Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Saint Louis, roi de France (25 août)

    IMPRIMER

    De KTO TV (archive 2014) :

    Le 25 avril 1214 : la naissance de saint Louis - BELGICATHO
     
    belgicatho.hautetfort.com/.../le-25-avril-1214-la-naissance-de-saint-louis....
     
    25 avr. 2014 - Le « siècle de Saint Louis » , c'était il y a 800 ans sur Herodote.net : ...

    Saint Louis IX, roi de France (25 août) - BELGICATHO 

    belgicatho.hautetfort.com/.../saint-louis-ix-roi-de-france-25-aout-5433643....
    25 août 2014 - Les enseignements de saint Louis (1214-1270) à son fils ( source ) Cher fils, je t'enseigne premièrement que tu aimes Dieu de tout ton...
     
     
    belgicatho.hautetfort.com/archive/2011/.../saint-louis-roi-de-france.html
     

    25 août 2011 - Il y a une quinzaine d'années, Jacques Le Goff a publié une biographie magistrale de saint Louis qui a été saluée par les spécialistes comme ...

  • Du P. Lombardi sj, ancien porte-parole du Vatican : Benoît XVI est prêt à rencontrer le Seigneur

    IMPRIMER

    Du Catholic news Agency. Salle de presse de Denver, 24 août 2022 / 14h00 :_DSC8420cover.jpg

    « Le père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Vatican de 2006 à 2016, a déclaré que le pape émérite Benoît XVI est prêt pour « la rencontre définitive » avec Dieu.

    Le prêtre jésuite a fait cette observation dans une interview accordée à Avvenire, le journal des évêques italiens, à l'occasion de son prochain 80e anniversaire, qu'il célébrera le 29 août.

    Dans l'interview, publiée le 22 août, le prêtre, qui était également supérieur provincial des jésuites italiens et directeur du Centre de télévision du Vatican, a rappelé qu'il avait pu accompagner Benoît XVI "pendant presque tout son pontificat de 2006 jusqu'à sa démission de le ministère pétrinien en février 2013. »

    Lombardi a souligné que Benoît XVI "est un homme érudit" et le définirait comme "un pape théologien aux idées très claires".

    Le prêtre jésuite a également déclaré qu'une grande vertu du pape émérite est «l'humilité. Dans les conversations avec moi, il parlait toujours en italien et non en allemand », une langue que Lombardi a apprise lorsqu'il a étudié la théologie à Francfort, où il a été ordonné en 1972.

    Il ne parlait que parfois en allemand, lorsqu'il s'entretenait avec son secrétaire, l'archevêque Georg Gänswein, et, a déclaré Lombardi, « il a eu la courtoisie de répéter les mêmes choses en italien », même si ce n'était pas nécessaire.

    Sa dernière rencontre avec Benoît XVI

    Lombardi a déclaré que la dernière fois qu'il avait pu voir Benoît XVI, c'était "le 7 mai, pour lui annoncer la nouvelle de l'attribution de la fondation qui lui est dédiée".

    Benoît XVI, qui a eu 95 ans en avril, « conserve encore une formidable lucidité mentale », selon Lombardi. "Il a une mémoire et une capacité de connexion vraiment remarquables pour son âge."

    Le jésuite a également déclaré qu'après avoir vu Benoît XVI, il lui restait « l'idée d'un homme qui, malgré sa fragilité, communique la sérénité. Grâce, je pense, à une intense vie de prière.

    "Il vous dit toujours au revoir avec un beau sourire et se sent prêt pour la rencontre définitive avec le Seigneur", a-t-il déclaré.

    Cette histoire a été publiée pour la première fois par ACI Prensa, le partenaire de nouvelles en espagnol de CNA. Il a été traduit et adapté par CNA. »

    Ref. Du P. Lombardi sj, ancien porte-parole du Vatican : Benoît XVI est prêt à rencontrer le Seigneur

  • Cœur du renouveau monastique en Europe : l'abbaye de Heiligenkreuz en Autriche

    IMPRIMER

    Besuchen Sie das Stift - Stift Heiligenkreuz

    Le plus ancien monastère cistercien du monde occupé de façon continue est resté à l'écart de la crise des vocations en Occident, s'appuyant sur une alliance entre ses traditions religieuses ancestrales et une ouverture au monde et aux défis d'aujourd'hui.

    Chaque année, lors de la solennité de l'Assomption, une douzaine de moines prononcent leurs vœux perpétuels ou simples à l'abbaye de Heiligenkreuz (« Sainte-Croix »). (

    La vitalité sans faille de l'Abbaye de Heiligenkreuz, le plus grand monastère cistercien d'Europe, fascine autant qu'elle suscite des interrogations. Dans un contexte occidental de déchristianisation avancée, comment cette communauté, forte d'une centaine de membres à un moment donné, parvient-elle à surmonter les défis de l'époque comme très peu d'autres dans le monde occidental pour s'imposer comme un véritable hub ? du renouveau monastique ? 

    C'est une question que se posent les observateurs catholiques , alors que les vocations déclinent massivement et que les monastères ferment les portes les uns après les autres à travers l'Europe. En fait, ce modèle cistercien, qui porte des fruits comparables dans certaines autres régions d'Europe, semble convaincre un nombre toujours croissant de jeunes, qui viennent chaque année grossir les rangs de la communauté Heiligenkreuz et de sa désormais célèbre faculté de études théologiques.  

