Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 8

  • Face à la levée de boucliers suscitée par Fiducia supplicans, le Vatican publie un communiqué pour clarifier sa position

    IMPRIMER

    Ce communiqué suffira-t-il à apaiser le débat ? On peut en douter... C'est en tout cas un beau gâchis qui compromet la crédibilité de l'institution.

    De RCF :

    BÉNÉDICTION DES HOMOSEXUELS : LE VATICAN CLARIFIE SA POSITION DANS UN COMMUNIQUÉ

    4 janvier 2024

    Lundi 18 décembre 2023, le dicastère pour la doctrine de la foi donnait son feu vert pour la bénédiction des couples dits "irréguliers", homosexuels ou personnes divorcées, dans un document validé par le pape François intitulé Fiducia supplicans. Depuis, le texte fait polémique au sein de l'Église. Le Vatican a donc publié un communiqué pour apporter des précisions au texte initial. Retrouvez-le en intégralité.

    Communiqué de presse pour aider à clarifier la réception de Fiducia supplicans, recommandant une lecture complète et attentive de la Déclaration pour mieux comprendre le sens de sa proposition.

    1. Doctrine

    Les déclarations compréhensibles de certaines conférences épiscopales par rapport au document Fiducia supplicans ont le mérite de mettre en évidence la nécessité d'un plus long temps de réflexion pastorale. Ce qu'ont exprimé ces conférences épiscopales ne peut être interprété comme une opposition doctrinale parce que le document est clair et classique sur le mariage et la sexualité. Plusieurs phrases fortes dans la Déclaration ne laissent planer aucun doute :

    «Cette déclaration reste ferme sur la doctrine traditionnelle de l'Église concernant le mariage, n'autorisant aucun type de rite liturgique ou de bénédiction similaire à un rite liturgique qui pourrait prêter à confusion». On agit, face à des couples en situation irrégulière, «sans valider officiellement leur statut ni modifier en quoi que ce soit l'enseignement pérenne de l'Église sur le mariage» (Présentation).

    «Sont inadmissibles les rites et les prières qui pourraient créer une confusion entre ce qui est constitutif du mariage, à savoir "une union exclusive, stable et indissoluble entre un homme et une femme, naturellement ouverte à la génération d'enfants", et ce qui le contredit. Cette conviction est fondée sur la doctrine catholique pérenne du mariage. Ce n'est que dans ce contexte que les relations sexuelles trouvent leur sens naturel, propre et pleinement humain. La doctrine de l'Église sur ce point reste ferme»(4).

    «Tel est également le sens du Responsum de l'ancienne Congrégation pour la Doctrine de la Foi, lorsqu'il affirme que l'Église n'a pas le pouvoir de donner des bénédictions aux unions entre personnes du même sexe»(5).

    «C'est pourquoi, étant donné que l'Église a toujours considéré comme moralement licites uniquement les relations sexuelles vécues dans le cadre du mariage, elle n'a pas le pouvoir de conférer sa bénédiction liturgique lorsque celle-ci peut, d'une certaine manière, offrir une forme de légitimité morale à une union qui se présente comme un mariage ou à une pratique sexuelle extra maritale»(11).

    Il est clair qu'il n'y aurait pas de place pour se distancer doctrinalement de cette Déclaration ou pour la considérer comme hérétique, contraire à la Tradition de l'Église ou blasphématoire.

    2. Réception pratique

    Toutefois, certains évêques s'expriment surtout sur un aspect pratique: les possibles bénédictions de couples en situation irrégulière. La Déclaration contient la proposition de brèves et simples bénédictions pastorales (ni liturgiques ni ritualisées) de couples en situation irrégulière (et non pas des unions), étant entendu qu'il s'agit de bénédictions sans forme liturgique qui n'approuvent ni ne justifient la situation dans laquelle se trouvent ces personnes.

    Lire la suite

  • Les directives du Vatican sur les bénédictions homosexuelles sont une "réponse claire" aux évêques allemands

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur CNA :

    Cardinal Fernández : les directives du Vatican sur les bénédictions homosexuelles sont une "réponse claire" aux évêques allemands

    3 janvier 2024

    Au milieu d'une grande confusion concernant les récentes orientations du Vatican sur les bénédictions homosexuelles, l'architecte du document s'en est pris à ceux qui défendent l'interprétation la plus libérale : Le leadership catholique en Allemagne. 

    Le cardinal Victor Manuel Fernández, préfet du Dicastère du Vatican pour la doctrine de la foi (DDF) et conseiller théologique de longue date du pape François, a décrit Fiducia Supplicans comme une "réponse claire" aux projets allemands visant à officialiser les bénédictions liturgiques pour les couples de même sexe, ce qui est explicitement interdit par les orientations du 18 décembre.

    "Ce n'est pas la réponse que les gens de deux ou trois pays aimeraient avoir", a déclaré Mgr Fernández à propos de Fiducia Supplicans dans une interview accordée le 3 janvier au journal catholique allemand Die Tagespost. "Il s'agit plutôt d'une réponse pastorale que tout le monde pourrait accepter, même si c'est avec difficulté. 

    Les orientations du Vatican proposent la possibilité de "bénédictions spontanées" pour les couples de même sexe et ceux qui ont des "relations irrégulières", mais "sans valider officiellement leur statut ni modifier de quelque manière que ce soit l'enseignement pérenne de l'Église sur le mariage". Pour éviter toute confusion, Fiducia Supplicans interdit la promotion de bénédictions formelles et l'utilisation de tout vêtement ou symbole qui pourrait donner l'impression d'une bénédiction maritale. 

