Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 2

  • Brève histoire du rite romain de la messe

    IMPRIMER

    Publiée par le site "Esprit de la Liturgie", la série des volets de la « Brève histoire du rite romain de la messe » du Père Uwe Michael Lang C.O. est accessible en cliquant sur les liens suivants et a été complétée d'une sixième partie :

  • Saint François de Sales (24 janvier)

    IMPRIMER

    Saint_francois_de_sales.jpgLors de l'audience générale du mercredi 2 mars 2011, Benoît XVI évoquait la figure de François de Sales que l'on fête aujourd'hui :

    Chers frères et sœurs,

    «Dieu est le Dieu du cœur humain» (Traité de l’Amour de Dieu, I, XV): dans ces paroles apparemment simples, nous percevons l’empreinte de la spiritualité d’un grand maître, dont je voudrais vous parler aujourd’hui, saint François de Sale, évêque et docteur de l’Eglise. Né en 1567 dans une région frontalière de France, il était le fils du Seigneur de Boisy, antique et noble famille de Savoie. Ayant vécu à cheval entre deux siècles, le XVIe et le XVIIe, il rassemblait en lui le meilleur des enseignements et des conquêtes culturelles du siècle qui s’achevait, réconciliant l’héritage de l’humanisme et la tension vers l’absolu propre aux courants mystiques. Sa formation fut très complète; à Paris, il suivit ses études supérieures, se consacrant également à la théologie, et à l’Université de Padoue celles de droit, suivant le désir de son père, qu’il conclut brillamment par une maîtrise in utroque iure, droit canonique et droit civil. Dans sa jeunesse équilibrée, réfléchissant sur la pensée de saint Augustin et de saint Thomas d’Aquin, il traversa une crise profonde qui le conduisit à s’interroger sur son salut éternel et sur la prédestination de Dieu à son égard, vivant avec souffrance comme un véritable drame spirituel les questions théologiques de son époque. Il priait intensément, mais le doute le tourmenta si fort que pendant plusieurs semaines, il ne réussit presque plus à manger et à dormir. Au comble de l’épreuve, il se rendit dans l’église des dominicains à Paris, ouvrit son cœur et pria ainsi: «Quoi qu’il advienne, Seigneur, toi qui détiens tout entre tes mains, et dont les voies sont justice et vérité; quoi que tu aies établi à mon égard...; toi qui es toujours un juge équitable et un Père miséricordieux, je t’aimerai Seigneur (...) je j’aimerai ici, ô mon Dieu, et j’espérerai toujours en ta miséricorde, et je répéterai toujours tes louanges... O Seigneur Jésus, tu seras toujours mon espérance et mon salut dans la terre des vivants» (I Proc. Canon., vol. I, art. 4). François, âgé de vingt ans, trouva la paix dans la réalité radicale et libératrice de l’amour de Dieu: l’aimer sans rien attendre en retour et placer sa confiance dans l’amour divin; ne plus demander ce que Dieu fera de moi: moi je l’aime simplement, indépendamment de ce qu’il me donne ou pas. Ainsi, il trouva la paix, et la question de la prédestination — sur laquelle on débattait à cette époque — s’en trouva résolue, car il ne cherchait pas plus que ce qu’il pouvait avoir de Dieu; il l’aimait simplement, il s’abandonnait à sa bonté. Et cela sera le secret de sa vie, qui transparaîtra dans son œuvre principale: le Traité de l’amour de Dieu.

    Lire la suite

  • La béatification d'Isabelle la Catholique : une cause qui prend de l'ampleur

    IMPRIMER

    De Larazon.es via Il Sismografo :

    La béatification d'Isabelle la Catholique prend de l'ampleur

    L'archevêque de Valladolid, Luis Argüello, relance la cause et place la reine comme premier défenseur des indigènes.

    L'archevêque de Valladolid, Luis Argüello, a relancé les travaux de la Commission pour la cause de béatification d'Isabelle la Catholique. Au cours d'une réunion qui s'est tenue cette semaine, il a souligné la nécessité de promouvoir le processus de béatification en Espagne et en Amérique latine, par l'intermédiaire des diocèses, ainsi que la nécessité de continuer à diffuser la dévotion à la reine catholique avec la distribution de matériel de dévotion populaire comme des chapelets, des images pieuses, ainsi que des publications.

    Dans ce sens, l'archevêque a fait référence au succès de la publication des Actes du Symposium international "Isabelle la Catholique et l'évangélisation de l'Amérique", publié par la Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), qui en est à sa deuxième édition.

    Argüello a insisté sur l'opportunité d'encourager le travail de la Commission à un moment où des phénomènes tels que la révision de l'histoire à partir de la cancel culture et face à l'émergence de processus identitaires se référant à l'indigénisme dans les peuples d'Amérique sont à l'œuvre, soulignant le profil de la Reine comme premier et principal défenseur des peuples indigènes et comme réponse à ces dynamiques sociales.

