Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine religieux - Page 5

  • Liège Fête-Dieu : autour du jeudi 30 mai 2024

    IMPRIMER


    Liège Fête-Dieu autour du jeudi 30 mai 2024 (source)

    La Fête-Dieu, fête du Corps et du Sang du Christ, célèbre la présence de Jésus à nos côtés, dans notre quotidien. Il est réellement présent dans le pain et le vin consacrés. Il nous donne vie.

    Programme complet de la Fête-Dieu à Liège (doit encore être mis à jour)

    Dimanche 26 mai

    14h00 : Vernissage de l’exposition à l’Eglise du Saint SacrementBvd d’Avroy 132
    « Le bienheureux Jean Soreth (1394-1471), « ine glwére d’amon nos-ôtes » ? – Au temps du sac de Liège, vie contemplative, prédication populaire et vie eucharistique. »

    Visite accessible le dimanche après-midi et en semaine de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h00, sauf le jeudi. Entrée libre.

    17h00 : Vêpres en l’honneur du Saint-Sacrement (office composé par sainte Julienne) à l’église du Saint-Sacrement

    Lundi 27 mai

    20h : Grande conférence d’ouverture par le père Etienne Kern, recteur du sanctuaire de Paray-le-Monial : « Le 350ème anniversaire des apparitions du Sacré-Coeur et leur lien avec la Fête-Dieu » au sanctuaire de Cornillon

    Mardi 28 mai

    17h00-19h00 Vêpres suivies de l’adoration, le chapelet et la bénédiction eucharistique à l’église du Saint-Sacrement.

    Mercredi 29 mai

    9h00-17h00 : Journée d’adoration chez les sœurs de Notre-Dame des Anges, Rue E. Vandervelde 67.

    15h00 à 17h00 : théâtre de marionnettes sur sainte Julienne de Cornillon et le bienheureux Jean Soreth à l’église du Saint-Sacrement

    Jeudi 30 mai

    9h30  Laudes par la communauté des bénédictines à la basilique Saint-Martin.

    10h00-18h00  Journée d’adoration à Saint-Martin De 10h à 12h puis de 14h à 17h à l’église du Saint-Sacrement et de 9h30 à 17h00 à la cathédrale.

    19h00  778ème Eucharistie solennelle de la Fête-Dieu, Basilique Saint-Martin, présidée par Mgr Jean-Pierre Delville.

    20h15 Procession solennelle des peuples du monde « Louez le Seigneur, tous les peuples : fêtez-le, tous les pays ! Ps 116 » de Saint-Martin à la cathédrale Saint-Paul, arrêts à Sainte-Croix, Place Saint-Lambert, Opéra, Vinâve d’ile, Cathédrale.

    21h30-24h00 NightFever & 1.000 bougies pour la paix, Cathédrale Conversion de Saint Paul.

    Toute la nuit : nuit d’adoration à la cathédrale.

    Vendredi 31 mai

    9h00 Eucharistie à la cathédrale Saint-Paul, et introduction à la journée d’adoration.

    10h00-17h00 Journée d’adoration, Cathédrale Saint-Paul, animée par le Mouvement Eucharistique Liégeois (MEL).

    12-14h : Adoration du Saint-Sacrement à l’Eglise du Saint-Sacrement.

    19h45-20h30 : « Audition concertante » à l’église des Bénédictines de la Paix-Notre-Dame – florilège de chants médiévaux interprétés par la Schola Gregoriana de l’Université Cardinal Wyszynski de Varsovie, dir. Michal Slawecki. Entrée libre.

    Samedi 1 juin

    9-17h : Journée d’adoration en divers endroits du diocèse.

    10-14h : Conférence-rencontre pour l’unité des chrétiens à l’Espace Prémontrés

    11h-13h : Service au restaurant « Kamiano » d’un repas complet pour les sans-abri. Les personnes intéressées à venir servir le repas peuvent s’annoncer par mail: liege@santegidio.be – Maison Kamiano, rue Jonruelle 8 à Liège

    15h00  Sainte Messe en latin à Tancrémont suivie de la Procession de la Fête-Dieu au sanctuaire de Tancrémont.
    Route de Tancrémont 718, 4860 Theux  (messe traditionnelle en latin – forme extraordinaire)

    18h : Messe grégorienne solennelle de la Fête-Dieu célébrée par Mgr Delville, évêque de Liège au Saint-Sacrement, avec avec la Schola Gregoriana de l’Université Cardinal Wyszynski (Michal Slawecki) ; orgue : Patrick Wilwerth. A 19h30 : bénédiction du Saint-Sacrement et vénération de la relique de Sainte Julienne de Cornillon l’église du Saint-Sacrement.

    Dimanche 2 juin

    Journée de la Fête du Corps et du Sang du Christ partout en Belgique, trouvez vos horaires de messes sur www.egliseinfo.be, le GPS des clochers.

    A la fin des messes dans les UP : Bénédiction Urbi sur les parvis des UP, prière spéciale pour confier la ville ou la commune.

    9-17h : Messe de la Fête-Dieu et journée d’adoration au Sanctuaire de Sainte-Julienne du Mont-Cornillon avec les sœurs clarisses.

    10h : Eucharistie à la cathédrale de Liège, présidée par le chanoine Jean-Pierre Pire, doyen de Liège.

