Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 6

  • Ce bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole.; il a été poignardé à mort par des révolutionnaires

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Claudia Kock) :

    27 mai : Bienheureux Sixto Alonso Hevia

    Le bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole. Il a été poignardé à mort par des révolutionnaires.

    27 mai 2024

    Reliquaire

    La « Chambre Sacrée » de la Cathédrale d'Oviedo contient de nombreuses reliques importantes, parmi lesquelles le « Linceul » qui, selon la tradition, était enroulé autour de la tête du Christ lors de son enterrement . En 1934, la salle explosa lors de la grève des mineurs asturiens.

    Lors de la même grève, six jeunes séminaristes furent assassinés. Ils ont été béatifiés dans la cathédrale le 9 mars 2019, avec trois autres séminaristes martyrs de la guerre civile espagnole. Dans son homélie, le cardinal Becciù, qui a procédé à la béatification au nom du pape François , a déclaré à propos des séminaristes assassinés : « Ils étaient enthousiastes, chaleureux et dévoués, et se consacraient entièrement au style de vie du séminaire de prière, d'étude, d'échange fraternel. et l'engagement apostolique. Ils ont toujours été déterminés à suivre l'appel de Jésus, malgré le climat d'intolérance religieuse, conscients de la trahison et des dangers auxquels ils seraient confrontés. Ils ont su endurer avec un courage particulier jusqu'au dernier moment de leur vie. » L'un des séminaristes béatifiés était Sixto Alonso Hevia, dont la fête est le 27 mai.

    Appel précoce

    Dès son plus jeune âge, Sixto souhaitait également devenir prêtre. Il apprend la lecture, l'écriture et le calcul auprès de son oncle, puis fréquente l'école primaire de Luanco et est accepté au séminaire à l'âge de 13 ans . Il étudiait avec enthousiasme et était un athlète passionné, aimait l'église et vénérait la Sainte Mère . Il ne s'intéressait pas aux questions politiques. Il passe les vacances d'été avec sa famille, qu'il soutient en aidant les dockers à récupérer les morceaux de charbon tombés à l'eau. Il a donc constitué une réserve de matériel de chauffage qui permettrait à la famille de passer l’hiver.

    Arrêté par les révolutionnaires

    Même lorsque la guerre civile espagnole éclata en juillet 1936, Sixto était avec sa famille. Il avait désormais terminé la troisième année de ses études de philosophie préparatoire à la théologie et devait retourner au séminaire après les vacances. Mais cela n'arrivait plus.

    Tout d'abord, lui et son père furent arrêtés par les révolutionnaires anticléricaux et emprisonnés dans l'église paroissiale transformée en prison. Il est alors contraint de rejoindre l’armée révolutionnaire. Avant son départ forcé pour Cangas de Onis, Sixto soupçonnait que la mort était imminente, car lors de son dernier jour dans la maison de ses parents, il avait pris une photo le montrant avec un confrère séminariste, avait peint une croix sur son propre tableau et avait écrit son nom sur il est de retour. Il a avoué à un prêtre coincé dans la maison et a prévenu sa famille : « S’il m’arrive quelque chose, vous devez leur pardonner ».

    Assassiné au port

    En fait, il n’a pas survécu longtemps parmi les révolutionnaires, car il a été rapidement soupçonné d’avoir fait défection à la première occasion. Le 27 mai 1937, alors que Sixto n'avait que 21 ans, il se trouvait au port de Ventaniella en train de déguster du chocolat lorsque des révolutionnaires se sont approchés de lui, l'ont maîtrisé, lui ont arraché ses vêtements et l'ont assassiné de plusieurs coups de couteau. Il a prié Dieu et a demandé à ses bourreaux de le laisser mourir.

    Le 19 mars 2013, les restes de Sixto Alonso Hevia, ainsi que ceux des huit autres séminaristes martyrs au cours de ces années, ont été transférés à la chapelle du Séminaire d'Oviedo.

  • "Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam"

    IMPRIMER

    Dans son discours aux Directeurs nationaux des Oeuvres pontificales missionnaires (25 mai), le pape a rendu hommage à des catholiques au Congo assassinés car « ils ne voulaient pas passer à l’islam » :

    ...l'Église continuera à aller au-delà de toutes les frontières, à sortir sans cesse, sans se lasser ni se décourager devant les difficultés et les obstacles, pour accomplir fidèlement la mission reçue du Seigneur" (Message pour la Journée mondiale des missions 2024). Et cela jusqu'au martyre. Et à ce propos, je voudrais m'arrêter pour remercier Dieu pour le témoignage martyr qu'un groupe de catholiques du Congo, du Nord-Kivu, a donné ces derniers jours. Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam. Il y a aujourd'hui cette grandeur de l'Église dans le martyre. Et revenons un peu en arrière, il y a cinq ans, sur la plage de Libye, ces coptes égorgés étaient à genoux et disaient "Jésus, Jésus". L'Église martyre, c'est l'Église de la ténacité du Seigneur.

