Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 7

  • Le pape François achève ses onze ans sur le trône de Pierre au cours d'une année marquée par le Synode et Fiducia supplicans

    IMPRIMER

    D'InfoVaticana :

    Le pape François achève ses onze ans sur le trône de Pierre au cours d'une année marquée par le Synode et Fiducia supplicans

    13 mars, 2024

    Aujourd'hui (hier, le 13 mars) marque le onzième anniversaire du 13 mars 2013, jour où Jorge Mario Bergoglio a été élu premier pontife américain de l'histoire de l'Église. Il est également le premier jésuite de l'histoire à accéder au trône de Pierre. Les cardinaux ont élu le cardinal Bergoglio comme 265e successeur de saint Pierre.

    À ce moment-là, les cardinaux sont entrés dans la chapelle Sixtine et, en l'espace de deux jours, la fumée blanche a signalé au monde que la vacance était terminée, qu'il y avait un pape. L'attente était à son comble : qui serait choisi pour prendre la tête de l'Église dans les tempêtes qui semblaient se déchaîner autour d'elle ? La réponse fut donnée par le cardinal protodiacre, le Français Jean Louis Tauran, qui s'avança sur le balcon de la basilique Saint-Pierre dans la nuit romaine du 13 mars. Il a entonné le célèbre "Habemus Papam" et a ensuite annoncé que Jorge Mario Bergoglio était le nouveau pape, sous le nom de François.

    Les premiers mots prononcés par François :

    Frères et sœurs, bonsoir !

    Vous savez que le devoir du Conclave est de donner un évêque à Rome. Il semble que mes frères cardinaux soient allés le chercher presque au bout du monde... mais nous sommes là... Je vous remercie pour l'accueil.

    La communauté diocésaine de Rome a son évêque, merci ! Je voudrais tout d'abord adresser une prière à notre évêque émérite, Benoît XVI. Prions tous ensemble pour lui, afin que le Seigneur le bénisse et que la Madone le protège.

    Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire aux fidèles de Saint-Pierre.

    Et maintenant, nous commençons notre voyage : l'évêque et le peuple. Ce chemin de l'Église de Rome qui préside dans la charité à toutes les Églises. Un chemin de fraternité, d'amour, de confiance entre nous. Prions toujours les uns pour les autres : les uns pour les autres. Prions pour le monde entier, pour qu'il y ait une grande fraternité.

    J'espère que ce voyage de l'Église, que nous commençons aujourd'hui et dans lequel mon cardinal vicaire, ici présent, m'aidera, sera fructueux pour l'évangélisation de cette belle ville.

    Je voudrais maintenant vous donner la bénédiction, mais avant, je vous demande une faveur : avant que l'évêque ne bénisse le peuple, je vous demande de prier le Seigneur de me bénir. La prière du peuple demandant la bénédiction de son évêque. Prions en silence cette prière que vous avez faite pour moi.

    Une année marquée par le Synode et la Fiducia supplicans

    Cette année de pontificat - du 13 mars 2023 au 13 mars 2024 - a été marquée par des allées et venues à l'hôpital Gemelli. La santé du Pape est de plus en plus délicate, ce qui nous a habitués à le voir régulièrement en chaise roulante, à suspendre son programme ou à devoir se rendre à l'hôpital. L'année dernière, par exemple, le pape a à peine pu participer aux célébrations de la Semaine sainte.

    François a également dû faire face à de nombreux conflits tout au long de l'année. La guerre entre la Russie et l'Ukraine se poursuit sans relâche et les efforts de médiation du Saint-Siège ne suffisent pas. En outre, cette année, le pape a été témoin d'un revirement politique dans son pays d'origine. Ses compatriotes argentins ont choisi Javier Milei pour tenter de changer le cours politique, social et économique de l'Argentine.

    Lire la suite

  • Fiducia Supplicans : l'oecuménisme mis à mal

    IMPRIMER

    De Christopher R. Altieri sur le Catholic World Report :

    Fiducia supplicans, effondrement œcuménique et Église copte orthodoxe

    Le pape François considère toute cette controverse à travers le prisme de sa personne, mais il ne s'agit pas vraiment de cela.

    9 mars 2024

    On peut dire qu'il aurait dû le voir venir.

    Le "il" dans cette phrase est le pape François. La chose qui s'annonçait, eh bien, elle est arrivée vendredi : une déclaration de l'Église copte orthodoxe annonçant la suspension des relations œcuméniques avec Rome.

    La raison du retrait des coptes orthodoxes est la récente déclaration du DDF, Fiducia supplicans, sur la bénédiction des couples en "unions irrégulières", y compris les unions entre personnes de même sexe.

    L'Église copte orthodoxe a pris cette décision lors d'une réunion présidée par son chef, le pape Tawadros II, à Alexandrie.

    "Après consultation des Églises sœurs de la famille orthodoxe orientale, lit-on dans un communiqué de presse de l'Église orthodoxe copte daté du 7 mars, il a été décidé de suspendre le dialogue théologique avec l'Église catholique, de réévaluer les résultats obtenus depuis le début du dialogue, il y a vingt ans, et d'établir de nouvelles normes et de nouveaux mécanismes pour la poursuite du dialogue.

