Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Sainte Marie, Mère de Dieu (1er janvier)

    IMPRIMER

    mother-of-God-the-sign.jpgDe saint Cyrille d'Alexandrie :

    « Je m'étonne qu'il y ait des gens pour poser cette question : faut-il, ou ne faut-il pas appeler la Sainte Vierge Mère de Dieu ? Car si Notre-Seigneur Jésus-Christ est Dieu, comment la Vierge qui l'a mis au monde ne serait-elle pas la Mère de Dieu ? [...] L'Ecriture divinement inspirée déclare que le Verbe de Dieu s'est fait chair, c'est-à-dire s'est uni à une chair douée d'une âme raisonnable. A sa suite le grand et saint concile de Nicée enseigne que c'est le même Fils unique de Dieu, engendré de la substance du Père, par qui tout a été fait, en qui tout subsiste, qui pour nous autres hommes et pour notre salut est descendu des cieux, s'est incarné, s'est fait homme, a souffert, est ressuscité, et reviendra un jour comme juge ; le Concile nomme le Verbe de Dieu : le seul Seigneur Jésus-Christ. Et que l'on observe bien qu'en parlant d'un seul Fils, et en le nommant le Seigneur, le Christ-Jésus, le Concile déclare qu'il est engendré par Dieu le Père, qu'il est le Monogène. Dieu de Dieu, lumière de lumière, engendré, non créé, consubstantiel au Père... Et dès lors la Sainte Vierge peut être appelée à la fois Mère du Christ, et Mère de Dieu, car elle a mis au monde non point un homme comme nous [ce qui explique le miracle de la Virginité Perpétuelle : la naissance est exclusivement Divine car la Personne qui est née dans le temps est exclusivement divine, nullement humaine. Nombreux sont les hérétiques nestoriens qui existent encore aujourd'hui. NDLR], mais bien le Verbe du Père qui s'est incarné et s'est fait homme. Mais, dira-t-on : "La Vierge est-elle donc Mère de la divinité ?". A quoi nous répondons : Le Verbe vivant, subsistant, a été engendré de la substance même de Dieu le Père, il existe de toute éternité, conjointement avec celui qui l'a engendré, il est en lui, avec lui. Mais dans la suite des temps, il s'est fait chair, c'est-à-dire s'est uni une chair possédant une âme raisonnable, dès lors on peut dire qu'il est né de la femme, selon la chair. Ce mystère d'ailleurs a quelque analogie avec notre génération même. Sur la terre en effet les mères, d'après les lois mêmes de la nature, portent dans leur sein un fruit qui, obéissant aux mystérieuses énergies déposées par Dieu, évolue et finalement se développe en forme humaine ; mais c'est Dieu qui dans ce petit corps met une âme de la manière que lui seul connaît. "C'est Dieu qui façonne l'âme de l'homme", dit le prophète. Or, autre chose est la chair, autre chose est l'âme. Pourtant bien que les mères aient produit le corps seulement, on ne laisse pas de dire qu'elles ont mis au monde l'être vivant, corps et âme, et non point seulement une de ses parties. Nul ne dirait par exemple qu'Elisabeth est la mère de la chair (sarkotokos), qu'elle n'est pas la mère de l'âme (psychotokos) ; car elle a mis au monde Jean-Baptiste, avec son corps et son âme, cette personne unique, l'homme composé de corps et d'âme. C'est quelque chose de semblable qui se passe à la naissance de l'Emmanuel. II a été engendré, avons-nous dit, de la substance du Père, étant son Verbe, son Fils unique ; mais quand il a pris chair, et qu'il s'est fait Fils de l'homme, il est nécessaire de confesser, qu'il est né de la femme selon la chair [...] »

    Lettre de St Cyrille d'Alexandrie aux moines d'Egypte, avant le Concile, pour les mettre en garde contre Nestorius - Epist. I, P.G., 77. (traduction E. Amann, "Le dogme catholique dans les Pères de l'Eglise", Beauchesne, 1922)

    source

  • 1er janvier : prière à sainte Marie Mère de Dieu

    IMPRIMER

    17669869-22099956.jpgPrière à sainte Marie Mère de Dieu

    La célèbre prière du P. Léonce de Grandmaison, jésuite et théologien:

    Sainte Marie Mère de Dieu 

    gardez-moi un cœur d'enfant 

    pur et transparent 

    comme une source.

     

    Obtenez-moi un cœur simple 

    qui ne savoure pas les tristesses.

     

    Un cœur magnifique 

    à se donner, 

    tendre à la compassion.

     

    Un cœur fidèle et généreux 

    qui n'oublie aucun bien 

    et ne tienne rancune 

    d'aucun mal.

     

    Faites-moi un cœur doux 

    et humble 

    aimant sans demander 

    de retour, 

    joyeux de s'effacer 

    dans un autre cœur 

    devant votre divin Fils.

  • L’esprit de la liturgie, de Benoît XVI à François : deux mondes vers la rupture ?

