Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Histoire du Congo : non, Léopold II n’était pas un génocidaire

    IMPRIMER

    Léopold II 567922a33570ed3894b66098.jpgCe court article n’a pas la prétention d’apposer sa pierre au sempiternel débat de l’action coloniale de Léopold II au Congo mais la simple ambition de réfuter certaines inexactitudes historiques, qui le salissent injustement, à la lumière de la réalité des faits. Une opinion d’Aymeric de Lamotte exprimée en synthèse dans la « Libre Belgique » :

    Léopold II, l’anti-esclavagiste

    Un des bienfaits majeurs de l’oeuvre léopoldienne au Congo, et peut-être le plus grand, a été de libérer le peuple congolais de l’esclavage des arabes qui décimait l’Afrique centrale dont la partie orientale du Congo. Dès 1876, il plaça cette volonté au centre de la Conférence internationale de géographie et la consolida lors de la conférence anti-esclavagiste de Bruxelles, en 1889, qui mit en place un système de répression du trafic des esclaves. Au bout de plusieurs campagnes militaires survenues entre 1892 et 1894, les Belges mirent fin à plus deux siècles d’occupation arabe qui attisait les guerres interethniques et faisait régner la terreur sur la partie orientale du pays.

    Le mythe des "mains coupées"

    On entend souvent dire « Léopold II faisait « couper des mains » au Congo ». Cette information induit que le roi Léopold II aurait sciemment fait torturer certains Congolais récalcitrants. Jean Stengers, professeur à l’ULB et un des plus grands spécialistes de Léopold II et du Congo, rétablit la vérité historique dans son édifiant « Congo : mythes et réalités ». En effet, il explique que les soldats, pour empêcher le gaspillage des munitions, avaient l’obligation d’apporter la preuve qu’ils utilisaient leurs cartouches à bon escient. La main coupée de l’ennemi tué du coup de feu en était une des preuves[1]. La célèbre Commission d’Enquête de 1904-1905, reconnue pour son indépendance et dont peu contestent l’objectivité, est on ne peut plus claire : « Jamais le Blanc n’a infligé ou fait infliger, à titre de châtiment, pour manquement dans les prestations ou pour toute autre cause, pareilles mutilations à des indigènes vivants »[2]. Enfin, cette méthode, abominable même si concernant uniquement des hommes morts, ne fut appliquée qu’au sein du district de l’Equateur entre 1895 et 1899 lorsque le commissaire Victor-Léon Fiévez était à sa tête[3].

    Les prétendus 10 millions de morts

    Certains prétendent, sur base des chiffres avancés par l’anglais Edmond D. Morel et Adam Hochschild, principales figures de proue de la campagne anti-léopoldienne, que la politique coloniale de notre souverain aurait décimé la moitié de la population du Congo c’est-à-dire près de 10 millions d’individus. Pour ce faire, ils comparent les recensements de la population effectués sous l’Etat Indépendant du Congo (1885-1908 ; propriété privée de Léopold II) avec ceux réalisés sous la période du Congo belge (1908-1960) et se basent sur leurs propres estimations. Ces démarches mènent à des résultats erronés pour plusieurs raisons. L’absurdité des méthodes de calcul employées est, dans un premier temps, méthodiquement démontrée par certains auteurs dont Jean Stengers[4]. En outre, l’exploitation du caoutchouc n’occupait qu’une petite partie du Congo, grand comme 80 fois la Belgique, et dans les années 1890, seuls 175 agents administratifs étaient en charge de cette dernière. De plus, de nombreuses maladies telle la maladie du sommeil firent des ravages tant dans les rangs des indigènes que des expatriés. Enfin, beaucoup s’accordent à dire qu’il n’exista pas de recensement fiable de la population avant la Seconde Guerre mondiale.

    Lire la suite

  • Face aux violences antichrétiennes au Nigeria, le déni et la passivité du gouvernement

    IMPRIMER

    De Claire Lesegretain sur le site de La Croix :

    Au Nigeria, les violences antichrétiennes se poursuivent 

    Depuis des mois, des Peuls musulmans commettent des massacres dans des villages chrétiens du nord et du centre du pays, mais les autorités locales et gouvernementales nient le caractère ethnico-religieux de ces meurtres collectifs.