    La décision des coptes orthodoxes a donc été prise à l'issue d'une large consultation et constitue un indicateur puissant du sentiment ecclésiastique orthodoxe oriental en général.

    En fait, les coptes orthodoxes ne sont pas la première Église orthodoxe à exprimer sa consternation à l'égard de Fiducia Supplicans.

    Le métropolite Hilarion Alfeyev de Budapest, un prélat orthodoxe russe de haut rang qui a été pendant des années le principal responsable œcuménique de l'Église orthodoxe russe, a dirigé en février une réunion de la Commission synodale biblico-théologique de l'Église orthodoxe russe, au cours de laquelle les évêques russes ont décidé à l'unanimité que Fiducia supplicans était une "innovation" qui "s'écarte fortement de l'enseignement moral chrétien".

    Associée à une déclaration des évêques catholiques de Russie qui a également critiqué les suppliciés de la Fiducie, la déclaration orthodoxe russe équivaut à un rejet retentissant non seulement des développements disciplinaires autorisés par Fiducia Supplicans, mais aussi de toute sa raison d'être. Les Russes, cependant, pourraient peut-être être ignorés en toute sécurité - pour le dire avec le Pape François - en tant que "chien[s] courants de Poutine" Mais le pape François ne peut pas ignorer l'Église orthodoxe copte ni le pape Tawadros II, leur chef, qui siège au siège de Saint-Marc et qui est le seul autre chef chrétien à se présenter légitimement comme le fait François.

    L'une des raisons pour lesquelles cette évolution représente un véritable désastre est que le pape François a sans doute fait plus pour favoriser les relations avec les coptes orthodoxes que n'importe qui d'autre dans l'histoire.

    La décision du pape François de reconnaître la canonisation par l'Église copte orthodoxe de vingt-et-un martyrs coptes de Libye était réellement et véritablement historique, tout comme la Divine Liturgie que le pape Tawadros II a célébrée dans l'archibasilique de la cathédrale de Rome, Saint-Jean-de-Latran, alors que Tawadros était à Rome pour une visite qui aurait été capitale même sans ces événements.

    Il est difficile de dire à quel point ce retournement provoqué par Fiducia supplicans est grave. (...)

    Pourquoi le pape François ferait-il exploser son propre héritage ? Répondre à cette question n'est pas difficile, c'est impossible.

    Pour commencer à y répondre, il faut accepter de psychologiser. Pour le pape François, il s'agit d'une question personnelle.

    "Personne ne se scandalise si je donne une bénédiction à un entrepreneur qui exploite peut-être les gens, ce qui est un péché très grave", a déclaré le pape François à l'hebdomadaire italien Credere en février 2024, "alors qu'ils se scandalisent si je la donne à un homosexuel, c'est de l'hypocrisie ! C'est de l'hypocrisie !

    Le fait est que personne n'a été scandalisé par la notion d'un pape ou de toute autre personne donnant une bénédiction à un homosexuel. Cela arrive tout le temps. Mais Fiducia supplicans appelle à la bénédiction de personnes dans des relations homosexuelles qui apparaissent comme des couples et le fait en inventant une catégorie fantomatique de "bénédictions non-liturgiques" qui d'une certaine manière - magiquement ? - ne bénissent que les personnes qui sont dans l'union mais pas l'union elle-même.

    La raison pour laquelle les gens ont du mal à comprendre cela est que cela n'a aucun sens.

    L'interview avec Credere était la deuxième que le Pape François donnait en autant de semaines à des médias amis désireux de l'aider dans ce qui semblait être une sorte de tournée de contrôle des dégâts de Fiducia supplicans, la première ayant été accordée à La Stampa (où son chargé de communication, Andrea Tornielli, a longtemps été chez lui).

    Le pape François y a déclaré : "L'Évangile est de sanctifier tout le monde". Personne ne peut le contester. "Bien sûr", a également déclaré François, "il doit y avoir de la bonne volonté". Bien sûr.

    "Et il est nécessaire de donner des instructions précises sur la vie chrétienne", a poursuivi le pape François, ajoutant entre parenthèses que "ce n'est pas l'union qui est bénie, mais les personnes".

    "[N]ous sommes tous pécheurs", a ajouté le pape François, à juste titre encore.

    "Pourquoi, a demandé le pape François, devrions-nous faire une liste des pécheurs qui peuvent entrer dans l'Église et une liste des pécheurs qui ne peuvent pas être dans l'Église ? Nous ne devrions pas.

    Pourquoi ?

    "Ce n'est pas l'Évangile.

    Non, ce n'est pas l'Évangile.

    En d'autres termes, le pape François considère toute cette controverse à travers le prisme de sa personne. Il la considère comme une sorte de référendum sur ses inclinations pastorales personnelles, ses engagements et ses décisions.

    Le fait est qu'il ne s'agit pas vraiment de cela.

    Comme beaucoup de catholiques - y compris les évêques latins de tout un continent et toute une Église orientale autocéphale, l'Église gréco-catholique ukrainienne - l'Église copte orthodoxe a reçu Fiducia supplicans comme une rupture radicale non seulement avec la doctrine chrétienne, mais aussi avec une saine anthropologie et, franchement, avec le bon sens.

    Il ne s'agit pas d'une question personnelle.