    Après l'information donnée par l'administrateur de l'archidiocèse de Valladolid, José María Conde, sur la situation économique de la Cause, le directeur de la Commission, le prêtre de Valladolid José Luis Rubio Willem, a évoqué les nouvelles faveurs reçues par la Commission par l'intercession d'Isabelle la Catholique.

    Dans cette intervention, il a détaillé un miracle allégué en cours d'analyse dans un diocèse des États-Unis, dont le postulateur romain de la cause, le père Javier Carnerero, OSST, a déjà été informé, comme cela a été reçu par correspondance notariée des avocats chargés de l'affaire.

    Pour sa part, le Grand Maître des Chevaliers et Dames du Chapitre d'Isabelle la Catholique, José María Gómez Gómez, a informé la Commission des nouveaux projets, notamment le monument à Isabelle à Ségovie, qui sera inauguré le 25 février, et le projet de voyage en Terre Sainte.

    Le directeur de la Commission a également fait état des futures présentations des Actes du Congrès dans divers endroits d'Espagne, la dernière en date étant au Casino de Madrid, ainsi que d'une BD sur Isabelle la Catholique, destinée à diffuser la figure de la reine dans les centres éducatifs, qui sera bientôt sur le marché. Lors de cette réunion, le recteur de l'Université catholique d'Avila, María del Rosario Sáez Yuguero, le professeur d'histoire de l'Église à l'Institut théologique San Ildefonso, Carlos Miguel García Nieto, le professeur de littérature à l'Université d'Alcalá de Henares, José María Gómez Gómez, et le professeur de journalisme à l'Université San Pablo-CEU, José Francisco Serrano Oceja, ont rejoint la Commission Isabel la Católica en tant que membres.

  • Evocation de la famille Ulma, martyrisée par amour du prochain

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    "Je vous parle de la famille Ulma, martyrisée par amour du prochain"

    20-01-2023

    La famille berceau de la foi, l'infinie dignité de la personne conçue, l'amour de Dieu, source de l'amour du prochain. Dans une interview accordée à La Bussola, le postulateur, le père Witold Burda, raconte l'histoire du couple Ulma et de ses sept enfants (dont un dans le ventre de sa mère), tués par les nazis pour avoir donné refuge à huit Juifs. Et explique comment le martyre de toute la famille a été reconnu.

    Wiktoria Niemczak Ulma con 5 dei suoi figli

    Wiktoria Niemczak Ulma avec cinq de ses enfants

    En décembre, l'Église a offert un grand cadeau aux fidèles et au monde entier en promulguant le décret reconnaissant le martyre du couple polonais Józef (Joseph) et Wiktoria (Victoria) Ulma et de leurs sept enfants qui ont été tués à Markowa le 24 mars 1944 - avec les huit Juifs qu'ils abritaient dans leur maison - par une escouade de gendarmes nazis. Cela signifie que bientôt, pour la première fois dans l'histoire, une famille entière, objet de dévotion depuis les premiers jours après leur mort, sera béatifiée. Et, également pour la première fois, un enfant encore dans le ventre de sa mère sera béatifié, puisque Wiktoria était enceinte le 24 mars, au stade final de sa grossesse. Cet enfant à naître, dont seul le Ciel connaît le nom, a ainsi reçu la palme du martyre, tout comme ses petits frères Stanisława (né en 1936), Barbara (1937), Władysław (1938), Franciszek (1940), Antoni (1941) et Maria (1942).

    Mais comment le martyre 'in odium fidei' est-il apparu ? La Bussola a interrogé le postulateur de la cause, le père Witold Burda.

    Père Burda, que savons-nous de la foi de la famille Ulma ?

    Józef et Wiktoria venaient de deux familles profondément chrétiennes. Les parents de Józef Ulma étaient des agriculteurs. L'un des frères de Józef, Władysław, témoigne : "Notre famille était simple, avec des parents croyants et une mère qui, dans les dernières années de sa vie, assistait à la Sainte Messe tous les jours. Nous étions quatre frères. Nos parents ont prié à la maison, et ensemble nous avons chanté un office dédié à la Vierge (...). Józef a également été élevé dans cette atmosphère spirituelle. Comme nous tous, il s'est approché des sacrements aux heures prévues".

    Nous disposons d'informations similaires sur Wiktoria et sa famille d'origine, où il était d'usage que quiconque s'adressait à eux reçoive de l'aide. Pour les fêtes, un colis contenant de la nourriture et d'autres choses était préparé pour les personnes dans le besoin.

    Ainsi, leurs familles respectives ont été le berceau de la foi de Józef et Wiktoria.

    Oui. Et en tant qu'enfants, ils ont voulu approfondir leur foi catholique, par la prière personnelle, la participation aux sacrements, en particulier la messe et la confession fréquente. En outre, ils étaient membres de plusieurs communautés religieuses et confréries existant alors à Markowa, leur ville natale. Ils se sentaient responsables du bien de la paroisse et de l'Église. Et tous deux, par exemple, appartenaient à la confrérie du Rosaire vivant.

    Lire la suite

  • Un prêtre namurois en voie de béatification ?

