Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 2

  • Eglise : le fiasco d’un anthropocentrisme révolutionnaire

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Maugendre sur Riposte Catholique :

    De l’Eglise « experte en humanité » à sa « responsabilité institutionnelle » dans la pédocriminalité : le fiasco d’un anthropocentrisme révolutionnaire

    Lire la suite

  • Lettre ouverte aux évêques flamands suite à leur déclaration publique pour une pastorale plus proche des personnes homosexuelles

    IMPRIMER

    Monseigneur le Cardinal Jozef De Kesel

    Excellents Évêques néerlandophones

       Copie conforme : Excellents Évêques francophones

    Nous, certains fidèles de la commune de Lasne et environs, avons été profondément troublés par la publication de votre document intitulé « Être proche des personnes homosexuelles sur le plan pastoral ».

    Votre prise de position publique enfreint plus de deux mille ans d’enseignements pastoraux constants de notre Eglise universelle à ce sujet. Nous pensons que votre déclaration constitue une déviation grave par rapport aux enseignements des Saintes Écritures.

    Avant de vous aventurer sur ces chemins de traverse, il eût été sage de vous demander ce que Dieu pense de la pratique des relations homosexuelles. Le Lévitique dans son chapitre 18 affirme que les rapports homosexuels constituent aux yeux de Dieu une abomination. Le  Livre de la Genèse évoque la destruction des villes de Sodome et Gomorrhe. Ces villes ont explicitement été rayées de la carte du monde en raison de leur perversion sexuelle. Le paroxysme du récit relate l’assaut de la maison de Loth par les Sodomites désirant abuser des anges l’accompagnant, lui et sa famille. Cette situation provoque le courroux de Dieu qui ordonne à Loth et les siens de fuir la ville. Les deux cités sont détruites.

    On pourrait penser que ce récit constitue un mythe teinté de préjugés homophobes des tribus juives primitives, que Dieu, à l’instar de notre civilisation mature, voit avec bienveillance les couples homosexuels désireux de mener une union stable… Mais cette approche fait fi de recherches archéologiques récentes qui ont exhumé et identifié formellement des sites localisés au nord de la Mer Morte comme correspondant totalement aux villes de Sodome et Gomorrhe. Ces archéologues ont montré que ces localités ont été ravagées par un cataclysme qui a transformé un environnement luxuriant en un désert qui perdure encore de nos jours. Ils ont découvert les vestiges d’un efficient système d’irrigation. L’observation la plus troublante est qu’une fine couche géologique présente des reliquats continus de sols présentant des traces de vitrification. Pour produire un tel résultat, les températures ont dû grimper au-dessus de 6000°C. Ces archéologues prouvent donc que le récit biblique n'est pas mythique[1].

    Votre publication sur ce que vous intitulez une proximité avec les personnes homosexuelles contient, à notre sens, des erreurs de fond et des erreurs de forme. La lecture des prières que vous suggérez montre qu’elles sont adressées autant à ceux qui vivent leur homosexualité de manière chaste qu’à ceux qui la vivent charnellement. C’est là que votre démarche trébuche : personne ne peut préjuger si Dieu accordera la grâce de la fidélité à des personnes lorsque leur union transgresse sa Loi. Votre démarche est invalide puisqu’elle fait l’amalgame de situations héroïques et d’autres intrinsèquement désordonnées.

    En ce qui concerne les erreurs de fond, notons :

    • la contradiction explicite des Saintes Écritures (Gn 1, 26-28 et Gn 2, 24 ; Gn 19, 1-29 ; Lv 18, 22 ; Lv 20, 13, 1 Tm 1, 9-10, 1 Co 6, 9-10 ; Rm 1, 24-27) ;
    • la tradition pastorale bimillénaire de l’Église catholique ;
    • la tradition quadri-millénaire du monde judaïque dont l’Église catholique est devenue héritière;
    • les textes du catéchisme de l’Eglise catholique (CEC, 2357-2359).

    Au passage, notons que la transgression des Saintes Écritures constitue un affront direct à notre Créateur.

    En ce qui concerne les erreurs de forme :

    • Observons que le texte de votre publication propose plusieurs exemples de célébrations pour l’expression de la manifestation de « proximité des personnes homosexuelles sur le plan pastoral ». Cette approche nous semble particulièrement inadaptée puisqu’elle autorise le célébrant à adopter la forme qu’il jugera la plus pertinente dans le cas des personnes requérantes. Autant dire que toutes les approches imaginables pourraient être mises en œuvre.

    Eminence, Excellences, nous pensons que la publication de votre document égare les personnes homosexuelles, celles qui éprouvent des inclinations pour ce mode de vie ainsi que tous les célébrants des cérémonies qui pourraient être mises en œuvre suivant les exemples que vous proposez. Nous pensons également que la publication de ce document constitue, dans la mesure où il contrevient explicitement aux Saintes Écritures, un blasphème[2]. 

    Cette publication est, dans votre chef, un fait grave puisque :

    • vous êtes les personnes investies de l’autorité maximale dans la hiérarchie catholique de notre pays ;
    • vous disposez d’une préparation théologique et canonique de niveau doctoral à laquelle vous contrevenez par votre démarche.

    Eminence, Excellences, au vu des éléments qui précèdent, il nous semble essentiel que vous amendiez les déclarations que vous avez effectuées. En l’absence de cette démarche, nous, certains fidèles de la commune de Lasne et environs, serions, à notre grand regret, forcés d’entrer dans une attitude de défiance à votre égard.

    Dans l’espoir de vous voir revenir à la formulation de déclarations orthodoxes, nous vous prions de croire, Eminence, Excellences, à l’expression de nos sentiments les plus respectueux,

    Auteur : Olivier Demeure

    Cosignataire : Agnès Mignot (Lasne) et quelques autres personnes consultées

     

    [1] Cfr https://www.arkeos.tv/?archeologie=destruction-cataclysmique-sodome  En pièce jointe du texte, le lecteur trouvera également le texte (en anglais) des recherches menées sur le terrain.

