Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • C’est en vertu du caractère unique des sacrements dans leur foi que les catholiques réclament la reprise de la messe le plus tôt possible

    IMPRIMER
    De Bastien Lejeune sur le site de Valeurs Actuelles :

    Messes interdites : pourquoi le cas du culte catholique est unique par essence

    11/05/2020

    La République laïque place toutes les religions sur un pied d’égalité : voilà donc ces dernières toutes confinées jusqu’au 2 juin. Mais dans le bras de fer avec le pouvoir, les catholiques veulent faire comprendre la spécificité de la messe par rapport aux autres cultes. 

    La répartie cinglante de ce conseiller présidentiel résume à elle seule l’impasse dans laquelle se trouve l’Eglise de France. C’était il y a une quinzaine de jours, au moment où le Premier ministre avait annoncé que la messe ne pourrait être célébrée en public avant le 2 juin - il a entre-temps ouvert la porte à des célébrations publiques pour la Pentecôte. La grogne monte au sein de l’Eglise de France, plusieurs évêques critiquent ouvertement l’attitude de l’exécutif. Interrogé au sujet de cette « sainte colère » de l’épiscopat français, le familier du Palais de l’Elysée ne peut s’empêcher de faire remarquer que dans cette affaire, ce sont les catholiques qui posent problème : « Les représentants de l’islam, eux, sont très accommodants… » 

    Comment comprendre que les catholiques exigent de pouvoir assister à la messe quand tous les autres cultes consentent sans difficulté au confinement ? Lors de la réunion en audioconférence réunissant le 21 avril dernier le président de la République et les représentants des religions, les catholiques furent isolés au moment de prôner le retour du culte public le 11 mai. L’Etat français, qui ne reconnait pas de spécificité au catholicisme, n’a aucune raison d’accorder un passe-droit : « La République laïque ne distingue pas, confirme le même conseiller, nous sommes en état d'urgence sanitaire, donc certaines libertés sont contraintes, pour tout le monde, sans distinction de religion. »

    Le ministre des Cultes, Christophe Castaner, a tort...

    Sauf que si les catholiques sont plus insistants que les autres, c’est que la messe est par nature différente des autres cultes subissant le confinement depuis huit semaines. « Si nous insistons tellement sur le caractère vital de la messe, c’est parce que nous y retrouvons le Christ ressuscité réellement présent », explique l’évêque de Montauban, Mgr Ginoux. L’explication théologique de la spécificité du culte catholique pourrait sembler hors de propos si le ministre de l’Intérieur n’avait pas lui-même tenté une sortie hasardeuse pour justifier la reprise du culte au 2 juin : « La prière se fait dans son rapport entre celui que l’on accompagne ou célèbre — chacun choisira le mot en fonction de sa religion — et soi-même, et n’a pas forcément besoin de lieux de rassemblements où l’on ferait courir un risque à l’ensemble de la communauté religieuse », expliquait-il doctement. Mais précisément, ce qu’avance Christophe Castaner est parfaitement faux dans le cas de la messe catholique. 

    Lire la suite

  • Berlin : comment le culte a repris dans les églises

    IMPRIMER

    De sur le site du Point :

    À Berlin, les églises célèbrent la messe et la fin du confinement

    REPORTAGE. Fidèles masqués, bénitiers à sec..., certains lieux de culte d'Allemagne ont pu rouvrir après le déconfinement. En appliquant des règles strictes.

    Un prêtre masqué qui s'avance et présente l'hostie au bout d'une longue pincette… non, ce n'est pas une scène extraite d'un film surréaliste, mais la nouvelle réalité de la messe du dimanche à l'église catholique de Sankt Ludwig à Berlin. Passé la première vague de l'épidémie de Covid-19, les cultes ont officiellement rouvert le week-end dernier en Allemagne. Saisie après l'annulation des messes de Pâques, la Cour constitutionnelle a décidé que les restrictions à la liberté religieuse devaient toujours rester « proportionnées ». « Bienvenue après huit semaines d'abstinence, lance le père Maximilian à la trentaine de fidèles venus assister à la messe de 10 heures. Votre santé nous tient à cœur et nous espérons que vous ne serez pas trop gênés par les mesures que nous avons mises en place pour vous protéger. » 

    Lire la suite

  • Les évêques allemands à l'époque du nazisme : des complices ?

