Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • L’Église a-t-elle encore une place en temps d’épidémie au XXIe siècle ?

    IMPRIMER

    Du Cardinal Robert Sarah sur le Figaro Vox via "Le Scrutateur" :

    Robert Sarah: «L’épidémie du Covid-19 ramène l’Église à sa responsabilité première: la foi»

    TRIBUNE - Trop souvent, l’Église a voulu prouver qu’elle était «de ce monde» en se consacrant à des causes consensuelles plutôt qu’à l’apostolat, déplore le cardinal guinéen*.

    L’Église a-t-elle encore une place en temps d’épidémie au XXIe siècle? Contrairement aux siècles passés, l’essentiel des soins médicaux est désormais assumé par l’État et le personnel de santé. La modernité a ses héros sécularisés en blouse blanche, et ils sont admirables. Elle n’a plus besoin des bataillons charitables des chrétiens pour soigner les malades et enterrer les morts. L’Église serait-elle devenue inutile à la société?

    Le Covid-19 reconduit les chrétiens à l’essentiel. En effet, depuis longtemps, l’Église est entrée dans un rapport faussé au monde. Confrontés à une société qui prétendait n’avoir pas besoin d’eux, les chrétiens, par pédagogie, se sont efforcés de démontrer qu’ils pouvaient lui être utiles. L’Église s’est montrée éducatrice, mère des pauvres, «experte en humanité» selon l’expression de Paul VI. Elle avait bien raison de le faire. Mais peu à peu les chrétiens ont fini par oublier la raison de cette expertise. Ils ont fini par oublier que si l’Église peut aider l’homme à être plus humain, c’est en définitive parce qu’elle a reçu de Dieu les paroles de la vie éternelle.

    L’Église s’est engagée dans les luttes pour un monde meilleur. À bon droit, elle a soutenu l’écologie, la paix, le dialogue, la solidarité, et l’équitable répartition des richesses. Tous ces combats sont justes. Mais ils pourraient faire oublier la parole de Jésus: «Mon royaume n’est pas de ce monde». L’Église a des messages pour ce monde, mais uniquement parce qu’elle a les clefs de l’autre monde. Les chrétiens ont parfois pensé l’Église comme une aide donnée par Dieu à l’humanité pour améliorer sa vie d’ici-bas. Et ils ne manquaient pas d’arguments tant la foi en la vie éternelle éclaire la juste manière de vivre en ce siècle.

    Mourir de désespoir et de solitude

    Le Covid-19 a mis à nu une maladie insidieuse qui rongeait l’Église: elle se pensait comme «de ce monde». Elle voulait se sentir légitime à ses yeux et selon ses critères. Mais un fait radicalement nouveau est apparu. La modernité triomphante s’est effondrée devant la mort. Ce virus a révélé que, malgré ses assurances et ses sécurités, le monde d’ici-bas restait paralysé par la peur de la mort. Le monde peut résoudre des crises sanitaires. Il viendra certainement à bout de la crise économique. Mais il ne résoudra jamais l’énigme de la mort. La foi seule a la réponse.

    Illustrons ce propos très concrètement. En France, comme en Italie, la question des maisons de retraite, les fameux Ehpad, a été un point crucial. Pourquoi? Parce que se posait directement la question de la mort. Les résidents âgés devaient-ils être confinés dans leur chambre au risque de mourir de désespoir et de solitude? Devaient-ils rester en contact avec leurs familles, au risque de mourir du virus? On ne savait pas répondre.

    Lire la suite

  • Archives vaticanes : tout focaliser sur la figure de Pie XII ?

    IMPRIMER

    De sur zenit.org :

    Archives de Pie XII : « L’attention au pouvoir du pape est légitime, mais aussi réductrice » 

    Un article de Nina Valbousquet

    Une historienne et membre de l’École française de Rome, Nina Valbousquet, partage ses impressions d’une courte semaine de travail dans les archives du pape Pie XII (1939-1958), ouvertes aux chercheurs le 2 mars 2020 et à nouveau fermées le 6 mars à cause de la pandémie. Elle affirme que, dans le contexte des persécutions des Juifs, l’intérêt pour la figure du pape Pie XII ainsi que pour ses actions est justifié, mais ne reflète pas la « complexité de la situation ecclésiastique » en cette période tragique   :

    « Les débats mémoriels et sociétaux sur l’Église face au nazisme, au fascisme et à l’antisémitisme tendent à se focaliser sur un seul individu, le pape, scrutant sa personnalité, ses dires et ses actions », écrit-elle. « Cette attention au pouvoir pontifical est légitime, mais elle est aussi quelque peu réductrice face à la complexité des rouages ecclésiastiques, pour ne pas parler du monde catholique. »

    La chercheuse affirme que la « réduction du cadre historique à la seule figure pontificale a souvent pour corollaire médiatique une mise en scène de la recherche en archives comme véritable chasse au trésor ». « Ainsi, poursuit-elle, l’énigme de l’attitude de Pie XII durant la Shoah serait résolue par la découverte d’un document unique, le document, la preuve absolue et univoque, servant soit au procès de canonisation, soit au tribunal d’inquisition. » Il s’agit, dit-elle, d’une approche erronée qui « aplatit » « ce qui est pourtant crucial pour comprendre l’attitude de l’Église durant cette période : l’ambivalence et l’ambiguïté ».

