Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 9

  • Existe-t-il des actes intrinsèquement immoraux ? Débat de théologie morale (A. Dumouch / M. Lavagna)

    IMPRIMER

    Existe-t-il des actes intrinsèquement immoraux ? Débat de théologie morale, A. Dumouch / M. Lavagna/ (77 mn)

    Un passionnant débat qui permet de comprendre la tension dans l’Eglise actuelle à propos d’une soit-disant opposition entre les positions du pape Benoît XVI et celles du pape François et de se réconcilier avec l’Eglise :

    Il y a les tenants de Benoît XVI que Mathieu Lavagna défend ici en exaltant cette phrase du jeune saint Paul : 1 Co 10, 13 « Aucune tentation ne vous est survenue, qui passât la mesure humaine. Dieu est fidèle ; il ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation, il vous donnera le moyen d'en sortir et la force de la supporter ». Matthieu en conclut : On peut toujours appliquer à la lettre la morale universelle.

    Il y a les tenants du pape François, pasteur de terrain, qui citent plutôt cette autre phrase du vieux saint Paul : « 2 Co 1, 8 Car nous ne voulons pas que vous l'ignoriez, frères : la tribulation qui nous est survenue en Asie nous a accablés à l'excès, au delà de nos forces, à tel point que nous désespérions même de conserver la vie ». Souvent, ces théologiens en deviennent « circonstantialistes » et en arrivent à tout justifier à cause des circonstances tragiques de certaines situations.

    Arnaud Dumouch pense qu’il faut unir les deux phrases de saint Paul (morale universelle et constatation de ce qu’est la réalité de la vie) et qu’alors seulement, la théologie morale est complète. Même la pastorale que Dieu utilise est surprenante et les scolastiques ne comprennent pas ce genre de verset : « 2 Samuel 22, 26 Tu es fidèle, Ô Dieu, avec le fidèle, sans reproche avec l'irréprochable, pur avec qui est pur mais rusant avec le fourbe ». Il insiste donc sur la complémentarité entre Benoît XVI (théologien) et François (Pasteur) car « Vérité et amour doivent marcher ensemble comme deux affectionnées ».

  • Bénir les personnes sans bénir les unions (pape François)

    IMPRIMER

    De Joseph Tulloch sur Vatican News :

    Le pape François : Bénir les personnes, pas l'union

    Dans un discours à l'assemblée plénière du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, le Pape François parle des Sacrements, de la dignité humaine, de l'évangélisation et de la Fiducia supplicans

    Le pape François s'est adressé vendredi au Dicastère pour la doctrine de la foi, à l'occasion de la clôture de son assemblée plénière annuelle.

    Remerciant les fonctionnaires pour leur "travail précieux", le pape a rappelé que, lors de sa réforme de la Curie romaine en 2022, il avait divisé le Dicastère en deux sections, l'une s'occupant de la Doctrine et l'autre de la Discipline.

    C'est le premier sujet qu'il a voulu aborder dans son discours, et il a proposé un certain nombre de réflexions articulées autour de trois mots : Sacrements, dignité et foi. 

    Nouveau document du DDF

    Le premier mot que le pape François a abordé dans son discours est celui de "sacrements".
    Les sacrements, a-t-il dit, "nourrissent et font croître la vie de l'Église", et requièrent donc "une attention particulière" de la part de ceux qui les administrent.

    "Aimons et chérissons la beauté et la force salvatrice des sacrements", a exhorté le pape aux responsables de la DDF.

    Le Pape François a ensuite abordé la question de la dignité, notant que la DDF "travaille sur un document à ce sujet".

    "J'espère qu'il nous aidera, en tant qu'Église, à être toujours proches de tous ceux qui, sans fanfare, dans la vie quotidienne concrète, luttent et paient personnellement le prix de la défense des droits de ceux qui ne sont pas pris en compte.

    Annoncer l'Évangile aujourd'hui

    Le troisième thème abordé par le Pape, celui de la foi, est celui sur lequel il s'est attardé le plus longtemps.
    "Nous ne pouvons pas cacher le fait que, dans de vastes régions de la planète, la foi, comme l'a dit Benoît XVI, ne constitue plus une condition évidente pour la vie en commun.

    En effet, a noté le pape François, la foi est souvent "niée, moquée, marginalisée et ridiculisée".

    La proclamation et la communication de la foi dans le monde d'aujourd'hui, a-t-il dit, doivent donc prendre en compte un certain nombre de facteurs.

    En particulier, le pape François a précisé les "nouvelles cultures urbaines, avec leurs nombreux défis mais aussi les questions de sens sans précédent qu'elles soulèvent", la nécessité d'une "conversion missionnaire des structures ecclésiales" et, enfin, "la centralité du kérygme [l'annonce] dans la vie et la mission de l'Église".

    "C'est là, a dit le Pape, que l'on attend l'aide de ce Dicastère.

    Bénédictions pastorales

    C'est "dans ce contexte d'évangélisation", a poursuivi le pape François, qu'il a voulu mentionner la récente déclaration Fiducia supplicans.

    Le but des "bénédictions pastorales et spontanées" dont il est question dans cette déclaration, a souligné le Pape, est de "manifester concrètement la proximité du Seigneur et de l'Église à tous ceux qui, se trouvant dans des situations différentes, demandent de l'aide pour continuer - parfois pour commencer - un chemin de foi".