    [2] https://dictionnaire.lerobert.com/definition/blaspheme

  • Synode : d'anciens évêques anglicans convertis au catholicisme mettent en garde les catholiques contre la reproduction des erreurs qui ont conduit à la décadence de l'Église anglicane

    IMPRIMER

    De Vatican News (Pl) :

    Les anciens évêques anglicans mettent en garde contre la reproduction des erreurs des autres

    D'anciens évêques anglicans qui ont embrassé la foi catholique mettent en garde les catholiques contre la reproduction des erreurs qui ont conduit à la décadence de l'Église anglicane au cours du processus synodal en cours. Gavin Ashenden, ancien aumônier de la reine Elizabeth, et le Rt Revd Michael Nazir-Ali, ancien évêque anglican de Rochester, se sont récemment exprimés sur le sujet.

    Gavin Ashenden note que les anciens anglicans peuvent être d'une aide précieuse. Car ils se souviennent que les changements introduits dans leur congrégation d'origine ont également suscité l'opinion de personnes qui ne connaissaient pas ou ne pratiquaient pas la foi. Et bien que l'on ait beaucoup parlé de la nécessité d'écouter le Saint-Esprit, ils ont en fait cédé à l'esprit du temps. Ashenden note également que l'exclusion est souvent mentionnée dans le processus synodal, divisant les gens entre les exclus et les non-exclus, c'est-à-dire ceux qui ont du pouvoir ou qui ont été privés de pouvoir. Cependant, d'un point de vue chrétien, il serait plus juste d'utiliser des catégories relatives à la foi plutôt qu'au pouvoir. Car c'est ainsi que nous transférons des modèles sociologiques ou même marxistes à la sphère religieuse.

    Les anciens anglicans mettent également en garde contre un appel trop hâtif au sensus fidei fidelium, le sens de la foi de tous les baptisés. Le révérend Nazir-Ali, jusqu'à récemment l'une des figures de proue de l'anglicanisme britannique, en a parlé lors d'une réunion des évêques asiatiques. Il a noté que ceux qui sont consultés sur les questions de foi ont souvent encore besoin de catéchèse, voire d'évangélisation eux-mêmes.

    Nous avons déjà vu ce type de marche et de consultation dans le cadre d'un récit sociologique", écrit Gavin Ashenden avec une douleur non dissimulée. Il nous rappelle que dans l'Église anglicane, cela a conduit à la division, la démoralisation, l'appauvrissement spirituel, l'incohérence théologique, l'affaiblissement de la foi et l'apostasie. Il affirme également que les anciens anglicans aiment sincèrement l'Église catholique et souhaitent donc qu'elle soit épargnée de ce sort.

  • Nouvelle charge du pape contre "l'arriérisme"

    IMPRIMER

    Une fuite en avant irresponsable ?

    D'Amedeo Lomonaco sur Vatican News :

    Le Pape encourage les théologiens à faire progresser la tradition

    Lors de la rencontre avec les membres de la Commission théologique internationale, créée par Paul VI en 1969, le Pape s'est exprimé sur la fidélité créative à la tradition. Il exhorte à «assumer avec foi et amour» l'engagement d'exercer le ministère de la théologie à travers un processus de synodalité ecclésiale d'où peut naître «la capacité d'écoute, de dialogue, de discernement».

    La tradition fait grandir l'Église de bas en haut, comme les racines avec l'arbre. Mais aujourd'hui, il y a un grand danger: celui du retour en arrière, de l'«arrièrisme», qui conduit à penser selon la logique du «on a toujours fait comme ça». Le Pape François a souligné ce risque lors de sa rencontre au Vatican avec les membres de la Commission théologique internationale qui, dit-il, «poursuit, avec un engagement renouvelé», son service «dans le sillon tracé par le concile Vatican II». Le Pontife, improvisant, a exhorté également les théologiens à «aller plus loin». Alors que le catéchiste doit transmettre aux enfants une «doctrine solide» et «pas de nouveautés possibles», le théologien «essaie et essaie encore d'aller plus loin et ce sera le Magistère qui l'arrêtera». Pour les professeurs de théologie, a-t-il ajouté, c'est un bon critère «de se demander si les cours de théologie provoquent l'étonnement de ceux qui les suivent».

    S'adressant aux membres de la Commission théologique internationale, François a ensuite exhorté à «augmenter le nombre de femmes, non pas parce qu'elles sont à la mode», mais parce qu'elles ont «une façon de penser différente de celle des hommes» et rendent la théologie «plus profonde et plus savoureuse».

    Fidélité créative à la tradition

    La fidélité créative à la Tradition, la possibilité de s'ouvrir avec prudence à l'apport des différentes disciplines et la collégialité. Telles sont les trois lignes directrices proposées par le Pape à la Commission théologique internationale, qui en est à son dixième quinquennat d'activité.

    Le premier conseil de François pour aller de l’avant est celui de la fidélité créative à la tradition: «Il s'agit d'assumer et de décliner fidèlement et avec amour, avec rigueur et ouverture, l'engagement d'exercer le ministère de la théologie - dans l'écoute de la Parole de Dieu, du sensus fidei du Peuple de Dieu, du Magistère et des charismes, et dans le discernement des signes des temps - pour le progrès de la Tradition apostolique, sous l'assistance de l'Esprit Saint, comme l'enseigne Dei Verbum (cf. n° 8). En effet, Benoît XVI décrit la Tradition comme "le fleuve vivant dans lequel les origines sont toujours présentes" (Catéchèse, 26 avril 2006); de sorte qu'elle "irrigue les différentes terres, nourrit les différentes géographies, faisant germer le meilleur de cette terre, le meilleur de cette culture. De cette manière, l'Évangile continue de s'incarner aux quatre coins du monde, d'une manière toujours nouvelle"».

    S'ouvrir à différentes disciplines

    La deuxième orientation concerne «l'opportunité, pour réaliser avec pertinence et incisivité l'œuvre d'approfondissement et d'inculturation de l'Évangile, de s'ouvrir avec prudence à l'apport des diverses disciplines à travers la consultation d'experts, même non catholiques».

