Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 7

  • Thomas Becket : un témoin qui nous encourage à prendre position pour ce qui est juste

    IMPRIMER

    De K.V. Turley  sur le National Catholic Register :

    Saint Thomas Becket - Un saint pour cette saison ?

    L'archevêque martyr de Canterbury a beaucoup à nous apprendre sur les relations entre l'Église et l'État aujourd'hui.

    Thomas Becket forbids Robert de Beaumont, 2nd Earl of Leicester, and Reginald de Dunstanville, 1st Earl of Cornwall, to pass sentence on him.
    Thomas Becket interdit à Robert de Beaumont, 2e comte de Leicester, et à Reginald de Dunstanville, 1er comte de Cornouailles, de prononcer une sentence à son encontre. (photo : James William Edmund Doyle / Domaine public)

    Le 29 décembre 2021

    Le 29 décembre est la fête de saint Thomas Becket. Cet évêque martyr du 12e siècle est connu pour son opposition à l'excès de pouvoir de l'État en la personne du roi d'Angleterre Henri II. 

    Dans le monde d'aujourd'hui, on assiste à un nouvel affrontement entre l'Église et les autorités étatiques. Ce saint médiéval a-t-il donc quelque chose de pertinent à dire aux catholiques contemporains ? 

    Son biographe, le père John Hogan, le pense. Prêtre du diocèse de Meath (Irlande), il travaille dans le ministère paroissial et l'enseignement depuis son ordination. En outre, il a fondé la Fraternité Saint Genesius comme moyen de prière pour les personnes travaillant dans les arts et les médias, et a co-animé la série EWTN : Forgotten Heritage. Il a récemment publié Thomas Becket : Defender of the Church (Our Sunday Visitor) est un rappel opportun de ce que les catholiques en général et les évêques en particulier sont appelés à témoigner à toute époque. 

    Book cover OSV
    Couverture du livre "Thomas Becket : Defender of the Church".

    The Register s'est entretenu avec le Père Hogan le 17 décembre 2021. 

    Lire la suite

  • Saint Thomas Becket, champion de l'honneur de Dieu (29 décembre)

    IMPRIMER

    martyrdom.jpg(Source : Missel.free.fr) Thomas Becket ou Thomas de Londres comme on l'appelait alors, naquit probablement en 1118 dans une famille de la bourgeoisie londonienne qui connut des revers de fortune. Le soutien d’un de ses parents lui permit de faire de brillantes études à Paris. Il entra au service de l'archevêque Thibaud de Cantorbéry qui lui fit faire d'intéressants voyages à Rome (1151-1153) et aux écoles de Bologne et d’Auxerre où l’on formait des juristes. Finalement il se lia avec le futur Henri II Plantagenêt, qui, un an après son accession au trône d’Angleterre, le nomma chancelier d’Angleterre, après que l’archevêque l’eut nommé archidiacre de Cantorbéry.

    Lire la suite

  • "Totum amoris est" : la lettre apostolique du pape François pour le 4ème centenaire de la mort de saint François de Sales

    IMPRIMER

    LETTRE APOSTOLIQUE

    TOTUM AMORIS EST

    DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS

    POUR LE 4ème CENTENAIRE DE LA MORT
    DE SAINT FRANÇOIS DE SALES

    source

    « Tout est à l’amour ». [1] Dans ses paroles nous pouvons recueillir l’héritage spirituel laissé par saint François de Sales qui est mort à Lyon le 28 décembre 1622. Prince-évêque « en exil » de Genève depuis une vingtaine d’années, il avait un peu plus de cinquante ans. Il était arrivé à Lyon après sa dernière mission diplomatique, le Duc de Savoie lui ayant demandé d’accompagner le Cardinal Maurice de Savoie en Avignon. Ensemble, ils avaient rendu hommage au jeune Roi Louis XIII, sur son chemin de retour vers Paris par la vallée du Rhône après une campagne militaire victorieuse dans le Sud de la France. Fatigué et en mauvaise santé, François s’était mis en route par pur esprit de service. « S’il n’était pas très utile à leur service que je fasse ce voyage, j’aurais certainement beaucoup de bonnes et solides raisons pour m’en dispenser ; mais s’il s’agit de leur service, mort ou vivant, je ne me retirerai pas, mais j’irai ou je me ferai traîner ». [2] C’était son tempérament. À Lyon, il logea au monastère des Visitandines, dans la maison du jardinier afin de ne pas trop déranger et pour être en même temps plus libre de rencontrer ceux qui le désiraient.

    Désormais peu impressionné par les « faibles grandeurs de la cour » [3], il avait passé ses derniers jours à exercer son ministère de pasteur dans une succession de rendez-vous : confessions, conversations, conférences, prédications ainsi que les incontournables ultimes lettres d’amitié spirituelle. La raison profonde de ce style de vie remplie de Dieu lui était devenue de plus en plus claire au fil du temps, et il l’avait formulée de manière simple et précise dans son célèbre Traité de l’amour de Dieu : « Sitôt que l’homme pense un peu attentivement à la Divinité, il sent une certaine douce émotion du cœur, qui témoigne que Dieu est Dieu du cœur humain ». [4] Voilà la synthèse de sa pensée. L’expérience de Dieu est une évidence pour le cœur humain. Il ne s’agit pas d’une construction mentale mais d’une reconnaissance, pleine d’émerveillement et de gratitude, qui fait suite à la manifestation de Dieu. C’est dans le cœur et par le cœur que s’accomplit ce processus d’unification subtil et intense en vertu duquel l’homme reconnaît Dieu et, en même temps, se reconnaît lui-même, reconnaît son origine, sa profondeur et son accomplissement dans l’appel à l’amour. Il découvre que la foi n’est pas un mouvement aveugle, mais avant tout une attitude du cœur. Par elle, l’homme s’en remet à une vérité qui apparaît à sa conscience comme une “douce émotion”, capable de susciter en retour un bon vouloir auquel nul ne saurait renoncer pour toute réalité créée, comme il aimait à le dire.