    Le pape François a choisi un favori mal préparé et moralement compromis, le cardinal Victor Manuel Fernandez, pour diriger le Dicastère pour la doctrine de la foi. François a donné à Fernandez un large mandat essentiellement pour "mettre le bazar" théologique et autre, mais pas pour se mêler des questions de droit et de justice. Mission accomplie.

    Le pape François pourrait faire un grand pas en avant pour réparer ce gâchis particulier en déclarant que Fiducia supplicans est ce qu'elle est presque en fait : une lettre morte. Il pourrait aller encore plus loin en renvoyant Fernandez. Il est très peu probable que François fasse l'une ou l'autre de ces choses, car cela reviendrait à admettre, au moins tacitement, qu'il a commis une erreur.

    Lire également : Coptic Orthodox Church Confirms Ecumenical Dialogue Suspended Due to Rome’s ‘Change of Position’ on Homosexuality

  • Pourquoi Fiducia Supplicans doit être révoquée

    IMPRIMER

    Par Diane Montagna et Gerald E. Murray sur First Things :

    FIDUCIA SUPPLICANS DOIT ÊTRE RÉVOQUÉE

    ENTRETIEN AVEC LE FR. GERALD E. MURRAY

    7 mars 2024

    En mars 2021, la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié, sous la direction de son ancien préfet, le cardinal Luis Ladaria Ferrer, un Responsum qui répondait par la négative à la question : "L'Église a-t-elle le pouvoir de donner la bénédiction aux unions de personnes de même sexe ?"

    Un peu moins de trois ans plus tard, sous la direction de son nouveau préfet, le cardinal Víctor Manuel Fernández, le Dicastère pour la doctrine de la foi, désormais rebaptisé, a publié Fiducia Supplicans (FS), qui affirme que les bénédictions mentionnées dans le Responsum sont des "bénédictions liturgiques" et introduit un nouveau type de bénédiction sacerdotale - une "bénédiction pastorale" - qui, selon lui, peut être donnée à des "couples de même sexe". Mais que sont les bénédictions pastorales et qu'entend la Déclaration par "couples" ? Et la réaction négative continue que la FS a reçue de la part des conférences épiscopales du monde entier peut-elle être attribuée au fait qu'elle n'a pas été lue attentivement, ou son examen minutieux ne fait-il que confirmer la décision des évêques qui ont décidé de ne pas l'appliquer dans leur diocèse ?

    Pour répondre à ces questions et à d'autres, je me suis entretenu avec le père Gerald E. Murray, prêtre new-yorkais et avocat canonique, au sujet de la déclaration.

    Père Murray, qu'est-ce qu'une bénédiction ? Quelle est la relation entre une bénédiction sacerdotale et le sacerdoce du Christ ? Et une bénédiction sacerdotale peut-elle être "extra-liturgique", c'est-à-dire n'avoir aucun rapport avec la liturgie ?

    Le Responsum de 2021, citant le Rituel romain, déclare que " les bénédictions appartiennent à la catégorie des sacramentaux, par lesquels l'Église 'nous appelle à louer Dieu, nous encourage à implorer sa protection et nous exhorte à rechercher sa miséricorde par la sainteté de notre vie' ". Le Responsum précise également que les sacramentaux font partie des actions liturgiques de l'Église. Les bénédictions sont donc des actions liturgiques par leur nature même. La catégorie des "bénédictions pastorales" est inconnue dans l'Église. Cette catégorie est décrite dans FS comme une "contribution novatrice" et un "véritable développement par rapport à ce qui a été dit sur les bénédictions dans le Magistère et les textes officiels de l'Église". FS affirme que les bénédictions pastorales entrent dans la catégorie de la "piété populaire" telle qu'elle est décrite dans le Directoire sur la piété populaire et la liturgie de 2002 de la Congrégation pour le culte divin. Il n'y a aucune preuve que l'Église ait jamais considéré les bénédictions sacerdotales comme des actes de piété populaire.

    Le Responsum cite également le Rituel romain, qui précise que les sacramentaux "ont été établis comme une sorte d'imitation des sacrements". Les bénédictions "sont avant tout des signes des effets spirituels obtenus par l'intercession de l'Église". Une bénédiction sacerdotale est un acte ministériel par lequel le représentant ordonné de Dieu demande la faveur divine sur ce qui est béni, communiquant ainsi que ce qui est béni est digne de recevoir une telle bénédiction. Toute relation à bénir doit d'abord être jugée digne aux yeux de Dieu de recevoir sa faveur. Les relations pécheresses ne sont pas dignes aux yeux de Dieu et ne peuvent être bénies. Le Responsum nous rappelle que Dieu "ne bénit pas et ne peut pas bénir le péché".

    Les personnes sont bénies, l'huile et l'eau sont bénies, les champs et les maisons sont bénis, mais les syndicats du crime, les instruments de torture et les contraceptifs ne le sont pas. Pourquoi certaines choses peuvent-elles être bénies et d'autres non ?

