Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 6

  • Hommage à Benoît XVI : un dossier gratuit de 30 pages

    IMPRIMER

    De Denis Sureau :

    Hommage à Benoît XVI

    En hommage au défunt pape émérite, j'ai réalisé un dossier PDF sur des publications importantes de Joseph Ratzinger / Benoît XVI en matière de théologie politique et de liturgie.

    Ce PDF gratuit de 30 pages peut être téléchargé sur le site Transmettre :

    https://www.transmettre.fr/produit/hommage-a-benoit-xvi-dossier-pdf/

  • "L'annonce de Dieu a été le centre du pontificat de Benoît XVI" (Georg Gänswein)

    IMPRIMER

    D'Andreas Thonhauser, Chef du bureau du Vatican pour EWTN, sur le National Catholic Register :

    Le secrétaire personnel de Benoît XVI : "L'annonce de Dieu a été le centre du pontificat de Benoît XVI".

    L'archevêque Georg Gänswein a longuement discuté des dernières années du pape émérite lors d'une vaste interview accordée à EWTN le mois dernier.

    31 décembre 2022

    L'archevêque Georg Gänswein connaît le pape émérite Benoît XVI à titre officiel depuis sa nomination à la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1995. Depuis l'élection de Benoît XVI comme pape en 2005, sa démission surprenante en 2013 et ses dernières années au monastère Mater Ecclesiae au Vatican, Mgr Gänswein, 66 ans, a été le secrétaire personnel de Benoît XVI, et le pape émérite a rarement été vu en public sans lui.

    L'archevêque a eu un point de vue unique sur les dernières années de Benoît XVI, qu'il dit avoir été principalement consacrées à la prière.

    Le 22 novembre, un peu plus d'un mois avant que le pape émérite Benoît XVI ne décède le 31 décembre à 9 h 34, heure de Rome, à l'âge de 95 ans, Mgr Gänswein a été interviewé par Andreas Thonhauser, chef du bureau de EWTN au Vatican. Voici la transcription :

    Votre Excellence, comment se portait le Pape émérite Benoît XVI vers la toute fin de sa vie ? 

    Contrairement à ce qu'il pensait, il avait vécu jusqu'à un âge avancé. Il était convaincu qu'après sa démission, le Bon Dieu lui accorderait une année de plus. Personne n'a probablement été plus surpris que lui de voir que cette "année supplémentaire" s'est avérée être plusieurs années de plus. 

    Vers la fin, il était physiquement très faible, très frêle, bien sûr, mais - grâce à Dieu - son esprit était aussi clair que jamais. Ce qui était douloureux pour lui, c'était de voir sa voix devenir de plus en plus faible. Il avait dépendu toute sa vie de l'usage de sa voix, et cet outil s'était progressivement perdu pour lui. 

    Mais son esprit était toujours clair, il était serein, posé, et nous - qui étions toujours autour de lui, qui vivions avec lui - nous sentions qu'il était sur la dernière ligne droite et que cette dernière avait une fin. Et il avait cette fin bien en vue. 

    Avait-il peur de mourir ? 

    Il ne parlait jamais de la peur. Il parlait toujours du Seigneur, de son espoir que, lorsqu'il se tiendrait enfin devant lui, il lui ferait preuve de douceur et de miséricorde, connaissant, bien sûr, ses faiblesses et ses péchés, sa vie. ... Mais, comme l'a dit Saint Jean : Dieu est plus grand que notre cœur. 

    Vous avez passé de nombreuses années à ses côtés. Quels ont été les moments clés pour vous ? 

    Eh bien, pour moi, tout a commencé lorsque je suis devenu membre du personnel de la Congrégation pour la doctrine de la foi, lorsqu'il [le cardinal Ratzinger] en était le préfet. Je suis ensuite devenu le secrétaire. Cela devait durer quelques mois, tout au plus, mais, en fin de compte, cela a duré deux ans. 

    Puis Jean-Paul II est mort, et Joseph Ratzinger est devenu le pape Benoît XVI ; j'ai passé toutes ces années comme secrétaire à ses côtés, et puis, bien sûr, aussi pendant qu'il était pape émérite. Il avait été plus longtemps pape émérite que pape régnant. 

    Ce qui m'a toujours impressionné, et même surpris, c'est sa douceur, sa sérénité et sa bonne humeur, même dans des situations très épuisantes, très exigeantes - et parfois même très tristes, d'un point de vue humain. 

    Il ne perdait jamais son calme, il ne se mettait jamais en colère. Bien au contraire : Plus il était mis au défi, plus il devenait silencieux et pauvre en paroles. Mais cela avait des effets très positifs et bienveillants sur ceux qui l'entouraient. 

    Il n'était cependant pas du tout habitué aux grandes foules. Bien sûr, en tant que professeur, il avait l'habitude de parler devant un grand, voire un très grand, public d'étudiants. Mais c'était lui, en tant que professeur, qui parlait à des étudiants. Plus tard, en tant que pape, toutes ces rencontres avec des gens de différents pays, leur joie et leur enthousiasme, ont été, bien sûr, une expérience très différente. 

