Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 7

  • La peine de mort en RDC « Bouc émissaire des échecs de l’armée congolaise »

    IMPRIMER

    Lu dans « Afrikarabia » (l’info en R.D Congo et en Afrique centrale) : un article de Christophe Rigaud :

    Peine de mort en RDC "bouc émissaire des échecs de l'armée congolaise"

    18 mars 2024

    Le retour de la peine de mort suscite de vives critiques et souligne la lente dégradation des droits humains au Congo. "Une mesure dangereuse" qui vise, avant tout, à masquer les défaites de l’armée congolaise à l’Est du pays.

    La peine de mort est de retour en République démocratique du Congo (RDC). Après 20 ans de moratoire, décidé sous Joseph Kabila, qui permettait de commuer les peines en prison à perpétuité, une circulaire du ministère de la Justice réactive la peine capitale. Un premier ballon d’essai avait été lancé en février par le ministre de la Défense, Jean-Pierre Bemba, pour punir « les cas de trahison au sein des Forces armées congolaises (FARDC) ». Un mois plus tard, Félix Tshisekedi a donc donné son feu vert pour que le rétablissement de la peine de mort soit désormais effectif en levant le moratoire de son prédécesseur. Dans sa circulaire, la ministre de la Justice souhaite « débarrasser l’armée des traîtres, et endiguer la recrudescence d’actes de terrorisme et de banditisme urbain entraînant mort d’homme ». Toujours selon la circulaire, « les actes de traîtrise ou d’espionnage ont fait payer un lourd tribut tant à la population qu’à la République au regard de l’immensité des préjudices subis ». Le retour de la peine capitale intervient dans un contexte de guerre ouverte depuis 2021 entre la RDC et la rébellion du M23, soutenue par Kigali selon les Nations unies. Par « traître », il faut donc entendre les militaires qui collaborent avec les rebelles ou le Rwanda.

    Tollé général

    Depuis la publication de la circulaire levant le moratoire sur la peine de mort, rarement une décision politique n’aura fait l’objet d’une telle levée de boucliers. Le prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege, a dénoncé une mesure « particulièrement dangereuse dans un pays où la justice est dysfonctionnelle et malade » : « Malade », c’est ironiquement le propre terme qu’a utilisé le président Félix Tshisekedi, le 22 février, dernier pour qualifier la justice congolaise concernant le journaliste Stanis Bujakera, emprisonné depuis 6 mois pour un article qu’il n’a pas signé. Denis Mukwege recommande « l’abolition pure et simple de la peine de mort » et plaide pour « une réforme profonde des secteurs de la sécurité et de la justice » avant de souligner que « de nombreuses études ont démontré le caractère non-dissuasif de la peine de mort ». Le mouvement citoyen Lucha a, lui, pointé son caractère « anticonstitutionnel (…), qui ouvre un couloir à des exécutions sommaires ». Pour l’opposant Martin Fayulu, le rétablissement de la peine de mort « menace les résistants et opposants politiques » et a fustigé « la volonté affirmée du régime de consolider sa dictature ».

    Une dégradation des droits humains en RDC 

    A l’international, la mesure est largement critiquée. L’Union européenne (UE) s’oppose de façon « ferme et sans équivoque au recours à la peine de mort à tout moment et en toutes circonstances ». L’Europe rappelle également que la peine capitale « rend irréversible toute erreur judiciaire ». Amnesty s’indigne contre « un énorme pas en arrière pour le pays ». « Cette décision cruelle mettra en danger la vie de centaines de personnes condamnées à mort, notamment celles qui se trouvent dans le couloir de la mort à la suite de procès inéquitables et d’accusations motivées par des considérations politiques » s’alarme l’ONG. Interrogé par Afrikarabia, Clément Boursin, responsable Afrique subsaharienne d’ACAT-France (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), n’est pas vraiment étonné par cette mesure. « Nous sommes face à dégradation systématique et systémique des droits humains en RDC. On le voit par rapport aux différentes libertés d’expression, de rassemblement, d’association, qui sont bafouées. C’est une mesure qui est opportuniste et populiste. L’armée congolaise est en échec à l’Est et on a l’impression qu’il faut un bouc émissaire pour justifier les défaites récurrentes des FARDC. La peine de mort sert de palliatif aux autorités congolaises pour éviter d’avoir à rendre compte de ses échecs ».

    Lire la suite

  • Au Soudan, c'est l'enfer avec la pire crise humanitaire de l'histoire récente

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la NBQ :

    L'enfer du Soudan, la pire crise humanitaire de l'histoire récente

    La guerre civile au Soudan, qui a éclaté à la suite du coup d'État du général Hemedti, est devenue la pire crise humanitaire de l'histoire récente, avec 9 millions de réfugiés.

    22 mars 2024

    Campo profughi in Chad

    Camp de réfugiés au Tchad

    Le délire de toute-puissance, l'ambition débridée, la cupidité insatiable de deux hommes, deux généraux, ont plongé le Soudan dans la pire crise humanitaire du monde. Le général Abdel Fattah al-Burhan est le commandant des forces armées et le président du Haut Conseil qui a pris le pouvoir après le coup d'État militaire de 2021. Il a sous ses ordres 120 000 militaires. Son adversaire est le général Mohamed Hamdan Dagalo, plus connu sous le nom de Hemedti, qui était son adjoint jusqu'à l'année dernière. Il est le chef des Forces de soutien rapide (FSR), un corps paramilitaire d'environ 100 000 combattants. En avril dernier, les tensions croissantes entre les deux généraux ont dégénéré en conflit armé. Les combats ont commencé dans la capitale Khartoum et dans l'État occidental du Darfour. Au cours des mois suivants, ils se sont étendus à d'autres régions.