    IMPRIMER

    Retour sur un entretien de KTO avec Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, lors de la démission du pape Benoît en 2013 :

  • La réponse d'un médecin catholique aux FAQ sur les vaccins et traitements COVID-19

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register (traduction : https://www.deepl.com/fr/translator)

    28 décembre 2021

    Le Dr. Gwyneth Spaeder est une pédiatre à Raleigh, NC. Elle a fréquenté l'Université de Dallas. Elle a obtenu son diplôme de médecine à la Johns Hopkins School of Medicine, où elle a également effectué sa résidence en pédiatrie. Elle a été auteur et rédactrice invitée pour le National Catholic Bioethics Quarterly.

    Réponse d'un médecin catholique aux FAQ sur les vaccins et traitements COVID-19

    Partie I : Un examen de l'histoire et des données sur les vaccins à ARNm

    "Il n'y a aucune raison physiopathologique ou historique de croire qu'un effet secondaire nouveau, jamais vu auparavant, de l'un ou l'autre des vaccins à ARNm COVID-19 se produira soudainement des mois ou des années après son administration" -- Dr Gwyneth Spaeder

    Le débat public sur les vaccins COVID, leur efficacité et leur moralité a été sérieusement déformé par la désinformation, souvent transmise sur Internet et dans les médias sociaux par des personnes bien intentionnées. 

    Je souhaite apporter des réponses à certaines questions fréquemment posées et présenter une critique constructive sur les affirmations et conclusions incomplètes ou incorrectes que j'entends fréquemment. J'écris en tant que médecin qui a passé les 20 derniers mois à travailler avec des patients COVID et leurs familles. J'écris en particulier en tant que pédiatre qui a vu des enfants perdre leurs parents et grands-parents, des mois d'éducation et parfois leur propre santé à cause de ce virus. 

    J'écris également en tant que mère qui a essayé d'équilibrer mon appel professionnel en tant qu'épouse et mère avec mon devoir envers mes patients ; de concilier ce que je sais être scientifiquement valide avec mon désir de ramener ma vie familiale à la normale, et de continuer à travailler avec mon mari pour élever nos enfants dans la foi catholique, en utilisant les défis de ce moment historique pour souligner que le catholicisme honore à la fois la foi et la raison.

    La Note 2020 de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur la moralité de l'utilisation de certains vaccins anti-COVID-19 s'est-elle appuyée sur des données incomplètes ? 

    A ce jour, la déclaration catholique la plus autorisée sur les vaccins COVID est la Note 2020 de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi concernant l'utilisation de certains vaccins COVID-19. On prétend parfois qu'au moment où la Note a été rédigée, les données étaient incomplètes tant sur la nature de la conception que sur les composants utilisés dans les vaccins à ARNm produits par Pfizer et Moderna. Il est compréhensible que de nombreuses personnes se soient interrogées sur l'utilisation de la technologie ARNm lorsque ces vaccins ont reçu l'autorisation d'utilisation en urgence de la Federal Drug Administration. 

    Ce n'est toutefois pas le manque de données, mais la méconnaissance de la science en cause par le grand public qui a suscité ces inquiétudes. Un bref rappel de la biologie s'impose ici, car une grande partie des préoccupations initiales que j'ai entendues de la part de parents de patients, ainsi que d'amis, était due à la crainte erronée que l'injection d'ARNm dans nos muscles puisse en quelque sorte modifier notre génome unique. Cela ne peut tout simplement pas se produire.

    L'ARN messager, ou ARNm, est une molécule qui indique à notre organisme comment fabriquer des protéines. Une fois la protéine fabriquée, l'ARNm est dégradé et éliminé du corps avec d'autres déchets. Ce processus ne se produit que dans un sens. Il n'y a jamais de risque de modification du génome de la personne vaccinée, car le processus de transcription et de traduction par lequel les protéines sont fabriquées ne fait qu'avancer : De l'ADN à l'ARN à la protéine. Il ne peut pas fonctionner en sens inverse. (L'exception à cette règle concerne les enzymes de transcriptase inverse, comme celles contenues dans le VIH, un rétro-virus, mais qui ne sont absolument pas présentes dans les vaccins à ARNm).

    Lire la suite

  • "L'Église s'est conformée au monde et n'a pas su faire passer son message particulier"

    IMPRIMER

    De kath.net/news; une interview du théologien et psychothérapeute Reinhard Pichler :

    Quand l'idéologie supplante la vérité

    29 décembre 2021

    "Mais dans l'ensemble, en cette période de détresse, on constate que l'Église s'est conformée au monde et n'a pas su faire passer son message particulier" - Interview du théologien et psychothérapeute Reinhard Pichler dans "VISION 2000".

    Qu'est-ce qui caractérise notre époque ? Et : comment les chrétiens devraient-ils réagir aux défis spirituels de la pensée mondaine dominante ? C'est sur ces questions que porte l'entretien suivant.

    Nous parlons des signes des temps, c'est-à-dire des tendances de l'évolution spirituelle. Quelles sont celles que tu considères comme significatives aujourd'hui ? Et dans quelle mesure est-il important pour les chrétiens de s'y confronter ?