  • La béatification de Don Streich, martyr tué par les communistes, vient à son heure

    IMPRIMER

    De Wlodzimierz Redzioch sur la NBQ :

    Don Streich, martyr tué par les communistes, sera béatifié

    Stanislaus Kostka Streich, prêtre diocésain tué en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne), sera béatifié. Il fut victime des communistes, avant la guerre et le régime.

    25_05_2024

    Don Stanislaw Streich assassinato

    Au cours de l'audience accordée le 23 mai au Card. Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints, le pape François a autorisé ce même Dicastère à promulguer une série de décrets, dont celui concernant le martyre du serviteur de Dieu Stanislas Kostka Streich, prêtre diocésain ; né le 27 août 1902 à Bydgoszcz (Pologne) et assassiné en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne). Une autre victime du communisme en Pologne sera proclamée bienheureuse, mais contrairement aux prêtres martyrisés pendant la période communiste, le père Streich a été tué dans la Pologne démocratique avant la Seconde Guerre mondiale par un militant communiste. Son histoire ressemble à celle de nombreux prêtres d'Émilie-Romagne martyrisés par les communistes dans les années 1940.

    Un an avant l'assassinat du père Streich, Pie XI publiait l'encyclique Divini Redemptoris sur le "communisme bolchevique et athée, qui vise à renverser l'ordre social et à saper les bases mêmes de la civilisation chrétienne". Dans son encyclique, le pape explique notamment les causes de la violence exercée par les communistes. "Insistant sur l'aspect dialectique de leur matérialisme, les communistes prétendent que le conflit, qui conduit le monde vers la synthèse finale, peut être accéléré par les hommes. Ainsi, ils s'efforcent d'aiguiser les antagonismes qui naissent entre les différentes classes de la société ; et la lutte des classes, avec ses haines et ses destructions, prend l'allure d'une croisade pour le progrès de l'humanité. Au contraire, toutes les forces, quelles qu'elles soient, qui résistent à cette violence systématique, doivent être anéanties comme ennemies du genre humain", écrivait Pie XI. Le martyre du père Streich prouve la justesse de l'analyse du pape qui, malheureusement, est toujours d'actualité. 

    Mais qui était le père Stanisław Kostka Streich ? Il est né le 27 août 1902 à Bydgoszcz qui, à l'époque des partages de la Pologne par les puissances voisines (1795-1918), appartenait à la Prusse. Ses parents étaient Franciszek Streich, employé d'une compagnie d'assurance, et Władysława Birzyńska. En 1912, après avoir suivi les trois années de scolarité obligatoire, il fréquente le Gymnasium of Humanities pendant huit ans, jusqu'en 1920. La même année, il demande à être admis au séminaire de Poznań, ce qu'il obtient. Il étudie ensuite à Gniezno et est ordonné prêtre le 6 juin 1925. Après son ordination, il étudie la philosophie classique à l'université de Poznań entre 1925 et 1928. Au cours des années suivantes, il travaille comme vicaire dans différentes paroisses et enseigne la religion au séminaire.

    En 1933, il devint curé de la localité de Zabikowo sur le territoire de la commune de Lubon où, malheureusement, il n'y avait pas de véritable église : la chapelle du couvent des Servantes de l'Immaculée faisait office d'église. Le Père Streich organisa un comité pour la construction de l'église : en 1935, la décision fut prise de commencer la construction de l'église à Luboń et la nouvelle paroisse de St Jean Bosco fut établie, organisée autour de l'église en construction. Pendant les trois années de son travail pastoral, avant d'être assassiné, le prêtre a organisé la vie de la paroisse et de la communauté presque à partir de zéro. Son attitude bienveillante et serviable, la promotion de la vie eucharistique dans la paroisse et les activités qu'il a mises en place ont conféré à la paroisse St Jean Bosco de Lubon une qualité particulière. Le père Streich a mis sur pied un certain nombre d'organisations catholiques qui se sont merveilleusement développées. Mais ses activités intenses dans le domaine social, particulièrement importantes pour Lubon, une ville habitée principalement par des ouvriers, étaient mal vues par les communistes locaux qui voulaient instaurer le communisme.

    Lire la suite

  • Carlo Acutis bientôt canonisé

    IMPRIMER

    De Vatican News (Benedetta Capelli) :

    Carlo Acutis bientôt saint, «un signe du ciel» pour sa mère Antonia

    Après la reconnaissance par le Pape du miracle qui conduira son fils à la canonisation, la mère du futur saint exprime sa joie devant la nouvelle attendue non seulement par sa famille mais par tant de personnes qui le prient, dans toutes les parties du monde, et lui confient des demandes d'intercession: «Je connais la jeune fille qui a été miraculeusement guérie, sa mère est d'une grande foi».

    23 mai 2024

    «De toute évidence, Carlo réussit à convaincre le Seigneur, il a une façon de faire qui fait que Jésus ne lui dit pas non et cela m'attendrit un peu». Antonia Salzano, la mère de Carlo Acutis, sourit lorsqu'elle raconte comment elle reçoit chaque jour des nouvelles de guérisons présumées, d'aides inattendues, de petites choses extraordinaires que, par la prière et grâce à l'intercession de son fils, de nombreuses personnes ont obtenues. Depuis des années, elle raconte la «normalité» de Carlo, une sainteté qui se décline dans le quotidien et qui a un centre: l'Eucharistie, son «autoroute vers le ciel»«Le Seigneur a exaucé le désir de tant de personnes qui ont prié pour la canonisation de Carlo, que nous considérons évidemment comme un signe du ciel. Elle lui permettra certainement d'accomplir une œuvre encore plus grande que celle qu'il est en train de faire»confie Antonia Acutis à Radio Vatican-Vatican News.

