Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 6

  • Colonies: pas d'excuses, de la fierté plutôt!

    IMPRIMER

       C'est peu dire que la montagne a accouché d'une souris. Mise en place en juillet 2020 pour "examiner l'Etat indépendant du Congo et le passé colonial de la Belgique au Congo, au Rwanda et au Burundi, ses conséquences et les suites qu’il convient d'y réserver", la commission spéciale de la Chambre s'est réunie une dernière fois, le 19 décembre, sans s'accorder sur le projet de rapport, assorti de 128 recommandations, rédigé par son président, l'écologiste flamand (Groen) Wouter De Vriendt. Tout ceci, pour rappel, à l'issue de réunions étalées sur deux ans et demi, de 144 auditions et d'un voyage d'une dizaine de jours dans les anciennes colonies belges à la fin de l'été, la base du travail étant fournie par un document de 689 pages commandé à un collège d'experts… [Les références détaillées des documents et ouvrages cités se trouvent en fin d'article]

       Pareil non-épilogue ne fait évidemment pas l'affaire des gauches et de l'extrême gauche. Le processus parlementaire étant enrayé, elles ont d'abord décidé de renvoyer la balle aux partis politiques, aux cabinets ministériels et au Palais royal. Les verts, de leur côté, ont déposé à la Chambre l'ensemble des recommandations de la commission en proposant un vote distinct sur la question qui fâche le plus, à savoir celle des excuses qui seraient à présenter aux ex-colonisés par nos pouvoirs législatif (la Chambre) et exécutif (le gouvernement et le Roi). Des excuses pourquoi ? "Pour la domination et l'exploitation coloniales, les violences et les atrocités, les violations individuelles et collectives des droits humains durant cette période, ainsi que le racisme et la discrimination qui les ont accompagnées". Mais pas folle la guêpe: la démarche "n'implique toutefois aucune responsabilité juridique et ne peut dès lors donner lieu à une réparation financière" [Recommandations de la commission spéciale, pt 70].

    Lire la suite

  • Benoît XVI était le Saint Augustin de notre temps (cardinal Müller)

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Interview

    Cardinal Müller : Benoît XVI était le Saint Augustin de notre temps

    9-1-2023

    "Le pape Benoît n'a pas parlé du Christ, mais il a parlé au Christ. En lui, il y a une unité entre la réflexion théologique au plus haut niveau et la spiritualité qui entrait directement dans le cœur des gens". "Il était conscient de son expertise, mais il l'utilisait non pas pour s'élever au-dessus des autres, mais pour servir le bien de l'Église et la foi des gens simples." "Confusion" ? Il y a trop de pensée politique dans l'Église aujourd'hui". "L'Église est revenue 200 ans en arrière, comme disait le cardinal Martini ? Impossible Jésus est la plénitude de tous les temps".

    Le cardinal Müller, rédacteur de l'ouvrage théologique de Ratzinger-Benoît XVI, prend la parole.

    Pour moi, le pape Benoît est presque un Saint Augustin rendu à la vie, indépendamment d'un éventuel processus de canonisation, il est déjà de facto un docteur de l'Église. Le cardinal Gerard Ludwig Müller a toute l'autorité nécessaire pour le dire : théologien lui-même, il a édité toute l'œuvre théologique de Joseph Ratzinger-Benoît XVI, tout en étant l'un de ses successeurs comme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il nous accueille dans son appartement près de Saint-Pierre qui a été celui du cardinal Ratzinger pendant 24 ans, depuis qu'il a été appelé à Rome par saint Jean-Paul II en 1981 jusqu'en avril 2005, lorsqu'il a été appelé à lui succéder au pontificat. De cette époque, il ne reste dans l'appartement que les vitraux de la petite chapelle, qui ont été offerts au cardinal Ratzinger et qui représentent l'Eucharistie.

    Cardinal Müller, de quelle manière voyez-vous saint Augustin dans le pape Benoît ?

    Je crois que le pape Benoît représente pour la théologie du 20e et du 21e siècle ce qu'Augustin a représenté pour son époque, ses écrits sont la foi catholique expliquée d'une manière appropriée pour les personnes contemporaines, une forme de réflexion éloignée du style du manuel de théologie. Quant à Augustin, il ne s'agit pas d'une simple question de capacité intellectuelle, même s'il était un grand théologien.

    Quel est donc le "secret" ?

    Comme Augustin, Benoît ne traite pas du Christ comme s'il s'agissait d'un sujet à développer, il ne parle pas du Christ mais parle au Christ. Dans les Confessions de saint Augustin, tout est un dialogue avec Dieu, l'homme en dialogue avec Dieu, l'explication de sa vie. Ainsi, chez Benoît XVI, il y a une unité profonde entre la réflexion théologique au plus haut niveau et la spiritualité qui entre directement dans les cœurs, unité entre l'intellect et l'amour. Il le disait toujours, notre foi catholique n'est pas une théorie sur un sujet, mais elle est relation, relation avec Jésus, nous participons à la relation intratrinitaire. Benoît a donc été capable d'ouvrir le cœur des gens. Et nous l'avons vu en ces jours après sa mort et lors des funérailles : il est resté très vivant dans le cœur des fidèles, de nombreuses personnes. Beaucoup pensaient que dix ans après son renoncement, le monde l'avait oublié ; au contraire, il est bien présent dans les mémoires.

    À votre avis, y a-t-il une œuvre de Ratzinger-Bénoît XVI qui exprime le mieux cette unité ?

    Il a écrit de nombreux livres et essais, mais je crois que la trilogie sur Jésus de Nazareth (publiée déjà comme pontife, entre 2007 et 2012, éd.) est la clé pour interpréter tout le reste. Ce livre sur Jésus exprime l'unité de la théologie cognitive et de la théologie affective, et quand je dis affective, je ne veux pas dire sentimentale, mais une expression de l'amour, de la relation avec Dieu. C'est pourquoi des millions de fidèles qui n'ont pas étudié la théologie, qui ne sont pas des experts en philosophie ou en histoire de la pensée européenne, ces fidèles qui prient chaque jour, qui vont à l'église et qui ont une relation quotidienne avec Jésus, ont pu lire et comprendre cette trilogie comme la clé intellectuelle, sapientielle et affective de la rencontre avec Jésus.