    IMPRIMER

    Du Dr. Eduard Werne sur kath.net :

    Évêques à l'époque nazie. Commentaires sur la déclaration du DBK (Conférence des évêques d'Allemagne) à l'occasion du 75e anniversaire de la fin de la guerre en 1945

    Contribution d'Eduard Werner en invité

    Dans leur déclaration épiscopale relative à la fin de la guerre en 1945, les évêques Bätzing et Wilmer ont porté des accusations générales contre leurs prédécesseurs de l'époque nazie. Malheureusement, les évêques d'aujourd'hui oublient les conditions dans lesquelles leurs prédécesseurs ont dû vivre et travailler il y a 80 ans. MM. Bätzing et Wilmer ne semblent pas non plus savoir qu'en 1932, les évêques de l'époque ont unanimement mis en garde contre le choix en faveur du NSDAP (le parti nazi). Apparemment, ils ne savent pas non plus que les évêques et les prêtres ont eu de grandes difficultés à l'époque dans une dictature idéologique avec une police secrète toute-puissante pour sauver leur propre vie et celle de leurs fidèles des griffes de la police secrète.

    L'une des allégations est que l'Eglise a soutenu la guerre d'Hitler en fournissant à l'état de nombreux bâtiments d'Eglise. MM. Bätzing et Wilmer gardent le silence sur le fait que ces maisons ecclésiastiques, pour la plupart des monastères que le régime nazi utilisait avaient auparavant été enlevées de force à l'Eglise. Les moines et les moniales qui ont été soudainement mis dans la rue n'avaient généralement que quelques heures pour emballer leurs affaires à l'improviste. Vouloir donner l'impression que l'Eglise a volontairement offert ses maisons au régime nazi est aussi blessant et diffamatoire que l'a été l'expropriation de l'époque. C'est un mensonge diffamatoire ! La Conférence épiscopale d'aujourd'hui a désespérément besoin de se rappeler l'exigence de vérité : "Vous ne devriez pas faire de faux témoignages".

    Une deuxième allégation est que l'Église a stabilisé l'armée d'Hitler grâce à la pastorale militaire. C'est totalement infondé. Les aumôniers militaires ne pouvaient et ne voulaient pas intervenir dans la guerre. Ils ont administré les sacrements aux soldats mourants. Comme le lieutenant Michael Kitzelmann heureux de voir un aumônier militaire avant d'être exécuté. Kitzelmann n'avait fait qu'émettre cette déclaration imprudente en Russie : "Chez nous, ils arrachent les croix des écoles et on nous dit ici que nous lutterions contre le bolchevisme impie." Il a été condamné à mort et exécuté pour son engagement religieux. Comme Kitzelmann, Jägerstätter et Alfred Heiß, 35.000 autres soldats ont été condamnés à mort, dont environ 25.000 ont été exécutés.

    Lire la suite

  • Temps pascal en confinement; feuillet du mercredi (13 mai) de la 5e semaine : les écrits de Soeur Lucie de Fatima

    IMPRIMER

    2020_05_13_11_04_08_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Un hymne à la Vie : l'homélie de Mgr Aupetit lors de la messe d'obsèques de Birthe Lejeune

    IMPRIMER

    L'homélie à partir de la 25e minute.

  • La Hongrie, un caillou dans la chaussure de l’Union Européenne ?

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur la Sélection du Jour :

    La Hongrie, caillou dans la chaussure de l’Union Européenne

    Qu’il s’agisse du coronavirus, de l’immigration ou des lois « sociétales », la Hongrie a le don de s’attirer les foudres des instances européennes. Le 30 mars dernier, le Parlement hongrois a voté, par 138 voix contre 53, une loi permettant au gouvernement de légiférer par ordonnances pour lutter contre l’épidémie de la Covid-19. Le premier ministre Viktor Orbán obtenait ainsi les pleins pouvoirs pour un temps indéfini. Le résultat semble probant : la Hongrie (9,7 millions d’habitants) enregistre, ce 12 mai, 425 morts, vingt fois moins que la Belgique (8700 morts) plus peuplée (11,4 millions d’habitants). Même si ces comptabilités doivent être considérées avec prudence, la Belgique attribuant « généreusement » au coronavirus toutes les morts dites « suspectes », l’écart entre ces deux petits pays européens est abyssal ! La recette hongroise ressemble à celle des pays asiatiques les plus réactifs (Taiwan, Corée du Sud) : dès la déclaration de « l’état de danger » (11 mars), fermeture des frontières, des universités, des écoles, limitation des rassemblements, télétravail, suivies en Hongrie de mesures de confinement encore plus drastiques après l’adoption le 30 mars de la loi permettant la gouvernance du pays par ordonnances tant que durera la situation d’urgence.

