Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine

  • Les détracteurs du Synode "ne pourront pas l'arrêter" (cardinal Hollerich)

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Cardinal Hollerich : Les détracteurs du Synode "ne pourront pas l'arrêter".

    Le rapporteur général du Synode sur la synodalité a fait un certain nombre de déclarations audacieuses cette semaine.

    28 janvier 2023

    L'un des plus proches collaborateurs du pape François et l'une des figures de proue du synode sur la synodalité a épinglé les critiques du processus, les qualifiant de craintifs à l'égard d'une "Église en mouvement" et affirmant qu'ils "savent qu'ils ne pourront pas arrêter" l'expérience synodale.

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich du Luxembourg, rapporteur général du synode 2021-2024 sur la synodalité, a également fait d'autres déclarations audacieuses cette semaine, affirmant notamment que l'idée d'une Europe chrétienne est une "chose du passé", que les gens doivent être acceptés et non jugés, et que l'ancien secrétaire personnel de Benoît XVI, l'archevêque Georg Gänswein, avait trahi l'ancien pape en ne restant pas dans "l'ombre" de Benoît XVI. 

    Le cardinal jésuite, qui a demandé l'an dernier une révision de l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité, a déclaré au Quotidiano Nazionale le 26 janvier qu'il pensait que "ceux qui veulent que le pape François démissionne ne veulent pas d'une Église en marche". 

    L'esprit du pape "est encore clair, heureusement", a-t-il dit, mais il a reconnu que certains dans l'Église, y compris des évêques et des cardinaux, voudraient qu'il démissionne. "Ce sont les mêmes cercles que ceux qui ont peur du Synode et d'une Église en mouvement, qui n'est plus coincée dans le passé", a-t-il dit. "En vérité, ils savent qu'ils ne seront pas en mesure de l'arrêter".

    Ses commentaires ont conduit certains commentateurs italiens, dont Franca Giansoldati, vaticaniste pour Il Messaggero, à suggérer que le cardinal Hollerich exprime l'espoir que l'ordre du jour hétérodoxe du chemin synodal en Allemagne sera accueilli par l'ensemble de l'Église catholique - bien qu'une telle approche serait en contradiction avec les récents commentaires du pape François, et une lettre du Vatican aux évêques allemands les exhortant à ne pas subvertir la hiérarchie de l'Église. 

    Interrogé sur le nouveau livre de Mgr Gänswein, Rien que la vérité - Ma vie aux côtés de Benoît XVI, dont le contenu a été divulgué à la presse avant les funérailles de Benoît XVI, le cardinal Hollerich a déclaré : "Celui qui représente l'Église est le pape, pas le préfet de la maison pontificale. Gänswein s'est surexposé, il a voulu remplacer le pape François et c'est une affaire très grave."

    Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait que Mgr Gänswein avait trahi Benoît XVI, le cardinal Hollerich a répondu : "Oui, je reste convaincu que celui qui est secrétaire d'un pape doit toujours être son ombre et ne pas rechercher les feux de la rampe." 

    Son point de vue sur Mgr Gänswein diffère de celui du cardinal Angelo Scola, archevêque émérite de Milan, qui, dans une interview accordée cette semaine au magazine italien Oggi, a loué le prélat allemand pour avoir été "un serviteur fidèle et digne d'éloges." 

    "Je pense, je suppose, que l'éditeur avait déjà prévu de lancer le livre avec ses mémoires", a déclaré le cardinal Scola. "Et c'est ainsi que sont sorties des phrases qui ont été prises pour une interview. Mais j'ai lu que le père Georg avait demandé à l'éditeur de reporter la sortie précisément pour éviter les malentendus."

    Ailleurs dans son entretien avec Quotidiano Nazionale, le cardinal Hollerich a tenté de minimiser les différences entre François et Benoît XVI, affirmant que "chaque fois que Benoît XVI a rencontré le pape François, il était heureux. A une occasion, j'ai été un témoin direct, je me souviens du grand sourire de Ratzinger".

    La conférence du cardinal Hollerich

    Le cardinal a également tenu des propos surprenants cette semaine lors d'une conférence qu'il a donnée à Francfort, dans laquelle il a proposé que l'idée d'une Europe chrétienne appartienne au passé. "Nous n'aurons plus d'Europe chrétienne, mais, espérons-le, une petite église vivante en Europe", a déclaré le cardinal à un public invité à l'Université philosophique et théologique de Sankt Georgen. 

    S'exprimant sur le thème "L'Église en Europe sera-t-elle durable ? Comment les réformes sont-elles possibles ?", il a déclaré que de nombreuses personnes en Europe aujourd'hui ne comprennent plus les concepts du christianisme, "ne comprennent plus le mot 'Dieu'", et a affirmé que nous vivons une époque de "changement civilisationnel aux proportions gigantesques". 

    Les chrétiens, a-t-il poursuivi, devront témoigner de la foi chrétienne avant tout par des actions authentiques et ouvertes d'esprit, a-t-il dit, selon l'agence de presse catholique allemande KNA. Contrairement aux temps anciens, on n'est plus dans une société chrétienne où l'enseignement de l'Église "passe en premier", a-t-il dit. Au lieu de cela, la première chose à faire aujourd'hui est une rencontre, pour avoir une "attitude d'ouverture et d'acceptation des gens."

    Cela ne signifie pas que l'enseignement est faux, a-t-il ajouté, mais il faut d'abord une action crédible pour susciter l'intérêt des gens pour la foi chrétienne.

    "Nous devons à nouveau agir davantage comme le Christ dans l'Église", a déclaré le cardinal Hollerich, ce qui, selon lui, signifie accepter les gens sans les juger, qu'ils soient divorcés ou remariés ou homosexuels. "Les gens d'aujourd'hui comprennent les exclusions comme non chrétiennes", a déclaré le cardinal. 

    Des déclarations controversées

    Le cardinal Hollerich, qui a vécu de nombreuses années au Japon, a fait un certain nombre de déclarations controversées ces dernières années. Il y a un an, alors que le COVID-19 faisait encore les gros titres, il a soutenu les passeports vaccinaux dans les églises, et en 2019, il a soutenu l'ordination d'hommes mariés à la prêtrise. En 2020, il a déclaré à La Croix qu'il était ouvert à l'ordination des femmes. 

