Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 3

  • L'Église a besoin d'une encyclique du pape condamnant l'idéologie du genre

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSiteNews :

    Un cardinal néerlandais : L'Église a besoin d'une encyclique papale condamnant l'idéologie du genre

    En tant qu'Église, nous n'avons pas beaucoup parlé de ce sujet ", a déclaré le Père Eijk.

    16 novembre 2022

    Le cardinal néerlandais Wim Eijk a révélé qu'il avait demandé au pape François de publier une encyclique condamnant la théorie du genre, après avoir lancé des appels en faveur d'un tel document les années précédentes.

    Le journal catholique néerlandais Katholiek Nieuwsblad rapporte qu'Eijk a fait ces commentaires alors qu'il était à Rome la semaine dernière pour la visite ad limina des évêques catholiques néerlandais.

    "J'ai demandé s'il ne serait pas bon que le pape publie une encyclique sur la théorie du genre", a déclaré Eijk aux journalistes. 

    "La théorie du genre est mise en avant dans toutes sortes d'organisations et pourtant, en tant qu'Église, nous n'avons pas dit grand-chose à ce sujet", a ajouté M. Eijk, qui est archevêque d'Utrecht depuis 2007.

    Bien que sa demande n'ait apparemment pas été adressée directement au pape François, Mgr Eijk a déclaré qu'il l'avait enregistrée auprès du cardinal américain Kevin Farfell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie.

    Eijk a déjà lancé des avertissements similaires sur la prévalence de l'idéologie du genre. En 2016, il a déclaré qu'une encyclique "pourrait sembler nécessaire" pour lutter contre la propagation de l'idéologie du genre.

    "Elle [la théorie du genre] se répand et se propage partout dans le monde occidental, et nous devons avertir les gens", a déclaré Eijk. Il a ajouté que les catholiques acceptaient cette idéologie radicale "de manière très facile, même les parents, parce qu'ils n'entendent rien d'autre."

    "Du point de vue de la théologie morale, c'est clair - vous n'êtes pas autorisé à changer de sexe de cette façon", a-t-il dit. 

    Eijk s'en est fait l'écho lors du Forum sur la vie de Rome 2019, en déclarant qu'exposer les erreurs de la théorie du genre est "de la plus grande urgence, parce qu'en raison de cette théorie, non seulement la moralité sexuelle, mais aussi la proclamation de la foi chrétienne en elle-même, sont en jeu."

    Ayant précédemment reproché à Amoris Laetitia de "fracturer" l'Église, Eijk a également déclaré que le pape François pourrait éventuellement faire partie de la "dernière épreuve" pour l'Église avant la seconde venue du Christ.

  • Trente-six textes qui résument la foi catholique

    IMPRIMER

    Du site de l'Opus Dei :

    36 textes qui résument la foi catholique

    Nous proposons 36 textes qui abordent certaines des principales vérités de la foi. Ces textes ont été préparés par des théologiens et des canonistes avec une approche principalement catéchétique, se référant à l'Écriture Sainte, au Catéchisme de l'Église Catholique, aux enseignements des Pères et au Magistère.

    Thème 1 : Le désir de Dieu

    Dans les profondeurs de l'esprit humain, nous trouvons une aspiration au bonheur qui renvoie à l'espoir d'un foyer, d'une patrie définitive.

    Thème 2 : Le pourquoi de la Révélation

    Il existe chez l'homme un désir naturel d'atteindre une pleine connaissance de Dieu, qu'il n'est pas en mesure de connaître sans l'aide de Dieu.

    Thème 3 : Le développement de la Révélation

    Dieu s'est révélé petit à petit à l'homme et sa révélation a culminé dans l'incarnation.

    Thème 4 : Dieu Créateur

    La création est à la fois un mystère de la foi et une vérité accessible à la raison.

    Thème 5 : La providence de Dieu

    Il est légitime de s'interroger sur la possibilité et l'efficacité des interventions divines dans notre monde.

    Thème 6 : L'être humain, à l’image de Dieu

    L'homme est la seule créature capable de connaître et d'aimer au-delà du matériel et du fini.

    Thème 7 : Liberté humaine

    L'Église considère que la liberté est un signe éminent de l'image divine dans l'homme.

    Thème 8 : Dominer la création. Le travail. L'écologie.

    Dieu donne à l'homme la domination sur le monde et lui ordonne de l'exercer. La protection de l'environnement est une obligation morale qui incombe à chaque personne et à l'ensemble de l'humanité.

    Thème 9 : L'homme a été créé par Dieu en tant qu’homme et femme

    L'être humain est une personne parce qu'il est humain. L'égalité des personnes doit s'exprimer dans le respect de chaque individu et de la collectivité.

    Thème 10. Le péché et la miséricorde de Dieu

    La perte du sens du péché a conduit à la perte du besoin de salut, et donc à l'oubli de Dieu par indifférence.

    Thème 11. Témoignage évangélique

    Jésus a envoyé les apôtres dans le monde entier pour "prêcher la bonne nouvelle à toute créature". Le contenu de cet Évangile était ce que Jésus a dit et fait dans sa vie terrestre.

    Thème 12. L'Incarnation

    Jésus est le Fils unique de Dieu qui s'est fait homme pour notre salut. Il est le Dieu parfait et l'homme parfait.