    À cet égard, le pape a mis l'accent sur deux points.

    Premièrement, a-t-il dit, "ces bénédictions, en dehors de tout contexte liturgique et de toute forme, ne requièrent pas la perfection morale pour être reçues".

    Deuxièmement, il a noté que "lorsqu'un couple s'approche spontanément [d'un ministre] pour les demander, il ne bénit pas l'union, mais simplement les personnes qui, ensemble, l'ont demandée".

    "Pas l'union, a souligné le pape, mais les personnes, en tenant compte naturellement du contexte, des sensibilités, des lieux où l'on vit, et des manières les plus appropriées de le faire.

  • Fiducia Supplicans : le colonialisme culturel en action ?

    IMPRIMER

    Du Catholic World Report (Anne Hendershott) :

    Les évêques africains, Fiducia Supplicans et la colonisation culturelle

    La tentative d'imposer des notions occidentales sur les relations entre personnes de même sexe dure depuis un certain temps, et le Vatican fait maintenant partie du problème.

    23 janvier 2024  The Dispatch 0Imprimer

    Considérant la déclaration du Vatican Fiducia Supplicans "en contradiction directe avec l'éthique culturelle des communautés africaines", les évêques africains ont formellement publié le 11 janvier une déclaration de protestation intitulée "Pas de bénédiction pour les couples homosexuels dans les églises africaines".

    Signée par le cardinal congolais Fridolin Ambongo Besungu, président du Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), la déclaration reconnaît l'"onde de choc" provoquée par la Fiducia Supplicans, déclarant qu'"elle a semé des idées fausses et des troubles dans l'esprit de nombreux fidèles laïcs, de personnes consacrées et même de pasteurs et qu'elle a suscité de vives réactions".

    Bien que la déclaration du SCEAM ait explicitement nié que le pape François tentait d'imposer " toute forme de colonisation culturelle en Afrique ", il est difficile de soutenir une telle déclaration alors que Fiducia Supplicans porte elle-même les marques de la colonisation culturelle - une tentative d'imposer le pouvoir d'État colonial du Vatican par la subordination culturelle d'un cadre conceptuel ou d'une identité culturelle par rapport à un autre en Afrique.

    Alors que le SCEAM reconnaît que la déclaration du Vatican sur les bénédictions homosexuelles "ne change pas l'enseignement de l'Église sur la sexualité humaine et le mariage", la déclaration des évêques africains se plaint que "le langage qu'elle utilise reste trop subtil pour être compris par les gens simples".

    On peut affirmer que l'ambiguïté sophistiquée de Fiducia Supplicans est en soi une marque de colonialisme culturel, car la déclaration peut être définie différemment par ceux qui ont le pouvoir d'imposer leurs propres interprétations de la valeur des relations homosexuelles à d'autres qui ont des interprétations très différentes. Voilà ce qu'est le colonialisme culturel. Le concept de colonialisme culturel reconnaît l'importance de la culture en tant que support du pouvoir politique et économique. Nous avons vu dans notre propre pays qu'il n'est pas nécessaire de recourir à des actions militaires pour modifier radicalement les lois sur des questions telles que les droits génésiques - y compris l'avortement - et la transition de genre.  Changer la culture peut avoir des conséquences tout aussi puissantes que la guerre.

    L'Église a depuis longtemps mis en garde contre les conséquences de l'imposition d'un changement culturel radical sur les mœurs, y compris sur l'éthique sexuelle et les questions relatives à la vie. Elle a toujours conseillé aux catholiques d'être "contre-culturels" sur les questions de vie et de mariage en rejetant l'adoption par la culture occidentale des droits reproductifs, en respectant toute vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle et en protégeant le mariage comme une union entre un homme et une femme. Mais aujourd'hui, d'une certaine manière, le Vatican tente apparemment de nous demander à tous de valider certaines des valeurs culturelles les plus décadentes de la culture dominante.

    Le cardinal Fridolin Ambongo, président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), en expliquant le rejet africain de la bénédiction des couples homosexuels, a fait remarquer que l'Occident avait perdu le sens du mariage et de la culture, qui, selon lui, "est en déclin...". "Peu à peu, a-t-il déclaré, ils vont disparaître. Ils vont disparaître. Nous leur souhaitons une bonne disparition..." En substance, il s'agissait d'une réprimande claire du colonialisme culturel.

    Lire la suite

  • Fiducia supplicans face au sens de la foi

    IMPRIMER

    D'Emmanuel Perier sur le site de la Revue Thomiste :

    Fiducia supplicans face au sens de la foi

     
    La déclaration “Fiducia supplicans” du 18 décembre 2023 a suscité un grand émoi. Dans ce premier article, nous en donnons les raisons principales.