    Mais cela ne l'a pas empêché de gravir les échelons de l'Église. Au contraire, il a gagné en notoriété et en influence ces dernières années. 

    En 2018, le jésuite luxembourgeois a remplacé le cardinal allemand Reinhard Marx comme président de la Commission des conférences épiscopales de l'Union européenne, et l'année suivante, le pape François l'a élevé au Collège des cardinaux.

    En 2021, François l'a nommé relateur général du synode sur la synodalité, dont les fonctions consistent notamment à exposer le thème du synode au début de la réunion et à coordonner les contributions des pères synodaux. 

    Par le passé, le fait d'être nommé à ce poste a été une indication claire de l'approbation papale et certains ont même dit qu'il s'agissait d'une indication du successeur préféré du pontife régnant.

    Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le pape et le Vatican à Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également réalisé des reportages sur le Saint-Siège et l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications, dont Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l'Église et le Moyen-Orient. Edward est l'auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et The Rigging of a Vatican Synod ? Une enquête sur les allégations de manipulation lors du Synode extraordinaire sur la famille (Ignatius Press, 2015). Suivez-le sur Twitter à l'adresse @edwardpentin.

  • Le pape rappelle la valeur du mariage dans un discours aux auditeurs de la Rote

    IMPRIMER

    DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCOIS AUX FONCTIONNAIRES DU TRIBUNAL DE LA ROTE ROMAINE* POUR L'INAUGURATION DE L'ANNÉE JUDICIAIRE

    Salle Clémentine, Vendredi 27 janvier 2023

    Chers auditeurs !

    Je remercie le doyen pour ses aimables paroles, et je vous salue cordialement, ainsi que tous ceux qui exercent des fonctions dans l'administration de la justice au Tribunal Apostolique de la Rote Romaine. Je vous réitère mon appréciation pour votre travail au service de l'Église et des fidèles, en particulier dans le domaine des affaires concernant le mariage. Vous y faites beaucoup de bien !

    Aujourd'hui, je voudrais partager avec vous quelques réflexions sur le mariage, car dans l'Église et dans le monde, il y a un fort besoin de redécouvrir le sens et la valeur de l'union conjugale entre l'homme et la femme, sur laquelle se fonde la famille. En effet, un aspect, certainement pas secondaire, de la crise qui touche de nombreuses familles est l'ignorance pratique, personnelle et collective, concernant le mariage.

    L'Église a reçu de son Seigneur la mission de proclamer la Bonne Nouvelle et elle éclaire et soutient également ce "grand mystère" qu'est l'amour conjugal et familial. L'Église dans son ensemble peut être considérée comme une grande famille et, de manière très particulière, à travers la vie de ceux qui forment une Église domestique, elle reçoit et transmet la lumière du Christ et de son Évangile dans la sphère familiale. À la suite du Christ qui est "venu" dans le monde "pour servir" (Mt 20,28), l'Église considère le service de la famille comme l'un de ses devoirs essentiels. En ce sens, l'homme et la famille constituent "le chemin de l'Eglise"" (Saint Jean Paul II, Lettre aux familles, 2 février 1994, 2).

    L'évangile de la famille rappelle le plan divin de la création de l'homme et de la femme, c'est-à-dire le "commencement", selon la parole de Jésus : "N'avez-vous pas lu que celui qui les a créés dès le commencement les a faits homme et femme, et qu'il a dit : "C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux ne feront plus qu'un" ? Ils ne sont donc plus deux mais un seul. Ce que Dieu a donc uni, que l'homme ne le sépare pas" (Mt 19, 4-6). Et cet être une seule chair fait partie du plan divin de la rédemption. Saint Paul écrit : "C'est un grand mystère, et je veux dire en ce qui concerne le Christ et l'Église !" (Ep 5, 32). Et saint Jean-Paul II commente : Le Christ renouvelle le premier dessein que le Créateur a inscrit dans le cœur de l'homme et de la femme et, dans la célébration du sacrement de mariage, il offre un "cœur nouveau" : ainsi, les époux peuvent non seulement surmonter la "dureté du cœur" (Mt 19, 8), mais aussi et surtout partager l'amour plénier et définitif du Christ, l'Alliance nouvelle et éternelle faite chair" (Exhortation apostolique Familiaris consortio, 22 novembre 1981, 20).

    Le mariage selon la Révélation chrétienne n'est pas une cérémonie ou un événement social, non ; ce n'est ni une formalité ni un idéal abstrait : c'est une réalité avec sa propre consistance précise, et non " une forme de simple satisfaction émotionnelle qui peut être construite de n'importe quelle manière ou modifiée à volonté " (Exhortation apostolique Evangelii gaudium, 24 novembre 2013, 66).

    Nous pouvons nous demander : comment est-il possible qu'il y ait une union aussi impliquante entre un homme et une femme, une union fidèle et éternelle, de laquelle naît une nouvelle famille ? Comment cela est-il possible, compte tenu des limites et de la fragilité de l'être humain ? Nous devons nous poser ces questions et nous permettre de nous interroger sur la réalité du mariage.

    Lire la suite

  • Quand le pape répond aux critiques : la dernière interview fleuve de François

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro :

    Le pape François répond aux critiques sur son pontificat

    Réponses de François : « La critique permet de grandir et d'améliorer les choses ». Le pape préfère d'ailleurs qu'elle s'exprime même si elle « dérange un peu » et perturbe « la tranquillité ». Il préférerait qu'il « n'y ait pas de critiques » mais « elles signifient qu'il y a une liberté de parole ». Et même si elles ne sont que des « éruptions cutanées », les voix contraires sont un antidote à « la dictature de la distance, quand l'empereur est là et que personne ne peut rien lui dire ».

    Le pape récuse tout « lien » entre la mort de Benoît XVI et la dernière salve de critiques en date. Il les attribue plutôt « à l'usure d'un gouvernement de 10 ans ». Le 13 mars 2023, François fêtera en effet le dixième anniversaire de son élection. Il observe que « quand certains ont commencé à voir (ses) défauts, ils ne les ont pas aimés. » Et ne « demande qu'une chose » : que l'on s'exprime « en face » et non dans son dos. À ce titre, il rend hommage au cardinal Pell, qui ne mâchait pas ses mots. « C'était un type formidable, génial » dit-il du prélat à qui il avait confié la réforme des finances du Vatican. « Il avait le droit » de le critiquer, car « la critique est un droit humain ».