    A cette lumière, on comprend que, pour saint François de Sales, il n’y avait pas de meilleur lieu pour trouver Dieu, et pour aider à le chercher, que le cœur de chaque homme et de chaque femme de son temps. Il l’avait appris en s’observant lui-même attentivement dès son plus jeune âge, et en scrutant le cœur humain.

    Lors de sa dernière rencontre de ces jours-là, à Lyon avec ses Visitandines, dans le climat intime d’un quotidien habité par Dieu, il leur avait laissé cette expression par laquelle il aurait voulu que sa mémoire soit plus tard fixée en elles : « J’ai tout résumé dans ces deux mots quand je vous ai dit de ne rien refuser ni désirer ; je n’ai plus rien à vous dire ». [5] Il ne s’agissait cependant pas d’un exercice de pur volontarisme, « une volonté sans humilité », [6] de cette tentation subtile sur le chemin de la sainteté qui confond celle-ci avec la justification par ses propres forces, avec l’adoration de la volonté humaine et de sa propre capacité, « qui aboutit à une autosatisfaction égocentrique et élitiste dépourvue de véritable amour ». [7] Il ne s’agissait pas non plus d’un pur quiétisme, d’un abandon passif et sans affects à une doctrine sans chair et sans histoire. [8] Cette formule naissait plutôt de la contemplation de la vie même du Fils incarné. Le 26 décembre le Saint s’adressait ainsi aux Sœurs au cœur du mystère de Noël : « Voyez-vous l’Enfant Jésus dans la crèche ? Il reçoit tous les ravages du temps, le froid et tout ce que le Père permet qu’il lui arrive. Il ne refuse pas les petites consolations que sa mère lui donne, et il n’est pas écrit qu’il tende jamais les mains pour avoir le sein de sa Mère, mais il laisse tout à ses soins et à sa prévoyance ; ainsi nous ne devons rien désirer ni refuser, supportant tout ce que Dieu nous envoie, le froid et les ravages du temps ». [9] Son attention à reconnaître comme indispensable le soin de tout ce qui est humain est émouvante. À l’école de l’Incarnation, il avait appris à lire l’histoire et à l’habiter avec confiance.

    Lire la suite

  • Plus de 100 prêtres et religieuses ont été enlevés, arrêtés ou tués en 2022

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Plus de 100 prêtres et religieuses enlevés, arrêtés ou tués en 2022

    Dans un communiqué rendu public ce mardi 27 décembre, la fondation pontificale Aide à l’Église en détresse relève qu’en cette année 2022 plus de 100 prêtres et religieuses ont été victimes d’enlèvements, d’arrestations ou ont été tués dans le monde, en particulier au Nigéria. Elle appelle «à garantir la sécurité et la liberté des prêtres, des religieuses et des autres agents pastoraux» qui travaillent au service des plus démunis.
     

    L’année 2022 a été douloureuse pour plusieurs diocèses en Afrique, en Europe, en Amérique centrale, ou encore en Asie, qui ont vu leurs prêtres et religieuses kidnappés par des ravisseurs, assassinés ou détenus. Le Nigeria, pays de l’Afrique de l’Ouest, compte le plus grand nombre de victimes, selon l’Aide à l’Église en détresse. La Chine et le Nicaragua ont également enregistré de nombreux cas de harcèlement.

    Des prêtres et religieuses assassinés

    Au moins 12 prêtres et cinq religieuses ont été tués en 2022 dans l'exercice de leur mission, indique le communiqué de l’AED. En Afrique, quatre prêtres ont été assassinés au Nigeria, et deux autres abattus dans l'Est de la République démocratique du Congo.

    Au Mexique, sur le continent américain, des membres de cartels de la drogue ont brutalement assassinés trois prêtres.

    Cinq religieuses missionnaires ont également été victimes d’assassinats cette année. Il s’agit des sœurs Luisa Dell'Orto, en Haïti, en juin; sœur Mary Daniel Abut et sœur Regina Roba, au Sud-Soudan, en août; sœur Maria au Mozambique, en septembre; et sœur Marie-Sylvie Vakatsuraki, tuée en octobre en République démocratique du Congo.

    Les cas d’enlèvements

    Dans différents pays, 42 prêtres au total quant à eux ont été enlevés, dont 36 libérés. Trois prêtres enlevés au Nigeria ont en revanche été assassinés, et l'AED ajoute n’avoir pu obtenir d'informations sur le statut de deux de ces prêtres nigérians. Par ailleurs, le sort du missionnaire allemand Père Hans-Joachim Lohre, enlevé en novembre dernier au Mali, reste inconnu.

    Deux autres prêtres enlevés en 2019, le père Joel Yougbaré du Burkina Faso, et le père John Shekwolo, du Nigeria, sont toujours portés disparus, ce qui porte à cinq le nombre total de prêtres disparus, selon la fondation pontificale.

    Le Nigeria reste le pays où les enlèvements sont récurrents, avec un total de de 28 en 2022. Trois ont été enlevés en décembre, «mais le pire mois a été juillet, avec sept enlèvements». Un autre pays en a fait les frais, le Cameroun, avec six enlèvements, dont cinq en même temps en septembre. Leur libération a eu lieu cinq semaines plus tard.

    En ce qui concerne Haïti, où la violence est endémique, cinq prêtres ont été enlevés par des bandits, mais tous ont été libérés depuis. L'Éthiopie, les Philippines et le Mali ont chacun eu un prêtre enlevé, tous libérés, à l'exception du père Hans-Joachim Lohre au Mali.