    Les bénédictions peuvent être conférées à des objets inanimés, à des animaux (comme la bénédiction des agneaux lors de la fête de Sainte-Agnès), à des personnes et à leurs relations. Le prêtre, en tant que ministre ordonné du Christ, demande à Dieu de regarder favorablement ce qui est béni, ce qui signifie qu'il a déterminé que ce qui est béni mérite la faveur de Dieu. Le Responsum est clair en ce qui concerne la bénédiction des relations humaines :

    Par conséquent, pour se conformer à la nature des sacramentaux, lorsqu'une bénédiction est invoquée sur des relations humaines particulières, outre l'intention droite de ceux qui y participent, il est nécessaire que ce qui est béni soit objectivement et positivement ordonné à recevoir et à exprimer la grâce, selon les desseins de Dieu inscrits dans la création, et pleinement révélés par le Christ Seigneur. . . . C'est pourquoi il n'est pas licite de bénir des relations ou des partenariats, même stables, qui impliquent une activité sexuelle en dehors du mariage, comme c'est le cas des unions entre personnes du même sexe.

    Lire la suite

  • De saint Pie X à Vatican II : Dans la ligne du mouvement liturgique initié par Dom Guéranger (liturgie 44)

    IMPRIMER

    Liturgie 44 ‒ De saint Pie X à Vatican II : Dans la ligne du mouvement liturgique initié par Dom Guéranger (32 mn)

    https://youtu.be/xgiTNL_VziQ

    Après la première partie du cours qui abordait l'histoire de la liturgie, nous abordons certains points de la théologie de la liturgie. 

    Dans le cadre du mouvement liturgique initié par Dom Guéranger, le pape saint Pie X publiait en 1903 le Motu proprio « Tra le sollecitudini » (Parmi les sollicitudes) ; En 1963, les Pères conciliaires approuvaient la Constitution « Sacrosanctum Concilium ». Ces deux documents méritent une étude comparative. Saint Pie X précise très clairement que la musique liturgique doit être sacrée, c’est-à-dire clairement soustraite des influences de la musique profane ; qu’elle doit relever d’un art véritable, c’est-à-dire qui soit détachée de tout ce qui ferait d’elle un élément fonctionnel en sorte qu’elle puisse ainsi être uniquement attachée à ce qui porte à la contemplation ; enfin, qu’elle doit être universelle, c’est-à-dire capable de parler à toutes les cultures. Et le pape saint Pie X d’ajouter que ces qualités se retrouvent réunies à un degré supérieur dans le chant grégorien.

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2024

    Pour accéder à la totalité de la playlist :

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI

    Institut Docteur Angélique

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch.

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin.

    Denis Crouan, denis.crouan@wanadoo.fr; 2022-2024

  • Espagne : Mgr Luis Argüello, un conservateur, présidera la Conférence des évêques

    IMPRIMER

    Du site de la FSSPX :

    Espagne : un conservateur prend les rênes de la conférence épiscopale

    L’archevêque de Valladolid a été élu par ses pairs à la tête de la Conférence des évêques d’Espagne. Opposant résolu à l’avortement et à l’euthanasie, promoteur de la cause de béatification d’Isabelle la Catholique, le profil du prélat incarne l’aile droite du catholicisme espagnol sur de nombreux sujets.

    Elu le 5 mars 2024 au premier tour de scrutin avec quarante-huit voix sur les soixante-dix-huit que compte la Conférence des évêques d’Espagne (CEE) Mgr Luis Argüello succède donc au cardinal-archevêque de Barcelone, Mgr Juan Jose Omella à la tête de la CEE.

    Les prélats espagnols ont donc clairement choisi un conservateur pour les diriger : faut-il y voir une réponse à la convocation romaine de tout l’épiscopat ? Revenons quelques mois en arrière : à la fin du mois de novembre 2023, le Souverain Pontife a reçu tous les prélats de la péninsule.

    De mémoire de fonctionnaires de la Curie, on n’avait plus vu cela depuis belle lurette. Officiellement, le Saint-Père voulait s’entretenir avec les évêques espagnols au sujet de la crise des vocations et des séminaires que traverse le pays, comme partout en Europe d’ailleurs.

    Mais, explique-t-on à Rome, une autre raison figure parmi les hypothèses avancées pour expliquer la convocation des évêques espagnols : la volonté du pape d’encourager l’ouverture d’une Eglise jugée trop fermée sur elle-même. Le pape serait inquiet de la nostalgie pour le passé nourrie par certains jeunes prêtres.

    Pour remédier à cela, le pape François n’a pas hésité à nommer à des postes-clés plusieurs évêques espagnols proches de sa ligne, à l’instar du cardinal-archevêque de Madrid, Mgr Jose Cobo Cano : ce haut prélat s’est distingué il y a plusieurs mois en bloquant la venue programmée de Mgr Georg Gänswein à Madrid. L’ancien secrétaire du défunt pape Benoît XVI venait pour évoquer la figure de son mentor. La décision, jugée brutale, de l’ordinaire de Madrid valait mieux qu’un long discours.

    En tout cas, il se murmure qu’au-delà des Pyrénées, l’épiscopat aurait peu apprécié la « remontée de bretelles » qui a eu lieu au mois de novembre dernier dans la ville éternelle, ce qui a pu jouer en faveur du choix de l’archevêque de Valladolid.