    Lire la suite

  • Avant-première : Quand et comment François a détricoté la paix liturgique créée par Benoît XVI

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction de Diakonos.be) :

    Avant-première. Quand et comment François a détricoté la paix liturgique créée par Benoît

    Non, on ne retrouve écrit nulle part comme tel que le Pape François aurait « brisé le cœur » du Pape Benoît avec son interdiction de la messe latine de l’ancien rite dans le livre « Nient’altro che la verità » dans lequel Georg Gänswein raconte sa vie aux côtés du Pape défunt, un livre qui va bientôt sortir en plusieurs langues.

    Mais dans les quatre pages du livre qui décrivent ce qui s’est passé à cette occasion, on découvre toute l’amertume que Benoît a éprouvée le 16 juillet 2021 quand « il a découvert, en feuilletant ‘L’Osservatore Romano’ de cet après-midi, que le Pape François avait promulgué le motu proprio ‘Traditionis custodes’ sur l’usage de la liturgie romaine antérieur à la réforme de 1970 », un décret par lequel il limitait pratiquement jusqu’à la révoquer la liberté de célébrer la messe en rite ancien que le Pape Benoît avait lui-même autorisée par son motu proprio « Summorum pontificum ».

    Benoît « a lu avec attention le document » et « quand on lui a demandé son avis » – raconte Mgr Gänswein – il a déclaré assister à « un changement de cap décisif et à considéré qu’il s’agissait d’une erreur, parce que cela menaçait la tentative de pacification qui avait été menée quatorze ans plus tôt ».

    Le Pape émérite « a en particulier considéré que c’était une erreur d’interdire la célébration de la messe en rite ancien dans les églises paroissiales, parce qu’il est toujours dangereux de confiner un groupe de fidèles dans un coin au risque qu’ils se sentent persécutés et de leur inspirer la sensation de devoir préserver à tout prix leur propre identité contre ‘l’ennemi’ ».

    Mais ça ne se termine pas là, au contraire. « Quelques mois plus tard, en lisant ce que le Pape François avait déclaré le 12 septembre 2021 durant la conversation avec les jésuites slovaques de Bratislava, le Pape émérite a froncé les sourcils devant une de ses affirmations : ‘J’espère maintenant qu’avec la décision de mettre fin à l’automatisme de l’ancien rite, nous pourrons revenir aux véritables intentions de Benoît XVI et de Jean-Paul II. Ma décision est le résultat d’une consultation menée l’année dernière avec tous les évêques du monde’ ».

    « Et il a encore moins apprécié – poursuit Mgr Gänswein – l’anecdote racontée tout de suite après par le Pape ». Une anecdote retranscrite comme suit par « La Civiltà Cattolica », qui a intégralement publié la conversation du Pape François avec les jésuites de Slovaquie :

    Lire la suite

  • L'héritage de Benoît XVI : poursuivre la reconstruction post-conciliaire

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    L'ÉGLISE À LA CROISÉE DES CHEMINS

    L'héritage de Benoît XVI : poursuivre la reconstruction post-conciliaire

    7-1-2023

    L'héritage de Benoît XVI consiste à reprendre toute la question du concile et de l'après-concile là où elle s'est arrêtée, en continuant à stopper les tendances dissolutistes et à poursuivre la reconstruction. Pour François, en revanche, le débat sur le concile et l'après-concile est terminé et l'Église est toujours dans une position de préservation et non de sortie. Le cas de l'ancienne messe le prouve. Mais la multitude de fidèles qui ont afflué à Rome pour le pape Ratzinger montre que son héritage appartient à l'épopée religieuse. François ne peut pas ne pas l'affronter.

    Une fois que la période qui suit immédiatement la mort terrestre de Benoît XVI s'est achevée avec les funérailles et que les différents aspects de sa grandeur ont été rappelés, on ne peut s'empêcher de regarder vers l'avenir et de se demander ce qui restera de son héritage dans un avenir proche. Pour certains, il n'en restera rien ou presque, car les positions officielles de l'Église d'aujourd'hui auraient déjà dépassé celles de Benoît XVI, sa mort aurait supprimé une pierre d'achoppement et il serait désormais plus facile de poursuivre sur la nouvelle voie. Il y a ensuite les "continuistes" selon lesquels le pontificat de François s'inscrit dans la continuité de celui de Benoît XVI, qui jusqu'à présent se serait simplement développé selon les prémisses qu'il avait posées, et qui continuera à l'être. Ces deux positions me semblent insatisfaisantes. J'essaie donc d'en présenter une autre.

    Ratzinger/Benoît représente une époque, celle du concile et de la période post-conciliaire. Il a incarné l'interprétation la plus équilibrée de cette époque, réussissant à en dresser un tableau convaincant de manière à ne (presque) rien laisser de côté, pas même les erreurs commises et les questions qui restent ouvertes et à reconsidérer. Son héritage consiste donc à reprendre l'ensemble du dossier là où il l'a laissé, à ne pas opérer de transition d'une époque à l'autre, à continuer à retenir les tendances dissolutistes et à poursuivre la reconstruction.

    François, en revanche, entend laisser derrière lui cette époque qui, selon lui, verrait l'Église toujours dans une position de préservation et non de sortie. Il veut être post-post-conciliaire. Il est vrai qu'il fait souvent référence au Concile, mais précisément pour dire qu'il n'est plus question de s'attarder sur celui-ci et sur l'époque qu'il a inaugurée. Le débat entre le Concile et l'après-Concile est terminé pour lui. La preuve la plus claire de cette position, parmi les innombrables que nous pourrions citer, est le motu proprio Traditionis custodes, qui a établi que la "question liturgique" était terminée et, avec elle, la question de toute une époque. Mais c'était précisément la principale question que Benoît XVI estimait devoir laisser ouverte.