    Comme le Pape l’a demandé dans la Constitution apostolique Veritatis gaudium, il s’agit de conserver précieusement le principe de l'interdisciplinarité non pas tant sous sa forme «faible de simple multidisciplinarité, en tant qu'approche qui favorise une meilleure compréhension à partir de plusieurs points de vue d'un objet d'étude; mais plutôt sous sa forme forte de transdisciplinarité, en tant que collocation et fermentation de toutes les connaissances dans l'espace de Lumière et de Vie offert par la Sagesse qui émane de la Révélation de Dieu.»

    Collégialité

    La troisième ligne directrice, indiquée par le Pape François, est celle de la collégialité. Cela acquiert une pertinence particulière et peut offrir une contribution spécifique dans le contexte du parcours synodal en cours (2001-1004), dans lequel tout le peuple de Dieu est convoqué. «Comme toute autre vocation chrétienne, le ministère du théologien, en plus d'être personnel, est communautaire et collégial. La synodalité ecclésiale engage donc les théologiens à faire de la théologie sous une forme synodale, en favorisant entre eux la capacité d'écouter, de dialoguer, de discerner et d'intégrer la multiplicité et la variété des instances et des contributions», a expliqué François.

    Les membres de la Commission théologique internationale se sont réunis en session plénière pour explorer trois thèmes: l’actualité de la foi christologique professée au Concile de Nicée, des questions anthropologiques émergentes et cruciales pour le chemin de la famille humaine et la théologie de la Création dans une perspective trinitaire. En présentant la Commission, le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer a souligné que «la présence qualifiée de femmes théologiennes, renforcée au cours des trois quinquennats précédents, a été maintenue, signe d'un engagement croissant des femmes dans les sciences théologiques». Parmi les membres de cet organe, a ajouté le cardinal, il y a aussi un théologien laïc.

    La Commission théologique internationale

    Créée en 1969 par le Pape Paul VI pour «apporter une aide précieuse à la mission confiée par le Christ à ses apôtres» (extrait du discours du Pape Montini du 6 octobre 1969), la Commission théologique internationale a pour tâche d'aider le Saint-Siège à examiner les questions doctrinales d'importance majeure.  Son objectif principal, soulignait saint Jean-Paul II en 1994, est de «poursuivre de manière permanente l'étroite collaboration entre pasteurs et théologiens qui a caractérisé les travaux du concile Vatican II». Une autre caractéristique de cet organe, comme l'a rappelé le Pape François en 2014, est «son caractère international, qui reflète la catholicité de l'Église». En effet, la Commission est composée de théologiens de différents pays ayant pour référence commune la foi en Jésus-Christ.

  • Liturgie : Le Concile Vatican II et la constitution « Sacrosanctum Concilium » (1962) (Denis Crouan)

    IMPRIMER

    Liturgie 27 : Le Concile Vatican II et la constitution « Sacrosanctum Concilium » (1962) (58 mn) 

    https://youtu.be/DfPfIYLO4yk 

    « Sacrosanctum Concilium... » C’est par ces deux mots latins que s’ouvre la Constitution qui entend donner les grandes lignes devant être suivies pour aboutir à une restauration de la liturgie romaine dans son ensemble. Le but de la restauration liturgique est clairement indiqué. 

    Le Docteur Denis Crouan analyse ce document précieux et précis, chapitre par chapitre, et montre la différence entre le texte du Concile et ce qu’on en a fait.  

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2022. 

  • Ce qui vient de se dérouler à Rome avec les évêques allemands sera dévastateur pour l'unité de l'Église

    IMPRIMER

    Du Père Raymond J. de Souza sur le National Catholic Register :

    Les évêques allemands prennent un détour qui met en péril l'unité avec Rome

    COMMENTAIRE : Ce qui s'est récemment déroulé à Rome avec les évêques allemands est dévastateur pour l'unité de l'Église.

    22 novembre 2022

    Rome a demandé - supplié, en fait - les évêques allemands de prendre une bretelle de sortie de leur Voie synodale qui implique des changements importants dans la doctrine catholique, la pratique sacramentelle et la gouvernance ecclésiale. Les Allemands ont refusé. A la vitesse pratiquée sur l'autoroute, l'accident à venir sera terrible.

    Ce qui s'est récemment passé à Rome a été dévastateur pour l'unité de l'Église. Que la menace de division vienne d'Allemagne est tout à fait prévisible sur le long terme, mais cela reste une surprise pour le pape François. 

    Alors que le pape François rêvait initialement d'une "Église pauvre pour les pauvres", il a plutôt poursuivi un programme pour les riches : la sainte communion pour les personnes dont le mariage est invalide, un contrôle national accru sur les livres liturgiques, des priorités pastorales légères en matière de moralité sexuelle et lourdes en matière de changement climatique. Peu importe. La plus riche de toutes les Églises locales est maintenant engagée dans la rébellion, et Rome ne peut rien y faire. Le Pape s'insurge contre le "retour en arrière" mais se retrouve, vis-à-vis de l'Allemagne, dans le marasme des années 1970. Mais cette fois-ci, ce sera différent. Le reste de l'Église n'est pas dans la même situation. Ainsi, le processus du Saint-Père sur la synodalité pour une Église synodale va bientôt devenir un accident à grande vitesse impliquant plusieurs véhicules.

    Les évêques allemands - plus de 60 d'entre eux - étaient à Rome pour leur visite ad limina apostolorum (au seuil des apôtres), la visite périodique obligatoire au Saint-Père et à la Curie romaine, dont la dernière a eu lieu en 2015 pour les diocèses allemands. Occasion de rendre compte de leur situation locale, l'ad limina a aussi pour but de renforcer les liens de communion avec l'Église universelle. La routine régulière prévoit des rencontres avec les responsables des différents départements romains ("dicastères").

