Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 4

  • Les consciences éveillées changent l'histoire

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LES CONSCIENCES ÉVEILLÉES CHANGENT L'HISTOIRE

    5 juin 2024

    Il y a quarante-cinq ans, le New York Times examinait d'un œil critique les trois premiers jours du retour du pape Jean-Paul II dans sa patrie polonaise. Lisant les signes de l'époque à travers la sagesse conventionnelle du jour, la Dame grise a ensuite offert un jugement typiquement ex cathedra, dans un éditorial du 5 juin 1979 : « Autant la visite de Jean-Paul II en Pologne doit revigorer et réinspirer l'Église catholique romaine en Pologne, autant elle ne menace pas l'ordre politique de la nation ou de l'Europe de l'Est ».

    Oups.

    Tout d'abord, l'Église polonaise n'avait pas besoin d'être revigorée ou réinspirée en juin 1979 - elle était l'Église locale la plus forte derrière le rideau de fer, le dépositaire de l'identité nationale authentique de la Pologne et une épine constante dans le pied des autorités communistes. (Staline avait déclaré qu'essayer de rendre la Pologne communiste revenait à mettre une selle sur une vache, ce qu'il ne savait pas). Il était loin de s'en douter).

    Quant à « l'ordre politique de la nation », le chef du parti communiste polonais, Edward Gierek, a assisté subrepticement à la messe de rentrée de Jean-Paul II, le 2 juin, depuis une chambre d'hôtel située au-dessus de ce qui était alors la « place de la Victoire » de Varsovie. Lorsqu'il a entendu le pape appeler l'Esprit Saint à « renouveler la face de la Terre - de cette terre », alors que des centaines de milliers de Polonais scandaient « Nous voulons Dieu ! Il a certainement senti le vent du changement souffler, même si les anémomètres de New York n'ont pas enregistré ce qui équivalait à une tempête de force 10 sur l'échelle de Beaufort.

    Quant à « l'ordre politique ... de l'Europe de l'Est », le principal historien américain de la guerre froide, John Lewis Gaddis, de Yale, écrira en 2005 que « lorsque Jean-Paul II a embrassé le sol de l'aéroport de Varsovie le 2 juin 1979, il a entamé le processus par lequel le communisme en Pologne - et finalement partout ailleurs en Europe - prendrait fin ». C'est précisément l'argument que j'avais avancé treize ans plus tôt dans mon livre La révolution finale. J'y suggérais que, bien que de nombreux facteurs causaux aient façonné ce que nous connaissons comme la révolution de 1989, le facteur indispensable qui a déterminé quand la révolution s'est produite et comment elle s'est produite, c'est Jean-Paul II.

    Qu'a-t-il fait et comment l'a-t-il fait ?

    Ce qu'il a fait, c'est déclencher une révolution de conscience qui a précédé et rendu possible la révolution politique non violente qui a fait tomber le mur de Berlin, émancipé les pays d'Europe centrale et orientale et, grâce à l'auto-libération des États baltes et de l'Ukraine, fait imploser l'Union soviétique. L'amorce d'une telle révolution de conscience - les décisions d'hommes et de femmes déterminés à « vivre dans la vérité », comme l'a dit Václav Havel - était en place depuis quelques années en Europe centrale de l'Est. Des militants encouragés par l'Acte final d'Helsinki de 1975 et ses dispositions relatives aux droits de l'homme dites « Basket Three » avaient créé des organisations telles que la Charte 77 de Tchécoslovaquie, le Comité pour la défense des droits des croyants de Lituanie et le KOR (Comité de défense des travailleurs) de Pologne, qui étaient liés aux « Helsinki Watch Groups » d'Amérique du Nord et d'Europe de l'Ouest. Jean-Paul a fourni la flamme qui a allumé l'amadou et a contribué à maintenir le feu allumé par son soutien vocal à ceux qui prenaient « le risque de la liberté » (comme il l'a décrit aux Nations Unies en 1995).

    Et comment cela s'est-il produit ?

    La révolution de conscience de Jean-Paul II a commencé lorsqu'il a restitué au peuple polonais la vérité sur son histoire et sa culture, que le régime communiste polonais avait à la fois déformée et supprimée depuis 1945. Vivez dans cette vérité, a suggéré le pape du 2 au 10 juin 1979, et vous trouverez des outils de résistance que la force brute du communisme ne peut égaler. Jean-Paul n'a pas conçu ces outils ; c'est le peuple polonais qui s'en est chargé lorsque, quatorze mois plus tard, il a formé le syndicat Solidarité, qui s'est ensuite transformé en un vaste mouvement social. Mais le cœur et l'âme du mouvement, tout comme son nom, ont été façonnés par la pensée et le témoignage de Jean-Paul II.

    L'ami du pape, le prêtre philosophe Józef Tischner, a un jour décrit le mouvement Solidarité comme une grande forêt plantée par des consciences éveillées. L'image brillante du père Tischner mérite réflexion aujourd'hui. En effet, l'Occident a besoin d'être « reboisé » : il faut planter de nouvelles graines de conscience, reflétant les vérités fondamentales sur la dignité humaine auxquelles Jean-Paul II a fait appel au cours de ces neuf jours de juin 1979. C'est au cours de ces journées que l'histoire moderne a basculé - pour une fois - dans une direction plus humaine et plus noble.

    Pour reprendre les termes du professeur Gaddis, Jean-Paul II faisait partie de ces « visionnaires » qui, en tant que « saboteurs du statu quo », ont pu « élargir l'éventail des possibilités historiques ». Y a-t-il de tels visionnaires parmi nous aujourd'hui ?

    La chronique de George Weigel « The Catholic Difference » est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la William E. Simon Chair in Catholic Studies.

  • 7 juin : anniversaire de l'apparition de saint Joseph à Cotignac

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la NBQ :

    Cotignac, la plus célèbre apparition de saint Joseph

    7 juin 1660, Cotignac, Sud de la France : Saint Joseph apparaît à un jeune berger assoiffé et lui fait découvrir une source aux propriétés miraculeuses. Une apparition, reconnue par l'Eglise, qui ne cesse de porter du fruit.