    Lire la suite

  • Messori sur Ratzinger : "Je n'ai jamais connu un homme aussi bon"

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Messori sur Ratzinger : "Je n'ai jamais connu meilleur homme"

    31-12-2022

    Dans une interview accordée à la Nuova Bussola Quotidiana, le célèbre écrivain Vittorio Messori retrace son étroite amitié avec Joseph Ratzinger/Benoît XVI, qui a débuté avec le livre-entretien "Rapport sur la foi" qui a provoqué un séisme dans l'Église en 1985. "Il était le contraire de l'homme fermé et censuré qu'ils voulaient peindre, je n'ai jamais connu une personne plus humble". "Je suis profondément convaincu qu'il est allé au ciel, je ne vais pas prier pour lui, mais je vais le prier pour moi". "Et ce face-à-face après son renoncement..."

    "Je n'ai jamais connu une personne aussi bonne et humble". C'est ainsi que Vittorio Messori se souvient de Joseph Ratzinger, le pape émérite Benoît XVI, quelques heures après sa mort. Au téléphone depuis sa maison de Desenzano sul Garda, devenue un ermitage après la mort, le 16 avril dernier, de son épouse Rosanna, Messori retrace brièvement les étapes de son amitié avec Ratzinger, qui a débuté en 1984 lorsqu'il a insisté pour lui accorder une interview qui deviendrait plus tard "Rapport sur la foi", un livre qui a "mis le monde en émoi".

    La première édition - éditée par les Paulins - est parue en 1985 et a fait l'effet d'une bombe : c'était la première fois qu'un préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi s'adressait à un journaliste et c'était aussi l'année du Synode des évêques, appelé à réfléchir sur le Concile Vatican II vingt ans après sa clôture. Ratzinger a porté des jugements très clairs sur toutes les questions les plus brûlantes de l'après-Concile, du concept de l'Église à la liturgie, du drame de la moralité à la crise du sacerdoce, en passant par la théologie de la libération et l'œcuménisme. Les réactions, comme on peut l'imaginer, ont été violentes de la part de l'aile progressiste et des théologiens à la mode qui digéraient déjà mal le pontificat de Jean-Paul II, commencé en 1978. Wojtyla lui-même avait voulu avoir à ses côtés un Ratzinger réticent en 1981, dans une relation qui est toujours restée très étroite, et ce livre peut aussi être considéré comme un manifeste de ce pontificat.

    "Ils me taquinaient, raconte Messori, quand je disais que j'allais faire une interview du cardinal Ratzinger, à la Congrégation pour la doctrine de la foi, ils disaient que cela n'arriverait jamais, qu'il n'avait jamais quitté la Congrégation. Il avait aussi la réputation d'être très fermé d'esprit et de ne pas vouloir parler. Au lieu de cela, j'ai insisté et, finalement, nous nous sommes retirés dans les montagnes pendant trois jours avec deux religieuses allemandes qui nous ont préparé à manger".
    C'est arrivé à Brixen, invités au séminaire local, en août 1984. Et c'est là qu'est né le livre qui marquera un événement de grande importance pour l'Église.

    C'est probablement dans la confiance que lui a accordée le cardinal Ratzinger que réside l'importance des "Hypothèses sur Jésus", écrites par Messori en 1976, qui ont connu un succès mondial et sont encore largement lues. Le fait est que Ratzinger, dans le "Rapport sur la foi", s'ouvre complètement : "J'avais la certitude d'un homme qui cherchait tout sauf à se cacher, ou à être réticent - raconte encore Messori -. Ce qui m'étonnait, c'est que je lui posais les questions les plus embarrassantes, pensant qu'il éviterait de répondre. Mais non, il répondrait'.

    De là est née une véritable amitié, chaque fois que j'allais à Rome, nous nous voyions et allions déjeuner au restaurant. Et j'en ai eu la confirmation : je n'ai jamais connu un homme aussi bon, aussi serviable, aussi humble. Il me disait sa souffrance d'être appelé à Rome pour diriger la Congrégation pour la doctrine de la foi : "Ce qui me donne le plus d'amertume, me disait-il, c'est de devoir contrôler le travail de mes collègues, qui s'occupent de théologie. J'ai aimé être professeur, être avec les étudiants. Quand j'ai été appelé à Rome pour faire ce travail, je l'ai accepté par obéissance, mais pour moi c'était une souffrance''.

    Lire la suite

  • Quand Benoît XVI racontait sa renonciation

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro via lescrutateur.com :

    Benoît XVI raconte sa renonciation

    La renonciation surprise du pape Benoît XVI, le 11 février 2013, reste pour beaucoup une énigme. Le livre interview publié le 14 septembre prochain, chez Fayard, intitulé Benoît XVI, dernières conversations, répond, en partie, au mystère de cet homme aujourd’hui âgé de 89 ans, qui révèle être désormais « aveugle de l’œil gauche ». Le pape émérite vit une discrète retraite monastique dans une maison des jardins du Vatican, derrière la basilique Saint-Pierre. C’est là qu’il a accordé une longue interview au journaliste allemand Peter Seewald avec qui il avait déjà réalisé deux livres d’entretiens, Le Sel de la terre en 1996 et Lumière du monde en 2010.

