Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 5

  • Lyon : Pauline Jaricot sera béatifiée dimanche (22 mai 2022)

    IMPRIMER

    Du site de l'Eglise catholique à Lyon :

    Pauline Jaricot béatifiée dimanche 22 mai 2022 !

    Le Vatican a annoncé officiellement lundi 4 octobre 2021 la date de béatification de Pauline Jaricot, dimanche 22 mai 2022.

    Fondatrice de l’Oeuvre de la Propagation de la foi et du Rosaire Vivant, Pauline Jaricot sera béatifiée à Lyon – Eurexpo dimanche 22 mai 2022, à 15h, lors d’une célébration présidée par le cardinal Luis Antonio Tagle, préfet de la congrégation pour l’évangélisation des peuples.

    Qui est Pauline Jaricot ?

    Pauline Jaricot (1799-1862), adolescente se laisse séduire par les illusions du monde ; à 17 ans, elle est touchée dans son coeur et se sent appelée à se donner totalement à Dieu.

    Elle veut communiquer l’amour du Christ qui la brûle, à ceux qui ne le connaissent pas encore, autour d’elle et dans le monde, ou réveiller ceux qui vivent loin de Lui.

    Contemplative mais aussi femme d’action, elle met en place en 1819, à 20 ans, les fondements de l’oeuvre de la Propagation de la Foi pour soutenir les missions, oeuvre qui sera officialisée en 1822.

    En 1826, à 27 ans, Pauline Jaricot fonde le Rosaire Vivant, oeuvre destinée à raviver la dévotion mariale par la récitation du chapelet.

    Interpellée par les conditions misérables de travail et de vie des ouvriers en soierie, elle s’engage à leurs côtés lors des insurrections des canuts en 1831 et 1834.

    Cette prise de conscience l’amène à vouloir créer une usine modèle à Rustrel en 1845,avec le souci du respect de la dignité humaine. Ses objectifs demeurent l’évangélisation du monde ouvrier et la lutte contre les injustices sociales.

    La guérison miraculeuse d’une petite fille, reconnue en mai 2020 par le pape François, fait que Pauline sera bientôt bienheureuse.

    Découvrir Pauline Jaricot

    • La biographie sur Pauline Jaricot par Catherine Masson
     
  • La mère de Jean-Paul II a choisi la vie alors que son médecin lui conseillait d'avorter

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    La mère de Jean-Paul II a choisi la vie alors que son médecin lui conseillait d'avorter

    Diocese of Krakow

    Karol Wojtyla et ses parents

    18 mai 2022

    Il y a plus de cent ans, le 18 mai, Emilia Wojtyla a donné naissance à son deuxième fils, Karol, après une grossesse difficile qui a mis sa vie en danger. L'enfant allait devenir le saint Jean-Paul II.

    Dans un nouveau livre publié en Pologne, Milena Kindziuk décrit comment on a conseillé à la mère de saint Jean-Paul II de se faire avorter.

    "Elle a dû choisir entre sa propre vie et celle du bébé qu'elle portait, mais sa foi profonde n'a pas permis à Emilia de choisir l'avortement", a déclaré Mme Kindziuk dans une interview accordée à ACI Stampa.

    "Au fond de son cœur, elle devait être prête à faire ce sacrifice pour le bébé qu'elle portait", a-t-elle ajouté.

    Dans son livre intitulé "Emilia et Karol Wojtyla. Parents de saint Jean-Paul II", Mme Kindziuk cite le témoignage d'une sage-femme, Tatarowa, et les rapports de ses deux amies, Helena Szczepańska et Maria Kaczorowa, ainsi que les souvenirs d'autres habitants de Wadowice. Elle a déclaré que ces éléments montraient qu'Emilia Wojtyla était déprimée par l'insistance de son premier médecin, le Dr Jan Moskała, pour qu'elle avorte.

    Elle a ajouté qu'Emilia et Karol Wojtyla "ont pris la décision audacieuse que, quoi qu'il arrive, le bébé qu'ils avaient conçu devait naître. Et ils ont donc commencé à chercher un autre médecin".

    Ils ont finalement choisi le Dr Samuel Taub, un médecin juif de Cracovie, qui s'était installé à Wadowice après la Première Guerre mondiale.