    Les conséquences de la guerre sont d'une ampleur apocalyptique. Les victimes civiles se comptent désormais par dizaines de milliers. Il y a au moins neuf millions de réfugiés, dont environ 1,7 million dans les pays voisins, principalement au Tchad et au Sud-Soudan. Environ 25 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, ont besoin d'aide. En février dernier, la situation était déjà décrite comme proche du point de non-retour. La guerre", a averti Martin Griffiths, sous-secrétaire général des Nations unies aux affaires humanitaires et coordinateur des secours, "a presque tout enlevé aux populations : leur sécurité, leurs maisons et leurs moyens de subsistance. Ils ont besoin d'aide maintenant, de toute urgence, sinon ce sera une catastrophe". Au lieu de cela, l'aide a été lente à arriver, bloquée par des obstacles constants, et n'a toujours pas atteint plusieurs parties du pays. Les agences internationales et les organisations non gouvernementales ont dû se battre avec les fonctionnaires de Port-Soudan pour obtenir des permis de transit et aider les réfugiés déplacés dans les régions pour l'instant épargnées par la guerre. Il y a quelques jours à peine, le gouvernement a autorisé l'utilisation de trois aéroports pour faire atterrir des avions chargés d'aide et l'entrée de matériel de secours en provenance du Tchad et du Sud-Soudan. Il avait bloqué les convois humanitaires en provenance du Tchad en prétendant que les Émirats arabes unis les utilisaient pour fournir des armes à la FSR. Des millions d'habitants du Darfour, où les combats sont les plus intenses, se retrouvent ainsi sans assistance. Comme si cela ne suffisait pas, les attaques incessantes contre les travailleurs humanitaires et les convois pour piller leurs cargaisons contribuent à aggraver la situation.

    Lire la suite

  • Déclin de la fertilité à travers le monde

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    « La fertilité décline à travers le monde », et ce n’est que le début ?

    21 mars 2024
     

    Selon une étude publiée par The Lancet [1], « la fertilité décline à travers le monde ». D’après elle, « plus de la moitié des pays observent déjà un taux de fertilité trop faible pour maintenir le niveau de leur population ». Et « à l’avenir, les taux de fertilité vont continuer à décliner à travers le monde ».

    En se basant sur les chiffres du Global Burden of Disease, « un vaste programme financé par la fondation américaine Bill & Melinda Gates et visant à réunir les données de santé de la plupart des pays » (cf. Fondation Bill Gates et financement de l’OMS : un problème de principe), les scientifiques ont évalué les taux actuels de fertilité dans ces pays. Pour ce qui est des futures tendances, ils ont pris en compte « de nombreuses variables prédictives, comme les niveaux d’éducation ou la mortalité infantile ».

    Selon leurs résultats, « d’ici à 2050, trois quarts des pays auront un taux de fertilité insuffisant pour maintenir leur population en l’état. D’ici à 2100, la plupart des pays seront concernés ». Toutefois, « la population de pays pauvres continuera longtemps à augmenter, notamment en Afrique subsaharienne », avec comme corollaire « des conséquences considérables sur les plans économique et sociétal ».

    Des conclusions à prendre avec précaution

    Des chercheurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) jugent cependant que ces conclusions sont à prendre avec précaution. Ils ont également publié un commentaire dans The Lancet [2].

    Selon eux, la méthode utilisée présente des défauts, comme « la faiblesse des données actuellement disponibles dans nombre de pays pauvres ». En outre, ils invitent à « privilégier la nuance et non le sensationnalisme quand on parle de la baisse des taux de fertilité ».

    Pour ces chercheurs, « un tel phénomène peut présenter des avantages », pour l’environnement ou encore l’alimentation (cf. La « santé sexuelle et reproductive » pour lutter contre la crise climatique ?), « comme des inconvénients (systèmes de retraite, emploi…) ». Sans qu’il soit évident d’agir sur ces leviers.

    -------------

    [1] Global fertility in 204 countries and territories, 1950–2021, with forecasts to 2100: a comprehensive demographic analysis for the Global Burden of Disease Study, March 20, 2024, DOI: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(24)00550-6

    [2] Towards a nuanced view and response to global fertility trends, Gitau Mburu, James Kiarie, Pascale Allotey, March 20, 2024, DOI: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(24)00490-2

    Source : La Croix avec AFP (21/03/2024)

  • Jimmy Lai, persécuté par la Chine, abandonné par le Vatican

    IMPRIMER

    De Patricia Gooding-Williams sur le Daily Compass :

    INTERVIEW/PÈRE SIRICO

    "Jimmy Lai, persécuté par la Chine, abandonné par le Vatican"

    Alors que Hong Kong durcit sa loi sur la sécurité nationale, le célèbre dissident catholique risque d'être emprisonné à vie. Le père Robert Sirico a assisté à la dernière audience de son procès : "Il m'a vu, je l'ai béni et il a été ému". Un crucifix dessiné en prison est aujourd'hui exposé à l'Université catholique de Washington. La proximité du cardinal Zen, le silence de Rome et l'Eglise de Hong Kong. 

    21 mars 2024

    Jimmy Lai taken to court

    "J'ai pris l'avion pour Hong Kong en janvier dernier pour assister au procès de Jimmy Lai. Il était détenu dans un box vitré, gardé par trois policiers. Il m'a vu et je l'ai béni avec le signe de la croix. Cela l'a ému aux larmes".

