Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 8

  • "Les jurés du prix Nobel de littérature ont préféré l’idolâtrie du sexe à la lucidité"

    IMPRIMER

    Une tribune de Henri Quantin parue sur le site Aleteia.org :

    Nobel de littérature : Annie Ernaux versus Michel Houellebecq

    Avec leurs perpétuelles polémiques sur la surreprésentation des mâles dans les palmarès, la seule chose qu’ont réussi les féministes est de faire soupçonner un choix idéologique chaque fois qu’une femme est récompensée par un prix autre que celui de Miss seins nus. En 1928, quand Sigrid Undset obtint le prix Nobel de littérature, personne ne pensa que le jury s’était cru obligé de choisir une femme, encore moins que cela couronnait la conversion de la romancière norvégienne au catholicisme en 1924. Le jury récompensait une grande œuvre, voilà tout.

    Avec le prix Nobel d’Annie Ernaux, le doute est permis, tant ses livres, sans exception, sont un hommage à ce que l’idéologie ambiante vante à flots continus, à commencer par les bienfaits supposés de la « libération des femmes ». « Après Simone Veil au Panthéon, remarque une jeune lectrice peu convaincue par le roman L’Événement, ça devait arriver… L’avortement est un bon pourvoyeur d’héroïnes nationales. » Les supporters déçus de l’échec de Houellebecq ont eu beau jeu de dire que le sexe de leur poulain était un handicap insurmontable.

  • Neuf mille personnes ont assisté au Congrès mondial des familles 2022

    IMPRIMER

    D'IFamNews.com :

    Le Congrès mondial des familles bat un record de participation

    Près de neuf mille personnes ont assisté au Congrès mondial des familles 2022, ce qui est considérablement remarquable, battant un record des éditions précédentes.

    9 octobre 2022  

    Cardinal Gerhard Ludwig Müller & Princesse Gloria von Thurn und Taxis - WCF XIV Mexico

    Près de neuf mille personnes ont assisté au Congrès mondial des familles 2022, ce qui est considérablement remarquable, battant le record des précédents congrès, qui en rassemblaient quatre mille, a célébré Allan Carlson, président émérite du Howard Center for the Family.

    Mr Carlson a déploré que dans l’opinion publique et dans les médias, la famille soit souvent considérée comme démodée dans un monde nouveau.

    Selon les archives officielles du comité d’organisation, plus de 5 500 participants se sont réunis pour écouter, être éclairés et apprendre des présentations de spécialistes et d’experts dans le domaine de l’institution de la famille.

    Le 14e Congrès mondial des familles est un événement interculturel et interreligieux qui s’est déroulé du 30 septembre au 2 octobre à l’Expo Santa Fe à Mexico. Il s’agit des Jeux olympiques, qui se déroulent de temps à autre, entre les institutions et les organisations qui défendent et promeuvent l’institution de la famille à travers diverses activités, telles que décrites par les organisateurs.

    Le premier panel de communications, intitulé “Familles fortes, sociétés durables”, a réuni des personnalités telles que Jim Daly, Elder Wilford W. Andersen, Valerie Huber, la princesse Gloria Von Thurn und Taxis et le cardinal Gerhard Ludwig Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

    “Cette énergie fait partie de l’expérience que nous voulions simplement que les gens vivent, d’autant plus après plus de deux ans d’enfermement, de vivre un événement de cette ampleur dans lequel nous ne gardons plus de distance sociale, de pouvoir vraiment nous embrasser, nous sommes vraiment très excités”, a déclaré Fernando Milanés.

    “Bien sûr, il est important de défendre les animaux – j’aime beaucoup les animaux – bien sûr, il est important de défendre la planète, les forêts, bien sûr, bien sûr, mais pour défendre la famille humaine, il est difficile de trouver une cause plus importante et plus grande et en même temps plus proche et plus simple”, a ajouté Juan Manuel Cotelo, réalisateur et cinéaste espagnol.

    Princesse Gloria von Thurn und Taxis

    En outre, il considère que la sous-évaluation des familles est due au discrédit de deux mots : service et sacrifice. “Il semble que servir soit, non, nous ne voulons pas servir, nous voulons être servis. Si vous dynamitez le mot service, vous dynamitez n’importe quelle famille… D’autre part, un autre mot qui a été discrédité est sacrifice, si cela vous coûte beaucoup d’efforts, cela ne vaut pas la peine pour moi”.

    La première journée du Congrès mondial des familles 2022 se terminera par un concert musical des chanteurs Emmanuel et Mijares, qui s’expriment ouvertement en faveur de la promotion des valeurs de la famille et de la société.

  • Plus d'un million de Mexicains ont défilé pour la Vie

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Mexique : Plus d'un million de participants aux marches de la vie

    11 octobre 2022

    Marche pour la vie : Une large alliance avec la participation de l'Eglise avait appelé à des manifestations nationales "pour les femmes, la protection de la vie et la paix" - plus de 200 000 participants rien qu'à Mexico

    Mexico (kath.net/KAP) Au cours du week-end, plus d'un million de personnes ont participé à des marches de démonstration dans tout le Mexique "pour les femmes, pour la protection de la vie humaine et pour la paix au Mexique" (photo). L'alliance civile « Mujer y vida » (« La femme et la vie »), qui est soutenue par l'Église catholique et plus d'un millier d'autres organisations, avait appelé à la deuxième action nationale de ce type, a rapporté le portail ACI Prensa (dimanche). La revendication commune était de répondre aux besoins des femmes enceintes et de respecter la vie de tous dans toutes les phases.

    Selon les rapports, plus de 200 000 personnes sont venues à la marche de protestation centrale dans la capitale, Mexico. Les revendications lues devant le monument « Ange de l'Indépendance » allaient de la création de lois protectrices pour les femmes en situation précaire à la « protection de tout être humain avant et après la naissance sans aucune discrimination fondée sur le niveau de développement, l'état de santé ou pour d'autres raisons" à la Promotion des familles et des mesures pour "rétablir la confiance dans le pays et contribuer ainsi à la paix sociale".