    Malgré un système de santé fragile, la Hongrie a remarquablement résisté au coronavirus. Mais au lieu d’en être félicitée par l’Union européenne, elle a été tancée par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, et par nombre de parlementaires européens et de médias (cf. en lien ci-dessous un article typique inspiré par « une ONG américaine influente ») pour avoir octroyé des pouvoirs spéciaux à durée indéterminée au Premier ministre Viktor Orbán. Celui-ci a pourtant précisé au Parlement hongrois : « Je comprends la question autour de la durée. Mais, c’est à vous de décider quand l’état de danger doit prendre fin. Demain vous pouvez me reprendre ce droit si vous le souhaitez. » Toutefois les défenseurs de la liberté d’information et d’expression opposés à la proposition de loi Avia pour censurer internet qui sera vraisemblablement votée demain (13 mai) en France, ne peuvent approuver la nouvelle législation hongroise permettant de sanctionner, par une amende, voire une peine de prison, ceux qui diffusent « intentionnellement » de « fausses nouvelles » à propos de la Covid-19.

    Mais c’est surtout son choix de la famille contre d’autres « valeurs » promues par l’UE qui est la principale pomme de discorde entre la Hongrie et l’UE. En novembre 2018, le gouvernement hongrois a lancé une consultation dans laquelle figurait cette question : « Approuvez-vous le fait que le déclin démographique doive être corrigé à travers un soutien appuyé aux familles plutôt que par l’intermédiaire de l’immigration ? » Quelques mois plus tard, en février 2019, lors de son discours annuel à la nation, Orbán déclarait que 93 % des 1.400.000 Hongrois qui avaient renvoyé le questionnaire, avaient fait le choix de la famille. Et qu’en conséquence, toute une politique familiale favorisant la natalité serait appliquée dès le 1er juillet suivant. Autre pomme de discorde avec certaines « valeurs » portées par les instances européennes, l’idéologie du « genre ». Après avoir engagé le gouvernement à ne pas ratifier la convention « pro-gender » d’Istanbul (2011), le parti Fidesz, par l’intermédiaire du vice-Premier ministre, a présenté au Parlement, le 5 mai 2020, un projet de loi liant la définition des sexes féminin et masculin à la biologie.

     En mars 2019, la droite libérale européenne a suspendu de son groupe parlementaire, le Parti Populaire Européen (PPE), le parti du premier ministre hongrois, le Fidesz. Mais elle n’a pas été capable d’organiser un vote sur l’exclusion du Fidesz, lors d’une réunion des chefs de file des partis membres du PPE à Bruxelles en février dernier. Le président du PPE, Donald Tusk, s’est contenté de déclarer : « Si la situation ne change pas, je ne vois pas le Fidesz revenir dans notre famille, du moins tant que j’en serai président ». Il a ajouté qu’il convoquerait un congrès consacré à la « redéfinition des valeurs fondamentales » du parti européen… au premier semestre 2021, ce qui laisse du temps pour la réflexion. Le Fidesz reste donc suspendu mais non exclu du PPE. En réalité, le PPE est profondément divisé sur l’éventuelle exclusion du Fidesz qui pourrait l’inciter à rejoindre les partis « populistes » polonais et italien. Quant à Orban, il tient à ce que son parti reste membre du PPE, premier parti de l’UE. Et il sait que les Vingt-Sept auront besoin de la Hongrie pour voter le -ô combien délicat !- budget européen 2021-2027.

    Philippe Oswald

  • Déconfinement : que la dimension religieuse et spirituelle soit prise en compte !

    IMPRIMER

    Une "opinion" de l'Abbé Philippe Mawet, curé, responsable de l'unité pastorale de Stockel-au-Bois (paroisses Sainte-Alix, Saint-Paul et Notre-Dame de Stockel à Woluwe-Saint-Pierre) sur le site de la Libre de ce 13 mai (p. 33) :

    Les croyants de notre pays ne doivent pas être les oubliés du Conseil national de sécurité. Afin que, bientôt, les autorités accompagnent le déconfinement des célébrations.

    Cela fait depuis la mi-mars que les communautés chrétiennes sont privées de célébrations publiques (et donc eucharistiques). Sans doute était-il normal de prendre cette décision car je ne vois pas pourquoi les chrétiens ne participeraient pas aux nécessaires mesures de confinement imposées à tous durant plusieurs semaines pour d’importantes raisons sanitaires. En nous rappelant cette évidence, je veux me joindre à l’hommage unanime rendu à tous les soignants et à tous ceux qui ont dû, dans des conditions difficiles, voire dangereuses, poursuivre leur travail pour que le minimum vital de la vie en société et de la vie des personnes soit assuré.

    Aujourd’hui, quelques mesures de déconfinement sont entrées en vigueur selon un agenda et des priorités qui ont été déterminés par les autorités politiques en lien avec les experts et les scientifiques compétents pour ce dossier.

