Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Impressionnant : la marche pour la Vie de Washington en accéléré

    IMPRIMER

    Le 21 janvier, ils étaient 150.000 à manifester pour la vie à Washington alors que Biden, le président "catholique", réaffirme son soutien à l'avortement :

  • Benoît XV, un pape prophétique mais injustement négligé

    IMPRIMER

    Benoît XV, Pape de 1914 à 1922

    De Massimo Scapin sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Benoît XV, un pape prophétique (mais négligé)

    22-01-2022

    Il y a cent ans, le 22 janvier, mourait Benoît XV, né Giacomo della Chiesa. Très cher à Ratzinger, il reste dans les mémoires pour ses propos sur le "massacre inutile" de la Première Guerre mondiale et son engagement pour la paix. Mais il avait des mérites dans bien d'autres domaines, des relations avec les Orientaux à la résolution de la question moderniste. Et il a favorisé la musique sacrée, en promouvant la réforme de Saint Pie X.

    Il y a un siècle, le 22 janvier 1922, le pape de la paix mourait à l'âge de 67 ans : Benoît XV, né Giacomo della Chiesa. Né à Gênes dans une famille noble le 21 novembre 1854, il obtient sa licence en droit à 20 ans, devient prêtre à 24 ans, secrétaire du nonce apostolique à Madrid à 28 ans, minuteur à 32 ans et député à la Secrétairerie d'État à 46 ans, archevêque de Bologne pendant sept ans à 53 ans, créé cardinal à 59 ans et élu pape trois mois plus tard.

    Cette grande figure du XXe siècle est injustement négligée. Il y a eu un regain d'intérêt lorsque Benoît XVI, au début de son pontificat, a déclaré : "J'ai voulu m'appeler Benoît XVI pour me rattacher idéalement au vénéré pontife Benoît XV, qui a dirigé l'Église dans une période troublée à cause de la Première Guerre mondiale. Il a été un courageux et authentique prophète de la paix et il a œuvré avec un grand courage d'abord pour éviter la tragédie de la guerre et ensuite pour limiter ses conséquences néfastes" (Benoît XVI, Audience générale, 27 avril 2005).

    La plupart des gens ne se souviennent de Benoît XV que pour son opposition à la Première Guerre mondiale, à "la plus sombre tragédie de la haine et de la démence humaines" (Benoît XV, Homélie, 30 juillet 1916). Ils rappellent l'auteur de l'Exhortation apostolique 'Dès le début', envoyée le 1er août 1917 aux chefs des peuples belligérants, dans laquelle sont indiquées des solutions particulières, propres à mettre fin à "cette lutte formidable qui, chaque jour davantage, apparaît comme un inutile massacre".

    Pourtant, à y regarder de plus près, il y a beaucoup à dire sur son bref pontificat, qui a duré un peu plus de sept ans. En fait, comme l'écrivait le cardinal Giuseppe Siri (1906-1989), archevêque de Gênes, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Benoît XV : "Si quelqu'un se lève pour le scruter à fond, il rendra justice au grand pape et rendra l'histoire plus honnête" (J. F. Pollard, Il papa sconosciuto. Benedetto XV, 1914-1922, e la ricerca della pace, San Paolo, Milan 2001, p. 5). En examinant les nombreux domaines dans lesquels le pape génois était impliqué, nous trouvons : le rapport avec le monde oriental, en constituant une Sacrée Congrégation spéciale pour l'Église orientale et en fondant à Rome un institut pour les études de l'Orient chrétien ; le problème des missions, en promouvant l'organisation autonome des Églises locales dans les territoires de mission et la libération du conditionnement politique et économique par les nations européennes ; la question moderniste, en la résolvant avec prudence ; la discipline ecclésiastique, en promulguant le Code de droit canonique, voulu par saint Pie X ; la musique sacrée.

    Si saint Pie X peut être appelé le grand pape de la musique sacrée, Benoît XV a également un mérite considérable pour la réforme décrétée par le pape Sarto. Il en a encouragé la mise en œuvre à plusieurs reprises par sa parole et sa main généreuse : au début de son pontificat, le 23 septembre 1914, lorsqu'il a reçu à Rome les représentants de l'Association italienne de Santa Cecilia et de l'École pontificale de musique sacrée ; lors d'audiences aux évêques et aux mélomanes ; lorsqu'il a béni les nouvelles institutions de musique sacrée aux États-Unis et en Espagne ; et lorsqu'il a envoyé des messages aux participants des congrès de musique liturgique ou sacrée.

    L'école, fondée par saint Pie X en 1910 et inaugurée le 3 janvier 1911, a en réalité été fondée par Benoît XV qui, le 10 juillet 1914, par un rescrit de la Secrétairerie d'État, l'a déclarée "pontificale" et lui a accordé la faculté de conférer des grades académiques. Après un incendie qui s'est déclaré dans la soirée du 22 novembre 1914 dans ses premiers locaux très modestes de Via del Mascherone, 55, près de la Piazza Farnese, l'école, grâce à Benoît XV, a déménagé, peut-être le 15 mars 1915, au Palazzo dell'Apollinare, alors siège du Vicariat de Rome.