    Fils de l’Église fondée sur les apôtres, nous ne pouvons qu’être alarmés du trouble dans le peuple chrétien suscité par un texte venant de l’entourage du Saint-Père[1]. Il est insupportable de voir des fidèles du Christ perdre confiance dans la parole du pasteur universel, de voir des prêtres déchirés entre leur attachement filial et les conséquences pratiques auxquelles ce texte leur imposera de faire face, de voir des évêques se diviser. Ce phénomène de grande ampleur auquel nous assistons indique une réaction du sensus fidei. On appelle « sens de la foi (sensus fidei) » l’attachement du peuple chrétien aux vérités touchant la foi et les mœurs[2]. Cet attachement commun, « universel » et « indéfectible », vient de ce que chaque croyant est mû par l’unique Esprit de Dieu à embrasser les mêmes vérités. C’est pourquoi, lorsque des affirmations touchant à la foi et aux mœurs viennent heurter le sensus fidei se produit à leur égard un mouvement instinctif de défiance qui se manifeste collectivement. Il est cependant nécessaire d’en sonder la légitimité et les motifs. Nous nous en tenons ici aux six raisons qui nous semblent les plus saillantes.

    Lire la suite sur le site de la Revue Thomiste

  • Saint François de Sales, "gentilhomme de Dieu", évoqué sur CNEWS

    IMPRIMER

    Sur CNEWS, dans l'émission consacrée aux "belles figures de l'histoire" du 22 janvier, Aymeric Pourbaix et ses invités Véronique Jacquier et le Père Jean-François Thomas, jésuite, évoquent la grande figure de saint François de Sales.

  • L'Académie Jean-Paul II demande la révocation du cardinal Fernández en tant que chef doctrinal du Vatican

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur son site :

    L'Académie Jean-Paul II demande la révocation du cardinal Fernández en tant que chef doctrinal du Vatican

    23 janvier 2024

    Une académie créée par d'anciens membres de l'Académie pontificale pour la vie a appelé à la destitution du cardinal Víctor Manuel Fernández, affirmant qu'il "ne possède pas les qualités minimales requises pour remplir le rôle de défenseur de la foi".

    Les membres de l'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille ont déclaré dans un communiqué du 17 janvier qu'ils considéraient la nomination du cardinal Fernández au poste de préfet du dicastère pour la doctrine de la foi avec "étonnement et perplexité", compte tenu des "livres scandaleux" qu'il a écrits.

    Les livres "Guéris-moi avec ta bouche : L'art du baiser", publié en 1995, et "Passion mystique - Spiritualité et sensualité", publié en 1998 mais réapparu au début du mois sur un blog argentin, ont suscité de nombreuses critiques.

    L'Académie a déclaré que ces livres "frôlent la pornographie" et "heurtent l'enseignement traditionnel de l'Église". Elle a également noté que "loin de rétracter les passages honteux" de ces livres, le cardinal a simplement déclaré "qu'il ne les aurait pas publiés aujourd'hui et qu'il a interdit leur réimpression".

    De telles œuvres littéraires, ont-ils ajouté, servent à "justifier les pires excès de la révolution sexuelle qui corrompt profondément notre société et conduit notre jeunesse à l'abîme".

    Ils ont également noté que, sous le pontificat de Pie XI, le dicastère que dirige aujourd'hui le cardinal Fernández a publié une instruction condamnant explicitement ce type de littérature mystico-sensuelle.

    Le pape François devrait renvoyer le cardinal Fernández, selon l'Académie, et le remplacer par "un théologien compétent et fidèle aux enseignements moraux de l'Église".

    L'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille a été fondée en 2017 après que plusieurs anciens membres de l'Académie pontificale pour la vie ont décidé qu'elle s'était éloignée de son objectif initial établi pendant le pontificat du pape saint Jean-Paul II. 

    La déclaration complète :

    ***

    L'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille demande officiellement au pape François de révoquer le cardinal Victor Manuel Fernández.

    L'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille (JAHLF) se voit dans l'obligation d'exprimer son étonnement et sa perplexité devant le fait que le cardinal Víctor Manuel Fernández ait accepté le rôle de préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, alors qu'il a écrit, au cours des dernières décennies, des livres scandaleux à caractère érotique, qui frôlent la pornographie et contiennent des passages contraires à l'enseignement traditionnel de l'Église, en particulier ses ouvrages Sáname con tu boca - El arte de besar (Guéris-moi avec ta bouche. L'art du baiser) et La Pasión mística - espiritualidad y sensualidad (La passion mystique - spiritualité et sensualité), qui ont été publiés en anglais : L'art du baiser") et La Pasión mística - espiritualidad y sensualidad ("Passion mystique - spiritualité et sensualité"). Loin de se rétracter sur les passages honteux que contiennent ces ouvrages, le cardinal Fernandez s'est contenté de déclarer qu'il ne les aurait pas publiés aujourd'hui et qu'il en a interdit la réimpression.

    La littérature sensuelle et mystique pour laquelle le cardinal a une propension particulière est l'un des pires maux de notre époque dans la mesure où, sous couvert de spiritualité, elle ne fait en réalité que justifier les pires excès de la révolution sexuelle qui corrompt profondément notre société et conduit notre jeunesse à l'abîme.