    Ce qui m’étonne cependant, c’est qu’au fil des différentes conférences de presse organisées dans le cadre des décisions prises par le CNS (Conseil national de sécurité) il ne fut jamais question de la réouverture des églises et autres lieux de culte, ni de la reprise, progressive bien sûr, des célébrations publiques. Je pense particulièrement aux messes et aux sacrements qui sont au cœur de la vie catholique mais je veux ici élargir mon propos et mon étonnement à tous les autres cultes et religions reconnus dans notre pays.

    Mon but, ici, n’est certainement pas de faire campagne ou de lancer une pétition pour que les messes puissent à nouveau être célébrées. Il y a, à ce niveau, des questions précises et, cependant, complexes devant lesquelles les experts et les gouvernants doivent pouvoir se situer. Ce n’est pas à l’Église de prendre ces décisions mais les croyants demandent d’être reconnus dans leurs convictions et dans leurs pratiques.

    L’enjeu, c’est la façon dont ce “secteur” de la vie religieuse est traité et considéré. La vie chrétienne fait partie de la vie de beaucoup de citoyens. Il est trop facile de qualifier de “minorité” ceux qui sont d’abord “minorisés”. Ce temps du confinement aura d’ailleurs permis de vérifier la vitalité d’un grand nombre de communautés chrétiennes qui ont fait preuve de beaucoup d’inventivité, numérique et autre, pour “faire Église” au cœur de ces temps difficiles. Mais ces moyens – essentiellement virtuels – ne remplaceront jamais les rassemblements, célébrations et sacrements qui font partie de l’ADN de l’Église (qui, étymologiquement, veut dire “assemblée”).

    Je crois que cette pandémie a redonné une actualité nouvelle à toutes les questions du sens. Beaucoup posent aujourd’hui cette question qui n’est le monopole de personne. Dans le même temps, aucun secteur de la vie sociétale ne peut se désintéresser de cette “question du sens”. Aucun secteur ne peut en faire l’économie. Pour les religions cependant, poser la question du sens, c’est aussi poser la question de la Transcendance. Il y a là une “originalité” qui doit être prise en compte par les gouvernants et décideurs de notre pays.

    J’ose penser que nos autorités civiles et citoyennes prendront désormais la mesure de leurs responsabilités pour accompagner au mieux le déconfinement des célébrations, certes, mais aussi de tout ce qui fait la vie de l’Église et des religions. Il ne s’agit pas ici de demander ce qui ne peut pas être accordé. Il s’agit seulement de demander que la dimension religieuse et spirituelle soit prise en compte, ne fût-ce qu’en l’évoquant pour dire que les chrétiens – et tous les croyants – de notre pays ne sont pas les oubliés de l’information sociétale à diffuser en ces temps difficiles pour tous. Chacun mérite d’être reconnu et accompagné dans ses incertitudes et ses inquiétudes. À tout le moins !

  • L'évêque de Montauban : "je dénonce l’atteinte aux droits des fidèles catholiques de participer librement à la messe"

    IMPRIMER

    De Mgr Ginoux, évêque de Montauban (via le site "Paix liturgique") (les "gras" sont de belgicatho) :

    Lettre de Mgr Bernard Ginoux aux diocésains de Montauban, le 11mai 2020

    Le 11 mai 2007 j’étais nommé évêque de Montauban et, depuis mon ordination, le 2 septembre 2007, je me suis efforcé de remplir ma mission avec dévouement et souci du bien commun. Cette mission va sur sa fin, l’âge canonique de la retraite approchant. Les semaines que nous venons de vivre ont été une épreuve qui, pour certains aura entrainé la mort et pour d’autres la lutte avec la maladie. Beaucoup ont souffert d’une protection tellement rigoureuse que leur santé mentale a été plus ébranlée que leur santé physique. Je pense à toutes les personnes âgées qui n’étaient pas affectées par ce virus. Il fallait, bien sûr, les en protéger mais était-il nécessaire de les couper de leurs liens naturels au point que des grands-parents ont été interdits de voir leurs petits-enfants ?  Si des mesures préventives cohérentes avaient été prises et si les outils nécessaires (comme les masques) avaient été donnés dès le début, des drames familiaux auraient été évités. Nous savons bien aussi que parmi ces personnes certaines se sont laissé mourir. Chez des plus jeunes des suicides ont été causés par la tension accumulée. Il faudra établir un bilan honnête de ces réalités.