    10h : Célébration des confirmations à Wanze par Mgr Jean-Pierre Delville

    14h00 : Marche contée le long du ruisseau sainte Julienne, au départ du centre de loisirs, rue de la Vaulx à Retinne

    15h00 à 17h00 : théâtre de marionnettes sur sainte Julienne de Cornillon et le bienheureux Jean Soreth à l’église du Saint-Sacrement

    Sanctuaire Notre-Dame de Banneux
    10h30 Messe internationale 
    14h00 Procession du Saint Sacrement dans le Sanctuaire suivie du Salut et la Bénédiction des malades,
    16h00 Messe en français 

    Mardi 4 juin

    18h : Messe de la bienheureuse Eve de Saint-Martin présidée par Mgr Jean-Pierre Delville

    20h : Film-débat « Sacerdoce »

    Mercredi 5 juin

    15h00 à 17h00 : théâtre de marionnettes sur sainte Julienne de Cornillon et le bienheureux Jean Soreth à l’église du Saint-Sacrement

    19h30 : Conférence de Monseigneur Jean-Pierre Delville à l’église du Saint-Sacrement : « Jean Soreth, fondateur des carmélites, interpelle les Liégeois en 1451 »

    Dimanche 9 juin

    17h00 : concert – Ensemble polyphonique  « Praeludium » et Ensemble à cordes « Darius »  (dir. Patrick Wilwerth) : concert « Inspiration Bach », Pachelbel et Bruhns à l’église du Saint-Sacrement

  • Pourquoi tant de jeunes catholiques sont fascinés par la liturgie

    IMPRIMER

    De Sophie Le Pivain sur le site de La Croix via le Forum catholique :

    Pourquoi la liturgie fascine tant les jeunes catholiques

    Enquête Les jeunes catholiques participent avec une assiduité fervente à la liturgie. « La Croix » a enquêté sur cette recherche de sacré dans l’ère postmoderne, qui se manifeste d’une manière apaisée, loin des querelles de leurs aînés.

    25/04/2024

    C’est un emploi du temps peu commun pour une jeune fille de son âge : étudiante en première année de droit à la fac de Caen (Calvados), Myriam, 19 ans, participe dès qu’elle le peut à la messe en semaine. Elle chante aussi les laudes et les complies avec ses camarades du foyer Saint-Gilles, tenu par la pastorale étudiante et installé au pied de l’abbaye aux Dames : « Prier et chanter en communauté, avec une belle liturgie, m’aide vraiment à me mettre en présence de Dieu », s’enthousiasme-t-elle. Et pourtant : si ces habitudes tranchent avec l’ensemble de ses contemporains, elles ne sont pas si rares parmi les jeunes générations de catholiques français.

    À Lille, ils sont ainsi 600 à 800 étudiants chaque semaine à pousser les murs de la chapelle de la Catho pour une messe célébrée à 22 heures à la lueur des bougies et animée par une chorale polyphonique, dans une ferveur « immense », rapporte avec étonnement La Voix du Nord du 16 mars dernier. Sur le réseau X, des catholiques en vue, et de toutes sensibilités, débattent et plaisantent avec flamme du format des prières universelles, du sens de l’octave pascale, du genre des servants de messe ou de l’innovation en matière de chant liturgique…

    La liturgie, bien mieux perçue « aujourd’hui qu’il y a quarante ans »

    C’est un fait : plus que leurs aînés, les jeunes catholiques accordent une place primordiale à la célébration de la liturgie dans la pratique de leur foi, comme le manifestent deux récents sondages parus dans La Croix : en mai 2023, 24 % des inscrits aux JMJ de Lisbonne affirmaient aller à la messe plusieurs fois par semaine. Quant aux futurs prêtres interrogés en décembre 2023, ils sont 70 % à placer la célébration des sacrements au cœur de leur mission, « devant la prédication ou la transmission des Écritures», même si un grand nombre d’entre eux a tenu à pointer en commentaire « le fait que les différentes missions au cœur de l’identité du prêtre sont indissociables».

    Ce constat est partagé par le père Gilles Drouin, directeur de l’Institut supérieur de liturgie à l’Institut catholique de Paris : «À 60 ans, j’en ai moi-même fait l’expérience : il est bien mieux perçu de se dire intéressé par la liturgie aujourd’hui qu’il y a quarante ans !», remarque-t-il. Pour lui, cet intérêt a dépassé les frontières du traditionalisme ou des milieux classiques où il était cantonné : « Auparavant, les activités des aumôneries tournaient plutôt autour de rencontres et de débats. Aujourd’hui, même les jeunes de la Mission de France demandent à leurs aumôniers davantage de célébrations. »

    Un lieu de conversion personnelle

    Pour beaucoup, cette assiduité s’accompagne d’un intérêt pour les rites et la gestuelle de la messe, avec un retour à des pratiques du passé. Dans les files de communion, il est devenu fréquent de voir des fidèles s’agenouiller pour communier sur la langue, et de nombreux jeunes prêtres reviennent à certaines formes liturgiques qui avaient été abandonnées, en revêtant par exemple un amict sous leur aube. Le succès du compte Instagram du père Timothée Pattyn, avec plus de 34 000 abonnés, témoigne encore de cet attrait pour l’aspect formel de la liturgie : sur fond de musique sacrée, les vidéos hebdomadaires de ce prêtre en soutane du diocèse de Lyon abordent avec pédagogie le sens théologique et spirituel des symboles liturgiques comme la chasuble, la pierre d’autel ou l’imposition des mains sur les offrandes. Ses commentateurs lui disent leur reconnaissance, et sollicitent de nouveaux éclairages sur les vêtements sacerdotaux ou les objets eucharistiques.