    Chaque année, lors de la solennité de l'Assomption, une dizaine de moines prononcent leurs vœux perpétuels ou simples à l'abbaye, qui compte également 21 paroisses dirigées par des prêtres de la même communauté en Autriche et en Allemagne. 

    L'abbaye d'Heiligenkreuz ("Sainte-Croix"), fondée en 1133 par saint Léopold III , doit son nom à la présence d'une relique de la Vraie Croix, donnée par Léopold V, duc d'Autriche, en 1188. Sa situation géographique, en au cœur des bois viennois, à une demi-heure de Vienne, ainsi que la préservation exceptionnelle de son architecture médiévale, à laquelle se sont ajoutées ultérieurement des composantes romanes, gothiques et baroques, en font un lieu privilégié pour les visiteurs. 

    Mais c'est un héritage d'un autre genre — spirituel — qui s'empare de l'âme de tous les visiteurs venant à l'abbaye, le plus ancien monastère cistercien occupé en permanence au monde, d'une manière que son prieur qualifie de surnaturelle. 

    "Les gens disent qu'il y a quelque chose d'assez inhabituel dans cet endroit", a déclaré le père Johannes Paul Chavanne au Register. « Beaucoup de gens viennent ici et font l'expérience de la guérison, retrouvent le chemin de la foi et des sacrements ou découvrent leur vocation. C'est le fait de l'Esprit Saint, dont la présence est particulièrement enracinée dans un lieu de 900 ans de vie monastique ininterrompue.

    Le chant grégorien et la priorité de Dieu 

    Trois heures et demie par jour sont consacrées à la prière communautaire, en latin et en vernaculaire, commençant par la veillée à 5h15, et se terminant par les Complies à 19h50, que les moines concluent toujours par un Salve Regina chanté en sombre, autour de l'autel de la collégiale.

    "C'est ça la vie monastique : chercher Dieu à notre époque, au sein d'une communauté", a déclaré le Père Chavanne, ajoutant qu'en ce sens, la liturgie, comme l'un des plus grands moyens de chercher Dieu, a toujours été un élément central. élément de sa communauté. « Nous apprenons ce qu'est la vérité et l'amour dans la liturgie, qui célèbre les mystères de la foi ; et en direction de Dieu, pour refléter son amour et montrer la priorité de Dieu au reste du monde, la liturgie doit être belle. 

    Lire la suite

  • Ukraine, la pression sur le Vatican continue mais le pape reste en dehors du chœur

    IMPRIMER

    Lu ici :  https://www.ilfattoquotidiano.it/2022/08/23/ucraina-proseguono-le-pressioni-sul-vaticano-ma-il-papa-resta-fuori-dal-coro/6771840/ via le site web  « Il Sismografo » :

    « La pression du gouvernement ukrainien envers le Vatican se poursuit en silence . Le président ukrainien Zelensky souhaite que le pape soit à Kiev, peut-être avant le voyage du pape au Kazakhstan (qui aura lieu le 13 septembre). Francesco n'a pas décidé. Il préférerait une mission à la fois à Kiev et à Moscou pour encourager les négociations de paix . C'est un bras de fer qui se déroule dans les coulisses pendant des mois. Le pape François est clair et net dans sa solidarité avec le peuple ukrainien. Il a dénoncé les massacres et les souffrances infligés par l'armée russe au peuple ukrainien et a envoyé ses cardinaux apporter une aide humanitaire et exprimer sa proximité à la douleur de cette nation.

    Mais le pontife argentin n'adhère pas à la ligne politique de Zelensky. François, qui a exhorté le patriarche russe à ne pas être "l'enfant de chœur de Poutine", est également déterminé à ne pas être "l'aumônier de l'Occident". Il l'a fait écrire en noir sur le banc de l' Osservatore Romano . Du point de vue du Vatican, Zelensky voudrait enrôler le pape sous la bannière d'un récit qui ne voit que l'Ukraine attaquée (ce qui est tout à fait vrai), Poutine comme une bête démoniaque métaphysique et la Russie comme un État à réduire à un tel état. condition qu'elle ne puisse jamais répéter une initiative militaire comme celle du 24 février (Lloyd Austin, ministre américain de la Défense, dixit).

    C'est le récit qui, avec de fortes couleurs marketing, parcourt les capitales de l'OTAN et de l'Union européenne. Une partie de ce récit est l'élimination de toute analyse de "l'avant", c'est-à-dire des mouvements géopolitiques qui ont abouti à la guerre actuelle, et de toute réflexion sur les effets qu'une guerre totale a combattus en touchant au conflit nucléaire  (...)

    François ne partage pas cette approche. C'est évidemment hors du refrain. Tout aussi hors des sentiers battus, le grand nombre d'États qui représentent la majorité de la population de la planète et n'ont pas l'intention de se ranger du côté de la Russie ou de l'Occident. Parce qu'ils ne sont pas convaincus par un récit qui représente une tragédie internationale comme un western, dans lequel le shérif et son équipe doivent exterminer la bande de méchants.