    Sans parler de l’onde de choc créée par la déclaration Fiducia supplicans, document émanant du Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF) et permettant d’accorder aux couples illégitimes au regard du droit de l’Eglise, une bénédiction non rituelle.

    Si les évêques espagnols ont apporté leur soutien au pape François après les attaques contre la déclaration romaine, ils se sont toutefois bien gardés de se prononcer sur son application concrète, nombreux étant les fidèles et les prêtres heurtés par le document du DDF.

    La nomination d’un conservateur à la tête de la CEE permet ainsi de rassurer une Eglise locale en proie au doute, d’autant plus que la diminution de la foi dans la patrie de sainte Thérèse d’Avila va de pair avec l’islamisation croissante de la société, comme ailleurs en Europe.

    Un évêque ibère de l’aile progressiste résumait ainsi la situation au lendemain de l’élection de Mgr Argüello : « Nous avons perdu car nous ne sommes pas parvenus à faire saisir les besoins de l’Eglise de demain. » Rien à voir avec ce qui s’était passé en mars 2020, lorsque les cardinaux Omella et Osoro, alors considérés comme les hommes du pape dans le pays, ont pris en main la CEE.

    Une preuve de plus que la fièvre réformiste qui anime la maison Sainte-Marthe commence à lasser plus d’un évêque, car sur le vieux continent comme ailleurs, les yeux semblent désormais fixés sur l’horizon du futur pontificat.

  • Vatican : le document sur la dignité humaine sera publié début avril

    IMPRIMER

    On attendait la publication d'un document romain centré sur la théorie du genre mais il semble que le texte annoncé reprendra des thèmes chers au pape dont l'environnement et les migrations...

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register

    Cardinal Fernández : le document sur la dignité humaine sera publié début avril

    Le préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi a déclaré qu'un "nouveau texte" avait été récemment préparé après avoir connu "plusieurs versions".

    8 mars 2024

    Un document du Vatican sur le thème de la "dignité humaine" est presque terminé et sera publié au début du mois prochain, a confirmé le préfet du Dicastère du Vatican pour la Doctrine de la Foi.

    Le cardinal Victor Fernández, qui supervise la rédaction du document, a déclaré au Register le 7 mars que le document a connu "plusieurs versions" mais que le "texte est presque terminé et sera publié au début du mois d'avril".

    Le cardinal argentin, qui a commencé son travail de préfet du dicastère en septembre dernier, a déclaré qu'un "nouveau texte" avait été "préparé ces derniers mois et discuté par les cardinaux et les évêques du dicastère lors de la Feria IV", une réunion régulière des membres dirigeants du dicastère qui a lieu le mercredi.

    "En ce moment, nous sommes en train d'incorporer certaines suggestions proposées par eux lors de la Feria IV", a ajouté le cardinal.

    Ses commentaires font suite à la révélation, lors d'une interview le 12 janvier, que le dicastère préparait "un document très important sur la dignité humaine" qui contient "une forte critique" des tendances immorales de la société contemporaine.

    Le cardinal Fernández a déclaré à l'agence de presse espagnole EFE que le nouveau document inclurait "non seulement des questions sociales mais aussi une forte critique des questions morales telles que la chirurgie de changement de sexe, la maternité de substitution et l'idéologie du genre".

    Le correspondant de La Croix à Rome, Loup Besmond, a donné plus de détails dans un article du 5 mars, affirmant que des théologiens avaient travaillé sur le document au cours des cinq dernières années, mais que le cardinal Fernández l'avait "complètement révisé" et que le pape lui avait "donné des instructions spécifiques à cet effet".

    "Le document à venir devrait se concentrer sur des thèmes centraux du pontificat de François, tels que la migration et l'environnement, alors que la première version se limitait aux questions de bioéthique", écrit M. Besmond, qui prédit que le nouveau texte pourrait "provoquer davantage d'ondes de choc dans toute l'Église". 

    Le cardinal Fernández assiste depuis longtemps le pape François dans la rédaction de documents, depuis la conférence d'Aparecida des évêques d'Amérique latine et des Caraïbes en 2007, où il avait aidé le cardinal Jorge Mario Bergoglio à rédiger le document final de la réunion.

    Depuis qu'il a succédé au cardinal Luis Ladaria Ferrer en tant que préfet en septembre, le cardinal Fernández a publié quatre réponses officielles du DDF à diverses questions doctrinales, ainsi que la déclaration controversée Fiducia Supplicans sur la bénédiction des couples de même sexe et des personnes en union irrégulière, qui a donné lieu à un document de suivi visant à clarifier la déclaration.

    Dans l'entretien qu'il a accordé à EFE en janvier, le cardinal Fernández a déclaré qu'il ne prévoyait pas d'autres documents controversés de ce type : "Je dois dire que je ne pense pas faire parler de moi dans un avenir proche parce que dans le dicastère, nous ne prévoyons pas de sujets qui pourraient être très controversés, comme les derniers."

  • « La Civiltà Cattolica » change de cap et se tient à bonne distance des bénédictions des couples de même sexe

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    « La Civiltà Cattolica » change de cap. Et se tient à bonne distance des bénédictions des couples homos

    La “Civiltà Cattolica” change de cap. Et se tient à distance prudente des bénédictions des couples homos

    (s.m.) Je reçois et je publie. L’auteur de la lettre, Antonio Caragliu, est avocat au barreau de Trieste et membre de l’Union des Juristes Catholiques Italiens.