    Si ma synthèse a quelque chose de vrai, la solution "continuiste" tombe. L'autre reste-t-elle cependant debout ? C'est-à-dire celle selon laquelle le nouveau paradigme s'imposera définitivement, l'époque conciliaire et post-conciliaire sera effacée, et les résistances vaincues ? Je ne le crois pas, et je vais expliquer pourquoi.

    Ce que nous avons vu ces derniers jours appartient au genre de l'épopée religieuse. Combien de personnes ont rendu hommage à Benoît. Combien de personnes ont déclaré implicitement qu'elles avaient été touchées par lui. Combien ont témoigné que sa mort terrestre n'est pas la mort de son héritage, mais plutôt le contraire. Combien ont repris le discours de Ratisbonne du 12 septembre 2006 et ses autres écrits. Combien ont repris les cas non résolus, comme l'interdiction de prendre la parole à la Sapientia, pour que les vérités à son sujet ne soient pas perdues. Bien sûr, nous avons également vu d'autres attitudes, généralement plutôt mesquines, comme cela arrive toujours dans de tels cas. Mais l'adhésion de l'intelligence et du cœur des fidèles à Benoît a été fulgurante et, d'après la manière dont elle est apparue en ces jours de décès et de funérailles, l'héritage de Benoît ne s'effacera pas de sitôt et toute l'Église en sera affectée pour longtemps.

    J'irais même jusqu'à dire que Benoît et son héritage affecteront davantage l'Église maintenant, après sa mort physique, qu'avant, de son vivant. Nous nous souvenons tous de ses deux dernières interventions publiques : l'une sur les abus du clergé et l'autre sur le célibat des prêtres avec le cardinal Sarah. Ces deux interventions ont "ralenti" certains processus négatifs et empêché des décisions qui avaient peut-être déjà été prises mais qui étaient gelées. Avec son décès, cela ne sera plus possible, mais ce travail sera dorénavant poursuivi par ceux qui ont repris son héritage. Cela représente une force encore plus grande, à la fois parce qu'ils seront aidés par un patron céleste, et parce que la cause sera soustraite aux contingences de l'histoire, prenant ainsi une valeur emblématique et donc plus mobilisatrice.

    Les prédictions des observateurs et des journalistes n'ont rien de prophétique. Ce sont des hypothèses et des suppositions qui peuvent être erronées et qui le sont souvent. C'est pourquoi les observateurs et les journalistes veillent généralement à ne pas en faire, afin de ne pas se compromettre. En revanche, je fais ici une autre prédiction en plus de celles déjà faites dans les lignes précédentes. Il se peut que les conséquences de la mort physique de Benoît XVI, que j'ai mentionnées plus haut comme possibles, affectent également le pape François et l'incitent à modifier certaines de ses positions. Il se peut qu'elles l'incitent à ne pas penser que l'ère de Benoît XVI est terminée et à affronter jusqu'au bout son héritage, auquel tant de fidèles sont attachés. Prédiction dans la prédiction (ou souhait dans le souhait) : le test décisif sera toujours la question de la messe.

  • Tensions romaines

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero via Il Sismografo :

    Le père Georg et l'attaque contre le pape François : "Comme préfet, il m'a réduit de moitié". Avec la mort de Ratzinger, la paix est terminée entre les conservateurs et les progressistes

    Sur le parvis de Saint-Pierre, la dimension d'unité entre les 130 cardinaux présents n'est qu'apparente. Plutôt une projection idéale. Ce n'est pas un mystère que même les funérailles du Pontife émérite ont été influencées par les tensions qui agitent cycliquement le Collège des Cardinaux depuis des années. Questions doctrinales, approches sur la manière de gérer le Saint-Siège, craintes quant à d'éventuelles dissensions, licenciements abrupts et non motivés, népotisme. Avec la disparition de Ratzinger, qui n'est plus pontife depuis dix ans mais reste une référence pour une bonne partie de l'Église d'obédience plus conservatrice, le risque existe que la tranquillité jusqu'ici respectée se rompe. Ce ne sont plus les Bergogliens contre les Ratzingeriens, mais les conservateurs contre les innovateurs.

    Et même le choix du père Georg Gänswein, secrétaire du défunt, de faire publier ses mémoires avec tout le contexte de ces années de silence passées au monastère Mater Ecclesiae, le jour même des funérailles, ne semble pas être un bon signe. Parmi ces pages, on découvre par exemple la douleur que François a causée à Ratzinger en voyant son propre travail être démantelé pièce par pièce par son successeur. A commencer par la question de la messe en latin qui a "brisé le cœur" de Benoît XVI.

    Les révélations

    Ou encore, autre révélation du livre, le choc qu'il a ressenti lorsqu'il a été démis de ses fonctions de préfet de la Maison pontificale en 2020. Le père Georg écrit : "J'étais choqué et sans voix". Il se souvient qu'il avait déjà été évincé de certaines fonctions officielles il y a quelque temps. "Vous restez préfet mais à partir de demain vous ne reprendrez pas le travail". Benoît XVI commente ironiquement à sa secrétaire : "Je crois que le pape François ne me fait plus confiance et veut que vous soyez mon tuteur..." ; Ratzinger écrit personnellement au pape argentin pour intercéder, mais rien ne change. Et Georg se décrit lui-même dans le livre comme suit : "J'étais un préfet réduit de moitié".

    Georg souligne également le choix personnel de Bergoglio de renoncer à vivre dans l'appartement apostolique. "L'espace personnel dans l'appartement papal est équivalent à l'espace de François dans l'appartement de Santa Marta". Comme pour dire que les motivations étaient autres même si elles sont présentées comme un choix d'économie et de non gaspillage. Maintenant, pour l'ancien secrétaire de Ratzinger, l'inconnu plane sur son avenir. Bientôt, lui et les quatre Memores Domini - Rossella, Loredana, Carmela et Cristina - les femmes laïques de Communion et Libération qui vivaient dans le monastère sur la colline du Vatican, devront quitter le bâtiment dans lequel elles vivaient avec Ratzinger.

