Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité - Page 16

  • Homélie pour le Mercredi Saint

    IMPRIMER

    A2978.jpgDu Père Joseph-Marie Verlinde fsJ (homelies.fr) (archive : 12 avril 2006) :

    « La Parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j’écoute comme celui qui se laisse instruire » : ce verset qui parle du Messie, a une portée universelle et décrit l’attitude propre au disciple. Seule la Parole de Jésus peut nous arracher à l’absurdité d’un monde qui a perdu sa boussole, pour nous réorienter vers notre finalité en Dieu. Où trouverions-nous le courage de persévérer lorsque « nous n’en pouvons plus », si ce n’est dans le message d’espérance qu’il nous offre jour après jour ? Qu’avons-nous d’autre à transmettre à notre tour « pour réconforter celui qui n’en peut plus », si ce n’est cette Parole de vérité et de vie, qui ouvre un chemin à travers la mort du péché et l’aveuglement d’une vie sans Dieu ? Encore faut-il que nous acceptions de nous laisser « ouvrir l’oreille », que nous « écoutions comme celui qui se laisse instruire ». Sans quoi, comment ne nous « révolterions-nous » pas contre une existence aussi absurde ? Comment ne nous « déroberions-nous » pas à notre semblable si l’horizon commun à tous est la descente sans espoir dans la fosse ?

    Nous venons sans doute de cerner le drame qui a conduit Judas à sa perte. Certes, comme tous les autres disciples, il avait ses idées sur ce que Jésus allait faire - ou plutôt sur ce qu’il devrait faire ; mais là où les apôtres ont humblement soumis leurs vues personnelles à l’initiative déconcertante de leur Maître, Judas a préféré sa logique à lui, et a même voulu l’imposer. Nous n’avons aucune certitude sur son conflit intérieur, mais il est probable que ce compagnon de la première heure, ait été déçu de la tournure prise par les événements. Sans doute avait-il suivi le Maître dans l’espoir de participer à sa gloire toute terrestre, lorsqu’il serait intronisé Roi après avoir chassé l’occupant romain. Les évangiles nous laissent d’ailleurs transparaître à plusieurs reprises qu’il n’était pas le seul parmi les apôtres à nourrir de telles ambitions. Ses contacts avec le milieu des scribes et des pharisiens dont il était probablement issu, lui ont-ils permis de deviner le complot qui se tramait contre Jésus ? Etait-il dès lors saisi d’angoisse à la pensée des représailles qui ne manqueraient pas d’atteindre les disciples après l’élimination du Maître ? On peut supposer qu’il ne voyait plus d’autre solution pour échapper à l’issue fatale, que de changer de camp avant qu’il ne fût trop tard. 

    Lire la suite

  • Mardi Saint : Jean, Pierre et Judas

    IMPRIMER

    Evangile du jour : Jean, chapitre 13, vv. 21-33.36-38 

    A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, au cours du repas qu'il prenait avec ses disciples, il fut bouleversé au plus profond de lui-même, et il attesta : « Amen, amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera. »Les disciples se regardaient les uns les autres, sans parvenir à comprendre de qui Jésus parlait. Comme il y avait à table, tout contre Jésus, l'un de ses disciples, celui que Jésus aimait, Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C'est celui à qui j'offrirai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l'Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui.Jésus lui dit alors :« Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne comprit le sens de cette parole. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d'acheter ce qu'il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt ; il faisait nuit. Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. J'ai dit aux Juifs : Là où je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller. Je vous le dis maintenant à vous aussi. »Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je m'en vais, tu ne peux pas me suivre pour l'instant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu ne m'aies renié trois fois.

     Homélie (homelies.fr(Archive 2007)

    Par le lavement des pieds et l’institution de l’Eucharistie, Jésus vient de manifester l’extrême de l’amour qui motive le don de sa vie comme Serviteur pour le salut des hommes. Face à cela, les personnages du « disciple bien-aimé » et de Judas représentent deux attitudes possibles.

