Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 4

  • La vie, la foi et le combat de Joseph Ratzinger : un entretien avec Peter Seewald

    IMPRIMER

    Du Catholic World Report :

    La vie, la foi et le combat de Joseph Ratzinger : Un entretien avec Peter Seewald

    Le journaliste allemand chevronné parle de sa nouvelle biographie de Benoît XVI et revient en détail sur l'enfance, la personnalité, l'éducation et le rôle de Joseph Ratzinger dans les événements clés de l'Église.

    1er janvier 2023

    Note : A l'occasion du décès de Joseph Ratzinger/Benoît XVI le 31 décembre, CWR publie à nouveau cette interview, publiée pour la première fois le 13 janvier 2021.

    Peter Seewald, journaliste allemand chevronné, a rencontré Joseph Ratzinger pour la première fois il y a près de trente ans. Depuis lors, il a publié deux livres à succès contenant des entretiens avec le cardinal Ratzinger - Salt of the Earth : Une interview exclusive sur l'état de l'Église à la fin du millénaire et Dieu et le monde : Believing and Living in Our Time, ainsi que Light of the World, paru en 2010 : The Pope, The Church and the Signs Of The Times (2010) et Benedict XVI (2017) : Last Testament-In His Own Words (2017).

    Il est également l'auteur de Benedict XVI : An Intimate Portrait, et de la photo-biographie intitulée Pope Benedict XVI : Serviteur de la Vérité.

    Son livre le plus récent est une biographie ambitieuse, en plusieurs volumes, du pape émérite. Le premier volume, intitulé Benedict XVI : A Life-Volume One : Youth in Nazi Germany to the Second Vatican Council 1927-1965, est disponible en anglais. (parue en français en mars 2022)

    M. Seewald a récemment correspondu avec Carl E. Olson, rédacteur en chef de CWR, au sujet de sa biographie de Benoît XVI, et a parlé en détail de l'enfance, de la personnalité, de l'éducation et du rôle de J. Ratzinger dans les événements clés de l'Église, en particulier le Concile Vatican II.

    CWR : Commençons par un peu de contexte. Quand et comment avez-vous fait la connaissance de Joseph Ratzinger ?

    Peter Seewald : Ma première rencontre avec le cardinal de l'époque remonte à novembre 1992. En tant qu'auteur du magazine Süddeutsche Zeitung, j'avais été chargé d'écrire un portrait du Préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi (CDF). À l'époque, Ratzinger était déjà l'homme d'Église le plus recherché au monde, juste après le pape. Et le plus controversé. Les journalistes faisaient la queue pour obtenir une interview avec lui. J'ai eu la chance d'être reçu par lui. Apparemment, ma lettre de motivation avait suscité son intérêt, dans laquelle je promettais de m'efforcer d'être objectif. Et c'était effectivement ce que je voulais.

    CWR : Quel genre d'accès avez-vous eu avec lui au cours de cette période ?

    Seewald : Je n'étais pas un de ses fans, mais je me suis posé la question : Qui est vraiment Ratzinger ? Il était depuis longtemps catalogué comme le "Cardinal Panzer", le "Grand Inquisiteur", un type sinistre, donc un ennemi de la civilisation. Dès que l'on soufflait dans cette corne, on pouvait être absolument certain des applaudissements des collègues journalistes et du grand public.

    CWR : Qu'est-ce qui était différent chez vous ?

    Seewald : J'avais étudié au préalable les écrits de Ratzinger et surtout ses diagnostics de l'époque. Et j'ai été quelque peu stupéfait de constater que les analyses de Ratzinger sur l'évolution de la société avaient été largement confirmées. En outre, aucun des témoins contemporains que j'ai interrogés, camarades de classe, assistants, compagnons, qui connaissaient vraiment Ratzinger, n'a pu confirmer l'image du partisan de la ligne dure, au contraire. À l'exception de personnes comme Hans Küng et Jürgen Drewermann, ses opposants notoires. Bien sûr, je voulais aussi voir par moi-même, sur place, dans le bâtiment de l'ancienne Sainte Inquisition à Rome.

    Lire la suite

  • "Un Père de l’Église pour notre temps"

    IMPRIMER

    Du cardinal Julián Herranz en 2007 (source) :

    Un Père de l’Église pour notre temps

    L’été dernier, un étudiant, après avoir entendu l’homélie de Benoît XVI sur l’Eucharistie pendant la Journée mondiale de la Jeunesse, à Cologne, m’a dit: «Éminence, l’histoire dira que, cette fois-ci, les cardinaux ont choisi pour pape un Père de l’Église…». Je ne sais pas ce que diront les historiens de ce pontificat mais une chose est certaine, et je suis heureux de le rappeler à la veille du quatre-vingtième anniversaire du Pape: les Pères de l’Église, en Orient comme en Occident, étaient liés, comme nous le sommes aujourd’hui, aux événements de leur temps, mais ils les vivaient, l’âme emplie d’une particulière clairvoyance doctrinale et sociale. L’homme Ratzinger a montré, de façon remarquable, avant et après son élection à la chaire de Pierre, qu’il était de la même nature que les Pères. Je laisse à d’autres le soin de le démontrer avec de plus amples arguments et une plus grande richesse de détails. Je me limiterai, quant à moi, dans cet écrit fait pour présenter mes vœux, à évoquer trois situations ecclésiales dans lesquelles je me suis senti particulièrement en accord avec lui.