    «Etre homosexuel n'est pas un crime »

    Les récentes charges conduiraient-elles François à renoncer ? Il répète que s'il avait à le décider, ce qui n'est pas à l'ordre du jour, il se ferait appeler « évêque émérite de Rome » et non « pape émérite » et qu'il habiterait dans une maison de prêtres du diocèse. Il juge par ailleurs prématuré le fait de statuer juridiquement sur la situation d'un pape retraité. À ce titre, il rend un hommage appuyé à Benoît XVI, qui fut comme un « père » pour lui. « Si j'avais un doute, je demandais une voiture et je montais le consulter » révèle-t-il. « C'était un seigneur, à l'ancienne ». Il ajoute : « certains voulaient l'utiliser, il s'en défendait ».

    François s'est montré en revanche très critique sur l'actuel synode de l'Église allemande, mené, selon lui, par « l'élite » et non par « le peuple de Dieu » : « le danger est que quelque chose de très, très idéologique s'infiltre » alors « le Saint-Esprit rentre chez lui car l'idéologie l'emporte sur le Saint-Esprit ». Et ouvert sur l'homosexualité : « Être homosexuel n'est pas un crime, mais un péché ». Il faut distinguer « entre un péché et un crime » espérant que les évêques qui soutiennent des législations anti-homosexuelles « injustes » aient « un processus de conversion » car «Dieu nous aime tel que nous sommes ».

    Le pape a par ailleurs livré une série de détails sur lui-même. François se dit « en bonne santé » mais reconnaît que la diverticulose pour laquelle il fut opéré dans l'intestin le 4 juillet 2021 est « revenue », assurant toutefois que « tout est sous contrôle ».

  • Le Vatican se montre-t-il "cléricaliste" aux mauvais endroits ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    Le Vatican est-il cléricaliste à tous les mauvais endroits ?

    La suggestion du cardinal Müller qu'une femme puisse occuper le poste de secrétaire d'État a été l'objet de plaisanteries au Vatican. Mais qu'y a-t-il de si drôle dans cette idée ?

    24 janvier 2023

    Le cardinal Gerhard Müller a récemment suggéré que le Vatican pourrait nommer un laïc ou une femme au poste de secrétaire d'État, conformément aux réformes curiales publiées par le pape François l'année dernière.

    La suggestion de l'ancien préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi a été largement considérée comme ironique ou comme une saillie humoristique au Vatican.

    Mais où voulait-il en venir ?

    Et si l'idée d'un laïc au sommet de la curie romaine n'est pas à prendre au sérieux, qu'est-ce que cela dit de la nature des réformes de François dans Praedicate evangelium, la constitution apostolique promulguée l'année dernière ?

    Mgr Müller a fait ces commentaires dans le cadre d'un entretien avec un livre à paraître, intitulé "In Good Faith : La religion au XXIe siècle", dont des extraits ont été publiés dans la presse italienne cette semaine.

    Dans un passage consacré au rôle des femmes dans l'Église, Mgr Müller a déclaré : "Je crois qu'il est possible de nommer une femme nonce apostolique, ou une femme secrétaire d'État ou même substitut aux affaires générales."

    Le cardinal, qui a dirigé la Congrégation pour la doctrine de la foi jusqu'en 2017, a fait cette suggestion dans le contexte d'une discussion sur la manière dont les laïcs, hommes et femmes, peuvent occuper tous les rôles de l'Église qui ne sont pas liés au sacrement de l'ordre.

    Cette qualification, selon laquelle les laïcs peuvent occuper des postes qui ne nécessitent pas l'ordination sacramentelle pour être exercés, est en fait l'un des aspects d'un débat théologique et canonique acharné qui est en cours depuis que François a promulgué "Praedicate evangelium" en mars dernier.

    Il n'y a aucune raison de penser que les commentaires du cardinal n'étaient pas sincères. Mais ils se voulaient également provocateurs. Et ils ont été perçus au sein du Siège Apostolique comme un commentaire subtil et calculé sur les limitations réelles - mais tacites - de la participation des laïcs à la curie.

    Lorsque le pape François a publié l'année dernière sa révision tant attendue du droit constitutionnel de la curie, la réforme la plus remarquée était la disposition explicite selon laquelle les laïcs pouvaient diriger les départements du Vatican.

    "Tout fidèle peut présider un dicastère ou un office, selon le pouvoir de gouvernance et la compétence et la fonction spécifiques du dicastère ou de l'office en question", indique la constitution.

    Bien qu'un laïc ait déjà occupé pendant un certain temps le poste de préfet du dicastère des communications, ce changement a été largement interprété comme ouvrant la voie à une participation accrue des laïcs à la gouvernance de l'Église à ses plus hauts niveaux.

    Lire la suite

  • Le Vatican s'exprime sur le projet allemand de création d'un "conseil" des laïcs et des évêques pour la gouvernance de l'Église

    IMPRIMER

    De Luke Coppen et JD Flynn sur The Pillar :

    Le Vatican s'exprime sur le projet allemand de création d'un "conseil" des laïcs et des évêques pour la gouvernance de l'Église

    Le Vatican a lancé sa dernière salve dans la tension actuelle sur la gouvernance de l'Église en Allemagne.

    23 janvier 2023

    De hauts responsables du Vatican ont notifié aux évêques d'Allemagne qu'ils ne sont pas habilités à créer un organe législatif proposé, composé de clercs et de laïcs, qui agirait comme un organe directeur pour l'ensemble de l'Église dans le pays.

    "Nous souhaitons préciser que ni la voie synodale, ni aucun organe établi par elle, ni aucune conférence épiscopale n'a la compétence d'établir le "Conseil synodal" au niveau national, diocésain ou paroissial", explique une lettre envoyée le 16 janvier aux évêques allemands, que le Pillar a obtenue.

    La lettre a été signée par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, ainsi que par le cardinal Luis Ladaria Ferrer, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, et le cardinal Marc Ouellet, chef du Dicastère pour les évêques.

