Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 10

  • Un nouveau président des évêques américains au profil très peu bergoglien

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Les évêques américains préfèrent Broglio à Bergoglio

    17-11-2022

    Évêque militaire et militant pro-vie très actif, le président nouvellement élu de la conférence épiscopale américaine a un profil très éloigné de ceux souhaités par le Saint-Père pour redéfinir le visage de l'Église américaine dans un sens moins "musclé" par rapport à l'ère Wojtylienne. Mais l'aile libérale de l'épiscopat montre également sa faiblesse dans les urnes.

    Origine piémontaise et sept des neuf lettres du nom de famille : ce sont probablement les seuls points communs entre le nouveau président de la conférence épiscopale américaine et le chef de l'Église catholique. Pour le reste, l'homme choisi par la majorité des évêques étoilés pour succéder à Monseigneur José H. Gomez a un profil très éloigné de ceux jusqu'ici privilégiés par François.

    L'archevêque Timothy P. Broglio, Ordinaire militaire aux Etats-Unis, a été à la hauteur des prédictions et a été le plus plébiscité dans une liste de dix candidats qui ne comprenait pas les quatre évêques auxquels Bergoglio a fait confiance et qui sont devenus cardinaux : Blaise Cupich, Joseph Tobin, Wilton Gregory et Robert McElroy. L'épiscopat libéral a donc dû se reporter sur l'archevêque de Seattle, Paul Dennis Etienne, qui s'est fait remarquer lors de l'assemblée plénière de juin 2021 pour avoir voté contre l'adoption d'un document sur le sens de l'Eucharistie à la suite de l'affaire Biden.

    Toutefois, avec ses 30 voix au premier tour, Etienne n'est arrivé qu'en troisième position, derrière l'archevêque de Baltimore, William Edward Lori, connu pour ses positions pro-vie et protagoniste de très dures allégations à l'encontre de Joe Biden accusé de chercher "tous les moyens possibles pour priver les enfants à naître de leur droit humain et civil le plus fondamental, le droit à la vie". Lori, lors du scrutin qui a suivi un second vote, est resté fermement sur le seuil des 99 voix, tandis que Broglio a dépassé le quorum requis (119) en recueillant 138 voix. Etienne, qui était passé de 30 à 37 voix au second tour, a commencé avec ce score lors de l'élection du vice-président, mais a été laissé hors jeu ici aussi : au second tour, en effet, c'est Lori et Kevin Carl Rhoades, évêque de Fort Wayne-South Bend, qui ont eu la majorité.

    En bref, l'épiscopat libéral américain semble avoir démontré sa faiblesse même dans les urnes. On pense à la phrase que François a prononcée à haute altitude, lors du vol vers Madagascar en 2019 : "pour moi, c'est un honneur si les Américains m'attaquent !". L'Église américaine, comme ce fut également le cas lors des dernières élections, ne va pas de pair avec l'orientation que le pontife argentin semble avoir privilégiée dans le choix des évêques de 2013 à aujourd'hui.

    Mais, paradoxalement, justement l'élection d'un prélat comme Broglio, si loin du modèle de l'évêque de tendance bergoglienne, peut représenter une affirmation des mots d'ordre continuellement prêchés au cours de l'actuel pontificat : le principe synodal, la collégialité réelle, la participation active des évêques des Églises locales aux processus décisionnels. (....)

    Quoi qu'il en soit, Monseigneur Broglio a récolté dans cette élection les fruits qu'il avait semés il y a trois ans, lorsqu'il s'était inscrit sur la liste des candidats et avait fait bonne figure au point de se retrouver au second tour pour la vice-présidence avec Monseigneur Allen Vigneron, qui l'a battu par 151 voix contre 90. Traditionnellement, le vice-président de la Conférence est le favori pour la succession trois ans plus tard, mais cette fois, l'âge de Vigneron, 74 ans, l'empêche de succéder à Gomez. Cette année encore, en effet, le Saint-Siège a envoyé une lettre aux conférences épiscopales du monde entier leur demandant de "ne pas élire aux postes de président et de vice-président de la conférence épiscopale des évêques diocésains qui atteindront 75 ans au cours de leur mandat (mandat électif)". Dans ces conditions, Broglio, 71 ans, ancien secrétaire de l'USCCB, est inévitablement devenu le grand favori.

    Très actif dans la cause pro-vie, très attaché à la communauté italo-américaine et grand connaisseur de l'Italie, admirateur de Paul VI (qu'il appelle le pape Paul Le Grand) et d'Humanae Vitae, le nouveau président des évêques américains peut compter sur une expérience enviable à la Curie : entré au service diplomatique du Saint-Siège au début de la trentaine, il a longtemps été le secrétaire personnel du très puissant cardinal secrétaire d'État Angelo Sodano.

    Et en ce qui concerne cette période, il est curieux de constater qu'Elisabetta Piqué, journaliste du quotidien argentin La Nación et amie de Bergoglio depuis son passage à Buenos Aires, a attribué précisément à Broglio la responsabilité d'une manœuvre anti-Bergoglio sur le choix de certains évêques argentins fin 2005 et début 2006. Dans une biographie sur le Saint-Père, la journaliste argentine a affirmé que la nomination des évêques "conservateurs" Jose Luis Mollaghan et Fabriciano Sigampa avait été demandée dans un esprit anti-Bergoglio par le politicien Esteban Juan Caselli et avait été réalisée grâce à l'"ancienne amitié" entre ce dernier et le cardinal Sodano.

    Mais selon la reconstitution de Piqué, le nouveau président de la Conférence épiscopale américaine a également joué un rôle, en raison de la relation habituelle qui le liait à Caselli, avec qui il jouait souvent au tennis, même s'il faut préciser qu'au moment des faits qui lui sont reprochés par la journaliste, le prélat n'était plus à Rome mais était déjà nonce apostolique en République dominicaine. La biographe de François va cependant jusqu'à écrire que Broglio aurait été "surnommé 'Timbroglio'".

    Des lignes qui semblent indiquer que, malgré tout son passé argentin et autre, l'élection du nouveau président n'a pas dû faire sauter de joie la résidence Sainte Marthe. Mais l'expérience du Vatican (et de l'école Sodano) peut s'avérer utile pour un diplomate et homme de relations comme Timothy P. Broglio, notamment pour tenir à distance les tensions qui sont apparues avec Rome ces dernières années et qui se sont même exacerbées depuis l'élection de Joe Biden.

  • Aucun secret du Vatican n’échappe au régime chinois

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Nouvelle d’aujourd’hui : aucun secret du Vatican n’échappe au régime chinois

    La matinée de ce 15 novembre, au Vatican, lors de la conférence de presse de présentation du colloque international d’études « Euntes in mundum universum » promu par le dicastère pour l’évangélisation, Settimo Cielo a posé quelques questions concernant la Chine à Mgr Camillus Johnpillai (sur la photo), chef de service du dicastère.

    Dans ses réponses, transcrites ci-dessous depuis l’enregistrement vidéo de la conférence de presse, il y a de nouvelles informations, concernant en particulier :

    • la réunion de travail sur la Chine qui se tient chaque semaine au Vatican entre responsables du dicastère et de la Secrétairerie d’État ;
    • le contrôle obsessionnel des moindres faits et gestes du Saint-Siège de la part du régime chinois ;
    • les activités concernant la Chine tout entière effectuées depuis l’avant-poste de la diplomatie vaticane à Hong Kong.

    *

    Parmi les plus de mille diocèses qui sont confiés aux soins du dicastère pour l’évangélisation, il y a les diocèses chinois. Ces dernières décennies, le dicastère a-t-il été impliqué, et comment, dans les nomination des évêques en Chine, y compris ces toutes dernières années depuis la signature de l’accord secret ?