    De grandes manifestations pro-vie ont également eu lieu dans 57 autres villes de 29 États mexicains, dont Guadalajara avec 50 000 participants, selon le portail informador.mx. La fin de la marche a été la "Glorieta de los Desaparecidos" ("Roundabout of the Disappeared"), où les autorités ont été rappelées à plus de sécurité pour les citoyens mexicains. Dans un manifeste, les participants se sont engagés à renforcer l'aide aux femmes enceintes, la liberté de conscience pour les professionnels de la santé, les mesures contre la violence domestique et la lutte contre la pédopornographie et la traite des enfants.

    Un certain nombre d'évêques avaient appelé à participer à des sermons et à des entretiens au préalable, tout comme le portail "Desde la Fe", qui est le porte-parole officieux de l'église. Avant tout, les manifestations visaient à faire prendre conscience de la nécessité d'une "protection holistique des femmes", a-t-il déclaré : "Contre la vague de violence du crime organisé, l'échec des relations qui laissent souvent les femmes seules avec leurs enfants, l'idéologie dirigée contre la féminité et contre cette mentalité de jetable qui pousse une femme enceinte à se débarrasser de son enfant avant la naissance si elle ne trouve pas le moyen de le mener à terme ».

    Les marches, dont les participants sont apparus vêtus de blanc avec des foulards bleu clair, ont également fait référence à la vague de violence en cours au Mexique. "C'est effrayant de voir à quel point nous nous sommes habitués à entendre parler chaque jour d'actes de violence quelque part dans notre pays bien-aimé. Nous devons nous demander quelle est leur origine", a déclaré Desde la Fe, qui a également figuré au début des rondes de discussion en paroisses à ce sujet a fait l'objet d'un appel. Au cours des derniers mois, les évêques du Mexique ont appelé à plusieurs reprises au dialogue et à des initiatives de paix.

    Sous le gouvernement du président Andres Manuel Lopez Obrador, qui a débuté en 2018, les dispositions pénales relatives à l'avortement ont été abrogées dans onze des 32 États. Dans la capitale, Mexico, l'avortement est autorisé depuis 2007, et dans les autres régions, l'avortement a jusqu'à présent été interdit à quelques exceptions près.

  • Liège : les Jeunes musiciens du Judd School (Kent, UK) vous invitent à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132 à Liège) le samedi 22 octobre 2022 à 17h00. Entrée libre.

    IMPRIMER

    Liège

    EGLISE DU SAINT-SACREMENT

    Boulevard d’Avroy, 132 à Liège

    Un concert pour toutes les familles, le samedi 22 octobre 2022 à 17 heures:

    Musique classique et chorale par les jeunes musiciens de la Judd School du Kent (U.K.)

    Oeuvres de Bach, Vaughan, Williams, Poulenc, Strauss

     Entrée libre 

    Plus de renseignements :

    sursumcorda@skynet.be  Tel 04 344 10 89 •

    The Judd Liege 39f4d0d2-35b5-4e12-af9c-401a4ee32c4d.jpeg

    stsd.jpg

  • Australie : les chrétiens exclus de la sphère publique ?

    IMPRIMER

    De AC Wimmer sur Catholic News Agency :

    Les chrétiens exclus des sports australiens ? Les évêques tirent la sonnette d'alarme après la démission d'un dirigeant.

    7 oct. 2022

    Deux archevêques australiens ont mis en garde contre l'exclusion des chrétiens de la sphère publique après la démission d'un dirigeant de club de football parce que sa communauté ecclésiale est pro-vie et enseigne que la pratique de l'homosexualité est un péché. 

    Un jour après avoir été nommé directeur général des Essendon Bombers, un club de football australien de Melbourne, Andrew Thorburn a démissionné de son poste à la suite d'une réaction publique négative.

    L'homme de 57 ans est président de l'église City on a Hill, qui est affiliée au diocèse anglican de Melbourne.

    Le Premier ministre de l'État de Victoria, Daniel Andrews, du Parti travailliste australien, s'est joint aux critiques, condamnant la position de l'Eglise sur les actes homosexuels et l'avortement comme "absolument épouvantable".

    Selon un rapport du Sydney Morning Herald, le président d'Essendon, David Barham, a demandé à Thorburn de choisir entre son poste de PDG et sa présidence de l'église.

    Thorburn a choisi son église.

    Après sa démission, M. Thorburn a déclaré : "Il est devenu clair pour moi que ma foi chrétienne personnelle n'est pas tolérée ou autorisée sur la place publique, du moins par certains et peut-être par beaucoup."

    Dans une déclaration publiée mercredi, l'archevêque Peter Comensoli de Melbourne a déclaré : "Cette situation envoie un message effrayant aux croyants ordinaires, ... qu'on ne peut pas leur faire confiance pour exercer un leadership et un service dans la communauté. Je leur offre un mot d'encouragement."

    "Mais franchement, si Essendon ne peut pas être inclusif et juste envers les supporters qui ont une foi religieuse, il est peut-être temps de trouver un nouveau club", a-t-il ajouté.

    Dans l'État de Victoria, où le football australien est tout simplement "le foot" et jouit d'une dévotion fervente et d'une réputation égalitaire et inclusive, les mots de l'archevêque ont renforcé son point central : "Ce fut un moment de polarisation et de division. Il n'a pas été question de respecter la diversité".

    M. Comensoli a ajouté que ses pensées allaient aux "familles qui ont longtemps soutenu leur club et qui se demandent maintenant si leurs croyances sont acceptables pour les dirigeants du club auquel ils appartiennent ou qu'ils parrainent".

    La démission de Thorburn n'est pas la première fois que le sport, autrefois "grand unificateur de l'Australie, nous donne des exemples croissants de marginalisation intolérante et mesquine des chrétiens", a déclaré l'archevêque Anthony Fisher de Sydney dans une déclaration le 6 octobre.