    Les membres de la controversée Voie synodale allemande, une collaboration entre la Conférence épiscopale allemande (DBK) et un puissant lobby laïc (ZdK), ont approuvé à une écrasante majorité l'élaboration de textes rituels formalisés pour les bénédictions de personnes de même sexe lors d'une assemblée qui s'est tenue en mars 2023 à Francfort.

    Depuis lors, plusieurs évêques allemands ont autorisé la bénédiction publique de couples de même sexe dans leurs diocèses. Suite à la publication de Fiducia Supplicans, Birgit Mock, vice-présidente du ZdK, a déclaré que l'Église en Allemagne n'abandonnerait pas son projet d'élaborer un texte officiel pour les bénédictions de couples de même sexe, malgré les interdictions de la directive.

    Mgr Fernández a suggéré que certains catholiques allemands pourraient ne pas apprécier les perspectives des catholiques d'autres parties du monde sur les questions liées à la sexualité.

    "En écoutant certaines réflexions faites dans le cadre du chemin synodal allemand, il semble parfois qu'une partie du monde se sente particulièrement 'éclairée' pour comprendre ce que les autres pauvres misérables sont incapables de saisir parce qu'ils sont fermés ou médiévaux, et ensuite cette partie 'éclairée' croit naïvement que grâce à elle, toute l'Église universelle est réformée et libérée des vieux schémas", a déclaré Mgr Fernández à Die Tagespost.

    De même, le chef du DDF a suggéré que certains dirigeants catholiques allemands n'apprécient pas les efforts du pape François pour maintenir l'unité de l'Église.

    "Certains évêques allemands ne semblent pas comprendre qu'un pape libéral ou éclairé ne pourrait pas garantir cette communion entre les Allemands, les Africains, les Asiatiques, les Latino-Américains, les Russes, et ainsi de suite", a déclaré Mgr Fernández. En revanche, un pape "pastoral" est en mesure de le faire, car il préserve l'enseignement de l'Église tout en lui permettant "d'entrer en dialogue avec la vie concrète, souvent si blessée, des fidèles".

    Mgr Fernández a également remis en question le fondement de la Voie synodale pour essayer de changer radicalement l'enseignement et la pratique de l'Église en matière de sexualité et de gouvernance, à savoir la nécessité de s'attaquer aux causes systémiques de la crise des abus sexuels. 

    "Croire que dans une partie du monde, la crise causée par les abus sexuels peut être résolue par des décisions contraires à l'enseignement de l'Église universelle n'est, à mon avis, même pas raisonnablement justifié", a déclaré Mgr Fernández, notant que "certaines communautés chrétiennes non catholiques" ayant des conceptions différentes de la sexualité et de l'autorité sont également en proie à des problèmes liés aux abus sexuels. 

    La publication de Fiducia Supplicans a été marquée par une grande confusion et des interprétations contradictoires, les évêques de pays d'Afrique et d'Europe de l'Est interdisant les bénédictions proposées dans leurs juridictions, tandis que les prélats de pays comme l'Allemagne ont qualifié le document de confirmation de leur volonté de changement. 

    L'interview de mercredi n'était pas la première fois que Mgr Fernández abordait l'impact de Fiducia Supplicans, et notamment son importance pour l'Église catholique en Allemagne. 

    Dans une interview accordée le 23 décembre, il a déclaré à The Pillar que la promotion par certains épiscopats de bénédictions rituelles de couples irréguliers était "inadmissible" et qu'"ils devraient reformuler leur proposition à cet égard". 

    L'Argentin a également déclaré qu'il "prévoyait un voyage en Allemagne pour avoir des conversations que je crois importantes".

    Dans l'interview accordée à Die Tagespost, le cardinal a également évoqué les dialogues en cours entre le Vatican et les représentants de la DBK. Deux d'entre eux ont déjà eu lieu, le prochain devant se tenir à Rome ce mois-ci. 

    Mgr Fernández a réaffirmé que la discussion sur les changements de l'enseignement de l'Église sur la sexualité et les ordres sacrés réservés aux hommes ne serait pas à l'ordre du jour des prochaines réunions, ce que le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, avait déjà fait savoir à la DBK dans une lettre datée du mois d'octobre. Toutefois, le chef du DDF a laissé entendre que "la porte reste ouverte" pour discuter de la manière dont les aspects réformables des questions concernées "peuvent être approfondis" et éventuellement conduire à "un développement pastoral" similaire à Fiducia Supplicans. 

    Le cardinal a également abordé les préparatifs en cours des dirigeants de l'Église allemande en vue d'établir un "conseil synodal" d'évêques et de laïcs - ce qui a été interdit par les hauts responsables du Vatican dans une lettre de janvier 2023 explicitement approuvée par le pape François. 

    Le comité synodal qui prépare le terrain pour le Conseil synodal a tenu sa première réunion les 10 et 11 novembre, bien qu'elle ait été boycottée par quatre ordinaires allemands, tandis que quatre autres n'ont pas été en mesure d'y assister, invoquant des conflits d'horaire. Le DBK devrait voter sur l'adoption des statuts du comité lors de sa session plénière de février à Augsbourg. Dans son interview au quotidien Die Tagespost, Mgr Fernández a mis l'accent sur la patience. 

    La condition de la poursuite du dialogue entre le Vatican et la DBK est que "nous ne continuions pas à prendre des décisions qui ne seront discutées que lors de réunions ultérieures". 

    Nous devons nous rappeler que "le temps vaut plus que l'espace", a-t-il déclaré, citant Evangelii Gaudium, l'exhortation apostolique de 2013 du pape François que Mgr Fernández aurait rédigée. "Restons donc calmes et pensons à la situation dans son ensemble". 