    La guerre actuelle est un conflit entre l'Occident et la Russie et doit être évaluée comme telle. Le "projet du Petit Chaperon Rouge" doit être mis de côté - François l'a explicitement dit en juin . Il est vain de prétendre que l'OTAN ne s'est pas élargie dans les décennies qui ont suivi la fin de l'URSS, portant le poids du bloc politico-militaire aux frontières de la Russie. Cela n'a aucun sens de cacher que Washington, à l'époque de George W. Bush - dans les années du délire de toute-puissance qui faisait croire aux États-Unis qu'ils pouvaient occuper l'Afghanistan et l'Irak en même temps - avait pensé inclure l'Ukraine dans le système de l'OTAN. Il a été bloqué par l'Allemagned'Angela Merkel, qui revendique encore aujourd'hui la justesse de son « non », et de la France en 2008. Cependant, l'élan expansionniste s'est poursuivi. L'Occident a commencé à "aboyer aux portes de la Russie", se souvient François. Nous voulions oublier l'indication réaliste d' Henry Kissinger selon laquelle l'Ukraine devrait être une zone neutre entre la Russie et l'Occident. Avec pour conséquence que, géopolitiquement, la Russie a été « encerclée et humiliée », comme l'a d'emblée relevé l'historien Andrea Riccardi.

    Lire la suite

  • Chine : des églises domestiques attaquées et interdites dans plusieurs provinces

    IMPRIMER

    De Tao Niu sur Bitter Winter :

    Des églises domestiques attaquées et interdites dans plusieurs provinces

    24/08/2022

    À Pékin, dans le Shaanxi, le Shanxi, le Jilin et le Sichuan, des raids policiers ont visé les églises qui refusaient d'adhérer à l'Église des Trois-Autonomies, contrôlée par le PCC. Les ordres venaient de Xi Jinping lui-même.

    Les 3 et 4 décembre 2021, le Parti communiste chinois a organisé à Beijing une Conférence nationale sur le travail lié aux affaires religieuses, la première conférence de ce type depuis 2016. Xi Jinping a pris la parole lors de cette conférence, et a appelé à une campagne plus agressive contre les formes de religion "non sinisées" et "illégales".

    Au cours de cette année, des croyants chrétiens de diverses régions de Chine ont constamment signalé à Bitter Winter que les conditions des églises domestiques se détérioraient. Le plan de Xi Jinping, qui consiste à obliger tous les chrétiens protestants à rejoindre l'Église des Trois-Autonomies contrôlée par le gouvernement, sous peine d'être arrêtés et de voir leurs églises "liquidées" en tant que xie jiao ou groupes religieux "illégaux", est impitoyablement mis en œuvre. Il semble qu'en ce mois d'août, les autorités locales et la police subissent la pression du PCC pour réprimer davantage les églises de maison indépendantes.

    Le 11 août, Bitter Winter a rapporté que l'Église de l'Abondance (Fengsheng), une église domestique historique à Xi'an, Shaanxi, qui avait réussi à survivre et à fonctionner pendant une trentaine d'années, avait été victime d'une répression. Elle a été accusée d'être un xie jiao ou une "secte" (bien que sa théologie soit traditionnelle) et de collecter frauduleusement des dons.

    Le 19 août, l'Église de l'Abondance a été officiellement "liquidée", non pas en tant que xie jiao mais en tant qu'"organisation sociale illégale". L'interdiction visait également la China Gospel Association, qui fait partie du même réseau d'églises domestiques. L'Église doit cesser ses activités ou ses membres et pasteurs risquent d'être arrêtés et détenus. Pour l'instant, le pasteur Lian Changnian et son fils, le pasteur Lian Xuliang, ont été placés sous "surveillance résidentielle dans un lieu désigné."

    Le 19 août également, quelque 70 membres de la Covenant Home Church de Linfen, dans la province du Shanxi, participaient à un camp parents-enfants lorsqu'ils ont été encerclés par une centaine de policiers armés. Les adultes ont été placés en détention. La police a également perquisitionné les domiciles des membres de l'église Li Jie et de sa femme Li Shanshan, et Han Xiaodong, et a saisi des livres et des documents chrétiens.

    Le 21 août, un service de l'église réformée de Changchun Sunshine, une église domestique située dans la ville de Changchun, dans la province de Jilin, a été perquisitionné par la police. Comme le montrent les vidéos diffusées par les croyants, les personnes assistant au service ont été battues par les agents. Deux femmes ont eu des crises cardiaques et ont dû être hospitalisées.

    Neuf croyants ont été placés en détention. La police semblait particulièrement intéressée par le pasteur Guo Muyun, l'aîné Qu Hongliang et le frère Zhang Liangliang, accusés de diriger une organisation religieuse illégale.

    Le 14 août, la branche de Mentougou de l'Église de Sion à Pékin avait également été perquisitionnée. Des ordinateurs ont été confisqués, et le pasteur. Yang Jun, et neuf fidèles ont été placés en détention, bien qu'ils aient été libérés par la suite.

    D'autre part, la détention du chrétien de Wenzhou Lin Xuesui, qui avait été arrêté par le Bureau de la sécurité publique de Sichuan Gulin le 14 juin pour "organisation et financement de rassemblements illégaux", a été officialisée en arrestation. Le "crime" de Lin était d'avoir prêché l'Évangile et aidé les villageois d'une région montagneuse reculée.