    Des religieuses ont aussi enlevées en 2022, au nombre de sept, majoritairement au Nigéria. L'une d'entre elles a été enlevée au Burkina Faso, tandis qu'une autre religieuse a été kidnappée au Cameroun. Elles ont par la suite été libérées.

    Des détentions

    L’Aide à l’Église en détresse relève aussi des cas de détentions de membres du clergé. Au moins 32 ont été détenus, «prétendument à des fins d'intimidation et de coercition». Les cas les plus récents concernent quatre prêtres de l'Église gréco-catholique ukrainienne travaillant en Ukraine, occupée par les Russes. Ces derniers ont été arrêtés dans le cadre de leurs activités pastorales. Deux d'entre eux ont depuis été libérés et «expulsés» vers un territoire ukrainien, mais deux autres sont toujours en détention et pourraient être accusés de terrorisme. Il y a une crainte, selon le communiqué, qu'ils puissent être torturés en prison.  

    La situation au Nicaragua inquiète également l’AED, qui rappelle que onze membres du clergé ont été arrêtés ou détenus par le gouvernement actuel. Parmi ceux-ci figurent au moins deux séminaristes, un diacre, un évêque et sept prêtres.  Le 10 janvier, l'évêque nicaraguayen Rolando Alvarez, actuellement en résidence surveillée, doit comparaître devant un tribunal pour «menace à l'intégrité nationale». Un autre cas récent concerne l'emprisonnement d'un évêque et de deux prêtres en Érythrée. Deux mois se sont écoulés depuis leur arrestation, sans aucune explication de la part des autorités, souligne le communiqué.

    Évoquant le cas de la Chine, l’AED explique qu’il est «presque impossible de connaître le nombre de prêtres et d'évêques catholiques détenus en Chine en 2022. Les religieux de l'Église clandestine sont régulièrement enlevés par les autorités pendant un certain temps pour les forcer à rejoindre l'Église approuvée par l'État. Un exemple: la disparition d'au moins 10 prêtres, tous appartenant à la communauté clandestine de Baoding (Hebei), entre janvier et mai 2022».

    En plus de ces cas, rapporte la fondation pontificale, un prêtre a été arrêté en Birmanie lors de manifestations contre le régime, et plusieurs religieuses et deux diacres ont aussi été arrêtés en Éthiopie lors du conflit du Tigré fin 2021, mais libérés en 2022.

    Face à ces assassinats, enlèvements et détentions arbitraires de prêtres et religieuses, l’Aide à l’Église en Détresse appelle les pays concernés «à garantir la sécurité et la liberté des prêtres, des religieuses et des autres agents pastoraux qui travaillent au service des plus démunis». Elle invite aussi à prier pour ceux encore détenus par des ravisseurs, à l'instar du Pape François, attristé par ces évènements, qui ne cesse de le rappeler dans ses interventions, exhortant à l’amour, à la paix et à l’ouverture d’un dialogue «ouvert et sincère».

  • « Et hoc vobis signum » : comment un Dieu a-t-il pu s'intéresser aux hommes?

    IMPRIMER

    heures-a-l-usage-de-Paris-Moulins-BM-ms-0079-f-032-r (1).jpgA la  tribune des « opinions » dans « La Libre » pour Noël, on peut lire cet article de Laurent Verpoorten, journaliste liégeois pour la Radio Chrétienne Francophone (1) (archive 24/12/2015)

    « Au diable les esprits chagrins ! Les chrétiens font la fête à Noël ! Tant mieux si les personnes qui se sont éloignées de leur baptême, celles qui pratiquent d’autres religions, les agnostiques, les athées trouvent en ce jour une occasion de s’amuser. Que Noël puisse revêtir pour eux un aspect plus familial et solennel que toute autre occasion de fête - apéro, barbecue, pot de départ, anniversaire, crémaillère, victoire, défaite … - c’est parfait ! Mais en vérité, le 24 décembre, il faut être chrétien pour avoir une raison valable de festoyer. Et elle n’est pas des moindres. C’est LA raison par excellence de réjouissance, la source d’allégresse la plus débordante, le cadeau le plus inespéré : Jésus-Christ est né ! "Nations entières, applaudissez des mains, célébrez votre Dieu dans les chants de l'exaltation" car "un enfant nous est né, le Fils nous a été donné, il porte sa puissance sur ses épaules et sera nommé Conseiller merveilleux, Dieu fort, Père à jamais, Prince de la paix" (Isaie. IX, 6). Avouons que cela donne envie de ne pas mégotter sur le champagne !

    Chair divine

    Bien sûr, croire dans un Dieu fait chair n’est évident pour personne. Ce ne le fut jamais. L’incarnation de Dieu constitue même le motif de la crucifixion de Jésus. En osant ne rien nier devant le grand prêtre qui lui demandait s’il était le Fils de Dieu, Jésus signe son arrêt de mort. Le supplice infligé à Pâques est finalement une tentative d’éradiquer Noël…

    Par la suite, dans les premiers siècles du christianisme, le refus de l’incarnation sera à l’origine de nombreuses hérésies. Mais les Pères de l’Eglise tiennent bon. Contre l’adoptianisme et l’ébionisme : oui, Jésus est Dieu né d’une humaine. Contre le docétisme : oui, son corps fut en tout point semblable au nôtre. Contre le monophysisme, le nestorianisme, l’anoméisme : oui, ses deux natures coexistaient au sein d’une même personne. Contre l’arianisme : oui, Jésus fait homme est Dieu au même titre que le Père et que l’Esprit. Ces polémiques théologiques se concluront par une formule limpide, consacrée en 451 au Concile de Chalcédoine : Jésus est pleinement homme et pleinement Dieu.