    Jonathan Liedl est rédacteur en chef du National Catholic Register. Il a travaillé pour des conférences catholiques d'État, a suivi une formation de trois ans au séminaire et a été tuteur dans un centre d'études chrétiennes à l'université. Liedl est titulaire d'une licence en sciences politiques et en études arabes (Univ. de Notre Dame), d'une maîtrise en études catholiques (Univ. de St. Thomas) et termine actuellement une maîtrise en théologie au Séminaire Saint-Paul.

  • Bénédiction des couples homosexuels : toutes les faussetés de Fiducia supplicans

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli et Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Bénédiction des couples homosexuels : toutes les faussetés de Fiducia supplicans

    La doctrine changée tout en affirmant le contraire, falsification de la notion de couple, jeux de mots et formules ambiguës, rejet de la loi naturelle. La Bussola et l'Observatoire Van Thuan proposent une vision concise du document du Vatican qui divise l'Eglise.

    3_1_2024

    La Nuova Bussola Quotidiana et l'Observatoire du Cardinal Van Thuân proposent dans ces lignes une évaluation globale de la Déclaration Fiducia supplicans. Nous avons laissé passer un certain temps depuis sa publication afin de favoriser une réflexion précise et complète. En effet, la Déclaration soulève de nombreuses et graves questions qui doivent être abordées séparément, mais aussi et surtout dans un cadre unifié. Elle semble avoir franchi une étape fatale, un tournant dans la doctrine et la pratique de l'Église, une limite semble avoir été franchie de manière décisive. Certains commentateurs ont parlé de "catastrophe" et de "scandale". Cela appelle une analyse responsable et complète.

    Quelques observations formelles

    La déclaration a été publiée le 18 novembre 2023. Elle est signée par le préfet, le cardinal Victor Manuel Fernández et, avec la formule ex audientia, par le pape François. Elle n'a pas été examinée par l'assemblée du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, mais seulement, comme l'indique le texte, par la Section doctrinale. La formule d'approbation papale est parmi les plus faibles : elle semble dire seulement que le pape a été informé, ce qui contraste avec la grande pertinence magistérielle d'une Déclaration. Une chose similaire s'était produite avec le Responsum de 2021, qui, comme nous le savons, disait le contraire et envers lequel François n'avait pas caché son impatience. Dans ce cas, au bas du texte, il était seulement dit que le pape avait été informé.

    Deux autres aspects formels de la Déclaration sont à noter. Le premier est que la plupart des références magistérielles renvoient à des interventions de François. Il n'y a jamais eu de document aussi limité dans ses références au magistère précédent. Il est dit que la Déclaration est "basée sur la vision pastorale du Pape François", comme s'il s'agissait d'un unicum. Troisièmement, l'argumentation du texte est très faible et son niveau est défiguré par rapport à la structure argumentative, par exemple, de Dominus Jesus (2000), qui était également une Déclaration comme celle-ci, c'est-à-dire un document de haut rang magistériel.  

    La thèse centrale de la Déclaration

    Fiducia supplicans soutient que la doctrine catholique sur le mariage et la sexualité reste inchangée et que les nouvelles indications qu'elle contient sont uniquement pastorales et, en tant que telles, complètent, sans le nier, le Responsum de 2021, qui se serait limité au seul domaine doctrinal. La nouveauté pastorale consisterait en une révision du sens des bénédictions, prévoyant, outre les bénédictions déjà doctrinalement clarifiées qui ont lieu dans des contextes liturgiques, également des bénédictions dans des contextes non liturgiques que la Déclaration appelle "privés" ou "spontanés".

    Ces arguments n'ont aucun fondement plausible. Si ce n'est pas un laïc qui bénit, comme un père bénissant ses enfants, mais un prêtre, cette bénédiction est déjà liturgique en elle-même, même si elle ne suit pas une formulation préparée par l'autorité compétente. Elle est liturgique en substance, parce qu'elle est donnée par un prêtre et qu'elle implique donc l'Église. Il ne s'agit pas seulement de constater qu'une telle bénédiction purement pastorale et non liturgique n'a jamais été envisagée par l'Église, mais aussi qu'elle n'existe pas et qu'elle n'a pas été envisagée et réglementée parce qu'elle ne peut pas exister. 

    Lire la suite

  • Quand, pour la première fois depuis Vatican II, des cardinaux et des évêques…

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae :

    Pour la première fois depuis Vatican II, des cardinaux et des évêques…

     

    Du mal, Dieu peut providentiellement faire surgir un plus grand bien. La déclaration Fiducia supplicans du Dicastère pour la Doctrine de la Foi[1], affirmant dans son n. 31 qu’« il est possible de bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe » a créé une situation nouvelle : un nombre important d’évêques dans le monde, parfois des épiscopats entiers, ont fait savoir qu’ils ne recevaient pas cet enseignement officiel en rupture avec l’enseignement pérenne de l’Église et ont interdit à leurs prêtres de procéder à de telles bénédictions. C’est un signe d’espérance au sein de l’immense déréliction d’un troupeau des fidèles qui a souvent l’impression d’être sans pasteurs.

    Deux remarques s’imposent :

    1°/ On note que beaucoup de réactions épiscopales interdisent seulement à leur prêtres de bénir des couples homosexuels.

