Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 10

  • Un prêtre et trois moines orthodoxes assassinés en Afrique du Sud

    IMPRIMER

    Une dépêche de fides.org :

    AFRIQUE / AFRIQUE DU SUD - Un prêtre zambien tué en Afrique du Sud

    14 mars 2024
     

    Johannesburg (Agence Fides) - Un prêtre d'origine zambienne a été tué hier, 13 mars, en Afrique du Sud. Le Père William Banda, de la Société St Patrick pour les Missions Etrangères (Pères Kiltegan), a été abattu alors qu'il s'apprêtait à célébrer la Messe dans la cathédrale de Tzaneen.

    Selon les témoins, le matin du 13 mars, vers 7h45, alors que le Père Banda dirigeait la prière avant la messe de 8h, les fidèles présents ont vu entrer dans l'église une personne qu'ils n'avaient jamais vue auparavant, un Africain très bien habillé, qui s'est immédiatement dirigé vers le prêtre et s'est assis à côté de lui.

    Après avoir récité le chapelet, le père Banda s'est rendu à la sacristie pour se préparer à célébrer la messe du matin. L'étranger a encadré le prêtre et l'a escorté jusqu'à la sacristie. Alors que le prêtre s'apprêtait à entrer, le meurtrier a sorti un pistolet de sa poche et a abattu le père Banda d'une balle à l'arrière de la tête.

    Le meurtrier s'est dirigé vers la sortie de l'église, mais une fois arrivé sur le pas de la porte, il s'est retourné et s'est approché du corps du prêtre, tirant une deuxième balle dans la tête. Une fois sorti de l'église, des témoins rapportent que le meurtrier a sauté dans une voiture qui attendait, puis s'est enfui à toute vitesse.

    Le meurtre du prêtre catholique fait suite à celui de trois moines orthodoxes, la veille, le 12 mars, au monastère de Saint-Marc et de Saint-Évêque Samuel le Confesseur, à Cullinan, à environ 30 km à l'est de Pretoria,

    Dans un communiqué, l'Église copte orthodoxe a indiqué que les moines abattus étaient le père Takla El-Samouili, vicaire diocésain, le père Youstos Ava-Markos et le père Mina Ava-Markostre. (LM) (Agence Fides 14/3/2024)

  • Moscou congratule le pape "défenseur de l'humanisme et de la paix"

    IMPRIMER

    Lu ICI :

    Moscou salue le pape François, "défenseur de l'humanisme et de la paix"

    13 mars 2024

    La Russie a félicité mercredi le pape François à l'occasion du 11e anniversaire de son pontificat, saluant un « véritable défenseur de l'humanisme et de la paix », sur fond de tensions diplomatiques entre Kiev et le Vatican après que le pontife eut appelé l'Ukraine à « hisser le drapeau blanc ».

    « Le pape François est un véritable et sincère défenseur de l'humanisme, de la paix et des valeurs traditionnelles », a écrit sur X l'ambassade de Russie près le Saint-Siège en assurant de ses "meilleurs voeux" le pape argentin, élu le 13 mars 2013.

    L'évêque de Rome est « l'un des rares dirigeants politiques ayant un point de vue véritablement stratégique sur les problèmes mondiaux », a ajouté l'ambassade.

    Ce message intervient trois jours après la diffusion d'une interview du pape François dans laquelle il appellait Kiev à « hisser un drapeau blanc et à négocier » pour mettre un terme à la guerre "avant que les choses n'empirent".

    Ces propos ont provoqué une vive polémique et des tensions diplomatiques entre Rome et l'Ukraine, qui s'est indignée en accusant le pape de "légaliser le droit du plus fort", allant jusqu'à convoquer l'envoyé du Vatican.

    Le Saint-Siège a cherché à corriger le tir en insistant sur le fait que la formule "drapeau blanc" signifiait ici « une cessation des hostilités » plutôt qu'une reddition. Le secrétaire d'Etat (N. 2 du Vatican), Pietro Parolin, est lui-même monté au créneau mardi pour tenter d'éteindre l'incendie.

    Mercredi matin, à l'issue de son audience générale hebdomadaire, François, 87 ans, a prié pour « vaincre cette folie de la guerre, qui est toujours une défaite », sans citer nommément ni l'Ukraine, ni la Russie.

  • Qu'en est-il de l'Église aux États-Unis ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    La bonne nouvelle, c'est que la mauvaise nouvelle n'est pas la seule qui existe
    L'Esprit Saint anime de bonnes choses parmi nous. Il faut les célébrer et les soutenir.

    13 mars 2024

    Dans un essai perspicace sur le défi lancé par Vladimir Poutine à la civilisation, l'historien italien Roberto de Mattei a fait remarquer qu'au milieu du déclin général de l'Occident, "l'Église.... apparaît comme un terrain vague". Cela semble certainement être le cas du catholicisme institutionnel en Allemagne et en Belgique, où les évêques violent la profession de foi qu'ils ont faite avant leur ordination épiscopale en déclarant que l'Église a enseigné faussement sur certaines questions morales, et en suggérant que des questions doctrinales réglées ne sont pas réglées.