    Le père Sirico, fondateur de l'Institut Acton pour l'étude de la religion et de la liberté, parle de son ami Jimmy Lai, 76 ans, le prisonnier de conscience le plus célèbre de Hong Kong. Les critiques virulentes de Lai à l'égard du régime totalitaire chinois lui ont coûté plus de 1 500 jours d'isolement dans la prison de Stanley. Emprisonné pour des condamnations liées à la gestion de son entreprise de médias et à sa participation à une veillée organisée pour commémorer le massacre de la place Tiananmen en 1989, Lai purge actuellement une peine de cinq ans et neuf mois.

    Parallèlement, M. Lai est inculpé de deux chefs d'accusation pour "conspiration en vue d'une collusion avec des forces étrangères" en vertu de la loi de 2020 sur la sécurité nationale imposée par la Chine, ainsi que pour "conspiration en vue de publications séditieuses" en vertu d'une loi sur la sédition datant de l'ère coloniale. S'il est reconnu coupable, Lai pourrait passer le reste de sa vie derrière les barreaux. C'est à cette audience que le père Sirico a assisté pour soutenir son "vieil" ami.

    Jimmy Lai, millionnaire et franc-tireur, est devenu l'ennemi public n° 1 de Pékin après que Hong Kong, ancienne colonie britannique, a été rétrocédée à la Chine en 1997 dans le cadre de l'accord "un pays, deux systèmes", censé garantir les droits et les libertés absents sur le continent. Lorsque la Chine a commencé à violer l'accord, M. Lai a entrepris de défendre les valeurs de Hong Kong et de demander des comptes à Pékin par l'intermédiaire de son journal, l'Apple Daily.

    Ce journal aujourd'hui disparu, fondé et financé par Lai en 1995, a été nommé d'après le fruit défendu dans le jardin d'Eden de l'Ancien Testament. Son couplet rimé - "Une pomme par jour, aucun menteur ne peut tenir le haut du pavé" - a porté ses fruits. Le journal est un succès et son tirage atteint 500 000 exemplaires à son apogée.

    C'est peu de temps après qu'Apple Daily se soit frayé un chemin sur le marché très fermé des médias que le père Robert Sirico et Jimmy Lai se sont rencontrés pour la première fois, il y a près de 30 ans. Le prêtre catholique américain et le magnat des médias Lai partagent un intérêt commun : lier la théologie morale à une bonne compréhension de l'économie. Le Daily Compass a interviewé le père Sirico lorsqu'il était à Rome la semaine dernière pour une conférence organisée par l'Acton Institute.

    Lire la suite

  • Le chef de l'Église catholique ukrainienne parle de la guerre, du pape et des bénédictions homosexuelles

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur le Catholic World Report :

    Le chef de l'Église catholique ukrainienne parle de la guerre, du pape et des bénédictions homosexuelles

    16 mars 2024

    Dans une interview exclusive accordée à EWTN News, l'archevêque majeur Sviatoslav Shevchuk, chef de l'Église gréco-catholique ukrainienne, a parlé du besoin continu d'aide humanitaire dans son pays et a discuté des efforts de paix du pape François et de la récente controverse sur les bénédictions de personnes de même sexe.

    Le patriarche ukrainien était aux États-Unis pour une semaine de réunions avec des responsables publics et des dirigeants de l'Église afin d'encourager un soutien renouvelé à l'Ukraine. Il s'est entretenu avec EWTN au sanctuaire national catholique ukrainien de la Sainte Famille à Washington.

    Mgr Shevchuk a souligné sa gratitude envers le peuple américain pour son soutien, mais il s'est dit préoccupé par le fait que les États-Unis pourraient se lasser d'aider l'Ukraine. Il a lancé un appel : "S'il vous plaît, n'abandonnez pas l'Ukraine".

    La guerre en Ukraine

    Bien qu'il ait transmis un "message de gratitude" au peuple américain, Mgr Shevchuk s'est inquiété de ce que les Ukrainiens ordinaires soient oubliés alors que le débat politique prolongé sur le soutien à l'Ukraine a retardé l'action.

    Alors que la guerre entre l'Ukraine et la Russie va bientôt durer deux ans, 14,6 millions d'Ukrainiens ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, selon Mgr Shevchuk.

    Nous ne pouvons pas dire "d'accord, je mangerai la semaine suivante", a-t-il déclaré, ajoutant que l'Église catholique ukrainienne "est l'un des principaux acteurs de cette action humanitaire d'assistance au peuple ukrainien, et je peux témoigner que l'aide ne peut pas être retardée".

    Au lieu de penser à la guerre en termes politiques, Mgr Shevchuk a exhorté le peuple américain à penser à l'Ukraine en termes de "peuple simple et souffrant".

    "Chaque jour, probablement 200 Ukrainiens sont tués et tout retard dans la capacité à recevoir l'aide nécessaire pour protéger ces personnes est payé de leur sang.

    Revenant sur son expérience personnelle de la guerre, Mgr Shevchuk a déclaré que même si "personne n'est en sécurité en Ukraine", les rapports des services de renseignement ont indiqué qu'il était l'une des dix principales cibles de la Russie à éliminer.