    Lire la suite

  • Mardi Saint : Il faisait nuit...

    IMPRIMER

    051q04c.jpgDe l'abbé Jean Gottigny sur evangeli.net :

    Aujourd'hui mardi saint, la liturgie met l'accent sur le drame qui se prépare et qui débouchera sur la croix du vendredi saint. «Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt; il faisait nuit» (Jn 13,30). Il fait toujours nuit quand on s'éloigne de celui qui est «lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu» (Symbole de Nicée-Constantinople). 

    Le pécheur est celui qui tourne le dos au Seigneur pour graviter autour des choses créées, sans les référer au Créateur. Saint Augustin décrit le péché comme «l'amour de soi jusqu'au mépris de Dieu». Une trahison, en somme. Une forfaiture, fruit de «l'arrogance avec laquelle nous voulons nous émanciper de Dieu et n'être rien d'autre que nous-mêmes, l'arrogance avec laquelle nous croyons ne pas avoir besoin de l'amour éternel, mais avec laquelle nous voulons maîtriser notre vie tout seuls» (Benoît XVI). On comprend que Jésus, ce soir-là, ait été «bouleversé au plus profond de lui-même» (Jn 13,21). 

    Heureusement, le péché n'est pas le dernier mot. Le dernier mot, c'est la miséricorde de Dieu. Mais celle-ci suppose de notre part un “retournement”. Un renversement de situation qui consiste à se détacher des créatures pour s'attacher à Dieu et retrouver ainsi la liberté authentique. N'attendons cependant pas pour retourner à Dieu d'être écœurés des fausses libertés que nous avons prises. Selon le mot de Bourdaloue, «nous voulons nous convertir quand nous serons rebutés du monde ou plutôt quand le monde sera rebuté de nous». Soyons plus avisés. Décidons-nous maintenant. La semaine sainte est l'occasion propice. Sur la croix, le Christ tend les bras à tous. Nul n'est exclu. Tout larron repentant a sa place au paradis. À condition de changer de vie et de réparer, comme celui de l'Évangile: «Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal» (Lc 23,41).

  • Les souffrances morales de Notre-Seigneur dans sa Passion (Newman)

    IMPRIMER

    Du site "Centre International des Amis de Newman" :

    Les souffrances morales de Notre-Seigneur dans sa Passion

    Il n’est pas un passage dans l’histoire de Notre Seigneur et Sauveur qui ne soit d’une profondeur insondable et qui ne propose une matière inépuisable à la méditation. Tout ce qui Le concerne est infini, et ce que nous discernons d’abord n’est que la surface de ce qui commence et s’achève dans l’éternité. Il serait présomptueux, à quiconque n’est ni un saint ni un docteur, de chercher à commenter Ses paroles et Ses actes autrement que par voie de méditation; mais la méditation et la prière mentale sont si clairement un devoir pour tous ceux qu’anime le désir de nourrir envers Lui une foi et un amour véritables, qu’il nous sera sans doute permis, mes frères, d’arrêter notre attention et de nous étendre, en prenant pour guides les saints hommes qui nous ont précédés dans cette voie, sur des objets qui demanderaient à être adorés plutôt qu’examinés. Il est certains temps de l’année – et celui-ci (la Semaine Sainte) tout particulièrement – qui nous invitent à étudier aussi minutieusement, d’aussi près que possible, jusqu’aux passages lès plus sacrés de l’histoire évangélique. J’aime mieux voir qualifier d’insuffisante ou d’officieuse ma manière de les traiter que de manquer aux sollicitations de cette saison. C’est pourquoi je vais aujourd’hui diriger vos pensées, selon l’usage religieux de l’Eglise, sur un sujet qui pourrait faire reculer bien des prédicateurs, mais qui convient particulièrement à ce temps, et auquel un grand nombre d’entre nous, peut-être, ne pensent guère: les souffrances que Notre-Seigneur endura dans Son âme innocente et sans tache.