    Spécialiste d’histoire transnationale du XXe siècle, de l’antisémitisme, du catholicisme et du fascisme et lauréate 2015 du prix de la Ville de Paris pour la recherche sur la xénophobie et l’antisémitisme, Nina Valbousquet parle des principes du travail de l’archiviste et partage quelques notes préliminaires sur les dossiers dont elle avait étudiés dans les archives du pape Pie XII : il s’agit principalement du celui sur les « Juifs, 1940-1944 » dans « l’un des rares inventaires papiers encore disponibles : ‘Nonciature de France’ ».

    Pour retrouver les « nuances et contradictions, ce sfumato du passé proche », affirme l’historienne, il faut « accepter et embrasser l’équivocité et l’opacité de l’archive ». « Derrière l’attrait du sensationnalisme historico-médiatique, la réalité du travail en archives est bien différente, explique-t-elle. D’une part, le temps de la recherche est long et lent, la tâche est ample et collective ; d’autre part, l’intérêt de ces fonds documentaires immenses réside moins dans le dévoilement d’une improbable révélation que dans la diversité des acteurs et le jeu d’échelles qu’ils permettent d’appréhender comme autant d’objets historiques. »

    Lire la suite

  • Bruxelles : Quelle est donc cette Eglise qui éteint ses flammes de foi et de vie ?

    IMPRIMER

    Une "carte blanche" en "opinion" (contribution externe) sur le site de La Libre :

    Que s’est-il passé, à Bruxelles, pour que l’Eglise soit si sourde à ses fidèles ?

    22-05-2020

    Cette carte blanche est portée par une vingtaine de signataires (voir ci-dessous). Elle fait notamment suite au départ des Prémontrés de la paroisse de La Cambre que La Libre avait évoqué le premier avril dernier. Cette opinion sera suivie ce lundi sur notre site, ainsi dans le journal papier, par un dossier sur la situation de l'Église à Bruxelles et un entretien avec Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de la capitale.

    "Le Seigneur cherche la proximité avec ce peuple et il formait le cœur de ses disciples à cette proximité avec la foule… C’est ainsi que Jésus enseignait les apôtres à une proximité avec le peuple, le peuple de Dieu." (Homélie du pape François à Sainte-Marthe du 24 avril 2020)

    Les annonces précipitées du départ des Pères Prémontrés de l’Abbaye de La Cambre et de celui du prêtre référent de l’église St Paul, sans préparation pour l’avenir et sans considération pour les paroissiens pourtant revenus en nombre comme autant de brebis retrouvées, laissent des milliers de fidèles pantois. Quelle est donc cette Eglise qui éteint ses flammes de foi et de vie ?

    La logique de l'UP ne génère-t-elle pas elle-même la pénurie de prêtres qu’elle prétend pallier ?

    Le droit canonique confère certes à l’Évêque ou Évêque-auxiliaire le pouvoir souverain de déplacer les prêtres d’une paroisse à l’autre. Il n’a en principe pas à tenir compte de l’avis des paroissiens. Lui seul sait ce qui est bon pour son Église. A Bruxelles, depuis une vingtaine d’années, les paroisses ont été regroupées en Unités Pastorales (UP). Face à la pénurie de prêtres et, dans certaines paroisses, à la diminution du nombre de pratiquants, ce regroupement est apparu plus rationnel. Cela permet de limiter les coûts et puisqu’on manque de prêtres, d’interchanger ceux-ci. Dans cette conception, qui est celle de l’Église à Bruxelles aujourd’hui, une UP qui compte trois prêtres pour trois clochers, qui plus est dans une commune sociologiquement privilégiée, c’est un luxe qu’une saine gestion ne peut, semble-t-il, tolérer. Saine gestion implique répartition équitable des ressources. La solution est, semble-t-il, évidente, il faut en retirer l’un des trois, et laisser les deux autres prêtres de l’UP assumer la pastorale de l’ensemble. Dans cette même optique, une paroisse dont les prêtres, de par leur vie moniale consacrée à la prière, ne peuvent répondre à l’exigence de "tourner" dans l’UP, ne peut perdurer. Leur contrat n’est pas rempli, ils doivent partir. Bruxelles perd deux prêtres. Deux clochers se retrouvent sans pasteur. Un lieu de culte d'une richesse historique et culturelle incontestée sera à court terme déserté. Triste réalité, que l’Eglise à Bruxelles veut nous faire admettre comme une fatalité justifiant le regroupement en UP. N’est-ce pas prendre le problème à l’envers ? Comment croire que priver brusquement de leurs pasteurs deux paroisses en plein essor pourrait être la réponse aux défis de l’Eglise d’aujourd’hui ? La logique de l'UP ne génère-t-elle pas elle-même la pénurie de prêtres qu’elle prétend pallier ? La sécularisation n’est-elle pas, en partie du moins, la conséquence plutôt que la cause de cette "saine" gestion ? Faucher ainsi des pousses prometteuses et en pleine renaissance sans plan pastoral établi en comptant sur les laïcs pour gérer bon an mal an l’avenir de la communauté, ne voue-t-il pas ces clochers à la désertification et à la fermeture ? On fait dans la gestion temporelle, pas dans le spirituel.

