Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Victimae Paschali Laudes

    IMPRIMER

    VÍCTIMÆ pascháli laudes ímmolent Christiáni.
    Agnus redémit oves: Christus ínnocens Patri reconciliávit peccatóres.
    Mors et vita duéllo conflixére mirándo: dux vitæ mórtuus, regnat vivus.
    Dic nobis, María, quid vidísti in via ?
    Sepúlcrum Christi vivéntis: et glóriam vidi resurgéntis.
    Angélicos testes, sudárium et vestes.
    Surréxit Christus spes mea: præcédet vos in Galilǽam.
    Scimus Christum surrexísse a mórtuis vere: tu nobis, victor Rex, miserére.
    Amen. Allelúia.
    A la victime pascale, que les Chrétiens immolent des louanges.
    L’Agneau a racheté les brebis : le Christ innocent a réconcilié les pécheurs avec Son Père.
    La vie et la mort se sont affrontées en un duel prodigieux : l’Auteur de la vie était mort, Il règne vivant. Dites-nous, Marie, qu’avez-vous vu en chemin ?
    J’ai vu le tombeau du Christ vivant, et la gloire du ressuscité.
    J’ai vu les témoins angéliques, le suaire et les linceuls.
    Il est ressuscité, le Christ, mon espérance : Il vous précédera en Galilée.
    Nous le savons : le Christ est ressuscité des morts : ô Toi, Roi vainqueur, aie pitié de nous.
    Amen. Alléluia.
  • O Filii et Filiae... Alleluia, Alleluia, Alleluia !

    IMPRIMER

    C’est l'hymne liturgique à chanter pendant le Temps Pascal.
    Elle a été écrite par Jean Tisserand (o.f.m.) en 1494.
     
    R. Alleluia ! Alleluia ! Alleluia !
    R. Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !
     
    1. O filii et filiæ,
    1. O fils et filles,
    Rex coelestis, Rex gloriae
    Le Roi des cieux, le Roi de gloire
    morte surrexit hodie. Alleluia !
    A surgi de la mort aujourd'hui, alléluia !
     
    2. Et mane prima sabbati
    Et le matin du premier jour après le Sabbat,
    Ad ostium monumenti
    Jusqu’à la porte du monuement,
    Accessérunt discipuli. Alleluia !
    S’approchèrent les disciples, alléluia !
     
    3. Et Maria Magdalene,
    3. Et Marie-Madeleine
    et Iacobi, et Salome
    Et Marie mère de Jacques
    Venerunt corpus ungere. Alleluia !
    Sont venues embaumer le Corps, alléluia !
     
    4. In albis sedens angelus
    4. Un ange, assis, vêtu de blanc,
    praedixit mulieribus:
    Dit aux femmes :
    Quia surrexit Dominus. Alleluia !
    "Le Seigneur est ressuscité." alléluia !
     
    5. Et Ioannes apostolus
    5. Et Jean l'Apôtre,
    cucurrit Petro citius,
    Court plus vite que Pierre,
    Ad sepulcrum venit prius. Alleluia !
    Et arrive le premier au tombeau. Alléluia !
     
    6. Discipulis astantibus,
    6. Les disciples étant présents,
    in medio stetit Christus,
    Jésus parut au milieu d'eux et leur dit :
    dicens: Pax vobis omnibus. Alleluia !
    "Que la paix soit au milieu de vous tous." Alléluia !
     
    7. In intelléxit Didymus
    7. Dès que Didyme apprit
    Quia surrexerat Iesus,
    Que Jésus était réssuscité,
    Remansit fere dubius, Alleluia !
    Il demeura presque dans le doute. Alléluia !
     
    8. Vide Thoma, vide latus,
    8. Thomas, vois mon côté, lui dit Jésus,
    vide pedes, vide manus,
    Vois mes pieds, vois mes mains,
    Noli esse incredulus. Alleluia.
    Et ne reste pas incrédule. Alléluia !
     