    Le Pape a approuvé les décrets qui conduiront à la canonisation de Carlo Acutis, décédé en 2006 à l'âge de 15 ans des suites d'une leucémie fulgurante, et béatifié par François le 10 octobre 2020 à Assise, ville où il est enterré dans l'église Santa Maria Maggiore. L'évêque de la ville, Mgr Domenico Sorrentino, a exprimé sa joie personnelle et celle de toute l'Église d'Assise dans une note: «Loué soit le Seigneur, qui fait de grandes choses, pour donner un coup de fouet à notre enthousiasme dans la cohérence chrétienne et l'annonce de l'Évangile».

    La rencontre avec la miraculée

    La jeune femme guérie grâce à l'intercession de Carlo Acutis est sur le point d'obtenir son diplôme. Née au Costa Rica en 2001, elle poursuit son rêve de se lancer dans la mode et s'installe à Florence en 2018. Le 2 juillet 2022, vers 4h du matin, elle tombe de son vélo, sa vie bascule. Elle souffre d'un important traumatisme crânien. Liliana, la mère de la jeune fille, court à Assise pour se recueillir sur la tombe de Carlo. Elle y laisse une lettre et revient au chevet de sa fille, qui recommence à respirer spontanément. C'est un crescendo, jour après jour, sa vie renaît. «Nous avons appris à nous connaître, raconte Antonia Acutis, c'est une très bonne fille, mais surtout, la foi de sa mère est grande. Lorsqu'elle a appris ce qui était arrivé à sa fille, elle est immédiatement partie pour Assise, elle était à genoux toute la journée, priant devant Carlo pour obtenir cette grâce, car la fille avait déjà été donnée pour morte et même si elle s'était réveillée, elle n'aurait eu aucune chance d'avoir une activité normale». «Quand on prie vraiment le Seigneur, on est entendu. Le ciel est vraiment en action à travers Carlo».

    L'essentiel est sous nos yeux

    Antonia souligne souvent la simplicité de son fils, de sa mission qui est de faire comprendre l'importance des sacrements qui sont vraiment «les signes efficaces par lesquels Dieu nous donne la grâce de nous sanctifier». «Je crois que le message de Carlo est de nous aider à comprendre que nous avons l'essentiel sous les yeux, que nous avons le don d'avoir l'Église à travers laquelle nous recevons la grâce dont nous avons besoin pour pouvoir atteindre le but auquel nous sommes tous appelés, c'est-à-dire le ciel». Carlo parle à tout le monde: aux jeunes internautes, sa passion, à ceux qui sont loin de la foi. Sa relique parcourt le monde depuis un certain temps, elle est toujours accueillie avec beaucoup d'enthousiasme et de spiritualité. Carlo, explique sa mère, avait une pureté extraordinaire, une pureté de cœur, il avait Dieu en lui. Antonia se souvient qu'il a fait sa première communion à l'âge de 7 ans et «depuis lors, n'a jamais cessé d'aller à la messe tous les jours, de pratiquer l'adoration eucharistique tous les jours, de réciter le chapelet. On pouvait sentir qu'il y avait quelque chose en lui et je pense que les gens l'approchent encore pour cela. L'Eucharistie était le centre de sa vie, de sa journée, il aimait Dieu par-dessus tout».

    Le bonheur, c'est de regarder vers Dieu

    Carlo a changé les personnes qu'il a rencontrées, il a aussi changé sa mère qui, dit-elle, n'était pas exactement «un exemple de sainteté». «J'ai grandi comme ça, on ne m'a jamais fait assister à la Sainte Messe, puis j'ai épousé mon mari qui appartient à une famille plus religieuse, mais j'étais très loin, je n'avais aucune connaissance de quoi que ce soit». Un enfant change la vie, surtout s'il semble la mordre avec voracité. «A trois mois, il a dit son premier mot, à cinq mois il a commencé à parler et toutes ses choses étaient toujours un peu en avance, je dis toujours que le temps courait devant. Sa vie était tout en accéléré et même dans la foi, il était comme ça». «Il était très pieux de constitution, nous passions devant une église, il voulait entrer, il voulait dire bonjour à Jésus, il restait là et je lui disais d'y aller, qu'il était tard, je le forçais, il n'avait que trois ans. Je n'étais pas préparée». «J'ai perdu mon père prématurément, à 57 ans, Carlo m'a dit qu'il avait eu une vision de son grand-père: il était au purgatoire et avait besoin de prières». Antonia est alors stupéfaite mais sait que ce n'est pas un mensonge car Carlo était un enfant généreux: «Jamais une plainte, jamais une critique, jamais un commérage, il a toujours voulu aider tout le monde, sans jamais penser à lui. Il disait que la tristesse, c'est se regarder soi-même, le bonheur, c'est regarder Dieu».