    06/05/2020

    Au Nigeria, « comme le gouvernement n’arrête pas les criminels, ne les poursuit pas en justice et ne les condamne pas, ceux-ci ont toute latitude pour mener leurs opérations meurtrières sous quelque forme que ce soit, estime Benjamin Kwashi.

    «Des violences à caractère ethnique et religieux. » C’est ainsi que l’ONG nigériane Peace-Building and Social Justice (PSJ) qualifie les violences commises depuis des mois dans l’État de Plateau, dans la Middle-Belt (ceinture centrale), et dans l’État de Katsina (nord).

    Dans ces régions du Nord et du Centre du Nigeria, les musulmans sont essentiellement des Peuls nomades, tandis que les chrétiens sont majoritairement des agriculteurs (1). Depuis plusieurs années, du fait de la sécheresse, les Peuls migrent vers le sud et mènent des attaques meurtrières contre les agriculteurs chrétiens pour les faire partir.

    Ces violences collectives sanglantes ont débuté en septembre 2001 par des émeutes à Jos, capitale de l’État de Plateau, puis se sont étendues à d’autres zones jusqu’à l’imposition de l’état d’urgence en 2004 par le gouvernement fédéral.

    « Plusieurs milliers de victimes »

    Selon le révérend Benjamin Kwashi, archevêque anglican de Jos, la capitale de l’État de Plateau, « ces violences ont fait plusieurs milliers de victimes, ont provoqué des déplacements massifs de population et des destructions de biens et de maisons ». Ce qui a commencé comme une crise sociopolitique a rapidement pris une dimension ethnico-religieuse, les autochtones non musulmans défendant leurs terres.

    Ces violences ont mis en lumière l’échec de l’État et des administrations dans la gestion des diversités ethniques et religieuses, après le rétablissement du régime civil en 1999, poursuit le révérend Kwashi. Et il n’a pas fallu longtemps pour que des groupes opportunistes comme Boko Haram et ISWAP (l’État islamique en Afrique de l’Ouest, ou Islamic State’s West Africa Province) se développent.

    Lire la suite

  • Commission européenne : exigeons le maintien de Ján Figeľ dans son poste crucial pour la liberté religieuse

    IMPRIMER

    D'IFN (International Family News) :

  • Les Foyers de Charité dans la tourmente

    IMPRIMER

    La série continue : après le Père Marie-Dominique Philippe et Jean Vanier, c'est à présent le tour du Père Finet...

    Du site de l'Eglise catholique en France :

    Les Foyers de Charité révèlent les agissements du Père Georges Finet

    A ces femmes, le Conseil permanent adresse avant tout ses pensées : il les remercie d’avoir trouvé en elles la liberté intérieure nécessaire pour parler ; il leur exprime sa grande tristesse qu’une fois de plus un prêtre estimé de beaucoup ait pu abuser de la confiance placée en lui ; il veut leur dire, à elles et à celles qui n’auraient pas pu parler encore – en pensant à celles qui sont décédées – , sa détermination à agir pour éradiquer dans l’Église ce qui a rendu possible que de tels actes soient perpétrés et ne puissent être dénoncés.

    Le Conseil permanent pense ensuite aux membres des Foyers de Charité et aux amis des Foyers : il est douloureux de découvrir que l’œuvre dans laquelle on s’est engagé ou à laquelle on a donné sa confiance a été portée par un homme qui ne méritait pas l’estime dans laquelle on le tenait

    Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France veut saluer le courage du Père Modérateur et du Conseil international des Foyers de Charité qui, outre ce travail de vérité sur ces agissements du Père Georges Finet, ont voulu que ce même rapport « évalue les mesures prises par les Foyers de Charité contre les abus sexuels et de conscience et apporte toutes préconisations utiles ». Il est essentiel, en effet, que le travail de vérité et de mémoire s’accompagne d’un examen des fonctionnements et des outils de vigilance mis en place afin qu’ils soient améliorés, si c’est nécessaire.