    Il n'est pas difficile de comprendre comment le Dr de Mattei, qui vit à Rome, peut avoir l'impression de vivre dans un désert ecclésiastique : le prêtre chargé de la catéchèse dans le diocèse de Rome, le père Andrea Camillini, a récemment déclaré : "Il est temps d'abandonner l'illusion de la toute-puissance, de l'évangélisation de Rome, et d'abandonner l'idée de faire de Rome une ville chrétienne. Ce n'est plus notre objectif et ça ne l'a jamais été".

    Mais qu'en est-il de l'Église aux États-Unis ? Certes, notre paysage est en clair-obscur, avec des ombres et des lumières. Mais une terre en friche ? Je ne le crois pas.

    Considérons les éléments suivants.

    Séminaires. Dans l'ensemble, les séminaires américains sont aujourd'hui en meilleure forme qu'ils ne l'ont jamais été. Les réformes des séminaires prescrites par Jean-Paul II dans l'exhortation apostolique Pastores Dabo Vobish de 1987 ont fait leur chemin et, bien qu'il reste encore beaucoup à faire - notamment pour inculquer l'art de la prédication - les recteurs et les formateurs des séminaires de nombreux pays de l'Atlantique Nord s'émerveillent de ce qu'ils voient ici et espèrent l'imiter.

    Collèges et universités catholiques. Certaines d'entre elles sont, en effet, des friches catholiques. Dans d'autres, il y a une bataille continuelle pour maintenir une identité catholique vibrante qui prépare les jeunes hommes et les jeunes femmes au discipulat missionnaire. D'autres encore sont fermement engagés sur la voie de la rigueur intellectuelle dans un environnement qui favorise une conversion continue et toujours plus profonde au Christ. Pour n'en citer que quelques-uns, par ordre alphabétique : Thomas Aquinas College, Belmont Abbey College, Benedictine College, Catholic University of America, Christendom College, University of Dallas, Franciscan University of Steubenville, University of Mary.

    La pastorale catholique des campus. Nous vivons un âge d'or de la pastorale universitaire catholique, qui se manifeste dans des lieux que certains pourraient considérer comme surprenants, tels que l'université Texas A&M et l'université d'État du Dakota du Nord.  Le Fellowship of Catholic University Students (FOCUS), issu directement des Journées mondiales de la jeunesse de 1993 à Denver, envoie aujourd'hui 980 jeunes missionnaires, récemment diplômés, sur 202 campus dans six pays pour l'évangélisation et la catéchèse de pair à pair. Un pourcentage élevé des vocations à la prêtrise et à la vie consacrée du 21e siècle sont suscitées par la participation aux programmes FOCUS sur les campus, et le nombre de mariages et de familles catholiques de qualité que FOCUS et d'autres excellents ministères catholiques sur les campus ont favorisés est incalculable. L'Institut thomiste, dirigé depuis la Maison dominicaine d'études de Washington, apporte un contenu catholique de haute volée sur les campus d'un océan à l'autre, défiant l'esprit de travail par la vérité.

    Catéchèse et formation des adultes. Dans ce domaine également, l'Église des États-Unis est un leader mondial. Le ministère Word on Fire, créé par l'évêque Robert Barron, ne cesse de se renforcer et a maintenant développé un programme d'édition de premier ordre pour étendre le travail effectué par Ignatius Press et d'autres éditeurs catholiques de premier plan. Le programme FORMED de l'Institut Augustin met du matériel d'évangélisation et de catéchèse de qualité à la disposition des paroisses qui prennent au sérieux la formation des adultes. Le Catholic Information Center, situé au centre de Washington, D.C., est le cœur de la nouvelle évangélisation dans la capitale nationale. Il y a aussi le travail de formation intellectuelle et spirituelle effectué par Legatus, l'association des chefs d'entreprise et des professionnels catholiques, et par l'Institut Napa.

    La réforme de la vie consacrée. Des communautés religieuses américaines de femmes, vibrantes et joyeusement orthodoxes, se développent : les Dominicains de Nashville, les Sœurs Dominicaines de Marie Mère de l'Eucharistie, les Sœurs de la Miséricorde d'Alma, Michigan, et les Sœurs de la Vie n'en sont que quatre exemples. La province dominicaine de Saint-Joseph est sans doute la congrégation religieuse masculine la plus dynamique au monde.

    Paroisses et écoles. Elles ont constitué le socle pastoral du catholicisme américain pendant plus de deux siècles. Elles le sont encore aujourd'hui et font preuve d'une vitalité inégalée ailleurs. En outre, nos écoles catholiques des quartiers défavorisés constituent probablement le programme de lutte contre la pauvreté le plus efficace du pays.

    Le Carême est une invitation annuelle à réfléchir à la manière dont l'Église d'aujourd'hui vit la grande mission de faire de toutes les nations des disciples. Je vous propose donc un jeûne de carême différent : abandonnez les mauvaises nouvelles catholiques. L'Esprit Saint anime de bonnes choses parmi nous. Il faut les célébrer et les soutenir.

  • À quoi ressemblera le collège des cardinaux à la fin de l'année 2024 ?

