Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • USA : le pèlerinage eucharistique national a commencé - 10.000 km pour la nouvelle évangélisation

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    USA : le pèlerinage eucharistique national a commencé - 10.000 km pour la nouvelle évangélisation

    21 mai 2024

    La Conférence épiscopale organise un pèlerinage en étoile à travers les États-Unis en prélude au Congrès eucharistique national (Indianapolis) - « Ce sera l'un des plus grands pèlerinages eucharistiques de l'histoire » - VIDEO - Par Petra Lorleberg

    Indianapolis (kath.net/pl) « Ce sera une action de témoignage de foi et d'intercession extrêmement efficace », a expliqué le PDG du Pèlerinage eucharistique national, Tim Glemkowski, à la « Catholic News Agency ». Les catholiques des paroisses de tous les Etats-Unis sont « invités à faire partie du mouvement historique qui enflamme les cœurs ». « Suivre Jésus et prier dans les villes et les communautés rurales va changer la vie de l'Eglise dans toute l'Amérique », espère Glemkowski. Il fait remarquer que le pèlerinage, tout au long de ses quatre parcours, « interagit avec les communautés paroissiales locales ». Ces quatre processions eucharistiques ont commencé à la Pentecôte et se dirigent en étoile vers Indianapolis, où elles déboucheront sur le Congrès eucharistique national du 17 au 21 juillet. Aux conditions habituelles, le pape François a ouvert la possibilité d'obtenir des indulgences. Le pèlerinage et le congrès eucharistique font partie d'un effort de trois ans de l'Eglise catholique aux Etats-Unis pour un renouveau de la foi, ils parlent explicitement du « National Eucharistic Revival », la relance de l'attention portée à l'Eucharistie. Il s'agit probablement de ce que le pape François a demandé à l'Église catholique en Allemagne sous le mot-clé de « nouvelle évangélisation » et qui n'a pas encore été mis en œuvre de manière significative par les évêques et la conférence épiscopale.

    Chacun est invité à suivre la procession eucharistique sur une partie plus ou moins longue et/ou à participer à la prière à l'une des stations prévues. Ceux qui, pour des raisons de distance ou de maladie, ne peuvent pas suivre directement une partie du pèlerinage, peuvent s'y associer spirituellement par la prière. La conférence épiscopale américaine mentionne également la possibilité d'offrir ses propres souffrances. Cette participation spirituelle peut également bénéficier de l'indulgence à certaines conditions : Confession sacramentelle, Sainte Communion et prière dans l'intention du Saint-Père.

    Le Pèlerinage eucharistique national est très exigeant pour ses responsables permanents. Chacun des quatre itinéraires est accompagné par une équipe de huit « pèlerins permanents » qui parcourront à pied la totalité de leur itinéraire (environ 2.500 km pour chacun des quatre itinéraires). Parmi ces pèlerins permanents se trouve un Allemand : Kai Weiss, originaire du diocèse de Regensburg, qui suit actuellement des études post-universitaires en théologie à Washington DC. 30 pères des « Franciscains du Renouveau » offriront un soutien ecclésial aux pèlerins au sein d'une équipe tournante. A cela s'ajouteront les stations de prière et les offres locales ainsi que les pèlerins qui suivront une partie plus ou moins importante du parcours - une participation spontanée est également possible, une inscription est souhaitée, notamment pour se faire une idée du nombre de participants.

    Sur le site Internet du Pèlerinage eucharistique national, les responsables (outre des laïcs professionnels et bénévoles, de nombreux évêques font partie de l'équipe de direction) invitent à participer de la manière suivante :

    Jésus vient à VOUS
    Peu après sa résurrection, Jésus a accompagné deux disciples dans leur voyage de Jérusalem à Emmaüs - il les a accompagnés dans leur tristesse, leur a donné de l'espoir et s'est finalement révélé en rompant le pain. Jésus veut faire la même chose pour TOI !

    Il s'agira de l'un des plus grands pèlerinages eucharistiques de l'histoire. Tout comme les foules ont suivi le Christ tout au long de son ministère terrestre, notre nation marchera avec notre Seigneur Eucharistique à travers les villes, les autoroutes et les villes rurales sur le chemin du 10ème Congrès Eucharistique National.

    Lien vers le site du Pèlerinage Eucharistique National : « National Eucharistic Pilgrimage ».

  • Chine-Vatican : quand on réécrit l'histoire pour légitimer l'accord

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Chine-Vatican, l'histoire est réécrite pour légitimer l'accord

    Nombreux intervenants chinois, message vidéo du Pape et discours du Secrétaire d'Etat du Vatican, le Card. Parolin : le Concile de Shanghai de 1924 commémoré par deux conférences à Milan et à Rome pour promouvoir « l'esprit » de l'accord secret sur la nomination des évêques. Un forcing historique sur le dos des catholiques chinois.

    22_05_2024

    « Nous espérons depuis longtemps pouvoir avoir une présence stable en Chine, même si elle n'a pas d'abord la forme d'une représentation pontificale, d'une nonciature apostolique... ». C'est dans cette perspective, tracée par les mots du Secrétaire d'Etat du Vatican, le Cardinal Pietro Parolin, qu'il faut interpréter la conférence sur le 100ème anniversaire du Concile de Shanghai, à laquelle Mgr Parolin a également participé hier, 21 mai.

    En réalité, il s'agissait d'une commémoration en deux temps : le lundi 20 à Milan, organisée par l'Université catholique, et hier précisément à Rome, organisée par l'Université pontificale Urbanienne ; toutes deux rendues possibles par la Communauté de Sant'Egidio, qui fait tant pour promouvoir l' » esprit » de l'accord secret controversé entre la Chine et le Saint-Siège, signé en 2018, renouvelé tous les deux ans et maintenant sur le point d'être définitivement approuvé.