    Le cœur des Foyers de Charité est la vie fraternelle de tous leurs membres, dans la diversité des états de vie. Cet aspect décisif doit pouvoir être mis en lumière davantage dans l’avenir. C’est pourquoi toute forme d’abus doit être tirée dans la lumière et analysée. Les évêques du Conseil permanent encouragent les membres des Foyers et les amis des Foyers à mener à bien ce travail de révision et de renouveau, en s’appuyant sur l’exemple et l’intercession de Marthe Robin.

    Aujourd’hui même, les Foyers de Charité communiquent sur cette enquête et poursuivent le douloureux travail de révélation et de renouvellement. Le Conseil permanent leur apporte son entier soutien et les remercie de participer à l’œuvre purificatrice engagée par toute l’Eglise.

    Le Conseil permanent de la CEF

  • Turquie : Sainte-Sophie va-t-elle devenir une mosquée?

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (France) :

    Istanbul: Sainte-Sophie pourrait-elle devenir une mosquée ?

    6 mai 2020

    Sainte-Sophie à Istanbul (Turquie) fut autrefois le centre de l’orthodoxie, avant d’être transformée en mosquée puis en musée. Dans ce lieu, officiellement neutre depuis 1934, l’appel à la prière des musulmans a été entendu de nouveau le 23 mars dernier dans l’ancienne cathédrale byzantine. La première fois qu’a eu lieu un tel événement depuis 85 ans remonte au 3 juillet 2016. Décryptage de l’AED avec Étienne Copeaux, historien de la Turquie contemporaine.

    Comment expliquer la revendication des musulmans de prier à Sainte-Sophie d’Istanbul ?

    La revendication du retour de la basilique du VIème siècle au culte musulman est forte depuis le 500ème anniversaire de la prise de Constantinople en 1453. Lors de la prise de la Ville (la « Fetih« ), le sultan est allé célébrer la victoire à Sainte-Sophie, la transformant ipso facto en mosquée. Ce geste confère un caractère sacré et musulman à la basilique qui est devenue un symbole de l’islam turc quoique, paradoxalement, on lui a laissé son nom grec et chrétien, Aya Sofia. Atatürk, le fondateur et premier président de la République de Turquie de 1923 à 1938, a décidé en 1934, au grand scandale des religieux, de « laïciser » Sainte-Sophie en la transformant en musée, ce qu’elle est toujours actuellement.

    La question de la prière musulmane à Sainte-Sophie est-elle un rejet de la laïcité voulue par Atatürk ?

    La commémoration de 1953, assez modeste au demeurant, intervenait à une période anti-laïciste, une période de retour du religieux avec le gouvernement du Parti démocrate d’Adnan Menderes (1950-1960) qui a proclamé en 1956 à Konya : « La nation turque est musulmane ». Cet énoncé correspond au caractère de la Turquie, devenue de facto musulmane à 99% après le génocide des Arméniens, les expulsions de Grecs orthodoxes et pogroms de juifs, est devenu le slogan préféré de l’extrême-droite turque.

    Lorsque l’islam politique revient au pouvoir, de juin 1996 à juin 1997, le premier ministre Necmettin Erbakan promet à ses électeurs le retour de la basilique à l’islam. Il n’est pas resté assez longtemps au pouvoir pour accomplir ce projet. Mais à la même époque, de 1994 à 1998, Recep Tayyip Erdogan est maire d’Istanbul, et formule les mêmes vœux. Mais il est destitué par l’armée en 1998, et séjourne même en prison pour « atteinte à la laïcité ».

    Lire la suite

  • Pandémie au Pakistan : devenir musulman pour avoir de quoi manger

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    PAKISTAN - Aides alimentaires en échange de la conversion à l'islam, une violence à l'encontre des pauvres en ce temps de pandémie