    "C'est donc dangereux. Mais c'est la mission de chaque évêque à cette époque de voyager avec son propre troupeau", a-t-il déclaré. "Dès le début, je me suis entièrement confié, j'ai remis ma vie entre les mains de Dieu. Seigneur, que ta volonté soit faite. Si tu me veux vivant, cela signifie que je dois servir ton peuple. Je suis encore en vie, ce qui veut dire que j'ai une mission".

    "Jésus-Christ est aujourd'hui crucifié dans le corps crucifié de l'Ukraine. Et nous le vénérons dans les blessures des gens simples", a-t-il ajouté.

    Le pape François

    Mgr Shevchuk a déclaré que le peuple ukrainien souhaitait vivement que le pape François se rende dans le pays et qu'il "priait" pour qu'il vienne bientôt.

    Malgré cela, Mgr Shevchuk a admis que la neutralité du Vatican à la suite de la guerre "n'a pas été très bien accueillie en Ukraine au début, car comment peut-on être neutre lorsqu'il y a un agresseur qui nous tue constamment chaque jour ?

    Lire la suite

  • La conférence du cardinal Ambongo à Bruxelles (13 mars)

    IMPRIMER

    De cathobel sur youtube :

    Découvrez la captation vidéo réalisée par CathoBel, de la conférence du cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, à Bruxelles. Cet évènement s'est déroulé le mercredi 13 mars 2023 durant la visite du cardinal en Belgique.

  • Nigéria : une association catholique affirme que le gouvernement aide les djihadistes à attaquer les chrétiens

    IMPRIMER

    Lu sur Crux (Ngala Killian Chimtom) :

    Un groupe nigérian affirme que le gouvernement aide les djihadistes à attaquer les chrétiens

    16 mars 2024

    YAOUNDÉ, Cameroun - Un groupe de chercheurs, de criminologues et d'activistes des droits de l'homme d'inspiration catholique au Nigeria accuse certaines autorités de planifier l'expansion des activités des djihadistes dans le sud-est fortement chrétien sous le couvert de projets d'élevage de l'État.

    Ces projets ont été présentés comme un moyen de moderniser l'agriculture et d'améliorer la gestion du bétail. L'idée est de créer des zones désignées où le bétail peut être élevé et pâturé, réduisant ainsi les conflits entre les éleveurs et les agriculteurs.

    En 2019, le gouvernement nigérian a lancé un plan national de transformation de l'élevage sur 10 ans visant à créer 119 ranchs dans plusieurs régions du pays afin d'"apaiser le conflit entre éleveurs et agriculteurs".

    La Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociety), un groupe d'inspiration catholique, affirme que ce projet est une ruse pour peupler le Sud-Est de bergers musulmans qui terrorisent les communautés chrétiennes depuis des années.

    Intersociety affirme avoir minutieusement suivi l'évolution de la situation dans certaines communautés agricoles du Nigeria. Son enquête a révélé une tendance déconcertante : Les dirigeants locaux sont contraints de céder des parcelles de terre pour ces initiatives d'élevage. Cependant, Intersociety soutient que ces projets apparemment inoffensifs peuvent cacher un agenda plus inquiétant.

    Selon son rapport du 11 mars, les projets d'élevage sont un écran de fumée pour la réinstallation des bergers peuls.

    Le groupe ethnique des Fulanis, essentiellement musulman, est au centre de tensions de longue date au Nigeria, en particulier dans les régions où il s'oppose aux agriculteurs locaux, majoritairement chrétiens, souvent pour des questions de terres et de ressources.

    Ces conflits ont dégénéré en violence, entraînant la mort de milliers de chrétiens et le dépeuplement de communautés chrétiennes entières. L'une des attaques les plus flagrantes des Fulanis contre les chrétiens a eu lieu à Noël, lorsque quelque 200 chrétiens ont été massacrés.

    Selon Intersociety, au moins 52 000 chrétiens ont été tués au Nigeria depuis 2009.

    L'année dernière, les bergers peuls ont été responsables de la mort d'au moins 3 500 chrétiens, selon l'association.

    Intersociety a promis de s'opposer aux projets des gouverneurs des États d'Enugu, d'Anambra, d'Abia, d'Imo et d'Ebonyi, au Nigeria, visant à réinstaller les bergers peuls, accusés d'être à l'origine de ces attaques inspirées par le djihad.

    Selon Intersociety, l'inquiétude est particulièrement forte dans l'État d'Enugu, où les terres communautaires sont de plus en plus menacées d'être accaparées "pour l'élevage ou l'installation de bergers peuls".

    "Le gouvernement de l'État, sous la direction de Peter Mbah, a été fortement et largement accusé de contraindre certaines communautés de l'État possédant de vastes étendues de terres agricoles, de broussailles et de forêts à en céder ou à en abandonner une grande partie à des fins d'agriculture mécanisée ou d'élevage de vaches", indique Intersociety dans son rapport signé par le président de son conseil d'administration, Emeka Umeagbalasi.

    Il a décrit ce plan comme "un camouflage pour les implantations de Fulanis djihadistes" dans l'État.

    Le rapport note que les terres du sud-est qui sont maintenant ciblées par le gouvernement pour l'élevage sont "trop petites pour être accaparées par les Fulanis". Il affirme que les terres ont été cédées pour l'installation de Fulanis et qu'elles pourraient devenir des "colonies de Fulanis djihadistes" déguisées en ranchs pour le bétail.

    Dans sa déclaration, Intersociety a mis en garde les gouverneurs des États concernés et leur a demandé de renoncer à "tout déguisement ou camouflage visant à établir des colonies de bergers dans n'importe quelle partie de leurs États respectifs".