    Futur

    Le chef des évêques allemands, Monseigneur Georg Batzing, interrogé par les journalistes après les funérailles pour savoir s'il y avait déjà un rôle parmi les évêques en Allemagne pour l'ancien secrétaire de Ratzinger, a levé les mains : "Cela dépendra de la personne concernée et de ceux qui, dans la curie, s'occupent de cette question. Autre cardinal limogé par le pape François du jour au lendemain et sans raison, l'ancien préfet de la Congrégation de la foi se retrouve depuis sans rôle. En 2016, Gerhard Muller a reçu son congé par un coup de téléphone : "A partir de demain, tu ne viens plus au travail". Le cardinal théologien de renommée internationale et éditeur de l'opera omnia de Ratzinger, a accepté docilement la décision. Aujourd'hui, il est un conférencier sollicité par les universités du monde entier. Parmi les cardinaux présents sur le parvis figurait Zen, le cardinal qui avait mis en garde Bergoglio contre l'accord signé avec Pékin.  Zen ne cache pas son aversion pour la politique de ce pontificat. (mais il a été reçu le 6 janvier en privé par le pape ndB)

  • La beauté peut-elle sauver notre civilisation ?

    IMPRIMER

    D' sur le site du Figaro Vox :

    COMMENT SORTIR DE L'IMPASSE LIBÉRALE ? - Essai de philosophie politique  civilisationnelle, Frédéric Saint Clair - Libéralisme, philosophie  politique - livre, ebook, epub

    L'homo-œconomicus est-il le seul avenir de l'homme ?

    Ancien conseiller du Premier ministre Dominique de Villepin, Frédéric Saint Clair est écrivain et politologue. Il publie « Comment sortir de l'impasse libérale ? Essai de philosophie politique civilisationnelle » aux éditions de l'Harmattan.


    FIGAROVOX. - Vous publiez « Comment sortir de l'impasse libérale ? », aux éditions L'Harmattan. Selon vous, est-ce la fin de la « fin de l'histoire » ?

    Frédéric SAINT-CLAIR. - Le concept de « fin de l'Histoire » est un héritage de la philosophie allemande qui a connu un regain d'intérêt au début des années 90, lors de l'effondrement du régime soviétique, grâce à la publication du désormais célèbre ouvrage de Francis Fukuyama qui annonçait une telle fin de l'Histoire, c'est-à-dire le fait d'avoir atteint un modèle politique et économique indépassable : la démocratie libérale. Sauf que le choc des civilisations, théorisé à la même époque par Samuel Huntington et inscrit dans les faits depuis, est venu bousculer les certitudes des Occidentaux, de même que la résurgence des modèles politiques illibéraux, tel celui de Viktor Orbán au cœur de l'Europe, qui semble mieux résister à la violence des chocs civilisationnels que le nôtre, et surtout l'incroyable essor des modèles capitalistes autoritaires, comme en Chine, qui est le véritable gagnant de la mondialisation. Trente ans après, l'Occident est déclassé, l'hyperpuissance américaine n'est qu'un lointain souvenir, l'Europe est au bord de la désintégration, quoi qu'en disent ses thuriféraires, et la France des métropoles ressemble à s'y méprendre à un pays du tiers-monde. Donc, pour répondre à votre question, non, ce n'est pas la fin de l'Histoire, non le modèle libéral n'est pas un must indépassable. Mais, dire cela, c'est ne rien dire, car tout le monde s'en était rendu compte. La question qui m'a occupé dans ce livre a été : une fois ce constat d'échec posé, que fait-on ?

    La réponse a consisté, dans un premier temps, à opérer une relecture de l'ouvrage de Francis Fukuyama, « La fin de l'Histoire et le dernier Homme ». Pourquoi ? Principalement parce que s'il a été beaucoup critiqué, il a surtout été mal lu ! Disons-le : Fukuyama est absolument brillant, et il a indiqué lui-même qu'il y avait un problème dans son modèle. Ses critiques l'on fait passer pour un néolibéral standard, adepte du capitalisme américain, mais Fukuyama s'inscrit dans la continuité de la philosophie allemande, Kant, Hegel et Nietzsche ; et il est un disciple de Kojève, lequel relit Hegel à travers la dialectique du Maître et de l'Esclave. Qu'est-ce à dire ? Tout d'abord que Fukuyama n'a rien d'un néolib' idéaliste façon « Mozart de la finance », et surtout que le véritable pivot de son argumentaire, et en même temps sa grande faiblesse conceptuelle, ne réside pas dans « lafin de l'Histoire »mais dans « le dernier Homme »… Or, tout le monde est passé à côté ! Interrogeons-nous : à quoi ressemble-t-il, ce « dernier Homme » ? Fukuyama y répond, sans détour : à un bourgeois déraciné, repu, gavé de richesses, qui renonce à la guerre au profit d'une vie toute de consommation. En d'autres termes, il ressemble à un « chien bien nourri ». Le voilà, l'idéal anthropologique des libéraux. Et là, chacun comprendra aisément qu'on a un sérieux problème !

    Lire la suite

  • L'Eglise va-t-elle entrer dans des zones de turbulence ?

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro (via Il Sismografo) :

    ANALYSE - Le pape François n’hésiterait désormais plus à renoncer à sa charge, chose qu’il s’interdisait avant pour qu’il n’y ait pas deux papes émérites plus un successeur régnant.

    6 janvier 2023

    Obsèques de Benoît XVI: à Rome, certains observateurs prophétisent des «zones de turbulences» 

    Dans quelles pensées le pape François était-il plongé, la main longuement posée sur le cercueil de son prédécesseur, à l’issue de la messe d’enterrement? Une image saisissante, rare, comme si le pape allemand, cette fois, passait définitivement le témoin à son successeur.