    Tant à Milan qu'à Rome, il y avait une forte présence chinoise parmi les orateurs, tous manifestement liés au régime communiste de Pékin, évêques compris : à Milan, l'évêque mongol de Hohhot (Meng Qinglu qui a participé à plusieurs opérations illégales de blanchiment d'argent et de corruption) qui a participé à plusieurs ordinations épiscopales illégitimes, même après l'accord de 2018 ; à Rome, par ailleurs, l'évêque de Shanghai, Joseph Shen Bin, protagoniste de la fameuse « gifle » du régime communiste au Saint-Siège : il a été installé à Shanghai le 4 avril 2023 par le gouvernement et le Pape, dos au mur, ne l'a reconnu que le 15 juillet suivant. Le fait qu'il s'exprime aujourd'hui lors d'une conférence au Vatican en dit long sur le rapport de force établi par l'accord et surtout sur la volonté du Vatican de tout concéder pour planter un drapeau à Pékin.

    Il n'est donc pas surprenant que le souvenir du Concilium Sinense de Shanghai (mai-juin 1924) ait été l'occasion de réinterpréter l'histoire pour les besoins d'aujourd'hui. Mais qu'est-ce que le Concile de Shanghai ? C'est avant tout la manière dont les indications au monde missionnaire que le pape Benoît XV avait données dans sa Lettre apostolique Maximum Illud (1919) ont commencé à être mises en œuvre en Chine : le pape constatait que dans diverses parties du monde, la tâche missionnaire était freinée par la dépendance excessive du clergé à l'égard des puissances coloniales qui contrôlaient ces régions ; d'où, par exemple, la nécessité de promouvoir la création d'un clergé autochtone « parfaitement formé » : « De même que l'Église de Dieu est universelle et n'est donc étrangère à aucun peuple, de même il convient que dans chaque nation il y ait des prêtres capables de diriger, comme maîtres et guides, leurs propres compatriotes sur le chemin de la santé éternelle ».

    Monseigneur Celso Costantini, envoyé comme délégué apostolique en Chine par le pape Pie XI à la fin de l'année 1922, fut le grand directeur de ce voyage et, dès 1926, six évêques chinois furent ordonnés à Rome, une manière de souligner que l'« indigénisation » de l'Église était étroitement liée à son universalité.

    La tentative pas trop voilée des deux conférences de célébration de ces jours-ci est de créer un parallèle entre ce processus de « nationalisation » et l'actuelle « sinisation » imposée par le président chinois Xi Jinping par l'intermédiaire de l'Association patriotique des catholiques chinois, et approuvée par les hiérarchies du Vatican. C'est ce que démontre également un passage du message vidéo du pape François à la conférence romaine, lorsqu'il déclare : « À Shanghai, les pères réunis dans le Concilium Sinense ont vécu une expérience authentiquement synodale et ont pris ensemble d'importantes décisions. L'Esprit Saint les a réunis, a fait grandir l'harmonie entre eux, les a conduits sur des chemins que beaucoup d'entre eux n'auraient pas imaginés, en surmontant même les perplexités et les résistances. C'est ce que fait l'Esprit Saint qui guide l'Église ». En pratique, dit le pape, l'Esprit Saint, par le biais de la synodalité, les a fait passer de l'opposition à l'ordination du clergé local à l'ouverture de « nouvelles voies ». En d'autres termes, c'est ce que nous faisons aujourd'hui : ceux qui critiquent l'accord avec la Chine ne sont pas ouverts à l'Esprit Saint.

    Le parallèle avec le Concile de Shanghai est cependant une dérive historique évidente. Non seulement en raison du contexte politique et social de l'époque, totalement différent de l'actuel : la Chine vivait encore dans la tourmente de la révolution républicaine de 1911-12 qui avait renversé la dynastie Qing, de la Première Guerre mondiale et de la saison des seigneurs de la guerre. Une situation bien éloignée de celle de l'actuel régime totalitaire qui contrôle aujourd'hui toute la Chine d'une main de fer et tend à s'étendre.

    Mais surtout, dans les documents des papes Benoît XV et Pie XI, dans les travaux de Monseigneur Costantini, dans les actions des grandes figures catholiques chinoises de l'époque (également rappelées dans ces conférences), il est clair que la seule préoccupation réelle était « l'annonce du Christ ». C'est l'élan missionnaire qui a poussé à trouver les meilleurs moyens d'apporter le Christ à chaque homme, à chaque peuple. Il n'y avait pas de calculs politiques, mais les missionnaires étaient rappelés à leur vocation première : « ils ne sont pas envoyés par leur pays, mais par le Christ ». Le processus d'indigénisation du clergé est donc le fruit du zèle missionnaire. En revanche, lors des conférences de Milan et de Rome, on percevait clairement le chemin inverse : systématiser l'Église de manière à légitimer sa « nationalisation », mais précisément dans le sens souhaité par le régime communiste. Au fond, tous les discours impliquaient cet objectif.

    Il y a un deuxième aspect très important, pour révéler le mensonge sournois sur lequel reposent certaines positions. En forçant le parallèle entre l'attitude du Vatican d'aujourd'hui et celle du siècle dernier, on passe sous silence tout ce qui s'est passé au cours des cent dernières années, et ce qui se passe encore aujourd'hui. L'Eglise chinoise, même si elle est peu nombreuse, a donné de grandes preuves de foi par le martyre : rien que depuis l'avènement du régime communiste en 1949, des milliers de catholiques chinois ont payé de leur sang leur appartenance au Christ et leur fidélité au Pape. Et ils paient encore cette appartenance par une persécution systématique, aggravée après les accords Chine-Saint-Siège de 2018. Une persécution qui s'est désormais étendue à Hong Kong, où des dizaines et des dizaines de catholiques sont en prison. C'est le martyre et la fidélité de tant de personnes qui prouvent que l'Église est vraiment devenue chinoise ; c'est la véritable « sinisation », qui devrait se poursuivre.