    Contrairement à ces deux ouvrages qui respectaient un ordre chronologique strict - le dernier s’arrêtait aux cinq premières années du pontificat - ce livre revient sur l’ensemble de sa vie. Les réponses sont moins approfondies, mais elles procurent une approche exceptionnelle, souvent intime, de la personnalité de Benoît XVI. Il se livre à une confession très digne et fort lucide. Beaucoup de choses sont déjà connues, mais le morceau de choix est évidemment la renonciation. Benoît XVI - élu à 78 ans en 2005, le pape François a 79 ans - en profite pour remettre les pendules à l’heure. Non, il n’a pas démissionné sous la pression de l’affaire Vatileaks, cette fuite issue de documents volés par son majordome sur son bureau. Au contraire, insiste-t-il, « ces affaires étaient entièrement réglées (…) j’ai pu me retirer parce que le calme était revenu sur ce plan. Il n’y a pas eu de reculade sous la pression ».

    Encore moins ce départ - il avait alors 85 ans - fut-il un abandon, une « descente de la croix » comme certains l’ont affirmé. « C’est un reproche auquel je devais m’attendre », reconnaît-il avec une lucidité et un sens de l’autocritique qui caractérise ce livre. Mais « c’est une autre manière de rester lié au Seigneur souffrant, dans le calme du silence, dans la grandeur du silence et dans la grandeur et l’intensité de la prière pour toute l’Église. Cette démarche n’est donc pas une fuite, mais une autre façon de rester fidèle à ma mission ».

    « J’agissais en toute liberté » 

    Le plus stupéfiant en définitive est « la certitude intérieure » qui a conduit à cette décision. Acquise et mûrie par un Joseph Ratzinger priant : « J’en avais discuté avec le Seigneur assez longtemps. » Il confie : « Je me sens si intimement lié au Seigneur (…) Il est toujours là. » Il pose le point final de cet acte historique : « J’agissais en toute liberté. »

    Sur son successeur, autre élément neuf du livre, le pape émérite est peu disert. Il rappelle que « le pape est le pape quel qu’il soit » et qu’il lui a promis obéissance. Aucun commentaire, donc, sur le fond des réformes engagées, en particulier sur la question des divorcés remariés ou sur la réforme de la curie romaine. Il récuse toutefois le terme de « rupture » ou « d’oppositions » entre les deux pontificats et admet celui « d’infléchissements ».

    Benoît XVI ne cache toutefois pas que « la surprise a été grande pour moi » de voir élire le cardinal Bergoglio : « Je n’avais pas pensé à lui », parce que « personne ne s’y attendait ». Il n’était « pas considéré comme un des candidats les plus probables. En entendant son nom, j’ai été un peu hésitant dans un premier temps », note Benoît XVI, mais cela n’a pas duré : « Quand je l’ai vu s’adresser d’une part à Dieu et d’autre part aux hommes, la joie m’a envahi. Et le bonheur. »

    Il défend son bilan  

    Benoît XVI ne connaissait pas la « cordialité » de François, ni « cette attention extrêmement personnelle » à chacun. Il savait seulement que « c’était un homme très décidé » et qui « n’hésitait pas à dire franchement » les choses. Il voit maintenant un « homme de la réforme pratique » mais aussi un « homme méditatif ». Il constate surtout « une nouvelle fraîcheur dans l’Église, une nouvelle joie, un nouveau charisme qui plaît aux gens. C’est bien ». Mais il y a peu de contacts entre les deux hommes. François « n’a généralement pas l’occasion » de prendre conseil. Benoît XVI se trouve « très content de ne pas avoir à s’impliquer ».

    Cette remarque en dit long sur la personnalité profonde de Benoît XVI, très bien rendue dans l’entretien, son émotion - il rit souvent et pleure parfois - et son humour sur lui-même. Il défend également son bilan sur tous les points sensibles, comme la lutte contre la pédophilie. Oui, c’est un « professeur », qui ne fut peut-être pas la « personne idéale » pour être pape, mais « ce n’est pas non plus inconcevable », puisque l’axe de son pontificat fut de « mettre en évidence la centralité de la foi en Dieu ».

    Celui qui a toutefois subi son élection comme un « fardeau » - il n’a pas de mots assez forts pour en dire le poids - n’aura jamais été un politique : « Je suis fondamentalement hostile aux conjurations et à ce genre de choses, surtout pour l’élection d’un pape (…) je n’ai pas fait de politique en aucune façon. » Au sujet des querelles intestines de l’Église, et parlant de lui, il note : « Les gens savent que ce type-là n’est pas dangereux. »

  • Notre pape Benoît XVI : notre témoignage, par Denis Crouan et Arnaud Dumouch (1927-31 déc. 2022) 

    IMPRIMER

    Notre pape Benoît XVI : notre témoignage, par Denis Crouan et Arnaud Dumouch (1927-31 déc. 2022) 

    https://youtu.be/DDUHIAfOCpE   

    Notre expérience commune face aux persécutions dans l'Eglise : un pape de la douceur.  

