Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Plus de deux mille martyrs victimes des "Rouges" lors de la guerre civile espagnole

    IMPRIMER

    De Dawn Beutner sur The Catholic World Report :

    Martyrs du communisme de la guerre civile espagnole

    Il y a plus de deux mille martyrs de la guerre civile espagnole dans le calendrier actuel de l'Église, datant de 1934 à 1939.

    23 juillet 2022

    L'année 1936 marque le début d'une horrible guerre civile en Espagne.

    Peut-être que, comme moi, vous ne vous souvenez pas d'avoir appris la guerre civile espagnole en cours d'histoire au lycée. Après tout, le nombre de victimes de la guerre civile espagnole semble faible (un million tout de même ! ndB) par rapport aux millions de morts de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que des nombreux autres conflits sanglants du XXe siècle. Il n'est pas surprenant que les manuels d'histoire se concentrent davantage sur les guerres aux causes plus simples et au bilan plus lourd.

    Quels sont les événements qui ont conduit à la guerre civile espagnole ? En 1931, le roi d'Espagne s'est enfui en Angleterre, et le gouvernement qui a été mis en place peu après a été généralement décrit comme inefficace. Deux camps se sont formés pour tenter de prendre le contrôle du pays : les républicains et les nationalistes. Le reste de l'histoire est compliqué (1) mais mérite d'être compris.(2) Cependant, pour les catholiques fidèles d'Espagne, le choix était clair.

    Les dirigeants républicains étaient en grande partie une alliance de socialistes, de communistes et d'anarchistes. Leur objectif premier n'était pas d'assurer la transition pacifique de leur pays vers un meilleur mode de vie pour tous les Espagnols, mais de mener une révolution violente qui renverserait le gouvernement en place et établirait une forme d'État communiste. Quels que soient les reproches que l'on puisse faire au leader nationaliste Francisco Franco et à son règne ultérieur en tant que dictateur fasciste de l'Espagne, pour les catholiques espagnols à l'époque de la guerre, il n'y avait pas de véritable alternative. Les Républicains suivaient le même plan de bataille que celui utilisé dans toutes les autres révolutions communistes, et l'une des tactiques les plus connues dans cette lutte était de tuer les chrétiens.

    En Espagne, cela signifiait tuer les catholiques. Suivant la stratégie évidente selon laquelle il est plus efficace d'exécuter les dirigeants de ceux qui s'opposent à vous, plutôt que la base, les républicains ont particulièrement recherché toute personne portant une soutane ou un habit religieux.

    C'est pourquoi le bienheureux Joan Huguet Cardona a été tué. Il n'avait été ordonné prêtre que depuis un mois lorsque les miliciens républicains sont entrés dans sa ville de Ferreries. Comme il portait une soutane, ils l'ont trouvé rapidement, l'ont arrêté, l'ont obligé à enlever sa soutane et lui ont ordonné de cracher sur un objet de dévotion (une sorte de chapelet) qu'il portait. Lorsqu'il a refusé de le faire, il a été abattu. Cela s'est passé le 23 juillet 1936.

    Lire la suite

  • Charbel Makhlouf, une vie émaillée de miracles

    IMPRIMER

    D'Antonio Tarallo sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Charbel Makhlouf, une vie de miracles

    23-07-2022

    Ce 24 juillet, c'est la commémoration de Saint Charbel Makhlouf, dont la biographie est émaillée de nombreux miracles attribués à son intercession, en plus des trois reconnus officiellement par l'Eglise pour sa béatification et sa canonisation. Plusieurs de ces faits prodigieux sont consignés dans le registre du monastère d'Annaya (au Liban), où repose son corps.

    Il est dit que sa tombe a été immédiatement entourée d'une "extraordinaire luminosité" qui a duré 45 jours. C'était une lumière forte, claire et aveuglante. C'était la lumière de l'Amour qui répandait ses rayons sur les serviteurs bien-aimés du Seigneur. Saint Charbel - dont la commémoration aura lieu demain - était l'un de ces "serviteurs du Seigneur", appelé à être un témoin de l'Évangile. Un serviteur qui aimait le Seigneur d'une manière qui est difficile à décrire. Saint Charbel et sa puissante intercession, Saint Charbel et ses miracles, Saint Charbel et le visage qui apparaît sur une photo, Saint Charbel et l'huile miraculeuse. On pourrait continuer ad libitum avec ces associations. Sa biographie elle-même reste si infinie qu'elle ne voit jamais le mot "fin". Ce mot, en effet, est habituellement inséré à la dernière page du livre d'une vie, mais pour lui, il semble que cela ne puisse être le cas. Le mot "fin" ne s'associe pas bien avec le mot "sainteté". Et la métaphore - ou plutôt le symbole - du passage entre le monde terrestre (fini) et l'au-delà (infini, justement) est la tombe.