    Nous, laïcs engagés, ne nous y retrouvons pas

    L’Évêque décide souverainement. Il n’est pas tenu de consulter la base. Cependant, l’on s’interroge sur la manière dont, au XXIe siècle et dans une société incontestablement démocratique, de telles pratiques sont encore d’actualité. On s’interroge aussi sur leur cohérence avec le discours du pape qui recommande aux pasteurs de rester proches des fidèles. Ce qui se passe à Bruxelles nous paraît être le signe d’une Eglise autoritaire et éloignée de sa base. Une Eglise qui ne semble pas se soucier de la communauté vivante des fidèles qui la composent et l’animent, qui en sont la base et la force. Ni de tous ces laïcs engagés qui se donnent sans compter. La communauté implore son Évêque-auxiliaire de l’entendre. Il a d’autres priorités, leur dit-il. Alors nous, laïcs engagés, ne nous y retrouvons pas. On peut légitimement se poser la question de la cohérence du plan pastoral du Vicariat qui nie l’existence des fidèles tout en affirmant que "les laïcs engagés auront à aller plus loin dans la prise de responsabilités".

    Nous avons tenté à plusieurs reprises d’avoir un contact avec notre Évêque-auxiliaire ou avec notre Cardinal (entre-temps indisponible pour des raisons de santé et que nos prières accompagnent). Mais les autorités refusent de rencontrer les paroissiens. Le confinement a bon dos. Nous l’avons demandé bien avant déjà. L’Église, en refusant d’entendre ses fidèles, ne les contraint-elle pas à crier ? À crier fort et publiquement, faute de pouvoir obtenir un dialogue. Pas faute, cependant, de l’avoir demandé. Que s’est-il donc passé à Bruxelles pour que l’Église soit si sourde à ses fidèles ?

    À la veille de mettre cette carte blanche sous presse, nous apprenons que le Vicariat a présenté aux responsables de la paroisse Saint-Paul une solution intermédiaire consistant en une mise à disposition temporaire d’un prêtre extérieur à l’UP qui viendra célébrer certaines messes. Nous l’accueillerons avec confiance et espérance. Les eucharisties seront donc en partie assurées. Pour autant, la paroisse survivra-t-elle ? C’est précisément la question dont nous aurions aimé débattre avec notre Évêque-auxiliaire. Notre souhait de pouvoir dialoguer de façon constructive avec les autorités ecclésiales reste entier.

    "Prions le Seigneur pour les pasteurs, pour que le Seigneur leur parle toujours, pour que le Seigneur nous parle toujours, nous explique toujours. Qu’il nous enseigne à ne pas avoir peur du peuple chrétien." (Homélie du pape François à Sainte-Marthe du 24 avril 2020)

    Liste des signataires :

    Marie Cruysmans; Bernard Dautricourt; Myriam Gendebien; Frédéric et Fabienne Puel; Jérôme de Bucquois; Gabrielle de Pérignon; Nicolas du Chastel; Soline de Looz; Beatrice de Furstenberg; Bernard Wauthoz; Marie-Jeanne La Grange; Paul Vander Elst; Isabelle Dhanis; Etienne et Monique De Smet; Christian-Charles et Marie-Christine Dupuis; François d'Adesky.

  • C'est le Christ en personne qui préside, célèbre l'eucharistie et non l'évêque ou le prêtre

    IMPRIMER

    Homélie de Mgr Léonard 1992 à Beauraing, session du renouveau "C'est le Christ en personne qui préside , célèbre l'eucharistie et non l'évêque ou le prêtre".