    "Les amis d'Emilia ont gardé des souvenirs de cette visite. Le médecin a confirmé qu'il y avait un risque de complications pendant l'accouchement, y compris la mort d'Emilia. Cependant, il n'a pas suggéré d'avortement", a déclaré Kindziuk.

    "Emilia a eu une mauvaise grossesse : elle passait la plupart du temps couchée et avait moins de force que d'habitude", a-t-elle ajouté. "Dans cette situation, le Dr Taub a recommandé à la femme de s'allonger, de se reposer souvent et de se nourrir très bien."

    Le jour de la naissance, le 18 mai 1920, "Emilia était allongée dans son appartement de la rue Kościelna, dans le salon... en présence d'une sage-femme", a expliqué Mme Kindziuk.

    Au même moment, Karol Sr et leur fils Edmund, âgé de 13 ans, étaient sortis vers 17 heures pour participer à la prière de l'office divin dans l'église paroissiale située en face, où ils chantaient les litanies de Lorette, a-t-elle ajouté.

    "Nous savons par les messages qu'Emilia a demandé à la sage-femme d'ouvrir la fenêtre : elle voulait que le premier son que son fils pourrait entendre soit un chant en l'honneur de Marie". En bref, Emilia Wojtyla a donné naissance à son fils en écoutant le chant de la Litanie de Lorette", a-t-elle ajouté.

    Saint Jean-Paul II a également dit à son secrétaire personnel Stanislaw Dziwisz qu'il était né au chant de la litanie en l'honneur de la Mère de Dieu, a-t-elle ajouté, précisant qu'il avait été élu pape à l'heure même de sa naissance.

    Les causes de sainteté des parents de saint Jean-Paul II ont été officiellement ouvertes en Pologne en mai. Karol, un lieutenant de l'armée polonaise, et Emilia, une institutrice, se sont mariés à Cracovie le 10 février 1906. Le couple catholique a donné naissance à trois enfants : Edmund en 1906, Olga, qui est décédée peu après sa naissance, et Karol en 1920.

    Avant de mourir d'une crise cardiaque et d'une insuffisance hépatique en 1929, Emilia était un élément essentiel de la foi dans le foyer. Au moment de sa mort, le jeune Karol Wojtyla était à un mois de son neuvième anniversaire.

  • Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

    IMPRIMER

    De Justin Lang  sur le National Catholic Register :

    Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

    "La tradition musicale de l'Église universelle est un trésor d'une valeur inestimable, plus grande encore que celle de tout autre art." -Sacrosanctum Concilium

    19 mai 2022

    Je suis un catholique depuis le berceau. Je suis né après que la messe de saint Paul VI était déjà bien établie. J'ai grandi en connaissant des hymnes comme 'On Eagle's Wings' et 'The King of Glory', et j'ai chanté avec enthousiasme depuis mon banc avec tous les hymnes de la messe, parce que je voulais participer activement, comme on me l'avait dit.

    Les choses ont commencé à changer lorsque j'ai lu, au milieu de la vingtaine, un excellent article qui suggérait les caractéristiques des chants que nous ne devrions pas chanter à la messe (c'était il y a environ 15 ans, et, malheureusement, je n'ai pas pu retrouver l'article).  Certaines de ces caractéristiques étaient les suivantes : ne pas chanter de chants qui contiennent une hérésie ou qui parlent plus de moi que de Dieu ; éviter les chants qui semblent appartenir à un piano-bar ou à une pièce de théâtre. J'ai commencé à être un peu plus réservé quant aux chansons que je chantais à la messe. Et les gens autour de moi ont commencé à faire attention.

    J'ai appris le piano quand j'étais enfant et j'ai adoré mes cours de chorale au lycée. Ainsi, lorsque j'ai commencé à chanter avec ma femme et mes enfants à la messe, les gens m'entendaient chanter fortement, et ils aimaient ma voix. Lorsque j'ai commencé à m'abstenir de chanter certains chants, nos voisins dans les bancs autour de moi l'ont remarqué. Ils ont commencé à poser des questions, et mes réponses sur le fait de chanter des hymnes adaptés à la messe les ont intrigués. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils commencent à me regarder lorsqu'un hymne était annoncé. Est-ce que je prenais le recueil de cantiques ? Ils ont suivi le mouvement.

