Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 3

  • Quand Benoît XVI évoquait les principes non négociables

    IMPRIMER

    DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI AUX PARTICIPANTS AU CONGRÈS PROMU PAR LE PARTI POPULAIRE EUROPÉEN (source)

    Salle des Bénédictions- Jeudi 30 mars 2006

    Eminents Parlementaires,
    Mesdames et Messieurs,

    Je suis heureux de vous recevoir à l'occasion des Journées d'étude sur l'Europe, organisées par votre groupe parlementaire. Les Pontifes romains ont toujours accordé une attention particulière à ce continent. L'audience d'aujourd'hui le démontre une nouvelle fois, et s'inscrit dans une longue série de rencontres entre mes prédécesseurs et  les  mouvements  politiques  d'inspiration  chrétienne. Je remercie M. Pöttering des paroles qu'il m'a adressées en votre nom, et je lui présente, ainsi qu'à chacun de vous, mes cordiales salutations.

    Actuellement, l'Europe doit faire face à des questions complexes de grande importance, telles que la croissance et le développement de l'intégration européenne, la définition toujours plus précise de politiques communes au sein de l'Union et le débat sur son modèle social. Pour atteindre ces objectifs, il sera important de s'inspirer, avec une fidélité créative, de l'héritage chrétien qui a apporté une contribution tout à fait particulière à la formation de l'unité de ce continent. En tenant compte de ses racines chrétiennes, l'Europe sera capable de donner une orientation sûre au choix de ses citoyens et de ses peuples, elle renforcera sa conscience d'appartenir à une civilisation commune et elle consolidera l'engagement de tous dans le but de faire face aux défis du présent en vue d'un avenir meilleur. Par conséquent, j'apprécie la reconnaissance accordée par votre groupe à l'héritage chrétien de l'Europe, qui offre de précieuses orientations éthiques dans la recherche d'un modèle social qui réponde de manière adéquate aux questions posées par une économie déjà mondialisée et par les mutations démographiques, en assurant la croissance et l'emploi, la protection de la famille, l'égalité des chances pour l'éducation des jeunes et la sollicitude pour les plus pauvres.

    Par ailleurs, le soutien que vous apportez à l'héritage chrétien peut contribuer de manière significative à tenir en échec une culture aujourd'hui très amplement diffusée en Europe qui relègue dans la sphère privée et subjective la manifestation des convictions religieuses de chacun. Des politiques élaborées sur ce principe n'ont pas seulement comme conséquence de dénier un rôle public au christianisme; de manière plus générale, elles refusent tout lien avec la tradition religieuse de l'Europe, qui est pourtant très claire, en dépit de ses diversités confessionnelles, en menaçant ainsi la démocratie elle-même, dont la force dépend des valeurs qu'elle défend (cf. Evangelium vitae, n. 70). Etant donné que cette tradition, précisément au sein de ce que l'on pourrait appeler son unité polyphonique, est porteuse de valeurs qui sont fondamentales pour le bien de la société, l'Union européenne ne peut trouver qu'un enrichissement à la reconnaître. Ce serait un signe d'immaturité, voire de faiblesse, de choisir de s'y opposer ou de l'ignorer, plutôt que de dialoguer avec elle. Dans ce contexte, il faut reconnaître qu'une certaine intransigeance séculière se révèle ennemie de la tolérance et d'une saine vision séculière de l'Etat et de la société. C'est pourquoi je me réjouis que le traité constitutionnel de l'Union européenne prévoie une relation organisée et permanente avec les communautés religieuses, en reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique. Par dessus tout, j'ai confiance dans le fait que la mise en oeuvre effective et juste de cette relation commencera dès à présent, avec la co-opération de tous les mouvements politiques, indépendamment de leurs orientations partisanes. Il ne faut pas oublier que, lorsque les Eglises et les communautés ecclésiales interviennent dans le débat public, en exprimant des réserves ou en rappelant certains principes, cela ne constitue pas une forme d'intolérance ou une interférence, car ces interventions ne visent qu'à éclairer les consciences, en les rendant capables d'agir de manière libre et responsable, conformément aux exigences véritables de la justice même si cela peut entrer en conflit avec des situations de pouvoir et d'intérêt personnel.

    En ce qui concerne l'Eglise catholique, l'objet principal de ses interventions dans le débat public porte sur la protection et la promotion de la dignité de la personne et elle accorde donc volontairement une attention particulière à certains principes qui ne sont pas négociables. Parmi ceux-ci, les principes suivants apparaissent aujourd'hui de manière claire: 

    - la protection de la vie à toutes ses étapes, du premier moment de sa conception jusqu'à sa mort naturelle;

    - la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille - comme union entre un homme et une femme fondée sur le mariage - et sa défense contre des tentatives de la rendre juridiquement équivalente à des formes d'union radicalement différentes qui, en réalité, lui portent préjudice et contribuent  à  sa  déstabilisation, en obscurcissant son caractère spécifique et son rôle social irremplaçable;

    - la protection du droit des parents d'éduquer leurs enfants.

    Ces principes ne sont pas des vérités de foi, même si ils reçoivent un éclairage et une confirmation supplémentaire de la foi; ils sont inscrits dans la nature humaine elle-même et ils sont donc communs à toute l'humanité. L'action de l'Eglise en vue de leur promotion n'est donc pas à caractère confessionnel, mais elle vise toutes les personnes, sans distinction religieuse. Inversement, une telle action est d'autant plus nécessaire que ces principes sont niés ou mal compris, parce cela constitue une offense contre la vérité de la personne humaine, une blessure grave infligée à la justice elle-même.