    Les Allemands ont obtenu quelque chose de plus : l'"interdicastère", dans le langage du Vatican. Il s'agit d'une réunion de tous les chefs de tous les dicastères de la Curie. Le Saint-Père les convoque de temps à autre pour discuter de problèmes d'intérêt général. Il est extrêmement rare qu'une "interdicastérielle" se tienne avec un épiscopat national. L'exemple récent le plus notable est celui de 1998, lorsqu'une réunion interdicastérielle s'est tenue avec les évêques australiens. Le "relevé de conclusions" de cette réunion, signé par toutes les parties, engageait les évêques australiens à mettre fin à toute une série de mauvaises pratiques liturgiques et d'erreurs doctrinales.

    Cette fois, il n'y aura pas eu de consensus (forcé) de ce type. Alors qu'il était initialement prévu que le pape François assiste à l'interdicastère, il ne l'a pas fait. Il avait rencontré personnellement tous les évêques allemands ensemble le jour précédent. L'interdicastère a donc été présidé par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, avec des allocutions du cardinal Luis Ladaria, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, et du cardinal Marc Ouellet, préfet du Dicastère pour les évêques. 

    En passant, il est à noter que le cardinal Luis Tagle, pro-préfet du dicastère de l'évangélisation, n'a joué aucun rôle notable. Son dicastère est censé être le plus haut placé dans la réforme de la Curie promulguée par le pape François au début de cette année. Étant donné que cet interdicastère s'est déroulé exactement comme il l'aurait fait avant la récente réforme, il semble que la réforme soit moins importante qu'il n'y paraît. 

    Le Cardinal Parolin, dans un langage clairement destiné à évoquer le spectre de la Réforme protestante, a averti les Allemands qu'ils risquaient "une réforme de l'Eglise, et non une réforme dans l'Eglise". La première est la voie du schisme ; la seconde est la tâche permanente d'une Église semper reformanda - une Église toujours à réformer pour être plus profondément ce que le Christ l'a fondée à être.

    Les cardinaux Ladaria et Ouellet ont ensuite expliqué "franchement et ouvertement" comment la voie synodale allemande s'était égarée. Le cardinal Ouellet a franchement demandé un "moratoire". Les Allemands ont refusé catégoriquement. Déterminés à continuer, ils prévoient d'aller de l'avant avec les questions qui relèvent de leur autorité locale. Des questions plus profondes pour l'Église universelle seront imposées par les Allemands à l'ordre du jour du Synode des évêques sur la synodalité en octobre prochain. 

    La crise est donc arrivée.

    Le conflit entre les évêques allemands et Rome est scellé, et il s'intensifiera au cours de l'année prochaine. Le processus synodal du Saint-Père sur la synodalité pour une Église synodale sera désormais entièrement consommé par la question allemande, alors que des évêques du monde entier font valoir les mêmes arguments que les cardinaux Ladaria et Ouellet - mais sans le langage diplomatique habituellement employé à Rome.

    Le pape François ne peut rien y faire, mais ce n'est pas faute d'avoir essayé. Les observateurs de la papauté moderne notent que le pape François a le style de gouvernement le plus autocratique de tous les pontifes depuis Grégoire XVI (1831-1846). Pourtant, l'exercice de son autorité est souvent inefficace. 

    Il a tenté d'arrêter la voie synodale allemande. Il a écrit - personnellement, sans l'aide de conseillers, a-t-il révélé par la suite - une longue lettre à tous les catholiques allemands en juin 2019, les mettant en garde contre le fait de s'engager dans la voie qu'ils avaient tracée. Ils l'ont fait quand même. 

    Dans l'intervalle de trois ans, des déclarations claires condamnant le processus allemand sont venues des plus hauts dicastères curiaux - la Secrétairerie d'État, de la doctrine, des évêques et des textes législatifs. Chacune d'entre elles a été rejetée. La différence, cette fois-ci, c'est qu'au lieu d'être écartés lors d'une conférence de presse en Allemagne, le Saint-Père et ses principaux collaborateurs l'ont été de près et en personne, face à face.

    On ne voit pas très bien ce que le pape François peut faire de plus. En 2017, il avait écrit aux prêtres d'Ahiara, au Nigeria, qui protestaient depuis des années contre l'évêque que Benoît XVI avait nommé. Le Saint-Père avait exigé qu'ils "manifestent clairement une obéissance totale au pape" et "soient disposés à accepter l'évêque que le pape envoie et a nommé". Huit mois plus tard, le pape François a révoqué l'évêque. Les prêtres contestataires ont gagné cette épreuve de force.

    Cette année, un grand nombre de prêtres de l'Église syro-malabare du Kerala, en Inde, ont refusé de suivre les décisions liturgiques prises par leur synode dans les années 1990. Le pape François a décrété qu'ils devaient désormais se soumettre. Ils ont refusé, et les protestations qui ont suivi ont consisté à brûler leurs évêques en effigie et à assiéger leurs résidences. Les interventions du Saint-Père sont mises au défi.

    Même au sein de la Curie romaine, ces dernières années, les décrets juridiques du pape François relatifs à l'autorité financière n'ont tout simplement pas été mis en œuvre selon les délais qu'il avait déterminés.

    Un effondrement de l'autorité papale est une crise pour l'Église. L'effondrement est maintenant évident. Le défi de l'Eglise allemande consommera les ressources qui restent au pape François.

    Le père Raymond J. de Souza est l'éditeur fondateur du magazine Convivium.

  • Le pape et les évêques allemands : un tour de force ?

    IMPRIMER

    De Bernhard Meuser sur kath.net/news :

    "La manière dont le pape François a traité les évêques allemands a été un tour de force".

    22 novembre 2022

    "Je sais d'un évêque romain que rien n'a généré un plus grand mécontentement au Vatican que cette gesticulation provinciale selon laquelle on finira bien par apporter la lumière aux crétins subversifs de Rome." Commentaire invité de Bernhard Meuser

    Augsbourg (kath.net) La manière dont le pape François a traité les évêques allemands a été humainement juste et stratégiquement un tour de force. Son homélie de jeudi n'a fait que répéter clairement ce qu'il a longuement exposé dans sa lettre au peuple de Dieu en pèlerinage et dont il ne s'est jamais écarté.