    Thème 13. Passion, mort et résurrection de Jésus-Christ

    Jésus a accepté librement les souffrances physiques et morales imposées par l'injustice des pécheurs.

    Sujet 14. L’Esprit Saint et son action dans l'Église

    L'action de l'Esprit Saint se réalise dans l'Église par les sacrements. Nous disons souvent que l'Esprit Saint est comme l'âme de l'Église.

    Thème 15. L'Église, fondée par le Christ

    L'Église est la communauté de tous ceux qui ont reçu la grâce régénératrice de l'Esprit par laquelle ils sont enfants de Dieu.

    Thème 16. La constitution hiérarchique de l'Église

    L'Église est une société structurée où certains ont la mission de diriger les autres.

    Thème 17. L'Église et le monde

    L'Église est inséparablement humaine et divine. Elle vit et agit dans le monde, mais sa fin et sa puissance ne sont pas sur la terre, mais dans le Ciel.

    Thème 18. La doctrine sociale de l'Église

    La bonne nouvelle du salut exige la présence de l'Église dans le monde. L'Évangile est en effet une proclamation de la transformation du monde selon le plan de Dieu.

    Thème 19. La résurrection de la chair

    L'énigme de la mort de l'homme ne peut être comprise qu'à la lumière de la résurrection du Christ et de notre résurrection en Lui.

    Thème 20. Les sacrements

    Les sacrements sont des signes efficaces de la grâce. La grâce sanctifiante est une disposition stable et surnaturelle qui perfectionne l'âme pour la rendre capable de vivre avec Dieu.

    Sujet 21. Baptême et Confirmation

    Le chrétien baptisé et confirmé est destiné à participer à la mission évangélisatrice de l'Église en vertu de ces sacrements.

    Sujet 22. L'Eucharistie (I)

    L'Eucharistie rend Jésus-Christ présent : il nous invite à accepter le salut qu'il nous offre et à recevoir le don de son corps et de son sang comme nourriture de la vie éternelle.

    Thème 22. L'Eucharistie (II)

    La Sainte Messe rend présent dans la célébration liturgique actuelle de l'Église l'unique sacrifice de notre rédemption.

    Thème 23. Pénitence et Onction des malades

    La pénitence est un sacrement spécifique de guérison et de salut.

    Sujet 24. Mariage et ordres sacerdotaux

    Le mariage est une sage institution du Créateur pour réaliser dans l'humanité son projet d'amour. Le sacrement de l'Ordre confère une participation au sacerdoce du Christ.

    Thème 25. La vie chrétienne : la loi et la conscience

    La loi éternelle, la loi naturelle, la nouvelle loi ou loi du Christ, les lois humaines politiques et ecclésiastiques sont des lois morales dans un sens très différent, bien qu'elles aient toutes quelque chose en commun.

    Thème 26. Le sujet moral. La moralité des actes humains

    Seules les actions volontaires sont soumises à une évaluation morale en tant que telle. L'éducation du monde complexe des sentiments est une partie fondamentale de la formation et de la vie chrétienne.

    Thème 27. L'action de l'Esprit Saint : la grâce, les vertus théologales et les commandements.

    La vie chrétienne est la vie de l'homme en tant qu'enfant de Dieu dans le Christ par le Saint-Esprit.

    Sujet 28. Premier et deuxième commandements

    Le premier commandement du Décalogue revêt une importance existentielle : c'est le seul fondement possible pour façonner une vie humaine réussie.

    Sujet 29. Le troisième commandement

    L'homme, qui est appelé à participer à la puissance créatrice de Dieu en perfectionnant le monde par son travail, doit également cesser de travailler le septième jour afin de le consacrer au culte et au repos divins.

    Point 30. Quatrième commandement. La famille

    Le quatrième commandement est un point de connexion et de transition entre les trois commandements précédents et les six suivants : dans les relations familiales, l'interpénétration mystérieuse entre l'amour divin et l'amour humain, qui est à l'origine de chaque personne, se poursuit d'une certaine manière.

    Point 31. Le cinquième commandement

    Personne, en aucune circonstance, ne peut revendiquer le droit de tuer directement un être humain innocent.

    Point 32. Le sixième commandement

    La sexualité touche au cœur intime de la personne humaine. Une véritable éducation à la chasteté aide à réfléchir sur les valeurs personnelles et morales qui entrent en jeu dans les relations affectives avec d'autres personnes.

    Thème 33. Les septième et huitième commandements

    La vie chrétienne s'efforce d'ordonner les biens de ce monde à Dieu et à la charité fraternelle. La tempérance, la justice et la solidarité sont importantes.

    Thème 34. Les neuvième et dixième commandements

    Les neuvième et dixième commandement font référence aux actes internes correspondant aux péchés contre les sixième et septième commandements. Les péchés internes peuvent déformer la conscience.

    Sujet 35. La prière dans la vie chrétienne

    Le Catéchisme fait la distinction entre la prière vocale, la méditation et la prière contemplative. Toutes trois ont en commun une caractéristique fondamentale : le recueillement du cœur.

    Sujet 36. La prière du Notre Père

    Avec la prière du Notre Père, Jésus veut faire prendre conscience à ses disciples de leur statut d'enfants de Dieu.

