Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Christos anesti !

    IMPRIMER

    Orthodox Music, Divna Ljubojevic - ♫ Hristos Anesti ♫

  • Sainte et joyeuse fête de Pâques

    IMPRIMER

    resurrection1.jpgC’est le jour de la Résurrection,
    rayonnons de joie en cette solennité ;
    embrassons-nous les uns les autres,
    disons " Frère ", même à ceux qui nous haïssent,
    pardonnons tout à cause de la Résurrection, et chantons :

    Christ est ressuscité des morts,
    par la mort, il a vaincu la mort ;
    à ceux qui sont dans les tombeaux,
    il a donné la Vie.

    (extrait du Canon de Saint Jean de Damas)

    L'équipe de "belgicatho" vous souhaite une sainte et joyeuse fête de Pâques, toute vibrante des Alleluia de la Résurrection.

  • Le message pascal de Benoît XVI à la Ville et au Monde (archive 2012)

    IMPRIMER

    MESSAGE URBI ET ORBI
    DU PAPE BENOÎT XVI

    PÂQUES 2012

    Dimanche, 8 avril 2012

    Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier !

     « Surrexit Christus, spes mea » - « Le Christ, mon espérance, est ressuscité» (Séquence pascale).

    Que parvienne à vous tous la voix joyeuse de l’Église, par les paroles que l’ancien hymne met sur les lèvres de Marie Madeleine, la première à rencontrer Jésus ressuscité le matin de Pâques. Elle courut chez les autres disciples et, le cœur tout battant, elle leur annonça : « J’ai vu le Seigneur ! » (Jn 20, 18). Nous aussi, qui avons traversé le désert du Carême et les jours douloureux de la Passion, faisons place aujourd’hui au cri de victoire : « Il est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! ».

    Tout chrétien revit l’expérience de Marie de Magdala. C’est une rencontre qui change la vie : la rencontre avec un Homme unique, qui nous fait expérimenter toute la bonté et la vérité de Dieu, qui nous nous libère du mal, non pas d’une manière superficielle, momentanée, mais il nous en libère radicalement, nous guérit de tout et nous restitue notre dignité. Voici pourquoi Madeleine appelle Jésus « mon espérance » : car c’est Lui qui l’a fait renaître, lui a donné un nouvel avenir, une existence bonne, libérée du mal. « Le Christ, mon espérance » signifie que tout mon désir de bien trouve en Lui une possibilité réelle : avec Lui, je peux espérer que ma vie sera bonne, et qu’elle sera pleine, éternelle, car c’est Dieu-même qui s’est fait proche jusqu’à entrer dans notre humanité.

    Lire la suite

  • Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?

    IMPRIMER

    tombea10.jpgHomélie pour la fête de Pâques (homelies.fr - archive 2010)

    Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, se rendent au sépulcre pour embaumer le Corps de leur Maître. Une surprise de taille les attend : la dépouille mortelle du Seigneur a disparu du tombeau, dont la pierre est roulée sur le côté ! Leur désarroi est total. Brusquement, alors que tout est encore ténèbres autour d’elles et dans leur cœur, deux messagers divins au vêtement éblouissant se présentent à elles, chargés d’orienter leur recherche : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? » S’Il est vivant, alors il est clair qu’« Il n’est pas ici » : les vivants n’habitent pas les tombeaux. Mais comment peut-Il être vivant, Lui dont la dépouille mortelle a bel et bien été déposée dans ce sépulcre ? La réponse résonne comme un coup de trompette : « "Il est ressuscité" comme Il l’avait annoncé ; ne vous avait-Il pas par trois fois prévenu : "Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’Il soit crucifié et que, le troisième jour, Il ressuscite" ? »

    Aujourd’hui encore, c’est la Parole de Jésus qui doit orienter notre quête ; c’est elle qui nous fait pressentir que l’absence apparente du Seigneur, annonce un autre mode de présence, qu’il s’agit de discerner à la lumière de la foi.