    IMPRIMER

    De Bertrand Goethals sur Kerk & Leven :

    Un prêtre namurois bientôt béatifié ?

    17 janvier 2023

    Le diocèse recherche des témoignages sur Joseph André

    Le prêtre namurois Joseph André (1908-1973) sera-t-il bientôt béatifié ? Si cela dépend du diocèse de Namur, oui. Les descendants de son entourage ont pris l'initiative d'entamer le processus de béatification. "Sans se rendre compte de ce que cela implique", confesse le prêtre Bruno Jacobs du diocèse de Namur. "Pour ouvrir un tel dossier, la personne en question doit remplir certaines conditions. Par exemple, une aura de sainteté doit entourer la personne, au moins localement. Il doit être l'objet de la prière au sein de la communauté de foi. Nous savons maintenant qu'il était particulièrement aimé de son entourage, mais qu'en raison de sa grande modestie, il était peu connu. C'est dommage, car il était une figure remarquable de notre diocèse."

    Protecteur des Juifs

    Le prêtre Joseph André a passé deux ans au noviciat des Jésuites à Arlon. Cependant, une mauvaise santé l'empêche d'y rester. Il s'est consacré à la protection des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour cela, Israël lui a déjà décerné le titre honorifique de Juste parmi les Nations en 1967. En 1941, l'ecclésiastique namurois ouvre discrètement la Maison des Œuvres de la paroisse à une grande organisation dans le but de sauver les enfants juifs de la déportation. La maison est devenue un centre de transit où les enfants séjournaient pour une courte période, juste le temps de trouver une institution religieuse ou une famille à la campagne où ils pouvaient se cacher en toute sécurité. Pour les nourrir, le prêtre André et ses associés parcouraient la campagne, de ferme en ferme, pour mendier de la nourriture et chercher un abri pour les protégés. Guidé par une amitié personnelle pour les Juifs et un grand respect pour la liberté religieuse, André n'a jamais entrepris de tenter de baptiser les enfants ou de les convertir au christianisme. Joseph André fait parfois l'objet de méfiance de la part de la Gestapo et est convoqué pour des interrogatoires. Pourtant, il n'a jamais pu être arrêté.

    Accueil des Hongrois

    Pendant une dizaine d'années après le soulèvement hongrois de 1956, le père André a organisé l'accueil des réfugiés hongrois au château de l'Horloge à Bomel. Il hébergeait une douzaine de jeunes hommes, ainsi que quelques personnes âgées. Avec l'aide de quelques bénévoles, il s'est occupé de leur fournir du pain et un abri, ainsi qu'un soutien social, moral et religieux. En raison du déracinement et de la désorientation de ses protégés, cette tâche était tout sauf évidente. En même temps, il devient aumônier de la prison de Namur. Cette position lui a permis de rechercher des solutions aux situations juridiques difficiles dans lesquelles se trouvaient certains de ses protégés.

    Malgré son caractère humble, la figure de Joseph André a captivé l'imagination de beaucoup. Par exemple, son histoire a inspiré le roman L'Enfant de Noé de l'auteur français Éric-Emmanuel Schmitt, et une bande dessinée sur le prêtre namurois a déjà été publiée. Alors maintenant, une béatification peut être ajoutée.

    Pour donner du poids au dossier de Joseph André, le prêtre Bruno Jacobs recherche des témoignages de personnes qui l'ont connu. "Il n'avait que 65 ans lorsqu'il est mort, dans son bureau d'aumônerie de la prison de Namur", rappelle M. Jacobs. "Il ne reste donc plus beaucoup de sources vivantes. Les Juifs qu'il a pu protéger sont eux-mêmes morts depuis longtemps ou étaient trop jeunes pour se souvenir de lui. Il est donc important d'atteindre rapidement les dernières personnes qui l'ont connu."

  • La junte birmane a brûlé et détruit l'église historique de l'Assomption à Chan Thar

    IMPRIMER

    De Francis Khoo Thwe sur AsiaNews :

    17/01/2023

    La junte a brûlé et détruit l'église historique de l'Assomption à Chan Thar.

    Le lieu de culte construit en 1894 avait une valeur historique "inestimable" pour les catholiques et les non-catholiques. Avant d'y mettre le feu, les soldats l'ont outragée en buvant et en fumant à l'intérieur. Les catholiques et les bouddhistes vivent en harmonie dans la région depuis des siècles. L'année dernière, le village a été attaqué quatre fois par des miliciens, sans qu'il y ait eu d'affrontements ou de provocations. 

    Yangon (AsiaNews) - La junte militaire birmane a lancé une nouvelle attaque contre les catholiques du Myanmar, brûlant l'un des plus anciens et des plus importants lieux de culte du pays. Dans le collimateur des militaires se trouvait l'église historique de Notre-Dame de l'Assomption, dans le village de Chan Thar, Ye U, district de Shwe Bo, division de Sagaing. Construit en 1894 et fort de 129 ans d'existence, il a accueilli le baptême de celui qui allait devenir le premier évêque de Birmanie.