    C’est que la naissance humaine de Dieu constitue, avec son sacrifice, la clef de voûte de la cathédrale théologique chrétienne. Si le Christ n’a pas pleinement épousé la condition humaine, il ne peut être un modèle. Si les dés sont pipés, s’il était, d’une manière ou d’une autre, avantagé par sa condition divine, il n’a rien à nous dire. Par contre, le choix de prendre corps, soumis plus tard à la torture et à la mort, font prendre conscience de la miséricorde et du sacrifice incommensurable que Dieu lui-même consentit à notre égard. En vivant divinement sa vie d’homme, Jésus nous laisse une feuille de route : celle du possible humain. "Je suis, disait-il (Jean 14, 6), le chemin, la vérité et la vie."

    Le nouveau visage de Dieu proposé par la religion chrétienne entrait cependant en collision frontale avec l’armature de la pensée antique. Biberonnée au platonisme, mâtinée de spiritualisme oriental ou gnostique, la culture païenne portait un regard méprisant sur le corps. Comment admettre dès lors qu’un être éternel en vienne à se souiller dans de la matière périssable ? Les Grecs et les Romains tenaient à leur disposition de nombreux exemples de dieux prenant forme humaine pour visiter la terre. Mais c’était toujours pour en tirer un profit personnel : remporter des combats, favoriser leurs chouchous, coucher avec des mortel(le)s. Mais renoncer à leurs prérogatives divines pour souffrir voire mourir, jamais ! Ceci explique pourquoi, dans les premiers siècles du christianisme, ce fut moins la nature divine de Jésus qui fut mise en doute que sa nature humaine.

    Aujourd’hui, la science faisant davantage référence que la métaphysique, la situation s’est inversée : ce n’est plus l’humanité du Christ qui pose problème, mais sa divinité. Un point de vue étonnant puisque aucun dieu ne répond mieux aux critères de scientificité que celui des chrétiens. La science moderne tire sa légitimité du fait qu’elle ne tient compte que de l’observable. Quel paradoxe alors qu’elle ne fasse pas plus grand cas du seul monothéisme dont le Dieu a précisément tenu à se rendre visible ! Et au sein de l’observable, ce que la science moderne conserve pour en tirer des lois, c’est ce qui se répète, se reproduit. Certes, il n’y eut qu’une seule naissance de Jésus, mais il n’y a qu’un seul Dieu, comme il n’y a qu’un seul nous-même. Comment Dieu nous rejoindrait-il dans notre humanité individuelle s’il se donnait la possibilité de s’incarner à une fréquence élevée ? N’est-il pas plus pertinent, et plus riche, de souligner que Dieu se conforme au mode universel de procréation ? En naissant de la femme, Jésus-Christ, comme chacun d’entre nous, est le fruit d’un processus à la fois banal et éminemment singulier.

    Incroyable mais vrai

    Mais au final, ce qui empêche de se réjouir de l’incarnation de Dieu, ce ne sont pas les limites propres au corps des êtres humains, mais celles de leur âme. Ce qui fait s’éloigner du miracle de Noël, c’est l’athéisme de l’amour, une conviction bien naturelle pour tout qui a fréquenté l’humanité, ne serait-ce qu’au travers de la sienne. Personne n’est capable d’aimer sans limite et, surtout, qui peut penser que quelqu’un mérite de l’être ? Qu’un Dieu puisse avoir renoncé à sa quiétude céleste, à son immortalité indolore, pour s’intéresser aux mammifères que nous sommes et, pire encore, pour consentir à partager corporellement et spirituellement cette condition, cela serait si incompréhensible que d’aucuns ont la tentation d’en conclure que c’est impossible.

    Un jour qu’un philosophe exigeait de lui une définition de Dieu, saint Augustin répondit : "Si tu le comprends, c’est que ce n’est pas Lui." La raison humaine échoue à rendre raison de l’amour de Dieu au travers de concepts. Si elle y parvient, ce dont elle dispose n’est que son propre reflet. Dieu est saisissant parce qu’il nous échappe, parce qu’il nous dépasse. Car il est alors lui-même. Ce n’est qu’à partir du moment où l’on a conscience du caractère incompréhensible de Dieu qu’on peut espérer en comprendre quelque chose, synthétise le philosophe Jean-Luc Marion. Et tout l’intérêt du christianisme, mais aussi sa surprenante complexité, réside dans le fait que c’est en expérimentant concrètement notre propre vie que Dieu nous déstabilise. Ce qui fait de Noël un moment privilégié d’approfondissement du mystère de Dieu. Des informations supplémentaires sont disponibles ce jeudi soir dans toutes les églises près de chez vous …

    Titre orignal : "Et hoc vobis signum , Voici le signe qui vous est donné (Luc 2, 12)"

    Ref. Comment un Dieu a-t-il pu s'intéresser aux hommes?

    JPSC

  • Un évêque du Nigeria : le massacre d'avant-Noël fait partie d'un plan délibéré pour terrifier notre peuple

    IMPRIMER

    De Douglas Burton sur Catholic News Agency :

    Un évêque du Nigeria : le massacre d'avant-Noël fait partie d'un plan délibéré pour déchaîner le mal contre les chrétiens
     
    Nigeria
    L'évêque Yakubu Kundi du diocèse de Kafanchan, au Nigeria.

    22 décembre 2022

    Un évêque nigérian a dénoncé "un plan délibéré pour déchaîner le mal" sur les villageois chrétiens, suite aux informations selon lesquelles des dizaines de personnes ont été tuées dans une violente attaque le 18 décembre dans l'État de Kaduna.

    "La motivation de ces attaques, pour autant que nous le sachions, est qu'il s'agit d'un plan délibéré pour déchaîner le mal et terrifier notre peuple parce que nous ne professons pas la même religion ou parce que nous nous opposons à leurs activités violentes sur notre terre", a écrit l'évêque Yakubu Kundi dans un texte adressé à CNA.