    Chers amis, en vous exhortant à un témoignage crédible et cohérent de ces vérités fondamentales à travers votre action politique, et plus fondamentalement à travers votre engagement à vivre de manière authentique et cohérente votre vie, j'invoque sur vous et sur votre activité l'assistance continue de Dieu et en gage de celle-ci, je vous donne de tout coeur ma Bénédiction, ainsi qu'à tous ceux qui vous accompagnent.

  • L’origine des séquences et l’usage de l’encens dans la liturgie, par le Dr Denis Crouan

    IMPRIMER

    Liturgie 31 : L’origine des séquences et l’usage de l’encens dans la liturgie, par le Dr Denis Crouan

    https://youtu.be/V7eSlyaKnuY  

    Le docteur Denis Crouan aborde les séquences qui sont des chants populaires introduits dans la liturgie.  Au Moyen Âge, on les appelait « proses » ou parfois « hymnes ». Elles sont le fruit d’une étroite collaboration de la science humaine avec l’inspiration divine. Les séquences approuvées par l’Eglise ont une grande profondeur théologique qui devient de plus en plus marquée au cours des siècles.  

    L’usage de l’encens est attesté dès la plus haute autiquité. Puisque nous sommes des êtres de chair, nous appréhendons les réalités qui nous entourent par nos sens. Quant à la fumée de l’encens qui s’élève et parfume l’espace sacré, elle « aiguise » notre esprit en utilisant deux de nos sens pour évoquer les choses de Dieu : la vue et l’odorat. Malachie 1, 11 : « Du levant au couchant du soleil, mon Nom est louable parmi les nations. En chaque lieu, on brûle de l’encens pour mon Nom et on présente une offrande pure, car mon Nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur de l’univers. » 

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2023 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2023. 

  • Ouverture au public du site de fouilles de la piscine de Siloé où Jésus a guéri un aveugle

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Ouverture au public du site de fouilles de la piscine de Siloé où Jésus a guéri un aveugle

    7 janvier 2023

    Le site de fouilles de la piscine de Siloé à Jérusalem, lieu où Jésus a rendu la vue à un aveugle, sera ouvert au public pour la première fois.

    L'Autorité israélienne des antiquités (IAA), l'Autorité israélienne des parcs nationaux et la Fondation City of David ont annoncé le début des fouilles qui permettront l'exposition complète de la piscine de Siloé.

    Les visiteurs pourront voir l'étape de l'excavation de la piscine qui, dans les prochains mois, fera partie de la route touristique de la Cité de David au Mur occidental de Jérusalem.

    Selon l'Ancien Testament, la piscine de Siloé a été construite sous le règne du roi Ézéchias (2 Rois 20:20).

    Cette piscine est le lieu de l'un des miracles les plus célèbres accomplis par Jésus.

    Après avoir enduit les yeux d'un aveugle de boue et de salive, Jésus l'a envoyé se laver dans la piscine de Siloé. Là, l'homme a recouvré la vue (Jean 9:1-7).

    En 1980, les archéologues ont trouvé les premières indications sur l'emplacement de ce célèbre site biblique situé à l'extérieur des murs de la vieille ville de Jérusalem. Il leur a toutefois fallu attendre 2005 pour confirmer officiellement leur redécouverte.

    "Selon les estimations, le bassin de Siloé est passé par de multiples étapes de développement, et au sommet de sa gloire, il faisait environ 5 dunams (1,25 acres), et était incrusté d'impressionnantes dalles", a expliqué le porte-parole de l'IAA.

    Les fouilles ont également révélé que la piscine faisait 225 pieds de large, et qu'il y avait des marches sur au moins trois côtés de la piscine. 

    Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a salué le début du projet. "Le bassin de Siloé dans le parc national de la Cité de David à Jérusalem est un site d'importance historique, nationale et internationale", a-t-il déclaré.

    "Après de nombreuses années d'attente, nous serons bientôt en mesure de découvrir ce site important et de le rendre accessible aux millions de visiteurs qui se rendent à Jérusalem chaque année", a déclaré le maire.

  • Un historien allemand répond à l’accusation la plus absurde portée contre Benoît XVI

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    Réponse d’un historien allemand à l’accusation la plus absurde portée contre Benoît XVI

    L’une des accusations les plus courantes portées à l’encontre de Benoît XVI, généralement par les médias de gauche et d’extrême gauche, concerne son implication dans les Jeunesses hitlériennes, l’organisation de jeunesse du parti nazi.

     

    Traduction de l’espagnol

    (ZENIT Noticias – Contando Estrelas / Vigo, 3 janvier 2023) 

    Le pape émérite Benoît XVI, décédé le 31 décembre dernier, a été victime de toutes sortes de diffamations de son vivant et continue de l’être après sa mort.

    L’une des accusations les plus courantes portées contre Benoît XVI, généralement par les médias de gauche et d’extrême gauche, concerne son appartenance aux Jeunesses hitlériennes, l’organisation de jeunesse du parti nazi. Joseph Ratzinger est né en 1927. Il avait 12 ans lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté. En 2006, le média allemand Handelsblatt a souligné à ce sujet que le régime nazi a exigé l’adhésion obligatoire à partir de mars 1939, et que, bien que les responsables du séminaire où Joseph était scolarisé aient résisté jusqu’en octobre, ils ont finalement dû accepter, de sorte que Joseph Ratzinger a été enrôlé obligatoirement à l’âge de 14 ans, {mais a refusé de participer aux activités des Jeunesses hitlériennes}.