  • Les religieuses nigérianes enlevées ont été libérées

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Libération de religieuses nigérianes enlevées
     
    23 août 2022

    Quatre religieuses qui avaient été enlevées alors qu'elles se rendaient à la messe le 21 août ont été libérées, selon leur ordre. 

    Les sœurs Johannes Nwodo, Christabel Echemazu, Liberata Mbamalu et Benita Agu ont été enlevées le 21 août dans l'État d'Imo, situé dans le sud du pays. 

    Après deux jours de "prière intense" pour leur "libération rapide et sûre", les Sœurs de Jésus le Sauveur ont annoncé la "libération inconditionnelle et sûre" des personnes enlevées dans un communiqué publié le 23 août. 

    "Aujourd'hui est un jour mémorable pour nous, c'est pourquoi nous souhaitons partager cette joie avec tous les hommes et femmes de bonne volonté qui, d'une manière ou d'une autre, ont contribué à la libération rapide et sûre de nos chères sœurs", indique le communiqué. 

    Les Sœurs de Jésus le Sauveur sont un ordre nigérian qui s'occupe des pauvres, des personnes âgées et des malades. L'ordre n'a fourni aucun détail sur l'identité de l'auteur de l'enlèvement. 

    Les enlèvements de chrétiens au Nigeria se sont multipliés ces dernières années, une situation qui a incité les responsables d'Église à exprimer de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité de leurs membres et à demander au gouvernement de donner la priorité à la sécurité de ses citoyens. 

    Les prêtres, en particulier, sont souvent enlevés et retenus contre rançon. Le 11 juillet, l'Association nigériane des prêtres catholiques diocésains a publié une déclaration sur les attaques, affirmant qu'"il est vraiment triste qu'au cours de leurs activités pastorales normales, les prêtres soient devenus une espèce en voie de disparition."

    Plus récemment, en juillet, le père John Mark Cheitnum et le père Denatus Cleopas ont été enlevés au presbytère de l'église catholique Christ the King dans la ville de Lere, dans l'État de Kaduna, au nord du Nigeria. Le père Cleopas a été libéré, mais le père Cheitnum a été tué de manière brutale. 

    L'expert en sécurité David Otto, directeur du Centre de Genève pour la sécurité en Afrique et les études stratégiques, basé à Genève, en Suisse, a déclaré à CNA en juillet que le consensus des experts en sécurité de son groupe est que l'Église catholique est visée parce qu'elle a payé les fortes rançons exigées par les terroristes, qui peuvent atteindre 200 000 dollars, voire plus.

  • La crise mondiale et la guerre en Ukraine aggravent l'exode "choquant" des chrétiens du Moyen-Orient

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/IRAQ - Alerte du Patriarche chaldéen Sako : la crise mondiale et la guerre en Ukraine aggravent l'exode "choquant" des chrétiens du Moyen-Orient

    23 août 2022

    Bagdad (Agence Fides) - La crise économique mondiale et la situation globale marquée par l'intervention militaire de la Russie en Ukraine ont également de graves répercussions sur le réseau des œuvres caritatives et sociales soutenues par les Églises du Moyen-Orient, donnant un nouvel élan à la fuite des chrétiens autochtones de la région du monde où Jésus est né, est mort et est ressuscité. Le cardinal irakien Louis Raphael Sako, Patriarche de l'Église chaldéenne, a tiré la sonnette d'alarme dans le discours par lequel il a inauguré les travaux du synode annuel des Évêques chaldéens, qui se tient à Bagdad du 21 au 27 août. Dans l'un des sept points sur lesquels il a articulé son discours, le Patriarche Sako a fourni des détails éloquents documentant les effets directs produits par la crise mondiale et la guerre en cours en Europe également sur la résilience économique des réseaux de solidarité de l'Église actifs au Moyen-Orient. "Cette situation, a remarqué le cardinal, a un impact négatif sur l'état économique de l'Église en Irak, en Syrie et au Liban", où toute la population est touchée par le chômage, la pauvreté et les restrictions des services d'eau et d'électricité. "Les ressources économiques des diocèses, a ajouté le Patriarche chaldéen, sont limitées. Les organisations caritatives qui nous ont aidés concentrent désormais leurs efforts en Ukraine. Les dons et les collectes sont très limités, les donations ne rentrent pas, les loyers des bâtiments, déjà très bas en soi, ne sont pas payés régulièrement... Même les élèves de nos écoles ont du mal à payer les frais de scolarité, et les chrétiens demandent que leurs enfants soient exemptés", de sorte que les revenus ne peuvent même pas couvrir le coût des générateurs électriques.

    Le Patriarche Sako reconnaît que même pour les institutions ecclésiales, le patrimoine économique continue d'être représenté par des biens immobiliers, et se demande si le moment n'est pas venu de commencer à vendre ces actifs afin de faire face aux nouvelles urgences posées par ces temps difficiles. Le Cardinal rappelle que déjà lors du Synode annuel de 2021, la création d'un " trésor commun chaldéen " avait été prévue comme un instrument partagé pour faire face aux besoins croissants et aux situations de crise auxquelles sont confrontés les différents diocèses.