    «Carlo a été pour moi comme un professeur»

    «Grâce à Carlo, confie sa mère, j'ai fait la découverte de ma vie parce que j'ai compris que Jésus est réellement présent dans les sacrements, mais surtout dans l'Eucharistie, avant je pensais que c'était un symbole, que c'était des choses symboliques. Au contraire, quand j'ai compris qu'il y avait vraiment cette présence vivante et réelle du Christ, il est clair que ma vie a changé et que j'ai aussi suivi Carlo». Antonia parle naturellement de son fils, avec le regard d'une mère qui aime et qui est aimée. «Pour moi, Carlo a été comme un maître et je le dis sincèrement, quand mon père est mort, je n'ai pas eu ce sentiment d'être orpheline, mais quand Carlo est mort, je l'ai ressenti. Je ne peux pas l'expliquer parce que pour moi Carlo était vraiment spécial, il était une école de vie, l'exemple qu'il y a vraiment des saints, parce que je vivais à côté de lui, je pouvais voir dans la vie de tous les jours comment il se comportait, comment il était. Nous nous sommes rendu compte que c'était un garçon extraordinaire, mais je n'ai jamais pensé que Jésus me l'enlèverait si tôt. Mais les plans de Dieu sont toujours grands. Nous avons accepté la mort de Carlo, même si elle était prématurée, nous l'avons fait avec foi et avec la certitude que Dieu fait toujours tout pour le mieux. Et aujourd'hui plus que jamais, nous sentons qu'il en est ainsi.»

  • Soit le pape est mal conseillé, soit il ne comprend pas la Chine

    IMPRIMER

    De Dorian Malovic sur le site du journal La Croix (extraits) :

    En Chine, les catholiques chinois plus que jamais sur le qui-vive

    La journée mondiale de prière pour l’Église en Chine se tient ce vendredi 24 mai. Dans ce pays, les 12 millions de catholiques chinois restent une cible privilégiée du Parti communiste. Six ans après l’accord entre le Vatican et Pékin, et alors que le Saint-Siège a tendu la main à la Chine lors d’un colloque mardi 21 mai, les catholiques, officiels comme clandestins, ont un sentiment d’abandon, car la situation s’est profondément « dégradée » avec Xi Jinping.

    22/05/2024

    « Nous continuons à soigner nos personnes âgées et prions ensemble chaque jour dans la plus grande discrétion… Plus que jamais nous devons être extrêmement prudents car les autorités nous surveillent de très près. » Ces quelques mots soufflés sur messagerie cryptée à un journaliste occidental qui la connaît depuis longtemps pourraient coûter très cher à sœur Claire, pseudonyme qu’elle s’est choisi pour ne pas être repérée par les services très sophistiqués de cybersurveillance chinois. « Les yeux et les oreilles du Parti communiste chinois ne dorment jamais. »

    À lire aussi : Relations Chine-Vatican : le Saint-Siège prêt à voir l’Église revêtir un « visage chinois »

    Depuis son monastère clandestin camouflé en maison de retraite aux confins de la province minière du Shanxi au nord de la Chine, sœur Claire mène une vie monastique depuis plus de vingt ans avec trois autres religieuses. « Dieu me regarde aussi, mais lui me protège. » À ses yeux, l’accord signé en octobre 2018 et toujours en vigueur, permettant au Vatican et à la Chine de nommer, d’un commun accord, des évêques dans tout l’empire du Milieu, « n’a pas changé grand-chose ; pire, car les cadres de l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC) (1) sentent leur légitimité renforcée et nous contraignent à suivre les directives centrales du parti. » Quitte à utiliser la contrainte physique. Sœur Claire reconnaît toutefois que pour les 12 millions de catholiques chinois, « officiels » comme « clandestins », la situation s’est profondément « dégradée » depuis l’arrivée au pouvoir du leader Xi Jinping en 2012.

    Avec Xi Jinping, un basculement dramatique

    À plus d’un millier de kilomètres de là, encore en sécurité dans son diocèse de Hong Kong, Annie, catholique militante de 60 ans, ressent ce « basculement dramatique depuis plusieurs années ». Pour cette fidèle très engagée en Chine où elle a souvent enseigné pendant trente ans, « nous sommes presque revenus à la fin des années 1970 quand nous ne savions rien de ce qui se passait au-delà du rideau de bambou ». Très rares aussi aujourd’hui sont les prêtres, religieuses ou fidèles chinois qui osent s’exprimer par téléphone, mail ou messagerie, même cryptée. « C’est trop dangereux. »

    Les informations circulent très mal, ou pas du tout. Se rendre sur place est tout aussi risqué. « Je n’ose plus aller sur le continent pour visiter une paroisse, confie Chan, journaliste catholique hongkongais. Je mettrais en danger les prêtres et les fidèles rencontrés, la surveillance s’est renforcée, des caméras sont installées devant les églises… »« Lorsqu’on arrive à joindre une connaissance de longue date, raconte Annie, elle ne parle pas, et encore moins sur l’accord de 2018. » Comme si le sujet était radioactif.