    9. Quando Thomas vidit Christum,
    9. Quand Thomas eut vu le côté du Christ,
    Pedes, manus, latus suum,
    Les pieds et ses mains,
    Dixit, Tu es Deus meus. Alleluia.
    Il s’écria : Vous êtes mon Dieu. Alléluia.
     
    10. Beati qui non viderunt,
    10. Heureux ceux qui sans avoir vu,
    Et firmiter credidefunt,
    Ont cru d’une ferme foi,
    Vitam aeternam habebunt. Alleluia.
    Ils posséderont la vie éternelle. Alléluia.
     
    11. In hoc festo sanctissimo
    11. Célébrons cette très sainte solennité
    Sit laus et jubilatio!
    Par des cantiques de louanges et d’allégresses !
    Benedicamus Domino. Alleluia.
    Bénissons le Seigneur. Alléluia !
     
    12. De quibus nos humillimas
    12. Rendons à Dieu avec le dévouement et la reconnaissance,
    Devotas aeque debitas
    Qui lui sont dus, de très humbles actions de grâces,
    Deo dicamus gratias. Alleluia.
    Pour tous ses bienfaits. Alléluia !
  • Christos anesti !

    IMPRIMER

    Orthodox Music, Divna Ljubojevic - ♫ Hristos Anesti ♫

  • Exultet ! Qu'exulte de joie dans le ciel la multitude des anges !

    IMPRIMER

    (Source) L'Exultet est un chant liturgique par lequel l'Eglise, durant la veillée pascale du Samedi saint, proclame l'irruption de la lumière dans les ténèbres (symbolisée par celle du cierge pascal qui vient d'être allumé) et annonce la Résurrection du Christ.

    Ce chant très ancien, dont le texte a été fixé par le pape Innocent III, comprend deux parties : un prologue, toujours identique, et une préface, qui a parfois varié (version romaine, milanaise ou bénéventaine).

    Ce chant en latin est appelé "Exultet" d'après son premier mot (Exultet iam angelica turba caelorum ! "Qu'exulte maintenant la troupe des anges célestes !") ; aujourd'hui, il est chanté soit en latin, soit dans une traduction ou adaptation dans les langues vernaculaires.

    Un passage du chant est particulièrement célèbre, le "Felix culpa" : "O heureuse faute qui nous a mérité un tel et un si grand Rédempteur !" (O felix culpa, quae talem ac tantum meruit habere redemptorem !)

    Ce chant évoque la traversée de la mer Rouge lors de l'Exode et célèbre la Pâque du Christ. Ce chant célèbre et explique la signification du cierge pascal. Il évoque le travail de l'abeille, productrice de la cire, et va jusqu'à la comparer à la Vierge Marie.

    Le chant de l'Exultet était traditionnellement écrit non dans un livre mais sur un rouleau, qui était lu dans sa longueur (à la différence de la manière antique). Le diacre laissait pendre devant l'ambon le texte déjà lu, et des illustrations, faites "à l'envers", permettaient aux fidèles des premiers rangs de suivre par l'image ce qui était chanté ! (cependant, il faisait sombre, l'église n'étant alors éclairée que par le cierge pascal : il s'agissait donc en partie d'un élément symbolique...). Plusieurs collections de manuscrits et musées possèdent des "rouleaux d'Exultet", qui sont un des fleurons de l'art de l'enluminure et de la calligraphie dans le domaine occidental.

    Exultet iam angélica turba cælórum:
    exultent divína mystéria:
    et pro tanti Regis victória tuba ínsonet salutáris.

    Gáudeat et tellus, tantis irradiáta fulgóribus:
    et ætérni Regis splendóre illustráta,
    tótius orbis se séntiat amisísse calíginem.

    Lætétur et mater Ecclésia,
    tanti lúminis adornáta fulgóribus:
    et magnis populórum vócibus hæc aula resúltet.

    Vere dignum et iustum est,
    invisíbilem Deum Patrem omnipoténtem
    Filiúmque eius unigénitum,
    Dóminum nostrum Iesum Christum,
    toto cordis ac mentis afféctu et vocis ministério personáre.