    Son attitude durant son adolescence et sous le troisième Reich  

    Son soutien humble et ferme dans les épreuves face au clergé de la génération "boomers".

    Son apport théologique : comment lire Vatican II dans la continuité des autres conciles.  

    Son encyclique Spe Salvi 47 et son hypothèse sur la Parousie du Christ à l'heure de la mort. 

    Sa renonciation, acte providentiel qui a posé et fortifié le pontificat du pape François, lui-même en butte aux attaques de ses contradicteurs.  

    Sa mort simple. Son départ pour la vision béatifique à laquelle il aspirait. 

  • Benoît XVI restera dans les mémoires comme un "véritable docteur de l'Église d'aujourd'hui" (cardinal Müller)

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Cardinal Müller : Benoît XVI restera dans les mémoires comme un "véritable docteur de l'Église d'aujourd'hui".

    Dans un entretien avec le Register, le cardinal théologien allemand revient sur le profond héritage du défunt pape émérite.

    Benedict XVI, pictured in 2010.

    31 décembre 2022

    Le cardinal Gerhard Müller a rendu hommage au défunt pape émérite Benoît XVI, le décrivant comme un "grand penseur" et un "véritable docteur de l'Église pour aujourd'hui."

    Le préfet émérite du Dicastère pour la doctrine de la foi a également décrit feu Joseph Ratzinger, décédé le 31 décembre à 9h34 à Rome, comme un homme d'une grande sensibilité, d'humour et d'humilité qui possédait "une profonde sagesse en tant que participant à l'amour de Dieu".

    Dans cet entretien accordé au Register, le cardinal théologien allemand - qui a fondé l'Institut Benoît XVI pour rendre accessibles les œuvres rassemblées de Joseph Ratzinger - évoque l'héritage de Benoît XVI à l'Église, répond à certains de ses détracteurs et réfléchit à la manière dont son décès pourrait affecter le très critiqué chemin synodal allemand.

    Votre Éminence, quel est le plus grand héritage de Benoît XVI en termes de théologie et de doctrine ?

    Les meilleurs livres sont son Introduction au christianisme et à l'eschatologie : La mort et la vie éternelle et sa trilogie sur Jésus pour un public averti, tandis que les livres sur Augustin et Bonaventure nécessitent une formation théologique universitaire pour une meilleure compréhension. Tout le monde peut également lire ses nombreuses homélies, qui sont édifiantes et renforcent la foi, et qui sont également facilement accessibles dans le recueil des écrits (16 volumes).

    Quel souvenir souhaitez-vous que l'on garde de lui, tant sur le plan doctrinal que, plus largement, en tant que prêtre, évêque, cardinal et pape ?

    Dans toutes ses fonctions et toutes ses tâches, il a été un grand penseur et personnellement un chrétien croyant. Il est un véritable docteur de l'Église pour aujourd'hui.

    Laquelle de ses encycliques est, pour vous, la plus profonde et la plus utile, et celle qui résonne avec notre époque ?

    Je pense que sa première encyclique, Deus Caritas Est (Dieu est amour), parce qu'ici, la somme et l'aboutissement de l'autorévélation du Dieu trinitaire dans son essence, et la relation des trois personnes divines, sont présentés à l'homme contemporain au plus haut niveau magistériel.

    Joseph Ratzinger était un grand partisan de "l'herméneutique de la réforme et de la continuité", soutenant que Vatican II ne représentait pas une rupture radicale mais une reformulation plus pastorale de vérités anciennes et d'une doctrine antérieure, appliquant les enseignements des premiers pères de l'Église au monde contemporain. Dans quelle mesure cette perception du Concile était-elle utile à vos yeux ?

    Cela est évident, car aucun Concile n'a la tâche de fonder une nouvelle Église ou de compléter, corriger ou achever la révélation unique et complète de Dieu en Jésus-Christ. Il suffit de lire les introductions des deux Constitutions dogmatiques sur la Révélation divine et l'Église. On voit alors comment le Concile lui-même s'insère dans toute la tradition doctrinale catholique et, surtout, affirme que le magistère du pape et des évêques, et donc aussi les Conciles, ne sont pas au-dessus de la Parole de Dieu, mais servent à sa véritable interprétation (Dei Verbum 7-10).

    Certains détracteurs de Joseph Ratzinger ont affirmé que sa théologie pouvait parfois être incohérente car il essayait de concilier des positions contradictoires (par exemple, la modernité avec la tradition), tandis que d'autres disent qu'il était trop rigide et conservateur, ne voulant pas adapter l'Église à son époque. Que répondez-vous à ces critiques ?

