Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 11

  • Défense de la vie : déception aux Etats-Unis

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    États-Unis : les évêques catholiques déçus par les votes sur l'avortement dans les États américains

    12 novembre 2022

    Les électeurs de plusieurs régions du pays ont voté contre les amendements à la constitution sur la protection de la vie et pour la réglementation de l'accès impuni à l'avortement

    Washington DC (kath.net/KAP/red) Lors des élections de mi-mandat, les électeurs de plusieurs États américains se sont prononcés en faveur de la protection du droit à l'avortement et ont rejeté les restrictions à l'accès impuni à l'avortement. Par exemple, les votes dans les États de gauche de la Californie, du Michigan et du Vermont mardi ont abouti à des majorités pour l'inscription d'un droit à l'avortement dans la constitution de l'État respectif. À l'inverse, dans le Kentucky et le Montana, la question était de savoir si la constitution devait protéger la vie à naître, ce que les électeurs des deux États ont rejeté de justesse.

    Les évêques catholiques locaux ont exprimé leur déception tout en réaffirmant leur engagement à poursuivre la lutte pour abolir l'avortement et soutenir les femmes et les familles dans le besoin. "L'avortement est désormais légal dans le Michigan à une échelle sans précédent, et des millions de vies sont en jeu", a écrit l'archevêque de Detroit Allen H. Vigneron dans une lettre aux catholiques de son archidiocèse, selon le Catholic News Service (CNS). Dans l'État, 55 % des électeurs ont voté pour l'accès gratuit à l'avortement. Les croyants sont "profondément attristés par cette grave atteinte à la dignité et au caractère sacré de la vie humaine innocente à naître", a déclaré Vigneron.

    L'archevêque de Detroit a appelé les catholiques à "renouveler leur engagement à accompagner les femmes et les familles dans le besoin avec une détermination plus grande que jamais". Vigneron a assuré que l'Eglise poursuivra ses efforts pour construire une "culture de la vie" "où l'avortement est impensable, toutes les familles reçoivent le soutien dont elles ont besoin et la dignité de tous les êtres humains est reconnue".

    Dans le Kentucky plus conservateur, les évêques catholiques ont été déçus par le rejet d'environ 52 % d'un projet d'amendement à la constitution pour la protection complète de la vie humaine, qui visait à garantir les restrictions existantes sur les avortements. "Cela ne signifie pas la fin du débat ni la nécessité de travailler avec diligence pour accroître le respect de la dignité de chaque vie humaine", ont-ils déclaré dans un communiqué. "Nous continuerons à travailler avec les législateurs pour adopter des lois qui protègent la vie à naître, soutiennent les femmes et les familles et respectent la vie et la dignité humaines à toutes les étapes de la vie."

    Pendant les mi-mandats, les 435 sièges de la Chambre des représentants et 34 des 100 sièges du Sénat du Congrès américain étaient à gagner, et de nombreux sièges de gouverneur étaient également à pourvoir. Sur la base des résultats et des prévisions disponibles jusqu'à présent, les républicains ont de bonnes chances de remporter la majorité à la Chambre des représentants. La majorité au Sénat, qui est actuellement à peine contrôlée par les démocrates, ne pourrait éventuellement être déterminée qu'après un second tour des élections dans l'État de Géorgie en décembre.

  • Les pays traditionnels se mobilisent sur les questions de transgenrisme, d'homosexualité et d'avortement à l'ONU

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur le Friday Fax :

    Les pays traditionnels se mobilisent sur les questions de transgenrisme, d'homosexualité et d'avortement à l'ONU

    11 novembre 2022

    NEW YORK, 11 novembre (C-Fam) Un combat majeur a éclaté cette semaine au sein de la troisième commission de l'Assemblée générale des Nations unies, opposant les pays traditionnels aux puissants gouvernements occidentaux sur les questions de l'avortement, de l'homosexualité et de l'idéologie transgenre.

    Le débat s'est déroulé lors de l'examen d'une résolution sur la "violence contre les femmes".

    Les délégués occidentaux ont été choqués de voir les pays traditionnels bouleverser l'adoption de la résolution de l'ONU. Ce qui aurait dû être une adoption de routine d'une résolution progressiste de l'ONU, comme beaucoup d'autres, s'est transformé en une bataille procédurale d'amendements et de rhétorique politisée.

    Le Guatemala a proposé la suppression d'un paragraphe entier sur la santé sexuelle et reproductive parce qu'il liait de manière ambiguë "l'accès à un avortement sûr" aux droits de l'homme. L'amendement a échoué, mais 36 délégations l'ont soutenu. L'ambassadeur du Guatemala a déclaré que son pays protège la vie humaine dès la conception et que "l'avortement n'est codifié dans aucun traité".

    La Fédération de Russie, l'Égypte, la Libye, le Nigeria, l'Arabie saoudite et le Yémen ont proposé des amendements visant à remplacer les termes "formes multiples et croisées de discrimination" et "les femmes dans toute leur diversité", qui ont reçu le soutien de 61 pays.

    Les pays traditionnels ont déclaré que le large soutien apporté aux amendements, même s'ils échouaient, prouvait que les puissants gouvernements occidentaux ne menaient pas les négociations de bonne foi et qu'ils ignoraient délibérément toute opinion différente de la leur. L'argument est que, dans la tradition des Nations unies, les documents sont obtenus par consensus, ce qui manquait manifestement et abondamment dans la résolution sur la violence à l'égard des femmes.

    "Les amendements prouvent que notre point de vue est réaliste", a déclaré une déléguée égyptienne, qui a appelé les gouvernements occidentaux à défendre un "véritable multilatéralisme". Un consensus peut être atteint, a-t-elle insisté, si seulement les pays occidentaux cessent d'alimenter la division et recherchent plutôt l'unité.

    Un délégué de l'Indonésie a déclaré que les amendements étaient un "reflet solide que certaines parties du projet de résolution n'ont pas bénéficié d'un consensus" et a appelé les délégations occidentales à adopter un esprit différent "pour avancer ensemble."

    Plusieurs délégations d'Asie et d'Afrique se sont plaintes du fait que les principaux promoteurs de la résolution soutenue par l'UE ont abandonné des conventions diplomatiques de longue date pour faire passer la résolution à l'Assemblée générale avec des termes controversés promouvant l'avortement, l'homosexualité et l'idéologie transgenre.