    5 mai 2020 
     

    Lahore (Agence Fides) - « Il s'agit d'une pratique scandaleuse et alarmante, qui doit être bloquée dès son apparition... Certaines personnes exploitent en effet le verrouillage causé par le Covid-19 et le désespoir venu à se créer chez de nombreux indigents pour induire une conversion à l'islam, en se livrant à un chantage : devenir musulman pour avoir de quoi manger. C'est ce que dénonce dans le cadre d'un entretien avec l'Agence Fides le Pr. Anjum James Paul, catholique pakistanais, Président de la Pakistan Minorities Teachers’ Association. « Nous demandons à tous les religieux musulmans – poursuit le Pr. Paul, qui enseigne dans un établissement d'enseignement secondaire public de Lahore – d'éviter cette forme honteuse de violence et de prosélytisme demandant la conversion religieuse en échange de nourriture, laquelle peut fonctionner avec les marginalisés et les plus pauvres des pauvres. Nous apprécions tous ceux qui servent l'humanité sans fins secondes de ce genre. En ce moment de souffrance commune, il est du devoir de tous d'aimer, de respecter et de servir l'humanité sans discrimination ou autres motifs. Nous rappelons qu'à ce jour, de nombreux pays non islamiques aident le Pakistan ».

    Au Pakistan, une vidéo montrant un religieux islamique exprimant sa joie suite à la conversion à l'islam d'un certain nombre de non musulmans qui avaient demandé des aides alimentaires à cause de l'impact économique de l'urgence liée au corona virus est devenue virale. Le religieux exhorte ouvertement tous les musulmans engagés dans la distribution d'aides alimentaires à demander aux bénéficiaires d'embrasser l'islam, ajoutant que « nous ne devions pas aider les non musulmans ». L'appel a suscité le mépris et la colère au sein des communautés des minorités religieuses, en particulier parmi les chrétiens et les hindous.

    En outre, Maître Sulema Jahangir, avocat pakistanais, dans un récent article publié dans les colonnes du quotidien Dawn, évoque la pratique bien connue des « conversions forcées » de jeunes hindoues et chrétiennes à l'islam au travers de mariages forcés avec des musulmans, affirmant : « La vulnérabilité des jeunes femmes appartenant aux minorités religieuses est encore renforcée par l'explosion de la pandémie de Covid-19. Il existe des cas récents de refus d'accès à la nourriture et aux aides d'urgence perpétrés au détriment de personnes des communautés hindoue et chrétienne. Le Covid-19 pourrait fournir un prétexte pour recourir à la conversion religieuse de jeunes femmes en tant que moyen de sauver leurs vies ou leurs familles en temps de crise. Une fois convertie, une femme ne peut revenir sur ses pas, dans la mesure où l'apostasie implique la condamnation à mort ».

    La Commission pour les droits des minorités et l'ONG Centre de Justice sociale ont recueilli les données relatives à 156 cas avérés de conversions forcées intervenues entre 2013 et 2019 concernant en grande partie des jeunes filles de moins de 12 ans. C'est pourquoi l'avocat précitée exhorte le Pakistan à « protéger les femmes et les jeunes non musulmanes de l'exploitation de la part de groupes puissants et d'éléments criminels ». « Lorsque les fondamentalistes musulmans célèbrent la conversion et le mariage comme une victoire de la foi musulmane sur les autres communautés, est promue une culture de l'intolérance et du fanatisme et le Pakistan devient alors un enfer brûlant » conclut-elle. (PA) (Agence Fides 05/05/2020)

  • Pakistan : le Saint-Sacrement dans la rue et la communion distribuée au porte-à-porte

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - L'Eucharistie distribuée « porte-à-porte » aux fidèles pour répondre aux besoins spirituels du peuple de Dieu

    6 mai 2020

    Lahore (Agence Fides) – Le Très Saint Sacrement porté dans les rues des quartiers pour bénir les maisons ; les Messes célébrées en urdu suivies par les fidèles y compris d'autres parties du monde ; l'Eucharistie distribuée « porte-à-porte » aux paroissiens : c'est selon ces modalités que l'Eglise au Pakistan cherche à soigner la vie spirituelle du peuple de Dieu en ces temps de verrouillage et de pandémie, alors que toute assemblée est interdite.

