Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 5

  • Le président Biden, l'archevêque Paglia et la mortification de l'Église

    IMPRIMER

    De George Weigel sur The Catholic World Report :

    Le président Biden, l'archevêque Paglia et la mortification de l'Église

    Allons-nous maintenant avoir des hérétiques qui nient la divinité du Christ nommés comme membres du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, au nom du "dialogue" ?

    2 novembre 2022

    Aucune personne qui a travaillé à Washington pendant plus de quatre décennies, comme moi, ne peut imaginer Joseph Robinette Biden, Jr, comme l'un des couteaux les plus tranchants du tiroir. Même avec le recul de 31 ans, sa tentative d'enseigner la théorie du droit naturel au futur juge Clarence Thomas lors des auditions de confirmation de ce dernier est toujours aussi répugnante. Il s'est autodétruit lors de plusieurs campagnes présidentielles à cause de gaffes verbales (et de plagiats). Tout récit honnête de son succès dans l'obtention de la nomination démocrate de 2020 concédera qu'il a été plus ou moins consacré par la crainte que Bernie Sanders, le socialiste du Vermont qui a passé sa lune de miel dans le Moscou de la guerre froide, ne conduise le parti au bord du précipice.

    Aujourd'hui, il est évident pour toute personne ayant la moindre connaissance de la médecine gériatrique que M. Biden est atteint de troubles cognitifs. Le fardeau de l'âge s'est donc superposé à l'incapacité intellectuelle, et l'habituelle fanfaronnade de M. Biden n'est plus qu'une mince couverture pour le dysfonctionnement, l'indiscrétion et une malpropreté après l'autre. Compte tenu de ces réalités, les éthiciens peuvent débattre du degré de culpabilité morale de M. Biden pour sa politique incessante en faveur de l'avortement, qui s'est intensifiée depuis que la Cour suprême a, à juste titre, jeté Roe v. Wade à la poubelle de l'histoire jurisprudentielle en juin dernier. Objectivement parlant, cependant, M. Biden est devenu non seulement un embarras pour l'Église, mais un contre-témoin de l'Évangile que l'Église proclame.

    Sentant, avec d'autres démocrates, que les vents politiques soufflaient dans une direction défavorable alors que les élections de mi-mandat de 2022 entraient dans la dernière ligne droite, l'homme qui claironne effrontément qu'il enfoncera son chapelet dans la gorge de quiconque mettra en doute sa bonne foi catholique a annoncé que sa première action, si les démocrates contrôlaient à la fois la Chambre et le Sénat en janvier 2023, serait de "codifier" Roe v. Wade par voie législative.

    En fait, ce que M. Biden et ses partisans proposent est l'attaque la plus draconienne que l'on puisse imaginer contre le droit à la vie : une licence d'avortement à l'échelle nationale qui, au nom de menaces non spécifiées pour la "santé" maternelle, légaliserait le démembrement d'un enfant à naître jusqu'à la naissance. Le projet de loi proposé par Biden et les démocrates laisse la définition de la "santé" si vague qu'elle autorise les avortements tardifs, en cas de problèmes de "santé mentale" qui peuvent être pratiquement tout et n'importe quoi.

    En promouvant un permis de tuer pratiquement sans restriction, M. Biden s'est déclaré en dehors de la pleine communion de l'Église. Les prêtres et autres personnes qui ont dit à cet homme superficiel et mal catéchisé que sa position sur l'avortement pouvait être conciliée avec la pleine communion avec l'Église catholique portent le plus lourd fardeau de la responsabilité morale - tout comme les évêques appelés à exercer un soin pastoral pour M. Biden. Mais il ne fait aucun doute que, objectivement, le président Biden s'est mis dans une position de communion diminuée, défectueuse, avec l'Église qu'il aime. Ce qui est dommage, c'est que ce qu'il aime, il ne le connaît pas. Et l'amour sans la connaissance est un simple sentiment.

    Il y a aussi Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie. Nous étions, j'imagine, amis autrefois. Au milieu des années 1990, nous avons travaillé avec le regretté cardinal William Keeler pour faire ériger un mémorial au cardinal James Gibbons de Baltimore dans la basilique de Santa Maria in Trastevere, dont Mgr Paglia était alors le recteur. En 1887, le cardinal Gibbons a prononcé dans cette vénérable basilique, qui venait de devenir son église romaine "titulaire", un sermon qui anticipait l'enseignement du Concile Vatican II sur l'Église et l'État. Keeler et moi avons pensé que ce moment devait être commémoré, et Paglia n'aurait pas pu être plus utile pour faire aboutir le projet, suggérant même que le mémorial Gibbons soit mis en parallèle dans le sanctuaire de la basilique avec un mémorial à un autre grand défenseur de la liberté religieuse, le cardinal polonais Stefan Wyszyński, aujourd'hui béatifié.

    Mais c'était à l'époque, et nous sommes aujourd'hui. Et l'archevêque, qui a présidé à la déconstruction de l'Académie Pontificale de la Vie telle que le Pape Saint Jean Paul II l'avait créée, n'est plus l'homme que j'ai connu il y a trois décennies. Ainsi, Mgr Paglia a récemment accepté la nomination du professeur Mariana Mazzucato, une économiste pro-avortement, comme membre de l'académie pontificale, au nom d'un "dialogue interdisciplinaire, interculturel et interreligieux fructueux."

    Il s'agit là d'une absurdité des plus superficielles, voire d'une duplicité. Devons-nous maintenant avoir des hérétiques qui nient la divinité du Christ nommés comme membres du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, au nom du "dialogue" ? Ou des antisémites appelés à des postes officiels au Vatican au nom d'un "dialogue" sur le judaïsme ?

    La mortification de l'Église se poursuit. Elle nous renforcera dans la vérité, en fin de compte. Mais c'est tout de même une mortification.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, où il est titulaire de la chaire William E. Simon en études catholiques. Il est l'auteur de plus de vingt livres, dont Witness to Hope : The Biography of Pope John Paul II (1999), The End and the Beginning : Le pape Jean-Paul II - La victoire de la liberté, les dernières années, l'héritage (2010), et L'ironie de l'histoire catholique moderne : How the Church Rediscovered Itself and Challenged the Modern World to Reform (2010). Ses livres les plus récents sont The Next Pope : The Office of Peter and a Church in Mission (2020), et Not Forgotten : Elegies for, and Reminiscences of, a Diverse Cast of Characters, Most of Them Admirable (Ignatius, 2021).