    Vous savez, mes frères, que Notre-Seigneur et Sauveur, bien qu’il fût Dieu, était aussi parfaitement homme; qu’il avait en conséquence non seulement un corps mais aussi une âme pareille à la nôtre, quoique pure de toute souillure. Il ne revêtit pas un corps sans âme, Dieu merci ! Car ce n’eût pas été là devenir homme. Comment aurait-Il sanctifié notre nature s’il avait assumé une nature qui n’était pas la nôtre ? L’homme sans âme est au niveau de l’animal des champs; mais Notre-Seigneur venait sauver une race capable de lui rendre gloire et lui obéir, possédant l’immortalité, quoique dépossédée de l’espoir d’une immortalité de béatitude. L’homme a été créé à l’image de Dieu, et cette image est dans son âme; lors donc que son Créateur, par une condescendance inexprimable, revêtit sa nature. Il prit une âme afin de prendre un corps; Il prit une âme comme le moyen de s’unir à un corps; Il prit d’abord l’âme, puis le corps d’un homme, Il les prit tous deux ensemble, mais cependant dans cet ordre: l’âme, puis le corps, Il créa Lui-même l’âme qu’il prit, et tira Son corps de la chair de la Sainte Vierge, Sa Mère. Ainsi II devint parfaitement homme avec un corps et une âme; et comme II prit un corps de chair et de nerfs qui était sujet aux blessures et à la mort et capable dé souffrir, de même II prit une âme susceptible de ressentir cette souffrance physique, mais aussi les chagrins et les peines qui sont le propre de l’âme humaine; et Sa passion expiatoire ne fut pas seulement soufferte dans Son corps, elle fut aussi soufferte dans son âme.

    Pendant les jours solennels qui vont suivre, nous serons appelés tout spécialement, mes frères, à considérer Ses souffrances corporelles, Son arrestation. Son renvoi d’un lieu à l’autre, Ses coups et Ses blessures, Sa flagellation, la couronne d’épines, les clous, la Croix. Toutes ces choses sont résumées à nos yeux dans le Crucifix ; toutes ces choses sont représentées à la fois sur Sa chair sacrée qui pend devant nous, – et leur méditation est rendue aisée par ce spectacle. Il n’en est pas de même des souffrances de Son âme, elles ne sauraient être peintes à nos yeux, elles ne sauraient même être dûment sondées: elles dépassent à la fois les sens et la pensée, bien qu’elles aient précédé Ses souffrances corporelles. L’agonie, souffrance de l’âme et non du corps, fut le premier acte de Son terrible sacrifice. « Mon âme est triste jusqu’à la mort » dit-il. Oui, s’il souffrit alors en Son corps. Il souffrit réellement en Son âme, car le corps ne faisait que transmettre la souffrance au véritable récipient et siège de l’angoisse. Il est fort à propos d’insister sur ce point ; je dis que ce n’était pas le corps qui souffrait, mais l’âme dans le corps; c’est l’âme et non le corps qui était le siège des souffrances du Verbe Eternel. Considérez qu’il ne saurait y avoir douleur réelle, même s’il y a souffrance apparente, quand il n’y a aucune sensibilité interne, aucun esprit pour en être le siège. Un arbre, par exemple, est doué de vie, il a des organes, il croît et dépérit; il peut être blessé et mis à mal; il s’affaisse et meurt; mais il ne souffre point; parce qu’il n’a point d’esprit ni de principe, sensible. Au contraire, partout où l’on peut reconnaître ce principe immatériel, la douleur est possible, et elle sera d’autant plus grande selon la qualité de ce principe. Si nous n’avions point d’esprit, nous serions aussi insensibles que les arbres; si nous n’avions pas d’âme, nous ne ressentirions pas la douleur plus vivement que la brute; mais, étant hommes, nous ressentons la douleur d’une manière qui est le privilège de ceux-là seuls qui ont une âme.