    M. Fisher a mentionné les cas du joueur de rugby Israel Folau et des "sept de Manly", deux exemples récents dans lesquels un autre code de football a été mêlé à une controverse publique sur les attitudes envers les LGBT.

    Le respect et l'égalité, les "vertus" de notre époque, ne cessent de démontrer qu'il s'agit d'une voie à sens unique", a déclaré M. Fisher.

    "Toute organisation qui prône la tolérance, l'inclusion et la diversité tout en excluant des personnes en raison de leurs croyances religieuses doit se poser de sérieuses questions."

    "Les personnes croyantes continuent à apporter tant à notre pays dans le sport, la santé, l'éducation et la protection sociale, dans la vie professionnelle et politique, dans les familles et les communautés religieuses. Ils méritent eux aussi d'être inclus, non pas comme des parias mais comme des participants", a déclaré Fisher.

    Le christianisme est la religion la plus répandue en Australie, avec 43,9 % de la population s'identifiant comme chrétienne et 20 % comme catholique lors du recensement officiel du pays en 2021.

  • Comment les visites papales évoluent

    IMPRIMER

    De Stefano Chiappalone sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    L'évolution des visites papales

    8-10-2022

    Le voyage apostolique du pape François au Bahreïn, qui vient d'être annoncé, semble faire écho à celui effectué récemment au Kazakhstan. Au centre, le dialogue et la coexistence, le pontife assumant le rôle d'orateur lors de conférences d'où, par ailleurs, le risque de faire passer (au-delà des intentions) un message relativiste plutôt qu'apostolique.

    Deux voyages en l'espace de quelques mois réunis par un même fil conducteur : le dialogue. En septembre, le pontife s'était rendu au Kazakhstan pour l'ouverture du "VIIe Congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles". Jeudi, un nouveau voyage apostolique a été annoncé qui se déroulera du 3 au 6 novembre à Bahreïn à l'occasion du "Forum de Bahreïn pour le dialogue : Orient et Occident pour la coexistence humaine". Le thème et l'événement principal des deux voyages marquent quelques différences par rapport à la moyenne des voyages apostoliques, qui ont généralement - comme leur nom l'indique - un objectif, précisément, apostolique : où qu'il aille, le Pape va remplir son mandat de " proclamer l'Évangile à toute créature " (Mc 16,15) et - tâche spécifique du successeur de Pierre - de " confirmer les frères dans la foi " (Lc 22,32).

    Une tâche encore facilitée par les vols de l'époque contemporaine, qui ont vu de plus en plus de papes monter à bord d'avions, à commencer par le pèlerinage de saint Paul VI en 1964 en Terre Sainte, là où tout a commencé. Le pape Luciani n'a pas eu le temps, mais son successeur, comme on le sait, était un voyageur infatigable, certainement favorisé par l'âge relativement jeune - 58 ans - auquel il a été élu au trône de Pierre. Au cours des premières années de son pontificat, le pontife "volant" a suscité l'étonnement des uns et l'ironie des autres, qui l'ont surnommé "Jean-Paul hors les murs". Et bien qu'élus à un âge plus avancé, Benoît et François ont tous deux continué à prendre des avions. En outre, qu'il visite des pays chrétiens ou non, des parlements et des sièges institutionnels (par exemple, l'ONU ou le Parlement européen), le pape s'y rend... en tant que pape. Il est quelque peu inhabituel qu'il se rende à une conférence en tant qu'orateur, même s'il s'agit d'un orateur principal.

    Certains voyages récents du pape François semblent toutefois s'inscrire dans un rôle différent, avec des objectifs différents. Par exemple à Assise, où il s'est rendu le 24 septembre pour l'événement Économie de François (on ne sait pas s'il s'agit du saint d'Assise ou du Saint-Père ou des deux), centré sur la lecture et la signature d'un Pacte économique pour les jeunes avec le pape, inspiré surtout de l'encyclique Laudato si' et des mots-clés habituels sur le travail décent, la lutte contre la pollution, non à la culture du gaspillage, etc. Une visite inhabituelle pour un pontife, car le thème de l'économie n'était pas seulement prédominant, mais unique. Un moment de prière était totalement absent du programme.

    Les voyages au Kazakhstan et au Bahreïn sont explicitement inspirés de l'"agenda" d'Abu Dhabi. Dans les deux cas, il y a une référence immédiate au document " sur la fraternité humaine pour la paix et la coexistence commune ", signé par François et le Grand Imam en 2019. " La visite du pape à Bahreïn est une continuation du chemin déjà entamé à Abu Dhabi ", a déclaré Mgr Paul Hinder, ancien vicaire apostolique d'Arabie du Sud. Un document qui n'est cependant pas sans controverse, notamment pour le passage sur la pluralité des religions, fruit d'une "sage volonté divine".

    Au cours des trois jours passés à Bahreïn, trois événements seront consacrés à la petite communauté catholique : la messe du samedi matin (pas la messe festive, que le pape célébrera évidemment en privé), la rencontre avec les jeunes dans l'après-midi et une réunion de prière avec les évêques, les séminaristes et les agents pastoraux le dimanche. Le vendredi soir, une "voie moyenne", à savoir la réunion de prière œcuménique dans la cathédrale. La participation au "Forum de dialogue" sera donc au cœur du voyage apostolique, comme en témoigne le programme, en plus des rencontres avec les autorités politiques et le Grand Imam.

    Dans ce cas, il semble plutôt que la minorité catholique sera en marge des événements centraux que constituent le congrès et les diverses réunions "extra-catholiques". Certes, la gaffe de la " double visite " à Caserte en juillet 2014, initialement prévue uniquement pour une rencontre " privée " avec le pasteur protestant Giovanni Traettino et sa communauté, ne s'est pas répétée, pour découvrir qu'à Caserte il y a aussi... des catholiques ! Qui, à juste titre, ne comprenaient pas pourquoi le Pape se rendait dans leur ville sans les visiter, et c'est ainsi qu'il dut se rendre deux fois en quelques jours au même endroit, le samedi 26 et le lundi 28, pour visiter les deux confessions, celle de son ami pasteur et celle dont il est lui-même le chef visible.