    Une nouvelle blessure pour la minorité religieuse, après que deux avions de chasse de l'armée de l'air ont mené un raid dans l'État Karen ces derniers jours, détruisant une église et tuant cinq personnes dont un enfant.

    La première présence catholique dans la région, qui fait référence au diocèse de Mandalay, remonte à environ 500 ans et le village de Chan Thar lui-même est né et s'est développé grâce au travail des descendants des catholiques portugais qui l'ont ensuite habité pendant des siècles. Depuis le coup d'État militaire de février 2021 qui a renversé le gouvernement démocratique dirigé par Aung San Suu Kyi - aujourd'hui en état d'arrestation - et rendu le pouvoir à l'armée, les soldats ont déjà attaqué la zone à quatre reprises. Nombreux sont ceux - dans le pays et à l'étranger - qui considèrent l'église comme un "site historique inestimable".

    Dans le village, la population a toujours été majoritairement catholique, dispersée dans 800 maisons, en contact étroit et en harmonie avec deux centres bouddhistes voisins. L'année dernière, les militaires ont mis le feu aux maisons de Chan Thar le 7 mai et une deuxième fois un mois plus tard, le 7 juin 2022, détruisant 135 bâtiments. Le troisième assaut a eu lieu le 14 décembre, juste avant le début des célébrations de Noël ; le dernier a eu lieu il y a quelques jours, le 14 janvier 2023, lorsque les hommes de la Tatmadaw (forces armées) ont rasé et brûlé presque toutes les maisons. 

    Des sources locales, sous couvert d'anonymat, rapportent que les soldats ont attaqué et mis le feu "sans raison apparente", car aucun affrontement ou combat n'avait lieu dans la zone, et sans aucune provocation. Les soldats étaient stationnés dans la zone située devant l'église depuis le 14 janvier au soir et, avant de quitter la zone, ils ont commis une "atrocité" en mettant le feu au bâtiment et en "brûlant complètement" l'église, la maison du curé et le couvent séculaire, qui s'est effondré après avoir été enveloppé par les flammes. 

    L'église de Notre-Dame de l'Assomption était une source de fierté pour les catholiques du Haut-Myanmar, non seulement en raison de sa tradition séculaire, du baptême du premier évêque et de la naissance de trois autres archevêques et de plus de 30 prêtres et religieuses. Le lieu de culte était en effet un patrimoine historique et culturel pour tout le pays, y compris les bouddhistes, et la preuve en est le climat de coopération fraternelle qui s'est instauré entre les différentes communautés. L'église, le clocher et d'autres bâtiments ont été détruits dans la matinée du 15 janvier. Les soldats du gouvernement, selon un témoin oculaire, ont également "outragé" le caractère sacré du lieu en "pillant, buvant de l'alcool et fumant" à l'intérieur. 

    En réaction à cette attaque, plusieurs prêtres birmans ont lancé sur les réseaux sociaux des appels à prier pour le pays et pour la communauté chrétienne elle-même. En revanche, il n'y a eu aucune déclaration officielle de la part de l'archidiocèse de Yangon et du Card. Charles Bo. Dans son message aux fidèles publié il y a quelques jours à l'occasion de la nouvelle année, le cardinal avait déclaré le mois de janvier "mois du cessez-le-feu", s'adressant à toutes les parties - y compris les militaires - leur demandant de "faire taire leurs armes" et de "croire en une solution pacifique". Il avait souligné la valeur du "dialogue" dans la résolution des conflits et appelé à la reprise du processus de paix de Panlong. Un appel, comme on peut le constater ces jours-ci, qui est tombé dans l'oreille d'un sourd du côté de Naypyidaw.

    Lire également : Trois églises détruites par la junte birmane dans la région de Sagaing et dans l’État Karen

  • Sainte Marguerite de Hongrie (18 janvier)

    IMPRIMER

    Sainte Marguerite de Hongrie

    Résultat de recherche d'images pour "marguerite de hongrie"

    Allocution de Sa Sainteté Pie XII

    À l'occasion de la canonisation de sainte Marguerite (19 novembre 1943), le Pape avait préparé une allocution qu'il ne put prononcer en raison des événements. Elle fut publiée, à la demande de Hongrois exilés, avant l'Assomption 1944 et la fête de saint Étienne, premier roi de la nation magyare.

    Comment Notre cœur n'exulterait-il pas, ému d'une joie intime, et très vive, à vous voir aujourd'hui rassemblés autour de Nous, chers Fils et Filles de la noble nation de Hongrie, dont la présence ravive en notre âme et représente les plus doux et chers souvenirs ? Souvenirs ineffaçables de ces grandes assises eucharistiques, au cours desquelles il Nous fut donné de représenter comme Légat Notre prédécesseur Pie XI, de glorieuse mémoire. Nous revoyons l'élan fervent de piété et de foi qui montait impétueusement de vos âmes et des immenses cortèges de votre peuple rassemblé de toutes les parties du royaume.