    L'idée de créer un organe permanent de gouvernement des évêques et des laïcs pour l'Église en Allemagne a été approuvée lors d'une réunion de la "voie synodale" en septembre dernier, au cours de laquelle les participants ont voté la création d'un "conseil synodal" permanent de gouvernement.

    Ce conseil prendrait également "des décisions fondamentales d'importance supra-diocésaine sur la planification pastorale, les perspectives d'avenir et les questions budgétaires de l'Église qui ne sont pas décidées au niveau des diocèses."

    Le Vatican s'est prononcé sur cette idée ce mois-ci, après que cinq évêques lui ont demandé s'ils étaient obligés de participer au "comité synodal" - une organisation transitoire prévue, qui serait composée de 74 membres épiscopaux et laïcs, et qui devait commencer cette année à préparer la mise en place du conseil synodal.

    La question a été soulevée dans une lettre du 21 décembre des chefs des diocèses de Cologne, Eichstätt, Augsbourg, Passau et Regensburg, suite à la visite ad limina des évêques allemands à Rome en novembre. Au cours de cette visite, les trois cardinaux qui ont signé la lettre du 16 janvier se sont adressés aux évêques allemands lors d'une rare réunion interdicastérielle au Vatican le 18 novembre.

    La lettre du 16 janvier précise que les évêques ne sont pas tenus de participer au "comité synodal". Elle explique ensuite que les évêques ne sont pas habilités à créer une assemblée synodale de direction ou de décision pour leur pays.

    La lettre cite le document Lumen gentium du Concile Vatican II, qui enseigne que l'ordination épiscopale "confère la charge d'enseigner et de gouverner" dans l'Église.

    La lettre du 16 janvier a été envoyée à Mgr Georg Bätzing, évêque du Limbourg et président de la conférence épiscopale. Il a été demandé à Mgr Bätzing de transmettre la lettre aux évêques avant le 23 janvier.

    Le texte de la lettre a été spécifiquement approuvé par le pape, qui a ordonné qu'elle soit envoyée, explique le document.

    Pour sa part, Bätzing a publié une déclaration publique le 23 janvier, suggérant que le projet de conseil synodal directeur ne visait pas à saper l'autorité des évêques.

    "Compte tenu de la synodalité, il ne s'agit pas en premier lieu de questions dogmatiques, mais de questions de culture synodale vécue dans la consultation et la prise de décision communes. Personne ne remet en cause l'autorité de l'épiscopat", a-t-il déclaré.

    L'évêque a qualifié d'"infondée" la crainte du Vatican "qu'un nouvel organe puisse se placer au-dessus de la conférence épiscopale ou saper l'autorité de chaque évêque".

    "Le conseil synodal, qui doit être préparé par le comité synodal, fonctionnera donc dans le cadre du droit canonique actuel, conformément au mandat contenu dans la résolution", a-t-il écrit.

    Mais l'évêque a également déclaré que l'intervention de Rome signifiera une remise en question de ce que le conseil synodal peut réellement faire.

    "Le document de Rome aura pour conséquence, pour nous en Allemagne, que nous réfléchirons beaucoup plus intensément aux formes et aux possibilités de consultation et de prise de décision synodales afin de développer une culture de la synodalité", a écrit l'évêque.

    Bien qu'il n'ait pas abordé les détails, Bätzing a insisté sur le fait que l'intervention n'était pas une perte pour les évêques allemands.

    "Je considère que cela est utile et faisable dans le cadre du portefeuille de tâches du comité synodal, tout en respectant les limites et les possibilités données par le droit ecclésiastique. Le comité synodal n'est pas remis en cause par la lettre romaine."

    Il a ajouté que le conseil permanent de la conférence épiscopale allemande avait discuté de la lettre du Vatican lors de sa réunion de lundi à Würzburg.

    On ne sait pas encore comment les autres évêques allemands vont réagir à la directive du Vatican. L'automne dernier, la perspective d'un "conseil synodal" a reçu le soutien d'une majorité d'évêques lors de la réunion de septembre de la voie synodale, qui s'est tenue à Francfort.

    Le 10 septembre, les délégués ont approuvé un document de deux pages intitulé "Renforcement durable de la synodalité : Un Conseil synodal pour l'Église catholique en Allemagne" en deuxième lecture. Quatre-vingt-treize pour cent des plus de 200 membres de la voie synodale présents ont approuvé le document, dont 88 % des évêques.

    Le document avait été fortement critiqué par l'éminent théologien allemand, le cardinal Walter Kasper, qui a déclaré qu'il menaçait de détruire la structure "que le Christ a voulu pour son Église."

    Les évêques ont voté pour la proposition malgré une déclaration du Vatican en juillet dernier selon laquelle la voie synodale n'a pas le pouvoir "d'obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouveaux modes de gouvernance et de nouvelles approches de la doctrine et de la morale".

    "Avant un accord convenu au niveau de l'Église universelle, il ne serait pas permis d'initier de nouvelles structures ou doctrines officielles dans les diocèses, ce qui représenterait une blessure pour la communion ecclésiale et une menace pour l'unité de l'Église", disait cette déclaration.

    L'attente que le Vatican envoie une lettre importante aux évêques allemands après leur visite ad limina a été exprimée publiquement pour la première fois par l'évêque Peter Kohlgraf de Mayence le 1er décembre. L'évêque a déclaré que la lettre devrait arriver avant la cinquième et dernière assemblée synodale, prévue du 9 au 11 mars à Francfort.

    En octobre, le Comité central des catholiques allemands a élu 27 membres pour siéger au comité synodal.

    La voie synodale est un rassemblement pluriannuel d'évêques et de laïcs pour discuter de quatre sujets principaux : le pouvoir, le sacerdoce, les femmes dans l'Église et la sexualité, dans le sillage d'une crise dévastatrice des abus et au milieu d'un exode massif des catholiques allemands.

  • Un évêque allemand controversé bientôt à la tête du Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Cet évêque allemand controversé pourrait bientôt être le chef doctrinal du Vatican

    L'évêque Heiner Wilmer, qui a soutenu avec force les propositions les plus controversées de la voie synodale allemande, serait le choix "probable" du pape François pour diriger le Dicastère pour la doctrine de la foi.