    Seuls des ignorants idéologiquement étroits d'esprit peuvent penser cela. Saint Irénée de Lyon, que le Pape François a déclaré "Doctor Unitatis" (Docteur de l'Unité), s'élève contre les gnostiques de tous les temps qui veulent emprisonner le mystère de Dieu dans leur esprit limité, et qu'avec et dans le Christ toute la nouveauté et la modernité inégalée de Dieu est entrée dans le monde. La modernité n'est pas identique à l'immanentisme anti-métaphysique des Lumières et aux idéologies anti-humaines des athéismes philosophiques et politiques des trois derniers siècles. Seule la foi chrétienne est moderne, c'est-à-dire jusqu'au niveau des véritables questions fondamentales sur le sens de la vie et les principes moraux de sa formation. En effet, aucune théorie, aucun être humain ne peut nous racheter et nous soutenir dans la vie et dans la mort, si ce n'est le Verbe de Dieu qui, dans son Fils, a assumé notre humanité et, par sa croix et sa résurrection, nous a rachetés du péché et de la mort et nous a donné l'espérance de la vie éternelle (Gaudium et Spes 10 ; 22).

    Nous ne sommes pas des esclaves mais des citoyens dans la cité de Dieu, des fils et des filles du Père céleste dans le Christ et des amis de Dieu dans l'Esprit Saint.

    Comment était Joseph Ratzinger en tant que personne ? Quels sont les attributs et les qualités personnelles dont vous vous souviendrez le mieux ?

    C'était une personne très fine, très sensible, pleine d'humour, humble et surtout, un homme d'une profonde sagesse, participant à l'amour de Dieu.

    Quel effet pensez-vous que la mort de Benoît XVI aura, le cas échéant, sur le chemin synodal allemand ?

    Je crains que ces protagonistes d'une anthropologie éloignée du Christ ne soient pas impressionnés par l'un des plus grands savants chrétiens de notre temps, car chez eux, si l'Esprit Saint ne provoque pas directement une profonde conversion des cœurs, une idéologie athée étouffe toute graine de foi surnaturelle et révélée.

    Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le pape et le Vatican avec Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également réalisé des reportages sur le Saint-Siège et l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications, dont Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l'Église et le Moyen-Orient. Edward est l'auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et The Rigging of a Vatican Synod ? Une enquête sur les allégations de manipulation lors du Synode extraordinaire sur la famille (Ignatius Press, 2015). Suivez-le sur Twitter à l'adresse @edwardpentin.

  • Spe Salvi : l'espérance selon Benoît XVI

    IMPRIMER

    Cette encyclique du pape Benoît appelle les chrétiens à s'appuyer, dans l'espérance, sur la foi en Jésus et la prière. Spe salvi (Sauvés dans l'espérance) concerne la deuxième vertu théologale. L’hebdomadaire « La Croix » y avait consacré, en son temps, cette brève réflexion qui nous concerne tous et singulièrement le jour de la mort d’un pape dont la profession de foi, son témoignage radical, impressionne toujours  les esprits religieux : même, peut-être, au sein de l’Europe apostate.

    « L'espérance n'est pas chose facile, simple et évidente. Elle ne peut se contenter de grands mots, de grandes envolées et de grandes théories. On peut être à bout, vidé de tout espoir, de toute espérance, on peut être "triste à mourir"... et espérer encore. C'est bien de cette "espérance" là dont nous parle Benoît XVI dans cette encyclique : "Spe salvi".

    Que veut dire espérer ? C'est la question à laquelle Benoît XVI tente de répondre. Si la première et la seconde parties de son texte sont difficiles à lire (c'est une analyse historique et théologique de notre monde à travers la lecture de l'Ecriture et des auteurs de la Tradition chrétienne), la seconde (entre les paragraphes 32 et 41) est de loin la plus explicite.

    Benoît XVI fait bien la différence entre la "grande espérance", qui n'est que Dieu seul, qui "embrasse l'univers et et qui peut nous proposer et nous donner ce que, seuls, nous ne pouvons atteindre", et les "petites espérances" qui, dans la vie de chaque jour, viennent nous conforter. Cette "grande espérance" est la certitude que, même quand il n'y a plus rien à attendre de la vie, quand tout paraît perdu, on peut toujours encore espérer.

    Prière, ferment d'espérance

    Pour être capable de cette "grande espérance", pour en faire "l'apprentissage" nous dit Benoît XVI, il y a la prière : "Si je ne peux plus parler à personne, je peux toujours parler à Dieu. Celui qui prie n'est jamais totalement seul". Dans la prière l'homme fait l'expérience du désir de Dieu. Et ce désir élargit le coeur, et le prépare à recevoir le don que Dieu fait de sa présence et de son règne. Mais il n'y a pas que la prière. Il y a aussi la souffrance. Et c'est là, entre autre, que le pape étonne.

    Dans les très beaux paragraphes 35, 36 et 37 , il développe avec beaucoup de clarté le rôle de la souffrance comme lieux d'apprentissage de l'espérance. C'est dans l'expérience du mal que notre courage et par la même notre espérance se fortifient. Parce qu'uni à Dieu, qui s'est fait homme pour compatir à la souffrance humaine, l'homme fait vaincre la lumière : "la souffrance, sans cesser d'être souffrance, devient malgré tout chant de louange" .

    Plus loin, comme surprenante conclusion à cette avant-dernière partie, Benoît XVI revient avec délicatesse sur une "forme de dévotion" dont on entendait plus parler depuis longtemps : "offrir à Dieu ses souffrances" Tout en reconnaissant le caractère désuet de la formule, Benoît XVI (para 40) invite à en revisiter le sens : "les petits ennuis du quotidien pourraient acquérir un sens et contribuer à l'économie du bien, de l'amour entre les hommes".