    Cependant, il faut prendre garde au fait que refuser la bénédiction des couples de même sexe – qui causent assurément un très grand scandale – sans s’exprimer sur la bénédiction des couples irréguliers, tend à légitimer de facto ces « remariages ». Or, la demande de cette bénédiction, ou d’une prière, est de très loin la plus fréquente dans les paroisses. C’est à elle surtout que sont confrontés les curés. Un nombre non négligeable d’entre eux acceptent de bénir les couples irréguliers dans un cadre familial ou même à l’église sans être condamnés ni même rappelés à l’ordre. Il faut donc saluer les réactions épiscopales, comme celle de l’épiscopat de Hongrie, qui visent tant les bénédictions de couples du même sexe que celles des couples non mariés validement.

    2°/ On constate ainsi, à l’occasion de ces déclarations épiscopales, que les atteintes à la doctrine morale de l’Église provoquent plus aisément de salutaires réactions que d’autres infléchissements doctrinaux, comme ceux qu’on a pu noter à l’occasion du concile Vatican II et qui ont été confirmés par l’enseignement postérieur.

    Pourtant, les bouleversements de l’ecclésiologie, tels que la doctrine de la liberté religieuse ou celle de l’œcuménisme, ont été de bien plus grande conséquence du point de vue de la compréhension que l’Église a d’elle-même et de sa mission que la déclaration Fiducia supplicans ou que l’exhortation Amoris lætitia.

    Ce sont d’ailleurs ces inflexions ecclésiologiques majeures qui ont permis ensuite, comme une deuxième étape, celles concernant la morale, dans la mesure où elles ont ouvert la possibilité d’un enseignement officiel qui ne s’estime pas obligé à une cohérence rigoureuse avec le magistère antérieur.

    Ces deux points précisés, il faut saluer dans l’action de grâces le fait que, pour la première fois depuis Vatican II, des cardinaux et des évêques en exercice ont publiquement protesté contre un enseignement officiel qui n’est pas en adéquation avec la transmission ininterrompue de la Révélation par le magistère de l’Église.

  • En hommage à Benoît XVI, docteur de la foi, pour le premier anniversaire de sa mort

    IMPRIMER

    Du Père Jean-Gabriel, ocd, prieur du couvent des Carmes de Toulouse, sur le site de la Nef :

    Benoît XVI, docteur de la foi

    Le pape Benoît XVI nous a quittés il y a un an, le 31 décembre 2022. Petit hommage pour le premier anniversaire de sa mort.

    « Dieu est le véritable Père de sa créature. Ce Dieu est la vie, et la mort est donc la contradiction totale de la réalité de Dieu. Dieu ne veut pas son contraire. […] C’est pourquoi Dieu cherche la vie de sa créature, non pas la punition, mais la vie au sens plein : la communication, l’amour, l’épanouissement de l’être, la participation à la joie de la vie et à la grâce d’exister » (Le Ressuscité, DDB, 1986, p. 50). Ces propos du Cardinal Ratzinger, tirés de la retraite de Carême qu’il avait prêchée au Vatican en 1985 devant Jean-Paul II, constituent une sorte de préambule à l’enseignement que prodigua toute sa vie durant cet éminent théologien dont nous avons fêté le 31 décembre le premier anniversaire de la mort. C’est que celui qui devint pape le 19 avril 2005 sous le nom de Benoît XVI ne cessa d’affirmer – tant dans son enseignement universitaire que dans son magistère pétrinien – le primat de l’Amour de Dieu. Un Dieu créateur et rédempteur fidèle à la promesse de son Alliance avec l’homme qu’Il n’abandonne jamais en dépit de son péché, à qui Il veut communiquer Sa Vie pour le faire participer à Sa joie. La théologie du pape Benoît XVI est donc extrêmement joyeuse parce qu’elle s’enracine dans cette vertu d’Espérance dont il fera le thème principal de son encyclique Spe Salvi, du 30 novembre 2007. Une encyclique qu’il faudrait lire avec deux autres de ses textes magistériels : Deus Caritas est, sa première encyclique, qui porte sur le thème de la Charité divine, et celle que le pape François valida après la renonciation de son prédécesseur, mais dont celui-ci est l’auteur, à l’exception du dernier chapitre : Lumen fidei, l’encyclique tant attendue de Benoît XVI sur la vertu de la Foi.

    Lire la suite sur le site de la Nef

  • Note de Mgr Marc Aillet à propos de la déclaration Fiducia supplicans

    IMPRIMER

    Du site du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron :

    Note de Mgr Marc Aillet à propos de la déclaration Fiducia supplicans

    29 décembre 2023

    « Le Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF) vient de publier, le 18 décembre 2023, avec l’approbation du Pape François, la Déclaration Fiducia Supplicans « sur la signification pastorale des bénédictions ».

    Saluée comme une victoire par le monde laïque, et en particulier par les lobbies LGBT qui y voient enfin une reconnaissance par l’Eglise des relations homosexuelles malgré les multiples restrictions rappelées par le document romain, elle fait l’objet d’une désapprobation publique inédite de la part de conférences épiscopales entières, en particulier d’Afrique et d’Europe de l’Est, ainsi que d’évêques de tous les continents. En outre, de nombreux fidèles, y compris des recommençants, et nombre de prêtres, qui font face, dans une société en perte de repères, à des situations pastorales complexes, en faisant preuve d’autant de fidélité à l’enseignement du Magistère que de charité pastorale, expriment leur trouble et leur incompréhension.

    Interpellé par ces réactions et après avoir pris le temps de la réflexion, je souhaite adresser, comme évêque, aux prêtres et aux fidèles de mon diocèse, une note en vue des les aider à accueillir cette déclaration dans un esprit de communion avec le Saint-Siège apostolique, en donnant quelques clés de compréhension, tout en interrogeant respectueusement certains points de la déclaration susceptibles de clarification. Enfin, je voudrais inviter les prêtres de mon diocèse à la prudence, vertu par excellence du discernement. J’ai conscience que cette note est dense, mais il me semble important de traiter la question avec suffisamment de hauteur théologique et pastorale.