    07_06_2024

    Statua di san Giuseppe con Gesù Bambino (foto dal sito del Santuario di Cotignac)

    Statue de Saint Joseph avec l'Enfant Jésus (photo du site du Sanctuaire de Cotignac)

    A l'occasion de l'anniversaire - qui tombe aujourd'hui 7 juin - de l'apparition de saint Joseph à Cotignac, nous publions ci-dessous un texte extrait du livre San Giuseppe, maestro per ogni stato di vita, d'Ermes Dovico et publié par Nuova Bussola.

    ***

    Nous sommes dans une petite ville du sud de la France (région Provence-Alpes-Côte d'Azur). Nous sommes le 7 juin 1660 et un jeune berger, Gaspard Ricard, fait paître ses moutons sur le mont Bessillon. Il est environ une heure de l'après-midi et la chaleur est intense. Épuisé par la soif, Gaspard s'allonge sur le sol. Soudain, il voit apparaître un homme imposant et vénérable qui lui montre un gros rocher et lui dit : « Je suis Joseph, soulève ce rocher et tu boiras ».

    Gaspard, à la vue de ce rocher, hésite (plus tard, au soir de ce 7 juin, huit hommes parviendront à le déplacer avec beaucoup de difficultés). Mais Joseph lui répète l'ordre. Cette fois, le berger obéit, soulève le rocher avec facilité et voit couler de l'eau fraîche en abondance. Il boit avec appétit à cette source inattendue, mais lorsqu'il relève la tête, il s'aperçoit qu'il est seul.

    Vers trois heures de l'après-midi, Gaspard se rend sur la place principale de Cotignac et raconte ce qui lui est arrivé. La nouvelle de l'apparition de saint Joseph se répand rapidement et les pèlerins découvrent que cette source du Bessillon a des propriétés hors du commun : rares sont ceux qui reviennent guéris de fièvres, de maladies des yeux et d'autres infirmités ; surtout, les grâces spirituelles de guérison et de fortification intérieure ne se comptent plus.

    Grâce aux dons des fidèles, il a été décidé de construire une chapelle. Deux mois après l'apparition, le 9 août, la pose de la première pierre fut bénie. Les travaux furent achevés en octobre 1660. Mais dès l'année suivante, l'église étant insuffisante pour faire face à l'afflux de fidèles, un bâtiment plus grand fut mis en chantier. C'est le sanctuaire consacré en 1663 - toujours debout et destination des pèlerins - qui se trouve à côté de l'emplacement de la source miraculeuse, où est gravé en langue locale un passage significatif du prophète Isaïe [voir photo ci-contre, de Maria Bigazzi] : Haurietis aquas in gaudio de fontibus Salvatoris, « Vous puiserez avec joie l'eau des sources du salut » (Is 12, 3).

    L'apparition eut lieu alors que sévissait en France le jansénisme qui, par sa dureté et sa conception erronée de la miséricorde divine, éloignait les gens des sacrements, principalement de la confession et de l'Eucharistie, et critiquait également le culte des saints et de la Vierge Marie elle-même.

    A cet égard, il convient de rappeler que toute la Sainte Famille s'est manifestée à Cotignac en l'espace de moins d'un siècle et demi. En 1519, donc à l'aube de la crise religieuse initiée par Luther, la petite commune française avait en effet été le théâtre de deux apparitions - qui eurent lieu les 10 et 11 août (à environ trois kilomètres de l'endroit où saint Joseph apparaîtra plus tard seul) - de la Vierge Marie avec l'Enfant Jésus dans les bras. La Mère de Dieu avait demandé au voyant, le bûcheron Jean de la Baume (parfois appelé « de la Saque » ou « de la Mire », les noms de famille étant rarement fixés à l'époque), de dire au clergé et aux consuls de Cotignac de travailler à la construction d'une chapelle sous le vocable de Notre-Dame des Grâces et de s'y rendre « en procession, pour recevoir les dons que je veux vous répandre ». Et quelque temps plus tard, cette église, bientôt construite en obéissance à l'ordre céleste (la première pierre fut posée le 14 septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte Croix, en 1519), fut confiée à la garde des Oratoriens.

    C'est à cette même famille religieuse qu'au siècle suivant, suite aux événements liés à la source du Bessillon, l'évêque de l'époque, l'Italien Giuseppe Zongo Ondedei, dans une lettre datée du 31 janvier 1661, confie la garde du lieu et de la chapelle en l'honneur de saint Joseph. Nous, voulant suivre (...) les voies que la divine Providence nous a tracées, et pour ne pas séparer les choses qu'elle a voulu unir, nous avons cru qu'il n'y avait rien de mieux que de confier l'administration de la chapelle de l'époux [Joseph] à ceux qui remplissent si bien celle de l'épouse [Marie]", écrit l'évêque Ondedei. Un petit monastère fut également construit à côté du sanctuaire.

    Plus d'un siècle plus tard, la Révolution française entraîne l'abandon de ce lieu béni. Le monastère tombe en ruine, tandis que la chapelle reste debout, entretenue par les curés de Cotignac et ouverte deux à trois fois par an aux fidèles, notamment pour la solennité du 19 mars.

    Le XXe siècle est le siècle de la renaissance du culte au Bessillon. Dans sa lettre pastorale du 1er février 1971, où il rappelle le caractère exceptionnel de la visite de saint Joseph, Monseigneur Gilles-Henri-Alexis Barthe, évêque de Fréjus-Tolone (1962-1983), écrit : « Nous avons sans doute trop oublié le privilège de cette visite du Saint Patriarche à l'un des plus humbles jeunes gens de notre pays. [Joseph] s'est retiré dans son silence, mais la source continue de couler, témoin de son passage. Il fut un temps où les pèlerins étaient plus nombreux à venir le prier. Dans les joies et les espoirs, les peines et les angoisses de ce temps, combien de leçons nous pouvons tirer de saint Joseph, le bienfaiteur juste, attentif et silencieux. Combien de grâces nous devons lui demander pour l'humanité, pour l'Eglise dont il est le Patron, pour notre pays, pour notre diocèse".