    *

    Cher M. Magister,

    En lisant l’article sur « Fiducia supplicans » du nouveau directeur de « La Civiltà Cattolica », le P. Nuno da Silva Gonçalves [photo – ndlr] j’ai été frappé par l’équilibre et la mesure de son exposé : deux qualités révélatrices du net changement de ligne éditoriale de la revue survenu avec la fin de la direction du P. Antonio Spadaro. Un changement appréciable notamment dans la séquence des articles : on y retrouve à présent mis en avant les analyses historiques (et non militantes) du P. Giovanni Sale.

    Je précise d’emblée que je trouve très pertinentes et incontournables les remarques critiques du cardinal Gerhard Müller récemment publiées dans « First Things », concernant la déclaration « Fiducia supplicans » et le communiqué de presse du Dicastère pour la Doctrine de la foi qui a suivi, sur la bénédiction des couples homosexuels.

    Les objections théologiques du cardinal Müller se basent, en définitive, sur des questions rationnelles très laïques. D’où naissent plusieurs interrogations :

    • L’intention exprimée dans la déclaration de préserver l’enseignement catholique sur le mariage et la sexualité n’est-elle pas inévitablement contredite par le sens objectif véhiculé par le geste de bénir un couple en situation irrégulière par rapport à la doctrine catholique ?
    • Est-il possible de bénir un couple et, dans le même temps, de ne pas bénir l’union qui le constitue ?
    • L’intention déclarée dans un document peut-elle transcender à ce point le sens objectif d’un geste ?
    • L’autorité du pape (« le magistère du pape François ») est-il susceptible de pouvoir qualifier et garantir le sens d’une conduite humaine en violation des principes herméneutiques les plus basiques ?

    Mais il faudrait encore ajouter une question qui suscite des contradictions similaires. C’est une question que le cardinal Müller, en se cantonnant dans sa propre zone de compétence spécifique, n’aborde pas, mais que les laïcs réfléchis se posent. De telles contradictions à ce point évidentes sont-elles intentionnelles ? Leurs auteurs en sont-ils conscients ?

    Lire la suite

  • 7 mars 2024 : 750e anniversaire de la mort de saint Thomas d'Aquin

    IMPRIMER

    De KTO télévision :

    Saint Thomas d’Aquin, la sainteté de l’intelligence

    29/12/2023

    En 1244, Thomas entrait, contre l’avis de sa famille, dans l’ordre des prêcheurs de Saint Dominique. Entre Naples, Bologne, Paris, par obéissance pour ses supérieurs, il enseigne dans différentes chairs d’Universités. Son oeuvre majeure, la Somme Théologique qu’il commence en 1268, servira à fonder la pensée théologique de la seconde partie du Moyen Age et lui vaudra le titre de Docteur Commun de l’Eglise. S’il est surtout connu pour ses écrits notamment sur les anges ou l’eucharistie, le documentaire s’intéresse d’avantage à l’homme et à sa recherche personnelle de Dieu. Qui était-il ? Quelle était son aspiration ultime ? « Grâce à la sagesse de Thomas, j’apprends à aimer Dieu », par petites touches, le réalisateur montre un saint Thomas très personnel, celui qui lui a permis « de passer de l’athéisme à la foi chrétienne. » Saint Thomas d’Aquin - La Sainteté de l’intelligence - UNE COPRODUCTION KTO/CERIGO FILMS 2023 - Réalisée par Jean-Yves Fischbach

  • Liège (Saint-Sacrement), 17 mars : Conférence de Carême par l'abbé Germeau

    IMPRIMER

    L’ABBÉ CLAUDE GERMEAU

    Fondateur et Directeur du Foyer d’Accueil de Herstal

    vous y invite.

    RENSEIGNEMENTS :

    Email : sursumcorda@skynet.be Tél. 04 344 10 89

  • Les besoins du Vatican pour demain

    IMPRIMER

    De Francis X. Maier sur First Things :

    LES BESOINS DU VATICAN DEMAIN

    5 mars 24

    En mars 2022, un mémorandum intitulé "Le Vatican aujourd'hui" a été publié et largement diffusé. Très critique à l'égard du pontificat de François, il était signé par une source anonyme décrite comme "Demos". L'auteur a ensuite été identifié comme étant feu le cardinal George Pell. La semaine dernière, un document similaire, intitulé "Le Vatican demain", a été publié simultanément dans six langues différentes. Il était signé, toujours anonymement, par une source identifiée comme "Demos II". L'identité des auteurs n'est pas claire. Mais au moins un cardinal et plusieurs évêques de haut rang semblent avoir été impliqués.

    Le texte mérite d'être lu. Tout le texte. Le cardinal Joseph Zen Ze-Kiun, archevêque à la retraite de Hong Kong et homme qui a eu des frictions sur des questions de principe avec le pontificat actuel et le gouvernement chinois, a publié le document sur ses médias sociaux. Le document a été consulté plus de 125 000 fois au cours des premières 48 heures.

