'empereur Théodose, le cardinal Müller a expliqué qu'"en d'autres temps, des gens comme lui auraient été excommuniés. Autrefois, les papes et les évêques ne craignaient pas d'excommunier, comme saint Ambroise de Milan".

    Il s'est levé et nous devrions également nous lever et, sans regarder les conséquences pour nous, nous devons nous lever et ouvrir la bouche pour les personnes innocentes et pour protéger leur vie. Saint Jean-Baptiste a dit à Hérode : "Il ne t'est pas permis de prendre la femme de ton frère pour en faire ta propre femme". Il ne t'est pas permis de tuer des personnes ou de justifier [cela], d'ouvrir la législation comme si elle était légale ou légitime. Tuer les gens n'est pas une forme de régulation des naissances, mais il est absolument immoral de tuer d'autres personnes.

    Aujourd'hui, l'ensemble du monde occidental, les dirigeants occidentaux, la grande majorité des dirigeants occidentaux, y compris en Allemagne et en France, ont perdu leur crédibilité en accordant le droit de tuer leur peuple. Ils ne peuvent pas, d'une part, protester contre le meurtre d'innocents en Ukraine et, d'autre part, autoriser le meurtre de leurs propres enfants.

    Réitérant la vérité selon laquelle Dieu est "le créateur de chaque corps et nous, les humains, ne sommes que les administrateurs de la bonne volonté de Dieu", le cardinal Müller a fait remarquer que l'humanité était appelée à prendre soin de ses semblables, car "nous ne pouvons pas distinguer ou séparer l'amour de Dieu pour nous et notre amour pour Dieu, de notre amour pour notre prochain et de l'amour de notre prochain pour nous".

    Lire la suite

  • De nouvelles déclarations du cardinal Grech concernant le Synode sur la synodalité suscitent la controverse

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Les commentaires controversés du cardinal Grech s'ajoutent à la liste croissante des préoccupations concernant les groupes d'étude post-synodaux

    Le cardinal maltais, qui dirige le Secrétariat du Vatican pour le Synode, a déclaré dans une interview récente qu'un diaconat féminin (non précisé s'il est ordonné ou non) ne serait pas une "révolution" mais un "approfondissement naturel de la volonté du Seigneur".

    27 mars 2024

    Si le cardinal Mario Grech occupait presque n'importe quelle autre fonction, ses récents commentaires en faveur du diaconat féminin et contre la nécessité d'une "uniformité de pensée" dans l'Église universelle ne seraient peut-être pas si significatifs.

    Après tout, lorsque les prélats émettent leurs opinions théologiques, elles sont généralement considérées comme telles - l'opinion théologique d'un chef d'Église individuel.

    Mais le cardinal Grech n'est pas un prélat ordinaire : il dirige le secrétariat du Vatican pour le synode. Une semaine avant son interview du 21 mars dans une publication suisse de langue italienne, le pape François avait chargé le cardinal maltais de mettre en place dix groupes d'étude sur des thèmes soulevés lors de l'assemblée du Synode sur la synodalité de 2023. Parmi eux : la possibilité de "l'accès des femmes au diaconat" et "le discernement partagé des questions doctrinales, pastorales et éthiques controversées" d'une manière qui accorde "une plus grande attention à la diversité des situations" dans les différentes parties du monde.

    En d'autres termes, les commentaires du cardinal ne peuvent qu'être lus dans le contexte des groupes d'étude et de la manière dont le cardinal Grech pourrait avoir l'intention de les diriger, contribuant ainsi à une liste déjà importante de préoccupations concernant l'approche.

    Dans l'interview, le cardinal Grech a déclaré qu'un diaconat féminin (sans préciser s'il serait ordonné ou non) ne serait pas une "révolution" mais un "approfondissement naturel de la volonté du Seigneur".

    Le cardinal maltais a également déclaré que la communion ecclésiale devrait prendre la forme d'une "unité des différences" plutôt que d'une "uniformité de pensée" et a décrit sa vision de l'Église comme un "arc-en-ciel", avec une plus grande flexibilité dans les approches pastorales et l'enseignement dans différents lieux.