    Réponse : en ce qui concerne ces territoires qui font l’objet des soins de « Propagande fide », du Dicastère pour l’Évangélisation, pour ce qui est de la Chine, la manière de traiter ces questions est différente d’ailleurs. En Chine, il y a plus ou moins 125 diocèses, ou plutôt, pour le dire techniquement, préfectures apostoliques. En ce qui concerne les provisions, les nominations dans les diocèses de Chine, notre dicastère, en collaboration avec la Secrétairerie d’État, a chaque semaine une réunion sur la manière de procéder, parce que nous nous trouvons ici dans une situation politique très différente de celle d’autres pays. Et la Secrétairerie d’État est bien informée de la situation, notamment en ce qui concerne la signature de cet accord que nous avons eu avec le gouvernement chinois. Donc, chaque décision, surtout la provision, la nomination, est toujours effectuée en collaboration avec la section responsable pour la Chine au sein de la Secrétairerie d’État. Même après cet accord, les nominations se poursuivent.

    Donc vous aussi, à « Propaganda Fide », vous êtes au courant de ce qui figure dans cet accord secret…

    Réponse : (sourire) « secret » est un mot qui réclame une certaine précision. Le gouvernement chinois connaît et suit tout ce que nous faisons, même cette conférence de presse est bien suivie par eux, rien n’est secret au final. Mais dans le champ politique, ce sont les options que nous avons. Que devons-nous faire ? Nous ne pouvons pas créer une autre option qui n’existe pas. Il faut être réalistes pour traiter avec ces gouvernements, pas seulement avec la Chine mais aussi avec d’autres pays comme le Vietnam. Chaque pays a ses particularités et ses caractéristiques, donc avant de procéder à une nomination, ou de créer un nouveau diocèse, nous devons toujours demander le feu vert de la part du gouvernement. Malheureusement nos marges de manœuvre sont très étroites pour négocier tout cela. Le travail n’avance certes pas très vite, mais avec une progression disons, très, très limitée.

    En ce qui concerne les diocèses chinois, quelle cartographie utilisez-vous ? Celle du Vatican avec ses plus de 120 diocèses ou celle du gouvernement chinois, qui les a redessinés et fusionnés en réduisant leur nombre à un peu plus de 90 ?

    Réponse : en ce qui concerne les questions de la Chine en Chine, nous avons un chargé d’affaires qui se trouve à Hong Kong. Hong Kong est la porte de la grande Chine. Cependant, là nous n’utilisons pas l’expression « nonciature » mais celle de « Study Mission Center ». La catégorie de nonciature est politique très dangereuse à utiliser, si nous utilisions cette appellation, nous irions à l’encontre de l’esprit de l’accord. La « mission » est celle de surveiller, de suivre tous ces territoires de près. Même les habitants de la Grande Chine peuvent se rendre à Hong Kong sans difficulté, parce que politiquement Hong Kong fait partie de la Grande Chine. Donc un citoyen chinois à toute la liberté de sortir de la Grande Chine continentale et d’arriver à Hong Kong. Les personnes qui sont dans notre « centre » sont en mesure de gérer les choses de manière plus claire parce qu’elles sont plus proches, y compris géographiquement, des Églises locales. Pour eux, il y a plusieurs manières différentes pour communiquer avec chaque diocèse, avec chaque Église particulière. Ils sont donc bien informés, et nous aussi ici nous avons du personnel qui connaît très bien la situation. Et puis, nous vivons à l’époque des « médias sociaux » et c’est un avantage pour avoir beaucoup d’informations récentes, parce que même si nous sommes loin, grâce à ces réseaux de médias sociaux, nous pouvons avoir beaucoup d’informations concernant la vie des Églises particulières en Chine.

  • Quand Pie XII entre en action

    IMPRIMER

    Du Père Michel Viot sur zenit.org :

    Pie XII entre en action

    4e partie de la série sur Pie XII (voir ICI, ICI et ICI)

    Des paroles contenues, mais des actions efficaces sous le fil d’un couperet. La mémoire de l’œuvre de Pie XII mérite d’être restaurée. 

    Sous le coup de la guerre

    Le 10 mai 1940 le pape adresse aux souverains de Belgique, de Hollande et du Luxembourg un avis très clairement « anti allemand », selon le jugement de Wladimir d’Ormesson. 

    Plus important, l’historien allemand Feldkamp a découvert dans les archives du Vatican concernant le règne de Pie XII, un document que le Jésuite Pierre Blet connaissait : En mars 1942, deux mois après la conférence de Wannsee sur la solution finale, Pie XII avait envoyé à Roosevelt, qui ne l’a pas cru, un télégramme l’avertissant du plan d’extermination des Juifs d’Europe ! Pie XII a alors crée son propre bureau sur les persécutions juives au sein de la deuxième section de la secrétairerie d’État. Cette année est d’ailleurs capitale pour lui car elle vient confirmer la justesse de sa position. 1942 est l’année des rafles et Pie XII avait laissé totale liberté aux évêques pour agir au mieux pour sauver des vies. Mais ces rafles prennent de l’ampleur. Le Pape connaît leur sinistre destination. Il avait écrit un texte de protestation, décidant de rompre son attitude habituelle devant l’horreur de ce qu’il sait maintenant de manière sûre. Il apprend alors la rafle des Pays-Bas et la protestation publique des évêques. Résultat, la rafle redouble d’ampleur. Même les Juifs convertis au catholicisme sont déportés, Edith Stein (religieuse carmélite) et sa sœur sont envoyées à la mort. Et le témoignage de la sœur Pasqualina qui se trouvait aux côtés du pape Pie XII depuis 1919, est confirmé par les documents d’archives. Le pape en larmes brûle le discours qu’il voulait prononcer, et conserve sa première attitude, ce qui ne l’empêchera pas d’agir autrement. 

    Dans son message de Noël 1942, le Pie XII déclarera sur Radio Vatican que « des centaines de milliers de personnes qui, sans aucune faute propre, parfois uniquement en raison de leur nationalité ou de leur race, sont destinées à la mort ou au dépérissement ». L’année qui suit, 1943 va lui fournir une autre occasion d’agir. En interne, Pie XII a justifié son attitude prudente car le 30 avril l’évêque de Berlin, son ami, le cardinal Konrad von Preysling lui avait demandé d’intervenir publiquement en faveur des Juifs de Berlin, et il n’avait pas donné suite. Cependant Radio Vatican fait savoir le 26 juin que « quiconque établit une distinction entre les Juifs et les autres hommes est un infidèle ». 

    Le 25 juillet les Allemands envahissent le nord de l’Italie, car Mussolini a été renversé et Hitler fait savoir à son entourage qu’il va envahir le Vatican (État neutre) et tient des propos menaçants. Les allemands arrivent jusqu’à Rome et dans la nuit du 15 octobre a lieu une rafle importante de Juifs romains. Il convient de rappeler que les SS étaient présents à Rome dès le 11 septembre 1943, et que leur commandant avait l’ordre d’arrêter tous les Juifs de Rome. Celui-ci, Herbert Kappler exigea une rançon de 50 kg d’or pour ne pas le faire. Le grand rabbin de Rome fit appel au pape, car il n’avait pas les moyens de verser toute la somme. Le pape en fournit 15 kg, en partie sur sa fortune personnelle, ce qui expliquerait la diminution importante de celle-ci à sa mort au grand étonnement de ses héritiers. Hitler envoie alors Dannecker avec des milices de la Waffen-SS pour procéder à la rafle qui aboutit à l’arrestation d’un millier de Juifs romains qu’on rassemble sous les fenêtres du pape. La provocation est évidente. C’est à cette occasion que Pie XII demande à son secrétaire d’État, le cardinal Maglione, de convoquer l’ambassadeur d’Allemagne au Vatican Ernst von Weizsäcker. Tant par l’ambassadeur, nazi notoire, que par le général Stahel qui ne l’était pas, le pape apprend de son secrétaire d’État que s’il fait une déclaration publique, le Vatican sera considéré comme ennemi du Reich et ses locaux occupés, et on lui fait savoir que les 15000 réfugiés Juifs qui se tiennent cachés au Vatican seraient tous arrêtés.