  • Rejeter la logique du politique dans l'Église

    IMPRIMER

    Lu sur le site National Catholic Register :

    « ÉDITORIAL : À la différence d'une communauté politique, l'unité de l'Église n'est pas notre propre effort. C'est une œuvre de Dieu, qui a garanti que les portes de l'enfer ne prévaudraient jamais contre elle.

    Cette année, les élections de mi-mandat ont été suivies une semaine plus tard par l'assemblée générale de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, au cours de laquelle les évêques devaient élire un nouveau président de conférence et plusieurs autres officiers. La juxtaposition des deux élections offre une occasion importante de réfléchir aux différences entre la politique mondaine et la communion ecclésiale - et au danger de laisser la logique de la première informer notre participation à la seconde.

    C'est particulièrement une menace aujourd'hui, alors que notre culture est dominée par la politique électorale, qui se caractérise de plus en plus par la politique partisane de la corde raide et des compétitions à somme nulle pour le pouvoir. Ce type de guerre politique offre un mode de réflexion sur toutes les formes de communauté et de relations, et si nous ne sommes pas vigilants, cela peut commencer à caractériser la manière dont nous comprenons et vivons notre appartenance à l'Église.

    Le cardinal Joseph Ratzinger a mis en garde contre cela dans une homélie instructive, intitulée plus tard « Parti du Christ ou Église de Jésus-Christ ? Le futur pape a averti que des «conflits entre factions» peuvent survenir dans l'Église lorsque chacun «développe [notre] propre idée du christianisme», qui «nous cache la parole du Dieu vivant, et l'Église disparaît derrière les partis qui se développent de notre opinion personnelle. 

    Ce n'est pas nier que l'Église est politique, en un sens, parce qu'elle doit s'organiser dans ses dimensions humaines. Cela ne nous empêche pas non plus de croire que certains clercs sont mieux équipés pour diriger l'Église que d'autres, ou de porter des jugements sur les processus et les idées qui nuisent à la vie de l'Église. Au lieu de cela, le cardinal Ratzinger critique une attitude plus fondamentale qui réduit notre appartenance à l'Église et la façon dont nous y opérons à un principe de choix personnel. « Nous avons du mal à comprendre la foi [autrement] que comme une décision pour une cause que j'aime et à laquelle je souhaite donc apporter mon soutien », écrit-il. Le problème, cependant, est que l'Église devient alors la nôtre au lieu de celle de Christ. Cette attitude sous-tend les approches de la réforme de l'Église qui l'adaptent aux temps et à la volonté du monde, 

    Mais, ironiquement, nous pouvons aussi traiter l'Église comme le Parti du Christ dans notre défense de l'enseignement orthodoxe, alors que notre motivation est davantage animée par l'attachement à quelque chose que nous préférons que par la fidélité à ce que l'Église enseigne. Chaque fois que cette attitude est adoptée, nous portons atteinte à l'unité ecclésiale, sans parler du témoignage de l'Église au reste du monde, et nous risquons de développer nombre des névroses que l'on peut voir dans la politique terrestre, qui ont pris un caractère presque apocalyptique pour beaucoup .

    La solution, écrit le cardinal Ratzinger, est « d'abandonner mon goût et de me soumettre » au Christ et à ce qu'il nous a donné. "Seule l'unité de la foi de l'Église et de son autorité, qui s'impose à chaque membre, nous assure que nous ne suivons pas les opinions humaines et que nous n'adhérons pas à des groupements de parti faits par nous-mêmes, mais que nous appartenons au Seigneur et que nous lui obéissons." 

    Contrairement à une communauté politique, l'unité de l'Église n'est pas notre propre effort. C'est une œuvre de Dieu, qui a garanti que les portes de l'enfer ne prévaudraient jamais contre elle. Réfléchir à cette vérité peut susciter un bon examen de conscience, peut-être surtout pour ceux d'entre nous qui écrivent et lisent le journalisme catholique. Et plutôt que de produire du quiétisme, cela peut approfondir notre détermination à nous opposer à l'erreur et à la division au sein de l'Église, animée non par des préférences personnelles, mais par l'amour du Christ et du prochain. À son tour, une attitude ecclésiale appropriée peut également conduire à un engagement plus sain dans la politique terrestre. 

    Parce que si, à travers l'Église, nous appartenons vraiment au Christ, alors nous n'avons pas besoin de considérer la politique comme notre salut, ni comme quelque chose à craindre et à éviter. Au lieu de cela, nous pouvons y entrer avec l'humilité et la liberté des enfants de Dieu. »

    Ref. Rejeter la logique du politique dans l'Église

  • Contraception : "Le changement est possible"; quand Paglia rouvre le front

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Contraception : "Le changement est possible"; Paglia rouvre le front

    12-11-2022

    Changer la doctrine sur la contraception ? Pour Monseigneur Paglia "le jour viendra où le Pape le fera, il faut y penser". L'interview déconcertante du président du Président de l'Académie pontificale pour la Vie (APV) avec The Tablet qui revient sur les souhaits de la Civiltà Cattolica d'une encyclique qui surpasserait définitivement Humanae vitae. Dans un concentré de réponses pathétiques, les sondages et les dissidences sont confusément amalgamés, présentés comme de la doctrine. Et l'une d'elles invente même le néologisme de "pro-vie non idéologique". 