    Le soutien apparent du cardinal Grech à une certaine forme de diaconie féminine est susceptible de renforcer les soupçons selon lesquels les groupes d'étude sont mis en place pour atteindre des résultats prédéterminés que le Synode n'a pas pu atteindre. Et son point de vue sur l'unité de l'Église, qui semble enraciné dans une compréhension contestée de la doctrine de Vatican II sur la relation entre les Églises particulières et l'Église universelle, et qui a été souligné lors de l'assemblée synodale de 2023 par des personnes telles que le prélat allemand progressiste Mgr Franz-Josef Overbeck, augmentera probablement les préoccupations concernant les engagements ecclésiologiques qui animent les groupes d'étude et la sélection de leurs membres.

    La crédibilité en jeu

    Les commentaires du cardinal Grech ne sont pas les premiers à remettre en question la crédibilité du projet en raison de l'indépendance publique des responsables synodaux. Mais ils interviennent à un moment particulièrement difficile pour le Synode sur la synodalité. Le passage à des groupes d'étude et la promotion récente par le Vatican de bénédictions non liturgiques de personnes de même sexe qui "contournent la synodalité" ont soulevé la question de savoir si l'assemblée synodale finale, qui aura lieu du 2 au 27 octobre à Rome, aura une quelconque importance.

    Avant même l'interview du fonctionnaire du Vatican, un participant au synode a souligné que des mesures devraient être prises pour garantir que les groupes d'étude soient considérés comme une partie crédible du processus synodal.

    "Beaucoup dépendra de la transparence des résultats des groupes et de la manière dont ils seront considérés comme faisant partie de la première assemblée et du document de synthèse", a déclaré au Register la philosophe australienne Renee Köhler-Ryan, qui s'est opposée avec force à la tentative d'ordination des femmes lors de l'assemblée d'octobre 2023.

    Lire la suite

  • L'église Don Bosco de Buizingen n'existe plus en tant que paroisse mais conserve un lien avec l'Église catholique

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Une église belge dont les liturgies sont dirigées par des laïcs perd son statut de paroisse

    27 mars 2024

    L'archidiocèse belge de Malines-Bruxelles a retiré à une communauté son statut de paroisse, en raison d'un désaccord sur ses liturgies dirigées par des laïcs, tout en précisant que la communauté conserverait un lien permanent et non spécifié avec l'Église, que l'archidiocèse a assimilé à un mouvement ecclésial.

    Dans un communiqué publié le 20 mars, les autorités ecclésiastiques ont indiqué que l'église Don Bosco de Buizingen, située à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale, Bruxelles, "n'existerait plus en tant que paroisse", bien qu'elle conserve un certain lien avec l'Église catholique.

    Bien que cette décision soit censée apporter de la clarté, l'annonce de l'archevêché laisse plusieurs questions clés sans réponse.

    Le vicariat du Brabant flamand et de Malines - une région de l'archidiocèse de Bruxelles confiée à un évêque auxiliaire en tant que vicaire - a déclaré avoir pris cette mesure après un an et demi de pourparlers, qui ont "établi que des différences majeures subsistaient, principalement dans la vision de la célébration et de la présidence des sacrements".

    En raison de "la nature fondamentale des positions divergentes", la paroisse "fonctionnera désormais comme une communauté ou une organisation religieuse indépendante".

    Le site officiel de l'Église catholique en Flandre note que la paroisse Don Bosco de Buizingen est "connue pour ses innovations profondes dans le domaine de la liturgie et des sacrements". 

    "Par exemple, l'eucharistie est dirigée par des femmes laïques, entre autres", a indiqué l'archidiocèse, sans toutefois préciser comment une femme ou tout autre laïc pouvait "diriger" l'eucharistie, qui ne peut être célébrée que par un prêtre ordonné.

    La décision de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles de se dissocier de la communauté de Don Bosco intervient six mois avant la visite du pape François en Belgique et six mois après que l'archevêque Luc Terlinden a pris la tête de l'archidiocèse, succédant au cardinal Jozef De Kesel.