    Les termes ambigus, qui incluent "formes multiples et croisées de discrimination", "les femmes dans toute leur diversité", "contrôle de la sexualité" et "avortement sans risque", ont été controversés lors de précédentes négociations de l'ONU parce que le système des Nations unies utilise ces termes pour promouvoir l'avortement et les droits des LGBT, mais la France et les Pays-Bas ont insisté pour inclure ces termes dans la résolution malgré les objections des pays traditionnels.

    Plus grave encore, ils n'ont pas fait circuler la version finale de la résolution avant qu'elle ne soit présentée pour adoption à l'Assemblée générale, une courtoisie diplomatique courante destinée à donner aux délégations un préavis suffisant et le temps de préparer une réponse officielle.

    Un délégué de la Malaisie a qualifié ces actions d'"irresponsables" et a déclaré qu'elles porteraient "gravement atteinte" aux droits de l'homme internationaux.

    Le délégué du Nigeria a déclaré que les auteurs de la résolution avaient fait preuve d'une "indifférence et d'un mépris flagrants" à l'égard des opinions divergentes.

    Ce n'était pas la première fois que les délégations occidentales tentaient cette tactique à l'Assemblée générale. L'année dernière, les délégations ont été pareillement aveuglées par une résolution parrainée par les États-Unis qui comprenait l'expression "orientation sexuelle et identité de genre".

    Les pays européens, les pays nordiques et les États-Unis ont rétorqué que les négociations avaient été "ouvertes, transparentes et inclusives" et que la résolution finale représentait un "équilibre" de toutes les opinions exprimées lors des négociations. Ils ont accusé les pays traditionnels de sabotage et de ne pas faire assez pour lutter contre la violence à l'égard des femmes.

    Le Guatemala, la Fédération de Russie, l'Égypte, l'Indonésie, le Soudan, l'Irak, le Sénégal, l'Iran, l'Érythrée, la Malaisie, la Libye, le Nicaragua, le Mali, le Pakistan, le Bélarus, le Bangladesh, le Cameroun, l'Éthiopie, la Gambie, le Yémen, le Nigeria, la Mauritanie, le Saint-Siège et l'Arabie saoudite au nom des Émirats arabes unis, d'Oman, du Qatar et du Koweït sont intervenus pour défendre le droit souverain des nations à défendre les enfants à naître et la famille contre des politiques sociales controversées.

    La Hongrie et la Pologne, favorites des conservateurs américains, continuent de décevoir. La Pologne s'est abstenue de soutenir les amendements visant à supprimer le langage controversé. La Hongrie, en revanche, a voté en faveur du langage controversé "woke".

  • Le Patriarche arménien catholique : "Mon peuple est victime de l'injustice internationale"

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    Le Patriarche arménien catholique : Mon peuple est victime de l'immoralité mondiale

    A l'occasion de l'inauguration d'un centre paroissial arménien en Hongrie, le patriarche Raphaël Bedros XXI Minassian évoque la situation de son peuple, qui a récemment été confronté à de nouvelles attaques azerbaïdjanaises de grande ampleur.

    10 novembre 2022

    BUDAPEST, Hongrie - Le centre paroissial arménien de Budapest, qui vient d'être rénové grâce aux fonds alloués par le gouvernement hongrois, a été inauguré le 2 novembre, en présence du patriarche arménien catholique Raphaël Bedros XXI Minassian et du cardinal Peter Erdő, primat de Hongrie, qui a béni les nouveaux locaux.

    La partie rénovée du bâtiment est destinée à accueillir des projets éducatifs et culturels, ainsi que les archives de la communauté hongroise-arménienne.

    L'événement s'est déroulé en présence d'officiels hongrois, dont Azbej Tristan, secrétaire d'État à l'Aide aux chrétiens persécutés et au programme Hungary Helps, l'agence gouvernementale qui a financé les travaux de restauration, dans le but de donner un nouvel élan à la communauté arméno-catholique dans le contexte difficile du conflit actuel entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

    Les relations entre l'Arménie et la Hongrie ont elles-mêmes été marquées par des tensions ces dernières années. Les relations diplomatiques entre les deux pays ont été suspendues en 2012, après qu'un officier azéri condamné à la prison à vie par un tribunal hongrois pour le meurtre d'un officier arménien à Budapest en 2004 ait été extradé vers les autorités azerbaïdjanaises et immédiatement gracié.

    D'un point de vue diplomatique, ce récent geste d'amitié du gouvernement hongrois envers sa communauté arménienne est considéré comme une nouvelle étape dans le processus de réchauffement des relations entre les deux nations.

    Avant de bénir le nouveau centre paroissial, le patriarche arménien s'est félicité de cette occasion de renforcer les liens entre son pays et la Hongrie, dont il a salué le retour aux racines chrétiennes depuis la chute du régime soviétique.

    Raphaël Bedros XXI Minassian, élu lors du synode de l'Église catholique orientale à Rome en 2021, est le 21e Catholicos-Patriarche de Cilicie des Arméniens catholiques. Auparavant, il était l'évêque des Arméniens catholiques d'Europe orientale depuis 2011. Le Register l'a interviewé en marge de l'événement du 2 novembre.

    Vous êtes ici à Budapest pour l'inauguration du bâtiment de la paroisse arménienne nouvellement rénové, grâce à un financement du gouvernement hongrois. Que représente cet événement pour vous, à la lumière des relations fluctuantes entre votre pays et la Hongrie au cours de la dernière décennie ? Qu'attendez-vous de cette visite ?

    Les relations entre ces deux peuples existent depuis des siècles. Nous avons de nombreux projets communs, notamment par le biais d'organisations caritatives. En venant ici pour l'inauguration de notre centre paroissial, qui illustre aussi l'enracinement historique de notre communauté en Hongrie, je veux montrer ma gratitude à ce pays pour ce beau geste d'amitié envers les Arméniens. Ces dernières années, face à la persécution des chrétiens découlant des différentes guerres au Moyen-Orient, mais aussi en Arménie, la Hongrie a fait preuve d'une charité vraiment chrétienne en aidant les fidèles, qui se trouvaient dans d'énormes difficultés sociales, médicales et humanitaires.

    C'est donc un moment de remerciement pour ce gouvernement, qui a vraiment donné beaucoup, au-delà de l'aspect financier, également sur le plan moral et symbolique. Ce pays a joué ces dernières années un rôle de véritable témoignage chrétien, malgré la diversité de ses communautés. L'Évangile est le dénominateur commun.

    Est-ce ce dénominateur commun qui rapproche l'Arménie et la Hongrie dans l'actuelle assemblée des nations ?