    Le symbole était toutefois trompeur car ce passage de témoin, dans l’esprit des deux hommes, avait été effectué depuis longtemps, sans ambiguïté, ni retour, avant même l’élection du pape François, le 13 mars 2013. Benoît n’était plus pape, et s’était engagé à l’obéissance à son successeur, sans interdire de s’exprimer mais en restant à sa place.

    La mort du pape émérite change-t-elle la donne? François va-t-il se sentir plus libre d’agir? Son pontificat va-t-il prendre une nouvelle dimension? La question s’est beaucoup posée à Rome et dans l’Église ces jours-ci. La réponse apparaît évidente, en apparence: nombreux sont ceux qui estiment que rien ne devrait changer puisque la frontière entre les territoires de compétences des deux papes avait été clairement délimitée. Aussi le départ de l’un ne changerait rien au pontificat de l’autre.

    Mais les choses ne sont pas aussi simples, en raison de la nature des dossiers en cours mais aussi en raison de l’état de santé et de l’âge du pape François, 86 ans, quasiment l’âge où Benoît XVI s’est retiré, en 2013. La renonciation donc. Le pape François, entend-on, n’hésiterait désormais plus à renoncer à sa charge, chose qu’il s’interdisait avant pour qu’il n’y ait pas deux papes émérites plus un successeur régnant, soit trois papes au Vatican! Impression renforcée par le fait que François a dit publiquement à plusieurs reprises que, si les conditions de santé le lui imposaient, il suivrait le chemin ouvert par le pape Benoit XVI. Il est certain que la voie de la renonciation éventuelle de François est maintenant plus ouverte que jamais.

    Mais c’est oublier une autre donnée du problème, la nature de la responsabilité papale. La raison profonde de la renonciation du pape Benoît XVI était certes liée à un affaiblissement de ses forces mais aussi au constat qu’il n’avait plus les moyens d’accomplir la mission qui lui était confiée. Il se trouvait enfermé par une administration centrale du Saint-Siège, la curie, qui avait fini par prendre le contrôle sur le pontificat. Plus qu’une décision de confort personnel, comme elle a été souvent interprétée, la renonciation de Benoît XVI fut avant tout une décision de conscience personnelle, celle de ne plus pouvoir assumer son devoir d’État.

    Grand dessein

    De ce point de vue, le pape François est en pleine possession de ses moyens et bien conscient de sa responsabilité. La récente réforme de la curie romaine, publiée le 19 mars 2022 et appliquée depuis le 5 juin, a notamment consisté, à renforcer le pouvoir du pape au détriment de son administration. On dit facilement au Vatican, sans médire, que beaucoup de décisions sont prises par le pape en personne. François est un homme de gouvernement, un pape qui dirige de près, comme le Saint-Siège n’en avait pas connu depuis longtemps.

    Lire la suite

  • « Et si Dieu existait » ? Grande conférence à la salle académique de l’Université de Liège :

    IMPRIMER

  • Le vrai Ratzinger

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le National Catholic Register :

    Le vrai Ratzinger

    La dernière des figures monumentales du catholicisme du XXe siècle ne ressemble en rien à la caricature créée par ses adversaires théologiques et culturels.

    4 janvier 2023

    Le Joseph Ratzinger que j'ai connu pendant 35 ans - d'abord en tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), puis en tant que pape Benoît XVI et enfin en tant que pape émérite - était un homme brillant et saint qui ne ressemblait en rien à la caricature créée d'abord par ses ennemis théologiques, puis coulée dans le béton médiatique.  

    Le Ratzinger de la caricature était un inquisiteur/exécuteur ecclésiastique sinistre et implacable, "le Rottweiler de Dieu". L'homme que j'ai connu était un gentleman accompli à l'âme douce, un homme timide qui avait néanmoins un solide sens de l'humour, un amateur de Mozart qui était fondamentalement une personne heureuse, pas un grincheux aigri.   

    Le Ratzinger de la caricature était incapable de comprendre ou d'apprécier la pensée moderne. Le Ratzinger que j'ai connu était sans doute l'homme le plus érudit du monde, avec une connaissance encyclopédique de la théologie chrétienne (catholique, orthodoxe et protestante), de la philosophie (ancienne, médiévale et moderne), des études bibliques (juives et chrétiennes) et de la théorie politique (classique et contemporaine). Son esprit était lumineux et ordonné, et lorsqu'on lui posait une question, il répondait par paragraphes complets - dans sa troisième ou quatrième langue.  

    Le Ratzinger de la caricature était un réactionnaire politique, déconcerté par les manifestations estudiantines de 1968 en Allemagne et aspirant à une restauration du passé monarchique ; ses ennemis les plus vicieux laissaient entendre qu'il avait des sympathies pour les nazis (d'où le sobriquet désagréable de Panzerkardinal). Le Ratzinger que j'ai connu était l'Allemand qui, lors d'une visite d'État au Royaume-Uni en 2010, a remercié le peuple britannique d'avoir gagné la bataille d'Angleterre - un chrétien-démocrate bavarois (ce qui le placerait légèrement à gauche en termes de politique américaine) dont le dédain pour le marxisme était à la fois théorique (il n'avait aucun sens philosophique) et pratique (il n'a jamais fonctionné et était intrinsèquement totalitaire et meurtrier). Le Ratzinger caricatural était l'ennemi du Concile Vatican II. Le Ratzinger que je connaissais était, au milieu de la trentaine, l'un des trois théologiens les plus influents et les plus productifs de Vatican II - l'homme qui, en tant que préfet de la CDF, a travaillé de concert avec Jean-Paul II pour donner au Concile une interprétation faisant autorité, qu'il a approfondie au cours de son propre pontificat.

    Le Ratzinger caricatural était un troglodyte liturgique déterminé à faire reculer l'horloge de la réforme liturgique. Le Ratzinger que j'ai connu était profondément influencé, spirituellement et théologiquement, par le mouvement liturgique du XXe siècle. Ratzinger est devenu un pape beaucoup plus généreux dans son acceptation du pluralisme liturgique légitime que son successeur papal, parce que Benoît XVI croyait que, à partir d'un tel pluralisme vital, les nobles objectifs du mouvement liturgique qui l'a formé seraient finalement réalisés dans une Église habilitée par un culte révérencieux pour la mission et le service.    