    Il y a un dernier aspect qui permet de comprendre l'importance accordée à ces voyages (récents et prévus). Enraciné dans son aetate, mais surtout en raison de ses difficultés de marche, le Saint-Père a dû progressivement "alléger la charge" : par exemple, il a renoncé à son voyage au Congo en juillet dernier, et même à Saint-Pierre, il se limite généralement à présider les fonctions, sans pouvoir les célébrer entièrement. Par conséquent, assister à ces conférences malgré les difficultés est évidemment considéré comme une priorité : et il est alors permis de soulever une certaine perplexité respectueuse, pro opportunitate, sur le risque inhérent à ce type d'événement, à savoir que - comme cela s'est déjà produit et indépendamment des intentions - la grande majorité finisse par voir le dialogue sans mission et ne comprenne qu'une seule chose : qu'en fin de compte une religion vaut l'autre.

  • ONU : un "retour de bâton" contre le droit à l'avortement ?

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini, J.D. sur C-Fam News :

    Les bureaucrates de l'ONU prétendent qu'il y a un "retour de bâton" contre le droit à l'avortement

    NEW YORK, 7 octobre (C-Fam) À l'Assemblée générale cette semaine, de hauts fonctionnaires de l'ONU et des experts en droits de l'homme ont critiqué ce qu'ils considèrent comme un " retour de bâton " contre l'avortement et l'idéologie du genre.

    Åsa Regnér, directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes, a déclaré : "Des forces qui s'aggravent menacent de réduire à néant des décennies de progrès." Regnér et d'autres fonctionnaires de l'ONU et experts en droits ont rencontré des diplomates pour discuter des questions touchant les femmes dans la politique sociale de l'Assemblée générale, la première réunion de ce type à se dérouler entièrement en présentiel depuis la pandémie de COVID-19.

    Mme Regnér a présenté à la commission le rapport de son agence sur la manière dont les gouvernements mettent en œuvre l'objectif d'égalité des sexes dans les Objectifs de développement durable. Son rapport inclut le statut juridique de l'avortement comme mesure des progrès en matière d'égalité des sexes. Ce point a été très controversé, car l'avortement ne faisait pas partie des objectifs de développement durable à l'origine.

    Mme Regnér n'a pas été la seule bureaucrate de l'ONU à revendiquer l'avortement comme un droit et à se plaindre de la supposée réaction négative.

    Gladys Acosta Vargas, présidente du comité qui suit la mise en œuvre du traité de l'ONU sur les questions relatives aux femmes, s'est plainte que le droit à l'avortement ait été "supprimé dans certains [pays]". Elle a déclaré que son comité était "dans l'œil du cyclone" lorsqu'il s'agissait de promouvoir l'idéologie du genre et l'avortement.

    La présidente du groupe de travail des Nations unies sur la discrimination à l'égard des femmes et des filles, Dorothy Estrada-Tanck, a été encore plus explicite en appelant les pays à "constitutionnaliser" l'avortement comme un "droit fondamental" dans leurs constitutions nationales.

    Plusieurs pays occidentaux pro-avortement ont souligné leur volonté de promouvoir l'avortement et les questions relatives aux homosexuels et aux transsexuels dans les résolutions de l'ONU par le biais de termes tels que santé et droits sexuels et reproductifs.

    La déléguée du Royaume-Uni a déclaré que la promotion de la santé et des droits sexuels et reproductifs était une "priorité absolue" pour son pays. Elle a souligné "l'importance cruciale de l'avortement sans risque", appelant les pays à aligner leurs lois sur les directives de l'Organisation mondiale de la santé.

    Un représentant de l'Union européenne a déclaré avec insistance qu'ils allaient promouvoir "la santé et les droits sexuels et reproductifs", y compris les questions relatives aux homosexuels et aux transsexuels.

    Un délégué belge a attaqué les religions et les cultures qui n'acceptent pas l'avortement et l'idéologie du genre comme des "idéologies de base."

    Jusqu'à présent, le débat au sein de la troisième commission a été unilatéral, les pays pro-avortement et pro-LGBT déclarant leur intention de promouvoir ces politiques sociales controversées. Les pays traditionnels ne s'engagent généralement pas dans des polémiques lors de débats ouverts. Ils garderont probablement leurs déclarations pour le moment où les résolutions seront négociées à huis clos et où elles seront finalement adoptées par l'Assemblée générale dans son ensemble, en décembre.

    La commission, qui s'occupe des questions sociales, négociera une douzaine de résolutions liées aux questions féminines où l'avortement et les questions homosexuelles sont débattues chaque année. Pour la plupart des délégués, ce sera la première fois qu'ils se réuniront en personne pour négocier une résolution de l'ONU. La décision de la Cour suprême des États-Unis qui a annulé l'arrêt Roe v. Wade, la décision qui avait établi le droit à l'avortement en vertu de la Constitution américaine en 1973, est toujours présente dans l'esprit de tous.

  • INDE, Karnataka : la loi empêchant la libre conversion religieuse est "contraire à la Constitution et à la dignité humaine"

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - La loi empêchant la libre conversion religieuse au Karnataka est "contraire à la Constitution et à la dignité humaine"

    5 octobre 2022

    Bangalore (Agence Fides) - Le récent projet de loi qui vise à réglementer les conversions religieuses dans l'État indien du Karnataka - un État du sud-ouest de l'Inde comptant plus de 64 millions d'habitants - est contraire à la Constitution, viole la dignité humaine, la liberté de conscience et la liberté religieuse : c'est ce que déclare à l'Agence Fides le Père Irudhaya Jothi, un jésuite engagé dans les œuvres et les services sociaux de l'État.