    Une doctrine inchangée sur le mariage

    Fiducia supplicans commence par rappeler que l’enseignement de l’Eglise sur le mariage, comme union stable, exclusive et indissoluble entre un homme et une femme, naturellement ouverte à la génération de nouvelles vies, reste ferme et inchangée (n. 4). C’est la raison pour laquelle, insiste le texte, il est impossible de donner une bénédiction liturgique ou rituelle à des couples en situation irrégulière ou de même sexe, ce qui risquerait d’induire une grave confusion entre le mariage et les unions de fait (n. 5). Il est ainsi précisé que c’est la raison pour laquelle l’ancienne Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans une réponse ad dubium, le 22 février 2021, avait conclu à l’impossibilité de donner une bénédiction aux « couples » de même sexe.

    Distinction entre les bénédictions liturgiques et les bénédictions pastorales

    Il est proposé ensuite tout un parcours biblique pour fonder la distinction entre les bénédictions liturgiques (n. 10) et les bénédictions que l’on qualifiera de pastorales, en vue d’éclairer la possibilité d’une bénédiction accordée à une personne qui, quelle que soit sa condition de pécheur, peut la demander à un prêtre, hors contexte liturgique ou rituel, pour manifester sa confiance en Dieu et sa demande d’aide afin de « mieux vivre » et de mieux ajuster sa vie à la volonté de Dieu (n. 20). Cela fait d’ailleurs partie d’une pratique pastorale élémentaire et bimillénaire de l’Eglise, en particulier dans le cadre de la dévotion populaire (n. 23-24), où il ne s’agit jamais d’exercer un contrôle sur l’amour inconditionnel de Dieu envers tous ni d’exiger un certificat de moralité, étant entendu qu’il s’agit ici d’un sacramental, qui n’agit pas comme un sacrement ex opere operato, mais dont l’efficacité de grâce dépend des bonnes dispositions de celui qui la demande et la reçoit. Jusqu’ici, le texte n’apporte rien de nouveau à l’enseignement ordinaire de l’Eglise, en ces matières.

    Lire la suite

  • Sans prendre de gants, comment François efface l'héritage théologique de Benoît XVI

    IMPRIMER

    De sur le site du Figaro :

    Comment François efface l’héritage théologique de Benoît XVI depuis son décès

    30 décembre 2023

    ENQUÊTE - Depuis la mort du pape émérite il y a un an, son successeur impose sa vision de l’Église, sans prendre de gants.

    Le 13 mars 2013, jour de l’élection de François, la succession de Benoît XVI était actée. Le 31 décembre 2022, jour de la mort du pape émérite, sa succession était totalement accomplie. Non que l’épanouissement du pontificat de François ait été empêché par la cohabitation entre les «deux papes» mais une série de décisions drastiques prises par François depuis l’enterrement de son prédécesseur, donnent l’impression que le pontife argentin, aujourd’hui âgé de 87 ans, presse le pas pour imprimer encore plus profondément sa marque.

    Comme si la mort de Benoît XVI avait libéré son successeur d’un poids qui l’empêchait d’aller jusqu’au bout de ses réformes dont la plus durable serait une nouvelle approche de la doctrine catholique.

    «Un docteur au sein de l’Eglise»

    Dieu sait que le pontificat de Benoît XVI (2005-2013) fut précisément caractérisé par la clarté de la doctrine. Dans le quotidien Il Giornale de ce vendredi, un important cardinal italien, ancien numéro trois du pape allemand, souhaite à ce titre que ce théologien devienne…

    Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir. (En commentaire, ci-dessous, un lecteur nous envoie la suite de l'article.)

  • Bénédiction des couples homosexuels : pourquoi des évêques africains contestent-ils la décision du pape ?

    IMPRIMER

    TV5 Monde : LE 28 DÉC. 2023 À 10H58 (TU)  Par Juliette Ossola :

    Depuis l'autorisation de la bénédiction des couples de même sexe par le Vatican, de vives réactions se sont faites entendre sur le continent. Plusieurs évêques africains ont contesté cette déclaration, et certains refusent de bénir ces couples. Ces réactions s'expliquent à la fois par le contenu du texte, dans un continent dans lequel l'homosexualité reste encore majoritairement pénalisée ou mal perçue, mais aussi par la manière dont le Vatican a pris cette décision. Analyse : "Il n’y a aucune possibilité dans l’Église de bénir les unions et activités homosexuelles. Cela irait à l’encontre de la loi de Dieu, de l’enseignement de l’Église, des lois de notre nation et des sensibilités culturelles de notre peuple". Le ton du communiqué du 20 décembre de la Conférence épiscopale du Nigeria est direct. Du Nigeria à Kinshasa, nombreux sont les prélats africains qui refusent de suivre le pape dans sa décision.

    Or, le 18 décembre dernier, le dicastère pour la Doctrine de la foi, autorisait la bénédiction aux "couples irréguliers" (couples de divorcés ou de même sexe) dans une déclaration approuvée par le pape François, sans que ce pape ne remette en cause la doctrine de l'Église selon laquelle le mariage est un sacrement entre une femme et un homme.

    (Re)lire : Bénédiction des couples homosexuels : des archevêques africains contestent la décision du pape

    32 pays africains répriment l'homosexualité :

    "L’Église catholique en Afrique est extrêmement conservatrice sur le plan des mœurs". Jean-Pierre Dozon, anthropologue et spécialiste de l'Afrique : Ces réactions hostiles à la décision du pape s'inscrivent dans un continent où l'homosexualité est souvent réprimé. Sur 69 pays dans le monde réprimant l’homosexualité, 32 sont situés en Afrique, selon l'observatoire des inégalités.