    Contrairement au texte original de Demos, "The Vatican Tomorrow" reconnaît les points forts du pontificat de François notés ailleurs par d'autres : "L'accent mis par François sur la compassion envers les faibles, l'aide aux pauvres et aux marginalisés, la préoccupation pour la dignité de la création et les questions environnementales qui en découlent, et les efforts pour accompagner les personnes souffrantes et aliénées dans leurs fardeaux.

    Le nouveau texte affirme également, comme d'autres, que les défauts du pontificat actuel "sont tout aussi évidents" et graves, avec des conséquences néfastes. Par conséquent, "la tâche du prochain pontificat doit être de récupérer et de rétablir les vérités qui ont été lentement obscurcies ou perdues parmi de nombreux chrétiens". Ce qui nous amène aux sept points qui constituent la substance du texte et qui méritent tous d'être cités ici :

    Premièrement : L'autorité réelle est endommagée par des moyens autoritaires dans son exercice. Le pape est le successeur de Pierre et le garant de l'unité de l'Église. Mais il n'est pas un autocrate. Il ne peut pas changer la doctrine de l'Église, et il ne doit pas inventer ou modifier arbitrairement la discipline de l'Église. Il gouverne l'Église collégialement avec ses frères évêques dans les diocèses locaux. Et il le fait toujours dans la continuité fidèle de la Parole de Dieu et de l'enseignement de l'Église. Les "nouveaux paradigmes" et les "nouvelles voies inexplorées" qui s'écartent de l'un ou de l'autre ne sont pas de Dieu. Un nouveau pape doit restaurer l'herméneutique de la continuité dans la vie catholique et réaffirmer la compréhension de Vatican II du rôle propre de la papauté.

    Deuxièmement : Tout comme l'Église n'est pas une autocratie, elle n'est pas non plus une démocratie. L'Église appartient à Jésus-Christ. Elle est son Église. Elle est le corps mystique du Christ, composé de nombreux membres. Nous n'avons pas le pouvoir de remodeler ses enseignements pour qu'ils s'adaptent plus confortablement au monde. De plus, le sensus fidelium catholique n'est pas une question de sondage d'opinion, ni même le point de vue d'une majorité de baptisés. Il n'émane que de ceux qui croient sincèrement et pratiquent activement, ou du moins cherchent sincèrement à pratiquer, la foi et les enseignements de l'Église.

    Lire la suite

  • Cardinal Newman : la primauté de la conscience

    IMPRIMER

    Lu sous la signature de Christian Gouyaud dans le mensuel LA NEF n° 318 Octobre 2019, mis en ligne le 29 février 2024 :

    Avec un siècle d’avance, Newman a développé l’idée de la primauté de la conscience, comme personne à son époque. Explications en suivant le cardinal Joseph Ratzinger.

    "Joseph Ratzinger cite fréquemment le mot de Newman dans sa Lettre au duc de Norfolk (1) : « Si, après un dîner, j’étais obligé de porter un toast religieux – ce qui évidemment ne se fait pas –, je boirais à la santé du pape, croyez-le bien, mais à la conscience d’abord, et ensuite au pape ! » Au-delà de cette boutade, la lettre autant que son auteur – qu’il béatifiera – revêtent une importance particulière pour J. Ratzinger. Rappelons le contexte de cet écrit. En 1874, Gladstone, ancien premier ministre de Grande-Bretagne, fit paraître un article aux accents pamphlétaires et au titre évocateur : « Les décrets du Vatican et le loyalisme civil des catholiques ». Selon Gladstone, les catholiques anglais manqueraient de loyauté envers le Royaume, étant en conscience, déterminés par une puissance étrangère : Rome. Newman répondit à Gladstone par La lettre au Duc de Norfolk, qui est un véritable hymne à la conscience. Pour Newman, les catholiques (anglais) ne se déterminent qu’en fonction de leur conscience, laquelle est la « Voix de Dieu » qui parle en chacun. Newman conférait à la conscience une valeur d’abord religieuse avant que psychologique ou éthique. Elle est cette instance à la fois immanente et transcendante. Si elle est la norme ultime et immédiate de l’agir humain, elle n’est pas pour autant autonome. Non seulement le magistère n’a pas condamné les droits de la conscience mais l’autorité ecclésiale est fondée sur la conscience, que Newman n’hésite pas à appeler « le vicaire du Christ » : « On ne verra jamais un pape, dans un document officiel adressé à tous les fidèles, porter atteinte à la doctrine très grave du droit et du devoir d’obéir à l’autorité divine s’exprimant par la Voix de la conscience. Car, en vérité, c’est sur cette Voix de la conscience que l’Église elle-même est fondée. Si le pape se prononçait contre la conscience, il se suiciderait, il ferait crouler le sol sous ses pieds. » Newman va encore plus loin en attribuant à la conscience les prérogatives du pape : « La conscience est le premier de tous les vicaires du Christ. Elle est le prophète qui nous révèle la vérité, le roi qui nous impose ses ordres, le prêtre qui nous anathématise et nous bénit. » A supposer même que, par impossible, « le sacerdoce éternel de l’Église [vienne] à disparaître, le principe sacerdotal survivrait à cette ruine et se poursuivrait, incarné, dans la conscience ». De là, le toast à la conscience.