    « Pour nous sauver de la pandémie de Covid-19, nous avons deux devoirs : le premier est de sauver les personnes et de protéger notre santé et le second est de protéger et de renforcer la foi. La personne peut être sauvée en observant des mesures comme la distanciation sociale et le verrouillage ; la foi se fortifie en continuant à participer à des Messes et à des prières sur Internet ». C'est ce qu'indique à l'Agence Fides S.Exc. Mgr Sebastian Francis Shaw, Archevêque de Lahore, qui, chaque jour, célèbre une Messe transmise sur Internet pour les fidèles du Pakistan via Facebook et sur la chaîne de télévision diocésaine alors qu'au Pakistan se poursuit le confinement visant à contenir la diffusion du corona virus. L'Archevêque a en outre affirmé : « Cherchons à faire face à notre responsabilité en respectant la distanciation sociale et en évitant de rendre visite aux parents et amis » mais « conservons la relation spirituelle et le réconfort réciproque ».

    Au sein de l'Archidiocèse de Karachi également, les prêtres sortent périodiquement pour montrer leur proximité aux fidèles et renforcer leur foi. Le Père Anthony Abraz, Curé de la Paroisse Saint Thomas de Karachi, s'est ainsi rendu dans les quartiers où vivent en majorité des fidèles chrétiens en portant l'ostensoir avec le Très Saint Sacrement afin de bénir les personnes et de répondre au besoin spirituel des fidèles.

    Dans un entretien avec Fides, le Père Abraz affirme : « Alors qu'est en vigueur le verrouillage pour cause de Covid-19, les personnes ont des besoins physiques et spirituels. En ressentant la soif spirituelle des personnes, nous avons décidé en Paroisse de sortir dans les rues avec le Très Saint Sacrement. Les personnes s'arrêtent devant les portes ou sur les balcons principaux pour adorer et vénérer le Seigneur présent dans l'Eucharistie et pour recevoir la Bénédiction eucharistique ».

    Le Père Abraz indique encore : « Nous ne pouvons nous rassembler mais au travers de cette approche pastorale particulière, nous nous rendons dans les différents quartiers pour rappeler que Dieu est avec nous et qu'Il ne nous abandonne pas. Nous voyons beaucoup de joie chez les personnes qui se sentent consolées en ce moment difficile ».

    Lire la suite

  • Temps pascal en confinement; feuillet du jeudi (7 mai) de la 4e semaine : le culte du Précieux Sang de Jésus

    IMPRIMER

    2020_05_07_09_54_30_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • L'avènement du "sanitairement correct"

    IMPRIMER

    L'ÉMERGENCE DU "SANITAIREMENT CORRECT"

    06 mai 2020

    Alors que « près de cinq milliards d’êtres humains (…) qui ne sont pas malades » sont contraints au confinement, dans une tribune, Bertrand Vergely revient sur la crise du Coronavirus. Pour le philosophe, « le souci de protéger n’explique pas tout ». Il explique que « depuis près de trois siècles, l’Europe rêve d’installer le bonheur sur terre grâce à la politique, à la science et au progrès. Avec l’apparition récente du transhumanisme, ce rêve s’est accéléré, le projet de pratiquer une hybridation entre l’homme et la machine promettant  de créer bientôt un homme augmenté qui ne connaîtra ni la maladie, ni la mort, ni les inégalités intellectuelles, ni la pauvreté ». Pour lui,  « aujourd’hui, quand on cherche à sauver des vies, c’est aussi ce rêve que l’on cherche à sauver ». Et il s’agit bien d’un rêve. En effet, « on peut reculer la maladie. On ne l’évite pas. On peut reculer l’échéance de la mort. On ne l’évite pas non plus. La maladie et  la mort sont incontournables et elles ne sont pas faites que pour les autres ».

    « Tocqueville, explique Bertrand Vergely, a pensé que la démocratie est  guettée par la tentation de créer un monde dans lequel le rêve de la population d’être totalement assistée se fondra dans le rêve de l’État de tout prendre en charge. À travers la mise en place sous nos yeux en deux mois d’un ordre sanitaire mondial, l’intuition de Tocqueville est devenue réalité ».