    Une encyclique du Pape viendra-t-elle bouleverser l'enseignement de l'Eglise sur la vie, notamment sur la contraception ? Le 2 juillet dernier, Jorge José Ferrer, professeur de théologie morale à l'Université catholique pontificale de Porto Rico, dans les colonnes de La Civiltà Cattolica, avait lancé l'idée, à la fin d'un long article saluant l'air de renouveau introduit par la publication du volume Éthique de la vie, par l'Académie pontificale pour la vie : "Il est légitime de se demander si le pape François nous livrera une nouvelle encyclique ou exhortation apostolique sur la bioéthique, qu'il pourrait peut-être intituler Gaudium vitae", puisque, avait rappelé Ferrer, Evangelium Vitae a vingt-cinq ans.

    Christopher Lamb, vaticaniste pour The Tablet, a dû particulièrement apprécier l'idée. C'est ainsi qu'il a organisé un tête-à-tête avec Mgr Vincenzo Paglia (APV), dont il rend compte, de manière assez pathétique, dans un article du 10 novembre. Pour être honnête, M. Lamb parle de "rumeurs croissantes" concernant un "nouveau document qui pourrait assouplir l'interdiction de la contraception artificielle par l'Église". Plus précisément, selon ces rumeurs, le pape, "qui a souligné à plusieurs reprises la primauté de la conscience formée et le rôle du discernement dans la prise de décision morale, pourrait faire évoluer la position selon laquelle les couples mariés ne peuvent en aucun cas recourir à la contraception artificielle".

    Son interlocuteur, interrogé, a toutefois répondu : "Je crois que le jour viendra où le pape François, ou le prochain pape, le fera". Mais qu'est-ce que je peux dire ? Il est certain que nous devons l'envisager". En substance, Lamb et Paglia préparent le terrain, suggérant déjà la ligne à suivre et même le titre de l'encyclique ; il n'apparaît pas clairement s'ils ont un commanditaire plus haut placé qu'eux, peut-être habillé en blanc. En fait, ce n'est pas un mystère que le pape François, face aux ouvertures du texte de base de l'APV, a défendu la liberté des théologiens de débattre à 360 degrés, parce qu'alors le Magistère décidera, oubliant ce détail que le Magistère, en ce qui concerne la contraception, l'insémination artificielle et la fin de vie, a déjà pris position.

    L'article de Lamb est plutôt banal : Paglia serait l'homme pacifique à l'esprit large qui veut être plus "pro-vie" plutôt que de simplement réaffirmer l'opposition traditionnelle de l'Église à l'avortement et à la contraception. D'autre part, il y a les méchants, ceux qui veulent "entraîner l'Église dans les guerres culturelles", comme certains évêques américains qui tentent "d'empêcher deux éminents politiciens catholiques" de recevoir la communion, ou comme ces obstinés qui prétendent que remettre en question l'enseignement d'Humanae Vitae sur la contraception reviendrait à "trafiquer l'enseignement irréformable de l'Église".

    Mais l'interlocuteur de Lamb est Paglia, l'impassible, pas du tout "contrarié par le débat agité qui a vu l'Académie fortement critiquée par une partie des médias catholiques", mais déterminé à atteindre son objectif. Écoutez, dit Mgr Paglia, ce qui est important aujourd'hui, c'est d'être vraiment "pro-vie d'une manière non idéologique" [...]. Nous sommes intéressés à battre en brèche - pour ainsi dire - les préjugés idéologiques qui contaminent la réflexion, qui contaminent l'opinion publique. Et ils empêchent une large participation à tous les niveaux". Soupe habituelle : être pour la vie signifie combattre les guerres, s'occuper de la faim dans le monde, de la hausse des suicides, de la peine de mort, des immigrants. Selon Paglia, l'axe doit être déplacé vers ces questions car, répète-t-il, le débat "sur l'avortement et l'euthanasie s'est idéologisé".

    La rencontre entre Paglia et Lamb a porté sur deux sujets très chauds. Le premier est la nomination de Mariana Mazzuccato en tant que membre de l'APV. Mgr Paglia ne voit aucun problème à cette nomination, puisque Mazzucato, selon lui, n'est pas réellement pro-avortement, mais pro-choix.  Le pouvoir des mots... En outre, la nomination d'un économiste serait justifiée par le fait que l'APV ne peut ignorer "les atteintes à la vie que constituent les inégalités". La question que Lamb aurait dû poser était facile : n'y avait-il pas un autre économiste préoccupé par les inégalités mais opposé à l'avortement ? Mais il est vrai aussi que Lamb n'était pas là pour saper Paglia, mais pour ouvrir la fenêtre d'Overton pour l'autorisation de la contraception.

    Et pour atteindre cet objectif, tout est permis. A commencer par Paglia, qui s'amuse à jeter de la poudre aux yeux et à brouiller les cartes ; d'abord, en effet, il fait l'éloge d'Humanae Vitae pour la parentalité responsable, puis il met en garde contre le risque d'appliquer l'encyclique "de manière strictement légaliste". Comme, par exemple, ceux qui ont recours aux "méthodes naturelles de contraception" pour ne pas avoir d'enfants ; ils "pourraient être très corrects dans l'application des méthodes naturelles" ; ils pourraient dire qu'ils "respectent la règle", mais trahissent la substance de l'enseignement de l'Église. Que quelqu'un lui explique que le recours aux périodes infertiles n'est pas contraceptif et que la question n'est pas de savoir si une chose est naturelle ou artificielle, mais de voir s'il s'agit d'un acte destiné à empêcher la procréation. Le coitus interruptus n'est pas artificiel, mais il est clairement contraceptif. Est-ce trop demander que de demander la démission d'un homme qui est à la tête de l'APV et qui ne connaît pas ces distinctions ? Ou, pire encore, fait-il délibérément semblant de ne pas les connaître ?