    En l'année sainte 1975, le retour en France des bénédictins du monastère Saint-Benoît de Médéa (Algérie) s'avère providentiel pour Cotignac : les religieux reprennent le sanctuaire de Saint-Joseph et reconstruisent le monastère (en confiant la tâche à l'architecte Fernand Pouillon), en veillant à harmoniser les nouveaux bâtiments avec ceux du XVIIe siècle. Le reste est de l'histoire récente.

  • Homélie pour la Fête-Dieu à l’Église du Saint-Sacrement à Liège : par Jean-Pierre Delville, évêque de Liège 1er juin 2024

    IMPRIMER

    Chers Frères et Sœurs,

    La Fête-Dieu, c’est l’actualisation de la Pâque aujourd’hui, c’est la fête de Pâques pour moi, pour nous, dans la communion au corps du Christ. En effet, Pâque, c’est le Christ qui donne sa vie pour nous et qui ressuscite pour la vie éternelle. C’est la Fête-Dieu, c’est notre communion à ce don de soi et à cette vie nouvelle dans le Christ. Comme le dit Jésus : « Celui qui me mange vivra par moi ; celui qui mange ce pain vivra éternellement » (Jn. 6, 56-58).  

    Ce mystère de vie est aussi un mystère d’amour, l’amour de Dieu pour nous, qui se manifeste dans le don que Jésus nous fait de son Corps et de son Sang, c’est-à-dire le don de toute sa vie. Nous découvrons que nous sommes des gens qui sont aimés, et non pas des gens lancés dans la vie par le hasard des choses. Chacun de nous est aimé par le Christ et nous sommes invités à répondre à cet amour en communiant avec lui et en recevant son Corps. Jésus nous a aimés le premier. Il est mort pour nous, c’est-à-dire qu’il est allé jusqu’au bout de sa vie d’amour, il n’a pas reculé au dernier moment. Mais il a voulu donner un signe du fait qu’il offrait sa vie pour nous. Il a voulu donner un signe qui dure : c’est le saint Sacrement de son Corps et de son Sang. Avant tout, nous le recevons comme un cadeau qui nourrit nos vies ; mais ensuite, nous nous engageons à répondre à ce cadeau par une vie qui répand l’amour autour d’elle.  C’est pourquoi nous conservons le Saint-Sacrement pour contempler en adoration cet amour reçu et pour diffuser cet amour autour de nous. L’Église conserve au tabernacle le sacrement du Corps du Christ pour qu’il soit une nourriture spirituelle perpétuelle.

    Cette année, nous faisons ici mémoire du carme Jean Soreth, pour lequel l’abbé Dor a préparé une exposition au fond de l’église. Le bienheureux Jean Soreth a habité Liège très régulièrement ; en 1451 il est élu supérieur général des carmes jusqu’à sa mort en 1471. Pour nous Liégeois, il est célèbre parce qu’il a tenté de convaincre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire de ne pas mettre Liège à feu et à sang en 1468. Malheureusement il n’a pas réussi à apaiser le duc. Dans le sac de la ville, Jean Soreth a assisté à un sacrilège : les hosties consacrées conservées dans le tabernacle d’une église ont été renversée sur le sol. Alors il s’est précipité au péril de sa vie pour les sauver et a réussi à les placer dans le tabernacle de son église. Il croyait de tout son cœur à la présence réelle du Corps du Christ sous les espèces du pain consacré. Cela se passait pas loin d’ici, place des Carmes, au croisement avec la rue Saint-Paul.

    Là il a prêché le carême en 1451 et ses sermons ont été transcrits par un père Croisier ; le manuscrit est encore conservé aujourd’hui à la Bibliothèque du Séminaire. Il insiste dans son premier point sur notre réconciliation avec Dieu  par la communion et il nous invite à nous donner à Dieu. En effet, Jean Soreth insiste sur la recherche personnelle de la purification du cœur, dans une communion continuelle à Dieu[1]. Comme le dit Jean Soreth d’une manière audacieuse, il ne suffit pas de communier au pain reçu du Christ, il nous faut aussi à notre tour offrir au Christ un bon pain, fait de farine bien moulue. En effet, comme Jésus le dit dans l’Apocalypse : «  Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi » (Ap. 3, 20). Si le Seigneur vient prendre son repas chez nous, nous devons lui servir du bon pain.

    Lire la suite

  • Bruxelles, 12 juin : "Au service des plus pauvres à Calcutta", conférence du père Laurent Bissara (KTO Belgique)

    IMPRIMER

    Téléchargez les images - 1

    KTO Belgique a la joie de vous inviter à la conférence

    AU SERVICE DES PLUS PAUVRES À CALCUTTA

    par le père Laurent Bissara

    le mercredi 12 juin à 19h

    conférence à 19h15 suivie d'une réception offerte - fin 21h45

    Adresse du jour : IPM Group - Rue des Francs, 79 à 1040 Bruxelles

    Réservations souhaitées (nombre de places limité)

    Pour toute question 0485 71 83 79

  • Débarquement en Normandie : relire les textes prophétiques du cardinal Ratzinger

    IMPRIMER

    Du site "Benoît-et-moi" :

    3 juin 2024

    Aujourd’hui, alors que s’annonce une « semaine mémorielle » que nos médias, faisons-leur confiance, vont probablement nous rendre insupportable, entre anecdotes dérisoires, remplissage sans intérêt, vacuité absolue de la réflexion, méconnaissance de l’histoire, anachronismes divers et surtout récupérations de toutes sortes (cela peut toujours servir, à la veille des élections), il est indispensable, pour les chrétiens et les européens de relire ces textes prophétiques qui nous indiquent le vrai chemin vers la paix, et sont donc, dans un tout autre contexte, d’une actualité brûlante.

    Les textes qui suivent sont rassemblés avec d’autres dans un livre publié en 2005 sous le titre « L’Europe, ses fondements aujourd’hui et demain« , que l’éditeur indiquait alors comme « le dernier livre du cardinal Ratzinger »

    Extrait du discours splendide au cimetière allemand de la Combe

    LE CARDINAL SE RECUEILLE SUR LES TOMBES DU CIMETIERE MILITAIRE ALLEMAND DE LA CAMBE, EN 2004

    La grâce de la réconciliation

    In « L’Europe, ses fondements aujourd’hui et demain » , pages 137 et suivantes:
    —–
    C’est le moment de nous mettre à genoux, pleins de respect, devant les morts de la Deuxième Guerre mondiale, nous rappelant les innombrables jeunes gens de notre patrie, leur avenir, leurs espérances détruits au cours de ce sanglant massacre de la guerre. En tant qu’Allemands, nous sommes douloureusement frappés à la pensée que leur élan, leur idéal, leur loyauté envers l’État aient été instrumentalisés par un régime sans justice.