    Les relations entre la Hongrie et l'Arménie sont renforcées par cette fidélité concrète au christianisme. Mais il y a un mouvement international qui commence à se réveiller et à recentrer l'attention sur nos frères et sœurs chrétiens qui souffrent. Au-delà de cette aide morale de la Hongrie, des organisations comme L'Oeuvre d'Orient en France font la même chose.

    Il y a une prise de conscience que les chrétiens d'Orient sont en danger et qu'ils ont besoin de ce soutien des chrétiens occidentaux. C'est l'Église universelle qui commence à se rassembler, ce qui est encourageant.

    Vous avez récemment pris vos fonctions de patriarche de Cilicie des Arméniens, dans un contexte particulièrement sensible pour votre pays. Quel bilan tirez-vous de cette première année de mission ? Quels ont été vos plus grands défis ?

    Dès le début, les difficultés étaient évidentes. L'Eglise catholique arménienne est une petite Eglise, avec quelques centaines de milliers de fidèles [environ 600.000, selon L'Oeuvre d'Orient]. Malheureusement, nous avons été les victimes de l'immoralité du monde, de l'injustice internationale. En tant qu'Arméniens, nous avons subi un génocide en 1915 qui a fortement et définitivement appauvri notre pays.

    Nous avons placé notre espoir dans une réaction mondiale à l'agression azérie, mais aujourd'hui nous nous sentons seuls. Et par-dessus le marché, nous sommes tués avec les armes de pays amis. C'est très difficile. ...

    En plus de la guerre, le COVID a ajouté beaucoup de difficultés car nous avons dû fermer les églises, et les relations avec les communautés, les parents, ont été suspendues.

    Mais au milieu de cette situation cauchemardesque, nous avions encore la grâce de la persévérance, qui nous a permis de continuer à avancer coûte que coûte, malgré toutes les attaques contre notre pays, qui travaille pour la paix. Je peux dire aujourd'hui que cette première année n'a pas été pour rien car la grâce de Dieu a vraiment fait son œuvre et a béni nos fidèles et nos communautés.

    Après le cessez-le-feu de 2020 dans le Haut-Karabakh, le recteur de la cathédrale apostolique arménienne de Chouchi, le père Andreas Taadyan, a dénoncé la poursuite de la destruction du patrimoine chrétien arménien par les Azéris. Comment se présente la situation aujourd'hui ?

    Je n'ai pas été personnellement présent sur le théâtre du conflit ces derniers mois, mais je peux confirmer d'après les informations que je reçois du terrain qu'il y a une entreprise de destruction des symboles de notre culture, de notre appartenance religieuse chrétienne. Il existe une véritable haine envers les chrétiens dans la région. Malgré l'image d'humanité que les Azéris donnent dans la presse, c'est une réalité.

    Êtes-vous d'accord avec les commentateurs qui suggèrent qu'il existe une volonté, de la part de l'Azerbaïdjan et de la Turquie, son allié ethnique, d'éradiquer la présence arménienne chrétienne de la région, comme en 1915 ?

    Parfois, les formulations, les images véhiculées peuvent changer, mais le contenu reste le même. Nous comprenons le but précis, les rêves de ces gens par la cohérence de leurs déclarations et de leur comportement. Fondamentalement, rien n'a changé, nous sommes confrontés au même phénomène qu'en 1915, bien que l'Arménie soit un peuple qui recherche la paix et n'a pas de visées expansionnistes.

    L'Azerbaïdjan a attaqué plusieurs villages arméniens les 13 et 14 septembre, dans le silence étonnant de nombreux médias et dirigeants politiques occidentaux. Vous avez dénoncé ce silence à de nombreuses reprises. Comment expliquez-vous cette inertie internationale, voire cette indifférence, face aux souffrances de votre pays ? Est-ce entièrement dû aux enjeux actuels du pétrole et du gaz, puisque l'Union européenne a décidé d'importer des hydrocarbures azéris pour remplacer à l'avenir le gaz russe ?

    Il y a beaucoup de politique en jeu, beaucoup d'intérêts en jeu. Par conséquent, aucune nation ou puissance mondiale ne s'intéresse au peuple arménien à l'heure actuelle. Je parle souvent avec les dirigeants politiques. Je leur dis ce que j'ai à dire, conformément à mon rôle d'ecclésiastique.

    Il y a des forces qui nous attaquent, qui violent nos frontières ; tout le monde sait ce qui se passe, et pourtant, on les laisse nous détruire.

    Quand je vois cette injustice internationale qui se déroule, et que les chrétiens d'Arménie mais aussi du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie, souffrent dans une totale indifférence, je ne peux raisonnablement pas me taire. Le terme "cinquième colonne" est utilisé pour décrire une force secrète que l'on ne peut pas vraiment identifier. C'est bien une sorte de cinquième colonne qui travaille actuellement à la destruction de ce peuple fidèle.

    Tout cela se passe alors que, partout dans le monde, tous les fondamentaux sont remis en question - la religion, l'appartenance à une patrie, l'identité. ... Les gens ne savent plus qui ils sont, et c'est une partie décisive du problème.

    Quelle est la situation dans le Haut-Karabakh en ce moment ?

    Les choses sont plutôt calmes en ce moment. Mais le danger aux frontières demeure. Lorsque les intérêts de deux peuples [l'Azerbaïdjan et la Turquie] convergent, ils forment naturellement une seule force pour vaincre le troisième, qui entrave leurs intérêts. Ils ne s'arrêteront pas là.

    Quel message souhaitez-vous adresser aux dirigeants du monde occidental ?

    Je veux leur dire de se réveiller. Soyez vraiment justes. Défendez les faibles et donnez-leur une voix. Rendez justice à ceux qui en sont privés. Pensez au-delà des tactiques politiques - pensez aux êtres humains qui souffrent. C'est ce que nous attendons, surtout de l'Europe, qui est notre voisine et qui partage les mêmes racines chrétiennes.

    Solène Tadié est la correspondante pour l'Europe du National Catholic Register. Elle est franco-suisse et a grandi à Paris. Après avoir obtenu un diplôme en journalisme à l'université Roma III, elle a commencé à faire des reportages sur Rome et le Vatican pour Aleteia. Elle a rejoint L'Osservatore Romano en 2015, où elle a successivement travaillé pour la section française et les pages culturelles du quotidien italien. Elle a également collaboré avec plusieurs médias catholiques francophones. Solène est titulaire d'une licence en philosophie de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin, et a récemment traduit en français (pour les Éditions Salvator) Défendre le marché libre : The Moral Case for a Free Economy du Père Robert Sirico de l'Acton Institute.