    Mgr Kundi est le chef spirituel du diocèse catholique de Kafanchan, dans le sud de la province de Kaduna. L'attaque nocturne de la semaine dernière a eu lieu dans et autour de la ville de Mallagum. Selon des témoins, un groupe d'une centaine d'hommes armés, vêtus de treillis de l'armée ou de tuniques noires, est arrivé à Mallagum sur des motos et des camions. "Au début, nous avons pensé que les militaires qui roulaient dans la rue principale étaient venus en ville pour assurer la sécurité, car la rumeur d'une attaque courait depuis des jours", a déclaré Emmanuel Allau Dominic, un témoin oculaire, à CNA dans un message texte. Croyant que les secours étaient arrivés, de nombreux habitants se sont précipités vers les hommes, qui ont ouvert le feu, a-t-il dit. "Ceux qui couraient dans tous les sens pour chercher de l'aide les ont vus et ont couru vers eux, et c'était la fin de leur voyage sur terre", a déclaré Dominic. Selon les médias, 46 personnes ont été tuées dans quatre villages en trois jours.

    Des milliers d'autres habitants ont été déplacés de leurs maisons à cause de la violence. Bien que ces personnes aient reçu des fournitures d'urgence du gouvernement, comme des cubes de soupe et du riz, ces rations ne peuvent pas durer très longtemps, a déclaré le père Justin Dyikuk, un journaliste catholique de Jos qui a fait un reportage sur l'attaque.

    Bernard Biniyat, technicien médical à Mallagum, a déclaré à CNA que le raid avait été annoncé par le meurtre de quatre agriculteurs le 13 décembre par des bergers de la tribu islamique Fulani. Biniyat a déclaré qu'un agriculteur local, Cletus Dunia, a affronté les hommes pour s'opposer à leur pâturage ouvert sur sa récolte de haricots mûrs. Selon un communiqué de presse de l'Union des peuples du sud de Kaduna, Dunia et trois autres agriculteurs ont été tués à coups de hache dans des champs voisins.

    Le général Timothy Opurum, commandant de la base d'opérations avancée de Kafanchan, a déclaré à CNA que l'attaque du 18 décembre dans la région de Mallagum a été menée en représailles par des éleveurs qui pensaient que six membres de leur groupe avaient été tués ou capturés après l'incident du 13 décembre. Il y a eu de multiples cas de meurtres en représailles ces derniers mois, a-t-il ajouté.

    "Les Peuls ont appelé les téléphones portables de ces six hommes, mais aucun n'a répondu", a déclaré le général. "Ils veulent que les hommes soient libérés de leur captivité ou que les corps soient rendus".

    Opurum, qui commandait l'une des unités militaires ayant répondu à l'appel, a également démenti les allégations selon lesquelles les soldats du gouvernement auraient laissé les tueries et les incendies de maisons se poursuivre sans tirer sur les assaillants. Le général a déclaré que ses soldats ont tué ou blessé certains des attaquants, mais il pense que leurs corps ont été retirés de la zone pour frustrer les autorités.

    Le dernier raid meurtrier à Kaduna a eu lieu au lendemain d'un sommet de trois jours réunissant des dirigeants américains et africains à Washington, auquel assistait le président nigérian Muhammadu Buhari. La présence de Buhari au sommet a attiré un groupe d'une douzaine de manifestants devant l'Institut américain pour la paix le 16 décembre. À l'intérieur, Dede Laugesen, directrice exécutif de Save the Persecuted Christians, a été expulsée de l'auditorium après avoir brandi une bannière portant le message "Stop Persecuting Christians". "Le président nigérian Buhari ne devrait plus jamais partager la scène mondiale avec le président Biden et ses pairs en Afrique", a déclaré Laugesen après coup. "Buhari a permis et encouragé la violence génocidaire et la persécution religieuse à faire rage dans les États du nord et du centre du Nigeria, dans le but de voir sa propre tribu Fulani dominer les agences fédérales, les tribunaux et les services de sécurité du Nigeria", a-t-elle ajouté. 

    Mme Laugesen a également critiqué le département d'État américain pour ne pas avoir inclus le Nigeria dans sa liste des "pays particulièrement préoccupants" pour la deuxième année consécutive, malgré les raids incessants contre les chrétiens au Nigeria. "En ne désignant pas une fois de plus le Nigéria comme un pays particulièrement préoccupant en raison de sa violence religieuse généralisée et systématique - ce qui en fait le pays le plus dangereux au monde pour les chrétiens - le Département d'État américain a donné à Buhari et à ses sbires le feu vert pour poursuivre leur campagne visant à débarrasser les États du nord et du centre de leurs communautés chrétiennes par l'exil, l'extermination ou les deux", a-t-elle déclaré.

    De retour à Kaduna, les habitants de Mallagum sont trop traumatisés pour chanter des chants de Noël cette année, a déclaré Biniyat à CNA. "Les gens pleurent encore. L'ambiance est tendue", a-t-il déclaré. "Nous avions espéré que ce Noël serait meilleur", a déclaré l'évêque Kundi à CNA, "mais cette récente attaque a refroidi nos esprits, et nous essayons juste d'inspirer les gens à s'en tenir à la foi et à garder l'espoir d'une fin à cette calamité."

    Douglas Burton est un écrivain indépendant spécialisé dans le terrorisme nigérian depuis son domicile près de Washington, DC. Il a commencé à couvrir la campagne pour reprendre Mossoul à ISIS en 2015 et est passé à la couverture d'ISIS au Nigeria en 2019. Il est un ancien fonctionnaire du département d'État à Kirkuk en Irak.