  • Euthanasie : quand le Père Abbé de Fontgombault monte au créneau

    IMPRIMER

    L'homélie du Très Révérend Père Dom Jean PATEAU, Abbé de Notre-Dame de Fontgombault, pour la Toussaint (source) :

    (Fontgombault, le 1er novembre 2022)

    Venite benedicti patris mei
    Venez les bénis de mon Père
    (Mt 25,34)

    Chers Frères et Sœurs,
    Mes très chers Fils,

    Deux foules peuplent les horizons de la liturgie de ce matin de Toussaint. L’épître nous associe à la joie du voyant de l’Apocalypse devant la cité céleste. La voix puissante d’un ange énumère le nombre des élus parmi les douze tribus d’Israël. Puis voici, une foule innombrable de toutes races, peuples, nations et langues qui se tiennent devant le trône de Dieu. L’évangile nous fait entendre une autre voix, celle du Seigneur, plus douce, qui invite ses contemporains, et qui nous invite, à la mise en œuvre des béatitudes comme la porte ouvrant vers une grande récompense dans les cieux.

    Comment ne pas rappeler cet autre enseignement du Seigneur évoquant le jugement de la fin des temps, et dont saint Matthieu s’est souvenu à la fin de son évangile :

    Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire… toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. » (25,31-34)

    Et quel sera le critère du discernement ?

    J’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! (ib. 35-36)

    La pratique des œuvres de miséricorde attire la bénédiction de Dieu : ce que vous « avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (v.40) Heureux donc les pauvres de cœur, les doux, les miséricordieux, les cœurs purs, les artisans de paix. Heureux ceux qui offrent à manger et à boire à l’indigent, qui accueillent l’étranger, qui soignent et visitent le malade et le prisonnier. En mettant en œuvre sans relâche, jour après jour, l’enseignement du Seigneur, ils indiquent à leurs frères le chemin qui, de la vie dans l’éphémère temps présent, conduit à la Jérusalem céleste.

    L’accompagnement du malade, l’accès aux soins palliatifs est devenu une question importante alors que de nombreux États ont autorisé ou se préparent à rendre légale l’euthanasie. Ce faisant, l’État providence, en offrant à ses citoyens une « mort heureuse », prétend se substituer à la Providence divine qui dispose toute chose, et en particulier le moment de la mort, avec justice et amour.

    Il y a un peu plus de deux ans, la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié un document intitulé Samaritatus bonus (1) , « Le Bon Samaritain », consacré au soin des personnes en phases critiques et terminales de vie. Je vous invite vivement à le relire intégralement et à le faire connaître. Je crois de mon devoir aussi de le citer un peu longuement ce matin dans le cadre de cette homélie.

    Ce document rappelle que :

    L’Église considère... comme un enseignement définitif que l'euthanasie est un crime contre la vie humaine parce que, par un tel acte, l'homme choisit de causer directement la mort d'un autre être humain innocent. Ceux qui adoptent des lois sur l'euthanasie et le suicide assisté sont donc complices du grave péché que d'autres commettront. Ils sont également coupables de scandale car ces lois contribuent à déformer la conscience, même des fidèles. (Cf. Catéchisme de l’Église Catholique, n. 2286.) « les supplications de très grands malades demandant parfois la mort ne doivent pas être comprises comme l’expression d’une vraie volonté d’euthanasie ; elles sont en effet presque toujours des demandes angoissées d’aide et d’affection... » (Cong. pour la Doctrine de la Foi, Décl. Iura et bona (5 mai 1980))

    Les lois qui approuvent l'euthanasie « non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s'y opposer par l'objection de conscience...“il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes” (Ac 5, 29) ». (Jean-Paul II, Evangelium vitae (25 mars 1995), n. 73)

    La Congrégation veut aussi répondre à l’objection que l’opposition à une telle loi tiendrait aux convictions religieuses de l’individu. Il n’en est rien :

    Le droit à l'objection de conscience ne doit pas nous faire oublier que les chrétiens ne rejettent pas ces lois en vertu d'une conviction religieuse privée, mais en vertu d'un droit fondamental et inviolable de chaque personne, essentiel au bien commun de toute la société. Il s'agit en effet de lois contraires au droit naturel, dans la mesure où elles sapent les fondements mêmes de la dignité humaine et d'une vie en commun fondée sur la justice.

    Enfin, le document précise que pour conférer le sacrement de réconciliation, le confesseur doit veiller à ce que le pénitent ait une contrition. Aussi, une personne inscrite auprès d'une association pour recevoir l'euthanasie ou le suicide assisté doit montrer son intention d'annuler cette inscription avant de recevoir les sacrements. Dans le cas où le patient serait inconscient, le prêtre pourrait administrer les sacrements sous condition et seulement si le repentir peut être présumé à partir d'un signe donné précédemment par la personne malade. Ceux qui assistent spirituellement les malades ne pourraient en aucun cas rester présents au moment de l’acte, ce qui ne pourrait être interprété que comme une complicité au mal.

    Alors que l’Église nous convie à méditer en ce jour sur la beauté du Corps mystique du Christ, elle nous rappelle que nous ne sommes pas seulement les profiteurs d’un admirable échange où la sainteté des uns profite aux autres. Les âmes au purgatoire, nos frères de la terre, et tout particulièrement ceux qui sont dans l’épreuve, implorent l’aumône de notre prière. Cheminant au cœur de l’Église militante, nous avons le devoir de nous entraîner les uns les autres vers la cité céleste, d’être comme un bon ange pour notre frère. Qui comprend la sainteté de la cité céleste, n’a de cesse d’y mener son prochain.

    Que Marie, Mère de Dieu, Reine des Anges et des Saints, Mère de miséricorde et Refuge des pécheurs, intercède pour nous. Amen.

    (1) https://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20200714_samaritanus-bonus_fr.html

    CDF_Samaritanus_bonus.pdf

  • Quelle sortie de crise peut-on imaginer pour l'Eglise ?