    Nous rappelant et comme pour y faire écho, le vœu exprimé par la nation hongroise, dans ces journées inoubliables, - journées qui semblent être d'hier malgré le gouffre tragique qui nous en sépare. Nous manifestions alors le souhait que la bienheureuse Marguerite, rejeton de souche royale, compagne souriante et sœur de la sainte pauvreté, violette d'humilité oublieuse d'elle-même, âme eucharistique privilégiée et d'une profonde limpidité, lampe ardente devant le saint Tabernacle, dont la douce flamme scintille vivement encore aujourd'hui, même après le long cours de sept siècles, pût bientôt s'élever pour prendre rang dans la splendeur de la gloire des saints, comme une brillante étoile dans le ciel de la Hongrie. Quand elle pénètre dans les secrets conseils de Dieu, qui régit son Église, toute pensée est aveugle ; comment aurions-Nous pu alors supposer que la divine Providence se servirait de Notre ministère pour répondre à votre désir et accomplir ce vœu d'enchâsser cette nouvelle gemme dans le diadème déjà si brillant et si riche du Royaume de Marie ?

    C'est une admirable histoire que celle de votre patrie ; histoire dans laquelle s'entrelacent luttes et épreuves qui illustrent sa sainte mission au service de Dieu, de l'Église et de la chrétienté ; histoire où alternent des renouveaux et des recommencements héroïques ; histoire dans les fastes de laquelle brillent ces phares lumineux que sont les saints de la dynastie des Arpad, parmi lesquels Étienne resplendit, figure géante de souverain, de législateur, de pacificateur, de promoteur de la foi et de l'Église, véritable homo apostolicus, dont la sainte main droite est au milieu de vous, symbole vénéré des grands gestes qu'il a accomplis et sauvegarde assurée de protection dans les dangers extrêmes.

    Lire la suite

  • Pékin met en scène la "sinisation" du catholicisme

    IMPRIMER

    D'AsiaNews :

    Pékin met en scène la "sinisation" du catholicisme

    Dans le palais archiépiscopal de la capitale - à l'occasion du 15e anniversaire de l'ordination épiscopale de Mgr Li Shan - 41 panneaux ont relu l'histoire du christianisme en Chine selon les directives de Xi Jinping. En donnant plus d'importance au patriotisme qu'à Matteo Ricci.

    Le mot clé sur lequel insistent les autorités de Pékin chaque fois qu'elles parlent du rôle des religions dans le pays est "sinisation". Le président Xi Jinping lui-même, dans le discours fleuve avec lequel il a célébré son troisième mandat lors du 20e congrès du Parti communiste chinois, a promis de poursuivre son engagement "en faveur de la sinisation de la religion, en guidant l'adaptation de la religion et de la société socialiste au contexte chinois". Mais que signifie concrètement la sinisation ?

    Un exemple emblématique de la manière dont les organismes officiels veulent que cette directive soit interprétée nous vient d'une exposition inaugurée il y a quelques jours au palais épiscopal de Pékin à l'occasion du 15e anniversaire de l'ordination épiscopale de Monseigneur Joseph Li Shan, l'archevêque de la capitale, nommé en 2007 avec l'assentiment du Saint-Siège avant même la signature de l'accord provisoire de 2018. Depuis quelques mois, Li Shan est également président de l'Association patriotique des catholiques chinois, l'organe "officiel" par lequel le gouvernement contrôle les activités de l'Église en Chine. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle ils ont voulu marquer cet anniversaire par un signe qui rappelle explicitement la directive sur laquelle Xi Jinping insiste.

    L'exposition est intitulée "Honorer le ciel et aimer le pays". L'histoire de la sinisation du catholicisme à Pékin", se compose de 41 panneaux avec plus de 600 images, et - rapporte une note officielle du diocèse - "a nécessité près de 16 mois de travail et a fait l'objet de cinq séries de discussions entre experts, avec de nombreuses ébauches et brouillons, pour ordonner systématiquement et résumer de manière exhaustive le processus historique de la sinisation du catholicisme à Pékin".

    Le panneau d'introduction explique que l'objectif de l'initiative est de "promouvoir davantage la sinisation du catholicisme, de mieux comprendre l'importante déclaration du secrétaire général Xi Jinping sur la religion, de promouvoir l'excellente culture chinoise, de renforcer la confiance culturelle et d'explorer les riches ressources culturelles catholiques de Pékin".

    Dès les images diffusées de l'exposition sur le compte WeChat du diocèse de Pékin, la centralité du thème du patriotisme apparaît clairement : dans la section sur les origines historiques de la sinisation, l'image du grand jésuite Matteo Ricci et quelques exemples des premières tentatives d'inculturation apparaissent en effet. Dans l'ensemble, cependant, une place beaucoup plus importante est accordée à l'histoire des corps patriotiques, avec l'image centrale de l'archevêque Fu Tieshan (1931-2007), figure clé à Pékin de l'affirmation de l'idée d'une Église "autonome" par rapport à Rome. 