    La crise postconciliaire

    Ce que l’on a appelé “la crise postconciliaire” des vingt années 1965-1985 a vraiment été un phénomène paradoxal. Alors que l’Esprit Saint, dépassant les limites humaines, venait de répandre sur l’Église la très puissante lumière de Vatican II, s’ouvrit, dans de nombreux secteurs de l’Église, une dramatique période d’obscurité et de confusion profondes où se mêlèrent: un désir de moderniser la théologie et la foi en mettant Dieu en marge et l’homme au centre; une réduction, dans une perspective “temporelle”, du message évangélique de salut et, en conséquence, de la mission de l’Église; une nouvelle conception de l’identité sacerdotale qui conduisit beaucoup de prêtres à laïciser leur style de vie et qui provoqua une hémorragie de défections sacerdotales et religieuses; des expérimentations liturgiques incontrôlées et désacralisantes, faites au nom de ce que l’on disait être la “réforme voulue par le Concile”, et ainsi de suite. Dans un tel contexte, le mot “tridentin”, synonyme de “conservateur, rétrograde” prit pour beaucoup de gens une coloration péjorative presque insultante; et pendant ce temps, d’autres s’agrippaient à un traditionalisme réducteur de la vraie tradition chrétienne, qui était parfois même en opposition avec le magistère du Concile.

    «À l’égard des deux positions opposées», avertit alors le cardinal Ratzinger dans son fameux Rapport sur la foi, «il faut d’abord préciser que le Concile Vatican II est soutenu par la même autorité que le Concile Vatican I et que le Concile de Trente: c’est-à-dire par le Pape et le collège des évêques en communion avec lui. Il faut ensuite rappeler, du point de vue du contenu, que le Concile Vatican II se situe dans la stricte continuité des deux Conciles précédents et les reprend à la lettre sur des points décisifs». Je confesse qu’en lisant cette interview du préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi réalisée par Vittorio Messori, j’ai été profondément frappé par la courageuse clarté et par le réalisme lucide avec lesquels les déviations doctrinales et disciplinaires de la “crise postconciliaire” étaient exposées. Ce long entretien suscita de vives réactions sur les premières pages des journaux.

    J’eus l’occasion de parler de tout cela avec le cardinal, notamment dans un long entretien que j’eus avec lui le 14 janvier 1985, dans son bureau de la Congrégation. J’eus aussi la possibilité ce jour-là de lui décrire en détail l’attitude du fondateur de l’Opus Dei, Mgr Escrivá – dont la cause de canonisation était déjà ouverte –, face à la situation de l’Église dans cette crise dramatique. Je luis dis qu’en lisant son Rapport, j’avais trouvé dans de nombreux passages, exprimées dans un langage académique, les mêmes considérations théologiques et pastorales – considérations douloureuses, mais pleines d’espérance –, que celles que j’avais entendues dans les années Soixante et Soixante-dix de la bouche de Mgr Escrivá, parfois même lorsqu’il faisait à voix haute sa méditation personnelle dans la chapelle, devant le tabernacle. «Cela a été la réaction d’un grand fondateur et d’un saint prêtre», commenta Ratzinger.

    Lire la suite

  • Quand Benoît XVI racontait sa renonciation

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro via lescrutateur.com :

    Benoît XVI raconte sa renonciation

    La renonciation surprise du pape Benoît XVI, le 11 février 2013, reste pour beaucoup une énigme. Le livre interview publié le 14 septembre prochain, chez Fayard, intitulé Benoît XVI, dernières conversations, répond, en partie, au mystère de cet homme aujourd’hui âgé de 89 ans, qui révèle être désormais « aveugle de l’œil gauche ». Le pape émérite vit une discrète retraite monastique dans une maison des jardins du Vatican, derrière la basilique Saint-Pierre. C’est là qu’il a accordé une longue interview au journaliste allemand Peter Seewald avec qui il avait déjà réalisé deux livres d’entretiens, Le Sel de la terre en 1996 et Lumière du monde en 2010.

    Contrairement à ces deux ouvrages qui respectaient un ordre chronologique strict - le dernier s’arrêtait aux cinq premières années du pontificat - ce livre revient sur l’ensemble de sa vie. Les réponses sont moins approfondies, mais elles procurent une approche exceptionnelle, souvent intime, de la personnalité de Benoît XVI. Il se livre à une confession très digne et fort lucide. Beaucoup de choses sont déjà connues, mais le morceau de choix est évidemment la renonciation. Benoît XVI - élu à 78 ans en 2005, le pape François a 79 ans - en profite pour remettre les pendules à l’heure. Non, il n’a pas démissionné sous la pression de l’affaire Vatileaks, cette fuite issue de documents volés par son majordome sur son bureau. Au contraire, insiste-t-il, « ces affaires étaient entièrement réglées (…) j’ai pu me retirer parce que le calme était revenu sur ce plan. Il n’y a pas eu de reculade sous la pression ».

    Encore moins ce départ - il avait alors 85 ans - fut-il un abandon, une « descente de la croix » comme certains l’ont affirmé. « C’est un reproche auquel je devais m’attendre », reconnaît-il avec une lucidité et un sens de l’autocritique qui caractérise ce livre. Mais « c’est une autre manière de rester lié au Seigneur souffrant, dans le calme du silence, dans la grandeur du silence et dans la grandeur et l’intensité de la prière pour toute l’Église. Cette démarche n’est donc pas une fuite, mais une autre façon de rester fidèle à ma mission ».