    "L’Église catholique en Afrique est extrêmement conservatrice sur le plan de mœurs" constate Jean-Pierre Dozon, anthropologue et spécialiste de l'Afrique. Selon lui, cette "hostilité de certains prélats africains à la bénédiction de couples homosexuels n'est donc pas surprenante"

    "Les premières législations contre les homosexuels ont été mises en place par les pays colonisateurs. Il y a un ensemble de raisons politiques, culturelles et religieuses et il faut replacer cela dans son contexte. Les Églises locales sont placées dans des contextes nationaux divers et variés et il est intéressant de voir si elles sont sous influence de la politique locale dans leurs prises de positions, ou si elles se positionnent en fonction de leur compréhension du dogme et de la doctrine catholique", détaille François Mabille, directeur de l'Observatoire géopolitique des Religions au sein de l'IRIS. 

    "Plusieurs questions se posent: quelles seraient les incidences pour eux (les prêtres qui béniraient les couples homosexuels) du point de vue de leurs États s’ils faisaient autrement ? Est-ce que les forces de police pourraient arriver au cours de la bénédiction pour arrêter les homosexuels, vu qu’ils seraient au courant de leur homosexualité ?" ajoute une source bonne connaisseuse du Vatican. 

    Au Nigéria par exemple, la loi prévoit une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel et 10 ans d'emprisonnement pour les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation.

    Une prise de position du pape 

    (Re)lire : Bénédiction des couples homosexuels : le pape change la pratique de l’Église mais pas sa doctrine

    De plus, un synode sur l'avenir de l'Église, une grande assemblée d'ecclésiastiques rassemblant des représentants de l'Église catholique issus de tous les continents, évêques, religieux mais aussi des fidèles laïcs, s'est tenu à Rome du 4 au 29 octobre 2023. Durant cette assemblée, a été évoqué la question de la bénédiction des couples homosexuels, donnant lieu, selon cette même source, à "des confrontations de points de vue particulièrement vigoureuses".

    C’est une pratique un peu solitaire du pouvoir du pape de prendre position par la publication de ce texte" commente François Mabille, directeur de l'Observatoire géopolitique des Religions au sein de l'IRIS

    À l’issue de ce synode, aucune déclaration en faveur de la bénédiction des couples homosexuels n'avait été retenue. François Mabille y voit "une sorte de contradiction dans la gouvernance du pape actuel : il organise un synode qui dresse des perspectives de collaboration dans la réflexion sur l’Église, sa gouvernance et les prises de positions doctrinale. Alors que sur un sujet sur lequel le synode n’a pas pu se prononcer, le pape publie ce texte. C’est une pratique un peu solitaire du pouvoir, le pape prend position par la publication de ce texte". 

    Déclin de l'Église catholique en Occident 

    Or, si le catholicisme a tendance à décliner en Europe et en Amérique du Nord, ce n'est pas le cas dans les pays du Sud et la part de l'Église africaine dans le monde est aujourd'hui très importante. "L’Europe a colonisé et évangélisé l’Afrique. Le catholicisme a été approprié et est devenu une affaire africaine" explique Jean-Pierre Dozon.

    Selon François Mabille, "ce qui est de plus en plus sensible c’est la position à la fois minoritaire et à la fois une sorte de mise à distance des Églises catholiques en Europe de la part des Églises catholiques en Asie et en Afrique." Des prêtres dans l'Église catholique flamande ou en Allemagne ont en effet béni des couples de même sexe.

    "On peut dire que le Sud global a ce regard des anciens colonisés sur le catholicisme européen, qui est jugé comme à la fois déclinant, ce qu’il est, et avec l’idée que les Églises catholiques en Europe ne sont pas en mesure de conforter la doctrine et de faire passer des lois dans les pays européens", ajoute François Mabille

    L'avenir de l'Église catholique

    Au vu de ces divisons, la question de l'avenir de l'Église catholique se pose. "Le risque est de voir apparaitre une fracture dans l’Église catholique d’une manière très forte" précise François Mabille. Selon l'expert, "d’une certaine manière, par la méthode et par le contenu il y a un risque que cela cristallise l’opposition à la fois au pape, et aux ouvertures pastorales de l’Église catholique. Ça pourrait devenir l'un des enjeux dans l’élection du successeur du pape".

    C'est aussi ce risque de fracture que souligne Jean-Pierre Dozon : "il y aura un retour de bâton après lui (le pape François), à la curie romaine, comme les prélats africains sont nombreux et importants, il y aura un retour à quelque chose de beaucoup plus traditionaliste". 

    L'anthropologue évoque la possibilité de l'élection d'un prochain pape africain,: "à ce moment-là, ça serait un pape qui serait évidemment très conservateur", ajoute-t-il. » …

     

  • D'après Mgr Fernández, "il appartient à chaque évêque" de discerner l'application de Fiducia Supplicans

    IMPRIMER

    De Nicolás de Cárdenas sur CNA :

    Mgr Fernández : "Il appartient à chaque évêque" de discerner l'application de la Fiducia Supplicans

    27 décembre 2023

    Le préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF), le cardinal Víctor Manuel Fernández, commentant la réticence exprimée par des évêques individuels et des conférences épiscopales concernant la déclaration Fiducia Supplicans, a déclaré que "c'est à chaque évêque local de faire ce discernement". 