    Le 7 mai 1915, Benoît XV accorde à l'École pontificale sa première audience. Après l'avoir encouragée à poursuivre "avec constance dans la voie qu'elle avait commencée", à se développer, à se perfectionner et à se maintenir "digne des plus nobles traditions des Instituts pontificaux romains", il ajoutait : "Notre encouragement s'est limité jusqu'à présent à donner à l'Ecole des locaux plus vastes et un siège plus digne ; mais nous espérons, dans des circonstances meilleures, pouvoir contribuer à lui donner une plus grande impulsion et un développement plus vigoureux" (Il primo decennio della Pontificia Scuola Superiore di musica sacra in Roma, in La Civiltà cattolica, quad. 1674, Rome 1920, p. 528).

    Le Comité auxiliaire de l'Institut pontifical de musique sacrée, fondé au début de 1915 à New York par l'écrivain et musicienne Justine Ward (1879-1975), a pris une part active à ce développement, avec le double objectif de restaurer la musique sacrée aux États-Unis et de soutenir l'École pontificale de Rome. Avec un autre bienfaiteur américain, Herbert D. Robbins, Ward fit don du grand orgue Tamburini opus 74 à trois claviers et trente registres, situé dans l'historique Sala Gregorio XIII, la salle académique ou Aula Magna de l'Institut, inaugurée le 6 novembre 1921 par le célèbre organiste et compositeur Marco Enrico Bossi (1861-1925), qui interpréta pour la première fois ses Tre momenti francescani, op. 140 (voir E. Cominetti). 140 (cf. E. Cominetti, Marco Enrico Bossi, Gioiosa Editrice, Sannicandro Garganico 1999, pp. 49, 110).

    Enfin, concernant l'intérêt du pontife génois pour la musique sacrée, il ne faut pas oublier la lettre 'Non senza vivo' du 19 septembre 1921, envoyée au cardinal Vincenzo Vannutelli (1836-1930), évêque d'Ostie et de Palestrina et doyen du Sacré Collège des cardinaux, à l'occasion de l'inauguration de la statue de Giovanni Pierluigi à Palestrina. Benoît XV voulait y "promouvoir de plus en plus cette ferveur de restauration musicale qui, heureusement commencée par Notre prédécesseur de vénérable mémoire, dans la première année de son pontificat, s'est répandue et intensifiée dans toutes les régions du catholicisme". Il ne voulait pas que la ferveur allumée par les "sages normes" de son prédécesseur se refroidisse, "surtout en ce qui concerne la polyphonie classique qui, comme on l'a si bien dit, a atteint le sommet de sa perfection dans l'école romaine par l'œuvre de Giovanni Pierluigi da Palestrina".

  • L’impasse de l’euthanasie: l'analyse de Henri de Soos

    IMPRIMER

    Du site d'Alliance Vita :

    L’impasse de l’euthanasie: Henri de Soos livre son analyse.

    Son livre est donc à la fois l’expression d’une conviction, d’une réflexion, et d’une expérience de terrain.

    5 arguments clés pour l’euthanasie sont ainsi examinés finement et avec rigueur : suivre l’exemple de pays étrangers, suivre l’opinion de certains sondages, mettre un cadre à des pratiques illégales existantes, mourir plutôt que souffrir, et exercer son ultime liberté.

    Henri de Soos prend soin de détailler ces arguments avant de les soumettre à l’épreuve des faits et de l’argumentation.

    Ainsi, le premier chapitre est consacré à l’exemple des pays étrangers, en particulier les pays du Bénélux, précurseurs dans ce type de législation. Hausse continue des euthanasies, poursuite d’un nombre important d’euthanasie clandestine, élargissement de la pratique pour des personnes ne souffrant pas de maladie en phase terminale. Les chiffres, officiels, et les cas de dérives, douloureux pour les proches, donnent un premier aperçu de l’impasse euthanasique.

    La problématique des sondages, reflet mouvant d’une opinion parfois manipulée, est également abordée. Le livre décortique avec clarté le choix truqué proposé aux Français: « souffrir ou mourir? ».

    Henri de Soos rappelle ces propos de Robert Badinter, artisan de l’abolition de la peine de mort en France, quand il était auditionné sur l’euthanasie en 2008: « Le droit à la vie est le premier des droits de tout être humain. […] Nul ne peut retirer la vie à autrui dans une démocratie ». L’édifice d’un Etat de droit, les progrès de la civilisation ont une pierre fondatrice sans laquelle la société se lézarde. Selon l’étymologie connue du mot « interdit » (inter-dit c’est-à-dire dit entre les humains), l’interdit de tuer est fondamental pour bâtir la confiance en l’autre, en particulier dans la relation entre soignant et soigné.