    Ce média allemand rappelle que le régime nazi se méfiait des séminaristes qui étaient enrôlés obligatoirement dans les Jeunesses hitlériennes, car ils étaient considérés comme hostiles au régime. Joseph lui-même se rappelle qu’il a été raillé par les nazis dans cette organisation de jeunesse pour avoir signalé qu’il voulait devenir prêtre. Rappelez-vous que la presse nazie calomniait les prêtres catholiques depuis des années. Rappelons que l’Église catholique avait dénoncé les abus des nazis dès leur arrivée au pouvoir en 1933. En Autriche, l’une des premières mesures prises par les nazis après l’annexion a été d’interdire les organisations de jeunesse catholiques et l’enseignement de la religion catholique dans les écoles.

    Sur la question de Joseph Ratzinger et des Jeunesses hitlériennes, il y avait déjà une controverse absurde promue par les médias dans plusieurs pays lorsqu’il a été élu pape. Certains ont même découpé une photo de lui pour l’accuser de faire le salut nazi. Tout était permis, y compris la manipulation et les mensonges, pour attaquer Benoît XVI. Rien de nouveau que l’Église catholique n’ait pas subi au cours de ses presque 2 000 ans d’histoire. Un historien allemand très critique envers le nazisme, Hans-Ulrich Wehler, a répondu à ces accusations absurdes contre Benoît XVI dans une interview publiée par Der Spiegel en 2005 :

    « Je trouve toute cette controverse grotesque. Depuis décembre 1936, renforcée en 1938, il existait une loi sur la jeunesse obligatoire, selon laquelle tous les garçons et toutes les filles de dix ans étaient admis dans les Jeunesses hitlériennes le 20 avril, c’est-à-dire le jour de l’anniversaire d’Hitler. D’abord dans le groupe de jeunes allemands de 10 à 14 ans, puis ils sont passés aux véritables Jeunesses hitlériennes de 14 à 18 ans. On peut critiquer Ratzinger de différents points de vue. Mais il doit être clair que lui, né en 1927, n’a pas pu éviter de servir dans un village bavarois parmi les Deutsches Jungvolk ».

    Le « Deutsches Jungvolk » (Jeunesse allemande) était la section des Jeunesses hitlériennes réservée aux enfants âgés de 8 à 14 ans. Ainsi, dans cette affaire, Benoît XVI a été victime d’une imposition totalitaire de la part des nazis, et maintenant la gauche s’en sert pour criminaliser la victime, qui à l’époque n’était qu’un enfant. En plus d’être une critique absurde, elle est profondément mesquine.

    La question est la suivante : les médias qui attribuent aujourd’hui un « passé nazi » à Benoît XVI ont-ils également attribué ce même passé à des hommes politiques de gauche qui ont subi la même imposition ? Et dans le cas des médias espagnols, parleront-ils du « passé falangiste » de nombreux politiciens de gauche qui ont également été forcés de rejoindre le Front de la jeunesse lorsqu’ils étaient enfants ? Si vous êtes un gauchiste, tout vous est pardonné.

  • Saint Raymond de Peñafort (7 janvier)

    IMPRIMER

    Du site "Nouvelle Evangélisation" :

    Né près de Barcelone, dans le château familial de Villafranca de Penades, probablement vers 1175, Raymond de Penafort était apparenté aux comtes de Barcelone et aux rois d'Aragon. Il étudia à l'école cathédrale de Barcelone où, à peine âgé de vingt ans, il enseigna la rhétorique et la logique. En 1210, il partit étudier le droit civil et le droit canonique à Bologne. En compagnie de Pierre Ruber, il fit la route à pied, par Arles et Turin ; il s’arrêtèrent quelques jours à Briançon pour constater un miracle que venait d’opérer Notre-Dame de Delbeza qui rendit les yeux et les mains à un jeune homme mutilé par des brigands. Après avoir été reçu docteur (1216), il resta à Bologne où, pendant trois ans, il enseigna le droit canonique avec tant de succès que les Bolonais lui offrirent des appointements prélevés sur les ressources de la ville ; après avoir donné le dixième de son salaire au clergé de sa paroisse, il distribuait le reste aux pauvres, ne gardant pour lui que le strict nécessaire.

    L'évêque de Barcelone, Bérenguer de Palou[1], qui passait par Bologne, au retour d’un pèlerinage à Rome, entendit si fort chanter les louanges de Raymond de Penafort qu'il le recruta pour le séminaire qu'il voulait fonder dans son diocèse, et l'emmena avec lui (1219). A Viterbe où résidait le pape Honorius III, ils rencontrèrent saint Dominique qui leur donna quelques uns de ses frères. Raymond de Penafort fut nommé chanoine de la cathédrale de Barcelone, puis prévôt du chapitre, archidiacre, grand vicaire et official (1220) ; outre qu'il fit donner une grande solennité à l'Ascension, il travailla fort au soin des pauvres qu'il nommait ses créanciers.

    Le Vendredi Saint 1222, il quittait le clergé séculier pour les Dominicains, sans perdre pour autant son influence sur l'évêque et le diocèse de Barcelone. Voyant que ses supérieurs ne le traitaient pas comme les autres novices, le frère Raymond de Penafort demanda qu’on lui imposât une pénitence particulière pour les fautes commises pendant sa vie séculière ; c’est pour répondre à sa demande que le provincial lui ordonna d’écrire la « Summa de pænitentia », premier ouvrage du genre, qui rassemble les cas de conscience à l'usage des confesseurs.