  • La pandémie a stimulé la ferveur religieuse des Italiens

    IMPRIMER

    De Junno Arocho Esteves sur "Présence" (Information religieuse Canada)

    Université d'État de Milan

    COVID-19: hausse de la ferveur religieuse en Italie, selon une étude

    Agence Catholic News Service
     
    2020-05-22

    L'incertitude et les mesures restrictives mises en place en raison de la pandémie de coronavirus ont provoqué une augmentation des prières et de la ferveur religieuse en Italie, selon une étude publiée le 22 mai.

    L'étude a été menée par l'Université d'État de Milan, pour «suivre quotidiennement l'opinion publique pendant l'urgence COVID-19» et l'impact qu'elle «a eu sur la religiosité des Italiens».

    Après que les restrictions de fermeture aient forcé les églises à fermer leurs portes, «la fréquence de la prière et de la participation aux services religieux a augmenté, bien que ceux-ci ne puissent être assistés que virtuellement», selon le rapport.

    L'étude a été réalisée à partir d'entretiens avec 4 600 personnes dans toute l'Italie entre le 20 avril et le 15 mai. Elle a montré que le pourcentage le plus élevé d'augmentation de la prière pendant la pandémie se situait chez les catholiques qui ne fréquentaient pas l'église au moins une fois par semaine; 16 % de plus de ceux qui ont déclaré aller à la messe au moins une fois par mois, mais pas chaque semaine, ont dit avoir prié chaque jour pendant la pandémie.

    L'étude, qui a interrogé les participants sur leur comportement avant la pandémie, a fait état d'une augmentation de 11 % de la prière quotidienne chez les «catholiques nominaux», c'est-à-dire ceux qui se disent catholiques mais qui vont rarement ou jamais à la messe.

    Toutefois, elle ajoute que «la croissance de la pratique religieuse a été principalement influencée par la phase la plus aiguë de la crise. En fait, la fréquence de la prière diminue avec la réduction du nombre de personnes infectées.»

    Ceux dont un membre de la famille a été infecté par le coronavirus «ont considérablement augmenté leur participation aux services religieux et à la prière», a noté l’étude.

    La participation à la messe – en personne avant la pandémie et en ligne pendant celle-ci – n'a été que très peu différente pour les personnes âgées de plus de 45 ans, selon l'étude. Cependant, on a constaté une augmentation de 17% de la participation à la messe chez les moins de 45 ans. (...)

  • Reprise des cultes en France : ce sera effectif pour la Pentecôte. Et en Belgique ?

    IMPRIMER

    Lu sur le site web du quotidien «Le Figaro » :

    Les autorités publiques recommandent aux cultes d'attendre début juin pour une reprise des célébrations, ont affirmé plusieurs responsables religieux, auxquels va être transférée la responsabilité des conditions et du calendrier d'ouverture des lieux de cultes.

    À lire aussi : Mgr Lebrun: «C’est maintenant qu’il faut reprendre les cultes!»

    Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'est entretenu vendredi matin avec les principaux responsables des cultes afin de mettre au point un texte de «recommandations», ont indiqué plusieurs d'entre eux à l'AFP. Cette réunion intervenait alors que le Premier ministre a été sommé lundi dernier par le Conseil d'Etat de lever dans un délai de «huit jours» l'interdiction totale de réunion de cultes figurant dans le décret de déconfinement du 11 mai.

    Un nouveau décret est donc attendu, pour «application immédiate» et «dans lequel il y aura la possibilité de reprendre les célébrations religieuses avec des conditions générales de reprise conformes aux impératifs de sécurité sanitaire», a souligné Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman.

    À lire aussi : Exercice du culte: pourquoi le Conseil d’État a levé l’interdit gouvernemental

    Dans le texte élaboré avec Christophe Castaner, figure l'idée que «les pouvoirs publics recommandent plutôt une reprise début juin, afin de laisser le temps suffisant pour analyser l'impact du déconfinement commencé le 11 mai», ont dit Mohammed Moussaoui ainsi que Joël Mergui, président du Consistoire israélite. Est aussi transférée à chaque culte «la responsabilité d'adapter les règles et le calendrier d'ouverture», a complété Joël Mergui.

    Parmi les recommandations générales figurent des mesures qui portent sur la distanciation physique (avoir 4 m2 autour de chaque personne), la régulation des flux pour l'entrée et la sortie, l'obligation de désinfection des objets utilisés, le port du masque et la communication envers les fidèles, ont énuméré les participants à la réunion. En revanche, rien n'est écrit sur la question d'un seuil limite d'occupation d'une église, d'une mosquée, d'un temple, d'une synagogue. «Ce sera décidé localement et laissé à l'appréciation des organisateurs», selon Mohammed Moussaoui.