    Lire la suite

  • Marie Noël : Le don de Dieu au péril des abandons (6e conférence de Carême de N-D de Paris 2024)

    IMPRIMER

    De KTO télévision :

    Conférence de Carême de N-D de Paris 2024 (6/6) - Marie Noël : Le don de Dieu au péril des abandons

    24/03/2024

    « Marie Noël : Le don de Dieu au péril des abandons », sixième conférence de Carême de Notre-Dame de Paris du cycle 2024 « La mystérieuse musique des sacrements - Littérature et spiritualité », par Arnaud Montoux, professeur de théologie et d’histoire de l’art médiéval à l’Institut catholique de Paris et auteur de « Regards croisés sur la petite voie de poésie de Marie Noël ».

  • Les vocations dans un autre monde : un séminaire au Nigeria compte plus de 700 futurs prêtres

    IMPRIMER

    D'Andrea Galli sur Avvenire :

    Afrique. Vocations d'un autre monde : un séminaire au Nigeria avec plus de 700 futurs prêtres

    24 mars 2024

    Le centre de formation d'Enugu, l'un des plus grands au monde, a 100 ans. Deux cardinaux vivants y ont étudié. Le recteur, le père Ikpenwa : c'est ainsi que nous contribuons à la vie civile du pays.
        
    5 heures du matin À Enugu, capitale de l'État du même nom dans le sud-est du Nigeria, ville de 800 000 habitants, alors qu'il fait encore nuit et que la plupart des gens consomment leurs dernières heures de sommeil, 531 jeunes hommes se lèvent, se préparent à la hâte, revêtent leur soutane blanche et, à 5 h 30, remplissent en silence l'église du séminaire catholique local, sur le campus qui se trouve non loin de Zik Avenue, l'une des principales artères de la circulation urbaine. Puis une heure d'adoration eucharistique, de méditation et de louange. À 6h45, la messe et à 7h30, le petit déjeuner bien mérité.

    C'est ainsi que commence une journée typique au séminaire de Bigard, un centre de formation pour le clergé de la province ecclésiastique qui appartient à l'archidiocèse d'Onitsha et comprend les diocèses suffragants d'Abakaliki, d'Awgu, d'Awka, d'Ekwulobia, d'Enugu, de Nnewi et de Nsukka. Bigard a longtemps porté le nom de plus grand séminaire catholique du monde, bien que cette suprématie soit incertaine : le séminaire de Ledalero, sur l'île de Flores, dans le sud-est de l'archipel indonésien, lui dispute cette place, car il a connu une croissance exponentielle ces dernières années. Certes, avec ses 771 séminaristes actuels - dont 531 diocésains, qui vivent sur place, et 240 appartenant à des congrégations religieuses de la région, capucins, clarétains, vincentiens, somaschi, qui étudient sur place mais retournent dormir dans leurs propres communautés -, il a peu de rivaux. Et il représente un poumon unique pour le catholicisme, non seulement au Nigeria, mais aussi dans les pays voisins comme le Cameroun.

    Una liturgia eucaristica nella chiesa del Seminario di Enugu (Nigeria) che contiene 800 persone sedute
    Une liturgie eucharistique dans l'église du séminaire d'Enugu (Nigeria) qui contient 800 personnes assises - .

    Lire la suite

  • Une prière de la liturgie gallicane pour ce lundi saint

    IMPRIMER

    Une antique et belle prière de la liturgie gallicane, de circonstance en ce début de "peineuse semaine" (source abbaye-saint-benoit.ch/gueranger/anneliturgique/):