    23 janvier 2023

    Il y a quelques semaines, la nomination d'un évêque allemand controversé au rôle influent de préfet du Dicastère de la Doctrine de la Foi aurait été bloquée par des cardinaux inquiets, qui ont exhorté le pape François contre cette nomination. Aujourd'hui, l'évêque Heiner Wilmer serait à nouveau le choix du Saint-Père pour diriger le bureau de la doctrine du Vatican.

    Mgr Wilmer, qui dirige le diocèse allemand de Hildesheim et qui a déploré il y a quatre mois que le synode allemand n'ait pas approuvé un texte appelant à des changements radicaux dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, aurait été fortement pressenti par le pape François pour succéder au cardinal Luis Ladaria en tant que préfet du Dicastère de la doctrine de la foi en décembre dernier. Mais l'intervention d'un certain nombre de prélats de haut rang, dont feu le cardinal George Pell, a mis en doute la solidité doctrinale de Mgr Wilmer et aurait dissuadé le pape d'aller de l'avant avec cette sélection, du moins temporairement.

    Aujourd'hui, selon le site Internet italien traditionaliste Messa In Latino, la candidature de l'évêque Wilmer est à nouveau fortement considérée par le Saint-Père. Dans une lettre ouverte adressée au pape François par le comité de rédaction du site, la nomination de Mgr Wilmer est qualifiée de "probable".

    L'intérêt du pape François pour l'évêque Wilmer survient au milieu de l'impasse actuelle entre le Vatican et l'épiscopat allemand au sujet du controversé Chemin synodal, un processus non contraignant au sein de l'Église catholique allemande qui cherche à apporter des changements hétérodoxes à la gouvernance ecclésiale, à l'ordination sacramentelle et à l'enseignement sur la sexualité. 

    Lors d'une réunion entre les responsables des bureaux curiaux du Vatican et les évêques allemands en novembre 2022, le cardinal Ladaria a critiqué les propositions du Chemin synodal qui "réduisent le mystère de l'Église à un simple institut de pouvoir ... qui doit être placé sous le contrôle de super-contrôleurs dès que possible". Les responsables du Vatican ont demandé un "moratoire" sur le Chemin synodal, ce que l'épiscopat allemand a rapidement rejeté.

    Selon les procès-verbaux des réunions, l'évêque Wilmer a soutenu tous les textes proposés par la Voie synodale lors de sa dernière assemblée en septembre 2022, y compris ceux demandant la création d'un Conseil synodal permanent, l'ordination des femmes et l'approbation morale des relations sexuelles entre personnes du même sexe.

    En ce qui concerne le texte appelant à des changements hétérodoxes dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, qui, selon le cardinal Ladaria, donnait "l'impression générale" que "rien ne peut être sauvé" dans l'enseignement orthodoxe de l'Église, "que tout doit être changé", Mgr Wilmer a non seulement soutenu la mesure, mais a déploré qu'elle n'ait pas reçu un soutien suffisant de la part des évêques allemands lors de l'assemblée de septembre pour être formellement adoptée.

    Lire la suite

  • Un dominicain controversé dirigera en octobre une retraite pour les évêques au début du Synode

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur le National Catholic Register :

    Un prêtre dominicain controversé dirigera en octobre une retraite pour les évêques au début du Synode.

    Le père Radcliffe, âgé de 77 ans, a été à la tête de l'Ordre dominicain de 1992 à 2001. Ses déclarations hétérodoxes, notamment sur l'homosexualité, ont déjà suscité la controverse dans l'Église.

    23 janvier 2023

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich a annoncé lundi que la session d'octobre 2023 du Synode des évêques sur la synodalité débutera par une retraite de trois jours dirigée par un prédicateur dominicain dont les déclarations sur l'homosexualité ont déjà suscité la controverse.

    Le père dominicain Timothy Radcliffe conduira les évêques catholiques et les participants à la 16e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques lors d'une retraite près de Rome du 1er au 3 octobre, à l'invitation du pape François, selon le cardinal. 

    Le père Radcliffe, 77 ans, a été à la tête de l'Ordre dominicain de 1992 à 2001. Ses déclarations hétérodoxes, notamment sur l'homosexualité, ont déjà suscité la controverse dans l'Église.

    Dans le rapport anglican Pilling en 2013, le père Radcliffe a écrit que lorsqu'on considère les relations homosexuelles, "nous ne pouvons pas commencer par la question de savoir si c'est permis ou interdit ! Nous devons nous demander ce qu'elle signifie et dans quelle mesure elle est eucharistique. Il est certain qu'elle peut être généreuse, vulnérable, tendre, mutuelle et non violente. Ainsi, à bien des égards, je pense qu'elle peut être l'expression du don de soi du Christ."

    Le cardinal Hollerich a annoncé la retraite synodale lors d'une conférence de presse au Vatican le 23 janvier, promouvant une veillée de prière œcuménique qui se tiendra sur la place Saint-Pierre pour confier à Dieu les travaux du synode des évêques.

    "Le synode ne concerne pas la politique de l'Église. Il s'agit d'écouter l'Esprit de Dieu, d'avancer ensemble et de prier. Il y aura donc un point différent par rapport aux autres synodes. Après la veillée de prière, les évêques et les participants au synode partiront pour une retraite de trois jours. Nous commençons donc par la prière, par l'écoute de l'Esprit", a déclaré le cardinal Hollerich.

    La retraite des évêques et la veillée de prière œcuménique auront toutes deux lieu dans les jours précédant immédiatement la 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, communément appelée synode sur la synodalité.  

    La 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques se déroulera en deux sessions. La première session aura lieu du 4 au 29 octobre 2023, et la seconde en octobre 2024.

    Lors de la conférence de presse, le cardinal Hollerich a souligné qu'il n'est "pas préoccupé... qu'il y ait des opinions différentes dans l'Église catholique", mais qu'il voit "les tensions... comme quelque chose de positif" pour le synode sur la synodalité.

    "Nous n'avons pas besoin du synode dans l'Église catholique pour vivre des tensions. Il y a déjà des tensions sans le synode et ces tensions viennent du fait que chacun veut honnêtement voir ou partager comment nous pouvons suivre le Christ et annoncer le Christ dans le monde d'aujourd'hui. C'est là la source des tensions", a-t-il déclaré.