    Dès ses origines, le christianisme nous parle de cette "transition" : c'est ainsi que la mémoire court vers le tombeau vide du troisième jour, signe de la résurrection du Christ, de la victoire de la vie sur la mort. Pour le tombeau de Saint Charbel, d'une autre manière, nous pouvons également trouver un symbole fort et tangible de cette vision d'un autre monde. Comme certains pèlerins voulaient même tenter de voler une partie de sa dépouille, les autorités ont décidé de rouvrir la tombe, et c'est ainsi qu'elles ont trouvé le corps flottant dans la boue, mais complètement dépourvu de marque, comme s'il avait été enterré le jour même. On a alors remarqué qu'un liquide semblable à du sang suintait de son corps. Le linge utilisé pour sécher son corps est encore conservé ; ce linge a d'ailleurs été la cause de guérisons dans de nombreux cas au cours des années ; de plus, au cours du siècle dernier, sa tombe a été ouverte quatre fois (la dernière fois en 1955), et à chaque occasion, on a constaté que son corps, saignant, possédait encore de la souplesse, comme s'il était encore vivant.

    Des événements prodigieux ponctuent donc la biographie du saint libanais. Voir l'huile de Saint Charbel. L'huile rappelle deux événements de la vie du saint. La première : Saint Charbel, la nuit, pour pouvoir continuer à lire les Saintes Écritures, demanda un jour au cuisinier du monastère de l'huile pour alimenter sa lampe. Comme c'était une période de famine, le cuisinier a reçu l'ordre de ne pas fournir cette huile, mais simplement de remplir la lampe avec de l'eau. Saint Charbel n'était pas au courant du nouvel ordre de ne pas utiliser d'huile car il vivait à l'écart des autres moines. Et c'est là que se produisit l'événement prodigieux : le soir, la lampe, bien que remplie d'eau, resta allumée toute la nuit. Le deuxième épisode fait référence à l'étrange liquide - décrit ci-dessus - du corps du saint.

    Lire la suite

  • Prier pour les grands-parents

    IMPRIMER

    « Prière pour les grands-parents » de Benoît XVI

    Voici une Prière pour les grands-parents « Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents » du Pape Benoît XVI en 2006.

    La Prière de Benoît XVI « Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents » : 

    « Seigneur Jésus, Tu es né de la Vierge Marie, fille des Saints Joachim et Anne. Regarde les grands-parents du monde entier. Protège-les !

    Ils sont une source d'enrichissement pour les familles, pour l’Eglise et pour toute la société. Soutiens-les !

    Tandis qu’ils vieillissent, puissent-ils continuer à être pour leurs familles de solides piliers de la Foi évangélique, des gardiens des nobles idéaux familiaux, des trésors vivants de profondes traditions religieuses.

    Fais d'eux des maîtres de sagesse et de courage, afin qu’ils puissent transmettre aux générations futures les fruits de leur mûre expérience humaine et spirituelle.

    Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents. Qu’ils ne soient jamais ignorés ou exclus mais rencontrent toujours respect et amour.

    Aide-les à vivre sereinement et à se sentir accueillis durant toutes les années de vie que Tu leur accordes.

    Marie, Mère de tous les vivants, garde les grands-parents constamment sous Ta garde, accompagne-les dans leur pèlerinage terrestre, et par Ta prière, accorde à toutes les familles d’être un jour réunies dans la Demeure du Ciel, où Tu attends toute l’humanité pour la grande étreinte de la Vie sans fin.

    Amen. » 

    Benoît XVI

  • France : le Conseil constitutionnel valide les dispositions de la "Loi séparatisme" contestées par les Églises

    IMPRIMER

    De Caroline Celle sur le site de l'hebdomadaire La Vie :

    Loi séparatisme : le Conseil constitutionnel valide les dispositions contestées par les Églises

    Vendredi 22 juillet 2022,

    le Conseil constitutionnel a jugé conformes les dispositions que les Églises chrétiennes considéraient comme des atteintes à la liberté de culte, dans la « loi séparatisme ». Concrètement, que cela signifie-t-il pour l’exercice des cultes aujourd’hui ?

     
     

    Le Conseil constitutionnel a rendu sa décision sur le recours porté par la Conférence des évêques, la Fédération protestante et l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. Ensemble, les Églises chrétiennes contestaient plusieurs dispositions de la loi séparatisme, rebaptisée « loi confortant les principes de la République », car elles les considéraient comme des atteintes à la liberté de culte.

    Ce vendredi, les neuf sages ont pourtant tranché en leur défaveur, car ils jugent que toutes les dispositions remises en cause par les Églises sont conformes à la Constitution. Ces dispositions de la loi sont donc désormais validées.

    Pour rappel, la nouvelle loi a été promulguée le 24 août 2021 sous le précédent mandat d’Emmanuel Macron. Elle vise à encadrer davantage les cultes, et en particulier à lutter contre le « séparatisme islamiste » selon les mots du président de la République. Mais elle a rapidement suscité l’inquiétude des représentants religieux, car elle suppose une importante réforme du régime des cultes fixé en 1905.

    Pourquoi les Églises ont saisi le Conseil constitutionnel

    Selon les Églises qui ont saisi le Conseil constitutionnel, la nouvelle loi introduit un « régime de contrôle et de contrainte ». Elle oblige notamment les cultes à déclarer tous les cinq ans leur qualité cultuelle devant le préfet, avec des justificatifs à l’appui (liste des lieux de culte, financement…).