    Qui pro nobis ætérno Patri Adæ débitum solvit,
    et véteris piáculi cautiónem pio cruóre detérsit.

    Hæc sunt enim festa paschália,
    in quibus verus ille Agnus occíditur,
    cuius sánguine postes fidélium consecrántur.

    Hæc nox est,
    in qua primum patres nostros, fílios Israel
    edúctos de Ægypto,
    Mare Rubrum sicco vestígio transíre fecísti.

    Hæc ígitur nox est,
    quæ peccatórum ténebras colúmnæ illuminatióne purgávit.

    Hæc nox est,
    quæ hódie per univérsum mundum in Christo credéntes,
    a vítiis sæculi et calígine peccatórum segregátos,
    reddit grátiæ, sóciat sanctitáti.

    Hæc nox est,
    in qua, destrúctis vínculis mortis,
    Christus ab ínferis victor ascéndit.

    Nihil enim nobis nasci prófuit,
    nisi rédimi profuísset.
    O mira circa nos tuæ pietátis dignátio!
    O inæstimábilis diléctio caritátis:
    ut servum redímeres, Fílium tradidísti!

    O certe necessárium Adæ peccátum,
    quod Christi morte delétum est!
    O felix culpa,
    quæ talem ac tantum méruit habére Redemptórem!

    O vere beáta nox,
    quæ sola méruit scire tempus et horam,
    in qua Christus ab ínferis resurréxit!

    Hæc nox est, de qua scriptum est:
    Et nox sicut dies illuminábitur:
    et nox illuminátio mea in delíciis meis.

    Huius ígitur sanctificátio noctis fugat scélera, culpas lavat:
    et reddit innocéntiam lapsis
    et mæstis lætítiam.
    Fugat ódia, concórdiam parat
    et curvat impéria.

    In huius ígitur noctis grátia, súscipe, sancte Pater,
    laudis huius sacrifícium vespertínum,
    quod tibi in hac cérei oblatióne solémni,
    per ministrórum manus
    de opéribus apum, sacrosáncta reddit Ecclésia.

    Sed iam colúmnæ huius præcónia nóvimus,
    quam in honórem Dei rútilans ignis accéndit.
    Qui, lícet sit divísus in partes,
    mutuáti tamen lúminis detrimenta non novit.

    Alitur enim liquántibus ceris,
    quas in substántiam pretiósæ huius lámpadis
    apis mater edúxit.²

    O vere beáta nox,
    in qua terrénis cæléstia, humánis divína iungúntur!¹

    Orámus ergo te, Dómine,
    ut céreus iste in honórem tui nóminis consecrátus,
    ad noctis huius calíginem destruéndam,
    indefíciens persevéret.
    Et in odórem suavitátis accéptus,
    supérnis lumináribus misceátur.

    Flammas eius lúcifer matutínus invéniat:
    ille, inquam, lúcifer, qui nescit occásum.
    Christus Fílius tuus,
    qui, regréssus ab ínferis, humáno géneri serénus illúxit,
    et vivit et regnat in sæcula sæculórum.

    Qu'exulte de joie dans le ciel la multitude des anges ! Chantez, serviteurs de Dieu, et que retentisse la trompette triomphale pour la victoire du grand Roi ! Réjouis-toi, ô notre terre, resplendissante d'une lumière éclatante, car il t'a prise en sa clarté et son règne a dissipé ta nuit ! Réjouis-toi, Eglise notre mère, toute remplie de sa splendeur, et que résonne l'acclamation du peuple des fils de Dieu !…

          Vraiment il est juste et bon de proclamer à pleine voix ta louange, Dieu invisible, Père tout puissant, et de chanter ton Fils bien-aimé, Jésus Christ notre Seigneur. C'est lui qui a payé pour nous la dette encourue par Adam notre père, et qui a détruit en son sang la condamnation de l'ancien péché. Car voici la fête de la Pâque où l'Agneau véritable est immolé pour nous. Voici la nuit où tu as tiré de l'Egypte nos pères, les enfants d’Israël, et leur as fait passer la mer Rouge à pied sec ; nuit où le feu de la nuée lumineuse a repoussé les ténèbres du péché…