    Lorsque Pierre Nolasque[2], ancien marchand, fonda l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie de la Merci pour la rédemption des captifs (1223)[3], pour le rachat des prisonniers faits par les Musulmans, c'est Raymond de Penafort qui, dans la cathédrale de Barcelone, en présence de l'évêque et du roi Jacques I° d'Aragon[4], donna l'habit et le scapulaire aux premiers mercédaires ; il rédigera aussi la règle de ce nouvel ordre pour laquelle il obtiendra l'approbation du pape Grégoire IX (1235).

    Quelques années plus tard (1229), le cardinal de Sainte-Sabine, Jean d'Abbeville[5], fut envoyé comme légat en Espagne pour prêcher la Croisade[6] contre les Maures, et mettre en application les décrets du quatrième concile du Latran ; [7] il devait aussi déclarer nul le mariage de Jacques I° d’Aragon avec Eléonore de Castille. Le légat s'adjoignit Raymond de Penafort qui le précéda dans toutes ses visites canoniques et prit part à tous les actes importants de la légation. Le cardinal de Sainte-Sabine en rendant compte de sa mission au Pape (Pérouse le 25 novembre 1229), mit en avant la coopération efficace de Raymond de Penafort qui, le 28 novembre, fut chargé par Grégoire IX[8] de prêcher dans les provinces d'Arles et de Narbonne la Croisade dirigée par Jacques I° d’Aragon pour chasser les Maures de Majorque.

    Lire la suite

  • Le vrai Ratzinger

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le National Catholic Register :

    Le vrai Ratzinger

    La dernière des figures monumentales du catholicisme du XXe siècle ne ressemble en rien à la caricature créée par ses adversaires théologiques et culturels.

    4 janvier 2023

    Le Joseph Ratzinger que j'ai connu pendant 35 ans - d'abord en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), puis en tant que pape Benoît XVI et enfin en tant que pape émérite - était un homme brillant et saint qui ne ressemblait en rien à la caricature créée d'abord par ses ennemis théologiques, puis coulée dans le béton médiatique.  

    Le Ratzinger de la caricature était un inquisiteur/exécuteur ecclésiastique sinistre et implacable, "le Rottweiler de Dieu". L'homme que j'ai connu était un gentleman accompli à l'âme douce, un homme timide qui avait néanmoins un solide sens de l'humour, un amateur de Mozart qui était fondamentalement une personne heureuse, pas un grincheux aigri.   

    Le Ratzinger de la caricature était incapable de comprendre ou d'apprécier la pensée moderne. Le Ratzinger que j'ai connu était sans doute l'homme le plus érudit du monde, avec une connaissance encyclopédique de la théologie chrétienne (catholique, orthodoxe et protestante), de la philosophie (ancienne, médiévale et moderne), des études bibliques (juives et chrétiennes) et de la théorie politique (classique et contemporaine). Son esprit était lumineux et ordonné, et lorsqu'on lui posait une question, il répondait par paragraphes complets - dans sa troisième ou quatrième langue.  

    Le Ratzinger de la caricature était un réactionnaire politique, déconcerté par les manifestations estudiantines de 1968 en Allemagne et aspirant à une restauration du passé monarchique ; ses ennemis les plus vicieux laissaient entendre qu'il avait des sympathies pour les nazis (d'où le sobriquet désagréable de Panzerkardinal). Le Ratzinger que j'ai connu était l'Allemand qui, lors d'une visite d'État au Royaume-Uni en 2010, a remercié le peuple britannique d'avoir gagné la bataille d'Angleterre - un chrétien-démocrate bavarois (ce qui le placerait légèrement à gauche en termes de politique américaine) dont le dédain pour le marxisme était à la fois théorique (il n'avait aucun sens philosophique) et pratique (il n'a jamais fonctionné et était intrinsèquement totalitaire et meurtrier). Le Ratzinger caricatural était l'ennemi du Concile Vatican II. Le Ratzinger que je connaissais était, au milieu de la trentaine, l'un des trois théologiens les plus influents et les plus productifs de Vatican II - l'homme qui, en tant que préfet de la CDF, a travaillé de concert avec Jean-Paul II pour donner au Concile une interprétation faisant autorité, qu'il a approfondie au cours de son propre pontificat.

    Le Ratzinger caricatural était un troglodyte liturgique déterminé à faire reculer l'horloge de la réforme liturgique. Le Ratzinger que j'ai connu était profondément influencé, spirituellement et théologiquement, par le mouvement liturgique du XXe siècle. Ratzinger est devenu un pape beaucoup plus généreux dans son acceptation du pluralisme liturgique légitime que son successeur papal, parce que Benoît XVI croyait que, à partir d'un tel pluralisme vital, les nobles objectifs du mouvement liturgique qui l'a formé seraient finalement réalisés dans une Église habilitée par un culte révérencieux pour la mission et le service.    

    Le Ratzinger caricatural était une histoire d'hier, un intellectuel dépassé dont les livres prendraient bientôt la poussière et s'effondreraient, ne laissant aucune empreinte sur l'Église ou la culture mondiale. Le Ratzinger que j'ai connu était l'un des rares auteurs contemporains qui pouvait être certain que ses livres seraient lus dans des siècles. Je soupçonne également que certaines des homélies de ce plus grand prédicateur papal depuis le pape Saint Grégoire le Grand finiront par se retrouver dans la prière quotidienne officielle de l'Église, la Liturgie des Heures. 