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude sur Res Novae :

    Imaginer une sortie de crise pour l’Église

    novembre 2022

    De grandes échéances approchent inéluctablement. La décomposition du catholicisme va s’accélérant, et pas seulement en Allemagne. De ce fait, la mise en évidence d’un schisme de fait s’accroît entre un catholicisme de conservation (au sens où Yann Raison Du Cleuziou parle de catholiques qui ont maintenu une sorte de « conservatoire ») et un catholicisme libéral-conciliaire. De grandes secousses peuvent donner l’occasion, aux évêques qui en auront la volonté, suscitée par la toute puissante Providence, d’amorcer le dur combat d’une renaissance. Se trouvera-t-il de tels Successeurs des Apôtres ?

    Un salut qui ne peut être que hiérarchique

    L’Église, du fait de l’événement Vatican II, est plongée dans une crise d’un type totalement atypique où le fonctionnement habituel du magistère est comme enrayé. Cela tient aux novations enseignées par ce concile et à cette sorte de démission que constitue la sortie du magistère infaillible, au moins comme référence, et son remplacement par l’enseignement pastoral. Le signe le plus visible de cette ère nouvelle étant une liturgie elle-même pastorale, affaiblie, parfois considérablement, du point de vue de sa signification théologique.

    La divine constitution de l’Église étant fondée sur le pape et les évêques, la sortie de crise, à terme, ne peut être qu’une reprise en main par le pape et les évêques unis à lui. Ils devront nécessairement se consacrer à un renversement ecclésiologique dans le cadre d’une société catholique, aujourd’hui minoritaire. L’Église retrouvera la conscience d’être la totalité surnaturelle de son Corps mystique sur la terre, dans la pauvreté des moyens que lui impose une situation de persécution idéologique du monde moderne[1].

    Tel est le terme. Auparavant les fidèles de l’Église (jadis, on aurait pu y ajouter les princes chrétiens), animés par le sensus fidelium, peuvent certes œuvrer grandement en cette direction, notamment par la conservation de la lex orandi traditionnelle. Mais la préparation adéquate au retournement dont nous parlons serait – ou est déjà, quoique bien faiblement encore – l’action réformatrice de Successeurs des Apôtres en communion prévenante avec le pape devenu restaurateur. 

    Il ne faut pas se cacher que si la confession intégrale de la foi catholique redevient un jour, comme il est de règle, le critère d’appartenance à l’Église, la brisure latente de l’unité qui existe depuis cinquante ans entre catholiques[2] va nécessairement se transformer en schisme ouvert. Et cela ne pourra intervenir que « dans le sang et dans les larmes » moralement parlant. Mais ce sera en même temps libérateur, la vérité étant par essence salvatrice, y compris pour les schismatiques appelés au choix et à la conversion. Car on ne peut malheureusement pas prévoir de solutions gentillettes à une crise de cette profondeur.

    Sortir d’un catholicisme « allégé », revenir à un catholicisme « entier »

    Quel programme peut-on imaginer pour la hiérarchie du futur, et dans un plus proche avenir pour ces évêques anticipant et préparant le relèvement de l’Église ? Nous évoquerons dans de prochaines livraisons un certain nombre de thèmes de réforme, et auparavant de prolégomènes à la réforme, comme la recomposition de la liturgie, le retour à la prédication sur les fins dernières, la restauration de la discipline de la communion, l’enseignement de ce qu’on pourrait appeler le catéchisme tout simplement, la morale et spécialement la morale conjugale, la formation des prêtres.

    Lire la suite

  • Vivre au milieu des saints (homélie pour le jour de la Toussaint 2022)

    IMPRIMER

    L'homélie de l'abbé Christophe Cossement pour la fête de la Toussaint 2022 :

    Vivre au milieu des saints

    Je te montrerai le chemin du ciel

    Quand on entend le Seigneur dire « votre récompense sera grande dans les cieux » (Mt 5,12), on est souvent un peu dépité, car on aimerait une récompense pour maintenant. Enfin, dans l’ambiance actuelle, c’est déjà quelque chose d’entendre qu’on peut se préparer à un grand avenir… L’avenir nous paraît de nos jours si compliqué… Tout à l’heure je me demanderai si ce bel avenir ne commence pas aujourd’hui, mais explorons d’abord de quoi sera fait cet avenir. Je ne le ferai pas par des suppositions, mais à partir de l’énumération que le Seigneur nous fait en promettant le bonheur.

    Nous vivrons avec des gens qui ont un cœur de pauvre, pas avec des orgueilleux, des râleurs, des mal-contents, des méprisants… Quel bonheur de vivre avec des gens qui cherchent à promouvoir l’autre plutôt qu’eux-mêmes ! Nous vivrons avec des doux, avec des miséricordieux qui ne font pas la liste de leurs griefs envers nous mais nous accueillent avec un grand cœur. Avec des personnes sensibles qui osent pleurer du mal qui frappe l’homme. Avec des pacifiques. Avec des amoureux de la justice — non pas seulement la justice sociale, mais aussi celle qui concerne Dieu : que Dieu soit honoré comme il convient, et le prochain servi comme il convient ! Nous vivrons avec des gens qui ont tant aimé le Seigneur qu’ils n’ont pas craint les insultes ou la persécution. Bref, quel paradis partagé avec de tels frères et sœurs, à contempler l’auteur de toute beauté, de toute joie, de tout amour : nous verrons Dieu tel qu’il est ! (1 Jn 3,2)

    Vous me direz : et pour tous ceux qui ne sont pas comme le dit Jésus, qu’y aura-t-il pour eux ? C’est pour eux que la méditation de l’Église, a partir des indications de l’Écriture qui parlent d’une purification possible après la mort, a imaginé qu’il y avait un Purgatoire : un lieu où l’âme trop tournée vers elle-même apprend à s’ouvrir, à devenir généreuse, à entrer dans le pardon et la louange. C’est pourquoi nous prions pour nos morts, afin de les soutenir dans ce processus de transformation qui introduit à la vie du ciel.