    Au lieu de cela, un silence tragique s'est abattu sur toute cette réalité depuis le Vatican ; lors des deux conférences sur le Concile de Shanghai, il aurait semblé à un auditeur ignorant de la situation réelle que c'était à l'Église de s'amender de ses péchés à l'égard de la Chine. Car l'auditeur ignorant ne sait pas que le silence est le prix à payer pour espérer « avoir une présence stable » à Pékin. Au détriment des catholiques chinois.

  • Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour relevant d’une culture du rejet

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour, reflet d’une culture du rejet

    Le Pape a adressé mardi 21 mai un message aux participants du symposium international et interreligieux sur les soins palliatifs, parrainé conjointement par l’Académie pontificale pour la vie et la conférence des évêques catholiques du Canada. Intitulé «Vers un récit d’espérance», ce colloque bioéthique, ouvert mardi 21 mai à Toronto, dure trois jours.

    L’espérance est ce qui nous donne de la force lorsqu’on est confronté à une maladie grave ou à la fin de la vie, a d’emblée souligné François, convaincu que ceux qui vivent les incertitudes liées à la maladie et à la mort ont besoin «du témoignage d’espérance» de leurs proches et des soignants. 

    À cet égard, le Pape reconnaît que les soins palliatifs, tout en cherchant à alléger autant que possible le fardeau de la douleur, sont avant tout un signe concret de proximité et de solidarité avec nos frères et sœurs qui souffrent. «Ce genre de soins peut aider les patients et leurs proches à accepter la vulnérabilité, la fragilité et la finitude qui marquent la vie humaine en ce monde», a fait remarquer le Souverain pontife, souhaitant rappeler dans son intervention combien «les soins palliatifs authentiques sont radicalement différents de l’euthanasie» qui, elle, «n’est jamais une source d’espérance ni une authentique préoccupation pour les malades et les mourants».

    Compassion signifie «souffrir avec»

    L’euthanasie est selon François plutôt «un échec de l’amour, reflet d’une “culture du rejet”». Elle est souvent présentée à tort comme une forme de compassion. Pourtant, la «compassion», un mot qui signifie «souffrir avec», n’implique pas la fin intentionnelle d’une vie mais plutôt la volonté de partager les fardeaux de ceux qui sont confrontés aux dernières étapes de leur pèlerinage terrestre.

    «Les soins palliatifs sont donc une véritable forme de compassion car ils répondent à la souffrance, qu’elle soit physique, émotionnelle, psychologique ou spirituelle, en affirmant la dignité fondamentale et inviolable de toute personne, en particulier des mourants, et en les aidant à accepter le moment inévitable du passage de cette vie à la vie éternelle», a-t-il poursuivi.

    La compréhension plus profonde des religions

    Dans cette perspective, le Pape observe que les convictions religieuses offrent une compréhension plus profonde de la maladie, de la souffrance et de la mort, «les considérant comme faisant partie du mystère de la providence divine et, pour la tradition chrétienne, comme un moyen de sanctification».

    Pareillement, il rappelle que les actes de compassion et le respect manifestés par le personnel médical et les soignants dévoués permettent souvent aux personnes en fin de vie de trouver un réconfort spirituel, une espérance et une réconciliation avec Dieu, les membres de leur famille et leurs amis. «Votre service est essentiel pour aider les malades et les mourants à réaliser qu’ils ne sont pas isolés ou seuls, que leur vie n’est pas un fardeau, qu’ils restent toujours intrinsèquement précieux aux yeux de Dieu», a conclu le Pape.

  • Les souffrances cachées de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site des AFC (Associations Familiales Catholiques) :

    Les souffrances cachées de l’euthanasie Témoignages et expériences, bientôt une réalité en France ? Alors que le projet de loi sur l’euthanasie se précise, les AFC sont allées en Belgique pour écouter les voix divergentes. Celles qui dénoncent l’euthanasie et ses conséquences. Au travers de témoignages et d’expériences poignantes, découvrez le véritable enjeu qui se joue dans les familles. Les souffrances cachées de l’euthanasie, ou comment l’euthanasie déplace les souffrances sur les proches et les soignants. Une production CNAFC (Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques) grâce au soutien de ses bienfaiteurs. Scénario et réalisation par Benoît Hautier Tournage et montage par Owlview Production

  • Herve : grand succès de la procession "Del Céqwemme"

    IMPRIMER

    De France Fouarge sur le site de L'Avenir :

    262 marcheurs ont pris la route dès 5h du matin ce lundi pour la plus ancienne tradition de Herve

    La procession Del Céqwemme a attiré encore un regain supplémentaire de participants ce lundi 20 mai 2024.

    21-05-2024

    Peut être une image de 11 personnes et foule

    L’année dernière, le président du Comité des processions de Herve, Joseph Hagelstein, se réjouissait déjà d’une hausse du taux de participation. La procession Del Céqwemme, établie depuis 1230, a encore connu un petit regain supplémentaire, ce lundi 20 mai 2024. “En matinée, à 5 heures, on était 262 marcheurs avec pas mal d’adultes de la quarantaine. C’est quelques-uns de plus que l’année passée, on était à 256. Et pour la rentrée à 14h dans l’église, elle était remplie, donc cela tourne dans les 800 personnes !”