    "Maintenant, dans le document pour la phase continentale du synode, nous avons vu la tension aussi comme quelque chose de positif. Car pour avoir une tente, il faut une certaine tension. Sinon, la tente s'écroule. Et je pense que le synode, l'écoute de la Parole de Dieu, l'écoute de l'esprit, la prière ensemble, le fait d'être ensemble sur le chemin, vont apaiser les mauvaises tensions. Nous ne voulons pas que les mauvaises tensions détruisent l'Église, mais les bonnes tensions sont parfois nécessaires à l'harmonie."

    Le cardinal Hollerich, qui est le rapporteur général du processus synodal mondial de quatre ans, a déclaré dans une interview accordée à Vatican Media en octobre dernier qu'il pensait que la bénédiction par l'Église des unions homosexuelles, que le Dicastère pour la doctrine de la foi a rejetée, n'était pas une question réglée.

    Le cardinal a fait cette déclaration en réponse à une question sur la décision des évêques catholiques belges de soutenir la possibilité de bénir les unions de couples de même sexe, au mépris du Vatican.

    "Franchement, la question ne me semble pas décisive", a déclaré le cardinal Hollerich à L'Osservatore Romano dans une interview également publiée le 24 octobre 2022 par Vatican Media.

    Lors du point de presse d'aujourd'hui, le cardinal Hollerich a déclaré qu'il espérait que le synode conduirait à "un nouveau printemps de l'œcuménisme".

    La veillée de prière œcuménique, intitulée "Ensemble : Rassemblement du peuple de Dieu", sera animée par la communauté de Taizé en présence du pape le 30 septembre. 

    Les jeunes âgés de 18 à 35 ans de toutes les traditions chrétiennes sont invités à participer à ce que le Vatican a décrit dans un communiqué de presse comme "une suite aux Journées mondiales de la jeunesse" avec une louange et un culte avec la musique et la prière de Taizé.

    Selon son site web, plus de 50 groupes chrétiens représentant de nombreuses confessions se sont déjà associés au projet de veillée de prière, dont le Conseil œcuménique des Églises, la Fédération luthérienne mondiale et l'Exarchat métropolitain grec orthodoxe d'Europe.

    Le Vatican a invité des représentants œcuméniques à s'exprimer lors de la conférence de presse sur la veillée, notamment l'archevêque anglican Ian Ernest, l'archevêque de l'Église apostolique arménienne Khajag Barsamian et Frère Alois, le prieur de la communauté œcuménique de Taizé. Le pasteur Christian Krieger, président de la Fédération protestante de France, a également participé à distance.

    L'année dernière, le Vatican a publié une lettre demandant aux évêques catholiques d'inviter les dirigeants orthodoxes et protestants locaux à participer à l'étape locale du synode sur la synodalité.

    Ernest, qui est le représentant personnel de l'archevêque de Canterbury auprès du Saint-Siège et dirige le Centre anglican de Rome, a déclaré qu'il s'était "senti plus participant qu'observateur" lors de la session inaugurale du synode en octobre 2021, car sa "voix a été écoutée dans les discussions de groupe."

    "Ce processus synodal initié par le pape François donnera des ailes à notre unité œcuménique, à notre quête de travail pour marcher ensemble, et pour voir comment nous pourrions aider au mieux la souffrance de ceux qui vivent dans des situations de détresse dans ce monde brisé", a déclaré Ernest.

  • Un " schisme nauséabond" en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre le pire résultat possible

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Un " schisme nauséabond" en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre le pire résultat possible.

    Sans une intervention décisive de Rome, les catholiques fidèles d'Allemagne risquent d'être poussés dans la 'clandestinité', met en garde New Beginning

    23 janvier 2023

    Les observateurs de l'Église catholique en Allemagne ont longtemps craint que le Chemin synodal en cours dans le pays ne conduise à une scission de Rome. Et après que les évêques allemands aient refusé la demande du Vatican, en novembre, de mettre en place un "moratoire" sur le processus controversé et sa poussée pour l'ordination des femmes, la gouvernance laïque et l'approbation des relations sexuelles homosexuelles, ces craintes n'ont probablement fait que s'intensifier.

    Mais à moins d'une intervention plus décisive du Saint-Siège, une issue encore plus dommageable qu'une rupture formelle avec l'Église universelle apparaît comme la possibilité la plus probable : un "schisme nauséabond".

    "Le schisme nauséabond" décrit la situation en Allemagne si les dictats hétérodoxes de la Voie synodale deviennent la norme dans toute l'Allemagne, sans que le Vatican n'intervienne suffisamment. Dans ce contexte, des évêques hétérodoxes gouverneraient encore canoniquement la plupart des diocèses allemands, des idées qui violent la foi universelle seraient présentées comme un enseignement authentique de l'Église, et les catholiques allemands fidèles seraient confrontés à la répression.

    Les détails d'un schisme nauséabond ont été récemment esquissés par New Beginning, un mouvement laïc de catholiques allemands opposés à la trajectoire hétérodoxe de la Voie synodale. Le groupe a tenu une réunion d'information avec des journalistes catholiques américains en début de semaine, décrivant les résultats possibles du processus synodal à l'approche de son assemblée synodale finale, du 9 au 11 mars.

    New Beginning a décrit un schisme nauséabond comme "le pire résultat possible", tant pour l'Eglise particulière d'Allemagne que pour l'Eglise universelle.

    "En fait, il y aurait deux magistères : le magistère catholique romain, qui est contraint à une existence de niche en Allemagne, et le magistère 'différemment catholique' très actuel de la voie synodale, qui est poussé par les médias laïques et ecclésiastiques", a déclaré New Beginning lors du briefing, en référence à une citation de l'évêque Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande, sur les objectifs du processus synodal.

    Le groupe a ajouté qu'un schisme nauséabond créerait les conditions dans lesquelles les catholiques allemands fidèles sentiraient qu'ils doivent "quitter l'église", c'est-à-dire le corps ecclésial reconnu publiquement, "pour rester dans l'Eglise".

    Facteurs contributifs

    Même si les propositions du Chemin synodal sont techniquement non contraignantes, les membres du New Beginning s'attendent à une large "mise en œuvre de facto" de ces idées qui circulent dans la plupart des diocèses allemands.