          Ô nuit qui nous rend à la grâce et nous ouvre la communion des saints ; nuit où le Christ, brisant les liens de la mort, s'est relevé victorieux des enfers. Heureuse faute d'Adam qui nous a valu un tel Rédempteur ! Ô nuit qui seule a pu connaître le temps et l'heure où le Christ est sorti vivant du séjour des morts ; ô nuit dont il est écrit : « La nuit comme le jour illumine, la ténèbre autour de moi devient lumière pour ma joie » (Ps 138,12)… Ô nuit bienheureuse, où se rejoignent le ciel et la terre, où s’unissent l’homme et Dieu.

          Dans la grâce de cette nuit, accueille, Père très Saint, le sacrifice du soir de cette flamme que l'Eglise t'offre par nos mains ; permets que ce cierge pascal, consacré à ton nom, brûle sans déclin en cette nuit et qu'il joigne sa clarté à celle des étoiles. Qu'il brûle encore quand ce lèvera l'astre du matin, celui qui ne connaît pas de couchant, le Christ ressuscité revenu des enfers, qui répand sur les hommes sa lumière et sa paix. Garde ton peuple, nous t'en prions, ô notre Père, dans la joie de ces fêtes pascales. Par Jésus Christ, ton Fils notre Seigneur, qui par la puissance de l'Esprit s'est relevé d'entre les morts et qui règne près de toi pour les siècles des siècles. Amen!

  • Sainte et joyeuse fête de Pâques

    IMPRIMER

    resurrection1.jpgC’est le jour de la Résurrection,
    rayonnons de joie en cette solennité ;
    embrassons-nous les uns les autres,
    disons " Frère ", même à ceux qui nous haïssent,
    pardonnons tout à cause de la Résurrection, et chantons :

    Christ est ressuscité des morts,
    par la mort, il a vaincu la mort ;
    à ceux qui sont dans les tombeaux,
    il a donné la Vie.

    (extrait du Canon de Saint Jean de Damas)

    L'équipe de "belgicatho" vous souhaite une sainte et joyeuse fête de Pâques, toute vibrante des Alleluia de la Résurrection.

  • Le message pascal de Benoît XVI à la Ville et au Monde (archive 2012)

    IMPRIMER

    MESSAGE URBI ET ORBI
    DU PAPE BENOÎT XVI

    PÂQUES 2012

    Dimanche, 8 avril 2012

    Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier !

     « Surrexit Christus, spes mea » - « Le Christ, mon espérance, est ressuscité» (Séquence pascale).

    Que parvienne à vous tous la voix joyeuse de l’Église, par les paroles que l’ancien hymne met sur les lèvres de Marie Madeleine, la première à rencontrer Jésus ressuscité le matin de Pâques. Elle courut chez les autres disciples et, le cœur tout battant, elle leur annonça : « J’ai vu le Seigneur ! » (Jn 20, 18). Nous aussi, qui avons traversé le désert du Carême et les jours douloureux de la Passion, faisons place aujourd’hui au cri de victoire : « Il est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! ».

    Tout chrétien revit l’expérience de Marie de Magdala. C’est une rencontre qui change la vie : la rencontre avec un Homme unique, qui nous fait expérimenter toute la bonté et la vérité de Dieu, qui nous nous libère du mal, non pas d’une manière superficielle, momentanée, mais il nous en libère radicalement, nous guérit de tout et nous restitue notre dignité. Voici pourquoi Madeleine appelle Jésus « mon espérance » : car c’est Lui qui l’a fait renaître, lui a donné un nouvel avenir, une existence bonne, libérée du mal. « Le Christ, mon espérance » signifie que tout mon désir de bien trouve en Lui une possibilité réelle : avec Lui, je peux espérer que ma vie sera bonne, et qu’elle sera pleine, éternelle, car c’est Dieu-même qui s’est fait proche jusqu’à entrer dans notre humanité.