    Le Ratzinger caricatural était une histoire d'hier, un intellectuel dépassé dont les livres prendraient bientôt la poussière et s'effondreraient, ne laissant aucune empreinte sur l'Église ou la culture mondiale. Le Ratzinger que j'ai connu était l'un des rares auteurs contemporains qui pouvait être certain que ses livres seraient lus dans des siècles. Je soupçonne également que certaines des homélies de ce plus grand prédicateur papal depuis le pape Saint Grégoire le Grand finiront par se retrouver dans la prière quotidienne officielle de l'Église, la Liturgie des Heures. 

    Le Ratzinger de la caricature avait soif de pouvoir. Le Ratzinger que j'ai connu a essayé à trois reprises de démissionner de son poste à la Curie, n'avait aucun désir d'être pape, a déclaré à ses confrères de l'Église en 2005 qu'il n'était "pas un homme de governo [gouvernance]" et n'a accepté son élection à la papauté qu'en obéissant à ce qu'il considérait comme la volonté de Dieu, manifestée par le vote écrasant de ses frères cardinaux.  

    Le Ratzinger de la caricature était indifférent à la crise des abus sexuels commis par des clercs. Le Ratzinger que j'ai connu a fait autant que n'importe qui, en tant que cardinal-préfet de la CDF puis en tant que pape, pour nettoyer l'Église de ce qu'il a brutalement et précisément décrit comme une "saleté". 

    La clé du vrai Joseph Ratzinger, et de sa grandeur, était la profondeur de son amour pour le Seigneur Jésus - un amour affiné par une extraordinaire intelligence théologique et exégétique, manifeste dans sa trilogie, Jésus de Nazareth, qu'il considérait comme la pierre angulaire du projet scientifique de toute sa vie. Dans ces livres, plus de six décennies d'apprentissage ont été distillées dans un récit qui, espérait-il, aiderait d'autres personnes à aimer Jésus comme il l'a fait, car, comme il l'a souligné dans tant de variations sur un grand thème, "l'amitié avec Jésus-Christ" était le début, la condition sine qua non, de la vie chrétienne. Et favoriser cette amitié était le but même de l'Église. 

    La dernière des figures monumentales du catholicisme du XXe siècle est rentrée chez elle auprès de Dieu, qui ne manquera pas de récompenser son bon serviteur.      

    George Weigel est membre éminent et titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques au Ethics and Public Policy Center de Washington.

  • Mgr Gänswein : "Je crois que Traditionis Custodes a brisé le cœur de Benoît XVI"

    IMPRIMER

    D'Enrico Roccagiachini sur le site "Messa in latino" :

    Mgr Gänswein : "Je crois que Traditionis Custodes a brisé le cœur de Benoît XVI"

    Les déclarations de Mgr Georg Gänswein, dernier secrétaire particulier de Benoît XVI, rendues publiques ce matin, sur la réaction de Benoît XVI au Motu Proprio Traditionis Custodes, par lequel son successeur a tenté de contrecarrer la grande libéralisation de la liturgie traditionnelle opérée par le Motu Proprio Summorum Pontificum (voir aussi ici), font le tour du web.

    Les paroles de l'archevêque Gänswein sont tellement frappantes et dérangeantes que nous nous sentons presque coupables de leur donner la place nécessaire et due en ces moments de deuil. Mais, en même temps, nous estimons qu'il est de notre devoir de rendre justice, dès ces premières heures, à la mémoire de Benoît XVI, et de reconnaître la souffrance qu'il a dû affronter face à la tentative systématique de démanteler les actes les plus importants et les plus féconds de son difficile pontificat. Une tentative que la Providence n'a pas permis de mener à bien, comme le montre le grand élan d'affection et de dévotion dont il fait l'objet en ces heures mêmes.

    Pour en revenir à Mgr Gänswein, il a parlé de Traditionis Custodes dans l'interview qu'il a accordée - probablement avant la mort de Benoît XVI - à Guido Horst, rédacteur en chef de l'hebdomadaire catholique allemand Die Tagespost, qui a été publiée aujourd'hui.

    Voici l'extrait qui nous intéresse ; nous vous en proposons ci-dessous notre traduction (artisanale) :

    "Guido Horst : La levée par le pape Benoît des restrictions sur la célébration de la forme extraordinaire du rite romain selon le missel de 1962 n'a pas duré comme il l'entendait : en tant que pape émérite, il a assisté à la promulgation du Motu Proprio Traditionis Custodes du pape François. A-t-il été déçu ?

    Mgr Gänswein : Cela l'a beaucoup affecté. Je pense que la lecture du nouveau Motu Proprio a brisé le cœur du pape Benoît, car son intention était d'apporter une paix intérieure, une paix liturgique, à ceux qui avaient simplement trouvé un foyer dans l'ancienne messe, pour les éloigner de Lefebvre. Et si l'on pense au nombre de siècles pendant lesquels l'ancienne messe a été une source de vie spirituelle et de nourriture pour de nombreuses personnes, y compris de nombreux saints, il est impossible d'imaginer qu'elle n'a plus rien à offrir. Et n'oublions pas que de nombreux jeunes qui sont nés après Vatican II et qui ne comprennent pas pleinement tout le drame du Concile - que ces jeunes, même s'ils connaissent la nouvelle Messe, ont trouvé un foyer spirituel, un trésor spirituel même dans l'ancienne Messe. Pour enlever ce trésor aux gens.... et bien, je ne peux pas dire que je me sente à l'aise avec ça."