    Les archives dévoilées

    Le journaliste allemand Hesemann, qui fut un des premiers chercheurs à pouvoir consulter les archives du pontificat de Pie XII en 2020, a étudié particulièrement les documents de la secrétairerie d’État d’octobre 1943. Dès le 25 septembre le général allemand commandant en chef à Rome, Rainer Stahel, avait déclaré le collège pontifical croate Saint-Jérôme, propriété de l’État du Vatican, et interdit aux soldats allemands d’y pénétrer. Cela valait évidemment pour la cité de Vatican elle-même. Mais Pie XII était allé plus loin. Il avait demandé 550 autres attestations du même type, pour d’autres lieux. Ainsi au moins 4465 des 8000 juifs de Rome avaient pu être cachés dans 235 couvents romains. Il faut préciser que ces attestations avaient été imprimées au Vatican et présentées simplement aux autorités allemandes pour signature. Notre journaliste a pu aussi relever de très nombreuses interventions de nonces là où il y avait déportation, mais avec peu de succès. 

    Pie XII renonça donc à une déclaration publique, non sans avoir essayé d’obtenir que le millier de Juifs raflés ne soient pas déportés. Stahel ne put que promettre une intervention de sa part, ce qu’il fit vraisemblablement, allant jusqu’à justifier son attitude vis à vis du pape par les difficultés qu’il aurait pu rencontrer auprès de ses soldats catholiques s’il était allé plus loin. Une chose est sûre et montre qu’après son aventure italienne ce général, qui jusque là était bien vu,  fut envoyé sur le front de l’Est et fait prisonnier par les russes ; il mourut en captivité dans un camp. Weizsäcker qui appartenait à la SS fit partie du deuxième groupe de criminels de guerre condamnés à Nuremberg à 10 ans de prison.

    La guerre achevée, en 1945 le Congrès juif mondial adresse au pape Pie XII ses remerciements « Pendant les dix années de la terreur nazie, quand notre peuple a souffert un martyre effroyable, la voix du pape s’est élevée pour condamner les bourreaux et pour exprimer sa compassion envers les victimes », et pourtant le pape n’avait pas fait de grandes déclarations officielles, mais il avait agi. Le Grand Rabbin de Rome se convertit, avec son épouse au catholicisme et prit le nom de baptême d’Eugenio, expliquant dans ses mémoires « La rayonnante charité du pape, penchée sur toutes les misères engendrées par la guerre, sa bonté pour mes coreligionnaires traqués, furent pour moi l’ouragan qui balaya mes scrupules à me faire catholique. Le 26 mai 1955, un orchestre composé de musiciens juifs de 14 pays exécuta la neuvième symphonie de Beethoven au Vatican « en reconnaissance de l’œuvre humanitaire grandiose accomplie par Sa Sainteté pour sauver un grand nombre de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale ». Madame Golda Meir, ministre des affaires étrangères d’Israël lui rendra un émouvant témoignage en 1958. Elle voulait qu’il fût déclaré Juste parmi les nations. Vœu que reprendra le rabbin américain David Dalin en 2001, dans un article. Il écrira en 2007 un livre qu’il faut absolument lire « Pie XII et les Juifs » qui détaille et développe ce que j’ai exposé.

    En guise de conclusion …

    … je voudrais rappeler enfin que les origines de la « légende noire » de Pie XII furent politiques et intervinrent en force à partir de 1960. Cela faisait partie de la propagande communiste que j’ai connue et vécue. Elle se manifesta dans des domaines multiples, y compris la théologie, et y a laissé des traces. D’une certaine façon le père Gumpel a achevé son travail comme postulateur de la cause puisqu’un miracle est nécessaire pour la béatification. Mais cela ne dispense pas de la prière des fidèles, bien au contraire. 

    Tout n’est pas dit sur les archives disponibles depuis 2020. On ne s’y est pas précipité en grand nombre, mais on continue à répandre des inepties et des contre-vérités sur Pie XII. Il vaudrait donc la peine qu’un successeur soit donné au père Gumpel. Le livre de Johan Icks sorti en 2021 sur Pie XII et les Juifs s’attarde sur les activités du bureau spécial créé par Pie XII, au sein de la deuxième section de la Secrétairerie d’État, pour aider les Juifs. Il a travaillé avec le père Gumpel et donne des chiffres importants de demandes d’aides qui, selon lui, devraient être revus à la hausse ! C’est pourquoi la vénérable Compagnie de Jésus complèterait utilement ses nombreuses aides apportées au cours des siècles à l’Église catholique en demandant à l’un de ses membres de continuer l’œuvre du père Gumpel en matière d’édition, pour instruire le peuple catholique et aussi pour guider l’activité spirituelle nécessaire à toute demande de béatification. 

    Ce travail ne concernerait donc pas que l’histoire, mais l’unité catholique, Pie XII n’étant pas qu’un grand diplomate et un grand pasteur, mais aussi un mystique visionnaire, qui eut le privilège de passer les frontières de deux siècles, de vivre dès ce monde une expérience d’éternité incarnant en sa personne une forme de continuité et de permanence qui donne au mot catholique tout son sens. Et contrairement à l’idée reçue, ses orientations pastorales d’après guerre, étayées par son encyclique Mediator Dei, seront le déclencheur du deuxième concile du Vatican. 

  • Les garde-fous ne peuvent pas rendre l'euthanasie sûre

    IMPRIMER

    De Robert Clarke sur First Things :

    LES "GARDE-FOUS" NE PEUVENT PAS RENDRE L'EUTHANASIE SÛRE

    11 . 14 . 22

    Le 4 octobre, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que la Belgique avait violé le droit à la vie avec l'euthanasie de Mme Godelieva de Troyer en 2012. Bien que l'arrêt n'ait pas condamné la loi belge sur l'euthanasie dans son ensemble, il a conclu que la Belgique a commis une violation du droit à la vie dans le cas de Mme de Troyer. Cette décision devrait obliger la Belgique à réformer son régime d'euthanasie et offre une occasion unique de lutter contre le culte du meurtre sanctionné par l'État qui se répand dans le monde occidental.

    Mme De Troyer a été tuée par injection létale en 2012, à l'âge de 64 ans. Elle était en bonne santé physique, mais souffrait d'une grave dépression. Les médecins ont conclu que, comme elle avait été diagnostiquée comme "incurable", elle remplissait les conditions requises pour être euthanasiée en vertu de la loi belge. Son fils, Tom Mortier, n'a appris son décès que lorsque l'hôpital l'a appelé pour lui demander de récupérer ses affaires. Bien que Tom Mortier ait été jusqu'alors indifférent au débat sur l'euthanasie, l'euthanasie de sa mère l'a incité à saisir la plus haute juridiction européenne des droits de l'homme. J'ai eu l'honneur de le représenter, en apportant deux arguments principaux : 1) contre la loi belge sur l'euthanasie et 2) contre la loi telle qu'elle a été appliquée dans le cas de M. de Troyer.