    Bien que l'archidiocèse n'ait pas donné de détails, il semblerait que cette décision ait nécessité la suppression de la personne juridique de la paroisse et - parce que l'archidiocèse a souligné que l'église avait une relation permanente avec l'Église - la création éventuelle d'une nouvelle entité juridique, avec une relation nouvellement définie avec l'Église catholique.

    Il n'est pas clair quelle entité canonique est désormais propriétaire de l'église elle-même.

    L'église Don Bosco, qui date de 1951, a été dirigée par le prêtre et activiste Rik Devillé de 1981 jusqu'à sa retraite en 2009. Il est l'auteur du livre "The Last Dictatorship : Un plaidoyer pour une paroisse sans pape", qui critique les structures existantes de l'Église, et un éminent défenseur des victimes d'abus. 

    Lorsque le père Devillé a quitté la paroisse, il a été remplacé par une équipe de 19 laïcs qui se sont relayés pour animer la liturgie dominicale.

    Le site internet de l'église précise que "chaque week-end, une eucharistie est élaborée par une personne du 'groupe de travail liturgique'".

    La paroisse a également proposé une série d'activités les autres jours, notamment la méditation chrétienne et la "danse sacrée". Selon les médias belges, elle a également organisé des ventes de livres et des cours de yoga.

    Le vicariat du Brabant flamand et de Malines n'a pas précisé la nature exacte de ses préoccupations concernant les pratiques liturgiques de l'église. Le 26 mars, la chaîne belge VRT NWS a laissé entendre que des baptêmes avaient été célébrés sans autorisation par des laïcs, tandis que des services dirigés par des laïcs étaient incorrectement décrits comme étant l'Eucharistie.

    Les célébrations dominicales en l'absence d'un prêtre sont de plus en plus courantes en Europe du Nord, dans un contexte de déclin des vocations sacerdotales. 

    En Angleterre et au Pays de Galles, par exemple, ces services sont connus sous le nom de Celebrations of the Word and Communion (célébrations de la parole et de la communion). Après la liturgie de la parole, un laïc distribue la sainte communion consacrée lors d'une précédente eucharistie. 

    Soulignant que ce service n'est pas une messe, l'animateur dit : "Comme notre prêtre ne peut pas être avec nous, nous ne pouvons pas célébrer l'Eucharistie. Réfléchissons à la parole et prions ensemble, puis partageons le corps et le sang du Christ consacrés pour nous lors d'une précédente eucharistie".

    Lire la suite

  • 100 jours de Fiducia Supplicans : ceux qui l'applaudissent, ceux qui la critiquent, ceux qui la réorientent

    IMPRIMER

    De Pablo J. Ginés sur Religion en Libertad :

    100 jours de Fiducia Supplicans : ceux qui l'applaudissent, ceux qui la critiquent, ceux qui la réorientent

    26 mars 2024

    Trois mois se sont écoulés depuis la publication de Fiducia Supplicans le 18 décembre, juste avant Noël. Le 27 mars marque le 100ème jour. Depuis lors, les évêques, les corps épiscopaux et d'autres organismes ecclésiastiques ont eu le temps de s'exprimer (après coup) sur cette instruction autorisant les prêtres et les diacres à donner des bénédictions à des couples de même sexe ou à des couples en situation irrégulière (c'est-à-dire en situation de cohabitation sexuelle hors mariage). Des autorités d'autres églises chrétiennes se sont également exprimées.

    L'impression générale est que la plupart des évêques et des églises locales ont essayé (et réussi), au cours de ces trois mois, de faire profil bas et de ne pas avoir à s'exprimer. Beaucoup se sont contentés de paraphraser ou de résumer Fiducia Supplicans, sans s'engager pour ou contre elle, ni donner de détails sur sa mise en œuvre concrète. Certains, surtout la première semaine, ont tenté de rendre la presse responsable de la "confusion", mais au fil des semaines, il est apparu clairement que la confusion n'était pas due à une mauvaise présentation dans les médias.