    L'espérance d'un amour toujours possible

    Mais c'est aussi très certainement dans la toute dernière partie de son encyclique que Benoît XVI donne de l'espérance sa plus juste et sa plus profonde signification. Quelle belle espérance en effet de savoir que "l'amour puisse parvenir jusqu'à l'au-delà, que soit possible un mutuel donner et recevoir, dans lequel les uns et les autres demeurent unis par des liens d'affection au-delà des limites de la mort (...) Qui n'éprouverait le besoin de faire parvenir à ses proches déjà partis pour l'au delà un signe de bonté, de gratitude ou encore de demande de pardon ?"

    La suite de ce paragraphe 48 est une superbe exhortation à ne pas ...désespérer . Aucune relation n'est perdue, personne n'est isolé, seul, nos "existences sont en profonde communion entre elles. (...) .Nul ne vit seul, nul ne pèche seul. Nul n'est sauvé seul. Continuellement la vie des autres entre dans ma vie: en ce que je pense, dis, fais réalise. Et vive versa" Et ce qui est vrai dans nos vies terrestres, se réalise aussi dans la mort affirme Benoît XVI, donnant ainsi à notre existence tout son sens.

    Ces paroles (à l'image de celles de l'anima Christi, XIVe s., NdB) peuvent-elles toucher nos contemporains, avides de guérir de tout ce qui les oppresse, leur fait peur, les empêchent de vivre ? "Pour rencontrer l'espérance, il faut être allé au bout du désespoir" écrivait Georges Bernanos. C'est, en résumé, tout ce qu'exprime cette encyclique. »

    Spe Salvi : l'espérance selon Benoît XVI

  • "Ce pasteur timide fut un pape décisif" (Jean-Marie Guénois)

    IMPRIMER

    De sur le site du Figaro :

    Le pape émérite Benoît XVI s'est éteint au Vatican dans la discrétion

    Lire la suite

  • Les missionnaires tués en 2022

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    VATICAN - Les missionnaires tués en 2022

    30 décembre 2022

    Dossier réalisé par Stefano Lodigiani

    Cité du Vatican (Agence Fides) - Selon les données recueillies par l'Agence Fides, 18 missionnaires ont été tués dans le monde en 2022 : 12 prêtres, 1 religieux, 3 religieuses, 1 séminariste et 1 laïc. Quant à la répartition continentale, le nombre le plus élevé a été enregistré en Afrique, où 9 missionnaires ont été tués (7 prêtres, 2 religieux), suivie par l'Amérique Latine, avec 8 missionnaires tués (4 prêtres, 1 religieux, 1 religieuse, 1 séminariste,1 laïc) puis l'Asie, où 1 prêtre a été tué. Ces dernières années, l'Afrique et l'Amérique se sont relayées en tête de cette liste tragique. De 2011 à 2021, l'Amérique pendant 8 ans et l'Afrique pendant 3 ans (2018, 2019, 2021). De 2001 à 2021, le nombre total de missionnaires tués est de 526.

    Depuis quelque temps, la liste annuelle publiée par Fides ne concerne pas seulement les missionnaires ad gentes au sens strict du terme, mais tente de recenser tous les chrétiens catholiques engagés d'une manière ou d'une autre dans une activité pastorale et qui sont morts de manière violente, non expressément « en haine de la foi ». C'est pourquoi nous préférons ne pas utiliser le terme « martyrs », sauf dans son sens étymologique de « témoins », afin de ne pas entrer dans le jugement que l'Eglise peut éventuellement porter sur certains d'entre eux. De même, nous utilisons le terme "missionnaire" pour tous les baptisés, conscients que « en vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire. Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation » (EG 120).

    Les quelques rapports sur la vie et les circonstances qui ont conduit à la mort violente de ces 18 missionnaires nous offrent des images de la vie quotidienne, bien que dans des contextes particulièrement difficiles, marqués par la violence, la misère, le manque de justice et de respect pour la vie humaine. Les autres personnes qui les accompagnaient ont souvent partagé le même sort que les missionnaires. Des prêtres ont été tués alors qu'ils étaient en route pour célébrer la Messe avec la communauté qu'ils dirigeaient, pour rompre ce pain et consacrer ce vin qui serait la nourriture et la vie de tant de fidèles. Une religieuse médecin tuée alors qu'elle était en service au centre de santé du diocèse, prête à sauver la vie des autres, et qui sait combien elle en avait déjà sauvé par le passé. Une missionnaire tuée lors d'un assaut sur la mission : au lieu de penser à sauver sa propre vie, elle s'est préoccupée d'aller vérifier que celle des filles logées dans le dortoir était en sécurité. Un autre laïc, un agent pastoral, a été tué alors qu'il se rendait à l'église pour diriger une liturgie de la parole pour les fidèles de cette région, qui n'avaient pas de prêtre résident.
    Témoins et missionnaires de la vie, avec leur vie, qu'ils ont offerte jusqu'au bout, totalement, librement, par gratitude. Comme l'a écrit le Pape François dans son message pour la Journée Mondiale des Missions 2022, “ il est demandé aux disciples de vivre leur vie personnelle dans la clé de la mission : ils sont envoyés par Jésus dans le monde non seulement pour faire la mission, mais aussi et surtout pour vivre la mission qui leur a été confiée ; non seulement pour rendre témoignage, mais aussi et surtout pour être des témoins du Christ. L'essence de la mission est de rendre témoignage au Christ, c'est-à-dire à sa vie, sa passion, sa mort et sa résurrection par amour du Père et de l'humanité".
    (Agence Fides 30/12/2022)