    L’auteur n’ignore pas le clair-obscur des situations de fin de vie, la question délicate et complexe de la souffrance et consacre de belles pages à la réalité et la philosophie des soins palliatifs. Son éclairage est utile pour rappeler que l’euthanasie et l’acharnement thérapeutique sont les deux faces d’une même médaille: celle d’une volonté de maîtrise totale de la vie, par le soignant ou le patient. A l’opposé se situe le soin palliatif. Le « pallium », à l’origine chez les Romains, c’est un manteau. Protéger, accompagner, réconforter, la philosophie des soins palliatifs pose un regard non violent sur la personne. A contrario, l’auteur rappelle, à partir de témoignages vécus, la violence ressentie par des familles ou des soignants qui ont traversé des situations d’euthanasie.

    Le dernier chapitre du livre aborde l’ultime argument présenté par les partisans de l’euthanasie: celui de la liberté. L’examen soigneux des arguments met au jour quelques contradictions dans le discours bien huilé. Ainsi celle de vouloir devancer une mort qu’on ne peut pas contrôler, et qui nous retire toute liberté. Ultime tentative de maîtrise de la vie, qu’on ne possède jamais, comme l’a rappelé un académicien philosophe à l’automne dernier. Ultra-moderne solitude ou relation de confiance. Calcul, contrôle ou gratuité de la vie qui nous est donnée. Le choix pour notre société est puissamment éclairé dans ce livre qui nous fait entrer dans la complexité de la fin de vie sans jamais céder à la facilité.

  • "Le patriarcat n'a jamais existé" (Emmanuel Todd)

    IMPRIMER

    De la revue de presse de l'Homme Nouveau ("Au quotidien" n°324) :

    Le patriarcat n’a jamais existé selon le démographe Emmanuel Todd

    Dans votre livre, vous vous attaquez sévèrement au « féminisme de troisième vague » et à la théorie du genre, que vous accusez de vouloir créer une guerre des sexes et d’être une idéologie coupée du réel. Vous n’allez pas vous faire des amis à gauche… Qu’est-ce qui vous a poussé à l’écrire ?Le démographe Emmanuel Todd vient de publier un nouvel ouvrage consacré au féminisme : « Où en sont-elles ? » (Seuil). Dans Le Figaro (20 janvier 2022), il a répondu aux questions d’Eugénie Bastié.

    Emmanuel TODD. - C’est vrai, je confesse une forme d’agacement face au développement de ce que j’appelle le féminisme de troisième vague, antagoniste, de ressentiment. Comme un homme de ma génération sans doute. Dans ma génération et mon milieu, un féminisme absolu régnait. Ce qui me frappe, c’est l’irruption en France d’un féminisme antagoniste qui ressemble à celui du monde anglo-américain, un féminisme de conflit (américain) ou de séparation (anglais). Notre pays se distinguait et faisait l’admiration du monde par son modèle de camaraderie entre les sexes. Mais fondamentalement, je n’attaque pas, je cherche à comprendre ce qui se passe, en chercheur, en anthropologue, en historien.

    Quelles sont les racines du féminisme antagoniste anglo-américain ?

    J’associe ce féminisme anglo-américain à l’héritage du protestantisme, en réalité bien plus « patriarcal » que le catholicisme, plus ambivalent. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le monde anglo-américain n’est pas à l’origine plus favorable aux femmes que la France. Le protestantisme, sur les rapports hommes-femmes, est régressif par rapport au christianisme originel. Le catholicisme avait une dimension matricentrée avec le culte de la Vierge Marie. Le message de Luther est très patriarcal. On passe de ­Marie à Eve, la femme pécheresse. La virulence du féminisme dans le monde anglo-américain résulte largement d’une réaction contre cet héritage.

    (…)

    Est-ce à dire que, selon vous, le patriarcat a disparu en Occident ?

    Ce n’est pas qu’il a disparu, c’est qu’il n’a jamais existé. Qu’est-ce que ça veut dire patriarcat ? Je préfère parler de système de patridominance universel, c’est-à-dire une position légèrement supérieure de l’homme en particulier dans les activités de gestion collective. Mais l’intensité de cette domination masculine est tellement variable selon la géographie et l’histoire qu’on ne peut pas appliquer un terme unique à des systèmes très différents. Je propose, avec l’aide d’un expert, une utilisation nouvelle de l’Atlas ethnographique de Murdock pour montrer cette diversité au lecteur, par des cartes originales. Sur un sujet qui est souvent abordé de manière ultra-idéologique, nous pensons que l’accès aux données est fondamental. Nous avons mis en ligne l’outil de visualisation que nous nous sommes construit, et nous donnons le lien dans le livre. Parler de patriarcat de façon indifférencié pour évoquer la situation des femmes à Kaboul et dans la région parisienne n’a aucun sens du point de vue du chercheur en anthropo­logie. Frédéric Le Play emploie le mot « patriarcales » pour désigner les grandes familles indi­vises de type russe et arabe. Pour ce qui est de l’Occident étroit, la France, le monde anglo-américain et la Scandinavie, la mutation patrilinéaire, partie du centre de l’Eurasie, qui a abaissé le statut de la femme au cours de l’histoire, n’a pas eu lieu ou est restée embryonnaire. On croit souvent que plus on remonte le temps, plus les femmes étaient opprimées. Il n’en est rien. Les Occidentaux avant même la révolution des soixante-dix dernières années, étaient très proches dans leurs mœurs des chasseurs-cueilleurs chez qui le statut de la femme est élevé.