    La législation que la Chambre haute de l'État du Karnataka (le "Conseil législatif du Karnataka", dans le système bicaméral) a finalement adoptée - après approbation par la Chambre basse en décembre 2021 - "est une loi draconienne est injustifiée", observe le religieux. "Son objectif est d'effrayer les chrétiens et les membres d'autres communautés, afin de renforcer le soutien aux partis nationalistes hindous", affirme-t-il. Les clauses actuelles du projet de loi", rapporte le jésuite, "peuvent être utilisées à mauvais escient pour décourager les communautés pauvres et opprimées, en particulier les Dalit (groupes intouchables et marginalisés) et les communautés tribales, d'accéder à l'éducation, à l'emploi et aux programmes de protection sociale".

    M. Zacharias, ancien secrétaire du Bureau pour les Dalits de la Conférence épiscopale indienne (CBCI) est d'accord : " La Constitution de l'Inde, rappelle-t-il à Fides, consacre le droit fondamental d'une personne à professer, pratiquer et propager toute religion choisie en conscience ". La promulgation de la loi anti-conversion est contraire à la Constitution indienne et doit être contestée devant une cour de justice".

    "La procédure de conversion d'une foi à une autre, note-t-il, est si lourde et bureaucratique qu'il est presque impossible de finaliser une conversion religieuse. En particulier, tous les Dalits qui souhaitent se convertir au christianisme seront gênés, note-t-il, "uniquement pour des raisons politiques"

    Le "projet de loi sur le droit à la liberté de religion au Karnataka" a été adopté par la Chambre basse du Karnataka le 23 décembre 2021, mais n'a ensuite pas été présenté à la Chambre haute car le "Bharatiya Janata Party" (BJP), la formation nationaliste hindoue qui en était le promoteur, n'avait pas la majorité dans cette chambre à l'époque. En 2022, grâce à des séances de vote administratif, le BJP a également obtenu la majorité à la Chambre haute, avec 41 membres sur 75. Le 15 septembre, le projet de loi a été introduit par le BJP et adopté.

    "La Cour suprême a dit que la liberté de religion n'autorise pas les conversions forcées. La liberté de se convertir existe, mais pas sous la contrainte et l'incitation", a déclaré Araga Jnanendra, ministre de l'Intérieur de Karantaka, en présentant le projet de loi le 15 septembre et en justifiant la législation

    "La conversion religieuse doit être réglementée : telle est l'intention du projet de loi. Nous ne voulons pas priver qui que ce soit d'un droit, ni violer l'article 25 de la Constitution [qui garantit le droit de pratiquer et de propager une religion, ndlr]", a déclaré le Premier ministre du Karnataka, Basavaraj Bommai, expliquant l'objectif de la lo: "Nous voulons maintenir l'ordre public et prévenir les conflits religieux".

    L'écrivain et journaliste catholique John Dayal a commenté à Fides : "Ce n'est pas la façon de prévenir les conflits. En fait, la loi viole l'État de droit et la liberté de religion. Rappelons que l'Inde est une république démocratique qui a toujours sanctionné et protégé les droits fondamentaux de la personne, y compris la liberté de professer, de pratiquer et de propager sa religion".

    Selon le projet de loi, "nul ne peut convertir ou tenter de convertir, directement ou indirectement, une autre personne d'une religion à une autre par de fausses déclarations, la force, une influence indue, la coercition, l'incitation ou tout autre moyen frauduleux, ni par le mariage ; nul ne peut encourager ou organiser la conversion religieuse d'autres personnes".

    En cas de violation, une peine de prison de trois à cinq ans et une amende de 25 000 roupies indiennes (307 USD) sont prévues, tandis que la peine de prison s'élève à 10 ans et l'amende à 50 000 roupies (614 USD) pour ceux qui convertissent des mineurs, des femmes et des personnes issues des communautés "Scheduled Castes et Scheduled Tribes", considérées comme des groupes marginalisés et vulnérables

    Selon la procédure envisagée, si une personne a l'intention de changer de foi, le ministre du culte doit en informer le magistrat, qui l'annoncera publiquement sur un panneau d'affichage, en attendant les éventuelles objections qui, le cas échéant, seront examinées et étudiées. Par la suite, si aucune question n'a été soulevée, la personne concernée sera convoquée par le magistrat pour vérifier son identité et confirmer le contenu de la déclaration. En outre, une "plainte pour conversion forcée" peut être déposée au tribunal par les membres de la famille, les proches ou les amis d'une personne qui prétend avoir changé de croyance.

    La pratique consistant à proposer des règlements dans les différents États indiens afin de réglementer ou de limiter la conversion religieuse a été mise en place depuis quelques années dans la Fédération indienne, par le parti nationaliste Bharatiya Janata Party. Plusieurs États du nord, de l'ouest et de l'est de l'Inde, comme l'Uttar Pradesh, l'Himachal Pradesh, le Gujarat, le Chhattisgarh, l'Odisha, le Madhya Pradesh, l'Arunachal Pradesh, l'Uttarakhand et le Jharkhand, ont adopté des lois restreignant les conversions religieuses. Le Karnataka, dans le sud de l'Inde, est le dernier à avoir promulgué une telle loi. Les chrétiens indiens se sont toujours opposés à de telles mesures et, dans certains cas, ont déposé des recours judiciaires.

    (PA-SD) (Agence Fides 5/10/2022)

     
  • Afrique : un conflit majeur passé sous silence

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/ETHIOPIE - La guerre mondiale de l'Afrique dans un black-out médiatique total

    4 octobre 2022

    Addis Abeba (Agence Fides) - L'Éthiopie est en train de devenir la guerre mondiale de l'Afrique, avec des dizaines de milliers de morts au cours des derniers mois, potentiellement non signalés, alors que les rebelles du Tigré combattent une coalition d'armées et de milices dans un black-out médiatique total. Aucun rapport sur le conflit après que le gouvernement éthiopien a coupé les lignes téléphoniques et Internet dans la région du Tigré et a presque complètement bloqué l'accès aux médias pour cacher l'étendue des combats. La plupart des communications avec le monde extérieur doivent désormais se faire par téléphone satellite.