    Nous étions déjà dans une paroisse qui suivait les rubriques de la liturgie plus étroitement que n'importe quelle autre du diocèse, et j'apprenais que ce n'était pas tout ce que cela pouvait être. J'ai commencé à lire les documents de l'Église sur la musique dans la liturgie, et j'ai été choqué. L'encyclique la plus récente sur la musique sacrée, Musicae Sacrae, a été écrite en 1955 par le pape Pie XII. Elle indique certains instruments qui conviennent aux rites sacrés, déclarant que "l'orgue occupe à juste titre la position principale" et que "le violon et les autres instruments de musique qui utilisent l'archet sont remarquables."

    Lire la suite

  • « Je n’ai jamais regretté de m’être converti au christianisme »

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGER - « Je n’ai jamais regretté de m’être converti au christianisme »

    17 mai 2022

    Dosso (Agence Fides) – « Il n’est pas facile d’être chrétien au Niger aujourd’hui, et plus encore après le djihadisme alimenté par des mouvements tels qu’Al-Qaïda ou Boko Haram, présents dans le pays », écrit à l’Agence Fides le Père Rafael Casamayor, prêtre de la Société pour les Missions Africaines (SMA), depuis la mission présente à Dosso. Le prêtre a rapporté le témoignage d’un chrétien qui est venu de l’islam et qui fait aujourd’hui partie de la communauté catholique de Dosso. « Il ne m’a pas fallu longtemps pour retrouver Pierre, c’est un homme discret, peu de mots et d’une vie intérieure intense. Un trésor dans notre mission parce qu’il nous amène immédiatement au cœur de notre foi, de notre amour pour Dieu et pour notre prochain ».

    « Je suis de Filengué, djerma ou songhay, comme vous préférez, – intervient Pierre – et depuis que je suis enfant j’ai reçu une éducation musulmane. Après l’école, je suis allé à la madrasa coranique où j’ai étudié les principes islamiques avec des enfants et des adolescents de mon âge. Déjà à la fin de l’adolescence, j’ai commencé à travailler comme soudeur dans un laboratoire où un jour j’ai trouvé des livres qui avaient été laissés sur les tables. J’en ai pris un et je l’ai ramené à la maison. J’ai commencé à le lire et depuis lors, je ne m’en suis pas séparé, c’était le Nouveau Testament », souligne l’homme. « J’ai adoré lire ce livre, il y avait des histoires qui me touchaient le cœur. J’aimais en parler avec certains collègues de travail, aucun d’entre eux n’était chrétien, mais ils savaient certaines choses. C’étaient des histoires pleines de tendresse et de proximité avec les plus pauvres, mais je ne savais pas à quoi elles correspondaient dans la vraie vie, je ne connaissais aucun chrétien. Plus tard, ils m’ont envoyé travailler à Agadez et là j’ai rejoint la communauté chrétienne. Je voulais en savoir plus sur les Évangiles et la vie des chrétiens. »

    « Mon séjour à Agadez a été une bénédiction pour tout ce que j’ai appris et vécu avec la communauté chrétienne très diversifiée : il y avait des Béninois, des Togolais, des Burkinabés, des Français, des Nigériens. J’ai vu reflété l’esprit que je croyais avoir découvert dans les Évangiles que j’ai lus à l’adolescence à Filengué, et qui sont devenus réalité. Au cours des années que j’ai passées à Agadez, j’ai non seulement découvert le message de Jésus et une communauté de référence qui m’a aidé à le vivre, mais j’ai aussi ouvert un chemin spirituel qui répondait à mes rêves d’adolescent qui avaient alimenté la lecture des Évangiles.

    Le missionnaire laïc conclut son témoignage en déclarant avec certitude qu’il n’a jamais regretté de s’être converti à la foi chrétienne, « pas même pour un seul jour. Ce que j’ai du mal à accepter, c’est que mes enfants sont toujours musulmans même si je ne les ai jamais forcés à suivre mes traces. » (RC/AP) (Agence Fides 17/5/2022)

  • "De brillants reflets du Seigneur de l'histoire" : le pape François canonise 10 nouveaux saints de l'Église catholique

    IMPRIMER

    De Hannah Brockhaus sur le National Catholic Register :

    "Brillants reflets du Seigneur de l'histoire" : Le pape François canonise 10 nouveaux saints de l'Église catholique.