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le Catholic World Report :

    Analyse : Le Collège des Cardinaux en perpétuelle évolution

    13 mars 2024

    Le changement le plus récent au sein du Collège des cardinaux a eu lieu le 24 février, lorsque le cardinal José Luis Lacunza Maestrojuán a eu 80 ans et a donc été retiré des rangs des cardinaux élus. Quelques semaines plus tôt, le 12 février, le cardinal Pedro Ricardo Barreto Jimeno a également fêté ses 80 ans et n'est donc plus éligible pour voter lors d'un conclave.

    Actuellement, 129 cardinaux peuvent voter lors d'un conclave, soit neuf de plus que le maximum de 120 fixé par Paul VI et confirmé par tous ses successeurs depuis lors.

    Au cours des onze années de son pontificat, le pape François a convoqué neuf consistoires pour créer de nouveaux cardinaux. Il a ainsi créé 142 cardinaux, dont 113 électeurs et 29 non-électeurs, issus de 70 nations. Parmi ces nations, 22 n'avaient jamais eu de cardinal auparavant.

    Ce niveau d'activité contraste avec celui de saint Jean-Paul II, qui a convoqué neuf consistoires au cours d'un pontificat de 27 ans, et avec celui du pape Benoît XVI, qui en a convoqué cinq en huit ans. Néanmoins, le record de nouveaux bonnets rouges appartient à Jean-Paul II, qui a créé 231 nouveaux cardinaux au cours de son pontificat.

    Si un conclave devait commencer aujourd'hui, il y aurait 94 cardinaux électeurs créés par le pape François, 27 créés par Benoît XVI et huit créés par Jean-Paul II. Pour élire le pape, un bloc de 86 voix serait nécessaire (deux tiers de l'assemblée), et les cardinaux créés par le pape François représentent plus des deux tiers.

    À quoi ressemblera le collège des cardinaux à la fin de l'année 2024 ?

    Toutefois, à la fin de l'année 2024, dix cardinaux supplémentaires perdront le droit de vote au conclave. Par conséquent, si le pape François ne convoquait pas un nouveau consistoire d'ici la fin de l'année, le nombre de cardinaux reviendrait en dessous du maximum de 120 cardinaux électeurs.

    Parmi les 10 cardinaux qui auront 80 ans dans les prochains mois, on trouve le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer, préfet émérite du Dicastère pour la doctrine de la foi, considéré comme influent mais qui souhaite depuis longtemps quitter ses fonctions publiques, ayant demandé au pape d'être également dispensé de participer au Synode sur la synodalité. Le cardinal Marc Ouellet, préfet émérite du dicastère pour les évêques, aura également 80 ans.

    Pour les quatre autres cardinaux qui auront 80 ans au cours des dix prochains mois, le pape doit trouver un successeur pour leurs fonctions respectives, car ils sont tous encore en activité. Il s'agit de l'archevêque de Boston et président de la Commission pontificale pour la protection des mineurs, le cardinal Sean Patrick O'Malley (29 juin), du pénitencier majeur de la Pénitencerie apostolique, le cardinal Mauro Piacenza (15 septembre), de l'archevêque de Caracas, au Venezuela, le cardinal Baltazar Enrique Porras Cardozo (10 octobre), et de l'archevêque de Bombay, en Inde, le cardinal Oswald Gracias (24 décembre).

    Lire la suite

  • Malaisie : de plus en plus de demandes de baptême

    IMPRIMER

    Une dépêche de l"Agence Fides :

    ASIE/MALAISIE - La communauté ecclésiale de Malaisie accueille et prépare le baptême de plus de 1700 adultes

    12 mars 2024  
     

    Kuala Lumpur (Agence Fides) - Ces dernières années, la communauté catholique de Malaisie a enregistré un nombre croissant de demandes de baptême de la part d'adultes. Les adultes qui désirent être baptisés entreprennent un parcours selon les étapes prévues par le "Rite de l'initiation chrétienne des adultes", que les différents diocèses ont organisé et structuré, étant donné le nombre croissant de demandes de la part des paroisses. Comme l'a appris Fides, plus de 1700 catéchumènes malaisiens recevront le Baptême lors de la Veillée Pascale de 2024.

    C'est avec joie et inquiétude que 547 catéchumènes de différentes paroisses se sont réunis dans l'église de la Sainte Famille, dans l'archidiocèse de Kuala Lumpur, pour le "Rite de l'élection". Ils étaient accompagnés de catéchistes, de parrains et marraines, de curés et de nombreux fidèles. L'archevêque Julian Leow leur a rappelé la fidélité d'Abraham, qui était prêt à sacrifier son fils unique, Isaac, pour obéir au Seigneur. L'archevêque a également souligné l'obéissance de Jésus, fidèle à sa mission : se sacrifier pour donner le salut à tous. Aux élus, l'archevêque a rappelé leur engagement à rester fidèles à Dieu : "Dans le rite de l'élection, Dieu vous a appelés personnellement à faire partie de son peuple élu. C'est quelque chose de beau qui doit être célébré".