    La violence est d'une ampleur sans précédent, même après deux ans de combats. Alors que le conflit s'intensifie dans la région nord du pays, les experts le décrivent comme la "guerre la plus meurtrière du monde".

    "C'est la nouvelle Grande Guerre de l'Afrique", a déclaré Cameron Hudson, analyste et ancien responsable des affaires africaines pour le Conseil national de sécurité des États-Unis. "Après les événements survenus au Congo il y a 25 ans, où pas moins de six pays africains ont engagé des troupes dans un combat qui a fini par tuer plus de cinq millions de personnes, l'Éthiopie est en passe de devenir la prochaine guerre mondiale de l'Afrique", ajoute l'analyste.

    La dernière offensive de masse s'inscrit dans le cadre d'une guerre civile sanglante qui a éclaté dans la partie nord de la deuxième nation la plus peuplée d'Afrique à la fin de 2020, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a attaqué un gouvernement local dissident dans la région du Tigré (voir Fides 6/11/2020). Les forces fédérales, les milices ethniques et les soldats érythréens ont uni leurs forces pour combattre les rebelles qui semblaient initialement avoir été anéantis. Au milieu de l'année 2021, les guérilleros ont repris de grandes parties de la région lors d'une contre-offensive extraordinaire. Les forces érythréennes se sont retirées l'année dernière et les forces tigrinya ont poussé vers la capitale éthiopienne. Pendant un moment, on a cru qu'Addis-Abeba allait tomber. Cependant, un afflux de drones en provenance de Turquie et des Émirats arabes unis a fait reculer les rebelles. Selon des sources militaires, un cessez-le-feu de plusieurs mois a offert un répit aux millions de personnes en grande détresse et le conflit a disparu de l'agenda mondial. Mais aujourd'hui, la guerre à grande échelle déchire à nouveau la région. Selon les experts, ce conflit massif implique de nombreux acteurs de toute la région dans une situation explosive qui pourrait enflammer la Corne de l'Afrique. "Il est confirmé que des forces, volontaires ou non, combattent dans ce conflit à partir des États voisins que sont l'Érythrée, la Somalie et le Soudan, et il y a maintenant des indications croissantes que des forces du Tchad, du Niger et de la Libye pourraient également jouer un rôle", a déclaré M. Hudson.

    (4/10/2022 Agence Fides)

  • Quand François dévoile le fond de sa pensée sur l'Ukraine et d'autres choses

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Sur l’Ukraine et le reste. Quand François dévoile le fond de sa pensée

    Dimanche 2 octobre, pendant l’Angélus, le Pape François a fait un saut de qualité en parlant de la guerre en Ukraine, par rapport à tout ce qu’il avait déjà dit auparavant.

    Il l’a décrite comme étant totalement et uniquement une agression de la part de la Russie, en appelant ses atrocités par leur nom. Il n’a pas eu un seul mot de critique sur la résistance armée de l’Ukraine. Mais surtout, il a demandé « avant tout au président de la Fédération de Russie » un cessez-le-feu et le lancement de négociations ouvertes « des propositions de paix sérieuses », consistant en « des solutions non pas imposées par la force mais concertées, justes et stables », dans le respect de « la valeur de la vie humaine », de la « souveraineté et de l’intégrité territoriale » et des « droits des minorités ».

    Et cette fois, le Pape s’est abstenu de parler de la thèse qui affirme qu’il s’agirait en réalité d’une guerre par procuration provoquée et combattue par l’Occident contre la Russie, contrairement à ce qu’il avait soutenu lors de ses interventions précédentes.

    Mais jusqu’à quel point le Pape François a-t-il changé son avis personnel sur la guerre en Ukraine, un avis cette fois certainement recadré par la Secrétairerie d’État, par rapport à ce qu’il a dit à de nombreuses occasions quand il parlait à bâtons rompus, sans les précautions de la diplomatie ?

    Depuis des années, il y semble surtout il y avoir deux occasions auxquelles le Pape François dit ce qu’il pense en toute liberté : les conférences de presse sur les vols de retour de ses voyages internationaux et les entretiens avec les jésuites des différentes nations qu’il va visiter.

    En ce qui concerne les conférences de presse en avion, les transcriptions intégrales se trouvent dans les actes officiels du Saint-Siège. Et en ce qui concerne la transcription et la publication des entretiens avec les jésuites, c’est à chaque fois « La Civilità Cattolica » qui s’en charge.

    Ce qui va suivre est une anthologie de certaines des choses que François a dites lors des entretiens avec ses confrères de la Compagnie de Jésus, de 2019 à nos jours, en ordre chronologique à partir des plus récentes.

    Toutes ses déclarations sont les siennes, sans filtre. Elles sont les plus révélatrices du fond de sa pensée.

    *

    Nour-Sultan, Kazakhstan, le 15 septembre 2022, avec les jésuites de Russie, de Biélorussie et du Kirghizistan (photo)

    Sur les responsabilités de l’Occident dans la guerre en Ukraine :

    « Il y a une guerre en cours, et je pense que c’est une erreur de penser que c’est un film de cow-boys où il y a des bons et des méchants. Et c’est aussi une erreur de penser qu’il s’agit d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine et que c’est tout. Non : c’est une guerre mondiale. Ici, la victime de ce conflit est l’Ukraine. Je vais expliquer pourquoi cette guerre n’a pas été évitée. La guerre est comme un mariage, dans un certain sens. Pour comprendre, il faut étudier la dynamique qui a développé le conflit. Des facteurs internationaux ont contribué à provoquer la guerre. J’ai déjà mentionné qu’un chef d’État, en décembre de l’année dernière, est venu me dire qu’il était très inquiet parce que l’OTAN était allée aboyer aux portes de la Russie sans comprendre que les Russes sont impériaux et craignent l’insécurité aux frontières. Il craint que cela ne provoque une guerre ; et elle a éclaté deux mois plus tard. On ne peut donc pas raisonner de manière simpliste sur les causes du conflit. Je vois des impérialismes en conflit. Et, lorsqu’ils se sentent menacés et en déclin, les impérialismes réagissent en pensant que la solution est de déclencher une guerre pour se rattraper, et aussi de vendre et de tester des armes ».