    Revenons à la question qui demande : est-ce seulement pour l’avenir ?  En réalité nous pouvons déjà commencer le paradis maintenant. Le Royaume des cieux est déjà présent. Regardez-vous : nous sommes entre saints ! Il n’y a pas que les saints canonisés, ni les saints inconnus que nous fêtons en cette fête de Toussaint qui méritent ce nom de saint. Saint Paul appelait souvent « saints » les chrétiens auxquels il s’adressait. Vous me direz : avec tous les défauts de l’Église, ce n’est pas trop ça… Mais qui donne la sainteté ? Le saint fait des efforts pour se corriger, pour devenir plus aimant et plus persévérant, mais ce ne sont pas ses efforts qui lui donnent la sainteté. Le saint n’est pas celui qui est irréprochable, mais celui qui se laisse purifier par Dieu. Plus déterminant que les efforts que nous faisons, ce sont les efforts que Dieu fait qui changent la donne. Ce qui nous rend saints, c’est d’accueillir sa miséricorde, c’est de se laisser animer par lui. Lui seul est capable de nous rendre purs, de redonner à notre âme sa beauté, son ardeur à aimer. En cette fête de tous les saints, désirons à notre tour être saints : désirons que Dieu nous transforme par son amour, et qu’ainsi nous allions de l’avant.

  • Aucun synode ne peut changer la foi de l'Église

    IMPRIMER

    De kath.net/news (Joachim Heimerl) :

    Le synode mondial comme chapiteau de cirque. A propos du document actuel du secrétariat du synode du Vatican

    31 octobre 2022

    "Manifestement, on a perdu de vue le plus important : aucun synode ne peut changer la foi de l'Église et s'il tente de le faire, il n'est tout simplement plus catholique".

    Avec la publication actuelle du document de travail pour la prochaine phase du Synode des évêques 2023/24, son résultat est au fond déjà connu : il s'agit de réinventer une Eglise qui n'est plus consciente de sa propre tradition.

    "Élargis l'espace de ta tente" est le titre bien choisi du document : Ce n'est plus la révélation finale de Dieu qui est au centre, comme l'exprime par exemple la "tente de la révélation" biblique ; au contraire, il s'agit ici d'un chapiteau de cirque où tout doit pouvoir cohabiter et où des représentations absurdes sont admises dans l'espace sacré de l'Église : Le remariage des divorcés et même la polygamie, tous deux en contradiction flagrante avec le sacrement de mariage, y trouvent leur place, tout comme les unions homosexuelles, que les Saintes Écritures condamnent expressément : "Les hommes qui désirent des hommes (...) ne posséderont pas le royaume de Dieu" (1 Cor. 6,10).

    Il va de soi que cette ménagerie aborde également la "question des femmes" : dans l'esprit du document, une Eglise "synodale" est manifestement une "Eglise de femmes", qui n'a aucune compréhension pour le fait que le Christ, en tant que grand prêtre éternel, n'a appelé que des hommes au ministère ordonné.

    Mais ce n'est pas tout : un style "synodal" doit également être introduit dans la célébration de la sainte messe : Cela signifie tout simplement qu'à l'avenir, à la manière protestante, il sera surtout question des "co-célébrants". Il n'est plus question de l'actualisation du sacrifice de la croix, ni de Jésus-Christ comme unique chef de son Église. La "vieille messe" n'est connotée que comme une querelle ; on ne pense pas à un retour salutaire à la tradition liturgique.

    Dans l'ensemble, le document annonce un changement de paradigme : L'Église n'est plus une communauté hiérarchiquement liée au Christ, mais une société "ouverte" qui se donne elle-même ses lois contemporaines. Bien sûr, on formule cela de manière plus agréable : on parle d'une "Eglise capable d'une inclusion radicale" ; cela inclut manifestement, outre la rupture avec l'ancienne doctrine des sacrements, l'inclusion du péché dans le sens d'une morale sexuelle totalement libertine. - C'est effectivement "radical" : cela va au fond des choses pour la religion catholique.

    Bien sûr, on pourrait objecter ici que le document n'est qu'un résumé de différentes positions, et c'est bien sûr le cas. Mais on pourrait tout aussi bien dire qu'il ne s'agit que de bavardages qui se donnent le nimbe du "Saint-Esprit" afin d'infiltrer l'Eglise en son sein. Dans ce contexte, le cardinal Müller a parlé à juste titre d'une "prise de contrôle hostile" et d'une "destruction de l'Eglise" si cela devait effectivement réussir. C'est dans ce contexte que le président de la "conférence épiscopale allemande" parle désormais d'une "dynamique synodale" qui s'est emparée de toute l'Église : Il s'agit - comment pourrait-il en être autrement du point de vue allemand - de la dynamique de l'hérésie.

    Bien sûr, il y a dans l'Eglise des positions différentes et surtout une large ignorance de la foi catholique. Mais c'est justement là qu'un document du Vatican qui ne se donne même pas la peine de mettre en jeu l'enseignement définitif de l'Eglise pour faire passer les positions divergentes de la tête aux pieds n'aide pas.

    Manifestement, on a perdu de vue le plus important : aucun synode ne peut changer la foi de l'Eglise et s'il tente de le faire, il n'est tout simplement plus catholique. Il n'est alors plus qu'un chapiteau de cirque, tout comme ce document.

  • Le Christ est ce que nous avons de plus cher

    IMPRIMER

    Du cardinal Sarah à la journée de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le Christ est ce que nous avons de plus cher

    31-10-2022

    "Aujourd'hui, l'invitation de Jésus nous stimule surtout à renouveler notre adhésion à lui, personne vraiment vivante et vraiment chère, et à ne pas le confondre avec un quelconque projet d'idéologie ou de société chrétienne (...). C'est seulement en contemplant l'amour du Père pour son Fils que nous apprenons nous aussi à aimer Jésus-Christ".

    Nous publions la méditation du Cardinal Robert Sarah* à la Journée de la Nuova Bussola Quotidiana 2022, qui s'est tenue le 29 octobre à Palazzolo sull'Oglio avec la participation d'environ 1000 personnes.

    "Le Christ est ce que nous avons de plus cher" : cette déclaration est la profession de foi la plus profonde que le cœur d'un chrétien puisse faire. Comme nous le remarquons dans l'Évangile, dès sa première apparition, une grande foule suit Jésus. Sa parole a toujours quelque chose de fascinant, et chacun peut y trouver quelque chose qui lui convient et le juge avant lui-même ou les autres. Hier, aujourd'hui, toujours une foule nombreuse a cherché, cherche et cherchera à s'emparer du Seigneur pour ce qui leur convient. Jésus, par contre, qui connaît le cœur de l'homme, dit immédiatement que pour ceux qui le suivent, il ne s'agit pas de choisir une de ses vérités, mais de le choisir Lui, une Personne vivante, réelle, présente, qui veut être choisie et suivie uniquement par amour.