    Reinhard Pichler : Je vois trois grands courants de développement qui arrivent à leur terme. Je veux dire par là qu'il y a des développements dont on peut reconnaître qu'ils ne peuvent pas continuer ainsi. Le premier courant de développement spirituel est le suivant : les gens ne trouvent plus de sens - et nulle part : ni dans la relation, ni dans l'Eglise, ni dans l'argent, ni dans la profession, ni dans le développement de carrière, ni dans le sport...

    Comment faut-il comprendre cela ?

    Pichler : Tout cela arrive à un point final, parce que plus haut, plus vite, plus loin - d'une certaine manière, cela ne va plus. Un exemple : les choses folles qui se déroulent au Hangar 7, c'est-à-dire les sports extrêmes : par exemple le saut stratosphérique de Felix Baumgartner à 40 kilomètres d'altitude. Ou encore : l'escalade de cascades de glace est déjà folle, mais il existe des vidéos Youtube dans lesquelles on voit des vététistes descendre de telles cascades et survivre d'une manière ou d'une autre ! Ce sont tous des exemples d'activités fondamentalement perverses et dénuées de sens.

    Ce sont des exemples dans le domaine du sport. Mais tu as aussi mentionné le domaine professionnel...

    Pichler : Je connais des gens qui sont responsables d'une fortune tellement importante ou de tant de collaborateurs qu'ils ne peuvent plus appréhender cette responsabilité. Pire encore, elles ne saisissent plus le sens réel de leur activité. Un exemple : pour de nombreuses entreprises, il ne s'agit même plus de savoir si elles fournissent un service utile et offrent des emplois sûrs, mais uniquement de connaître le cours de leurs actions. Il en va de même dans le secteur immobilier, où l'on construit de plus en plus pour le fait de construire...

    Tu as aussi parlé des relations...

    Pichler : Même les personnes croyantes abordent aujourd'hui les relations soit avec de trop grandes attentes, soit avec une désillusion complète. Les médias y contribuent également, car c'est un autre domaine dans lequel nous en arrivons à épuiser le sens. Avec les reportages actuels, on est constamment confronté à la question : qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Il est aisé de se perdre dans la multitude d'informations contradictoires. La confusion est parfois systématiquement encouragée.

    En résumé, nous perdons en grande partie la dimension de sens de notre vie quotidienne ?

    Pichler : Oui, et là, je dois aussi parler du domaine de l'Église. Ici aussi, le mystère essentiel de la souffrance, de la mort et de la résurrection de Jésus-Christ, qui devrait être au premier plan des événements ecclésiaux, est perdu de vue. Tant d'éléments secondaires obstruent ce regard. L'Église met surtout en avant ses activités sociales, s'engage dans la protection du climat, de nombreux services religieux donnent l'impression que la foi est avant tout un événement et que l'église est un lieu de rencontre. C'est ainsi que le regard sur le mystère de la foi est occulté. Un autre exemple : quand un groupe veut lancer dans la paroisse la consécration de 33 jours à Jésus par Marie, le curé s'y oppose parce que cette action diviserait la paroisse si un acte de consécration public devait avoir lieu le 8 décembre dans l'église.

    Lire la suite

  • Journée mondiale de la Paix : quelle consistance ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur le site du Daily Compass :

    Journée mondiale de la paix : où est la substance ?

    31-12-2021

    Pauvreté, migrations, dégradation de l'environnement, climat : depuis quelque temps, les messages pour la Journée mondiale de la paix se concentrent sur des thèmes contingents, avec le risque sérieux d'enchevêtrer l'Eglise dans des visions politiques partisanes et en guerre les unes contre les autres.

    Le message pour la Journée mondiale de la paix du 1er janvier 2022 est consacré par François à trois sujets très importants en soi : le dialogue entre les générations, l'éducation/la formation et le travail.  Ces trois sujets sont "actualisés" par le Message dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et de la crise plus générale qu'elle génère. Les phrases/images habituelles reviennent dans le texte : le cri des pauvres et le cri de la terre, le changement climatique et la dégradation de l'environnement, tout est interconnecté, le contrat social, le soin de la maison commune, la suppression des barrières et la construction de ponts, un pacte qui promeut l'éducation à l'écologie intégrale, la durabilité, l'alliance entre les personnes et l'environnement.

    Comme nous le savons, les textes des messages de la Journée de la Paix ne sont pas écrits par les papes eux-mêmes. Ils étaient autrefois rédigés au sein du Conseil pontifical Justice et Paix, puis revus par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et la Secrétairerie d'État. Aujourd'hui, il semble que ce ne soit plus le cas, mais on ne sait pas non plus précisément quel est leur cours réel. Cela signifie qu'il est naturel que les phrases habituelles du pape, ses expressions les plus récurrentes, celles qui sont habituellement présentes dans les médias qui rapportent sa pensée, soient bien représentées, comme dans une revue de compilation, dans des documents de ce type, même si cela signifie qu'ils ne perdent pas leur caractère de slogans et le renforcent même.