    L'espoir étrange que le pape se soumette ensuite à un débat public sur des choses qui ne sont à aucun moment négociables témoigne tout au plus d'un orgueil allemand.

    Le fait que le Saint-Père ait fait clarifier les choses in concreto par le niveau deux au lieu de s'exprimer lui-même est la conséquence de cette attente stupide et rhétoriquement élevée que le pape doive se confronter au plébiscite d'une Eglise locale stérile en de nombreux endroits, qui s'est fait remarquer à maintes reprises par sa désobéissance et sa résilience à l'Evangile. Je sais par un évêque romain que rien n'a suscité plus de mécontentement au Vatican que cette attitude provinciale qui consiste à dire que l'on apportera encore la lumière des Lumières aux crétins subversifs de Rome.

    Que l'évêque Bätzing ne pense pas qu'à Rome on n'a pas perçu l'arrère-plan de ses discours.

    L'auteur : Bernhard Meuser, né en 1953, est théologien, publiciste et auteur renommé de nombreux best-sellers (entre autres "Christ sein für Einsteiger", "Beten, eine Sehnsucht", "Sternstunden"). Il a été l'initiateur et le co-auteur du catéchisme pour jeunes "Youcat", paru en 2011. Dans son livre "Freie Liebe - Über neue Sexualmoral" (Fontis Verlag 2020), il formule des pierres angulaires pour une morale sexuelle vraiment renouvelée.

  • « La conquête du pouvoir », le livre qui aide à comprendre le pape François, les raisons profondes de ses actions, de ses déclarations, de ses préférences, de ses choix

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits, sur son blog :

    Vient de paraître : « La conquête du pouvoir », le livre qui fait comprendre où le pape François cherche à mener l'Eglise

    J’ai à cœur de vous présenter un livre qui a tout de la « bombe ». Il n’a pourtant rien d’un pamphlet, rien d’une charge hostile par principe au pape François : non, c’est une mise en lumière rigoureuse de la pensée qui l’anime, des maîtres à penser qui l’ont formé, du « maître à faire » qui a été son modèle dans la praxis de la conquête du pouvoir.
     
    Les éditions Contretemps viennent en effet de publier François, la conquête du pouvoir – Itinéraire d’un pape sous influence, de Jean-Pierre Moreau.
     
    L’auteur, spécialiste de la théologie de la libération – il réalisa dans les années 1980 d’importants reportages sur les ténors de cette entreprise de dévoiement marxiste de l’Evangile – y met à nu les liens de Jorge Mario Bergoglio avec la théologie du peuple, qui en dérive mais avec la marque spécifique de l’hérésie moderniste plutôt que celle de la lutte des classes.
     
    C’est à mon sens le meilleur livre français sur le pape actuel, puisqu’il permet de comprendre les raisons profondes de ses actions, de ses déclarations, de ses préférences, de ses choix.
     
    Alors que le synode sur la synodalité entre dans sa phase romaine, La conquête du pouvoir offre une analyse serrée et précise d’une théologie qui développe une « ecclésiologie du peuple de Dieu » comme l’expliquent aujourd’hui ses tenants, parmi lesquels le théologien laïque Rafael Luciani s’est justement vu nommer à un poste de responsabilité au synode.
     
    Théologiens de la libération, théologiens « du peuple », jésuites partisans d’une réforme radicale en vue d’une « Eglise de demain » comme le Père Arrupe (dont la cause en béatification a été ouverte sous François, il y a trois ans), tous ont joué un rôle pour former l’idéologie et la praxis du pape régnant.
     
    Sa dénonciation du « cléricalisme », son engagement pour les peuples premiers, sa traque de la liturgie traditionnelle avec Traditionis custodes et Desiderio desideravi, son adhésion à la lutte « pour la planète », sa vision des jeunes, et du « peuple », et de l’histoire comme « lieux théologiques » y trouvent leur explication ultime et bien plus cohérente qu’on ne l’imagine.
     
    Il faut lire ce livre, qui transmet de manière claire et précise le fruit d’une érudition encyclopédique et de lectures dont témoigne une bibliographie impressionnante, pour s’armer face aux turbulences que le synode sur la synodalité va faire subir à l’Eglise. C’est seulement en nommant les choses qu’on peut les comprendre, et s’il le faut, les combattre.
    – François, La Conquête du pouvoir, Jean-Pierre Moreau, éd. Contretemps, 388 pages. 
    Prix unitaire : 25 euros.
  • Les évêques allemands pris au piège qu'ils se sont eux-mêmes tendu ?

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Après la visite ad limina - Les évêques allemands pris au piège qu'ils se sont eux-mêmes tendu

    20 novembre 2022

    "Neuer Anfang" (nouveau départ) commente dans un communiqué de presse : "La visite ad limina des évêques allemands a été un tournant décisif pour la voie synodale. Il est même possible qu'il ait déjà été décidé qu'elle n'avait pas d'avenir". Les évêques allemands se sont piégés eux-mêmes.

    Le résultat de leur visite ad limina à Rome auprès du Saint-Père peut être résumé dans les points suivants :

    1. le Saint-Siège a émis des réserves fondamentales sur toutes les questions doctrinales et constitutionnelles décisives dans les champs de la structure épiscopale fondamentale de l'Église, de l'anthropologie et de l'éthique (sexuelle). Elles concernent "la méthode, les contenus et la structure de la voie synodale", c'est-à-dire en fait tout. Ni un soi-disant "conseil synodal" permanent avec compétence de direction, ni une modification de l'anthropologie et de l'éthique sexuelle, dans laquelle la position de base traditionnelle de la complémentarité des sexes et de la limitation de la sexualité humaine au mariage entre un homme et une femme serait rejetée, ne sont susceptibles d'être approuvés à Rome.