    À lire aussi : «Le Conseil d’État rappelle que la liberté de culte est une garantie»

    «C'est un appel à la responsabilité de chacun» et un «encouragement à la reprise progressive», a résumé François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France. La reprise des célébrations avec public avait d'abord été annoncée pour le 2 juin, avant que le Premier ministre n'évoque la date du 29 mai. L'épiscopat catholique a fait pression ces dernières semaines pour que ce soit effectif pour le dimanche de Pentecôte, le 31 mai. Ce qui sera le cas après la décision du Conseil d'Etat.

    À lire aussi : «La liberté de culte serait-elle moins importante que la liberté de consommer?»

    Ref. Reprise des cultes: la date de début juin reste recommandée

    Et en Belgique ? Le Manitoba est toujours silencieux…

    JPSC

  • La multiplication des messes retransmises par les médias n’a pas grande valeur au ciel.

    IMPRIMER

    Lu sur le site « Pro Liturgia » :

    messe_virtuelle-0fcf4.jpg« La pandémie que nous vivons actuellement est un événement qui pose un immense défi à l’Église.

    Nous en sommes réduits à espérer que le marasme dans lequel se trouve l’Église - en partie de par sa propre faute - ne mènera pas au naufrage définitif de cette barque baptisée « communauté ecclésiale » et qu’après la sortie du confinement il ne faille constater qu’il n’y a plus le moindre souffle d’air dans les voiles de la barque de Pierre pour faire avancer l’Église.

    Certains se posent déjà la question : « L’annonce de l’Évangile est et doit rester la mission fondamentale de l’Église : mais comment mener à bien cette mission face aux divers contextes de la vie actuelle ? Dans une société gouvernée par le numérique, il n’est plus possible de négliger l’apprentissage d’une bonne maîtrise de tous les médias disponibles. Il ne s’agit pas simplement de contrôler une technologie, mais d’apprendre nouveau langage théologique capable d’exprimer les recherches et les succès des hommes de notre temps. Nombreux sont ceux qui se servent aujourd’hui de réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, Twitter ou Youtube... Au point que l’on peut se demander dans quelle mesure l’annonce de l’Évangile est encore en relation avec un lieu donné, avec une communauté ecclésiale précise. Ces médias ont leurs propres lois, et on ne saurait échapper à une étude approfondie de leur adéquation à la situation actuelle et de leurs limites. » C’est en des termes de ce genre que des diocèses invitent leurs collaborateurs-trices à participer à des “formations” en leur demander de se munir de leurs tablettes et autres téléphones portables.

    Je repense avec nostalgie à une époque où prêtres et diacres avaient dans leurs bagages, pour seul soutien de formation pastorale, une Bible, un Missel et un livret de chants usuels. En tant que prêtre, je me suis souvent demandé, ces dernières semaines, si ma mission première n’était pas de célébrer les sacrements au lieu de me préoccuper des divers moyens de communiquer en streaming ou de me demander si « je passe bien » à l’écran. Et j’en suis arrivé à une première conclusion, à savoir qu’au milieu de ces nombreuses heures passées devant mon ordinateur, je devais prioritairement dégager du temps pour prier mon chapelet.

    Soyons clair : si un virus mortel se répand sur le monde entier, je me dois d’adopter un comportement responsable envers moi-même et les autres. Cette attitude relève d’une application pratique de l’amour du prochain. La distanciation physique et les divers moyens de désinfections sont des mesures importantes et non des élucubrations de quelques hypocondriaques. Je ne cherche pas à faire croire que les prières à elles seules peuvent vaincre efficacement toutes les infections, toutes les pandémies.

    Ces derniers temps, les médias ont débordé du matin au soir de propositions de célébrations religieuses : on a pu, d’un seul clic, passer d’une messe à une autre, d’une célébration à une autre, d’un texte de prière à un autre... Mais ces propositions ont-elles été suivies d’effet sur le plan proprement catholique ? Cela reste à établir…

    Lire la suite

  • Pourquoi je demande au conseil d’État d’annuler l’interdiction du culte

    IMPRIMER

    5ec796f77b50a60f8bdab339.jpg

    Lue ce 22 mai 2020 sur le site web de « La Libre Belgique », cette opinion de Joseph Junker, père de famille et porte-parole francophone du groupe de jeunes catholiques, qui a introduit le recours en annulation au conseil d’état :

    « Ce 20 mai, en compagnie de 200 autres catholiques, nous avons introduit une requête au conseil d’état pour faire annuler l’interdiction des cultes en vigueur en raison du nouveau coronavirus.

    Comme tout honnête citoyen, il n’est pas dans mes habitudes d’ester en justice, encore moins contre le gouvernement de notre pays. Bien-sûr, nous reconnaissons qu’une situation extraordinaire requiert des mesures extraordinaires. (Les évêques, avaient d'ailleurs introduit des restrictions… avant même que le gouvernement ne s’en mêle).