  • Le pape saint Marcel Ier (16 janvier)

    IMPRIMER
    (Source) Marcel Ier (né en ? – mort le 16 janvier 309) Élu pape le 27 mai 308
     
    (« Histoire des souverains pontifes romains » (Tome 1) par A. de Montor paru en 1846,
    « Résumé de l’histoire des papes » par A. Bouvet de Cressé, paru en 1826
    et « Le Vatican ou Portraits historiques des papes » paru en 1825)

    Après la mort du pape Marcellin en octobre 304, le clergé de Rome gouverna l’Église, sans évêque, l’espace de trois ans et demi. Mais après ce temps, on résolut de se mettre sous la conduite d’un saint homme, connu sous le nom de Marcel, qui mit tous ses soins au rétablissement de la discipline qui s’était un peu altérée pendant le trouble des persécutions.

    Prêtre originaire de Rome, fils de Benoît, appartenant à la l’illustre famille Savelli selon certains auteurs, Marcel se signala par son zèle et par sa sagesse. Il divisa Rome en vingt-cinq titres ou paroisses : les prêtres qu’il en nomma titulaires étaient chargés d’administrer le baptême et la pénitence à ceux qui, du paganisme, passeraient au christianisme. Il créa vingt et un évêques, vingt-cinq prêtres et deux diacres. Il s’attira ainsi la haine de ceux qu’il voulait réformer, et bientôt la division se mit parmi les fidèles, et la ville de Rome retentit de querelles et de meurtres.

    Pape Marcel Ier (308 - 309)
    L’empereur Maxence (306-312), rejetant la cause du désordre sur Marcel, lui ordonna de renoncer au titre d’évêque et de sacrifier aux idoles. Incarcéré, Marcel fut condamné à servir de palefrenier dans les écuries impériales. Ses clercs l’en retirèrent environ neuf mois après, et le menèrent chez une sainte veuve nommée Lucine, matrone romaine qui l’accueillit généreusement dans sa maison qu’elle convertit alors en église ; mais Maxence, ayant appris son évasion, le fit reconduire dans ces mêmes écuries, où, soit insalubrité du lieu, soit dénuement absolu des choses nécessaires à la vie, il périt de misère, le 16 janvier de l’année 309.On lui attribue une lettre aux évêques d’Antioche, dans laquelle il aurait déclaré que l’Église romaine devait s’appeler primatiale, et être reconnue comme la tête de toutes les autres. Mais Novaes dit que cette lettre, ainsi qu’une autre adressée à Maxence, doit être considérée comme supposée.Marcel fut enseveli par la bienheureuse Lucine et Jean, prêtre de l’Église romaine, dans la cimetière de Priscille, et de là transféré à l’église de Saint-Marcel, qu’il avait bâtie. Fleury dit de Marcel qu’ « il avait été odieux à plusieurs, parce qu’il voulait obliger ceux qui étaient tombés pendant la persécution, à faire pénitence de leur crime, et la division en vint jusqu’à la sédition et au meurtre. » Marcel n’accomplissait qu’un devoir en intimant cette pénitence, qui était conforme aux règles de l’Église et aux devoirs du pontife chargé de les faire respecter par tous les chrétiens.
  • Benoît XVI : C'est le temps de l'Antéchrist

    IMPRIMER

    De Rod Dreher sur The American Conservative :

    Benoît XVI : C'est le temps de l'Antéchrist

    En 2015, Benoît XVI a écrit une lettre à l'homme d'État catholique Vladimir Palko, l'exhortant à prier contre "l'expansion du pouvoir de l'Antéchrist".

    10 janvier 2023

    En novembre, j'étais en visite à Bratislava, et j'ai dîné avec mes amis Vladimir Palko, mathématicien et homme d'État à la retraite, et Jaroslav Daniška, rédacteur en chef du magazine conservateur Standard. Vlado était l'une de mes sources pour Live Not By Lies. Nous parlions du pape Benoît XVI, malade. Vlado a mentionné qu'en 2015, il avait reçu une lettre de Benoît XVI, en tant que pape émérite. Ah bon ? Vlado, un membre de l'Église catholique clandestine qui a ensuite été ministre de l'Intérieur dans l'un des gouvernements post-communistes du pays, avait écrit un livre intitulé The Lions Are Coming : Why Europe And America Are Heading for a New Tyranny, sur la nature anti-chrétienne croissante de la vie et de la politique occidentales. Le livre avait été traduit en allemand, et un évêque autrichien en avait fait parvenir un exemplaire à Benoît XVI.

    Vlado était grave lorsqu'il a parlé de la lettre. Elle était très courte, a-t-il dit, et appréciait le livre. Et à la fin, le pape émérite parlait de l'Antéchrist. Vlado n'a pas voulu dire précisément ce que Benoît XVI avait dit. Il nous a dit qu'il ne publierait la lettre qu'après la mort de Benoît.

    La semaine dernière, j'ai rencontré Jaroslav pour dîner à Rome. Nous étions tous les deux là pour les funérailles de Benoît. Je lui ai demandé si Vlado se préparait à publier la lettre. Il m'a répondu qu'il n'en était pas sûr, parce que Vlado avait des doutes. Vlado est un catholique de la vieille école et il avait peur d'être une pierre d'achoppement pour la foi des autres. J'ai exhorté Jaro à encourager Vlado à dire la vérité, car il est important que le monde sache comment le saint pape qui vient de nous quitter lisait les signes des temps.