    L'intégralité de l'article est reproduite ICI

  • Une guerre liturgique ou une guerre de survie ?

    IMPRIMER

    De sur le site de la revue Catholica :

    Guerre liturgique ou guerre de survie ?

    22 Jan 2022

    La question de la succession du pape François est posée depuis son hospitalisation en juin de l’année passée. Il avait déjà lui-même évoqué la possibilité de se retirer, et fait allusion à la préparation d’un règlement sur le statut inédit d’un éméritat papal, sans toutefois être plus précis sur ses propres intentions. Le journaliste Marco Politi présentait ainsi récemment cette situation : « Le paradoxe des manœuvres de pré-conclave, qui se développent toujours lorsqu’un pontife atteint un âge avancé, est que les opposants à François savent qu’ils ne pourront probablement pas compter sur un pur conservateur, tandis que les réformistes savent qu’il n’y aura pas place pour un François II[1]. » C’est sur ce fond événementiel qu’il paraît nécessaire de comprendre certains faits, méthodes et manœuvres en vue d’un avenir qui se fait prochain et qui mobilise au plus haut point tous ceux qui ont placé leur espoir de transformation radicale de l’Église en Jorge Mario Bergoglio, et ce dernier lui-même dans l’efficacité de ses efforts pour atteindre le même but.

    C’est ainsi notamment que peut s’éclairer, au moins partiellement, l’affaire du motu proprio Traditionis custodes, du 16 juillet 2021, texte d’une brutalité soudaine tendant à mettre un terme à la situation de cohabitation entre les liturgies post-conciliaires et la forme antérieure dite tridentine, situation qu’avait temporairement stabilisée Benoît XVI avec son motu proprio Summorum Pontificum de juillet 2007. Ce dernier était en harmonie avec la distinction entre une « herméneutique de la discontinuité et de la rupture » et une « herméneutique de la réforme dans la continuité », celle-ci étant présentée comme synthèse entre le contenu et l’expression, au sens extensif, du dépôt révélé[2]. Malheureusement, il est dans la nature de toute herméneutique de donner lieu à une diversité insurmontable d’interprétations.

    Lire la suite sur le site de la revue Catholica

  • Dominus secus mare Galilǽæ (Introit grégorien du 3e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Introit Introït
    Cf. Mc 1,16-17  
    Dominus secus mare Galilǽæ vidit duos fratres, Petrum et Andréam, et vocávit eos: Veníte post me: fáciam vos fíeri piscatóres hóminum. Ps Cæli enárrant glóriam Dei: et ópera mánum eius annúntiat firmaméntum. ℣. Gloria Patri. Le Seigneur le long de la mer de Galilée vit deux frères, Pierre et André, et les appela : Venez à ma suite, et je vous ferai devenir pêcheurs d'hommes. Ps Les Cieux racontent la gloire de Dieu : et l'oeuvre de Ses mains annonce le firmament.
  • Quand le Fils de Dieu fait irruption dans le quotidien du monde (3e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,1-4.4,14-21.

    Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous,
    d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole.
    C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi,
    afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus.
    Lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région.
    Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge.
    Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture.
    On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit :
    ‘L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés,
    annoncer une année favorable accordée par le Seigneur.’
    Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui.
    Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

    Aujourd’hui, Dieu dans notre vie

    homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 3e dimanche du temps ordinaire (C) (archive 2019)

    L’évangile d’aujourd’hui sonne comme un roulement de tambour. Le Fils de Dieu fait irruption dans le quotidien du monde. On va le reconnaître par ce qu’il apporte, et que les prophètes avaient vu de loin : il apporte l’extraordinaire révélation de l’amour de Dieu, il l’apporte « dans la puissance de l’Esprit Saint », et « sa renommée se répand » (Lc 4,14).

    Ce qu’il apporte est quelque chose de vraiment nouveau, dont il dit que cela s’accomplit « aujourd’hui ». C’est l’aube du salut, de la lumière, de la joie. Au long de la première alliance, Dieu avait déjà montré qu’il était de notre côté. Mais maintenant nous voyons plus clairement comment. Aujourd’hui nous voyons ; aujourd’hui nous sommes libres ; aujourd’hui Dieu nous enrichit (v.18). Nous voyons qu’il sera toujours avec nous, puisqu’il a pris notre vie humaine. Fini le temps des « on espère que Dieu nous aime », des « pourvu qu’il nous sauve de la mort ». Maintenant c’est clair : il nous aime, il va tout faire pour nous, et même le péché il va le surmonter pour qu’il ne nous jette plus loin du Père, la source de la vie.