    Mais ces faits n’enlèvent pas le travail accompli par les soignants, les vies données au service des autres, les efforts faits par beaucoup d’anonymes dans la volonté de combattre le Covid19. L’Eglise Catholique n’a pas manqué d’être présente sur les fronts les plus exposés et dans son service permanent de la charité, particulièrement auprès des populations en difficulté comme les migrants. Elle a aussi accepté les mesures draconiennes qui n’ont pas permis de vivre les grands moments de notre foi chrétienne : du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques la Semaine Sainte, cœur et fondement de la foi au Christ mort et ressuscité. Nous l’avons accepté malgré l’immense renoncement que nos fidèles ont dû connaître. Leur souffrance a été modestement atténuée par les retransmissions et toutes les techniques audio-visuelles. Il reste que notre foi n’est pas nourrie par ces moyens : la foi catholique se nourrit de la présence réelle de Jésus-Christ. L’Eglise se réalise sans cesse par le sacrifice de la messe où s’actualise l’unique sacrifice du Christ sur la croix. La messe nous y introduit, nous le rend présent et nous fait participer à ce qui est le « banquet du Seigneur » : nous prenons place réellement à sa table. Il ne s’agit pas d’un temps de prière ou même d’une simple écoute de la Parole de Dieu, encore moins d’un rassemblement fraternel. De tout cela on peut se passer mais de l’eucharistie nous ne le pouvons pas comme nous avons besoin des autres sacrements. La messe est la vie de l’Eglise Catholique. Même si nous sommes unis au Christ de bien des manières nous en vivons par l’eucharistie.

    A l’heure où un très grand nombre d’activités reprend, où l’on peut se retrouver les uns à côté des autres dans un avion, dans les grandes surfaces, ou dans des activités de plein air comme les champs de courses, une partie des citoyens libres de pratiquer leur religion en participant à la messe est empêchée de le faire sous le prétexte d’une pandémie dont les chiffres disent la diminution. Les chiffres parlent. De plus, la plupart de nos églises sont très grandes et nous avons tous les moyens de respecter les mesures sanitaires. Notre liberté est en jeu et il y est gravement porté atteinte. J’ai recueilli le témoignage de beaucoup de personnes qui en souffrent et je me fais leur porte-parole.

    Je suis évêque en un lieu où un jour d’août de l’année 1942, l’évêque, Mgr Pierre-Marie THEAS osa à peu près seul dénoncer les atteintes à la liberté et à la dignité que connaissaient des citoyens français. Nous n’en sommes pas à cette ignominie. Mais je dénonce l’atteinte aux droits des fidèles catholiques de participer librement à la messe, je dénonce le rejet qui est fait de ce droit. La loi civile, dont il resterait à prouver l’obligation en la matière, ne peut s’imposer à ma conscience de pasteur quand elle m’empêche d’accomplir mon devoir. Je suis prêtre et évêque pour donner le Christ aux fidèles qui en ont besoin. C’est ma mission et je veux leur en faire part. L’Eglise Catholique a toujours rappelé le droit de la personne humaine à pratiquer sa religion. Empêcher d’exercer ce droit est une atteinte aux droits humains fondamentaux qui pourrait entrainer d’autres dérives. Cette lettre est un appel à la conscience des catholiques de ce diocèse de Montauban qui m’est cher et dont je suis depuis treize ans le pasteur. Savoir que vous pouvez vivre librement votre foi me sera une forte joie pastorale car, même dans les moments de grandes épidémies, l’Eglise avec les précautions a toujours offert au Peuple de Dieu la présence du Sauveur par un culte public.

    Je confie à la Bienheureuse Vierge Marie, honorée en la Cathédrale de Montauban sous le vocable de Notre-Dame de l’Assomption, le diocèse et tous ses habitants. Qu’elle veille sur nous et nous garde sous sa protection.

    Bernard Ginoux, Evêque de Montauban

  • Fatima

    IMPRIMER

    1185969482563.jpgAujourd'hui, 13 mai, on célèbre la fête de Notre-Dame de Fatima. C'est l'anniversaire de la grande apparition mariale du dimanche 13 mai 1917.

    Il faut bien constater que la présentation des évènements et des messages de la Vierge à Fatima ne suscite guère l'enthousiasme de la part de ceux qui devraient les relayer aujourd'hui, notamment la hiérarchie catholique. Les thèmes de ces apparitions ne sont pas très "à la mode" : appel à la conversion et à la pénitence, insistance sur le culte rendu au Coeur de Marie, prédictions apocalyptiques sur un monde apostat et sur les dommages occasionnés par les erreurs modernes, vision de l'Enfer, demande de consécration de la Russie au Coeur immaculé de Marie, "secrets" confiés aux trois petits bergers et dont la publication tarde toujours à venir (en particulier pour le troisième secret).