    Aujourd'hui, le Standard a publié une courte interview que Jaro a réalisée avec Vlado, dans laquelle il a révélé le contenu de la lettre de Benoît XVI. Voici un extrait de l'interview, que j'ai traduit en anglais via Google :

    Lorsque vous avez rapporté la lettre pour la première fois, vous avez décidé de ne pas publier une partie du texte, en faisant remarquer que ce n'était pas le bon moment pour le faire. La raison en était le contenu sensible et les préoccupations que le défunt pape exprimait sur l'état de l'Église catholique. Pourriez-vous préciser de quoi il s'agissait exactement ?

    Oui, c'est comme ça. La lettre n'est pas longue, elle comporte douze lignes. Dans la deuxième moitié de la lettre, il y a une phrase, d'environ trois lignes, dans laquelle le pape émérite fait des affirmations frappantes.

    La phrase se lit comme suit : "Nous voyons comment le pouvoir de l'Antéchrist s'étend, et nous ne pouvons que prier pour que le Seigneur nous donne des bergers forts qui défendront son Eglise en cette heure de nécessité contre le pouvoir du mal."

    En allemand, cela se lit comme suit : "Man sieht, wie die Macht des Antichrist sich ausbreitet, und kann nur beten, dass der Herr uns kraftvolle Hirten schenkt, die seine Kirche in dieser Stunde der Not gegen die Macht des Bösen verteidigen."

    Qu'avez-vous pensé alors ? Et qu'en pensez-vous aujourd'hui ?

    Des concepts tels que l'expansion du pouvoir de l'Antéchrist, l'Eglise à l'heure du besoin, et la nécessité de défendre l'Eglise contre la puissance du mal sont sérieux et lourds de sens. D'autant plus qu'ils ont été prononcés par une personne dont l'expression, tout au long de sa vie, alliait la justesse à l'adéquation des termes utilisés. Il a délivré des messages publics sérieux même en tant que pape, mais ces formulations sont plusieurs degrés plus urgentes. La situation du monde et de l'Eglise a beaucoup troublé le Pape émérite. Il en souffrait visiblement.

    J'y pense très souvent, mais je n'ose pas interpréter ses déclarations. Je trouverais cela présomptueux à ce stade. Je ne suis qu'un ancien politicien chrétien et je ne me sens pas compétent. En tant que politicien, j'ai adhéré au magistère de l'Église catholique et je n'ai reculé devant aucun combat. Cependant, je commente rarement l'Eglise et seulement sur des détails. Pour exprimer des jugements fondamentaux sur son état en général, il faut à la fois une personne qui soit un meilleur exemple des vertus chrétiennes et une personne plus compétente sur le plan théologique. C'est un travail pour les saints.

    Lire la suite

  • Colonies: pas d'excuses, de la fierté plutôt!

    IMPRIMER

       C'est peu dire que la montagne a accouché d'une souris. Mise en place en juillet 2020 pour "examiner l'Etat indépendant du Congo et le passé colonial de la Belgique au Congo, au Rwanda et au Burundi, ses conséquences et les suites qu’il convient d'y réserver", la commission spéciale de la Chambre s'est réunie une dernière fois, le 19 décembre, sans s'accorder sur le projet de rapport, assorti de 128 recommandations, rédigé par son président, l'écologiste flamand (Groen) Wouter De Vriendt. Tout ceci, pour rappel, à l'issue de réunions étalées sur deux ans et demi, de 144 auditions et d'un voyage d'une dizaine de jours dans les anciennes colonies belges à la fin de l'été, la base du travail étant fournie par un document de 689 pages commandé à un collège d'experts… [Les références détaillées des documents et ouvrages cités se trouvent en fin d'article]

       Pareil non-épilogue ne fait évidemment pas l'affaire des gauches et de l'extrême gauche. Le processus parlementaire étant enrayé, elles ont d'abord décidé de renvoyer la balle aux partis politiques, aux cabinets ministériels et au Palais royal. Les verts, de leur côté, ont déposé à la Chambre l'ensemble des recommandations de la commission en proposant un vote distinct sur la question qui fâche le plus, à savoir celle des excuses qui seraient à présenter aux ex-colonisés par nos pouvoirs législatif (la Chambre) et exécutif (le gouvernement et le Roi). Des excuses pourquoi ? "Pour la domination et l'exploitation coloniales, les violences et les atrocités, les violations individuelles et collectives des droits humains durant cette période, ainsi que le racisme et la discrimination qui les ont accompagnées". Mais pas folle la guêpe: la démarche "n'implique toutefois aucune responsabilité juridique et ne peut dès lors donner lieu à une réparation financière" [Recommandations de la commission spéciale, pt 70].

    Lire la suite

  • Peter Seewald évoque la figure de Benoît XVI et son héritage pour l'Église et le monde d'aujourd'hui.