    « J’agissais en toute liberté » 

    Le plus stupéfiant en définitive est « la certitude intérieure » qui a conduit à cette décision. Acquise et mûrie par un Joseph Ratzinger priant : « J’en avais discuté avec le Seigneur assez longtemps. » Il confie : « Je me sens si intimement lié au Seigneur (…) Il est toujours là. » Il pose le point final de cet acte historique : « J’agissais en toute liberté. »

    Sur son successeur, autre élément neuf du livre, le pape émérite est peu disert. Il rappelle que « le pape est le pape quel qu’il soit » et qu’il lui a promis obéissance. Aucun commentaire, donc, sur le fond des réformes engagées, en particulier sur la question des divorcés remariés ou sur la réforme de la curie romaine. Il récuse toutefois le terme de « rupture » ou « d’oppositions » entre les deux pontificats et admet celui « d’infléchissements ».

    Benoît XVI ne cache toutefois pas que « la surprise a été grande pour moi » de voir élire le cardinal Bergoglio : « Je n’avais pas pensé à lui », parce que « personne ne s’y attendait ». Il n’était « pas considéré comme un des candidats les plus probables. En entendant son nom, j’ai été un peu hésitant dans un premier temps », note Benoît XVI, mais cela n’a pas duré : « Quand je l’ai vu s’adresser d’une part à Dieu et d’autre part aux hommes, la joie m’a envahi. Et le bonheur. »

    Il défend son bilan  

    Benoît XVI ne connaissait pas la « cordialité » de François, ni « cette attention extrêmement personnelle » à chacun. Il savait seulement que « c’était un homme très décidé » et qui « n’hésitait pas à dire franchement » les choses. Il voit maintenant un « homme de la réforme pratique » mais aussi un « homme méditatif ». Il constate surtout « une nouvelle fraîcheur dans l’Église, une nouvelle joie, un nouveau charisme qui plaît aux gens. C’est bien ». Mais il y a peu de contacts entre les deux hommes. François « n’a généralement pas l’occasion » de prendre conseil. Benoît XVI se trouve « très content de ne pas avoir à s’impliquer ».

    Cette remarque en dit long sur la personnalité profonde de Benoît XVI, très bien rendue dans l’entretien, son émotion - il rit souvent et pleure parfois - et son humour sur lui-même. Il défend également son bilan sur tous les points sensibles, comme la lutte contre la pédophilie. Oui, c’est un « professeur », qui ne fut peut-être pas la « personne idéale » pour être pape, mais « ce n’est pas non plus inconcevable », puisque l’axe de son pontificat fut de « mettre en évidence la centralité de la foi en Dieu ».

    Celui qui a toutefois subi son élection comme un « fardeau » - il n’a pas de mots assez forts pour en dire le poids - n’aura jamais été un politique : « Je suis fondamentalement hostile aux conjurations et à ce genre de choses, surtout pour l’élection d’un pape (…) je n’ai pas fait de politique en aucune façon. » Au sujet des querelles intestines de l’Église, et parlant de lui, il note : « Les gens savent que ce type-là n’est pas dangereux. »

  • Notre pape Benoît XVI : notre témoignage, par Denis Crouan et Arnaud Dumouch (1927-31 déc. 2022) 

    IMPRIMER

    Notre pape Benoît XVI : notre témoignage, par Denis Crouan et Arnaud Dumouch (1927-31 déc. 2022) 

    https://youtu.be/DDUHIAfOCpE   

    Notre expérience commune face aux persécutions dans l'Eglise : un pape de la douceur.  

    Son attitude durant son adolescence et sous le troisième Reich  

    Son soutien humble et ferme dans les épreuves face au clergé de la génération "boomers".

    Son apport théologique : comment lire Vatican II dans la continuité des autres conciles.  

    Son encyclique Spe Salvi 47 et son hypothèse sur la Parousie du Christ à l'heure de la mort. 

    Sa renonciation, acte providentiel qui a posé et fortifié le pontificat du pape François, lui-même en butte aux attaques de ses contradicteurs.  

    Sa mort simple. Son départ pour la vision béatifique à laquelle il aspirait. 

  • Saint Sylvestre, un pape du 4e siècle

    IMPRIMER

    34065a38.jpgSource : missel.free.fr

    Sylvestre, fils du prêtre Rufin, était un romain, mais ses origines sont obscurcies par toutes sortes de légendes. Sa mère, Justa, confia son éducation au prêtre Cyrinus. Il n’est pas douteux qu’il s’est bien conduit pendant la persécution de Dioclétien (284-305), ce qui lui a valu le titre de « très glorieux. » Il pratiqua l'hospitalité avec le plus grand courage en hébergeant un chrétien d’Antioche, Timothée, qui après avoir fait beaucoup de conversions fut décapité sur l'ordre du préfet de la ville, Tarquinius ; Sylvestre emporta le corps du martyre et, avec le pape Miltiade, il l'ensevelit près du tombeau de saint Paul, dans le jardin d'une pieuse dame, Théona. Tarquinius fit alors arrêter Sylvestre, le somma de livrer les biens de Timothée et d'apostasier. Sylvestre refusa et fut envoyé en prison d’où il fut libéré après que Tarquinius se fut étranglé avec une arête de poisson. Le pape Miltiade l'ordonna prêtre.

    Lire la suite

  • Thomas Becket : un témoin qui nous encourage à prendre position pour ce qui est juste

    IMPRIMER

    De K.V. Turley  sur le National Catholic Register :

    Saint Thomas Becket - Un saint pour cette saison ?