    Je vous dit toutes ces belles choses, mais comment y adhérer ? Comment cet aujourd’hui que Jésus proclame devient-il aussi l’aujourd’hui de nos vies ? Comment est-ce que maintenant je peux vivre dans la lumière, quelles que soient les épreuves que j’ai à traverser ? La victoire du Christ devient concrète parce que nous sommes rassemblés pour la célébrer. Nous nous branchons sur elle en chantant la gloire de Dieu, en le suppliant ensemble, en contemplant le Christ qui se donne dans l’eucharistie. Par ces mouvements du cœur, l’action de Dieu peut prendre pied dans nos vies et ne pas rester des hauts faits du passé.

    Il y a encore cette constatation à faire : ce que Jésus annonce pour « aujourd’hui » ressemble tellement au cantique de Marie, au Magnificat qui chante que le Seigneur élève les humbles, comble de bien les affamés, vient en aide à son peuple. Marie est capable de voir l’œuvre de Dieu dans le quotidien de sa vie, et elle peut nous aider à cela aussi. La prière mariale, la prière du chapelet permet aussi à l’aujourd’hui de Dieu d’habiter notre aujourd’hui.

    Enfin, nous devons encore constater ceci : il y a eu quelqu’un pour nous raconter les paroles et les gestes du Christ, un évangéliste, saint Luc. Il affirme qu’il nous informe après une enquête sérieuse, qu’il nous livre quelque chose qui se veut fiable. En entendant cette affirmation de saint Luc, nous pouvons aussi goûter notre bonheur que cette transmission se soit continuée : c’est la grâce de l’Église.

    On peut adresser beaucoup de critiques à l’Église. De temps en temps nous voyons ses défauts, et beaucoup de médias ou d’opposants aiment à les souligner au fluo. Mais on oublie de souligner ses qualités. Et la principale, c’est que l’Église nous transmet le Christ avec sérieux, avec fiabilité. Elle nous le transmet vraiment parce qu’elle en vit. Une Église qui vit du Christ, qui se centre sur lui, qui le célèbre et l’écoute, une telle Église reste capable de transmettre le Christ d’une façon fiable. Quelqu’un qui veut connaître le Seigneur n’est pas obligé de se contenter de deviner à travers un vieux livre de 2000 ans qui le Christ avait pu être et ce qu’il a pu vouloir dire. Pour connaître le Christ, il peut venir au milieu de nous, regarder comment nous écoutons sa parole, comment nous prions, regarder la conférence de Saint-Vincent de Paul, la catéchèse, les visiteurs de malades, notre gestion de l’argent, notre façon de pardonner, etc. Cela exige des évêques et des prêtres d’être fidèles à transmettre ce qu’ils ont reçu plutôt que des modes de pensée qui s’inspirent du politiquement correct ou de ce qui est accessible sans la grâce. C’est un défi de toutes les époques, et spécialement de la nôtre.

    Heureux sommes-nous que la force de vie du Fils de Dieu nous soit encore accessible dans l’Église ! Une Église qui a des taches mais que le Christ purifie sans cesse. Par ses taches, je peux prétendre y avoir ma place, moi qui ne suis pas irréprochable. Par sa sainteté reçue du Christ je suis tiré en avant, poussé à espérer davantage.

  • Marche pour la Vie à Washington : "Un grand témoignage en faveur du caractère sacré de la vie humaine"  

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (Katie Yoder, Christine Rousselle, Shannon Mullen) :

    Marche pour la Vie 2022 : "Un grand témoignage du caractère sacré de la vie humaine"
     
    March for Life 2022
    Participants à la Marche pour la vie à Washington, D.C., le 21 janvier 2022. | CNA

    Washington D.C., 21 janv. 2022

    Les participants sont revenus en grand nombre à la marche annuelle pour la vie vendredi, bravant le temps glacial un an après l'arrêt virtuel de l'événement en raison de la pandémie, afin de manifester leur solidarité pour les enfants à naître au début de ce qui pourrait être une année décisive pour le mouvement pro-vie.

    Annoncé comme la "plus grande manifestation des droits de l'homme au monde", le rassemblement d'une journée a commencé timidement avec des grappes éparses de participants emmitouflés qui se sont dirigés vers le National Mall par une matinée claire mais fraîche. Les chaussettes de laine que les frères franciscains portaient sous leurs sandales témoignaient du froid intense.

    La crise actuelle du coronavirus, associée au renforcement des restrictions relatives au COVID-19 dans le district de Columbia, a retenu certains habitués chez eux. Mais dès le début du rassemblement de la mi-journée, précédant la marche et marqué par un discours passionné du père Mike Schmitz, star du podcast "Bible in a Year", la foule a atteint des dizaines de milliers de personnes, ressemblant à une année normale.