    Mais cela n’entache pas l’honneur de ces jeunes hommes, dans les consciences desquels Dieu a pu regarder. Chacun d’eux se tient, personnellement, en sa présence, avec tout son trajet de vie, avec sa mort violente; chacun se tient devant ce Dieu dont la bonté miséricordieuse, nous le savons, garde tous nos morts. Ils n’ont désiré faire que leur devoir, non sans de nombreux doutes et de nombreuses interrogations. Mais ils nous regardent et nous interpellent : «Et vous ? Oui, vous, qu’allez-vous entreprendre pour que les jeunes ne soient plus contraints à la guerre? Qu’allez-vous faire pour que le monde ne soit pas, une fois encore, dévasté par la haine, la violence, le mensonge ? »

    Le rôle historique de la foi chrétienne dans le retour de l’Europe à la vie est incontestable. C’est le grand mérite du christianisme, non seulement d’avoir donné naissance à l’Europe après le déclin de l’Empire gréco-romain et après la période des invasions barbares. Et la renaissance de l’Europe, après la Seconde Guerre mondiale, s’enracine également dans le christianisme, et donc dans la responsabilité de l’homme devant Dieu : nous en avons bien conscience, là réside le fondement ultime de l’État de droit, ainsi que le stipule clairement la Constitution allemande, établie après la chute du nazisme. Quiconque, aujourd’hui, veut construire l’Europe comme bastion du droit et de la justice, susceptible de valoir pour tous les hommes de toutes les cultures, ne peut se réclamer d’une raison abstraite, qui ignore Dieu et n’appartient à aucune culture précise, mais qui prétend mesurer toutes les cultures à l’aune de son propre jugement.

    .
    Mais de quelle mesure s’agit-il? Une telle raison, peut-elle garantir une liberté quelconque, peut-elle refuser quelque chose? Aujourd’hui encore, responsabilité devant Dieu, enracinement dans les grandes valeurs, vérité de la foi chrétienne – valeurs qui débordent toutes les confessions chrétiennes, car elles sont communes à toutes -, telles sont les forces – absolument nécessaires pour construire une Europe unie, et qui soit infiniment plus qu’un unique bloc économique : une communauté de droit, un bastion du droit, non seulement pour elle-même, mais aussi pour l’humanité entière.

    .
    Les morts de La Combe nous interpellent : ils sont dans la paix de Dieu, mais ils ne cessent de nous demander : «Et vous, que faites-vous pour la paix ? » Ils nous mettent en garde devant un État susceptible de perdre les fondements du droit et d’en couper les racines. Le souvenir de la souffrance et des maux de la Seconde Guerre mondiale uni au souvenir de la grande aventure de la réconciliation qui, grâce à Dieu, s’est accomplie en Europe, nous indiquent où se trouvent ces forces capables de guérir l’Europe et le monde.

    La terre peut devenir lumineuse, et le monde peut être humain à une seule condition : laisser Dieu entrer dans notre monde.

  • Les chrétiens araméens, Israël et Gaza : Entretien avec Shadi Khalloul

    IMPRIMER

    De Monica Seeley sur le Catholic World Report :

    Les chrétiens araméens, Israël et Gaza : Entretien avec Shadi Khalloul

    Après avoir entendu un professeur qualifier l'araméen de langue morte, Shadi Khalloul s'est donné pour mission de maintenir en vie son héritage araméen.

    4 juin 2024

    Shadi Khalloul se souvient parfaitement du moment où son « rêve américain » s'est éteint.

    C'est le moment où un professeur de l'université du Nevada à Las Vegas a qualifié l'araméen de langue morte. La classe étudiait la Bible en tant que littérature et avait rencontré les mots araméens prononcés par le Christ, Talitha kumi.

    Khalloul a levé la main pour expliquer que la langue n'est pas morte ; elle est en fait bien vivante au Moyen-Orient, où les chrétiens maronites prient encore en araméen et l'utilisent parfois dans la vie quotidienne.

    Il a quitté la classe avec une mission surprise : faire un exposé sur l'araméen.

    Israélien d'origine libanaise, Khalloul préparait un diplôme en commerce international et en finance. Il envisageait de quitter Israël pour faire carrière aux États-Unis.

    Une semaine plus tard, il a fait découvrir à la classe la langue araméenne, ses racines bibliques, sa signification pour lui en tant que chrétien syriaque maronite et la manière dont sa communauté a lutté pour maintenir son identité. Il a été étonné par l'attention soutenue de son auditoire américain.

    Il a terminé sa présentation en enseignant à la classe la prière du Seigneur en araméen. Ulo Tellan lanisyana Ello Fatzey lan min beesha... Amin. Lorsqu'il a terminé, il a été surpris de voir des étudiants les larmes aux yeux.

    Khalloul avait trouvé sa vocation. « La Bible a changé ma vie et m'a ramené chez moi », dit-il.

    Un chrétien araméen en Israël

    Au lieu de poursuivre sa carrière aux États-Unis, il est retourné en Israël, dans sa ville natale de Gush Halav, au nord de la Galilée. Depuis plus de vingt ans, il travaille sans relâche au nom de la communauté chrétienne araméenne en Israël.

    J'ai parlé à Khalloul de ce que signifie être un chrétien araméen, de son travail pour préserver son héritage et de ce qu'il pense du conflit entre Israël et le Hamas.

    Israël ne compte que 15 000 chrétiens araméens. Depuis des générations, ils sont considérés comme une minorité au sein d'une minorité : un sous-ensemble de la population arabe d'Israël, majoritairement musulmane.