    Dans l'archidiocèse de Kota Kinabalu, 941 catéchumènes de 20 églises du territoire ont été officiellement inscrits dans le "Livre des élus". L'archevêque John Wong, qui présidait la célébration spéciale dans la cathédrale du Sacré-Cœur, les a chaleureusement accueillis, invitant chacun d'entre eux à se poser la question clé : "Qui est Jésus pour vous ? Qui est Jésus dans votre vie actuelle ? Quelle est votre expérience de Lui ? L'avez-vous accepté comme votre Dieu et votre Sauveur ? "Le baptême n'est que le début de la marche à la suite de Jésus", a déclaré le Prélat, rappelant aux catéchumènes que le choix de recevoir le baptême "est un choix de vie, pas une mode passagère". L'archevêque les a également exhortés à continuer à s'unir à Jésus par la prière, la lecture et la réflexion sur la Parole de Dieu, "en s'accrochant à Jésus, en s'appuyant sur Lui, en se laissant fortifier par Lui". Le diocèse de Melaka-Johor a également réuni récemment 240 catéchumènes, d'abord pour une retraite spirituelle - la première retraite physique après la pandémie - puis pour célébrer le "rite d'élection" dans l'église de l'Immaculée Conception, à Johor Bahru. Dans son homélie, Mgr Bernard Paul a souligné l'importance des trois dons, spéciaux et indispensables, que les candidats au baptême reçoivent sur leur chemin de foi : le Christ crucifié, la Bible et l'Eucharistie. "Vivez et contemplez la beauté et la force de ces dons dans le temps de la préparation personnelle, mais pas seulement, maintenant : tout au long de la vie", a-t-il dit. Le "Rite d'initiation chrétienne des adultes" - explique l'Église malaisienne - "est un voyage spirituel entrepris en compagnie de prêtres, de catéchistes et avec le soutien de la communauté ecclésiale. Il accompagne la découverte de la foi par l'enseignement, le partage, les prières, le culte communautaire, la communion et d'autres formes d'exercices expérientiels".

    Le "rite d'élection" se situe vers la fin de la période du catéchuménat. Au cours de ce rite - habituellement fixé au début du Carême - la communauté ecclésiale, sur la base des témoignages des parrains et marraines, des catéchistes et compte tenu de la volonté exprimée par les catéchumènes, procède à l'"élection" qui les initie à recevoir les sacrements de l'initiation. Les catéchumènes inscrivent leur nom dans le "Livre des élus" en gage de fidélité. Pendant le Carême, ils poursuivent leur chemin par trois "scrutins" (moments d'approfondissement et de discernement spirituel), en prononçant le "Credo" et le "Notre Père". Le processus s'achève par la célébration des sacrements de l'initiation chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie) au cours de la veillée pascale. Il faut noter que le chemin du catéchuménat n'est pas sans obstacles et difficultés. Par exemple, beaucoup de ceux qui sont initialement éloignés de la pratique de l'Église n'ont aucune idée des conditions qui peuvent être liées à la sphère du mariage, du divorce ou d'autres situations personnelles. L'Église malaisienne adopte une approche "d'accueil, d'accompagnement et de discernement" des personnes qui s'adressent à la communauté pour connaître le Christ et son Évangile et, éventuellement, demander à devenir chrétiennes.

    Sur une population de 23 millions d'habitants, la Malaisie compte 60,4 % de musulmans et 9,1 % de chrétiens. Les catholiques, répartis dans 9 diocèses entre la Malaisie péninsulaire et l'île de Bornéo, sont environ 1,3 million au total.

    (PA) (Agence Fides 12/3/2024)

  • Les « périphéries » du peuple d’Israël demandent un unique État pour Juifs et Arabes

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Un unique État pour Juifs et Arabes. Ce sont les « périphéries » du peuple d’Israël qui le demandent

    Deux peuples, deux États. Voilà l’avenir d’Israël et de la Palestine dont pratiquement tout le monde parle, y compris les organes officiels du Saint-Siège, de la Secrétairerie d’État au Saint-Siège.

    Mais ils sont très peu à croire vraiment en cette formule, même au sommet de l’Église. À la mi-novembre 2002 déjà « La Civiltà Cattolica », la revue des jésuites de Rome qui n’est publiée qu’avec l’accord des plus hautes autorités vaticanes, avait intitulé un de ses articles : « Ripensare la ripartizione della Palestina ? » tout en appelant de ses voeux qu’en lieu et place d’une division en deux États, « chaque jour plus improbable », l’heure pourrait être venue d’une « égalité entre Israéliens et Palestiniens » au sein d’un État unique.

    Et aujourd’hui que la guerre causée par la catastrophe du 7 octobre éloigne encore davantage aussi bien l’idéologie sioniste que ces « Accords d’Abraham » avec les État arabes qui comportaient en réalité une zone d’ombre sur la question palestinienne toujours ouverte, « La Civiltà Cattolica » propose à nouveau « de nouveaux horizons et une nouvelle vision » sur l’avenir d‘Israël.

    « Israele, dove vai ? », tel est le titre de l’article qui ouvre le dernier numéro de la revue. Et la réponse est que pour trouver le bon chemin, il faut prendre en compte « quatre périphéries importantes » de la société israélienne, qui « se battent déjà pour que leurs propres points de vue et objectifs trouvent un écho dans le débat public ».