    Puis il évoque respectivement : l'oracle des sondages mondiaux qui, explique Lamb, montrent que la majorité écrasante des catholiques n'accepte pas que l'utilisation de contraceptifs soit moralement mauvaise ; Maurizio Chiodi, qui pontifie sur la possibilité d'une dissidence concernant l'enseignement de Humanae Vitae ; Benoît XVI, qui, dans les rêves agités de Lamb, aurait dit que "la contraception artificielle peut être utilisée lorsque l'intention n'est pas d'empêcher la conception mais d'arrêter la propagation d'une maladie mortelle". Sur ce dernier point, rappelons que la note d'éclaircissement de la Congrégation pour la doctrine de la foi avait clos le dossier : Benoît XVI n'avait en aucun cas ouvert la porte à la contraception dans certains cas, ni à la prostitution, ni au principe du moindre mal. Lamb ne peut pas l'ignorer, mais manifestement, certains saboteurs de la doctrine de l'Eglise ont particulièrement besoin de faire semblant de s'appuyer sur l'autorité de Benoît XVI : ils le détestent, mais ils ne peuvent pas se passer de lui.

    Même Saint John Henry Newman est appelé à la cause : son essai sur le développement de la doctrine est devenu le livre le plus cité (de manière détournée) par ceux qui, à supposer qu'ils l'aient lu, ne l'ont pas du tout compris, prenant pour du développement ce que Newman appelait en fait la corruption de la doctrine. (...)

    Paglia conclut l'entretien par un message d'amour et d'écoute : "Je dis à ceux qui s'opposent à la discussion de ces questions : je pense qu'il y a un profond problème de fidélité à l'Esprit. Et c'est qu'il s'agit d'une pathologie, d'une foi malade. Une foi dans la lettre et non dans l'Esprit. Je dirais que cela risque de "bloquer l'Esprit". Pas moins. En tout cas, Paglia, l'homme pacifique aux vues larges, invite les opposants " malades " à débattre, mais sans " tomber dans la tentation d'être le Magistère ". Nous l'invitons donc à une interview avec La Bussola, avant la sortie de Gaudium vitae. Seulement il n'y aura pas de Mr Lamb à ses côtés.

  • Qui sont les anges ? (club des "Hommes en noir")

    IMPRIMER

    De l'Homme Nouveau sur youtube :

    Peut-on nommer son ange gardien ? Comment se défendre des mauvais anges ? L'analyse du Club des Hommes en noir avec cette semaine autour de Philippe Maxence, les abbés Barthe et Benoît, les pères Danziec et Viot.

  • Liturgie : la crise en préparation dans les années qui précèdent Vatican II (1945-1965) (Denis Crouan) 

    IMPRIMER

    Liturgie 25 : La crise en préparation dans les années qui précèdent Vatican II (1945-1965) (46 mn) 

    https://youtu.be/FLQlEfjpI4w 

    On se demande souvent si la crise est venue de Vatican II. Le Docteur Crouan rappelle que Raïssa et Jacques Maritain écrivaient pendant le Concile, en 1964, alors que des théologiens dits de la « mort de Dieu » étaient entrés en scène tant en Amérique qu’en Europe depuis 1950  « Il me paraît bien significatif que dans le même temps où au Concile, le Saint Esprit fait proclamer des changements d’attitude qui représentent un progrès immense (et qui ont beaucoup trop tardé), dans le même temps un ouragan de bêtise et d’abjection d’une puissance extraordinaire et apparemment irrésistible souffle tout autour sur la vaste étendue du monde catholique et spécialement ecclésiastique. Cette crise me paraît une des plus graves que l’Église ait connue. Elle a à mes yeux un caractère eschatologique et semble annoncer de larges apostasies.  ».  

    Pourtant, en préparation à la convocation du Concile, le pape Jean XXIII était clair : « il existe entre la liturgie et le dogme (les vérités de la foi) un lien tellement indéfectible que celui qui touche à la liturgie sans avoir reçu un mandat de l’Église touche également au dogme et, par ricochet, à la morale ».  

     

     

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2022. 

  • Le pape rappelle la primauté de la conscience sur n'importe quel pouvoir de ce monde

    IMPRIMER

    DISCOURS DU SAINT-PÈRE FRANCOIS à la Communauté du Séminaire saint Jean Népomucène

    Salle du Consistoire - Jeudi, 10 novembre 2022

    Chers frères et sœurs, bonjour et bienvenue !

    (...)

    Je voudrais partager avec vous quelques réflexions en commençant par le témoignage de votre Patron, St Jean Népomucène. C'est là que se trouve une racine solide, une racine toujours vivante, capable de nourrir le présent et l'avenir de votre communauté, comme elle l'a fait dans le passé.