    Bien que tous les actes honnêtes accomplis avec de bonnes intentions soient méritoires devant Dieu, les relations sexuelles, dans notre ordre actuel de nature déchue, sont tellement liées à une concupiscence indisciplinée qu'elles ne peuvent généralement pas constituer un objet qui éveille ou élève la piété. Dès le pontificat de Pie XI, la Suprême Sacrée Congrégation du Saint-Office a publié une Instruction intitulée De sensuali et de sensuali-mystico litterarum genere condamnant explicitement la littérature mystico-sensuelle, en particulier les œuvres des auteurs qui "ne craignent pas d'embellir le pâturage d'une sensualité maladive avec des choses sacrées, mêlant des amours impudiques à une certaine piété envers Dieu et à un mysticisme religieux tout à fait faux". L'Instruction précise explicitement qu'aucune intention de l'auteur ne peut empêcher "que les lecteurs dont la fragilité est généralement grande, comme est grande aussi leur propension à la luxure par suite de la corruption de leur nature, pris peu à peu dans les filets par l'appât de ces pages impures, ne soient pervertis dans leur esprit et dépravés dans leur cœur".

    Il est déplorable que près d'un siècle après cette Instruction, les laïcs catholiques doivent rappeler au Préfet l'avertissement de son propre prédécesseur :

    "Que ces lettrés apprennent une fois pour toutes qu'ils ne peuvent pas servir deux maîtres, Dieu et la sensualité, la religion et l'impureté. Celui qui n'est pas avec moi, dit le Seigneur Jésus, est contre moi" (Matthieu, 12, 30). Ils ne sont certainement pas avec Jésus-Christ, les écrivains qui, à travers des descriptions sordides, dépravent les bonnes mœurs, qui sont les fondements les plus authentiques de la société civile et familiale".

    Ces épisodes scandaleux montrent que le cardinal Víctor Manuel Fernández ne possède pas les qualités minimales nécessaires pour remplir le rôle de défenseur de la foi. C'est pourquoi cette Académie demande formellement au Saint-Père de le démettre de ses fonctions et de nommer à sa place un théologien compétent et fidèle aux enseignements moraux de l'Église.

    Dr Thomas Ward Président (Royaume-Uni)

    Mme Christine Vollmer Vice-présidente (Venezuela)

    M. Steven Mosher (USA)

    Roberto de Mattei (Italie)

    M. José Antonio Ureta (Chili)

    Dr Adrian Treloar' (Royaume-Uni)

    John Henry Westen (Canada)

  • Le cardinal Ambongo explique comment le rejet africain de Fiducia Supplicans a été géré en Afrique et au Vatican

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur ACI Prensa via CNA :

    Le cardinal explique comment le rejet africain de Fiducia Supplicans a été géré

    22 janvier 2024

    Le Cardinal Fridolin Ambongo Besengu, OFM Cap, président du Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), a récemment raconté étape par étape comment le rejet de la bénédiction des couples homosexuels a été géré sur le continent africain et au Vatican.

    Dans l'enregistrement d'un entretien publié sur le blog laïc catholique français Le Salon Beige, le cardinal a expliqué ce qui s'est passé en Afrique après que le Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF), dirigé par le cardinal argentin Víctor Manuel Fernández, a publié la déclaration Fiducia Supplicans, qui autorise la bénédiction des couples de même sexe et des couples en situation irrégulière.

    Réactions en Afrique

    "Lorsque le 18 décembre, nous avons reçu le document Fiducia Supplicans, signé par le préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi et cosigné par Sa Sainteté le pape François, cela a provoqué une onde de choc en Afrique. Nous ne comprenions pas ce qui se passait au niveau de l'Église. D'ailleurs, d'autres églises qui nous ont appelés nous ont dit : " Nous comptons sur l'Église catholique pour s'opposer à cette idéologie. Or, vous êtes les premiers à autoriser la bénédiction des couples homosexuels". "Vous tous, vous avez souffert pour cela. Beaucoup. Tout le monde a souffert pour cela", a déploré le cardinal.

    "Les réactions ont commencé. Et en toute responsabilité, j'ai écrit à toutes les conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar", a poursuivi Mgr Ambongo, qui est également archevêque de Kinshasa, en République démocratique du Congo. "Les conférences épiscopales ont écrit. J'ai imprimé toutes les réactions de toutes les conférences épiscopales. J'ai fait une synthèse dans un document", a-t-il déclaré.

    Mgr Ambongo a déclaré qu'il avait ensuite écrit une lettre de sept pages au pape François, non seulement en tant que président du SCEAM, mais aussi en tant que "son conseiller, membre du conseil des neuf cardinaux qui accompagnent le pape pour la réforme de l'Église".

    Il s'est ensuite rendu à Rome pour rencontrer le pontife, en expliquant à l'un de ses secrétaires particuliers les raisons de sa venue et en lui remettant toute la documentation qu'il avait rassemblée : les réactions des conférences épiscopales, la synthèse et sa lettre personnelle. Le jour même, le Saint-Père le reçoit : "Le pape était très triste", raconte Ambongo. "Je dois dire qu'il a été le premier à souffrir de toutes les réactions qui sont venues du monde entier. Il en souffre parce qu'il est un être humain. Cela ne le rend pas heureux". "J'ai trouvé un accord avec lui parce que je lui ai dit que la solution à cette question n'est plus de nous envoyer des documents avec des définitions théologiques ou philosophiques des bénédictions. Cela n'intéresse pas les gens. Ce qui intéresse maintenant, c'est une communication qui rassure les populations en Afrique, qui apaise les esprits des fidèles. Et lui, en tant que pasteur, a été touché par cette situation", a poursuivi le cardinal africain.