    Les participants clôturaient alors une marche de 15 km, au rythme des tambours de la Clique de la Royale Garde Saint-Jean, qui a animé Herve, Bolland, Battice, Bruyères,… Le parcours avait été amputé cette année d’un peu moins d’un kilomètre pour des raisons de sécurité et évitait Sur Les Vignes en restant Sur la Commune. “Le but de la procession, c’est de prier pour tous les quartiers que l’on traverse mais pas que… Il y a assez de motifs dans le monde, de personnes martyrisées, envoyées au front pour lesquelles formuler des intentions !”

    Si des participants sont mus par des motivations religieuses, d’autres viennent pour le folklore. L’appel aux bénévoles avait également été entendu (gestion des reposoirs, porteurs,…).“Les pompiers ont participé à midi, c’était une première !”

    sur facebook : https://www.facebook.com/search/top/?q=ceqwemme

  • Arménie : le second génocide

    IMPRIMER

    De Temoin Media :

    Après plus de 20 ans, le directeur de Témoin Aleksanyan Armand est retourné dans son pays natal, l’Arménie, pour constater un drame bouleversant qui se joue sous nos yeux. Ce retour a donné naissance à un projet qui nous tient particulièrement à cœur : un documentaire sur la situation tragique en Arménie.

    Ce film est le fruit de plusieurs mois d’immersion dans cette réalité complexe, où il a été témoin de l’épuration ethnique qui sévit actuellement, menaçant l’histoire et l’identité même de ce peuple. À travers ce documentaire,le souhait est donner une voix aux sans voix, à ceux qui subissent les conséquences tragiques de la violence et de la haine. Plus qu’un simple témoignage, ce documentaire est un appel à l’action, une invitation à réfléchir et à se mobiliser pour soutenir le peuple arménien dans cette épreuve. Avec la participation exceptionnelle d’experts tél que Tigrane Yegavian, Aram Mardirossian, Alexandre Del Valle, Alexandre Goodarzy et bien d’autres. 

  • Le pape a clairement exclu tout diaconat féminin

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape François ferme la porte au diaconat féminin

    Dans un entretien accordé à la télévision américaine CBS, diffusé mardi 21 mai, le pape François exclut toute entrée des femmes dans l’ordre des diacres.

    21/05/2024

    « Je suis curieuse de savoir si une petite fille qui grandit dans le catholicisme aujourd’hui aura un jour l’occasion d’être diacre et de participer en tant que membre du clergé à la vie de l’Église. » La question est posée par la journaliste américaine Norah O’Donnell. Face à elle, la réponse de François ne se fait pas attendre, et tient en un mot : « non ». Le pape a clairement exclu, dans un entretien diffusé mardi 21 mai par la télévision américaine CBS, tout diaconat féminin.

    François repousse ainsi toute possibilité que des femmes deviennent membres du clergé. « Si l’on parle de diacres munis des ordres sacrés, non », développe le pape. Puis il poursuit : « Mais les femmes ont toujours eu la fonction de diaconesses sans être diacres, n’est-ce pas ? Les femmes sont d’un grand service en tant que femmes, pas en tant que ministres (…) dans le cadre des ordres sacrés. »

    En s’exprimant ainsi, François semble fermer la porte à toute participation des femmes au diaconat, conçu comme un ordre. En revanche, il semble l’envisager comme une fonction, déliée de toute appartenance au clergé.

    Deux commissions de travail

    L’Église catholique comprend trois ordres sacrés exclusivement masculins : l’épiscopat, pour les évêques, le presbytérat, pour les prêtres, et le diaconat, pour les diacres. Mais le débat en cours depuis des années concerne l’accès des femmes au diaconat permanent, qui est ouvert aujourd’hui aux seuls hommes, avec des conditions strictes : célibataires, ils ne peuvent y être admis avant 25 ans, et mariés, avant 35. Dans ce dernier cas, le consentement de l’épouse est requis.

    Depuis le début de son pontificat, le pape François a ouvert deux commissions de travail sur le sujet, sous la houlette du dicastère pour la doctrine de la foi. Leurs conclusions n’ont jamais été rendues publiques. Le sujet a également fait l’objet de vifs débats lors de l’assemblée du Synode, en octobre dernier.

    Il a également mis en chantier une réflexion, menée au sein du collège des neuf cardinaux qui l’assistent dans la gouvernance de l’Église, sur la place des femmes. « Dans le Conseil, la majorité des membres comprend l’urgence de réfléchir au sujet du diaconat féminin, pour voir s’il faut ouvrir cette possibilité aux femmes, et sous quelle forme », expliquait à La Croix sœur Linda Pocher, chargée de la coordination de ces travaux, en février.

    Dans cet entretien, François est également interrogé sur la bénédiction des couples de même sexe, ouverte le 18 décembre par le document Fiducia supplicans« Ce que j’ai permis n’était pas de bénir l’union », indique le pape, qui différencie la bénédiction et le sacrement. Si le document du Vatican parle bien de « couples » homosexuels, il ne comporte effectivement pas le mot « union ». « Bénir chaque personne, oui. La bénédiction est pour tous. Pour tout le monde. »

  • Sainte Rita de Cascia, l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien (22 mai)

    IMPRIMER

    Du pape Jean-Paul II lors de l'audience du 20 mai 2000 (pèlerinage jubilaire des fidèles de sainte Rita de Cascia et des Chevaliers du Travail) (source) :

    ... Quel est le message que cette sainte nous transmet? Il s'agit d'un message qui transparaît de sa vie:  l'humilité et l'obéissance ont été la voie sur laquelle Rita a marché vers une assimilation toujours plus parfaite au Crucifié. Les stigmates qui brillent sur son front sont la preuve de l'authenticité de sa maturité chrétienne. Sur la Croix avec Jésus elle a, d'une certaine façon, obtenu le diplôme de cet amour, qu'elle avait déjà connu et exprimé de façon héroïque entre les murs de sa maison et en participant à l'histoire de sa ville.