    Lire la suite

  • Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?

    IMPRIMER

    tombea10.jpgHomélie pour la fête de Pâques (homelies.fr - archive 2010)

    Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, se rendent au sépulcre pour embaumer le Corps de leur Maître. Une surprise de taille les attend : la dépouille mortelle du Seigneur a disparu du tombeau, dont la pierre est roulée sur le côté ! Leur désarroi est total. Brusquement, alors que tout est encore ténèbres autour d’elles et dans leur cœur, deux messagers divins au vêtement éblouissant se présentent à elles, chargés d’orienter leur recherche : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? » S’Il est vivant, alors il est clair qu’« Il n’est pas ici » : les vivants n’habitent pas les tombeaux. Mais comment peut-Il être vivant, Lui dont la dépouille mortelle a bel et bien été déposée dans ce sépulcre ? La réponse résonne comme un coup de trompette : « "Il est ressuscité" comme Il l’avait annoncé ; ne vous avait-Il pas par trois fois prévenu : "Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’Il soit crucifié et que, le troisième jour, Il ressuscite" ? »

    Aujourd’hui encore, c’est la Parole de Jésus qui doit orienter notre quête ; c’est elle qui nous fait pressentir que l’absence apparente du Seigneur, annonce un autre mode de présence, qu’il s’agit de discerner à la lumière de la foi.

    Mission accomplie, les anges disparaissent. Mues par une folle espérance, « Marie Madeleine, Jeanne et Marie mère de Jacques ainsi que les autres femmes qui les accompagnaient » courent partager leur expérience bouleversante, dont à vrai dire, elles ne mesurent pas encore la portée. Mais les Apôtres ne prêtent guère crédit à leurs propos qui leur semblent délirant, et qu’ils mettent sur le compte de la difficulté de ces femmes à faire le deuil de leur espérance. Pierre cependant est bouleversé par leur récit ; il veut en avoir le cœur net et court au tombeau, où il ne découvre que le linceul. Le corps a donc effectivement disparu. Bouleversé, Pierre ne rejoint pas ses compagnons, mais « retourne chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé ». Il n’a pas encore la foi, mais lui aussi se met en chemin : il rentre à l’intérieur de lui-même pour faire à son tour l’exercice d’anamnèse que les Anges ont demandé aux femmes. Il se prépare ainsi à la rencontre avec le Ressuscité (Lc 24, 34), qui sera le fondement de la foi de l’Eglise.

    Tel fut le chemin des femmes, des apôtres, et de toutes les générations de croyants tout au long de l’histoire ; tel est aussi le chemin que nous avons pris en cette nuit sainte. C’est parce que nous avons longuement écouté la Parole des prophètes qui nous annonçaient la venue du Messie, que nous avons pu reconnaître la présence du Ressuscité au creux de son apparente absence.

    Oui le Christ est ressuscité : Il est vivant ici maintenant, au milieu de nous. Puisse-t-Il nous renouveler dans notre foi, notre espérance et notre charité, afin de pouvoir discerner les signes de sa présence dans notre vie quotidienne. Nous pourrons alors être témoin par toute notre vie de la Bonne Nouvelle : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité, alléluia !

    Père Joseph-Marie

  • RDC : Malonzi na Mokonzi (la Passion du Seigneur) chantée en lingala

    IMPRIMER

     À la paroisse Saint-Augustin de Kinshasa (mélodie composée par le  cardinal † Joseph-Albert Malula):

  • Comment le Samedi saint a inspiré la vie de Benoit XVI

    IMPRIMER

    Publié par Agnès Pinard Legry sur le site web « aleteia » :_DSC8420cover.jpg

    « Alors que le 95e anniversaire de Benoît XVI tombe cette année un Samedi saint, comme le jour de sa naissance en 1927, Aleteia s’est intéressée à la manière dont ce jour si particulier a imprégné toute la vie du pape émérite.