    Dans le De Civitate Dei, saint Augustin dit que la paix est "tranquillitas ordinis", la tranquillité de l'ordre. Dans une autre de ses œuvres, il affirme que "sans charité, il ne peut y avoir de paix" et dans De laude pacis, il dit que "avoir la paix signifie aimer". La tranquillité de l'ordre signifie que la paix n'est pas le désordre, c'est-à-dire l'injustice ("il y a une justice parfaite là où il y a la paix"), mais la construction de la coexistence communautaire selon une règle naturelle, selon l'ordre de la création, qui concerne aussi les relations sociales. Lorsque la nature [entendue ici non pas comme l'environnement naturel mais comme l'ordre naturel des choses] n'est pas respectée, il y a désordre, violence et injustice et, par conséquent, la paix est empêchée : "sans justice, les royaumes ne sont que de grands voleurs". L'ordre naturel, cependant, ne peut être respecté sans un ajout surnaturel, c'est-à-dire sans la charité, c'est pourquoi saint Augustin dit que sans la charité (chrétienne), il ne peut y avoir de paix.

    Les contingences historiques peuvent être une incitation accidentelle à œuvrer pour la paix, mais elles ne peuvent en être le fondement. La dégradation de l'environnement, ou la course aux armements qui détourne les ressources du secteur éducatif, les multiples difficultés générées par la pandémie sont des occasions de s'engager pour la paix et il est juste de les mettre en évidence, mais les fondements ultimes sont d'ordre naturel (agir dans le respect de l'ordre conforme à la finalité des choses) et surnaturel (puiser dans la charité de la vie divine). En d'autres termes, ils concernent la raison et la foi, la nature et la grâce, la politique et la religion. Dans les messages pour la Journée mondiale de la paix, nous constatons depuis quelque temps un déplacement de l'attention de cette dimension, que nous pouvons appeler "haute" ou substantielle, vers l'autre dimension, que nous pouvons appeler "basse" ou accidentelle. Certes, nous ne pouvons pas détourner notre regard du "moment" que nous vivons, mais ce moment n'est pas obscurci, il est plutôt illuminé si on le considère à la lumière de l'éternel.

    En se concentrant presque exclusivement sur les contingences d'aujourd'hui, à l'exception peut-être de l'utilisation bien établie d'une citation biblique initiale, on court le grand danger de se laisser entraîner par des visions politiques partisanes qui s'affrontent et s'approprient des positions particulières. Les messages de la Journée mondiale de la paix entendent s'adresser à tous, et c'est pourquoi ils se répartissent sur le panorama des besoins actuels plutôt que sur les fondamentaux que j'ai évoqués plus haut. Mais ce faisant, ce qui est dit devient relatif et produit l'effet inverse : tout le monde ne s'y reconnaît pas, précisément parce qu'il est alourdi par des choix partisans. 

    L'interconnexion de la dégradation de l'environnement et du réchauffement climatique est un exemple de ces positions partisanes sur des questions contingentes. Parler de l'"interconnexion" comme d'un fait positif nous empêche de clarifier les ambiguïtés du phénomène ; d'applaudir les "nombreux jeunes qui luttent pour un monde plus juste et plus solidaire afin de sauvegarder la création, confiée à nos soins. Ils le font avec inquiétude et enthousiasme, et surtout avec un sens des responsabilités face au changement de cap urgent que nous imposent les difficultés nées de la crise éthique et socio-environnementale actuelle", implique également de se rendre disponible à l'indifférence des jeunes et à l'exploitation politique des mouvements de jeunesse.

    Saint Augustin a souligné l'aspect spécifiquement chrétien dans la considération du thème de la paix, qui ne doit jamais faire défaut. Au contraire, nous finissons par dire des choses grammaticalement correctes mais syntaxiquement peu claires. Et surtout, nous finissons par dire des choses qui sont plus formelles que liées au contenu. Par exemple, le dialogue : "Dialoguer, c'est s'écouter, se confronter, se mettre d'accord, marcher ensemble". Mais on ne peut s'empêcher de se demander : A quel sujet ? Sur quoi ? Pour quoi ? Vers quoi ?

  • Nigeria : le courage d'un évêque

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    La dénonciation courageuse d'un évêque au Nigeria

    31-12-2021

    Monseigneur Matthew Hassan Kukah a dénoncé les violences au Nigeria et le silence du président Buhari. Il a dénoncé la disparition de centaines de garçons et de filles et le fléau des enlèvements. Dans l'une d'entre elles, un prêtre, le père Luke Adeleke, est mort.