    Dans son discours articulé, le Patriarche chaldéen Sako s'est écarté de la tentation de faire dépendre la continuité de la présence chrétienne au Moyen-Orient de solutions techniques conjoncturelles. S'adressant à ses confrères évêques, le Patriarche a rappelé l'appel commun "à porter notre responsabilité ecclésiale, humaine et nationale avec l'esprit du Christ et ses sentiments" ; une vocation qui ne peut être nourrie que par une "relation passionnée et vivante avec le Christ, Celui auquel nous avons été consacrés, comme Lui-même s'est consacré". Seule l'expérience de la grâce donnée par le Christ peut également soutenir les Évêques chaldéens dans l'accomplissement de "notre mission et de notre service avec générosité et désintéressement, dans un esprit d'unité, loin du particularisme et du désir de domination et de gloire". La direction pastorale des diocèses", a reconnu le Cardinal irakien, "ne peut être exercée sans pouvoir", mais cet exercice "ne doit pas conduire au despotisme et à la dictature", car l'autorité épiscopale est fondée "sur l'apostolicité" et s'exerce à travers une collégialité "qui s'étend à tous les membres du peuple de Dieu, prêtres, moines et moniales, laïcs et laïques". Le Patriarche a exhorté les Évêques chaldéens à exercer "un accompagnement paternel et non autoritaire envers les prêtres, comme on le fait avec ses enfants", en affrontant les contrastes et les difficultés "face à face". Les difficultés et les problèmes - a ajouté le cardinal - existeront toujours, comme au temps des Apôtres du Christ, mais ils doivent devenir des occasions de vivre la charité ", en gardant toujours à l'esprit que "la discipline est importante", tandis que "le désordre détruit”. (GV) (Agence Fides 23/8/2022)

  • La démission du pape : en 2024 ?

    IMPRIMER

    Du Catholic Herald :

    Quand le pape démissionnera-t-il ?

    23/08/2022

    ''Pour de nombreux catholiques mécontents de la direction que prend l'Église sous le pape François, si et quand il démissionnera sont peut-être les questions les plus posées. Ce ne sont pas des commérages de cour désagréables ou inutiles. L'Église catholique est une organisation hiérarchique dirigée dans la perspective et l'idéologie par son chef, qu'un petit collège de cardinaux élit. Cela ne signifie pas que le Collège peut ignorer le sentiment au sein de l'Église, en particulier à une époque où la fréquentation diminue - y compris dans des endroits improbables - et avec le pouvoir des médias sociaux, les catholiques ont un mégaphone. Ainsi, il vaut la peine d'examiner non seulement si le Pontife démissionnera, mais ce que les cardinaux pourront faire lorsqu'il le fera.

    Le pape François n'a pas fait grand-chose pour minimiser les rumeurs d'un départ anticipé. Il a récemment déclaré aux journalistes qu'il ne pouvait plus voyager comme il le faisait autrefois et qu'il pourrait un jour devoir abandonner. Dernièrement, le pape François a répété une phrase - "la porte est ouverte" - ajoutant qu'il n'y avait rien de mal à ce qu'un pape démissionne. Au début de son pontificat, François a déclaré qu'il aimerait voir la démission des papes se normaliser, et a déclaré plus tard qu'il avait le sentiment que son pontificat serait bref, décrivant la décision de son prédécesseur de se retirer comme "courageuse".

    Pendant ce temps, s'adressant à Reuters, le pape a déclaré qu'il pourrait démissionner si une mauvaise santé l'empêchait de continuer. L'Associated Press a également rapporté que le pape François avait déclaré qu'il ne vivrait pas au Vatican ni ne retournerait en Argentine si et lorsqu'il prendra sa retraite, lors d'une interview avec TelevisaUnivision. Tout en niant qu'il prévoyait de prendre sa retraite de sitôt, le Pontife a de nouveau déclaré que "la porte est ouverte" après la démission de Benoît XVI. Il est également indéniable que Benoît a jeté les bases pour que François parte.

    C'est Benoît qui offre peut-être un indice quant au moment où une démission peut avoir lieu. Bien qu'il n'y ait pas de règle contre le fait d'avoir deux papes émérites vivants - d'autant plus que des propositions sont en cours pour définir clairement le rôle d'un pontife émérite - il se pourrait bien que François attende le décès de Benoît pour finalement démissionner. Bien que Benoît soit en bonne santé, à 95 ans, on peut supposer qu'il mourra probablement dans les prochaines années. Cela pourrait créer une opportunité pour François s'il choisissait de prendre sa retraite. Plus tard cette semaine, le Souverain Pontife visitera L'Aquila en Italie, le lieu de sépulture du pape saint Célestin V. Benoît avait autrefois laissé le pallium de laine qu'il portait lors de la messe de son installation au-dessus du cercueil de Célestin, un geste interprété plus tard comme un signe de sa démission prévue (Célestin a démissionné après cinq mois en 1294).

    Ensuite, il y a la seizième Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques - ou le Synode sur la synodalité - qui doit se terminer en octobre 2023. Le pape François veut engager l'Église dans une série de consultations. Le processus a commencé en 2021 avec les églises locales et est maintenant dans sa phase continentale. Bien que les nombres impliqués soient inférieurs à ce que l'on pourrait considérer comme nécessaires pour rendre le processus significatif, le Synode sur la synodalité est toujours considéré comme une pièce maîtresse de l'agenda du Pape. À la fin, François peut sentir qu'il a cimenté un élément clé de son héritage.