    2. Les évêques ont été informés qu'il existe aussi des points "non négociables". On peut supposer qu'il s'agit entre autres de la question de l'accès à l'ordo sacramentel (ordination des femmes). En effet, elle n'a même pas été mentionnée dans la déclaration commune du Saint-Siège et de la Conférence épiscopale allemande.

    3. Selon la prise de position de l'évêque de Passau Stephan Oster (publiée sur son profil Facebook), les interventions des cardinaux Luis Ladaria (Congrégation pour la doctrine de la foi) et Marc Ouellet (Congrégation pour les évêques) étaient claires et sans aucune concession de fond aux positions allemandes.

    Refus de la nomination d'évêques par une participation de laïcs : selon la presse, la Secrétairerie d'État a en outre fait état de graves objections aux modifications de la procédure de nomination des évêques, qui ne seraient pas compatibles avec le droit concordataire allemand existant.

    4. En cas de non-respect des objections, la voie synodale risque d'être soumise à un moratoire : la gravité des objections formulées au Vatican est mise en évidence par un événement mentionné tant par la déclaration commune que par Mgr Oster : le Saint-Siège a évoqué la possibilité d'un moratoire, c'est-à-dire d'un ordre donné aux évêques de suspendre la voie synodale, car trop de questions restaient en suspens. Celui-ci n'aurait été évité que parce que la partie allemande aurait concédé d'assimiler les objections romaines.

    5. Donc les évêques allemands se sont piégés eux-mêmes. Les devoirs des évêques allemands sont ainsi formulés. Ils rentrent en Allemagne avec le devoir de remédier à une situation qu'ils ont eux-mêmes provoquée. Cette tâche s'apparente à la quadrature du cercle. Il s'agirait de faire passer des messages contradictoires, qui se heurtent durement. A cela s'ajoute le fait que les textes et les décisions de la voie synodale critiqués à Rome ont même semblé trop faibles à de nombreux synodalistes - en tout cas non négociables. Les deux parties parlent donc de "non négociable".

    6. Mettre ensemble ces positions apparaît comme une mission impossible, à laquelle on ne peut qu'échouer. En d'autres termes, une grande partie des évêques allemands, et en particulier leur président, sont désormais pris dans un piège qu'ils se sont eux-mêmes tendu.

    7. La déclaration commune ne laisse guère de place à l'interprétation. Le fait que le Saint-Siège ait choisi la voie d'une déclaration finale commune avec les évêques allemands n'est pas le moins remarquable. Cela ne laisse guère de place à d'autres conclusions - ou même à des conclusions divergentes sur le fond. (...)

    Lire la suite

  • Communiqué conjoint du Saint-Siège et de la Conférence épiscopale allemande

    IMPRIMER

    Communiqué conjoint du Saint-Siège et de la Conférence épiscopale allemande, 18.11.2022

    (traduction automatique)

    Dans la matinée d'aujourd'hui, 18 novembre, s'est tenue à l'Institut Augustinianum, à Rome, une réunion interdicastérielle à laquelle ont participé les responsables de certains Dicastères de la Curie romaine et les 62 évêques de l'Église catholique d'Allemagne présents à Rome pour la visite ad Limina Apostolorum.

    La réunion avait été prévue depuis un certain temps comme une occasion de réfléchir ensemble sur le chemin du synode en cours en Allemagne, convoqué en réponse aux cas d'abus sexuels sur mineurs par des ecclésiastiques.

    La rencontre a été modérée par le Cardinal Secrétaire d'État, Son Éminence Pietro Parolin, qui, en introduisant les travaux, a rappelé le lien de communion et d'amour qui unit les évêques entre eux et avec le Successeur de Pierre et, soulignant l'importance de la rencontre comme moment de partage et de grâce, d'unité dans les différences, il a mentionné les préoccupations que suscite le Chemin synodal, indiquant le risque de "réformes de l'Église et non dans l'Église".

    Dans son discours d'introduction, Son Excellence Mgr Georg Baetzing, évêque de Limburg et président de la Conférence épiscopale allemande, a proposé une lecture des travaux du Chemin synodal allemand, et en a souligné l'esprit, fondé sur l'écoute du peuple de Dieu et le deuil des abus commis par les membres du clergé. L'archevêque Baetzing a également énuméré les sujets abordés lors des assemblées : le pouvoir et la répartition des pouvoirs dans l'Église - la participation communautaire et la planification missionnaire ; la vie sacerdotale aujourd'hui ; les femmes dans les ministères et les bureaux de l'Église ; vivre des relations qui fonctionnent - vivre l'amour dans la sexualité et dans les relations. Enfin, Son Excellence a exprimé son appréciation pour le travail du Synode convoqué par le Saint-Père pour toute l'Église et pour la décision de prolonger sa durée.

    Ont suivi les rapports théologiques des Éminences Cardinal Luis Francisco Ladaria, Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, et Marc Ouellet, Préfet du Dicastère pour les Évêques, qui ont parlé franchement et clairement des préoccupations et des réserves concernant la méthodologie, les contenus et les propositions du Chemin synodal, proposant, au bénéfice de l'unité de l'Église et de sa mission évangélisatrice, que les demandes qui ont émergé jusqu'à présent soient incluses dans le Synode de l'Église universelle.

    De nombreux évêques allemands et des représentants de la Curie ont participé au dialogue ouvert qui a suivi. C'est ainsi qu'est apparue l'importance et aussi l'urgence de définir et d'approfondir certaines des questions mises en évidence, par exemple celles relatives aux structures de l'Église, au ministère sacré et à son accès, à l'anthropologie chrétienne, etc. En même temps, tous étaient pleinement conscients d'être en chemin avec l'ensemble du peuple de Dieu, saint et patient, même dans la confrontation de positions différentes. C'est précisément dans ce sens que de nombreuses interventions ont indiqué la centralité de l'évangélisation et de la mission comme objectif ultime des processus en cours, ainsi que la conscience de l'indisponibilité de certains sujets.

    Dans cette perspective de partage ouvert et fraternel, plusieurs propositions ont été faites, comme celle d'appliquer un moratoire au Chemin synodal allemand, qui n'a pas trouvé d'espace, et celle d'encourager la poursuite de la réflexion et l'écoute mutuelle à la lumière des perplexités apparues.