    Mons. Kukah
    Il faut du courage, surtout dans certains pays, pour accuser ouvertement le gouvernement et le chef d'État de ne pas valoriser la vie humaine, au lieu de se limiter, comme beaucoup, à déplorer la violence et la tyrannie sans citer de noms. Ce courage ne fait pas défaut à Monseigneur Matthew Hassan Kukah, évêque catholique de Sokoto, au Nigeria, qui, dans son message de Noël, a demandé au président Muhammadu Buhari de rendre compte, et ce n'est pas la première fois, du niveau insoutenable de violence qui ravage son pays. "Le silence du gouvernement fédéral", déclare Monseigneur Kukah, "nourrit l'horrible bête de la complicité avec les actions de personnes malfaisantes qui ont compromis l'avenir de générations entières d'enfants. Le président du Nigeria nous doit une explication et des réponses : quand les enlèvements, les séquestrations pour extorsion, les massacres brutaux, insensés et sans fin de nos compatriotes prendront-ils fin ? Quand nos réfugiés au Cameroun, au Tchad ou au Niger pourront-ils rentrer chez eux ? Il est urgent de répondre à ces questions".

    Monseigneur Kukah, qui vit dans l'un des douze États du nord à majorité islamique de la fédération nigériane, parle avant tout de la situation dramatique de leurs habitants : dans le nord-est, ils sont persécutés par les djihadistes, qui sévissent contre les chrétiens et les musulmans qui ne respectent pas strictement la loi coranique, et menacés partout par la violence des groupes armés et des criminels de droit commun qui agissent presque sans être inquiétés : "une quantité sans précédent de cruauté s'est déchaînée sur des citoyens innocents dans les États du nord. Des innocents ont été arrachés à leur lit, à leur champ, happés par les marchés et même les autoroutes et sacrifiés aux dieux du mal. Les communautés ont été transformées en goulags de misère, de mort, de souffrance et de méchanceté".

    Alors que les décès sont quotidiens et que la situation sécuritaire continue de se dégrader, le gouvernement semble avoir choisi d'ignorer le sort des Nigérians, de les laisser à la merci du mal. Il est clair, insiste Monseigneur Kukah, que l'administration du président Buhari ne valorise plus le caractère sacré de la vie humaine : "rien n'exprime le désarroi des familles comme le silence de l'État au niveau fédéral. Aujourd'hui, après plus de sept ans, on ignore le sort de plus de cent filles à Chibok, et plus de trois ans plus tard, on ne sait rien de Leah Sharibu. Les étudiants du Yauri Federal Government College et les enfants de l'école Islamiyya dans l'État de Katsina sont toujours aux mains de leurs ravisseurs. En outre, nous avons perdu le compte des centaines d'autres enfants enlevés qui ne sont pas couverts par les médias, et des centaines de personnes et de familles qui ont subi le même sort".

    Les filles de Chibok sont les 274 écolières, presque toutes chrétiennes, qui ont été enlevées en 2014 par le groupe djihadiste Boko Haram et pour lesquelles le monde a agi sans succès. Avec le temps, beaucoup ont été libérées, mais plus d'une centaine sont portés disparues : peut-être mortes, peut-être contraintes de se faire exploser sur les marchés et dans les gares routières pour semer la panique dans la population, peut-être vivantes et mariées de force aux djihadistes. Leah Sharibu est l'une des 109 écolières enlevées par Boko Haram en février 2018, la seule à ne pas avoir été libérée car elle est chrétienne et a refusé d'abjurer et de se convertir à l'islam. Les autres enlèvements mentionnés par Mgr Kukah se sont produits, et continuent de se produire, dans les États du nord-ouest. Dans le cas des étudiants, il y a maintenant au moins un millier de jeunes enlevés extirpés dans différentes écoles.

    Mais le kidnapping est depuis longtemps un fléau national. La veille de Noël, un prêtre, le père Luke Adeleke, curé de l'église Saint-Antoine à Ijemo Fadipe, dans l'État d'Ogun, à l'extrême sud du pays, a également été victime. Gregory Fadele, directeur des communications sociales du diocèse d'Abeokuta, auquel appartient le père Adeleke, "Le père Luke venait de célébrer l'eucharistie pour la communauté et rentrait chez lui. Il voyageait avec un garçon de 11 ans qui, heureusement, n'a pas été blessé. Sur la route bordant la forêt, à un moment donné, des bandits ont commencé à tirer, probablement pour tenter de le kidnapper. Nous supposons qu'ils voulaient tirer dans les pneus de la voiture, mais les balles ont touché notre prêtre aux deux jambes. Le père Luke a commencé à perdre beaucoup de sang. Il était très faible, mais il a réussi à conduire jusqu'à l'hôpital, mais quand il est arrivé, il était déjà mourant.

    Plusieurs autres prêtres ont été enlevés au Nigeria et presque toujours libérés, sans que l'on sache si c'est en échange du paiement d'une rançon. En général, les kidnappeurs agissent en réseau, explique le père Fadele, et lorsqu'ils voient une voiture dans laquelle ils supposent qu'il y a une personne qui, kidnappée, pourrait rapporter une rançon, ils agissent. Récemment, la situation s'est aggravée, ils entrent en action avec n'importe qui, quel que soit le type de voiture ou le bien-être économique présumé du conducteur. Dans les grandes villes, à l'exception de la zone nord où Boko Haram est actif, les enlèvements sont plutôt rares. Le problème se pose en dehors de la ville, dans les zones forestières ou sur les routes reliant les villes aux zones périphériques. Les enlèvements sont plus fréquents dans ces zones.