    Dix ans plus tard, la Cour a rendu son arrêt. Elle n'a pas trouvé de problème avec le cadre belge de l'euthanasie (et a affirmé que l'euthanasie ne viole pas nécessairement l'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme, qui concerne le droit à la vie). En revanche, elle a constaté une violation du droit à la vie dans la manière dont la Belgique a traité l'euthanasie de M. de Troyer. La Cour a estimé que, dans ce cas, la convention avait été violée parce que l'organisme belge créé pour réglementer et examiner les cas d'euthanasie - la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie - "manquait d'indépendance".

    Le médecin qui a administré l'injection à de Troyer - l'un des principaux partisans de l'euthanasie en Belgique - dirige également la Commission fédérale. Compte tenu de ce conflit d'intérêts, la Cour a estimé à l'unanimité qu'il y a eu "violation de l'article 2 de la Convention en raison des déficiences dans la supervision post-mortem de l'euthanasie pratiquée".

    Selon la Cour, les gouvernements ont une obligation procédurale positive de respecter le droit à la vie, ce qui implique de mener une enquête lorsqu'une personne perd la vie dans des circonstances suspectes. Étant donné que Mme de Troyer a été euthanasiée sur la base d'un "trouble de la personnalité et de l'humeur", comme indiqué dans l'arrêt, et qu'elle "ne croyait plus à la guérison ou au traitement", les circonstances de sa mort étaient intrinsèquement suspectes. Le médecin dans cette affaire (et beaucoup d'autres) est apparemment resté assis en silence dans la pièce pendant que les autres membres de la commission déterminaient si sa conduite devait faire l'objet d'une enquête et, éventuellement, de poursuites. Sous son œil attentif, la commission n'a, sans surprise, procédé à aucun renvoi. En fait, sur les plus de 20 000 cas que la commission a examinés, elle n'en a renvoyé qu'un seul pour enquête complémentaire.

    Si la Cour a eu raison de condamner le traitement du cas de M. de Troyer, il était illogique de ne pas condamner également la loi belge sur l'euthanasie dans son ensemble. Au lieu de cela, la Cour a estimé que le droit à la vie garanti par l'article 2 n'interdit pas l'euthanasie légale, pour autant que des "garanties" suffisantes soient assurées. Ironiquement, les " garanties " de la Belgique - la Commission fédérale et la possibilité concomitante de poursuites - ont entraîné la violation dans le cas de M. de Troyer. Mais comme la Cour a maintenu que les États disposent d'une large "marge d'appréciation" pour déterminer l'"équilibre" entre le droit à la vie et la mort par choix, elle a estimé que le cadre juridique belge ne violait pas le droit à la vie.

    Malgré l'incohérence de sa décision, le fait que la Cour ait conclu à une violation des droits de l'homme révèle des fissures dans la façade élaborée des "garanties" de l'euthanasie. L'euthanasie est sûre. L'euthanasie est rare. L'euthanasie est indolore. Ce sont les mensonges sur lesquels repose l'édifice de l'euthanasie. La décision de la Cour démontre qu'aucune " garantie " ne peut rendre l'euthanasie sûre. Ce qui s'est passé en Belgique depuis la légalisation de l'euthanasie il y a vingt ans le montre clairement.

    Au cours des deux dernières décennies, près de 30 000 Belges ont été euthanasiés. Près de vingt pour cent des décès par euthanasie l'année dernière étaient des personnes dont on ne s'attendait pas à ce qu'elles meurent bientôt naturellement. Depuis 2014, il est légal d'euthanasier des enfants. La Belgique a jugé qu'un nombre croissant d'affections non physiques et non graves pouvaient donner lieu à une euthanasie. En outre, le processus d'évaluation de la conformité reste intrinsèquement corrompu, étant donné la nature auto-sélective de la machine de mort : Aucun médecin véritablement attaché au serment d'Hippocrate n'est prêt à y participer.

    Les défenseurs de la vie ont raison de demander : que se passe-t-il maintenant ? La Belgique a reçu un blâme clair de la Cour pour ses abus en matière d'euthanasie, mais le cadre juridique reste incontesté. Si elle veut réagir sérieusement, le pays doit remanier ses mécanismes d'examen, en supprimant la commission militante et en faisant intervenir des voix dissidentes. Bien que cela soit loin d'être suffisant, cela pourrait au moins permettre d'exposer l'immense corruption qui imprègne le système de la mort sponsorisée par l'État. Le problème est qu'il est peu probable que de véritables dissidents siègent au sein d'une commission créée pour approuver - après coup - l'interruption intentionnelle de la vie dans des conditions subjectives.

    Il existe une pente glissante évidente entre l'approbation de l'euthanasie dans de rares cas terminaux et l'approbation de n'importe quel diagnostic de santé mentale. Shanti de Corte, 23 ans, a récemment été euthanasiée en raison du traumatisme mental qu'elle a subi lors de l'attaque terroriste de l'aéroport de Bruxelles en 2016, après laquelle elle ne s'est "jamais sentie en sécurité." Sa mort signale l'échec de notre société à soutenir les personnes vulnérables et blessées. Nous avons abandonné les soins authentiques et la compassion au profit de la mort.

    Aujourd'hui, un mouvement se développe au Canada pour étendre l'euthanasie aux nourrissons qui souffrent de "malformations graves". L'infanticide légal est la prochaine étape macabre d'une vision du monde qui rejette l'imparfait et le non désiré, et qui considère la mort comme la meilleure réponse que nous pouvons offrir à la douleur, à la souffrance ou à la solitude. L'idéologie de l'euthanasie ne contient aucun principe limitatif.

    Alors que les attaques contre la vie deviennent de plus en plus flagrantes, rejetons avec audace ce meurtre commis au nom de la médecine et de la compassion. La Cour européenne des droits de l'homme nous a donné l'occasion de contester les mensonges qui étayent l'agenda de l'euthanasie. Il incombe aux défenseurs des droits de l'homme du monde entier de mettre en lumière la sombre réalité de cette pratique.

    Robert Clarke est avocat et directeur adjoint de l'ADF International.

  • Combattre les migrations forcées en assurant un véritable développement dans chaque pays

    IMPRIMER

    Extrait du DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCOIS AUX MEMBRES DE LA FÉDÉRATION DES ORGANISATIONS CHRÉTIENNES POUR LE SERVICE VOLONTAIRE INTERNATIONAL (FOCSIV)

    14 novembre 2022

    "Chaque personne, chaque peuple, a besoin des conditions de base pour une vie digne ; outre la paix, le logement, les soins de santé, l'éducation, le travail, le dialogue et le respect mutuel entre les cultures et les croyances. La promotion humaine reste un engagement auquel nous devons nous consacrer avec volonté, vigueur, créativité et avec les outils appropriés. Seul un développement intégral - de la personne et du milieu dans lequel elle vit - permet l'épanouissement d'une vie bonne, à la fois personnelle et sociale, sereine et ouverte sur l'avenir. Mais pensez à combien de jeunes sont aujourd'hui contraints de quitter leur patrie à la recherche d'une existence digne ; à combien d'hommes, de femmes et d'enfants affrontent des voyages inhumains et des violences de tout type, à la recherche d'un avenir meilleur ; à combien d'autres continuent de mourir sur les routes du désespoir, tandis que nous discutons de leur destin ou que nous nous détournons ! Les migrations forcées - pour fuir les guerres, la faim, les persécutions ou les changements climatiques - sont l'un des grands maux de notre époque, que nous ne pourrons combattre à la racine qu'en assurant un véritable développement dans chaque pays..."

  • Etats-Unis : l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection

    IMPRIMER

    De NewsMax (John Gizzi) :

    L'avortement n'a pas nui aux candidats républicains

    13 November 2022

    Depuis le jour de l'élection, les médias affirment que les républicains ont obtenu de mauvais résultats parce que la Cour suprême a annulé le jugement Roe v. Wade.