  • La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe : un rapport de l'ECLJ

    IMPRIMER

    De l'European Centre for Law & Justice :

    LA PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS EX-MUSULMANS EN FRANCE ET EN EUROPE

    Ce rapport, rédigé sur la base d'entretiens individuels, révèle les défis auxquels les ex-musulmans européens convertis sont confrontés lorsqu'ils quittent leur religion. Tous les ex-musulmans subissent des difficultés suite à leur décision de quitter l'islam, mais les difficultés qu'ils rencontrent varient considérablement. Si la majorité d'entre eux sont confrontés à l'ostracisme, certains ont également subi des agressions violentes. Même si la charia n'est pas appliquée en Europe, la présence croissante d'importantes communautés musulmanes dans les grandes villes européennes constitue une menace pour la liberté de religion de ceux qui cherchent à quitter l'islam.

    2022_11_11_09_37_17_Greenshot.png

  • Mgr Eleganti : "Je n'attends rien de bon du synode"

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    D'un évêque suisse : Je n'attends plus rien de bon du prochain synode

    L'évêque Marian Eleganti affirme que les discussions autour du synode sur la synodalité se concentrent sur "les mêmes vieux refrains réchauffés pour la énième fois depuis les années 1970".

    10 novembre 2022

    " Hypocrisie sans bornes ", " confusion ", " instrumentalisation de Dieu " - Mgr Marian Eleganti, ancien évêque auxiliaire de Coire en Suisse, peine à trouver des mots assez durs pour exprimer sa désapprobation sans équivoque du contenu des discussions entourant le synode de 2023 sur la synodalité.

    Dans une récente tribune publiée par le magazine catholique en ligne autrichien Kath.net, Mgr Eleganti s'est livré à une longue critique du prochain Synode qui vient de conclure sa phase diocésaine pour entrer dans la phase continentale, laquelle doit se dérouler jusqu'en mars 2023.

    Figure populaire et emblématique des trois dernières Journées mondiales de la jeunesse à Madrid, au Brésil et à Cracovie, Mgr Eleganti a été l'évêque des jeunes de la Conférence des évêques suisses pour la région germanophone de la Suisse entre 2011 et 2018. Il aurait démissionné en raison de désaccords avec les évêques suisses sur les orientations du Synode mondial des jeunes qui s'est tenu la même année.

    En effet, le franc-parler et les positions orthodoxes de Mgr Eleganti lui ont souvent valu d'être évincé par ses pairs. Le missionnaire bénédictin, qui a été abbé de l'abbaye de Saint Otmarsberg de 1999 à 2009, a également contribué au lancement de la première Rencontre mondiale des familles en Suisse alémanique en 2019.

    "L'Église n'était pas sur la mauvaise voie depuis 2000 ans et nullement dans le besoin d'être éclairée et corrigée par un processus synodal au 21e siècle", écrit Mgr Eleganti dans sa chronique, regrettant qu'au lieu d'aborder la synodalité comme un nouveau modus operandi dans l'Église, la discussion se concentre plutôt sur "tous les mêmes refrains réchauffés pour la énième fois depuis les années 1970" : démocratie, participation, implication dans le pouvoir, femmes dans toutes les fonctions, diaconat ou sacerdoce pour les femmes ; révision de la morale sexuelle concernant les relations extraconjugales, le remariage et l'homosexualité, abandon du centrage sur le prêtre dans la liturgie, etc. "

    Du vieux vin dans de nouvelles bouteilles

    " Les propositions maintes fois avancées sont versées encore et encore dans de nouvelles bouteilles sur lesquelles les étiquettes 'Écoute', 'Inclusivité', 'Accueil', 'Diversité', 'Égalité' sont maintenant collées dans une sorte de campagne de marketing qui vend les nouvelles d'hier comme les dernières nouvelles [...]", a-t-il déclaré. "Ce sont tous des termes qui sonnent bien et qui sont émotionnellement positifs, mais ce sont des phrases vides par rapport à la vérité".

    C'est précisément le type de relation à Dieu que véhiculent ces concepts que l'évêque suisse a remis en cause - celui d'un "amour global qui approuve et bénit tout ce que les gens font parce que tous sont enfants de Dieu", un Dieu qui s'arrête alors à être la "vérité et la justice" qui "excluent l'erreur et le péché."

    Rappelant que les enseignements de l'Église - y compris ceux qui concernent la vie conjugale et la sexualité - sont "immuables parce qu'ils sont vrais", il a affirmé qu'on ne pouvait s'attendre à des changements que dans la communication de la foi, et non dans sa doctrine. "Historiquement, les innovations dans la foi ont toujours été des hérésies qui ont conduit à de nouvelles divisions", a-t-il déclaré.

    "Nous avons oublié que l'Église est une Église 'enseignante' (ecclesia docens), une 'mater et magistra', 'mère et maîtresse' de la vérité, de la morale et de la foi - et non un somnambule que l'esprit du temps prend par la main."

    Pour lui, "parler constamment du Saint-Esprit et le revendiquer pour soi n'est rien d'autre que de la propagande, de l'(auto)tromperie, et fondamentalement une instrumentalisation de Dieu."

    Un résultat prédéterminé

    Un autre aspect central de sa critique est le contexte défavorable à un discernement approprié par le Saint-Esprit, qui est censé être impliqué dans un processus synodal.

    "Ce [processus synodal] n'a rien à voir avec un processus de réforme rempli par l'Esprit", poursuit-il. "Ce n'est rien de plus que la politisation interne à l'Église de ces sujets, en contraste avec le discernement de l'Esprit, qui n'est même pas entrepris à cet égard ou qui a déjà été entrepris et conclu, comme dans le cas du sacerdoce des femmes."

    "Le discernement, cependant, ne semble se produire que parce que les agendas ont été fixés dès le début et doivent maintenant être avancés universellement [...]", a-t-il affirmé.

    Dénonçant une "hypocrisie sans limites", il conclut en disant qu'il n'attend "rien de bon du prochain synode."

    "Je n'ai tout simplement plus confiance. La confusion que les synodes ont déjà instillée depuis 2014 est indubitable et me rend pessimiste quant au discernement de l'Esprit lors de ces événements."