    Certains évêques allemands, comme Mgr Bätzing, mettront en œuvre les propositions hétérodoxes de la Voie synodale dans leurs diocèses parce qu'ils croient qu'elles sont correctes. En effet, après qu'une mesure visant à promouvoir une vision hétérodoxe de la sexualité humaine n'ait pas reçu le soutien nécessaire des deux tiers de l'épiscopat allemand lors de l'assemblée de la Voie synodale de septembre 2022, Mgr Bätzing a déclaré aux médias qu'il veillerait néanmoins à ce que le texte devienne une "réalité" dans son diocèse du Limbourg. L'influent évêque a ajouté qu'il savait que plusieurs autres évêques lui emboîteraient le pas.

    Mais il est probable que la majorité des évêques allemands accepteront les propositions de la Voie synodale non pas pour des raisons idéologiques, mais parce qu'ils ne résisteront pas à une immense pression.

    Les pressions exercées sur les évêques pour qu'ils acceptent des positions hétérodoxes sur la sexualité, l'ordination et la gouvernance proviennent non seulement des médias laïques allemands, mais peut-être surtout des institutions ecclésiastiques allemandes officielles, y compris les médias catholiques et le personnel des écoles catholiques et des chancelleries diocésaines.

    Lire la suite

  • Brève histoire du rite romain de la messe

    IMPRIMER

    Publiée par le site "Esprit de la Liturgie", la série des volets de la « Brève histoire du rite romain de la messe » du Père Uwe Michael Lang C.O. est accessible en cliquant sur les liens suivants et a été complétée d'une sixième partie :

  • Dans un livre posthume, Benoît XVI défend le christianisme contre les allégations d'intolérance

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer sur Catholic News Agency :

    Dans un nouveau livre, le défunt Benoît XVI défend le christianisme contre les allégations d'intolérance

    19 janvier 2023

    Che cos’è il Cristianesimo

    Le pape émérite Benoît XVI a défendu à titre posthume le christianisme contre les allégations d'intolérance "au nom de la tolérance".

    Dans un nouveau livre publié en Italie, le défunt pontife met en garde contre une "manipulation radicale des êtres humains" et "la déformation des sexes par l'idéologie du genre" au nom de la tolérance.

    Rejetant l'argument d'un théologien allemand selon lequel le monothéisme est lié à l'intolérance, Benoît XVI rétorque que "le contrepoids authentique à toute forme d'intolérance" est, en fait, le Christ crucifié.

    La contribution du défunt pontife, datée de décembre 2018, est publiée dans un nouveau recueil de textes du pape théologien, présenté par l'éditeur italien comme un "quasi-testament" spirituel."

    Le volume de 190 pages est intitulé "Qu'est-ce que le christianisme ?" Il contient 16 contributions, dont quatre inédites.

    Selon CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA, tous les textes ont été écrits après la démission de Benoît XVI en 2013.

    Outre sa réflexion sur le monothéisme et l'intolérance moderne contre le christianisme, les textes couvrent plusieurs autres sujets théologiques, de l'intercommunion à la réforme de la liturgie et au dialogue de l'Église avec l'islam.

    Plusieurs de ces sujets ont déclenché des réactions véhémentes de la part d'évêques et de théologiens allemands et ont mis l'Église en Allemagne en porte-à-faux avec le Vatican - et le défunt pontife.

    L'un de ces sujets virulents est la question de l'intercommunion entre protestants et catholiques, que les principaux évêques allemands ont encouragée, malgré les objections du Vatican.

    Le défunt pontife réfléchit au sacrement de l'Eucharistie dans son essai sur l'intercommunion. Il explique pourquoi un véritable œcuménisme doit tenir compte des différences entre protestants et catholiques, plutôt que de les masquer.

    Les réactions des milieux allemands à l'encontre de ces explications et de sa propre personne dans le passé sont l'une des raisons pour lesquelles - selon l'éditeur - le pape émérite a choisi de publier l'ouvrage à titre posthume, et d'abord en italien.

  • "Le pape François qui se lâche", "un complot conservateur" : tout cela est-il bien réel ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    Le "Pape François qui se lâche", un "complot conservateur" : les deux sont-ils réels ?

    Nombreux sont ceux qui affirment que la mort de Benoît XVI marquera le début d'une nouvelle ère pour le pape François, et qui prédisent un retour de flamme des conservateurs. L'un ou l'autre est-il vrai ?

    19 janvier 2023

    Après le décès du pape Benoît XVI, la veille du Nouvel An, certaines personnalités du Vatican ont prédit que la mort du pape émérite marquerait le début d'une "nouvelle ère" du pontificat de François, libéré de la contrainte de son prédécesseur.

    Et même avant les funérailles de Benoît XVI, certains observateurs de l'Église ont également affirmé qu'il y avait une sorte de résistance renouvelée au pape François parmi ses détracteurs "conservateurs", et qu'il était même question de complots visant à forcer le pape à quitter son poste.

    L'un ou l'autre de ces récits est-il réel ?

    La mort de Benoît XVI est-elle vraiment susceptible d'affecter la gouvernance de l'Église par François ? Dans quelle mesure les rumeurs d'une guerre civile ecclésiastique à Rome sont-elles réelles ? Ou bien ces deux récits sont-ils en réalité les signes d'une impatience croissante des catholiques progressistes à l'égard d'un pape qui, selon certains, n'est pas allé "assez loin" au cours de la première décennie de son règne ?

    La mort du pape Benoît XVI, le 31 décembre, a eu le caractère inhabituel de sembler à la fois soudaine et attendue pour beaucoup dans l'Église, et en particulier à Rome. Au cours de la décennie qu'il a passée à vivre dans son statut auto-créé de "pape émérite", il est devenu de moins en moins visible, et ses déclarations publiques (jamais fréquentes) de moins en moins nombreuses.

    Si certaines de ses rares contributions à la vie de l'Église, comme sa lettre de 2019 sur la responsabilité épiscopale à la suite du scandale McCarrick, ont été chaleureusement accueillies par toutes les parties, d'autres ne l'ont pas été.

    Notamment en 2020, lorsqu'un livre défendant le célibat clérical a été publié, citant Benoît XVI comme co-auteur avec le cardinal Robert Sarah, de nombreux commentateurs "pro-François" de premier plan l'ont dénoncé comme une tentative de l'ancien pape (et de ses partisans) de bloquer la liberté de son successeur de réformer l'Église comme il l'entendait.