    L'archevêque martyr de Canterbury a beaucoup à nous apprendre sur les relations entre l'Église et l'État aujourd'hui.

    Thomas Becket forbids Robert de Beaumont, 2nd Earl of Leicester, and Reginald de Dunstanville, 1st Earl of Cornwall, to pass sentence on him.
    Thomas Becket interdit à Robert de Beaumont, 2e comte de Leicester, et à Reginald de Dunstanville, 1er comte de Cornouailles, de prononcer une sentence à son encontre. (photo : James William Edmund Doyle / Domaine public)

    Le 29 décembre 2021

    Le 29 décembre est la fête de saint Thomas Becket. Cet évêque martyr du 12e siècle est connu pour son opposition à l'excès de pouvoir de l'État en la personne du roi d'Angleterre Henri II. 

    Dans le monde d'aujourd'hui, on assiste à un nouvel affrontement entre l'Église et les autorités étatiques. Ce saint médiéval a-t-il donc quelque chose de pertinent à dire aux catholiques contemporains ? 

    Son biographe, le père John Hogan, le pense. Prêtre du diocèse de Meath (Irlande), il travaille dans le ministère paroissial et l'enseignement depuis son ordination. En outre, il a fondé la Fraternité Saint Genesius comme moyen de prière pour les personnes travaillant dans les arts et les médias, et a co-animé la série EWTN : Forgotten Heritage. Il a récemment publié Thomas Becket : Defender of the Church (Our Sunday Visitor) est un rappel opportun de ce que les catholiques en général et les évêques en particulier sont appelés à témoigner à toute époque. 

    Book cover OSV
    Couverture du livre "Thomas Becket : Defender of the Church".

    The Register s'est entretenu avec le Père Hogan le 17 décembre 2021. 

    Lire la suite

  • Saint Thomas Becket, champion de l'honneur de Dieu (29 décembre)

    IMPRIMER

    martyrdom.jpg(Source : Missel.free.fr) Thomas Becket ou Thomas de Londres comme on l'appelait alors, naquit probablement en 1118 dans une famille de la bourgeoisie londonienne qui connut des revers de fortune. Le soutien d’un de ses parents lui permit de faire de brillantes études à Paris. Il entra au service de l'archevêque Thibaud de Cantorbéry qui lui fit faire d'intéressants voyages à Rome (1151-1153) et aux écoles de Bologne et d’Auxerre où l’on formait des juristes. Finalement il se lia avec le futur Henri II Plantagenêt, qui, un an après son accession au trône d’Angleterre, le nomma chancelier d’Angleterre, après que l’archevêque l’eut nommé archidiacre de Cantorbéry.

    Lire la suite

  • "Totum amoris est" : la lettre apostolique du pape François pour le 4ème centenaire de la mort de saint François de Sales

    IMPRIMER

    LETTRE APOSTOLIQUE

    TOTUM AMORIS EST

    DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS

    POUR LE 4ème CENTENAIRE DE LA MORT
    DE SAINT FRANÇOIS DE SALES

    source

    « Tout est à l’amour ». [1] Dans ses paroles nous pouvons recueillir l’héritage spirituel laissé par saint François de Sales qui est mort à Lyon le 28 décembre 1622. Prince-évêque « en exil » de Genève depuis une vingtaine d’années, il avait un peu plus de cinquante ans. Il était arrivé à Lyon après sa dernière mission diplomatique, le Duc de Savoie lui ayant demandé d’accompagner le Cardinal Maurice de Savoie en Avignon. Ensemble, ils avaient rendu hommage au jeune Roi Louis XIII, sur son chemin de retour vers Paris par la vallée du Rhône après une campagne militaire victorieuse dans le Sud de la France. Fatigué et en mauvaise santé, François s’était mis en route par pur esprit de service. « S’il n’était pas très utile à leur service que je fasse ce voyage, j’aurais certainement beaucoup de bonnes et solides raisons pour m’en dispenser ; mais s’il s’agit de leur service, mort ou vivant, je ne me retirerai pas, mais j’irai ou je me ferai traîner ». [2] C’était son tempérament. À Lyon, il logea au monastère des Visitandines, dans la maison du jardinier afin de ne pas trop déranger et pour être en même temps plus libre de rencontrer ceux qui le désiraient.

    Désormais peu impressionné par les « faibles grandeurs de la cour » [3], il avait passé ses derniers jours à exercer son ministère de pasteur dans une succession de rendez-vous : confessions, conversations, conférences, prédications ainsi que les incontournables ultimes lettres d’amitié spirituelle. La raison profonde de ce style de vie remplie de Dieu lui était devenue de plus en plus claire au fil du temps, et il l’avait formulée de manière simple et précise dans son célèbre Traité de l’amour de Dieu : « Sitôt que l’homme pense un peu attentivement à la Divinité, il sent une certaine douce émotion du cœur, qui témoigne que Dieu est Dieu du cœur humain ». [4] Voilà la synthèse de sa pensée. L’expérience de Dieu est une évidence pour le cœur humain. Il ne s’agit pas d’une construction mentale mais d’une reconnaissance, pleine d’émerveillement et de gratitude, qui fait suite à la manifestation de Dieu. C’est dans le cœur et par le cœur que s’accomplit ce processus d’unification subtil et intense en vertu duquel l’homme reconnaît Dieu et, en même temps, se reconnaît lui-même, reconnaît son origine, sa profondeur et son accomplissement dans l’appel à l’amour. Il découvre que la foi n’est pas un mouvement aveugle, mais avant tout une attitude du cœur. Par elle, l’homme s’en remet à une vérité qui apparaît à sa conscience comme une “douce émotion”, capable de susciter en retour un bon vouloir auquel nul ne saurait renoncer pour toute réalité créée, comme il aimait à le dire.