  • Quelles sont les bonnes raisons de vous inscrire à l'Université de la Vie 2023 ?

    IMPRIMER

    Université de la Vie 2023 – Liège

    D'Agnès Pinard Legry sur Aleteia.org :

    Les bonnes raisons de s’inscrire à l’Université de la vie

    Cycle de formation en bioéthique organisé chaque année en janvier par l’association Alliance Vita, l’Université de la vie est une occasion unique de se former à des enjeux cruciaux dans un cadre accessible et incarné.

    Parfois on a l’envie mais pas le temps. D’autres fois, c’est la peur de ne pas comprendre, la crainte de ne pas réussir à intégrer de nouveaux éléments, de s’ouvrir à de nouvelles thématiques. Pourtant, continuer à se former tout au long de sa vie est essentiel. D’autant plus lorsque cela concerne notre quotidien. Et s’il était possible de se former à la vie, tout simplement, de son commencement à sa fin naturelle ? Vie, trois petites lettres pour décrire une infinité de parcours, d’aspirations et d’incertitudes.

    Parce que le sujet est de taille, l’association Alliance Vita organise chaque année en janvier un cycle de formation baptisée « Université de la vie« . Répartie en quatre soirées, elle a pour objectif de décrypter les enjeux actuels de la bioéthique pour agir en faveur de la protection et la défense de la dignité humaine. Médecins, universitaires, scientifiques, philosophes, professionnels du monde associatif et de l’entreprise ont ainsi partagé leur expérience, leur questionnement bioéthique et leurs rencontres avec les personnes confrontées à la vulnérabilité. S’appuyant sur l’expérience de ses services d’écoute et sur l’analyse des textes législatifs, politiques, scientifiques, Alliance Vita propose, dans ce cycle de formation, un panorama des grandes questions bioéthiques pour comprendre les enjeux actuels et agir au service de la vie.

    64.000 participants depuis 2006

    La 17eédition de cette Université de la vie démarrera lundi 9 janvier 2023 pour s’étendre jusqu’au 30 janvier à raison d’une soirée chaque lundi autour des thèmes suivants : un monde à consoler, une réalité à écouter, une société à construire et un futur à tisser. Une université qu’il est bien évidemment possible de suivre depuis chez soi en visio-conférence. Depuis 2006, 64.000 personnes ont participé à l’Université de la vie d’Alliance Vita, en faisant le tout premier évènement bioéthique national.

    Participer à ce cycle de formation, c’est d’abord se confronter « à des enjeux parmi les plus importants car ils se situent au cœur et à la racine de tout ce qui fait la vie », rappelle auprès de Aleteia Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche d’Alliance Vita. Des sujets d’autant plus cruciaux qu’ils trouvent une résonance toute particulière dans la société alors que la question de la fin de vie et d’une éventuelle légalisation de l’euthanasie est actuellement débattue en France.

    Une formation qui donne à voir plus loin et plus beau.

    C’est aussi une occasion unique de rencontrer de nouvelles personnalités, de grands témoins qui, par leurs parcours et leurs expériences, ont quelque chose à dire du monde qui nous entoure, de sa beauté et de sa fragilité. C’est par exemple le cas d’Emmanuel Leclerc, invité de l’université de la vie 2023. Professeur de philosophie et essayiste, sa vie aurait pu s’arrêter nette à dix jours, lorsque ses parents l’abandonnent dans un bidonville de Bombay, en Inde. Il est recueilli par Mère Teresa elle-même qui le place dans un orphelinat. Son témoignage, bouleversant, sera à découvrir en janvier.

    Enfin, et c’est peut-être l’une des plus belles raisons, « ce n’est pas une formation qui déprime même si les enjeux sont inquiétants et vertigineux », reprend Blanche Streb. « Il s’agit d’une formation qui donne à voir plus loin et plus beau ».

    "Vivre en réalité" : l’Université de la Vie se tiendra dans plusieurs villes belges en janvier-février prochains

  • Le Mozambique et le Nigeria en proie au djihad; des évêques préoccupés

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le Mozambique et le Nigeria en proie au djihad; des évêques préoccupés

    19-12-2022

    Au Mozambique, plusieurs provinces sont infestées par Al-Shabaab et le chef de la police demande aux civils de se défendre par tous les moyens. Au Nigeria, à la violence des djihadistes s'ajoute celle des bandits ordinaires. 2 exemples d'"États défaillants". Et les évêques des deux pays se disent inquiets.

    Depuis 2017 au Mozambique, le nord est sous la menace d'un groupe djihadiste armé affilié à Isis, Ansar Al-Sunna Wa Jamma, plus connu localement sous le nom d'al-Shabaab. La province de Cabo Delgado, qui fait frontière avec la Tanzanie, est la plus touchée. En raison de l'inertie, de la corruption et même de la complicité des autorités et des forces de l'ordre, al-Shabaab, composé à l'origine de quelques centaines d'hommes, a pris une telle ampleur qu'il n'est désormais plus possible, même avec l'aide des militaires envoyés par plusieurs États africains, de l'empêcher de commettre des attentats et des attaques. Au cours de l'un des plus récents, celui de la mission combonienne de Chipele, la religieuse italienne Maria De Coppi a été tuée. Toutes les installations de la mission, y compris l'église, l'hôpital et deux écoles, ont été détruites.