    Si cette affirmation est portée par les partisans du droit à l'avortement ou par ceux qui préféreraient que le parti républicain se tienne à l'écart de cette question, les données montrent que cette affirmation n'est qu'un tissu de mensonges.

    Il est vrai que les démocrates ont fait une campagne acharnée en faveur du rétablissement de Roe v. Wade tout en affirmant à tort que la Cour suprême et les républicains interdisaient l'avortement. (Ils ne le faisaient pas.)

    Pourtant, course après course, l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection.

    Prenons, par exemple, les courses à New York, un État qui s'est longtemps présenté comme l'un des plus favorables à l'avortement de l'Union.

    Le candidat républicain pro-vie au poste de gouverneur de New York, Lee Zeldin, a recueilli le plus grand nombre de voix du GOP (Parti républicain) dans cet État depuis près de cinq décennies.

    En 2020, Trump avait perdu de 23 points face à Biden dans cet État.

    Alors que la gouverneure sortante démocrate Kathy Hochul a fait de l'avortement une question clé, Zeldin a comblé l'écart avec Trump de 18 points, passant à cinq points de la victoire.

    En fait, une vague rouge a déferlé sur l'État de New York, avec 10 républicains remportant des sièges au Congrès. Neuf d'entre eux sont pro-vie.

    Le GOP a également réalisé un gain net de trois sièges à la Chambre des représentants, y compris dans deux districts de la banlieue de New York où les démocrates ont dépassé les républicains.

    Nous avons entendu dire que les femmes de la banlieue votaient toutes contre le parti républicain cette année.

    Mais Mike Lawler, député pro-vie, a battu le démocrate sortant Sean Patrick Maloney. Maloney avait fait de l'avortement un enjeu majeur.

    Dans de nombreuses courses importantes aux États-Unis, les démocrates ont utilisé la carte de l'avortement sans succès.

    Pas moins de 12 gouverneurs républicains fortement pro-vie ont été élus et pas un seul n'a été défait, à savoir Kay Ivey de l'Alabama, Ron DeSantis de Floride, Brian Kemp de Géorgie, Brad Little de l'Idaho, Kim Reynolds de l'Iowa, Mike DeWine de l'Ohio, Kevin Stitt de l'Oklahoma, Henry McMaster de Caroline du Sud, Kristi Noem du Dakota du Nord, Bill Lee du Tennessee, Greg Abbott du Texas et Mark Gordon du Wyoming.

    Il convient de noter en particulier la réélection écrasante, à 59 % contre 41 %, du gouverneur pro-vie de Floride, DeSantis.

    En avril dernier, DeSantis a signé une loi restrictive sur l'avortement, interdisant toute procédure de ce type dans l'État après 15 semaines de gestation.

    Pendant ce temps, son adversaire bien financé, Charlie Crist, a fait du soutien de DeSantis à la loi un enjeu majeur de la campagne.

    Lors des dernières élections, la Floride avait une tendance bleue (démocrate). DeSantis n'avait fait qu'une bouchée en 2018 pour remporter le poste de gouverneur.

    Cette année, DeSantis a non seulement gagné avec une marge républicaine record, mais il a même remporté les bastions démocrates que sont les comtés de Miami-Dade et de Palm Beach.

    Si l'avortement était une question si déterminante, comment cela a-t-il pu se produire ?

    Et comment l'Ohio a-t-il pu se produire cette année ?

    L'Ohio a longtemps été un État baromètre, et pourtant le gouverneur républicain DeWine a été réélu cette année avec une énorme marge de 26 points.

    En 2019, DeWine avait signé une loi sur les battements de cœur, interdisant l'avortement après le premier signe d'activité cardiaque du fœtus.

    La victoire de DeWine a été reflétée par la réélection du procureur général Dave Yost, ainsi que par des majorités pro-vie à l'Assemblée législative de l'État et trois candidats pro-vie qui ont obtenu des sièges à la Cour suprême de l'État.

    Dans l'ensemble des États-Unis, les républicains n'ont clairement pas obtenu les résultats escomptés lors des élections de mi-mandat de 2022, en raison de facteurs tels que la médiocrité des candidats, le fait que les démocrates aient dépensé plus que leur part et le fait que l'économie soit encore forte et le chômage faible.

    Mais, course après course, l'avortement n'a pas été le thème gagnant que les démocrates et les grands médias prétendent.

  • La liberté d'enseignement gagne dans les écoles américaines

    IMPRIMER

    De Luca Volonte sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    L'AUTRE VOTE
    La liberté d'enseignement gagne dans les écoles américaines

    14-11-2022

    Outre le Mid Term aux États-Unis, il y a eu des élections beaucoup moins visibles, mais non moins importantes : le renouvellement des conseils scolaires au niveau du comté et de l'État. Les conservateurs ont enregistré une nette victoire, grâce à l'activisme d'associations telles que "Mères pour la liberté". Contre l'endoctrinement de la théorie critique de la race et de la théorie du genre.

    Aux États-Unis, les organisations locales et nationales qui se consacrent à la défense des droits parentaux dans le domaine de l'éducation célèbrent des succès significatifs dans de nombreux États dont les comtés ont renouvelé la représentation des parents dans les conseils scolaires. Ce vaste réseau national d'associations et d'organisations pour la liberté de choix de l'éducation remporte des succès étonnants, si l'on considère que la plupart d'entre elles ont été fondées au cours des deux dernières années pour défendre l'éducation et les droits de leurs enfants dans un système scolaire public de plus en plus imprégné d'idéologies "raciales", LGBTI et anti-historiques (woke).

    L'année dernière, en Virginie, grâce au soutien de nombreuses organisations locales de parents qui protestaient dans l'État contre l'endoctrinement subi par leurs enfants, Glenn Youngkin, candidat républicain et partisan des droits parentaux et de la liberté d'enseignement, a été élu gouverneur de l'État, après dix ans de "règne" ininterrompu des démocrates. Un signal important et significatif qui a anticipé les succès de ces derniers jours. Pour défendre les libertés et les droits des parents et des enfants, on trouve des organisations purement juridiques comme l'ADF, des cabinets de conseil technico-organisationnel comme la Fondation pour les droits parentaux, des plateformes d'information ("NoLeftturn" dans l'éducation) mises à jour en temps réel sur tout ce qui se passe dans le domaine des abus éducatifs perpétrés par la gauche dans les écoles publiques et privées, mais aussi des organisations et des réseaux électoraux. En particulier les "Mamans pour la liberté", des groupes de parents qui font campagne localement pour plus de transparence dans l'éducation et pour pouvoir publier (et éventuellement contester) les programmes des écoles publiques, et le "1776 Project PAC", un groupe d'intellectuels et d'experts en philosophie et en histoire qui soutiennent les parents opposés à la TRC (la "théorie critique de la race" qui propage une éducation et une scolarisation discriminatoires envers les blancs) ont vu plusieurs des candidats qu'ils soutiennent remporter des sièges dans les conseils scolaires des comtés de tous les États et renforcer par leur présence les droits à la liberté d'enseignement et au respect des parents.

    Les succès de ces organisations de parents dans des États comme le Maryland, l'Indiana et le Michigan ont changé les majorités dans plusieurs conseils scolaires, même en Floride les associations de parents ont gagné des majorités historiques dans tous les conseils scolaires de comté de l'État. "La nuit dernière a été une nuit décevante pour l'élection de membres républicains du Congrès dans de nombreuses régions du pays, mais nous sommes heureux de dire que nous avons remporté un grand succès dans des courses clés en Floride, au Michigan, en Oklahoma, en Ohio et dans le Maryland, qui étaient de loin les endroits les plus importants que nous ciblions", a déclaré Aiden Buzzetti, responsable de la coalition des candidats pour '1776 Project PAC'.