    Les funérailles du père Adeleke ont eu lieu le 30 décembre dans la cathédrale des Saints Pierre et Paul à Adatan, dans le diocèse d'Abeokuta. Il n'avait que 38 ans. Aux appels de Monseigneur Kukah, le président Buhari a réagi avec irritation, déclarant qu'il déformait les faits, que la situation dans le pays n'était pas du tout si grave. En avril dernier, le porte-parole de la présidence, Garba Shehu, a déclaré que ses critiques à l'égard du président étaient "impies" et idéologiques.

  • Saint Sylvestre, un pape du 4e siècle

    IMPRIMER

    34065a38.jpgSource : missel.free.fr

    Sylvestre, fils du prêtre Rufin, était un romain, mais ses origines sont obscurcies par toutes sortes de légendes. Sa mère, Justa, confia son éducation au prêtre Cyrinus. Il n’est pas douteux qu’il s’est bien conduit pendant la persécution de Dioclétien (284-305), ce qui lui a valu le titre de « très glorieux. » Il pratiqua l'hospitalité avec le plus grand courage en hébergeant un chrétien d’Antioche, Timothée, qui après avoir fait beaucoup de conversions fut décapité sur l'ordre du préfet de la ville, Tarquinius ; Sylvestre emporta le corps du martyre et, avec le pape Miltiade, il l'ensevelit près du tombeau de saint Paul, dans le jardin d'une pieuse dame, Théona. Tarquinius fit alors arrêter Sylvestre, le somma de livrer les biens de Timothée et d'apostasier. Sylvestre refusa et fut envoyé en prison d’où il fut libéré après que Tarquinius se fut étranglé avec une arête de poisson. Le pape Miltiade l'ordonna prêtre.

    Lire la suite

  • Quand Houellebecq égratigne Macron et compare Zemmour à Marchais

    IMPRIMER

    Le nouveau Houellebecq arrive... Lu sur valeursactuelles.com :

    Dans son nouveau roman, Houellebecq égratigne Macron et compare Zemmour à Marchais

    Le prix Goncourt 2010 revient le 7 janvier avec Anéantir. Un huitième ouvrage de très légère anticipation où le héros, un énarque, est au service du ministre de l’Economie et des Finances.

    Cet animateur de télévision, ce n’est pas Eric Zemmour, car même si une personnalité émerge dans son roman, l’ancien journaliste de CNews est décrit autrement. « Il est vrai que Zemmour, ça marche toujours, il suffit de prononcer son nom et la conversation se met à ronronner dans des voies balisées et gentiment prévisibles un peu comme Georges Marchais à son époque », écrit Michel Houellebecq. Il ajoute : « Chacun retrouve ses marqueurs sociaux, son positionnement naturel, et en tire des satisfactions calmes ».

    Moult sujets abordés

    Mais surtout, dans ce roman, si l’auteur ne veut pas nommer précisément le chef de l’Etat, ses références sont sans équivoque. Qualifié de « président réélu en 2022 », il ajoute qu’il avait « délaissé les fantasmes de start-up nation qui avaient fait sa première élection, mais n’avaient objectivement conduit qu’à produire quelques emplois précaires et sous-payés, à la limite de l’esclavagisme, au sein de multinationales incontrôlables ». Plus aucun doute, donc.

    Le Parisien décrypte aussi un passage avec une allusion claire aux discours enflammés d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle 2017, des discours, « bras largement ouverts dans un élan quasi christique ». D’autres personnalités sont en revanche citées précisément, comme Bernard Arnault, David Pujadas ou François Lenglet. Sans oublier Cyril Hanouna qui ne devrait guère apprécier la mention qui lui est destinée. Enfin, selon franceinfo, si Michel Houellebecq se concentre sur l’amour dans ce roman, il aborde des centaines de sujets : de la fin de vie aux légumes verts, en passant par les migrants, les huiles essentielles, les soins, l’euthanasie ou Pascal. Sans que cela ne parte dans tous les sens.

  • Les missionnaires tués en 2021

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides (it.) :

    VATICAN - Les missionnaires tués en 2021

    Jeudi, 30 Décembre 2021

    Cité du Vatican (Agenzia Fides) - Selon les données recueillies par l'Agence Fides, au cours de l'année 2021, 21 missionnaires ont été tués dans le monde : 12 prêtres, 1 religieux, 2 religieuses, 6 laïcs. Quant à la répartition continentale, le nombre le plus élevé a été enregistré en Afrique, où 10 missionnaires ont été tués (6 prêtres, 2 religieux, 2 laïcs), suivie par l'Amérique, avec 7 missionnaires tués (4 prêtres, 1 religieux, 2 laïcs) puis l'Asie, où 3 missionnaires ont été tués (1 prêtre, 2 laïcs), et l'Europe, où 1 prêtre a été tué. Ces dernières années, l'Afrique et l'Amérique se sont relayées en tête de cette liste tragique. De 2000 à 2020, selon nos données, 536 missionnaires ont été tués dans le monde.