    Après une première période où ils ont limité leurs actions aux villages et aux zones rurales éloignées, les djihadistes ont étendu leur champ d'action pour menacer les grands centres urbains de la région. Ce n'est que ces derniers jours que le port de Mocimboa da Praia, qui était inutilisé depuis trois ans parce que la ville de 70 000 habitants avait été attaquée à plusieurs reprises depuis 2020 et même occupée par des terroristes pendant des mois, a été rouvert. En cinq ans, le djihad a déjà tué 4 000 personnes. Les personnes déplacées dans la seule province de Cabo Delgado sont au moins 800 000, soit environ la moitié de la population. L'incapacité de l'armée et des forces de police à protéger les civils est totale. Les autorités mozambicaines l'admettent elles-mêmes en décidant de recruter les milices de défense spontanées qui se sont formées au fil des ans : en particulier les jeunes de l'ethnie Makonde, majoritairement chrétienne.

    L'acte de reddition le plus retentissant est celui du chef de la police qui, fin septembre, a demandé aux habitants des provinces mozambicaines infestées de djihadistes de se défendre par tous les moyens. Ce n'est pas le moment de s'enfuir. Il est temps de résister", a déclaré Bernardino Rafael qui a rencontré la population locale à plusieurs reprises. Lorsque les djihadistes arrivent, vous devez résister et les chasser à l'aide de couteaux, de machettes et de lances. Puis l'un d'entre vous court et demande aux forces de sécurité d'intervenir pour aider à disperser les djihadistes". En réponse, la population, les jeunes en particulier, réclament des armes pour se défendre car les adversaires disposent d'équipements modernes : explosifs, armes à feu automatiques, véhicules blindés. Les affronter avec des couteaux, des machettes et des lances, c'est aller à l'abattoir.

    Les évêques catholiques du Mozambique se disent préoccupés par le fait qu'en armant ainsi les civils, en les incitant à se défendre et en augmentant de fait la méfiance à l'égard des autorités, ils courent le risque d'une escalade du conflit. Ils protestent également depuis un certain temps que la réponse militaire n'est pas suffisante si, dans le même temps, des stratégies ne sont pas mises en œuvre pour lutter contre la pauvreté qui favorise le recrutement de jeunes islamistes par les djihadistes.

    Lire la suite

  • Martyr des nazis, un couple marié avec 7 enfants sera béatifié

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur le National Catholic Register :

    Martyr des nazis, un couple marié avec 7 enfants sera béatifié

    Le pape François a signé un décret sur le martyre de Józef et Wiktoria Ulma, qui ont été exécutés avec tous leurs enfants en 1944 pour avoir caché une famille juive dans leur maison en Pologne.

    Wiktoria Ulma with six of her children
    Wiktoria Ulma avec six de ses enfants (photo : Musée de la famille Ulma sur les Polonais qui ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale / via CNA)

    17 décembre 2022

    Le pape François a reconnu le martyre d'un couple marié avec sept enfants qui a été tué par les nazis pour avoir caché une famille juive dans leur maison en Pologne.

    Le pape a signé le 17 décembre un décret sur le martyre de Józef et Wiktoria Ulma, qui ont été exécutés avec tous leurs enfants en 1944. 

    Le Centre mondial de la mémoire de l'Holocauste a honoré le couple comme Juste parmi les Nations pour le sacrifice de leur vie. Avec la reconnaissance de leur martyre par le pape, le couple polonais peut maintenant être béatifié avec les sept enfants du couple (dont un à naître).

    Tôt le 24 mars 1944, une patrouille nazie a encerclé la maison de Józef et Wiktoria Ulma à la périphérie du village de Markowa, dans le sud-est de la Pologne. Ils ont découvert huit personnes juives qui avaient trouvé refuge dans la ferme des Ulma et les ont exécutées.

    La police nazie a ensuite tué Wiktoria, qui était enceinte de sept mois, et Józef. Lorsque les enfants ont commencé à crier à la vue de leurs parents assassinés, les nazis les ont également abattus : Stanisława, 8 ans ; Barbara, 7 ans ; Władysław, 6 ans ; Franciszek, 4 ans ; Antoni, 3 ans ; et Maria, 2 ans.

    Le pape François a signé le décret sur leur martyre le jour de son 86e anniversaire, avançant 15 autres causes de canonisation, y compris la reconnaissance de la vertu héroïque de Matteo Ricci, un célèbre missionnaire jésuite du 17e siècle en Chine. 

    Le pape a également approuvé "l'offrande de la vie" de Franz de Castro Holzwarth, un avocat brésilien qui a été tué à l'âge de 38 ans en 1981 lorsqu'il a proposé de remplacer un otage lors d'une émeute dans une prison.

    Il a également reconnu un miracle attribué à l'intercession du vénérable Jacinto Vera, premier évêque de Montevideo, en Uruguay.

    Dans le décret, le pape François a confirmé la vertu héroïque de 13 serviteurs de Dieu. Les quatre prêtres catholiques suivants et un frère ont été reconnus comme "Vénérables" :

    - Le père Aleksander Woźny, un prêtre diocésain de Poznan, en Pologne, qui a survécu à l'emprisonnement dans les camps de concentration nazis de Buchenwald et de Dachau (1910-1983);
    - Le père Ignacy Posadzy, un prêtre qui a cofondé la Société du Christ pour servir les migrants polonais pendant la Seconde Guerre mondiale et sous le régime communiste (1898-1984);
    - Le père Martin Benedict, un frère franciscain conventuel de Roumanie (1931-1986);
    - le père Ugo de Blasi, un prêtre diocésain qui a servi à Lecce, en Italie (1918-1982);
    - le frère José Marcos Figueroa, un frère jésuite en Argentine (1865-1942).