    Or, en cas de rejet du préfet, les associations cultuelles perdent les avantages fiscaux qui sont propres à leur statut. Cette disposition est censée permettre à l’État de mieux contrôler ces associations pour qu’elles ne pratiquent pas d’activités cultuelles en dehors du cadre fixé par la loi, comme il est parfois reproché à certaines associations musulmanes ou protestantes évangéliques.

    Les trois assemblées chrétiennes remettent aussi en cause un article qui modifie la législation de 1907 sur l’exercice des cultes. Cet article concerne les associations mixtes, qui relèvent du statut de 1901 et ont à la fois un caractère cultuel et non cultuel (par exemple les groupes de scouts catholiques, les antennes du Secours catholique…). Sur cette base, le préfet peut désormais obliger les associations à inscrire dans leurs statuts le fait qu’elles ont des activités cultuelles, et donc décider de ce qui est cultuel ou non. Il peut aussi obliger ces associations à scinder leur trésorerie entre activités cultuelles et non cultuelles.

    Or, les Églises considèrent cette nouvelle philosophie comme une logique répressive peu adaptée au cadre du culte, et comme une atteinte à la liberté d’association, de culte, de religion et de réunion. Dans une tribune publiée par La Vie, François Clavairoly, alors président de la Fédération protestante de France, dénonçait ce qu’il estimait être une conception soupçonneuse de la laïcité, qui réduit le fait religieux à la sphère privée.

    La décision des Sages

    Le Conseil constitutionnel a rendu une décision défavorable au recours des cultes chrétiens, car il juge conformes à la Constitution de la République les dispositions de la nouvelle loi. De fait, il valide donc la fameuse « loi séparatisme ». « Les dispositions contestées, qui ne privent pas de garanties légales le libre exercice des cultes, ne méconnaissent pas le principe de laïcité », affirme ainsi la décision écrite.

    Sur la question d’un nouveau « régime de contrôle et de contrainte », les neuf sages estiment que les préfets ne feront que contrôler davantage les critères auxquelles les associations ont droit pour percevoir des avantages fiscaux, sans remettre en cause le libre exercice du culte ou « emporter la reconnaissance d’un culte par la République ». Concernant la législation de 1907 sur l’exercice des cultes, les législateurs réfutent également les arguments des Églises chrétiennes car la loi entend, selon eux, « renforcer la transparence de l’activité et du financement des associations assurant l’exercice public du culte ». Dans la Constitution de la République, c’est la valeur de « sauvegarde de l’ordre public » qui est invoquée.

    Le Conseil constitutionnel émet aussi plusieurs réserves d’interprétation. Selon le vocabulaire juridique, la réserve d’interprétation est un procédé qui permet aux juges constitutionnels et au gouvernement de ne pas censurer une disposition légale pour éviter un désaveu cinglant à l’État, mais qui renforce la marge de manœuvre des juges dans l’interprétation de la loi.

    La première réserve des neuf sages concerne le possible retrait des avantages octroyés aux associations cultuelles par les préfets, car ils estiment que cela est « susceptible d’affecter les conditions dans lesquelles une association exerce son activité ». La seconde réserve porte sur la loi de 1907 sur la question du financement et de l’exercice des cultes : « Il appartiendra toutefois au pouvoir réglementaire de veiller (…) à respecter les principes constitutionnels de la liberté d’association et du libre exercice des cultes. » En d’autres termes, l’État doit appliquer les nouvelles dispositions de la loi, sans dépasser le cadre strictement permis par la Constitution.

  • Notre Père est avec nous (homélie du 17e dimanche C)

    IMPRIMER

    Une homélie de l'abbé Christophe Cossement publiée sur son site (archive 2019) :

    Notre Père est avec nous

    homélie du 17e dimanche C

    « Demandez, on vous donnera ! » Comme cette parole est source de lumière dans un cœur qui aime Dieu ! Et pourtant, quel risque de déception aussi, lorsque nous avons l’impression que le Seigneur ne donne pas ce que nous lui demandons.

    Nous rencontrons parfois des personnes qui n’ont jamais vraiment fait attention à Dieu et qui suite à un malheur s’en détournent complètement. Elles n’ont jamais vraiment cheminé avec Dieu. Tout au plus, avec une image d’un dieu grand horloger qui se trouve pris en défaut.

    D’autres personnes crient vers Dieu à la manière des païens. Jésus dit dans un autre passage que les païens, quand ils prient, rabâchent, c’est-à-dire reviennent sans cesse avec les mêmes propos, la même demande, dans le but de convaincre Dieu. Spontanément, notre esprit blessé par le péché espère faire entrer Dieu dans nos propres vues, en quelque sorte nous servir de Dieu pour réaliser nos propres projets ou nos rêves, dont on espère qu’il va les labelliser, les accepter. Mais il manque l’étape d’exposer nos projets à Dieu, de Le laisser les modifier, les conduire lui-même. Et nous tombons dans la situation dénoncée par saint Jacques dans sa lettre : « vous demandez, mais vous ne recevez rien ; en effet, vos demandes sont mauvaises », engluées dans « l’amour pour le monde » (Jc 4,3ss).