    La notion de « périphérie » est particulièrement chère au Pape François. Mais ici, elle n’a rien de rhétorique ni de populiste. L’auteur de l’article n’écrit jamais rien qui ne soit rigoureusement documenté. Il s’agit de David Neuhaus, né à Johannesburg d’une famille juive ayant émigré d’Allemagne vers l’Afrique du Sud dans les années Trente, converti grâce à la rencontre avec des moines russes, baptisé à vingt ans dans l’Église catholique, devenu jésuite, et principalement actif aux États-Unis puis en Égypte, mais qui est toujours demeuré Juif et citoyen d’Israël, vicaire du patriarcat latin de Jérusalem pour les catholiques israéliens de langue hébraïque entre 2009 et 2017 et professeur à l’Institut biblique de Jérusalem, il est en outre le correspondant en Israël de « La Civiltà Cattolica ».

    Lire la suite

  • Le pape invite l'Ukraine à "avoir le courage du drapeau blanc" et à négocier

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le Pape sur la guerre en Ukraine: «N’ayez pas honte de négocier»

    Vatican News publie le texte de l'interview accordée en février par le Pape François à Lorenzo Buccella, journaliste de la Radio Télévision Suisse (RSI), que la chaîne suisse diffusera le 20 mars.

    Dans une interview accordée le 20 février dernier à la Radiotelevisione Svizzera italiana (RSI, chaîne publique suisse en langue italienne, ndlr), diffusée le 20 mars prochain, le Saint-Père évoque les guerres qui défigurent le monde, à commencer par celles en Terre Sainte et en Ukraine. Il revient sur la signification du blanc pour lui et sur toutes les taches qui le salissent.

    Comment trouver une boussole pour s'orienter sur ce qui se passe entre Israël et la Palestine?

    Nous devons aller de l'avant. Tous les jours, à 19 heures, j'appelle la paroisse de Gaza. 600 personnes y vivent et racontent ce qu'elles voient: c'est la guerre. Et cette guerre est menée par deux camps, pas par un seul. Les irresponsables sont ces deux camps-là qui se font la guerre. Et puis il n'y a pas que la guerre militaire conventionnelle, il y a aussi la "guérilla", pourrait-t-on dire, celle du Hamas par exemple, un mouvement qui n'est pas une armée. C'est une mauvaise chose.

    Mais devons-nous garder espoir en tentant une médiation?

    Regardons l'histoire: les guerres que nous avons vécues se terminent toutes par un accord.

    En Ukraine, certains appellent au courage de la reddition, du drapeau blanc. Mais d'autres disent que cela légitimerait le camp le plus fort. Qu'en pensez-vous?

    C'est une interprétation. Mais je pense que le plus fort est celui qui voit la situation, qui pense au peuple, et qui a le courage du drapeau blanc, c'est-à-dire de négocier. Et aujourd'hui, on peut négocier avec l'aide des puissances internationales. Le verbe "négocier" est un verbe courageux. Quand on voit qu'on est vaincu, que les choses vont mal, il faut avoir le courage de négocier. Vous avez honte, mais avec combien de morts tout cela finira? Négocier tant qu’il est temps, chercher un pays médiateur. Aujourd'hui, par exemple dans la guerre en Ukraine, beaucoup veulent servir de médiateurs. La Turquie s'est proposée pour cela. Et d'autres encore. N'ayez pas honte de négocier avant que la situation n'empire. 

    Avez-vous vous-même proposé de négocier?

    Moi je suis ici, c’est tout. J'ai envoyé une lettre aux Juifs d'Israël pour qu'ils réfléchissent à cette situation. Négocier n'est jamais une reddition. C'est le courage de ne pas conduire le pays au suicide. Les Ukrainiens, avec leur histoire, les pauvres, les Ukrainiens à l'époque de Staline, combien ils ont souffert...

    Est-ce le blanc du courage?

    On peut dire que c'est le blanc du courage. Mais parfois, la colère qui vous conduit au courage n'est pas blanche...

    Revenons à 2020, à la prière sur la place Saint-Pierre pendant la pandémie. Vous étiez un point blanc au milieu des ténèbres.

    À ce moment-là, on pouvait voir le point blanc, parce qu'il faisait nuit, tout était sombre. C'était une chose spontanée, faite sans réaliser qu'elle aurait une grande signification. C’était un moment spontané, aussi bien la solitude que la prière.

    À ce moment-là, vous étiez concentré sur ce que vous vouliez faire. Mais vous êtes-vous rendu compte que le message était en train de pénétrer dans toutes les maisons, chez toutes les personnes qui étaient obligées de rester chez elles?

    Je ne l'ai pas réalisé à ce moment-là. J'ai prié devant la Salus Populi Romani et devant le crucifix en bois apporté depuis la Via del Corso (il s’agit d’un crucifix en bois exposé dans l’église San Marcello del Corso, à qui est attribué miraculeusement la fin de l’épidémie de peste en 1522, ndlr). Je pensais à ce que je devais faire, mais je n'ai pas réalisé la transcendance de ce moment. J'ai aussi été éprouvé. J'avais cette souffrance et j'avais le devoir du médiateur, du prêtre, de prier pour les personnes qui souffraient. J'ai pensé à un passage biblique, lorsque David commet un péché en faisant le recensement d'Israël et de Judée et que le Seigneur fait mourir 70 000 hommes par une épidémie. À la fin, lorsque l'ange de la peste est sur le point de frapper Jérusalem, le Seigneur est ému et arrête l'ange parce qu'il a pitié de son peuple. Oui, j'ai pensé et prié: «Seigneur, sois ému et aie pitié du peuple qui souffre de ce fléau». Voilà ce que j’ai vécu ce jour-là.