    Mission accomplie, les anges disparaissent. Mues par une folle espérance, « Marie Madeleine, Jeanne et Marie mère de Jacques ainsi que les autres femmes qui les accompagnaient » courent partager leur expérience bouleversante, dont à vrai dire, elles ne mesurent pas encore la portée. Mais les Apôtres ne prêtent guère crédit à leurs propos qui leur semblent délirant, et qu’ils mettent sur le compte de la difficulté de ces femmes à faire le deuil de leur espérance. Pierre cependant est bouleversé par leur récit ; il veut en avoir le cœur net et court au tombeau, où il ne découvre que le linceul. Le corps a donc effectivement disparu. Bouleversé, Pierre ne rejoint pas ses compagnons, mais « retourne chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé ». Il n’a pas encore la foi, mais lui aussi se met en chemin : il rentre à l’intérieur de lui-même pour faire à son tour l’exercice d’anamnèse que les Anges ont demandé aux femmes. Il se prépare ainsi à la rencontre avec le Ressuscité (Lc 24, 34), qui sera le fondement de la foi de l’Eglise.

    Tel fut le chemin des femmes, des apôtres, et de toutes les générations de croyants tout au long de l’histoire ; tel est aussi le chemin que nous avons pris en cette nuit sainte. C’est parce que nous avons longuement écouté la Parole des prophètes qui nous annonçaient la venue du Messie, que nous avons pu reconnaître la présence du Ressuscité au creux de son apparente absence.

    Oui le Christ est ressuscité : Il est vivant ici maintenant, au milieu de nous. Puisse-t-Il nous renouveler dans notre foi, notre espérance et notre charité, afin de pouvoir discerner les signes de sa présence dans notre vie quotidienne. Nous pourrons alors être témoin par toute notre vie de la Bonne Nouvelle : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité, alléluia !

    Père Joseph-Marie

  • RDC : Malonzi na Mokonzi (la Passion du Seigneur) chantée en lingala

    IMPRIMER

     À la paroisse Saint-Augustin de Kinshasa (mélodie composée par le  cardinal † Joseph-Albert Malula):

  • Comment le Samedi saint a inspiré la vie de Benoit XVI

    IMPRIMER

    Publié par Agnès Pinard Legry sur le site web « aleteia » :_DSC8420cover.jpg

    « Alors que le 95e anniversaire de Benoît XVI tombe cette année un Samedi saint, comme le jour de sa naissance en 1927, Aleteia s’est intéressée à la manière dont ce jour si particulier a imprégné toute la vie du pape émérite.

    C’est durant la nuit du Samedi saint de l’année 1927, le 16 avril à 4h15 du matin, que Joseph Aloisius Ratzinger a vu le jour. Une date qui ne l’a jamais quitté. Lorsqu’il s’agit de questions personnelles, « le futur pape est toujours resté réservé » raconte Peter Seewald, journaliste allemand, ami de Benoît XVI et auteur Benoît XVI, une vie. Mais il n’a jamais caché qu’il voyait les circonstances de sa naissance comme un signe très spécial.

    Être le « premier-né de la nouvelle eau pascale », surtout dans sa famille, « a toujours été considéré comme une sorte de privilège, dans lequel résident une singulière espérance et une prédestination, qui devaient se dévoiler au fil du temps » avait-il confié en décembre 1998 lors d’un entretien avec une radio bavaroise. Il semble que « mes parents avaient ressenti ces grâces comme providentielles et me l’avaient dit dès le début », expliqua-t-il par la suite à Peter Seewald au cours de l’une de leurs nombreuses conversations.

    Ce jour, où le Christ est mystérieusement caché et en même temps présent, est devenu un programme pour ma vie.