    Depuis quelque temps, la liste annuelle publiée par Fides ne concerne pas seulement les missionnaires ad gentes au sens strict du terme, mais cherche à recenser tous les chrétiens catholiques engagés d'une manière ou d'une autre dans une activité pastorale, qui sont morts de manière violente, et non expressément "en haine de la foi". C'est pourquoi nous préférons ne pas utiliser le terme "martyrs", sauf dans son sens étymologique de "témoins", afin de ne pas entrer dans le jugement que l'Eglise peut éventuellement porter sur certains d'entre eux. De même, nous utilisons le terme "missionnaire" pour tous les baptisés, conscients que "en vertu du Baptême reçu, tout membre du Peuple de Dieu est devenu un disciple missionnaire. Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l'Église et quel que soit le degré d'instruction de sa foi, est un sujet actif d'évangélisation " (EG 120).

    "Ils ne pouvaient pas ne pas témoigner".

    Comme le montrent les rares informations que nous avons pu recueillir sur leur biographie et les circonstances de leur mort, les missionnaires tués n'étaient pas en évidence pour des œuvres ou des engagements marquants, mais témoignaient "simplement" de leur foi dans des contextes de violence, d'inégalité sociale, d'exploitation, de dégradation morale et environnementale, où l'abus des plus forts sur les plus faibles est la règle de conduite, sans aucun respect pour la vie humaine, tout droit et toute autorité. Encore une fois, ces prêtres, ces religieux et religieuses, ces laïcs, étaient conscients de tout cela, ils étaient souvent nés sur la même terre où ils sont morts, ils n'étaient donc pas pris au dépourvu ou naïfs, mais " quand tout leur conseillait de se taire, de se mettre à l'abri, de ne pas professer la foi, ils ne pouvaient pas, ne pouvaient pas ne pas témoigner " (Pape François, Budapest, 14 septembre 2021). De l'Afrique à l'Amérique, de l'Asie à l'Europe, ils ont partagé avec leurs frères et sœurs la vie quotidienne, avec ses risques et ses craintes, ses violences et ses privations, apportant dans les petits gestes de chaque jour le témoignage chrétien comme une semence d'espérance.

    Des curés tués dans leurs communautés, en Afrique et en Amérique, torturés, enlevés par des criminels à la recherche de trésors inexistants ou attirés par le mirage de rançons faciles, ou pour faire taire les voix gênantes qui les exhortent à ne pas se soumettre passivement au régime du crime ; des prêtres engagés dans le travail social, comme en Haïti, tués pour leur voler l'argent nécessaire à ces activités, ou tués par ceux qu'ils aidaient, comme en France, ou au Venezuela, où un religieux a été tué par des voleurs dans l'école même où il enseignait aux jeunes à construire un avenir. Il y a également de nombreux laïcs dont le nombre ne cesse de croître : Des catéchistes tués dans des affrontements armés avec les communautés qu'ils animaient au Sud-Soudan ; des jeunes gens tués par des tireurs d'élite alors qu'ils s'efforçaient d'apporter de l'aide aux personnes déplacées fuyant les affrontements entre l'armée et les guérillas au Myanmar ; un missionnaire laïc brutalement assassiné pour avoir volé un téléphone portable au Pérou ; un jeune homme ayant sauté sur une mine terrestre en République centrafricaine alors qu'il voyageait dans sa voiture de mission ; un catéchiste indigène, militant non violent des droits de l'homme, tué au Mexique. Tous "ne pouvaient pas, ne pouvaient pas ne pas témoigner" avec la force de leur vie donnée par amour, luttant chaque jour, pacifiquement, contre l'arrogance, la violence, la guerre.

    (SL) (Service Fides 30/12/2021)

  • Liturgie : se défier d'une pauvreté iscariote

    IMPRIMER

    Du Père Louis Bouyer (1913-2004) (source) :