    Khalloul, 48 ans, veut changer cela. Il a mis en place des programmes d'enseignement de l'araméen aux jeunes chrétiens et fait pression sur le gouvernement israélien pour défendre les droits des chrétiens araméens. Il s'est présenté cinq fois à la Knesset. Il a quitté son emploi dans le marketing de haute technologie pour se consacrer à plein temps au projet, en tant que président de l'Association chrétienne israélienne d'araméen (ICAA).

    Grâce aux efforts de Khalloul, les chrétiens araméens d'Israël n'ont plus à porter de carte d'identité les identifiant comme « chrétiens arabes ».

    Il s'agit d'une distinction extrêmement importante pour les 15 000 chrétiens araméens d'Israël, dont l'identité est ancrée dans une langue qui remonte au XIe siècle avant J.-C. et qui se considèrent comme liés au peuple juif par des liens culturels. La majorité d'entre eux sont des maronites, des catholiques orientaux en union avec Rome.

    Selon M. Khalloul, « chrétien arabe » est une appellation erronée pour un peuple qui n'est ni ethniquement ni historiquement arabe. Comme la plupart des chrétiens araméens d'Israël, ses ancêtres remontent au Croissant fertile, et non à la péninsule arabe - dans le cas de sa famille, au Mont-Liban et dans la région d'Alep en Syrie, qui était l'ancien État araméen d'Aram Soba.

    Les premiers chrétiens ont diffusé l'Évangile et la langue araméenne dans toutes les directions. Parcourez la carte géographique du peuple araméen et vous irez du nord d'Israël aux montagnes du Liban, et du nord de la Syrie à l'Irak et à une partie de la Turquie.

    L'Église araméenne de l'Est est devenue connue sous le nom de « syriaque » - « de Syrie », le mot grec pour « Aram ». Syriaque et araméen sont deux mots désignant la même langue, le syriaque étant généralement utilisé dans les contextes ecclésiastiques et l'araméen décrivant généralement la vie de tous les jours.

    La plupart des communautés syriaques se sont séparées de Rome au moment du Grand Schisme. Par la suite, certains syriaques, dont les maronites du Liban, sont revenus à l'union avec Rome.

    Au fur et à mesure que les vagues musulmanes successives conquéraient le Moyen-Orient, les chrétiens araméens ont adopté la langue arabe et se sont assimilés pour se protéger. L'arabe « était une langue imposée » sous la domination islamique, explique M. Khalloul. « Malheureusement, nous avons perdu une culture. Il s'agissait d'un génocide culturel et linguistique.

    Lire la suite

  • 4 millions de fidèles étaient présents à Namugongo pour la Journée des martyrs ougandais

    IMPRIMER

    De Vatican News (Père Isaac Ojok) :

    Journée des martyrs ougandais: 4 millions de fidèles à Namugongo

    Des centaines de milliers de pèlerins se sont rendus ce lundi 3 juin au sanctuaire de Namugongo, à une vingtaine de kilomètres de la capitale Kampala, pour assister aux célébrations de la Journée des martyrs ougandais, tués entre 1885 et 1887 en raison de leur foi.

    Ils ont parcouru de très longues distances, mettant pour certains des semaines à se rendre au sanctuaire pour cette journée de commémoration. Ils venaient des 19 diocèses d'Ouganda, répartis dans les quatre provinces ecclésiastiques des archidiocèses de Gulu, Tororo, Mbarara et Kampala, mais aussi d’autres pays du continent, tels que le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, le Rwanda, le Burundi, le Nigeria, le Soudan du Sud et l'Afrique du Sud. Enfin, certains ont quitté l'Europe et les Amériques pour participer à la Journée des martyrs, célébrée chaque année. En Ouganda, le 3 juin est un jour férié, en l'honneur des 22 martyrs catholiques tués au XIXème siècle en raison de leur foi catholique.

    Quatre millions de pèlerins ont convergé vers le sanctuaire. Les célébrations ont été favorisées par un temps relativement frais. La sécurité était très stricte, assurée par la police et l'armée ougandaises. Mais ce qui explique cette affluence, telle qu’elle est rapportée par l’agence Fides, est sans doute lié au calendrier.

    Cette année, l'Église catholique en Ouganda commémore le 60e anniversaire de la canonisation des martyrs ougandais par le Pape Paul VI en 1964. Elle commémore également les 145 ans de la foi catholique dans le pays, apportée par les Missionnaires d'Afrique, communément appelés les Pères Blancs.

    Une nouvelle façon d'être chrétien

    Le diocèse catholique de Nebbi, dans le nord-ouest de l'Ouganda, a animé la liturgie nationale sur le thème «Mais moi et ma famille, nous servirons le Seigneur», tiré de Josué 24:15. Et Mgr Raphael p'Mony Wokorach MCCJ, archevêque de l'archidiocèse de Gulu, a présidé la célébration eucharistique, concélébrée par de nombreux évêques et prêtres.

    Au début de son homélie, Mgr Wokorach a remercié la Conférence épiscopale d'Ouganda d'avoir donné au diocèse catholique de Nebbi l'occasion d'organiser cette Journée des martyrs. Une célébration qu’il a jugée «très importante pour les chrétiens d'Ouganda et pour l'Église dans son ensemble», car elle permet d’exprimer la reconnaissance de l’Église pour la bonté de Dieu manifestée au peuple ougandais. «C'est un acte qui rafraîchit notre façon d'être chrétiens en Ouganda et ailleurs».

    Vivre une nouvelle Pentecôte

    Pour Mgr Wokorach, la Journée des martyrs ougandais est comparable à «l'expérience d'une nouvelle Pentecôte, un moment où des personnes de tous les coins du monde se rassemblent dans la prière comme une seule famille de Dieu, unie dans la foi».

    Il a ensuite invité les pèlerins à s'inspirer de l'héritage des martyrs ougandais, qui ont vécu et fait preuve d'une foi inébranlable, même si leur vie était en danger. Les martyrs ont pris au sérieux la parole de Dieu, qui a façonné et marqué leur vie, a-t-il souligné.

    Le fléau de la corruption

    Suivant l'exemple des martyrs ougandais, qui sont restés fermes sur les principes solides de leur foi, Mgr Wokorach a également pris le temps d'encourager les dirigeants du pays, les décideurs politiques et tous ceux qui détiennent l'autorité à s'inspirer de leur courage et à s'attaquer au fléau de la corruption en Ouganda. «La corruption a désormais pénétré la plupart des secteurs de la société ougandaise», a déclaré l'évêque devant le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni, invité d'honneur des célébrations auxquelles ont également pris part des législateurs ougandais, des leaders culturels et des chefs de différents partis politiques.