    15 mai 2022

    Le pape François a reconnu dimanche 10 nouveaux saints de l'Église catholique lors d'une messe de canonisation sur la place Saint-Pierre.

    Il s'agissait de la première canonisation de l'Église depuis celle de saint John Henry Newman et de quatre autres en octobre 2019.

    Des religieux et religieuses, des prêtres et un laïc font partie des 10 personnes reconnues pour être au ciel après avoir mené une vie de sainteté exemplaire sur terre.

    "La sainteté ne consiste pas en quelques gestes héroïques, mais en de nombreux petits actes d'amour quotidien", a déclaré le pape François lors de son homélie du 15 mai (texte intégral), une journée chaude et ensoleillée à Rome.

    La messe a commencé par le rite de canonisation, qui comprenait la lecture de courtes biographies de chaque bienheureux, lues par le cardinal Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour les causes des saints.

    Une litanie des saints a été chantée avant que le pape François ne récite la formule de canonisation.

    Il a déclaré : "Pour l'honneur de la Sainte Trinité, l'exaltation de la foi catholique et l'accroissement de la vie chrétienne, par l'autorité de notre Seigneur Jésus-Christ, et des saints apôtres Pierre et Paul, et la nôtre, après une délibération appropriée et de fréquentes prières pour l'assistance divine, et après avoir demandé le conseil de plusieurs de nos frères évêques, nous déclarons et définissons saints les bienheureux Titus Brandsma, Lazare dit Devasahayam, César de Bus, Luigi Maria Palazzolo, Giustino Maria Russolillo, Charles de Foucauld, Marie Rivier, Maria Francesca di Gesu Rubatto, Maria di Gesù Santocanale et Maria Domenica Mantovani, et nous les inscrivons parmi les saints, décrétant qu'ils seront vénérés comme tels par toute l'Église. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit."

    "Servir l'Évangile et nos frères et sœurs, offrir notre vie sans rien attendre en retour, ni aucune gloire mondaine : Telle est notre vocation. C'est ainsi que nos compagnons de route canonisés aujourd'hui ont vécu leur sainteté", a déclaré le pape François.

    "En embrassant avec enthousiasme leur vocation - certains comme prêtre, d'autres comme femme consacrée, comme laïc - ils ont consacré leur vie à l'Évangile", a-t-il ajouté. "Ils ont découvert une joie incomparable, et ils sont devenus des reflets brillants du Seigneur de l'histoire. Voilà ce qu'est un saint : quelqu'un qui est un brillant reflet du Seigneur de l'histoire."

    "Puissions-nous nous efforcer de faire de même : le chemin de la sainteté n'est pas fermé, il est pour nous tous, et il commence avec le baptême. Il n'est pas fermé. Puissions-nous nous efforcer de faire de même, car chacun de nous est appelé à la sainteté, à une forme de sainteté qui lui est propre", a-t-il ajouté.

    Les nouveaux saints sont :

    Charles de Foucauld : Soldat et explorateur français qui devint moine trappiste et missionnaire catholique auprès des musulmans d'Algérie. Connu sous le nom de Frère Charles de Jésus, il a été tué en 1916 à l'âge de 58 ans.

    Titus Brandsma : Prêtre, professeur et journaliste néerlandais qui s'est opposé à la propagande nazie dans les journaux catholiques. Il a été tué par injection létale à Dachau en 1942.

    Devasahayam Pillai : Un laïc indien qui a été torturé et martyrisé après s'être converti de l'hindouisme au catholicisme au 18e siècle.

    Marie Rivier : Fondatrice de la Congrégation des Sœurs de la Présentation. Cette Française a fondé l'ordre en 1796, à l'âge de 28 ans, pendant le règne de la Terreur.