    Mais la marche de cette année était tout sauf typique. La possibilité que la plus haute juridiction du pays annule, dans le courant de l'année, la décision historique Roe v. Wade de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays - et qui a donné naissance à la première Marche pour la vie il y a 49 ans - a donné un air de fête et d'anticipation aux rituels de la journée, qui a culminé par une marche sur Constitution Avenue jusqu'aux marches de la Cour suprême.

    "Nous espérons et prions pour que cette année, 2022, apporte un changement historique pour la vie", a déclaré lors du rassemblement Jeanne Mancini, présidente de March for Life, organisatrice de l'événement.

    "Roe", a-t-elle ajouté, "n'est pas une loi établie".

    Pas de temps pour la complaisance

    De telles déclarations ont un poids supplémentaire cette année en raison de l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, un cas crucial d'avortement au Mississippi que de nombreux membres du mouvement pro-vie considèrent comme la meilleure - et peut-être la dernière - occasion de défaire le cadre juridique étroitement tissé qui a produit quelque 62 millions d'avortements aux États-Unis, un bilan stupéfiant que l'Église catholique considère comme une tragédie humaine épique. Une décision dans cette affaire n'est pas attendue avant la fin du mandat de la Cour en juin.

    "La Cour suprême, si Dieu le veut, (est) prête à confirmer l'affaire Dobbs, à empêcher les avortements après 15 semaines, mais aussi à commencer, et nous l'espérons, le démantèlement de Roe v. Wade", a déclaré le représentant Chris Smith (R-N.J.), qui a pris la parole lors du rassemblement.

    La polarisation intense qui entoure l'affaire a été rendue manifeste par un coup de publicité effronté d'un groupe d'activistes appelé Catholics for Choice, qui a diffusé jeudi soir des messages pro-choix soigneusement calibrés sur la façade de la basilique du sanctuaire national de l'Immaculée Conception, tandis qu'une veillée de prière pour mettre fin à l'avortement se déroulait à l'intérieur. Le cardinal Wilton Gregory, archevêque de Washington, a critiqué les actions du groupe, qu'un autre prélat, l'archevêque Salvatore J. Cordileone, a qualifié de "diabolique".

    L'archevêque William E. Lori de Baltimore, président du Comité des activités pro-vie de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, a déclaré que le mouvement pro-vie ne peut se permettre de devenir "complaisant", quelle que soit l'issue de l'affaire Dobbs.

    "L'opposition de l'Église catholique à l'avortement est une réponse d'amour pour les mères et leurs enfants dans le ventre de leur mère. L'enseignement de l'Église proclame un message de vie, nous rappelant que toute vie est un don sacré de Dieu depuis le moment de la conception jusqu'à la mort naturelle", a déclaré Mme Lori dans un communiqué.

    "Nous ne pouvons pas construire une société vraiment juste et rester complaisants face à l'impact massif de Roe v. Wade, qui a pris plus de 60 millions de vies depuis 1973. Puissions-nous prier, jeûner et travailler pour le jour où le don de chaque vie humaine sera protégé par la loi et accueilli dans l'amour", a-t-il ajouté.

    Une large présence catholique

    Le drame de jeudi soir a fait place à une démonstration de solidarité optimiste lors de la marche de vendredi. Selon une pratique de longue date, ni les organisateurs ni la police n'ont fourni d'estimation du nombre de marcheurs.

    Plus de 200 étudiants de l'université franciscaine de Steubenville, dans l'Ohio, sont arrivés en bus pour la marche avant 5 heures du matin vendredi, ont indiqué deux étudiants à CNA. Le trajet en bus a duré plus de cinq heures. 

    Participants at the March for Life in Washington, D.C. on Jan. 21, 2022. CNA
    Participants à la Marche pour la vie à Washington, D.C., le 21 janvier 2022. CNA

    C'était la première Marche pour la Vie pour Lucia Hunt, 18 ans, de Dallas, Texas, et Niklas Koehler, 21 ans, d'Ashburn, Virginie. Ils ont déclaré que la marche avait répondu à leurs attentes. 

    "J'avais vraiment hâte de voir tout un tas de gens qui défendent la vie et il y a cette énorme foule, alors je suis vraiment content du mouvement pro-vie", a déclaré Koehler.

    "Je m'attendais à une forte présence catholique et je l'ai vue jusqu'à présent, ce qui me réjouit", a déclaré Lucia Hunt. Elle a expliqué qu'elle est pro-vie "parce que je crois en la vérité, et la vérité est qu'un enfant est un être humain du moment de sa conception jusqu'à sa mort naturelle".

    Elle a ajouté : "Non seulement un enfant est un être humain, mais un être humain est aussi un enfant de Dieu, et je crois en la protection de cette vie."

    Beaucoup de marcheurs étaient là pour la première fois, notamment un groupe de jeunes femmes de Charlotte, en Caroline du Nord. 

    "Je pense simplement que nous pouvons avoir plus d'options pour les gens plutôt que de simplement mettre fin à des vies", a déclaré à CNA Millie Bryan, une jeune fille de 17 ans de Charlotte. Millie Bryan participait à sa toute première Marche pour la Vie et portait une pancarte sur laquelle on pouvait lire "Arrêtez de dire aux femmes qu'elles ne peuvent pas terminer leurs études, avoir une carrière, réussir sans avortement". 