    Parfois, la liturgie est aussi le lieu d’une conversion personnelle, comme en témoigne Mathieu, 23 ans, qui a grandi dans une famille peu pratiquante, a animé des messes à l’invitation de son professeur de piano, et est aujourd’hui organiste à la cathédrale de Coutances (Manche) : «La liturgie dit quelque chose de ce qu’on pense de Dieu. Si l’on pense qu’il est beau, il est logique de vouloir lui rendre un peu de cette beauté », déclare-t-il. Jérémie, dont la mère est croyante non pratiquante et le père « plutôt bouffeur de curés », se dit lui aussi attaché au respect de la forme liturgique, après avoir fréquenté pendant ses années de lycée des communautés traditionalistes, et même lefebvristes, puis les dominicains de Bordeaux, par « soif d’absolu et de formation » : «Je crois que ce qui m’a toujours attiré dans la liturgie, c’est le sentiment très fort de la communion des saints avec les générations qui nous ont précédés », réfléchit ce quadragénaire du diocèse d’Aire-et-Dax (Landes), aujourd’hui père de famille.

    Lire la suite

  • Sainte Catherine de Sienne; foi et audace

    IMPRIMER

    D'

    Sainte Catherine de Sienne. Foi et audace

    8.9 Brides, mothers and teachers - Terre di Siena

    A occasion de sa fête, le 29 avril, nous publions un portrait de cette grande sainte.

    Catherine Benincasa est née à Sienne en 1347, au sein d’une famille nombreuse. Très jeune, elle entend l’appel à se consacrer à Dieu, malgré l’incompréhension de sa famille. Dès son plus jeune âge, elle fait preuve d’une dévotion particulièrement forte.

    A seize ans, elle devient tertiaire dominicaine, tout en menant une vie d’austérité et de prière au sein de sa famille. Elle fait vœu de virginité. Ascèse et oraison la font vivre en étroite union avec le Christ, tout en se préoccupant des réalités de la vie.

    Rien ne destinait cette jeune fille d’un milieu simple à se trouver en position d’exhorter les uns et les autres à la paix. Rien, si ce n’est une foi lumineuse, nourrie par des visions mystiques dès son plus jeune âge.

    Bien que quasi-analphabète, elle n’en dicte pas moins de longues missives aux grands de son temps, et devient la conseillère spirituelle d’une foule de personnes, puissants et artistes, gens du peuple et ecclésiastiques.

    Les temps étaient mouvementés. L’Europe du 14e siècle ne cesse de se diviser. La France et l’Angleterre sont engluées en pleine guerre de Cent Ans. A cela s’ajoute la peste noire qui décima une grande partie de la population européenne, plus d’un tiers selon certaines sources. Comme si cela ne suffisait pas, en Italie, les villes s’opposent les unes aux autres. La papauté elle-même se trouve installée en Avignon. La république de Sienne, où grandit Catherine, n’est pas épargnée, du fait des familles dirigeantes qui s’entre-déchirent.

    Pour comprendre pourquoi plusieurs papes ne se trouvent plus à Rome, il faut remonter au début du siècle, au règne de Philippe IV le Bel, le premier roi à se faire appeler officiellement « très chrétien ». Cette notion religieuse tend alors à devenir juridique et autorise le souverain à intervenir dans les affaires de l’Église. De fait, son règne est marqué par ses différends avec Boniface VIII. En 1302, par la bulle Unam Sanctam, celui-ci déclare la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel, et par ce biais la supériorité du pape sur les rois, ces derniers étant responsables devant le chef de l’Église. Philippe le Bel envoya des troupes pour arrêter le pape, qui fut fait prisonnier et mourut peu après.

    Son successeur, Benoît XI (1303-1304) dénonça les actions du roi de France. En 1305, pour l’apaiser, les cardinaux élurent un de ses amis, le Français Clément V qui ne mit jamais les pieds à Rome et s’établit en Avignon, cité culturellement française, et dépendante du royaume d’Anjou. Les papes y restèrent pendant près de septante ans. Sainte Brigitte de Suède avait déjà tenté de faire revenir la papauté à Rome, mais sans succès.

    Pour Catherine, cette situation est intolérable. Son principal souci est l’unité de l’Église. Sa grande crainte est le schisme, qu’elle appelle « l’hérésie ». Sans complexe, elle écrit au pape d’alors, encore en Avignon, une lettre brûlante où elle le presse de revenir à Rome. Elle ira même l’y chercher. Par la suite, elle déploiera des trésors d’activité et de diplomatie pour rassembler l’Église autour de Grégoire XI.

    Elle passera à Rome les derniers mois de sa vie (1378-1380). Elle y était venue à la demande d’Urbain VI, qui avait besoin de sa prière et de son conseil pour résoudre la crise qu’affrontait l’Eglise.

    Alors que la chrétienté se disloque notamment en raison des intérêts politiques contradictoires des monarques, Catherine va interpeller les uns et les autres. Elle envoie de nombreuses lettres aux princes et cardinaux, pour promouvoir l’obéissance au souverain pontife et défendre ce qu’elle appelle le « vaisseau de l’Église ». Elle a l’habitude d’appeler le successeur de Pierre il dolce Cristo in terra.

    Quoiqu’incisives et vigoureuses, ses exhortations sont prises en considération. Elle les adresse principalement aux pasteurs auxquels elle reproche de laisser, par apathie, s’égarer le troupeau qui leur est confié : Hélas, ne plus se taire ! Criez avec cent mille voix. Je vois que, parce qu’on se tait, le monde est détraqué, l’Épouse du Christ est pâle, on lui a enlevé sa couleur parce qu’on lui suce le sang hypocritement, le sang même du Christ » (Lettre au cardinal Pierre d’Ostie).

    Elle voulait la fin des divisions, car elles nuisent à la chrétienté, et à ses yeux, au bien supérieur de l’Église et des âmes.

    Si je meurs, c’est de passion pour l’Église, confie-t-elle, agonisante. A 33 ans, le 29 avril 1380, elle rend son âme à Dieu.