    La déclaration de la DDF établit une distinction entre les bénédictions liturgiques et celles de nature informelle et encourage la bénédiction des personnes en "situation irrégulière" et des "couples de même sexe" en considérant que, réalisées avec certaines précautions, elles ne doivent pas être confondues avec l'approbation d'un comportement ou de circonstances contraires à la doctrine.

    Dans une interview publiée par le journal espagnol ABC, Mgr Fernández a répondu aux critiques et aux opinions divergentes exprimées par d'autres cardinaux, évêques et conférences épiscopales, assurant que "si le texte est lu avec une disposition égale, on peut voir qu'il soutient avec une grande clarté et simplicité l'enseignement catholique pérenne sur le mariage et la sexualité".

    Le cardinal a souligné que les critiques de la Fiducia Supplicans "ne peuvent pas être en désaccord avec cette doctrine", notant que, selon lui, les objections au document ont trait à "l'inopportunité de donner des bénédictions dans leurs contextes régionaux, qui pourraient facilement être confondues avec une légitimation d'une union irrégulière".

    En particulier en Afrique, où "il existe une législation qui punit de prison le simple fait de se déclarer homosexuel, imaginez [ce qu'une] bénédiction [ferait]", a déclaré le chef doctrinal de la DDF, ajoutant qu'"il appartient à chaque évêque local de faire ce discernement dans son diocèse ou, en tout état de cause, de donner des conseils supplémentaires".

    Des avis partagés

    Après la publication de Fiducia Supplicans, le 18 décembre, plusieurs évêques ou conférences épiscopales du monde entier ont exprimé des opinions divergentes.

    Les évêques de certains pays comme l'Allemagne, l'Autriche et la France se sont déclarés satisfaits de la déclaration, et certains d'entre eux sont même allés jusqu'à dire que les prêtres ne peuvent pas refuser de donner ces bénédictions non rituelles à des personnes en situation irrégulière.

    Dans d'autres pays comme les États-Unis, l'Ukraine, le Ghana, le Kenya et le Mexique, les évêques ont manifesté leur soutien tout en mettant en garde contre la difficulté d'assurer que ces gestes pastoraux ne conduisent pas à confondre les gens avec un changement de doctrine sur le mariage et la sexualité dans l'Église catholique.

    Dans le même ordre d'idées, l'évêque d'Orihuela-Alicante en Espagne, José Ignacio Munilla, a noté que, bien que la déclaration ne soit pas "hérétique", son application peut être "chaotique".

    Les évêques d'au moins trois pays ont interdit l'application de la Fiducia Supplicans : Le Kazakhstan, le Malawi et la Zambie.

    Des "bénédictions non ritualisées" et non un "mariage

    Mgr Fernández a expliqué à ABC que la bénédiction informelle ou "pastorale" autorisée par la Fiducia Supplicans ne signifie pas, dans le cas des personnes homosexuelles, "l'acceptation d'un mariage, ni la ratification de la vie qu'elles mènent, ni l'absolution. Il s'agit d'un simple geste de proximité pastorale qui n'a pas les mêmes exigences qu'un sacrement".

    "Nous devrons nous habituer à comprendre que si un prêtre donne ce type de bénédiction simple, il n'est pas hérétique, il ne ratifie rien et ne nie pas la doctrine catholique sur le mariage", a ajouté le cardinal.

    Lorsqu'on lui a demandé si cette déclaration constituait un premier pas vers l'acceptation du comportement homosexuel ou vers l'assimilation du mariage à des unions entre personnes du même sexe, M. Fernández a été direct.


    Cette perception est totalement erronée", a déclaré le cardinal, "et celui qui dit cela n'a pas lu le texte ou est "de mauvaise humeur", permettez-moi l'expression. La déclaration précise clairement et à l'infini qu'il s'agit de bénédictions non ritualisées, afin qu'elles ne soient pas interprétées comme un mariage".


    Cet article a été publié pour la première fois par ACI Prensa, le partenaire de CNA pour les informations en langue espagnole. Il a été traduit et adapté par CNA.

    Nicolás de Cárdenas est le correspondant d'ACI Prensa en Espagne depuis juillet 2022. Au cours de sa carrière de journaliste, il s'est spécialisé dans les sujets socio-religieux et a également travaillé pour des associations civiles locales et internationales.

  • Fiducia Supplicans a provoqué une «bronca» sans précédent dans l’histoire récente de l’Église...

    IMPRIMER

    Du blog de Denis Sureau "Chrétiens dans la Cité" :

    Bénédiction des "couples" homosexuels : bronca contre Rome

    La publication de Fiducia Supplicans le 18 décembre provoque une contestation sans précédent dans l'Eglise. Publié par le Dicastère pour la Doctrine de la foi et approuvé par le Pape, le document autorise la bénédiction des « couples en situation irrégulière et les couples de même sexe » à condition de ne pas « créer de confusion avec la bénédiction propre au sacrement du mariage ».

    En 2021, le même dicastère, alors dirigé par le cardinal Ladaria, avait publié une déclaration avec l’aval du pape François, qui répondait non à la question :  « L’Église dispose-t-elle du pouvoir de bénir des "unions" de personnes du même sexe ? »

    En octobre dernier le synode sur l’avenir de l’Église avait repoussé la perspective de bénir des couples homosexuels.