    IMPRIMER

    Lu sur Vida Nueva digital :

    Peter Seewald : "Benoît XVI voulait être professeur, mais il a pris le joug".

    Le journaliste allemand, grand biographe de Joseph Ratzinger, l'a rencontré pour la dernière fois le 15 octobre.

    Il a rendu visite à Benoît XVI pour la dernière fois le 15 octobre. Là, dans le monastère Mater Ecclesiae, où il vivait depuis sa démission en 2013, conscient que sa vie s'étiolait, le pape émérite a fait ses adieux au journaliste allemand Peter Seewald : "La prochaine fois, nous nous retrouverons au ciel". Aujourd'hui, son biographe - auteur, entre autres, de "Benoît XVI. Una vida" (Ediciones Mensajero, 2021) - et probablement le laïc qui a le mieux connu les rouages de Joseph Ratzinger, évoque dans Vida Nueva la figure de son compatriote et son héritage pour l'Église et le monde d'aujourd'hui.

    Q.- Quelle est la principale leçon de vie que Benoît XVI nous laisse ?

    R.- La grande inquiétude de Joseph Ratzinger était que la foi chrétienne disparaisse en Europe. Il y a tellement de problèmes dans le monde ! -Mais aucune de ces questions ne peut être résolue si Dieu, le Seigneur de l'univers, n'est pas pris en compte. À un moment décisif pour le monde, il a consacré toute sa vie à transmettre le message de l'Évangile sans le dénaturer. À une époque marquée par un éloignement de Dieu, il est nécessaire que les gens soient réunis avec Jésus-Christ, et c'est ainsi qu'il exhorte son Église, avec sa grâce et sa miséricorde, mais aussi avec ses admonitions. Celui qui veut être un chrétien aujourd'hui doit avoir le courage de ne pas être moderne. La Réforme ne signifie rien d'autre que d'apporter le témoignage de la foi avec une clarté nouvelle dans les ténèbres du monde.

    Q.- Quel souvenir Peter Seewald garde-t-il de la personne de Joseph Ratzinger ?

    R.- Celle d'une des personnalités les plus importantes de notre époque. Benoît était une personne qui savait particulièrement bien écouter, analyser les problèmes avec précision et donner des réponses exactes. En outre, je l'ai toujours considéré comme une personne extrêmement humble, cordiale et serviable, un homme à l'esprit très vif, mais aussi doté de beaucoup d'humour et de sang-froid pour pouvoir résister aux adversités de notre époque. Par-dessus tout, il avait une confiance inébranlable en Dieu.

    J'ai été impressionné par la façon dont Ratzinger a parlé de l'amour, le cœur de toute création. Et comment il a montré que la religion et la science, la foi et la raison, ne sont pas contradictoires. Sa façon d'enseigner m'a rappelé les maîtres spirituels, qui ne convainquent pas avec des leçons vides, mais avec des gestes silencieux, des allusions cachées, beaucoup de souffrance. Et surtout, avec son propre exemple, qui comprend l'intégrité, la fidélité, le courage et une bonne dose de volonté de souffrir.

    Q.- Que doit l'Eglise au pape allemand ?

    A. - Gratitude. Une gratitude infinie pour un ouvrage particulièrement pertinent et précieux pour notre époque, pour une société de plus en plus sécularisée et néo-païenne. Gratitude pour s'être fait serviteur de son Église et du message chrétien de toutes ses forces et avec une telle volonté de souffrir. En réalité, il voulait être enseignant, mais il a pris le joug. Et avec l'aide du ciel, il est devenu un phare, une icône de l'orthodoxie grâce à laquelle des millions et des millions de personnes ont pu et pourront continuer à s'orienter.

    Deux styles de gouvernement

    Q.- Dans quelle mesure Benoît XVI aide-t-il à expliquer et à comprendre le pontificat de François ? Sont-ils aussi différents qu'on le dit souvent ?

    R.- Beaucoup des réformes auxquelles François s'est attaqué, par exemple sur l'ordonnancement des finances du Vatican, avaient déjà été mises en place par Benoît XVI. En ce qui concerne les terribles cas d'abus sexuels sur mineurs, Benoît XVI, en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, avait déjà fixé la bonne voie et a été le premier pape à déchirer le voile du secret et à prendre des mesures décisives. Il ne fait aucun doute que Benoît et François ont un tempérament différent, chacun ayant son propre charisme et sa propre disposition ; et aussi une idée différente de la manière d'exercer la fonction. Benoît XVI a été blessé par le retour en arrière de son successeur sur la libéralisation de l'accès à la liturgie traditionnelle. Néanmoins, il y avait une grande sympathie mutuelle. Le pontife émérite a également veillé scrupuleusement à ce qu'aucun de ses propos ne puisse être compris comme une critique de son successeur. Il lui avait promis l'obéissance, et il a tenu sa promesse. Pour sa part, le pape François a toujours fait l'éloge de Benoît XVI comme "un grand pape" et, il y a quelques semaines, déjà comme "un saint".