    Elle a ajouté qu'elle avait surtout hâte de "voir les gens se rassembler pour se battre pour quelque chose de vraiment important, pour se battre pour la vie". 

    Des cornemuseurs et des joueurs de tambour de l'American Society for the Defense of Tradition, Family and Property ont conclu la marche. Les membres du groupe ont brandi des drapeaux rouges et porté avec révérence une plate-forme surmontée d'une statue de Notre-Dame de Fatima.

    "Il y a encore beaucoup de gens ici. C'est formidable que les gens aient encore fait le sacrifice de venir", a déclaré le père David Yallaly, qui a participé à la marche avec le groupe Crusaders for Life, basé à Chicago. "C'est un grand témoignage du message du caractère sacré de la vie humaine".

    (Katie Yoder est correspondante au bureau de l'ANC à Washington, D.C.. Elle couvre les questions pro-vie, les évêques catholiques des États-Unis, les politiques publiques et le Congrès. Elle a travaillé auparavant pour Townhall.com, National Review et le Media Research Center.
    Christine Rousselle est correspondante à Washington pour la Catholic News Agency. Avant de travailler pour la CNA, elle était rédactrice en chef du site Townhall.com. Elle est titulaire d'une licence en sciences politiques du Providence College.
    Shannon Mullen est le rédacteur en chef de l'AIIC. Auparavant, il a travaillé comme rédacteur en chef, journaliste d'investigation et éditeur pour le Asbury Park (N.J.) Press.)

  • Et si la torpille contre Benoît XVI était partie du Vatican ?

    IMPRIMER

    Du site "Benoît et moi" :

    "Le rédacteur du site korazym.org, Vik van Brantegem, a fait sur son blog personnel un splendide travail d’enquête en guise de « plaidoyer » pour Benoît XVI après les nouvelles attaques dont ce dernier est la cible (alors que, curieusement, son successeur est épargné malgré sa gestion pour le moins contestable des affaires de pédophilie, d’abord dans son diocèse de Buenos Aires, puis aujourd’hui en tant que Pape). L’enquête prend la forme d’une revue de presse (italienne, mais les Italiens sont de loin les mieux informés sur les affaires vaticanes) très détaillée qui met en évidence des faits incontournables si l’on veut comprendre ce que cache cette dernière campagne de haine. François n’est pas cité, mais son ombre plane lourdement en arrière-plan."

    Lire la suite sur le site "Benoît et moi"

  • Quand Macron veut intégrer le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE

    IMPRIMER

    De gènéthique magazine :

    Intégrer le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE ?

    21 janvier 2022

    Mercredi, dans son discours inaugural d’ouverture de la présidence française de l’Europe, Emmanuel Macron a déclaré qu’il souhaitait « actualiser » la charte des droits fondamentaux de l’UE en y ajoutant la « protection de l’environnement » ainsi que « la reconnaissance du droit à l’avortement ». Roberto Colombo, membre de l’académie pontificale pour la vie, réagit à ces propos dans une tribune publiée sur le site Tempi.it et traduite pour Gènéthique :

    Au lendemain de l’élection de la Maltaise Roberta Matsola à la présidence du Parlement européen, Emmanuel Macron, chef de l’Élysée, s’est adressé à l’assemblée de Strasbourg en demandant de « mettre à jour » la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne « pour y inclure la protection de l’environnement et la reconnaissance du droit à l’avortement ».

    Une déclaration en contradiction avec son histoire personnelle

    Il est choquant que Macron ait lancé cette provocation avec à ses côtés la présidente nouvellement élue Roberta Matsola, une femme engagée en politique qui n’a jamais (jusqu’à présent) accepté l’avortement comme un moyen de promouvoir les droits des femmes et ne s’est pas reconnue (jusqu’à présent) dans les stratégies d’extension de la couverture légale de l’interruption volontaire de grossesse. Mais plus encore, c’est l’histoire personnelle du président français, sa biographie, qui aurait suggéré au moins un « beau silence » sur la question, ne serait-ce que par cohérence interne avec sa propre éducation et sa formation culturelle.

    Une invitation à ne pas suivre le courant « tous libres » face à la vie humaine naissante, devrait venir de sa culture familiale : sa mère Françoise Noguès, médecin, et son père Jean-Michel Macron, neurologue et maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens ; son frère Laurent est radiologue et sa sœur Estelle néphrologue. Une carrière familiale au service de la vie humaine qui recommanderait un plus grand respect de celle-ci, surtout lorsqu’elle est fragile et sans défense, encore dans le ventre de la mère.