    Lire la suite

  • Nicaragua : quand la dictature cible l’Eglise catholique

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur la Sélection du Jour :

    Au Nicaragua, la dictature cible l’Eglise catholique

    C’est un grand classique des dictatures et des pouvoirs totalitaires : quand le peuple regimbe, s’en prendre à l’Eglise. Au Nicaragua, le couple dictatorial Daniel Ortega/ Rosario Murillo qui s’est arrogé tous les pouvoirs en distribuant les postes clés à d’autres membres de la famille (chaînes de radio/télévision, réseau de publicité, de stations essence…), vient de franchir un nouveau cap en faisant arrêter l’évêque de Matagalpa, Rolando Alvarez. Courageux critique du régime, il avait notamment dénoncé la fermeture par les autorités de cinq radios catholiques de son diocèse, réclamé le « respect » de la liberté de culte et l’arrêt du « harcèlement » subi par l’Église catholique. Jugées « déstabilisantes et provocatrices » par le pouvoir, ses protestations lui ont valu d’être assiégé dans son évêché avec ses principaux collaborateurs pendant 15 jours. Depuis le 4 août, personne ne pouvait entrer ni sortir, pas même pour des ravitaillements. «  Ils n'ont reçu ni boisson, ni nourriture, ni médicament ; ils n'avaient plus que des haricots et du riz à manger » s'insurge Bianca Jagger, la fondatrice de l'ONG éponyme de défense des droits de l'homme.

    Finalement, à l’aube du vendredi 19 août, la police a fait intrusion dans l’évêché pour arrêter ses occupants. Mgr Alvarez a été assigné à résidence dans une maison familiale où le cardinal archevêque de Managua, Leopoldo Brenes a pu le rencontrer. « Sa condition physique s’est détériorée », a témoigné le cardinal, mais son « esprit et son moral sont forts ». Quant aux huit autres personnes arrêtées avec l’évêque de Matagalpa, cinq prêtres et trois laïcs, elles seraient détenues dans la sinistre prison d’El Chipote où croupissent de nombreux opposants politiques au régime (ils seraient plus de 180 emprisonnés dans le pays selon l’Union européenne).

    « Je suis attentivement, avec préoccupation et douleur, la situation créée au Nicaragua », a déclaré le pape François dimanche 21 août, après la prière de l’Angélus. 26 anciens chefs d’État et de gouvernement d’Espagne et d’Amérique latine avaient appelé le 17 août le pape François à prendre « fermement la défense du peuple nicaraguayen et de sa liberté religieuse », accusant le président du Nicaragua Daniel Ortega de « dictature primitive ». Le 20 août, le secrétaire général des Nations unies, Antonio ­Guterres, s'est dit «  très préoccupé par la grave obstruction de l'espace démocratique et civique au Nicaragua, et par les récentes actions contre les organisations de la société civile, y compris celles de l'Église catholique ». Il a demandé de garantir « la protection des droits de l'homme et de tous les citoyens, en particulier les droits universels de réunion pacifique, de liberté d'association, de pensée, de conscience et de religion ».

    Mais fort du soutien ancien de la Russie et de ses alliés (Cuba, Venezuela, Iran, Turquie), le couple Ortega semble totalement insensible aux condamnations internationales, qu’elles émanent des Nations unies ou de l’Organisation des États américains. Ex-guérillero sandiniste admirateur de Che Guevara, Daniel Ortega avait déjà dirigé le pays de 1979 à 1990. Il est revenu au pouvoir en 2007. Depuis, lui et son épouse, à la tête d’une oligarchie familiale, se sont arrogé tous les pouvoirs avec l’onction du Front sandiniste de libération nationale (FSLN). En 2018, la répression des manifestants contre la dictature dont certains avaient trouvé refuge dans des églises, a fait au moins 355 morts, 2 000 blessés, un demi-millier de prisonniers et des dizaines de milliers d’exilés. Daniel Ortega, 76 ans, a été réélu en 2021 pour un quatrième mandat consécutif à la tête du Nicaragua, lors d’un scrutin d’où étaient absents tous ses adversaires de poids, arrêtés ou contraints à l’exil. Pendant le premier semestre 2022, les autorités ont fermé plus de 1 200 organisations de la société civile. Le 6 mars, le Nicaragua expulsait le nonce apostolique. En définitive, l’Église catholique reste le seul opposant de poids dans le pays, d’où la multiplication des interdictions et des vexations contre des prêtres, jusqu’à cette attaque frontale contre l’évêché de Matagalpa. Celui-ci pourrait être contraint à l’exil comme le fut, en 2019, Mgr Silvio Jose Baez, évêque auxiliaire de l’archevêque de Managua. Le couple Ortega/Murillo a clairement un compte à régler avec l’Eglise catholique : en juillet 2021, dans une violente diatribe, le président Ortega assimilait les prêtres à de la « racaille » qui utiliserait le Christ « pour détruire la vie des peuples indigènes ». Et sa compagne, la vice-présidente Rosario Murillo, faisait chorus en dénonçant des « actions sataniques » (sic) commises par l’Église à l’encontre du régime.