    Lire la suite

  • L'avortement inscrit dans la Constitution française : Et après ?

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    L'avortement inscrit dans la Constitution française : Et après ?

    Censé être un "message symbolique" au reste du monde, de l'autre côté des Alpes, les organisations pro-vie appellent déjà à la mobilisation pour empêcher l'exportation du modèle français.

    8 mars 2024

    La pratique de l'avortement est désormais un droit constitutionnel en France, qui devient officiellement le deuxième pays de l'histoire à franchir ce pas, quelques décennies après la Yougoslavie communiste de Tito dans les années 1970.

    En prenant cette mesure pour adopter démocratiquement le droit à l'avortement, la France a également dépassé la situation qui prévalait au niveau national aux États-Unis avant l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade en 2022, étant donné que cette constitutionnalisation américaine du droit à l'avortement s'est faite de manière judiciaire.

    Que signifie donc ce changement sans précédent, tant en France qu'à l'international ?

    Après plusieurs mois de débats parlementaires, les députés et sénateurs français réunis en Congrès à Versailles ont voté le 4 mars à une écrasante majorité (780-72) la révision constitutionnelle faisant de l'avortement une "liberté garantie". L'amendement avait déjà été approuvé par l'Assemblée nationale et le Sénat français au début de l'année.

    Pendant ce temps, sur l'Esplanade du Trocadéro à Paris, des scènes de liesse se sont déroulées, avec des bombes fumigènes violettes volant au rythme du tube pop Run the World (Girls) de Beyoncé, avec en toile de fond la Tour Eiffel scintillante affichant le message "My Body, My Choice" (Mon corps, mon choix).

    De telles images, en décalage avec la gravité du sujet, couplées au faste et à la théâtralité du Congrès de Versailles, ont provoqué la consternation d'un certain nombre d'observateurs et d'internautes - dont même des partisans de l'avortement - qui ont dénoncé l'indécence de nombreux soutiens politiques à ce projet de loi.

    "Notre pays se serait honoré en inscrivant plutôt [dans la Constitution] la promotion des droits de la femme et de l'enfant", écrit la Conférence des évêques de France dans un communiqué publié le jour du vote. Ils soulignent que "de tous les pays européens, même en Europe occidentale, la France est le seul où le nombre d'avortements ne diminue pas et a même augmenté au cours des deux dernières années".

    Ces observations sont corroborées par l'Institut national d'études démographiques français, qui a enregistré un chiffre record de 232 000 avortements en 2022, en forte hausse par rapport aux années précédentes, avec un ratio de 1 avortement pour 3 naissances en 2022, contre 1 pour 4 en 2017.

    Un "coup de communication

    En effet, si le président Emmanuel Macron a initié ce projet de modification de la Constitution, c'est moins pour protéger un "droit menacé" en France que pour donner des gages à ses électeurs de gauche dans un contexte social tendu et envoyer un message au reste du monde, à commencer par les États-Unis, dont le renversement de Roe v. Wade a provoqué une onde de choc dans le monde occidental en juin 2022. L'exposé des motifs du projet de loi l'indique directement en affirmant que le droit à l'avortement est menacé dans d'autres pays comme les Etats-Unis, la Pologne ou la Hongrie.

    Pour les opposants au projet de loi, cette initiative française n'est qu'un "coup de pub" dont les conséquences sont difficiles à mesurer.

    Lire la suite

  • Macron se battra pour que le droit d'avorter devienne universel et effectif

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Avortement : vers un « droit universel et effectif » ?

    8 mars 2024

    Le 8 mars, en présence d’Emmanuel Macron, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a apposé le sceau de la République sur la loi visant à garantir aux femmes la « liberté d’accès à l’avortement » (cf. La France inscrit l’avortement dans sa Constitution. Et ensuite ? ; Modifier la Constitution « avec des propositions de vie et non de mort » exhorte le Vatican).

    Lors de cette cérémonie, pour la première fois publique, qui a eu lieu place Vendôme, le chef de l’Etat a confirmé sa volonté d’inscrire « la liberté de recourir » à l’IVG « dans la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne » (cf. Intégrer le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE ?). Selon lui, « plus rien n’est acquis et tout est à défendre ». « Tant que la promesse d’égalité n’est pas tenue pour l’humanité », ce n’est « pas la fin d’une histoire » estime-t-il.

    « Au-delà de l’Europe, nous nous battrons pour que ce droit devienne universel et effectif » a promis le président de la République. « Nous ne trouverons le repos que lorsque cette promesse sera tenue partout dans le monde » poursuit-il.

    Invitée à conclure la cérémonie de scellement de la Constitution, la chanteuse Catherine Ringer a modifié la Marseillaise en remplaçant le « sang impur » qui « abreuve nos sillons » par « cette loi pure dans la Constitution ».

     

    Quand le "Mane, Thecel, Phares" s'inscrira-t-il sur les murs de l'Elysée ?

  • 63 % des résultats de recherche sur Google Actualités sont de gauche

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    63 % des résultats de recherche sur Google Actualités sont de gauche

    7 mars 2024

    L'observatoire des médias AllSide Technologies a analysé les résultats de Google. Seuls 6 pour cent proviennent de sources de droite, 16 pour cent du centre.