    Solène Tadié est la correspondante pour l'Europe du National Catholic Register. Elle est franco-suisse et a grandi à Paris. Après avoir obtenu un diplôme en journalisme à l'université Roma III, elle a commencé à faire des reportages sur Rome et le Vatican pour Aleteia. Elle a rejoint L'Osservatore Romano en 2015, où elle a successivement travaillé pour la section française et les pages culturelles du quotidien italien. Elle a également collaboré avec plusieurs médias catholiques francophones. Solène est titulaire d'une licence en philosophie de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin, et a récemment traduit en français (pour les Éditions Salvator) Défendre le marché libre : The Moral Case for a Free Economy du Père Robert Sirico de l'Acton Institute.

  • L’Association médicale mondiale reste fermement opposée à l’euthanasie et au suicide médicalement assisté

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    L’Association médicale mondiale renouvelle son refus de l’euthanasie

    8 novembre 2022

    Du 5 au 8 octobre, l’Assemblée générale de l’Association médicale mondiale (AMM) a eu lieu à Berlin. A cette occasion, elle a révisé sa déclaration sur les soins médicaux de fin de vie.

    L’AMM insiste sur le fait que « la phase de fin de vie doit être reconnue et respectée comme une partie importante de la vie de la personne ». La prise en charge doit tenir compte « des aspects physiques, psychologiques, sociaux et spirituels ou existentiels des maladies incurables et des autres affections de la fin de vie ».

    L’association rappelle également qu’elle « reste fermement opposée à l’euthanasie et au suicide médicalement assisté » (cf. Euthanasie : L’Association Médicale Mondiale résiste aux pressions des canadiens et des néerlandais ) et formule des recommandations.

    Préserver la dignité et la liberté

    La déclaration insiste sur l’importance des soins palliatifs. Ils « font partie des soins médicaux de qualité ». Leur objectif « est de préserver la dignité et la liberté du patient en dépit de symptômes éprouvants » rappelle l’AMM.

    « La formation des professionnels de santé devrait comprendre l’enseignement de soins de fin de vie ». En outre, « les gouvernements et les instituts de recherche sont encouragés à investir davantage dans l’élaboration de traitements visant à améliorer les soins de fin de vie ». L’AMM recommande aussi que les associations médicales nationales s’opposent « aux lois ou règlementations qui empêchent indûment les médecins de prodiguer des traitements intensifs et cliniquement fondés des symptômes des patients en fin de vie, conformément aux bonnes pratiques ».

    Ne pas causer intentionnellement la mort

    L’association rappelle son attention à la gestion de la douleur. Elle précise que « les médecins devraient s’assurer que le patient est convenablement traité contre la douleur et l’inconfort (..] afin de s’assurer qu’une souffrance physique ou mentale inutile n’influence pas la prise de décision ».

    Dans certains cas, et en dernier recours, l’AMM accepte qu’une sédation profonde puisse être proposée (cf. La sédation, une aide pour accompagner fin de vie ou un instrument pour y mettre un terme ?). Elle insiste toutefois sur le fait qu’elle « ne doit jamais être utilisée pour causer intentionnellement la mort du patient et doit être réservée aux patients en fin de vie ». Le médecin devra en outre « s’efforcer d’obtenir le consentement éclairé du patient ou, à défaut, de son mandataire de santé ».

    Discuter à tous moments

    L’AMM insiste en outre sur l’information du patient, comme de ses proches. « La communication entre eux et les membres de l’équipe de soins constituent l’un des piliers fondamentaux de la qualité des soins de santé en fin de vie » précise-t-elle.  Les médecins sont ainsi invités à discuter à tous moments avec leurs patients, à les informer sur l’évolution de la maladie comme sur les traitements et possibilités de les soulager. Ces discussions « doivent être renouvelées régulièrement pour tenir compte des éventuels changements de souhaits des patients ».

    Répondre aux besoins du patient

    Afin de connaitre les souhaits des patients, l’AMM les encourage à rédiger des directives anticipées écrites, ou à désigner un représentant.

    L’autonomie des patients doit être respectée. Toutefois, « si un patient fait part de son souhait de mourir ou exprime des pensées suicidaires, le médecin a le devoir d’engager avec lui une discussion ouverte et confidentielle pour comprendre les motifs et raisons de ces pensées » (cf. “La demande de mise en œuvre d’une procédure active d’euthanasie est rarissime”).

    « Des ressources psychologiques, sociales et spirituelles [doivent être] à la disposition des patients et de leurs proches pour les aider à faire face à l’anxiété, à la peur et la tristesse associées à la fin de vie» ajoute l’AMM. L’association recommande aussi qu’un accompagnement au deuil après le décès soit mis en place.

  • Nigeria : un prêtre catholique enlevé, 9 autres personnes kidnappées dans un village attaqué par des bandits

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - Kaduna : un prêtre catholique enlevé, 9 autres personnes kidnappées dans un village attaqué par des bandits

    9 novembre 2022

    Abuja (Agence Fides) - Le Père Abraham Kunat a été enlevé par des hommes armés dans la zone de gouvernement local de Kachia, dans l'état de Kaduna, au nord du Nigeria. L'enlèvement a eu lieu vers minuit hier, 8 novembre, à St Mulumba, Kurmin Sara. Le chancelier de l'archidiocèse de Kaduna, le père Christian Okewu Emmanuel, a déclaré aux médias locaux que le père Kunat est le pasteur de l'église St Bernard, Idon Gida, dans le gouvernement local de Kachia. Le Chancelier a souligné qu'en raison de la situation d'insécurité dans la région, le prêtre enlevé résidait dans la paroisse de St Mulumba, où il a été enlevé.
    Le président de la branche de Kaduna de l'Association chrétienne du Nigeria, le révérend Joseph Hayeb, a confirmé l'enlèvement du prêtre et a déclaré que "nous vivons une situation très triste parce que beaucoup de choses se produisent dans l'État qui ne sont pas signalées", soulignant que beaucoup plus doit être fait pour protéger les citoyens des criminels qui les terrorisent.

    Confirmant les propos du révérend Joseph Hayeb, également dans l'État de Kaduna, un groupe armé a attaqué le "village pétrolier", situé près de la raffinerie de Kaduna. Le groupe armé d'une quinzaine d'hommes armés a pris d'assaut le village dans la nuit du 7 novembre à la recherche de maisons à piller. En s'échappant, ils ont pris neuf personnes en otage. L'un d'eux a ensuite réussi à s'échapper des mains des ravisseurs.