    Pour aller plus loin :

    Le pape François « préoccupé » après l’arrestation d’un évêque au Nicaragua

    >>> Lire l'article sur : La Croix

  • Le processus synodal pourra-t-il concilier les priorités opposées des catholiques vivant à l'est et à l'ouest du continent européen ?

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Le processus synodal peut-il surmonter le clivage Est-Ouest de l'Europe ?

    22 août

    Le Vatican dévoilera vendredi les plans de la deuxième phase du processus de discernement de l'Église, qui mènera au synode sur la synodalité de 2023 à Rome.

    Les détails seront présentés lors d'une conférence de presse par le cardinal Mario Grech, secrétaire général du Synode des évêques, et le cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du rassemblement des évêques du monde entier de l'année prochaine sur le thème "Pour une Église synodale : Communion, participation, mission".

    L'initiative de deux ans entre dans ce que le Vatican appelle la "phase continentale". Au cours de la première étape - la phase diocésaine - les organisateurs avaient pour mission de consulter le plus grand nombre possible de catholiques en un court laps de temps, à la fin d'une pandémie.

    La deuxième étape présentera un défi différent : identifier les préoccupations partagées par les catholiques vivant dans des contextes nationaux très différents. 

    Les organisateurs du Synode sur les sept continents habités - l'Amérique du Nord, l'Amérique latine, l'Europe, l'Afrique, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Océanie - pourraient avoir du mal à trouver des thèmes qui unissent les catholiques séparés par des frontières, des cultures et de grandes distances.

    En Europe, certains observateurs pensent que les responsables de l'Église qui supervisent la "phase continentale" auront du mal à concilier les priorités opposées des catholiques vivant à l'est et à l'ouest du continent. 

    Dans quelle mesure cela sera-t-il difficile ? The Pillar y jette un coup d'œil.

    Le fossé Est-Ouest de l'Europe

    La plupart des gens admettent que les 44 pays d'Europe peuvent être divisés en deux grandes catégories : l'Est et l'Ouest. 

    Cette division est ancrée dans l'histoire politique récente autant que dans la géographie. Les pays de l'Est sont généralement définis comme ceux qui ont appartenu au bloc communiste. Ainsi, une personne vivant à Prague, capitale de l'ancienne Tchécoslovaquie, peut être qualifiée d'"Européen de l'Est", même si elle vit plus à l'ouest qu'un habitant d'"Europe occidentale" de la capitale autrichienne, Vienne. 

    La division de l'Europe entre l'Est et l'Ouest est grossière, mais elle est également utile car elle met en évidence des différences importantes entre les pays qui ont connu des décennies de communisme et ceux où le capitalisme s'est imposé. 

    Les communautés catholiques européennes qui ont souffert du communisme ont évolué différemment de celles qui ont traversé le XXe siècle sans persécution étatique de longue durée. 

    Le fossé entre les catholiques d'Europe de l'Est et d'Europe de l'Ouest peut sans doute être observé dans les réactions à la "voie synodale" allemande. Cette initiative controversée devrait se terminer l'année prochaine par un appel à des changements radicaux dans l'enseignement, la pratique et les structures de l'Église. 

    Lire la suite

  • saint Barthélemy (24 août)

    IMPRIMER

    (De "Chaque jour tu nous parles" (Orval), t. III, pp; 3332-333)

    La muraille de la cité reposait sur douze fondations portant les noms des douze Apôtres de l'Agneau (Ap 21,14)

    A la source de l'eau vive

    La gloire de tous les apôtres est tellement indissociable, elle est unie par le ciment de tant de grâces, que lorsqu'on célèbre la fête de l'un d'eux c'est la grandeur commune de tous les apôtres qui est rappelée à l'attention de notre regard intérieur. Ils se partagent en effet la même autorité de juges suprêmes, le même rang de dignité et ils possèdent le même pouvoir de lier et d'absoudre.

    Ils sont ces perles précieuses que saint Jean nous dit avoir contemplées dans l'Apocalypse et dont les portes de la Jérusalem céleste sont construites. Chaque porte, dit-il, était faite d'une seule perle (Ap 21,21). En effet, lorsque par des signes ou des miracles les apôtres rayonnent la lumière divine, ils ouvrent l'accès de la gloire céleste de Jérusalem aux peuples convertis à la foi chrétienne. Et quiconque est sauvé grâce à eux entre dans la vie, tel un voyageur franchissant une porte...

    C'est d'eux encore que le prophète dit : Qui sont ceux-là, qui volent ainsi que des nuages ? (Is 60,8). Ces nuages se condensent en eau lorsqu'ils arrosent la terre de notre coeur avec la pluie de leur enseignement pour la rendre fertile et porteuse des germes de bonnes oeuvres.

    Barthélemy (dont c'est la fête aujourd'hui) veut précisément dire en araméen : fils de celui qui porte l'eau ; fils du Dieu qui élève l'esprit de ses prédicateurs à la contemplation des vérités d'en-haut de sorte que, dans la mesure où ils se portent à tire d'aile vers la contemplation de leur Créateur, ils puissent répandre avec efficacité et en abondance la pluie de la parole de Dieu dans nos coeurs. C'est ainsi qu'ils boivent l'eau à la source pour nous la donner à boire à notre tour. Saint Barthélemy a puisé à la plénitude de cette source, lorsque l'Esprit Saint est descendu sur lui comme sur les autres apôtres sous la forme de langues de feu (cf. Ac 2,3).