    Lire la suite

  • Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    IMPRIMER

    D'Open Doors via kath.net/news :

    Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    23 mai 2024

    Pasteur évangélique : « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’Islam. »

    Kelkheim (kath.net/Open Doors) « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’islam. » C’est ce que rapporte le pasteur Yandi de la région de Tillabéri, au sud-ouest du Niger. Des annonces similaires ont été faites dans au moins sept villages de la zone, obligeant 357 familles chrétiennes à fuir depuis le 2 mai.

    Quiconque paie la capitation est autorisé à rester - en tant qu'esclave

    Le pasteur Yandi est chez lui dans la commune de La Tapoa, où les jihadistes ont rassemblé tous les habitants sur la place du marché le 16 avril 2024. Ils ont dit aux personnes rassemblées qu'à partir de ce jour, tous les hommes âgés de 15 ans et plus devraient payer la taxe islamique (« Jizya ») à moins qu'ils n'acceptent de se convertir à l'islam. La jizya est perçue conformément à la loi islamique auprès des résidents non musulmans des États musulmans. Cela introduira au moins partiellement la charia dans les zones touchées. Dans leur annonce, les islamistes ont en outre déclaré que cette réglementation s'appliquait à tous les villages sous leur contrôle. Les 50 000 francs ouest-africains requis correspondent à environ 76 euros.

    Dans le même temps, selon les contacts locaux de Portes Ouvertes, il a été fortement conseillé à tous les villageois de se convertir à l’islam. Quiconque paie l'impôt requis est toujours autorisé à rester dans son village, mais aux conditions suivantes : Toutes les personnes concernées et leurs familles sont gardées comme esclaves. Tous vos biens deviennent automatiquement la propriété des djihadistes. Ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) se convertir à l’islam ou payer la jizya sont autorisés à quitter le village, mais n’emportent rien avec eux à l’exception des vêtements qu’ils portent.

    Un avenir incertain nécessite une aide urgente

    Selon nos partenaires locaux, outre La Tapoa, les jihadistes se sont rendus dans six autres villages de la région de Tillabéri pour annoncer leur nouvelle loi. Résultat, 357 familles chrétiennes ont cherché refuge dans la ville de Makalondi. De nouveaux sont ajoutés chaque jour.

    « [À cause de cette annonce] nous avons fui et sommes venus ici sans rien. Nous ne pouvions même pas emporter nos provisions de nourriture avec nous. C'est très difficile pour nous de trouver une place ici, il n'y a pas de logement pour nous », a expliqué le pasteur Yalitchoi.

    En ce moment, les chrétiens se blottissent sous les arbres, cherchant un abri contre le soleil brûlant. Cependant, la saison des pluies ne tardera pas à commencer, ce qui rendra la vie encore plus difficile pour les chrétiens déplacés à Makalondi.

    La situation sécuritaire au Niger s'est détériorée ces dernières années, notamment dans les zones frontalières avec le Nigeria, le Burkina Faso et le Mali. Des groupes armés y ont installé des bases et mènent à plusieurs reprises des attaques contre les forces de sécurité et la population civile. En 2017, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Les jihadistes ciblent particulièrement les chrétiens et les animistes dans les villages, raison pour laquelle des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs villages depuis le début des troubles.

    Nos partenaires évaluent actuellement la manière dont ils peuvent aider au mieux les personnes déplacées. Cependant, comme la région est très rurale et difficile d’accès, les efforts de secours posent des défis majeurs.

  • Liège : Fête-Dieu 2024

    IMPRIMER

    Liège Fête-Dieu pour la 778è fois autour du jeudi 30 mai 2024, date de la célébration solennelle de la Fête-Dieu à la basilique Saint-Martin à 19h.

    25 propositions pour tous. Culture, conférences, adoration, balades, marionnettes, rencontres, ciné-débat, exposition, prière, musique.

    Tout le programme sur www.liegefetedieu.be

    La Fête-Dieu, née à Liège est la fête du Corps et du Sang du Christ. Elle célèbre la présence de Jésus à nos côtés, dans notre quotidien. Il est réellement présent dans le pain et le vin consacrés. Il nous donne vie. La Fête-Dieu, aussi appelée « Corpus Christi », est un jour férié dans de nombreux pays, comme dans huit länders allemands, Autriche, Brésil, Pérou, Pologne, Portugal, etc. Elle donne lieu à de grandes célébrations, processions et fêtes populaires, comme à Rome en présence du pape.