    Même ses études à la faculté de philosophie de Paris X Nanterre, où il est devenu, en dernière année, assistant de rédaction du philosophe Paul Ricoeur, suggèrent une plus grande mesure dans les appels à la liberté « inconditionnelle » – tout ce qui peut être fait est, pour cette raison même, admissible et indiscutable – comme fondement des prétendus nouveaux droits de l’homme face à la vie même de leur sujet. Dans une interview de Renato Parascandolo pour Rai-Educational, Paul Ricœur déclare : « Les techniciens disent que tout ce qui peut être fait est permis, puisque cela peut être fait. Non ! Il y a des choses qui ne peuvent pas être faites. Tout n’est pas permis simplement parce que tout est possible. Comment trouver la limite, comment se limiter dans ce que l’on peut faire, si ce n’est en pratiquant la “phronesis” ? » [NDLR : Phronesis : ce terme grec peut-être traduit par « prudence »].  Une sagesse à laquelle le maître Ricœur aimait se référer et que le « disciple » Macron semble avoir oublié.

    Mais c’est avant tout l’éducation catholique qu’il a reçue au Lycée de la Providence d’Amiens, une école jésuite, qui aurait dû empêcher le Président français de soutenir la thèse la plus radicale de l’idéologie de l’avortement, celle de l’avortement comme « droit originel de la femme », un droit considéré comme fondamental, indépendamment de la vie de l’enfant qui se développe en elle.

    Lire la suite

  • Saint Vincent de Saragosse, diacre et martyr (22 janvier)

    IMPRIMER

    22 Janvier – Saint Vincent de Saragosse, diacre et martyr, † 304 (source)

    VINCENT

    Après saint Fabien, saint Sébastien et sainte Agnès, nous fêtons un quatrième martyr de la persécution de Dioclétien. Celle-ci, qui avait commencé par l’épuration de l’armée (300), frappa ensuite le clergé (303) avant de s’abattre sur les fidèles (304), comme l’avait déjà fait, quarante-cinq ans plus tôt, la persécution de Valérien (258). De même qu’alors le diacre romain Laurent s’était illustré aux côtés du pape Sixte II dans sa confession du Christ, ainsi le fit, sous la grande persécution, le diacre Vincent de Saragosse, qui fut mis à mort à Valence avec son évêque Valère (304 ou 305) après avoir subi la torture. Les deux diacres de Rome et de Saragosse avaient marché l’un et l’autre dans le sillage de leur chef de file saint Étienne, donnant sa pleine valeur au ministère diaconal dans l’Église. Aussi, dès le 4e siècle, les chrétiens de tous pays ont-ils réuni dans un même hommage les trois noms d’Étienne, de Laurent et de Vincent. Le diacre Vincent est à l’Espagne ce que saint Laurent est à Rome et saint Etienne à Jérusalem.

    Vers l’an 303, l’empereur Dioclétien promulguait une loi ordonnant que tous les chefs des Eglises fussent enchaînés et incarcérés. On vit alors un spectacle qui dépasse toute parole : une multitude sans nombre d’hommes jetés dans les prisons autrefois réservées aux brigands, et maintenant tellement remplies d’évêques et de prêtres, qu’il n’y avait plus de places pour les criminels. Un second édit décrétait que tous ceux qui consentiraient à sacrifier aux idoles seraient mis en liberté ; et qu’ils seraient soumis aux plus durs supplices s’ils refusaient.

    La charge de mettre ces édits à exécution en Espagne avait été confiée à un magistrat nommé Dacien. Il exerçait sa fonction avec une atroce férocité. Dans une de ses sanglantes tournées à travers la péninsule, il était arrivé à Saragosse. Cette ville avait pour évêque Valère, vieillard instruit et pieux, mais qu’un défaut de langue empêchait de prêcher ; il se faisait remplacer dans cet office par son diacre Vincent. Celui-ci, né à Huesca d’une famille consulaire, s’était vite signalé par son zèle et son éloquence, et était devenu le bras droit de l’évêque.

    Lire la suite

  • KTO : Traditionis Custodes, dialogue sans langue de buis

    IMPRIMER

    Le motu proprio Traditionis custodes du pape François et les responsa du Vatican publiées en décembre restreignent de manière importante l’usage du missel de 1962, d’avant le Concile Vatican II. Les réactions du monde tradi sont extrêmement vives : colère, incompréhension, douleur, incertitudes. Comment comprendre cette décision du pape ? Quel impact pour les catholiques attachés à ce qu’on appelait depuis 2007 la forme extraordinaire du rite romain ? Qu’implique la fidélité au successeur de Pierre ? Quel chemin possible ? Nous en parlerons sans langue de buis avec l’abbé Guillaume de Tanouärn, de l’Institut du Bon pasteur, Christophe Geffroy, directeur de La Nef, Mgr Dominique Lebrun, co-responsable de l’instance de dialogue établie par la Conférence des évêques de France et le Frère dominicain Henry Donneaud. Vous aussi, vous pouvez nourrir ce débat par vos questions. Par mail à sanslanguedebuis@ktotv.com Traditionis custodes sans langue de buis, c’est ce vendredi en direct à 20h40 sur KTO et ktotv.com :