    Si ce « nouvel ordre » est justifié par «  le souci de soigner, de sauver et de protéger », l’auteur estime qu’il recèle « un pouvoir sans précédent sur le monde qui émerge en ne cachant pas son intention d’installer demain un système de surveillance généralisé à travers ce qu’il faut bien appeler le sanitairement correct ». Il déplore que « depuis des décennies nous vivons dans une peur de la maladie que nous prenons pour la santé et une peur de la mort que nous confondons avec l’amour de la vie » alors qu’ « être en pleine santé, ce n’est pas ne pas être malade. C’est être capable de tout vivre, même la maladie. Être vivant, ce n’est pas ne pas mourir. C’est être capable de tout vivre, même le fait de mourir ».

    Aujourd’hui, le monde prend conscience que «  tout ce en quoi nous avons cru et que l’on pensait bien installé peut s’écrouler et mourir ». Pour Bertrand Vergely, « il s’agit là d’une chance ». Il ajoute : « Quand on se découvre vulnérable, on cesse d’être fou en se croyant invulnérable. Et, cessant d’être fou, on découvre la liberté étonnante qu’il y a à savoir que l’on peut être blessé sans en être blessé. Alors, la vie gangrénée par la peur cessant d’être, la vie intelligente peut commencer ».

    Sources: Atlantico (05/05/2020) - Alerte au sanitairement correct : les dangers d’un nouvel ordre fondé sur la surveillance, la punition et la peur

  • Le Congo de Léopold II : des dérapages incontestables

    IMPRIMER

    De Paul Vaute sur le blog "Le passé belge" :

    Civilisation, exploitation, exactions…: le Congo léopoldien (1)

    Pour le Roi comme pour ses contemporains, il n’y avait pas de contradiction entre l’élévation des peuples coloniaux et l’enrichissement de la métropole. Mais sur le terrain, on ne peut nier que l’entreprise a dérapé, même si les accusations récurrentes furent au départ étroitement liées aux ambitions britanniques en Afrique centrale (1885-1908)

    PASBEL20200506a
    Cette superposition de la carte du Congo (frontières en pointillé) sur celle de l’Europe donne une idée de l’immensité du territoire. (Source: n. 2, p. 69)

    L’abondante bibliographie de notre histoire coloniale s’est enrichie de trois ouvrages centrés sur la période léopoldienne – la plus controversée, comme on le sait. Signe des temps: deux sont dus à des chercheurs natifs du Congo, dont un y vit. Leurs regards n’en divergent pas moins, exactement comme l’ont fait ou le font toujours ceux des acteurs, des témoins et des experts belges. Le livre de Mathieu Zana Etambala, docteur en histoire (Katholieke Universiteit Leuven), a été entrepris dans le prolongement d’un projet de recherches du Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren [1]. On y trouve brassées amplement les sources relatives aux débuts de la colonisation dans quatre régions tenues pour avoir été durement éprouvées: le royaume Kuba (qui résista longtemps à toute pénétration étrangère blanche ou noire), le Domaine de la  couronne au lac Léopold-II (aujourd’hui Maï Ndombé), la province de l’Equateur et l’Ituri (ou Aruwimi). D’une tout autre tonalité, l’essai de Jean-Pierre Nzeza Kabu Zex-Kongo, chercheur et enseignant, docteur en géographie et pratique du développement, est un véritable plaidoyer pour l’œuvre africaine de notre deuxième souverain, sans pour autant faire l’impasse sur les zones d’ombres [2]. Venu un peu avant les deux précédents, Pierre-Luc Plasman a adapté sa thèse de doctorat, défendue à l’Université catholique de Louvain, en une étude où prévaut la volonté d’équilibrer les points de vue [3].

    L’ampleur de ces travaux et du sujet lui-même justifie qu’exceptionnellement, deux articles consécutifs leur seront consacrés. Les trois approches, avec leurs spécificités, sont de celles qui redonnent la priorité à la quête du vrai, trop souvent altéré dans l’opinion commune par la masse des écrits passionnels.