  • USA : le pèlerinage eucharistique national a commencé - 10.000 km pour la nouvelle évangélisation

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    USA : le pèlerinage eucharistique national a commencé - 10.000 km pour la nouvelle évangélisation

    21 mai 2024

    La Conférence épiscopale organise un pèlerinage en étoile à travers les États-Unis en prélude au Congrès eucharistique national (Indianapolis) - « Ce sera l'un des plus grands pèlerinages eucharistiques de l'histoire » - VIDEO - Par Petra Lorleberg

    Indianapolis (kath.net/pl) « Ce sera une action de témoignage de foi et d'intercession extrêmement efficace », a expliqué le PDG du Pèlerinage eucharistique national, Tim Glemkowski, à la « Catholic News Agency ». Les catholiques des paroisses de tous les Etats-Unis sont « invités à faire partie du mouvement historique qui enflamme les cœurs ». « Suivre Jésus et prier dans les villes et les communautés rurales va changer la vie de l'Eglise dans toute l'Amérique », espère Glemkowski. Il fait remarquer que le pèlerinage, tout au long de ses quatre parcours, « interagit avec les communautés paroissiales locales ». Ces quatre processions eucharistiques ont commencé à la Pentecôte et se dirigent en étoile vers Indianapolis, où elles déboucheront sur le Congrès eucharistique national du 17 au 21 juillet. Aux conditions habituelles, le pape François a ouvert la possibilité d'obtenir des indulgences. Le pèlerinage et le congrès eucharistique font partie d'un effort de trois ans de l'Eglise catholique aux Etats-Unis pour un renouveau de la foi, ils parlent explicitement du « National Eucharistic Revival », la relance de l'attention portée à l'Eucharistie. Il s'agit probablement de ce que le pape François a demandé à l'Église catholique en Allemagne sous le mot-clé de « nouvelle évangélisation » et qui n'a pas encore été mis en œuvre de manière significative par les évêques et la conférence épiscopale.

    Chacun est invité à suivre la procession eucharistique sur une partie plus ou moins longue et/ou à participer à la prière à l'une des stations prévues. Ceux qui, pour des raisons de distance ou de maladie, ne peuvent pas suivre directement une partie du pèlerinage, peuvent s'y associer spirituellement par la prière. La conférence épiscopale américaine mentionne également la possibilité d'offrir ses propres souffrances. Cette participation spirituelle peut également bénéficier de l'indulgence à certaines conditions : Confession sacramentelle, Sainte Communion et prière dans l'intention du Saint-Père.

    Le Pèlerinage eucharistique national est très exigeant pour ses responsables permanents. Chacun des quatre itinéraires est accompagné par une équipe de huit « pèlerins permanents » qui parcourront à pied la totalité de leur itinéraire (environ 2.500 km pour chacun des quatre itinéraires). Parmi ces pèlerins permanents se trouve un Allemand : Kai Weiss, originaire du diocèse de Regensburg, qui suit actuellement des études post-universitaires en théologie à Washington DC. 30 pères des « Franciscains du Renouveau » offriront un soutien ecclésial aux pèlerins au sein d'une équipe tournante. A cela s'ajouteront les stations de prière et les offres locales ainsi que les pèlerins qui suivront une partie plus ou moins importante du parcours - une participation spontanée est également possible, une inscription est souhaitée, notamment pour se faire une idée du nombre de participants.

    Sur le site Internet du Pèlerinage eucharistique national, les responsables (outre des laïcs professionnels et bénévoles, de nombreux évêques font partie de l'équipe de direction) invitent à participer de la manière suivante :

    Jésus vient à VOUS
    Peu après sa résurrection, Jésus a accompagné deux disciples dans leur voyage de Jérusalem à Emmaüs - il les a accompagnés dans leur tristesse, leur a donné de l'espoir et s'est finalement révélé en rompant le pain. Jésus veut faire la même chose pour TOI !

    Il s'agira de l'un des plus grands pèlerinages eucharistiques de l'histoire. Tout comme les foules ont suivi le Christ tout au long de son ministère terrestre, notre nation marchera avec notre Seigneur Eucharistique à travers les villes, les autoroutes et les villes rurales sur le chemin du 10ème Congrès Eucharistique National.

    Lien vers le site du Pèlerinage Eucharistique National : « National Eucharistic Pilgrimage ».

  • Arménie : le second génocide

    IMPRIMER

    De Temoin Media :

    Après plus de 20 ans, le directeur de Témoin Aleksanyan Armand est retourné dans son pays natal, l’Arménie, pour constater un drame bouleversant qui se joue sous nos yeux. Ce retour a donné naissance à un projet qui nous tient particulièrement à cœur : un documentaire sur la situation tragique en Arménie.

    Ce film est le fruit de plusieurs mois d’immersion dans cette réalité complexe, où il a été témoin de l’épuration ethnique qui sévit actuellement, menaçant l’histoire et l’identité même de ce peuple. À travers ce documentaire,le souhait est donner une voix aux sans voix, à ceux qui subissent les conséquences tragiques de la violence et de la haine. Plus qu’un simple témoignage, ce documentaire est un appel à l’action, une invitation à réfléchir et à se mobiliser pour soutenir le peuple arménien dans cette épreuve. Avec la participation exceptionnelle d’experts tél que Tigrane Yegavian, Aram Mardirossian, Alexandre Del Valle, Alexandre Goodarzy et bien d’autres. 