    Suivant la spiritualité de saint Augustin, elle devint une disciple du Crucifié et "experte pour souffrir", elle apprit à comprendre les peines du coeur humain. Rita devint ainsi l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien, obtenant pour ceux qui l'ont invoquée dans les situations les plus disparates d'innombrables grâces de consolation et de réconfort.

    Rita de Cascia fut la première femme à être canonisée lors du grand Jubilé du début du XXème siècle, le 24 mai 1900. En décrétant sa Sainteté, mon prédécesseur Léon XIII observa qu'elle plut tant au Christ qu'il voulut la marquer du sceau de sa charité et de sa passion. Un tel privilège lui fut accordé en raison de son humilité singulière, de son détachement intérieur des passions terrestres et de l'admirable esprit de pénitence qui accompagnèrent chaque moment de sa vie (cf. Lett. apos. Umbria gloriosa sanctorum parens, Acta Leonis XX, pp. 152-53).

    J'ai plaisir aujourd'hui, cent ans après sa canonisation, à la reproposer comme signe d'espérance en particulier aux familles. Chères familles chrétiennes, en imitant son exemple, sachez vous aussi trouver dans l'adhésion au Christ la force de porter à terme votre mission au service de la civilisation de l'amour!

    Si nous demandons à sainte Rita quel est le secret de cette extraordinaire oeuvre de renouveau social et spirituel, elle nous répond:  la fidélité à l'amour crucifié. Rita, avec le Christ et comme le Christ, parvient à la Croix toujours et uniquement par amour. Alors, comme elle, nous tournons notre regard et notre coeur vers Jésus mort et ressuscité pour notre salut. C'est lui, notre Rédempteur, qui rend possible, comme il le fit pour cette chère sainte, la mission d'unité et de fidélité qui est propre à la famille, même dans les moments de crise et de difficultés. C'est encore lui qui rend concret l'engagement des chrétiens dans l'édification de la paix, en les aidant à surmonter les conflits et les tensions, malheureusement si fréquents dans la vie quotidienne.

    La sainte de Cascia appartient au grand groupe des femmes chrétiennes qui "ont eu une influence significative sur  la  vie  de  l'Eglise,  ainsi que sur celle de la société" (Mulieris dignitatem, n. 27). Rita a bien interprété le "génie féminin":  elle l'a vécu intensément, tant dans sa maternité physique que spirituelle.

    J'ai rappelé, à l'occasion du sixième centenaire de sa naissance, que sa leçon "se concentre sur ces éléments typiques de spiritualité: l'offre du pardon et l'acceptation de la souffrance, non pas en raison d'une forme de résignation passive [...], mais en vertu de cet amour envers le Christ qui, précisément lors de l'épisode du couronnement, a subi, en même temps que d'autres humiliations, une atroce parodie de sa royauté" (Insegnamenti, V/1 [1982], 874).


    Très chers frères et soeurs, la dévotion à sainte Rita dans le monde est symbolisée par la rose. Il faut espérer que la vie de tous ses fidèles soit également comme la rose cueillie dans le jardin de Roccaporena au cours de l'hiver qui précéda la mort de la sainte. C'est-à-dire qu'il s'agisse d'une vie soutenue par l'amour passionné pour le Seigneur Jésus; une existence capable de répondre à la souffrance et aux épines par le pardon et le don total de soi, pour diffuser partout le bon parfum du Christ (cf. 2 Co 2, 15), à travers l'annonce cohérente et vécue de l'Evangile. Chers fidèles et pèlerins, Rita redonne sa rose à chacun de vous:  en la recevant spirituellement engagez-vous à vivre comme les témoins d'une espérance qui ne déçoit pas, et comme des missionnaires de la vie qui vainc la mort.

  • Peter Seewald : « Nous avons perdu le paradis. »

    IMPRIMER

    Du Tagespost (! en traduction automatique):

    Peter Seewald : « Nous avons perdu le ciel »

    Penser la vie depuis la fin : le texte de la conférence du biographe de Benoît XVI à l'occasion de son doctorat honorifique du STH Bâle.

    18 mai 2024

    L'Université de théologie de Bâle (STH Bâle) a décerné le 13 mai un doctorat honorifique au journaliste et biographe de Benoît XVI, Peter Seewald. Selon l'université, Seewald a reçu un doctorat honoris causa pour ses réalisations journalistiques, comme une biographie sur Jésus-Christ . Le «Tagespost» documente la conférence avec l'aimable autorisation de Seewald.

    Chers collègues de l'Université de Théologie de Bâle, avec le recteur Professeur Dr. Thiessen,
    cher Archevêque Dr. Ganswein,
    Mesdames et Messieurs !

    Tout d'abord, cher Professeur Dr. Schwanke, merci beaucoup pour votre discours élogieux, que j'apprécie beaucoup. Beaucoup trop d'éloges, à mon avis, mais bien sûr, j'en suis vraiment comblé.  

    Je tiens à vous remercier infiniment pour le grand honneur que vous me faites aujourd'hui en me décernant un doctorat honorifique de votre université. En guise d'expression de ma gratitude, je voudrais vous proposer quelques réflexions sur un sujet auquel personne ne peut échapper. Personne dans la pièce et personne dehors. Même si on aimerait l'ignorer. Comme le disait Sigmund Freud : « Tout le monde pense que tout le monde est mortel – sauf lui-même. »

    La mort est le mur de séparation

    Il s'agit de la mort. Le « Silent Highway Man », comme l’appellent les Britanniques. Qui a tant de facettes, connaît tant de rites, emploie tant de poètes, penseurs, compositeurs et peintres. La mort est le mur de séparation. Non seulement parce que cela sépare la vie de la non-vie, mais aussi parce que cela sépare deux visions du monde qui ne pourraient pas être plus différentes. Selon l’un d’eux, je vis comme si ma courte existence sur terre était tout ce à quoi je devais m’attendre. D’un autre côté, je crois en une existence ultérieure immortelle et fantastique, que le christianisme appelle « vie éternelle ».