    Lire la suite sur "Le passé belge"

  • Covid-19, fake news, idioties et amalgames

    IMPRIMER

    De Jean Staune sur "La Sélection du Jour" :

    Pourquoi vous allez lire de plus en plus de fausses nouvelles

    Le prix Nobel japonais Tasuku Honjo affirme que le virus a été créé par le laboratoire chinois de Wuhan où il a travaillé pendant 4 ans. D’ailleurs, la création artificielle de ce virus fait partie d’un vaste complot mondial pour réduire drastiquement la population de la planète (ce qui est le souhait de nombreuses élites depuis des années…). Les survivants se précipiteront alors vers les vaccins qui leur seront généreusement offerts, notamment grâce aux centaines de millions investis par la Fondation Bill Gates. Ceux-ci seront marqués par une puce électronique sans laquelle ils ne pourront plus sortir de chez eux, réalisant ainsi la prophétie de l’Apocalypse selon laquelle tous les hommes seront marqués du signe de La Bête.

    Si cela vous semble absurde et invraisemblable, sachez que Bill Gates a parfaitement prédit en 2015 que la prochaine menace pour l’humanité serait une pandémie; que la CIA a écrit en 2009, dans son rapport sur l’état du monde, qu’avant 2025 une pandémie à coronavirus déferlerait sur la planète; que le 18 octobre 2019 la Fondation Gates, l’OMS et le centre médical Johns Hopkins ont réalisé une simulation de pandémie globale à coronavirus; et que la très sérieuse revue Science a publié un article scientifique au mois de décembre dans lequel des chercheurs expliquent qu’à la demande de Bill Gates et grâce à son financement, ils ont mis au point une « boîte quantique » (une nanopuce électronique) qui peut s’injecter sous la peau avec un vaccin, pour qu’avec un simple smartphone l’on puisse détecter si la personne en question a été vaccinée ou non !

    Mais ce que vous venez de lire n'est pas vrai pour deux raisons très différentes :

    - Il y a d'abord une fake news : le professeur Tasuku Honjo a démenti avoir tenu de tels propos et il n’a jamais travaillé en Chine, encore moins dans le laboratoire de Wuhan.
    - Il y a ensuite un amalgame, à partir de faits absolument réels et vérifiables (la réunion du 18 octobre, les boites quantiques injectés sous la peau avec un vaccin, etc.), dont on tire de fausses conclusions.

    La revue Science, toujours elle, a publié en 2018 un article rapporté par NewScientist (notre sélection) qui démontre que sur Twitter les fausses informations se diffusent six fois plus vite que les vraies car elles ont un caractère attractif que l’information vraie, souvent banale, n’a pas. Et en période de crise, avec les inquiétudes des gens, et la volonté de trouver une solution ou de comprendre ce qui se passe, cette différence de vitesse s’accélère...

    Par ailleurs, dans son ouvrage Antifragile, le théoricien de la complexité Nassim Taleb explique que plus il y a d’information, plus le nombre corrélations que l’on peut faire entre ces informations augmente - et de façon exponentielle -. Or la plupart des corrélations, comme celles qui partant de faits réels amènent à conclure que le virus est un complot mis au point par Bill Gates, sont fausses. Le nombre d’information fausses croit ainsi exponentiellement par rapport aux vraies. Et on dit que dans les deux dernières années on a créé autant d’information (vraies) que depuis le début de l’histoire humaine !

    On peut être inquiet de voir ce genre d’information parfois véhiculé aujourd’hui par des personnes qui ne l’auraient jamais fait en temps normal : par exemple, sur le site de la Maison Blanche une pétition signée par un demi-million de personnes appelle à des investigations sur la fondation de Bill Gates pour « crime contre l’humanité » à partir d’un raisonnement tordu portant sur les faits (réels) que nous avons cités.

    Le drame de cette situation est que nous risquons à l’avenir d’être tellement envahis de fausses informations qu’il ne sera plus possible de distinguer les vraies !

    Enfin, quand le Directeur Général de la Santé nous incite fortement à ne pas porter de masque, c’est-à-dire nous donne un conseil dangereux pour notre santé ou quand la porte-parole du gouvernement dit à un mois d’intervalle qu’il ne faut pas donner des masques aux français parce que ce serait dangereux s’il les mettent mal, la mise d’un masque étant très compliquée, avant de nous dire, quand on envisage le déconfinement, que même un enfant de 4 ans peut se mettre lui-même un masque pour se protéger à l’école, ces dérapages de la parole publique n’aident pas à lutter contre les fausses nouvelles…

    Avec son humour particulier, Marcel D. (complotiste assumé) explique dans une de ses vidéos que le gouvernement crée des fake news plus vite qu’il n’a la capacité, lui, le complotiste, de les diffuser sur internet !