    Le cardinal Victor Manuel Fernandez, dans sa note explicative et dans ses déclarations à la presse, a affirmé qu'un diocèse ne pouvait pas refuser catégoriquement ces bénédictions, mais qu'il pouvait les adapter au contexte pastoral, et il a cru comprendre que c'est ce qu'ils ont fait en Afrique. "La prudence et l'attention à la culture locale pourraient admettre des modalités d'application différentes, mais pas un refus total de cette démarche que l'on demande aux prêtres", a déclaré Mgr Fernandez, alors que la quasi-totalité des conférences épiscopales d'Afrique s'étaient déjà prononcées contre FS.

    Il est difficile de faire un " tableau de bord " des " évêques pour et des évêques contre ", car beaucoup font des nuances, déclarent ne pas comprendre les termes, sortent du débat ou laissent des questions ouvertes (" qu'est-ce que bénir le couple sans bénir la relation ", en viennent à dire beaucoup).

    Nous allons tenter une certaine classification orientée avec trois grandes classifications d'évêques : ceux qui applaudissent FS, ceux qui sont clairement opposés à FS (déclarant même qu'elle ne sera pas appliquée sur leur territoire) et ceux qui tentent de la " réorienter " à leur manière.

    Les précédents : ceux qui ont déjà fait des bénédictions

    Les grands promoteurs de la "bénédiction gay" sont les évêques allemands et les évêques flamands. Le pape François semble avoir chargé FS de leur faire plaisir, mais bien qu'ils l'aient louée, ils estiment qu'elle n'est pas à la hauteur.

    En septembre 2022, 80 % des évêques allemands impliqués dans la Voie synodale allemande ont approuvé un document appelant à modifier le catéchisme et à "réévaluer l'homosexualité" (en gros, à enseigner que les actes homosexuels ne sont pas un péché, voire qu'ils sont très bons). Les évêques flamands ont publié un document contenant des normes liturgiques pour la bénédiction des unions homosexuelles, avec tout l'attirail utilisé lors des mariages. En mars 2023, des bénédictions publiques de couples homosexuels ont eu lieu dans des églises (ou devant des églises, dans la rue) dans les diocèses d'Osnabrück, Essen, Spire et Berlin.

    Il semble que le pape espérait plaire à ces groupes avec ses bénédictions "non liturgiques", "spontanées" et "brèves". Ces groupes considèrent plutôt FS comme un premier pas vers ce qu'ils demandent, et au lieu de cela, une division est apparue comme jamais auparavant dans l'Église, chaque évêque ou groupe d'évêques inventant sa propre façon de comprendre sa relation avec un document papal.

    Enthousiastes ou défenseurs de Fiducia Supplicans

    En Belgique, l'évêque d'Anvers, Johan Bonny, a salué FS comme "un pas en avant" vers la reconnaissance future du mariage sacramentel entre personnes de même sexe dans l'Église catholique.

    Geert De Kerpel, porte-parole de la Conférence épiscopale belge, a déclaré que de telles bénédictions d'unions homosexuelles étaient déjà pratiquées dans le pays, mais qu'avec la nouvelle règle, elles devront l'être dans le monde entier.

    Lire la suite

  • Le cardinal Müller qualifie les "bénédictions" homosexuelles du pape François d'attaque contre le mariage (Interview II)

    IMPRIMER

    De Michael haynes sur LifeSiteNews :

    EXCLUSIF : Le cardinal Müller qualifie les "bénédictions" homosexuelles du pape François d'attaque contre le mariage

    Malheureusement, nous avons beaucoup d'évêques qui ont une mauvaise compréhension et qui n'ont pas de théologie catholique", a déclaré le cardinal Müller.

    26 mars 2024

    VILLE DU VATICAN (LifeSiteNews) - Dans une interview exclusive avec LifeSiteNews, le cardinal Gerhard Müller a critiqué le Synode sur la synodalité pour sa "concession aux idées féministes", et a déclaré que Fiducia Supplicans est "une astuce de propagande" pour gagner le soutien du mouvement LGBT.