    A cette lumière, on comprend que, pour saint François de Sales, il n’y avait pas de meilleur lieu pour trouver Dieu, et pour aider à le chercher, que le cœur de chaque homme et de chaque femme de son temps. Il l’avait appris en s’observant lui-même attentivement dès son plus jeune âge, et en scrutant le cœur humain.

    Lors de sa dernière rencontre de ces jours-là, à Lyon avec ses Visitandines, dans le climat intime d’un quotidien habité par Dieu, il leur avait laissé cette expression par laquelle il aurait voulu que sa mémoire soit plus tard fixée en elles : « J’ai tout résumé dans ces deux mots quand je vous ai dit de ne rien refuser ni désirer ; je n’ai plus rien à vous dire ». [5] Il ne s’agissait cependant pas d’un exercice de pur volontarisme, « une volonté sans humilité », [6] de cette tentation subtile sur le chemin de la sainteté qui confond celle-ci avec la justification par ses propres forces, avec l’adoration de la volonté humaine et de sa propre capacité, « qui aboutit à une autosatisfaction égocentrique et élitiste dépourvue de véritable amour ». [7] Il ne s’agissait pas non plus d’un pur quiétisme, d’un abandon passif et sans affects à une doctrine sans chair et sans histoire. [8] Cette formule naissait plutôt de la contemplation de la vie même du Fils incarné. Le 26 décembre le Saint s’adressait ainsi aux Sœurs au cœur du mystère de Noël : « Voyez-vous l’Enfant Jésus dans la crèche ? Il reçoit tous les ravages du temps, le froid et tout ce que le Père permet qu’il lui arrive. Il ne refuse pas les petites consolations que sa mère lui donne, et il n’est pas écrit qu’il tende jamais les mains pour avoir le sein de sa Mère, mais il laisse tout à ses soins et à sa prévoyance ; ainsi nous ne devons rien désirer ni refuser, supportant tout ce que Dieu nous envoie, le froid et les ravages du temps ». [9] Son attention à reconnaître comme indispensable le soin de tout ce qui est humain est émouvante. À l’école de l’Incarnation, il avait appris à lire l’histoire et à l’habiter avec confiance.

    Lire la suite

  • « Et hoc vobis signum » : comment un Dieu a-t-il pu s'intéresser aux hommes?

    IMPRIMER

    heures-a-l-usage-de-Paris-Moulins-BM-ms-0079-f-032-r (1).jpgA la  tribune des « opinions » dans « La Libre » pour Noël, on peut lire cet article de Laurent Verpoorten, journaliste liégeois pour la Radio Chrétienne Francophone (1) (archive 24/12/2015)

    « Au diable les esprits chagrins ! Les chrétiens font la fête à Noël ! Tant mieux si les personnes qui se sont éloignées de leur baptême, celles qui pratiquent d’autres religions, les agnostiques, les athées trouvent en ce jour une occasion de s’amuser. Que Noël puisse revêtir pour eux un aspect plus familial et solennel que toute autre occasion de fête - apéro, barbecue, pot de départ, anniversaire, crémaillère, victoire, défaite … - c’est parfait ! Mais en vérité, le 24 décembre, il faut être chrétien pour avoir une raison valable de festoyer. Et elle n’est pas des moindres. C’est LA raison par excellence de réjouissance, la source d’allégresse la plus débordante, le cadeau le plus inespéré : Jésus-Christ est né ! "Nations entières, applaudissez des mains, célébrez votre Dieu dans les chants de l'exaltation" car "un enfant nous est né, le Fils nous a été donné, il porte sa puissance sur ses épaules et sera nommé Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père à jamais, Prince de la paix" (Isaie. IX, 6). Avouons que cela donne envie de ne pas mégotter sur le champagne !

    Chair divine

    Bien sûr, croire dans un Dieu fait chair n’est évident pour personne. Ce ne le fut jamais. L’incarnation de Dieu constitue même le motif de la crucifixion de Jésus. En osant ne rien nier devant le grand prêtre qui lui demandait s’il était le Fils de Dieu, Jésus signe son arrêt de mort. Le supplice infligé à Pâques est finalement une tentative d’éradiquer Noël…

    Par la suite, dans les premiers siècles du christianisme, le refus de l’incarnation sera à l’origine de nombreuses hérésies. Mais les Pères de l’Eglise tiennent bon. Contre l’adoptianisme et l’ébionisme : oui, Jésus est Dieu né d’une humaine. Contre le docétisme : oui, son corps fut en tout point semblable au nôtre. Contre le monophysisme, le nestorianisme, l’anoméisme : oui, ses deux natures coexistaient au sein d’une même personne. Contre l’arianisme : oui, Jésus fait homme est Dieu au même titre que le Père et que l’Esprit. Ces polémiques théologiques se concluront par une formule limpide, consacrée en 451 au Concile de Chalcédoine : Jésus est pleinement homme et pleinement Dieu.

    C’est que la naissance humaine de Dieu constitue, avec son sacrifice, la clef de voûte de la cathédrale théologique chrétienne. Si le Christ n’a pas pleinement épousé la condition humaine, il ne peut être un modèle. Si les dés sont pipés, s’il était, d’une manière ou d’une autre, avantagé par sa condition divine, il n’a rien à nous dire. Par contre, le choix de prendre corps, soumis plus tard à la torture et à la mort, font prendre conscience de la miséricorde et du sacrifice incommensurable que Dieu lui-même consentit à notre égard. En vivant divinement sa vie d’homme, Jésus nous laisse une feuille de route : celle du possible humain. "Je suis, disait-il (Jean 14, 6), le chemin, la vérité et la vie."