    "O Christ! ô Dieu, souverain Seigneur, crucifiez-nous comme vous même à ce monde; que votre vie soit en nous. Mettez sur vous nos péchés, afin qu'ils soient, eux aussi, par vous attachés à la Croix. Vous qui avez été élevé de terre afin de nous soustraire au joug de l'impur tyran, attirez-nous à vous. Nous sommes, il est vrai, exposés aux insultes du diable; à cause de notre chair et de ses convoitises; mais ce n'est pas lui, c'est vous que nous voulons servir. Nous voulons vivre sous vos lois; nous vous prions de nous gouverner, vous qui, par la mort de la Croix, avez daigné nous délivrer, nous mortels et envahis par la mort. Aujourd'hui donc, pour cet immense bienfait, nous vous présentons notre très humble service ; nous vous adorons, nous vous implorons, nous vous supplions de venir promptement vers nous, ô Dieu éternellement puissant ! Que votre Croix, par sa vertu souveraine, triomphe en nous des attraits du monde; que votre bonté rétablisse nos âmes dans leur état primitif de vertu et de grâce. Vous accomplit ce qui jusqu'alors n'était que possible ; vous devant qui le passé et le présent sont unis, faites que votre Passion nous soit salutaire en ce moment, comme si elle avait lieu aujourd'hui; qu'une goutte de votre sang divin épanché un jour sur la terre soit aujourd'hui notre salut; qu'elle lave tous les péchés et notre nature terrestre; qu'elle se mêle à la terre de notre corps; et qu'elle nous rende tout vôtres, étant redevenus votre corps par notre réconciliation avec vous, notre Chef, qui vivez et régnez avec le Père et le Saint-Esprit. Maintenant donc commencez à régner sur nous, Homme-Dieu, Christ Jésus, Roi dans les siècles des siècles!"

  • "Vivre la Semaine sainte sans routine"; le témoignage de Mère Marie-Anne, prieure bénédictine

    IMPRIMER

    De KTO Télevision ("Un coeur qui écoute") :

    En Pays de la Loire, le monastère des bénédictines de Craon a la particularité de pratiquer l'adoration perpétuelle du Saint-Sacrement. À la veille de la Semaine sainte, le magazine « Un cœur qui écoute » reçoit Mère Marie-Anne, la prieure du couvent. Le regard clair, le sourire généreux, elle raconte simplement ses rencontres quotidiennes avec le Christ qui a offert sa vie pour chacun de nous et partage la façon dont elle lutte contre une possible routine qui pourrait endormir notre foi. Elle revient aussi sur le sacré combat spirituel qu'elle a eu avant de se laisser attirer par une vie au jour le jour auprès du Christ, son aimé. « Seigneur, qui es-tu pour m'aspirer vers Toi ? Qui es-tu donc pour combler mon cœur ? ».

  • Comment obtenir une indulgence plénière pendant la semaine sainte 2024 ?

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Comment obtenir une indulgence plénière pendant la semaine sainte 2024 ?

    23 mars 2024

    Une indulgence plénière est une grâce accordée par l'Église catholique grâce aux mérites de Jésus-Christ pour supprimer la peine temporelle due au péché.

    L'indulgence s'applique aux péchés déjà pardonnés. L'indulgence plénière purifie l'âme comme si la personne venait d'être baptisée.

    Une indulgence plénière peut être obtenue pendant la Semaine sainte pour soi-même ou pour une personne décédée si l'une des œuvres suivantes établies par l'Église est accomplie.

    Jeudi saint - 28 mars 2024
    1. Si, au cours de la réservation solennelle du Saint-Sacrement (généralement sur un autel latéral), qui suit la Messe de la Cène, vous récitez ou chantez l'hymne eucharistique "Tantum Ergo".

    2. Si vous adorez le Saint-Sacrement solennellement réservé pendant une demi-heure.

    Vendredi saint - 29 mars 2024
    1. Si vous vénérez la croix dans la célébration solennelle de la Passion du Seigneur.

    2. Si vous participez pieusement au Chemin de Croix.

    Samedi Saint - 30 mars 2024
    1. Si deux personnes ou plus prient le saint rosaire.

    2. Si vous assistez à la célébration de la Veillée Pascale nocturne et renouvelez les promesses de votre baptême, ce qui fait partie de la liturgie de cette Messe.