    Lire la suite

  • 16-23 novembre : une "semaine rouge" pour attirer l'attention sur la liberté religieuse et les chrétiens persécutés dans le monde

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Une semaine mondiale pour défendre la liberté religieuse

    Du 16 au 23 novembre, l'Association Aide à l'Église en Détresse (AED) organise une campagne pour attirer l'attention sur la liberté religieuse et les chrétiens persécutés dans le monde. Des temps de prière et de témoignages se tiendront sur les cinq continents.

    La branche internationale de l'Aide à l'Église en Détresse (AED) lance du 16 au 23 novembre une grande campagne afin de sensibiliser sur la liberté religieuse et la persécution des chrétiens. Intitulée #RedWeek (#SemaineRouge), cetta campagne se déroulera sur tous les continents. Comme les années précédentes dans certains pays, des églises et bâtiments emblématiques seront illuminés en rouge. 

    Cette #Redweek débutera le 16 novembre, à Londres, par la présentation officiel du rapport "Persécutés et oubliés ? - un rapport sur les chrétiens opprimés pour leur foi 2020-22" devant le parlement britannique. Cette campagne de sensibilisation va se décliner dans de nombreux pays et sera marquée par des temps de prière et de réflexion et des conférences. Sur le continent latino-américain par exemple, AED Colombie a invité Sœur Gloria Narvaez, une religieuse détenue par des terroristes islamistes au Sahel pendant cinq ans, à partager son expérience à Bogota et Medellin.

    Des bâtiments illuminés de rouge

    En France, les cloches sonneront dans 100 églises du pays et une table ronde se tiendra au Collège des Bernardins à Paris, suivie d'une veillée de prière à Montmartre le 23 novembre, avec le témoignage de Mgr Ndagoso, archevêque de Kaduna, au Nigeria. L'Allemagne elle a invité des personnalités venues d'Irak, du Nigeria et du Pakistan à témoigner dans les cathédrales de Ratisbonne, Mayence ou Augsbourg. 

    L'idée d'une semaine dédiée à la liberté religieuse est née en 2015 au Brésil quand la branche locale d'AED avait fait illuminer en rouge le monument du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro pour attirer l'attention sur la persécution des chrétiens en Irak. Depuis cette date, un mercredi de novembre est consacré à la liberté religieuse et des initiatives se sont développées dans de nombreux pays, à commencer par l’illumination de certains édifices. L'AED France elle organise la "nuit des témoins", soirée de prière et de rencontres.

  • Défense de la vie : déception aux Etats-Unis

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    États-Unis : les évêques catholiques déçus par les votes sur l'avortement dans les États américains

    12 novembre 2022

    Les électeurs de plusieurs régions du pays ont voté contre les amendements à la constitution sur la protection de la vie et pour la réglementation de l'accès impuni à l'avortement

    Washington DC (kath.net/KAP/red) Lors des élections de mi-mandat, les électeurs de plusieurs États américains se sont prononcés en faveur de la protection du droit à l'avortement et ont rejeté les restrictions à l'accès impuni à l'avortement. Par exemple, les votes dans les États de gauche de la Californie, du Michigan et du Vermont mardi ont abouti à des majorités pour l'inscription d'un droit à l'avortement dans la constitution de l'État respectif. À l'inverse, dans le Kentucky et le Montana, la question était de savoir si la constitution devait protéger la vie à naître, ce que les électeurs des deux États ont rejeté de justesse.

    Les évêques catholiques locaux ont exprimé leur déception tout en réaffirmant leur engagement à poursuivre la lutte pour abolir l'avortement et soutenir les femmes et les familles dans le besoin. "L'avortement est désormais légal dans le Michigan à une échelle sans précédent, et des millions de vies sont en jeu", a écrit l'archevêque de Detroit Allen H. Vigneron dans une lettre aux catholiques de son archidiocèse, selon le Catholic News Service (CNS). Dans l'État, 55 % des électeurs ont voté pour l'accès gratuit à l'avortement. Les croyants sont "profondément attristés par cette grave atteinte à la dignité et au caractère sacré de la vie humaine innocente à naître", a déclaré Vigneron.

    L'archevêque de Detroit a appelé les catholiques à "renouveler leur engagement à accompagner les femmes et les familles dans le besoin avec une détermination plus grande que jamais". Vigneron a assuré que l'Eglise poursuivra ses efforts pour construire une "culture de la vie" "où l'avortement est impensable, toutes les familles reçoivent le soutien dont elles ont besoin et la dignité de tous les êtres humains est reconnue".

    Dans le Kentucky plus conservateur, les évêques catholiques ont été déçus par le rejet d'environ 52 % d'un projet d'amendement à la constitution pour la protection complète de la vie humaine, qui visait à garantir les restrictions existantes sur les avortements. "Cela ne signifie pas la fin du débat ni la nécessité de travailler avec diligence pour accroître le respect de la dignité de chaque vie humaine", ont-ils déclaré dans un communiqué. "Nous continuerons à travailler avec les législateurs pour adopter des lois qui protègent la vie à naître, soutiennent les femmes et les familles et respectent la vie et la dignité humaines à toutes les étapes de la vie."

    Pendant les mi-mandats, les 435 sièges de la Chambre des représentants et 34 des 100 sièges du Sénat du Congrès américain étaient à gagner, et de nombreux sièges de gouverneur étaient également à pourvoir. Sur la base des résultats et des prévisions disponibles jusqu'à présent, les républicains ont de bonnes chances de remporter la majorité à la Chambre des représentants. La majorité au Sénat, qui est actuellement à peine contrôlée par les démocrates, ne pourrait éventuellement être déterminée qu'après un second tour des élections dans l'État de Géorgie en décembre.

  • Les pays traditionnels se mobilisent sur les questions de transgenrisme, d'homosexualité et d'avortement à l'ONU

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur le Friday Fax :

    Les pays traditionnels se mobilisent sur les questions de transgenrisme, d'homosexualité et d'avortement à l'ONU

    11 novembre 2022

    NEW YORK, 11 novembre (C-Fam) Un combat majeur a éclaté cette semaine au sein de la troisième commission de l'Assemblée générale des Nations unies, opposant les pays traditionnels aux puissants gouvernements occidentaux sur les questions de l'avortement, de l'homosexualité et de l'idéologie transgenre.

    Le débat s'est déroulé lors de l'examen d'une résolution sur la "violence contre les femmes".

    Les délégués occidentaux ont été choqués de voir les pays traditionnels bouleverser l'adoption de la résolution de l'ONU. Ce qui aurait dû être une adoption de routine d'une résolution progressiste de l'ONU, comme beaucoup d'autres, s'est transformé en une bataille procédurale d'amendements et de rhétorique politisée.

    Le Guatemala a proposé la suppression d'un paragraphe entier sur la santé sexuelle et reproductive parce qu'il liait de manière ambiguë "l'accès à un avortement sûr" aux droits de l'homme. L'amendement a échoué, mais 36 délégations l'ont soutenu. L'ambassadeur du Guatemala a déclaré que son pays protège la vie humaine dès la conception et que "l'avortement n'est codifié dans aucun traité".

    La Fédération de Russie, l'Égypte, la Libye, le Nigeria, l'Arabie saoudite et le Yémen ont proposé des amendements visant à remplacer les termes "formes multiples et croisées de discrimination" et "les femmes dans toute leur diversité", qui ont reçu le soutien de 61 pays.