    Le nouveau visage de Dieu proposé par la religion chrétienne entrait cependant en collision frontale avec l’armature de la pensée antique. Biberonnée au platonisme, mâtinée de spiritualisme oriental ou gnostique, la culture païenne portait un regard méprisant sur le corps. Comment admettre dès lors qu’un être éternel en vienne à se souiller dans de la matière périssable ? Les Grecs et les Romains tenaient à leur disposition de nombreux exemples de dieux prenant forme humaine pour visiter la terre. Mais c’était toujours pour en tirer un profit personnel : remporter des combats, favoriser leurs chouchous, coucher avec des mortel(le)s. Mais renoncer à leurs prérogatives divines pour souffrir voire mourir, jamais ! Ceci explique pourquoi, dans les premiers siècles du christianisme, ce fut moins la nature divine de Jésus qui fut mise en doute que sa nature humaine.

    Aujourd’hui, la science faisant davantage référence que la métaphysique, la situation s’est inversée : ce n’est plus l’humanité du Christ qui pose problème, mais sa divinité. Un point de vue étonnant puisque aucun dieu ne répond mieux aux critères de scientificité que celui des chrétiens. La science moderne tire sa légitimité du fait qu’elle ne tient compte que de l’observable. Quel paradoxe alors qu’elle ne fasse pas plus grand cas du seul monothéisme dont le Dieu a précisément tenu à se rendre visible ! Et au sein de l’observable, ce que la science moderne conserve pour en tirer des lois, c’est ce qui se répète, se reproduit. Certes, il n’y eut qu’une seule naissance de Jésus, mais il n’y a qu’un seul Dieu, comme il n’y a qu’un seul nous-même. Comment Dieu nous rejoindrait-il dans notre humanité individuelle s’il se donnait la possibilité de s’incarner à une fréquence élevée ? N’est-il pas plus pertinent, et plus riche, de souligner que Dieu se conforme au mode universel de procréation ? En naissant de la femme, Jésus-Christ, comme chacun d’entre nous, est le fruit d’un processus à la fois banal et éminemment singulier.

    Incroyable mais vrai

    Mais au final, ce qui empêche de se réjouir de l’incarnation de Dieu, ce ne sont pas les limites propres au corps des êtres humains, mais celles de leur âme. Ce qui fait s’éloigner du miracle de Noël, c’est l’athéisme de l’amour, une conviction bien naturelle pour tout qui a fréquenté l’humanité, ne serait-ce qu’au travers de la sienne. Personne n’est capable d’aimer sans limite et, surtout, qui peut penser que quelqu’un mérite de l’être ? Qu’un Dieu puisse avoir renoncé à sa quiétude céleste, à son immortalité indolore, pour s’intéresser aux mammifères que nous sommes et, pire encore, pour consentir à partager corporellement et spirituellement cette condition, cela serait si incompréhensible que d’aucuns ont la tentation d’en conclure que c’est impossible.

    Un jour qu’un philosophe exigeait de lui une définition de Dieu, saint Augustin répondit : "Si tu le comprends, c’est que ce n’est pas Lui." La raison humaine échoue à rendre raison de l’amour de Dieu au travers de concepts. Si elle y parvient, ce dont elle dispose n’est que son propre reflet. Dieu est saisissant parce qu’il nous échappe, parce qu’il nous dépasse. Car il est alors lui-même. Ce n’est qu’à partir du moment où l’on a conscience du caractère incompréhensible de Dieu qu’on peut espérer en comprendre quelque chose, synthétise le philosophe Jean-Luc Marion. Et tout l’intérêt du christianisme, mais aussi sa surprenante complexité, réside dans le fait que c’est en expérimentant concrètement notre propre vie que Dieu nous déstabilise. Ce qui fait de Noël un moment privilégié d’approfondissement du mystère de Dieu. Des informations supplémentaires sont disponibles ce jeudi soir dans toutes les églises près de chez vous …

    Titre orignal : "Et hoc vobis signum , Voici le signe qui vous est donné (Luc 2, 12)"

    Ref. Comment un Dieu a-t-il pu s'intéresser aux hommes?

    JPSC

  • Saint Jean de Kenty (23 décembre)

    IMPRIMER

    Saint Jean de Kenty (1390-1473) (source)

    Un professeur que les étudiants aimaient. Un professeur qui était une autorité pour ses collègues enseignants. Un professeur qui priait pour ses jeunes étudiants. Un professeur qui partageait son salaire avec les pauvres. Un professeur qui n’était jamais au-dessus de ceux avec lesquels il travaillait, vivait. Un prêtre- professeur, qui était tout simplement concerné. Tel était justement Saint Jean de Kenty.

    Il naquit le 24 juin 1390 dans la localité de Kęty (à 80 kilomètres de Cracovie). A l’âge de 23 ans, il fut accepté pour étudier dans le Département des Arts libéraux de l’Académie de Cracovie, où il acquit le titre de maître. Il reçut aussi l’ordination, et par la suite servit pendant quelques années en tant que recteur, enseignant et éducateur dans l’école monastique de l’Ordre du Saint-Sépulcre.