    "Ces mesures doivent être supprimées dans tout le Sud-Est ou faire l'objet d'une résistance légale et populaire", a déclaré l'organisation.

    Le projet d'élevage de bétail a également suscité des réactions négatives de la part des habitants qui ont souffert des attaques des Fulanis.

    Le chef Johnson Okolo, un agriculteur d'Enugu qui a perdu ses récoltes à cause du bétail et ses terres agricoles à cause des bergers fulanis en maraude, s'est insurgé contre le plan d'élevage de bétail.

    "Je suis une victime, j'ai perdu plus de 6 000 palmiers dans ma plantation d'Amofia Agu Affa dans le conseil d'Udi de l'État d'Enugu à cause des bergers peuls qui ont détruit la palmeraie et pris possession de l'endroit depuis plus de quatre ans maintenant", a-t-il déclaré aux médias.

    "Je ne suis pas allé dans ma palmeraie depuis quatre ans parce que les bergers se sont emparés de la plantation pour s'y installer", a déclaré M. Okolo, ajoutant que donner des terres aux bergers pour qu'ils s'installent dans la région, c'est tout simplement inviter les gens à avoir des problèmes.

    Le gouvernement d'Enugu a ouvertement reconnu son intention de créer des ranchs modernes dans le cadre de son programme de productivité agro-industrielle. Selon leur déclaration, ces ranchs serviront de mesure stratégique pour lutter contre les activités des kidnappeurs et autres criminels qui se déguisent en bergers.

    "Il est devenu nécessaire d'expliquer le projet d'utiliser le ranching, une méthode moderne utilisée dans le monde entier, pour élever le bétail", a déclaré le gouvernement.

    "Les récents messages viraux et les protestations de quelques personnes contre ce qu'elles considèrent comme l'intention du gouvernement de s'approprier (...) des terres et de les donner aux Fulanis sous le couvert de RUGA (établissements pour les Fulanis) sont la machination malheureuse de ceux qui souhaitent faire une montagne d'une taupinière pour des raisons politiques", a poursuivi le communiqué.

    "L'intention du gouvernement est claire à ce sujet. Des bandits armés et des kidnappeurs au nom de bergers profitent depuis longtemps de nos forêts et de nos terres agricoles pour commettre des crimes odieux, des enlèvements, des viols et des meurtres. Le gouvernement de l'État d'Enugu a décidé de mettre un terme à ces pratiques et d'introduire l'élevage en ranch, la méthode la plus moderne d'élever du bétail", explique le communiqué.

    "Une fois ce système mis en place, aucun éleveur ou marchand de bétail ne sera autorisé à parcourir des zones non désignées avec ses animaux pour les faire paître", précise le communiqué.

    Le Nigeria compte plus de 230 millions d'habitants, presque également répartis entre les chrétiens, principalement dans le sud, et les musulmans, principalement dans le nord.

    Alors que le pays est aux prises avec des problèmes sociopolitiques complexes, l'équilibre délicat entre le développement agricole, la sécurité et les droits de l'homme reste difficile à trouver.

    Les préoccupations du groupe catholique nous rappellent brutalement que des initiatives apparemment bénignes peuvent avoir des intentions cachées et que la vigilance est essentielle pour préserver le bien-être de tous les citoyens.

  • Un prêtre et trois moines orthodoxes assassinés en Afrique du Sud

    IMPRIMER

    Une dépêche de fides.org :

    AFRIQUE / AFRIQUE DU SUD - Un prêtre zambien tué en Afrique du Sud

    14 mars 2024
     

    Johannesburg (Agence Fides) - Un prêtre d'origine zambienne a été tué hier, 13 mars, en Afrique du Sud. Le Père William Banda, de la Société St Patrick pour les Missions Etrangères (Pères Kiltegan), a été abattu alors qu'il s'apprêtait à célébrer la Messe dans la cathédrale de Tzaneen.

    Selon les témoins, le matin du 13 mars, vers 7h45, alors que le Père Banda dirigeait la prière avant la messe de 8h, les fidèles présents ont vu entrer dans l'église une personne qu'ils n'avaient jamais vue auparavant, un Africain très bien habillé, qui s'est immédiatement dirigé vers le prêtre et s'est assis à côté de lui.

    Après avoir récité le chapelet, le père Banda s'est rendu à la sacristie pour se préparer à célébrer la messe du matin. L'étranger a encadré le prêtre et l'a escorté jusqu'à la sacristie. Alors que le prêtre s'apprêtait à entrer, le meurtrier a sorti un pistolet de sa poche et a abattu le père Banda d'une balle à l'arrière de la tête.

    Le meurtrier s'est dirigé vers la sortie de l'église, mais une fois arrivé sur le pas de la porte, il s'est retourné et s'est approché du corps du prêtre, tirant une deuxième balle dans la tête. Une fois sorti de l'église, des témoins rapportent que le meurtrier a sauté dans une voiture qui attendait, puis s'est enfui à toute vitesse.

    Le meurtre du prêtre catholique fait suite à celui de trois moines orthodoxes, la veille, le 12 mars, au monastère de Saint-Marc et de Saint-Évêque Samuel le Confesseur, à Cullinan, à environ 30 km à l'est de Pretoria,

    Dans un communiqué, l'Église copte orthodoxe a indiqué que les moines abattus étaient le père Takla El-Samouili, vicaire diocésain, le père Youstos Ava-Markos et le père Mina Ava-Markostre. (LM) (Agence Fides 14/3/2024)

  • Moscou congratule le pape "défenseur de l'humanisme et de la paix"

    IMPRIMER

    Lu ICI :

    Moscou salue le pape François, "défenseur de l'humanisme et de la paix"

    13 mars 2024

    La Russie a félicité mercredi le pape François à l'occasion du 11e anniversaire de son pontificat, saluant un « véritable défenseur de l'humanisme et de la paix », sur fond de tensions diplomatiques entre Kiev et le Vatican après que le pontife eut appelé l'Ukraine à « hisser le drapeau blanc ».