    Il s'agit d'une affirmation totalement fiable, non seulement en raison de l'autorité et de la certitude de la source, mais aussi parce qu'elle confirme - en ajoutant la triste référence à Traditionis Custodes - ce que l'on sait déjà depuis 2016, depuis la célèbre réponse à Peter Seewald dans Ultime conversazioni (Milan, Garzanti, 2016, esp. pp. 189-190) :

    Peter Seewald : La réhabilitation de l'ancienne messe est souvent interprétée comme une concession à la fraternité sacerdotale de Saint Pie X.

    Benoît XVI : C'est absolument faux ! Pour moi, il était important que l'Église préserve la continuité interne avec son passé. Que ce qui était auparavant sacré ne devienne pas d'un moment à l'autre quelque chose de mauvais. Le rite doit évoluer. C'est pourquoi la réforme a été annoncée. Mais l'identité ne doit pas être brisée. La Fraternité sacerdotale Saint-Pie X est fondée sur le sentiment que l'Église s'est reniée elle-même. Cela ne doit pas se produire. Mon intention, cependant, comme je l'ai dit, n'était pas tactique : je me souciais de la chose elle-même. Bien sûr, il est également important que le pape, lorsqu'il voit un schisme se profiler, soit obligé de faire tout son possible pour l'empêcher, y compris en essayant de ramener ces personnes à l'unité de l'Église.

    Ainsi, la référence au lefebvrisme est également bien comprise : le souci qu'une juste exigence - faire en sorte que l'Église n'ait jamais à se renier - ne soit pas satisfaite en s'éloignant d'une certaine manière de l'Église elle-même, où, comme l'a enseigné Benoît XVI en une autre occasion, personne n'est de trop. Et cela se fait en veillant à ce que l'identité ne se brise pas, à ce que ce qui était autrefois sacré ne devienne pas faux d'un moment à l'autre : un objectif important en soi, même en dehors du devoir incontournable d'un pape de faire ce qu'il peut pour prévenir un schisme potentiel.

    À la lumière de tout cela, il est facile de comprendre comment le caractère intrinsèquement diviseur et pourri de Traditionis Custodes et, surtout, sa portée idéologiquement anti-traditionnelle, a vraiment brisé le cœur de Benoît XVI. Et elle brise aussi la nôtre, si l'on considère avec quelle et combien d'amertume il a dû vivre les dernières saisons de sa vie terrestre, même s'il savait et voulait offrir efficacement ses souffrances pour que l'Église puisse bientôt sortir, triomphante, de la crise qui la frappe. C'est aussi pour ces raisons que ce que nous avons appris aujourd'hui de l'archevêque Gänswein accroît encore notre gratitude envers le pape émérite.

  • La vie, la foi et le combat de Joseph Ratzinger : un entretien avec Peter Seewald

    IMPRIMER

    Du Catholic World Report :

    La vie, la foi et le combat de Joseph Ratzinger : Un entretien avec Peter Seewald

    Le journaliste allemand chevronné parle de sa nouvelle biographie de Benoît XVI et revient en détail sur l'enfance, la personnalité, l'éducation et le rôle de Joseph Ratzinger dans les événements clés de l'Église.

    1er janvier 2023

    Note : A l'occasion du décès de Joseph Ratzinger/Benoît XVI le 31 décembre, CWR publie à nouveau cette interview, publiée pour la première fois le 13 janvier 2021.

    Peter Seewald, journaliste allemand chevronné, a rencontré Joseph Ratzinger pour la première fois il y a près de trente ans. Depuis lors, il a publié deux livres à succès contenant des entretiens avec le cardinal Ratzinger - Salt of the Earth : Une interview exclusive sur l'état de l'Église à la fin du millénaire et Dieu et le monde : Believing and Living in Our Time, ainsi que Light of the World, paru en 2010 : The Pope, The Church and the Signs Of The Times (2010) et Benedict XVI (2017) : Last Testament-In His Own Words (2017).

    Il est également l'auteur de Benedict XVI : An Intimate Portrait, et de la photo-biographie intitulée Pope Benedict XVI : Serviteur de la Vérité.

    Son livre le plus récent est une biographie ambitieuse, en plusieurs volumes, du pape émérite. Le premier volume, intitulé Benedict XVI : A Life-Volume One : Youth in Nazi Germany to the Second Vatican Council 1927-1965, est disponible en anglais. (parue en français en mars 2022)

    M. Seewald a récemment correspondu avec Carl E. Olson, rédacteur en chef de CWR, au sujet de sa biographie de Benoît XVI, et a parlé en détail de l'enfance, de la personnalité, de l'éducation et du rôle de J. Ratzinger dans les événements clés de l'Église, en particulier le Concile Vatican II.

    CWR : Commençons par un peu de contexte. Quand et comment avez-vous fait la connaissance de Joseph Ratzinger ?

    Peter Seewald : Ma première rencontre avec le cardinal de l'époque remonte à novembre 1992. En tant qu'auteur du magazine Süddeutsche Zeitung, j'avais été chargé d'écrire un portrait du Préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi (CDF). À l'époque, Ratzinger était déjà l'homme d'Église le plus recherché au monde, juste après le pape. Et le plus controversé. Les journalistes faisaient la queue pour obtenir une interview avec lui. J'ai eu la chance d'être reçu par lui. Apparemment, ma lettre de motivation avait suscité son intérêt, dans laquelle je promettais de m'efforcer d'être objectif. Et c'était effectivement ce que je voulais.

    CWR : Quel genre d'accès avez-vous eu avec lui au cours de cette période ?

    Seewald : Je n'étais pas un de ses fans, mais je me suis posé la question : Qui est vraiment Ratzinger ? Il était depuis longtemps catalogué comme le "Cardinal Panzer", le "Grand Inquisiteur", un type sinistre, donc un ennemi de la civilisation. Dès que l'on soufflait dans cette corne, on pouvait être absolument certain des applaudissements des collègues journalistes et du grand public.

    CWR : Qu'est-ce qui était différent chez vous ?