    «On ne meurt qu'une fois», écrivait l'écrivain suisse Urs Widmer, «et c'est garanti.» Lorsque le christianisme parle de mort, il ne s'agit pas d'un événement ultime, final ou d'une « absurdité », comme Sartre qualifiait la mort, ni de « l'être vers la mort » de Heidegger, qui est la conclusion essentielle de la vie. L’idée chrétienne vise une vue d’ensemble. Elle affirme avec audace que les humains sont mortels d’une part, mais aussi immortels en même temps. 

    Y a-t-il une vie après la mort ? La foi chrétienne répond à cette question par un « oui » retentissant. S’il existe un corps terrestre, affirmait l’ apôtre Paul , « il y a aussi un corps céleste » (1 Cor. 15 :42). Karl Rahner appelle cela « se perfectionner ». Cela est lié à la question de savoir ce que signifie être humain. Et pourquoi la nature humaine est ancrée dans un profond désir de bonheur intemporel, de paix et de justice, qu’aucune compétence au monde, aucune richesse, aucun luxe, aucune carrière, aucun sexe ne pourra jamais satisfaire. Heinrich Böll a expliqué ce désir par le « fait » que « nous savons tous en réalité - même si nous ne l'admettons pas - que nous ne sommes pas tout à fait chez nous ici sur terre. Pour que nous appartenions à un autre endroit.

    Quiconque parle de la vie éternelle doit d’abord parler de la mort. « La mort est survenue » est l'ancienne formule pour annoncer le décès d'une personne. La mort frappe et personne ne peut lui montrer la porte. Environ 160 000 personnes meurent chaque jour dans le monde, soit près de 60 millions par an. Cela équivaut à la population de la Suède, de la Norvège, de la Belgique, de l’Autriche et de l’Australie réunies. Beaucoup d'entre eux sont dus à des accidents, à la violence, à la guerre, la plupart à cause du diabète, du cancer, de la maladie d'Alzheimer ou de crises cardiaques. On pourrait aussi dire : à cause de l'âge. La question est alors : la vieillesse est-elle une maladie qui peut être surmontée, comme le propagent les transhumanistes, pour ensuite rester jeune pour toujours ? Ou y a-t-il un programme qui touche à sa fin ?

    L'homme n'est jamais que la vie

    La personne la plus âgée que nous connaissions était Jeanne Louise Calment de Provence. Elle est décédée en 1997 à l'âge de 122 ans. Elle n'avait jamais travaillé, fumait de toute sa vie, mangeait un kilo de chocolat par semaine et jouissait d'une bonne santé jusqu'au bout. "Je n'ai jamais eu plus d'une ride", coquette-t-elle, même centenaire, "et c'est sur cela que je suis assise. La deuxième personne la plus âgée du monde était la religieuse française André." Elle avait 118 ans. Lorsqu'un journaliste lui a demandé le secret de sa longue vie, elle a répondu : « Dieu ne veut pas de moi. »

    Au Haut Moyen Âge et bien au-delà, l’espérance de vie moyenne était de 33 ans. Mais soudain, en un seul siècle, de 1870 à 1970, cette durée a doublé, passant d'environ 35 à 70 ans. Aujourd'hui, en Allemagne, il est de 78,9 ans pour les hommes et de 83,6 ans pour les femmes. La tendance, comme dans de nombreuses régions du monde, continue de s’accentuer.

    Lire la suite

  • Une seule terre sainte pour Juifs, Palestiniens et Chrétiens ? Certains y croient vraiment...

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Une seule terre sainte pour Juifs, Palestiniens et Chrétiens. Certains y croient vraiment

    Jeudi 16 mai, deux jours après que Settimo Cielo se soit fait l’écho de l’extraordinaire « lectio » qu’il avait tenue à Rome sur ce que l’Église peut faire au beau milieu de la guerre sans fin entre Israël et les Palestiniens, le cardinal Pierbattista Pizzaballa, le patriarche latin de Jérusalem, avec l’autorisation d’Israël et en empruntant un passage secret, s’est rendu en personne à Gaza, en compagnie du Grand Hospitalier de l’Ordre de Malte, pour apporter aide et réconfort aux quelques centaines de chrétiens restés dans la ville (photo). Il a trouvé Gaza dans un état de destruction – a-t-il déclaré – tel que il n’en avait vu auparavant qu’en 2014 à Alep, en Syrie.

    Et ce même16 mai, dans une coïncidence parfaite, le jésuite israélien David Neuhaus, grand expert du dialogue entre Juifs et Chrétiens, déclarait à la une du dernier numéro de « La Civiltà Cattolica » que le patriarche Pizzaballa était l’homme d’Église qui était plus en mesure que quiconque de rétablir des relations positives entre les chrétiens et « nos pères dans la foi », comme Benoît XVI aimait appeler les Juifs, plutôt que nos « grands frères ».

    « Mgr Pizzaballa parle hébreu et est engagé depuis longtemps dans le dialogue entre Juifs et Chrétiens et sa nomination comme patriarche a été accueillie par les Israéliens comme une avancée positive », constate le P. Neuhaus dès la première page de son éditorial.

    En effet, avant lui « le patriarche de Jérusalem avait toujours été un Arabe », avec par conséquent « des tensions avec les autorités de l’État d’Israël ». Mais, en revanche, le Pape François – reconnaît fort justement le P. Neuhaus – a pris non seulement la décision de nommer un Italien ami des Juifs actif depuis des années en Terre Sainte, mais également de le créer cardinal, le 30 septembre dernier, quelques jours avant le massacre perpétré le 7 octobre par le Hamas qui a déclenché ce dernier épisode dramatique de la guerre. »

    Le P. Neuhaus prend acte qu’aujourd’hui, la distance entre les autorités israéliennes et le Pape « s’est accentuée et s’est étendue à de nombreux Juifs dans le monde entier ». Et dans cet article de « La Civilità Cattolica », il souhaite justement « approfondir et analyser cette crise ».