    Travailler avec Fernández

    Le Saint-Père a mis Mgr Ambongo en contact avec Mgr Fernández, qui a accepté de travailler avec lui le lendemain au DDF, "le dicastère le plus important du point de vue de la foi catholique". "Avec le préfet, moi-même devant l'ordinateur et une secrétaire qui écrivait, nous avons préparé un document", a déclaré Mgr Ambongo. "Et nous avons préparé le document en dialogue et en accord avec le pape François, de sorte qu'à chaque moment nous l'avons appelé pour lui poser des questions, pour voir s'il était d'accord avec cette formulation, etc.

    Lire la suite

  • Fiducia Supplicans : le cardinal Zen monte au créneau

    IMPRIMER

    D'Infovaticana - Traduction  E.S.M :

    Le Cardinal Zen s'oppose directement à Fiducia supplicans et demande la démission de Fernández

    22 janvier 2024

    Le cardinal Zen : il ne manquait qu'un nom pour rejoindre la rébellion contre la déclaration de la Doctrine de la Foi Fiducia supplicans” , autorisant les bénédictions sacerdotales des couples pécheurs (ou, par euphémisme, « irréguliers »). Et le cardinal émérite de Hong Kong a été énergique.

    Le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, symbole de l'Église persécutée en Chine, s'est démarqué de la brève note positive émise par son ancien archidiocèse de Hong Kong, à qui il reproche de ne pas donner l'interprétation correcte du document. Il a laissé passer un mois, mais il s'est décidé à intervenir car « j’ai encore la responsabilité de maintenir la doctrine de l’Église ».

    Le cardinal Zen commence par qualifier cette déclaration de « problématique ». Répondant à ce que Víctor Fernández a déclaré le 4 janvier sur la « nécessité d'une période plus longue de réflexion pastorale », le cardinal chinois affirme que « cela équivaut à dire que le texte du 18 décembre est temporairement invalide ». Fernández a écrit que le prêtre, face à la demande de bénédiction d'un couple en situation irrégulière, pouvait invoquer sur eux « la lumière et la force de Dieu pour pouvoir accomplir pleinement sa volonté ». Ce point, dit Zen, présente une contradiction car le prêtre n'est pas obligé de vérifier si la personne qui demande la bénédiction a réellement cette intention : « si le prêtre n'est pas sûr d'avoir cette intention, ou à raison » S'il soupçonne qu'ils n’ont pas du tout cette intention, comment pouvez-vous donner une bénédiction ? », écrit le cardinal dans sa note critique.

    La Déclaration du dicastère insiste beaucoup sur la charité pastorale, mais le cardinal Zen rappelle le passage biblique qui exhorte les bergers à fortifier les brebis faibles, à guérir les malades et à rechercher les brebis égarées pour les ramener au bercail. "Si le prêtre n'est pas sûr que le 'couple' devant lui ait l'intention d'adhérer pleinement au style de vie prescrit par Dieu, ou s'il est certain qu'il n'admet pas vivre dans le péché", il doit faire preuve d'une "attitude charitable" en leur expliquant quelle est la volonté de Dieu.

    En conclusion de sa note, l'évêque émérite de Hong Kong n'épargne aucune critique à l'égard de la Déclaration et de son auteur. « La Déclaration souligne à plusieurs reprises la nécessité d’éviter de créer de la confusion, mais les bénédictions qui sont promues (…) créeront en fait inévitablement de la confusion », a observé Zen.

    Enfin, le cardinal insiste sur la responsabilité du préfet de la Doctrine de la Foi, qui ne pouvait ignorer les difficultés d'accueil dans les « périphéries ». Mais le « plus grave » est que cette affirmation implique que « le comportement sexuel dans les relations homosexuelles comporte aussi sa part de bien ».

    "Selon la vérité objective, un tel comportement est un péché grave et ne peut mener à rien de bon", écrit le cardinal. « Si le préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi définit un crime grave comme « bon », ne commettrait-il pas une hérésie ? Le préfet ne devrait-il pas démissionner ou être limogé ?

  • Oecuménisme : Fiducia Supplicans suscite " quelques réactions négatives " de la part de dirigeants chrétiens

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (Matthew Santucci et AC Wimmer) :

    Préfet du Vatican : Fiducia Supplicans suscite " quelques réactions négatives " de la part de dirigeants chrétiens

    20 janvier 2024

    Les dirigeants orthodoxes et les dirigeants d'autres religions chrétiennes ont fait part au Vatican de leurs préoccupations concernant sa récente déclaration autorisant la bénédiction non liturgique des couples de même sexe, selon un cardinal chargé des affaires œcuméniques.

    Dans une interview exclusive avec EWTN et dans des commentaires séparés à l'agence de presse du Vatican, le cardinal Kurt Koch, préfet du Dicastère pour la promotion de l'unité des chrétiens, a révélé qu'il avait reçu des réactions négatives à la déclaration Fiducia Supplicans du 18 décembre 2023. Ces deux entretiens ont été réalisés à l'occasion de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens, qui se déroule cette année du 18 au 25 janvier.

    "J'ai reçu une longue lettre de toutes les Églises orthodoxes orientales. Elles veulent des explications et des éclaircissements sur ce document", a déclaré Mgr Koch à EWTN.