    Seewald : J'avais étudié au préalable les écrits de Ratzinger et surtout ses diagnostics de l'époque. Et j'ai été quelque peu stupéfait de constater que les analyses de Ratzinger sur l'évolution de la société avaient été largement confirmées. En outre, aucun des témoins contemporains que j'ai interrogés, camarades de classe, assistants, compagnons, qui connaissaient vraiment Ratzinger, n'a pu confirmer l'image du partisan de la ligne dure, au contraire. À l'exception de personnes comme Hans Küng et Jürgen Drewermann, ses opposants notoires. Bien sûr, je voulais aussi voir par moi-même, sur place, dans le bâtiment de l'ancienne Sainte Inquisition à Rome.

    Lire la suite

  • C'est avec l'espérance que l'euthanasie se combat

    IMPRIMER

    De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    C'est avec l'espérance que l'euthanasie se combat. La Belgique le confirme

    30-12-2022

    Le dernier rapport sur l'euthanasie en Belgique montre que pas moins de 5 145 personnes ont été euthanasiées en 2020-21. Ce n'est pas tant la souffrance physique que la souffrance psychologique qui détermine la demande d'y mettre fin. Cela confirme l'importance de remèdes tels que l'affection, la proximité et surtout la lumière et le sens que seule la foi peut donner. Une leçon pour l'Italie également.

    En Italie, il existe une loi, la 219/17, qui permet à tous d'avoir accès à l'euthanasie : les adultes capables de comprendre et ceux qui n'en sont pas capables, ainsi que les mineurs. Pour savoir quels fruits cette loi portera à l'avenir dans notre pays, il suffit d'aller voir ce qui se passe dans les pays où les lois sur l'euthanasie sont en vigueur depuis plus longtemps. Par exemple en Belgique.

    La Commission fédérale pour le contrôle et l'évaluation de l'euthanasie a récemment transmis au Parlement belge son dixième rapport sur l'accès à cette pratique. Au cours de la période de deux ans 2020-2021, pas moins de 5 145 personnes ont été tuées par euthanasie. Entre 2020 et 2021, on observe une augmentation de plus de 10 %. La tendance a toujours été à la hausse : de 584 décès en 2003-2004, la première période de deux ans de la loi, aux 5 145 actuels.

    Les malades du cancer sont en pole position : en effet, 3 262 malades du cancer ont choisi de mettre fin à leur vie avec la bénédiction de l'État. Ils sont suivis par 900 patients qui souffraient de maladies multiples, souvent des maladies de la vieillesse. 402 patients présentaient des troubles du système nerveux. 94 personnes ont été tuées pour des problèmes psychiatriques : 49 souffraient de troubles cognitifs tels que la démence, y compris la maladie d'Alzheimer ; 45 souffraient de dépression, de troubles de la personnalité, de stress post-traumatique, de schizophrénie ou d'autisme. Ces dernières données prouvent que le slogan qualifiant l'euthanasie d'expression suprême de la liberté d'une personne est très faux, puisque les personnes incapables d'exprimer un consentement valable sont souvent tuées.

    En outre, 741 personnes (14 % du total) ont choisi l'euthanasie alors que la mort n'était pas du tout imminente. Seuls 0,6% ont demandé à mourir par demande anticipée : un instrument qui s'est donc avéré être un flop. Quatre-vingt pour cent des personnes ont choisi de mourir soit parce qu'elles souffraient dans leur corps ou dans leur psychisme. La plupart des patients tués avaient entre 70 et 90 ans. Aucun mineur n'a eu accès à cette pratique.

    Selon le rapport, ce n'est pas tant la souffrance physique qui détermine le choix de l'euthanasie, mais la souffrance psychologique qui a évidemment sa genèse dans la pathologie. Si l'on considère ensuite la deuxième catégorie de patients qui ont le plus recours à l'euthanasie - les patients âgés souffrant de maladies multiples liées à la vieillesse - on se rend compte que ce ne sont pas tant les maladies elles-mêmes qui poussent vers la solution finale, mais, une fois encore, un état général de dépression.

    Ainsi le rapport : "En ce qui concerne la gravité de la souffrance psychique, les maladies liées à l'âge, typiquement multi-pathologiques, entraînent de plus en plus souvent des diminutions physiques, psychiques, cognitives, psychosociales et existentielles chez ces patients âgés. Tout cela entraîne une souffrance psychique considérable, qui se manifeste fréquemment par une lassitude de la vie. Beaucoup d'entre eux ont des pensées suicidaires parce qu'ils ne voient pas d'avenir qui rende leur vie digne d'être vécue et parce que la mort leur apparaît comme une bénédiction. [...] Plus de la moitié des patients ont du mal à gérer leur dépendance à l'égard des autres, un état qui va souvent de pair avec une perte d'autonomie qui leur fait perdre le contrôle des dernières années de leur vie. Plus de 40 % d'entre eux craignent de subir un préjudice physique à l'avenir, si leur état se détériore. La conscience du caractère désespéré de leur situation et l'inefficacité des thérapies et des soins palliatifs à contrôler leurs symptômes renforcent le sentiment que vivre n'a pas de sens".

    Le rapport confirme donc un fait bien connu : le problème sous-jacent au choix d'en finir est psychologique et non physiologique. La douleur à traiter n'est pas d'abord celle des sens, la douleur organique qui a déjà trouvé sa solution dans les soins palliatifs, mais celle de l'âme. Les vrais médicaments sont donc l'affection, la proximité, le partage de la douleur et surtout l'espérance qui découvre dans la souffrance un sens transcendant et éclaire la vie après la mort. Mais pour avoir ce genre d'espérance, il faut avoir la foi. Une fois cette dernière éteinte, tout plonge dans l'obscurité, tout semble dénué de sens, tellement dénué de sens que l'euthanasie semble la seule voie raisonnable car elle élimine le fardeau d'une existence qui n'a plus de but, en éliminant ceux qui vivent cette existence. L'euthanasie s'avère alors être non pas un remède, mais l'étape finale d'un parcours sans espoir, l'aboutissement nécessaire d'une perspective de vie nihiliste.