    Maria Francesca de Jésus : Fondatrice missionnaire du XIXe siècle qui a traversé sept fois l'océan Atlantique en bateau pour établir un ordre de sœurs capucines en Uruguay, en Argentine et au Brésil.

    Maria Domenica Mantovani : La première supérieure générale de l'Institut des Petites Sœurs de la Sainte Famille, qu'elle a cofondé pour servir les pauvres, les orphelins et les malades en Italie en 1892.

    Marie de Jésus Santocanale : La fondatrice des Sœurs Capucines de l'Immaculée Marie de Lourdes en Sicile en 1910. Elle passait la plupart de ses moments libres, de jour comme de nuit, devant le tabernacle.

    César de Bus : Prêtre catholique français qui a fondé deux congrégations religieuses au XVIe siècle. Il était un prédicateur et un catéchiste zélé, qui accomplissait de nombreuses œuvres de charité.

    Luigi Maria Palazzolo : Prêtre italien connu pour avoir créé les Sœurs des pauvres, ouvert un orphelinat et travaillé pour les pauvres.

    Giustino Maria Russolillo : fondateur des congrégations religieuses des Pères Vocationnels, des Sœurs Vocationnelles et de l'Institut Séculier des Apôtres de la Sanctification Universelle en Italie. Le prêtre s'est consacré à l'éducation des jeunes et à la culture de leurs vocations.

    La messe de canonisation a été suivie par environ 45 000 personnes, dont beaucoup sont venues de l'étranger.

    Parmi les personnes présentes sur la place Saint-Pierre figuraient également le président italien Sergio Mattarella, le ministre français de l'intérieur Gérald Darmanin, le ministre néerlandais des extérieurs Wopke Hoekstra, le ministre indien des minorités Gingee K.S. Mathan et le président algérien du Haut Comité islamique Bouabdellah Ghoulamallah.

  • Saint Simon Stock et le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel

    IMPRIMER

    mignard-n-saint-simon-stock-232x300.jpgSaint Simon Stock est fêté aujourd'hui. Catholique.org propose la notice biographique qui suit (et qui est empruntée à Mgr Paul Guérin, édition 1863, p. 229-233 -- Bollandistes, Paris, éd. 1874, tome V, p. 582, ...avec les inconvénients d'un style hagiographique assez daté.)

    Anglais d’origine, saint Simon Stock naquit d’une très illustre famille du Kent dont son père était gouverneur. Lorsqu’elle le portait, sa mère le consacra à la Sainte Vierge. On le voyait souvent tressaillir entre les bras de sa mère lorqu’elle prononçait le doux nom de Marie. Pour apaiser ses cris et ses pleurs, il suffisait de lui présenter une image de la Vierge Marie. Il n’avait pas encore un an qu’on l’entendit plusieurs fois articuler distinctement la salutation angélique. Cette dévotion précoce ne peut provenir que d’un mouvement extraordinaire de l’Esprit-Saint.

    A douze ans, Simon se retira au désert dans le creux d’un arbre, d’où lui vint le surnom de Stock qui signifie "tronc", en langue anglaise. Sa nourriture consistait en herbes crues, quelques racines et pommes sauvages, un peu d’eau claire lui servait de breuvage.

    Lire la suite

  • Une vie au service de Dieu, Vladimir Ghika (1873-1954) (16 mai)

    IMPRIMER

    On fête aujourd'hui une grande figure du catholicisme roumain, victime du communisme :

    source

    Une vie au service de Dieu, Vladimir Ghika (1873-1954)

    Vladimir Ghika est né le 25 décembre 1873, dans une famille régnante roumaine, à Constantinople, où son père représentait la Roumanie auprès de la Porte Ottomane. Sa mère est descendante d’une famille française. Il est baptisé et confirmé dans l’Eglise orthodoxe.

    Il arrive en 1878 en France, suit des études à Toulouse où il est licencié en droit, et ensuite à Paris où il intègre avec son frère l’Institut d’Études Politiques.

    Il souhaite devenir prêtre, et après des études à Rome, il obtient en 1898 une licence en philosophie et un doctorat en théologie. 

    En 1902, après de longues réflexions, il fait son entrée officielle dans l’Église catholique.