    Outre ses nombreuses lettres, on doit à Catherine, qui apprit à lire au prix de nombreuses difficultés et à écrire à l’âge adulte, un livre intitulé Dialogue de la Divine Providence. Elle nous y apprend « la science la plus sublime : aimer avec courage intensément et sincèrement Jésus-Christ et aimer l’Eglise ! » (Benoît XVI).

    Elle sera canonisée en 1461. En 1970, Paul VI la proclame docteur de l’Église. Trois autres femmes se sont vues attribuer ce titre : Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux et, plus récemment, Hildegarde von Bingen.

    Outre qu’elle ait déjà été proclamée patronne de l’Italie en 1939, Jean-Paul II la nommera « co-patronne de l’Europe », aux côtés de Brigitte de Suède et d’Édith Stein. Un choix, expliquera Benoît XVI dix ans plus tard « pour que le Vieux continent n’oublie jamais les racines chrétiennes qui sont à la base de son chemin et continue de puiser à l’Évangile les valeurs fondamentales qui assurent la justice et la concorde ».

    En raison de son œuvre épistolaire en faveur de la papauté, Catherine est aussi la sainte protectrice des journalistes, des médias, et de tous les métiers de la communication. Celle qui a su témoigner avec audace de sa Foi, peut être une source d’inspiration pour nous, chrétiens du XXIe siècle. Elle n’a pas hésité à secouer les gouvernants et princes de son temps pour leur rappeler leurs responsabilités.

    La fête liturgique de sainte Catherine de Sienne a été fixée au 29 avril, anniversaire de son départ pour le Ciel.

    Albert-Pierre Van Gulck est marié, père de famille, ancien cadre dans le monde de l’assurance.

  • Cantate Domino canticum novum (Introït du 5ème dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Introït du 5ème dimanche de Pâques (NOM)

    Cantate Domino canticum novum Chantez au Seigneur un cantique nouveau

    Cantate Domino canticum novum,
    cantate et benedicite nomini ejus:
    Qui mirabilia fecit.
    Cantate et exultate
    et psallite in cythara
    et voce psalmi:
    Qui mirabilia fecit.

    Chantez au Seigneur un cantique nouveau,
    chantez et bénissez son nom,
    car il a accompli des merveilles.
    Chantez, exultez
    et jouez sur vos cythares,
    accompagnez vos hymnes.
    Car il a accompli des merveilles.
  • Ciné-débat « Sacerdoce » à Liège mardi 4 juin 20h00

    IMPRIMER

    Ciné-débat « Sacerdoce » à Liège mardi 4 juin 20h00

    unnamed.jpg

    Le film documentaire de DAMIEN BOYER qui a rencontré un joli succès depuis sa sortie.

    Dans la grande salle de cinéma du Collège Saint-Louis

    Synopsis

    Depuis des siècles, les prêtres accompagnent de nombreuses personnes dans leur vie, dans les moments de joie comme d’épreuve. Alors que le scandale des abus a entaché l’Église ces dernières années, les prêtres demeurent un mystère. Plus qu’un simple métier, leur fonction exige un style de vie si radical, celui du célibat, de l’abandon de la paternité et d’un style de vie sobre. Antoine, prêtre vagabond, ancien rider, sillonne l’Ariège avec sa caravane pour écouter les villageois. Gaspard, prêtre montagnard, pousse les jeunes à se dépasser, à contempler la création, et à se débarrasser de leurs addictions. François, prêtre parisien expérimenté, apporte son regard empreint de sagesse sur la nature profonde du sacerdoce. Paul souhaite remporter le championnat de France du clergé à vélo. Le Père Matthieu emmène Jésus en procession dans les quartiers chauds des Philippines. A travers leurs vies données au monde s’esquissent les enjeux de leur engagement et de la prêtrise au XXIe siècle.

    Horaire et billets

    Grande salle de Cinéma du Collège Saint-Louis
    Parking gratuit, entrée par la rue Villette 28, Liège.

    Accueil à partir de 19h30, début de la séance à 20h00

    Les billets sont en prévente ici: https://www.billetweb.fr/sacerdoce-cine-debat

    Tarifs: soutien 15€, base 10€, -25 et 65+: 6€

    En vente aussi le jour même au tarif de base de 12 Euros dans la limite des places disponibles.

    Débat

    Un débat sera proposé à la fin du film, animé par Laurent Verpoorten, journaliste RCF, avec les abbés José Gierkens, doyen de la Basse-Meuse et président du conseil presbytéral de Liège, Jean Dewandre, curé de Trois-Ponts et pilote de rallye et Alessio Secci, aumonier de la communauté italienne de Liège.

    Critiques

    PARIS MATCH

    « Sacerdoce »: L’étonnant succès du film sur la vie des prêtres.

    LA CROIX

    « Sacerdoce »: entrée dans la vie des prêtres.

    Protestant évangélique, le réalisateur Damien Boyer consacre un film documentaire pour sortir des clichés sur les prêtres, sans esquiver les sujets gênants.

    Point de vue de Blanche Streb sur RCF

    Des hommes comme les autres avec des faiblesses, des blessures mais une vraie lumière.

    La projection se fait au profit du Sanctuaire de sainte Julienne de Cornillon asbl et dans le cadre de Liège Fête-Dieu.

  • « Ratzinger voulait une théologie du sacerdoce pour résister à la modernité » (Mgr Gänswein)

    IMPRIMER

    D'E.S.M. :

    Mgr Georg Gänswein à Heiligenkreuz - vibrant hommage à Benoît XVI

    Le 24 avril 2024 - E.S.M. -  La revue italienne Il Timone fait la synthèse d’un discours que Mrg Georg Gänswein, fidèle secrétaire de notre regretté pape Benoit XVI, a prononcé récemment à Heiligenkreuz, monastère cher au Saint-Père. Le sujet de la rencontre – intitulée « La beauté, le défi et la crise de la prêtrise » – était l’avenir de la prêtrise et la compréhension qu’en ont les prêtres eux-mêmes.