    L'AMOUR DU CHRIST

    L'amour, et seulement l'amour, peut justifier une radicalité qui pourrait autrement sembler anormale ou impossible, mais que, dans la totalité que comporte tout amour, l'amour pour Lui exige de manière si globale parce que personne et rien ne peut être au-dessus de Lui. Celui qui aime son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même sa propre vie plus que moi, dit Jésus, n'est pas digne de moi. Il est vrai que ce qui nous tient le plus à cœur, c'est le Christ. Le chrétien n'est pas celui qui aime à moitié ou qui n'aime pas le monde, mais celui qui aime avec une telle plénitude que le monde n'est qu'un des nombreux moments de cet amour, mais ne s'y épuise pas. 

    Pour moi, rien n'est aussi réducteur de la plénitude de l'amour du Christ que de parler de célibat, qui est un concept négatif, car il indique la non-réalisation. Il faut plutôt parler de la virginité qui, si pour les conjoints elle n'est pas physique, pour tous, conjoints et non conjoints, doit être intérieure, libératrice, signe d'un choix de foi qui trouve en Jésus son unique Seigneur, son trésor le plus précis. Bien sûr, il ne faut pas se présumer, il faut avoir l'humilité quotidienne de mesurer ses propres forces, de fructifier ses talents, de stimuler ses charismes, afin de ne pas commencer une construction que l'on aurait ensuite du mal à achever.

    Aimer le Christ et prier pour la sagesse du cœur ne suffit pas. La vie doit être le signe de ces nouvelles relations, de cette "nouveauté" qui bouleverse la respectabilité tranquille de l'homme. Si l'on aime le Christ plus que quiconque, on doit aimer ceux avec lesquels le Christ s'est identifié : les petits, les pauvres, les derniers. Saint Paul nous donne un exemple concret de cette capacité révolutionnaire du Christ qui non seulement surmonte toutes les barrières sociales, mais fait concrètement aimer le dernier, l'esclave fugitif, au-delà de toute attente. C'est ainsi qu'il écrit à Philémon : "moi, Paul, tel que je suis, un vieil homme et, qui plus est, prisonnier maintenant à cause du Christ Jésus, j’ai quelque chose à te demander pour Onésime, mon enfant à qui, en prison, j’ai donné la vie dans le Christ. Cet Onésime (dont le nom signifie « avantageux ») a été, pour toi, inutile à un certain moment, mais il est maintenant bien utile pour toi comme pour moi. Je te le renvoie, lui qui est comme mon cœur. Je l’aurais volontiers gardé auprès de moi, pour qu’il me rende des services en ton nom, à moi qui suis en prison à cause de l’Évangile. Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord, pour que tu accomplisses ce qui est bien, non par contrainte mais volontiers. S’il a été éloigné de toi pendant quelque temps, c’est peut-être pour que tu le retrouves définitivement, non plus comme un esclave, mais, mieux qu’un esclave, comme un frère bien-aimé : il l’est vraiment pour moi, combien plus le sera-t-il pour toi, aussi bien humainement que dans le Seigneur. Si donc tu estimes que je suis en communion avec toi, accueille-le comme si c’était moi. S’il t’a fait du tort ou s’il te doit quelque chose, mets cela sur mon compte. Moi, Paul, j’écris ces mots de ma propre main : c’est moi qui te rembourserai." (Phlm 1,9-19).

    Lire la suite

  • Célébrer Vatican II ?

    IMPRIMER

    De l'Homme Nouveau sur youtube :

    60 ans après, que retenir du Concile Vatican II ? Pourquoi le pape François tient-il à célébrer cet anniversaire ? Les réponses du Club des Hommes en noir avec autour de Philippe Maxence, les abbés de Tanouärn et Célier, le père Danziec, Guillaume de Thieulloy et Laurent Dandrieu.

  • Synode : une "grande tente" ou une maison sur le sable ?

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Logo for the Synod on Synodality.

    Le Synode construit-il une grande tente - ou une maison sur le sable ?

    EDITORIAL : En ne fondant pas la "diversité d'opinions" qu'il présente sur un socle de saine doctrine, le processus risque de se désolidariser du Christ et de son Église.

    28 octobre 2022

    Le Synode sur la synodalité a publié un "document de travail" pour l'étape continentale du processus pluriannuel de l'Église. Pour le thème du document, une synthèse des textes produits lors de l'étape régionale, les organisateurs du synode ont choisi une image tirée du livre du prophète Isaïe : "Elargis l'espace de ta tente".

    Le texte poursuit en interprétant ce verset comme un guide pour l'Église "sur son chemin synodal". Comme la toile de la tente d'Isaïe, l'Église est appelée "à s'étendre... mais aussi à se déplacer" lorsqu'elle voyage avec le peuple de Dieu. Les chevilles qui assurent la tenue de la tente, les fondements de la foi, ne changent pas, mais "peuvent être déplacées et plantées dans un terrain toujours nouveau, de sorte que la tente puisse accompagner le peuple dans sa marche à travers l'histoire". Enfin, comme les cordes d'une tente, les structures de l'Église doivent être ajustées pour éviter de s'affaisser, en équilibrant "les différentes forces et tensions" en son sein.

    "Élargir la tente exige d'accueillir d'autres personnes en son sein, de faire de la place à la diversité", peut-on lire dans le document de travail. 

    Interpréter la tente d'Isaïe comme une image de l'Église n'a rien de nouveau. Après tout, le passage est intégré dans un texte prophétique plus large qui parle de la restauration et de l'expansion d'Israël par Dieu à toutes les nations, ce qu'il fait, bien sûr, par Jésus-Christ et l'établissement de son Église, le Nouvel Israël. 

    Mais à bien des égards, ce que le Synode sur la synodalité propose pour l'Église ressemble moins à la tente en expansion d'Isaïe qu'à une autre image structurelle tirée de l'Écriture : la maison construite sur le sable.

    Comme cette maison, décrite dans l'Évangile selon Matthieu, l'ecclésiologie du synode continue à montrer des signes d'être construite sur une fondation défectueuse. En effet, bien que le document de travail du synode fasse référence aux "fondements de la foi", il ne montre guère de compréhension claire de ce que sont ces fondements et de la manière dont ils devraient guider le discernement en cours sur la façon dont l'Église peut devenir plus authentiquement synodale.