    La demande plusieurs fois reprise par Abraham lorsqu’il intercède pour Sodome n’est pas du rabâchage. Abraham laisse une vraie place au point de vue de Dieu, à sa justice. Il la scrute même jusque dans ses derniers retranchements. La suite de l’histoire nous montre que Dieu n’a même pas trouvé 10 justes dans Sodome.

    Pour nous apprendre à demander autrement que les païens, Jésus commence par placer notre prière en face des projets de Dieu notre Père : que son Nom soit sanctifié, qu’il soit reconnu et aimé comme un Père. Que son règne vienne, qu’il saisisse tout l’univers et domine la puissance du mal et de tout ce qui s’oppose à lui. Que sa volonté soit faite, que tous les cœurs s’unissent à son cœur pour vouloir ce qu’il veut et refuser ce qu’il refuse. Que cette union à sa volonté nous rende miséricordieux comme il est miséricordieux. Alors nous pourrons demander et il nous donnera.

    Exposer nos demandes à Dieu doit nous faire entrer dans une relation plus profonde avec lui. Nous ne demandons pas pour informer Dieu de nos besoins, car il les a connus avant même que nous les éprouvions. Nous demandons pour entrer dans une vraie relation de dépendance avec Lui. Au jardin d’Eden, l’homme et la femme avaient refusé de dépendre de Dieu, ils avaient voulu organiser leur bonheur par eux-mêmes et avaient pris le fruit défendu. Depuis, nous devons lutter pour retrouver le chemin d’une dépendance confiante envers Dieu.

    Parfois, par résignation, nous nous contentons de demandes très générales et vagues. Ou bien nous ne demandons plus rien. Au contraire, la prière de demande concrète peut nous faire entrer dans le chemin de la dépendance confiante, si nous nous laissons saisir au plus profond de nos désirs dans cette confiance. Alors il n’est pas besoin de beaucoup de paroles, mais de refuser de toutes nos forces la peur, spécialement la peur de l’avenir, la peur de ce qui va se passer, pour nous efforcer d’habiter paisiblement sa volonté. Dieu veut veiller sur nous concrètement. Nous faisons bien de diriger constamment notre cœur pour qu’il se dépose sans crainte dans Son cœur. Et si nous ne comprenons pas maintenant son chemin, un jour nous le comprendrons.

    C’est un travail intérieur parfois ardu. C’est pourquoi le Seigneur a ajouté, après « demandez, on vous donnera », « cherchez, vous trouverez » et aussi « frappez, on vous ouvrira ». Nous cherchons la bonté de Dieu que nous ne voyons pas toujours. Nous l’affirmons à notre cœur qui est tenté d’en douter. Et nous frappons à la porte, nous demandons de pouvoir rester dans cette confiance où nous peinons à trouver notre équilibre. C’est l’Esprit Saint qui nous aidera à rester alliés de Dieu notre Père et à goûter tous les fruits de son amour après bien des épreuves que le diable nous fait endurer. Courage, Dieu est avec nous !

  • Comprendre le voyage historique de réconciliation du pape François avec les peuples autochtones du Canada

    IMPRIMER

    Du Père Raymond J. de Souza sur le National Catholic Register :

    Comprendre le voyage historique de réconciliation du pape François avec les peuples autochtones du Canada

    Le dernier voyage papal au Canada a été effectué par le pape Jean-Paul II en 1984.

    22 juillet 2022

    Dimanche, le pape François entamera un voyage papal tout à fait unique en près de 50 ans de voyages papaux à l'étranger. 

    Il s'agira d'un pèlerinage qui ne s'adressera pas à l'ensemble de l'Église du Canada, mais qui sera étroitement axé sur les peuples autochtones. Il aura un caractère "pénitentiel", comme le Saint Père l'a caractérisé lors de son discours à l'Angélus dimanche dernier. Et alors que la plupart des voyages papaux ont des thèmes multiples - histoire, famille, jeunesse, évangélisation, justice, etc. - celui-ci est exclusivement destiné à favoriser la "réconciliation", au sens où ce terme a fini par être compris dans la politique canadienne.  

    Un peu d'histoire s'impose. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, les Canadiens ont commencé à entendre des voix autochtones parler des " pensionnats indiens ", une partie de l'histoire du Canada qui était restée largement cachée.  

    (Au cours des dernières décennies, le terme "Indien" - utilisé pendant la majeure partie de l'histoire du Canada - a été remplacé par "autochtone" et maintenant "indigène"). 

    À la fin du XIXe siècle, le gouvernement canadien a instauré une politique de pensionnats pour les enfants indigènes. L'éducation devait leur apprendre à lire, à écrire et à compter, mais elle comportait également une dimension culturelle, dans le cadre d'un projet d'assimilation dont l'expression la plus célèbre était "tuer l'Indien dans l'enfant". Les enfants indigènes se voyaient souvent interdire de parler leur langue maternelle ou de porter leurs vêtements traditionnels. 

    Au début, la fréquentation de l'école était volontaire, mais au début du XXe siècle, elle est devenue obligatoire, ce qui a entraîné la séparation forcée des enfants de leur famille. La plupart des écoles ont fermé dans les années 1960, mais quelques-unes sont restées jusque dans les années 1980. Aujourd'hui, tout le monde - l'Église, l'État et les dirigeants autochtones - considère que cette période est un chapitre sombre de l'histoire du Canada.  