    « Ratzinger voulait une théologie du sacerdoce pour résister à la modernité »

    Le 24 avril 2024 - E.S.M. - Plus d’un an après sa mort, la pensée de Joseph Ratzinger/Benoît XVI continue à montrer toute sa grandeur et son actualité, se confirmant encore capable d’orienter théologiquement l’Église. Preuve en est, une récente intervention de son secrétaire particulier et historique, l’archevêque Georg Gänswein, qui devrait bientôt devenir nonce en Lituanie (NDLR : vrai ou simple rumeur ???). Mgr Gänswein a pris la parole le week-end dernier en Autriche, au monastère cistercien de Heiligenkreuz - le plus ancien du monde sans interruption depuis sa fondation -, avec les théologiens locaux et le cardinal Kurt Koch.

    L'objet de la rencontre - intitulée "La beauté, le défi et la crise du sacerdoce" - était l’avenir du sacerdoce et la compréhension de celui-ci par les prêtres eux-mêmes. Dans ce contexte, selon ce qui a filtré dans les médias, Mgr Gänswein a été témoin de ce qui, sur le sujet, était la perspective du défunt Pape Benoît XVI/Joseph Ratzinger, auquel notre revue a consacré un numéro spécial, avec ses mémoires et ses souvenirs signés de leur main par huit cardinaux, dont le défunt cardinal Pell. Ainsi, son secrétaire historique a pu rappeler ce qui, disait-on, était la pensée ratzingérienne sur le sacerdoce.

    Comme sur bien d’autres sujets, la pensée du théologien allemand était raffinée et courageuse. Mgr Gänswein a en effet rappelé comment Benoît voulait formuler une « théologie solide du sacerdoce », capable de résister « même aux incompréhensions du monde moderne ». Une tentative qui s'est avérée nécessaire, a ajouté l’archevêque, à la lumière du grand nombre de ceux qui ont abandonné le sacerdoce, ainsi que de le « déclin drastique des vocations sacerdotales dans de nombreux pays ». Ces deux aspects, il faut le dire, ne sont pas exclusivement attribuables à des raisons théologiques; et pourtant le pape allemand voyait - comme dans d’autres domaines - une crise théologique sous jacente au phénomène.

    C'est pourquoi, a toujours rappelé Mgr Gänswein, Benoît XVI s'est engagé à veiller à ce que le sacerdoce soit "christologiquement justifiable", puisque les prêtres sont "appelés par le Seigneur ressuscité et fortifiés par le sacrement", a déclaré le secrétaire historique du successeur de saint Jean-Paul II. Pour Ratzinger, "le sacerdoce n’était donc pas une fin en soi dans aucun aspect de son existence", mais existait pour le service de l’Église. Leurs caractéristiques distinctives étaient - et doivent redevenir - "l'altruisme et l'expropriation de soi en faveur du Seigneur".

    Pour rendre ce qu'il voulait dire encore plus clair, Benoît XVI avait comparé le sacerdoce et son service à un pont entre les deux frives de l'histoire du salut et de la tradition catholique, d'une part, et d'autre part « de l'homme moderne, de l'homme de tous les temps", ajoute Gänswein ; à qui revient le mérite d'être le gardien vivant - avec bien d'autres, bien entendu - de la mémoire et de l'actualité d'une pensée, celle de Ratzinger, qui a certainement encore beaucoup à dire et à donner à l'Église. Surtout dans un contexte comme celui d'aujourd'hui où, au-delà de la désertification des séminaires et des églises, semble régner un chaos qui éclipse cette espérance, comme le rappelait Antonio Socci dans el Timone de ce mois-ci, sans laquelle "la foi et la charité ne sont qu'un cimetière"

    Il timone - Traduction  E.S.M

  • Une campagne internationale en appelle à une liberté entière pour la liturgie traditionnelle

    IMPRIMER

    De Renaissance Catholique :

    CAMPAGNE INTERNATIONALE POUR LA LIBERTÉ ENTIÈRE DE LA LITURGIE TRADITIONNELLE

    Lutetiae parisiorum, die XXI mensis aprilis, dominica III post Pascha
    Messes basses Fontgombault campagne liberté liturgie traditionnelle

    Être catholique en 2024 n’est pas chose aisée. Une déchristianisation massive se prolonge en Occident à tel point que le catholicisme semble disparaître de l’espace public. Ailleurs, le nombre de chrétiens persécutés pour leur foi ne cesse de croître. L’Eglise semble, de plus, frappée par une crise interne qui se traduit par un recul de la pratique religieuse, une baisse des vocations sacerdotales et religieuses, une moindre pratique sacramentelle et même des dissensions entre prêtres, évêques ou cardinaux hier impensables. Or, parmi les éléments qui peuvent contribuer à la renaissance interne de l’Eglise et à la reprise de son développement missionnaire, il y a d’abord la célébration digne et sainte de sa liturgie, à laquelle peuvent puissamment aider l’exemple et la présence de la liturgie romaine traditionnelle.

    Malgré toutes les tentatives qui ont été faites pour la faire disparaître, spécialement au cours du présent pontificat, cette messe continue à vivre, à se répandre, à sanctifier le peuple chrétien qui y accède. Elle produit des fruits évidents de piété, de croissance des vocations, de conversions. Elle attire la jeunesse, est à l’origine de la floraison de maintes œuvres, notamment scolaires, elle s’accompagne d’un solide enseignement catéchétique. Personne ne peut contester qu’elle est un vecteur de conservation et de transmission de la foi et de la pratique religieuse au milieu d’un affaiblissement de la croyance et d’hémorragie des croyants. Par son ancienneté vénérable cette messe peut également se prévaloir d’avoir sanctifié bien des âmes à travers les siècles. Au sein d’autres forces vives qui se manifestent encore dans l’Église, celle que représente cette vie cultuelle attire l’attention par la structuration que lui confère une lex orandi continuée.