    News sur Google News a un net parti pris en faveur de la gauche politique. Ceci est le résultat d’une analyse réalisée par AllSides Technologies Inc.

    L'organisation a analysé 494 articles sur le site d'information Google News et 480 résultats de recherche également sur Google News en deux semaines en octobre et novembre 2023. 63 pour cent des résultats provenaient de sources de gauche ou plus à gauche, tandis que seulement 6 pour cent provenaient de sources de droite ou plutôt de droite. 16 pour cent étaient issus du centre politique, 15 pour cent n'étaient pas affectés.

    2024_03_07_10_20_16_Greenshot.png

    Sur la page d'accueil de Google, les principales sources étaient CNN (de gauche), le New York Times (de gauche), Reuters (au centre), Fox News (à droite) et Yahoo! News (de gauche). Les dix premiers résultats provenaient tous de sources de gauche ou plus à gauche, aucun de Reuters ou de Fox.

    Les résultats pour certains termes de recherche étaient encore plus unilatéraux. Lors de la recherche sur « avortement », 76 % étaient à gauche ou quelque peu à gauche, 77 % pour « changement climatique », 78 % pour « économie » et 67 % pour « élections ».

    Par rapport à 2022, les résultats ont augmenté avec des tendances à gauche et à droite, tandis que le centre a perdu dix pour cent, précise l'analyse.

  • Qu'est-ce que le langage inclusif et pourquoi est-il dangereux ?

    IMPRIMER

    De Julieta Villar sur CNA :

    Qu'est-ce que le langage inclusif et pourquoi est-il dangereux ?

    3 mars 2024

    Le mouvement en faveur d'un langage dit inclusif trouve son origine dans le mouvement féministe, où les activistes considéraient comme sexiste la forme générique masculine des mots, qui a toujours été comprise comme incluant à la fois les hommes et les femmes. 

    Par le passé, par exemple, personne ne pensait que le fait de dire "pour le bien de l'humanité" excluait les femmes. Cependant, le mouvement féministe a attiré l'attention sur ce que les activistes considéraient comme la nature "patriarcale" du langage.

    Diverses publications ont commencé à utiliser des termes ou des formes de mots qui indiquaient clairement qu'un travail pouvait être exercé aussi bien par des hommes que par des femmes. Ainsi, "pompier" est devenu "firefighter" et "mankind" est devenu "humankind", etc.

    Si certains de ces changements ne sont pas si spectaculaires ou perceptibles en anglais, l'introduction d'une formulation inclusive dans des langues telles que l'espagnol, où les noms sont grammaticalement masculins ou féminins, devient tout à fait évidente en raison de la nouvelle modification des terminaisons des noms.

    Le langage non sexiste est également devenu un problème en Allemagne, car les noms allemands sont également soit masculins, soit féminins.

    Le langage inclusif a également été identifié comme "l'un des outils" de l'idéologie du genre, une école de pensée qui a été critiquée à plusieurs reprises par l'Église catholique. 

    Le pape François a mis en garde contre cette école de pensée à plusieurs reprises. Le 1er mars dernier, par exemple, le Saint-Père a souligné que l'idéologie du genre "efface les différences et rend tout identique ; effacer les différences, c'est effacer l'humanité".

    Que signifie un langage inclusif ?

    L'Académie royale espagnole, considérée comme l'autorité suprême en matière d'espagnol correct, décrit le langage inclusif comme "un ensemble de stratégies visant à éviter l'utilisation générique du masculin grammatical".

    En abordant la question, l'académie a déclaré que le masculin générique est "fermement établi dans la langue et n'implique aucune discrimination sexiste" et que les terminaisons artificielles des noms neutres en termes de genre inventées récemment "qui sont censées être inclusives en termes de genre sont ... inutiles puisque le masculin grammatical remplit déjà cette fonction". 

    Dans un article paru en mai 2022 dans le journal argentin La Nación, Alicia María Zorrilla, présidente de l'Académie argentine des lettres, a déclaré que le langage inclusif est basé sur l'erreur de prendre au pied de la lettre le concept selon lequel, dans le langage, le masculin [forme d'un mot] se réfère toujours aux hommes seulement.

    La riposte

    Dans une interview accordée à Edgardo Litvinoff sur YouTube, le lauréat du prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa a déclaré qu'au sein du féminisme, "il y a des excès" qu'il estime "très important de combattre", par exemple dans le domaine de la langue.

    "Nous ne pouvons pas forcer le langage en le dénaturalisant complètement pour des raisons idéologiques ; cela ne fonctionne pas comme ça, les langues ne fonctionnent pas comme ça, et donc le soi-disant langage inclusif est une sorte d'aberration au sein du langage", a-t-il noté.

    Le cardinal Fernández s'exprime

    En 2022, alors qu'il était encore archevêque de La Plata, en Argentine, l'actuel préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, le cardinal Víctor Manuel Fernández, a mis en garde contre "l'imposition idéologique" que le "langage inclusif" peut déclencher.