    Si les écoles ont été créées et financées par le gouvernement canadien, leur fonctionnement a été confié aux églises. Les catholiques géraient environ deux tiers des écoles ; le tiers restant était géré par des protestants. La majorité des écoles catholiques étaient gérées par les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée (OMI). 

    Les témoignages de ceux que l'on appelle aujourd'hui les "survivants" ont commencé en 1990. Ils ont parlé de maladies, d'hygiène, de nutrition et de soins de santé inadéquats, ainsi que d'abus physiques et sexuels.  

    Depuis plus de 30 ans, les Canadiens consacrent une énergie considérable à l'héritage des pensionnats. En 2006, un règlement financier de près de 4 milliards de dollars a été conclu, avec la participation du gouvernement et des églises. 

    Des excuses officielles ont été présentées par le gouvernement canadien à la Chambre des communes d'Ottawa en 2008. Des excuses ont été présentées par le pape Benoît XVI à une délégation de dirigeants autochtones au Vatican en 2009.  

    Puis est venue la Commission de vérité et de réconciliation (CVR), une enquête mise en place par le gouvernement fédéral. Elle a rendu son rapport en 2015 et a dressé une liste d'"appels à l'action". Faisant fi des excuses présentées en 2009 par le pape Benoît XVI, la CVR a exigé que le pape François se présente au Canada "dans un délai d'un an" pour présenter de nouvelles excuses.

    Lire la suite

  • Un court-métrage sur la bienheureuse Pauline Jaricot

    IMPRIMER

    De l'Agence Fides :

    Cité du Vatican - A l'anniversaire de sa naissance aujourd'hui, un court-métrage sur la bienheureuse Pauline Jaricot disponible en 4 langues

    22 juillet 2022

    Cité du Vatican (Agence Fides) - La fondatrice de l'Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi (OPFP), béatifiée le 22 mai dernier dans sa ville natale, est née à Lyon le 22 juillet 1799. Le court-métrage "Guardare dall'alto" (Regarder d'en haut), produit par le POPF avec la collaboration de l'Agence Fides à l'occasion de cette année jubilaire (voir Agence Fides 3 mai 2022) lui a été dédié ainsi qu'à son message toujours d'actualité. Le court-métrage, disponible dès maintenant en anglais, italien, français et espagnol, présente sous la forme d'un court-métrage et d'un docu-film l'histoire et l'expérience de foi de Pauline Jaricot, en la racontant à travers les yeux et la vie de Claire, une jeune femme de notre temps. Pensé et conçu comme un outil d'évangélisation, il a été mis à la disposition des Directions nationales des Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM), qui le diffusent et, dans certains cas, le traduisent dans leur propre idiome, en produisant des versions sous-titrées et même doublées. Les lieux de tournage incluent non seulement les endroits de Lyon où Jaricot a vécu son expérience de foi, mais aussi Rustrel, une commune de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, connue comme le "Colorado de la Provence", où Pauline Jaricot avait fondé l'usine Notre Dame des Anges. La personne qui a reçu le miracle de la guérison par l'intercession de Pauline Jaricot : Mayline Tran, une petite fille de trois ans à l'époque, apparaît également dans les dernières scènes du court-métrage. La famille Tran a participé à la phase finale du projet, partageant l'esprit du projet et racontant sa propre expérience.

    (EG) (Agence Fides 22/7/2022)

  • Le pape François part au Canada pour s'excuser auprès des autochtones

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    François au Canada pour s'excuser auprès des autochtones

    23-07-2022

    Demain, 24 juillet, débutera le 37e voyage apostolique de François. Un "pèlerinage pénitentiel", comme l'a appelé le pape, pour s'excuser auprès des autochtones canadiens du rôle également joué par plusieurs catholiques dans les politiques d'assimilation voulues par le gouvernement entre le XIXe et le XXe siècle, à travers le système des pensionnats.

    Demain, le pape François atterrira à l'aéroport international d'Edmonton pour donner le coup d'envoi du 37e voyage apostolique (24-30 juillet) de son pontificat. Un "pèlerinage pénitentiel", a-t-il dit lors de l'Angélus de dimanche dernier, destiné à embrasser les peuples autochtones victimes des politiques d'assimilation mises en œuvre jusque dans les institutions religieuses. François a utilisé l'adverbe "surtout" pour souligner la centralité que le mea culpa envers les communautés autochtones aura dans le voyage. "Honte" et "indignation" sont les sentiments suscités chez lui par la page des colonisations idéologiques.

    La pensée va notamment aux 79 pensionnats indiens gérés par des catholiques sur un total de 118 au Canada entre 1831 et 1996, dans le cadre d'un projet géré par le gouvernement. Des politiques d'homogénéisation linguistico-culturelle y ont été appliquées au détriment de la population indigène : selon les chiffres les plus dramatiques, ce sort a été réservé à 150 000 mineurs, dont beaucoup ont subi des mauvais traitements et ont été enterrés dans l'anonymat, comme le révèlent les récentes découvertes de fosses communes autour des anciens pensionnats.