    Suite à une rencontre providentielle avec sœur Pucci, il introduit Les Filles de la Charité en Roumanie. Fidèle à la « théologie du besoin », qui sera la règle de sa vie, Vladimir va se vouer, avec une immense disponibilité pour les pauvres, les malades, les blessés, à diverses actions de charité.

    Pendant la Grande Guerre, on retrouve Vladimir Ghika à Rome ou Paris où il continue ses activités charitables dans les hôpitaux peuplés des blessés, victimes du tremblement de terre d’Avezzano en 1915, ou des tuberculeux de l’hospice de Rome. A Paris, il développe une importante activité diplomatique, il défend les intérêts de la France dans les milieux civils et ecclésiastiques, et œuvre au rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège. Le 4 octobre 1921, la France lui accorda la Légion d’honneur.

    Lire la suite

  • Bruxelles, 21 mai : "Témoigner du Christ auprès des musulmans"

    IMPRIMER

    21mai_bxl.png

  • Notre condition chrétienne…

    IMPRIMER

    commentée dans l’éditorial du bimensuel l’Homme Nouveau, rédigé par Philippe Maxence le 13 mai 2022 :

    « L’incompréhension créée en juillet dernier par la publication du motu proprio Traditionis Custodes, limitant drastiquement la célébration de la messe et des sacrements selon l’ancien rite, a été suivie d’une période d’incertitude, voire de flou.

    Pape_Francois-768x576.jpgAlors, pourquoi revenir sur un tel sujet qui divise d’ailleurs nos lecteurs ? Tout simplement parce que le 4 mai dernier s’est achevé à Rome un pèlerinage hors du commun, né justement du traumatisme apparu dans le sillage de ce texte. Regroupées sous l’appellation de « Voie romaine », des mères de prêtres ont voulu faire connaître à la fois leur inquiétude et leur espérance en se rendant à pied de Paris à Rome pour déposer aux pieds de François plus de 2 500 lettres lui demandant respectueusement de revenir sur les dispositions de son motu proprio.

    Sans recevoir l’ensemble du groupe, François a salué ces mères et s’est entretenu avec l’une d’elles. Certaines sont mamans de fils célébrant exclusivement l’ancien rite quand d’autres sont bi-ritualistes, montrant ainsi que toute l’Église est concernée par les décisions de François. Trois jours après avoir salué « La Voie romaine », François s’est exprimé devant les membres de l’Institut pontifical Saint-Anselme de Rome. Selon Vatican News, il aurait alors « déploré la volonté de certains de “rechercher les formes, les formalités plutôt que la réalité, comme nous le voyons aujourd’hui dans ces mouvements qui tentent de revenir en arrière et de nier le concile Vatican II”. L’évêque de Rome a ainsi regretté que certaines liturgies antéconciliaires soient “quelque chose sans vie, sans joie” ».

    « Notre Czestochowa national »

    Sans vie et sans joie ? Ceux qui ont pèleriné depuis quarante ans, et qui pèlerineront encore à la Pentecôte prochaine, vers Chartres, seront quelque peu étonnés de cette affirmation. La vie et la joie habitent ces milliers de chrétiens en marche, dont les plus jeunes ont entre 6 et 12 ans. Des jeunes pèlerins parfois bruyants, en tous les cas bien vivants et le montrant tout au long du parcours. Ce qui ne les empêche pas, malgré la fatigue et l’effort, d’assister à de très belles liturgies, permettant d’entrer dans le grand sacrifice du Christ.

    L’association qui organise chaque année cet événement de trois jours (une véritable ville en mouvement) fête en 2022 les quarante ans de son existence. Née dans l’esprit de Péguy, et à l’exemple du grand frère polonais de Cz?stochowa, cette longue procession entre Paris et Chartres exprime, selon le sermon de la Pentecôte 1985 de dom Gérard, le fondateur de Sainte-Madeleine du Barroux, « la condition même de la vie chrétienne qui est d’être un long pèlerinage et une longue marche vers le Paradis ». Une démarche spirituelle qui, à l’image de l’homme incarné, ne rechigne pas au secours des supports temporels. Dom Gérard le rappelait encore dans le même sermon : « La chrétienté est une alliance du sol et du ciel ; un pacte, scellé par le sang des martyrs, entre la terre des hommes et le paradis de Dieu ; un jeu candide et sérieux, un humble commencement de la vie éternelle. La chrétienté, mes chers frères, c’est la lumière de l’Évangile projetée sur nos patries, sur nos familles, sur nos mœurs et sur nos métiers. La chrétienté, c’est le corps charnel de l’Église, son rempart, son inscription temporelle. »