    Il est toujours frappant de constater qu'il a été tué parce qu'il voulait rester fidèle au secret de la Confession. C'est touchant. Il a dit "non" au roi pour confirmer son "oui" au Christ et à l'Église. Et cela fait penser à ce que tant de prêtres, tant d'évêques ont dû endurer au cours de l'histoire sous divers régimes autoritaires ou totalitaires. Vous en avez fait l'expérience dans votre propre histoire. Pour votre collège, cela s'est passé pendant les quarante années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Et aujourd'hui, je salue avec vous la mémoire de tant de prêtres et d'évêques, d'hommes et de femmes consacrés, mais aussi de tant de laïcs, qui, avec la grâce de Dieu, ont eu le courage de dire "non" au régime pour rester fidèles à leur vocation et à leur mission. Cette multitude de martyrs cachés, nous ne la connaissons pas. Derrière votre vie, derrière votre histoire, il y a des martyrs.

    Cette racine de courage et de fermeté évangélique - qui remonte à votre saint patron - ne doit jamais devenir pour vous comme une plaque à mettre au mur, comme un objet de musée, comme un petit tableau, non, elle doit rester une racine vivante, car aujourd'hui encore nous avons besoin de sa sève ! Aujourd'hui encore, en Europe et dans toutes les parties du monde, être chrétien, et en particulier être des ministres de l'Église, des hommes et des femmes consacrés, exige de dire "non" aux pouvoirs de ce monde pour confirmer "oui" à l'Évangile. Il s'agit parfois de pouvoirs politiques, parfois de pouvoirs idéologiques et culturels, et leur conditionnement est plus subtil, passant par les médias, qui peuvent exercer des pressions, discréditer, faire du chantage, isoler, etc. ou, pire encore, vous amener à vivre dans la mondanité. Méfiez-vous de la mondanité spirituelle, qui est le pire qui puisse arriver à l'Église, le pire qui puisse arriver à un homme consacré, à une femme consacrée. Méfiez-vous de la vie mondaine, avec des critères mondains.

    Le témoignage de saint Jean Népomucène nous rappelle, aujourd'hui plus que jamais, la primauté de la conscience sur tout pouvoir mondain ; la primauté de la personne humaine, de sa dignité inaliénable, qui a son centre précisément dans la conscience, comprise non pas dans un sens purement psychologique, mais dans sa plénitude, comme ouverture au transcendant. Je souhaite que le Collège Pontifical qui porte le nom du grand prêtre et martyr bohémien soit toujours une maison et une école de liberté, de liberté intérieure, fondée sur la relation avec le Christ et l'Esprit Saint. (...)

  • Il était une fois le Concile Vatican II. Nouvelles notes sur son histoire, alors que la foi s’effondre

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Il était une fois le Concile Vatican II. Nouvelles notes sur son histoire, pendant que la foi s’effondre

    Les critiques d’Alexandra von Teuffenbach et de Francesco Saverio Venuto portant sur la reconstruction historique de ce qui s’est passé il y a soixante ans dans les tous premiers jours du Concile Vatican II, publiée par Settimo Cielo le 11 octobre sous la plume de Guido Ferro Canale, ont incité l’auteur de cette reconstruction à éclaircir sa méthode et les objectifs de sa recherche.

    Le souhait de Ferro Canale, c’est que l’on parvienne un jour à obtenir une histoire véritablement complète du Concile Vatican II, qui soit comparable à celle, sans égal, d’Hubert Jedin sur le Concile de Trente : une histoire qui s’attache surtout à la genèse de son magistère, c’est-à-dire à la manière font les documents approuvés sont nés et ont pris forme.

    Vaste programme, qui ne parvient en tout cas pas à faire taire l’incessante controverse en cours depuis des années sur le Concile et sur ses effets sur la vie de l’Église. Une controverse qui a trouvé un écho ces derniers jours jusque dans les pages du « New York Times », sous la plume de son « opinion columnist » Ross Douthat.

    Comme déjà dans son article précédent datant du 11 octobre, jour anniversaire de l’ouverture de Vatican II, le journaliste catholique Douthat voit dans Vatican II le début d’une crise verticale du catholicisme.

    Pour étayer sa thèse, il cite dans ces deux articles l’historien français Guillaume Cuchet, auteur en 2018 d’un livre au titre éloquent : « Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un effondrement ».

    Curieusement, même l’historien Roberto Pertici a cité ce livre de Cuchet, il y a deux ans sur Settimo Cielo, dans une analyse innovante, en s’émancipant des schémas actuels, sur les raisons de l’effondrement de la foi chrétienne justement à partir des années du Concile, même si ce n’était pas nécessairement dû au Concile lui-même:

    > Les attentes du concile contredites par l’histoire.  Les pourquoi de l’éclipse de la foi chrétienne

    Face à cet effondrement du régime de chrétienté et plus encore à l’évaporation de la foi catholique, ni le Pape François avec son soutien aux tendances de la post-modernité, ni les tentatives de relance du paradigme conservateur ne semblent en mesure d’amorcer un changement de cap.

    L’analyse de Pertici mérite absolument d’être relue. Mais laissons la parole à la mise au point de Ferro Canale su ce qu’il s’est passé au début de Vatican II et sur la manière d’en reconstruire la véritable histoire, publiée intégralement en italien sur cette autre page de Settimo Cielo :

    > Riscoprire un Concilio, riscoprire il diritto

  • Mgr Eleganti : "Je n'attends rien de bon du synode"

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    D'un évêque suisse : Je n'attends plus rien de bon du prochain synode

    L'évêque Marian Eleganti affirme que les discussions autour du synode sur la synodalité se concentrent sur "les mêmes vieux refrains réchauffés pour la énième fois depuis les années 1970".