    La bulle a éclaté en 2015 avec la publication du rapport " Ils sont venus pour les enfants " préparé par la Commission de vérité et de réconciliation créée par le gouvernement d'Ottawa en 2006, lorsque l'indemnisation des survivants a été reconnue pour la première fois. Malgré les accusations de réticence à l'encontre du Vatican, accusations qui ont généré un climat de haine avec des épisodes de violence contre plusieurs églises, le pape a toujours condamné ce "génocide culturel" en termes non équivoques, admettant même les fautes des membres des instituts religieux. Et avant lui, depuis 1991, l'Église locale s'est excusée à plusieurs reprises.

    En avril, François a reçu une délégation de Canadiens autochtones au Vatican et s'est excusé "pour le rôle que divers catholiques, en particulier ceux ayant des responsabilités éducatives, ont joué dans tout ce qui vous a blessés, dans les abus et le manque de respect envers votre identité, votre culture et même vos valeurs spirituelles". Il pourra désormais le faire en personne lors d'un voyage qu'il souhaitait vivement malgré ses problèmes de genou et qui le verra également participer à un pèlerinage sur les rives du lac Sainte-Anne, très cher aux fidèles des populations d'origine.

    Un voyage, donc, marqué par la condamnation des politiques discriminatoires du passé et l'éloge des communautés autochtones, qui font partie de l'un des chevaux de bataille de l'actuel pontificat : la lutte contre le déracinement, définie comme "une tragédie" précisément lors de la rencontre avec la délégation en avril. L'exaltation de l'identité s'oppose à la colonisation idéologique. De même, lors de son voyage apostolique au Canada en 1984, saint Jean-Paul II, s'adressant aux indigènes, leur a dit que "pendant de longs siècles", ils avaient marqué la région de l'Amérique du Nord de "votre empreinte, vos traditions, votre civilisation". [...] Sans rien perdre de votre identité culturelle, vous avez compris que le message chrétien vous était destiné par Dieu, tout comme il l'était pour les autres."

    Fait intéressant, déjà en 2017, reçu au Vatican, le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait invité François à visiter son pays et à s'excuser formellement pour la page noire des pensionnats. Par la suite, le politicien idole des libéraux à l'autre bout du monde - dont la manière de se comporter avec les autochtones ces dernières années n'a pas été sans contradictions (voir ici) - était allé jusqu'à attaquer frontalement l'Église catholique, promettant même des "mesures sévères" pour avoir un accès complet aux journaux sur les responsabilités catholiques et avait parlé de "résistance". Le pape a toutefois mis cinq ans avant d'accepter l'invitation de Trudeau : non pas pour retarder la présentation d'excuses, ce qu'il avait d'ailleurs déjà fait auprès des survivants, mais peut-être parce qu'il préférait ne pas se faire tirer la veste par le premier ministre sans vergogne.

    Il faut dire, par ailleurs, qu'une impulsion décisive pour le système des pensionnats est due au prédécesseur de Trudeau, le Premier ministre John Alexander Macdonald, qui, en 1883, a pris la décision de créer trois écoles pour les enfants autochtones dans l'ouest du Canada, dont l'objectif déclaré du gouvernement était de "bien éduquer les enfants", en exigeant qu'ils soient "séparés de leurs familles" afin de les "civiliser".

    Et en ce qui concerne l'histoire des missionnaires catholiques parmi les communautés indigènes canadiennes et nord-américaines en général, il faut faire attention à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Comme l'a fait remarquer saint Jean-Paul II en 1987, en s'adressant à des représentants des Amérindiens à Phoenix, aux États-Unis, la première rencontre avec "le mode de vie européen" n'a pas été facile : "Vous devez reconnaître l'oppression culturelle, les injustices, la destruction de votre vie et de vos sociétés traditionnelles". Mais, d'autre part, le pape Wojtyla a expliqué que "dans le même temps, pour être objective, l'histoire doit enregistrer les aspects profondément positifs de la rencontre entre vos peuples et la culture venue d'Europe. Parmi ces aspects positifs, je tiens à rappeler le travail de nombreux missionnaires qui ont défendu avec acharnement les droits des peuples indigènes de cette terre. [...] Par-dessus tout, ils ont proclamé la bonne nouvelle du salut en notre Seigneur Jésus-Christ, dont une partie essentielle est l'affirmation que tous les hommes et toutes les femmes sont également enfants de Dieu et doivent être respectés et aimés comme tels.

  • Denis Crouan répond à 4 objections à la lettre du pape François sur la liturgie

    IMPRIMER

    Denis Crouan répond à 4 objections à la lettre du pape François sur la liturgie (60 mn) 

    https://youtu.be/kxoZ6e42kD0  

    Le Docteur en théologie Denis Crouan répond à quatre objections qui lui ont été faites suite à sa vidéo https://youtu.be/Hqqe1ZgaRL4 sur le Pape François et sa lettre apostolique sur la liturgie, du 29 juin 2022 « J’ai désiré d’un grand désir » :   

    1° Le décret liturgique de Vatican II est-il flou et ne comporte-t-il pas de normes objectives ? 

    2° Le sens du mot "adaptation" ? 

    3° Le bazar de la question du chant ? 

    4° Le latin versus vernaculaire ? 