    Dans l'interview avec EWTN, qui sera diffusée le dimanche 21 janvier sur 'Vatican', Koch a également parlé des implications de la réception de Fiducia Supplicans par les Églises orthodoxes et de la façon dont la question des bénédictions homosexuelles a divisé les Églises occidentales.

    "Nous avons connu une grande division dans le monde anglican lorsque l'Église d'Angleterre a introduit la possibilité d'avoir des bénédictions pour les couples... du même sexe. Il y a une très forte opposition, en particulier en Afrique", a déclaré le prélat suisse de 73 ans, en réfléchissant à la décision de l'Église d'Angleterre d'autoriser les bénédictions pour les couples de même sexe en 2023.

    Le cardinal a indiqué qu'il s'était également entretenu avec le métropolite Hilarion de Budapest, de l'Église orthodoxe russe, qui s'est dit "très choqué à la lecture de ce document".

    Interrogé sur les prochaines étapes de ce processus de dialogue avec les Églises, Mgr Koch a indiqué que la Commission mixte internationale entre l'Église catholique et les Églises orthodoxes orientales se tiendrait à Rome pendant la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens.

    "L'assemblée plénière des orthodoxes orientaux se tiendra à Rome la semaine prochaine et ils ont déjà annoncé qu'ils pourraient discuter de ces questions", a déclaré le prélat suisse à EWTN.

    Mgr Koch a également indiqué qu'à la lumière des réactions des Églises orthodoxes, il avait écrit au cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, pour lui demander des éclaircissements avant cette réunion, afin d'"obtenir des explications".

    La réunion plénière de la Commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l'Église catholique et les 14 Églises orthodoxes autocéphales se tiendra du 22 au 26 janvier.

    Quelques réactions négatives

    Dans une autre interview accordée à la section allemande de Vatican News, Mgr Koch a déclaré avoir "reçu quelques réactions négatives du monde œcuménique au sujet de Fiducia Supplicans".

    Interrogé sur le fait qu'une lecture de la Fiducia Supplicans pourrait "presque justifier l'hospitalité eucharistique [l'extension de l'Eucharistie aux non-catholiques] dans certaines conditions étroitement définies", Mgr Koch a déclaré : "Je pense que dans le dialogue œcuménique, nous devons repenser cette question : qu'est-ce que la bénédiction et quelle est la relation entre la doctrine et l'attention pastorale ? "Ces questions sont revenues sur le tapis et nous devons en parler", a ajouté le prélat.

    Mgr Koch s'ajoute à une liste croissante de hauts prélats du Vatican qui ont commenté publiquement l'accueil polarisé du document du dicastère du 18 décembre.

    Lors d'une conférence tenue à Rome le 12 janvier, le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a déclaré que "ce document a suscité de très vives réactions ; cela signifie que l'on a touché à un point très délicat, très sensible, qui nécessitera un examen plus approfondi".

    À une question ultérieure d'un journaliste italien demandant si le document était une erreur, le plus haut diplomate du Vatican a répondu brusquement : "Je n'entre pas dans ces considérations ; les réactions nous indiquent qu'un point très sensible a été touché".

    Le pape François a répondu publiquement aux questions concernant la déclaration du Vatican sur la bénédiction des couples de même sexe pour la première fois lors de l'émission télévisée italienne "Che tempo che fa", diffusée le 14 janvier à une heure de grande écoute.

    Interrogé sur le fait qu'il s'était "senti seul" après la résistance à Fiducia Supplicans, le pontife de 87 ans a déclaré : "Il arrive que des décisions ne soient pas acceptées. Mais dans la plupart des cas, lorsque vous n'acceptez pas une décision, c'est parce que vous ne la comprenez pas", a-t-il ajouté.

    Cette année, la célébration de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens marque le 60e anniversaire de la rencontre historique entre le pape Paul VI et le patriarche œcuménique orthodoxe Athénagoras Ier de Constantinople sur le mont des Oliviers à Jérusalem en 1964. Il s'agissait de la première rencontre officielle entre un pape et un patriarche œcuménique depuis 1438, marquant un changement de paradigme dans les relations œcuméniques entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe orientale.

    Matthew Santucci est un correspondant du CNA à Rome, basé au bureau d'EWTN au Vatican. Il a grandi dans le Connecticut et vit à Rome depuis 2020. Il est titulaire d'une licence en histoire de Fordham et d'une maîtrise en relations internationales de Luiss Guido Carli.

    AC Wimmer est le rédacteur en chef fondateur de CNA Deutsch. Cet Australien multilingue, qui a grandi en Bavière et en Afrique du Sud, a occupé des postes à responsabilité à la chaîne australienne SBS et a été rédacteur en chef de la revue historique Münchner Kirchenzeitung. Diplômé en philosophie et en études chinoises de l'université de Melbourne, Anian Christoph Wimmer - nom chinois 刘威猛 - a fait partie du jury du Prix des médias de la Conférence épiscopale allemande, a été chercheur honoraire en communication à l'université de Melbourne et a siégé au conseil d'administration de Caritas Munich.