    Mais il veut également identifier le chemin pour revenir à des relations plus positives entre Juifs et Chrétiens.

    *

    D’autant que ce sont surtout certaines déclarations et gestes du Pape François qui ont précipité cet état de crise.

    Le P. Neuhaus cite en particulier la double rencontre que le Pape a eue le 22 novembre 2023 avec la famille des otages israéliens à Gaza et avec des parents de Palestiniens tués dans cette ville, qu’il a rassemblés sous un même jugement : « Ce n’est pas faire la guerre ça, c’est du terrorisme ». Ce qui lui a valu « l’indignation » des autorités israéliennes pour « ce parallélisme inapproprié ».

    Le P. Neuhaus fait ensuite allusion au jugement exprimé par le Pape à d’innombrables reprises : « La guerre est une défaite pour tous ». Une « ritournelle permanente » – écrit-il – qui « a suscité la consternation non seulement des autorités israéliennes et des personnalités Juives dans le monde entier, mais également des Ukrainiens, dans le contexte de la guerre en cours en Russie ».

    Lire la suite

  • "Je veux voir Dieu" : le sermon du cardinal Gerhard Müller à Chartres lors de la messe de clôture du pèlerinage de Pentecôte

    IMPRIMER

    De kath.net/news et du site de La Nef :

    « Je veux voir Dieu – Je veux voir Dieu »

    20 mai 2024

    Chers frères et sœurs dans la foi en Jésus-Christ, le Fils de Dieu !

    Pour voir Dieu, nous devons suivre le Christ tout au long du chemin de notre vie, jusqu’à notre destination dans la demeure éternelle. Jésus n’est pas n’importe quel prophète, un créateur de sens ou un producteur de valeurs, mais bien plutôt le Verbe de Dieu fait chair. Lui seul pouvait dire à ses disciples : « Celui qui me voit – voit le Père » (Jean 14, 9).

    La merveilleuse conséquence de l’incarnation du Verbe de Dieu dans la nature humaine et dans l’histoire de la vie de Jésus, est que nous puissions reconnaître la gloire de Dieu sur le visage humain de Jésus. Le Logos, ou le Verbe et la Raison de Dieu, est la lumière qui éclaire chaque personne. Jésus-Christ nous conduit en toute sécurité vers le sens et le but de notre vie, lorsque nous verrons Dieu face à face.

    Et la procession liturgique de tant de milliers de jeunes (et moins jeunes) chrétiens depuis Paris jusqu’à cette magnifique cathédrale de Chartres, représente symboliquement le pèlerinage de l’Église vers la Jérusalem céleste.

    Dans la Sainte Eucharistie, que nous célébrons maintenant ensemble, l’Église anticipe sacramentellement le banquet céleste des noces de tous les rachetés avec l’Agneau de Dieu, qui s’est offert historiquement et « une fois pour toutes » (He 9, 12) sur l’autel de la croix, pour notre salut.

    Les difficultés physiques surmontées au cours de notre pèlerinage, et les tentations de l’âme et les doutes du cœur vaincus, approfondissent et renforcent l’espérance des croyants qu’ils sont sur le droit chemin du Royaume de Dieu, dans lequel Sa justice, Sa bonté et Son amour fondent le nouvel ordre du monde. Les Pères du Concile Vatican II, se référant à la grande théologie de l’histoire de Saint Augustin dans son ouvrage La Cité de Dieu, décrivent ainsi le chemin de l’Église en pèlerinage vers le Dieu trinitaire :

    « L’Église avance dans son pèlerinage à travers les persécutions du monde et les consolations de Dieu, annonçant la croix et la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. La vertu du Seigneur ressuscité est sa force pour lui permettre de vaincre dans la patience et la charité les afflictions et les difficultés qui lui viennent à la fois du dehors et du dedans, et de révéler fidèlement au milieu du monde le mystère du Seigneur, encore enveloppé d’ombre, jusqu’au jour où, finalement, il éclatera dans la pleine lumière » (Lumen Gentium 8).

    Il y a donc, d’un côté de notre pèlerinage terrestre, les persécutions dont l’Église a souffert, comme auparavant son chef et maître lui-même. Depuis les débuts du christianisme en Gaule romaine, de nombreux chrétiens de Lyon et de Vienne ont subi dans leur chair, de la part des masses populaires excitées, et des autorités de l’État, tout l’arsenal de l’hostilité à la foi catholique, depuis la calomnie publique jusqu’à l’exécution la plus cruelle. Le seul fait de confesser le Christ les rendait coupables de mort.

    Et encore jusqu’à aujourd’hui, les chrétiens sont la communauté religieuse la plus persécutée de l’histoire de l’humanité. La déchristianisation de l’Europe est le programme actuel de ceux qui veulent lui voler son âme et en faire la victime de leur athéisme post-humaniste.

    Mais selon l’interprétation chrétienne, l’histoire n’est pas un champ de bataille de luttes pour le pouvoir, la richesse et la jouissance égoïste de la vie. Eusèbe de Césarée, dans le 5ème Livre de son Histoire de l’Église, où il parle du martyre des chrétiens à Lyon à l’époque de l’empereur Marc Aurèle, dit au contraire qu’il voit l’histoire de la Cité de Dieu comme une lutte pacifique pour la paix de l’âme et le salut de tous. Les héros du christianisme ne sont pas, comme dans l’histoire profane, les empereurs et les généraux, mais les combattants pour la vérité et la foi. Les chrétiens ne luttent pas contre d’autres hommes, mais contre le mal dans leur propre cœur et dans le monde. Ils s’engagent pour la paix dans le monde, pour la justice sociale.