    C’est durant la nuit du Samedi saint de l’année 1927, le 16 avril à 4h15 du matin, que Joseph Aloisius Ratzinger a vu le jour. Une date qui ne l’a jamais quitté. Lorsqu’il s’agit de questions personnelles, « le futur pape est toujours resté réservé » raconte Peter Seewald, journaliste allemand, ami de Benoît XVI et auteur Benoît XVI, une vie. Mais il n’a jamais caché qu’il voyait les circonstances de sa naissance comme un signe très spécial.

    Être le « premier-né de la nouvelle eau pascale », surtout dans sa famille, « a toujours été considéré comme une sorte de privilège, dans lequel résident une singulière espérance et une prédestination, qui devaient se dévoiler au fil du temps » avait-il confié en décembre 1998 lors d’un entretien avec une radio bavaroise. Il semble que « mes parents avaient ressenti ces grâces comme providentielles et me l’avaient dit dès le début », expliqua-t-il par la suite à Peter Seewald au cours de l’une de leurs nombreuses conversations.

    Ce jour, où le Christ est mystérieusement caché et en même temps présent, est devenu un programme pour ma vie.

    Comprenant ces événements comme un « message divin » lui étant adressé, il s’est appliqué à les méditer toujours plus en profondeur. Ainsi à propos de ses textes sur le Samedi saint il dit : « Ils ne sont pas tant le fruit d’une réflexion, que quelque chose lié à mes origines, au début de mon existence, auquel je ne faisais pas que penser, mais que je vivais. »

    Dans les paroles du Samedi saint, il y a quelque chose « de la situation humaine en général, de la situation de notre siècle, mais aussi de ma vie. D’un côté, il y a l’obscurité, le questionnement, les dangers, la menace, mais de l’autre la certitude qu’il y a de la lumière, que cela vaut la peine de vivre et de continuer ». À cet égard, ce jour, « où le Christ est mystérieusement caché et en même temps présent, est devenu un programme pour ma vie » .

    Benoît XVI, une vie : tome 1, Peter Seewald, Chora, avril 2022

    Ref. Comment le Samedi saint a inspiré la vie de Benoit XVI

  • Samedi Saint : Le Roi dort

    IMPRIMER

    icon_resurrection_of_christ2.jpg« Que se passe-t-il ?
    Un grand silence règne aujourd’hui sur la terre,
    un grand silence et une grande solitude.
    Un grand silence parce que le Roi dort.
    La terre a tremblé et s’est apaisée,
    parce que Dieu s’est endormi dans la chair
    et qu’il est allé réveiller ceux qui dormaient depuis des siècles.
    Il va chercher Adam, notre premier Père, la brebis perdue.
    Il veut aller visiter tous ceux qui sont assis
    dans les ténèbres et à l’ombre de la mort.
    Il va pour délivrer de leurs douleurs Adam dans les liens et Ève, captive avec lui,
    lui qui est en même temps leur Dieu et leur Fils.
    Le Seigneur s’est avancé vers eux, muni de la Croix, l’arme de sa victoire.
    Lorsqu’il le vit, Adam, le premier homme, se frappant la poitrine dans sa stupeur,
    s’écria vers tous les autres : « Mon Seigneur avec nous tous ! »
    Et le Christ répondit à Adam : « Et avec ton esprit ».
    Il le prend par la main et le relève en disant :
    « Éveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d’entre les morts,
    et le Christ t’illuminera ».
    « Je suis ton Dieu, qui pour toi suis devenu ton Fils.
    Je te l’ordonne : “Lève-toi, ô toi qui dors”,
    car je ne t’ai pas créé pour que tu séjournes ici enchaîné dans l’enfer.
    Relève-toi d’entre les morts : moi, je suis la vie des morts.
    Lève-toi, œuvre de mes mains ;
    lève-toi, mon semblable qui as été créé à mon image.
    Éveille-toi et sortons d’ici.
    Car tu es en moi, et moi en toi.
    Lève-toi, partons d’ici.
    L’ennemi t’a fait sortir de la terre du paradis ;
    moi je ne t’installerai plus dans le paradis, mais sur un trône céleste.
    Je t’ai écarté de l’arbre symbolique de la vie ;
    mais voici que moi, qui suis la vie, je ne fais qu’un avec toi ».