    Mais à présent, c’en est assez !

    Nous ne sommes plus aujourd’hui dans une situation qui justifie d’interdire une liberté aussi importante que la liberté de culte. Jugez-en : Depuis le 14 mars, et au moins jusqu'au 30 juin, les eucharisties, les baptêmes, le sacrement de réconciliation, les mariages et enterrements à plus de 15 - et depuis peu 30 personnes - sont interdits en Belgique. Dans le même temps, depuis 2 semaines, Ikea peut accueillir 600 personnes, les parcs zoologiques, les musées, le marché au poisson, les coiffeurs et les magasins de vêtements sont autorisés à rouvrir. Enfin, à l’heure où j’écris ces lignes, nous fêtons la fête de l’ascension, en vertu de laquelle chaque citoyen belge a reçu un jour férié. Très logiquement, le gouvernement a donc octroyé le droit… de se rendre dans sa résidence secondaire à la côte. Les églises quant à elles resteront vide.

    Pour un croyant et catholique, il n’est rien de plus important que la Foi et les sacrements. Ils illuminent sa vie, le rendent une personne meilleure et l’inspire au service des autres (comme le témoignent les nombreux hôpitaux, écoles et œuvres catholiques dans notre pays).

    Face au mépris : la justice

    Certes, les chrétiens ne sont plus très en vogue et même parfois conspués. Certes, notre élite qui se pense volontiers laïque, libérale, éclairée et « neutre » n’a guère d’égard pour le culte. Néanmoins, à l’heure où il est permis de se déplacer pour voir une girafe, un meuble bon marché ou un mobile de Koendelietzsche mais pas l’eucharistie, on se demande bien ce que les catholiques ont fait pour mériter pareil mépris de leur droit constitutionnel. Cette décision, justifiée un temps, est devenue injuste, disproportionnée, mais aussi carrément paternaliste : les catholiques ont en effet prouvé être parfaitement capables de prendre eux-mêmes des mesures de protection, et d'organiser des célébrations eucharistiques de manière sûre.

    Bien sûr, tout chrétien qui prend sa foi et les béatitudes au sérieux supportera le cœur léger l’humiliation, mais il n’en renoncera pas à sa soif de Justice pour autant. Aussi avons-nous choisi de nous défendre auprès du conseil d’état. Un recours au conseil d’état n’est une agression pour personne, il dit simplement le droit. C’est l’organe approprié pour mener ce débat, et ensuite de corriger dans la paix se qui doit l’être. Point besoin de bombe, ni de revanche mal placée ni même de manif : La Justice nous suffit.

    Lire la suite

  • 26 mai : philo à Bruxelles avec Stéphane Mercier : "parole et politique dans une perspective thomiste"

    IMPRIMER

    2020_05_22_11_07_25_Greenshot.png

    Bienvenue à notre conférence avec Stéphane Mercier

    RDV exceptionnel en direct, pour la première fois - accès libre !

    ► Parole et politique dans une perspective thomiste ◄

    La science politique, comme prolongement de la réflexion éthique à l’échelle de la communauté, s’appuie notamment sur un vecteur privilégié : la parole. C’est ainsi que l’exercice de la vertu politique a donné naissance à l’art de la rhétorique. Loin d’être étrangère à la philosophie, la rhétorique lui appartient au rang des disciplines du « faire » qu’Aristote appelle « poïétiques ». Comment la rhétorique sert-elle le bien commun ? En quoi participe-t-elle de l’analyse pré-philosophique du langage, requise par Aristote dans son Organon, sa « boîte à outils » linguistique indispensable à toute réflexion philosophique ?

    https://www.youtube.com/watch?v=qlPtTU7CEb0&feature=youtu.be

  • Temps pascal en confinement; feuillet du vendredi (22 mai) de la 6e semaine : discerner le message central de l'Apocalypse

    IMPRIMER

    2020_05_22_11_01_28_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • Jean-Paul II : un enthousiasme qui retombe ?

    IMPRIMER

    Voici une chronique du Père Delhez s.J. (parue dans la Libre de ce vendredi 22 mai (p. 33) à propos d'un livre qui met en cause le pontificat de Jean-Paul II. Notre regard sur celui-ci n'est pas celui de ces détracteurs qu'irrite un magistère trop "clérical" et qui n'ont d'indulgence que pour la repentance de l'an 2000 et la réconciliation avec les juifs. Etonnant qu'ils n'aient pas ajouté les rencontres d'Assise ni les discours appuyés en faveur des droits de l'homme. Mais nous n'avons pas lu le livre. Nous, ce qui nous plaisait chez le pape venu de Pologne, c'était sa foi robuste, ses dévotions traditionnelles, son attachement au sacerdoce catholique, son héroïsme qui l'a fait aller jusqu'au bout de son pontificat, et aussi un certain attachement à la foi catholique qui l'a conduit à rectifier la trajectoire de l'Eglise faussée depuis Vatican II. Sans doute le style et les orientations du pontificat actuel satisfont-ils davantage les Pedotti, Favier, Delhez et consorts... Qu'en dira-t-on dans quinze ans?