    Dans les années qui suivirent, il obtînt la chaire du département des Arts et en même temps il commença des études dans le Département de théologie. Il se distinguait par sa grande ambition dans l’acquisition du savoir. Il était très fiable quant à son travail. Après l’obtention du titre de bachelier en théologie, Jean de Kenty devint chanoine du chapitre de la collégiale de Saint Florian à Cracovie

    La vérité au-dessus de tout

    Saint Jean de Kenty devint célèbre pour son amour de la recherche de la vérité. Dans chacune de ses activités, le travail intellectuel, la transcription d’œuvres, l’éducation de la jeunesse, il voulait être fidèle à l’Evangile. Il éprouvait un grand respect pour chaque homme. Il ne tolérait pas qu’en sa présence quiconque soit calomnié. On peut ici également citer la légende de son agression par des brigands pendant un pèlerinage. Selon la tradition, les voleurs exigèrent tout l’argent qu’il avait sur lui. Lorsqu’ils l’obtinrent, ils s’éloignèrent de lui satisfaits. Le professeur se souvint cependant rapidement qu’il avait deux morceaux d’or cousus dans son vêtement et pensa : « Seigneur ! Que vais-je faire ? Il n’est pas digne de mentir, même à des bandits ! ». Il courut donc vers les voleurs et leur donna également cet or. Les brigands virent alors qu’ils avaient affaire à un saint, ils lui rendirent tout ce qu’ils lui avaient pris auparavant et, lui demandant pardon, l’invitèrent dans leur repaire.

    Prie et travaille

    Fréquenter Dieu était pour lui la chose la plus importante dans la vie. Il consacrait de nombreuses heures durant la journée à la prière et à l’adoration du Très Saint Sacrement dans l’église Sainte-Anne à Cracovie. Il ne séparait jamais la piété de ses occupations didactiques ou de ses réflexions intellectuelles. Saint Jean de Kenty manifestait également une grande dévotion pour la Passion du Seigneur. Son autel-confession qui se trouve dans l’église Sainte-Anne a été installé en face de l’autel représentant la scène de la descente du Seigneur Jésus de la Croix, ce qui souligne encore son amour pour la Passion du Seigneur. Saint Jean de Kenty adorait sans cesse le Corps de Jésus Christ. Le Saint professeur s’occupa toute sa vie de la transcription des livres, des grandes œuvres, entre autres celles de Saint Augustin. Durant toute sa vie il recopia environ 18 000 pages. En tant que théologien, il résolvait les problèmes liés à l’éthique conjugale, les addictions, les relations interpersonnelles. Il prêchait des pénitences très sévères envers les époux adultères, et se caractérisait par une position toute aussi décidée s’agissant de l’interruption de grossesse. 

    L’homme, la légende

    Il existe de nombreuses légendes montrant la grande bonté et la miséricorde qu’il manifestait envers toutes les personnes qu’il rencontrait. Il était célèbre pour l’aide qu’il apportait aux pauvres étudiants, aux misérables ou aux sans-logis. Une des légendes rapporte que lors d’un hiver sévère il fit don de son manteau et de ses souliers à un sans-logis. Une scène à la cantine des professeurs a également été rapportée : le professeur Jean, mis au courant de l’arrivée d’un mendiant, proclama : « le Christ est arrivé ! » et ordonna qu’on l’accueillît. C’est peut-être de là qu’est venue la tradition de laisser un couvert supplémentaire à la table de la Veillée de Noël ?

    Jean de Kenty vivait modestement dans une petite cellule au Collegium Maius. Il menait une vie d’ascète : il finissait chaque travail, chaque manuscrit par des remerciements à l’intention de Dieu un et trinitaire, de la Très Sainte Mère et de tous les Saints. En outre il signait tous ses manuscrits de la sorte : « par un certain Jean ».

    Il mourut en odeur de sainteté le 24 décembre 1473 à Cracovie. Jusqu’à la fin de sa vie il continua à travailler intellectuellement à l’Université de Cracovie. Il fut enterré dans l’église Sainte-Anne près de la chaire de laquelle il prononçait ses sermons de son vivant. Après la mort de Jean de Kenty on venait en pèlerinage sur sa tombe, on observait également de nombreux miracles par son intercession. Du fait du culte croissant du Saint on construisit à ce même emplacement une église plus grande,  qui pourrait contenir des foules de fidèles.

    Jean de Kenty fut canonisé le 16 juillet 1767 par le pape Clément XIII. Il est entre autres le patron de la jeunesse qui apprend et étudie, ainsi que des professeurs.

  • Le Christ est-il un personnage historique ou une création mythologique ?

    IMPRIMER

    De Simon Lessard sur LeVerbe (via ce site) :

    Jésus a-t-il réellement existé ?

    Chaque année, à Noël, nous célébrons la naissance de Jésus. Mais est-ce que le fondateur du christianisme est réellement venu au monde ? Le Christ est-il un personnage historique ou une création mythologique ?

    La question n’est pas secondaire. Car le christianisme, religion de l’incarnation, n’est pas qu’un système de valeurs et de symboles qui donne sens à la vie. Il se présente plutôt comme une bonne nouvelle fondée sur des faits historiques : la vie, les enseignements, les miracles, la mort et la résurrection d’un homme, Jésus de Nazareth, qui prétendait non seulement parler au nom de Dieu, mais être Dieu lui-même.