  • "L'Église catholique n'est pas l'Église du pape et les catholiques ne sont donc pas des papistes mais des chrétiens" (cardinal Gerhard Müller)

    IMPRIMER

    De Cole DeSantis sur Crisis Magazine :

    "L'Église catholique n'est pas l'Église du pape et les catholiques ne sont donc pas des papistes mais des chrétiens" : Entretien exclusif avec le cardinal Gerhard Müller

    Le cardinal Müller aborde la nature de l'infaillibilité papale, les limites de l'autorité papale et la possibilité d'un pape hérétique.

    J'ai envoyé récemment quelques questions au cardinal Gerhard Müller concernant l'infaillibilité papale et les récents propos du cardinal décrivant le pape François comme ayant approuvé une hérésie matérielle. Le cardinal a eu l'amabilité de répondre à mes questions dans l'échange de courriels suivant.

    Comment décririez-vous la nature de l'infaillibilité papale ? Dans quelles circonstances l'infaillibilité papale s'applique-t-elle ?

    Cardinal Müller : La nature, les conditions et les limites de l'infaillibilité papale en tant qu'expression de l'infaillibilité de l'Église tout entière sont définies au chapitre 4 de la Constitution dogmatique Pastor aeternus du Concile Vatican I (1870). En ce qui concerne l'intégration de l'autorité suprême dans le collège des évêques, dont il est le chef visible, Vatican II déclare : 

    L'infaillibilité dont le divin Rédempteur a voulu doter son Église dans la définition d'une doctrine de foi et de morale s'étend aussi loin que l'exige le dépôt de la révélation divine (divinae Revelationis depositum), qui doit être purement conservé et fidèlement interprété. (Lumen Gentium 25) 

    Les évêques allemands, avec l'approbation du pape Pie IX, ont déclaré au chancelier allemand Bismarck, qui voulait abuser de Vatican I pour justifier la destruction de l'Église catholique dans le "Kulturkampf", que "le magistère infaillible de l'Église est lié au contenu de la Sainte Écriture et de la Tradition ainsi qu'aux décisions doctrinales déjà données par le magistère ecclésiastique" : "...le magistère infaillible de l'Église est lié au contenu de la Sainte Écriture et de la Tradition ainsi qu'aux décisions doctrinales déjà prises par le magistère ecclésiastique" (Denzinger-Hünermann n° 3116). C'est aussi ce que Vatican II affirme avec la plus grande autorité dans la Constitution dogmatique sur la Révélation divine Dei verbum (art. 10). Il convient d'ajouter que les fidèles doivent rendre "l'obéissance religieuse de la volonté et de l'intelligence" à leurs évêques et en particulier au magistère authentique de l'évêque de Rome, même s'il ne parle pas en vertu de la plus haute autorité magistérielle (ex cathedra). Il en va ainsi selon l'importance accordée à telle ou telle doctrine, qui doit cependant être explicitement ou implicitement contenue dans la révélation. 

    Quel est l'enseignement traditionnel de l'Église sur les limites de l'autorité papale ?

    Cardinal Müller : Selon l'autorité divine du Christ, la révélation de Dieu lui-même est la base et la limite de l'enseignement et du ministère pastoral de l'Église : "Allez à toutes les nations... et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit" (Matthieu 28, 20). L'approche de l'ecclésiologie catholique est importante. Dans Lumen Gentium, Vatican II n'a pas commencé par le pape car, contrairement à ce que pensaient les polémistes protestants traditionnels, l'Église catholique n'est pas l'Église du pape et les catholiques ne sont donc pas des papistes mais des chrétiens. Le Christ est la tête de l'Église et c'est de lui que partent la grâce et la vérité divines pour être transmises aux membres de son corps, qui est l'Église. Mais il l'a aussi constituée sacramentellement en tant que communauté visible de confession, de moyens de grâce et d'unité dans la direction épiscopale. C'est pourquoi les évêques et les prêtres enseignent, guident et sanctifient les fidèles au nom du Christ (et pas du tout au nom du pape). Mais les catholiques ne sont pas les sujets de supérieurs ecclésiastiques auxquels ils doivent une obéissance aveugle et caduc comme dans un système politique totalitaire. En tant que personnes dans leur conscience et leur prière, ils s'adressent directement à Dieu dans le Christ et dans l'Esprit Saint. 

    Lire la suite

  • Fiducia Supplicans, les évêques des Pays-Bas et le cardinal Eijk

    IMPRIMER

    De John L. Allen sur Crux

    Quand un cardinal néerlandais réagit à "Fiducia Supplicans"

    21 janvier 2024

    L'influence du cardinal néerlandais Wim Eijk, âgé de 70 ans, est manifeste dans la réponse soigneusement formulée par les évêques néerlandais à Fiducia Supplicans et qui est parvenue à marquer un net contraste sans pour autant tomber dans une dissidence ouverte. (Précédemment, à ce même propos, le cardinal Eijk était déjà intervenu pour "recadrer" les évêques flamands (1) (ndB)).

    Jusqu'à présent, la plupart des observateurs du Vatican s'accordaient à dire que le grand favori des conservateurs pour le prochain pape était le cardinal Péter Erdő de Budapest, 71 ans, un avocat canoniste de talent qui occupe le poste de primat de Hongrie depuis 2002 et qui a été reconnu comme un leader fort tant au niveau national qu'au niveau de l'Église mondiale. (Mgr Erdő a notamment été le rapporteur, ou président, des deux synodes ultracontentieux des évêques sur la famille en 2014 et 2015).