  • Le bras de fer entre Rome et le Chemin Synodal allemand ne fait que commencer

    IMPRIMER

    Se FSSP.News :

    Allemagne : réaction de la présidence synodale au texte du Vatican

    22 JUILLET, 2022

    La réaction des présidents du Chemin synodal à la déclaration publiée par le Bureau de presse du Saint-Siège le jeudi 21 juillet 2022, n’a pas tardé : dans l’après-midi, une déclaration commune de la présidente et du président du processus synodal a été publiée en réponse.

    Le texte est signé par le Dr Irme Stetter-Karp, présidente du Comité central des catholiques allemands (ZdK), et de Mgr Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande (DBK), qui co-dirigent le processus synodal.

    Une défense bien rodée

    La réponse relève l’accusation de vouloir prendre des décisions indues dans l’Eglise d’Allemagne. Elle y répond en citant les Statuts qui affirment que « les décisions de l’Assemblée synodale n’ont pas d’effet juridique par elles-mêmes. Elles n’affectent pas le pouvoir de la Conférence épiscopale et des différents évêques diocésains d’édicter des normes juridiques et d’exercer leur magistère dans le cadre de leurs compétences respectives. »

    Cette clause – comme il a été rappelé dans l’article sur la déclaration du Saint-Siège – n’a été obtenue qu’après les critiques de la Curie. La déclaration allemande ajoute : « Les décisions dont les thèmes sont réservés à une réglementation de l’ensemble de l’Eglise sont transmises au Siège apostolique en tant que vote du Chemin synodal. » (Articles 11 et 12) Comme cela se fait pour un concile particulier.

    Mais – faut-il le rappeler – le Chemin synodal n’est pas un concile particulier, et ne veut pas l’être. C’est ainsi qu’il peut convoquer, à égalité de nombre, des membres du clergé et des participants laïcs, ce qui est interdit dans le cas d’un concile.

    Les deux présidents affirment ensuite que « l’Eglise en Allemagne ne suivra pas une “voie allemande particulière”. Néanmoins, nous considérons qu’il est de notre devoir d’indiquer clairement où, selon nous, des changements sont nécessaires. Ce faisant, nous sentons déjà que les problèmes et les questions que nous avons identifiés sont similaires dans le monde entier. » Ce qui est exact, à consulter les synthèses synodales envoyées à Rome dans le cadre du Synode sur la synodalité…

    La présidence réaffirme la nécessité du processus dont le déclencheur à été le rapport MHG sur les abus : c’est ce qui justifie la présence des laïcs du ZdK, le clergé étant responsable de ces abus.

    Une participation au Synode mondial… en deuxième intention

    Les deux présidents s’empressent d’acquiescer à une participation au Synode mondial… dans le futur. Et cela se fera à travers les travaux du Chemin synodal.

    Les deux signataires se plaignent ensuite longuement d’un manque de communication avec le Siège apostolique, malgré leur désir d’ouvrir des canaux directs. Ils en profitent pour manifester leur irritation de ne pas y parvenir, et donnent une leçon de synodalité à Rome : « Selon nous, l’Eglise synodale est différente ! » Et ils pointent le texte, non signé, qui attaque le Chemin synodal.

    La pratique des textes non signés est courante dans ce genre de communication : elle signifie souvent que le texte émane d’une autorité. Mais il faut avouer qu’il est étrange qu’un tel texte ait été publié sans avertir ceux qui étaient visés.

    Enfin, les deux présidents traitent la déclaration du Saint-Siège de la même manière que l’avait été la lettre du cardinal Marc Ouellet : « La prochaine assemblée synodale sera l’occasion de reprendre la demande du Saint-Siège et d’en discuter. En tant que présidents du Chemin synodal, nous insistons sur le fait que nous souhaitons un dialogue rapide avec le plus grand nombre possible d’instances au sein de la Curie romaine. »

    Ce sera donc à l’Assemblée synodale de décider du sort à faire à la déclaration romaine. Le bras de fer ne fait que commencer…

  • Sauver le catholicisme en France : le doit-on ? Le peut-on ?

    IMPRIMER

    De Canal Académies :

    Sauver le catholicisme en France : Le doit-on ? Le peut-on ?

    Par Guillaume Cuchet, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

    22 juillet 2022

    2022_07_23_07_13_34_Greenshot.png
    à écouter à partir de la 17ème minute

    Télécharger l’émission (187.5 Mo) 

    Depuis environ 200 ans, l’Église de France a dépensé des trésors d’intelligence pour compenser la tendance baissière du catholicisme sans arriver à inverser durablement la pente, malgré des embellies. Il y a désormais moins de 2 % de pratiquants hebdomadaires contre 25 % au milieu des années 1960. Ce devenir minoritaire du catholicisme est l’aboutissement d’une tendance de longue durée qui remonte aux années 1760. La catholicisation de la société française a longtemps reposé sur une puissante matrice anthropologique et culturelle : baptême, communion solennelle, mariage, obsèques. La génération de la rupture, celle du baby-boom a fait sauter méthodiquement tous les verrous.

    En même temps que le catholicisme déclinait, se produisaient deux événements majeurs : la montée de l’Islam, devenu la deuxième religion du pays, avec un croisement « des courbes de ferveur » ; la montée des « sans-religion ». La quête de spiritualité reste massive et un nouvel univers spirituel apparait qui est une forme de « religieux d’après la religion ».