    Comprenant ces événements comme un « message divin » lui étant adressé, il s’est appliqué à les méditer toujours plus en profondeur. Ainsi à propos de ses textes sur le Samedi saint il dit : « Ils ne sont pas tant le fruit d’une réflexion, que quelque chose lié à mes origines, au début de mon existence, auquel je ne faisais pas que penser, mais que je vivais. »

    Dans les paroles du Samedi saint, il y a quelque chose « de la situation humaine en général, de la situation de notre siècle, mais aussi de ma vie. D’un côté, il y a l’obscurité, le questionnement, les dangers, la menace, mais de l’autre la certitude qu’il y a de la lumière, que cela vaut la peine de vivre et de continuer ». À cet égard, ce jour, « où le Christ est mystérieusement caché et en même temps présent, est devenu un programme pour ma vie » .

    Benoît XVI, une vie : tome 1, Peter Seewald, Chora, avril 2022

    Ref. Comment le Samedi saint a inspiré la vie de Benoit XVI

  • En ton coeur, Vierge Marie, quelle espérance veille ?

    IMPRIMER

    De l'Office des lectures du Samedi Saint :

    Près de la tombe scellée
    les gardes veillent ;
    et pourquoi, si la vie est vaincue ?
    Mais en ton cœur, Vierge Marie,
    quelle espérance veille ?
    Comme jadis dans le Temple,
    retrouveras-tu, au troisième jour,
    celui que tu appelles dans la nuit :
       « Lève-toi, bien-aimé,
       montre-moi ton visage. »

    J'ai cherché celui que mon cœur aime,
    je l'ai cherché sans le trouver.

    Avant que souffle la brise du jour,
    que les ténèbres disparaissent, reviens !

    Réveille-toi, mon bien-aimé,
    voici l'heure de ton bon plaisir.

  • Un mandat pour une invasion : le mythe des "coups d'État américains" en Ukraine; 2004 et 2014

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter (2 premiers articles d'une série de 4) :

    I. Un mandat pour une invasion : le mythe des "coups d'État américains" en Ukraine. La révolution orange de 2004

    15/04/2022

    La Russie et ses compagnons de route présentent la guerre de 2022 comme la conséquence de "coups d'État" inspirés par les Américains en Ukraine. Mais il n'y a pas eu de "coups d'État".
    par Massimo Introvigne

    L'un des arguments les plus populaires de la propagande russe, qui est malheureusement acheté par un certain nombre d'Occidentaux crédules, est que tout ce qui s'est passé en Ukraine depuis 2014, y compris l'invasion de 2022, découle des "coups d'État" de 2004 et 2014, où les États-Unis auraient orchestré, à deux reprises, l'éviction du président Viktor Ianoukovitch, qui avait été légitimement élu.

    Cet argument est faux. Je l'examinerai en détail dans une série de quatre articles, qui traiteront également de mythes connexes.

    En fait, les affirmations selon lesquelles les États-Unis ont organisé des "coups d'État" en Ukraine remontent à la première révolte Maidan de 2004. Les révoltes de 2004 et de 2014 sont différentes, bien que toutes deux aient été dirigées contre le même politicien pro-russe, Ianoukovitch. Pour distinguer les deux révoltes de Maidan, la seconde est généralement appelée Euromaidan, et la première est appelée la Révolution orange.

    Le 21 novembre 2004, le second tour des élections présidentielles ukrainiennes a opposé le premier ministre Viktor Ianoukovitch et le chef de l'opposition Viktor Iouchtchenko. M. Ianoukovitch avait la réputation d'être pro-russe, et la Russie a certainement préféré sa victoire, bien que la Russie n'ait pas été le seul enjeu de la campagne. Alors que la plupart des médias avaient commencé à commenter la victoire de Iouchtchenko sur la base des sondages de sortie des urnes et des projections, la Commission électorale centrale a annoncé à la surprise générale que Ianoukovitch avait gagné. Poutine a immédiatement félicité M. Ianoukovitch pour son élection.