  • Sainte Rita de Cascia, l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien (22 mai)

    IMPRIMER

    Du pape Jean-Paul II lors de l'audience du 20 mai 2000 (pèlerinage jubilaire des fidèles de sainte Rita de Cascia et des Chevaliers du Travail) (source) :

    ... Quel est le message que cette sainte nous transmet? Il s'agit d'un message qui transparaît de sa vie:  l'humilité et l'obéissance ont été la voie sur laquelle Rita a marché vers une assimilation toujours plus parfaite au Crucifié. Les stigmates qui brillent sur son front sont la preuve de l'authenticité de sa maturité chrétienne. Sur la Croix avec Jésus elle a, d'une certaine façon, obtenu le diplôme de cet amour, qu'elle avait déjà connu et exprimé de façon héroïque entre les murs de sa maison et en participant à l'histoire de sa ville.

    Suivant la spiritualité de saint Augustin, elle devint une disciple du Crucifié et "experte pour souffrir", elle apprit à comprendre les peines du coeur humain. Rita devint ainsi l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien, obtenant pour ceux qui l'ont invoquée dans les situations les plus disparates d'innombrables grâces de consolation et de réconfort.

    Rita de Cascia fut la première femme à être canonisée lors du grand Jubilé du début du XXème siècle, le 24 mai 1900. En décrétant sa Sainteté, mon prédécesseur Léon XIII observa qu'elle plut tant au Christ qu'il voulut la marquer du sceau de sa charité et de sa passion. Un tel privilège lui fut accordé en raison de son humilité singulière, de son détachement intérieur des passions terrestres et de l'admirable esprit de pénitence qui accompagnèrent chaque moment de sa vie (cf. Lett. apos. Umbria gloriosa sanctorum parens, Acta Leonis XX, pp. 152-53).

    J'ai plaisir aujourd'hui, cent ans après sa canonisation, à la reproposer comme signe d'espérance en particulier aux familles. Chères familles chrétiennes, en imitant son exemple, sachez vous aussi trouver dans l'adhésion au Christ la force de porter à terme votre mission au service de la civilisation de l'amour!

    Si nous demandons à sainte Rita quel est le secret de cette extraordinaire oeuvre de renouveau social et spirituel, elle nous répond:  la fidélité à l'amour crucifié. Rita, avec le Christ et comme le Christ, parvient à la Croix toujours et uniquement par amour. Alors, comme elle, nous tournons notre regard et notre coeur vers Jésus mort et ressuscité pour notre salut. C'est lui, notre Rédempteur, qui rend possible, comme il le fit pour cette chère sainte, la mission d'unité et de fidélité qui est propre à la famille, même dans les moments de crise et de difficultés. C'est encore lui qui rend concret l'engagement des chrétiens dans l'édification de la paix, en les aidant à surmonter les conflits et les tensions, malheureusement si fréquents dans la vie quotidienne.

    La sainte de Cascia appartient au grand groupe des femmes chrétiennes qui "ont eu une influence significative sur  la  vie  de  l'Eglise,  ainsi que sur celle de la société" (Mulieris dignitatem, n. 27). Rita a bien interprété le "génie féminin":  elle l'a vécu intensément, tant dans sa maternité physique que spirituelle.

    J'ai rappelé, à l'occasion du sixième centenaire de sa naissance, que sa leçon "se concentre sur ces éléments typiques de spiritualité: l'offre du pardon et l'acceptation de la souffrance, non pas en raison d'une forme de résignation passive [...], mais en vertu de cet amour envers le Christ qui, précisément lors de l'épisode du couronnement, a subi, en même temps que d'autres humiliations, une atroce parodie de sa royauté" (Insegnamenti, V/1 [1982], 874).


    Très chers frères et soeurs, la dévotion à sainte Rita dans le monde est symbolisée par la rose. Il faut espérer que la vie de tous ses fidèles soit également comme la rose cueillie dans le jardin de Roccaporena au cours de l'hiver qui précéda la mort de la sainte. C'est-à-dire qu'il s'agisse d'une vie soutenue par l'amour passionné pour le Seigneur Jésus; une existence capable de répondre à la souffrance et aux épines par le pardon et le don total de soi, pour diffuser partout le bon parfum du Christ (cf. 2 Co 2, 15), à travers l'annonce cohérente et vécue de l'Evangile. Chers fidèles et pèlerins, Rita redonne sa rose à chacun de vous:  en la recevant spirituellement engagez-vous à vivre comme les témoins d'une espérance qui ne déçoit pas, et comme des missionnaires de la vie qui vainc la mort.

  • Vingt-cinq martyrs de la furie anticatholique au Mexique

    IMPRIMER

    Fêtés aujourd'hui : le P. Christophe Magallanes (1869-1927) et ses 24 compagnons, prêtres et laïcs, martyrs du Mexique; le P. Christophe a été béatifié en 1992.