    Mais tu entends parler de feu et peut-être ne vois-tu pas le rapport avec l'eau. Écoute comment le Seigneur appelle eau cet Esprit Saint qui est descendu comme un feu sur les apôtres. Si quelqu'un a soif, dit-il, qu'il vienne à moi et qu'il boive, et il ajoute : Celui qui croit en moi — l'Écriture le dit —, de son sein jailliront des fleuves d'eau vive, et l'évangéliste explique : Il disait cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui Un 7,37-39). Le Psalmiste dit aussi des croyants : Ils se rassasient de l'abondance de ta maison et tu les abreuves au torrent de tes délices, car en toi se trouve la source de la vie (Ps 35,10).

    Saint Pierre Damien, Sermon 42, deuxième pour S. Barthélemy : PL 144, 726 à 729. Trad. Orval.

    Nos ancêtres ont jadis ensemencé le champ de l'Église avec le blé de la foi. Il serait injuste et inconvenant pour nous, leurs descendants, de récolter l'ivraie de l'erreur au lieu du froment de la vérité. Au contraire, il est normal et il convient que la fin ne renie pas l'origine.

    Saint Vincent de Lérins

  • L'apôtre Barthélemy (24 août)

    IMPRIMER

    MichelAnge-barthelemy.jpgLors de l'audience générale du mercredi 4 octobre 2006, le pape Benoît XVI consacrait sa catéchèse à l'apôtre Barthélemy :

    Chers frères et soeurs,

    Dans la série des Apôtres appelés par Jésus au cours de sa vie terrestre, c'est aujourd'hui l'Apôtre Barthélemy qui retient notre attention. Dans les antiques listes des Douze, il est toujours placé avant Matthieu, alors que le nom de celui qui le précède varie et peut être Philippe (cf. Mt 10, 3; Mc 3, 18; Lc 6, 14) ou bien Thomas (cf. Ac 1, 13). Son nom est clairement un patronyme, car il est formulé avec une référence explicite au nom de son père. En effet, il s'agit probablement d'un nom d'origine araméenne, bar Talmay, qui signifie précisément "fils de Talmay".

    Nous ne possédons pas d'informations importantes sur Barthélemy; en effet, son nom revient toujours et seulement au sein des listes des Douze susmentionnées et ne se trouve donc au centre d'aucun récit. Cependant, il est traditionnellement identifié avec Nathanaël:  un nom qui signifie "Dieu a donné". Ce Nathanaël provenait de Cana (cf. Jn 21, 2) et il est donc possible qu'il ait été témoin du grand "signe" accompli par Jésus en ce lieu (cf. Jn 2, 1-11). L'identification des deux personnages est probablement motivée par le fait que ce Nathanaël, dans la scène de vocation rapportée par l'Evangile de Jean, est placé à côté de Philippe, c'est-à-dire à la place qu'occupe Barthélemy dans les listes des Apôtres rapportées par les autres Evangiles. Philippe avait dit à ce Nathanaël qu'il avait trouvé "Celui dont parle la loi de Moïse et les Prophètes [...] c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth" (Jn 1, 45). Comme nous le savons, Nathanaël lui opposa un préjugé plutôt grave:  "De Nazareth! Peut-il sortir de là quelque chose de bon?" (Jn 1, 46a). Cette sorte de contestation est, à sa façon, importante pour nous. En effet, elle nous fait voir que, selon les attentes des juifs, le Messie ne pouvait  pas  provenir  d'un village aussi obscur, comme l'était précisément Nazareth (voir également Jn 7, 42). Cependant, dans le même temps, elle met en évidence la liberté de Dieu, qui surprend nos attentes en se faisant trouver précisément là où nous ne l'attendrions pas. D'autre part, nous savons qu'en réalité, Jésus n'était pas exclusivement "de  Nazareth", mais qu'il était né à Bethléem (cf. Mt 2, 1; Lc 2, 4), et qu'en définitive, il venait du ciel, du Père qui est aux cieux.

    L'épisode de Nathanaël nous inspire une autre réflexion:  dans notre relation avec Jésus, nous ne devons pas seulement nous contenter de paroles. Philippe, dans sa réponse, adresse une invitation significative à Nathanaël:  "Viens et tu verras!" (Jn 1, 46b). Notre connaissance de Jésus a surtout besoin d'une expérience vivante:  le témoignage d'autrui est bien sûr important, car généralement, toute notre vie chrétienne commence par une annonce qui parvient jusqu'à nous à travers un ou plusieurs témoins. Mais nous devons ensuite personnellement participer à une relation intime et profonde avec Jésus; de manière analogue, les Samaritains, après avoir entendu le témoignage de leur concitoyenne que Jésus avait rencontrée près du puits de Jacob, voulurent parler directement avec Lui et, après cet entretien, dirent à la femme:  "Ce n'est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant; nous l'avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c'est vraiment lui le Sauveur du monde!" (Jn 4, 42).

    Lire la suite