    On lui a certes donné, ou plutôt on lui a toléré quelques espaces de vie, mais en reprenant trop souvent d’une main ce que l’on concédait de l’autre. Sans jamais cependant parvenir à la faire disparaître.

    Depuis la grande dépression de l’immédiat après-Concile, à maintes reprises, pour ranimer la pratique, faire remonter le nombre des vocations sacerdotales et religieuses, tenter de préserver la foi du peuple chrétien, on a tout essayé. Tout, sauf de laisser « faire l’expérience de la tradition », de laisser sa chance à la liturgie dite tridentine. Or, le bon sens demande urgemment aujourd’hui de laisser vivre et prospérer toutes les forces vives dans l’Église et notamment celle-là, qui bénéficie d’un droit plus que millénaire.

    Qu’on ne se méprenne pas : le présent appel n’est pas une requête pour l’obtention d’une nouvelle tolérance comme en 1984, en 1988, ni même pour le rétablissement du statut accordé en 2007 par le motu proprio Summorum Pontificum, qui lui reconnaissant en principe un droit a été ramené, de fait, à un régime de permissions chichement accordées.

    campagne liberté liturgie traditionnelle
messe

    Simples laïcs il ne nous appartient pas de porter un jugement sur le Concile Vatican II, sa continuité ou discontinuité avec l’enseignement antérieur de l’Eglise, le bien-fondé, ou non, des réformes qui en sont issues, etc. En revanche il convient de défendre et transmettre les moyens que la Providence a utilisés pour permettre à un nombre croissant de catholiques de conserver la foi, d’y grandir ou de la découvrir. La liturgie traditionnelle tient dans cette démarche par sa transcendance, sa beauté, son caractère intemporel, sa sûreté doctrinale, une place essentielle.

    C’est pourquoi nous demandons simplement, au titre de la vraie liberté des enfants de Dieu dans l’Église, que soit reconnue la liberté pleine et entière de la liturgie traditionnelle, avec le libre usage de tous ses livres, afin que, sans entrave, dans le rite latin, tous les fidèles puissent en bénéficier et tous les clercs la célébrer.

    Jean-Pierre Maugendre, Directeur général de Renaissance Catholique

    (Ce texte a été traduit et diffusé en allemand, anglais, espagnol, français, italien, néerlandais et portugais.)

    Le présent appel n’est pas une pétition à signer, mais un message à diffuser, éventuellement à reprendre sous toutes formes qui pourront paraître opportunes, et à apporter et expliquer aux cardinaux, évêques et prélats de l’Église universelleSi Renaissance catholique a l’initiative de cette campagne, c’est uniquement pour se faire l’interprète d’un large désir en ce sens qui se manifeste dans l’ensemble du monde catholique. Cette campagne n’est pas la sienne, mais celle de tous ceux qui y participeront, la relayeront, l’amplifieront, chacun à leur manière.

  • De nouvelles preuves indiquent que le Suaire de Turin n'est pas un faux européen 

    IMPRIMER

    De Simon Caldwell sur le Catholic Herald :

    De nouvelles preuves indiquent que le Suaire de Turin n'est pas un faux européen 

    Le 26 mars 2024 à 17h30

    De nouveaux tests scientifiques menés sur le célèbre suaire de Turin ont révélé que le lin utilisé pour sa fabrication a été cultivé au Moyen-Orient.

    Les résultats des tests isotopiques apportent une nouvelle preuve que le linceul est le véritable vêtement qui a été utilisé pour couvrir le corps de Jésus-Christ après sa crucifixion - et qu'il ne s'agit pas d'un faux créé dans l'Europe médiévale.

    Des fragments de tissu prélevés sur le linceul montrent que son lin provenait du Levant occidental, une bande de terre occupée aujourd'hui par Israël, le Liban et les parties occidentales de la Jordanie et de la Syrie.

    William Meacham, l'archéologue américain qui a commandé l'étude, a déclaré : "Avec une origine proche-orientale probable, de nouveaux doutes doivent être émis quant à l'interprétation du linceul comme une simple fausse relique fabriquée dans l'Europe médiévale, et de nouvelles questions se posent quant à la signification de l'image sur le tissu. 

    "La possibilité que ce tissu soit en fait le linceul de Jésus est renforcée par ces nouvelles preuves. 

    "À mon avis, cela reste la meilleure explication pour le linceul".

    En tant que membre du conseil d'administration de la Shroud of Turin Education and Research Association (STERA), Meacham a obtenu l'autorisation de tester cinq des sept fils en possession du groupe.

    Ces fils proviennent d'un échantillon connu sous le nom de "pièce de Raes", qui a été retiré du Suaire en 1973 à des fins de recherche sur les textiles. 

    Quatorze fils ont été fournis par l'archevêché de Turin au physicien Ray Rogers, membre de l'équipe scientifique américaine qui avait étudié le linceul sur place en 1978, et qui ont ensuite été transmis au STERA.

    Les tests ont été effectués au laboratoire des isotopes stables de l'université de Hong Kong, qui est en mesure de tester de très petits échantillons, même inférieurs à 1 mg. 

    Selon M. Meacham, l'origine orientale du linceul est importante car "elle renforce d'autres caractéristiques qui vont dans ce sens".

    Il explique : "Le pollen est l'élément le plus remarquable. Même si de nombreuses identifications ont été écartées depuis, certaines espèces prises ensemble indiquent toujours une présence méditerranéenne orientale. 