    Un enthousiasme qui retombe

    Ce lundi, Jean-Paul II aurait eu 100 ans. Ce fut l’occasion de plusieurs commémorations et de nombreux articles de presse. Qui ne se rappelle les funérailles de ce géant du XXe siècle, en présence d’un million de personnes et d’un parterre bien garni de chefs d’État et de gouvernement ? Gigantesque. Un Santo subito lancé par les Focolari et relayé par les Légionnaires du Christ s’est fait entendre au milieu de la foule ! Un enthousiasme populaire. Il faut dire que la jeune génération d’alors n’avait connu que lui comme Pape. Son règne fut de vingt-six ans.

    Aujourd’hui, l’enthousiasme est retombé, même en Pologne. N’est-on pas allé trop vite ? Que Karol Wojtyla ait été entièrement animé par sa foi, c’est certain ; qu’il ait mené une vie sainte, je l’ai toujours cru. Qu’il ait été, comme chacun d’entre nous, conditionné par son éducation, son type de personnalité, le contexte politique et religieux de sa Pologne natale, c’est tout aussi indubitable. Mais que l’Église actuelle puisse prendre comme modèle la manière dont il a dirigé l’Église ou l’image qu’il s’en faisait, c’est moins évident. Je pense donc que cette canonisation en 2014, seulement neuf ans après son décès, ne fut pas opportune. Elle est un écho de la ferveur populaire qu’il a suscitée, mais pas un geste prophétique.

    On est bien d’accord, qui dit saint ne dit pas “parfait”. Le père Damien avait mauvais caractère. Saint Jean de la Croix a cette phrase : “N’imitez pas les saints, le diable vous ferait copier leurs défauts.” Il n’empêche. Une canonisation amplifie un message. Était-ce opportun d’amplifier celui-là ? Ne peut-on pas dire, avec Christine Pedotti et Anthony Favier, que sa canonisation, en 2014, “marque la fin d’un long cycle dans l’histoire du catholicisme, celui du rêve d’un retour de la puissance” ? Ces deux auteurs considèrent notamment cette période comme un essai de recléricalisation de l’Église. Ils viennent de signer, chez Albin Michel, un livre intitulé : Jean-Paul II, l’ombre du saint. Le bandeau indique : “Droit d’inventaire” . Après lecture, je dirais plutôt : Dossier à charge.

    Deux événements seulement de ce pontificat obtiennent leur satisfecit : la repentance de l’an 2000 et la réconciliation avec les juifs lors de la visite au mur des Lamentations. Tout le reste est vu sous l’angle de l’ambiguïté. De gros dérapages sont épinglés, entre autres le soutien à certains personnages dont la perversité apparaît maintenant. Sa gestion du drame de la pédophilie, sujet si sensible de nos jours, fut loin d’être exemplaire.

    Cet ouvrage est bien documenté et les sources sont sérieuses. Mais pour qu’il y ait de l’ombre, il faut de la lumière. Celle-ci n’apparaît guère dans le livre. Le regard systématiquement sceptique finit par mettre mal à l’aise. Il n’empêche, il pose beaucoup de bonnes questions. Il rejoindra ceux qui ne veulent pas seulement un renouvellement de l’Église, mais une Église nouvelle. Et je suis de ceuxlà. Bien sûr, il suscitera aussi des levées de boucliers.

    À la lecture de ce livre, je me pose au moins deux questions. Tout d’abord, celle de la rapidité de la canonisation. Un délai trop court ne permet pas d’avoir la distance nécessaire. Tant la canonisation que le livre pèchent, me semble-t-il, par défaut de contextualisation. La première oubliant l’évolution actuelle de l’Église, le second, lisant tout à la lumière de cette même évolution, dont pourtant je me réjouis. Et ensuite, le rapport des croyants à la papauté. N’y a-t-il pas parfois quelque chose qui frise l’idolâtrie, la papolâtrie dira-t-on, et qui ressemble par trop à ces empereurs romains divinisés à leur mort ? Et ce n’est pas aujourd’hui la seule idole qui tombe. Loin de moi de remettre en question le rôle de l’évêque de Rome. Le cardinal Newman, cet anglican converti au catholicisme en 1845, disait avec humour : “Si je devais lever mon verre, je le lèverais d’abord à la conscience, puis au Pape.” Sachons raison garder.