    Lire également : En mémoire reconnaissante des missionnaires assassinés. Des témoins, pas des "témoignages"

  • Affaire Rupnik : un silence intolérable; une enquête immédiate s'impose

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Affaire Rupnik, silence intolérable. Enquête immédiate

    31-12-2022

    Silence de la part du Saint-Siège, silence du Centre Aletti, silence du top management de la Compagnie de Jésus : il s'agit d'une stratégie claire pour laisser passer la tempête et ensuite la régler tranquillement. Mais le scandale est trop grand et il y a tellement de personnes qui ont été complices de cette situation qu'une visite apostolique immédiate est nécessaire pour mettre en évidence la responsabilité de chacun des acteurs impliqués. Les conclusions du célèbre canoniste, le Père Gerald Murray, et les nouvelles révélations d'une autre ancienne religieuse.

    Toujours le silence sur l'affaire Rupnik de la part de ceux qui devraient expliquer beaucoup de choses non pas par désir de vengeance, mais par amour de cette justice qui est surpassée, non abolie, par la miséricorde. Silence du Centre Aletti, qui continue en effet à faire figurer les homélies du Père Marko Rupnik à la une de ses journaux. Silence de la part du Saint-Siège, qui semble vouloir laisser passer la tempête et la résoudre tranquillement. Silence également de la part de la direction de la Compagnie de Jésus, qui a dit quelque chose de plus, mais omet de donner des explications sur certains points fondamentaux de l'affaire, détails qui mettraient très probablement en évidence des responsabilités au plus haut niveau.

    Dans sa récente interview avec Diane Montagne, le célèbre canoniste américain, le père Gerald Murray, a en effet attiré l'attention sur certains points critiques qui ressortent de la reconstruction chronologique proposée par les Jésuites, la seule officielle à ce jour. Le Père Murray note tout d'abord que la déclaration d'excommunication de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), pour l'absolution du complice du péché contre le sixième commandement, montre que Rupnik ne s'est pas retiré de la contumace. S'il l'avait fait, "aucune déclaration de la peine d'excommunication n'aurait été nécessaire, puisqu'il était repentant, et la peine aurait été remise conformément au canon 1358". La révocation presque immédiate de l'excommunication laisse des questions ouvertes quant à la manière dont Rupnik s'est "retiré de la contumace" et "quelle réparation il a promis de faire pour le scandale et les dommages qu'il a causés" ; et qui a effectivement remis l'excommunication.

    Un autre point sensible est la décision de la CDF de ne pas renoncer à la prescription des délits canoniques de Rupnik commis au début des années 1990, surtout à la lumière du fait que "la CDF était au courant de sa précédente condamnation canonique. La cause de la justice aurait été servie en poursuivant en 2021 ces graves accusations qui, compte tenu du casier judiciaire canonique du père Rupnik, bénéficiaient d'une forte présomption de véracité. Un procès canonique aurait peut-être aussi encouragé d'autres personnes qui auraient pu être l'objet des déprédations du père Rupnik à se manifester". La CDF n'avait pas seulement le pouvoir de renoncer à la prescription, mais elle a encore le pouvoir de "relancer le procès intenté par les religieuses slovènes contre le père Rupnik". Étant donné ce que nous savons maintenant de sa turpitude morale, cela devrait se faire immédiatement", insiste le père Murray.

    Un aspect peu clair concerne également les mois qui se sont écoulés entre l'établissement de la vérité de l'accusation contre le complice de Rupnik et la déclaration d'excommunication latae sententiae par la CDF. "Quel intérêt possible de la justice a été servi par ce retard ? [Rupnik] a été reconnu coupable du double crime canonique d'avoir eu des relations sexuelles avec une religieuse et de lui avoir donné l'absolution ; pourtant, il a été laissé libre pendant tout ce temps de commettre les mêmes crimes.

    Lire la suite

  • Une béatification qui rassemble des époux et leurs enfants, ainsi qu'un enfant à naître

    IMPRIMER

    De François-Marie Léthel ocd, consulteur du Dicastère pour les Causes des Saints sur Vatican News :

    La reconnaissance du martyre des époux Jozef et Wiktoria Ulma et de leurs 7 enfants

    Le 17 décembre dernier, le Saint-Père a donné son accord pour la béatification de la famille Ulma, des catholiques polonais massacrés par les nazis pour avoir abrité des juifs. Le père François-Marie Léthel, consulteur du Dicastère pour les Causes des Saints, revient sur l'importance et la nouveauté de cette béatification, qui rassemble des époux et leurs enfants, ainsi qu'un enfant à naître.