    "De même, la couronne d'épines [sur le linceul] en forme de casque plutôt que de cercle romain est un trait caractéristique de l'Asie Mineure et du Levant. 

    "Il s'agit d'une confirmation impressionnante d'une hypothèse générée par une analyse informatique en 3D en 1977, à une époque où il n'existait aucun exemple connu (en dehors d'Israël) d'une telle pratique dans l'Antiquité.

    Le suaire de Turin est un morceau de toile de lin portant l'image d'un homme qui semble avoir subi un traumatisme physique correspondant à une crucifixion. Il n'existe pas encore de consensus sur la manière dont l'image a été créée. (Photo par : Universal History Archive/UIG via Getty images.)

    Le linceul est conservé à Turin, en Italie, depuis 1578, en provenance de Chambéry, en France, où il était conservé depuis les années 1350. 

    Il a fait une entrée fracassante sur la scène intellectuelle européenne en 1898, lorsque les premières photographies ont été publiées, montrant une image faciale réaliste sur le négatif photographique en noir et blanc. 

    Le linceul a été étudié au milieu du XXe siècle par le chirurgien français Pierre Barbet, qui a ensuite écrit un livre sur les blessures de la passion du Christ intitulé Un médecin au Calvaire.

    En 1978, une équipe de scientifiques américains a été autorisée à examiner directement le linceul sur place pendant une semaine et à prélever des échantillons à l'aide d'un ruban adhésif. 

    Ils n'ont finalement pas pu expliquer la cause de l'image, laissant planer un mystère qui persiste encore aujourd'hui, mais leur rapport final affirmait qu'elle provenait d'un corps humain.

    En 1988, un échantillon a été prélevé, divisé en morceaux et daté de 1260-1390 par trois laboratoires renommés, ce qui a jeté un sérieux doute sur l'authenticité du linceul. L'archidiocèse de Turin n'a pas autorisé d'autres études.

    Des études menées en 2012 et 2015 sur des échantillons prélevés antérieurement ont toutefois révélé que le drap de lin datait probablement de l'époque de Jésus.

    En 2017, une équipe de l'hôpital universitaire de Padoue (Italie), dirigée par Matteo Bevilacqua, a réalisé une étude médico-légale de l'empreinte et a découvert qu'il s'agissait d'une personne qui a souffert et est morte exactement de la même manière que le Christ, tel qu'il est décrit dans les Évangiles.

    Dans un article publié dans l'Open Journal of Trauma, l'équipe a émis l'hypothèse que la cause du décès était une crise cardiaque compliquée par une rupture du cœur par hémopéricarde chez un sujet crucifié par clouage des mains et des pieds.

    Ils ont également constaté des signes de stress émotionnel grave et de dépression ; un choc traumatique hypovolémique grave, une insuffisance respiratoire aiguë à un stade précoce de la crucifixion et une causalgie [douleur chronique d'un membre] ; un traumatisme contondant à la suite d'une chute, avec paralysie de l'ensemble du plexus brachial droit [nerfs de l'épaule] ; luxation de l'épaule droite, contusion pulmonaire avec hémothorax [lésion pulmonaire], contusion cardiaque [lésion cardiaque], paralysie proximale ulnaire gauche probable et luxation du pied droit due à l'étirement pendant la crucifixion.

    L'étude a inspiré un article publié en 2022 par le révérend professeur Patrick Pullicino, prêtre à Southwark et ancien neurologue consultant du NHS, qui a proposé que la blessure à l'épaule ait provoqué une énorme hémorragie interne qui a entraîné l'effondrement de son système circulatoire.

    Il a écrit dans le Catholic Medical Quarterly que jusqu'à trois litres de sang se sont écoulés de la cavité où le sang s'est accumulé lorsque le flanc de Jésus a été transpercé par une lance romaine, comme le rapporte l'Évangile de saint Jean.

    Si les dernières découvertes vont à l'encontre de l'accusation selon laquelle le linceul n'est qu'une contrefaçon, le mystère demeure et Meacham admet que la datation au carbone du linceul "n'est pas encore résolue" et qu'"il y a un léger chevauchement entre quelques échantillons (de lin) d'Europe de l'Ouest et ceux d'Israël". 

    Photo : Capture d'écran de la photographie prise par Ray Rogers en 1979 montrant les fils provenant de la "pièce de Raes" - retirée du Suaire en 1973 pour des recherches textiles - et dont William Meacham a tiré son échantillon.

  • Le visage de Dieu

    IMPRIMER

    De Francis X. Maier sur The Catholic Thing :

    Le visage de Dieu

    24 avril 2024

    Avec l'âge, la tentation d'être insatisfait de sa vie peut grandir.  La peur de vieillir, ainsi que les souvenirs des échecs et des erreurs du passé, peuvent occulter le bien dans le monde qui nous entoure.  La culture de la consommation, des distractions et des anesthésiants que nous avons créée se nourrit de cette agitation et tire profit de l'anxiété qui anime si souvent nos désirs.  Ce faisant, elle nous prive de quelque chose d'authentiquement humain.  Elle nous réduit à un ensemble d'appétits matériels.  Et elle s'oppose à tout ce qui est transcendant, car les questions de sens menacent les mécanismes du désir et de la possession.

    C'est l'une des raisons pour lesquelles la beauté - la vraie beauté - peut sembler si réduite dans notre vie quotidienne.  La vraie beauté nous tire vers le haut et nous fait sortir de nous-mêmes ; elle nous relie à des réalités qui ne peuvent être commercialisées.  Elle resacralise le monde, même si ce n'est que pour un instant.  Ce faisant, elle met en accusation la vulgarité, le cynisme et le désordre qui constituent une grande partie de la vie contemporaine.