    Ratzinger, conscience et Magistère

    En 1991, J. Ratzinger a proposé une réflexion puissante sur le rapport entre la conscience et le Magistère (2). Plutôt que d’aborder la question de la conscience de façon abstraite, le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi préfère partir d’une opinion qui l’a profondément choqué, selon laquelle l’incroyance serait une grâce parce que la conscience erronée permet d’être plus facilement sauvé, dispensant les incroyants du fardeau onéreux de la foi et de ses obligations morales. Cette opinion renvoie à la conception d’un Dieu qui aveuglerait pour sauver et d’une foi qui, inversement, augmenterait la difficulté de se sauver : « La mise à l’écart de la vérité serait plus salutaire à l’homme que la vérité ; ce n’est pas la vérité qui le libérerait, mais au contraire, il devrait s’en libérer. L’homme serait davantage chez lui dans l’obscurité qu’à la lumière, car la foi ne serait pas un don bienfaisant du Dieu de bonté mais au contraire un héritage néfaste. » On peut dire que tout l’effort théologique de J. Ratzinger a consisté à s’insurger contre cette position. La conception qui, considérant la foi et ses obligations morales comme un fardeau trop onéreux quasi-impossible à supporter, préfère laisser les hommes dans leur « bonne conscience » erronée, est, selon J. Ratzinger, sous-jacente à la paralysie de l’évangélisation.

    Lire la suite

  • Communiqué de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron à propos de l’inscription de l’IVG dans la Constitution française

    IMPRIMER

    Communiqué de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron à propos de l’inscription de l’IVG dans la Constitution française

    C’est avec consternation que nous apprenons les résultats du vote du Sénat, à la suite de l’Assemblée nationale, ouvrant la voie à l’inscription dans la Constitution française de « la liberté garantie à la femme d’avoir recours à l’IVG ». 50 sénateurs seulement se sont courageusement élevés contre l’idéologie dominante. C’est une nouvelle avancée de la « culture de mort » (Jean Paul II) ou de la « culture du déchet », tant décriée par le Pape François.

    La France, qui détient déjà le triste record du nombre annuel d’avortements (233 000 en 2022), sera l’un des premiers pays à inscrire l’IVG dans la Constitution comme un droit fondamental, performance qui devrait assurément nous faire honte. La classe politique est-elle si dénuée de conscience éthique pour en arriver à un si déplorable résultat ? Les députés et les sénateurs se laisseront-ils interpeller par ces paroles fortes de saint Jean Paul II : « Lorsqu’une majorité parlementaire ou sociale décrète la légitimité de la suppression de la vie humaine non encore née, même à certaines conditions, ne prend-elle pas une décision ‘tyrannique’ envers l’être humain le plus faible et sans défense ? La conscience universelle réagit à juste titre devant des crimes contre l’humanité dont notre siècle a fait la triste expérience. Ces crimes cesseraient-ils d’être des crimes si, au lieu d’être commis par des tyrans sans scrupules, ils étaient légitimés par l’assentiment populaire ? » (Évangile de la vie n. 70). Car, ce qui est présenté comme une victoire du droit des femmes est en réalité une nouvelle atteinte contre la vie humaine en son commencement, autrement dit : un « crime abominable » (Concile Vatican II), le « meurtre délibéré d’une personne humaine innocente », comme l’a rappelé avec force le Pape saint Jean Paul II dans son encyclique l’Évangile de la Vie.

    N’y a-t-il pas d’ailleurs une offense faite à la science, une sorte de régression scientifique, quand on invoque « le droit de la femme à disposer de son corps », comme si la génétique moderne n’avait pas montré depuis longtemps que l’embryon est dès la première cellule fécondée un organisme vivant, distinct de celui de sa mère et dont la molécule d’ADN contient toute l’information génétique qui fera de cet embryon telle ou telle personne humaine, avec toutes ses caractéristiques propres ?

    À travers ce projet de loi constitutionnelle, on prétend ni plus ni moins valoriser la femme contre l’enfant à naître qui demeure le grand oublié des débats. Ce faisant, on est loin de résoudre le problème des femmes, souvent contraintes à avorter en raison de difficultés sociales et économiques, environ 70% des femmes ayant recours à l’IVG. Les nombreuses confidences reçues au confessionnal de la part de femmes ayant eu recours à l’avortement – et beaucoup de psychologues pourraient en dire autant – nous confirment dans l’idée que l’avortement est toujours un drame et une source de profonds traumatismes pour la femme.

    Les parlementaires, réunis en Congrès le 4 mars, s’honoreront-ils d’un sursaut de conscience ou bien deviendront-ils responsables devant l’histoire de la plus grande transgression qui soit, celle de l’interdit de tuer ? En tout cas : « Dieu se fera le juge exigeant de toute violation du commandement ‘tu ne tueras pas’, placé à la base de toute la convivialité de la société. Il est le ‘goël’, c’est-à-dire le défenseur de l’innocent » (Évangile de la Vie n. 53).

    J’invite donc les fidèles du diocèse qui le pourront à prier et à jeûner à cette intention, le lundi 4 mars, alors que le Congrès sera appelé à ratifier ce projet de loi constitutionnelle.

    Bayonne, le 1er mars 2024.

     

    2024_03_03_09_57_03_Greenshot.png