    En juin de la même année, Fernández a écrit dans une colonne du journal argentin La Nación : Fondamentalement, l'intention ne semble pas être d'"incorporer tout le monde", mais de faire disparaître la conception même de "masculin-féminin". L'objectif est que ce qui était appelé "sexe" laisse place à une construction personnelle qui "fabrique" l'identité que chacun se forge.

    "Détruire la langue et exiger de tous qu'ils se soumettent à une certaine idéologie ne peut qu'être contre-productif et, en raison de la loi du pendule, entraînera davantage d'intolérance et de tensions", a-t-il averti.

    Des réactions de plus en plus vives

    En 2021, le ministère français de l'éducation a interdit l'utilisation du langage inclusif dans les établissements d'enseignement car, selon le Daily Mail, de telles modifications "constituent une menace pour la langue". L'Académie française, une institution vieille de près de 400 ans semblable à son homologue espagnole, a déclaré que le langage inclusif était "nuisible à la pratique et à la compréhension" du français.

    L'administration nationale de l'éducation publique de l'Uruguay a, pour sa part, établi des restrictions en 2022, déterminant que "le langage conforme aux règles de la langue espagnole" devait toujours être utilisé.

    La ville de Buenos Aires, en Argentine, a interdit le langage inclusif en 2022, arguant que cette variante de la langue crée des difficultés pour les élèves dans l'apprentissage des règles grammaticales.

    Plus récemment, le gouvernement argentin, dirigé par le président récemment élu Javier Milei, a étendu l'interdiction à tous les domaines de l'administration publique nationale. Le porte-parole du bureau du président, Manuel Adorni, a annoncé le 27 février que les modifications artificielles de la terminaison des mots pour les rendre neutres du point de vue du genre étaient désormais interdites.

    Julieta Villar est diplômée en communication sociale de l'université nationale de La Matanza (Argentine). Elle a commencé sa carrière professionnelle en tant que rédactrice à l'Agence argentine d'information catholique (AICA). Elle a collaboré à la presse graphique, aux médias et à des tâches de communication dans des organisations de la société civile. Depuis octobre 2022, elle fait partie de l'équipe d'ACI Prensa en tant que correspondante pour l'Argentine, la Bolivie, le Chili et l'Uruguay.

  • Bruxelles, 13 mars : Conférence exceptionnelle du cardinal Fridolin Ambongo

    IMPRIMER

    13 MARS | CONFÉRENCE EXCEPTIONNELLE DU CARDINAL AMBONGO (RDC)

    L’UP Sainte-Croix d’Ixelles a l’honneur d’accueillir le cardinal Fridolin Ambongo de Kinshasa pour une conférence à La Cambre, en collaboration avec l’Ordre Souverain de Malte, le Pôle Jeunes XL et les Grandes Heures de la Cambre.

    Quand : Le 13 mars 2024

    Heure : 20h15

    Au programme : Conférence, messe animée par les jeunes et un drink

    Les tickets sont disponibles en ligne.

    ***

    Avant d’être appelé à l’épiscopat, Mgr Ambongo a servi en tant que curé de paroisse et en tant que professeur : Il est également membre profès de l’ordre des Frères mineurs capucins. Consacré évêque en 2004, il a été évêque de Bokungu-Ikela de 2004 à 2016, et administrateur apostolique de Kole de 2008 à 2015, puis administrateur apostolique (2016) puis archevêque de Mbandaka-Bikoro et administrateur apostolique du diocèse de Bokungu-Ikela entre 2016 et 2018, et coadjuteur de l’archevêque de Kinshasa en 2018. Il devient le 1er novembre 2018 archevêque de Kinshasa puis cardinal le 5 octobre 2019. 

    C’est depuis lors l’un des chefs de file parmi les évêques en faveur de la paix nationale. Il s’exprime très régulièrement au Congo sur des causes qui lui sont chères :

    En mai 2016 il accepte d’aller témoigner à La Haye en faveur de Jean-Pierre Bemba accusé par la Cour pénale internationale de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, qui sera acquitté en 2018. Entre 2016 et 2018, il dénonce les tentatives répétées du président congolais Joseph Kabila de repousser les élections au Congo. En 2018, après les violents affrontements consécutifs à la situation politique, il co-signe un texte au nom des évêques déclarant que les prélats « déplorent l’attaque sur la vie humaine » et offrent leurs condoléances aux familles des « victimes innocentes » tuées dans les affrontements.

    Fridolin Ambongo condamne l’exploitation des ressources naturelles et estime que les énergies renouvelables contribuent à atténuer l’impact du changement climatique dans le monde.En mars 2015, il affirme avoir reçu des menaces de mort.

    Enfin plus récemment, alors que le 18 décembre 2023, le Saint-Siège publie la déclaration pontificale Fiducia supplicans, par laquelle elle permet « de bénir « simplement » les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe ». Fridolin Ambongo Besungu indique son désaccord dans un courrier du 20 décembre 2023 adressé au Pape.

    ***

    Accéder au site de l’UP Ste-Croix

    Visiter le site du Pôle XL Jeunes

    Aller sur le site des Grandes Heures de La Cambre

    Et enfin le site de l’Ordre Souverain de Malte Belgique.

    ***

    Date / Heure

    Date(s) - 13 mars 2024
    20h15 - 22h00

    Lieu

    Abbaye de la Cambre, 11
    1000 1000 Bruxelles