    *

    Lire la suite

  • Save Armenia - Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    IMPRIMER

    Image

    Une Américaine s'insurge; Hermine Kallman sur The Denver Post :

    Opinion : Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    28 septembre 2022

    Imaginez lire que le gouvernement américain a envoyé des centaines de millions de dollars des contribuables à la Russie, qui a utilisé ces fonds pour attaquer et envahir l'Ukraine.

    Vous êtes choqué ? Vous devriez l'être. Et maintenant, remplacez "Russie" par "Azerbaïdjan" et "Ukraine" par "Arménie", et vous n'avez plus à imaginer, car c'est précisément ce qui s'est passé la semaine dernière et continue de se passer.

    Sauf que l'Azerbaïdjan est encore plus autocratique que la Russie (son président actuel a hérité de la présidence de son père et est marié au vice-président) et a l'un des pires bilans au monde en matière de droits de l'homme.

    Il y a pire : le gouvernement américain a envoyé ces dollars - vos et mes dollars - en violation de ses propres lois, selon une enquête du Government Accountability Office. Alors pourquoi ne faisons-nous pas plus attention ?

    Ma ville natale faisait partie de plusieurs dizaines de villes arméniennes attaquées la semaine dernière.

    Pour moi, la semaine du 12 septembre a commencé comme toutes les autres - café, courriel. Puis sont arrivées les horribles nouvelles : juste après minuit en Arménie, l'Azerbaïdjan avait lancé une attaque massive et coordonnée sur un certain nombre de villes et de villages arméniens, bombardant des citoyens paisibles pendant leur sommeil. Ces bombardements ont été si intenses qu'ils ont pris la forme d'incendies massifs sur les cartes satellite établies par le système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources de la NASA.

    Jermuk - ma ville, le lieu de mes souvenirs d'enfance, de mes amis, de mes camarades de classe, de mes voisins, mon endroit heureux - figurait parmi les cibles. C'est une station de ski entourée de montagnes luxuriantes, un beau coin du monde où j'ai eu la chance de grandir, d'aller à l'école, de respirer son air frais et de boire son eau pure. C'est un peu l'Aspen de l'Arménie, sans les maisons à un million de dollars. Elle aura toujours mon cœur.

    Frénétiquement, j'ai commencé à appeler mes amis et ma famille. "Tu vas bien ?" "Qu'est-ce qui se passe ?" "S'il vous plaît, mon Dieu, que tout aille bien..."

    Ils étaient loin d'aller bien.

    Mes amis d'enfance, maintenant adultes, avaient attrapé leurs enfants endormis et, toujours vêtus de draps et de pantoufles, les emmenaient loin de la ville, loin de la frontière, loin des bombardements, loin de la mort.

    Une fois les enfants sortis, des hommes et de nombreuses femmes sont revenus, prêts à défendre notre ville, nos montagnes, notre air et notre eau.

    Et ils ont défendu. Ils ont arrêté l'invasion avant que l'ennemi ne puisse pénétrer dans le centre de la ville, jusqu'à ce que les États-Unis parviennent à imposer un cessez-le-feu temporaire. Le prix de la défense a été élevé - plus de 200 personnes, soldats et volontaires, ont été tuées en trois jours.

    Peu après, des vidéos de crimes de guerre horribles commis par des envahisseurs azerbaïdjanais ont émergé, notamment le dépouillement et la mutilation du corps d'une femme soldat, mère de trois enfants, qui s'était dressée contre les agresseurs, tandis que les envahisseurs azéris ricanaient et s'encourageaient mutuellement. Il s'agit de l'un des nombreux récits de crimes de guerre de la semaine dernière.

    Pourquoi devrions-nous, nous, Américains, nous préoccuper de ce qui se passe dans une autre partie du monde, à des milliers de kilomètres de là ? Tout d'abord, toute escalade militaire dans la région déstabiliserait davantage une partie du monde déjà fragile.

    La Turquie est un fervent partisan de l'Azerbaïdjan et de son agression contre l'Arménie. Si ces efforts ne sont pas stoppés, il y a un risque que l'Iran, qui s'inquiète de la présence croissante de la Turquie à sa frontière nord-ouest, s'implique, déclenchant ainsi une guerre régionale potentiellement ingérable au Moyen-Orient, avec des conséquences encore pires que l'émergence d'ISIS.

    Nous devrions nous en soucier car les Arméniens sont nos voisins, nos collègues et nos amis. Des centaines de milliers d'Arméniens vivent aux États-Unis, certains depuis plusieurs générations, ayant trouvé refuge ici après le génocide arménien de 1915, au cours duquel un million et demi d'Arméniens ont été massacrés par le gouvernement turc, et des milliers d'autres, pour la plupart orphelins, ont été dispersés dans le monde entier.

    La minuscule patrie ancestrale de la République d'Arménie, seule démocratie de la région, est une lueur d'espoir pour tous les Arméniens, un symbole que, malgré des siècles de persécution et un génocide, le peuple arménien, notre culture, notre langue et notre christianisme continuent de survivre et de prospérer.

    Au minimum, nous devrions nous préoccuper du fait que l'argent de nos contribuables finance l'invasion et les crimes de guerre d'un dictateur autocratique qui agresse ouvertement son voisin démocratique. En 2020, lorsque l'Azerbaïdjan attaquait le Haut-Karabakh, une région contestée et peuplée d'Arméniens, le candidat Joe Biden a ridiculisé le président Donald Trump pour ne pas avoir appliqué les sanctions de la section 907 contre l'Azerbaïdjan.

    Pourtant, le président Biden a rompu sa propre promesse d'appliquer la loi américaine sur les sanctions contre l'Azerbaïdjan.