    En conclusion, le cardinal secrétaire d'État s'est félicité de cette confrontation, qui n'était pas formelle, mais nécessaire et constructive, et qui "ne peut être ignorée" dans les chemins en cours.

    Il a été convenu que l'écoute mutuelle et le dialogue doivent se poursuivre dans les mois à venir, afin de contribuer à l'enrichissement de la voie synodale allemande et du Synode universel de l'Église.

  • Synode : une autocratie pontificale renforcée et des évêques rétrogradés ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LES ÉVÊQUES DIMINUÉS, LE NOUVEL ULTRAMONTANISME ET LE PROCESSUS SYNODAL

    16 novembre 22

    En raison de la guerre franco-prussienne, le concile Vatican I fut suspendu en octobre 1870 et ne fut jamais reconvoqué. Avant sa fin imprévue, Vatican I a accompli un travail important : il a défini la portée universelle de la juridiction papale (et a ainsi contrecarré les prétentions des nouveaux nationalistes à l'autorité sur l'Église) tout en précisant les circonstances précises et limitées dans lesquelles l'évêque de Rome peut enseigner infailliblement sur les questions de foi et de morale. Néanmoins, l'ajournement soudain du concile a entraîné un déséquilibre dans la compréhension que l'Église avait d'elle-même : le catholicisme s'est retrouvé avec une théologie forte de la papauté mais une théologie faible de l'épiscopat.

    Comme je l'explique dans To Sanctify the World : The Vital Legacy of Vatican II (Basic Books), le Concile Vatican II s'est attaqué à ce déséquilibre dans Lumen Gentium (Lumière des nations), sa Constitution dogmatique sur l'Église, qui contient plusieurs points cruciaux : les évêques de l'Église sont les héritiers des apôtres ; le "collège" des évêques est l'expression contemporaine du "collège" apostolique d'Actes 15 ; et ce collège épiscopal, avec et sous son chef, l'évêque de Rome, a "le pouvoir suprême et plénier sur l'Église universelle" (LG 22).

    Entre autres choses, cela signifie que les évêques locaux sont de véritables vicaires du Christ dans leurs églises locales. Ordonnés pour enseigner, sanctifier et gouverner, les évêques ne sont pas de simples directeurs de succursales de Catholic Church, Inc. qui exécutent les ordres du siège social romain. Par la réception des ordres sacrés au plus haut degré, et en raison de leur communion avec l'évêque de Rome, un évêque local est habilité à diriger l'ensemble du peuple de Dieu confié à ses soins, de sorte que tous les baptisés de son diocèse soient appelés à la mission, équipés pour la mission, et soutenus sacramentellement dans leurs efforts d'évangélisation. 

    Comme l'a dit Joseph Ratzinger, alors cardinal, dans une réflexion sur les réalisations de Vatican II, Lumen Gentium a "réinséré dans l'ensemble de l'Église une doctrine de la primauté [papale]" qui s'était "dangereusement isolée" de l'épiscopat mondial, tout en "intégrant dans l'unique mysterium du Corps du Christ une conception trop isolée de la hiérarchie". À ces égards et à d'autres, Vatican II a achevé le travail de Vatican I en exprimant la compréhension que l'Église a d'elle-même d'une manière holistique et intégrée qui s'appuie sur les vastes richesses de l'Écriture et de la tradition. Ce n'était pas une mince affaire, et cela justifiait un siècle et demi de travail théologique sérieux, souvent entrepris dans des circonstances difficiles.

    Pourtant, la question doit être posée : le succès de Vatican II dans la réaffirmation de l'autorité des évêques est-il compromis par le processus actuel de préparation du "Synode sur la synodalité" de 2023 et 2024 ?

    Les inquiétudes à ce sujet ont été renforcées par la publication du document de travail pour l'"étape continentale" de la préparation du Synode : une série d'assemblées qui suivent les "étapes" locales et nationales de ce long processus.

    Dans le document de travail, les évêques sont des participants minoritaires aux consultations continentales qui doivent inclure (en plus des évêques, des prêtres, des religieux consacrés et des laïcs actifs) "des personnes vivant dans des conditions de pauvreté ou de marginalisation, et celles qui sont en contact direct avec ces groupes et ces personnes ; des délégués fraternels d'autres dénominations chrétiennes ; des représentants d'autres religions et traditions de foi ; et quelques personnes sans affiliation religieuse". Et que doivent faire les évêques dans ces assemblées continentales ? "Il leur est demandé d'identifier les moyens appropriés pour mener à bien leur tâche de validation et d'approbation" du "Document final" de chaque assemblée continentale, "en veillant à ce qu'il soit le fruit d'un parcours authentiquement synodal, respectueux du processus qui s'est déroulé et fidèle aux diverses voix du peuple de Dieu dans chaque continent."

    Autrement dit, les évêques sont des preneurs de notes, et non des enseignants ; des secrétaires d'enregistrement, et non des garants de l'orthodoxie ; des messagers, et non des leaders apostoliques.

    Les graves inquiétudes suscitées par cette diminution de la vocation épiscopale, qui contraste de manière frappante avec l'enseignement de Vatican II dans Lumen Gentium, sont encore renforcées par les informations selon lesquelles, lors de l'assemblée finale du Synode à Rome (probablement en 2024), il n'y aura pas de vote sur les propositions par les évêques présents - la manière normale dont un Synode exprime ses jugements. Les rapports des discussions des évêques seront plutôt préparés - par le Secrétariat général du Synode qui a conçu ce processus - et remis au pape, qui rédigera ensuite une exhortation apostolique post-synodale (le document qui conclut les travaux d'un Synode) à sa guise.

    Ainsi, l'ultramontanisme extrême - une forme d'autocratie papale qui pourrait faire rougir le bienheureux Pie IX - se superpose à la dépréciation de l'épiscopat mondial.