    Au Mexique, dès 1913, un décret ordonne la fermeture des églises et l'arrestation des prêtres. On interdit de dire "adios" ou "Si Dieu le veut" ("si Dios quiere"), de sonner les cloches, d'apprendre à prier aux enfants; on détruit les églises, expulse les congrégations religieuses, on met hors-la-loi les organisations professionnelles non gouvernementales, l'enregistrement des prêtres est rendu obligatoire. En 1924-1928, le général Plutarco Elias Calles, qui a juré de détruire la foi chrétienne, mène une politique anticléricale et provoque le soulèvement des "Cristeros" qui résistent (1926-1929). Ils affrontent les régiments du pouvoir, qui entrent à cheval dans les églises, profanent le Saint-Sacrement, et se déchaînent. Vingt-deux des martyrs dont on fait mémoire aujourd'hui étaient des prêtres diocésains, comme Christophe Magallanes, et trois d'entre eux étaient des jeunes de l'action catholique. L'un d'eux, Manuel Morales, âgé de 28 ans, était marié et père de trois petits enfants. Avant d'être fusillé, il s'exclama: "Je meurs, mais Dieu ne meurt pas, il aura soin de ma femme et de mes enfants". (source)

    Sur abbaye-saint-benoit.ch/hagiographie/, on approfondit le contexte historique :

    Après le régime autoritaire du général Porfirio Diaz (1876-1911) le Mexique entre dans une période d’instabilité politique, et même de guerre civile (1914-1917), marquée par un caractère anticlérical prononcé jusqu’à la veille de la 2e guerre mondiale. Ainsi dès 1913, un décret ordonne la fermeture des églises et l'arrestation des prêtres. On interdit de dire "adios" ou "Si Dieu le veut" ("si Dios quiere"), de sonner les cloches, d'apprendre à prier aux enfants; on détruit les églises, expulse les congrégations religieuses, on met hors-la-loi les organisations professionnelles non gouvernementales, l'enregistrement des prêtres est rendu obligatoire. En visite au Vatican en 1915, l’archevêque de Guadalajara dit à Benoît XV : « Nous payons les fautes de nos pères – Les cruautés des conquistadores ? demande le pape. Et l’évêque de répondre : Moins ces cruautés que l’erreur d’avoir écarté les indigènes du sacerdoce ». On sait que les ‘Indios’ étaient déconsidérés. Quant au clergé alors en place, il n’est pas toujours à la hauteur. On lui reproche souvent d’être intéressé et dissolu. (Graham Green, dans son roman “La Puissance et la gloire”, dresse le portrait saisissant d’un prêtre à la fois trop humain et plein de foi.) En 1917, une Constitution anticléricale est votée. Elle est d’abord appliquée avec un certain pragmatisme par le général ‘indios’ Obregon, un anticlérical qui agit cependant avec prudence dans les régions où la foi est plus vive.

    Lire la suite

  • France : des pèlerinages de Pentecôte en plein essor

    IMPRIMER

    D'Anne Van Merris sur zenit.org :

    France : La Pentecôte souffle sur les jeunes 

    Les pèlerinages de Chartres et de Jambville connaissent des succès grandissants

    17 mai 2024

    À la Pentecôte, les jeunes français répondent positivement à l’invitation du Christ en venant massivement participer aux pèlerinages que l’Église leur propose. Les pèlerinages de Chartres et du Frat en sont de beaux exemples. Ils attirent chaque année des milliers de jeunes et d’ados français. Les pèlerinages de Pentecôte relèvent d’une ancienne tradition, directement liée au récit de saint Paul dans les Actes des Apôtres. Remplis de l’Esprit-Saint, les apôtres partent vers les nations de la terre entière pour annoncer la Bonne Nouvelle : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » (Ac 1, 8)

    Pèlerinage de Chartres 

    Ils étaient 16 000 jeunes en 2023 à participer au traditionnel pèlerinage de Chartres, en France. Un véritable succès pour cette marche reliant Paris à Chartres, qui se déroule chaque année à la Pentecôte. La 42e édition de cette marche démarre ce samedi 18 mai. Les participants sont pour la grande majorité des jeunes. Ils seront au nombre de 18 000 cette année, soit 12 % de plus que 2023. Ce pèlerinage est marial et missionnaire. Il élargit son audience à un nouveau public, sur fond d’une demande spirituelle croissante des nouvelles générations. Organisé par Notre-Dame de Chrétienté, une association catholique traditionnelle, il aura pour thème cette année « Je veux voir Dieu » et permettra aux pèlerins de réfléchir sur les fins dernières. 

    Le Frat à Jambville 

    Le Frat (ou « Le Fraternel ») est un pèlerinage-rassemblement voulu et animé par les évêques pour les jeunes d’Île-de-France depuis 1908. Il commence ce vendredi 17 mai 2024, et rassemblera plus de 11 000 adolescents à Jambville, dans les Yvelines. Trois jours de célébrations, de rencontres et de prière. Parmi les temps forts, une soirée de louange sera animée par le groupe Glorious, et onze veillées d’adoration auront lieu simultanément. En écho aux Jeux Olympiques de 2024, le thème choisi est « Ne ralentissez pas votre élan ». Un appel à poursuivre l’effort dans la prière, la charité et l’espérance. Les collégiens auront l’occasion d’écouter de nombreux témoins : un ancien judoka devenu séminariste, un prêtre qui alterne messes dominicales et arbitrages de matchs de foot, deux jeunes rappeurs qui poursuivent leur élan d’évangélisation et sœur Albertine, une influenceuse aux milliers de followers sur Instagram.

    France : La Pentecôte souffle sur les jeunes  | ZENIT - Français