    Le village pétrolier est fréquemment la cible d'attaques de bandits, à tel point que les habitants, des travailleurs employés dans la raffinerie locale venus de tout le Nigeria, réclament depuis longtemps un poste militaire dans le village pour les protéger de nouvelles attaques.

    (LM) (Agence Fides 9/11/2022)

     
  • Le document de travail pour la phase continentale du Synode : un appel à une réforme des structures de l'Eglise qui n'a pas lieu d'être

    IMPRIMER

    De Joan Frawley Desmond sur le National Catholic Register :

    Le document de travail pour la phase continentale du Synode appelle à une réforme des structures de l'Eglise

    ANALYSE DES NOUVELLES : Les canonistes ont réservé un accueil mitigé au texte publié le 27 octobre, certains considérant que son appel à des réformes majeures n'a pas lieu d'être.

    Synod on Synodality logo for the working document for the continental stage.
    7 novembre 2022

    Le Synode sur la synodalité du Vatican a publié un document de travail destiné à établir un cadre pour la deuxième étape, ou " continentale ", du processus mondial de trois ans lancé par le pape François en 2021. Mais l'appel explicite du texte à la transformation des structures de l'Église a suscité la controverse (...).

    Intitulé "Élargissez l'espace de votre tente", le document invite les responsables catholiques à réfléchir aux demandes d'une Église plus inclusive et plus accueillante qui ont été exprimées au cours de la première phase du processus synodal, lorsque les diocèses locaux ont parrainé des enquêtes et des sessions d'écoute. 

    Une partie du texte va cependant beaucoup plus loin. Il appelle explicitement à la transformation de toutes les structures de l'Église par l'incorporation d'un modèle synodal d'écoute et de discernement priant qui aurait un impact sur la gouvernance de l'Église.

    "Toutes les institutions de l'Église, en tant qu'organes pleinement participatifs, sont appelées à examiner comment elles pourraient intégrer l'appel à la synodalité dans la manière dont elles exercent leurs fonctions et leur mission, en renouvelant leurs structures et leurs procédures", indique le texte, appelé de manière informelle le DCS ("Document pour l'étape continentale"), publié le 27 octobre.

    "L'Église doit également donner une forme et une manière synodale de procéder à ses propres institutions et structures, notamment en matière de gouvernance. Le droit canonique devra accompagner ce processus de renouvellement structurel, en créant les changements nécessaires aux dispositions actuellement en place." 

    Les évêques américains contactés pour cette histoire ont déclaré qu'ils n'avaient pas eu suffisamment de temps pour digérer le document de 44 pages et examiner ses ramifications. Ils discuteront probablement du texte lors de leur prochaine réunion à Baltimore, du 14 au 17 novembre, qui est prévue environ six semaines avant le début de l'étape continentale en 2023.

    Lire la suite

  • "Et le Verbe s'est fait idéologie". Au Synode : une Église falsifiée

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    "Et le Verbe s'est fait idéologie". Au Synode, une Église falsifiée

    7-11-2022

    Le document de travail pour le Synode sur la synodalité, présenté le 27 octobre, est une répétition de la formulation typique de l'idéologie pseudo-chrétienne avec laquelle les hiérarchies ecclésiastiques martèlent continuellement les fidèles : inclusion, Église sans portes, rejet de la division entre croyants et non-croyants.

    Le 27 octobre, le cardinal Mario Grech, secrétaire général du Secrétariat général du Synode, a été le premier à prendre la parole lors de la conférence de presse présentant le document de travail pour la phase continentale du Synode, un document résumant les résultats des consultations. En fait, "Élargissez l'espace de votre tente", le titre du document, est la synthèse des synthèses. Les différentes réponses des fidèles ont en effet été envoyées par les diocèses respectifs à la conférence épiscopale compétente, qui a préparé un premier recueil. Ces résumés ont ensuite été envoyés au Secrétariat du Synode, qui, par l'intermédiaire d'un groupe d'"experts", a préparé un autre résumé, c'est-à-dire le document qui a été rendu public. Selon le cardinal Jean-Claude Hollerich, 112 des 115 conférences épiscopales, 15 églises catholiques orientales, 17 dicastères romains, l'Union des supérieurs majeurs et quelques mouvements et associations ont répondu. Rien n'a été dit sur le nombre de catholiques en chair et en os qui ont envoyé des commentaires.

    Le cardinal Grech a exprimé sa surprise et celle du "groupe qui a collaboré à la lecture de la synthèse et à la rédaction du Document" en raison de la "convergence singulière sur de nombreux points de contributions provenant de contextes ecclésiaux et culturels très différents". Mais ce qui est plus suspect que surprenant, c'est l'uniformité expressive, dans un strict "synodalisme", des citations citées. Grech s'avance en reconnaissant que "le Document a été rédigé à partir des synthèses des Conférences épiscopales et non pas directement à partir des contributions des Églises particulières" ; mais en même temps il revendique la fidélité aux contributions originales, excluant catégoriquement la possibilité "que toutes les Conférences épiscopales aient volontairement étouffé la prophétie du Peuple de Dieu", un soupçon qui serait "tout aussi idéologique que de supposer le contraire". Une déclaration qui implique, et peut-être que le Cardinal ne s'en est pas rendu compte, que même l'hypothèse qu'il n'y a pas eu de falsification est idéologique.

    En effet, l'hypothèse la plus probable, si l'on considère les résumés rapportés, est qu'une falsification substantielle et profonde est en cours dans l'Église dans deux directions : de l'institution vers les fidèles (ou au moins une partie d'entre eux), et de ces derniers vers l'institution. Le cardinal Grech l'appelle la "dynamique de restitution" ; en substance, un passage continu : "en écoutant le Peuple de Dieu, chaque évêque pourra vérifier si et dans quelle mesure son Église se reconnaît dans le Document ; les éventuelles observations sur le Document pourront être envoyées par les Églises individuelles aux Conférences épiscopales, qui pourront à leur tour produire une synthèse plus organique, qui contribuera au discernement de l'Assemblée continentale".