    À l'invitation du gouvernement ukrainien, dont M. Ianoukovitch était le Premier ministre, l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) avait envoyé plus de 500 observateurs pour contrôler les élections. J'ai travaillé moi-même à l'OSCE, et je considère comme ridicule toute tentative de la dépeindre comme une marionnette des États-Unis. La Russie, le Belarus et les républiques pro-russes d'Asie centrale sont tous des États participants de l'OSCE, et les observateurs de 2004 venaient de 46 pays différents.

    Les observateurs de l'OSCE ont refusé de certifier l'équité du second tour des élections du 21 novembre et ont conclu qu'il y avait eu une fraude électorale massive. À titre d'exemple, dans l'un des districts du Donbass fortement pro-Yanukovych, le taux de participation a été évalué à 127 %. Des taux de participation proches de 100 % sont déjà suspects dans tous les pays, mais 127 % est un record mondial et une preuve évidente de fraude.

    Pour protester contre les fraudes électorales, de nombreux Ukrainiens sont descendus dans la rue dans ce qu'on a appelé la "révolution orange". Certainement aussi à cause de ces protestations, le Parlement ukrainien a adopté le 1er décembre une résolution contre Ianoukovitch.

    L'opposition avait également adressé une requête à la Cour suprême qui, le 3 décembre, a jugé qu'il existait des preuves solides de fraude électorale, mais a déclaré qu'elle n'était pas en mesure de proclamer Iouchtchenko vainqueur. Au lieu de cela, la Cour suprême a ordonné la répétition du second tour de scrutin, en invitant à nouveau les observateurs de l'OSCE. La nouvelle élection de second tour a eu lieu le 26 décembre. Elle a été certifiée par l'OSCE comme étant équitable, et a donné à Iouchtchenko 51,99% des voix contre 44,20% à Ianoukovitch. Les résultats étaient similaires aux projections des médias du 21 novembre.

    M. Ianoukovitch a affirmé que ces projections provenaient de la partialité des médias à son égard. C'est possible, mais l'OSCE ne s'est pas fondée sur l'écart entre les projections médiatiques et les résultats pour déclarer les élections du 21 novembre frauduleuses. Elle s'est appuyée sur ce que ses propres observateurs avaient vu.

    Lire la suite

  • "Consoler, être consolé" : conférence par Anne-Dauphine JULLIAND, le 20 avril à Louvain-la-Neuve

    IMPRIMER

    Du site de la paroisse de Blocry :

    Consoler, être consolé – Anne-Dauphine JULLIAND

    Conférence le 20 avril – Socrate 10 - Louvain-la-Neuve

    Anne-Dauphine Julliand, bien connue pour son livre Deux petits pas sur le sable mouillé, a sorti récemment un nouvel ouvrage livre, Consolation (Les Arènes 2020). Nous devions la recevoir lors de la St-Valentin, le 11 février dernier, mais le décès de son fils Gaspard l’a empêchée d’honorer son engagement. Elle est maintenant disposée à venir à Louvain-la-Neuve (auditoire Socrate 10), pour une conférence qui sera intitulée : Consoler, être consolé. Elle parlera avec son cœur, comme chaque fois, et en connaissance de cause. Une leçon d’humanité, de bienveillance et d’espérance.

    Libre participation aux frais.

    Inscription souhaitée

    S'inscrire pour la conférence

    Contact : Charles Delhez sj, pour l’Unité pastorale Blocry-Louvain-la-Neuve. 0498/79.21.11

     
    « Loïc et moi sommes en paix. Nous n’avons aucune colère. Nous ne cherchons pas de réponse à ce mystère. Nous l’avons aimé de toutes nos forces, et nous l’aimons encore. » A.-D. Julliand, lors des funérailles de Gaspard, 28 janvier 2022..