    Il ne nous appartient pas ici de faire l'analyse des atermoiements qui hypothèquent le message de Fatima et l'efficacité des avertissements qui auraient pu et pourraient encore écarter de maux actuels et à venir; on peut effectivement se demander pourquoi certains contenus de ces messages sont encore occultés aujourd'hui. Certains prétendent que le troisième secret, en particulier, dénonce l'infidélité et l'apostasie à l'intérieur même de l'Eglise. Il faut bien reconnaître que bien des formes de dévotion traditionnelle se sont altérées, notamment à l'égard de l'Eucharistie, de la Vierge Marie, des anges et des saints, et que le culte de l'homme tend à se substituer à celui de Dieu. L'homme moderne a du mal à s'avouer pécheur et à éprouver le besoin d'être sauvé; il risque ainsi de se priver des grâces de la Rédemption acquise par le sacrifice de la Croix.

    cfr : http://www.30giorni.it/articoli_id_14859_l4.htm


    Prière à Notre-Dame de Fatima

    Notre-Dame de Fatima. Mère de Jésus et de l'Église. nous avons besoin de vous. Accordez-nous la lumière qui rayonne de votre bonté. le réconfort qui émane de votre Coeur immaculé, la charité et la paix dont vous êtes la Reine.

    Parce que vous savez bien ce dont nous avons besoin, nous vous confions: nos nécessités pour que vous les secouriez, nos douleurs pour que vous les apaisiez, nos maux pour que vous les guérissiez, nos corps pour que vous les rendiez purs. nos coeurs pour que vos les remplissiez d'amour et de contrition, et nos âmes pour que, grâce à vous, elles soient sauvées. Souvenez-vous, ô notre bonne Mère, que Jésus vous accorde tout ce que vous lui demandez.

    Obtenez le soulagement aux âmes du purgatoire, la guérison aux malades, la pureté aux jeunes, la foi et la concorde aux familles, la paix à tous les hommes. Ramenez ceux qui sont perdus sur le droit sentier, donnez-nous beaucoup de vocations et de saints prêtres, protégez le Saint-Père, les évêques et la sain­te Église de Dieu. Marie, écoutez-nous et ayez pitié de nous. Tournez vers nous vos regards miséricordieux. Et après cet exil. montrez-nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles, ô clémente, ô tendre. ô douce Vierge Marie. Ainsi soit-il.

  • Un dimanche 13 mai : "Je suis du Ciel"

    IMPRIMER

    13 mai - Portugal. 1° apparition à Fatima : « Je suis du Ciel » (1917)

    Je suis du Ciel

    Lucie rapporta elle-même la première apparition de la Vierge à Fatima, le 13 mai 1917 :

    Nous vîmes un autre éclair, et après avoir fait quelques pas, nous vîmes sur un petit chêne vert, une Dame toute vêtue de blanc, plus brillante que le soleil et qui répandait autour d'elle une lumière plus vive et plus intense qu'un verre de cristal plein d'eau claire, traversé par les rayons de soleil les plus ardents. Nous nous sommes arrêtés, surpris par cette apparition. Nous étions si près d'Elle que nous nous trouvions dans la lumière qui l'environnait ou plutôt émanait d'Elle peut-être à un mètre et demi de distance, plus ou moins.

    Alors Notre-Dame nous dit: « N'ayez pas peur, je ne vous ferai pas de mal. » - D'où êtes-vous, lui demandais-je ? - « Je suis du Ciel » - Et que voulez-vous de moi ? - « Je suis venue vous demander de venir ici six mois de suite, le 13 de chaque mois, à cette même heure. Plus tard, je vous dirai qui je suis et ce que je veux. Ensuite, je reviendrai encore ici une septième fois. » - Et moi, est-ce que j'irai au ciel ? - « Oui tu iras. » - Et Jacinthe ? - « Elle aussi. » - Et François ? - « Lui aussi, mais il devra dire beaucoup de chapelets. »

    Il me vint à l'esprit alors de poser une question au sujet de deux jeunes filles qui étaient mortes depuis peu. Elles étaient mes amies et venaient à la maison pour apprendre à tisser avec ma soeur aînée Maria das Neves est-elle déjà au ciel ? - « Oui, elle y est. » - Et Amélie ? - « Elle sera au purgatoire jusqu'à la fin du monde. Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu'il voudra envoyer en acte de réparation pour les péchés par lesquels il est offensé et de supplication pour la conversion des pécheurs ? » - Oui, nous voulons bien. - « Vous aurez donc beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. » ... « Récitez votre chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre ». Après ces paroles, Elle s'éleva doucement, en direction du levant, jusqu'à disparaître dans le Ciel. La lumière qui l'environnait semblait lui ouvrir un chemin...