    « Le pape François est un véritable et sincère défenseur de l'humanisme, de la paix et des valeurs traditionnelles », a écrit sur X l'ambassade de Russie près le Saint-Siège en assurant de ses "meilleurs voeux" le pape argentin, élu le 13 mars 2013.

    L'évêque de Rome est « l'un des rares dirigeants politiques ayant un point de vue véritablement stratégique sur les problèmes mondiaux », a ajouté l'ambassade.

    Ce message intervient trois jours après la diffusion d'une interview du pape François dans laquelle il appellait Kiev à « hisser un drapeau blanc et à négocier » pour mettre un terme à la guerre "avant que les choses n'empirent".

    Ces propos ont provoqué une vive polémique et des tensions diplomatiques entre Rome et l'Ukraine, qui s'est indignée en accusant le pape de "légaliser le droit du plus fort", allant jusqu'à convoquer l'envoyé du Vatican.

    Le Saint-Siège a cherché à corriger le tir en insistant sur le fait que la formule "drapeau blanc" signifiait ici « une cessation des hostilités » plutôt qu'une reddition. Le secrétaire d'Etat (N. 2 du Vatican), Pietro Parolin, est lui-même monté au créneau mardi pour tenter d'éteindre l'incendie.

    Mercredi matin, à l'issue de son audience générale hebdomadaire, François, 87 ans, a prié pour « vaincre cette folie de la guerre, qui est toujours une défaite », sans citer nommément ni l'Ukraine, ni la Russie.

  • Qu'en est-il de l'Église aux États-Unis ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    La bonne nouvelle, c'est que la mauvaise nouvelle n'est pas la seule qui existe
    L'Esprit Saint anime de bonnes choses parmi nous. Il faut les célébrer et les soutenir.

    13 mars 2024

    Dans un essai perspicace sur le défi lancé par Vladimir Poutine à la civilisation, l'historien italien Roberto de Mattei a fait remarquer qu'au milieu du déclin général de l'Occident, "l'Église.... apparaît comme un terrain vague". Cela semble certainement être le cas du catholicisme institutionnel en Allemagne et en Belgique, où les évêques violent la profession de foi qu'ils ont faite avant leur ordination épiscopale en déclarant que l'Église a enseigné faussement sur certaines questions morales, et en suggérant que des questions doctrinales réglées ne sont pas réglées.

    Il n'est pas difficile de comprendre comment le Dr de Mattei, qui vit à Rome, peut avoir l'impression de vivre dans un désert ecclésiastique : le prêtre chargé de la catéchèse dans le diocèse de Rome, le père Andrea Camillini, a récemment déclaré : "Il est temps d'abandonner l'illusion de la toute-puissance, de l'évangélisation de Rome, et d'abandonner l'idée de faire de Rome une ville chrétienne. Ce n'est plus notre objectif et ça ne l'a jamais été".

    Mais qu'en est-il de l'Église aux États-Unis ? Certes, notre paysage est en clair-obscur, avec des ombres et des lumières. Mais une terre en friche ? Je ne le crois pas.

    Considérons les éléments suivants.

    Séminaires. Dans l'ensemble, les séminaires américains sont aujourd'hui en meilleure forme qu'ils ne l'ont jamais été. Les réformes des séminaires prescrites par Jean-Paul II dans l'exhortation apostolique Pastores Dabo Vobish de 1987 ont fait leur chemin et, bien qu'il reste encore beaucoup à faire - notamment pour inculquer l'art de la prédication - les recteurs et les formateurs des séminaires de nombreux pays de l'Atlantique Nord s'émerveillent de ce qu'ils voient ici et espèrent l'imiter.

    Collèges et universités catholiques. Certaines d'entre elles sont, en effet, des friches catholiques. Dans d'autres, il y a une bataille continuelle pour maintenir une identité catholique vibrante qui prépare les jeunes hommes et les jeunes femmes au discipulat missionnaire. D'autres encore sont fermement engagés sur la voie de la rigueur intellectuelle dans un environnement qui favorise une conversion continue et toujours plus profonde au Christ. Pour n'en citer que quelques-uns, par ordre alphabétique : Thomas Aquinas College, Belmont Abbey College, Benedictine College, Catholic University of America, Christendom College, University of Dallas, Franciscan University of Steubenville, University of Mary.

    La pastorale catholique des campus. Nous vivons un âge d'or de la pastorale universitaire catholique, qui se manifeste dans des lieux que certains pourraient considérer comme surprenants, tels que l'université Texas A&M et l'université d'État du Dakota du Nord.  Le Fellowship of Catholic University Students (FOCUS), issu directement des Journées mondiales de la jeunesse de 1993 à Denver, envoie aujourd'hui 980 jeunes missionnaires, récemment diplômés, sur 202 campus dans six pays pour l'évangélisation et la catéchèse de pair à pair. Un pourcentage élevé des vocations à la prêtrise et à la vie consacrée du 21e siècle sont suscitées par la participation aux programmes FOCUS sur les campus, et le nombre de mariages et de familles catholiques de qualité que FOCUS et d'autres excellents ministères catholiques sur les campus ont favorisés est incalculable. L'Institut thomiste, dirigé depuis la Maison dominicaine d'études de Washington, apporte un contenu catholique de haute volée sur les campus d'un océan à l'autre, défiant l'esprit de travail par la vérité.