    « (…) Les antiquaires dénués de scrupules n’ont jamais connu d’aussi beaux jours que depuis qu’on leur liquide les quelques belles choses qui pouvaient demeurer dans les sanctuaires – dont le prêtre pourtant n’est que le gardien – pour payer les caisses à savons dont on construira le « podium », où se dresseront les tréteaux baptisés « autel face au peuple », plus les quelques blouses de garçons épiciers qui feront les « aubes » nécessaires à la figuration. Après quoi, il ne reste plus qu’à planter le micro pour la messe-crochet radiophonique. En ces temps où, comble d’ironie, on ne parle que de « promotion des laïcs », le cléricalisme le plus ingénu se donnera libre cours dans ce décor fait par lui et pour lui. L’intarissable « commentateur », occultant sans peine l’officiant falot qui expédie derrière lui les exigences rubricales, pourra imposer enfin sans contrainte au bon peuple chrétien la religion de M. le Curé ou de M. le Vicaire à la place de celle de l’Église… L’ennui que dégagent ces « célébrations » a fait rejoindre d’un coup au catholicisme le plus évolutif ce que le protestantisme le plus rétrograde pouvait connaître de désolante pauvreté. (…) Il paraît que l’Église convertirait tout le monde si seulement les Évêques coupaient leur cappa magna. Reste à savoir si, pour restituer à l’Église l’esprit de pauvreté des Béatitudes, il suffit de la mettre en savate. Et, quand tel serait le cas, il faudrait encore être sûr que la pauvreté doive être présente d’abord dans le culte, et non dans la vie des chrétiens. C’est un peu facile de se faire une bonne conscience sur ce point en louant Dieu dans une bicoque pour ensuite retrouver chez soi sa télévision, son frigidaire, son chauffage central, toutes choses dont il ne peut être question pour personne de se priver au nom de quelques conseils évangéliques, trop évidemment dépassés par la « planétisation » contemporaine ! Osons donc mettre en doute deux préjugés qui font de la liturgie catholique, de nos jours, trop souvent, la plus triste chose qu’elle ait jamais été. Le premier, c’est qu’elle ne peut être évangélique qu’en étant pauvre. Et le second, c’est que la pauvreté, c’est le négligé. (…) La pauvreté dans le culte ne signifie point le laisser-aller (qui produit régulièrement les formes de laideur les plus sinistres), et un culte authentiquement pauvre, même s’il répond à certaines exigences de la foi, ne répond pas à toutes. (…) Défions-nous d’une pauvreté iscariote, qui lésine au nom des pauvres sur les frais du culte, quoi qu’elle ne se fasse aucun scrupule de jeter l’argent par les fenêtres pour toutes sortes d’inutilités qui n’ont pas l’excuse (ou le tort) d’être belles. »

  • Plaine de Ninive : une lueur d'espoir pour les chrétiens irakiens

    IMPRIMER

    Du Père Benedict Kiely sur le National Catholic Register :

    Depuis la plaine de Ninive : les chrétiens irakiens se concentrent sur la lumière dans l'obscurité

    COMMENTAIRE : Un beau signe d'espoir est l'ouverture d'une nouvelle église à Erbil, où les premières messes doivent être célébrées à Noël.

    29 décembre 2021

    Il y a sept ans, lorsque j'ai atterri pour la première fois à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, des milliers de chrétiens vivaient dans des camps, des bâtiments abandonnés et des propriétés de l'Église. Ils avaient fui leur ancienne patrie de la plaine de Ninive, où le prophète Jonas avait prêché ; sa tombe à Mossoul, l'actuelle Ninive, avait été détruite par ISIS. 

    Fondée par les disciples de l'apôtre saint Thomas, l'Église de cette terre, depuis l'arrivée de l'islam, a subi divers degrés de persécution au cours des siècles ; l'idée que la violence de l'État islamique est quelque chose d'inhabituel est un produit de l'éducation occidentale malformée plutôt qu'un fait historique.

    En y retournant pas plus tard que la semaine dernière, pour ma huitième visite depuis 2015, je n'ai trouvé plus aucun chrétien dans aucun camp de réfugiés en Irak, ce qui n'est malheureusement pas le cas de la minorité religieuse yazidie, si violemment persécutée par ISIS. Si de nombreux chrétiens sont restés à Erbil, à la recherche de la sécurité relative et des opportunités d'emploi potentielles au Kurdistan, environ 50 % des personnes déplacées sont retournées dans les principales villes chrétiennes de Ninive. 

    Beaucoup, cependant, ont quitté le pays au fil des ans, à mesure que le califat était vaincu et qu'ils revenaient pour découvrir leurs maisons détruites et la sécurité et l'emploi précaires. Contrairement à ce qui a été rapporté récemment, l'Occident, en particulier les États-Unis et la Grande-Bretagne, n'a pas accueilli les victimes de la campagne de génocide d'ISIS, comme les chrétiens et les yazidis ; il ne s'agit pas d'un point partisan, les administrations Obama et Trump ont toutes deux accueilli un très petit nombre de chrétiens. 

    Pour beaucoup dans la bulle des think tanks de Washington D.C., l'Irak est une vieille histoire, en fait ce n'est pas une histoire. Certains sont passés à la dernière crise, s'imaginant que la vie des chrétiens d'Irak est sûre, d'autres ont cyniquement déclaré qu'il n'y a pas d'avenir pour les chrétiens d'Irak parce que leur nombre a tellement diminué, que cela ne vaut pas la peine de tenter de les aider. Cette attitude, dont j'ai discuté avec des évêques, des prêtres et des laïcs, provoque une immense douleur et une certaine colère. 

    S'il est vrai qu'à l'heure actuelle, les chrétiens ne sont pas tués pour leur foi en Irak, la persécution est désormais, selon l'archevêque Bashar Warda, l'archevêque catholique chaldéen d'Erbil, une "persécution systématique" ou, pour reprendre les termes d'un autre prêtre de la plaine de Ninive, une "persécution silencieuse". 

    Lire la suite