    Cela apparaît clairement dans la présentation que fait le document des diverses "tensions" qui sont apparues aux niveaux diocésain et régional. Par exemple, le document parle d'une grande "diversité d'opinions" qui "a été exprimée sur le sujet de l'ordination sacerdotale des femmes, que certains rapports appellent de leurs vœux, tandis que d'autres considèrent comme une question fermée". Aucune indication supplémentaire - comme le fait que saint Jean-Paul II a enseigné de manière définitive dans Ordinatio Sacerdotalis que l'Église "n'a aucune autorité pour conférer l'ordination sacerdotale aux femmes", un enseignement que le pape François a clairement indiqué comme étant définitif - n'est fournie. 

    C'est comme si l'enseignement établi de l'Église n'était pas pertinent ou était supplanté par le processus synodal et son affirmation éhontée du sensus fidei (sens de la foi), où qu'il puisse mener. 

    Bien sûr, un tel processus de discernement et de détermination de l'enseignement et de la pratique de l'Église est absurde. Il est déconnecté de la Tradition de l'Église, telle qu'elle est interprétée et enseignée par le magistère de l'Église, le rocher sur lequel le Christ a construit sa Maison. Elle troque la "terre ferme" dont parle Jésus pour les sables mouvants des opinions changeantes et de l'esprit du monde. 

    Ce n'est pas une coïncidence si l'image finale utilisée par le document pour transmettre son concept de catholicisme "à grande échelle" met l'évêque à l'écart. Alors que l'égale dignité de tous les baptisés est, bien sûr, primordiale pour toute compréhension correcte de l'Église, lorsqu'il s'agit de discerner et d'enseigner ce qui est cohérent avec la doctrine catholique, on ne peut tout simplement pas contourner le fait que les successeurs des apôtres, en unité avec le Pape, jouent un rôle irremplaçable et central. Marginaliser la fonction d'enseignement de l'épiscopat, c'est proposer tout autre chose que l'Église de Jésus-Christ.

    Le désir d'étendre l'Église comme la tente d'Isaïe est louable, mais, bien sûr, c'est déjà fait. L'Eglise est déjà pour tous les hommes - parce que le Christ a vécu, est mort et est ressuscité à une vie nouvelle pour tous. L'Eglise a échoué et continue d'échouer à inviter de manière adéquate ceux qui sont à l'extérieur dans cette communion, mais la solution n'est pas d'échanger un terrain solide contre du sable mouvant. Il s'agit de nous engager à nouveau dans l'Église que le Christ nous a donnée, en faisant confiance à sa grâce et à sa vie - et non à nos propres idées et plans - pour renouveler la face de la terre.

  • Pourquoi tant de nouveaux membres de l'Académie pontificale pour la vie sont-ils en désaccord avec l'enseignement de l'Église sur la vie et la sexualité ?

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Pourquoi tant de nouveaux membres de l'Académie pontificale pour la vie sont-ils en désaccord avec l'enseignement de l'Église sur la vie et la sexualité ?

    Quatre membres récemment nommés à l'académie ont rompu avec l'Eglise sur l'immoralité de l'avortement et/ou de la contraception artificielle.

    27 octobre 2022

    Jusqu'à présent, il est apparu que deux académiciens récemment nommés membres à part entière de l'Académie pontificale pour la vie ont exprimé leur soutien public à l'avortement légalisé, un autre a préconisé l'accès universel à l'avortement et l'utilisation de la contraception artificielle chez les pauvres, et un quatrième nouveau membre, un professeur de théologie morale jésuite, a clairement indiqué qu'il soutenait la contraception artificielle dans certains cas. 

    Le pape François a également nommé au conseil d'administration de l'académie un théologien français, directeur de l'Institut théologique pontifical Jean-Paul II pour le mariage et les sciences de la famille, qui a semblé promouvoir la contraception de la même manière et a approuvé les bénédictions liturgiques pour les couples homosexuels dans certaines conditions. 

    Les nominations du pape, annoncées le 15 octobre, ont semé la consternation parmi les théologiens moralistes, les juristes et les médecins catholiques qui ont fermement réprouvé ces choix comme étant contraires à l'objectif premier de l'académie. Le pape Jean-Paul II a créé cette institution en 1994 pour "défendre et promouvoir la valeur de la vie humaine et la dignité de la personne".

    Les critiques ont également fait valoir que le choix de ces membres va à l'encontre des propres statuts de l'académie, révisés en 2016, qui exigent que chaque membre ordinaire (le plus haut rang de membre de l'académie) soit choisi pour, entre autres attributs, son "service fidèle dans la défense et la promotion du droit à la vie de toute personne humaine."

    Les nouveaux académiciens, ajoutent les statuts, doivent également "s'engager à promouvoir et à défendre les principes concernant la valeur de la vie et la dignité de la personne humaine, interprétés d'une manière conforme au magistère de l'Église". Cependant, l'obligation pour les nouveaux membres de signer une déclaration promettant de défendre la vie en conformité avec le magistère de l'Église a été supprimée en 2017. 

    Le père George Woodall, théologien moral, ancien secrétaire de coordination de l'Académie pontificale pour la vie, a déclaré au Register le 26 octobre qu'en nommant ces nouveaux membres, dont un conférencier d'une université pontificale qui semble représenter l'école proportionnaliste de théologie morale qui considère le choix entre le moindre de deux maux comme moralement acceptable, les nominations avaient "provoqué anxiété et consternation". 

    "L'immoralité intrinsèque, non pas de tout meurtre de la vie humaine, mais du meurtre délibéré et direct de la vie humaine innocente, telle qu'elle est enseignée à travers les siècles, a été exprimée avec autorité dans l'encyclique Evangelium Vitae de 1995 [du pape saint Jean-Paul II]", a déclaré le père Woodall. "Ce point de départ et de référence constant semble être en danger d'être sapé par ces nominations." 

    Lire la suite

  • Ce que j'aimerais demander à Mgr Paglia, archevêque de l'Académie pontificale pour la vie

    IMPRIMER

    De Jane Adolphe sur le National Catholic Register :

    Voici ce que j'aimerais demander à Mgr Paglia, archevêque de l'Académie pontificale pour la vie

    Le dialogue n'est-il pas censé défendre les vérités exprimées dans la loi naturelle, révélées dans l'Écriture et la Tradition et enseignées par le magistère ?