  • Sainte Rita de Cascia (22 mai)

    IMPRIMER

    Du pape Jean-Paul II lors de l'audience du 20 mai 2000 (pèlerinage jubilaire des fidèles de sainte Rita de Cascia et des Chevaliers du Travail) (source) :

    ... Quel est le message que cette sainte nous transmet? Il s'agit d'un message qui transparaît de sa vie:  l'humilité et l'obéissance ont été la voie sur laquelle Rita a marché vers une assimilation toujours plus parfaite au Crucifié. Les stigmates qui brillent sur son front sont la preuve de l'authenticité de sa maturité chrétienne. Sur la Croix avec Jésus elle a, d'une certaine façon, obtenu le diplôme de cet amour, qu'elle avait déjà connu et exprimé de façon héroïque entre les murs de sa maison et en participant à l'histoire de sa ville.

    Suivant la spiritualité de saint Augustin, elle devint une disciple du Crucifié et "experte pour souffrir", elle apprit à comprendre les peines du coeur humain. Rita devint ainsi l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien, obtenant pour ceux qui l'ont invoquée dans les situations les plus disparates d'innombrables grâces de consolation et de réconfort.

    Rita de Cascia fut la première femme à être canonisée lors du grand Jubilé du début du XXème siècle, le 24 mai 1900. En décrétant sa Sainteté, mon prédécesseur Léon XIII observa qu'elle plut tant au Christ qu'il voulut la marquer du sceau de sa charité et de sa passion. Un tel privilège lui fut accordé en raison de son humilité singulière, de son détachement intérieur des passions terrestres et de l'admirable esprit de pénitence qui accompagnèrent chaque moment de sa vie (cf. Lett. apos. Umbria gloriosa sanctorum parens, Acta Leonis XX, pp. 152-53).

    J'ai plaisir aujourd'hui, cent ans après sa canonisation, à la reproposer comme signe d'espérance en particulier aux familles. Chères familles chrétiennes, en imitant son exemple, sachez vous aussi trouver dans l'adhésion au Christ la force de porter à terme votre mission au service de la civilisation de l'amour!

    Si nous demandons à sainte Rita quel est le secret de cette extraordinaire oeuvre de renouveau social et spirituel, elle nous répond:  la fidélité à l'amour crucifié. Rita, avec le Christ et comme le Christ, parvient à la Croix toujours et uniquement par amour. Alors, comme elle, nous tournons notre regard et notre coeur vers Jésus mort et ressuscité pour notre salut. C'est lui, notre Rédempteur, qui rend possible, comme il le fit pour cette chère sainte, la mission d'unité et de fidélité qui est propre à la famille, même dans les moments de crise et de difficultés. C'est encore lui qui rend concret l'engagement des chrétiens dans l'édification de la paix, en les aidant à surmonter les conflits et les tensions, malheureusement si fréquents dans la vie quotidienne.

    La sainte de Cascia appartient au grand groupe des femmes chrétiennes qui "ont eu une influence significative sur  la  vie  de  l'Eglise,  ainsi que sur celle de la société" (Mulieris dignitatem, n. 27). Rita a bien interprété le "génie féminin":  elle l'a vécu intensément, tant dans sa maternité physique que spirituelle.

    J'ai rappelé, à l'occasion du sixième centenaire de sa naissance, que sa leçon "se concentre sur ces éléments typiques de spiritualité: l'offre du pardon et l'acceptation de la souffrance, non pas en raison d'une forme de résignation passive [...], mais en vertu de cet amour envers le Christ qui, précisément lors de l'épisode du couronnement, a subi, en même temps que d'autres humiliations, une atroce parodie de sa royauté" (Insegnamenti, V/1 [1982], 874).


    Très chers frères et soeurs, la dévotion à sainte Rita dans le monde est symbolisée par la rose. Il faut espérer que la vie de tous ses fidèles soit également comme la rose cueillie dans le jardin de Roccaporena au cours de l'hiver qui précéda la mort de la sainte. C'est-à-dire qu'il s'agisse d'une vie soutenue par l'amour passionné pour le Seigneur Jésus; une existence capable de répondre à la souffrance et aux épines par le pardon et le don total de soi, pour diffuser partout le bon parfum du Christ (cf. 2 Co 2, 15), à travers l'annonce cohérente et vécue de l'Evangile. Chers fidèles et pèlerins, Rita redonne sa rose à chacun de vous:  en la recevant spirituellement engagez-vous à vivre comme les témoins d'une espérance qui ne déçoit pas, et comme des missionnaires de la vie qui vainc la mort.