    "Derrière Fiducia Supplicans, il n'y a rien à voir avec la pastorale des personnes dites attirées par le même sexe, mais il s'agit seulement d'une astuce de propagande pour montrer que nous ne sommes pas contre ce mouvement mondial des LGBT et que nous devons faire une certaine concession pour ne pas être attaqués par eux en tant que camp opposé", a déclaré le cardinal Müller. 

    Les commentaires du cardinal font partie d'une longue interview avec LifeSiteNews {la première partie se trouve ici} réalisée récemment à Rome, couvrant la voie synodale, le synode sur la synodalité, les bénédictions homosexuelles et l'avortement. (Note de l'éditeur : l'interview est publiée dans trois articles distincts, la transcription complète de chaque partie successive de la discussion étant présentée à la fin de chaque article).

    Destiné par ses promoteurs à montrer que " nous vous appartenons ", c'est-à-dire au mouvement LGBT, Müller a attesté que la Fiducia Supplicans " était un coup dur contre le mariage, tel qu'il est fondé dans le Logos de Dieu dans sa raison, dans le façonnement du monde, de la création. "

    "Ils ne peuvent pas dire que tout est clair", a déclaré Mgr Müller, réfutant la défense faite par les partisans de la Fiducia Supplicans. "Toutes les actions ou réflexions pastorales doivent être basées sur une véritable anthropologie et sur le mariage en tant que sacrement. Le sens de la sexualité humaine n'est pas d'avoir un plaisir pour soi-même - le plaisir lié à la sexualité est un don de Dieu - mais de promouvoir l'attirance entre les hommes et les femmes. Il s'agit d'une expression corporelle de l'amour personnel qui est ouvert à d'autres personnes". 

    Il a exhorté les gens "à avoir une compréhension chrétienne de la création de l'être humain, de l'anthropologie chrétienne, de la christologie chrétienne, de l'ecclésiologie, de la compréhension des sacrements de la grâce, [et] de ce qu'est la vie éternelle", plutôt que d'accepter le mouvement de l'idéologie homosexuelle.

    Réponse pratique aux évêques qui poussent à la bénédiction des homosexuels

    Le cardinal allemand a déjà critiqué à plusieurs reprises le document Fiducia Supplicans du Vatican sur les bénédictions homosexuelles, déclarant notamment qu'il "conduisait à l'hérésie".

    S'exprimant sur le sujet en septembre 2023, avant la publication de Fiducia Supplicans, Müller a déclaré que "bénir le comportement immoral de personnes du même sexe ou du sexe opposé est une contradiction directe de la parole et de la volonté de Dieu, un blasphème gravement pécheur".

    À l'époque, il avait ajouté que "dans une situation aussi extrême [...] tout fonctionnaire ecclésiastique aurait perdu son autorité et aucun catholique n'est plus obligé d'obéir religieusement à un évêque hérétique ou schismatique."

    Interrogé par LifeSite sur les implications pratiques de cette déclaration, Mgr Müller a exhorté les catholiques à protester auprès de leurs évêques.

    Ils devraient contredire [les évêques], et s'ils le peuvent, [ils devraient] expliquer ou dire à leurs pasteurs ou à leurs évêques qu'ils ne sont pas les serfs de l'évêque, et que l'évêque n'a d'autorité sur les fidèles que celle qui lui a été donnée par Jésus-Christ.

    Reprenant une phrase précédente, Mgr Müller a noté que "les évêques et le pape ne sont pas les sauveurs du monde, et qu'ils ne font que servir en tant que ministres". 

    "Malheureusement, nous avons beaucoup d'évêques qui ont une compréhension erronée", a-t-il déclaré. "Ils n'ont aucune connaissance de la théologie catholique. Ils ne savent pas que notre foi est fondée sur la relation avec Dieu, et que son critère ultime et le plus élevé se trouve dans les Saintes Écritures et dans la Tradition officielle et apostolique de l'Église, et que le magistère et l'autorité des évêques ne sont pas au-dessus ou au-delà de la Parole de Dieu."

    Lire la suite