    Toutefois, à la suite de la déclaration sur Fiducia Supplicans, le prélat néerlandais semble susceptible de bénéficier d'un second regard de la part des conservateurs à la recherche d'un candidat qui mènerait l'Église dans une direction différente, mais sans trop de coups de fouet ecclésiastiques.

    Avant de poursuivre, deux mises en garde.

    Tout d'abord, la déclaration du 16 janvier n'a pas été publiée personnellement par Mgr Eijk mais par les 11 évêques catholiques des Pays-Bas, et il n'est peut-être pas tout à fait juste d'attribuer à Mgr Eijk la responsabilité personnelle d'un effort collectif. Bien sûr, cela n'empêchera pas la plupart des gens de le faire de toute façon. C'est le problème quand on est le gros poisson d'un petit étang : tout le monde suppose que tout ce qui se passe dans cet étang, en bien ou en mal, est de votre fait.

    Deuxièmement, il n'y a aucune raison de supposer que les motivations d'Eijk pour rejoindre la déclaration étaient politiques, et certainement aucune raison de croire qu'il s'agissait d'augmenter sa cote en tant que papabile, c'est-à-dire candidat à la fonction de prochain pape. Pourtant, tout ce que fait un cardinal comporte inévitablement un sous-texte politique, qu'il le veuille ou non. C'est d'autant plus vrai que le pape vieillit et que sa santé se dégrade, ce qui l'amène inévitablement à penser à la suite de son pontificat.

    Si la déclaration du 16 janvier peut inciter les catholiques conservateurs à porter un nouveau regard sur Eijk, c'est en grande partie en raison de l'équilibre entre la retenue et la clarté du document.

    Tout d'abord, la déclaration ne compte que 292 mots dans sa traduction anglaise, ce qui illustre ce que les correcteurs ont essayé de faire comprendre aux jeunes auteurs prolixes depuis des générations : En effet, il n'est pas toujours nécessaire d'avoir beaucoup de mots pour dire beaucoup de choses.

    Notamment, il n'y a aucune critique du pape François ou du cardinal argentin Víctor Manuel Fernández, le préfet du Dicastère du Vatican pour la doctrine de la foi qui a publié Fiducia Supplicans, et aucune utilisation de termes incendiaires tels que "hérésie", "erreur" ou "apostasie".

    En fait, il n'y a aucune répudiation explicite de Fiducia Supplicans, et les évêques prennent même la peine de déclarer qu'"avec le pape François", ils veulent "souligner l'importance pastorale de la proximité et de l'accompagnement".

    Pourtant, dans le même temps, il ne fait aucun doute que les évêques adoptent une position différente sur la question cruciale de savoir qui, exactement, serait l'objet des bénédictions non liturgiques envisagées par Fiducia Supplicans. Le document du Vatican fait référence à plusieurs reprises à un "couple" et à des "couples" recevant de telles bénédictions, alors que la déclaration néerlandaise ne fait référence qu'à des individus, employant soigneusement la troisième personne du singulier ("il/elle" et "son") afin de souligner le point.

    Lire la suite

  • Sénégal : les évêques catholiques refusent de bénir les couples homosexuels

    IMPRIMER

    Du site RTL Info :

    Les évêques catholiques du Sénégal refusent de bénir les couples homosexuels

    Les évêques catholiques du Sénégal ont dit leur refus de bénir des couples homosexuels, comme l'a récemment autorisé le Vatican sous conditions.

    Dans un document publié le 18 décembre et approuvé par le pape François, le dicastère (ministère) pour la Doctrine de la Foi a autorisé la bénédiction des couples "irréguliers" aux yeux de l'Eglise, incluant les couples remariés et les couples de même sexe, à condition qu'elle soit donnée en dehors des rituels liturgiques.

    "Dans le contexte actuel d'une légitimation ou légalisation progressive et insidieuse de l'homosexualité et d'autres déviations morales, nous, vos pasteurs, évêques du Sénégal, affirmons clairement que, dans nos diocèses, aucune forme de bénédiction liturgique ou extra-liturgique ne peut être administrée à deux personnes de même sexe qui en feraient la demande expresse en tant que couple", écrivent l'archevêque de Dakar et les évêques du Sénégal dans un communiqué daté de jeudi et transmis vendredi à l'AFP.

    L'homosexualité y est qualifiée de "déviation morale de notre temps". "Les déviations morales, de manière générale, et en particulier l'homosexualité en ses diverses expressions, sont considérées, dans l'Église, comme une abomination à l'encontre de la volonté de Dieu", disent les évêques, tout en soulignant la nécessaire "sollicitude de l'Église à l'égard de toute personne... quels que soient son choix et son orientation de vie".

    Une trentaine de pays d'Afrique, sur une cinquantaine au total, interdisent l'homosexualité, selon l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (ILGA). Elle est punie très sévèrement dans certains d'entre eux.

    Au Sénégal, l'homosexualité est largement considérée comme une déviance. La loi y réprime d'un emprisonnement d'un à cinq ans les actes dits "contre nature avec un individu de son sexe".

    La communauté catholique du Sénégal vit dans une grande concorde avec la population musulmane ultra-majoritaire.