    Le Ratzinger de la caricature avait soif de pouvoir. Le Ratzinger que j'ai connu a essayé à trois reprises de démissionner de son poste à la Curie, n'avait aucun désir d'être pape, a déclaré à ses confrères de l'Église en 2005 qu'il n'était "pas un homme de governo [gouvernance]" et n'a accepté son élection à la papauté qu'en obéissant à ce qu'il considérait comme la volonté de Dieu, manifestée par le vote écrasant de ses frères cardinaux.  

    Le Ratzinger de la caricature était indifférent à la crise des abus sexuels commis par des clercs. Le Ratzinger que j'ai connu a fait autant que n'importe qui, en tant que cardinal-préfet de la CDF puis en tant que pape, pour nettoyer l'Église de ce qu'il a brutalement et précisément décrit comme une "saleté". 

    La clé du vrai Joseph Ratzinger, et de sa grandeur, était la profondeur de son amour pour le Seigneur Jésus - un amour affiné par une extraordinaire intelligence théologique et exégétique, manifeste dans sa trilogie, Jésus de Nazareth, qu'il considérait comme la pierre angulaire du projet scientifique de toute sa vie. Dans ces livres, plus de six décennies d'apprentissage ont été distillées dans un récit qui, espérait-il, aiderait d'autres personnes à aimer Jésus comme il l'a fait, car, comme il l'a souligné dans tant de variations sur un grand thème, "l'amitié avec Jésus-Christ" était le début, la condition sine qua non, de la vie chrétienne. Et favoriser cette amitié était le but même de l'Église. 

    La dernière des figures monumentales du catholicisme du XXe siècle est rentrée chez elle auprès de Dieu, qui ne manquera pas de récompenser son bon serviteur.      

    George Weigel est membre éminent et titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques au Ethics and Public Policy Center de Washington.

  • La traduction du texte latin de l'acte (rogito) qui accompagne le pape défunt

    IMPRIMER

    La traduction du texte latin du rogito qui accompagne le pape défunt (source) :

    ACTE POUR LE PIEUX TRANSIT DE SA SAINTETÉ BENOÎT XVI, PAPE EMERITE

    OBITUS, DEPOSITIO ET TUMULATIO BENEDICTI PP XVI SANCTAE MEMORIAE

    Dans la lumière du Christ ressuscité, le 31 décembre de l'année de notre Seigneur 2022, à 9h34, alors que l'année touchait à sa fin et que nous étions prêts à chanter le Te Deum pour les nombreux bienfaits accordés par le Seigneur, le bien-aimé Pasteur émérite de l'Église, Benoît XVI, est passé de ce monde au Père. Toute l'Église, avec le Saint-Père François, a accompagné son passage dans la prière.

    Benoît XVI était le 265ème Pape. Sa mémoire perdure dans le cœur de l'Église et de l'humanité entière.

    Joseph Aloisius Ratzinger, élu pape le 19 avril 2005, est né le 16 avril 1927 à Marktl am Inn, dans le diocèse de Passau (Allemagne). Son père, commissaire de gendarmerie, est issu d'une famille d'agriculteurs de Basse-Bavière, aux ressources économiques modestes. Sa mère, fille d'artisans de Rimsting, sur la rive du lac Chiem, a travaillé comme cuisinière dans plusieurs hôtels avant de se marier.

    Il a passé son enfance et son adolescence à Traunstein, un petit village près de la frontière autrichienne, à une trentaine de kilomètres de Salzbourg, où il a reçu son éducation chrétienne, humaine et culturelle.

    La période de sa jeunesse n'a pas été facile. La foi de sa famille et son éducation l'ont préparé à la dure expérience des problèmes liés au régime nazi, conscient du climat de forte hostilité envers l'Église catholique en Allemagne. Dans cette situation complexe, il découvre la beauté et la vérité de la foi en Christ.

    De 1946 à 1951, il étudie à l'École supérieure de philosophie et de théologie de Freising et à l'Université de Munich. Le 29 juin 1951, il est ordonné prêtre et, l'année suivante, il commence à enseigner à la même école supérieure de Freising. Il a ensuite été chargé de cours à Bonn, Münster, Tübingen et Regensburg.

    En 1962, il devient un expert officiel du Concile Vatican II, en tant qu'assistant du cardinal Joseph Frings. Le 25 mars 1977, le pape Paul VI le nomme archevêque de München et Freising, et il reçoit l'ordination épiscopale le 28 mai de la même année. Il choisit comme devise épiscopale : "Cooperatores Veritatis".

    Il est créé cardinal par le pape Montini, avec le titre de Santa Maria Consolatrice al Tiburtino, au Consistoire du 27 juin 1977.

    Le 25 novembre 1981, Jean-Paul II l'a nommé préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi et, le 15 février de l'année suivante, il a démissionné du gouvernement pastoral de l'archidiocèse de München und Freising.

    Le 6 novembre 1998, il est nommé vice-doyen du Collège des cardinaux et le 30 novembre 2002, il devient doyen, prenant possession du titre de l'église suburbicaire d'Ostie.

    Le vendredi 8 avril 2005, il a présidé la messe des funérailles du pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre.

    Il a été élu pape par les cardinaux réunis en conclave le 19 avril 2005, et a pris le nom de Benoît XVI. Il se présente depuis la Loggia des Bénédictions comme un "humble ouvrier dans la vigne du Seigneur". Le dimanche 24 avril 2005, il a commencé solennellement son ministère pétrinien.