    Conditions dans tous les cas
    Pour obtenir l'indulgence plénière, outre l'exécution des œuvres spécifiques mentionnées ci-dessus, les conditions suivantes doivent être remplies :

    1. Se détacher de tout péché, même véniel.

    2. Confession sacramentelle, sainte communion et prière aux intentions du pape. Ces trois conditions peuvent être remplies quelques jours avant ou après l'accomplissement des œuvres pour obtenir l'indulgence, mais il convient que la communion et la prière aient lieu le jour même de l'accomplissement de l'œuvre.

    Une seule confession sacramentelle suffit pour obtenir plusieurs indulgences plénières, mais une confession sacramentelle fréquente est encouragée afin d'obtenir la grâce d'une conversion plus profonde et de la pureté du cœur.

    Pour chaque indulgence plénière demandée, il faut cependant une sainte communion séparée et une prière séparée aux intentions du Saint-Père.

    La prière aux intentions du Saint-Père est laissée au choix de l'individu, mais un Notre Père et un Je vous salue Marie sont suggérés.

  • Chronologie de la Semaine Sainte, de ces jours qui ont fondé le christianisme

    IMPRIMER

    D'Eugénie Boilait sur le site du Figaro (23 mars) :

    La Semaine sainte, chronologie de ces jours qui ont fondé le christianisme

    RÉCIT - Les chrétiens du monde entier s’apprêtent à entrer dans une semaine de célébrations retraçant les derniers jours de Jésus à Jérusalem, période fondamentale dans leur religion. Mais que fêtent-ils précisément ?

    «La foule nombreuse étendit ses manteaux sur le chemin, d'autres coupaient des branches des arbres et les étendaient sur le chemin»Jésus de Nazareth entre dans Jérusalem entouré d’une foule en liesse, raconte Saint Matthieu dans le chapitre 21 de son Évangile : «Hosanna au Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !», crie la foule, qui acclame celui qu’elle voit comme le Messie.

    Près de 2000 ans plus tard, les chrétiens du monde entier célèbrent encore l’«entrée triomphale» de Jésus dans la Ville sainte, durant le dimanche des Rameaux. Ils rentrent ainsi dans la Semaine sainte, dernière partie du Carême, un temps liturgique de 40 jours consacré à Dieu. Ce dernier s’achève avec la Vigile pascale, dans la nuit du samedi au dimanche suivant, nuit durant laquelle les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ. Ces quelques jours sont le centre «de l’année chrétienne et de sa liturgie», avance d’emblée Jean-Marie Salamito, historien spécialiste de l'histoire antique du christianisme.

    Et pour cause, les événements qui se sont écoulés autour de l’année 30 de notre ère ont posé les fondations du christianisme tel qu’il est encore pratiqué aujourd’hui. «On est au cœur du mystère chrétien, avec cette particularité que la Passion et la Résurrection sont des événements uniques mais réactivés chaque année dans la célébration», résume le professeur à la Sorbonne.

    L’entrée dans Jérusalem

    Cette semaine particulière commence ainsi par la commémoration d’une entrée remarquée. Jésus est accueilli par une foule importante aux portes de Jérusalem. D’abord car c’est un homme très «populaire», rapportent de nombreuses sources historiques, y compris non chrétiennes. Mais aussi car la Pâque juive [période juste avant laquelle Jésus arrive dans la cité, NDLR] était une grande fête de pèlerinage, durant laquelle la ville attirait habituellement du monde. «C’est donc une scène assez spectaculaire», commente Jean-Marie Salamito.

    Le Nazaréen fait son entrée sur un âne, animal qui est d’abord un symbole de paix. «Entrer sur un cheval aurait été le fait d’un chef de guerre», analyse l’universitaire. Mais cela renvoie surtout à la prophétie de Zacharie qui déclarait, chapitre 9, que le roi d’Israël arriverait sur un âne. «Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne » (Livre de Zacharie‬ ‭9,‭9).