    Et les six religieuses suivantes et une femme consacrée ont également été déclarées "Vénérables" :

    - Mère Miradio de la Providence de Saint Cajetan, fondatrice de la Congrégation des Filles Pauvres de Saint Antoine en Italie (1863-1926)
    - Mère Maria Ignazia Isacchi, fondatrice italienne de la Congrégation des Ursulines du Sacré-Cœur d'Asola (1857-1934)
    - Mère Margherita Crispi, fondatrice de la Congrégation des Sœurs Oblates du Divin Amour en Italie (1879-1974)
    - Sœur Margherita Maria Guaini, fondatrice italienne de la Congrégation des Sœurs Missionnaires de Jésus Prêtre Éternel (1902-1994)
    - Sœur Magdalena Aulina Saurina, fondatrice espagnole de l'Institut séculier des Señoritas Operarias Parroquiales (1897-1956)
    - Sœur Teresa Veronesi, religieuse professe de la Congrégation des Sœurs Minimes de Notre-Dame des Douleurs en Italie (1870-1950)
    - Luisa Guidotti Mistrali, une femme consacrée italienne active dans l'Association des missions médicales féminines, décédée lors d'un service au Zimbabwe (1932-1979).

  • 140 autres laïcs et prêtres espagnols martyrisés pour leur foi candidats à la béatification

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    140 autres laïcs et prêtres espagnols martyrisés pour leur foi candidats à la béatification  
    Spanish martyrs
    Les visages de 140 prêtres et laïcs espagnols tués pendant la persécution religieuse en Espagne au 20e siècle. | Crédit : Archevêché de Madrid

    16 décembre 2022

    La phase diocésaine des procès en béatification de 140 prêtres et laïcs assassinés en Espagne pendant la persécution religieuse des années 30 s'est achevée aujourd'hui. Parmi les candidats figure le prêtre qui a caché le corps de saint Isidore pour qu'il ne soit pas profané.

    Les causes de béatification sont au nombre de trois : l'une concerne 61 prêtres diocésains de Madrid, une autre 71 laïcs et une troisième huit membres de l'Association catholique des propagandistes, tous assassinés durant le génocide religieux déclenché pendant la Seconde République espagnole et la guerre civile.

    Ces causes sont défendues par l'archidiocèse de Madrid, le diocèse de Getafe, l'Association catholique des propagandistes (ACdP), l'Action catholique de Madrid et l'Action catholique de Getafe.

    La persécution religieuse de ces années-là "a été la plus sanglante subie par l'Église dans notre pays, sans être la plus grande de l'histoire ; oui, peut-être la plus intense", selon un évêque auxiliaire de Madrid, Juan Antonio Martínez Camino. 

    Rien que dans les cinq derniers mois de 1936, lorsque la guerre a commencé, plus de 7 500 prêtres ont été martyrisés. Le prélat a toutefois précisé qu'"il ne s'agit pas vraiment des "martyrs de la guerre", comme on le dit parfois. Il s'agit plutôt des martyrs de la persécution révolutionnaire" avant et après la guerre.

    Parmi les candidats à la bénédiction dont la phase diocésaine s'est clôturée aujourd'hui à Madrid, les exemples de persécution sanglante abondent.

    Beaucoup ont été traqués et tués en quelques heures. Quelques-uns ont fini dans les massacres de Paracuellos de Jarama. D'autres ont été humiliés. Tous ont abordé la mort comme une victoire pour Dieu.

    Lire la suite

  • Déchristianisation, islam, droits de l'homme... les réponses de Pierre Manent

    IMPRIMER

    Une video sur le site du Figaro :

    Pierre Manent était l’invité du Club Le Figaro Idées

    Le philosophe et essayiste qui vient de publier « Pascal et la proposition chrétienne » débat de la déchristianisation de la France avec Michel De Jaeghere et Jean-Marie Guénois.

    2022_12_17_09_02_06_Greenshot.png

  • Soutenir la restauration de l’Abbaye de Lagrasse

    IMPRIMER

    L’abbaye Sainte-Marie de Lagrasse est une abbaye située dans la commune de Lagrasse dans le département français de l'Aude en région Occitanie.

    Monastère bénédictin du viiie siècle au xviiie siècle, l'abbaye fut vendue comme bien national à la Révolution française et coupée en deux lots. Ses bâtiments sont presque laissés à l'abandon et très dégradés au cours du xixe siècle.

    La « grande partie » fut seulement rendue à la vie religieuse en 2004 lors du rachat par la communauté des chanoines réguliers de la Mère de Dieu, tandis que la part médiévale du monastère, la « petite partie », devint propriété du département.

    La communauté des chanoines réguliers de la Mère de Dieu a été fondée par le père Wladimir, premier père abbé de la communauté, à Gap. En 2004, elle déménagea vers Lagrasse (après des démarches infructueuses auprès de l’évêque de Liège, alors Mgr Aloys Jousten, qui refusa de leur confier la reprise de l’abbaye de Val-Dieu au Pays de Herve). Le 3 novembre 2006, le second abbé de la communauté des chanoines, le père Emmanuel-Marie de Saint-Jean, 60e abbé de l'abbaye de Lagrasse, a reçu des mains de Mgr André Fort, évêque d'Orléans, les insignes de sa charge : la crosse, la mitre et l'anneau.

    La communauté des chanoines réguliers de la Mère de Dieu est composée de religieux, en majorité des prêtres, vivant en communauté sous la règle de saint Augustin, attachés à un monastère ou à une église.

    Ces hommes vivent intégralement la réalité de la consécration communautaire et personnelle à la Vierge Marie. La vie d'un chanoine de l'abbaye se déroule alors autour de la liturgie traditionnelle, la contemplation, l'apostolat et les études diverses. Les chants, les prières et la messe font partie de leur vie quotidienne.

     L’Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse entame aujourd’hui une nouvelle phase de travaux avec la restauration du transept sud de l’abbatiale. Depuis 18 ans, les Chanoines Réguliers de la Mère de Dieu ont réalisé de nombreux travaux dans cette abbaye millénaire : cloître, bâtiments conventuels, clocher. Mgr Emmanuel-Marie évoque ce nouveau défi :