    À Dieu Monseigneur Schooyans

    À plusieurs reprises, Mgr Michel Schooyans avait dit son inquiétude devant l’évolution de la société libérale et il avait analysé ce qu’il n’hésitait pas à désigner, selon le titre d’un de ses ouvrages, comme la dérive totalitaire du libéralisme. Ces dernières années, il avait dénoncé l’idéologie globaliste et ses nombreuses répercussions. En 2000, par exemple, il voyait dans l’Organisation des Nations unies une matrice « de l’exaltation du culte néopaïen de la terre-mère » en vue d’établir un supergouvernement mondial.

    Ce serviteur de l’Église, une voix de plus en plus isolée au cours du temps, membre de l’Académie pontificale pour la Vie et de l’Académie pontificale de Sciences sociales, spécialiste des questions démographiques et plus largement de la doctrine sociale de l’Église, a rendu son âme à Dieu le 3 mai dernier. Il avait fait l’honneur de confier aux éditions de L’Homme Nouveau deux de ses derniers ouvrages : Le Prix humain de la mondialisation (voir ici) et De la casuistique à la miséricorde (voir ici). Toujours disponibles, ces livres gardent toute leur actualité, même si la situation n’a fait qu’empirer dans tous les domaines abordés.

    Au-delà de son œuvre et de son travail, nous garderons le souvenir d’un prêtre profondément bon, attentif aux autres. D’un combattant pour la vérité aussi ! Qu’il repose dans la douce lumière de Dieu. »

    Ref. Notre condition chrétienne

  • En marche vers l'Apocalypse ? Le Club des Hommes en Noir vous éclaire !

    IMPRIMER

    Retrouvez Le Club des Hommes en Noir pour sa troisième saison. Cette émission fondée en 2012, sur une radio bien connue, par Philippe Maxence, a un concept simple : l'actualité de l'Église décryptée par des prêtres et un laïc.

    Les abbés Barthe, Celier, le Père Thomas sj et Jeanne Smits sont les invités de Philippe Maxence dans le Club des Hommes en Noir. Les élections successives, les lois adoptées contre la famille, la vie et Dieu, le recul de la foi, le retour de la sorcellerie, les mauvaises nouvelles en pagaille semblent nous montrer que la fin des temps est proche ? Est-ce vrai et comment s'y préparer ? Publié sur le site web du bimensuel « L’Homme Nouveau » :

  • Liturgie et Tradition : la Voix Romaine entendue jusqu’à Rome ?

    IMPRIMER

  • "Peau à peau", parce que la vie n'a pas de prix

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Peau à peau – Héloïse des Monstiers

     

    Phrases chocs, termes crus, rythme haletant, Peau à peau se lit comme un roman policier. Héloïse des Monstiers y raconte la naissance de sa petite Garance, grande prématurée, au terme de 30 semaines d’aménorrhée.

    Le récit est violent, imprégné de colère et de peur. Peur du handicap qui pourrait résulter de cette naissance survenue trop tôt, peur que la vie s’arrête.

    Mais la vie sera plus forte. « C’est toi qui m’enseignes l’amour de la vie »[1], explique Héloïse à sa fille. « J’ai réalisé à quel point la vie est fragile »[2], témoigne-t-elle. Et précieuse, voudrait-on ajouter.

    Dommage qu’en guise de post-face l’auteur semble se sentir obligée d’interroger la pertinence de sauver tous ces petits prématurés, et le coût que cela représente pour la société. Leur vie aurait-elle un prix ? « Du côté des parents, la réponse est évidente. »[3]

    Editeur : Buchet-Chastel

    Date de parution : 03/03/2022

    Nombre de pages : 240

    [1] Peau à peau, édition Buchet-Chastel, p.171

    [2] Ibid. p. 196

    [3] Ibid. p. 231