    Aujourd’hui encore, cette fête n'a pas perdu de sa célébrité : «C'est un dimanche de très grande influence dans les églises de France car beaucoup de gens qui ne viennent pas à l'église d'habitude s'y rendent pour cette célébration, avec la volonté d'avoir des rameaux bénis par les prêtres», explique le professeur à la Sorbonne. Qui poursuit : «On est donc bien dans cette logique chrétienne que le centre de toute l'Histoire est la vie de Jésus, et que le centre de la vie de Jésus est cette Semaine sainte».

    Si la scène est belle, Jésus est pourtant grave, relatent les textes bibliques. Car le Nazaréen a déjà affirmé à ses disciples qu’il mourrait dans cette ville : «Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés» (Luc 13, 34). Pour l’évangéliste, le regard de Jésus est même différent : «Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem» (Luc 9,51). D’autant qu’il n’a pas pour habitude de se rendre dans les grandes villes, note Jean-Marie Salamito. «Jésus a toujours une action qui se situe en contexte rural. C’est un homme qui a vécu à Nazarethmais aussi à Capharnaüm, deux villages. C’est une manière d’être proche du peuple des campagnes.»

    Lire la suite

  • Qui est ce Roi de gloire ?

    IMPRIMER

    rameau10.jpgSermon XIII, pour la fête des Rameaux et sur l’ânon (Saint Cyrille d'Alexandrie sur Missel.free)

    Voici le mystère caché de l'économie du salut qui correspond à cet événement : lorsque dans les enfers le Christ met en émoi la prison d'en bas, les puissances supérieures crient aux inférieures : «Portes levez vos frontons[1] », afin qu'entre celui qui dit « Je suis la porte[2] ». Et les puissances adverses répliquent, frappées de stupeur : « Qui est ce roi de gloire ? »

    Les hôtes de la Jérusalem terrestre s'inquiétèrent : « Qui est ce roi de gloire ? » Et lorsque le Christ monte vers la Jérusalem d'en haut, les puissances spirituelles, le voyant incarné (alors qu'elles ne l'ont jamais vu du fait de sa nature incorporelle), s'étonnent du mode surprenant de son ascension et, intriguées, se demande les unes aux autres : « Qui est celui-là qui se présente incarné dans les espaces incorporels ? »

    Lire la suite

  • Homélie de Benoît XVI pour le Dimanche des Rameaux

    IMPRIMER

    Giotto._Christ_Entering_Jerusalem._1304-1306._Fresco._Capella_degli_Scrovegni_Padua_Italy._jpeg.jpgLe dimanche 5 avril 2009, sur la place Saint-Pierre, le pape Benoît XVI a prononcé cette homélie; c'était aussi la XXIVe Journée Mondiale de la Jeunesse.

    Chers frères et sœurs,
    Chers jeunes,

    Uni à une foule grossissante de pèlerins, Jésus était monté à Jérusalem pour la Pâques. Au cours de la dernière étape de son périple, près de Jéricho, Il avait guéri l’aveugle Barthimée qui, lui demandant pitié, l’avait invoqué comme Fils de David. À présent – étant désormais capable de voir – il s’était avec gratitude mêlé au groupe des pèlerins. Quand, aux portes de Jérusalem, Jésus monte sur un âne - l’animal symbole de la royauté davidique - la joyeuse certitude éclate spontanément au milieu des pèlerins : C’est Lui, le Fils de David ! C’est pourquoi ils saluent Jésus avec l’acclamation messianique : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! », et ils ajoutent : « Béni le Règne qui vient, celui de notre Père David. Hosanna au plus haut des cieux ! » (Mc 11, 9s). Nous ne savons pas précisément comment les pèlerins enthousiastes pouvaient imaginer ce que fut le Règne de David à venir. Mais nous, avons-nous vraiment compris le message de Jésus, Fils de David ? Avons-nous compris ce qu’est le Règne dont Il a parlé au cours de l’interrogatoire devant Pilate ? Comprenons-nous ce que cela signifie que ce Royaume n’est pas de ce monde ? Ou bien désirerions-nous à l’inverse qu’il soit de ce monde ?

    Lire la suite