    Cette critique a été renouvelée lorsque le pape François a refusé d'assouplir la discipline du célibat après le Synode sur l'Amazone, et a alimenté un récit plus large selon lequel le pape aurait pu, ou aurait été plus audacieux sur toute une série de questions - du clergé marié aux unions entre personnes de même sexe, en passant par l'ordination des femmes - s'il n'y avait pas eu la force restrictive de son prédécesseur nonagénaire vivant en semi-retraite au fond du jardin.

    François a, bien sûr, rendu visite à Benoît XVI au monastère Mater ecclesia, et il n'existe aucune trace de ce dont les deux hommes ont pu discuter en privé, ni aucun moyen définitif de savoir à quel point l'ancien pape a influencé ou même retenu François. Mais la suggestion, souvent émise à la suite de la mort de Benoît XVI, selon laquelle le pape émérite aurait été une sorte de frein à un pontificat radical de François n'a pas beaucoup d'exemples évidents sur lesquels s'appuyer.

    Le livre controversé sur le célibat clérical, dont le nom de Benoît XVI a ensuite été retiré en tant que co-auteur, ne s'est pas écarté de manière significative des nombreuses déclarations publiques de François en faveur de cette discipline.

    Lire la suite

  • "Moi, Benoît XVI et l'auto-démolition de l'Occident." Un entretien exclusif avec Marcello Pera

    IMPRIMER

    Du site de l'Observatoire International Cardinal Van Thuan sur la Doctrine Sociale de l'Eglise :

    Moi, Benoît XVI et l'auto-démolition de l'Occident. Notre entretien exclusif avec Marcello Pera

    Par Don Samuele Cecotti (Vice-président de l'Observatoire  International Văn Thuận) et Marcello Pera (Philosophe, ancien professeur de philosophie des sciences à l'université de Pise, sénateur de la République pendant quatre mandats, président du Sénat de 2001 à 2006.)

    19 JANVIER 2023

    Le dernier jour de l'année civile - le jour où l'Église célèbre saint Sylvestre, le pape de Constantin et du concile de Nicée - le pape Benoît XVI a achevé son pèlerinage terrestre.

    Avec la mort de Benoît XVI, nous est légué non seulement un excellent théologien et un grand intellectuel européen, mais c'est aussi la fin d'une époque, celle du Concile Vatican II (et des troubles de l'après-Concile), et peut-être aussi celle de l'Église comme âme d'une civilisation. Avec saint Sylvestre Ier, l'Église est devenue l'âme de l'Empire romain, de la Grande-Bretagne à l'Égypte, de la péninsule ibérique à la Syrie, de l'Atlantique à la mer Noire. Aujourd'hui, l'Église dirigée par Jorge Mario Bergoglio a complètement renoncé à façonner, informer et guider une civilisation. L'idée même de 'societas christiana' ou de civilisation chrétienne est étrangère à la dérive théologico-idéologique et pastorale incarnée par le pontificat de François, qui semble plutôt proposer le paradigme inverse, avec le monde élevé à une place théologique - et même sociologique - à laquelle il faudrait conformer l'Eglise, la doctrine et la prédication.

    Joseph Ratzinger, en revanche, en tant que théologien et Cardinal Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, puis en tant que Pontife Romain, a toujours eu à cœur l'identité chrétienne de l'Europe et de la 'Magna Europa', et n'a jamais cédé à l'idée que la civilisation chrétienne devait être archivée comme quelque chose de dépassé; il a toujours voulu réaffirmer l'inséparabilité de la foi et de la raison, de la foi et de la culture, et donc la nécessaire civilisation du christianisme.

    La rencontre providentielle entre la Révélation divine et le logos grec (et le ius romain) était très chère au penseur Ratzinger, c'est-à-dire la rencontre entre la Parole de Dieu et la spéculation rationnelle classique capable d'atteindre les sommets de la métaphysique ainsi que la rigueur de la dialectique et de la logique analytique, la loi morale naturelle et une véritable anthropologie-psychologie. Ratzinger s'est vigoureusement opposé au processus de déshellénisation du christianisme qui se déroulait dans l'Église depuis plus d'un demi-siècle, il a en effet réaffirmé la providentialité de la rencontre entre le classicisme gréco-romain et la Révélation biblique, rencontre dont est née la civilisation chrétienne.

    Sur le plan moral et politique, Ratzinger-Benoît XVI a dénoncé la plaie du nihilisme qui ronge l'Occident moderne et post-moderne; il a pointé du doigt la dictature du relativisme comme la forme d'un nouveau totalitarisme insidieux, et a enseigné avec force le caractère non négociable (non seulement sur le plan moral personnel mais aussi sur le plan public, juridique et politique) des principes naturels tels que la défense de la vie humaine de la conception à la mort naturelle, la reconnaissance du mariage comme union monogame et indissoluble d'un homme et d'une femme ouverte à la vie, la liberté éducative des parents (et non de l'Etat) qui ont, de par Dieu, la tâche d'éduquer leur progéniture. Le rejet par Ratzinger de l'idéologie du genre et de la prétention à légitimer moralement et à reconnaître légalement les unions homosexuelles est également rigoureux et fort.

    Dans cette œuvre généreuse et grandiose, dans cette tentative intellectuellement puissante d'arrêter l'effondrement de la civilisation chrétienne, de consolider ses murs et de commencer sa reconstruction, Ratzinger a toujours recherché le dialogue avec la culture européenne et nord-américaine la plus sensible, même si elle n'était pas catholique. Ratzinger a essayé de construire un dialogue fructueux avec le monde laïc et non catholique sur la base d'un amour commun pour la vérité, la justice et la civilisation occidentale. C'est dans ce cadre que s'inscrivent la rencontre, la discussion, le dialogue et l'amitié avec Marcello Pera, éminent philosophe et homme politique libéral italien.

    Nous remercions le sénateur Marcello Pera pour sa généreuse disponibilité et lui posons quelques questions pour mieux comprendre ce que Ratzinger a représenté par rapport à la culture européenne et occidentale, et donc quel vide la mort de Benoît XVI laisse dans l'Église et en Occident.

    Lire la suite