    Au terme de son homélie, l’archevêque de Gulu a encouragé les chrétiens à embrasser le sacrement du mariage comme moyen de renforcer les familles et les nations. Il a souligné que les familles ont pour modèle la Sainte Famille de Nazareth, un exemple qui mérite d'être imité.

    Il a conclu en invoquant la grâce de Dieu sur tous les pèlerins et en priant pour que le Seigneur considère avec bienveillance toutes leurs intercessions.

  • Un chrétien agressé à Sargodha (Pakistan) pour blasphème présumé succombe à ses graves blessures

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un chrétien agressé à Sargodha pour blasphème présumé succombe à ses graves blessures

    3 juin 2024  
     
    Rawalpindi (Agence Fides) - Nazir Masih, le chrétien de 72 ans qui avait été attaqué et battu par une foule le 25 mai dernier à Sargodha, une ville du Pendjab pakistanais, est décédé ce matin, 3 juin, à l'hôpital de Rawalpindi. Il était accusé d'un prétendu « blasphème ». Selon les informations fournies par les autorités hospitalières, l'homme est décédé des suites des blessures qu'il avait subies, dont certaines à la tête. L'homme avait été injustement accusé d'avoir profané le Coran dans la colonie Mujahid de Sargodha (voir Fides 27/5/2024). Une foule armée de bâtons, de pierres et d'autres armes s'était rassemblée devant la maison de Masih, propriétaire d'une petite fabrique de chaussures dans la région, avec l'intention de le punir. L'intervention de la police lui avait évité d'être lynché, mais l'homme était néanmoins gravement blessé, et d'abord transporté à l'hôpital local, puis transféré à celui de Rawalpindi pour y être soigné et opéré, dans un pronostic critique. Aujourd'hui, il est décédé.

    L'avocat catholique Khali Tahir Sandhu, sénateur du Punjab et ministre des Droits de l'Homme du gouvernement de la province, commente à l'Agence Fides : « C'est le cœur lourd et avec une profonde tristesse que nous avons appris la nouvelle. Sa mort est une perte dévastatrice qui pèse lourdement sur nos cœurs et témoigne de la violence insensée qui a causé sa disparition. Il était un membre cher de notre communauté et sa mort prématurée laisse un vide. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à tous ceux qui le connaissaient et l'aimaient ».

    Le ministre Sandhu a ajouté : « La communauté chrétienne et les autres minorités religieuses se demandent quand cette brutalité cessera au Pakistan. Nous implorons la justice et la paix et restons unis dans la condamnation de toutes les formes de violence et de discrimination. Nous espérons que toutes les personnes de bonne volonté se joindront à nous et nous soutiendront pour demander justice pour les victimes et faire de ce cas un exemple pour punir les auteurs et arrêter les extrémistes ».

    Le grave épisode de Sargodha - que l'avocat Sandhu avait qualifié de « mobocratie », c'est-à-dire « le pouvoir violent de la foule qui s'impose à la loi » - avait provoqué des protestations et une vague d'indignation au Pakistan et dans le monde entier, notamment parce que les accusations de blasphème se sont révélées infondées, mettant en évidence l'utilisation abusive de la loi pour s'en prendre aux minorités religieuses et aux chrétiens en particulier.

    Au Pakistan, des manifestations ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs villes, comme Peshawar et Karachi. Les manifestants ont condamné l'incident, exigé une enquête gouvernementale transparente et demandé des poursuites judiciaires contre les auteurs de fausses accusations.

    Le Conseil de l'idéologie islamique, présidé par Raghib Hussain Naimi, a également demandé aux tribunaux spéciaux d'enquêter sur l'incident de Sargodha « pour punir ceux qui ont commis des crimes odieux », soulignant l'urgence de prévenir la violence collective. Il a qualifié les attaques d'« ignobles » et d'« anti-islamiques » et a demandé que les auteurs (la police a arrêté 44 personnes) soient traduits en justice.

    (PA) (Agence Fides  3/06/2024)

    Lire également : What’s behind the latest killing of a Christian in Pakistan?

  • Le Roi Albert et la Reine Paola ont rencontré les parents de Carlo Acutis

    IMPRIMER

    Lu sur Otheo :

    Le Roi Albert et la Reine Paola rencontrent les parents de Carlo Acutis

    Albert et Paola ont visité l'église d'Assise où est vénéré le corps du jeune bienheureux et peut-être futur saint Carlo Acutis.

    03/06/2024

    Le roi Albert et la reine Paola ont rencontré les parents de Carlo Acutis, le jeune homme de 15 ans qui pourrait devenir le premier saint de ce siècle. C'est ce qui s'est passé début avril, lorsque les anciens monarques belges Albert et Paola se sont rendus en pèlerinage à Assise, en Italie. Ils ont visité plusieurs lieux de pèlerinage, dont le tombeau de François d'Assise et le sanctuaire qui abrite le corps du jeune candidat saint Carlo Acutis. 

    Décédé en 2006 à l'âge de 15 ans, Acutis est surnommé « l'influenceur de Dieu ». Le pape François a récemment donné son feu vert à sa canonisation. 

    Il est de notoriété publique que l'ancien couple royal accorde une grande importance à la foi catholique. Le roi Albert fête ses 90 ans cette semaine et la reine Paola ses 86 ans.

    Het vorstenpaar, geflankeerd door broeder Rangel en Werner-Edouard de Saeger van Nattenhaesdonck, die het koningspaar vergezelde.
    Le couple royal, flanqué de Frère Rangel et Werner-Edouard de Saeger van Nattenhaesdonck, qui ont accompagné le couple royal. Site web de la paroisse St Jan Den Bosch

    À Assise, Albert et Paola ont également rencontré le frère néerlandais Rangel, un franciscain. Il a prié avec le roi et la reine pour la santé du roi Albert. La rencontre a eu lieu dans la chapelle où saint François a fondé l'ordre et où sainte Claire est entrée dans la vie religieuse.