    Pourquoi s'agit-il d'un processus de falsification ? Parce que de nombreux membres du peuple de Dieu, en particulier ceux qui sont "engagés", ont été atteints non pas par la prédication de l'Évangile, mais par la formulation typique de l'idéologie pseudo-chrétienne. On renvoie donc à leurs pasteurs les désirs qui ont été en fait préalablement induits par le martelage idéologique des pasteurs eux-mêmes (à quelques exceptions près) et de leurs diverses commissions diocésaines et paroissiales. Les pasteurs ont ensuite envoyé aux bureaux concernés des conférences épiscopales ces réponses, qui ont été convenablement synthétisées, c'est-à-dire mieux amalgamées à l'idéologie ecclésiale dominante. Ainsi reformulés, ils retourneront vers les pasteurs et le peuple, afin qu'ils puissent encore mieux "intérioriser" l'idéologie et sa phraséologie. Et ainsi de suite, dans une dynamique que l'on appelle " dynamique circulaire de prophétie-discernement ", selon précisément un vocabulaire idéologique désormais bien rodé.

    Ce qui émerge, par conséquent, n'est pas du tout le sensus fidei, comme le suggère le document au n. 9, c'est-à-dire le consentement des fidèles, en vertu de la vertu théologale de la foi, infusée en eux au baptême, mais plutôt une consultatio fidelium, menée et rapportée de manière idéologique.

    Voyons concrètement quelques exemples de l'idéologie à l'œuvre, en citant certaines de ces citations qui, selon le document, "tentent de donner une idée de la richesse des matériaux reçus, faisant résonner la voix du Peuple de Dieu de toutes les parties du monde".

    Commençons par une citation de la synthèse proposée par la Conférence des Evêques d'Italie, qui serait l'une des voix appelant à l'inclusion totale dans l'Église : " La maison-Église n'a pas de portes qui se ferment, mais un périmètre qui s'élargit continuellement ". Ou encore, celle de la CE portugaise : "Le monde a besoin d'une 'Église sortante', qui rejette la division entre croyants et non-croyants, qui tourne son regard vers l'humanité et lui offre, plutôt qu'une doctrine ou une stratégie, une expérience de salut, un 'débordement du don' qui répond au cri de l'humanité et de la nature". Ou encore cette formulation alambiquée de la CE argentine : " Il est important de construire un modèle institutionnel synodal comme paradigme ecclésial de déconstruction du pouvoir pyramidal qui favorise la gestion unipersonnelle.

    Face à de telles formulations, il n'y a que deux possibilités : soit les réponses initiales ont été largement déformées pour se conformer à la formulation actuelle de l'église synodale, soit les réponses sont authentiques, mais proviennent de cette infime partie de catholiques engagés (que l'on trouve pourtant - toujours eux - dans tous les conseils pastoraux, conseils diocésains, commissions, etc.) suffisamment idéologisés. Cette " portion élue " qui, pour être clair, soutient l'autorisation de l'avortement, mais enseigne le catéchisme ; est un ministre extraordinaire, mais ne croit pas à la transsubstantiation ; retourne la paroisse pour enlever les cierges de cire et sauver la planète du réchauffement climatique, mais garde au moins 24 degrés dans la maison.

    Un autre aspect omniprésent dans le document est le martèlement de l'inclusivité. Au §13, il est affirmé que " l'Église synodale [...] apprend de l'écoute comment renouveler sa mission évangélisatrice à la lumière des signes des temps, afin de continuer à offrir à l'humanité une manière d'être et de vivre dans laquelle tous peuvent se sentir inclus et protagonistes ". Qui sont les exclus qui doivent être "inclus et protagonistes" ? Qui sont ceux qui ne se sentent pas représentés dans l'Église ? La lecture du § 39 soulève plus que le soupçon qu'il s'agit de personnes qui vivent et pensent d'une manière qui contredit la foi sur des aspects substantiels ; et qui n'ont pas l'intention de changer, mais attendent plutôt un changement de la part de l'Église, afin qu'elle puisse reconnaître comme inspiré par l'Esprit Saint, comme une voix prophétique, ou un signe des temps - selon la phraséologie synodale déjà plus qu'éprouvée - ce qui exprime simplement un sentiment, un désir, un mode de vie qui doit être corrigé et purifié : "Parmi ceux qui demandent un dialogue plus incisif et un espace plus accueillant, nous trouvons également ceux qui, pour diverses raisons, ressentent une tension entre l'appartenance à l'Église et leurs propres relations affectives, comme par exemple : les divorcés remariés, les parents isolés, les personnes vivant dans un mariage polygame, les personnes LGBTQ, etc. " Indication accompagnée d'une citation du résumé idéologiquement correct envoyé par la CE des USA : "Les gens exigent que l'Eglise soit un refuge pour les blessés et les brisés, et non une institution pour les parfaits. Ils veulent que l'Église rencontre les gens là où ils sont, qu'elle marche avec eux plutôt que de les juger, et qu'elle établisse de vraies relations grâce à la bienveillance et à l'authenticité, et non à un sentiment de supériorité".

    Dans la même veine, on trouve les paragraphes consacrés à la question de l'exclusion présumée des femmes de la vie de l'Église : " De nombreuses synthèses [...] demandent à l'Église de poursuivre son discernement sur certaines questions spécifiques : le rôle actif des femmes dans les structures de gouvernance des organismes ecclésiaux, la possibilité pour les femmes ayant une formation adéquate de prêcher dans le cadre paroissial, le diaconat féminin ". Des positions beaucoup plus diversifiées sont exprimées en ce qui concerne l'ordination sacerdotale des femmes, que certaines synthèses souhaitent, tandis que d'autres considèrent qu'il s'agit d'une question fermée " (§ 64). La contribution des instituts de vie consacrée sonne la charge : " Dans les processus de décision et le langage de l'Église, le sexisme est répandu [...]. En conséquence, les femmes sont exclues des rôles importants dans la vie de l'Église et souffrent de discrimination parce qu'elles ne reçoivent pas un salaire équitable pour les tâches et les services qu'elles accomplissent. [...] Dans certaines Eglises, il y a une tendance à exclure les femmes et à confier les tâches ecclésiales aux diacres permanents ; et aussi à sous-évaluer la vie consacrée sans habit".

    Qui sait si la sous-estimation de la vie consacrée sans habit est le principal problème de l'Église aujourd'hui. Il est certainement logique que le document soit silencieux sur ce qui est maintenant sous les yeux des plus aveugles parmi les aveugles : l'apostasie de masse, les liturgies régurgitées, l'effondrement des vocations sacerdotales et religieuses, le mépris de la vie humaine, les familles brisées. Et un pontificat qui est de plus en plus la cause de la désorientation des fidèles.

  • La conférence de presse du pape dans l'avion au retour de Bahrein

    IMPRIMER

    De KTO :

    La video n'est plus accessible.