    Anne-Dauphine Julliand, Consolation, Les Arènes, 2020

    Nul ne peut dire qui a le droit de se plaindre, de pleurer, de désespérer. Qu’elle qu’en soit la cause. On ne peut se faire juge de la douleur d’autrui. (p. 32)

    On nous dit souvent que nous sommes tous deux plus forts de l'épreuve que nous avons vécue ensemble. Je ne pense pas que l'épreuve consolide les couples. Au contraire, la souffrance les fragilise dangereusement. Ce qui nous renforce, sans pour autant nous rendre indestructibles, ce n'est pas d'avoir vécu le malheur ensemble, mais c'est de nous être consolés. La consolation est la plus belle manifestation de l'amour. (p. 66)

    On entend parfois ceux qui ont été éprouvés affirmer qu'ils ne voudraient pas revenir à leur vie d'avant. Que leur existence maintenant a pris une tout autre dimension. Ce qu'ils vivent désormais n'est pas la vie après la souffrance. Celle-ci n'est pas un instant qui passe. C'est leur vie avec elle. Mais une souffrance acceptée et apaisée, qui permet de mieux percevoir la beauté de la vie, parce qu'elle a été consolée. (p. 193)

  • Les 95 ans de Benoît XVI

    IMPRIMER

    De Paolo Rodari sur la Repubblica :

    Joseph Ratzinger compie 95 anni: il lungo ritiro al Mater Ecclesiae fra gli amati libri, la musica e le visite degli amici

    Joseph Ratzinger a 95 ans : sa longue retraite à Mater Ecclesiae parmi ses livres préférés, la musique et les visites d'amis

    Joseph Ratzinger fête ses 95 ans : sa longue retraite à Mater Ecclesiae au milieu de livres aimés, de musique et de visites d'amis
    Le pape émérite est né à Marktl am Inn, en Bavière. Il vit aujourd'hui au cœur des jardins du Vatican. Âgé mais encore parfaitement lucide, il cultive ses hobbies

    16 avril 2022

    C'est aujourd'hui que Benoît XVI fête ses 95 ans. Le pape émérite, qui vit depuis 2013 dans le monastère Mater Ecclesiae au Vatican depuis neuf ans, fête son anniversaire le samedi saint. "C'est ce qui s'est passé en 1937", rappelle le père Federico Lombardi dans l'introduction du livre "Coopérateurs de la vérité". Et encore : " Né dans la nuit - à Marktl am Inn, en Bavière, diocèse de Passau, ndlr - il a été baptisé le matin du même jour avec l'eau "nouvelle", tout juste bénite ".

    Depuis sa démission du trône de Pierre, Joseph Ratzinger mène une vie retirée dans le calme des jardins du Vatican. Et même si la vieillesse se fait sentir - Benoît a des difficultés à marcher et même à parler - il reste extrêmement lucide. Il prouve à de nombreux amis qui lui rendent visite qu'il est parfaitement informé des événements mondiaux et des affaires ecclésiastiques.

    Ces dernières années, Ratzinger a établi une relation d'amitié sincère avec François. "Il y a ceux qui l'attaquent, le blessent et créent des polémiques pour l'opposer à Bergoglio", a récemment déclaré le père Georg Gänswein, niant toute opposition entre les deux papes. Ces dernières années, ce sont certains amis de Ratzinger, que l'émérite lui-même a qualifiés de "fanatiques", qui ont monté une opposition qui a toujours été niée par les deux. Hier, comme il le fait chaque année, François lui a rendu visite pour lui souhaiter bonne chance.

    Pendant ses années de retraite, Benoît a pu cultiver ses passions, surtout l'étude de la théologie, l'écoute de la musique classique et la pratique du piano. Avant son élection en 2005, il avait confié qu'il aurait aimé terminer sa "carrière" au Vatican en tant que bibliothécaire du Saint-Siège, un poste prestigieux. Le rêve ne s'est jamais réalisé, même si tous ses volumes l'ont suivi au Mater Ecclesiae, une véritable bibliothèque théologique et culturelle déménagée de l'ancien appartement de Piazza della Città Leonina.