    Les pays traditionnels ont déclaré que le large soutien apporté aux amendements, même s'ils échouaient, prouvait que les puissants gouvernements occidentaux ne menaient pas les négociations de bonne foi et qu'ils ignoraient délibérément toute opinion différente de la leur. L'argument est que, dans la tradition des Nations unies, les documents sont obtenus par consensus, ce qui manquait manifestement et abondamment dans la résolution sur la violence à l'égard des femmes.

    "Les amendements prouvent que notre point de vue est réaliste", a déclaré une déléguée égyptienne, qui a appelé les gouvernements occidentaux à défendre un "véritable multilatéralisme". Un consensus peut être atteint, a-t-elle insisté, si seulement les pays occidentaux cessent d'alimenter la division et recherchent plutôt l'unité.

    Un délégué de l'Indonésie a déclaré que les amendements étaient un "reflet solide que certaines parties du projet de résolution n'ont pas bénéficié d'un consensus" et a appelé les délégations occidentales à adopter un esprit différent "pour avancer ensemble."

    Plusieurs délégations d'Asie et d'Afrique se sont plaintes du fait que les principaux promoteurs de la résolution soutenue par l'UE ont abandonné des conventions diplomatiques de longue date pour faire passer la résolution à l'Assemblée générale avec des termes controversés promouvant l'avortement, l'homosexualité et l'idéologie transgenre.

    Les termes ambigus, qui incluent "formes multiples et croisées de discrimination", "les femmes dans toute leur diversité", "contrôle de la sexualité" et "avortement sans risque", ont été controversés lors de précédentes négociations de l'ONU parce que le système des Nations unies utilise ces termes pour promouvoir l'avortement et les droits des LGBT, mais la France et les Pays-Bas ont insisté pour inclure ces termes dans la résolution malgré les objections des pays traditionnels.

    Plus grave encore, ils n'ont pas fait circuler la version finale de la résolution avant qu'elle ne soit présentée pour adoption à l'Assemblée générale, une courtoisie diplomatique courante destinée à donner aux délégations un préavis suffisant et le temps de préparer une réponse officielle.

    Un délégué de la Malaisie a qualifié ces actions d'"irresponsables" et a déclaré qu'elles porteraient "gravement atteinte" aux droits de l'homme internationaux.

    Le délégué du Nigeria a déclaré que les auteurs de la résolution avaient fait preuve d'une "indifférence et d'un mépris flagrants" à l'égard des opinions divergentes.

    Ce n'était pas la première fois que les délégations occidentales tentaient cette tactique à l'Assemblée générale. L'année dernière, les délégations ont été pareillement aveuglées par une résolution parrainée par les États-Unis qui comprenait l'expression "orientation sexuelle et identité de genre".

    Les pays européens, les pays nordiques et les États-Unis ont rétorqué que les négociations avaient été "ouvertes, transparentes et inclusives" et que la résolution finale représentait un "équilibre" de toutes les opinions exprimées lors des négociations. Ils ont accusé les pays traditionnels de sabotage et de ne pas faire assez pour lutter contre la violence à l'égard des femmes.

    Le Guatemala, la Fédération de Russie, l'Égypte, l'Indonésie, le Soudan, l'Irak, le Sénégal, l'Iran, l'Érythrée, la Malaisie, la Libye, le Nicaragua, le Mali, le Pakistan, le Bélarus, le Bangladesh, le Cameroun, l'Éthiopie, la Gambie, le Yémen, le Nigeria, la Mauritanie, le Saint-Siège et l'Arabie saoudite au nom des Émirats arabes unis, d'Oman, du Qatar et du Koweït sont intervenus pour défendre le droit souverain des nations à défendre les enfants à naître et la famille contre des politiques sociales controversées.

    La Hongrie et la Pologne, favorites des conservateurs américains, continuent de décevoir. La Pologne s'est abstenue de soutenir les amendements visant à supprimer le langage controversé. La Hongrie, en revanche, a voté en faveur du langage controversé "woke".

  • Le Patriarche arménien catholique : "Mon peuple est victime de l'injustice internationale"

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    Le Patriarche arménien catholique : Mon peuple est victime de l'immoralité mondiale

    A l'occasion de l'inauguration d'un centre paroissial arménien en Hongrie, le patriarche Raphaël Bedros XXI Minassian évoque la situation de son peuple, qui a récemment été confronté à de nouvelles attaques azerbaïdjanaises de grande ampleur.

    10 novembre 2022

    BUDAPEST, Hongrie - Le centre paroissial arménien de Budapest, qui vient d'être rénové grâce aux fonds alloués par le gouvernement hongrois, a été inauguré le 2 novembre, en présence du patriarche arménien catholique Raphaël Bedros XXI Minassian et du cardinal Peter Erdő, primat de Hongrie, qui a béni les nouveaux locaux.

    La partie rénovée du bâtiment est destinée à accueillir des projets éducatifs et culturels, ainsi que les archives de la communauté hongroise-arménienne.

    L'événement s'est déroulé en présence d'officiels hongrois, dont Azbej Tristan, secrétaire d'État à l'Aide aux chrétiens persécutés et au programme Hungary Helps, l'agence gouvernementale qui a financé les travaux de restauration, dans le but de donner un nouvel élan à la communauté arméno-catholique dans le contexte difficile du conflit actuel entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

    Les relations entre l'Arménie et la Hongrie ont elles-mêmes été marquées par des tensions ces dernières années. Les relations diplomatiques entre les deux pays ont été suspendues en 2012, après qu'un officier azéri condamné à la prison à vie par un tribunal hongrois pour le meurtre d'un officier arménien à Budapest en 2004 ait été extradé vers les autorités azerbaïdjanaises et immédiatement gracié.

    D'un point de vue diplomatique, ce récent geste d'amitié du gouvernement hongrois envers sa communauté arménienne est considéré comme une nouvelle étape dans le processus de réchauffement des relations entre les deux nations.

    Avant de bénir le nouveau centre paroissial, le patriarche arménien s'est félicité de cette occasion de renforcer les liens entre son pays et la Hongrie, dont il a salué le retour aux racines chrétiennes depuis la chute du régime soviétique.

    Raphaël Bedros XXI Minassian, élu lors du synode de l'Église catholique orientale à Rome en 2021, est le 21e Catholicos-Patriarche de Cilicie des Arméniens catholiques. Auparavant, il était l'évêque des Arméniens catholiques d'Europe orientale depuis 2011. Le Register l'a interviewé en marge de l'événement du 2 novembre.

    Vous êtes ici à Budapest pour l'inauguration du bâtiment de la paroisse arménienne nouvellement rénové, grâce à un financement du gouvernement hongrois. Que représente cet événement pour vous, à la lumière des relations fluctuantes entre votre pays et la Hongrie au cours de la dernière décennie ? Qu'attendez-vous de cette visite ?

    Les relations entre ces deux peuples existent depuis des siècles. Nous avons de nombreux projets communs, notamment par le biais d'organisations caritatives. En venant ici pour l'inauguration de notre centre paroissial, qui illustre aussi l'enracinement historique de notre communauté en Hongrie, je veux montrer ma gratitude à ce pays pour ce beau geste d'amitié envers les Arméniens. Ces dernières années, face à la persécution des chrétiens découlant des différentes guerres au Moyen-Orient, mais aussi en Arménie, la Hongrie a fait preuve d'une charité vraiment chrétienne en aidant les fidèles, qui se trouvaient dans d'énormes difficultés sociales, médicales et humanitaires.

    C'est donc un moment de remerciement pour ce gouvernement, qui a vraiment donné beaucoup, au-delà de l'aspect financier, également sur le plan moral et symbolique. Ce pays a joué ces dernières années un rôle de véritable témoignage chrétien, malgré la diversité de ses communautés. L'Évangile est le dénominateur commun.