    Catéchèse et formation des adultes. Dans ce domaine également, l'Église des États-Unis est un leader mondial. Le ministère Word on Fire, créé par l'évêque Robert Barron, ne cesse de se renforcer et a maintenant développé un programme d'édition de premier ordre pour étendre le travail effectué par Ignatius Press et d'autres éditeurs catholiques de premier plan. Le programme FORMED de l'Institut Augustin met du matériel d'évangélisation et de catéchèse de qualité à la disposition des paroisses qui prennent au sérieux la formation des adultes. Le Catholic Information Center, situé au centre de Washington, D.C., est le cœur de la nouvelle évangélisation dans la capitale nationale. Il y a aussi le travail de formation intellectuelle et spirituelle effectué par Legatus, l'association des chefs d'entreprise et des professionnels catholiques, et par l'Institut Napa.

    La réforme de la vie consacrée. Des communautés religieuses américaines de femmes, vibrantes et joyeusement orthodoxes, se développent : les Dominicains de Nashville, les Sœurs Dominicaines de Marie Mère de l'Eucharistie, les Sœurs de la Miséricorde d'Alma, Michigan, et les Sœurs de la Vie n'en sont que quatre exemples. La province dominicaine de Saint-Joseph est sans doute la congrégation religieuse masculine la plus dynamique au monde.

    Paroisses et écoles. Elles ont constitué le socle pastoral du catholicisme américain pendant plus de deux siècles. Elles le sont encore aujourd'hui et font preuve d'une vitalité inégalée ailleurs. En outre, nos écoles catholiques des quartiers défavorisés constituent probablement le programme de lutte contre la pauvreté le plus efficace du pays.

    Le Carême est une invitation annuelle à réfléchir à la manière dont l'Église d'aujourd'hui vit la grande mission de faire de toutes les nations des disciples. Je vous propose donc un jeûne de carême différent : abandonnez les mauvaises nouvelles catholiques. L'Esprit Saint anime de bonnes choses parmi nous. Il faut les célébrer et les soutenir.

  • À quoi ressemblera le collège des cardinaux à la fin de l'année 2024 ?

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le Catholic World Report :

    Analyse : Le Collège des Cardinaux en perpétuelle évolution

    13 mars 2024

    Le changement le plus récent au sein du Collège des cardinaux a eu lieu le 24 février, lorsque le cardinal José Luis Lacunza Maestrojuán a eu 80 ans et a donc été retiré des rangs des cardinaux élus. Quelques semaines plus tôt, le 12 février, le cardinal Pedro Ricardo Barreto Jimeno a également fêté ses 80 ans et n'est donc plus éligible pour voter lors d'un conclave.

    Actuellement, 129 cardinaux peuvent voter lors d'un conclave, soit neuf de plus que le maximum de 120 fixé par Paul VI et confirmé par tous ses successeurs depuis lors.

    Au cours des onze années de son pontificat, le pape François a convoqué neuf consistoires pour créer de nouveaux cardinaux. Il a ainsi créé 142 cardinaux, dont 113 électeurs et 29 non-électeurs, issus de 70 nations. Parmi ces nations, 22 n'avaient jamais eu de cardinal auparavant.

    Ce niveau d'activité contraste avec celui de saint Jean-Paul II, qui a convoqué neuf consistoires au cours d'un pontificat de 27 ans, et avec celui du pape Benoît XVI, qui en a convoqué cinq en huit ans. Néanmoins, le record de nouveaux bonnets rouges appartient à Jean-Paul II, qui a créé 231 nouveaux cardinaux au cours de son pontificat.

    Si un conclave devait commencer aujourd'hui, il y aurait 94 cardinaux électeurs créés par le pape François, 27 créés par Benoît XVI et huit créés par Jean-Paul II. Pour élire le pape, un bloc de 86 voix serait nécessaire (deux tiers de l'assemblée), et les cardinaux créés par le pape François représentent plus des deux tiers.

    À quoi ressemblera le collège des cardinaux à la fin de l'année 2024 ?

    Toutefois, à la fin de l'année 2024, dix cardinaux supplémentaires perdront le droit de vote au conclave. Par conséquent, si le pape François ne convoquait pas un nouveau consistoire d'ici la fin de l'année, le nombre de cardinaux reviendrait en dessous du maximum de 120 cardinaux électeurs.

    Parmi les 10 cardinaux qui auront 80 ans dans les prochains mois, on trouve le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer, préfet émérite du Dicastère pour la doctrine de la foi, considéré comme influent mais qui souhaite depuis longtemps quitter ses fonctions publiques, ayant demandé au pape d'être également dispensé de participer au Synode sur la synodalité. Le cardinal Marc Ouellet, préfet émérite du dicastère pour les évêques, aura également 80 ans.

    Pour les quatre autres cardinaux qui auront 80 ans au cours des dix prochains mois, le pape doit trouver un successeur pour leurs fonctions respectives, car ils sont tous encore en activité. Il s'agit de l'archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, le cardinal Sean Patrick O'Malley (29 juin), du pénitencier majeur de la Pénitencerie apostolique, le cardinal Mauro Piacenza (15 septembre), de l'archevêque de Caracas, au Venezuela, le cardinal Baltazar Enrique Porras Cardozo (10 octobre), et de l'archevêque de Bombay, en Inde, le cardinal Oswald Gracias (24 décembre).