    Durant ses années au Vatican en tant que préfet de la doctrine de la foi - qui ont duré 23 ans - Ratzinger a dû gérer des dossiers inconfortables. Dans son livre "Le sel de la terre", il confie à Peter Seewald : "Je savais dès le début qu'avec ma mission à Rome, je devrais assumer de nombreuses tâches désagréables. Mais je pense pouvoir dire que j'ai toujours recherché le dialogue et que celui-ci a toujours été très fructueux".

    Récemment, un rapport étranger au diocèse de Munich l'a mis en cause pour des erreurs présumées dans le traitement des affaires de pédophilie lorsqu'il y était archevêque. Benoît XVI a toujours rejeté les accusations, même si, dans une lettre répondant au rapport, il a écrit : "Une fois de plus, je ne peux qu'exprimer à toutes les victimes d'abus sexuels ma profonde honte, ma grande tristesse et ma sincère demande de pardon".

    C'est aujourd'hui le deuxième anniversaire pour lequel le pape émérite n'aura pas à ses côtés, ni n'entendra la voix de son frère Georg, décédé le 1er juillet 2020 à l'âge de 97 ans. C'est une grande perte pour lui, qui l'a poussé à faire une visite ardue à Regensburg il y a deux ans pour lui rendre un dernier hommage. La famille de Ratzinger se compose désormais de son secrétaire spécial Gänswein et de Sœur Birgit Wansing, qui l'aide chaque jour à répondre aux lettres qu'il reçoit. Et puis il y a l'amitié avec Bergoglio, qui "non seulement est restée", a-t-il confirmé il y a quelque temps, "mais a grandi avec le temps".

  • Suaire de Turin : menez l'enquête

    IMPRIMER

    2022_04_15_17_22_46_Greenshot.png

    Pour mener l'enquête, cliquez sur l'image.

  • La religion chrétienne est de loin la religion la plus attaquée en France

    IMPRIMER

    D' sur le site du Figaro Vox :

    «La religion chrétienne est de loin la plus attaquée en France»

    «Le catholicisme, sa morale, ses dogmes et sa philosophie, sont devenus des contre-modèles universels», Marc Eynaud.
     
    «Le catholicisme, sa morale, ses dogmes et sa philosophie, sont devenus des contre-modèles universels», Marc Eynaud. Diocèse de Saint-Denis

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans son premier ouvrage, le journaliste Marc Eynaud relate les actes de profanation et les agressions à l'encontre des catholiques. Il explique comment la France, fille aînée de l'Église, en est arrivée à ce calvaire contemporain.

     

    Marc Eynaud est journaliste et auteur de Qui en veut aux catholiques ?, aux éditions Artège.


    FIGAROVOX. - Votre ouvrage s'intitule « Qui en veut aux catholiques ? » Ne craignez-vous pas de tomber dans un des travers de notre époque : la victimisation ? Quel est son objet ?

    Marc EYNAUD. - La victimisation c'est « l'action de victimiser » si on en croit le Larousse. L'objectif de ce livre est justement l'inverse. Les profanations, incendies, attaques et autres apparaissent peu dans l'actualité sinon totalement décorrélées et traitées comme des faits divers banals. Pardonnez-moi de citer cette phrase d'Albert Camus qui a été trop employée mais « Mal nommer les choses c'est ajouter au malheur du monde ». On ne provoque pas de peur en nommant les choses, en les mettant en lumière mais surtout en les expliquant. Bien au contraire, on rejette le fantasme pour en appeler au palpable, on bannit le sentiment pour faire apparaître la réalité. L'objectif c'est de regarder la réalité en face, de l'appréhender et surtout de comprendre pourquoi nous en sommes arrivés là. « Qui en veut aux catholiques » ne veut pas dire « Les catholiques sont des victimes ». On pourrait d'ailleurs pousser le raisonnement en citant le Christ lui-même sous la plume de l'évangéliste Matthieu : « Vous serez haïs de tous à cause de Mon Nom ». Ce n'est ni un avertissement, ni une phrase destinée à faire peur mais un constat qui sonne comme une évidence tranquille.

    Lire la suite