    Selon Jean-Marie Guénois, le vaticaniste du Figaro, « L’annonce a provoqué une «bronca» sans précédent dans l’histoire récente de l’Église... Mis à part les conférences épiscopales d’Allemagne et de Belgique qui se sont réjouies, de nombreuses autres ont publiquement protesté et annoncé qu’elles n’appliqueraient pas ce nouveau règlement. Non par homophobie, puisque l’Église prévoit depuis longtemps la bénédiction individuelle de personnes homosexuelles, mais parce que jamais encore le Saint-Siège - par la voie de son instance doctrinale la plus élevée -, n’avait accepté la bénédiction de couples homosexuels. L’intention très pastorale et l’esprit du texte - qui encadre strictement cette pratique - ne vont pas dans ce sens simpliste mais la déclaration, intitulée «Fiducia supplicans», a été perçue et saluée, notamment par la communauté LGBT+, comme un feu vert de l’Église catholique à l’union homosexuelle, jamais encore reconnue officiellement. »

    Lire la suite sur Chrétiens dans la Cité

  • Fiducia supplicans : la Déclaration de la Conférence des évêques catholiques de Hongrie

    IMPRIMER

    Déclaration de la Conférence des évêques catholiques de Hongrie (HCPC) sur les bénédictions

    27 Décembre 2023

    Voici une déclaration de la Conférence des évêques catholiques de Hongrie (HCB) :

    Pendant les jours de Noël, nous avons célébré la joie d'avoir Dieu avec nous, parmi nous, qui, avec un amour miséricordieux, a invité tous les hommes à une communion d'amour avec Lui. C'est dans cet esprit que nous, membres de la Conférence des évêques catholiques de Hongrie, adressons le message suivant aux pasteurs et aux membres de notre Église.

    La Déclaration du Dicastère de la Doctrine de la Foi sur la nature pastorale des bénédictions, intitulée Fiducia supplicans, publiée le 18 décembre 2023, ne modifie pas la foi et l'enseignement originels de l'Église catholique sur le mariage et la morale sexuelle. Compte tenu de la situation pastorale de notre pays, la Conférence épiscopale formule comme ligne directrice pour les pasteurs que nous pouvons bénir toutes les personnes individuellement, indépendamment de leur identité de genre et de leur orientation sexuelle, mais nous devrions toujours éviter de donner une bénédiction commune aux couples qui vivent ensemble dans une relation purement conjugale, dans un mariage non ecclésialement valide ou dans une relation de même sexe.

    En même temps, nous accompagnons tous nos frères et sœurs dans des situations de vie particulières avec amour et respect, en les aidant à mieux comprendre la volonté de Dieu pour leur chemin de vie selon l'Évangile du Christ.

    Budapest, le 27 décembre 2023.

    La Conférence des évêques catholiques de Hongrie

  • Le cardinal Sturla constate que Fiducia supplicans "divise l'Eglise"

    IMPRIMER

    D'InfoVaticana :

    Le cardinal Sturla constate que Fiducia supplicans "divise l'Eglise".

    26 décembre 2023

    Le cardinal Sturla, archevêque de Montevideo, est une autre des voix qui s'ajoute à la critique de Fiducia supplicans, tant pour le contenu du document que pour sa forme.

    Dans une interview accordée au quotidien uruguayen "El País", l'archevêque a affirmé que "ce n'était pas un sujet qui aurait dû être abordé à Noël". "Il a attiré mon attention parce qu'il s'agit d'une question controversée qui divise l'Église", a-t-il déclaré dans l'interview.

    Le cardinal souligne qu'un prêtre "bénit tout le monde", mais que c'est autre chose de "bénir un couple homosexuel". Mgr Sturla fait partie de ceux qui comprennent que ce document ouvre la porte à la possibilité de bénir des couples "alors que toute la tradition de l'Église, même un document datant d'il y a deux ans, dit qu'il n'est pas possible de le faire".

    L'archevêque de Montevideo constate que ce document "crée une confusion, parce qu'il dit qu'il est possible de bénir, mais pas à travers un rite. En résumé, ce que je crois, c'est que les personnes peuvent être bénies, mais que les couples en tant que tels, en tant que couples, ne le peuvent pas. Pour les couples hétérosexuels, c'est le sacrement du mariage, homme et femme".

    Mgr Sturla déclare que Víctor Manuel Fernández n'a pas été clair avec ce document : "C'est un non mais oui et un oui mais non. "C'est un non mais oui, et un oui mais non. Le document lui-même dit qu'il ne change pas la doctrine de l'Église. Étant donné le manque de clarté du document, d'après ma lecture, je comprends que nous devons continuer avec la pratique que l'Église a eue jusqu'à présent, qui est de bénir toutes les personnes qui demandent une bénédiction, mais pas de bénir les couples de même sexe", ajoute le cardinal uruguayen.

    "Si ce que vous voulez, c'est vous rapprocher des gens et que les homosexuels se sentent membres de l'Église, je pense que c'est bien. Parce que l'Église est pour tout le monde. Mais il existe certaines règles. On ne peut pas non plus bénir un couple non marié. On ne peut pas bénir des unions dont l'Église elle-même dit qu'elles ne sont pas conformes au plan de Dieu", a déclaré le cardinal.

    Interrogé sur la nécessité de demander des éclaircissements à Rome, Mgr Sturla a répondu que "ce qui se passe, c'est que le même document dit qu'il ne peut y avoir de rite, que cela ne peut se faire publiquement... Cela crée une situation confuse. Lorsque vous bénissez des personnes, vous ne demandez pas quelle est leur situation. Et c'est toujours fait et pour qui que ce soit. Nous continuerons à pratiquer de la même manière jusqu'à ce que les choses soient clarifiées. Le document a semé la discorde. Les Églises africaines ont dit que dans leurs pays, c'était non".

    Dans l'interview, Monseigneur Daniel Sturla évoque également l'un des grands problèmes que ce document entraîne et dont on parle peu : la situation d'impuissance dans laquelle se trouveront de nombreux prêtres. "J'ai entendu des prêtres déconcertés par cela", reconnaît ouvertement le cardinal.