    source : mariedenazareth.com

  • Déconfinement de la célébration publique des cultes : la Belgique, lanterne rouge ? un petit tour d’Europe

    IMPRIMER

    cathedrale 220px-Catedral_de_Brussel·les_-_Interior.jpg

    Malgré l’insistance de plusieurs responsables religieux, le gouvernement  français a maintenu l’interdiction des célébrations religieuses publiques jusqu’à la fin du mois de mai. Sur le site web « Figarovox », Grégor Puppinck observe que la France est l’un des pays européens ayant adopté les mesures les plus sévères à l’égard des cultes. La Belgique soutient la comparaison: petit tour d'Europe avec Grégor Puppinck, docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ). Il est aussi membre du panel d’experts de l’OSCE sur la liberté de conscience et de religion et a récemment publié "Les droits de l’homme dénaturé" (éd. du Cerf, novembre 2018).

    " Les évêques de France ont proposé l’adoption d’une série de mesures sanitaires afin de convaincre le gouvernement d’autoriser la reprise de la célébration publique des cultes. En vain. Ceux-ci restent interdits jusqu’au 2 juin, lendemain du lundi de Pentecôte, à l’exception des funérailles. Tel n’est pas le cas d’autres pays européens: certains n’ont jamais interdit la célébration publique des cultes, d’autres l’ont déjà rétablie ou prévoient de le faire très prochainement.

    Parmi les 15 pays que nous avons pu observer, seules l’Espagne et la Pologne n’ont pas suspendu la célébration publique du culte. Dans la plupart de 13 autres pays cependant, les églises sont restées ouvertes, comme en France. L’Allemagne, la Croatie, Monaco et la Slovaquie ont déjà restauré la célébration publique des cultes depuis fin avril ou début mai. D’autres pays ont fixé la date de reprise courant mai (Autriche, Portugal, Italie) ou en juin (France et Suisse). D’autres gouvernements, enfin, n’ont pas encore annoncé de date de reprise des cultes, malgré la fin du déconfinement (Belgique, Lettonie, Luxembourg). Le cas des Pays-Bas est particulier en ce que ce sont les évêques eux-mêmes qui ont décidé de suspendre la célébration publique des messes, et n’envisagent leur reprise qu’à compter du 31 mai prochain.

    Reprise des cultes: de fortes divergences entre pays

    Le cas allemand est particulièrement intéressant, en effet, le 29 avril dernier la Cour constitutionnelle de Karlsruhe a condamné l’interdiction de la célébration publique des cultes, au motif que le caractère général de ladite interdiction n’est pas justifié, et viole par conséquent la liberté religieuse garantie par la Constitution allemande. Selon la Cour, il faut permettre une adaptation aux situations particulières. Le même reproche pourrait être adressé à la réglementation française en ce qu’elle pose elle aussi une interdiction générale, alors même que la situation sanitaire varie considérablement sur le territoire, et que des mesures spécifiques pourraient être appliquées au cas par cas, par exemple selon la surface des lieux de culte comme c’est le cas dans certains pays.

    Il appartient maintenant au Conseil d’Etat français, récemment saisi, de juger si la situation française assure un juste équilibre entre le respect de la liberté de culte et des nécessités de santé publique. À cet égard, la légitimité des restrictions portées à la liberté de culte doit être appréciée sous deux angles complémentaires: d’abord en elle-même, au regard des risques sanitaires causés spécifiquement par tel ou tel culte, puis par comparaison avec l’encadrement sanitaire d’autres activités similaires. Il s’agit alors de se demander, pour faire simple, s’il est justifié au plan sanitaire de traiter différemment un rassemblement selon qu’il se situe dans un lieu de culte ou un lieu profane. Cette appréciation devrait exclure toute considération quant à l’utilité des cultes, car les autorités françaises ne sont pas compétentes, en principe, pour porter un jugement sur les croyances et les pratiques religieuses, mais seulement pour en garantir le libre exercice. Cette incompétence devrait ainsi interdire aux autorités de reporter la reprise des cultes publics au seul motif que la pratique de la religion serait moins utile que celle du commerce, ou que la nourriture de l’âme, ainsi que les catholiques désignent l’Eucharistie, serait moins vitale que celles du corps et de l’esprit. La liberté de religion dispose d’un haut degré de protection en droit international, et sa protection n’est pas réductible à celle de la seule liberté de réunion.

    La comparaison des réglementations européennes de la liberté de culte, en cette situation de crise, est aussi instructive en ce qu’elle est révélatrice du rapport de chaque pays à la religion.