    Benoît XVI a placé le thème de Dieu et de la foi au centre de son pontificat, dans une recherche continue du visage du Seigneur Jésus-Christ et en aidant chacun à le connaître, notamment par la publication de l'ouvrage en trois volumes Jésus de Nazareth. Doté d'une vaste et profonde connaissance biblique et théologique, il avait l'extraordinaire capacité de formuler des synthèses éclairantes sur les principaux thèmes doctrinaux et spirituels, ainsi que sur les questions cruciales de la vie de l'Église et de la culture contemporaine.

    Il a promu avec succès le dialogue avec les anglicans, avec les juifs et avec les représentants d'autres religions ; il a également repris contact avec les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X.

    Le matin du 11 février 2013, au cours d'un Consistoire convoqué pour les décisions ordinaires concernant trois canonisations, après le vote des cardinaux, le Pape a lu en latin la déclaration suivante : " Bene conscius sum hoc munus secundum suam essentiam spiritualem non solum agendo et loquendo exerceri debere, sed non minus patiendo et orando. Attamen in mundo nostri temporis rapidis mutationibus subiecto et quaestionibus magni ponderis pro vita fidei perturbato ad navem Sancti Petri gubernandam et ad annuntiandum Evangelium etiam vigor quidam corporis et animae necessarius est, qui ultimis mensibus in me modo tali minuitur, ut incapacitatem meam ad ministerium mihi commissum bene administrandum agnoscere debeam. Quapropter bene conscius ponderis huius actus plena libertate declaro me ministerio Episcopi Romae, Successoris Sancti Petri, mihi per manus Cardinalium die 19 aprilis MMV commisso renuntiare ita ut a die 28 februarii MMXIII, hora 20, sedes Romae, sedes Sancti Petri vacet et Conclave ad eligendum novum Summum Pontificem ab his quibus competit convocandum esse".

    Lors de la dernière audience générale de son pontificat, le 27 février 2013, en remerciant chacun pour le respect et la compréhension avec lesquels sa décision a été acceptée, il a assuré : "Je continuerai à accompagner le chemin de l'Église avec la prière et la réflexion, avec cette dévotion au Seigneur et à son Épouse que j'ai cherché jusqu'à présent à pratiquer quotidiennement et que je voudrais pratiquer toujours".

    Après un bref séjour dans la résidence de Castel Gandolfo, il a vécu les dernières années de sa vie au Vatican, dans le monastère Mater Ecclesiae, se consacrant à la prière et à la méditation.

    Le magistère doctrinal de Benoît XVI est résumé dans les trois encycliques Deus caritas est (25 décembre 2005), Spe salvi (30 novembre 2007) et Caritas in veritate (29 juin 2009). Il a offert à l'Église quatre Exhortations apostoliques, de nombreuses Constitutions apostoliques et Lettres apostoliques, ainsi que les Catéchèses offertes lors des Audiences générales et les allocutions, y compris celles prononcées au cours de ses vingt-quatre voyages apostoliques dans le monde.

    Face à un relativisme de plus en plus envahissant et à un athéisme pratique, il a créé en 2010, par le motu proprio Ubicumque et semper, le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, auquel il a transféré la compétence en matière de catéchèse en janvier 2013.

    Il a résolument lutté contre les crimes commis par le clergé contre des mineurs ou des personnes vulnérables, appelant constamment l'Église à la conversion, à la prière, à la pénitence et à la purification.

    Théologien à l'autorité reconnue, il a laissé un riche héritage d'études et de recherches sur les vérités fondamentales de la foi.  

    CORPUS BENEDICTI XVI P.M. VIXIT A. XCV M. VIII D. XV
    ECCLESIÆ UNIVERSÆ PRÆFUIT A. VII M. X D. IX A D. XIX M. APR. A. MMV AD D. XXVIII M. FEB.   A. MMXIII
    DECESSIT DIE XXXI M. DECEMBRIS ANNO DOMINI MMXXII

    Semper in Christo vivas, Pater Sancte !

  • Ratzinger, le pape qui a mis en garde contre l'extinction du christianisme

    IMPRIMER

    De Giovani Maria Vian sur El País via Il Sismografo :

    Ratzinger, le pape qui a mis en garde contre l'extinction du christianisme

    Critique envers l'institution à laquelle il appartient, Benoît XVI a été lucide en prévoyant un avenir minoritaire pour le catholicisme dans un monde occidental où la foi s'éteint. Il a laissé des œuvres importantes, dont la trilogie sur "Jésus de Nazareth", et est resté ouvert, bien qu'il ait été qualifié de traître à Vatican II, puis de grand inquisiteur. En 1999, j'ai rencontré le cardinal Ratzinger pour la première fois à l'occasion du lancement d'une revue sur l'histoire des années saintes que j'avais coordonnée. Je n'ai pas été surpris par la gentillesse et la simplicité avec lesquelles il a accepté de la présenter, car ces caractéristiques lui étaient familières. Nombreux étaient ceux qui, au Vatican, avaient l'habitude de le voir, vêtu comme un simple prêtre avec son béret noir, traverser rapidement la place Saint-Pierre pour se rendre au travail, saluant ceux qui le reconnaissaient d'un léger sourire. À d'autres moments, le cardinal, qui était devenu très romain, s'arrêtait pour regarder d'un air amusé les chats qu'il rencontrait lors de ses promenades autour du Vatican.