    Cela n'a rien à voir avec Vatican II. Les évêques devraient le faire savoir tout en demandant la restauration de leur autorité dans ce processus.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la chaire William E. Simon en études catholiques.

  • Les limites du pouvoir pontifical

    IMPRIMER

    De kath.net via le site de La Nef (traduction française réalisée par Jean Bernard) :

    Cardinal Müller : Les limites du pouvoir pontifical

    Nous publions en exclusivité en français le grand entretien publié le 15 novembre 2022 sur le site de https://kath.net/ sous le titre « Grenzen der päpstlichen Macht ». l’entretien a été conduit par Lothar C. Rilinger

    Selon la doctrine moderne du droit public, tout pouvoir dans l’État émane du peuple. La souveraineté du peuple est donc le fondement de l’État démocratique. À cette règle, l’État de la Cité du Vatican fait toutefois exception puisque, dans celui-ci, qui est le plus petit État du monde, ce n’est pas le peuple qui est souverain mais le pape. Cela a pour conséquence que le pape au Vatican est susceptible d’exercer légitimement plus de pouvoir que n’importe quel homme d’État en Europe occidentale. Cette construction étatique permettant l’exercice d’un tel pouvoir plénier, qui n’existe nulle part ailleurs, soulève des questions quant à la limitation de ce pouvoir. C’est dans le cadre de cette réflexion que nous avons rencontré le cardinal Gerhard Ludwig Müller, auteur d’un ouvrage intitulé Der Papst. Auftrag und Sendung, portant sur le statut du pape ainsi que sur les limites du pouvoir légitime dont il dispose en vertu de l’enseignement et de la tradition de l’Église.

    L. C. Rilinger : Traditionnellement, le pape exerce trois fonctions d’autorité. Il est l’archevêque de Rome et, à ce titre, le métropolite de la province ecclésiastique romaine. Il est également appelé patriarche d’Occident, titre que le pape Benoît XVI a préféré abandonner pour des raisons historiques. Sa troisième et plus haute fonction est celle de pape de plusieurs Églises catholiques. Pour satisfaire à cette tâche de pape, le premier concile du Vatican a proclamé que le pape jouissait d’une primauté de juridiction et qu’il pouvait décider ex cathedra, c’est-à-dire infailliblement. Le pape s’est ainsi vu attribuer une primauté qui a certes toujours existé, mais que le concile a inscrite dans les textes. Cette primauté est-elle une prééminence honorifique ou bien un ministère apostolique qui, comme l’a formulé J. Ratzinger, réunit en lui la responsabilité de la parole et de la « communio » ?

    Cardinal Müller : L’Église catholique existe « dans et à partir des églises particulières » (Lumen gentium 23), à savoir des diocèses dirigés chacun par un évêque. Plusieurs diocèses peuvent être regroupés en une association patriarcale ou, au niveau national, en une conférence épiscopale dotée d’un président élu. Toutefois, ce dernier point est une question qui relève seulement de l’histoire, et non de la dogmatique (qui vise la nature sacramentelle de l’Église). L’évêque de Rome, avec le titre officiel de « pape », est, en tant que successeur de Pierre, le garant de l’unité de l’épiscopat. Il est à la tête des évêques, tout comme Pierre était à la tête des apôtres en vertu de son appel particulier par le Christ lui-même (Mt 10,2 ; 16, 18). Ainsi, le Christ a institué « dans sa personne un principe et un fondement perpétuels et visibles d’unité de la foi et de communion [des évêques et de leurs églises locales] ». (Lumen gentium 18 ; cf. 23). La primauté de l’Église romaine et l’infaillibilité personnelle du pape dans l’interprétation des vérités révélées sont donc de droit divin et ne découlent en aucun cas uniquement d’une constellation historique contingente ni non plus des prétentions politiques de l’évêque de Rome, alors capitale de l’Empire. Les titres historiques tels que patriarche d’Occident, président de la conférence épiscopale italienne ou archevêque de la province ecclésiastique romaine (c’est-à-dire des évêchés suburbicaires), n’appartiennent pas par essence à sa primauté. L’infaillibilité n’est pas une qualité privée ou un pouvoir de commandement inconditionnel, comme peuvent le revendiquer des autocrates mégalomanes de ce monde, mais un humble service de l’Église au nom de son Seigneur Jésus-Christ, qui n’est pas venu « pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude ». (Mc 10, 45). Dans le contexte strictement théologique de la Révélation, le charisme d’infaillibilité dans la doctrine de la foi et des mœurs dont Dieu a doté son Église, qui lui a été conféré personnellement – et avec lui au Concile œcuménique – par l’Esprit Saint, lui a été confié afin que « l’Église, pilier et soutien de la vérité » du Dieu vivant (1 Tm 3, 15), puisse proposer comme objet de la foi, dans l’écoute et l’enseignement, la Révélation faite une fois pour toutes dans le Christ, sans réduction ni altération.

    Le fait que, par ailleurs, le pape a la qualité de « souverain de l’État de la Cité du Vatican » est étranger à ces considérations. Le Saint-Siège, en tant que sujet de droit international, sert uniquement à garantir l’indépendance politique du pape et de la curie romaine face aux agressions que les hommes politiques ont tant de fois commises dans l’histoire. Le Vatican n’est pas un État comme les autres, auquel les critères de l’État moderne pourraient, voire devraient, être pleinement appliqués. Mais l’État du Vatican n’est pas non plus une monarchie absolue, comme le pensent les polémistes qui s’y opposent, mais une administration indépendante destinée à la gestion des biens matériels de l’Église, au service du gouvernement spirituel de celle-ci. Le pape exerce sa souveraineté vis-à-vis des personnes détentrices d’un passeport du Vatican et des autres agents sur la base du droit naturel et de la culture juridique telle qu’elle existe aujourd’hui, et ce par le biais d’organes tels que la gendarmerie, la garde suisse, l’administration du patrimoine du Siège Apostolique ou le système bancaire, dont les membres travaillent selon des critères professionnels, pour n’en citer que quelques-uns.

    Lire la suite