    ANCIENNE HOMELIE POUR LE SAMEDI SAINT (source)

  • Le mystère du Samedi-Saint

    IMPRIMER

    En 2010, Benoît XVI s’était rendu en pèlerinage à Turin à l’occasion d’une ostension du Saint-Suaire (10 avril-23 mai). Devant la relique, il a fait cette méditation pour tous les fidèles assemblés avec lui :

    Holy_Face_of_Jesus2 (1).jpg« En diverses autres occasions, je me suis trouvé face au Saint-Suaire, mais cette fois, je vis ce pèlerinage et cette halte avec une intensité particulière: sans doute parce que les années qui passent me rendent encore plus sensible au message de cet extraordinaire Icône; sans doute, et je dirais surtout, parce que je suis ici en tant que Successeur de Pierre, et que je porte dans mon cœur toute l'Eglise, et même toute l'humanité. Je rends grâce à Dieu pour le don de ce pèlerinage et également pour l'occasion de partager avec vous une brève méditation qui m'a été suggérée par le sous-titre de cette Ostension solennelle: "Le mystère du Samedi Saint".

    On peut dire que le Saint-Suaire est l'Icône de ce mystère, l'Icône du Samedi Saint. En effet, il s'agit d'un linceul qui a enveloppé la dépouille d'un homme crucifié correspondant en tout point à ce que les Evangiles nous rapportent de Jésus, qui, crucifié vers midi, expira vers trois heures de l'après-midi. Le soir venu, comme c'était la Parascève, c'est-à-dire la veille du sabbat solennel de Pâques, Joseph d'Arimathie, un riche et influent membre du Sanhédrin, demanda courageusement à Ponce Pilate de pouvoir enterrer Jésus dans son tombeau neuf, qu'il avait fait creuser dans le roc à peu de distance du Golgotha. Ayant obtenu l'autorisation, il acheta un linceul et, ayant descendu le corps de Jésus de la croix, l'enveloppa dans ce linceul et le déposa dans le tombeau (cf. Mc 15, 42-46). C'est ce que rapporte l'Evangile de saint Marc, et les autres évangélistes concordent avec lui. A partir de ce moment, Jésus demeura dans le sépulcre jusqu'à l'aube du jour après le sabbat, et le Saint-Suaire de Turin nous offre l'image de ce qu'était son corps étendu dans le tombeau au cours de cette période, qui fut chronologiquement brève (environ un jour et demi), mais qui fut immense, infinie dans sa valeur et sa signification.

    Le Samedi Saint est le jour où Dieu est caché, comme on le lit dans une ancienne Homélie: "Que se passe-t-il? Aujourd'hui, un grand silence enveloppe la terre. Un grand silence et un grand calme. Un grand silence parce que le Roi dort... Dieu s'est endormi dans la chair, et il réveille ceux qui étaient dans les enfers" (Homélie pour le Samedi Saint, PG 43, 439). Dans le Credo, nous professons que Jésus Christ "a été crucifié sous Ponce Pilate, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers. Le troisième jour est ressuscité des morts".

    Lire la suite

  • En ton coeur, Vierge Marie, quelle espérance veille ?

    IMPRIMER

    De l'Office des lectures du Samedi Saint :

    Près de la tombe scellée
    les gardes veillent ;
    et pourquoi, si la vie est vaincue ?
    Mais en ton cœur, Vierge Marie,
    quelle espérance veille ?
    Comme jadis dans le Temple,
    retrouveras-tu, au troisième jour,
    celui que tu appelles dans la nuit :
       « Lève-toi, bien-aimé,
       montre-moi ton visage. »

    J'ai cherché celui que mon cœur aime,
    je l'ai cherché sans le trouver.

    Avant que souffle la brise du jour,
    que les ténèbres disparaissent, reviens !

    Réveille-toi, mon bien-aimé,
    voici l'heure de ton bon plaisir.