    26 octobre 2022

    L'archevêque Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, a défendu sa décision de nommer, au nom du dialogue, de nouveaux membres qui soutiennent le "choix" de tuer les enfants à naître, et a souligné que sa dernière décision a été prise en consultation avec d'autres personnes après mûre réflexion. 

    Cela soulève quelques questions : 

    Qu'est-ce que le dialogue ? Pourquoi y a-t-il un dialogue ? Quand s'engage-t-on dans le dialogue ? Pour quelles raisons le dialogue est-il justifié ? Sur quel sujet dialogue-t-on ? Comment dialogue-t-on ? Quel est le but ou la fin du dialogue ? Qui s'engage dans le dialogue ? Quels sont les thèmes possibles du dialogue ?

    Le dialogue n'est-il pas censé défendre les vérités exprimées dans la loi naturelle, révélées dans l'Écriture et la Tradition et enseignées par le magistère ? Traitons-nous l'opposition à l'avortement comme une partie insignifiante de la tradition catholique et manquons-nous d'approfondir notre compréhension de celle-ci ? Qu'est-ce qui doit être approfondi dans le meurtre des bébés ? Quelles vérités permanentes sont latentes dans ce domaine et nous ont échappé ?

    L'Académie pontificale pour la vie a montré qu'elle devenait un partenaire trop silencieux de groupes tels que le Forum économique mondial (WEF), ses partisans dans le monde des affaires et les anciens élèves de son forum Young Global Leaders. 

    La nomination de Mariana Mazzucato, qui est "étroitement liée au Forum économique mondial" et "admirée par Bill Gates", est particulièrement scandaleuse parce qu'elle implique l'Académie pontificale pour la vie, qui a été fondée en 1994 spécifiquement pour étudier, informer et former sur "les principaux problèmes de la biomédecine et du droit, relatifs à la promotion et à la défense de la vie, surtout dans la relation directe qu'ils ont avec la morale chrétienne et les directives du magistère de l'Église".

    De telles nominations pourraient-elles conforter les critiques selon lesquelles l'académie considère de tels mouvements comme un moyen pour l'Eglise de minimiser la protection des bébés pour embrasser un ensemble de questions liées à la vie, telles que la vie et le changement climatique, la vie et les nouveaux systèmes alimentaires, la vie et COVID-19, ou la vie et les affaires ? Ou s'agit-il d'un exemple du nouveau dogme de l'"inclusivité" qui pousse à accepter des modes de vie alternatifs pécheurs ?

    Ou peut-être s'agit-il simplement d'un autre exemple de promotion des objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 de l'ONU, comme la promotion des droits sexuels sous le couvert de la santé ? Le président de l'Académie pontificale pour la vie a-t-il oublié la Note du Saint-Siège en réponse à l'Agenda 2030 de l'ONU ? Cette note, adressée au secrétaire général de l'ONU, était sans ambiguïté : 

    "Le droit à la santé étant un corollaire du droit à la vie, il ne peut jamais être utilisé comme un moyen de mettre fin à la vie d'une personne, qui est telle de la conception à la mort naturelle." (21.b)

    Oui, nous devons soutenir le dialogue, mais ceux qui s'y engagent en tant que membres de l'Académie pontificale pour la vie doivent le faire selon les propres statuts de l'académie - par "un service fidèle dans la défense et la promotion du droit à la vie de toute personne humaine", un principe cohérent avec les vérités éternelles confiées à l'Église.

    Jane Adolphe, diplômée en droit civil (LLB/BCL) et en droit canonique (JCL/JCD), est professeur de droit à l'Ave Maria School of Law, à Naples, en Floride, avec une expertise en droit international des droits de l'homme. De 2003 à 2011, elle a travaillé pour la section des relations avec les États de la Secrétairerie d'État au Vatican, en tant que conseillère juridique extérieure des papes Jean-Paul II et Benoît XVI. Puis, en 2011, pendant les dernières années du pontificat du pape Benoît VI, elle a servi en tant qu'experte interne travaillant dans l'État de la Cité du Vatican, et a continué à occuper ce poste pendant le pontificat du pape François, jusqu'à sa démission en 2020.

  • "Elargis l'espace de ta tente" : le Vatican dévoile le cadre de la prochaine étape des discussions synodales

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur le National Catholic Register :

    Synode sur la synodalité : Le Vatican dévoile le cadre de la prochaine étape des discussions

    Le texte relève divers défis auxquels l'Église est confrontée dans le monde, tels que la sécularisation croissante, la conversion forcée et la persécution religieuse, le manque de structures pour les personnes handicapées et le cléricalisme.

    27 octobre 2022

    Le Vatican a révélé jeudi un document clé pour guider la prochaine étape des discussions du Synode sur la synodalité. 

    Le document de travail, intitulé "Elargis l'espace de ta tente", couvre des questions sur un large spectre, de la crise des abus sexuels du clergé à l'unité des chrétiens. Le texte appelle à "une Église capable d'une inclusion radicale" et indique que de nombreux rapports synodaux ont soulevé des questions sur l'inclusion et le rôle des femmes, des jeunes, des pauvres, des personnes s'identifiant comme LGBTQ, et des divorcés et remariés. 

    Le document de travail de 44 pages est officiellement appelé DCS (Document for the Continental Stage). Il résume les rapports communiqués au Vatican par les conférences épiscopales, les congrégations religieuses, les départements de la Curie romaine, les mouvements laïcs et d'autres groupes et individus.

    Publié le 27 octobre, le document se veut "l'instrument privilégié à travers lequel le dialogue des Eglises locales entre elles et avec l'Eglise universelle peut se dérouler pendant l'Etape continentale".

    Le texte relève divers défis auxquels l'Église est confrontée dans le monde, tels que la sécularisation croissante, la conversion forcée et la persécution religieuse, le manque de structures pour les personnes handicapées et le cléricalisme.

    Il identifie la célébration de la messe, que ce soit selon le missel d'avant Vatican II ou la liturgie d'après Vatican II, et l'accès à l'Eucharistie, comme des "nœuds de conflit" dans l'Église et cite une grande "diversité d'opinions" sur le sujet de l'ordination sacerdotale des femmes, que certains rapports appellent de leurs vœux et que d'autres considèrent comme "une question fermée".