  • 15 000 catholiques assistent à la procession eucharistique lors de la fête du Corpus Christi à Sydney, en Australie

    IMPRIMER

    Walk with Christ - Catholic Archdiocese of Sydney

    De Clare Marie Merkowsky sur LifeSite News :

    15 000 catholiques assistent à la procession eucharistique lors de la fête du Corpus Christi à Sydney, en Australie

    15 000 catholiques ont bravé le vent et le froid pour assister à la procession eucharistique dans les rues de Sydney, en Australie, à l'occasion de la solennité du très saint corps et sang du Christ.


    Featured Image
    3 juin 2024

    SYDNEY, Australie (LifeSiteNews) - Environ 15 000 catholiques ont bravé le vent et le froid pour assister à une procession eucharistique à Sydney, en Australie, lors de la fête du Corpus Christi. 

    Le 2 juin, le dimanche suivant la fête catholique du Corpus Christi, environ 15 000 catholiques ont marché dans les rues de Sydney, en Australie, conduits par le Saint-Sacrement, dans le cadre d'une ancienne tradition visant à honorer la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie.  

    « Aujourd'hui, mon cher peuple, vous avez publiquement reconnu Dieu », a déclaré l'archevêque de Sydney, Mgr Anthony Fisher, à la foule. « Aujourd'hui, vous avez témoigné publiquement de l'espoir et de l'unité.

    « Mon cher peuple, vous venez de proclamer à notre ville le don de la rédemption en Jésus-Christ. Non pas par des arguments solides, une rhétorique intelligente ou des effets spéciaux, mais simplement en 'marchant avec le Christ' que vous aimez", a-t-il poursuivi. 

    « Vous avez proclamé que le Christ vit dans notre ville, dans nos communautés, dans nos cœurs. Il nous a tout donné, son corps et son sang, toute sa substance et sa réalité, tout son esprit et sa grâce, pour que personne ne soit laissé pour compte. Donnez-lui tout en retour", a-t-il déclaré.   

    Les processions eucharistiques sont une pratique catholique traditionnelle, les jours de fête comme le Corpus Christi - la solennité du très saint corps et sang du Christ - étant un moment habituel pour organiser un tel événement. Au cours de la procession, le Saint-Sacrement est porté par un prêtre ou un évêque dans les rues, suivi par les fidèles qui chantent des hymnes.   

    Si de nombreuses paroisses ont abandonné cette pratique, celles qui organisent la procession sont souvent surprises par le nombre de catholiques qui viennent honorer le Christ dans la Sainte Eucharistie. 

    En effet, selon les rapports locaux, les 15 000 catholiques comprenaient des personnes originaires de Samoa, du Vietnam, du Liban, du Portugal, de Croatie et d'Amérique latine.  

    « L'élan en faveur d'une culture eucharistique vivifiée à Sydney est en marche », a déclaré l'évêque auxiliaire de Sydney, Mgr Richard Umbers, au Catholic Weekly. 

    « Les fidèles ont toujours été présents, ils n'attendaient qu'un exutoire pour déclarer fièrement leur amour du Christ », a-t-il poursuivi, ajoutant que l'affluence à la procession l'avait incité à en organiser d'autres.  

    « Notre foi catholique est plus belle que le monde. Jésus-Christ est plus beau que n'importe qui d'autre, et il nous appelle, vous et moi, à être saints", a déclaré à la foule le père Roberto Keryakos, prêtre de la cathédrale Sainte-Marie.  

    « Invitez le Seigneur dans ces lieux qui ont besoin de sa présence. N'ayez pas peur. Si cela fait longtemps, revenez à la maison, si cela fait longtemps, courez vers Dieu", a-t-il déclaré.  

    Alors que la foule se déplaçait à travers la ville, elle a chanté des hymnes au Saint Sacrement, sous la direction des chorales du Brigidine College Randwick et de St. Peter Chanel Regent's Park. 

    Les hymnes, ainsi que les nombreuses bannières des écoles et des paroisses, ont incité de nombreuses personnes à s'arrêter le long des rues pour observer ce témoignage de foi.  

    « De telles processions sont un ferment dans notre monde largement désenchanté », a déclaré Daniel Ang, directeur du Centre d'évangélisation de Sydney. « Elles nous rappellent que les gens parviennent à la foi et l'approfondissent grâce à de multiples expériences et influences qui se chevauchent, y compris la fête, et en “foulant vraiment le sol” de la foi avec d'autres personnes plutôt qu'en spéculant ou en observant à distance ».  

    « Un après-midi de grâce et un témoignage simple et joyeux du trésor de l'Église, qui est le Christ, pour des milliers de personnes », a-t-il poursuivi.  

    Actuellement, les catholiques de Sydney espèrent accueillir le Congrès eucharistique international de 2028. 

    « Aujourd'hui, mes chers amis, vous avez fait ce que le Conseil vous a demandé et vous avez aidé à préparer cette ville et ce pays pour cet événement, que nous espérons ardemment que le pape François nous accordera en 2028 », a déclaré l'archevêque Fisher. 

    De même, Mgr Umbers a déclaré : « Ce n'est pas un secret que l'Australie aspire à accueillir un Congrès eucharistique international, et une telle démonstration publique de foi ajoute certainement de la crédibilité à notre candidature ». 