    Alors que faire ?

    Tout d’abord, être extrêmement prudent concernant toute information dans la période actuelle portant sur les vaccins, le virus, Bill Gates et la Chine !

    Ensuite, s’entraîner par une méthodologie de recherche de l’information à avoir soi-même le jugement le plus éclairé possible sur ce que nous entendons.

    Cela fera partie des clés de notre survie dans le monde complexe de demain...

    Jean Staune

  • Chrétiens, n’ayons pas peur!

    IMPRIMER

    ciric-185129.jpgFace à la mort et l'épreuve, il faut plus que jamais annoncer l'Evangile. Des chrétiens engagés dans la mission proposent sept pistes pour déconfiner l’Église catholique. Lu sur le site du périodique « La Vie » :

    « Le Covid-19 a provoqué une véritable dissolution religieuse. Travailler, se nourrir, faire du sport et prendre soin de ses proches : voilà les besoins essentiels reconnus par notre société et qui justifient des exceptions au confinement. A contrario, il semble évident que, quand il s’agit de prier, toute prise de risque est irresponsable. Alors que les lieux de culte sont parfois fermés et que les aumôniers bataillent pour rester présents dans les établissements de santé, la situation provoque des questionnements spirituels demeurant sans réponse. Cette situation nous invite à relever deux défis.

    Défi de l’encouragement dans la foi : beaucoup de croyants n’ont pas le luxe ou l’envie de poursuivre leur pratique religieuse à distance, et certains craignent de revenir à la messe. Défi surtout de témoigner de l’amour de Dieu : croyants et non-croyants peuvent se demander où est Dieu.

    Faisons de cette épreuve un tremplin missionnaire pour évangéliser plus en vérité.

    Nous sommes tentés de vivre comme reclus au Cénacle. Nous croyons que le Christ est ressuscité, mais nous nous sentons trop faibles et inutiles pour sortir, alors que la société ne semble plus avoir besoin de nous. La peur de la maladie, du rejet et du jugement guette nos cœurs. Parler du Christ, n’est-ce pas terriblement décalé face aux drames personnels qui se vivent ? Nous risquons de confiner notre foi, peut-être bien au-delà du mois de mai. Or, rien n’est plus absurde : le Dieu crucifié rejoint ceux qui sont dans la peine.

    Chrétiens, n’ayons pas peur ! L’Esprit Saint nous pousse sans attendre la Pentecôte à aller au-devant de ceux qui souffrent et se questionnent. Faisons de cette épreuve un tremplin missionnaire pour évangéliser plus en vérité, sans fausse joie et sans discours publicitaire. Depuis plusieurs semaines, partout des chrétiens se sont levés pour continuer à témoigner du Christ : dans la distribution des repas pour les plus pauvres, la visite des malades, la célébration des sacrements à domicile, la mission au téléphone… « L’amour parfait bannit la crainte. » La peur est vaincue par la charité.

    Que les gestes barrière ne soient pas un prétexte pour délaisser la charité.

    « Qui veut sauver sa vie la perdra » : voici venu le moment, ici en France, de mesurer le poids de cette parole. Que les gestes barrière ne soient pas un prétexte pour délaisser la charité. Le Christ désire aimer, consoler. Soyons donc attentifs aux appels : par exemple qui se lèvera pour remplacer les aînés sur lesquels reposent massivement les oeuvres caritatives chrétiennes, et qui ne pourront pas toujours reprendre leur engagement dès le 11 mai ?

    Soyons des missionnaires de la charité, en allant auprès de ceux qui manquent et qui souffrent. Soyons missionnaires de l’espérance, en osant parler de la vie éternelle dans un monde qui redécouvre la mort. Soyons missionnaires de la foi aussi : par les sacrements et l’évangélisation, continuons de provoquer des rencontres entre nos contemporains et le Christ. « Consolez, consolez mon peuple » : Dieu se tient à la porte des cœurs blessés et il frappe !

    Lire la suite