    Est-ce ce dénominateur commun qui rapproche l'Arménie et la Hongrie dans l'actuelle assemblée des nations ?

    Les relations entre la Hongrie et l'Arménie sont renforcées par cette fidélité concrète au christianisme. Mais il y a un mouvement international qui commence à se réveiller et à recentrer l'attention sur nos frères et sœurs chrétiens qui souffrent. Au-delà de cette aide morale de la Hongrie, des organisations comme L'Oeuvre d'Orient en France font la même chose.

    Il y a une prise de conscience que les chrétiens d'Orient sont en danger et qu'ils ont besoin de ce soutien des chrétiens occidentaux. C'est l'Église universelle qui commence à se rassembler, ce qui est encourageant.

    Vous avez récemment pris vos fonctions de patriarche de Cilicie des Arméniens, dans un contexte particulièrement sensible pour votre pays. Quel bilan tirez-vous de cette première année de mission ? Quels ont été vos plus grands défis ?

    Dès le début, les difficultés étaient évidentes. L'Eglise catholique arménienne est une petite Eglise, avec quelques centaines de milliers de fidèles [environ 600.000, selon L'Oeuvre d'Orient]. Malheureusement, nous avons été les victimes de l'immoralité du monde, de l'injustice internationale. En tant qu'Arméniens, nous avons subi un génocide en 1915 qui a fortement et définitivement appauvri notre pays.

    Nous avons placé notre espoir dans une réaction mondiale à l'agression azérie, mais aujourd'hui nous nous sentons seuls. Et par-dessus le marché, nous sommes tués avec les armes de pays amis. C'est très difficile. ...

    En plus de la guerre, le COVID a ajouté beaucoup de difficultés car nous avons dû fermer les églises, et les relations avec les communautés, les parents, ont été suspendues.

    Mais au milieu de cette situation cauchemardesque, nous avions encore la grâce de la persévérance, qui nous a permis de continuer à avancer coûte que coûte, malgré toutes les attaques contre notre pays, qui travaille pour la paix. Je peux dire aujourd'hui que cette première année n'a pas été pour rien car la grâce de Dieu a vraiment fait son œuvre et a béni nos fidèles et nos communautés.

    Après le cessez-le-feu de 2020 dans le Haut-Karabakh, le recteur de la cathédrale apostolique arménienne de Chouchi, le père Andreas Taadyan, a dénoncé la poursuite de la destruction du patrimoine chrétien arménien par les Azéris. Comment se présente la situation aujourd'hui ?

    Je n'ai pas été personnellement présent sur le théâtre du conflit ces derniers mois, mais je peux confirmer d'après les informations que je reçois du terrain qu'il y a une entreprise de destruction des symboles de notre culture, de notre appartenance religieuse chrétienne. Il existe une véritable haine envers les chrétiens dans la région. Malgré l'image d'humanité que les Azéris donnent dans la presse, c'est une réalité.

    Êtes-vous d'accord avec les commentateurs qui suggèrent qu'il existe une volonté, de la part de l'Azerbaïdjan et de la Turquie, son allié ethnique, d'éradiquer la présence arménienne chrétienne de la région, comme en 1915 ?

    Parfois, les formulations, les images véhiculées peuvent changer, mais le contenu reste le même. Nous comprenons le but précis, les rêves de ces gens par la cohérence de leurs déclarations et de leur comportement. Fondamentalement, rien n'a changé, nous sommes confrontés au même phénomène qu'en 1915, bien que l'Arménie soit un peuple qui recherche la paix et n'a pas de visées expansionnistes.

    L'Azerbaïdjan a attaqué plusieurs villages arméniens les 13 et 14 septembre, dans le silence étonnant de nombreux médias et dirigeants politiques occidentaux. Vous avez dénoncé ce silence à de nombreuses reprises. Comment expliquez-vous cette inertie internationale, voire cette indifférence, face aux souffrances de votre pays ? Est-ce entièrement dû aux enjeux actuels du pétrole et du gaz, puisque l'Union européenne a décidé d'importer des hydrocarbures azéris pour remplacer à l'avenir le gaz russe ?

    Il y a beaucoup de politique en jeu, beaucoup d'intérêts en jeu. Par conséquent, aucune nation ou puissance mondiale ne s'intéresse au peuple arménien à l'heure actuelle. Je parle souvent avec les dirigeants politiques. Je leur dis ce que j'ai à dire, conformément à mon rôle d'ecclésiastique.

    Il y a des forces qui nous attaquent, qui violent nos frontières ; tout le monde sait ce qui se passe, et pourtant, on les laisse nous détruire.

    Quand je vois cette injustice internationale qui se déroule, et que les chrétiens d'Arménie mais aussi du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Asie, souffrent dans une totale indifférence, je ne peux raisonnablement pas me taire. Le terme "cinquième colonne" est utilisé pour décrire une force secrète que l'on ne peut pas vraiment identifier. C'est bien une sorte de cinquième colonne qui travaille actuellement à la destruction de ce peuple fidèle.

    Tout cela se passe alors que, partout dans le monde, tous les fondamentaux sont remis en question - la religion, l'appartenance à une patrie, l'identité. ... Les gens ne savent plus qui ils sont, et c'est une partie décisive du problème.

    Quelle est la situation dans le Haut-Karabakh en ce moment ?

    Les choses sont plutôt calmes en ce moment. Mais le danger aux frontières demeure. Lorsque les intérêts de deux peuples [l'Azerbaïdjan et la Turquie] convergent, ils forment naturellement une seule force pour vaincre le troisième, qui entrave leurs intérêts. Ils ne s'arrêteront pas là.

    Quel message souhaitez-vous adresser aux dirigeants du monde occidental ?

    Je veux leur dire de se réveiller. Soyez vraiment justes. Défendez les faibles et donnez-leur une voix. Rendez justice à ceux qui en sont privés. Pensez au-delà des tactiques politiques - pensez aux êtres humains qui souffrent. C'est ce que nous attendons, surtout de l'Europe, qui est notre voisine et qui partage les mêmes racines chrétiennes.

    Solène Tadié est la correspondante pour l'Europe du National Catholic Register. Elle est franco-suisse et a grandi à Paris. Après avoir obtenu un diplôme en journalisme à l'université Roma III, elle a commencé à faire des reportages sur Rome et le Vatican pour Aleteia. Elle a rejoint L'Osservatore Romano en 2015, où elle a successivement travaillé pour la section française et les pages culturelles du quotidien italien. Elle a également collaboré avec plusieurs médias catholiques francophones. Solène est titulaire d'une licence en philosophie de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin, et a récemment traduit en français (pour les Éditions Salvator) Défendre le marché libre : The Moral Case for a Free Economy du Père Robert Sirico de l'Acton Institute.

  • La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe : un rapport de l'ECLJ

    IMPRIMER

    De l'European Centre for Law & Justice :

    LA PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS EX-MUSULMANS EN FRANCE ET EN EUROPE

    Ce rapport, rédigé sur la base d'entretiens individuels, révèle les défis auxquels les ex-musulmans européens convertis sont confrontés lorsqu'ils quittent leur religion. Tous les ex-musulmans subissent des difficultés suite à leur décision de quitter l'islam, mais les difficultés qu'ils rencontrent varient considérablement. Si la majorité d'entre eux sont confrontés à l'ostracisme, certains ont également subi des agressions violentes. Même si la charia n'est pas appliquée en Europe, la présence croissante d'importantes communautés musulmanes dans les grandes villes européennes constitue une menace pour la liberté de religion de ceux qui cherchent à quitter l'islam.

    2022_11_11_09_37_17_Greenshot.png