    Voici la traduction automatique du texte (en italien) figurant sur le site officiel du Vatican :

    PENDANT LE VOL DE RETOUR

    Vol papal - Dimanche 6 novembre 2022

    Pape François

    Bonjour, merci beaucoup pour la compagnie ces jours-ci, pour votre travail. Merci beaucoup. Je suis maintenant disponible pour vos questions. Je vais essayer de répondre à tout ce que je sais ! Merci.

    Matteo Bruni

    Eh bien, Votre Sainteté, la première question est posée par une journaliste bahreïnienne, Fatima Al Najem, de la Bahrain News Agency.

    Fatima Al Najem (Agence de presse du Bahreïn)

    Votre Sainteté, c'est Fatima Al Najem de l'Agence de presse de Bahreïn. Je dois juste dire quelque chose avant de commencer ma question. Vous avez une place très spéciale dans mon cœur, non seulement parce que vous avez visité mon pays mais aussi parce que lorsque vous avez été annoncé comme le Pape du Vatican, c'était mon anniversaire ! J'ai donc une question. Comment évaluez-vous les résultats de votre visite historique au Royaume de Bahreïn et comment trouvez-vous les efforts de Bahreïn pour consolider et promouvoir la coexistence entre toutes les couches de la société, de toutes les religions, sexes et races ?

    Pape François

    C'était, je dirais, un voyage de rencontre. Parce que le but était précisément d'être en dialogue interreligieux avec l'Islam et en dialogue œcuménique avec Bartholomée. Les idées que le Grand Imam d'Al-Azhar a exposées allaient précisément dans ce sens de la recherche de l'unité, l'unité au sein de l'Islam en respectant les nuances, les différences, mais avec l'unité ; l'unité avec les chrétiens et avec les autres religions.

    Et pour entrer dans le dialogue interreligieux ou le dialogue œcuménique, il faut avoir sa propre identité. Vous ne pouvez pas partir d'une identité diffuse. "Je suis islamique", "je suis chrétien", j'ai cette identité et je peux donc parler avec cette identité. Quand on n'a pas d'identité propre, ou qu'elle est un peu " dans l'air ", c'est difficile de dialoguer parce qu'il n'y a pas de va-et-vient, c'est pourquoi c'est important. Et ces deux personnes qui sont venues, le grand imam d'Al-Azhar et le patriarche Bartholomée, ont une grande identité. Et c'est bien.

    Du point de vue islamique, j'ai écouté attentivement les trois discours du Grand Imam et j'ai été frappé par la manière dont il a tant insisté sur le dialogue intra-islamique, entre vous, non pas pour effacer les différences mais pour se comprendre et travailler ensemble, non pas pour être les uns contre les autres. Nous, les chrétiens, avons une histoire de différences assez laide qui nous a conduits à des guerres de religion : les catholiques contre les orthodoxes ou contre les luthériens. Maintenant, grâce à Dieu, après le Conseil, il y a un rapprochement, nous pouvons dialoguer et travailler ensemble et c'est important, témoigner pour faire du bien aux autres. Ensuite, les spécialistes, les théologiens discuteront de choses théologiques, mais nous devons marcher ensemble comme des croyants, comme des amis, comme des frères, en faisant le bien.

    J'ai aussi été frappé par les choses qui ont été dites au Conseil des sages musulmans, sur la création et la protection de la création : c'est une préoccupation commune à tous, musulmans, chrétiens, tout le monde.

    Or, dans le même avion, le secrétaire d'État du Vatican et le grand imam d'Al-Azhar vont de Bahreïn au Caire, ensemble, comme des frères. C'est quelque chose qui est assez émouvant... C'est important, c'est quelque chose qui a bien marché. La présence du patriarche Bartholomée, qui fait autorité dans le domaine œcuménique, a également fait du bien. Nous l'avons vu dans l'acte, dans le service œcuménique que nous avons fait, et aussi dans les mots qu'il a prononcés plus tôt. En résumé, ce fut un voyage de rencontre.

    Lire la suite

  • Le pape à Bahrein : "Il ne suffit pas de dire qu’une religion est pacifique, il faut condamner et désigner les violents"

    IMPRIMER

    De Maximilien Bernard sur Riposte Catholique :

    Il ne suffit pas de dire qu’une religion est pacifique, il faut condamner et désigner les violents

    A l’occasion du « Bahrain Forum for Dialogue: East and West for Human Coexistence », le pape François a déclaré :

  • Bahreïn : 30.000 personnes réunies pour la messe du pape

    IMPRIMER

    Lu sur le site du Figaro :

    À Bahreïn, 30.000 personnes réunies pour la messe du pape

    Ces manifestants, parmi lesquels figurent des militants des droits humains comme Hajar Mansour, ont brandi des pancartes à l'entrée de l'école où se tenait la rencontre lorsqu'ils ont été emmenés par la police avant d'être relâchés environ une heure plus tard, a précisé M. Alwadaei. Le pape, qui n'a pas été en contact direct avec eux à ce moment-là, a été reçu avec des danses et des fleurs à l'école du Sacré-Cœur de Manama, où il a appelé les jeunes à «dialoguer».

    «Papamobile»

    Depuis la révolte de 2011, dans le sillage des Printemps arabes, Bahreïn est régulièrement accusé par les ONG et des institutions internationales de mener une répression féroce contre les dissidents politiques, en particulier ceux de la communauté chiite, dans un pays dirigé par une dynastie sunnite. Le gouvernement assure de son côté ne pas tolérer «la discrimination» et avoir mis en place des mécanismes de protection des droits humains.

    Samedi matin, quelque 30.000 personnes de 111 nationalités, selon les autorités, se sont réunies au stade national de Bahreïn à Riffa, la plus grande enceinte du pays, au sud de Manama, pour assister à la messe du pape. Ce dernier a salué la foule à bord de sa «Papamobile», embrassant et bénissant des bébés sur son passage avant de prononcer une homélie en espagnol.

    Marguerite Heida, 63 ans, s'est dite «chanceuse» d'assister au «plus grand événement de l'année». «Les gens vont généralement en Italie pour voir le pape et n'y arrivent pas toujours. Je l'ai vu hier à l'église et je le verrai aujourd'hui. J'ai aussi pu lui serrer la main et obtenir sa bénédiction», a confié cette chrétienne de Bahreïn. Le royaume, qui a formalisé ses relations diplomatiques avec le Saint-Siège en 2000, compte quelque 80.000 catholiques selon le Vatican, principalement des travailleurs asiatiques.