    10 novembre 2022

    " Hypocrisie sans bornes ", " confusion ", " instrumentalisation de Dieu " - Mgr Marian Eleganti, ancien évêque auxiliaire de Coire en Suisse, peine à trouver des mots assez durs pour exprimer sa désapprobation sans équivoque du contenu des discussions entourant le synode de 2023 sur la synodalité.

    Dans une récente tribune publiée par le magazine catholique en ligne autrichien Kath.net, Mgr Eleganti s'est livré à une longue critique du prochain Synode qui vient de conclure sa phase diocésaine pour entrer dans la phase continentale, laquelle doit se dérouler jusqu'en mars 2023.

    Figure populaire et emblématique des trois dernières Journées mondiales de la jeunesse à Madrid, au Brésil et à Cracovie, Mgr Eleganti a été l'évêque des jeunes de la Conférence des évêques suisses pour la région germanophone de la Suisse entre 2011 et 2018. Il aurait démissionné en raison de désaccords avec les évêques suisses sur les orientations du Synode mondial des jeunes qui s'est tenu la même année.

    En effet, le franc-parler et les positions orthodoxes de Mgr Eleganti lui ont souvent valu d'être évincé par ses pairs. Le missionnaire bénédictin, qui a été abbé de l'abbaye de Saint Otmarsberg de 1999 à 2009, a également contribué au lancement de la première Rencontre mondiale des familles en Suisse alémanique en 2019.

    "L'Église n'était pas sur la mauvaise voie depuis 2000 ans et nullement dans le besoin d'être éclairée et corrigée par un processus synodal au 21e siècle", écrit Mgr Eleganti dans sa chronique, regrettant qu'au lieu d'aborder la synodalité comme un nouveau modus operandi dans l'Église, la discussion se concentre plutôt sur "tous les mêmes refrains réchauffés pour la énième fois depuis les années 1970" : démocratie, participation, implication dans le pouvoir, femmes dans toutes les fonctions, diaconat ou sacerdoce pour les femmes ; révision de la morale sexuelle concernant les relations extraconjugales, le remariage et l'homosexualité, abandon du centrage sur le prêtre dans la liturgie, etc. "

    Du vieux vin dans de nouvelles bouteilles

    " Les propositions maintes fois avancées sont versées encore et encore dans de nouvelles bouteilles sur lesquelles les étiquettes 'Écoute', 'Inclusivité', 'Accueil', 'Diversité', 'Égalité' sont maintenant collées dans une sorte de campagne de marketing qui vend les nouvelles d'hier comme les dernières nouvelles [...]", a-t-il déclaré. "Ce sont tous des termes qui sonnent bien et qui sont émotionnellement positifs, mais ce sont des phrases vides par rapport à la vérité".

    C'est précisément le type de relation à Dieu que véhiculent ces concepts que l'évêque suisse a remis en cause - celui d'un "amour global qui approuve et bénit tout ce que les gens font parce que tous sont enfants de Dieu", un Dieu qui s'arrête alors à être la "vérité et la justice" qui "excluent l'erreur et le péché."

    Rappelant que les enseignements de l'Église - y compris ceux qui concernent la vie conjugale et la sexualité - sont "immuables parce qu'ils sont vrais", il a affirmé qu'on ne pouvait s'attendre à des changements que dans la communication de la foi, et non dans sa doctrine. "Historiquement, les innovations dans la foi ont toujours été des hérésies qui ont conduit à de nouvelles divisions", a-t-il déclaré.

    "Nous avons oublié que l'Église est une Église 'enseignante' (ecclesia docens), une 'mater et magistra', 'mère et maîtresse' de la vérité, de la morale et de la foi - et non un somnambule que l'esprit du temps prend par la main."

    Pour lui, "parler constamment du Saint-Esprit et le revendiquer pour soi n'est rien d'autre que de la propagande, de l'(auto)tromperie, et fondamentalement une instrumentalisation de Dieu."

    Un résultat prédéterminé

    Un autre aspect central de sa critique est le contexte défavorable à un discernement approprié par le Saint-Esprit, qui est censé être impliqué dans un processus synodal.

    "Ce [processus synodal] n'a rien à voir avec un processus de réforme rempli par l'Esprit", poursuit-il. "Ce n'est rien de plus que la politisation interne à l'Église de ces sujets, en contraste avec le discernement de l'Esprit, qui n'est même pas entrepris à cet égard ou qui a déjà été entrepris et conclu, comme dans le cas du sacerdoce des femmes."

    "Le discernement, cependant, ne semble se produire que parce que les agendas ont été fixés dès le début et doivent maintenant être avancés universellement [...]", a-t-il affirmé.

    Dénonçant une "hypocrisie sans limites", il conclut en disant qu'il n'attend "rien de bon du prochain synode."

    "Je n'ai tout simplement plus confiance. La confusion que les synodes ont déjà instillée depuis 2014 est indubitable et me rend pessimiste quant au discernement de l'Esprit lors de ces événements."