    Le pape Benoît XVI a plus d’une fois rappelé ce principe :

    L’Histoire du salut n’est pas une mythologie, mais une véritable Histoire, et c’est pour cela qu’elle doit être étudiée avec les méthodes de la recherche historique sérieuse.
    Bref, plus qu’une histoire, le christianisme est de l’histoire. Il peut et doit donc être étudié comme tel.

    Hors de tout doute raisonnable

    La science historique peut démontrer l’existence d’une personne à partir de l’analyse critique de documents. Quand ceux-ci sont suffisamment fiables, nombreux et convergents, il est possible d’arriver à une véritable certitude. Ainsi, les historiens peuvent conclure hors de tout doute raisonnable à l’existence de Socrate, de Cléopâtre ou encore d’Alexandre le Grand.

    Or, lorsqu’il est question de Jésus de Nazareth, les documents historiques ne manquent pas, aussi bien de la part des chrétiens que des non-chrétiens.

    Les preuves des adversaires

    Plusieurs auteurs juifs, grecs et romains ayant écrit peu de temps après la mort de Jésus parlent de lui dans leurs ouvrages. Pour la science historique, ces mentions convergentes par des adversaires du christianisme constituent des éléments de preuve hautement crédibles.

    Flavius Josèphe, historiographe juif né autour de l’an 37 et ayant travaillé pour l’empereur romain Vespasien, parle de Jésus comme d’un « sage » dans ses Antiquités juives rédigées en 93-94 et ajoute :

     Sa conduite était juste et on le connaissait pour être vertueux. Et un grand nombre parmi les Juifs et les autres nations devinrent ses disciples. Pilate le condamna à être crucifié et à mourir. Mais ceux qui étaient devenus ses disciples continuèrent de l’être. Ils disaient qu’il leur était apparu trois jours après sa crucifixion et qu’il était vivant : ainsi, il était peut-être le Messie au sujet duquel les prophètes ont raconté des merveilles.
        Flavius Josèphe, Les Antiquités judaïques, 93-94 apr. J.-C.

    Le Talmud de Babylone, un recueil d’anciennes traditions juives, évoque aussi la condamnation à mort un vendredi d’un homme appelé Jésus de Nazareth : « La veille de la Pâque, on pendit [à la croix] Yeshû le Nazaréen […] parce qu’il a pratiqué la sorcellerie, a séduit et égaré Israël. »

    Tacite, historien et sénateur romain né en 58, mentionne quant à lui l’existence du Christ à l’époque de Ponce Pilate ainsi que sa crucifixion : « Ce nom [de chrétiens] leur vient de Christos (Christ), que, sous le principat de Tibère, le procurateur Ponce Pilate avait livré au supplice » (Annales 15, 44, 5).

    Suétone, chef du bureau des correspondances de l’empereur Hadrien, écrit vers 120 à propos de l’empereur Claude : « Il chassa de Rome les Juifs, qui s’agitaient d’après les excitations d’un certain Christus. »

    Lire la suite

  • Pierre Canisius, jésuite et catéchiste (21 décembre)

    IMPRIMER

    374px-Saint_Petrus_Canisius.jpgLe mercredi 9 février 2011, lors de l'audience générale du mercredi, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Pierre Canisius, fêté le 21 décembre

    Chers frères et sœurs,

    Je voudrais vous parler aujourd’hui de saint Pierre Kanis, Canisius, forme latinisée de son nom de famille, une figure très importante du XVIe siècle catholique. Il était né le 8 mai 1521 à Nimègue, en Hollande. Son père était bourgmestre de la ville. Alors qu’il était étudiant à l’université de Cologne, il fréquenta les moines chartreux de Sainte Barbara, un centre dynamique de vie catholique, ainsi que d’autres hommes pieux qui cultivaient la spiritualité dite devotio moderna. Il entra dans la Compagnie de Jésus le 8 mai 1543 à Mayence (Rhénanie-Palatinat), après avoir suivi un cours d’exercices spirituels sous la direction du bienheureux Pierre Favre, Petrus Faber, l’un des premiers compagnons de saint Ignace de Loyola. Ordonné prêtre en juin 1546 à Cologne, dès l’année suivante, comme théologien de l’évêque d’Augsburg, le cardinal Otto Truchsess von Waldburg, il participa au Concile de Trente, où il collabora avec deux confrères, Diego Laínez et Alfonso Salmerón.

    En 1548, saint Ignace lui fit terminer sa formation spirituelle à Rome et l’envoya ensuite au Collège de Messine pour accomplir d’humbles travaux domestiques. Ayant obtenu à Bologne un doctorat en théologie le 4 octobre 1549, il fut destiné par saint Ignace à l’apostolat en Allemagne. Le 2 septembre de cette même année, 1549, il rendit visite au Pape Paul III à Castel Gandolfo, puis se rendit dans la basilique Saint-Pierre pour prier. Là, il implora l’aide des grands saints apôtres Pierre et Paul, afin qu’ils accordent une efficacité permanente à la Bénédiction apostolique pour son grand destin, pour sa nouvelle mission. Dans son journal, il note certaines phrases de cette prière. Il dit: «J’ai alors ressenti qu’un grand réconfort et que la présence de la grâce m’étaient accordés au moyen de ces intercesseurs [Pierre et Paul]. Ils confirmaient ma mission en Allemagne et semblaient me transmettre, comme apôtre de l’Allemagne, le soutien de leur bienveillance. Tu sais, Seigneur, de combien de façons et combien de fois en ce même jour tu m’as confié l’Allemagne pour laquelle, par la suite, je continuerais à être sollicité, pour laquelle je désirerais vivre et mourir».

    Lire la suite