  • Synode : des influenceurs appelés à la rescousse face à la désertion des plus jeunes

    IMPRIMER

    Du site de Famille Chrétienne :

    Des influenceurs appelés à la rescousse pour le synode

     

    Même constat en France que dans les autres pays : la jeune génération catholique a largement boudé les réunions diocésaines du synode sur la synodalité. Nom trop pompeux, manque de temps, horaires des réunions peu arrangeants, manque d’intérêt ? Difficile de se faire une idée précise des causes de ce délaissement. Toujours est-il que les synthèses qui ont découlé de cette phase de consultations diocésaines ne se révèlent pas forcément à l’image de ceux qui constituent les forces vives de l’Eglise.

    Pour ne pas en rester là, des influenceurs espagnols ont décidé de changer de méthode avant qu’il ne soit trop tard : aller chercher les jeunes sur leur propre terrain, celui que Benoît XVI avait baptisé le « continent numérique ». Ils ont élaboré un questionnaire en ligne qu’ils ont ensuite présenté au Vatican. Bien plus que dans les salles paroissiales, ils ont espoir d'y pêcher les avis et idées de la jeunesse et de tous les catholiques connectés avant que ne démarre l’Assemblée synodale des évêques où les décisions seront prises.

    « Il ne faudra pas pleurer après le synode ! »

    Et c’est ainsi qu’il y a quelques semaines, plusieurs prêtres français très présents sur les réseaux sociaux ont été contactés par le dicastère pour la communication… « Je ne m’y attendais pas du tout, le secrétaire du pape Mgr Lucio Adrian Ruiz m'a demandé si je pouvais contribuer à faire connaître ce questionnaire aux jeunes français et à tous les catholiques adeptes d’internet », raconte à Famille Chrétienne le père Gaspard Craplet, qui compte près de 23 000 abonnés sur TikTok. Responsable de la pastorale des jeunes pour l’association de prêtres Saint-Jean Marie-Vianney, il s’est ainsi prêté au jeu alors qu’il était en plein camp de montagne avec des lycéens, et a publié le 13 juillet une vidéo face au Mont Blanc, lançant cet appel : « Le pape a besoin de vous ! »

    « L’Eglise se met dans une disposition d’écoute, il faut vraiment que les jeunes en profitent avec ce questionnaire, ou bien il ne faudra pas pleurer après le synode ! Ajoute-t-il pour Famille Chrétienne. Ils ont plein de choses à dire à l’Eglise, et ils ont notamment un attachement plus marqué à la Tradition que les personnes âgées qui ont donné le ton aux synthèses envoyées à Rome. S’ils veulent le défendre, il faut qu’ils sachent saisir cette occasion. » Mais le prêtre prévient tout de même certaines ardeurs : « L’Eglise n’est pas non plus une démocratie participative. Sinon on ferait voter tous les saints du Ciel ! Il faut simplement l’avoir en tête pour ne pas être déçus ».

    Relais de prêtres célèbres sur les réseaux sociaux

    D’autres prêtres devenus célèbres comme le frère Paul-Adrien ou le plus controversé père Matthieu Jasseron ont également diffusé l’appel. « Aujourd’hui j’ai été contacté par le Vatican en mp sur insta », lance le frère Paul Adrien dans une courte vidéo visible sur sa chaîne Youtube. « Toi qui m’écoutes, tu intéresses le Vatican ! En fait ce que je suis en train de te proposer, c’est de participer au début d’une grande histoire d’amour entre l’Eglise et les réseaux sociaux, donc on y va ! »

    Une enquête rapide avec des questions ouvertes et fermées

    Concrètement, l’enquête en ligne consiste en un bref questionnaire avec des réponses à choix multiples qu’il faut cocher. (Il faut d'abord s'inscrire et valider la démarche en cliquant sur le lien reçu par mail. )  A la fin, une question ouverte avec trois « recommandations que vous feriez à l’Eglise pour qu’elle soit plus proche des gens ? ». Parmi les questions fermées : « Quand les gens parlent de l’Eglise, à quoi l’identifiez-vous ? »« Quelles sont les raisons qui poussent les gens, selon vous, à s’éloigner de l’Eglise ? », « Avec qui vous sentez-vous plus proche dans l’Eglise ? » ou encore « Pensez-vous que les messages que l’Eglise vous adresse sur les médias sociaux sont clairs et opportuns ? »

    Tous peuvent répondre, et pas uniquement les jeunes. Il faut simplement indiquer sa tranche d’âge à la fin. Il est possible d’activer une traduction automatique en français du questionnaire sur Google, bien qu’il soit rédigé en espagnol. Si elle est légèrement approximative, elle permet tout de même de comprendre les questions de manière fluide. Certains regrettent qu’elles soient trop orientées ou ne laissent pas suffisamment de place à la libre expression.

    « Cette enquête n’est pas parfaite mais elle a le mérite d’exister, autant en profiter », souligne le père Gaspard Craplet. Sans avoir donné de date précise, le dicastère pour la communication a fait savoir que la collecte des réponses prendrait fin début août. C’est donc le moment ou jamais de saisir son clavier.