    Solène Tadié est la correspondante pour l'Europe du National Catholic Register. Elle est franco-suisse et a grandi à Paris. Après avoir obtenu un diplôme en journalisme à l'université Roma III, elle a commencé à faire des reportages sur Rome et le Vatican pour Aleteia. Elle a rejoint L'Osservatore Romano en 2015, où elle a successivement travaillé pour la section française et les pages culturelles du quotidien italien. Elle a également collaboré avec plusieurs médias catholiques francophones. Solène est titulaire d'une licence en philosophie de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin, et a récemment traduit en français (pour les Éditions Salvator) Défendre le marché libre : The Moral Case for a Free Economy du Père Robert Sirico de l'Acton Institute.

  • "Dieu n'est pas présent dans ce processus synodal"

    IMPRIMER

    De Mgr Robert Mutsaerts évêque auxiliaire du diocèse de 's Hertogenbosch (Pays-Bas) (source) :

    La traduction de Jeanne Smits, sur son blog :

    8 novembre 2022

    Le processus synodal est-il un instrument pour transformer l’Église ?

    Le jeudi 27 octobre à Rome, le Secrétariat du Synode des évêques à Rome a présenté le document de travail en vue de la « phase continentale » du synode Pour une Église synodale : communion, participation et mission. La présentation eut lieu à l’occasion d’une conférence de presse à la Salle de presse du Saint-Siège, présidée par le cardinal Grech. Le document s’intitule Elargis l’espace de ta tente (Is 54, 2). Le Secrétariat du Synode des évêques doit par la suite, en s’appuyant sur l’ensemble des documents finaux issus des rencontres qui se sont tenues sur les différents continents, établir l’Instrumentum Laboris, le document de travail qui servira aux réunions synodales de 2023 et 2024.

    Un mot sert de mantra à ce processus : « écouter ». Ecouter qui ? Tout le monde. Le document de travail contient un nombre important de citations. « Ces citations ont (…) été choisies parce qu’elles expriment de manière particulièrement puissante, heureuse ou précise un sentiment qui revient dans de nombreux résumés. (…) L’expérience du synode peut être lue comme un parcours de la reconnaissance pour ceux qui ne se sentent pas suffisamment reconnus dans l’Église. » Les contours du processus synodal se font de plus en plus nets. Celui-ci sert de mégaphone aux opinions non conformes à l’enseignement de l’Eglise. Le document souligne ce à quoi devra aboutir le chemin synodal : « une Église synodale qui apprend de l’écoute comment renouveler sa mission évangélisatrice à la lumière des signes des temps, afin de continuer à offrir à l’humanité une manière d’être et de vivre dans laquelle tous peuvent se sentir inclus et protagonistes ».

    Lire la suite

  • Le document de travail pour la phase continentale du Synode : un appel à une réforme des structures de l'Eglise qui n'a pas lieu d'être

    IMPRIMER

    De Joan Frawley Desmond sur le National Catholic Register :

    Le document de travail pour la phase continentale du Synode appelle à une réforme des structures de l'Eglise

    ANALYSE DES NOUVELLES : Les canonistes ont réservé un accueil mitigé au texte publié le 27 octobre, certains considérant que son appel à des réformes majeures n'a pas lieu d'être.

    Synod on Synodality logo for the working document for the continental stage.
    7 novembre 2022

    Le Synode sur la synodalité du Vatican a publié un document de travail destiné à établir un cadre pour la deuxième étape, ou " continentale ", du processus mondial de trois ans lancé par le pape François en 2021. Mais l'appel explicite du texte à la transformation des structures de l'Église a suscité la controverse (...).

    Intitulé "Élargissez l'espace de votre tente", le document invite les responsables catholiques à réfléchir aux demandes d'une Église plus inclusive et plus accueillante qui ont été exprimées au cours de la première phase du processus synodal, lorsque les diocèses locaux ont parrainé des enquêtes et des sessions d'écoute. 

    Une partie du texte va cependant beaucoup plus loin. Il appelle explicitement à la transformation de toutes les structures de l'Église par l'incorporation d'un modèle synodal d'écoute et de discernement priant qui aurait un impact sur la gouvernance de l'Église.

    "Toutes les institutions de l'Église, en tant qu'organes pleinement participatifs, sont appelées à examiner comment elles pourraient intégrer l'appel à la synodalité dans la manière dont elles exercent leurs fonctions et leur mission, en renouvelant leurs structures et leurs procédures", indique le texte, appelé de manière informelle le DCS ("Document pour l'étape continentale"), publié le 27 octobre.

    "L'Église doit également donner une forme et une manière synodale de procéder à ses propres institutions et structures, notamment en matière de gouvernance. Le droit canonique devra accompagner ce processus de renouvellement structurel, en créant les changements nécessaires aux dispositions actuellement en place." 

    Les évêques américains contactés pour cette histoire ont déclaré qu'ils n'avaient pas eu suffisamment de temps pour digérer le document de 44 pages et examiner ses ramifications. Ils discuteront probablement du texte lors de leur prochaine réunion à Baltimore, du 14 au 17 novembre, qui est prévue environ six semaines avant le début de l'étape continentale en 2023.

    Lire la suite

  • Est-ce maintenant que vient le “dernier pape” des persécutions de la fin ?

    IMPRIMER

    De la Revue Cardinalis via le site Riposte Catholique :

    L'”Antéchrist” aurait-il déjà pris pied ?