    Cependant, lors de cette première rencontre, j'ai été frappé par le fait que le cardinal était resté un professeur, habitué à s'exprimer sans filtre, clairement, animé par la curiosité, comme tout véritable intellectuel. Son langage n'avait rien de clérical, et encore moins de curial, alors qu'il était à la curie depuis près de 20 ans, depuis que Jean-Paul II l'a appelé après qu'il ait survécu à la tentative d'assassinat et qu'il l'a nommé, fin 1981, préfet de l'ancien Saint-Office, c'est-à-dire gardien de la foi catholique. Le théologien bavarois est ainsi devenu le principal conseiller théologique du pontife slave et, bien plus tard, son successeur, lorsqu'en 2005, en moins d'une journée, les cardinaux réunis en conclave ont élu un Allemand pour succéder au pape polonais.

    Ainsi se terminent les suites de la Seconde Guerre mondiale, déclenchée par l'agression de l'Allemagne nazie contre la Pologne (et deux semaines plus tard contre l'Union soviétique). À l'âge de 16 ans, Ratzinger, né dans une modeste famille catholique totalement étrangère au nazisme, a également participé aux deux dernières années de la guerre. Séminariste, il est contraint de servir comme auxiliaire anti-aérien à partir de 1943 et est ensuite envoyé dans un camp de travail. Engagé dans l'infanterie, il déserte et est arrêté par les Américains. Il réagit à son emprisonnement comme un étudiant modèle, composant des vers grecs au crayon dans un cahier. Et c'est au crayon qu'il a beaucoup écrit tout au long de sa vie, dans une écriture minuscule pleine d'abréviations que seules sa sœur Maria et, plus tard, sa secrétaire, Birgit Wansing, pouvaient déchiffrer et transcrire.

    Il a laissé derrière lui des œuvres importantes, parmi lesquelles la trilogie sur Jésus de Nazareth (2007-2012), écrites alors qu'il était déjà pape, mais qu'il considérait comme le fruit de recherches personnelles et donc ouvertes à la critique.

    L'homme que j'ai connu était doux mais direct, habitué à aller à l'essentiel et à toujours parler et écrire clairement, comme le confirme son testament, publié le soir même de sa mort, à la fin de l'année. Un texte qui rappelle les méditations de Marc-Aurèle, lorsque l'empereur philosophe, au début du célèbre livre, remercie ses parents, mais aussi un autre testament papal extraordinaire, celui de Paul VI. Et c'est Montini lui-même, le pape du Concile, qui, un an avant sa mort en 1977, a changé la vie du théologien de 50 ans en le nommant archevêque de Munich et en le faisant cardinal. Ratzinger était déjà célèbre depuis l'époque du Concile Vatican II (1962-1965), où il avait participé en tant que conseiller théologique du vieux cardinal Frings, archevêque de Cologne, l'un des principaux représentants de la formation réformiste et anti-curiale.

    Ratzinger est toujours resté très ouvert, bien qu'il ait été qualifié de traître à Vatican II et plus tard de grand inquisiteur. Il avait une conception radicale de l'Église, alourdie, selon lui, par trop d'appareils et par la "saleté" des abus, qu'il a dénoncés le Vendredi saint 2005, peu avant d'être élu pape. Critique à l'égard de l'institution à laquelle il appartenait, ce théologien doux et inébranlable était lucide en prévoyant un avenir minoritaire pour le catholicisme dans un monde occidental où la foi s'éteint. Fin connaisseur de la tradition chrétienne, Ratzinger l'a toujours considérée comme une réalité en mouvement et ouverte sur l'avenir, et non comme quelque chose d'immobile.

    En 2012, il m'a permis de présenter en avant-première dans l'Osservatore Romano la préface de ses écrits conciliaires, publiée quelques mois plus tard dans ses œuvres complètes. Dans ce texte, le pape décrit un christianisme déjà fatigué, mais que le concile Vatican II, qu'il n'a jamais renié en tant que développement de la tradition, a cherché à revitaliser par sa "mise à jour".

    La gouvernance n'a jamais été le point fort de Ratzinger, et il s'est trop appuyé sur certains collaborateurs qui ne l'ont pas aidé comme ils auraient dû. En revanche, Benoît XVI a été très décisif et efficace dans la gestion du scandale des abus, notamment dans le cas du fondateur criminel des Légionnaires du Christ et en Irlande. Il a assumé des fautes qui n'étaient pas les siennes et a demandé le pardon en tant que chef de l'Église, même après sa démission historique de la papauté.

    *** Giovanni Maria Vian est un expert en histoire de l'Église et ancien rédacteur en chef du quotidien L'Osservatore Romano.

  • "Le pontificat de la raison"

    IMPRIMER

    De KTO.TV sur youtube  :

    Le pape Benoît XVI était un des plus grands théologiens de son temps. Parmi les thèmes majeurs de sa théologie figurait le rapport entre foi et raison, qu’il avait magistralement développé avec son prédécesseur. Dès 2008, des grands témoins présentaient le pontificat sous cette lumière. Une Production ROME REPORTS, 2008. Réalisation Edward Pentin.

  • Trois décisions historiques de Benoît XVI

    IMPRIMER

    De Philippe Maxence sur le site du Figaro via artofuss.blog :

    Les trois décisions historiques de Benoît XVI

    31/12/2022

    TRIBUNE – Après avoir donné le cap doctrinal du long pontificat de Jean-Paul II, le cardinal Ratzinger entama en tant que pape d’importantes réformes consistant à épurer le passif né de Vatican II, analyse le journaliste et écrivain Philippe Maxence.