    "Elargis l'espace de ta tente" n'est "pas un document concluant", mais destiné à susciter le dialogue et à susciter des réactions sur ce que devraient être les priorités de discussion lors de la première session du Synode des évêques en octobre 2023.

    Le texte servira de base à la prochaine étape des discussions synodales : Les Assemblées continentales, qui se tiendront sur différents continents entre janvier et mars 2023.

    En particulier, le document présente trois questions de réflexion auxquelles les Assemblées continentales devront répondre après avoir lu et prié sur son contenu :

    Quelles sont les intuitions qui résonnent le plus fortement avec les expériences vécues et les réalités de l'Eglise sur votre continent ? Quelles expériences sont nouvelles ou éclairantes pour vous ?

    Quelles tensions ou divergences substantielles apparaissent comme particulièrement importantes dans la perspective de votre continent ? Par conséquent, quelles sont les questions ou les problèmes qui devraient être abordés et considérés dans les prochaines étapes du processus ?

    Au vu de ce qui ressort des deux questions précédentes, quels sont les priorités, les thèmes récurrents et les appels à l'action qui peuvent être partagés avec d'autres Eglises locales dans le monde et discutés lors de la première session de l'Assemblée synodale en octobre 2023 ?

    Tous les diocèses catholiques sont invités à donner leur avis sur ces questions. Les réactions des diocèses seront recueillies et synthétisées par les conférences épiscopales, qui partageront leurs réponses avec l'Assemblée continentale.

    Les Assemblées continentales se réuniront entre janvier et mars 2023. Selon le document, elles devraient être composées de représentants de l'ensemble du peuple de Dieu, en veillant particulièrement à assurer la participation des femmes, des jeunes, des personnes vivant dans la pauvreté, des représentants d'autres religions et des personnes sans affiliation religieuse. 

    Lire la suite

  • Synode sur la synodalité : le document de la phase continentale est paru et a de quoi inquiéter

    IMPRIMER

    Le document dont il est question ci-dessous, "Elargis l'espace de ta tente", n'est "pas un document de conclusion", mais il est destiné à susciter le dialogue et à susciter des réactions sur ce que devraient être les priorités de discussion lors de la première session du Synode des évêques en octobre 2023.

    Le texte servira de base à la prochaine étape des discussions synodales : Les Assemblées continentales, qui se tiendront sur différents continents entre janvier et mars 2023. Les orientations de ce texte ne sont pas vraiment rassurantes.

    De Salvatore Cernuzio sur Vatican News :

    Synode: la voix des «exclus» dans le document de la phase continentale

    Le texte qui sera la base du travail et le «cadre de référence» de la deuxième étape du chemin synodal, la phase continentale, est paru ce jeudi 27 octobre. Il est composé des synthèses provenant des Églises des cinq continents. Le rôle des femmes, l'accueil des LGBT, les abus, les défis du racisme et du tribalisme, le drame des guerres et de la violence, ou encore la défense de la vie forment les thèmes centraux.

    Il y a les pauvres et les indigènes, les familles, les divorcés remariés et les parents célibataires, les personnes lesbiennes et gays, les femmes qui se sentent «exclues». Il y a les victimes d'abus, de trafic ou de racisme. Il y a des prêtres, des anciens prêtres et des laïcs, des chrétiens et des personnes «éloignées» de l'Église, ceux qui veulent des réformes sur le sacerdoce et le rôle des femmes, et ceux qui «ne se sentent pas à l'aise pour suivre les développements liturgiques du Concile Vatican II». Il y a ceux qui vivent dans des pays martyrisés, ceux qui sont confrontés quotidiennement à la violence et aux conflits, ceux qui luttent contre la sorcellerie et le tribalisme. Il y a finalement toute l'humanité, avec ses blessures et ses peurs, ses imperfections et ses exigences, qui apparait dans les quelque 45 pages du Document pour l’étape continentale.

    Un échantillon des Églises du monde

    Ce document servira de base aux travaux de la deuxième étape du chemin synodal lancé par le Pape François en octobre 2021 avec la consultation du Peuple de Dieu. Au cours d’une première étape, les fidèles - et autres personnes - de presque chaque diocèse du monde ont été impliqués dans un processus «d'écoute et de discernement». Les résultats des rencontres, des discussions et des initiatives innovantes – telles que les Synodes numériques - ont été rassemblés dans des synthèses envoyées au Secrétariat général du Synode, désormais résumées dans un seul document: le «Document pour l'étape continentale».

    Un «cadre de référence»

    Élaboré en deux langues (italien et anglais), le texte - explique le Secrétariat du Synode – «entend permettre le dialogue entre les Églises locales et entre l'Église locale et l'Église universelle». Il ne s'agit donc pas d'un résumé, ni d'un document magistral, ni d'une simple chronique d'expériences locales, et encore moins «d'une analyse sociologique ou d'une feuille de route avec des buts ou des objectifs à atteindre». «C'est un document de travail qui cherche à faire émerger les voix du Peuple de Dieu, avec leurs intuitions, leurs questions, leurs désaccords». Les experts qui se sont réunis entre fin septembre et début octobre à Frascati pour rédiger le texte parlent d'un «cadre de référence» pour les Églises locales et les Conférences épiscopales en vue de la troisième et dernière étape, l'étape universelle, avec l'Assemblée des évêques qui se tiendra à Rome en octobre 2023 puis en 2024, comme l'a récemment annoncé le Pape.

    Personne n'est exclu

    Dans le détail, le Document relève «une série de tensions» que le parcours synodal a fait remonter à la surface : il s’agit de «les exploiter comme source d'énergie sans qu'elles ne deviennent destructrices». Ce qui semble essentiel est «l'écoute comme ouverture à l'accueil à partir d'un désir d'inclusion radicale». L’expression «personne n'est exclu» est l'un des concepts clés du texte.

    en effet, les résumés montrent que de nombreuses communautés ont compris la synodalité comme «une invitation à écouter ceux qui se sentent exilés de l'Église». Nombreux sont ceux qui ont le sentiment d’être «dénigrés, négligés, incompris», principalement «les femmes et les jeunes qui n'ont pas l'impression que leurs dons et leurs capacités sont reconnus». Le fait d'être sérieusement écouté a donc été une expérience «transformatrice».

    Lire la suite