    Lire la suite

  • Malaisie : de plus en plus de demandes de baptême

    IMPRIMER

    Une dépêche de l"Agence Fides :

    ASIE/MALAISIE - La communauté ecclésiale de Malaisie accueille et prépare le baptême de plus de 1700 adultes

    12 mars 2024  
     

    Kuala Lumpur (Agence Fides) - Ces dernières années, la communauté catholique de Malaisie a enregistré un nombre croissant de demandes de baptême de la part d'adultes. Les adultes qui désirent être baptisés entreprennent un parcours selon les étapes prévues par le "Rite de l'initiation chrétienne des adultes", que les différents diocèses ont organisé et structuré, étant donné le nombre croissant de demandes de la part des paroisses. Comme l'a appris Fides, plus de 1700 catéchumènes malaisiens recevront le Baptême lors de la Veillée Pascale de 2024.

    C'est avec joie et inquiétude que 547 catéchumènes de différentes paroisses se sont réunis dans l'église de la Sainte Famille, dans l'archidiocèse de Kuala Lumpur, pour le "Rite de l'élection". Ils étaient accompagnés de catéchistes, de parrains et marraines, de curés et de nombreux fidèles. L'archevêque Julian Leow leur a rappelé la fidélité d'Abraham, qui était prêt à sacrifier son fils unique, Isaac, pour obéir au Seigneur. L'archevêque a également souligné l'obéissance de Jésus, fidèle à sa mission : se sacrifier pour donner le salut à tous. Aux élus, l'archevêque a rappelé leur engagement à rester fidèles à Dieu : "Dans le rite de l'élection, Dieu vous a appelés personnellement à faire partie de son peuple élu. C'est quelque chose de beau qui doit être célébré".

    Dans l'archidiocèse de Kota Kinabalu, 941 catéchumènes de 20 églises du territoire ont été officiellement inscrits dans le "Livre des élus". L'archevêque John Wong, qui présidait la célébration spéciale dans la cathédrale du Sacré-Cœur, les a chaleureusement accueillis, invitant chacun d'entre eux à se poser la question clé : "Qui est Jésus pour vous ? Qui est Jésus dans votre vie actuelle ? Quelle est votre expérience de Lui ? L'avez-vous accepté comme votre Dieu et votre Sauveur ? "Le baptême n'est que le début de la marche à la suite de Jésus", a déclaré le Prélat, rappelant aux catéchumènes que le choix de recevoir le baptême "est un choix de vie, pas une mode passagère". L'archevêque les a également exhortés à continuer à s'unir à Jésus par la prière, la lecture et la réflexion sur la Parole de Dieu, "en s'accrochant à Jésus, en s'appuyant sur Lui, en se laissant fortifier par Lui". Le diocèse de Melaka-Johor a également réuni récemment 240 catéchumènes, d'abord pour une retraite spirituelle - la première retraite physique après la pandémie - puis pour célébrer le "rite d'élection" dans l'église de l'Immaculée Conception, à Johor Bahru. Dans son homélie, Mgr Bernard Paul a souligné l'importance des trois dons, spéciaux et indispensables, que les candidats au baptême reçoivent sur leur chemin de foi : le Christ crucifié, la Bible et l'Eucharistie. "Vivez et contemplez la beauté et la force de ces dons dans le temps de la préparation personnelle, mais pas seulement, maintenant : tout au long de la vie", a-t-il dit. Le "Rite d'initiation chrétienne des adultes" - explique l'Église malaisienne - "est un voyage spirituel entrepris en compagnie de prêtres, de catéchistes et avec le soutien de la communauté ecclésiale. Il accompagne la découverte de la foi par l'enseignement, le partage, les prières, le culte communautaire, la communion et d'autres formes d'exercices expérientiels".

    Le "rite d'élection" se situe vers la fin de la période du catéchuménat. Au cours de ce rite - habituellement fixé au début du Carême - la communauté ecclésiale, sur la base des témoignages des parrains et marraines, des catéchistes et compte tenu de la volonté exprimée par les catéchumènes, procède à l'"élection" qui les initie à recevoir les sacrements de l'initiation. Les catéchumènes inscrivent leur nom dans le "Livre des élus" en gage de fidélité. Pendant le Carême, ils poursuivent leur chemin par trois "scrutins" (moments d'approfondissement et de discernement spirituel), en prononçant le "Credo" et le "Notre Père". Le processus s'achève par la célébration des sacrements de l'initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie) au cours de la veillée pascale. Il faut noter que le chemin du catéchuménat n'est pas sans obstacles et difficultés. Par exemple, beaucoup de ceux qui sont initialement éloignés de la pratique de l'Église n'ont aucune idée des conditions qui peuvent être liées à la sphère du mariage, du divorce ou d'autres situations personnelles. L'Église malaisienne adopte une approche "d'accueil, d'accompagnement et de discernement" des personnes qui s'adressent à la communauté pour connaître le Christ et son Évangile et, éventuellement, demander à devenir chrétiennes.

    Sur une population de 23 millions d'habitants, la Malaisie compte 60,4 % de musulmans et 9,1 % de chrétiens. Les catholiques, répartis dans 9 diocèses entre la Malaisie péninsulaire et l'île de Bornéo, sont environ 1,3 million au total.

    (PA) (Agence Fides 12/3/2024)