    Lire la suite

  • Le Pape se rendra en Belgique et au Luxembourg en septembre prochain

    IMPRIMER

    De Vatican News (Delphine Allaire) :

    Le Pape se rendra en Belgique et au Luxembourg en septembre

    La Salle de presse du Saint-Siège a officialisé le voyage apostolique de François au Luxembourg et en Belgique au mois de septembre. L’évêque de Rome se rendra dans le grand-duché le 26 septembre et dans le royaume belge, du 26 au 29 septembre, s’arrêtant à Bruxelles, Louvain et Louvain-la-Neuve.

    20 mai 2024

    «Accueillant l’invitation des chefs d’État et des autorités ecclésiastiques respectives, le Pape François effectuera un voyage apostolique au Luxembourg le 26 septembre prochain, et en Belgique du 26 au 29 septembre, en se rendant à Bruxelles, à Louvain et à Louvain-la-Neuve», a annoncé la Salle de presse du Saint-Siège, lundi 20 mai, lundi de Pentecôte, férié en Belgique et au Luxembourg. Le programme du voyage sera publié ultérieurement.

    Moins de deux semaines après un périple asiatique de douze jours, le Souverain pontife de 87 ans reprend la route des voyages apostoliques pour les deux pays francophones du Benelux. Le Pape François avait annoncé à un média mexicain le 12 décembre dernier son intention de visiter la Belgique en 2024. Une nouvelle qui avait réjoui les treize évêques du plat pays. Selon la conférence épiscopale belge, l’occasion serait le 600e anniversaire de l’université catholique de Louvain (UCLouvain), francophone, et de la KU Leuven, néerlandophone. Les deux universités étaient unies jusqu’en 1968.

    Dans ce pays qui finance les cultes, le Pape visitera une Église sécularisée marquée par la crise des abus, relancée ces derniers temps par la diffusion le 10 novembre 2023, par la télévision flamande du reportage Godvergeten. Les évêques belges ont été auditionnés le 23 février dans le cadre de la nouvelle commission parlementaire spéciale sur les abus. 

    Comme en France voisine toutefois, une nouvelle vitalité spirituelle se dessine. Le nombre de catéchumènes a connu un bond exceptionnel cette année en Belgique. 362 adultes ont reçu le sacrement du baptême à Pâques, soit presque le double d'il y a dix ans.

    François et la Belgique

    Le 14 septembre 2023, le roi Philippe et la reine Mathilde étaient reçus en audience privée par le Successeur de Pierre au Vatican. Les anciens souverains, le roi Albert (89 ans) et la reine Paola (86 ans), avaient eux rencontré le Pape en avril 2023. François ne s’est jamais rendu en Belgique, son passage éclair dans les institutions européennes l’ayant conduit au Parlement de Strasbourg en novembre 2014.

    Pour la succession du cardinal Jozef de Kesel, le Pape a nommé un jeune archevêque de 54 ans, Mgr Luc Terlinden, à la tête du diocèse de Malines-Bruxelles le 22 juin dernier lui remettant le pallium une semaine plus tard en la fête des saints Pierre et Paul.

    Les visites pastorales de Jean-Paul II

    Jean-Paul II s’était rendu deux fois en Belgique: en mai 1985, arpentant presque tous les diocèses du royaume: Bruxelles, Louvain, Beauraing, Namur, Anvers, Malines, Gand, Ypres, Louvain-la-Neuve, Banneux et Liège. Le Pape polonais est revenu en juin 1995 pour béatifier le père Damien, missionnaire à Hawaï, apôtre des Lépreux. Bien avant d'être élu sur le trône de Pierre, Karol Wojtyla avait même séjourné au collège pontifical belge à Rome de 1946 à 1948. 

    Luxembourg, une Église européenne de frontières

    Dans le Grand-Duché aux 600 000 âmes, terre historiquement catholique, François visitera l’Église conduite par le cardinal Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg et par ailleurs rapporteur général du synode sur la synodalité dont la deuxième session commence à Rome trois jours après la fin de ce voyage apostolique. 

    En cette année électorale européenne cruciale pour le continent, le Pape pourrait évoquer une nouvelle fois la construction européenne à Luxembourg, la ville accueillant d’importantes institutions de l’UE. Le 9 mai dernier, journée de l’Europe, huit évêques des diocèses de l’Euregio (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg) ont d’ailleurs prône l’union dans la diversité dans une lettre intitulée «Un nouveau souffle pour l’Europe». Le Pape Jean-Paul II s’était rendu au Luxembourg lors de son voyage apostolique en Belgique de 1985.

    Le Luxembourg et le christianisme

    Christianisée dès le IVe siècle à partir de Trèves, capitale romaine chrétienne, la région fut parsemée de vastes paroisses lors d’une phase de consolidation au VIe et VIIe siècle qui vit venir saint Willibrord (658-739), missionnaire anglo-saxon actif en Frisonie; il s’installa à Echternach où il fonda une abbaye bénédictine à grand rayonnement culturel.

    Le Luxembourg, marqué par une forte présence d’ordres religieux médiévaux et modernes (jésuites), élit Notre-Dame Consolatrice des Affligés comme patronne de la Ville (1666) et du pays (1678) - dévotion nationale qui se poursuit aujourd’hui par l’«octave» mariale annuelle après Pâques. Le diocèse créé en 1870 fut érigé en archidiocèse par Jean-Paul II en 1988.

    Lire également : Les évêques de Belgique se réjouissent à l'annonce d'une visite «exceptionnelle»