  • Les saints martyrs de l'Ouganda (Charles Lwanga et ses 21 compagnons) (3 juin)

    IMPRIMER

    De Nominis (cef.fr) :

    Saints Martyrs de l'Ouganda

    Charles Lwanga et ses 21 compagnons (+ 1886)

    Charles Lwanga, mort le 3 Juin 1886, laïc - Converti par les Pères Blancs, Charles Lwanga, serviteur du roi Mwanga d'Ouganda, fut baptisé en novembre 1885 et brûlé vif au mois de juin de l'année suivante, à Namuyongo, voir aussi saint Charles Lwanda

    martyrs de l'Ouganda

    Martyr du Groupe des 22 martyrs de l'Ouganda. 
    - le 2 février 2023, Anuarite et Bakanja, modèles de foi, courage et pardon (VaticanNews.), le Pape François a mentionné Anuarite et Bakanja, ainsi que saint Kizito et ses compagnons martyrs de l’Ouganda, les présentant comme modèles de foi, de courage, de persévérance et de pardon.
    Les martyrs (+1885, +1886, +1887) - les 22 martyrs de l'Ouganda. Martyrs de la persécution du roi Mwanga de 1885 à 1887 durant laquelle périrent une centaine de jeunes chrétiens, catholiques et anglicans. A cause de la prière et de la chasteté, ils périrent dans d'atroces supplices, dont celui du feu.
    Marchant à la mort Kizito (13 ans) demandait à son aîné, Charles Lwanga: «Donne-moi la main: j'aurai moins peur». Tous les deux ont été proclamés patrons de la jeunesse africaine.
    Un autre, arrivant au lieu du supplice, déclara : «C'est ici que nous verrons Jésus!».
    - Béatifiés par la brève de Benoît XV le 6 juin 1920 (en italien), canonisés par Paul VI, le 18 octobre 1964 à Rome.
    - Album de la canonisation des 22 martyrs de l'Ouganda le 18 octobre 1964 - site des Pères Blancs.
    - Lors de son voyage apostolique en Afrique, devant une foule immense, le Pape François a honoré les martyrs de l'Ouganda, 28 novembre 2015.

    Mémoire des saints Charles Lwanga et ses douze compagnons: les saints Mbaga Tuzindé, Bruno Serunkerma, Jacques Buzabaliawo, Kizito, Ambroise Kibuka, Mgagga, Gyavira, Achille Kiwanuka, Adolphe Ludigo Mkasa, Mukasa Kiriwawanvu, Anatole Kiriggwajjo; Luc Banabakintu, martyrs en Ouganda l'an 1886. Âgés entre quatorze et trente ans, ils faisaient partie du groupe des pages ou de la garde du roi Mwanga. Néophytes et fermement attachés à la foi catholique, ils refusèrent de se soumettre aux désirs impurs du roi et furent soit égorgés par l'épée, soit jetés au feu sur la colline Nemugongo. Avec eux sont commémorés neuf autres: les saints Joseph Mukasa Balikuddembe, Denis Sebuggwawo, André Kaggwa, Pontien Ngondwe, Athanase Bazzekuketta, Gonzague Gonza, Matthias Kalemba, Noé Mawaggali, Jean-Marie Muzei. qui subirent le martyre dans la même persécution, à des jours différents, entre 1885 et 1889.

    Martyrologe romain

  • Voir l'Eucharistie à travers les yeux de 10 saints

    IMPRIMER

    De CNA :

    Voir l'Eucharistie à travers les yeux de 10 saints

    1er juin 2024

    Jésus est présent dans l'Eucharistie et dans l'Église catholique, et de nombreux saints de l'Église ont encouragé les catholiques à participer dans la prière au Saint Sacrifice de la Messe et à l'adoration du Saint Sacrement.

    Au fil des siècles, les saints nous ont enseigné, par leur témoignage et leurs écrits, l'importance vitale de l'Eucharistie dans la vie chrétienne.

    Ci-dessous, 10 saints nous offrent leurs sages conseils pour aimer davantage l'Eucharistie :

    1. Saint Alphonse Marie de Liguori
    « Sachez que le temps que vous passerez avec dévotion devant ce très divin Sacrement sera celui qui vous apportera le plus de bien dans cette vie et qui vous consolera le plus dans votre mort et dans l'éternité. Et sachez que peut-être vous gagnerez plus en un quart d'heure d'adoration en présence de Jésus dans le Très Saint Sacrement que dans tous les autres exercices spirituels de la journée. »

    2. Saint François de Sales
    « Quand la prière est unie à ce divin sacrifice (de la Messe), elle devient d'une efficacité si indicible qu'elle fait déborder l'âme, pour ainsi dire, de consolations célestes. C'est ici qu'elle s'appuie sur son bien-aimé ».

    3. Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars 
    « Si nous connaissions la valeur du Saint Sacrifice de la Messe, combien plus d'efforts nous ferions pour y assister ! »

    4. Saint Louis Marie Grignion de Monfort
    Avant la Communion, « Implorez Marie de vous prêter son cœur pour que vous receviez son Fils avec ses dispositions ».

    5. Sainte Thérèse de Jésus (ou d'Ávila)
    « Après avoir reçu le Seigneur, puisque la Personne elle-même est présente, efforcez-vous de fermer les yeux du corps et d'ouvrir ceux de l'âme et de regarder dans votre cœur. »

    6. Saint Jean Bosco (Don Bosco)
    « Chers jeunes, voulons-nous être heureux et joyeux ? Aimons de tout notre cœur Jésus dans le Sacrement. »

    7. Sainte Catherine de Sienne
    « O charité sans limites ! De même que tu t'es donné toi-même, tout entier Dieu et tout entier homme, de même tu nous as laissé tout ton être comme nourriture, afin que, pèlerins en cette vie, nous ne nous effondrions pas dans la fatigue, mais que nous soyons fortifiés par toi, nourriture céleste. »

    8. Saint Jean Paul II
    « Chers frères et sœurs, nous devons nous sentir interpellés par les besoins de tant de frères. Nous ne pouvons pas fermer notre cœur à leurs demandes d'aide. Et nous ne pouvons pas oublier que « l'homme ne vit pas seulement de pain », mais que nous avons besoin du « pain vivant descendu du ciel ». Nous avons besoin du « pain vivant descendu du ciel ». Ce pain, c'est Jésus. S'en nourrir signifie recevoir la vie même de Dieu, s'ouvrir à la logique de l'amour et du partage ».

    9. Sainte Thérèse de Lisieux
    « Je me souvenais avoir entendu dire que l'on obtient toutes les faveurs demandées le jour de la première communion. Cette pensée me consola immédiatement, et bien que je n'eusse alors que six ans, je me dis : « Je prierai pour mon pauvre vieux (à qui elle avait essayé de faire l'aumône) le jour de ma première communion ».

    10. Saint François d'Assise
    « Quand je ne peux pas assister à la Sainte Messe, j'adore le Corps du Christ avec les yeux de l'esprit dans la prière, de la même manière que je l'adore quand je le vois à la Messe. »