    Mais nous valons mieux que nos appétits primaires.  Nous méritons autre chose que la camelote commercialisée et matérialiste.  La raison en est simple : Comme l'écrit le philosophe Roger Scruton dans son livre Le visage de Dieu, "le visage [humain] brille dans le monde des objets d'une lumière qui n'est pas de ce monde - la lumière de la subjectivité".

    Les sciences sociales d'aujourd'hui ont tendance à réduire les individus à des points de données et l'expérience humaine à des modèles de comportement.  Bien sûr, il est vrai que nous, les humains, sommes du carbone animé, comme tous les autres animaux.  Nous avons des instincts et nous nous reproduisons plus ou moins comme tous les autres animaux.  Mais nous ne sommes pas des animaux comme les autres.  Nous avons une conscience unique de notre individualité et de notre mortalité.  Cela explique à la fois notre peur de la solitude et notre besoin de sens.  Nous sommes la seule espèce qui enterre et vénère ses morts.  Il est dans notre nature de vouloir plus que ce que cette vie peut donner ; de sentir que quelque chose de plus grand et de plus élevé pourrait être possible.

    Encore une fois, dans The Face of God, Scruton a écrit :

    Si l'on supprime la religion, la philosophie, les objectifs supérieurs de l'art, on prive les gens ordinaires des moyens de représenter leur différence.  La nature humaine, qui était autrefois une chose à laquelle il fallait se conformer, devient une chose à laquelle il faut se conformer.  Le réductionnisme biologique favorise cette "dévalorisation", et c'est pourquoi les gens s'y laissent si facilement prendre.  Il rend le cynisme respectable et la dégénérescence chic.  Il abolit notre genre, et avec lui, notre gentillesse.

    La beauté, en revanche, est une affirmation de notre dignité humaine commune.  Elle nous rappelle la bonté de la vie à une époque de narcissisme transgressif et de répudiation du passé.  C'est pourquoi, dans la tradition catholique, l'hostilité à la haute culture, à l'excellence et à la précision dans la vie de l'esprit et, plus récemment et plus étroitement, à la messe latine traditionnelle, peut sembler si étrange.

    Lire la suite

  • "Il faut sortir de son canapé" - Des jeunes catholiques français restaurent des croix au bord des routes

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur le Pillar :

    Il faut sortir de son canapé" - Des jeunes catholiques français restaurent des croix au bord des routes

    19 avril 2024

    Il est clair maintenant que quelque chose d'intéressant est en train de remuer en France, le pays autrefois connu comme "la fille aînée de l'Église". 

    Des membres de SOS Calvaires érigent une croix. Avec l'aimable autorisation de SOS Calvaires.

    Lors de la veillée pascale de cette année, le nombre de baptêmes d'adultes a augmenté de 30 % et plus de 7 000 personnes ont reçu le sacrement, soit le chiffre le plus élevé depuis que la conférence épiscopale française a commencé à compiler ces données il y a plus de 20 ans.

    Cette semaine, les organisateurs du pèlerinage annuel de la Pentecôte à Chartres ont clôturé les inscriptions à ses "chapitres" pour adultes plus d'un mois avant l'événement, qui devrait établir un nouveau record de fréquentation en 2024.

    En décembre prochain, les yeux du monde entier se tourneront vers Paris pour la réouverture au culte de la cathédrale Notre-Dame, cinq ans après qu'elle ait été presque détruite par un incendie - une image appropriée, peut-être, d'un nouveau renouveau catholique français.

    Il existe également d'autres signes de renouveau. L'un d'eux est la croissance de SOS Calvaires, une organisation qui rassemble des volontaires dans tout le pays pour restaurer les crucifix de bord de route (connus en France sous le nom de "calvaires").

    Arthur Caillé, directeur général de l'association

    Le directeur général de l'association est Alexandre Caillé, jeune, moustachu et éloquent. Lors d'un entretien par courriel avec The Pillar, il a expliqué pourquoi les jeunes sont attirés par SOS Calvaires, ce que cela représente de restaurer des croix de chemin, et les projets intrigants du groupe à l'extérieur de la France. 

    Lire la suite

  • Saint Georges, "le grand martyr"

    IMPRIMER

    Moreau_St_Georges.jpgA propos de ce saint fêté aujourd'hui, et choisi par Baden Powell comme patron du scoutisme, voici la notice proposée par missel.free.fr :

    "A propos de saint Georges que les Orientaux appellent le grand martyr, on peut dire, avec certitude, qu’il fut martyrisé à Lydda (ou Diospolis, l’actuelle Lod), en Palestine où son culte est attesté depuis les temps les plus reculés. Les traditions veulent que son père, Gérontius, qui adorait les idoles, vînt d’Arménie en Cappadoce où naquit Georges (on dit que ce fut en 280) ; elles ajoutent que sa mère, Polychronia, qui était chrétienne à l’insu de son mari, instruisit Georges des vérités de la religion. Georges, disent-elles encore, fut baptisé dès sa jeunesse et s’employa à combattre le culte des idoles : il brisait les idoles dans les temples, tuait leurs prêtres et distribuait aux pauvres d’abondantes aumônes.

    Lire la suite

  • La terre est remplie de la miséricorde du Seigneur, alléluia! (introit du 4e dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 32, 5-6  
    MISERICÓRDIA Dómini plena est terra, allelúia: verbo Dómini caeli firmáti sunt, allelúia, allelúia. Ps. ibid., 1 Exsultáte, iusti, in Dómino: rectos decet collaudátio. ℣. Glória Patri. La terre est remplie de la miséricorde du Seigneur, alléluia : les cieux ont été affermis par la parole du Seigneur, alléluia, alléluia. Ps. Exultez, justes, dans le Seigneur, aux cœurs droits sied la louange. ℣. Gloire au Père.