    Fin 2020, la République d'Arménie a fait d'énormes concessions à l'Azerbaïdjan pour mettre fin à la guerre du Haut-Karabakh. Mais maintenant, le dictateur de l'Azerbaïdjan souhaite envahir la République d'Arménie, la démembrer et la dépeupler - parce qu'il pense pouvoir s'en tirer.

    Le 21 septembre, jour de l'indépendance de l'Arménie, le dictateur Aliyev a ouvertement ridiculisé les États-Unis et la communauté internationale en déclarant que "rien ni personne ne peut nous empêcher" d'envahir l'Arménie. Ces propos ont été tenus, en partie, en réaction au voyage du week-end de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en Arménie pour soutenir la démocratie et la sécurité de ce pays.

    L'Arménie est désarmée. L'Arménie est en infériorité numérique. Pourtant, elle ne demande pas d'armes. Elle demande simplement aux États-Unis d'appliquer la loi américaine - d'arrêter d'armer l'Azerbaïdjan.

    Mes amis d'enfance à Jermuk sont prêts à mourir pour sauver leur maison contre les envahisseurs lorsque la prochaine série d'agressions commencera. Ils y parviendront peut-être mieux si les États-Unis ne soutiennent pas l'envahisseur.

    Hermine Kallman est une avocate arméno-américaine de Denver qui siège au conseil d'administration des Arméniens du Colorado, une organisation au service de la communauté arménienne depuis 1979.

  • Inde : les chrétiens visés par les lois anti-conversion

    IMPRIMER

    De Sylvain Dorient sur aleteia.org :

    En Inde, les chrétiens dans le viseur des lois anti-conversion

    Ashwini Kumar Upadhyay adressait le 23 septembre 2022 une pétition à la Cour suprême l’avertissant du « danger national » que feraient peser sur le pays les conversions. Comprenez les conversions d’hindous, (80% de la population) à d’autres religions, l’islam (14%) et le christianisme (2%). Ces minorités menaceraient le peuple indien selon cet avocat et politicien, affilié au BJP (Bharatiya Janata Party), le parti hindouiste au pouvoir. 

    Il prône une extension des lois anticonversions à l’ensemble des 28 États que compte l’Inde. Depuis le mois de mai, 10 États disposent d’une telle loi condamnant les conversions obtenues par des moyens frauduleux comme la menace, la corruption, la séduction ou la superstition.

    Contre le Love Djihad

    Au Karnataka, le dernier État à s’être doté d’une telle loi au mois de mai 2022, des nationalistes hindous s’exprimant sur Indiafaith dénoncent une « augmentation anormale du nombre de convertis ». Ils visent la minorité musulmane, qui constitue 12% de la population de l’État et qui pratiquerait le « Love djihad ». Des musulmans séduiraient des jeunes filles pour les épouser et les convertir à l’islam. À l’inverse, constatent-ils, un hindou qui veut épouser une musulmane doit se convertir à l’islam. Par ailleurs, les chrétiens – 1,8% de la population – croîtraient, selon l’article, en nombre anormal en raison des conversions qu’ils obtiendraient auprès des populations « pauvres et peu éduquées » de l’État. Aux yeux des auteurs de l’article, la loi anti-conversion luttera contre ces « abus », et elle ne réprime « que les conversions frauduleuses ». Elle prévoit des peines d’emprisonnements de 3 à 5 ans, incompressibles, pour les fautifs. 

    La même année, en novembre 2021, deux religieuses indiennes étaient empoignées par une foule en furie pour avoir “converti des hindous”.

    Pourtant, l’expérience prouve que ces lois, loin de calmer les esprits, tendent la société indienne, qui est très sensible aux questions religieuses. Ainsi, le 11 février 2021, l’État de l’Uttar Pradesh au nord-est du pays, adoptait ce type de loi. La même année, en novembre 2021, deux religieuses indiennes étaient empoignées par une foule en furie pour avoir « converti des hindous ». Sœur Monteiro et sœur Roshi Minj, membres de la congrégation franciscaine des Ursulines, décrivent pour l’AED une foule hurlant des slogans anti-chrétiens, les traînant jusqu’à un poste de police afin qu’elles soient jugées. 

    L’Uttar Pradesh ne compte qu’une proportion infime de chrétien, 0,18%, mais les nationalistes hindous y sont très virulents, en particulier depuis l’élection du gouverneur de l’État Yogi Adityanath. Ascète hindou et membre du BJP, il a été élu en mars 2017. Depuis cette date, l’Uttar Pradesh a enregistré 384 cas d’attaques contre la minorité chrétienne. 

    L’agenda du BJP

    Le BJP, parti nationaliste indien, n’a cessé d’accroître sa mainmise sur le pouvoir depuis la première élection de Narendra Modi au poste de Premier ministre, le 26 mai 2014. Réélu, il a progressivement durci son discours à l’égard des minorités. Il a emporté les élections législatives de 2019 en se présentant comme le défenseur des Indiens face aux menaces du Pakistan et de la Chine. Les « influences étrangères » au sens large, même les plus bénignes, sont désormais suspectes, raison pour laquelle le gouvernement n’a pas renouvelé les licences de plus de 500 organisations humanitaires au début de l’année 2021. Sans cette licence, les organisations visées ne pouvaient plus recevoir de dons de pays étrangers. L’un des chefs d’accusations des nationalistes contre les minorités religieuses est en effet d’utiliser de l’argent étranger pour corrompre les citoyens indiens. 

    Parmi ces organisations se trouvaient les sœurs de la Charité, la Congrégation fondée par Mère Teresa. Au regard du soutien qu’elle fournit aux Indiens les plus pauvres, cette décision aurait pu provoquer une catastrophe humanitaire. Elles ont finalement pu obtenir leur licence devant le tollé suscité par cette mesure, mais rien ne garantit que l’État ne jouera pas à nouveau de ce puissant levier pour mettre sous pression la minorité chrétienne de son pays.