    Le 17 décembre 2022, notre Pape François a approuvé le décret concernant le martyre des époux Jozef e Wiktoria Ulma et de leurs 7 enfants tués par les nazis le 24 mars 1944 à Markowa en Pologne. Six enfants avaient entre 8 et 2 ans et le septième était encore dans le sein maternel.

    C'est là un événement nouveau et d'une très grande importance pour l'Église et pour le monde entier, dans la lumière de Noël qui est aussi celle des premiers martyrs: Saint Etienne et les Saints Innocents. Le décret sur le martyre suffit pour procéder à la béatification qui aura lieu en Pologne dans les prochains mois. Il convient de présenter brièvement les caractéristiques les plus originales de cette béatification.

    Lire la suite

  • Beaucoup de chrétiens n'ont pas pu célébrer Noël

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Noël refusé aux chrétiens persécutés

    29-12-2022

    Il y a beaucoup de chrétiens qui n'ont pas pu célébrer Noël. Elle est difficile ou impossible dans des pays comme la Mauritanie, les Comores, l'Afghanistan, le Brunei et la Corée du Nord. Dans d'autres pays, comme le Nigeria, le problème est la sécurité. Et au Sahel, les djihadistes. Au Pakistan, une chrétienne accusée de blasphème passe Noël dans une petite cellule, trois autres personnes sont de nouveau libres. 

    Cette année encore, de nombreux chrétiens n'ont pas pu célébrer Noël. Il est difficile ou impossible de le faire, sauf en secret car interdit, dans certains pays où les fidèles sont une petite minorité : la Mauritanie, par exemple, les îles Comores, l'Afghanistan, Brunei, la Corée du Nord. D'autres communautés, en revanche, ont pu se réunir pour prier, mais comme chaque année en état d'alerte, adoptant des mesures de sécurité, par crainte d'attentats, un risque qui augmente toujours à Noël et à Pâques, surtout dans des pays comme le Nigeria, le Pakistan, l'Indonésie.

    Particulièrement douloureuse, en outre, est la situation des nombreux chrétiens contraints de passer Noël seuls, en captivité, parmi des étrangers par leur origine et souvent aussi par leur foi. C'est le cas de plusieurs religieux enlevés en Afrique. Rien qu'au Nigeria, trois personnes viennent d'être enlevées en six jours. Le premier était le père Christopher Ogide, curé de la paroisse Mary of the Assumption dans le diocèse d'Umuahia, dans l'État méridional d'Abia. Le 17 décembre, il a été enlevé à l'entrée de la maison paroissiale, alors qu'il allait faire le plein dans une station-service voisine. Le 20 décembre, c'était le tour du père Sylvester Okechukwu, du diocèse de Kafanchan, dans l'État de Kaduna (nord-ouest), qui a été enlevé tard dans la soirée et emmené du presbytère de la paroisse dans la zone de gouvernement local de Lere, où il se trouvait à ce moment-là. Enfin, le père Mark Ojotu, aumônier de l'hôpital Sainte-Marie à Okpoga, a été enlevé dans l'après-midi du 22 décembre dans l'État de Benue, au nord-est du pays. L'enlèvement a eu lieu vers le soir alors que le père Ojotu conduisait sur la route Okpoga-Ojapo. Dans les trois cas, il s'agirait d'enlèvements à des fins d'extorsion, un crime qui, presque partout au Nigeria, est devenu un fléau social et que le gouvernement central et les gouvernements des États qui composent la fédération ne se soucient pas assez de contrer. 

    Deux autres religieux ont passé Noël en captivité en Afrique. L'un d'entre eux est le prêtre Fidei Donum Joel Tougbaré, qui a été enlevé dans son pays, le Burkina Faso, le 17 mars 2018. Il avait entrepris de rentrer chez lui, dans sa paroisse, après avoir célébré la messe dominicale dans un village, mais n'est jamais arrivé à destination. Le missionnaire allemand des Pères Blancs, Hans-Joachim Lohere, qui a été enlevé au Mali le 20 novembre, est également aux mains de ses ravisseurs. Il était censé célébrer la messe dominicale dans une église près de la capitale Bamako, mais on l'a attendu en vain. Ce n'est que dans la soirée que ses confrères ont remarqué son absence et ont alerté la police. Contrairement au Nigeria et à d'autres pays du continent, où les fréquents enlèvements de religieux sont l'œuvre de criminels de droit commun sans être nécessairement motivés par la haine religieuse, il est possible, et même presque certain, que ce sont des djihadistes qui ont enlevé les deux religieux, car le Burkina Faso et le Mali font partie des pays africains qui vivent le plus sous la menace de groupes armés affiliés à Al-Qaïda et à Isis. Le père Pier Luigi Maccalli, le missionnaire libéré en 2020 après avoir été prisonnier des djihadistes pendant plus de deux ans, a évoqué à la veille de Noël les deux religieux et le vide au cœur que leur absence produit dans leurs communautés respectives. Avec eux, le père Maccalli a rappelé huit autres personnes qui sont toujours prisonnières de groupes djihadistes actifs au Sahel.

    Lire la suite