    Philippe Maxence est journaliste et écrivain, rédacteur en chef de «L’Homme Nouveau».

    Il faudra certainement encore du temps pour mesurer exactement la portée de l’œuvre de Benoît XVI. Sa renonciation en 2013 avait pu laisser croire qu’il prenait définitivement le chemin du silence, voire celui de l’oubli. Certainement, l’avait-il voulu lui-même ainsi. Mais, sur ce point également, il avait dû apprendre à ne plus s’appartenir. Même silencieux, même retiré, même reclus, Benoît XVI restait une référence.

    Peu de temps après avoir répondu à l’appel de Jean-Paul II en 1981 pour prendre la tête de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, Joseph Ratzinger se vit affubler du sobriquet de « Panzer-Kardinal ». Parlante, l’expression faisait choc. Mais elle était fausse. Tous ceux qui ont pu le rencontrer peuvent en témoigner. L’homme était physiquement petit. Seuls un sourire avenant et des yeux pétillants d’intelligence cachaient une sorte de timidité. En lui, rien d’un char d’assaut déferlant sur la France en 1940. Rien non plus d’un inquisiteur tel que se l’imaginent ceux qui repeignent l’ère médiévale de couleur sombre. Tout, en revanche, d’un « cardinal sourire ».

    À la tête de l’ex-Saint-Office, le cardinal Ratzinger donna le cap doctrinal du long pontificat de Jean-Paul II. Les rôles semblaient partagés. Au pape, le devant de la scène, les bains de foule, les voyages, l’évangélisation des peuples et des nations quasiment en prise directe. Des actes aussi salués par le monde mais qui restent incompris d’une partie des fidèles comme les réunions interreligieuses d’Assise ou le baiser au Coran. Au cardinal, en revanche, le travail de bureau, les explications de la doctrine catholique, la réalisation d’un catéchisme universel, le fignolage des encycliques papales pour éviter de donner prise à des interprétations hétérodoxes. Des avertissements et des condamnations aussi. À chaque fois, du point de dentelle, du sur-mesure, du cousu main. De l’art à l’état pur, dans une époque qui ne vivait plus que de la grosse industrialisation à la chinoise. Le hiatus était inévitable.

    À lire aussi : L’ultime leçon de Benoît XVI : son abdication

    Quand Jean-Paul II rendit son âme à Dieu, Joseph Ratzinger lui succéda. Ce fut une surprise et pourtant c’était inévitable. Le pape défunt avait laissé une telle empreinte qu’il était impossible de lui imaginer un successeur qui ne fut pas un proche. Il fallait aussi un homme de l’intérieur du système ecclésial afin de le réformer. Il y avait urgence car la marmite pontificale était prête à exploser. Le cardinal Ratzinger était l’homme tout désigné. Il l’était d’autant plus qu’il n’avait pas craint lors du Vendredi Saint 2005 d’évoquer clairement la fange qui salissait l’Église.

    Élu rapidement, Joseph Ratzinger prit le nom de Benoît XVI. On attendait donc de lui qu’il réformât la curie tambour battant. L’attente était légitime mais c’était décidément mal connaître le nouveau Souverain Pontife. Il voyait les choses de haut. De trop haut ? Peut-être ! Il préféra une réforme de grande ampleur, une réforme bénédictine qui visait à restaurer l’unité de l’Église et la paix en son sein à travers quelques actes décisifs.« Autre geste historique, Benoît XVI décida en 2007 de mettre fin à la querelle liturgique née du changement du rite de la messe en 1969… Il rappela que l’ancienne messe n’avait jamais été interdite et que tout prêtre pouvait la célébrer. »

    Lire la suite

  • Sainte Geneviève

    IMPRIMER

    sainte12.jpgAu début de l'année 451, Attila entraîne ses hordes en-deçà du Rhin, prend, pille et brûle Metz la veille de Pâques (7 avril), remonte la vallée de le Seine et vient assiéger Paris.

    Au milieu du désarroi général, sainte Geneviève garde son sang-froid puisant son courage dans la confiance qu'elle a en la Providence. Elle convoque les femmes de Paris et, après leur avoir rappelé les grand exemples de Judith et d'Esther, libératrices de leur peuple, elles les invite à s'unir à elle pour détourner le fléau par la prière, le jeûne et les saintes veilles au baptistère de Saint-Jean-le-Rond. Sûre de l'appui des femmes parisiennes, elle s'adresse aux hommes : Que parlez-vous de vous réfugier en d'autres cités ? Celles-ci seront-elles mieux que Paris abritées contre un coup de main des barbares ? Paris, grâce à la protection du Christ, échappera au carnage.

    Lire la suite

  • Basile le Grand et Grégoire de Nazianze (2 janvier)

    IMPRIMER

    web-saint-january-02-basil-the-great-and-gregory-nazianzen-public-domain.jpgLes catéchèses hebdomadaires de Benoît XVI constituent une ressource remarquable pour aborder les pères et les docteurs de l'Eglise.

    Ainsi, aujourd'hui, pourra-t-on lire les deux enseignements consacrés par Benoît XVI à Basile le Grand, "lumière de l'Eglise", le 4 juillet 2007http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2007/documents/hf_ben-xvi_aud_20070704_fr.html 

    et le 1er août de la même année : http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2007/documents/hf_ben-xvi_aud_20070801_fr.html.

    Quant à Grégoire de Nazianze, il a été évoqué le 22 août 2007 : http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2007/documents/hf_ben-xvi_aud_20070822_fr.html