    Voici, à titre indicatif, un petit tour d’horizon des mesures prises chez nos voisins européens, d’après les informations que l’ECLJ a pu rassembler (sous réserves de modifications).

    Lire la suite

  • Face à l’épidémie : un lien social de qualité amortit les effets du stress

    IMPRIMER

    peur.jpgEn quoi le stress chronique peut-il influer sur notre système immunitaire ? Et comment cultiver les émotions positives qui vont nous rendre plus résilients et résistants ? Les réponses de Nathalie Rapoport-Hubschman, médecin, psychologue et psychothérapeute. Lu sur le site du périodique « La Vie » :

    « On parle depuis longtemps du stress chronique délétère pour l'immunité et nous avons, depuis près de 30 ans, des études sérieuses sur le sujet. Si le stress biologique aigu nous mobilise à bon escient, quand il met notre organisme en surchauffe et devient chronique, il nous rend plus fragile.

    Une bonne hygiène de vie, un atout pour mieux résister

    Dès 1991, le laboratoire américain de référence “Stress, immunité et santé” du psychologue Sheldon Cohen, a démontré par de nombreuses études, les liens entre le stress et la vulnérabilité à certains virus responsables d'infections respiratoires des voies aériennes supérieures. Ou encore la corrélation entre les émotions positives et la résistance aux rhumes et simples grippes saisonnières. Il serait pourtant irresponsable d'extrapoler ces connaissances acquises sur nos futures capacités de résistance à un virus agressif ! Grâce aux antibiotiques, à la vaccination, la cartographie des maladies a changé et nous avions un peu oublié les maladies infectieuses ! Nous voici obligés de remettre au centre cette question de l'immunité...

    En tant que médecin et psychothérapeute, je m'intéresse aux liens entre l'esprit et le corps qui permettent de préserver une bonne santé et je parlerais plutôt des éléments de prévention qui augmentent notre résilience physique et psychique : la limitation des effets du stress mais aussi le sommeil, l’exercice physique régulier, la gestion des émotions... tous ces outils peu coûteux à notre portée qu'on peut utiliser pour renforcer notre résilience et notre résistance face à d'éventuels agents infectieux. Nous avons une marge de manœuvre importante avant de tomber malade et avons les moyens d'agir sur de nombreux facteurs qui détermine notre santé. Cela doit nous encourager à être proactifs. Il n'est pas sûr que cela nous accorde une protection vis-à-vis de virus agressifs mais du moins cela nous donne l'assurance que prendre en compte nos besoins physiques et psychologiques peut améliorer notre santé globale.

    L’immunisation du groupe est une magnifique leçon d’altruisme” 

    Cette crise sanitaire nous a recentré sur les priorités et les besoins de base, de l'alimentation aux relations sociales, des conditions de vie décentes aux besoins de liens apaisés. Après cette crise, nous allons nous recentrer sur les questions d'environnement et il ne faudrait pas oublier notre propre écologie intérieure, la place des émotions positives, du lien avec les autres. Entretenir un lien social de qualité, qui nourrit mutuellement, amortit les effets du stress et a un effet bénéfique sur la santé tant mentale que physique, et ce n'est pas un luxe quand le monde va mal. Prendre conscience des choses simples qui nous font du bien, donner plus de place quotidiennement au positif – notre cerveau, on le sait, a naturellement un biais de négativité et est friand de ce qui va pas ! – y contribue aussi.

    Même si ces émotions sont légitimes et parfois inévitables, chacun peut éviter de se laisser déborder par la colère ou la frustration. Cela ne passe pas forcément par la verbalisation mais, par exemple, par de brefs exercices de respiration ou un simple mot posé sur ce qu'on ressent. Je l'expérimente avec les professionnels de santé que j'accompagne, les personnes qui ont besoin de soutien durant ces temps de crise. Ces pratiques simples, et qui ont fait leurs preuves, contribuent à prendre soin de notre santé mentale et physique et apportent déjà une forme de prévention. »

    Ref. Face à l’épidémie : un lien social de qualité amortit les effets du stress

    Nathalie Rapoport-Hubschman a été chercheuse associée aux États-Unis sur le stress et la santé, elle a dirigé le département de psychologie médicale au Centre Hospitalier Universitaire Rabin en Israël et est directrice scientifique des Rencontres Perspectives

    À lire :

    Des articles du laboratoire de Sheldon Cohen : Stress et susceptibilité aux infections respiratoires, Émotions positives et vulnérabilité aux infections respiratoires.
    Les travaux du laboratoire de Nathalie Rapoport-Hubschman: Publications - The Common Cold Project - Carnegie Mellon University
    Son site : https://nathalierapoporthubschman.com/

    JPSC